Version classiqueVersion mobile

Les théories de l’énoncé dans la grammaire générale

 | 
Valérie Raby

Chapitre IV

Subordination phrastique et analyse de la forme que

Texte intégral

  • 1 Ce dont témoigne exemplairement le débat de 1905-1906 sur la terminologie des propositions utilisé (...)

1La grammaire générale construit-elle une théorie de la subordination phrastique ? La question n’appelle en première approche aucune réponse simple. À certains égards, l’originalité des réflexions sur l’hypotaxe menée par nos grammairiens rend délicate leur comparaison avec les modèles actuels de la dépendance ou de l’intégration phrastique, et plus encore l’affirmation d’une continuité historique entre les deux. Chervel (1977, p. 211-214) a raison de souligner le rôle joué par la deuxième grammaire scolaire dans la promotion du critère fonctionnel et la dé-sémantisation de la syntaxe : nos typologies propositionnelles actuelles sont bien pour partie le résultat de ce réagencement mené dans la seconde moitié du xixe siècle seulement, même si la rupture avec le passé de la discipline n’est jamais radicale et n’empêche pas la résurgence de problèmes et de solutions prétendument périmées.1

  • 2 Pour l’actualité de cette distinction entre les acceptions génériques et restreintes de la subordi (...)
  • 3 Voir ici-même chap. 3. Dominicy (1982) propose de voir dans l’Art d’écrire de Condillac une premiè (...)

2On se limitera ici aux conceptions de la subordination phrastique, en laissant volontairement de côté la question de la subordination en général, qui est un sujet différent2. Il est clair qu’en se donnant pour objet d’étude la proposition comme image du jugement, la grammaire générale définissait les contours d’une syntaxe sémantique, fondée sur une logique des idées. Ce nouveau cadre n’empêche pas la GGR, on l’a vu, de reconduire l’ancien appareil des syntaxes de convenance et de rection. Il en va autrement au siècle suivant : l’hypothèse, qui n’est pas l’apanage des grammairiens sensualistes, du rôle analytique du langage dans la représentation de l’unité de la pensée stimule l’étude des moyens mis en œuvre par les langues pour exprimer la liaison ordonnée des idées partielles constituant le tout du contenu de pensée. Si on appelle subordination cette relation de la partie au tout, alors on pourra considérer comme théories de la subordination au moins trois agencements conceptuels de la grammaire des Lumières : la théorie de la liaison des idées (Condillac), celle du régime généralisé (Girard), et celle de la détermination (Dumarsais et Beauzée)3.

  • 4 La formulation du problème est bien nouvelle, malgré la protestation d’Itkonen (1991, p. 267) qui (...)

3La conception de l’hypotaxe est d’un autre ordre, bien que connexe. Contrairement à la subordination en général, l’hypotaxe se présente d’abord aux Messieurs de Port-Royal comme la solution au problème théorique de l’unicité du jugement dans des énoncés à plusieurs verbes finis. Dans cette perspective mentaliste, la subordination phrastique est une opération de conversion du jugement en partie d’une idée, autrement dit d’intégration d’une proposition à un terme4. Cette opération n’est pas du même ordre que celle qui réduit à l’unité propositionnelle les propositions dites « composées » par la tradition logique, c’est-à-dire les propositions assemblées par une conjonction qui est le signe d’une relation logique. Il faut partir de cette ligne de partage pour comprendre la complexité des débats portant sur la forme que, et leur évolution. C’est l’apport essentiel de la grammaire générale que d’avoir tenté de penser, en les intégrant à la grammaire, la relation entre des faits sémantico-syntaxiques relevant de niveaux de dépendance structurelle différents.

  • 5 On pourrait, en suivant les propositions de Melis (1985) et Pierrard (1994), distinguer ces niveau (...)

4Le pôle de la subordination endosyntagmatique et infra-propositionnelle associé au traitement de la forme que est étudié dans ce 4e chapitre. Le pôle de la subordination supra-propositionnelle est renvoyé au 5e chapitre5. L’identification de ces différents niveaux est bien entendu inégalement thématisée dans les grammaires de notre corpus.

1. Le « que des français » : traitement de que complétif aux xvie et xviie siècles

  • 6 Voir en particulier Colombat (1999, p. 465-470) et (2003a).
  • 7 À la suite de P. Le Goffic (1993, p. 539-540), on appelle « que complétif » la forme que en emploi (...)
  • 8 L’origine du que complétif français est encore débattue par les diachroniciens. Voir par exemple l (...)

5On ne reviendra pas ici sur l’histoire de la double tradition latine d’analyse de qui (« pronom indéfini » pour Donat, « nom général » pour Priscien), jusqu’aux innovations de Port-Royal6. C’est l’histoire du traitement de que complétif7 qui retient notre attention, en raison des problèmes spécifiques posés par une forme dont l’analyse a connu une fortune remarquable : d’abord regardé comme une singularité idiomatique française8, que complétif devient à la fin du xviiie siècle, chez un Destutt de Tracy par exemple, la conjonction par excellence.

6Rappelons tout d’abord les données du problème pour les artisans de la grammatisation du français : au plan métalinguistique, l’assignation de que à la catégorie des conjonctions est malaisée, en raison du faible recouvrement des emplois de cette forme avec ceux de quod en latin classique ; au plan didactique, il faut expliquer (c’est-à-dire tout à la fois montrer et justifier) l’équivalence entre l’accusativus cum infinitivo et la proposition complétive en que.

1.1. Comment catégoriser que complétif ?

  • 9 Voir sur ce point la précieuse étude de M. Baratin (1989) : malgré de fortes variations dans l’his (...)
  • 10 Voir Colombat (1999, p. 501-502), qui signale que quod est recensé comme conjonction causale chez (...)
  • 11 Valla (1544, p. 114). Selon Furno (2003, p. 37 note 15), la forme scio quod équivalant à je sais q (...)
  • 12 Que conjonction dans la grammaire d’Estienne ne renvoie qu’à l’expression de l’exception : « Aucun (...)

7Analyser que complétif comme une conjonction est l’option retenue par Estienne dans son Dictionnaire françois-latin (1549). Elle soulève un ensemble de difficultés mises en évidence par Furno (2003, p. 36-37). Quand Estienne illustre la correspondance entre que et quod conjonction par un scio quod scribas traduit par Ie scay que tu escris (1549, p. 511), il opère un double forçage : au plan métalinguistique tout d’abord, puisque le quod conjonction, pour la grammaire latine antique, n’existe pour ainsi dire pas9 – il en va de même pour la grande grammaire latine humaniste (Perotti, Nebrija, Melanchton), et particulièrement Sanctius, pour qui quod en latin est toujours relatif (1587, f. 152vo-155 ro)10 – ; forçage au plan des données ensuite, puisque l’exemple latin est forgé par transformation d’un exemple de Valla (quod scribas gaudeo ou quod scribis gaudeo, exemple qui illustre une règle de sélection du mode verbal et où quod est ambigu : pronom indéfini ou conjonction ? – je me réjouis (de ce) que tu écris/écrives)11. C’est vraisemblablement sous l’effet conjugué de l’autorité de la tradition grammaticale et des contraintes propres au genre grammairien, qui impose de partir des catégories du métalangage et non des données linguistiques, qu’Estienne ne reconduit pas dans son Traicté de la grammaire françoise l’analyse de son Dictionnaire12.

  • 13 Voir Belon (2003) sur le traitement de que dans le Thresor de Nicot.

8Dans la réédition du dictionnaire d’Estienne par Nicot (1606), ces difficultés sont gommées par effacement du latin, qui n’intervient plus dans la catégorisation des formes que comme traduction des exemples vernaculaires. Que est alors triplement catégorisé comme nom (interrogatif), relatif, et conjonction, ce dernier emploi exemplifié par Ie scay que tu as de l’argent, (Scio quod pecuniam habes)13. La grammaire de Masset annexée au Thrésor de Nicot relaie cette analyse, bien que la section consacrée aux conjonctions ne mentionne pas que. C’est pour établir les règles de distribution des temps de l’indicatif et du subjonctif après que et si que le grammairien distingue entre que pour quod et que pour ut :

Il faut regarder quand cete particule que, est conionction rationelle en Latin quòd, (qui se peut accommoder par tous les temps de l’indicatif, et mesmes de l’optatif, exceptez l’aoriste, le preterit parfait, et futur dudit optatif) ou, quand elle est conionction finale en Latin, vt, dont on peut vser ainsi, en l’assemblage et connection des modes indicatif et optatif, auec le subiunctif. (1606, p. 13)

  • 14 La section « Du regime et syntaxe des verbes avec la conjonction Que » s’ouvre ainsi : « I’Ay mis (...)

9Enfin la référence au latin peut n’être plus qu’implicite, dans la Grammaire et syntaxe françoise de Maupas par exemple, qui expose aux « apprenans » étrangers les règles d’emploi des temps et modes verbaux après la conjonction que comme après le relatif : la méthode consiste à mettre en relation des classes sémantiques de verbes et la façon dont les modes et temps expriment la façon d’envisager les procès14. C’est pourtant par renvoi au latin que Maupas rend compte des complétives françaises au futur traduisant le participe futur latin (« Spero me habiturum, J’espere que j’auray », 1618, f. 94ro). De même, sans surprise, la perspective est contrastive lors du traitement de l’infinitif, pour souligner les restrictions appliquées en français à l’emploi de la proposition infinitive : si on peut dire Ie vous repute avoir autant profité aux bonne letres, qu’autre de ce païs et Chacun vous estime avoir attaint la perfection de vertu, il faut bien souvent

  • 15 On lit dans l’original la coquille Vous estes riche.

[…] recourir à une autre maniére de parler qui nous est assez aisee, changeant l’accusatif en nominatif, et l’infinitif en une mode finie, premise la conjonction Que ; Fama est te divitem esse. Le bruit est que vous estes riche. Falso tibi nunciatum est me tibi male cupere. On vous a faucement rapporté que ie vous veux mal. Car de dire. Vous estre15 riche. Moy vous vouloir mal, seroit durement parlé. (1618, f. 153vo-154ro)

1.2. Que-P et proposition infinitive

  • 16 Voir Despautère (1527, f. cviiro), cité et commenté par Colombat (1999, p. 501-502 et 515-516). Vo (...)
  • 17 Beaucoup plus tôt, comme le note B. Colombat (2017, p. 91-92), le Catholicon de G. Balbi (1286) pr (...)

10Le cas de la proposition infinitive, ainsi que le réglage mutuel des descriptions du quod latin et du que français, sont bien entendu au cœur des ouvrages dédiés à l’apprentissage du latin, et à la traduction d’une langue à l’autre. La Sintaxis de Despautère pose ainsi que l’accusativus cum infinitivo (qui forme un dictum) peut être « résolu », « exposé », c’est-à-dire expliqué et traduit, par la particule quod suivie d’un verbe fini (qui constitue un appellatum)16. Il y a donc bien, dans cette perspective pratique de l’explication pédagogique, saisie de l’unité des séquences mises en contraste : la proposition infinitive latine et la subordonnée complétive.17

  • 18 Sur le statut singulier des « particules » dans l’histoire de la grammaire française, voir Siouffi (...)
  • 19 Particulièrement dans les traités d’Ogier (1637), Bretonneau (1645), et Pomey (1666), cités par Co (...)

11Du côté du français (ou du latin vu depuis le français) pourtant, l’analyse de que conjonction apparaît comme détachée de la question de la structure de l’énoncé. À cet égard, le corpus constitué par les « traités des particules » est particulièrement intéressant. Rédigés à partir de la fin du xvie siècle et réédités jusqu’au xviiie siècle, ces ouvrages visent d’abord la composition latine, puis la traduction en latin des mots grammaticaux français18. Comme l’a montré Colombat (1999, p. 81-93 et 528-529), on y trouve régulièrement l’inventaire des emplois de la « particule » que en français19, associé à la règle du « que retranché » ou « que des français » qui permet d’assurer l’équivalence entre complétive française et proposition infinitive latine. On lit par exemple dans la Méthode curieuse, et toute nouvelle, pour acheminer à la langue latine, par l’observation de la françoise de Bretonneau, qui consacre son premier chapitre à la « particule française que » :

Apres les verbes, dico, affirmo, credo, puto, iudico, scio, intelligo, narro, commemoro, memini, spero, polliceor, & beaucoup d’autres de mesme signification, QUE, s’expose grossierement par Quod auec le verbe, au mœuf finy, ex. Ie dis que Pierre est modeste, dico quòd Petrus est modestus. I’espere que Paul sera sçauant, Spero quòd Paulus erit doctus.

[…] Mais telles locutions sont incognües à la Latine, laquelle rejettant le quòd de l’oraison, change le nominatif en accusatif, & en l’infinitif, le mœuf finy, de la sorte, dico Petrum esse modestum. Spero Paulum fore doctum. (1645, p. 6-8)

12La pénétration de ce discours didactique est sensible dans les grammaires françaises comme chez les remarqueurs, qui assignent fréquemment à que complétif l’étiquette de particule, accompagnée ou non d’une sous-catégorisation (« particule conjonctive »). Oudin (1640, p. 190-197) consacre ainsi une section à l’emploi des temps après la « particule conjonctive que », aussi nommée « conjonction que ». Chiflet clôt son chapitre sur les pronoms relatifs en intégrant de façon ambigüe les emplois de que complétif : relatif neutre ou « particule » conjonctive ?

Que, indeclinable, a beaucoup d’vsages, que les exemples vous apprendront ; nostre langue en est pleine : comme, Ie sçay bien que vous m’aimez. C’est de vostre bonté, que i’attends cette faueur. Il est temps que vous me secouriez. Et mille autres semblables, où cette particule Que, est vne Conjonction, et non pas vn Pronom. (1559, p. 51)

13Il n’y a plus trace de cette hésitation dans la section intitulée « Le Regime ou la Syntaxe des Verbes. (1559, p. 90) où, à l’instar de Maupas, Chiflet tente de régler l’emploi des conjonctions (que vs si) et des modes (indicatif vs optatif) sur la classe sémantique du verbe recteur, tout comme les pédagogues du latin le faisaient pour aider à la traduction de quod, ut et ne après un verbe.

14Donner à que le statut de particule permet bien souvent de s’en tenir au constat de la diversité catégorielle de que, sans faire d’hypothèse sur le statut de cette polycatégorisation : résultat d’extensions d’emploi d’une forme unique, ou simple homonymie ? À la fin du xviie siècle, Dangeau (1694-1722), La Touche (1696, p. 274-275) ou encore Régnier-Desmarais (1706, p. 734-738) préfèrent ne pas se prononcer. De l’aveu de Dangeau,

  • 20 Même attitude chez Régnier-Desmarais à propos de sa répartition de la matière entre le chapitre du (...)

On done le nom de Particule a divers petits mots, quand on ne sait sous quel genre ou partie de l’Oraison on les doit ranger, ou qu’a divers ègars ils se peuvent ranger sous diverses especes de parties d’Oraison. Par example, le mot que est quelquefois Pronom, come dans cète frase, l’home que je cherche, ce que signifie la même chose que lequel, que est aussi quelquefois Conjonction, come dans cète frase, je souhaite que vous veniés demain, ce que joint les mots je souhaite avec ceus-ci, vous veniés demain. (1927 [1694-1722] p. 129)20

15À s’en tenir pourtant aux grandes lignes de l’évolution du traitement de que, il apparaît que les artisans de la grammatisation du français reconnaissent progressivement que complétif comme une spécificité du français, et lui donnent le statut de conjonction. L’absence de théorie de la proposition exclut cependant de comparer le rôle syntaxique du relatif et celui de la conjonction. La séquence ouverte par que n’est pas analysée comme une relation prédicative, la perspective syntaxique reste celle de la concaténation des parties du discours : le que français est dit « que entre deux verbes » et cette appellation vise à introduire des règles de concordance des temps et des modes entre le verbe recteur et le verbe régi. Si le « nominatif » du verbe subordonné est évoqué, c’est seulement pour exposer la méthode de résolution de l’accusativus cum infinitivo en français : il faut pour passer au français changer le cas du nom et le mode du verbe. Comme le dit Maupas, « l’accusatif chez les Latins est le propre cas au devant de l’infinitif, representant le nominatif des modes finies » (1618, f. 153vo).

16Plus surprenant peut-être, la relation de que au verbe recteur n’est jamais commentée, alors même que les règles de la syntaxe de rection posent que le régime d’un verbe « actif » est un nom, à l’accusatif ou à un autre cas oblique. Seul Dangeau, à la fin du xviie siècle, s’aventure à considérer que complétif comme un substantif (tout en le regardant par ailleurs comme une conjonction). Son raisonnement est exemplaire des embarras d’une analyse limitée au niveau du mot, dans un ouvrage qui n’ignore pourtant pas la notion de proposition :

Une des raisons qui font voir que cète particule que tient quelquefois lieu d’un substantif, est qu’on le met fort bien après un verbe actif come dans ces frases, je dis que cela est vrai, je croi que mon frère arivera demain, dire et croire sont des verbes actifs ; mais on ne mètra pas que après un verbe neutre et l’on ne peut pas dire, je parle que j’irai demain, on parle que le Roi fera un voyage cète semaine, parce que parler est un verbe neutre ; on trouve dans la langue latine quelque chose qui a raport à ce que je viens de dire, dans les ocasions où nous mètons en Fransois de ces que qui tiènent lieu de substantifs, les Latins mètent des substantifs avec des infinitifs et des participes, et disent, spero Regem venturum cras, credo Paulum ægrotare, dico te falli ab amico tuo.

Une autre preuve que dans ces frases où les prépositions sont suivies d’un que, ce que peut être regardé ou come un substantif, ou come tenant la place d’un substantif, est qu’il y a beaucoup de ces frases qui se peuvent tourner de manière qu’il n’y ait plus de que, et que la préposition soit suivie d’un substantif, par example au lieu de dire, avant que j’arivasse, je puis dire avant mon arivée, au lieu de dire après que je fus parti, je puis dire après mon départ, etc. (1927 [1694-1722], p. 139-140)

  • 21 Voir plus bas, section 3.2.

17Et ce alors même que Dangeau choisit d’intégrer à sa théorie la proposition incidente des Messieurs, en l’associant au modificatif de Buffier21.

18Cette tradition française d’analyse du que complétif perdurera longtemps : les grammaires de Vairasse d’Allais (1680), Régnier-Desmarais (1706), Restaut (1730), Vallart (1747), Wailly (1754) regardent que relatif et que conjonction comme des formes indépendantes et s’intéressent surtout aux règles d’emploi du mode dans la complétive. Les analyses de la GGR sont élaborées sur de tout autres bases, sans constituer en héritage cet ensemble de réflexions menées sur le français.

2. Que complétif de la GGR à la LAP : relatif, incidente et complexité propositionnelle

19Nous avons évoqué (chap. 3) le problème des termes complexes et souligné les difficultés de l’analyse des attributs constitués d’un verbe transitif et de son objet. Nous reprenons ici la question sous l’angle du traitement de que complétif.

  • 22 Voir en particulier Donzé (1967, p. 82-87 et 146-148), Nuchelmans (1983, p. 77-87), Dominicy (1984 (...)

20Des deux catégories de propositions complexes établies dans la LAP, la GGR ne réinscrit – sans la nommer – que celle des propositions dites « complexes par la matière » (i.e. complexes par le sujet ou l’attribut), alors que lui font pendant dans la LAP les propositions dites « complexes par la forme » : c’est la même « complexité » qui « tombe sur » la matière de la proposition (i.e. ses termes) ou sur sa forme (i.e. le verbe), et elle se manifeste par la présence du même élément : la proposition incidente. En LAP II 8, les propositions complexes du type je soutiens que la terre est ronde ou les raisons d’astronomie nous convainquent que le soleil est beaucoup plus grand que la terre sont analysées comme comportant une incidente (je soutiens que et les raisons d’astronomie nous convainquent que) qui sert à renforcer l’affirmation exprimée par est. Cette analyse est probablement l’effet d’une assimilation de ce type de propositions aux propositions modales pour lesquelles la tradition logique considère qu’elles sont construites par ajout d’un syncatégorème modal (du type il est nécessaire que) à une proposition simple (un dictum). Elle permet de soutenir que dans de telles structures, un seul jugement est énoncé à titre principal, son affirmation ou sa négation étant simplement renforcée ou appréciée. Aucun commentaire n’est fait dans ce chapitre sur la forme de cette proposition incidente ni sur le rôle de que, et les Messieurs soulignent que la détermination des rôles respectifs d’incidente et de principale est souvent indifférente aux marques formelles. Cependant la GGR présente sur ce point une interprétation discordante, dans un chapitre ajouté en 1676 comme prolongement des réflexions sur le relatif. Les incidentes que vous serez sage et que vous avez tort dans Je suppose que vous serez sage et Je vous dis que vous avez tort sont considérées comme intégrées, au moyen du pronom que « faisant office de liaison », aux « propositions entieres ; je suppose, etc. je vous dis, etc. » (1676, p. 76). La même analyse est étendue aux constructions infinitives latines et au discours rapporté indirect (1676, p. 116-118). De nombreux commentateurs se sont penchés sur l’interprétation du relatif à Port-Royal pour en souligner la nouveauté et la fécondité22, nous nous contenterons d’en rappeler les traits essentiels.

2.1. Le relatif : définition et syntaxe

  • 23 Voir Nuchelmans (1983, p. 80), pour qui les Messieurs signalent ici qu’ils sont les premiers à imp (...)
  • 24 Pour le détail de ces remaniements, voir Dominicy (1984, p. 187-194).

21C’est au problème de la catégorisation grammaticale de la forme qui/que que la GGR consacre l’essentiel de ses développements sur la proposition incidente, tout en poursuivant le dialogue avec la Logique. La GGR présente une analyse unifiée de la forme que, appelée « pronom relatif » et définie par son caractère hybride : elle tient à la fois du pronom et de la conjonction et réalise, à des degrés divers selon ses emplois, les propriétés de ces deux parties du discours. Comme tous les pronoms, le relatif « se met au lieu du nom », mais il se distingue par deux particularités : (i) il a toujours rapport à un autre nom ou pronom, qu’on appelle « antécédent », exprimé ou non ; (ii) « la proposition dans laquelle il entre (qu’on peut appeler incidente) peut faire partie du sujet ou de l’attribut d’une autre proposition, qu’on peut appeler principale » (1676, p. 67)23. Le pronom relatif prend différentes valeurs, selon que sa signification tend plutôt vers celle du pronom ou vers celle de la conjonction. Dans l’édition de 1676 (qui réorganise et complète celles de 1660 et 166424), trois cas sont définis :

  • 25 Traduction : « lorsqu’il eut entendu dire que les chefs de la cité – parmi lesquels son frère – av (...)

a) le relatif conjonction-et-pronom
Ce cas de cumul des propriétés est illustré par l’exemple de Tite-Live, Is quum primores civitatis, in quibus fratrem suum ab avunculo interfectum audisset25, où in quibusest l’équivalent de et in his : le relatif tient lieu à la fois de conjonction et de pronom démonstratif

  • 26 Le relatif ne sert plus qu’à « marquer l’union de la proposition avec une autre » (1676, p. 73). D (...)

b) le relatif-conjonction
L’analyse est ici celle d’un décumul des valeurs pronominale et conjonctive, par perte de la première (le relatif « ne fait plus que l’office de conjonction »). Ce qui recouvre deux types de données : celui de l’hébraïsme pulvis quem projicit eum ventus (mot à mot la poussière que projette celle-ci le vent), traduit en latin par pulvis quem projicit ventus, où le « relatif » hébreu n’est pas un pronom mais une conjonction26, et celui du que complétif.

  • 27 Comme l’a remarqué Dominicy (1984, p. 189), cette analyse est problématique : les Messieurs tradui (...)

c) le relatif-pronom
Il s’agit du cas complémentaire du précédent : le relatif perd sa propriété conjonctive (son usage de « liaison »), et ne retient que celle de pronom, par exemple dans les périodes latines commençant par un relatif, qu’on ne peut traduire que par un pronom démonstratif. Les Messieurs inaugurent ici l’analyse du « relatif de liaison ».27

*

  • 28 Chevalier (2006, p. 538-541) et Colombat (1999, p. 99-118) ont rendu compte de ce débat. Si on sui (...)
  • 29 Les ajouts de 1767 sont entre crochets, les termes de 1660 supprimés à l’occasion de ces ajouts so (...)

22La mise en évidence du décumul des valeurs du pronom dans l’hébraïsme est l’argument contrastif utilisé pour résoudre un problème pendant : celui du statut de quod dans des phrases telles que dico quod tellus est rotunda. S’agit-il, selon les termes du débat dans les grammaires humanistes, d’un adverbe-conjonction, ou de la forme neutre du relatif ?28 La réponse est apportée en deux temps dans la GGR, l’édition de 1676 rectifiant l’analyse proposée par l’édition de 166029 :

Pour moi, je crois que c’est le relatif [1676 : qui a toujours rapport à un antécédent (ainsi que nous l’avons déjà dit)], mais qui est dépouillé de son usage de pronom, [1676 : n’enfermant rien dans sa signification qui fasse partie ou du sujet ou de l’attribut de la proposition incidente], et retenant seulement son second usage d’unir la proposition où il se trouve à une autre ; comme nous venons de dire de l’hébraïsme quem projicit eum ventus. Car dans ce passage de Cicéron : Non tibi objicio quod hominem spoliasti, ces derniers mots, hominem spoliasti, font une proposition entière [1676 : parfaite], où le quod qui la précède n’ajoute rien, et ne suppose pour aucun nom ; mais tout ce qu’il fait est que cette même proposition [1676 : où il est joint] ne fait plus que partie de la proposition entière : Non tibi objicio quod hominem spoliasti ; au lieu que sans le quod elle subsisterait par elle-même, et ferait toute seule une proposition. 

C’est ce que nous pourrons encore expliquer en parlant de l’infinitif des verbes, où nous ferons voir aussi que c’est la manière de résoudre le que des français (qui vient de ce quod), comme quand on dit : Je suppose que vous serez sage ; je vous dis que vous avez tort. Car ce que là est tellement dépouillé de la nature du pronom, qu’il n’y fait plus office que de conjonction [1676 : liaison], laquelle fait voir que ces propositions : Vous serez sage, vous avez tort, ne font que partie des propositions entières : Je suppose, etc., je vous dis, etc. (II 9)

  • 30 Pour le détail de l’analyse de quod chez Sanctius, Scioppius, Vossius et la Nouvelle méthode latin (...)

23Les ajouts de l’édition de 1676 signalent l’abandon de l’hypothèse initiale qui consistait à voir en que un pronom non anaphorique, fonctionnant comme une conjonction. En réaffirmant l’existence d’un « rapport à un antécédent », et en substituant « liaison » à « conjonction », le texte de 1676 se rapproche de la tradition sanctienne30, suivie par Lancelot dans la Nouvelle méthode latine. En l’état, le texte est obscur : quel est l’antécédent de ce relatif ? quel est le statut du relatif dans la proposition « liée » ? Dans un chapitre ajouté en 1683, la LAP vient étayer cette analyse par le motif de l’ellipse :

Car en disant que Jean répondit, on entend qu’il fit une réponse ; et c’est à cette idée confuse de réponse que se rapporte ce que. De même quand Cicéron dit : Non tibi objicio quod hominem spoliasti ; le quod se rapporte à l’idée confuse de chose objectée, formée par le mot d’objicio. Et cette chose objectée conçue d’abord confusément, est ensuite particularisée par la proposition incidente, liée par le quod : Quod hominem spoliasti.

On peut remarquer la même chose dans ces questions : Je suppose que vous serez sage. Je vous dis que vous avez tort : ce terme, je dis, fait concevoir d’abord confusément une chose dite ; et c’est à cette chose dite que se rapporte le que. Je dis que, c’est-à-dire, Je dis une chose qui est. Et qui dit de même, Je suppose, donne l’idée confuse d’une chose supposée. Car, je suppose, veut dire, je fais une supposition ; et c’est à cette idée de chose supposée que se rapporte le que. Je suppose que, c’est-à-dire, Je fais une supposition qui est. (1683, II, 1)

  • 31 Comme le fait remarquer Dominicy (1984, p. 191), soit la paraphrase proposée n’élimine pas le que, (...)

24Ce dernier état de l’analyse restitue l’antécédent du relatif, sans pour autant résoudre le problème de la fonction du relatif dans l’incidente : la glose métalinguistique de que par qui est + P ne fait, à nos yeux, que déplacer le problème : c’est le pronom qui, et non la forme que, qui a rapport à un antécédent31. Pour les Messieurs cependant, on peut supposer que la réécriture aboutit à une proposition incidente superficiellement comparable à celles de leur exemple canonique : Dieu qui est invisible a créé le monde qui est visible (1676, p. 70-71). La séquence qui est invisible, de même que qui est : vous serez sage comporte trois éléments : un sujet, un verbe et un attribut.

25Comme on le verra, une telle analyse ne pouvait être reconduite en l’état. Il est cependant évident que, au-delà du détail grammatical, les questions soulevées inaugurent la théorisation de la subordination phrastique.

2.2. Incidente et subordination

  • 32 Voir plus haut, chap. 3, section 1.1.
  • 33 Sur l’histoire de ce problème dans les logiques de la Renaissance, voir Nuchelmans (1983, p. 79-80 (...)

26Quels sont les enjeux de ces analyses au regard de la théorie du langage-traduction ? En posant qu’une opération de jugement peut aboutir à un terme (plus exactement à une partie de terme), et non à une proposition, la théorie de l’incidente pourrait brouiller la distinction entre la première des opérations de l’esprit (la conception) et la seconde (le jugement). La solution, on l’a vu32, consiste à montrer que toute expression d’un verbe ne correspond pas à l’expression d’un jugement actuel ou « parfait », puisque certaines propositions peuvent exprimer des jugements secondaires, virtuels ou faits antérieurement, et dont l’expression est parfois facultative. Autrement dit, s’il y a autant de propositions que de verbes, il n’y a pas nécessairement autant de propositions que de jugements actuellement exprimés : une proposition complexe exprime une unicité de jugement tout en contenant plusieurs propositions33. Ce qui est une autre illustration de l’hétérogénéité entre l’ordre des pensées et l’ordre du langage.

27Comme le dit justement Jean-Claude Pariente, qui s’efforce de montrer que les enjeux de l’analyse du relatif à Port-Royal ne sont pas du même ordre que ceux qui ont intéressé Noam Chomsky, le problème affronté par les Messieurs les amène à définir le relatif comme « l’opérateur linguistique qui permet à un jugement d’engendrer un terme qui fera lui-même l’objet d’un autre jugement » (1985, p. 31). La théorie des deux opérations de l’esprit est ainsi perfectionnée : l’opération de jugement peut être exprimée comme un acte (ce que traduit le verbe principal) ou comme son résultat : « […] le résultat d’un acte passé de la faculté de juger vaut comme produit présent de l’entendement. Et l’on peut alors définir exactement la fonction du relatif en disant qu’il fait passer la proposition qu’il gouverne du statut d’objet d’affirmation à celui d’objet de conception » (ibid., p. 31-32).

  • 34 La dépression d’affirmation est ce qui permet la « liaison » d’une proposition à une autre : « C’e (...)
  • 35 C’est-à-dire des affirmations expresses, concomitantes et non hiérarchisées : « […] si je disois : (...)

28Le dispositif est ainsi cohérent avec la délimitation des domaines respectifs de la grammaire et de la logique : la grammaire ne traite pas de l’enchaînement des propositions mais elle doit rendre compte de leur « liaison », c’est-à-dire des différentes formes de l’expression correspondant à la conversion de jugements en idées. L’heureuse appellation de « dépresseur d’affirmation » que Pariente (ibid., p. 39) donne au relatif pourrait être étendue aux analyses que donnent les Messieurs de l’infinitif34, du discours rapporté, et bien entendu du que complétif. Si ce dernier est rapproché des pronoms relatifs et ne figure pas dans la courte liste des conjonctions données en exemple de la classe (« &, non, vel, si », 1676, p. 150), c’est parce qu’il sert à former une proposition « complexe » et non une proposition « composée » : alors que la proposition complexe n’exprime en réalité qu’un seul jugement effectif, la proposition composée associe au moins deux jugements « véritables »35. Elle excède par là même le domaine de la grammaire et est renvoyée à la LAP.

29L’analyse du relatif à Port-Royal signe-t-elle l’invention de l’hypotaxe ? Non, si l’on se donne de la subordination phrastique la définition largement reçue aujourd’hui dans notre grammaire scolaire : tout rapport asymétrique de dépendance syntaxique d’une proposition à l’égard d’une autre, quel que soit le degré de cette dépendance et le mode d’intégration de la proposition en sous-ordre ; la subordination produit une phrase complexe, et la phrase est l’intégrant de la proposition. L’incidente des Messieurs ne correspond évidemment pas à nos subordonnées, pas même restreintes aux relatives, et il n’est pas sûr non plus qu’on puisse assimiler leur proposition principale à la nôtre. Pourtant, l’acclimatation grammaticale du concept de proposition contraint les Messieurs à rechercher les marques linguistiques de la hiérarchie des jugements, et à faire l’hypothèse générale qu’il existe des signes propres à inclure une proposition dans une autre, au niveau endosyntagmatique.

3. Que dans les modèles syntaxiques de Buffier, Dangeau, Girard et Dumarsais

30Bien des grammaires françaises ne tiennent aucun compte des propositions des Messieurs regardant l’analyse de que, et avant Dumarsais aucun grammairien n’y fait explicitement référence. Cependant, les suggestions de Port-Royal trouvent évidemment des échos chez les grammairiens qui se donnent une théorie explicite de la construction de l’énoncé.

3.1. Buffier : que pronom « déterminatif »

  • 36 Voir chap. 3, section 1.1.1.

31Nous avons évoqué plus haut le modèle syntaxique ternaire de Buffier (nom, verbe, modificatif) pour sa conception de la phrase complète (de structure nom/verbe ou thème/rhème)36. La suite de la définition introduit la notion de phrase incomplète, fonctionnellement équivalente à un nom :

[…] nous appellerons phrases incomplètes celles où le nom & le verbe, ne servent qu’à former une sorte de nom, composé de plusieurs mots ; comme ce qui est vrai ; ces quatre mots, font une phrase incomplète, laquelle pourroit s’exprimer par ce mot seul le vrai, comme ce qui est vrai contente l’esprit, ou le vrai contente l’esprit. (Buffier 1732 § 73, p. 47).

32De façon intéressante, quoique tout à fait isolée dans cette grammaire, le critère d’incomplétude se voit mobilisé pour dire la recatégorisation d’une proposition en groupe nominal.

33La forme qui, que, lequel, laquelle est comptée au nombre des modificatifs et appelée « pronom déterminatif » (1732, § 155, p. 77), parce qu’elle sert à « déterminer à faire regarder un nom, par un endroit particulier qui forme une espèce de modification » (§ 156, p. 77). C’est à peu près l’analyse port-royaliste du relatif, sans la distinction entre détermination et explication et sans la catégorie de l’incidente. La suite du développement est plus intéressante :

Le pronom qui ou lequel dans tous ses cas n’est donc qu’un signe de la modification, qu’on va ajouter au nom ou à l’objet dont on parle. Il en est de même à peu près du que après les verbes ; comme je veux que l’on soit équitable, ou vous aimez que l’on vous loue. Le que dans ces phrases n’est qu’un signe de la modification qu’on va ajouter au verbe ; je veux non pas en général, mais avec cette modification que l’on soit équitable, &c. » (§ 156, p. 78)

34Ce que complétif n’est pas recensé au nombre des conjonctions. Comme dans la dernière version de la GGR, il est analysé comme un emploi spécifique du relatif :

Que a aussi divers usages par raport au sens déterminatif : car outre qu’il est l’acusatif du pronom qui, il suplée quelquefois pour de qui & pour à qui ; comme, c’est de vous que l’on parle : c’est à lui que je m’adresse ; […] De plus, que a un usage particulier ; savoir, de servir à déterminer le sens des verbes aussi-bien que des noms ; comme quand on dit je vois que vous venez : le que est mis ici pour déterminer ce que je vois : savoir que vous venez, c’est-à dire je vois vous venir : ce qu’en latin on rend par video te venire. (§ 445, p. 185)

  • 37 Les adverbes « se joignent d’ordinaire au Verbe pour en modifier et déterminer l’action, comme gen (...)
  • 38 Voir plus haut, chap. 3, section 1.1.3.
  • 39 Voir plus haut, chap. 3, section 2. Sur le rôle joué par Buffier dans cette redéfinition de la dét (...)

35Le gauchissement de l’interprétation des Messieurs passe ici par l’extension de la notion de détermination : si déterminer dans la GGR vise une opération d’addition sur des idées par laquelle on augmente la compréhension du nom ou du verbe (à l’aide de l’adverbe37), la relation du verbe transitif à son objet ne relève pas de la détermination. L’analyse sémantique de cette relation n’est pas précisée dans la GGR, pour des raisons qui tiennent, on l’a vu38, à la difficulté de penser le type de complexité résultant d’un attribut formé d’un verbe actif suivi de son régime. La réinterprétation par Buffier de l’opération de détermination ouvre la voie à la version étendue qu’en donneront Dumarsais et Beauzée39.

  • 40 C’est aussi l’analyse de Lamy, qui simplifie la GGR en réduisant que à une simple fonction de liga (...)

36Autre différence essentielle avec Port-Royal, le que « déterminatif » identifié par Buffier se rattache directement au verbe et non à un nom sous-entendu40, mais le mode de rattachement de ce qui suit que à ce qui le précède n’est aucunement précisé : un segment comme que vous venez dans l’exemple cité n’a pas de statut dans la typologie des phrases rapidement esquissée dans la Grammaire françoise sur un plan nouveau, qui ne réinscrit pas la proposition incidente des Messieurs.

3.2. L’incidante de Dangeau 

  • 41 Voir plus haut, section 3.2.

37On a vu que Dangeau opte pour la catégorisation de que comme « particule », précisément parce que que est susceptible de plusieurs appartenances catégorielles, et que la suite que-P résiste à l’analyse : que est dit équivalent à un nom régime du verbe transitif, sans que sa relation à la proposition qui suit soit précisée41. Pourtant, les Opuscules sur la langue française empruntent à Port-Royal la notion de proposition incidente, pour en donner une interprétation étendue.

38Le cadre d’accueil de cette nouvelle théorie de l’incidente est un modèle ternaire inspiré de Buffier : la proposition comporte un sujet (nom), un attribut (verbe) et un modificatif. Les modificatifs exprime des idées accessoires ajoutées au nom ou au verbe et ces idées sont de deux sortes : déterminatives (qui complètent le nom) et circonstancielles (qui complètent le verbe). Dans les deux cas, Dangeau envisage la possibilité pour ces idées accessoires d’être exprimées par des propositions incidantes. L’exemple proposé est surprenant :

Si je dis Filipe est charitable, quoiqu’il ne soit pas riche, Filipe est le sujet, est charitable, est l’atribut, et les mots quoiqu’il ne soit pas riche font une proposition incidante ou accessoire, qui avec la proposition principale ne forment qu’une frase. Dans la suite je parlerai plus au long de tous les difèrans mots et des difèrantes frases qu’on peut joindre dans le discours aus propositions principales. (1927, p. 91)

39Par la suite, la structure principale/incidante est identifiée pour diverses séquences phrastiques comportant des complétives en que mais aussi des subordonnées conditionnelles en si ou en cas que (p. 98 et 123). La distinction vise essentiellement à donner des règles pour l’emploi des modes verbaux, si bien qu’on retrouve, malgré la nouveauté du métalangage, les cadres de l’analyse de la conjonction en usage au siècle précédent. La citation qui suit illustre exemplairement cette perspective syntagmatique, et l’absence de conception unifiée de la séquence que-P :

Ainsi il n’y a que les quatre tems de l’indicatif qui peuvent faire l’atribut ou le principal mot de l’atribut d’une proposition simple. Ces quatre tems peuvent aussi servir a faire la proposition incidante d’une frase composée : par E. je dis que vous ètes très savant, je dis et vous ètes sont tous deus au prèsant de l'indicatif, mais je dis est la proposition principale, et vous ètes très savant est la proposition incidante ou si vous voulés l’acusatif du Verbe actif je dis. (p. 123-124)

40Les Essais de Dangeau sont lacunaires, si bien qu’on ne sait pas comment l’abbé traitait des subordonnées relatives. Il reste que cette extension de sens de la catégorie de l’incidente, associée à la notion de phrase composée, contribue au brouillage de la réflexion sur la subordination propositionnelle amorcée par Port-Royal.

3.3. Girard : que conjonction « conductive »

41Girard opte pour la polycatégorisation de que, qu’il assigne à trois parties d’oraison différentes : « pronom relatif », « conjonctif », « particule ». Dans l’exemple suivant, les trois occurrences de que sont respectivement analysées comme « particule d’exclamation », « conjonction conductive » et « pronom relatif » :

Que l’harmonie de la subordination est avantageuse ! il faut donc que le sujet obéisse avec plaisir au prince que les lois ont placé sur le trône. (1747 I, p. 295)

42Le pronom relatif est défini comme un mot qui désigne « en vertu d’un simple rapport dénué d’accessoire, ne faisant que rappeler l’idée précise de la dénomination sans adminicule » (1747 I, p. 194). Sa fonction d’intégration à la principale d’une proposition en sous-ordre n’apparaît pas.

43La conjonction que, qui fait à elle seule une des douze classes de conjonctions, est dite « conductive »,

[…] parce que son service est de conduire le sens à la perfection ; étant toujours placée entre deux choses dont celle qui précède est énoncée de manière qu’elle en demande une autre pour former une proposition entière ; en sorte que leur liaison ne consiste pas dans une pure jonction ou dans un simple rapport de dépendance, mais dans une union qui fait continuité de sens » (ibid., p. 291-292)

  • 42 C’est l’occasion pour Girard de renvoyer la règle du « que retranché » au rang des routines périmé (...)

44Que conjonction conductive introduirait donc un constituant nécessaire de la phrase, sans pour autant que celui-ci s’identifie avec le membre de phrase appelé « objectif », puisque Girard associe à que complétif que outil du comparatif et que second élément de la négation restrictive. Ce qui caractérise que conductif, c’est la liaison par « subséquence », distinguée selon que la chose liée est regardée comme une « suite convenable sans en exprimer la réalité » (le verbe dépendant est au subjonctif), ou celle d’un effet positif » (le verbe dépendant est à l’indicatif).42

  • 43 Voir plus haut, chap. 2, section 2.2., et Raby (2017).
  • 44 Il s’agit ici du régime dit « énonciatif », qui lie les mots « parce qu’ils concourent simplement (...)
  • 45 « Alors le membre composé est lui-même une phrase construite de ses membres particuliers, mais sub (...)
  • 46 Voir plus bas, chap. 5, section 4.1. pour les catégories « relative » et « détachée ».
  • 47 Malgré Andrieu (2012, p. 791-792) qui suggère que cette reconnaissance est implicite.

45Qu’en est-il de la subordination ? Comme chez Buffier, le statut phrastique des éléments introduits par que relatif ou complétif n’est pas commenté. Ce silence est d’autant plus étonnant que le modèle de Girard prévoit bien qu’un membre de phrase « subjectif » ou « terminatif » puisse être lui-même de nature phrastique. En effet, dans la théorie de la frase selon ses « points de vue »43, le point de vue de l’énonciation des membres de la phrase permet d’opposer membres simples et membres composés : des membres simples (i.e. exprimés par un seul mot) forment une phrase simplifiée, des membres composés une phrase compliquée, et des membres sous-entendus une phrase implicite. La composition peut se faire selon trois modes, qui redistribuent les analyses de la Logique de Port-Royal (chap. II 5 et II 9) portant sur les termes et les propositions « composés » et « complexes ». Le premier mode est le « régime », c’est-à-dire l’union des mots pour former un membre ne correspondant qu’à une seule désignation (Le plus profond des physiciens ne connaît pas avec une certitude absolue le moindre des ressorts particuliers de la nature)44 ; le deuxième est la « jonction », c’est-à-dire la coordination de termes désignant des réalités différentes (Hélas, madame, votre fils et votre fille sont et seront toujours sans inquiétude sur la cause de vos maux et la source de vos chagrins) ; le troisième est la « cohérence de la frase », qui nomme une composition par introduction d’une phrase « subalterne » (Qui cherche trop la satisfaction des sens trouve souvent ce qui le fait cruellement souffrir)45. Un peu plus loin, considérant que la phrase « du point de vue du sens » peut être « subordinative », « relative » ou « détachée »46, Girard complète la définition de la phrase « subalterne » ainsi rebaptisée : sémantiquement, cette phrase est incomplète (elle n’a qu’un sens « commencé ou suspendu ») ; syntaxiquement, elle constitue un membre de phrase qui peut occuper les fonctions de « subjectif » ou de « terminatif » (Qui a baucoup d’ambition goute peu la vie tranquille / Il ne faut pas trop se fier à qui a baucoup d’ambition, 1747 I, p. 111). En termes de grammaire scolaire contemporaine, on dirait que la phrase subordinative est une proposition relative substantive, et on se demande pourquoi Girard ne lui reconnaît pas aussi la possibilité de remplir la fonction d’« objectif ».47

46La notion de phrase subordinative correspond bien à une innovation syntaxique puisqu’est ici envisagé un autre niveau d’enchâssement de la subordonnée : la subordinative est un constituant de phrase (une phrase « subalterne d’une autre dont elle fait portion ») quand l’incidente des Messieurs est un constituant de terme (ou de constituant primaire). Pourquoi cependant la reconnaissance de l’un exclut-il la réinscription de l’autre ?

3.4. Dumarsais : conciliation manquée entre Port-Royal et Girard

47Si Dumarsais distingue bien que « adjectif relatif » de que « conjonction », il leur reconnaît, à la suite de la GGR dans sa version de 1660, une fonction conjonctive commune :

Il y a aussi des adjectifs relatifs qui font office de conjonction ; tel est le relatif qui, lequel, laquelle : car outre que ce mot rappelle et indique l’objet dont on a parlé, il joint encore et unit une autre proposition à cet objet ; il identifie même cette nouvelle proposition avec l’objet ; Dieu que nous adorons est tout-puissant ; cet attribut, est tout-puissant, est affirmé de Dieu en tant qu’il est celui que nous adorons. (Art. Conjonction, p. 365)

48Mais son classement des conjonctions suit les grandes lignes de la leçon de Girard, et reconduit pour que la qualification de « conjonction conductive » :

La conjonction que : ce mot est d’un grand usage en français ; M. l’abbé Girard l’appelle conjonction conductive, parce qu’elle sert à conduire le sens à son complément : elle est toujours placée entre deux idées, dont celle qui précède en fait toujours attendre une autre pour former un sens, de manière que l’union des deux est nécessaire pour former une continuité de sens : par exemple ; il est important que l’on soit instruit de ses devoirs. (ibid., p. 873)

  • 48 Voir plus haut, note 29.

49Pourtant, l’article se clôt par une reprise de l’analyse du Lancelot de la Nouvelle Méthode latine48 :

Au fond, cette conjonction que, n’est souvent que le quod des Latins, pris dans le sens de hoc. Je dis que vous êtes sage, dico quod ; c’est-à-dire, dico hoc, nempè, vous êtes sage. (ibid., p. 873)

50Il y aurait donc « identification de sens » dans le cas du relatif, et « conduction de sens » avec la conjonction, c’est-à-dire intégration de la proposition à un terme dans le premier cas, et « liaison de sens », c’est-à-dire achèvement de la signification dans le second.

  • 49 Rappelons que pour la LAP (II, 6) c’est le pronom relatif qui est explicatif ou déterminatif, et n (...)
  • 50 La proposition en que complétif ne reçoit pas de nom spécifique dans cet article : elle est traité (...)

51Cette différence est précisée au plan des relations inter-propositionnelles, dans le célèbre article Construction de l’Encyclopédie. Après avoir exposé la distinction, empruntée à la LAP, entre proposition déterminative et proposition explicative49, Dumarsais interprète la proposition complétive en que50 comme une association d’opérations de détermination et d’explication :

1°. Ce mot que est souvent le terme de l’action du verbe qui suit : par exemple, le livre que je lis ; que est le terme de l’action de lire. C’est ainsi que dont, duquel, desquels, à qui, auquel, auxquels, servent aussi à lier les propositions, selon les rapports que ces pronoms relatifs ont avec les mots qui suivent.

2°. Ce mot que est encore souvent le représentatif de la proposition déterminative qui va suivre un verbe : je dis que ; que est d’abord le terme de l’action, je dis, dico quod ; la proposition qui le suit est l’explication de que ; je dis que les gens de bien sont estimés. Ainsi il y a des propositions qui servent à expliquer ou à déterminer quelque mot avec lequel elles entrent ensuite dans la composition d’une période. (ibid., p. 83)

52L’opposition entre proposition complétive et proposition relative reposerait sur deux critères : la place du verbe dont que est le « terme » (avant que pour la complétive, après que pour la relative), et la nature toujours « explicative » de la proposition qui suit que complétif. Comme chez Port-Royal, Buffier et Girard, l’analyse bute encore sur l’impossibilité à concevoir la fonction subordonnante de la conjonction : la séquence en que-P n’est pas conçue comme une unité syntagmatique fonctionnelle. Pour le dire avec les mots de nos grammairiens, que-P n’est ni un « terme » de la proposition ni un « membre de phrase », son statut reste indécidable.

  • 51 « Un sujet est complexe, lorsqu’il est accompagné de quelque adjectif ou de quelqu’autre modificat (...)
  • 52 Semblable réinscription partielle de l’incidente se lit, dans les mêmes années, dans la Grammaire (...)

53En outre, la position de Dumarsais sur les subordonnées relatives est curieusement en retrait par rapport à Port-Royal. La relative n’est pas répertoriée au nombre des « modificatifs » qui rendent un terme complexe mais, incidemment, elle apparaît parmi les moyens d’expression du « sujet énoncé par plusieurs mots qui forment un sens total, et qui est équivalent à un nom » (art. Construction, p. 82)51. Ce choix inconfortable semble la conséquence du partage établi entre le point de vue logique et le point de vue grammatical : la fameuse double analyse de Celui qui me suit ne marche point dans les ténèbres, rappelée plus haut (chap. 3, section 2.1), manifeste la réticence de Dumarsais à entériner l’acclimatation grammaticale de l’incidente dans sa version port-royaliste52. Il revient à Beauzée, à la suite de Dangeau mais sur d’autres bases, de réintégrer l’incidente à la grammaire, en construisant une distinction entre la relation d’incidence (de niveau endosyntagmatique) et la relation d’interdépendance (de niveau supra-propositionnel ou endopériodique).

4. Beauzée : les mots conjonctifs et la relation d’incidence

4.1. Que adjectif démonstratif conjonctif ou conjonction

  • 53 Voir le « système figuré des espèces de mots » dans l’article Mot des deux versions de l’Encyclopé (...)
  • 54 Voir sur l’interprétation de ce dispositif Auroux (1993, p. 191-200) : universalité et nécessité d (...)
  • 55 Contrairement donc au « préjugé universel » dénoncé par Beauzée (art. Relatif, p. 306), qui/que n’ (...)

54Beauzée repense le dispositif des parties du discours – de l’oraison dans sa terminologie – en l’intégrant dans un système classificatoire complexe : les catégories linguistiques – bien plus nombreuses que la liste des traditionnelles parties du discours – sont hiérarchisées et représentées sous la forme d’un arbre n’admettant que des branchements binaires (chaque « espèce de mots » constitue une classe telle qu’elle est à la fois incluse dans une autre et divisible en deux autres)53. Le dispositif doit rendre compte de la diversité des langues en ceci que les formes linguistiques observables peuvent être assignées à différents niveaux de branchement dans l’arbre, et que les nœuds représentés, de même que les éléments terminaux, ne sont pas tous universels54. Les unités linguistiques sont strictement monocatégorisées (les classes sont disjointes) et elles se définissent par l’addition des étiquettes correspondant à la succession des nœuds supérieurs dans la classification. Ainsi la forme qui/que se laisse-t-elle décrire comme un mot énonciatif – déclinable – indéterminatif – adjectif – métaphysique article connotatif partitif défini démonstratif – conjonctif (Beauzée, art. Mot et Article de l’EM), où les spécifications inférieures à la catégorie universelle de l’adjectif correspondent à l’ajout d’idées accessoires. Cette étiquette développée est régulièrement abrégée par Beauzée en « adjectif conjonctif », terme qui associe la partie du discours universelle dont relève la forme qui/que et sa différence la plus spécifique.55

55Quelle est alors l’analyse de que ? La définition de qui/que semble construite en réponse aux propositions de la GGR, fondées on l’a vu sur l’hypothèse d’une oscillation, selon les emplois, des valeurs pronominale et conjonctive. Or une telle hypothèse est incompatible avec l’axiome de monocatégorisation :

L’idée précise qui caractérise la signification individuelle de qui, quae, quod, est une idée métaphysique d’indication, ou de démonstration, comme is, ea, id.

Il est conjonctif, c’est-à-dire, qu’outre l’idée démonstrative qui en constitue la signification, & en vertu de laquelle il seroit synonyme d’is, ea, id ; il comprend encore dans sa valeur totale celle d’une conjonction ; ce qui en le différenciant d’is, ea, id, le rend propre à unir la proposition dont il fait partie à une autre proposition. Cette propriété conjonctive est telle que l’on peut toujours décomposer l’adjectif par is, ea, id, & par une conjonction telle que peuvent l’exiger les circonstances du discours. » (art. Relatif, p. 303)

56L’« adjectif conjonctif » est toujours nécessairement un « démonstratif », puisqu’il s’agit là du nœud immédiatement supérieur dans la classification, et l’association en qui, quae, quod de l’idée de is, ea, id et de l’idée de conjonction est le propre de la forme et non, comme le proposaient les Messieurs pour rendre compte de l’exemple de Tite-Live, l’une de ses valeurs possibles. L’« analyse grammaticale », qui a pour but de « développer la raison grammaticale de [la] phrase » (1767 II, p. 447) en restituant les éléments elliptiques manquants à la « plénitude de la construction analytique », doit mettre en évidence cette association d’idées accessoires caractéristiques de l’adjectif conjonctif. Les réécritures permettent en outre de souligner la différence entre incidente déterminative et incidente explicative (1767 I, p. 367) :

Les savants, QUI sont plus instruits que le commun des hommes, devroient aussi les surpasser en sagesse  Les savants, CAR CES (savants) sont plus instruits que le commun des hommes, devroient aussi les surpasser en sagesse.

  • 56 Comme le souligne Dominicy (1981, p. 106), l’analyse ne vaut que pour les énoncés génériques : l’h (...)

La gloire QUI vient de la vertu a un éclat immortel  La gloire, SI CETTE (gloire) vient de la vertu, a un éclat immortel.56

  • 57 La version retenue par Beauzée est celle de 1676.

57Commentant au plus près le texte de la GGR57, Beauzée rectifie l’analyse des deux constructions illustrant l’usage purement conjonctif du relatif :

i) dans la formule hébraïque que la GGR rend en latin par quem projicit eum ventum, la traduction latine laisse croire qu’il existe en hébreu une forme équivalente à qui, quae, quod, c’est-à-dire fléchie en genre, nombre et cas, et que cette langue tolère le pléonasme puisqu’elle emploie conjointement le relatif et le démonstratif. Or les grammaires de l’hébreu attestent que cette forme est invariable (c’est donc une conjonction) ; il faut la rendre en latin par (a) pulvis, & projicit eum ventus, quoniam projicit eum ventus, ou (b) pulvis quem projicit ventus. Beauzée distingue donc nettement (a) qui est une traduction littérale de l’exemple hébreu en latin fictif, et (b) qui est sa traduction latine. La traduction littérale montre que l’hébreu réalise la construction analytique de l’adjectif conjonctif, elle atteste en quelque sorte son caractère réaliste.

ii) la seconde construction est le « quod après un verbe » que les Messieurs illustrent par l’exemple de Cicéron Non tibi objicio quod hominem spoliasti, construction à laquelle ils assimilent le « que des Français » de je suppose que vous serez sage, je dis que vous avez tort (voir plus haut, section 2). Beauzée soutient que quod est là aussi un article démonstratif conjonctif, dont on peut « faire la construction » en deux temps :

a) non tibi objicio crimen, QUOD crimen est tale, spoliasti hominem (restitution des noms antécédent et conséquent reliés par quod)

  • 58 L’antécédent est déterminé par le démonstratif parce qu’il est pris dans la même « acception » que (...)

b) non tibi objicio hoc crimen, ET HOC crimen est tale, spoliasti hominem (exposition de quod en démonstratif + conjonction)58

58Mais la démonstration semble ne valoir que pour quod. C’est une autre analyse que Beauzée retient pour le « que entre deux verbes » des langues modernes, dans un passage de la Grammaire générale consacré aux types de propositions et repris dans l’article Incidente de l’EM :

L’état présent des Juifs prouve QUE notre religion est divine : il y a ici une Proposition incidente, savoir notre religion est divine ; elle est liée à son antécédent sous-entendu une vérité, par la conjonction que équivalente à que voici ; et c’est comme si l’on disait, l’état présent des Juifs prouve une vérité QUE VOICI, notre religion est divine ; ou bien prouve une vérité qui est, notre religion est divine.

Cette manière d’analyser le que entre deux verbes, explique aussi naturellement la phrase italienne, l’allemande, & l’angloise. Je crois QUE j’aime, c’est-à-dire, je crois une chose QUI EST, j’aime : en italien, credo CHE amo, c’est-à-dire, credo cosa CHE È, amo : en allemand, ich glaube DASS ich liebe, c’est-à-dire, ich glaube ein ding DASS IST, ich liebe : en anglois, i thinck THAT i love, c’est-à-dire, i thinck a thing THAT IS, i love. Les anglois vont même plus loin que nous ; ils suppriment, en ce cas, toute liaison sensible, & énoncent de suite la Proposition incidente comme un simple complément du premier verbe ; i thinck i love ; comme si l’on disoit en allemand, ich glaube ich liebe ; en italien, credo amo ; & en françois, je crois j’aime […]. (1767 II, p. 28-29)

59Si que est ici reçu pour une conjonction et non pour un adjectif conjonctif, il faut en conclure que quod dans Non tibi objicio quod spoliasti hominem et que dans L’état présent des Juifs prouve que notre religion est divine ne sont pas assimilables, contrairement à ce que pensaient les Messieurs. Pourtant, qu’est-ce qui empêche de réécrire L’état présent des Juifs prouve que notre religion est divine en L’état présent des Juifs prouve cette vérité, et cette vérité est telle : notre religion est divine ? C’est vraisemblablement l’invariabilité de que conjonction en français qui contraint Beauzée à dissocier cette forme du quod latin.

60Quoi qu’il en soit, le problème laissé pendant par Port-Royal reste entier : les séquences (i) quod crimen est tale, spoliasti hominem, (ii) que voici, notre religion est divine ou (iii) qui est, notre religion est divine font naître les mêmes questions que la séquence (je fais une supposition) qui est, vous serez sage. Tout se passe comme si les gloses analytiques visaient prioritairement à rendre raison du rattachement de la proposition incidente à un mot de la proposition principale, quitte à produire des incidentes plus complexes que ce que la théorie de la proposition permet d’expliquer.

4.2. La catégorie de l’incidente

61Les difficultés qu’on vient de présenter s’éclairent d’un autre jour si on les rapporte à la théorie des incidentes et à l’analyse des conjonctions. La refondation par Beauzée de la catégorie des propositions incidentes repose sur la distinction entre deux modalités de la relation interpropositionnelle : l’intégration d’une proposition partielle à une proposition intégrante, et l’interdépendance des membres d’une période. Si les propositions incidentes sont chevillées à la proposition principale au moyen d’une relation grammaticale établie entre un « mot conjonctif » et son « antécédent », les membres de période entretiennent des relations d’interdépendance sémantique globale. On s’intéressera ici aux innovations apportées à la relation incidente/principale, l’étude de la typologie générale des propositions est renvoyée au chap. 5.

  • 59 Voir plus haut, note 50.

62Réfutant Dumarsais pour qui l’incidente « tombe » entre le sujet et l’attribut d’une proposition principale59, Beauzée corrige :

[…] une Proposition incidente est, dans une Proposition complexe, une Proposition partielle qui sert de complément déterminatif ou explicatif à une autre Proposition : cette autre Proposition est principale à l’égard de l’incidente qui n’en est que partie ; l’une et l’autre constituent la Proposition totale, qui est complexe. (1767 II, p. 29-30)

  • 60 Identique en ce point à l’article Incidente de l’Encyclopédie.

63L’article Incidente de l’EM60 ajoute que l’ensemble [antécédent + incidente] forme une partie logique de la proposition, quand l’antécédent en est une partie grammaticale :

La Religion que nous professons est divine ; dans cette phrase la Religion est le sujet grammatical de la proposition principale, & prendroit en latin la terminaison du nominatif pour caractériser cette fonction que la grammaire lui assigne ; la Religion que nous professons est le sujet logique, parce que c’est l’expression totale de l’idée unique dont la proposition principale énonce un jugement, assure qu’elle est divine : la Grammaire n’envisage comme sujet que le mot religion, pour le revêtir de la livrée relative à cette destination ; la raison, ὀ λόγος, sans compter les mots, envisage une idée totale. Il faut que je cede ; il (illud, illud negotium, cela, cette chose), sujet grammatical de faut ; il que je cede, sujet logique; il que je cede faut (est nécessaire), proposition totale. Ce que l’on vient de voir de la proposition incidente qui tombe sur le sujet, est encore le même quand elle tombe sur le complément d’une préposition ou d’un verbe, ou sur le complément déterminatif d’un nom appellatif, etc. (art. Incidente, p. 325)

64La distinction des parties logiques et des parties grammaticales qui font la « matière » de la proposition est l’objet de la syntaxe. Pour la théorie des incidentes, le déplacement opéré par rapport à Port-Royal est très net : le couple logique/grammaire, associé à la distinction entre idée totale et idée partielle, permet de se passer du critère de la hiérarchie des jugements et des affirmations. Ce qui est également perdu, c’est l’idée que le subordonnant a pour effet de suspendre l’assertion du contenu propositionnel de la subordonnée.

  • 61 Les « mots conjonctifs » rassemblent à peu près tout ce qu’on peut aujourd’hui regarder comme des (...)

65La relation d’incidence est réalisée au moyen d’un « mot conjonctif » rapporté à son antécédent, exprimé ou sous-entendu. L’innovation de Beauzée consiste à concevoir la classe des mots conjonctifs comme une catégorie transversale et non comme une « espèce de mots ». À ce titre, les mots conjonctifs ne figurent pas dans le système arborescent. La valeur conjonctive est une idée accessoire caractérisant certaines formes appartenant à la classe des adjectifs, des conjonctions, des adverbes ou des noms61. Les « mots conjonctifs » ont pour propriété syntaxique commune d’ouvrir une proposition incidente. Cette proposition est « complément » de son antécédent, qui peut être nominal, adjectival, adverbial ou prépositionnel.

  • 62 Voir aussi : « Les Conjonctions déterminatives que, pourquoi, &c (quod, quam, quum, ut, cur, quare(...)

66La section de la Grammaire générale consacrée aux conjonctions présente que comme la plus simple et la plus pure des conjonctions « déterminatives », c’est-à-dire des conjonctions qui « désignent entre les propositions, une liaison de détermination, fondée sur ce que l’une, qui est incidente, détermine le sens vague de quelque partie de l’autre, qui est principale ; d’où vient à ces Conjonctions le nom de déterminatives » (1767 II, p. 597)62. Si Dumarsais interprétait déjà la relation de que au verbe précédent comme relevant de la détermination, Beauzée en admet toutes les conséquences pour l’analyse de la relation inter-propositionnelle.

  • 63 Sur l’absence des conjonctions copulatives et disjonctives dans cette liste, voir chap. 5, section (...)

67Ne sont finalement privées de cette fonction de jonction par incidence que les conjonctions qui unissent les membres d’une période, à savoir les conjonctions « adversatives, circonstancielles, conditionnelles, causatives, qui indiquent expressément le rapport qui se trouve entre les Propositions qu’elles unissent » (1767 II, p. 43)63. Les formes visées sont peu nombreuses pour le français : mais, quoique ; comme ; si, sinon ; car, puisque (1767 II, p. 583-597). Sans entrer dans le détail de ces analyses, on retiendra comme traits saillants des réflexions de Beauzée sur que et la subordination les points suivants :

  • si la différence entre querelatif et quecomplétif est maintenue (les formes relèvent de deux parties d’oraison distinctes), ces deux que jouent le même rôle syntaxique : ils ouvrent un même type de proposition, appelée incidente ;
  • la proposition incidente est « modificative de l’antécédent », et la notion d’antécédent est réinterprétée : c’est le point d’incidence de la proposition incidente, l’élément qu’elle modifie, et non pas l’élément anaphorisé par un pronom ;
  • la relation d’incidence devient la première des deux modalités de la relation inter-propositionnelle, la seconde est l’interdépendance des membres de période ;
  • la conjonction queest regardée comme la plus pure et la plus universelle des conjonctions. C’est l’indice remarquable d’une autonomisation de l’analyse linguistique des conjonctions par rapport à la tradition logique.

68Ces éléments appellent quelques commentaires. Si on rapporte ces conceptions de la relation interpropositionelle à la théorie port-royaliste, on constate que la définition de l’unité propositionnelle par le critère de l’unicité de l’acte de jugement n’a plus cours. Dans une représentation de la parole comme image de l’analyse logique de la pensée, l’attention est portée sur les procédés syntaxiques de la liaison des idées en tant qu’ils permettent de reconstituer le tout d’un contenu de pensée auquel nous n’avons accès que sous la forme décomposée et linéarisée que lui donne l’expression verbale. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’éloge des conjonctions qui suit dans l’article Mot l’exposé de la liaison de détermination opérée par les conjonctions « déterminatives » :

On voit, par ce détail, la vérité d’une remarque de l’abbé Girard (tom. II, pag. 257), « que les conjonctions sont proprement la partie systématique du discours, puisque c’est par leur moyen qu’on assemble les phrases, qu’on lie les sens, & que l’on compose un Tout de plusieurs portions, qui, sans cette espèce, ne paroitroient que comme des énumérations ou des listes de phrases, & non comme un ouvrage suivi & affermi par les liens de l’analogie ». C’est précisément pour cela que je divise la classe des Mots indéclinable en deux ordres de Mots, qui sont les supplétifs & les discursifs : les Adverbes & les Prépositions sont du premier ordre, on en a vu la raison ; les Conjonctions du second ordre, parce qu’elles sont les liens des propositions, en quoi consiste la force, l’âme, & la vie du discours. (art. Mot, EM II, p. 580)

69La conjonction se voit décrite en des termes jusque-là réservés au verbe, élément de liaison intra-propositionnelle. Cette promotion est bien l’effet du renouvellement de la conception des rapports entre langage et pensée : si la fonction du langage est essentiellement analytique, les conjonctions sont à l’évidence des outils de synthèse qui œuvrent au tissu du discours.

70Si les réflexions de Beauzée sur les « mots conjonctifs » et les conjonctions semblent constituer un jalon essentiel pour l’analyse linguistique de la subordination, il serait cependant inexact de les tenir pour la source directe des conceptions modernes de l’hypotaxe. La proposition incidente est bien considérée comme « partielle » à l’égard de la proposition principale, mais la relation entre ces deux propositions n’est pas celle d’un constituant dans une structure fonctionnelle hiérarchisée : la fonction de l’incidente est toujours celle de « complément » d’un mot, ce qui interdit de penser des dépendances syntaxiques autres que de proposition à antécédent. Ces limitations apparaissent clairement dans l’analyse de la conjonction déterminative que, dont les différents antécédents sont énumérés dans la Grammaire générale (1767 I, p. 601-603). On ne retient que quelques exemples pour chacune des catégories :

  • adverbe : afin que, parce que, autant que, etc.
  • adjectif : autre que, tel que
  • mots généraux ce ou il : c’est une belle chose que de garder le secret ; il convient que nous suivions l’usage ; il est important que les juges soient instruits
  • divers types de séquences ellipsées : QUE cette princesse est bonne ! = je suis en admiration de ce QUE cette princesse est bonne ; QUE de fourbes à la Cour ! = je suis en admiration de ce QUE tant de fourbes sont à la Cour ; QUE ne veniez-vous plutôt ? = dites-moi la raison pourquoi vous ne veniez pas plutôt ? ; QUE l’on obéisse sans réplique = je veux ou il faut QUE l’on obéisse sans réplique = je veux ceci, QUE l’on obéisse ; QUE le ciel le comble de ses faveurs = j’aspire à ce QUE le ciel le comble de ses faveurs ; QU'il fasse le moindre excès, il tombe malade ; s’il arrive QU’il fasse le moindre excès 
  • nom ellipsé complément d’une préposition : après que = après le moment auquel moment ; dès que = dès l’instant auquel instant ; attendu que = attendu le désir par lequel désir etc. (1767 II, p. 404)

71Dans ces conditions, les propositions introduites par une locution conjonctive n’ont pas de statut propre à l’échelle de la proposition totale. Les opérations de réécritures mises en œuvre pour préserver l’axiome de monocatégorisation des unités linguistiques sont lourdes et ad hoc, Beauzée ne cherche à leur donner aucune justification d’ordre diachronique ou génétique : elles sont purement heuristiques, fruit de l’expertise du grammairien capable de restituer la « plénitude de la construction analytique ».

5. Perspectives génétiques

  • 64 Voir plus haut, chap. 2, section 1.3.

72On s’intéresse ici aux grammaires qui utilisent l’hypothèse génétique pour penser conjointement la formation des parties du discours et l’évolution des formes linguistiques (quand certaines, comme celle de Girard, ne conçoivent la temporalisation des catégories que comme l’apparition successives de catégories d’emblée stables et finies64). L’interprétation génétique des parties du discours suppose d’identifier des classes primitives et nécessaires pour en dériver, par division ou combinaison, les classes correspondant aux formes en usage dans les langues. Il en résulte une analyse nouvelle des formes polyfonctionnelles, face auxquelles la grammaire non « généticienne » ne disposait que de deux options : les considérer comme homonymes et les répartir en différentes classes, ou les monocatégoriser en recourant à l’ellipse pour rendre compte de la différence de leurs emplois. En inscrivant les catégories linguistiques dans le processus de développement du langage humain, le point de vue génétique permet de rompre avec le fixisme catégoriel : la recatégorisation des formes devient une dynamique constitutive du système des parties du discours. On retiendra principalement les propositions de Court de Gébelin et Condillac. Associées à celles de Beauzée, elles font le socle des réflexions sur la subordination phrastique à la charnière des xviiie et xixe siècles.

5.1. Court de Gébelin : que conjonction primitive

73Dans la Grammaire universelle, les mots primitifs sont les noms, dont toutes les autres classes de mots sont progressivement déduites jusqu’à l’obtention des dix parties du discours correspondant à peu près à la liste traditionnelle. Le récit génétique fait apparaître la conjonction « dès le moment où les Langues se formerent » (1774, p. 327), parce qu’elle répond au besoin de rassembler différents « tableaux de la parole » pour en faire un seul tout, et d’abréger le discours. Elle est avec le verbe et la préposition l’un des trois instruments de liaison des idées :

La conjonction lie les phrases entr’elles ; & […] elle unit à un mot les caractères par lesquels on en détermine l’idée, tandis que le Verbe lie les mots qui peignent les qualités avec les noms des objets ; & […] la préposition lie les noms des objets en raport. (1774, p. 328)

  • 65 La section consacrée aux conjonctions elliptiques (1774, p. 343-351) analyse cinq conjonctions « s (...)

74Le nombre de conjonctions « véritables », qui servent à lier les idées et les mots « sans y ajouter aucune idée accessoire », est réduit à quatre : les trois conjonctions copulatives et, ni et ou, et la conjonction « déterminative » que. Les autres prétendues conjonctions sont reversées à la classe des mots supplétifs, obtenus par des ellipses que Court restitue en appuyant ses reconstructions sur une recherche étymologique qui prétend de retrouver « l’origine des Langues et de leurs mots » (ibid., p. 330)65.

75Tous les emplois de que sont ramenés à celui de la conjonction déterminative, en considérant que la complémentation de sens peut être apportée à des mots aussi bien qu’à des propositions, exprimées ou elliptiques. Si que conjonctif complète directement, par la proposition qu’il introduit, le sens de la proposition qui précède (je désire que vous veniez nous voir), que comparatif complète (ou « détermine ») une comparaison commencée (il est plus riche que nous), et que exclamatif, interrogatif ou « précursif » détermine une proposition elliptique précédente (Que cette personne est aimable & bonne = On ne peut assez repéter que cette personne est aimable, &c ; Que le Ciel comble ses vœux ! = je désire ardemment que le Ciel comble ses vœux ; Que faites vous ? = en faisant cela, que faites-vous ? ; Qu’il le veuille ou non, je le ferai également = sans m’embarrasser, qu’il le veuille ou non, je le ferai).

76Jusque-là, la doctrine de Beauzée est assez fidèlement suivie. Court s’en éloigne en regardant que relatif comme une valeur particulière de la conjonction. Sa démonstration s’inscrit explicitement dans le sillage de Port-Royal et de Beauzée, dont les exemples et analyses sont repris et discutés pour conclure à l’avantage partiel des Messieurs :

MM. de Port-Royal furent les premiers qui reconnurent la vraie valeur du Relatif QUI & QUE : ils furent eux-mêmes bien éloignés de sentir toute la beauté de leur découverte, puisqu’ils ne regardèrent pas le sens conjonctif de ce mot, comme son essence : & qu’avec tous les autres Grammairiens, ils le laissèrent dans la classe des Pronoms, au lieu de le transporter dans celle des Conjonctions. (1774, p. 341)

77L’argumentation vise à montrer d’une part que toutes les formes du pronom relatif contiennent la conjonction que, d’autre part que la conjonction que précède historiquement les formes dites pronominales, qui en dérivent. Le premier temps de la démonstration consiste à produire un ensemble de réécritures restituant la conjonction sous le relatif :

Le livre que vous m’avez envoyé est très intéressant = Vous m’avez envoyé un livre, et je trouve QUE ce livre est très intéressant.

La personne qui est venue de votre part, m’a confirmé ce récit = la personne QUE ELLE est venue etc.

Les grands hommes dont nous venons de parler méritent des statues = Les grands hommes QUE D’EUX nous venons de parler etc.

78La même association est réalisée dans l’ὅ𝜏𝜄 grec (« ὁ, ce, & τι, que », 1774, p. 339), équivalente à quod latin, si bien que Non tibi objicio QUOD hominem spoliasti vaut pour je ne te reproche pas CECI, QUE tu as dépouillé un homme.

  • 66 Il s’agit du coordonnant -que enclitique.

79Le second temps propose, conformément au principe de la parenté universelle des langues, de rapporter à une origine commune un ensemble d’expressions de la liaison en différentes langues (que latin66, chè italien, kai grec, kei /ki ou khé hébraïque, qih ou qhe persan) :

  • 67 Comme l’expose le Discours préliminaire, la langue primitive, dont toutes les langues ne sont que (...)

La racine de ce mot fut le signe primitif C prononcé Ke ou Que, qui signifia, I°. Main ; 2°. Puissance, car la puissance consiste dans la main ; 3°. Puissance unitive ou lien, liaison, puisqu’on prend avec la main ; et que tout ce qui lie et retient est doué de force et de puissance. (1774, p. 342)67

  • 68 La terminologie de l’énoncé est sommaire : les unités du discours sont les « tableaux (de nos idée (...)

80Ce qui est remarquable, c’est que la perspective étymologique s’inscrit dans une continuité revendiquée avec le programme de la grammaire générale : les exemples commentés et les pratiques de réécriture sont à peu près les mêmes, alors que le statut de cette réécriture est tout à fait nouveau : le développement des formes synthétiques prétend mettre à jour un état antérieur, selon un principe de priorité génétique du simple sur le composé, qui s’applique jusqu’à l’origine absolue, celle de la langue primitive. L’analyse de que et de la subordination n’en est cependant pas renouvelée puisque que reste une conjonction déterminative et que-P n’a pas de statut. La syntaxe dans la Grammaire universelle suit à peu près les principes de Beauzée en les simplifiant et en y associant la doctrine girardienne des membres de phrase (1774, p. 482-486). La typologie des propositions68 tient en un court chapitre sans originalité (p. 539-541).

5.2. Condillac : incidentes et « subordonnées »

81Sans confondre l’hypothèse génétique avec l’enquête étymologique ou historique, Condillac est amené, à rebours de Court de Gébelin, à considérer la conjonction comme une invention linguistique tardive, propre aux langues « perfectionnées ».

  • 69 Voir Locke, Essai, chap. VII : « Or ces mots par lesquels l’esprit exprime cette liaison qu’il don (...)
  • 70 Voir chap. 2, section 1.3.

82On sait que le philosophe propose deux scénarios pour la genèse des parties du discours : dans l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, la conjonction est l’avant-dernière des catégories inventées (seule suit l’apparition des pronoms anaphoriques). Elle relève des « particules », qui « lient les différentes parties du discours », et permettent le raisonnement par l’expression des rapports entre les propositions (2014, p. 263)69. Dans la Grammaire, le scénario génétique s’arrête aux quatre « Eléments du discours » essentiels70, suffisants pour nommer les objets (substantifs), exprimer les qualités (adjectifs), indiquer les rapports (prépositions), prononcer les jugements (verbe être) (1821, p. 447) : « J’ai fait voir comment on a commencé ; c’est tout ce que je me proposais » (p. 418). Suit l’examen des procédés de l’analyse de la pensée dans les langues « formées et perfectionnées », menée sur pièce par l’étude du discours de Racine pour la réception de Thomas Corneille à l’Académie française. C’est dans ce cadre que sont abordées les catégories qui ne sont pas des « éléments du discours » : les adverbes, pronoms et conjonctions sont des expressions « composées, équivalentes à plusieurs éléments » (p. 453).

83Les conjonctions sont saisies comme l’un des procédés de liaison des idées dans les propositions, les périodes et le discours. À ce titre, elles sont comparables à l’ordonnancement des paragraphes, à la différence que les conjonctions « prononcent la liaison » davantage qu’elle ne l’est par la seule division des paragraphes, en rapprochant une pensée qui vient d’être exprimée d’une autre qui va être expliquée (p. 455). Elles assurent le passage d’une section du discours à une autre, et particulièrement d’une proposition à une autre. La plupart des expressions de liaison étant composées, la classe des conjonctions est réduite aux mots simples alors, ainsi, donc, et, ni, que. Cependant, contrairement à ce que soutenait Court de Gébelin, la simplicité de ces unités n’est pas le signe de leur caractère primitif mais de leur rôle abréviatif : les conjonctions sont les équivalents simples d’expressions développées. Ainsi, que tient la place d’une séquence de plusieurs mots :

Je vous assure QUE les connaissances sont surtout nécessaires aux princes, est pour je vous assure CETTE CHOSE QUI EST, les connaissances sont surtout nécessaires aux princes. Cette chose qui est, voilà les mots qui font passer de la première proposition je vous assure, à la seconde les connaissances sont surtout nécessaires aux princes. Or, si nous supposons, avec quelque fondement, qu’on a dit autrefois que est pour qui est, il en résultera que, pour avoir la conjonction que, il n’a fallu que prendre l’habitude d’omettre quelques mots. Je présume en effet que c’est ainsi que toutes les conjonctions ont été trouvées. (p. 456-457)

84C’est à peu près la glose proposée par Beauzée pour le quod après un verbe, mais la réécriture vise ici à prouver que le que complétif dérive d’une séquence en que « adjectif conjonctif ». Le statut de cette reconstruction est ambigu : de quelle nature est le « fondement » à partir duquel il est permis de « supposer » ? Si l’argument était historique, la démonstration serait cohérente avec la perspective génétique : l’adjectif précède la conjonction. Comme chez Beauzée encore, le relatif et la conjonction sont assignés à deux parties du discours distinctes :

  1. les formes qui, que, lequel, dont, etc. sont des « adjectifs conjonctifs » : adjectifs, parce qu’ils commencent à déterminer le nom ; conjonctifs, parce qu’ils le lient à la proposition incidente qui achève de le modifier. Les réécritures proposées, qui n’ont pas de statut d’antériorité, ne visent qu’à restituer le substantif ellipsé : L’écrivain lequel vous aimez et auquel vous donnez la préférence= l’écrivain lequel écrivain vous aimez et auquel écrivain ... ; ou encore : l’écrivain qui= l’écrivain qui écrivain(p. 556-557).
  2. le quecomplétif n’est observé, dans le chapitre consacré aux conjonctions, que pour les règles relatives au mode de la « proposition subordonnée » (p. 579).
  • 71 Chervel (1977, p. 80-81), Branca (1982), Dominicy (1982), Pariente (1992, p. 633-634).

85L’apport le plus remarquable de Condillac sur ce point ne concerne pas la catégorisation des formes mais l’analyse de la relation inter-propositionnelle, menée en deux temps, dans la Grammaire et dans l’Art d’écrire. Comme l’ont souligné plusieurs commentateurs71, Condillac invente la catégorie « proposition subordonnée », distinguée de la « proposition incidente », ce qui l’autorise à repenser le partage beauzéen entre proposition complexe et période. Dans la Grammaire, cette réflexion s’inscrit dans l’analyse du discours de Racine, c’est-à-dire avant que ne soient présentées les parties du discours dites « composées » ou non essentielles. La proposition est donc d’emblée saisie comme élément d’un tout discursif (une « pensée développée »), et ses types sont établis avant que sa structuration interne ne soit analysée. Si le titre du chapitre x (Première partie) est éloquent (« Comment le discours de décompose en propositions principales, subordonnées, incidentes, en phrases et en périodes »), son contenu est à certains égards assez confus. Nous renvoyons au chap. 5 pour l’analyse de la période, nous nous limiterons ici au traitement des propositions dites principales, subordonnées et incidentes.

86La distinction posée est triple, articulant le point de vue du degré de complétude du sens, celui de la portée sémantico-syntaxique, puis celui de l’ordre des mots (1821, p. 427-428 et p. 431) :

  • la proposition principale est celle à laquelle « tout le discours se rapporte » ; elle a « par elle-même un sens fini »
  • la proposition incidente est « faire pour un mot qu’elle modifie » ; « quelquefois elles sont nécessaires pour faire un sens fini, et quelquefois elles ne le sont pas »72 ; sa place est fixe, à droite du mot déterminé ;
  • la proposition subordonnée est « faite pour une autre qu’elle développe » ; son sens n’est pas fini, « il est suspendu, et fait attendre la proposition principale » lorsque la proposition ouvre le discours, ou la suppose lorsqu’elle le termine ; elle peut donc se trouver avant ou après la principale.
  • 73 Voir chap. 3, section 1.2.3.

87Le chapitre « De la syntaxe » précise ces vues en rappelant le principe essentiel de la liaison des idées, formulé dès l’Essai : l’expression des rapports entre les mots, les phrases et les groupes de phrases doit représenter au mieux les rapports entre les idées qui constituent le tout d’une pensée. On y lit que les propositions incidentes ne peuvent figurer qu’à la suite immédiate de l’idée totale à laquelle on les rapporte, alors que les subordonnées sont des « accessoires du verbe »73, mobiles parce que « leur rapport est suffisamment indiqué par des conjonctions ou par des prépositions » (1821, p. 588). Elles sont par là-même comparables aux accessoires du verbe réalisés par des groupes prépositionnels que sont les « moyens » et les « circonstances ». Pour autant, la Grammaire n’en propose pas l’application au niveau propositionnel, on ne peut que supposer que Condillac interpréterait la proposition complétive – « incidente » ? – comme un accessoire du participe présent.

  • 74 « Nous avons traité des modifications de l’attribut. Nous n’avons donc rien à dire sur les verbes (...)

88Enfin, malgré ce qu’affirme Dominicy (1982), les propositions complétives ne font l’objet dans l’Art d’écrire d’aucun développement explicite. Le chapitre intitulé « Des accessoires du verbe » ne traite que du verbe être et renvoie pour les autres au chapitre précédent, qui ne comporte aucun exemple de complétive74. Si le chapitre consacré à la « construction des subordonnées avec la principale » en propose deux exemples, ce n’est que pour illustrer un phénomène de récursivité :

On peut subordonner une phrase à un seul mot, à un seul verbe s’il est à l’impératif.

Songez que les femmes vous ont gâté.

Une phrase peut être subordonnée à une phrase qui l’est elle-même.

Comptez, dit Madame de Maintenon, que presque que tous les hommes noient leurs parents et leurs amis pour dire un mot de plus au roi, et pour lui montrer qu’ils lui sacrifient tout. (2002, p. 34)

  • 75 Voir par exemple la célèbre conclusion de l’étude du discours de Racine : « Peut-être, Monseigneur (...)
  • 76 Les notions sont empruntées à Tesnière : l’ordre statique est celui des catégories, l’ordre dynami (...)

89Ces imprécisions techniques de l’analyse syntaxique sont de fait revendiquées : Condillac répète, dans la Grammaire comme dans l’Art d’écrire, que son but n’est pas de fixer les termes et les règles d’une analyse grammaticale du discours mais de faire saisir à son élève l’ordonnancement des idées et de leur expression. Le flottement terminologique est assumé, à titre de garde-fou contre un certain formalisme de l’étude grammaticale75. Toujours est-il que Condillac suggère bien de dépasser l’opposition conçue par Beauzée entre proposition complexe et période, et d’étendre de ce fait le domaine de la grammaire à l’ensemble des assemblages de relations prédicatives, quelle que soit leur longueur. S’il paraît difficile, tant la terminologie du philosophe est instable, de suivre Branca (1982) en affirmant que Condillac substitue la phrase au couple proposition/période, il est vrai que dans la Grammaire comme dans l’Art d’écrire se dessine l’idée que les subordonnées sont des compléments comme les autres, et que les mêmes fonctions syntaxiques peuvent être remplies par des constructions phrastiques ou non. Dominicy dit autrement qu’est ainsi réalisée « une distinction consciente entre ordre statique et ordre dynamique » (1982, p. 321)76.

6. Réception et devenir des analyses à la charnière des xviiie et xixe siècles

90Jusqu’au début du xixe siècle, les traitements de que et de la subordination dans les grammaires générales apparaissent comme des montages diversement inventifs puisant au même répertoire d’analyses : celles de Girard, Beauzée, Court de Gébelin et Condillac. On s’en tiendra ici à la synthèse des positions tenues dans quatre grammaires générales, partiellement ou intégralement appliquées à la langue française, des années 1799 à 1803 : les Élémens de grammaire générale (1808) de Sicard, les Principes de grammaire générale mis à la portée des enfants (1799 et 1803) de Silvestre de Sacy, la Grammaire philosophique (1802) de Thiébault, et la Grammaire (1817) de Destutt de Tracy.

6.1. Catégorisation de que

  • 77 Bien que Silvestre de Sacy refuse d’intégrer à son ouvrage des spéculations étymologiques ou philo (...)

91La perspective génétique est commune à l’ensemble des grammaires considérées, associée le plus souvent à des spéculations sur l’origine et l’évolution des formes linguistiques77. Le statut de ces reconstructions hypothétiques, non historiques et remontant souvent à une origine non située du langage, n’est pas toujours décidable. Tous les auteurs admettant le postulat condillacien selon lequel le langage est une méthode analytique, et leur démarche d’interprétation des formes passe par l’exposé de leur genèse en associant processus d’analyse (qui fait émerger une forme par séparation d’une autre) et de synthèse (par amalgame ou ellipse des formes). En un sens, cette nouvelle norme de l’étude linguistique tient encore à la méthode prônée par Beauzée mais elle la temporalise, dans une perspective plus génétique qu’historique : le traitement de que montre clairement que la référence à la forme quod s’efface progressivement des termes du débat, pour laisser place à des comparaisons avec d’autres langues, anciennes ou modernes.

  • 78 L’Hermès de Harris (1751) proposait déjà d’associer prépositions et conjonctions dans la classe de (...)

92La méthode analytique, associée à un intérêt croissant pour la syntaxe de la phrase complexe, favorise la mise en relation de la conjonction avec les autres opérateurs de liaison des éléments du discours, situés à d’autres niveaux : le verbe et les prépositions78. La suggestion de Court de Gébelin est adoptée selon des déclinaisons variables :

a) Silvestre de Sacy souligne l’analogie fonctionnelle entre conjonction et préposition :

[Les conjonctions] sont donc les exposans des rapports établis entre deux Propositions qui en sont les termes, l’antécédent et le conséquent, de même que les Prépositions sont les exposans des rapports qui existent entre deux Noms, ou entre un Verbe et un Nom. (1803, p. 96-97)

  • 79 Voir chap. 2, section 1.3.

b) Même idée chez Destutt de Tracy, dont le scénario génétique propose un engendrement des formes par une série de décompositions à partir de l’interjection primitive79 : la conjonction est l’extension au niveau propositionnel de la fonction prépositionnelle de marquage de la relation de complémentation du nom ou de l’adjectif :

Pour moi je présume que c’est l’invention des prépositions qui a conduit à celle de la conjonction que.Il me paraît que ce mot conjonctif est une véritable préposition, à la seule différence près que son antécédent et son conséquent sont toujours une proposition toute entière, au lieu d’être simplement des parties de proposition. Des hommes accoutumés à dire, le livre de Pierre, ou je vais à Paris, ayant à dire, je vois, vous êtes là, ont dû facilement imaginer de dire, je vois que vous êtes là, pour marquer la liaison de vous êtes làavec je vois. (1817, p. 137)

  • 80 Pour autant Sicard ne considère pas la conjonction comme universelle. Une langue comme le chinois (...)

c) Sicard va plus loin, en étayant l’analogie fonctionnelle par une dérivation formelle. La conjonction est tenue pour l’équivalent de la voyelle qui lie les consonnes et du verbe qui lie les termes de la proposition (1808 I, p. 491-492). Regardant que comme la conjonction unique, et être comme le verbe unique, l’instituteur des sourds-muets soutient que la forme que est constituée par l’addition à QU de la lettre E, « verbe être passé à l’état de conjonction » : « Ainsi partout où se trouve le mot QUE est la conjonction par excellence, parce que, dans ce mot, est le verbe-lien, générateur naturel de la conjonction » (ibid., p. 504).80

  • 81 Voir par exemple Destutt (1817, p. 132) : « Cette conjonction que est proprement la conjonction un (...)

93La méthode génétique peut ainsi poursuivre un double objectif : rendre compte de l’invention successive des parties du discours, mais également de l’engendrement des formes linguistiques particulières, tous les éléments d’une même classe n’étant pas soumis à la même temporalité fictive. Dans ces conditions, que peut être tenu, sinon pour la conjonction unique, du moins pour celle qui entre dans la composition de tous les mots conjonctifs, effectivement et non, comme pour Beauzée, à titre d’idée accessoire ajoutée81.

  • 82 La conjonction restituée n’est pas que. Comme chez Beauzée, Dieu qui sait tout, connoît nos pensée (...)

94Thiébault et Silvestre de Sacy maintiennent un traitement dissocié de que relatif et de que conjonction. Le premier suit à la fois Girard et Beauzée en distinguant la conjonction « conductive ou déterminative » de l’« article démonstratif conjonctif ». Le second relaie Condillac et Beauzée : que conjonction a pour fonction d’exprimer un « rapport de subordination » (1803, p. 98), et que relatif, « adjectif conjonctif », est un mot « mixte » qui fait l’office d’une conjonction tout en rappelant « l’idée exprimée par un mot qui les a précédés » (ibid., p. 108)82. La qualité d’adjectif lui est attribuée parce qu’il fait de la proposition dite « conjonctive » une sorte d’adjectif « qui qualifie un être indiqué par un Nom ou par un Pronom dans la Proposition principale » (1803, p. 111). Le caractère essentiellement conjonctif des relatifs est mis en évidence par un argument comparatiste : l’accord du « conjonctif » est un fait de grammaire particulière qui ne concerne que des langues comme le grec, le latin, l’allemand etc. En italien cette forme est indéclinable (che), et le cas de l’arabe vient compléter celui de l’hébreu avancé par la GGR et Beauzée :

Il y a d’autres langues où la Conjonction n’empêche pas qu’on exprime le Sujet de la Proposition conjonctive, ou le complément de son Verbe par un Pronom. C’est ainsi qu’en arabe on dit : L’homme que il est foible, a besoin du secours de Dieu : L’homme que je vois lui, est un de mes amis : L’homme que je travaille pour lui, ne reconnoît pas généreusement mes peines. Cette conjonction a cependant en arabe la variété des Genres et des Nombres ; ce qui en fait un Adjectif.

[…] En hébreu, la Conjonction n’a aucune variation de Genres, de Nombres, ni de Cas. (ibid., p. 113-114).

  • 83 Le système de réécriture proposé pour les élèves n’a rien de limpide, quoi qu’en dise Sicard : L’a (...)

95L’analyse des relations entre la valeur conjonctive de que et sa valeur adjective renverse donc l’interprétation beauzéenne : l’adjectif est une valeur ajoutée de façon accessoire à la conjonction, et non l’inverse. C’est aussi la position tenue par Sicard et Destutt de Tracy, selon des aménagements descriptifs différents : Sicard qualifie que conjonction de « copulative », comme et et ni (1808 I, p. 525), et qui/que de mots elliptiques respectivement ainsi formés : qui = QU + IL, que = QU + EST (p. 164). Curieusement, que relatif s’analyse exactement comme la conjonction, mais pas comme qui83. Destutt, qui définit la conjonction que comme une « préposition de proposition » dont la valeur est de « marquer la dépendance où une proposition est d’une autre » (1817, p. 137), propose un critère de distinction entre le relatif et la conjonction : quand que conjonction est seule ou comprise dans une autre, son antécédent est un verbe au mode « attributif » (i.e. personnel) ; quand la conjonction est unie à un « adjectif déterminatif » (i.e. un article) – ce qui en fait un « adjectif conjonctif » –, son antécédent est un nom :

Qui, c’est que-le. L’homme qui vous aime, c’est l’homme que-le (homme) vous aime.

Dont, de qui, c’est de que-le ; l’homme dont vous êtes aimé, c’est l’homme de que-le (homme) vous êtes aimé.

Que (conjonctif et non pas conjonction), c’est que-le. L’homme que vous aimez, c’est l’homme que-le (homme) vous aimez. (1817, p. 139-140)

96Si ce traitement rappelle fortement celui de Court de Gébelin, Destutt souligne une différence essentielle : son analyse n’a pas valeur d’étymologie universelle, et la conjonction n’a pas été inventée avant l’adjectif-conjonctif (p. 145-146, note). Si la conjonction que est en français un mot « de la même famille » que l’adjectif conjonctif, ce n’est vrai en latin que pour quod et quin, pas pour ut ou dum :

Dans une autre langue, cela peut fort bien ne jamais être ainsi ; et pourtant dans toutes, il y a un ou plusieurs mots qui font les fonctions de notre mot que. (p. 136, note).

97Le relatif est donc interprété comme une réalisation particulière de la conjonction, un amalgame dont l’emploi perturbe la construction directe de la phrase. C’est pourquoi dans son « projet d’une langue parfaite » (chap. vi de la Grammaire), Destutt souhaite que toutes les conjonctions aient que pour radical, et que cette forme soit toujours pure, c’est-à-dire que les « adjectifs conjonctifs » n’existent pas. De cette façon, la construction des propositions incidentes resterait directe :

[Je voudrais] qu’au lieu de dire, l’homme qui vous aime, l’homme que vous aimez, on dît, l’homme que il aime vous, l’homme que vous aimez le. (p. 388)

  • 84 Ex., p. ainsi = les choses étant de la manière que je viens de dire, il s’ensuit que ; or = à ce q (...)

98Enfin, Destutt s’accorde avec Court de Gébelin pour considérer que toutes les conjonctions autres que que s’analysent comme des propositions entières ou « phrases conjonctives » qui « finissent par la conjonction que, et commencent par un conjonctif qui la renferme, ou par un adjectif démonstratif, qui renferme un conjonctif » (p. 129).84

6.2. Analyses de la subordination

99Deux des grammaires examinées s’inspirent du modèle condillacien de la subordination propositionnelle : celles de Sicard et de Destutt de Tracy. Les Elémens d’idéologie se signalent pourtant par le peu d’intérêt porté à l’analyse des relations inter-propositionnelles. Seuls trois types de propositions sont nommés, sans jamais faire l’objet d’une définition propre : la principale, l’incidente et la subordonnée. Le seul critère retenu pour opposer incidente et subordonnée est le caractère nominal ou propositionnel de l’antécédent : qui unit une proposition à un antécédent qui n’est jamais un verbe ou une proposition,

[…] en sorte que le conséquent ne peut toujours être qu’une proposition incidente relative à un nom, et jamais une proposition subordonnée à une autre, et servant de complément à un verbe, comme sont celles qui suivent les conjonctions. (1817, p. 142)

  • 85 « L’ordre direct, l’ordre conforme à la marche de la pensée, est donc, non-seulement que toute pro (...)

100Parmi les ambiguïtés soulevées par ces développements lacunaires, on retiendra la permanence d’un problème ancien : alors que les incidentes et les subordonnées sont dites « dans » les propositions principales85, Destutt suit Beauzée en définissant les conjonctions comme des éléments du discours et non de la proposition.

101Les Elémens de Sicard suivent plus fidèlement Condillac en appuyant la distinction entre subordonnée et incidente sur la contrainte de contiguïté entre l’incidente et son antécédent. La subordonnée est rapportée à l’expression d’une « circonstance quelconque, soumise à l’action exprimée par la proposition principale » (1808 II, p. 11). Aucun des exemples proposés ne comportant de proposition en que-P, il est impossible de savoir quelle serait la catégorisation retenue, et on retrouve sans surprise sous la plume de Sicard le flottement récurrent dans l’analyse du rattachement syntaxique de que-P. Il se dit ici d’une autre manière, dans l’interprétation du rôle des deux formants de QUE :

Le QU, qui forme le complément de cette proposition je crois qu, indique bien sans doute la seconde proposition, comme complément véritable du verbe croire ; mais il ne lie pas ensemble les deux propositions, je crois, et le soleil est un astre. C’est la lettre E, ellipse du verbe ETRE qui est à la suite du mot QU, et qui semble en faire partie, qui lie les deux propositions et qui en fait une phrase. (1808 I, p. 505)

  • 86 La valeur accordée à subordonné est un peu flottante : en 1799, Sacy peut l’employer comme équival (...)

102Les grammaires de Silvestre de Sacy et de Thiébault suivent une autre voie en se démarquant de l’héritage condillacien. Dans les Principes de Sacy, la typologie des subordonnées en que est fortement remaniée avec la deuxième édition. En 1799, ces propositions sont appelées « incidentes » et dites « subordonnées à la principale »86, les exemples donnés sont des propositions en que-P contrastées par le mode (1799, p. 136) :

  • proposition principale et proposition incidente indicative : Je vous dis, que j’écris des Elémens de Grammaire générale ;
  • proposition principale et proposition incidente subordonnée ou subjonctive : Il veut que j’écrive des Elémens de Grammaire générale.
  • 87 Voir les détails de cette typologie en Annexe.

103L’édition de 1803 abandonne cette typologie pour proposer quelque chose de beaucoup plus étoffé87. On se limite ici aux catégories concernant les propositions ouvertes par qui/que et que (1803, p. 188-189) :

  • proposition principale et proposition complémentaire-subjonctive : Je veux que vous appreniez votre travail ;
  • proposition principale et proposition complémentaire : Je crois que Félicité aime le travail ;
  • proposition conjonctive : Sophie, qui apprend à écrire, commence à employer son temps utilement. Ustazade, que sa mère vient de sevrer, ne parle pas encore distinctement ;
  • proposition subjonctive : Il pourrait se faire que j’eusse oublié quelques observations essentielles
  • 88 L’étiquette « proposition incidente » nomme ici tout autre chose que dans la tradition : des propo (...)

104Le remaniement vise, bien maladroitement, à rendre compte à la fois de la différence entre les relatives et les complétives en que et du mode verbal de la subordonnée. La nouvelle terminologie proposée n’aura aucun succès immédiat mais elle représente l’un des premiers essais de déplacement par restriction de l’étiquette incidente, et de dénomination des propositions en que conjonction par leur qualité de complément88. Encore une fois, l’incidence de cette proposition complémentaire n’est pas précisée : le verbe ou l’entier de la proposition principale ?

105Enfin, la Grammaire universelle de Thibault, qui présente une typologie propositionnelle particulièrement fournie, retient pour opposer les incidentes (ou « dépendantes incidentes ») et les dépendantes seulement le critère du rattachement à un mot de la principale ou à la proposition entière. L’inventaire des propositions dépendantes liées par une conjonction « conductive » ne donne cependant pas d’exemple de proposition en que-P, et la difficulté d’identification des unités propositionnelles et de leurs relations apparaît clairement dans cette réponse à Port-Royal :

Les auteurs de Port-Royal demandent quelle est la proposition première ou principale, ou directe dans… « je soutiens que la terre est ronde ». Nous répondrons que, quelle que soit celle à laquelle on donne la prééminence dans l’ordre intellectuel, il n’est pas douteux que, selon l’ordre de la construction, la terre est ronde est entièrement sous la dépendance de je soutiens que. (1802, p. 43)

106Ce dernier exemple témoigne de la remarquable récurrence des exemples dans ce petit dossier que constitue l’histoire de l’analyse des propositions complétives, de Port-Royal au début du xixe siècle. Il signale en outre, sous une autre version que celles analysées précédemment, la résistance à l’interprétation de que-P comme unité syntagmatique. L’enquête pourrait être complétée du côté des grammaires particulières du français, pour estimer la pénétration de ces débats dans les grammaires pédagogiques. Sur ce point, comme pour la suite de l’histoire au xixe siècle, il faut évidemment consulter les travaux de Chervel (1977 et 2006).

*

107La riche réflexion de la grammaire générale sur la subordination endosyntagmatique ou infra-propositionnelle se situe, on l’a vu, au croisement de plusieurs lignes de force de la théorisation syntaxique du xviiie siècle. L’évolution de cette réflexion est déterminée, à des degrés divers, par

  • la représentation linguistique des opérations intellectuelles d’association des idées, renouvelée par la théorie de la détermination ;
  • la temporalisation de l’analyse par la perspective génétique ou étymologique, et le changement de statut des métaphrases analytiques ;
  • l’extension du corpus des données par la prise en compte de séquence discursives attestées étendues (le poème de Mme Deshoulière ou le discours de Racine), qui s’ajoutent à un répertoire bien stabilisé d’exemples récurrents (nonte objicio quod hominem spoliasti et les diverses variantes de je soutiens que la terre est ronde) ;
  • la conceptualisation d’unités intermédiaires entre le mot et la proposition ou la phrase, prises en tension entre le modèle des termes logiques de la proposition et celui des groupes fonctionnels de Girard. L’articulation proposée par Beauzée entre parties logiques et parties grammaticales ne résout que partiellement cette difficulté.
  • 89 Voir Gómez Asencio (1987) pour l’étude de cette même difficulté, toutes choses égales par ailleurs (...)

108Au terme de ce parcours, aucune analyse des propositions en que ne semble s’imposer : l’analyse oscille toujours entre le système des relatives (de niveau intra-syntagmatique, avec rattachement de la subordonnée à un mot) et celui des phrases complexes de type [P1 conjonction P2] (de niveau supra-propositionnel)89. Où l’on peut lire l’effet du caractère incomplètement construit de la notion de syntagme fonctionnel dans la grammaire générale : ni les « parties » de la proposition (logiques ou grammaticales), ni les « membres de phrase » ne sont des classes d’équivalence, et les uns comme les autres ne découpent que les constituants primaires de la phrase. En l’état cependant, le vif intérêt de la grammaire générale pour l’analyse des propositions en que témoigne de la pleine intégration du champ de l’étude des relations inter-propositionnelles à la grammaire. Une partie de ce champ se constitue, on l’a vu, dans le prolongement du geste des Messieurs d’intégration à la grammaire des propositions incidentes ; l’autre partie, celle qui regarde les relations de niveau supra-propositionnel, naît de l’importation et l’acclimatation des propositions composées de la logique.

Notes

1 Ce dont témoigne exemplairement le débat de 1905-1906 sur la terminologie des propositions utilisées pour l’analyse logique : voir Elalouf (2017, p. 225-268) pour sa restitution et son analyse.

2 Pour l’actualité de cette distinction entre les acceptions génériques et restreintes de la subordination, voir Roig et Van Raemdonck (2014). Voir Pierrard (1994) pour une revue critique des emplois du terme subordination dans les grammaires du xxe siècle.

3 Voir ici-même chap. 3. Dominicy (1982) propose de voir dans l’Art d’écrire de Condillac une première version des grammaires de dépendance. Voir aussi Branca (1982).

4 La formulation du problème est bien nouvelle, malgré la protestation d’Itkonen (1991, p. 267) qui soutient que l’analyse du pronom relatif à Port-Royal n’innove en rien et que « The idea that sentences may contain other (implicit) sentences is as old as as Western syntax ».

5 On pourrait, en suivant les propositions de Melis (1985) et Pierrard (1994), distinguer ces niveaux de dépendance fonctionnelle des subordonnées en niveau exophrastique, endophrastique et endosyntagmatique. Mais ces dénominations renvoient à la phrase comme au domaine d’accueil des propositions, dont les bornes sont assignables. Un tel domaine est anachronique pour les grammaires de notre corpus : le modèle propositionnel reste ouvert, défini par son noyau prédicatif plutôt que par ses limites externes. En toute rigueur, il faudrait également préférer à endosyntagmatique quelque chose qui dirait l’intégration à l’un des deux termes logico-sémantiques de la proposition.

6 Voir en particulier Colombat (1999, p. 465-470) et (2003a).

7 À la suite de P. Le Goffic (1993, p. 539-540), on appelle « que complétif » la forme que en emploi de connecteur subordonnant, non anaphorique, introduisant une subordonnée dite complétive, souvent donnée pour équivalente à un groupe nominal. Dans cet emploi, que est généralement catégorisé comme conjonction. Pour une proposition d’intégration du que complétif à l’ensemble des termes en qu-, voir Le Goffic (2008).

8 L’origine du que complétif français est encore débattue par les diachroniciens. Voir par exemple l’essai de synthèse proposé par Heuse (2010), qui soutient l’hypothèse de la généralisation du marquage des subordonnées par *[ke] aux viie-viiie siècles.

9 Voir sur ce point la précieuse étude de M. Baratin (1989) : malgré de fortes variations dans l’histoire du classement des conjonctions chez les grammairiens latins, leur répartition en 5 catégories (copulativae, disjunctivae, expletivae, causales, rationales) est à peu près stabilisée. Quod figure très rarement dans les listes de conjonctions ; la forme apparaît cependant, selon Charisius, au nombre des conjonctions causales chez Palémon (Baratin 1989, p. 70-71).

10 Voir Colombat (1999, p. 501-502), qui signale que quod est recensé comme conjonction causale chez Linacre (1524, f. 34ro), et pour résoudre l’infinitif (ibid., f. XIXro). Scaliger (1540, p. 326) le classe comme conjonction conclusive équivalant à propter quod. Pour Sanctius (1587, f. 152vo-155ro), quod complétif n’est pas latin et son emploi est l’indice d’une corruption de la pure latinité introduite par calque du grec ὅti (Colombat 2003a, p. 25).

11 Valla (1544, p. 114). Selon Furno (2003, p. 37 note 15), la forme scio quod équivalant à je sais que n’apparaît qu’en latin tardif, par glissement de la tournure « relative » scio hoc, quod. Pourtant l’exemple de Valla apparaît dans un chapitre intitulé « De conjunctione quòd » (voir Colombat 1999, p. 501).

12 Que conjonction dans la grammaire d’Estienne ne renvoie qu’à l’expression de l’exception : « Aucunes seruent quand on veult excepter quelque chose : comme Sinon, Si ne, Sans cela, Autrement, et Que. Exemple, Ie ne sache homme qui le feist sinon toy. ou, que toy. ou, si n’est toy. Que si non, i’en suis content. Sans cela, ou aultrement, ie feray ce que tu uouldras. » (1557, p. 83). Estienne relaie ici le Tretté de Meigret : « Les aucunes sont exceptives : comme sinon et qe : comme je ne saçhe home qi le fít, sinon toȩ ou qe toȩ. » (1980, p. 126).

13 Voir Belon (2003) sur le traitement de que dans le Thresor de Nicot.

14 La section « Du regime et syntaxe des verbes avec la conjonction Que » s’ouvre ainsi : « I’Ay mis dans le chapitre penultième cy devant la reigle generale dont depend tout ce regime et syntaxe. Asçavoir que si nous parlons de chose certaine et qui est realement et de fait, apres la conjonction Que ou les relatifs Qui, Que, Lequel, Dont viendront indicatifs, suiuant la nature indicative de montrer ce qui est actüellement. / Au contraire, Si nous parlons de chose non reellement existente, mais d’une condition ou qualité demandee à la chose pour la distinguer et determiner, apres ladite conjonction et relatifs viendront temps optatifs, Mais parce que ces reigles ainsi generales ne contentent tous les apprenans, et desirent quelque chose de plus special, Ie détailleray la reigle par les especes des verbes » (1618, f. 146vo-147ro).

15 On lit dans l’original la coquille Vous estes riche.

16 Voir Despautère (1527, f. cviiro), cité et commenté par Colombat (1999, p. 501-502 et 515-516). Voir aussi Chevalier (2006, p. 89-90).

17 Beaucoup plus tôt, comme le note B. Colombat (2017, p. 91-92), le Catholicon de G. Balbi (1286) propose un inventaire des réalisations de la fonction suppôt qui recense les subordonnées complétives, à l’indicatif ou au subjonctif : quod tu legis est verum (« le fait que tu lis est vrai »).

18 Sur le statut singulier des « particules » dans l’histoire de la grammaire française, voir Siouffi 2010, p. 152-167.

19 Particulièrement dans les traités d’Ogier (1637), Bretonneau (1645), et Pomey (1666), cités par Colombat (1999, p. 528-529).

20 Même attitude chez Régnier-Desmarais à propos de sa répartition de la matière entre le chapitre du pronom et celui de la conjonction : « […] s’agissant d’une Particule d’un si grand usage dans nostre Langue, j’ay creu que sans trop s’attacher aux differentes dénominations qu’on peut luy donner, il valloit mieux essayer d’en faire voir tout d’un coup les emplois » (1706, p. 734).

21 Voir plus bas, section 3.2.

22 Voir en particulier Donzé (1967, p. 82-87 et 146-148), Nuchelmans (1983, p. 77-87), Dominicy (1984, p. 179-223), Pariente (1985, p. 17-48), Colombat éd. (2003).

23 Voir Nuchelmans (1983, p. 80), pour qui les Messieurs signalent ici qu’ils sont les premiers à importer cette distinction de la logique vers la grammaire, et non qu’ils en sont les inventeurs. Sur le problème de construction que pose cette phrase, voir Colombat (1999, p. 489).

24 Pour le détail de ces remaniements, voir Dominicy (1984, p. 187-194).

25 Traduction : « lorsqu’il eut entendu dire que les chefs de la cité – parmi lesquels son frère – avaient été tués par ordre de son oncle » (Tite-Live, Histoire romaine, I, 56, 7).

26 Le relatif ne sert plus qu’à « marquer l’union de la proposition avec une autre » (1676, p. 73). Dominicy (1984, p. 188) rapproche cet emploi du français parlé L’homme que je t’en ai parlé : le relatif est invariable.

27 Comme l’a remarqué Dominicy (1984, p. 189), cette analyse est problématique : les Messieurs traduisent en réalité le « relatif de liaison » par l’ensemble [et + démonstratif].

28 Chevalier (2006, p. 538-541) et Colombat (1999, p. 99-118) ont rendu compte de ce débat. Si on suit leurs conclusions, Port-Royal s’inscrirait plutôt du côté de Linacre et Vossius, et contre Scaliger et Sanctius, en admettant un parallélisme entre la proposition infinitive et la proposition complétive.

29 Les ajouts de 1767 sont entre crochets, les termes de 1660 supprimés à l’occasion de ces ajouts sont soulignés.

30 Pour le détail de l’analyse de quod chez Sanctius, Scioppius, Vossius et la Nouvelle méthode latine, voir Colombat (1999, p. 502-507) qui souligne justement que la restitution de la construction pleine chez Sanctius n’est pas régulière : alors que le relatif devrait se laisser gloser par la structure [antécédent + relatif + réoccurrence de l’antécédent] (ex. vidi hominem qui disputabat = vidi hominem qui homo disputabat, 1587, f. 61 ro), les réécritures de quod ne respectent pas ce principe. Un exemple, la phrase de Cicéron Quod epistulam conscissam doles, noli laborare [Cessez de vous tourmenter au sujet de cette lettre que vous avez cru déchirée] est restituée par noli laborare circa id quod, ou ex eo quod, ou propter id quod (1587, f. 155 ro). Sur le statut de l’ellipse dans la Minerve, voir Clerico (1982, p. 24-29 et 1983).

31 Comme le fait remarquer Dominicy (1984, p. 191), soit la paraphrase proposée n’élimine pas le que, qu’il faut restituer pour introduire la subordonnée (je fais une supposition qui est que vous serez sage), soit elle en fait l’équivalent d’un signe métalinguistique comme les deux-points et les guillemets (je fais une supposition qui est : vous serez sage ; je fais une supposition qui est « vous serez sage »). Voir aussi Auroux (1979, p. 95). La LAP ne retrouve pas exactement, ce faisant, la leçon de la Nouvelle méthode latine, qui résout le quod complétif en restituant d’abord un pronom démonstratif valant pour un GN démonstratif, qui sert d’antécédent à un quod glosé par nempe quod. La Nouvelle méthode latine explique ainsi l’exemple de Plaute scio iam filium quod amet meus (pour scio filium amare meum) : « Il est visible que Quod alors a rapport à la chose que l’on sçait & au Verbe Scio : & que c’est la mesme chose que si l’on disoit : Hoc ou illud scio, mempe quod, &c. où le quod auroit visiblement rapport à cét Hoc, sup. negotium, comme à son Antecedent » (1653, p. 593). Voir Donzé (1967, p. 86) et Colombat (1999, p. 506-507).

32 Voir plus haut, chap. 3, section 1.1.

33 Sur l’histoire de ce problème dans les logiques de la Renaissance, voir Nuchelmans (1983, p. 79-80) : la question de savoir si une séquence comme homo, qui est N, est une proposition et peut donc être porteuse de vérité ou de fausseté est très débattue. L’auteur signale une distinction intéressante dans le Collegium Compluense philosophicum (1629), à propos de Homo qui est iustus diligit deum : la copule inscrite dans le terme sujet est dite « copule d’inclusion » (copula implicationis), ou « copule de second ordre » (copula minus principalis), parce que la valeur de vérité de la proposition entière ne dépend pas de cette copule, mais de la copule principale.

34 La dépression d’affirmation est ce qui permet la « liaison » d’une proposition à une autre : « C’est qu’il me semble que l’Infinitif est entre les autres manieres du verbe, ce qu’est le Relatif entre les autres pronoms. Car comme nous avons dit que le Relatif a de plus que les autres pronoms qu’il joint la proposition dans laquelle il entre, à vne autre proposition ; je croy de mesme que l’Infinitif a par-dessus l’affirmation du verbe, ce pouvoir de joindre la proposition où il est à vne autre. Car scio, vaut seul vne proposition, et si vous ajoûtiez, malum est fugiendum, ce seroit deux propositions séparées. Mais mettant esse, au lieu d’est, vous faites que la derniere proposition n’est plus que partie de la premiere, comme nous avons expliqué plus au long dans le ch. 9. du Relatif. » (1676, p117).

35 C’est-à-dire des affirmations expresses, concomitantes et non hiérarchisées : « […] si je disois : Alexandre a été le plus généreux de tous les rois, & le vainqueur de Darius, il est visible que j’affirmerois également d’Alexandre, & qu’il auroit été le plus généreux de tous les rois, & qu’il auroit été le vainqueur de Darius. Et ainsi c’est avec raison qu’on appelle ces dernières sortes de propositions des propositions composées, au lieu qu’on peut appeler les autres des propositions complexes » (LAP II 5, p. 164). Je passe ici sur le délicat problème de l’unicité de la proposition dite « composée » : voir Dominicy (1984, p. 166) et plus bas, chap. 5, section 2.

36 Voir chap. 3, section 1.1.1.

37 Les adverbes « se joignent d’ordinaire au Verbe pour en modifier et déterminer l’action, comme generosè pugnavit, il a combatu vaillamment ; c’est ce qui a fait qu’on les a appellez ADVERBES » (1676, p. 94).

38 Voir plus haut, chap. 3, section 1.1.3.

39 Voir plus haut, chap. 3, section 2. Sur le rôle joué par Buffier dans cette redéfinition de la détermination, voir Roelandt et Swiggers (1990) et Bouard et Fournier (2013).

40 C’est aussi l’analyse de Lamy, qui simplifie la GGR en réduisant que à une simple fonction de ligature entre deux propositions : « Le discours n’est qu’un tissu de plusieurs propositions ; c’est pourquoi les hommes ont cherché les moyens de marquer la liaison de plusieurs propositions qui se suivent. Nôtre, Que, François qui répond à l’𝜏𝜄 des Grecs, fait cet office. Comme quand on dit : Je sçay que Dieu est bon, il est évident que ce mot, Que, unit ces deux propositions Je sçay, & Dieu est bon : il marque que l’esprit les lie ensemble. Pour abréger, on met le verbe de la seconde proposition à l’infinitif ; & c’est un des plus grands usages de l’infinitif de lier ainsi deux propositions : par exemple, Pierre croit tout savoir pour pierre croit qu’il sçait tout » (1688, p. 38).

41 Voir plus haut, section 3.2.

42 C’est l’occasion pour Girard de renvoyer la règle du « que retranché » au rang des routines périmées : « Il pourroit bien arriver que quelquun de ces docteurs, à qui les premières idées sont toujours cheres, me reprochât mon silence sur le fameux que retranché : mais c’est le néant de la question qui me fait taire cette routine du rudiment latin. […] J’ajoute que comme le que n’est pas retranché dans le François, puisqu’il s’y trouve, il n’est pas non plus retranché dans le Latin, parcequ’il ne doit pas s’y trouver » (1747 II, p. 295-296). La liaison de « subséquence » est interprétée autrement à l’occasion de l’exposé sur la syntaxe du verbe : elle ne désigne plus que celle qui introduit un fait énoncé au subjonctif, quand la liaison de « narration » correspond au fait introduit à l’indicatif (ibid., p. 109-110).

43 Voir plus haut, chap. 2, section 2.2., et Raby (2017).

44 Il s’agit ici du régime dit « énonciatif », qui lie les mots « parce qu’ils concourent simplement à énoncer ensemble cette partie qui, étant énoncée, concourt ensuite à la structure de la phrase » (1747 I, p. 123). Ces parties constituées sont ensuite liées entre elles par le régime « constructif », qui assigne aux mots les qualités de Subjectif, Attributif, etc., et les associe pour former une phrase. Voir plus haut, chap. 3, section 3.2.

45 « Alors le membre composé est lui-même une phrase construite de ses membres particuliers, mais subalterne d’une autre dont elle fait portion » (1747 I, p. 109).

46 Voir plus bas, chap. 5, section 4.1. pour les catégories « relative » et « détachée ».

47 Malgré Andrieu (2012, p. 791-792) qui suggère que cette reconnaissance est implicite.

48 Voir plus haut, note 29.

49 Rappelons que pour la LAP (II, 6) c’est le pronom relatif qui est explicatif ou déterminatif, et non l’incidente.

50 La proposition en que complétif ne reçoit pas de nom spécifique dans cet article : elle est traitée sous la rubrique III intitulée « Proposition explicative, proposition déterminative », indépendante de la rubrique IV (« proposition principale, proposition incidente »), où Dumarsais réserve curieusement l’appellation incidente à la propositions qui « se trouve entre le sujet personnel & l’attribut d’une autre proposition qu’on appelle proposition principale. » (art. Construction, p. 83-84). Voir la critique de Beauzée plus bas, section 4.2.

51 « Un sujet est complexe, lorsqu’il est accompagné de quelque adjectif ou de quelqu’autre modificatif : Alexandre vainquit Darius, Alexandre est un sujet simple ; mais si je dis Alexandre fils de Philippe, ou Alexandre roi de Macédoine, voilà un sujet complexe. » (art. Construction, p. 82). Et plus bas : « Observez que l’on n’a recours à plusieurs mots pour énoncer un sens total, que parce qu’on ne trouve pas dans la langue un nom substantif destiné à l’exprimer. […] Si nous n’avions pas le mot de nourrice, nous dirions une femme qui donne à teter à un enfant, qui prend soin de la premiere enfance. » (ibid.). Dans les vers de Deshoulières Nous voulons les rendre éternels, Sans songer qu’eux & nous passerons comme un songe, ce qui suit que est regardée comme « un sens total, qui exprime la chose à quoi l’on devroit songer, […] énoncé dans la forme d’une proposition » (ibid., p. 91). Voir sa typologie des propositions en Annexe : les propositions explicative et déterminative n’apparaissent qu’au rang des « autres sortes de propositions à distinguer pour faire la construction ».

52 Semblable réinscription partielle de l’incidente se lit, dans les mêmes années, dans la Grammaire françoise de Vallart : « La phrase complexe est celle qui en renferme deux, l’une principale & l’autre incidente ou accessoire. Telle est celle-ci : Dieu qui est fidelle dans ses promesses, ne souffrira point que nous soiions tentez au dessus de nos forces. La phrase principale est : Dieu ne souffrira point que nous soiions tentez au dessus de nos forces ; & la phrase incidente est celle-ci : qui est fidelle dans ses promesses. » (1747, p. 78).

53 Voir le « système figuré des espèces de mots » dans l’article Mot des deux versions de l’Encyclopédie.

54 Voir sur l’interprétation de ce dispositif Auroux (1993, p. 191-200) : universalité et nécessité d’une partie d’oraison sont des propriétés disjointes.

55 Contrairement donc au « préjugé universel » dénoncé par Beauzée (art. Relatif, p. 306), qui/que n’est ni « pronom » ni « relatif » : la catégorie « pronom » ne comporte que les formes habituellement appelées « pronoms personnels », et « relatif » n’est appliqué qu’aux unités lexicales dont la signification se définit par la mise en relation avec autre chose qu’eux-mêmes (noms relationnels, adjectifs comparatifs, etc.).

56 Comme le souligne Dominicy (1981, p. 106), l’analyse ne vaut que pour les énoncés génériques : l’homme, qui porte un chapeau, craint le froid ne se laisse pas nécessairement gloser par l’homme, car cet homme craint le froid, porte un chapeau.

57 La version retenue par Beauzée est celle de 1676.

58 L’antécédent est déterminé par le démonstratif parce qu’il est pris dans la même « acception » que le conséquent dans l’incidente.

59 Voir plus haut, note 50.

60 Identique en ce point à l’article Incidente de l’Encyclopédie.

61 Les « mots conjonctifs » rassemblent à peu près tout ce qu’on peut aujourd’hui regarder comme des termes en qu-, bien que le critère retenu ne soit pas morphologique. Au fil de la Grammaire générale, sont recensés comme mots conjonctifs les « adjectifs conjonctifs qui, quæ, quod, qualis, quantus, quotus, quotuplex, &c. & les mots conjonctifs déterminatifs pourquoi, combien, comment, , dont, que, &c » (1767 II, p. 43), les mots quiconque et quoi. Voir aussi 1767 II, p. 25-28.

62 Voir aussi : « Les Conjonctions déterminatives que, pourquoi, &c (quod, quam, quum, ut, cur, quare, &c), désignent entre les propositions une liaison de détermination, fondée sur ce que l’une, qui est incidente, détermine le sens vague de quelque partie de l’autre, qui est principale. » (art. Mot, p. 580). Beauzée rejette pour que la terminologie de Girard : « L’abbé Girard lui donne le nom de conductive “parce que son service, dit-il, est de conduire le sens à sa perfection ; étant toujours placée entre deux choses, dont celle qui précède est énoncée de manière qu’elle en demande une autre pour former une proposition entière ; en sorte que leur liaison ne consiste pas dans une pure jonction ou dans un simple rapport de dépendance, mais dans une union qui fait continuïté de sens”. Cette exposition emphatique du service de que se réduit évidemment à dire, que cette Conjonction suppose un antécédent auquel elle joint une proposition incidente déterminative. » (1767 I, p. 600).

63 Sur l’absence des conjonctions copulatives et disjonctives dans cette liste, voir chap. 5, section 3.

64 Voir plus haut, chap. 2, section 1.3.

65 La section consacrée aux conjonctions elliptiques (1774, p. 343-351) analyse cinq conjonctions « simples » et montre qu’elles sont toutes l’ellipse d’une séquence terminée par la conjonction que, dont elles tiennent leur valeur conjonctive. Le raisonnement étymologique recourt au grec, au latin et à l’histoire du français. Ex. : « SI, nous est venu des Latins & des Grecs : les premiers l’écrivoient d’abord SEI, & ensuite SI, tandis que les Grecs l’écrivoient EI. Ce mot étoit le tems supositif du Verbe E ou E_tre ; de là, sit, qui signifie encore qu’il soit. / Cette conjonction est donc l’abrégé d’une phrase entiere, de celle-ci, SOIT SUPOSÉ QUE […]. » (1774, p. 347).

66 Il s’agit du coordonnant -que enclitique.

67 Comme l’expose le Discours préliminaire, la langue primitive, dont toutes les langues ne sont que des « dialectes », est « organique » parce qu’elle est formée d’après la constitution physique de l’homme (les caractéristiques de ses organes d’articulation) et sa relation naturelle avec le monde qui l’entoure. Ses mots, racines de tous les mots des langues, sont des monosyllabes « pris dans la nature » et peignant des objets physiques.

68 La terminologie de l’énoncé est sommaire : les unités du discours sont les « tableaux (de nos idées) », qui peuvent correspondre à des « discours » (suites de périodes), à des « phrases » ou à des « propositions ». « Lorsqu’une phrase est considérée comme l’énoncé d’un jugement, comme l’affirmation qu’il règne un tel rapport entre tel objet et telle qualité, elle prend le nom de PROPOSITION, et elle est affirmative ou négative suivant que ce rapport est un rapport d’affirmation ou de négation, de convenance ou de disconvenance. » (1774, p. 540). Voir Annexe pour la typologie.

69 Voir Locke, Essai, chap. VII : « Or ces mots par lesquels l’esprit exprime cette liaison qu’il donne aux différentes affirmations ou négations pour en faire un raisonnement continué, ou une narration suivie, on les appelle en général des Particules ; et c’est de la juste application qu’on en fait, que dépend principalement la clarté & la beauté du stile. » (1994, p. 381).

70 Voir chap. 2, section 1.3.

71 Chervel (1977, p. 80-81), Branca (1982), Dominicy (1982), Pariente (1992, p. 633-634).

72 La distinction recouvre l’opposition entre incidente déterminative et incidente explicative.

73 Voir chap. 3, section 1.2.3.

74 « Nous avons traité des modifications de l’attribut. Nous n’avons donc rien à dire sur les verbes qui renferment l’attribut, tels que parler, aimer, et il ne s’agit ici que du verbe être » (2002, p. 28)

75 Voir par exemple la célèbre conclusion de l’étude du discours de Racine : « Peut-être, Monseigneur, ne saurez-vous quelquefois si plusieurs propositions font une période ou une phrase. Alors elles feront tout ce que vous voudrez : il ne faut pas disputer sur les mots. Le grand point est que chaque pensée soit développée avec clarté, avec précision, avec énergie » (1821, p. 433). Pour une étude précise de ces fluctuations terminologiques, dans la Grammaire et dans l’Art d’écrire, voir Seguin (1993a, p. 297-314 et 403-414).

76 Les notions sont empruntées à Tesnière : l’ordre statique est celui des catégories, l’ordre dynamique ou structural est celui des fonctions.

77 Bien que Silvestre de Sacy refuse d’intégrer à son ouvrage des spéculations étymologiques ou philosophiques qui seraient hors de portée des enfants.

78 L’Hermès de Harris (1751) proposait déjà d’associer prépositions et conjonctions dans la classe des connectives.

79 Voir chap. 2, section 1.3.

80 Pour autant Sicard ne considère pas la conjonction comme universelle. Une langue comme le chinois n’en possède pas : « Quel besoin en effet auroit de conjonctions un peuple qui compare lentement les idées, et toujours une à une ; qui juge plus lentement encore qu’il ne compare ; qui ne voit guère, à la fois, plus d’un rapport, et à qui l’une des trois grandes époques de la durée suffit toujours au besoin d’énoncer un événement, qui, relativement à l’époque de son existence, n’a aucun rapport avec un autre événement ? », 1808 I, p. xv-xvi).

81 Voir par exemple Destutt (1817, p. 132) : « Cette conjonction que est proprement la conjonction unique, comme le verbe être est le verbe unique. C’est elle qui donne la qualité de conjonction à tous les mots dans la signification desquels elle entre […] ». Seul Thiébault n’accorde pas de statut privilégié à que parmi les conjonctions.

82 La conjonction restituée n’est pas que. Comme chez Beauzée, Dieu qui sait tout, connoît nos pensées les plus secrètes = Dieu connoît nos pensées les plus secrètes, car il sait tout (1802, p. 108).

83 Le système de réécriture proposé pour les élèves n’a rien de limpide, quoi qu’en dise Sicard : L’astre QUE nous admirons le plus est aussi celui QUI nous est le plus utile = nous admirons le plus QU + EST cet astre est QU + IL nous est le plus utile (1818 I, p. 165) ; Je crois QUE le soleil est un astre = Je crois QU + [Ce QU EST : le soleil est un astre  Ce QU ET : le soleil est un astre  Ce QU E : le soleil est un astre] (1808 I, p. 504)

84 Ex., p. ainsi = les choses étant de la manière que je viens de dire, il s’ensuit que ; or = à ce qui vient d’être dit, joignez encore que ; donc = de ce qui vient d’être dit, on doit conclure que ; car = une des raisons, une des causes de ce qui vient d’être dit, est que, etc. (1818, p. 129-130)

85 « L’ordre direct, l’ordre conforme à la marche de la pensée, est donc, non-seulement que toute proposition commence par le sujet, et finisse par l’attribut ; mais encore, que tout sujet commence par un nom, et tout attribut, par le verbe être : et ce principe s’étend et se retrouve dans toutes les propositions incidentes ou subordonnées, qui se rencontrent dans les propositions principales » (1803, p. 142).

86 La valeur accordée à subordonné est un peu flottante : en 1799, Sacy peut l’employer comme équivalent de subjonctif pour qualifier les relatives au subjonctif (« Une Proposition peut être principale ou incidente ; et cette Proposition incidente peut être simplement indicative d'un jugement de notre esprit, ou exprimer un désir, une volonté, un ordre, une défense, une nécessité, une convenance, ce qui la rend subordonnée ou subjonctive. » (1799, p. 134).

87 Voir les détails de cette typologie en Annexe.

88 L’étiquette « proposition incidente » nomme ici tout autre chose que dans la tradition : des propositions qu’on dirait aujourd’hui incises ou incidentes (voir Annexe). Domergue (1791) avait déjà proposé d’exclure incidente du métalangage grammatical, et de lui substituer complétive, dans un sens qui n’est évidemment pas celui de nos grammaires actuelles. Nous avons montré ailleurs (Raby 2014) que la catégorie des propositions complétives approche sa définition moderne dans la Grammaire générale et historique de la langue française de P. Poitevin (1856).

89 Voir Gómez Asencio (1987) pour l’étude de cette même difficulté, toutes choses égales par ailleurs, dans les grammaires espagnoles du xixe siècle.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search