Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Climat, ressources en eau et environnement. Conclusions et perspectives

Pierre Pagney

Texte intégral

1L’ouvrage ci-dessus présenté est le fruit d’une histoire de chercheurs et d’une coopération franco-tunisienne inscrite dans la longue durée, depuis le début des années 1990. Il mêle intimement terrains, territoires, techniques et thématiques.

2Les terrains sont les lieux de travail des chercheurs impliqués dans les problèmes de l’eau, de l’environnement et de l’aménagement. Le pivot en est la Tunisie avec des références à des espaces périphériques en direction du désert au sud, de l’Algérie à l’ouest et de la France au nord.

3Les territoires concernent des espaces appropriés de façon administrative ou symbolique : états, régions, communes, marais, forêts, autant d’entités géopolitiques ou pseudo naturelles où se joue la gestion de l’eau avec des logiques parfois contradictoires.

4Les techniques sont celles de la recherche en climatologie, hydrologie, biogéographie appliquées dans une optique de gestion d’une ressource souvent rare.

5Les thématiques concernent les faits de répartitions inégales, spatiales et temporelles, les risques, les aléas, la vulnérabilité des sociétés, les questions de transfert et de rééquilibrage.

6Ces constats débouchent sur la nécessité d’une gestion prudente de l’eau dans l’espace tunisien et sur des impératifs d’aménagement et d’environnement ne devant laisser place à aucune approximation. L’eau est devenue en Tunisie, tout comme dans les autres pays de l’espace saharo-arabique, un facteur décisif d’aménagement et de développement économique.

7Plusieurs auteurs se sont placés à l’échelle de la Tunisie et même à l’échelle zonale dans laquelle ce pays s’insère, avec la prise en compte de l’espace saharo-arabique et de sa marge méditerranéenne. C’est que la Tunisie illustre bien le contact entre l’aridité du Sud et la relative humidité postulée par le climat méditerranéen du nord ; le Nord possède 80 % des eaux de surface. Conformément à cette situation, certaines contributions ont rappelé que le territoire tunisien est soumis tantôt à la prédominance des tropiques secs (années sèches), tantôt à celui de la circulation polaire (années plus humides), les périodes sèches l’emportant de fait sur les autres. Il en résulte la précarité des bilans de l’eau, bilans hydriques intéressant l’agriculture, et plus encore bilans hydrologiques recouvrant toutes les modalités, y compris l’écoulement superficiel et l’état des nappes souterraines. Ainsi, les besoins instants et en accroissement de l’agriculture irriguée, de l’urbanisation et des installations touristiques, induisent-ils une tension qui place la Tunisie dans le groupe d’États où, selon l’Organisation météorologique mondiale, la sollicitation de la ressource est la plus forte, les besoins y dépassant les 40 % de l’eau disponible.

8Les études menées à des niveaux d’échelles plus fines (régionale, locale) permettent de préciser ces dispositions. Là, l’analyse des bassins versants prend toute sa signification. Vus principalement à travers les ressources en eau ou les entreprises de réhabilitation des paysages (lutte contre l’érosion, reforestation), ces niveaux sont apparus comme les plus aptes à la saisie de l’environnement et à la pertinence des aménagements. Ce sont eux qui permettent, en effet, de bien prendre en compte les populations et leurs relations avec « le milieu naturel », ce qui constitue la finalité de tout aménagement réussi. On débouche alors sur une approche concrète relevant de la géographie « appliquée », constat essentiel et qui demande qu’on s’y arrête.

9Tout en accédant à une problématique de plus en plus « appliquée » de la recherche, il apparaît maintenant nécessaire d’en modifier les approches par rapport à celles des travaux antérieurs. Les techniques utilisées en climatologie relevaient surtout des échelles globales et médianes. Elles prenaient appui sur la climatologie « synoptique » et la climatologie « diagnostique ». Désormais, ce sont les techniques adaptées aux changements d’échelle dans les investigations et aboutissant aux analyses fines qu’il convient de privilégier. C’est à ces impératifs que répondent les contributions de Micheline Hotyat, Jean-Paul Bravard, Paul Arnould et Stanislas Wicherek.

10Le passage de l’échelle tunisienne à l’échelle régionale ou locale implique l’exigence de cohérence, car il y a interdépendance entre ces échelles. Dans les pays arides ou semi-arides tels que la Tunisie, la fragilité du milieu physique est une donnée majeure, d’échelle « supérieure ». Tout aménagement « régional » doit en tenir compte, dans la mesure où une solution apportée dans un espace spécifique peut être en contradiction avec les intérêts des espaces contigus et orientés vers d’autres types d’activité. C’est ce qu’a montré l’analyse d’implantations paradoxales dans l’espace saharo-arabique, avec la concurrence établie, dans l’accès à l’eau, entre des périmètres irrigués et le ravitaillement des villes (Libye). L’observation du terrain a confirmé, entre Hammamet et Sousse, cette disposition, même si la concurrence n’apparaît pas pour l’instant du moins, aussi cruciale en Tunisie qu’en Libye. On peut souligner, à ce propos, l’intérêt résultant de la visite de deux ensembles proches l’un de l’autre et entièrement différents par leur vocation économique et leurs ressources en eau : le périmètre irrigué de chott Mériem et la station touristique, assortie d’un terrain de golf, du port El Kantaoui. Il n’empêche que ces ressources s’inscrivent dans le budget global où l’on retrouve le territoire tunisien tout entier.

11C’est donc, non seulement la pertinence des objectifs de chaque chercheur qui doit être prise en considération, mais aussi l’intégration de ces objectifs dans le cadre plus général de l’État tunisien. Une analyse thématique précise et bien cernée dans sa dimension spatiale ne peut, en effet, s’abstraire de son contexte, surtout dans un milieu où la gestion de l’eau implique des relations croisées particulièrement sensibles. Le fait est que c’est la ressource commune qu’il s’agit de répartir (exploitation des nappes, réseaux de transfert d’eau des régions-sources vers les régions des besoins, etc.).

12Cette remarque en implique une autre. On ne doit pas oublier que la ressource et que la pression qu’exercent sur elle les divers besoins, impliquent une gestion soumise aux impératifs de la variabilité. En Tunisie, la variabilité temporelle de la ressource en eau, qui se surimpose à sa variabilité spatiale, est aussi préoccupante que la forte sollicitation dont elle est l’objet. Cette variabilité est inscrite dans la dynamique atmosphérique, dont la connaissance a fait l’objet des travaux antérieurs et, en particulier, du colloque de Tunis en 1994. La Tunisie est non seulement soumise à la stabilité des tropiques secs et à la variabilité imposée par les perturbations de front polaire, mais aussi à l’installation de puissantes circulations méridiennes génératrices des excès pluviométriques majeurs, dont certains sont mémorables (1969).

13La gestion de l’eau en Tunisie nécessite donc la mise en place de scénarios permettant d’assurer, autant que faire se peut, la continuité de son usage, à travers les vicissitudes climatiques les plus sévères, qu’il s’agisse des abondances ou des indigences. Mais il convient aussi de prendre en compte la variabilité des besoins résultant de l’évolution démographique, du degré de stabilité/instabilité des secteurs économiques consommateurs, le secteur touristique représentant sans doute le plus significatif d’entre eux.

14À ces différentes mises au point, il convient d’en ajouter encore une et elle est capitale : c’est celle des modalités de développement en milieu semiaride. Il est clair que la croissance économique et sociale d’un pays diffère du tout au tout selon qu’il est abondamment ou non pourvu en eau et qu’il sollicite beaucoup ou peu sa propre ressource. De sorte que parler de « pays en développement » en confondant tous ceux qui ne rentrent pas dans le club des pays les plus riches du monde n’a pas grand sens. N’en a pas davantage l’idée généralement admise selon laquelle le développement implique une recherche de convergence vers une égalité de bien être et de réussite économique. C’est que les divers pays « en développement » diffèrent par les atouts et les contraintes de leurs milieux géographiques. D’où le nécessaire concept de développement spécifique à chaque pays ou aux groupes de pays soumis aux mêmes dispositions. En ce sens, se justifie, pour mieux comprendre les problèmes de l’eau en Tunisie, leur mise en phase avec ceux des pays dont l’environnement naturel et les modalités de développement sont similaires (États sahariens, du Moyen-Orient, et aussi la Californie). Le desserrement du système ressource/demande peut y trouver des solutions : détection d’eaux fossiles, techniques d’irrigation combattant l’évapotranspiration, dessalement des eaux de mer, recyclage des eaux usées, rétention systématique du produit des précipitations fortes, utilisation renouvelée des mêmes volumes d’eau. On y ajoutera la recherche de pôles de développement peu exigeants en eau.

15Les remarques qui précèdent montrent l’importance des apports de cet ouvrage. Elles montrent aussi le chemin qui reste à parcourir : contribuer aux aménagements régionaux et au respect de l’environnement à partir de la gestion de l’eau dans les compartiments économiques où elle est impliquée, favoriser les complémentarités interrégionales, déterminer les modes concurrents et en revenir ainsi au niveau du développement global de la Tunisie, seul échelon auquel puissent se faire les arbitrages et se prendre les décisions majeures. La Tunisie pourra ainsi contribuer à la mise en place du concept de développement spécifique des pays semi-arides. Elle est en très bonne voie pour y parvenir.

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540