Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les théories de l’énoncé dans la grammaire générale

 | 
Valérie Raby

Chapitre I

L’énoncé dans les grammaires françaises des xvie et xviie siècles : quelques repères

Texto completo

  • 1 On pense en particulier à Chevalier (2006) mais aussi à l’ensemble des travaux stimulés par la cri (...)
  • 2 Parmi l’abondante bibliographie relative à cette question, on retiendra les essais de caractérisat (...)

1Les théories de l’énoncé portées par les grammaires latines humanistes sont assez bien connues, notamment parce qu’elles ont été mises en lumière depuis la fin des années 1960 par plusieurs travaux sur les sources de la grammaire de Port-Royal1. Il n’en va pas de même pour les grammaires françaises de la même période, dont les réflexions sur l’énoncé sont beaucoup moins systématiques, et autrement orientées. Ces ouvrages s’inscrivent dans une nouvelle configuration des relations entre grammaire et langue : l’entreprise de grammatisation du français consiste pour ses artisans à se donner pour objet non plus le latin – dans la diversité restituée de ses usages ou comme langue scolastique universelle –, mais un ensemble d’usages vivants, soumis à la variation et que les grammaires, parmi d’autres outils linguistiques et selon des projets différents, constituent en « langue française » 2. Si l’outillage conceptuel de ces premières grammaires est celui de la grammaire latine, son adaptation au français n’est pas une simple opération de transposition, par substitution de langue-objet : la grammatisation du français opère sur un vernaculaire qui n’a pas de statut en matière de savoir – un vernaculaire, selon l’expression de Luce Giard, « sans lieu propre de théorisation » (1986, p. 65).

  • 3 Selon des évolutions différentes pour les schémas VO et SV d’une part, pour les propositions princ (...)
  • 4 La Grammaire et syntaxe françoise de Maupas présente encore un certain nombre d’exemples attestant (...)

2L’analyse du processus de grammatisation des vernaculaires européens a souvent privilégié les opérations d’aménagement du cadre de la grammaire latine, réclamées par le traitement de données propres aux vulgaires – au premier rang desquelles l’article, les temps composés, la prononciation des « lettres », l’ordre des mots. Le fait que ces données soient majoritairement saisies au niveau du mot tient à la structuration même des grammaires, conçues pour décrire les propriétés morphologiques de chacune des « parties du discours ». Ces principes formalistes n’incitaient pas à faire du niveau de l’énoncé un point sensible de la description des vernaculaires. On sait pourtant que la grammatisation du français est contemporaine de la stabilisation, dans les usages attestés, de certaines caractéristiques syntaxiques de l’énoncé. La première grammaire complète du français en français, celle de Meigret (1550), est rédigée à un moment où l’ordre S-V-O pour les constituants canonique de l’énoncé assertif simple devient dominant3. Progressivement, et jusqu’au début du xviie siècle, les grammaires caractérisent comme anciens ou relevant de la variation stylistique les dérogations à cet ordre des constituants, la non-expression du sujet, et la distance des éléments régis aux éléments recteurs4. Comme le souligne Combettes (2000), c’est en français préclassique qu’apparaît dans l’usage la phrase entendue comme domaine de relations proprement syntaxiques. Le resserrement autour de la structure propositionnelle se marque par divers procédés d’intégration des constituants périphériques.

  • 5 « Combien que d’une pauvre considération la plus grande partie de nos Français soit en fantaisie q (...)

3Est-il possible d’évaluer l’influence des grammairiens sur l’évolution des usages regardant la structure de l’énoncé français ? S’il est vraisemblable que les travaux des premiers grammairiens ont favorisé la réduction de la variation, tant lexicale que morphologique, et la régularisation de l’emploi des déterminants, des pronoms, des coordonnants, ces descriptions savantes ont aussi conduit à « des interférences durables, dans le domaine de la syntaxe, avec la langue latine » (Clerico 1999, p. 215) : certains traits syntaxiques, interprétables en termes de « latinisation de la syntaxe » – promotion du relatif qui, de la proposition infinitive, des calques de l’ablatif absolu et des constructions participiales – sont devenus les signes d’un français lettré. Pourtant, la pénétration en français des modèles périodiques latins, dont l’adresse aux lecteurs du Traité de Meigret est un bon exemple5, est plus probablement l’effet de l’activité des traducteurs que celui des descriptions grammaticales, et on chercherait en vain la promotion explicite du modèle périodique dans les premières grammaires françaises.

4On n’a donc pas tenté de rapporter le discours grammairien sur l’énoncé aux données textuelles contemporaines, non seulement parce que la tâche reviendrait aux historiens du français, mais surtout parce qu’il est prévisible que les résultats obtenus seraient décevants. D’une part en effet, les définitions de l’énoncé dans ces premières grammaires restent sommaires et limitées à l’énoncé minimal ; d’autre part, on peut soutenir que ces thématisations sont moins dépendantes des usages observables par les grammairiens que de l’histoire longue des théories de l’énoncé dont elles sont les héritières, et qui les rend intelligibles : malgré tout ce qui sépare la langue latine de la langue française, la définition de l’énoncé dans le Traité de Meigret est une traduction assez fidèle de l’une des définitions de Priscien (voir plus bas, section 1).

  • 6 Quelques textes s’ajoutent à ce corpus initial : Dolet (1540), Dupleix (1651), Legrand (1986), Tor (...)

5Notre enquête repose sur l’examen des principales grammaires du français rédigées entre le début du xve siècle et 1660, rassemblées pour l’essentiel dans le Grand corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue6. Ces grammaires sont nées de projets divers – l’apprentissage de la langue française par des étrangers, l’accès au latin à partir du vernaculaire, ou la description du français à des fins d’illustration – et leurs métalangues varient en conséquence : l’anglais pour l’une des plus anciennes (Palsgrave 1530), le latin (Sylvius 1531, Garnier 1558, Pillot 1561, Cauchie 1586), le français seul dans la majorité des cas (Barton ca 1409, Meigret 1550, Meurier 1557, Estienne 1557, Matthieu 1559 et 1560, Ramus 1562 et 1572, Bosquet 1586, Masset 1606, Maupas 1618, Oudin 1632, Irson 1656, Chiflet 1659). Quelques ouvrages utilisent deux métalangues, voire trois : allemand et français (Du Vivre 1556 et 1568), latin et français (Masset 1606), anglais, latin et français (Mauger 1684). Ce corpus central sera ponctuellement étendu à quelques ouvrages de logique et de rhétorique contemporains : la question de l’établissement des noms français de l’énoncé est en effet, pour partie, commune aux trois arts du discours traditionnels.

1. L’énoncé, limite de la grammaire

  • 7 « L’énoncé est une combinaison de mots cohérente, qui exprime un sens complet » (trad. Baratin 199 (...)

6Le statut de l’énoncé dans les premières grammaires du français correspond à deux options dominantes : soit l’énoncé n’est pas une catégorie définie et il constitue le niveau supérieur externe de la description, soit l’énoncé est intégré à la grammaire, et défini au moyen d’une adaptation de la formule priscianienne : oratio est ordinatio dictionum congrua, sententiam perfectam demonstrans (Grammatici latini II, 53.28-29)7. L’énoncé est donc la frontière incluse ou exclue du domaine grammatical. Contrairement aux unités de rang inférieur – lettre, syllabe, mot –, il n’est pas lui-même perçu comme constituant d’une entité d’ordre supérieur.

7La première option s’accorde avec une conception méréologique de l’énoncé comme totalité formelle résultant de l’assemblage de mots : dans la tradition des artes, l’énoncé est le « discours » dont les mots sont les « parties » immédiates, selon un schéma de composition ordonnée d’éléments de différents niveaux. L’exposé qu’en donne Diomède est particulièrement clair :

  • 8 Cité par Baratin (1999, p. 171), qui en donne la traduction suivante : « Les premiers principes de (...)

Gramaticae initia ab elementis surgunt, elementa figurantur in litteras, litterae in syllabas coguntur, syllabis comprehenditur dictio, dictiones coguntur in partes orationis, partibus orationis consummatur oratio […]. (Diomède, GL I, 426.32-427.1)8

  • 9 L’Ars minor de Donat ne comporte aucune définition de l’énoncé bien qu’il soit structuré par l’inv (...)

8Cette première conception de l’énoncé est largement répandue dans les textes grammaticaux antiques, elle se soutient d’une hiérarchie disciplinaire bien établie selon laquelle le domaine de la grammaire s’arrête là où commence celui de la dialectique. Elle suffit longtemps aux ouvrages de grammaire élémentaire9 ou aux manuels d’apprentissage du français langue étrangère, qui n’ont besoin de définir ni ce qui borne leur territoire, ni ce qui va de soi pour un apprentissage qui vise avant tout la maîtrise des usages. Comme le dit justement Stefanini :

Le théoricien a besoin de la notion de phrase telle que Port-Royal l’introduira dans la grammaire, non le praticien. Toute langue a la syntaxe de sa morphologie. Celle-ci une fois connue, l’élève ne saurait s’exprimer autrement qu’en phrases (certes plus ou moins régulières et harmonieuses !). (Stefanini 1984, p. 212)

9C’est, exemplairement, ce qu’on observe dans La Grammaire françoise de Meurier (1557), destinée à l’apprentissage du français par les Flamands : l’énoncé est la structure d’accueil des segments nominaux ou verbaux qu’on apprend préalablement à décliner ou conjuguer isolément, en procédant par traduction à partir de la langue maternelle, dont les équivalents figurent en regard. Ces unités sont ensuite contextualisées au moyen de séries de « formes de parler » variées, données en français seulement. Ainsi par exemple pour l’apprentissage de l’« optatif ou désirant » :

Meurier (1557, f. 38ro)

Meurier (1557, f. 38ro)

10On le voit, l’absence de définition de l’énoncé n’exclut pas sa représentation au moyen des exemples, comme unité de communication élémentaire. C’est encore le cas un siècle plus tard dans la Grammaire françoise de Mauger, qui ne définit l’énoncé dans aucune de ses 14 éditions (1651-1688) mais prolonge ses ensembles de listes lexicales thématiques par différentes strates d’exemplification de l’énoncé : un recueil de « mots familiers » puis de « phrases familières », une liste de « francismes », une série de « dialogues ». Du premier recueil au second, on passe de segments semi-figés d’échange conversationnel (ex. C’est assez / A vôtre santé) à des variations plus libres sur des structures phrastiques-type (ex. Entendez vous le François ? / Je ne l’entens pas. / Je l’entens bien. / Monsieur l’entend-il ?). La majorité des grammaires de notre corpus visent la maîtrise du français par les étrangers et se passent d’une thématisation de l’énoncé. Elles traitent des « parties du discours » sans préciser l’identité de ce discours qui reste la limite externe du domaine grammatical.

  • 10 C’est la fameuse leçon de grammaire du Sophiste (262c 5-7), qui établit que des noms énoncés succe (...)
  • 11 Denys le Thrace définit le logos comme « une composition en prose qui manifeste une pensée complèt (...)
  • 12 Voir en particulier les contributions de Gourinat, Ildefonse, et Baratin dans Büttgen et al. (1999 (...)

11La seconde option consiste à adapter la définition priscianienne de l’énoncé rappelée plus haut (« L’énoncé est une combinaison de mots cohérente, qui exprime un sens complet »), définition abondamment commentée et réputée constituer la première inscription d’une théorie de l’énoncé chez un grammairien latin (Baratin 1999). Elle résulte d’un triple héritage : celui de la réflexion platonicienne sur le logos comme « participation » du nom et du verbe10, celui de la grammaire alexandrine11 et, par son intermédiaire, celui de la réflexion stoïcienne sur l’énoncé12.

12Plusieurs des premières définitions de l’énoncé en français démarquent la formule de Priscien :

Le langage, l’oraison, le parler, ou propos est un batiment de vocables, ou paroles ordonnées de sorte qu’elles rendent un sens convenable et parfait. (Meigret [1550], 1980, p. 26)

De l’Oraison.
Finalement des mots divers assemblez ensemble, on en fait une oraison, & propos tellement ordonné qu’on s’en sert à dire, et escrire ce que chascun a conceu en son entendement. (Estienne 1555, p. 12-13)

13Indépendamment des libertés offertes par l’adaptation au français, ces définitions retiennent bien, chacune à leur manière, la double caractérisation de l’énoncé comme séquence à la fois « congrue » et complète : le premier temps des définitions vise la relation du mot à l’énoncé et regarde les qualités de l’agencement morphosyntaxique (« batiment de vocables », « mots divers assemblez », « composition de dictions ») ; le second articule l’énoncé à l’unité de la pensée exprimée, sans plus de précision regardant la modalité énonciative de la séquence ou son étendue.

  • 13 Peri hermeneias, chap. 4, 16b26-28, trad. Baratin et Desbordes (1981, p. 99).
  • 14 Sont « parties de la lexis » tous les constituants de l’expression linguistique, signifiants ou no (...)
  • 15 Lauwers (2004a et 2008) considère que cette « double directionnalité » de l’analyse est encore car (...)

14Ces deux temps de la définition traduisent une tension constante dans l’histoire de la réflexion sur l’énoncé, dont on se contentera de rappeler ici l’origine aristotélicienne : le Peri hermeneias distingue entre la syllabe (non signifiante), la partie d’énoncé « porteuse d’une signification autonome du point de vue de l’énonciation, mais sans constituer une assertion »13 (l’exemple donné est anthropos), et l’énoncé assertif. Par ailleurs, le chapitre 20 de la Poétique considère comme « parties du discours/lexis » tous les constituants de l’expression linguistique, signifiants ou non14. Les « parties du discours » peuvent donc alternativement être envisagées comme des mots ou comme des « parties logiques ». L’histoire de la grammaire, jusqu’à l’âge classique au moins, inscrit cette ambiguïté dans une double conception de la syntaxe, qu’on peut caractériser comme ascendante vs descendante15 ou rapporter, en suivant Graffi (2001, p. 112 et suiv.), à une approche analytique ou holistique de l’énoncé. Ces deux perspectives mobilisent respectivement deux notions essentielles, la congruence et la complétude.

1.1. Congruence des « parties du discours » et syntaxe de concaténation

  • 16 Sur les interprétations médiévales et renaissantes de la notion de congruitas, voir Colombat, Rosi (...)

15Le critère de congruence vise la convenance mutuelle des marques flexionnelles, et leur inventaire au moyen des « accidents » morphologiques occupe une large place dans les grammaires françaises de la Renaissance16. Les accidents sont ceux des « parties du discours » considérées comme des classes de mots, lesquels sont d’abord identifiés comme les unités discrètes qui composent les énoncés.

  • 17 Technê (chap. 11) : « Le mot (léxis) est la plus petite partie de la phrase (lógos) construite » (t (...)
  • 18 La définition est ensuite précisée par les commentateurs médiévaux de Priscien, qui établissent qu (...)

16Les premières définitions grammaticales du mot gardent la trace de cette relation à l’énoncé, chez Denys le Thrace et ses commentateurs17 puis chez Priscien : Dictio est pars minima orationis constructae, id est ad totius sensus intellectum (« Le mot est la plus petite partie de l’énoncé construit, c’est-à-dire de l’énoncé disposé selon un ordre », GL II 53.8-9, trad. Baratin 1989, p. 373-374)18. Le passeur de ces analyses priscianiennes vers la grammaire française est Meigret, qui reconnaît sa dette quand il recourt au double critère de l’« intégrité » et de l’« entendibilité » pour définir la diction :

Après avoir expédié les syllabes, il nous faut maintenant poursuivre la diction composée d’une ou de plusieurs syllabes. La diction donc, mot ou vocable, est (comme dit Priscien) la moindre partie entière et entendible d’un langage bâti d’ordre. J’ai dit entier et entendible, à la différence des syllabes d’un vocable polysyllabe : lesquelles, combien qu’entières, ne sont pas toutefois entendibles, et aussi pour celles, lesquelles, combien qu’elles soient entendibles à part soi, ne sont pas dictions entières pour le sens requis suivant le bâtiment de la clause, trait ou propos, comme quand nous disons Pierr’ et aojourdhuy a Paris en danjier d’une grand’ envíe : en d’envíe ne sera pas diction, ni víe aussi, parce que le sens ne le peut souffrir. (Meigret [1550], 1980, p. 20)

17Le caractère « entendible » du mot est une propriété relative à l’énoncé : le mot n’est identifié comme unité complète porteuse de signification qu’en vertu de son apport sémantique à l’unité supérieure (« clause, trait ou propos »). Il s’agit là d’une des rares définitions du mot attestées dans notre corpus, avant que la question ne soit réinvestie par la grammaire générale.

18La majorité des premières grammaires françaises développent, sous le nom de syntaxe, un ensemble de règles visant l’accord des marques flexionnelles des unités lexicales considérées deux à deux. Jusqu’au xviie siècle, la syntaxe est essentiellement une morphosyntaxe, comme en témoigne la définition de Ramus :

D. Que est ce dõcques que Sintaxe. P. Cest la seconde partie de Grammaire, qui enseigne le bastiment des mots entre eulx par leurs proprietes, & est presques seulement en conuenance & mutuelle communion des proprietes, comme du nom auec le nom, ou auec le verbe : de laduerbe auec tous mots, ausquels il est adioinct : de la conionction en lordre des choses conioinctes. (Ramus 1572, p. 125-126)

19Cette démarche combinatoire par couplage peut aller jusqu’à perdre de vue le niveau de l’énoncé : l’unité supérieure au mot est l’association de deux mots dont on observe conjointement les marques flexionnelles. Ce n’est pas dans le corpus des grammaires françaises mais dans le célèbre manuel de latin de Despautère, les Rudimenta, qu’on trouve l’exemple le plus radical de cette réduction de l’oratio, « quatrième partie de la grammaire », à la séquence de deux unités lexicales :

Partes Grammaticae quot sunt ? Quátuor. Quae, Lítera, vt a : Sýllaba, vt Pa : Díctio, vt Pater : Orátio, vt Pater noster.

[…] Quid est orátio ? Dictiônum cóngrua ordinátio : vt Homo albus. (Despautère 1585, p. 5-6)

Et plus loin, dans la partie du manuel consacrée aux règles de la langue latine :

Deus sanctus, éstne orátio bene Latîna. E’tiã. Quare ? Quia adiectîuũ & substantîuum concórdant in génere, número & casu. (ibid., p. 23)

  • 19 Les règles de congruence peuvent en outre s’appliquer à des éléments relevant de deux énoncés dist (...)

20Oratio désigne ici l’assemblage de deux mots soumis à un accord de marques flexionnelles, par concordance ou par rection : liber Petri et amo Deum ne diffèrent que par la nature des règles affectant les unités assemblées19. Le critère de congruence est dissocié de celui de complétude, l’énoncé n’est perçu ni comme le domaine d’intégration des phénomènes d’accord ni comme la visée de l’opération de « bâtiment des mots ».

1.2. La complétude de l’énoncé

  • 20 Voir en particulier Baratin et Desbordes (1981, p. 32) ; Ildefonse (1997, p. 144-155, et 1999) ; L (...)
  • 21 Voir, sur les domaines d’application de la notion d’autotelia chez Apollonius, Lallot (2013 p. 37- (...)
  • 22 Alors que pour la dialectique stoïcienne, le lekton (l’« énonçable ») ne devient un énoncé que s’i (...)

21La seconde partie de la définition priscianienne de l’énoncé convoque le critère de perfection, plus complexe que celui de congruence. Il se prête à des définitions tout à la fois syntaxiques, sémantiques et pragmatiques, élaborées dès l’Antiquité. Rappelons que la notion d’énoncé complet trouve son origine dans la division stoïcienne des lekta en complets et incomplets : le lekton, contenu de pensée « énonçable », est regardé comme incomplet quand il est exprimé par le prédicat seul, et comme complet quand au prédicat est joint le sujet20. L’énoncé est donc premier par rapport à ses constituants. Comme le souligne Ildefonse (1999, p. 154), c’est à partir de cette distinction que l’analyse stoïcienne peut envisager l’énoncé indépendamment de ses conditions de vérité, et fonder ainsi l’analyse de la « phrase ». L’autoteles logos d’Apollonius Dyscole est l’adaptation directe de cette nouvelle conception de l’énoncé21. Chez les artigraphes latins, la conception de la complétude hérite de la dialectique stoïcienne à double titre (Baratin 1999) : elle consacre le caractère essentiel du prédicat dans la constitution de l’énoncé – certains grammairiens soutiennent que le prédicat seul est bien un énoncé, fût-il incomplet22 ; elle superpose implicitement la notion d’énoncé complet et celle d’énoncé assertif, primordiale pour la dialectique :

Voilà le schéma d’analyse que les grammairiens ont reçu en héritage à propos de la notion d’énoncé complet. Ce schéma comportait une tension insoluble : d’un côté, la notion d’énoncé incomplet tendait à être seulement comprise comme énoncé inachevé, ce qui supposait par contrecoup que l’énoncé complet était seulement un énoncé non inachevé, de quelque type qu’il fût ; d’un autre côté, par le biais des exemples, l’assertion seule était visée. C’est à la lumière de cette tension que l’emploi de la notion d’énoncé complet chez nos grammairiens prend son sens. (Baratin 1999, p. 180)

  • 23 [Doctissimi artium scriptores] primo loco nomen, secundo verbum posuerunt, quippe cum nulla oratio (...)
  • 24 […] nec non unaquaeque dictio hoc saepe nomine nuncupatur, cum plenam ostendit sententiam, ut verb (...)
  • 25 Dans la perspective de l’intelligibilité telle que l’entend Priscien, l’énoncé complet s’oppose à (...)

22À la suite de la définition rappelée plus haut, Priscien précise en effet que l’énoncé « complet » doit comporter un nom et un verbe23. Mais il ajoute que sont « intelligibles » certains énoncés ne comportant qu’un élément (verbe à l’impératif, nom ou adverbe en situation de réponse)24. Marc Baratin observe que le critère de l’intelligibilité, entendu en termes pragmatiques comme l’interprétation satisfaisante d’un énoncé dans une situation d’énonciation donnée, pouvait amener à reconnaître la qualité d’énoncé à des séquences fort diverses. Cependant, l’analyse visant à identifier ce qui suffit à l’intelligibilité, c’est bien en dernière analyse l’énoncé minimal qui se trouve décrit.25

  • 26 Rosier (1983, p. 195-198) montre que les grammairiens modistes définissent la complétude de l’énon (...)

23Le critère de complétude ouvre un faisceau d’interrogations, remises sur le métier par les grammairiens médiévaux26 : quels sont les constituants de l’énoncé complet ? à quelles conditions l’énoncé est-il complet, ou achevé ? un énoncé non assertif est-il complet ? tout énoncé comportant un nom et un verbe est-il toujours complet ? la complétude du sens est-elle produite par le locuteur ou reconstruite par l’allocutaire ? Chez nos premiers grammairiens du français, il est rare que de telles questions soient abordées pour elles-mêmes. Tout se passe comme si la définition de l’énoncé complet par l’association du nom et du verbe était une évidence non interrogée, un principe qu’on ne se donne plus la peine d’énoncer mais sur l’acceptation duquel reposent un certain nombre d’emplois du critère de complétude.

1.2.1. Énoncé = nom + verbe (parties du discours)

24Le privilège accordé au nom et au verbe comme parties principales de l’énoncé est reconduit dans les grammaires françaises de la Renaissance, où il légitime sans autre explication l’ordre de traitement des parties du discours : le nom (substantif et adjectif, parfois associé à l’article) et le verbe sont les deux premières parties décrites.

25C’est plus souvent en creux et indirectement, à l’occasion de distinctions internes aux parties du discours, que la structure formelle de l’énoncé défini comme porteur d’un « sens complet » est approchée. Ainsi chez Palsgrave le critère de « perfection » du sens de l’énoncé permet d’opposer l’infinitif aux autres modes :

  • 27 Par « by one verbe alone », il faut entendre « à l’aide d’un seul verbe [dans l’énoncé] ».

Modes, every parfyte verbe hath VI, the indicatyve, imperatyve, optatyve, or potenciall, the subjunctyve, the condicionall, and the infynityve, of whiche the thre fyrst serve to make a parfyte sentence by one verbe alone, the other thre be used whan a verbe is nat the principall verbe in a sentence, but dependeth upon some other verbe, as ie parle, parle, bien parle ie, voules vous que ie parle, si ie parle ie me repentiray, ie doybs parler. (Palsgrave 1530, p. xxxi-xxxii)27

26Et chez Estienne, ce même critère est convoqué pour distinguer le conjonctif de l’indicatif :

La quarte maniere [des verbes] sapelle Conionctiue, ou Subionctiue : quand on parle auec cause ou condition, et qu’il y a deux modes et manieres ioinctes ensemble pour faire sentence parfaicte. comme si ie di, Quand ie l’auray dict, la sentence n’est pas parfaicte, si ie n’adiouste quelque chose, comme, tu le scauras, ou semblable. Pourquoy l’aimeroye ie, ueu qu’il ne me feit iamais que mal ? (Estienne 1557, p. 34)

27La qualité de « perfection du sens » sert chez Bosquet (comme chez Estienne 1557, p. 13) à opposer le nom substantif au nom adjectif :

C’est [le nom substantif] vn nom, quy deuant le verbe, peut consister en vne oraison, sans qu’il soit adioinct auec autre nom ; & ne se compare nullement, comme-Poëte, qui est Substantif ; on peut dire en parfait sens-le Poëte enseigne. (Bosquet 1586, p. 43)

C’est [le nom adjectif] vn nom, qui ne peut consister seul en vne oraison, sans estre adioinct auec vn substantif ; car qui diroit le docte enseigne doctement ; le sens ne seroit complet ; mais il faut adioindre vn suppost, comme Poëte, Orateur, ou maistre, ainsy-le sçauant maistre (ou Poëte) enseigne doctement, ainsy d'autres. (ibid., p. 52)

28L’intrication des valeurs logiques et grammaticales du nom est sensible dans cette dernière citation : le nom est la partie du discours qui est suppost de l’énoncé minimal. Pourtant suppost, ici découplé de appost, semble garder la trace de l’acception médiévale selon laquelle suppost nomme le support référentiel des qualités, que celles-ci soient ou non prédiquées du nom. Des bribes de l’analyse descendante de l’énoncé, en parties « logiques », se fondent ainsi à son analyse ascendante, en « parties d’oraison ».

1.2.2. Énoncé = nom + verbe (parties logiques)

29Que l’association du nom (onoma) et du verbe (rhema) soit le principe premier de la relation prédicative et sa forme fondamentale, c’est, on l’a dit, la leçon du Sophiste du Platon, réinterprétée par Aristote puis, tout autrement, par les stoïciens. C’est à ces sources philosophiques que puisent les grammairiens humanistes qui entendent fonder en raison leurs analyses de la langue latine. Ainsi Sanctius s’appuie-t-il sur le passage du Sophiste définissant l’énoncé minimal par la « participation » du nom et du verbe, qu’il cite longuement, ainsi que sur le Peri hermeneias, pour affirmer que l’oratio est une catégorie universelle parce que naturelle :

Si donc le discours (oratio), de même que les autres choses comportant une existence naturelle, comporte une forme et une matière, sans le verbe et le nom, aucun discours ne prendra jamais forme. [1982, p. 212 / 84 V°]

  • 28 L’histoire du couple sujet/prédicat, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, a fait l’objet de plusi (...)

30Malgré l’autorité et la longévité de cette définition logico-grammaticale de l’énoncé, elle n’est qu’inégalement réinscrite dans les grammaires françaises du xvie siècle, alors même que les notions de suppositum et d’appositum, version grammaticale des termes logiques subjectum et prædicatum, étaient bien établies dans le discours grammatical dès le début du xiiie siècle28. Elles affleurent cependant dans deux des plus théoriques de nos grammaires du xvie siècle, celles de Meigret et de Ramus, sous des terminologies hétérogènes, pour servir l’analyse de traits syntaxiques propres au français.

31Meigret analyse la structure prédicative minimale comme l’association d’au moins deux éléments, un verbe et son surposé, structure qui peut être étendue par un sousposé si le verbe est actif :

J’appelle le nom surposé ou apposé, celui qui gouverne le verbe et le sousposé ou souposé celui qui est gouverné : comme Pierr’ eyme Laorens, là où Pierre est le surposé et Laorens le sousposé : ce que ne se doit pas entendre selon l’ordre des paroles, mais selon le sens : car celui qui gouverne est réputé es verbes actifs comme agent, et celui qui est gouverné comme patient : et au contraire es verbes passifs : car lors le surposé est le patient et le sousposé l’agent accompagné de de, du ou par ou des : comme Pierr’ et battu de Ian ou par Ian ou par brigans ou de’ brigans. (Meigret [1550] 1980, p. 52)

  • 29 La distinction posée par Meigret entre « l’ordre des paroles » et le « sens » est reformulée plus (...)

32Passons sur l’équivalence entre surposé ou apposé, étonnante au regard de la tradition médiévale. Le couple surposé/sousposé permet bien de distinguer entre fonction syntaxique et rôle sémantique d’une part, entre ordre des mots et ordre « logique » d’autre part29. C’est encore la notion de surposé qui permet de rendre compte de certaines constructions françaises sans sujet agentif référentiellement déterminé :

Au regard des verbes impersonnels, ils sont tous tierces personnes : et ont il ou on pour leur surposé : comme il faot, on dit : ils aussi prend quelquefois le lieu de on, comme il’ dizet pour on dit : finalement les verbes français ne peuvent être communément en notre langue sans quelque surposé, ou exprimé ou bien ja précédant : comme Piȩrre fera, dira, et criera, com’il voudra : il s’en peut toutefois rencontrer : (comme peut ȩtre) qui n’a point de surposé à la manière des Latins. (ibid., p. 79).

33Grâce au surposé, Meigret peut à la fois rationaliser la contrainte d’expression du sujet en français et pointer ce qui sépare les verbes français des verbes latins.

  • 30 Cet emploi est déjà attesté dans certains manuels grammaticaux du siècle précédent : voir Colombo (...)
  • 31 Sur l’attitude des grammairiens du xvie siècle face à l’expression du pronom sujet, voir Vlassov ( (...)
  • 32 « Ie et Tu sont proprement les supposts de la premiere et seconde personne : toutesfois, Moy et To (...)

34Les emplois de suppost et appost dans la Grammaire de Ramus (1572) sont concentrés dans un seul chapitre, celui de la « convenance du nom avec le verbe ». Suppost nomme « le nom precedent deuant le verbe » et appost le verbe (1572, p. 153)30. Comme chez Meigret, le recours à ces termes fonctionnels permet l’inventaire des réalisations de la fonction sujet en français, et le soulignement des différences entre français et latin concernant l’expression du sujet31, la distribution des formes des pronoms sujet conjoints et disjoints32, la forme de l’impersonnel il, l’emploi de que « avant le suppost » dans l’expression de l’injonction au subjonctif.

35Il est remarquable cependant que ces emplois des notions de surposé et suppost, chez ces deux grammairiens, soient entièrement dégagés de la perspective logique originelle, et désignent une fonction grammaticale plutôt que le premier terme d’une relation prédicative. De fait, la pénétration de l’analyse logique de l’énoncé semble quasi nulle dans notre corpus de grammaires. Seul le Devis d’Abel Matthieu fait exception, en proposant une analyse du verbe engageant celle de la « perfection » de l’oraison rapportée à l’achèvement de la représentation d’un événement, qui associe un acteur et un procès. C’est par la profération du verbe (le « nerf du devis ») que le nom est « astreint » à l’action et que l’oraison atteint sa perfection :

Il est heure maintenant de traicter de la maniere principale du propos, que j’appelle le nerf du devis, pourautant que par icelluy il est dict ou faict quelque euvre, ou quelque chose et est mis perfection à l’oraison, ou à la parolle : exemple, quant je diz pierre, mon parler nest pas achevé, si je diz pierre estudie, il est achevé, en sorte que par ce nerf estudie, j’astraincts ma parolle, et acheve mon oraison, si j’adjouste après bien, Je l’orne de ceste grace ou particule. Donc le nerf de la parolle cest, par lequel le nom ou mot s’astrainct, ou est astrainct à quelque faict et euvre : comme en nostre exemple cy dessus, Pierre estudie bien, ma parolle ou mon devis astrainct le nom Pierre à l’estude, et en cela j’acquiesce, et arreste ma parolle.

[…] Donc est il veritable que le nerf de la parolle astrainct le nom ou le mot Francoys au faict et à leuvre, dequoy il faict arrest a la langue, et acquiescement à l'esprit. (Matthieu 1560, f° 17vo-18vo)

  • 33 Sur les possibles sources médiévales de cette conception de la prédication (on pense en particulie (...)

36La notion d’« astreinte » dit bien à sa manière la liaison nécessaire des deux constituants de la relation prédicative, qui réalise une unité d’oraison. On peut y lire l’idée, tout à fait singulière dans nos grammaires mais qui deviendra centrale à Port-Royal, que l’unité de l’énoncé assertif résulte de l’ajout d’une « force assertive », absente aussi bien du nom que du verbe isolés33.

37Les autres domaines d’utilisation du critère de complétude de l’énoncé dans ce même corpus de grammaires sont le traitement des énoncés modalisés (un énoncé non assertif est-il complet ?), et celui de la phrase complexe, généralement appréhendée par le biais de l’analyse des pronoms et des conjonctions. Ces questions méritent d’être mises en regard avec leur traitement par la grammaire générale, elles sont intégrées aux chapitres 2, 4 et 5. Le lieu de la ponctuation est plus circonstancié.

1.2.3. Perfection et ponctuation

  • 34 Pour une vue d’ensemble de cet héritage rhétorique des doctrines de la ponctuation au xvie siècle, (...)

38La ponctuation est au xvie siècle le domaine le plus nourri et le plus créatif pour le réinvestissement de la distinction entre énoncé parfait et énoncé imparfait. Les grammairiens œuvrent comme les imprimeurs à l’élaboration de règles pour l’usage des signes ponctuants du français, et il n’est pas rare que les grammaires se terminent par une section dévolue à la ponctuation, intégrée à une partie intitulée orthographe et associée au traitement de l’accent et des lettres capitales. C’est là que s’esquissent une description et une typologie des segments de discours relatives au type de signe requis pour les unir ou les séparer. L’héritage rhétorique est ici manifeste : on tente de calquer les règles d’usage des signes de ponctuation sur celles de la division rythmique de la phrase périodique34. Dans l’Ars major de Donat déjà, la description des trois positurae finit par renvoyer à la période et à ses parties :

  • 35 Holtz (1981, p. 63) souligne que si le contenu de ce chapitre est proche de celui qui lui correspo (...)

[…] de posituris tres sunt [omnino] positurae uel distinctiones quas θέσεις Graeci uocant, distinctio, subdistinctio, media distinctio. distinctio est, ubi finitur plena sententia : huius punctum ad summam litteram ponimus. subdistinctio est, ubi non multum superest de sententia, quod tamen necessario separatum mox inferendum sit ; huius punctum ad imam litteram ponimus. media distinctio est, ubi fere tantum de sententia superest, quantum iam diximus, cum tamen respirandum sit : huius punctum ad mediam litteram ponimus. in lectione tota sententia periodos dicitur, cuius partes sunt cola et commata. (Ars major, éd. Holtz 612,1-8 H).35

39De même Bosquet, dont les Elemens ou institutions de la langue françoise contiennent un « Traicté de l’office, et collocation, des points, et accens, de la langue françoise », fait suivre son inventaire des points de la langue française de l’assertion suivante :

  • 36 La reprise de Dolet (1540, p. 19) est presque littérale : « […] tout argument, & discours de propo (...)

Il est à noter, que tout argument, et discours de tout propos, et deuis, soit oratoire, ou poëtique est deduit, et diuise par Periodes ; que les Latins appellent clausules, ou comprehensions de paroles ; distinguées, et diuisées par les points dessusdis. (1586, p. 139)36

40Divisions d’un tout discursif, les périodes sont à leur tour segmentées au moyen des signes ponctuants, qui indiquent les degrés de suspension ou de perfection du sens. En l’absence cependant de caractérisations syntaxiques des segments délimités, les règles de Bosquet restent inintelligibles sans les exemples qui les accompagnent. Ainsi de la règle d’usage du comma (nos deux-points) :

En quel lieu se signe le-Comma ? Il se met en sentence suspenduë, et non du tout finie, et en peut on mettre, vn, ou plusieurs en vne sentence, ou periode, Ainsy-Sy quelcun te vient dire, que cestuy-là dit mal de toy ; n’excuse ce, qu’il aura dit : mais respons ainsy : Il ignore beaucoup d’autres grans maux, et imperfections quy sont en moy ; autrement, il ne diroit pas cela seulement. (1586, p. 142-143)

41La différence de fonction des deux-points dans l’exemple n’est pas commentée, pas plus que le sentiment de « suspension » n’est rapporté à l’effet des conjonctions ou des temps verbaux.

42Le Traité de Meigret consacre deux pages à une doctrine de la ponctuation dont l’originalité tient à un essai de substitution de catégories sémantico-logiques aux unités rythmiques de la période. Son système à quatre signes (virgule, deux-points, point, parenthèse) se fonde sur une hiérarchie des signes relative aux degrés de la complétude du sens des séquences. La formulation de règles distinguant l’usage du soupir (la virgule) et celui de la semi-pause (les deux-points) contraint Meigret à établir une double définition de la clause. La clause-1 s’apparente au premier temps du raisonnement syllogistique :

J’appelle une clause, ou plusieurs ensemble membres d’un propos quant à part soi elle a quelque sentence en soi parfaite, quoi qu’elle semble être premisse de quelqu’autre : comme tous animaux ont ame sensitive est une clause qui a sentence parfaite en soi : mais pour autant qu’elle semble requérir quelque discours, nous la tiendrons pour membre de quelque conséquence : comme : tous animaux ont ame sensitive : le ver de terre est animal : il a donc ame sensitive. Voilà un discours de trois membres, pour la séparation desquels le soupir n’est pas convenable : parce que nous ne nous en aidons pas pour la distinction des membres : mais tant seulement es susdits moyens. (Meigret [1550] 1980, p. 139)

43Alors que la clause-1 a « sentence parfaite » et peut être intégrée à un raisonnement dont elle constitue un membre, la clause-2 est de sens imparfait et n’est que partie d’un membre :

Le soupir ainsi conjoint la clause à la clause. J’appelle clause, un bâtiment de langage de nom, ou pronom avec un verbe, soit que le sens soit parfait, ou non : comme, les gens de bien seraient les plus malheureux de ce monde, s’il n’était point d’autre vie que cette-ci après la mort. Le soupir donc sert à la distinction des parties d’un membre, et la semi-pause à distinguer les membres. (ibid., p. 139-140)

  • 37 Nous ne suivons pas ici Millet (1997, p. 6) qui déduit de l’observation des mêmes extraits du Trai (...)

44La clause de Meigret s’apparente donc à notre proposition moderne, et l’hésitation regardant le critère de perfection du sens concerne la différence entre autonomie syntaxique et autonomie sémantique. Les exemples fournis soulignent l’indépendance mutuelle de ces deux critères, que Meigret voudrait marquer par un usage distinctif des signes ponctuants : la virgule séparerait des clauses sémantiquement dépendantes mais syntaxiquement autonomes (des parties de membres de période), et les deux-points des clauses sémantiquement et syntaxiquement autonomes (des membres de période).37

45On retrouve chez Ramus cette tentative de distinction entre sens parfait et imparfait de ce qui correspond à des unités propositionnelles. Décrivant un système à quatre points, pour lesquels il utilise encore une graphie latine, Ramus distingue deux degrés de perfection de la sentence (c’est-à-dire de la signification exprimée par la séquence verbale) : soit la sentence parfaite est « jointe avec une autre », soit elle est « du tout absolue » :

Souspir cest vne distinction de mot qui pourroit seruir douteusement a lantecedent et au consequent, et se marque ainsi / Demipose cest vne distinction de sentence imparfaicte, et se marque par le poinct moyen, ainsi . Pose, cest vne distinction de sentence parfaicte, ioincte auec vng aultre, et se marque par le poinct hault, ainsi ˙ Periode cest vne distinction de sentence du tout absolue, et se marque par le point bas ainsi . (Ramus 1572, p. 206)

46Ces définitions sont exemplifiées par le discours ponctué suivant :

Aulcuns philosophes de grande authorite, separent par pensee seuerement et vertueusement ces trois especes estans en elles vnies et confuses. Car ils estiment estre prouffitable tout ce . qui est iuste˙ Aussi iugent ils estre iuste tout ce qui est honneste˙ Dont il fault conclurre . que tout ce . qui est honneste ˙ que cela mesme soit vtile. (Ramus 1572, p. 207-208)

47Entre la sentence parfaite et la sentence imparfaite il y a donc, si l’on en croit les exemples, quelque chose comme ce qui sépare la clause-1 de la clause-2 chez Meigret. À quoi Ramus ajoute la catégorie de la sentence « du tout absolue », unité maximale de perfection du sens.

  • 38 On lit par exemple chez Bosquet les suites « sentence, ou periode », « sentences, figures, et affe (...)

48Le traitement de la ponctuation dans les grammaires françaises est bien un lieu essentiel pour l’élaboration de catégories qui prolongent et raffinent l’héritage de l’oratio perfecta. Pour autant, les sections sur la ponctuation ne renvoient jamais aux définitions de l’oraison qui peuvent ouvrir le traitement des parties du discours, et elles emploient d’autres termes : non pas oraison, parler, propos ou devis mais sentence, clause et période, parfois associés comme autant de parasynonymes38. Cette variété des noms de l’énoncé, caractéristique de ces premières grammaires françaises, mérite d’être parcourue et interrogée.

2. Les noms de l’énoncé

49Quand on observe les rares définitions de l’énoncé présentes dans les premières grammaires françaises, on est frappé du fort contraste entre la relative homogénéité de leur contenu et la multiplicité des termes utilisés pour nommer l’objet visé ou ses types. L’effet est encore plus saisissant si, au-delà de ces définitions liminaires, on s’intéresse à l’ensemble des lieux grammaticaux du recours à ce niveau d’analyse. Le métalangage français est en effet à inventer, et les choix terminologiques opérés par les grammaires résultent d’une négociation avec les savoirs constitués en langue savante : faut-il préférer l’emprunt ou la néologie française pour doter la grammaire d’un métalangage propre ? Les ouvrages bilingues sont particulièrement intéressants sous ce rapport, mais les grammaires du français en latin ne le sont pas moins.

50Nous présentons ici les noms de l’énoncé les plus utilisés dans les grammaires françaises entre 1550 et 1660. Cet inventaire, à sa mesure, poursuit pour le français celui mené par Charpin (1977) pour le latin, et informe en amont l’enquête de Seguin (1993a) sur la phrase. Centré sur le corpus grammatical français, notre recueil vient également en appoint à d’autres études : celle de Graffi (2004), étendue à la terminologie des grammairiens italiens, de Bembo à Soave, celle de Millet (1997) dont la perspective est surtout rhétorique, enfin celles, magistrales, de Nuchelmans (1973 et 1980), riches d’informations sur le vocabulaire logique. Le geste de réduction du métalangage de l’énoncé opéré par la Grammaire de Port-Royal, et largement entériné par les grammaires du siècle suivant, sera au terme de ce parcours saisi dans toute sa radicalité.

2.1. Oraison

  • 39 Voir Colombo Timelli (1996) pour ces premières adaptations vernaculaires de Donat.
  • 40 Selon le TLF-Étym.
  • 41 C’est par oratio que Boèce traduit le lógos de la définition du Peri hermeneias (« Lógos esti phôn (...)
  • 42 Les auteurs de l’article « Propositio » du Vocabulaire européen des philosophies concluent égaleme (...)

51On l’a rappelé, oraison apparaît régulièrement, dès les premières adaptations vernaculaires de l’Ars Minor de Donat, comme la traduction d’oratio dans la locution parties d’oraison (partes orationis, traduisant le grec mérē (toû) lógou)39. Cette acception grammaticale du terme, qui vient s’ajouter à l’acception ordinaire de « prière », est attestée dès le xiie siècle, quand la valeur de « discours prononcé en public » n’apparaît qu’à la fin du xve siècle40. Le français oraison n’hérite pas de l’ensemble des valeurs de l’oratio latin, fortement polysémique. L’enquête de Charpin (1977) sur la terminologie grammaticale latine correspondant à ce qu’il appelle la « notion de phrase » insiste, sans surprise, sur l’absence d’équivalence entre celle-ci et la notion d’oratio. Chez les grammairiens latins, oratio désigne des séquences linguistiques de formats très variables, du syntagme aux ensembles de plusieurs phrases ; Charpin le définit minimalement comme « l’unité qui est obtenue par l’articulation du message (sententia) et des mots (verba) » (ibid., p. 126). Mais oratio peut aussi désigner, chez les rhétoriciens, le discours éloquent en prose, voire le style, et, chez les dialecticiens, l’énoncé porteur de signification41. Enfin, oratio, dans des emplois proches de ceux de sermo, peut nommer le langage en tant qu’activité humaine raisonnable42.

  • 43 Voir plus haut, section 1.

52Dans les premières grammaires françaises, oraison figure, on l’a vu, comme l’un des termes proposés comme équivalents français de l’oratio de Priscien43. Définie ou non, l’oraison est la « fin » de la grammaire, ainsi qu’en témoigne la déclaration programmatique de Geoffroy Tory :

Toutes choses ont eu commancement. Quāt lung traictera des Lettres, & laultre des Vocales, vng Tiers viendra / qui declarera les Dictions. & puis encores vng aultre surviendra qui ordōnera la belle Oraison. Par ainsi on trouuera que peu a peu on passera le chemin, si bien quon viēndra aux grans Champs Poetiques et Rhetoriques plains de belles / bonnes / & odoriferētes fleurs de parler & dire honnestement et facilement tout ce quon vouldra. (Tory 1529, « Aux lecteurs », n.p.) 

53Dans ce scénario de la genèse des arts du langage, l’oraison semble située entre grammaire et rhétorique, entre la diction et le discours orné. Un siècle plus tard, la spécialisation grammaticale d’oraison est encore sensible, comme le souligne Vaugelas distinguant les domaines d’emploi de période et oraison :

[De cette façon de parler, il sçait la langue Latine & la langue Grecque.]

Le sens de ces paroles se peut exprimer en quatre façons. On peut dire, il sçait la langue Latine & la langue Grecque. Il sçait la langue Latine & la Grecque. Il sçait la langue Latine, & Grecqueil sçait les langues Latine & Grecque. On demande si ces quatre expressions sont toutes bonnes, & laquelle est la meilleure. Ie respons que les deux dernieres sont mauuaises, & que les deux premieres sont bonnes ; Car, il sçait la langue Latine & Grecque, ne se peut dire, parce que la construction de cette periode, ou de cette oraison, pour parler en Grammairien, se doit faire, ou selon les paroles qui sont exprimées, ou selon celles qui sont sous-entenduës […]. Vaugelas (1647, p. 493, nous soulignons)

54Oraison vise ici une séquence discursive complète envisagée du point de vue de l’ordre des mots. C’est ce que dit plus explicitement encore Dupleix, commentateur de Vaugelas :

Ie monstreray en l’observation sur la Remarque suyvante que c’est vne erreur d’estendre le Barbarisme aux phrases, locutions, ou oraisons entieres : et qu’il ne se dit proprement que du vice des mots, des termes et des dictions singulieres et considerées en soy separément […] (1651, p. 161-162)

  • 44 Trois exemples : « […] tout mot finissant en e, perd son e, final, s’il rencontre en fil d’oraison (...)

55Pourtant, de telles attestations sont isolées et oraison reste rare chez les grammairiens et remarqueurs du xviie siècle, hormis dans la collocation partie(s) d’oraison. Maupas est l’un des derniers grammairiens à utiliser ce terme avec la valeur peu spécifiée de « discours » ou « discours proféré envisagé comme succession de mots formant une unité », quelle que soit l’étendue de la séquence ainsi désignée44.

56Enfin dans la Grammaire générale et raisonnée (désormais GGR), oraison n’apparaît qu’à deux reprises. Dans le premier cas, oraison est donné comme l’équivalent de proposition, pour désigner les propositions qui, reliées par la conjonction ὅτι (quod), sont de même rang syntaxiques :

[…] lors que dans l’Apocalypse cha. 3. IESVS-CHRIST faisant reproche à vn Evesque qui avoit quelque satisfaction de luy-mesme, luy dit, Λέγειϛ ὅτι πλούσιόϛ dicis quòd dives sum, ce n’est pas à dire quòd ego qui ad te loquor dives sum ; mais dicis hoc, vous dites cela, sçavoir, dives sum, je suis riche. De sorte qu’alors il y a deux oraisons ou propositions séparées, sans que la seconde fasse partie de la premiere ; tellement que l’ὅτι n’y fait nullement office de relatif ny de liaison. (1676, p. 79)

57Dans le second cas au contraire, oraison désigne un segment qui n’a pas la qualité de proposition : son verbe n’étant pas à l’indicatif, le jugement représenté n’est pas « affirmé » :

Ie sçay bien que les Grammairiens sont tres-empeschez à expliquer la nature du Gerondif, et que de tres-habiles ont creu que c’estoit vn adjectif passif, qui avoit pour substantif l’Infinitif du verbe ; de sorte qu’ils pretendent par exemple, que tempus est legendi líbros ou librorum (car l’vn et l’autre se dit) est comme s’il y avoit tempus est legendi tou` legere libros, vel librorum, en sorte qu’il y ait deux oraisons, sçavoir tempus legendi tou` legere, qui est de l’adjectif et du substantif, comme s’il y avoit legendæ lectionis : et legere libros qui est du nom verbal qui gouverne alors le cas de son verbe ; ou qui comme substantif gouverne le genitif, lors que l’on dit librorum pour libros. (1676, p. 133)

58Ces valeurs d’oraison sont absentes des grammaires suivantes, et le terme n’apparaît plus que dans la collocation parties d’oraison, elle-même concurrencée à partir du xviie siècle par parties du discours.

2.2. Sentence

59Selon Nuchelmans (1973, p. 105-106 et 118-122), le terme sententia, introduit par Varron, est utilisé par les grammairiens latins comme équivalent de dianoia mais aussi de lekton, ce qui a pour effet de réduire progressivement la différence entre la pensée exprimée des stoïciens et les énoncés eux-mêmes. Ainsi dans le De Dialectica de Saint Augustin, sententia désigne à la fois la pensée exprimée et la phrase exprimant une pensée. C’est aussi la conclusion à laquelle parvient Charpin, dont l’étude des valeurs de sententia dans l’Antiquité latine (1977, p. 124-125) établit que ce terme nomme aussi bien le contenu d’un ouvrage que la « pensée » signifiée dans un acte de parole.

  • 45 Voir plus haut, section 1.2.3.

60Il en va de même chez Donat, comme on l’a vu plus haut à propos de la ponctuation45. Une autre occurrence de sententia, commune à l’Ars minor et à l’Ars major cette fois, se trouve dans la définition de la conjonction :

Conjunctio quid est ? Pars orationis adnectens ordinansque sententiam. (Ars Minor, éd. Holtz 599,13 H)

61Passage pour lequel l’adaptation française de 1545 fait le choix de l’emprunt :

CONIVNCTIO quid est ? Qu’est-ce que vne Conionction ? D. Pars oratiônis annéctens, ordinánsque senténtiam, C’est vne partie d’oraison qui lie & met en ordre une sentence. (Donatus 1585, p. 20)

62Plus encore qu’oraison, sentence est propre au métalangage du xvie siècle. Partagé par les vocabulaires grammatical et rhétorique, sentence désigne le message en tant qu’il est complet et cohérent, qu’il correspond à « une performance réussie ou non » (Millet 1997, p. 4). Cette acception explique la fréquence du terme dans les sections des grammaires consacrées à la ponctuation, pour nommer les unités sémantiques que les signes ponctuants séparent.

63La Grammaire de Ramus offre un exemple intéressant de distinction entre l’ordre de la sentence et celui du bastiment des mots. On lit dans la section dédiée à l’« anomalie du nombre et de la personne » :

Ces anomalies sont communes aux Grecs et Latins. P. Vous dictes vray. Mais nous en auons bien daultres. Premierement pour modestie et reuerence nous vsons du plurier de la seconde personne pour le singulier, comme en parlant a vng seul nous disons. Vous aymes bonne renommee : Vous estes amiable : en quoy loraison na point au bastiment des mots aucune repugnance contre lart, mais contre la sentence : Et Quintilien a dict que cest semblable solecisme de dire en parlant a vng. Venite, venes, quen parlant a plusieurs de dire, Abi, Va ten. D. Voyla grand merueille en ces langues quune mesme oraison soit louable en lune, qui est blasmee en lautre, et quen Latin ce soit solecisme, ce qui est atticisme en Francois. (1572, p. 161-163)

64La sentence est ainsi une qualité de l’oraison qui regarde l’adéquation entre l’ordre du discours et celui du monde, mise à mal par l’emploi d’une marque du pluriel pour désigner un singulier. Cette valeur de sentence n’est plus guère attestée chez Maupas, qui emploie sentence pour viser l’énoncé comme unité syntagmatique : les sentences ont un début et une fin, et elles peuvent se succéder. Au siècle suivant, la grammaire de Vairasse d’Allais (1680) est la seule à faire de sentence un terme du métalangage grammatical, au sens approximatif de phrase, niveau intermédiaire entre le mot et la période.

2.3. Clause

  • 46 Charpin (1977, p. 102-104) note que clausula est en latin un terme de rhétorique désignant la clau (...)
  • 47 Meigret considère cependant que le verbe de la clause doit être à un mode personnel (« […] l’infin (...)

65Clause semble plutôt emprunté au latin médiéval clausa qu’au latin clausula46. Selon Millet (1997, p. 5), clause et clausule sont les « deux termes les plus fréquents au xvie siècle pour désigner l’équivalent grammatical ou rhétorique de la phrase », et clause dans les rhétoriques du xvie siècle est fréquemment l’équivalent de période. Pourtant, seul clause apparaît dans notre corpus, (chez Meigret, Estienne, Bosquet, Maupas, Vaugelas, Dupleix citant ce dernier), et toujours pour désigner une unité propositionnelle de faible étendue, à verbe personnel ou non47, quelle que soit sa modalité énonciative. En raison de son origine rhétorique, clause est surtout présent, dans les grammaires du xvie siècle, dans les sections consacrées à la ponctuation, sans y être toutefois cantonné. Ainsi chez Meigret comme chez son successeur Estienne, la conjonction conjoint des clauses, et non des sentences :

Conionctions ce sont mots qui ne se declinent point : seulement seruent pour ioindre & assembler les mesmes especes des parties d’oraison, ou les clause aux clauses, auec quelque signification : comme le substantif au substantif, ou Pronom : comme, PierreIehan, Cesarmoy. […]. Finallement elle conioinct les clauses : comme, Il fait l'homme de bien, combien qu’il soit ung grand usurier. (Estienne 1557, p. 82)

66Clause désigne ici quelque chose qu’on pourrait aujourd’hui nommer proposition, sans que la clause soit regardée comme partie d’une unité supérieure. Mais clause reste peu employé dans notre corpus, et n’est attesté qu’une seule fois avec un sens grammatical dans nos ouvrages du xviie siècle, chez Maupas. Le terme nomme un groupe infinitif ou participe détaché :

[…] quand quelque close toute entiére, comme une espece de parenthese, est entremise entre le nominatif et son verbe, les mots de cette clause ne touchent le verbe, et se fait comme une suspension de sens : Ainsi, Le Roy, apres avoir connu ma fidelité et diligence en plusieurs importans affaires, m’a amplement remuneré, et depuis tous-jours bien aimé. Les Ambassadeurs, ayans en plein conseil exposé leur charge, ont receu favorable response. 1618, f. 127ro).

2.4. Phrase

  • 48 On trouve dans la Grammaticae gallicae libri tres d’Antoine Cauchie quelques occurrences du latin (...)

67Le latin phrasis (simple latinisation du grec), appartient au vocabulaire de la rhétorique et son sens est stylistique, visant la qualité de l’expression. Il est peu attesté en latin classique, l’équivalent latin du grec phrasis étant plutôt, pour certaines de ses acceptions, elocutio : « elocutio, comme phrasis, désigne l’énoncé par opposition au message et l’envisage comme produit ou comme production » (Charpin 1977, p. 37). Selon Oniga (2016), phrasis est pratiquement absent du latin médiéval mais réapparaît à la Renaissance, notamment sous l’impulsion d’Érasme, toujours au sens de « style » ou « manière de parler »48. C’est phrase et non élocution que le français retient comme l’un des noms de l’énoncé, quand élocution se spécialise pour désigner la partie de l’art rhétorique qui regarde le choix des expressions, leur arrangement et leurs figures. La phrase, au xvie et surtout au xviie siècle, comme l’ont bien montré Seguin 1993 et Garrette 1990, c’est la « façon de parler », souvent propre à une langue, la locution voire l’idiotisme. Trois contextes favorisent l’emploi de phrase dans nos grammaires :

68i) la description des structures où l’ordre sujet-verbe se trouve inversé, qu’il s’agisse des constructions interrogatives et injonctives ou de toute séquence ouverte par autre chose que le sujet :

En phrases interrogatives les pronoms nominatifs vont apres le verbe immediatement. Feray-je mal afin que bien en viéne ? Crois-tu aux Prophetes ? Messieurs sont-ils céans ? Irons-nous à l’Eglise ? Viendrez-vous avec nous ? Que dit-on ? Que fait-on ? (Maupas 1618, f. 61ro)

Phrases en suite de quelques parties indeclinables, comme quelque adverbe, ou conjonction, telles que, Lors, alors, àdonc, Tant, à tant, Si Aussi, à ce, Partant, Bien, etc. telles autres quand on les fait commencer la phrase, comme. un tel est fort sçavant, aussi a-il pris grand peine. On dit que vous me faites de moy, à ce me veux-je opposer. Vous m’avez fait une promesse, or est il temps de l’accomplir, or verray-je si vous m’estes ami. (Maupas 1618, f. 62ro)

69Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’Oudin recoure à phrase pour définir l’ordre canonique des constituants de l’énoncé :

L’Ordre general qu’on tient en la disposition des phrases entieres, est de mettre tousiours les nominatifs deuant leurs verbes, ou seuls, ou construits par le moyen de quelque autre particule : par exemple, la vertu est estimée : Aristote dit. La prudence et la sagesse sont admirées. (Oudin 1640, p. 200)

70Les énoncés qui ne présentent pas cet ordre de constituants sont donc des phrases particulières, dont il faut décrire les propriétés.

71ii) le traitement des tours considérés comme idiomatiques, particulièrement quand ils engagent une perturbation de l’ordre usuel des constituants :

Il et Ils sont quelquefois postposes aux verbes, comme cest il, ce sont ils, Luy auec le nom numeral faict vne certaine frase Francoyse : comme, Il est arriue luy troisiesme, quatriesme, cinquiesme, pour estant accompagnè de trois, quatre, cinq […]. (Ramus 1572, p. 143)

Notez, qu’en la langue Françoise, la phrase est trouuée meilleure, au lieu du verbe actif, quy gouuerne un substantif, le conuertir en substantif participe passif, comme au lieu de dire-Il m’a donné sa foy ; les mieux parlans disent-il m’a sa foy donnée. (Bosquet 1586, p. 112)

Nous avons une phrase assez frequente qui le plus souvent emporte mespris et desdain. Commence le demonstratif Ce, ou un quelque, ou semblable, puis vient un epithete suivi d’un substantif, au moyen de l’article De, Ce glouton de Thomas, un vaurien de Laquais, Mon vieillard de mari. Et en bonne part. Mon bon homme de Pere, Ma bonne femme de Mere. (Maupas 1618, f. 33vo-f. 34ro)

72À ce titre, certaines phrases françaises sans équivalent latin peuvent être perçues comme imitées d’autres langues modernes. C’est le cas, toujours chez Maupas, des constructions pronominales passives et impersonnelles :

On en pourra rencontrer beaucoup d’autres [: des verbes] dont la construction sent son impersonnel. Mesme si l’on veut accompter entre les impersonnels (comme il semble raisonnable) ceux qui se construisent en la 3. personne singul. à mode d’impersonnels, moyénant le pronom, prepositif se, comme, Il se prouve, il se traite, il se rencontre, il se seme, il se cueille, il se convertit, il se divertit, il s’esclaircit, etc. infinis. Car à mon advis tous verbes actifs et passifs peuvent estre employez de cette maniere qui suit la phrase Italiéne. (Maupas 1618, f. 125ro)

73Ou de l’emploi de devoir comme semi-auxiliaire :

Souvent aussi nous employons le verbe Devoir, avec les infinitifs des verbes, pour periphraser diverses natures de futurs, ce qui tient de la phrase Allemande, et plustost en affirmant qu’en niant, combien qu’en niant aussi. (Maupas 1618, f. 129 vo-130ro)

74iii) enfin, phrase peut être employé chaque fois qu’une suite de mots est sentie comme figée, archaïque, locutionnelle, éventuellement renvoyée à un fait de variation diastratique ou diatopique, ou interprétée comme l’effet de la liberté de l’usage contre la règle. Quelques exemples :

Quelques Grammairiens ont voulu faire passer des phrases vulgaires pour bonnes ; mais il se faut bien garder d’en vser : comme de dire : le logis à Iacques : le laquais à Monsieur : pour, le logis de Iacques : le laquais de Monsieur : et plusieurs autres qui sont fort vicieuses : par exemple ; ie vous feray tancer à Madame : ie vous feray payer à mon Maistre : au lieu de dire, par Madame, ou par mon Maistre. (Oudin 1640, p. 60)

Ces pronoms [: les démonstratifs] ont vne mesme signification, mais ils sont fort differents en leur arrengement, autresfois on mettoit ce pour cecy et cela, comme en ces vieilles phrases, ce ne croy ie pas : estant de ce fort content : à present cecy et cela sont plus envsage, et nous disons, ie ne croy pas cela : estant fort content de cela, etc. (ibid., p. 111)

Voicy des phrases impersonnelles que l’vsage fait estre bonnes : le sang me boult, le visage me brusle, le cœur me fault, ou me creue, le cœur me saigne, la teste me fend, la chair me cuit, la peau me demange, la gorge me gaigne, les mains me gellent, le fondement m’eschappe : mais si on les veut bien considerer, la force reciproquée en est grandement estrange : car en effet, le bouïllir le cuire, le demanger, etc. n’agissent point sur nous par reflexion. (ibid., p. 254)

S’attaquer à quelcun, est vne phrase bonne & vsitée, pour Attaquer quelcun : pourueu que vous parliez des personnes ; car vous ne diriez pas bien ; S’attaquer à vne forte place ; à vn grand danger. (Chiflet 1659, p. 99)

  • 49 Ce n’est possible qu’en « des phrases qui sont autorisées par l’usage » (1676, p. 65). Les exemple (...)
  • 50 Elle s’est trouvé/e malade est ainsi commenté : « lorsque la phrase détermine assez le sens, elle (...)
  • 51 Nous renvoyons à Seguin (1993a) pour une étude précise de ce qu’il nomme la « grammaticalisation » (...)

75Les rares emplois de phrase dans la GGR relèvent de cette catégorie : sont appelées phrases des constructions irrégulières, qui font exception aux règles ou dont la construction est susceptible de variation. Le terme n’apparaît qu’en deux occasions : pour décrire l’usage du possessif son avec un possesseur non humain49, et pour l’accord du participe passé des verbes pronominaux50. La phrase est ainsi un fait d’usage, soumis au changement, à la mode, aux particularismes sociaux ou régionaux. Il n’est donc pas étonnant que phrase soit le nom de l’énoncé le plus employé par les Remarqueurs, particulièrement dans ses deux dernières acceptions51.

2.5. Période

  • 52 Voir Charpin (1977, p. 106-110) et Baratin et al. (2004, p. 1036).

76Pour la tradition rhétorique antique, l’unité de référence est évidemment la période (periodos, rendu en latin par ambitus, circuitus, circumductio, comprehensio, continuatio, complexio, conclusio)52. Sa définition est généralement celle d’une unité rythmique de sens complet, divisée en cola et commata (ou membra et incisa).

77Les usages français de période attestent d’un essai d’extension de la notion au-delà du domaine oratoire. Dans notre corpus, période est employé dans les sections traitant de la ponctuation et, chez Ramus et Bosquet, exclusivement en ces endroits. Mais on trouve aussi période dans les descriptions qui nécessitent d’envisager les frontières de la phrase, ses termes initiaux ou finaux ou les bornes des propositions entrant dans la composition d’un discours plus étendu. Le terme est ainsi très fréquent dans les considérations stylistiques des remarqueurs. En l’absence de désignation de la phrase complexe comme entité syntaxique, on importe ce terme rhétorique. Quelques exemples :

La Conjonction Et, ne doit pas estre repetée à chaque membre de la periode, mais seulement au dernier : comme ; Le Clergé, la Noblesse, et le Tiers Estat. Excepté quand il y a entre ces parties de la periode, vne separation inesgale : comme ; Les grands et les petits ; les jeunes et les vieux ; les pauures et les riches etc. (Chiflet 1659, p. 127)

[…] la conjonction Si, qui fournit à nostre langue plusieurs usages et à mesure, varie de syntaxe. Estant donc copulative, elle conjoint la periode avec de la gravité, au propos precedant. Exemp. Lors Pompee fut adverti que Sertorius approchoit, Si se prepara à luy livrer bataille. Il rencontra le personnage, Si luy dit, etc. (Maupas 1618, f. 174vo)

Quand. Lors que plusieurs verbes se construisent en vne periode, le premier receuant cet aduerbe, les autres ont que pour conionctiue sans repeter ledit quand : v. g. Quand de telles affaires arriuent, et qu’on les neglige, etc. (Oudin 1640, p. 272)

  • 53 Voir GGR (1676, p. 17 et 20).
  • 54 « C’est une bonne et sage institution de nos ancêtres, Pères conscrits, de faire commencer par des (...)

78Période n’est employé qu’en deux endroits dans la Grammaire de Port-Royal : dans la section sur les lettres, le terme apparaît à l’occasion de l’explication des signes graphiques que sont l’accent en hébreu et la majuscule en français53 ; dans le fameux chapitre sur le relatif, période est utilisé dans le contexte de l’analyse du qui latin qui sera plus tard nommé « relatif de liaison ». À propos de l’exemple suivant de Pline le Jeune, Benè ac sapienter, P. C. majores instituerunt, vt rerum agendarum, ita dicendi initium à precationibus capere, quòd nihil ritè, nihilque providenter homines sine Deorum immortalium ope, consilio, honore, auspicarentur. QVI mos, cui potiùs quàm Consuli, aut quando magis vsurpandus colendusque est ?54, les Messieurs commentent :

Il est certain que ce Qui, commence plûtost vne nouvelle periode, qu’elle ne joint celle-cy à la précedente, d’où vient mesme qu’il est précedé d’vn point : Et c’est pourquoy en traduisant cela en François, on ne mettroit jamais : Laquelle coûtume, mais ; Cette coûtume, commençant ainsi la seconde periode : Et par qui CETTE COVSTVME doit-elle estre plûtost observée, que par vn Consul ? etc. (1676, p. 77)

  • 55 Voir plus bas, chap. 4, section 2.
  • 56 Voir Vaugelas (1647, p. 86), remarque intitulée « QVI, au commencement d’vne periode ». L’analyse (...)

79Ce commentaire prend place dans un développement fondamental pour l’élaboration de l’analyse de la subordination55. S’il est bien ici question de traiter des frontières de la période, comme chez Vaugelas qui posait en règle de ne pas commencer les « périodes françaises » par le relatif qui56, la visée des Messieurs n’est aucunement rythmique ou stylistique.

2.6. Propos

  • 57 Rappelons la définition rapportée plus haut : « Le langage, l’oraison, le parler ou propos est un (...)

80Propos ne s’est pas imposé comme terme du métalangage grammatical, malgré les tentatives de Meigret57 et surtout de Maupas. Chez Estienne, Bosquet, Matthieu, propos nomme le discours en tant qu’il est adressé à quelqu’un, mais aussi, comme dans le langage courant, le sujet du discours ou son intention.

81Bien qu’isolée et non systématique, la tentative de Maupas est intéressante : retenant la proposition terminologique de Meigret, il la renouvelle en inscrivant propos dans le couple phrase/propos pour décrire les énoncés porteurs de modalisations. Le propos peut être énonciatif, prohibitif, impératif, commandatif, interrogant, conditionnel, dubitatif, affirmatif ou négatif : phrase peut supporter les mêmes caractérisations, mais alors c’est le matériau verbal qui est visé – la construction ou l’ordre des mots –, et non sa valeur pragmatique.

2.7. Énonciation

  • 58 « Enuntiativa vero non omnis [oratio], sed in qua verum vel falso inest » (Aritoteles latinus, II, (...)

82Boèce traduit par [oratio] enuntiativa ou enuntiatio le logos apophantikos du Peri hermeneias, c’est-à-dire l’énoncé porteur de vérité ou de fausseté58. Il est impossible de rendre compte de la longue histoire de la concurrence de ce terme avec propositio, au Moyen Âge et à la Renaissance (voir ci-dessous proposition). On se contentera de signaler un fait remarquable, sur lequel nous reviendrons : le passage d’oratio enuntiativa à enuntiatio, puis la traduction française énonciation ou proposition, efface la relation de ce terme au paradigme des types d’orationes.

  • 59 Selon Hatzfeld, Darmesteter et Thomas : « Opinion n’est pas question ou inquisicion, mais est la e (...)
  • 60 « Enonciation est disposition, par laquelle quelque chose est énoncée de quelque chose : comme Le (...)

83Oresme donne la première traduction française de ce terme du métalangage logique sous la forme énunciation59. Dans les logiques françaises, énonciation entre en concurrence avec proposition, voire avec axiome, terme retenu par Ramus en place d’énonciation dans la troisième édition de sa Dialectique60. La Logique de Scipion Dupleix, dont le chapitre iv, 6 s’intitule « De l’Enonciation et de ses divers noms », présente un agencement terminologique très clair partiellement hérité de Ramus :

L’énonciation donc est une oraison parfaicte et signifiant afirmation ou negation. Laquelle suivant ses diverses fonctions reçoit aussi divers noms. Car en tant qu’elle interprete et explique les conceptions de l’ame, elle est appelée interprétation, En tant qu’elle est partie du syllogisme, Proposition […]. (1606, p. 167)

84À l’inverse, c’est énonciation que retient le traducteur de Pierre du Moulin pour nommer les propositions « deuant qu’elles entrent en vn Syllogisme » (1638, p. 155). Autre possibilité enfin : ces distinctions sont effacées dans la Logique du prince de La Mothe le Vayer : si énonciation désigne le résultat de l’opération de jugement, le terme est présenté comme synonyme de proposition et oraison : « En toute proposition, énonciation, ou oraison, l’on considère le sujet, l’attribut, & la copule ou liaison » (1658, p. 32).

85Énonciation n’apparait que rarement dans nos grammaires : seulement chez Bosquet, Dupleix et Maupas. Dans les Elemens de Bosquet, énonciation ne porte pas de charge logique et prend la valeur de « construction », voire simplement d’« exemple » :

[…] deux substantifs ioins ensemble, estant l’vn d'iceux, ou tout les deux feminins, lors y sont communement requises deux articles, comme demonstrent ces enonciations-le mouchoir de la fille ; La robbe de la femme, etc. (1586, p. 62, nous soulignons)

Ceste regle est digne d’obseruance, que parlant l’inferieur à son superieur (ou à vn seul personnage, en familiere reuerence, ou respect) le commun usage du parler François, vse du Pronom-vous, et souuent du verbe de mesme nombre, et personne par luy regy, au lieu des secondes du singulier, comme denotent ces enonciations-
Que me voudriez-vous plus ? vous m’offrez trop de faueur ? Ie vous suis seruiteur tres-humble : Ie me deuouë du tout à vous ; Pour-Que me voudrois-tu plus ? Tu m’ofre trop de faueur : Ie te suis seruiteur tres-humble : Ie me deuouë du tout à toy. (p. 67, nous soulignons)

86Au contraire chez Maupas, énonciation conserve, sinon sa pleine valeur logique, du moins son souvenir. Le terme est employé pour désigner l’énoncé en tant qu’il est affecté d’une « qualité » au sens logique du terme, c’est-à-dire qu’il porte l’affirmation ou la négation :

Voirement, est comme de vray à la verité, et ordinairement est mis apres avoir repeté le verbe dont aura esté bastie l’enonciation préallable, soit affirmative ou negative, pour l’asseurer et confesser tout à fait. Vous aimez le jeu de la paume. Ie l’aime voirement. (Maupas 1618, f. 166ro)

  • 61 Voir chap. 2, section 2.3. Pour la suite de l’histoire du terme énonciation, voir Delesalle (1986)
  • 62 Affirmatio et Negatio communi nomine vocantur Propositiones : sic ubi proinde Propositionem dixeri (...)

87Progressivement évincé des traités de logique au profit de proposition, énonciation ne sera retenu ni par la GGR, ni par la Logique ou l’art de penser (désormais LAP). Le terme apparaît encore dans la Logica de Geulincx (1662), inscrit dans un agencement terminologique dont Dumarsais se souviendra61 : propositio est réservé au seul énoncé affirmatif ou négatif, quand enuntiatio nomme les autres distinctions logiques de l’énoncé (quantité, modalité, simplicité ou composition, etc.)62.

2.8. Proposition

  • 63 Nous reproduisons, pour qu’on puisse juger de la labilité des équivalences terminologiques, un ext (...)

88S’ils privilégient oratio enuntiativa (ou enuntiatio), les traducteurs latins d’Aristote n’exclut pas l’emploi de propositio63. D’où vient ce terme ? Nuchelmans (1973, p. 119-121) date l’apparition de propositio au sens d’« énoncé assertif » du Peri hermeneias d’Apulée (IV, 267), où propositio traduit le logos apophantikos d’Aristote. Auparavant, on trouve propositio (littéralement « ce que l’on pose »), chez Cicéron par exemple, comme traduction du grec protasis, première prémisse d’un syllogisme. De fait, propositio par la suite vaut souvent comme hyponyme d’oratio pour désigner la protasis. Mais les trois éléments du syllogisme étant des unités sémantiques isolables, propositio peut désigner une proposition « au sens où c’est un énoncé qui expose une idée unique » (Baratin et al. 1994, p. 1037).

  • 64 Voir Nuchelmans (1980, p. 9). Ashworth (1974, p. 49) signale une remarquable unanimité concernant (...)
  • 65 Dans la Dialectique de Ramus par exemple : voir plus haut note 60. Axioma est encore utilisé dans (...)

89Nuchelmans (1973, p. 165-188 et 1980, p. 146-147) retrace ainsi les grandes lignes de la fortune du terme jusqu’à la Renaissance : dans les traités logiques du xiie siècle inscrits dans la lignée d’Abélard, propositio est la désignation usuelle pour l’énoncé porteur de jugement, ainsi que – au sens de pro alio positio – pour la prémisse en général. C’est au siècle suivant qu’enuntiatio (qui s’identifie avec l’enuntiabile) devient synonyme de propositio, chez Albert le Grand et Thomas d’Aquin. Les deux termes restent en usage dans les traités scolastiques, ils sont généralement définis en termes boéciens comme oratio verum falsumve significans64. La défiance envers le savoir scolastique est l’un des motifs engageant les logiciens de la Renaissance à préciser cette terminologie en considérant enuntiatio comme un terme générique pour l’énoncé déclaratif quand propositio se spécialise au sens de « (première) prémisse », ou encore en réintroduisant le terme axioma65.

90Quant au français proposition, c’est le terme retenu par Jacques Legrand dans L’Archiloge Sophie (ca. 1404-1410), premier texte en français présentant les arts du langage, dans la section consacrée à l’exposé des rudiments de la logique :

[…] Si dois savoir que logique contient plusieurs parties et plusieurs livres, entre lesquelx un et le premier, est nommé Periarmenias, le quel parle des parties d’orison, c’est assavoir de nom et de verbe, les quelles sont parties de toute orison et proposicion. Et dois savoir que orison se treuve de deux manières : car aucun orison est dicte imparfaite, c’est assavoir celle la quelle n’a mie bonne sentence, non obstant que elle contiengne plusieurs moz, ainsi comme seroit ceste oroison : homme bon et bel. Il est certain que par ceste orison tu ne pues entendre sentence parfaicte ; mais quand l’orison si te donne a entendre aucune parfaite sentence, lors elle est nommée parfaite oroison. Et proprement a parler elle est appellee proposicion. Et ainsi nous disons que ces orisons cy : Dieu est bon et parfait ; Dieu est tout puissant, sont parfaites et nommees proposicions (1986, p. 68, 16-28)

91Proposition (ou propositio) tend à supplanter énonciation (ou enuntiatio) dans les logiques du xviie siècle. Dès 1646, Lesclache opte pour un emploi plus étendu de proposition : dans cette Logique d’inspiration cartésienne, proposition désigne la sorte de discours qui représente « le jugement que nous faisons des choses, ou des actions qui en proviennent » (1646, p. 169). Enfin dans la brève Logica inscrite dans sa Grammatica audax, Caramuel y Lobkowitz définit la propositio comme « oratio prædicans unum de altero » (1654, p. 67). Proposition au sens d’assertion d’une relation prédicative est donc un usage sinon commun, du moins établi, quand les Messieurs rédigent leur logique.

  • 66 Voir Garnier (1558 p. 90) et Serreius (1623 p. 126).

92Du côté des grammaires, on peut constater avec Graffi (2004) que propositio et ses divers emprunts en langues modernes sont largement étrangers à la littérature grammaticale européenne jusqu’à la fin du xvie siècle. Pour le corpus grammatical français, le constat vaut jusqu’en 1660 et la parution de la GGR. Signalons pourtant un étonnant usage de propositio dans les grammaires du français en latin de Garnier (1558) et Serreius (1623 [1598]), toutes deux destinées aux Allemands. L’emploi de propositio est similaire dans les deux ouvrages, pour désigner un énoncé considéré comme pourvu de limites, de telle sorte que certains mots peuvent se trouver à l’intérieur ou à l’extérieur de cette unité. La distinction sert chez Garnier (1558, p. 28) à opposer les formes conjointes des pronoms personnels (in propositione) aux formes disjointes (extra propositionem), ainsi qu’à rendre compte de deux emplois des formes du pronom possessif : mien, tien, sien s’emploient aussi bien in propositione (ex. : « Ces arbres sont tiens, mais les fruicts sont miens ») que extra propositionem (« De qui est ce conseil ? respondebis simpliciter, mien, tien », ibid., p. 37-38). Enfin chez les deux auteurs, l’opposition entre position extérieure et intérieure à la propositio permet de mettre en contraste les emplois de ne et pas en français66. Dans tous les cas, les exemples d’emplois « hors-proposition » sont ceux de brefs énoncés responsifs, si bien que proposition semble désigner, par opposition, l’énoncé formellement « complet ». Nous n’avons pas identifié les sources d’une telle analyse, sans postérité dans le domaine français.

*

93Que conclure d’un tel inventaire ? D’abord que les limites d’une telle enquête sont évidentes, à deux titres au moins : elle ne rend pas compte de l’éventuelle cohérence des systèmes terminologiques propres à chaque auteur, alors que des ouvrages comme ceux de Meigret et Maupas, qui présentent des métalangages complexes pour la désignation de l’énoncé, mériteraient sous ce regard une étude spécifique ; par ailleurs, il est vraisemblable qu’en étendant le corpus de l’enquête on recenserait de nouveaux termes, ou de nouvelles acceptions pour les termes déjà répertoriés. En l’état cependant, notre inventaire met en évidence la forte instabilité des terminologies de l’énoncé, qui rend particulièrement délicate aujourd’hui l’identification des enjeux théoriques attachés à ces choix lexicaux. Il reste que la distribution des termes et de leurs valeurs dans chacun des trois arts du discours (grammaire, logique, rhétorique) est un facteur de régulation sensible du métalangage. Dans le corpus des grammaires françaises considérées, le métalangage de l’énoncé croise celui de la rhétorique plus souvent que celui de la logique. C’est essentiellement, on l’a vu, l’effet de l’élaboration, au sein des grammaires, de doctrines de la ponctuation qui relaient les théories de la division périodique. Avec la grammaire générale, ce lexique de la division périodique se trouvera confronté à celui de la typologie propositionnelle logique pour développer l’analyse grammaticale de la phrase complexe (voir chap. 4 et 5). Au niveau de l’énoncé simple, c’est la question de la relation entre la proposition et le traitement des différents types d’oraisons parfaites qui nous servira de point d’entrée dans le corpus de la grammaire générale.

Notas

1 On pense en particulier à Chevalier (2006) mais aussi à l’ensemble des travaux stimulés par la critique de Cartesian linguistics de Chomsky (1966) : Donzé (1967), Rosiello (1967), Aarsleff (1970), Percival (1972), Lakoff (1976), Joly (1977), Joly et Stefanini (1977). Plus récemment, et dans un contexte moins passionné, les études, traductions et éditions critiques des grandes grammaires humanistes ont permis de les situer plus précisément dans l’histoire longue des réflexions sur le langage et les langues : voir Clerico (1982), Colombat (1999 ; 2017), et la traduction à paraître du De causis lingua latina de Scaliger par B. Colombat, G. Clerico et P. Lardet.

2 Parmi l’abondante bibliographie relative à cette question, on retiendra les essais de caractérisation des projets grammairiens du xvie siècle de Glatigny (1989) et Riemer (2016) et, pour une réflexion plus large sur les relations entre norme et usage, Trudeau (1992). Voir également Colombat et Fournier (2007) sur les modes de désignation de cette nouvelle langue-objet, et de sa grammaire.

3 Selon des évolutions différentes pour les schémas VO et SV d’une part, pour les propositions principales ou subordonnées d’autre part : voir Marchello-Nizia (1995, chap. ii et iii) et N. Fournier (2001).

4 La Grammaire et syntaxe françoise de Maupas présente encore un certain nombre d’exemples attestant d’un ordre des constituants variables autour du pivot verbal. Ex. A chacun plaist tout ce qu’il fait (1618, f. 88 vo) ; De nostre temps sont advenuës choses memorables, et en ont esté escrites histoires tresbelles à voir (138 ro) ; Renduës que furent les letres de Cesar aux Consuls par Fabie (158 ro). Une vingtaine d’années plus tard, Oudin promeut l’ordre du français moderne : « […] les dispositions anciennes ne sont plus en vsage, car il faut necessairement que le verbe ou le participe regissant, comme i’ay dit autre part, precede les cas regis » (1640, p. 259). Si l’ordre adverbe-verbe-sujet est toléré, c’est à titre de variante libre : « Quand la periode commence par vn aduerbe, il est indifferent de mettre le nominatif deuant ou apres le verbe: v.g. Ainsi parla monsieur le President aux assistans, ou ainsi monsieur le President parla, etc. le dernier toutefois m’agrée beaucoup mieux que le premier » (p. 201).

5 « Combien que d’une pauvre considération la plus grande partie de nos Français soit en fantaisie que la poursuite d’une grammaire soit trop difficile et presque impossible en notre langue : je n’en ai pas pourtant si désespéré que je n’aie fait quelque diligence d’en chercher quelques moyens et règles. Ce que je ne pense point avoir fait sans propos, ni d’outrecuidance : vu qu’il est impossible à toute nation du monde de contracter par paroles, les uns avec les autres, deviser des raisons des arts et sciences : donner noms propres aux choses, distinguer les temps entre eux, les substances des accidents, et les actions des passions : ni de finalement conférer ensemble des propriétés de toutes choses, soit par le discours de l’autorité de la sapience divine, ou par celui de la raison humaine, que la propriété n’y soit observée, avec un assemblement fait de si bon ordre qu’une intelligence s’en ensuive telle que notre affection la veut exprimer suivant la conception de l’entendement. » (Meigret [1550] 1980, p. 1).

6 Quelques textes s’ajoutent à ce corpus initial : Dolet (1540), Dupleix (1651), Legrand (1986), Tory (1529), Vaugelas (1647). Pour la description de la plupart des textes mentionnés, on se reportera au CTLF (Corpus des textes linguistiques fondamentaux).

7 « L’énoncé est une combinaison de mots cohérente, qui exprime un sens complet » (trad. Baratin 1994).

8 Cité par Baratin (1999, p. 171), qui en donne la traduction suivante : « Les premiers principes de la grammaire se développent à partir des éléments ; ces éléments sont représentés sous forme de lettres, les lettres s’agrègent en syllabes, le mot résulte du groupement des syllabes, les mots se combinent en constituants de l’énoncé, l’énoncé est la somme de ses constituants ». L’héritage combiné de la Poétique d’Aristote et d’Apollonius Dyscole est ici évident (voir Ildefonse et Lallot 2017).

9 L’Ars minor de Donat ne comporte aucune définition de l’énoncé bien qu’il soit structuré par l’inventaire des partes orationis ; il en va de même dans l’Ars major, mais certaines qualités de l’énoncé sont évoquées dans la section consacrée aux défauts et qualités de l’énoncé, ainsi qu’à l’occasion du traitement des signes de ponctuation (voir plus bas, section 1.2.3.).

10 C’est la fameuse leçon de grammaire du Sophiste (262c 5-7), qui établit que des noms énoncés successivement, pas plus que des verbes, ne constituent un énoncé : « Car dans un cas comme dans l’autre, les paroles proférées ne font référence ni à une action ni à une absence d’action, ni à la réalité d’un être ou d’un non-être, tant qu’on n’a pas mêlé les noms et les verbes : alors seulement, il y a ajustement et dès lors cette combinaison élémentaire devient un énoncé, pratiquement le premier et le plus petit des énoncés. » (trad. Baratin et Desbordes, 1981, p. 87). Le De interpretatione d’Aristote (16b 25-17a 20) poursuit la leçon en établissant que la combinaison du nom au nominatif et du verbe à l’indicatif est la forme de base de tout énoncé déclaratif (logos apophantikos). Voir en particulier, parmi l’abondante littérature à ce sujet, Ildefonse (1997).

11 Denys le Thrace définit le logos comme « une composition en prose qui manifeste une pensée complète » (11.2, trad. Lallot 1998, p. 49). La restriction à la prose est absente de la définition d’Apollonius Dyscole : « […] de la même façon que les syllabes donnent le mot, de même la congruence des contenus de pensée donne la phrase complète » (trad. Lallot 1997, I p. 96).

12 Voir en particulier les contributions de Gourinat, Ildefonse, et Baratin dans Büttgen et al. (1999).

13 Peri hermeneias, chap. 4, 16b26-28, trad. Baratin et Desbordes (1981, p. 99).

14 Sont « parties de la lexis » tous les constituants de l’expression linguistique, signifiants ou non, du plus simple au plus complexe, qui est le logos. La catégorie llogos est exemplifiée aussi bien par la définition (animal raisonnable) que par l’énoncé assertif (Cléon marche), ou encore l’Iliade.

15 Lauwers (2004a et 2008) considère que cette « double directionnalité » de l’analyse est encore caractéristique de la syntaxe française de la première moitié du xxe siècle. Voir aussi sur ce point le vaste panorama des théories de la phrase au xxe siècle établi par Desmet et Melis 2000.

16 Sur les interprétations médiévales et renaissantes de la notion de congruitas, voir Colombat, Rosier, Baratin, Lallot (1999). Et sur l’adaptation, dans les grammaires humanistes, de la définition priscianienne de l’oratio à celle la constructio, voir Colombat (1999, p. 374-379).

17 Technê (chap. 11) : « Le mot (léxis) est la plus petite partie de la phrase (lógos) construite » (trad. Lallot 1998, p. 51).

18 La définition est ensuite précisée par les commentateurs médiévaux de Priscien, qui établissent que constructae exclut les énoncés qui ne comportent qu’un seul mot, et que le mot complexe n’est pas un énoncé, parce que ses formants ne participent pas à la construction sémantique de l’énoncé (Rosier 1989).

19 Les règles de congruence peuvent en outre s’appliquer à des éléments relevant de deux énoncés distincts et formant un couple question-réponse : l’exemple Quem quaeritis ? Jesum Nazarenum illustre l’accord de l’interrogatif et du responsif (Despautère 1585, p. 24).

20 Voir en particulier Baratin et Desbordes (1981, p. 32) ; Ildefonse (1997, p. 144-155, et 1999) ; Lallot (2013, p. 38-39).

21 Voir, sur les domaines d’application de la notion d’autotelia chez Apollonius, Lallot (2013 p. 37-48), qui montre que cette notion s’inscrit plus largement dans une économie de la langue et du discours comme ajustement de formes pleines. Aussi Nuchelmans (1973, p. 93).

22 Alors que pour la dialectique stoïcienne, le lekton (l’« énonçable ») ne devient un énoncé que s’il est « complet » (c’est-à-dire si le prédicat est complété par un « cas »). Le lekton dit « incomplet » est un prédicat seul (exemplifié par un verbe conjugué), ce n’est pas un énoncé (Ildefonse 1999, p. 152). La division vise donc à asseoir la primauté du prédicat sur le nom, inversant ainsi la proposition aristotélicienne selon laquelle le rhêma est dit de l’onoma, expression d’une substance préexistante et contenant la propriété que le verbe vient exprimer.

23 [Doctissimi artium scriptores] primo loco nomen, secundo verbum posuerunt, quippe cum nulla oratio sine iis completur (« Les plus savants artigraphes ont placé le nom à la première place et le verbe à la seconde pour la raison que sans ces deux catégories-là un énoncé ne peut être complet », GL III, 116.7-8, trad. Baratin 1999, p. 175).

24 […] nec non unaquaeque dictio hoc saepe nomine nuncupatur, cum plenam ostendit sententiam, ut verba intransitive et responsiva, que saepe una dictione complentur, ut si dicam quid est summum bonum in vita ? et respondeat quis honestas, dico bona oratione respondit (« N’importe quel mot peut même à lui seul recevoir ce nom d’énoncé, lorsqu’il présente un sens complet, comme les verbes à l’impératif, ou dans les réponses, qui sont souvent complètes avec un seul mot : par exemple, si je dis quel est le plus grand bien dans la vie ? et qu’on me réponde l’honnêteté, je dis cet énoncé est une bonne réponse », GL II, 54.1-4, trad. Baratin 1999, p. 175).

25 Dans la perspective de l’intelligibilité telle que l’entend Priscien, l’énoncé complet s’oppose à l’énoncé incomplet comme ce qui est « seulement complet, ce qui a juste de quoi ne pas être incomplet […]. On ne saurait mieux présenter le caractère minimal de l’énoncé complet. C’est là le point essentiel : l’énoncé complet, c’est un énoncé minimal » (Baratin 1988, p. 77).

26 Rosier (1983, p. 195-198) montre que les grammairiens modistes définissent la complétude de l’énoncé en la ramenant à trois critères : la présence d’un suppositum et d’un appositum, la saturation de toutes les relations de dépendance, et la conformité entre les modes de signifier (ainsi que l’exigent les règles de congruité). Ayant clairement distingué les tâches du grammairien de celles du logicien, les Modistes soulignent que l’évaluation de la complétude de l’énoncé relativement à la génération d’un sens complet approprié chez l’auditeur est l’affaire du logicien. La notion de complétude fait l’objet de réflexions sophistiquées de la part des grammairiens intentionalistes au xiiie siècle (voir Rosier 1994b, p. 23-56).

27 Par « by one verbe alone », il faut entendre « à l’aide d’un seul verbe [dans l’énoncé] ».

28 L’histoire du couple sujet/prédicat, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, a fait l’objet de plusieurs études interrogeant les modalités de la distinction entre ses valeurs logiques, sémantiques et grammaticales, au gré des traductions (subjectum/praedicatum ; suppositum/appositum) et des partages disciplinaires. Voir les articles de Ildefonse, Lallot, Baratin et Rosier rassemblés dans Archives et Documents de la SHESL, seconde série n° 10, 1994. Rosier (1994a) retrace les étapes de la constitution et de l’évolution du couple suppositum-appositum aux xiie et xiiie siècles : l’équivalence entre appositio-appositum et praedicatio-praedicatum se trouve déjà chez Boèce ; l’histoire des termes désignant le sujet est plus complexe, elle suppose de distinguer pour le nom entre les fonctions du substantif et celles de l’adjectif. Quant à l’appositum, il est alternativement regardé comme réalisé par le verbe « adjectif » ou par son objet. Sur les sources priscianiennes de cette ambiguïté, et sa fortune jusqu’au xviie siècle, voir Colombat (2017). Voir aussi Graffi (2008) pour une discussion critique de l’histoire de ces termes et de ces concepts.

29 La distinction posée par Meigret entre « l’ordre des paroles » et le « sens » est reformulée plus loin via l’opposition prolation/clause, pour souligner la conformité du français à l’ordre « naturel » : « De vrai, si nous considérons bien le style de la langue latine et celui de la nôtre, nous les trouverons contraires en ce que communément nous faisons la fin de clause ou d’un discours, de ce que les Latins font leur commencement : et si nous considérons bien l’ordre de nature, nous trouverons que le style français s’y range beaucoup mieux que le latin. Car les Latins préposent communément le souposé au verbe, lui donnant ensuite le surposé : par ce moyen, le passif, qui par l’ordre de nature dût être le dernier en clause, est le premier en prolation : et le surposé le dernier, qui par raison dût être le premier : d’autant que l’agent est par raison précédant l’action et passion comme duquel est le commencement du mouvement. » (1550, p. 140-141).

30 Cet emploi est déjà attesté dans certains manuels grammaticaux du siècle précédent : voir Colombo Timelli (2001).

31 Sur l’attitude des grammairiens du xvie siècle face à l’expression du pronom sujet, voir Vlassov (1997). Ramus excepte de sa règle d’expression du pronom sujet conjoint l’impératif et les réponses négatives à une interrogation totale : « Tu as chante, Non ay : Iay repose : non as : Il a satisfaict ? non a. Icy le suppost est entendu. » (1572, p. 154).

32 « Ie et Tu sont proprement les supposts de la premiere et seconde personne : toutesfois, Moy et Toy sont supposts du verbe auec les conionctions, Et, Ou, comme : Toy et moy le ferons, Toy et moy irons la, Toy et Iehan feres cela, Toy ou moy le ferons. » (ibid., p. 154-155).

33 Sur les possibles sources médiévales de cette conception de la prédication (on pense en particulier aux théories d’Abélard sur la proposition assertive), voir Nuchelmans (1973, p. 139-163), Libéra et Rosier (1992), Rosier (2003).

34 Pour une vue d’ensemble de cet héritage rhétorique des doctrines de la ponctuation au xvie siècle, voir Millet (1997) ; et Graffi (2009, p. 68-69) sur la ponctuation dans les grammaires italiennes et allemandes au xvie siècle.

35 Holtz (1981, p. 63) souligne que si le contenu de ce chapitre est proche de celui qui lui correspond dans la Technè de Denys le Thrace, la phrase finale est un ajout de Donat : « […] la dernière phrase donne à celui-ci une portée plus large. Cette lecture vise un discours déjà constitué, comme le montrent les mots sententia (l’unité de sens, la phrase), periodos, cola, commata, qui peuvent s’appliquer aussi bien aux ensemble syntaxiques qu’aux ensembles stylistiques. »

36 La reprise de Dolet (1540, p. 19) est presque littérale : « […] tout argument, & discours de propos, soit oratoire, ou poëtique, est deduict par periodes. / Periode est une diction Grecque, que les Latins appellent clausule, ou comprehension de paroles. »

37 Nous ne suivons pas ici Millet (1997, p. 6) qui déduit de l’observation des mêmes extraits du Traité que la clause chez Meigret « désigne à la fois la proposition et la phrase ».

38 On lit par exemple chez Bosquet les suites « sentence, ou periode », « sentences, figures, et affections de l’oraison, ou deuis » (1586, p. 142-143).

39 Voir Colombo Timelli (1996) pour ces premières adaptations vernaculaires de Donat.

40 Selon le TLF-Étym.

41 C’est par oratio que Boèce traduit le lógos de la définition du Peri hermeneias (« Lógos esti phônê semantikê hês tôn merôn ti sêmantikôn esti kekhôrismenon, hôs phasis all oukh hôs kataphasis » (PH 16b26-28) ; « Oratio est vox significatiua, cujus partium aliquid significatiuum est separatum (ut dictio, non ut adfirmatio ») (XXX 7.20-8.1) ; « L’énoncé et un constituant de la parole porteur d’une signification, dont une partie quelconque a une signification autonome du point de vue de l’énonciation, mais sans constituer une assertion » (trad. Baratin et Desbordes 1981, p. 99).

42 Les auteurs de l’article « Propositio » du Vocabulaire européen des philosophies concluent également, du parcours des valeurs d’oratio dans l’Antiquité latine, que si oratio peut désigner des séquences coïncidant avec l’unité phrastique, « il n’y a là que des effets de coïncidence » (Baratin et al. 2004, p. 1036).

43 Voir plus haut, section 1.

44 Trois exemples : « […] tout mot finissant en e, perd son e, final, s’il rencontre en fil d’oraison un autre mot commençant par voyelle ou h muëtte, et faut proferer comme si l’e, n’y estoit pas, unissant les deux syllabes en une […] » (1618, f. 5ro-5vo) ; « Prenez donc garde à cet ordre, qu’en oraison affirmative le pronom nominatif commence, puis vient le datif ou accus. prepositif, puis le verbe comme appert és exemples cy dessus. Et en propos negatif, le nominatif aussi premier, puis la negation Ne […]. » (f. 64ro) ; « Ces possessifs icy sont purs adjectifs, ne pouvans subsister en oraisons sans substantifs expres à leur suite. Voilà mon livre : icy ma plume » (f. 81ro).

45 Voir plus haut, section 1.2.3.

46 Charpin (1977, p. 102-104) note que clausula est en latin un terme de rhétorique désignant la clausule métrique, sans que cette notion soit associée à un format spécifique de séquence linguistique. Comme le remarque Graffi (2004), c’est clausula qui est le nom de l’énoncé dominant dans le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu (1501).

47 Meigret considère cependant que le verbe de la clause doit être à un mode personnel (« […] l’infinitif ne peut faire clause comme verbe : comme qui n’a aucune signification distincte de temps ni de personnes ni de nombre, quoiqu’il puisse avoir gouvernement sur toutes les autres parties de l’oraison tout ainsi que les verbes », 1550, p. 80). Ce n’est pas le cas pour Maupas, comme l’atteste la citation rapportée ici-même.

48 On trouve dans la Grammaticae gallicae libri tres d’Antoine Cauchie quelques occurrences du latin phrases au sens de « locution, construction, tour idiomatique », c’est-à-dire au sens que prend à la même époque le français phrase : « […] aprez avoir fait cela, aprez avoir raconté ces choses. quas phrases non minùs eleganter per participium reddideris, cela fait, ces choses racontées (1586, f. 102vo) ; « Implicitæ etiam phrases sunt aller à l’eau, à la fontaine pro aller querre de l’eau, aller querir de l’eau de fonteine / aller au vin pro aller en la cave vel a la taverne pour en apporter du vin. /Il est au vin pro il est allé querre aut acheter du vin » (1586, f. 106ro). Oniga (2016) signale un emploi original de phrasis dans la Grammatica Latino-vernacula de Comenius (1649), qui propose de refonder la structuration hiérarchique des unités linguistiques en remplaçant le schéma quadripartite traditionnel (littera, syllaba, dictio, oratio) par un schéma à sept niveaux (littera, syllaba, vox, phrasis, sententia, periodus prolixiorque aliquis orationis contextus), où phrasis désigne l’assemblage d’un mot recteur et d’un mot régi. La suggestion de Comenius reste cependant sans postérité, et malgré son intérêt il nous semble impossible de suivre Oniga pour l’interpréter comme une anticipation de la notion de « membre de phrase » telle que la concevra Girard (voir chap. 3, section 3).

49 Ce n’est possible qu’en « des phrases qui sont autorisées par l’usage » (1676, p. 65). Les exemples donnés sont du type une rivière est sortie de son lit, un cheval a rompu sa bride (ibid., p. 64).

50 Elle s’est trouvé/e malade est ainsi commenté : « lorsque la phrase détermine assez le sens, elle détermine aussi la construction » (1676, p. 148), c’est-à-dire qu’elle permet de choisir entre participe passif déclinable et participe actif indéclinable).

51 Nous renvoyons à Seguin (1993a) pour une étude précise de ce qu’il nomme la « grammaticalisation » de la phrase, et en particulier à son analyse des difficultés à dater l’accès de phrase au statut de terme du métalangage grammatical (p. 25-58). Seguin montre (p. 155-168) qu’au xviie siècle le terme phrase n’est encore que disponible pour accéder à ce statut, qu’il n’acquiert véritablement que dans la première moitié du xviiie siècle, en particulier avec les Rudiments de la langue latine de Vallart (1735) et la Mécanique des langues de Pluche (1751). On ne peut donc suivre Marchello-Nizia (1979) qui considère que c’est avec l’ouvrage de Chiflet que phrase devient un terme du métalangage grammatical. Si on trouve bien, dans l’« Explication des termes de la grammaire » qui ouvre l’Essay d’une parfaite Grammaire de la langue françoise, la définition selon laquelle « Vn mot n’est qu’vne seule parole. Vne phrase est composée de plusieurs mots : comme, Ie vous aime », l’observation des 68 autres occurrences de phrase dans l’ouvrage prouve que la proximité entre cette première définition de la phrase et l’acception moderne du terme n’est que fortuite.

52 Voir Charpin (1977, p. 106-110) et Baratin et al. (2004, p. 1036).

53 Voir GGR (1676, p. 17 et 20).

54 « C’est une bonne et sage institution de nos ancêtres, Pères conscrits, de faire commencer par des prières aussi bien les discours que les actes ; car les hommes ne sauraient rien inaugurer selon les rites, rien avec prévoyance sans le secours, le conseil et le respect des dieux immortels. Cet usage, qui le doit suivre et observer sinon un consul, et quand sinon le jour où […] nous sommes invités à remercier le meilleur des princes ? » (Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan 1-2, trad. M. Durry, Les Belles Lettres 1972).

55 Voir plus bas, chap. 4, section 2.

56 Voir Vaugelas (1647, p. 86), remarque intitulée « QVI, au commencement d’vne periode ». L’analyse des Messieurs est aussi une réponse indirecte à cette remarque.

57 Rappelons la définition rapportée plus haut : « Le langage, l’oraison, le parler ou propos est un bâtiment de vocables ou paroles ordonnées de sorte qu’elles rendent un sens convenable et parfait » (1550, p. 21). En ce sens précis, propos n’apparaît que cinq fois dans le Traité.

58 « Enuntiativa vero non omnis [oratio], sed in qua verum vel falso inest » (Aritoteles latinus, II, 1-2, p. 8, 8-10) : « tout énoncé n’est pas assertif – seuls le sont ceux qui sont susceptibles d’être vrais ou faux, ce qui n’est pas le cas de tous […] » (trad. Baratin et Desbordes 1981, p. 99). Mais Nuchelmans (1973 p. 131) fait remarquer que Boèce, en d’autres contextes, use fréquemment de propositio comme synonyme d’enuntiatio. En outre, enuntiatio est aussi l’une des traductions possibles de l’axioma des stoïciens (voir Baratin et al. 1994, p. 1037).

59 Selon Hatzfeld, Darmesteter et Thomas : « Opinion n’est pas question ou inquisicion, mais est la enunciation, c’est a dire affirmacion ou negacion. ORESME, Eth. 8, 11 ». C’est aussi l’attestation relevée par Delesalle (1986).

60 « Enonciation est disposition, par laquelle quelque chose est énoncée de quelque chose : comme Le feu brusle. / Le feu est chault. / Le feu n’est eau. » (Ramus 1555, p. 71-72) ; « L’axiome est simple ou composé. Le simple est compris sous un verbe, ainsi par l’affirmation ou la négation de ce verbe, on affirme ou l’on nie, comme : Le feu brûle ; le feu est chaud ; le feu n’est pas eau. » (Ramus 1576, cité par N. Bruyère en annexe de son édition de la Dialectique de 1555). Ashworth (2008 p. 633-634) souligne que le choix du terme disposition (au sens de « jugement ») permet d’établir un parallèle entre grammaire et dialectique, en rapprochant l’invention des « parties de la ‘sentence’ » et la disposition de la syntaxe, manière de composer les parties. Sur la réflexion terminologique de Ramus, voir Nuchelmans (1980, p. 169-179).

61 Voir chap. 2, section 2.3. Pour la suite de l’histoire du terme énonciation, voir Delesalle (1986).

62 Affirmatio et Negatio communi nomine vocantur Propositiones : sic ubi proinde Propositionem dixerimus, oportet eo nomine, sive Affirmationem, sive Negationem intelligere (« On appelle du même nom de proposition l’affirmation et la négation : par conséquent quand nous dirons proposition, il faudra sous ce nom comprendre soit affirmation soit négation ») (Geulincx 1662, p. 6).

63 Nous reproduisons, pour qu’on puisse juger de la labilité des équivalences terminologiques, un extrait du commentaire par Boèce du Peri hermeneias (Meiser, prima editio, 5 ; 77.5-15) cité par Baratin (1994, p. 63) : « Nunc quid sit oratio simplex compositaque declarat : est enim simplex oratio quae duobus terminis constat ; termini autem sunt nomina et verba, quae in simplici propositione praedicamus, ut eo quod est Socrates disputat, Socrates et disputat termini sunt ; et qui minor terminus in enuntiatione proponitur, ut Socrates, subiectus dicitur et ponitur prior ; qui vero major, praedicatur et locatur posterior, ut disputat ; quaecumque ergo propositio ex uno subiecto et ex uno praedicato facta est, illa simplex enuntiatio nuncupatur ». Graffi (2004, p. 17) signale plusieurs passages où Boèce, dans d’autres contextes, emploie propositio comme synonyme d’enuntiatio.

64 Voir Nuchelmans (1980, p. 9). Ashworth (1974, p. 49) signale une remarquable unanimité concernant la définition de la proposition chez les logiciens post-médiévaux : « […] in nearly every source a proposition is said to be an indicative sentence which signifies the true and the false ».

65 Dans la Dialectique de Ramus par exemple : voir plus haut note 60. Axioma est encore utilisé dans la Logica de Clauberg (1654).

66 Voir Garnier (1558 p. 90) et Serreius (1623 p. 126).

Índice de ilustraciones

Título Meurier (1557, f. 38ro)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8936/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8936/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 86k

© ENS Éditions, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

Brindado por