Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu'est-ce qu'être cartésien ?

 | 
Delphine Kolesnik-Antoine

Réceptions et transformations. Trois siècles de cartésianismes

Pourquoi ne pas être cartésien en médecine ?

Sarah Carvallo

Texte intégral

  • 1 Leibniz : « […] j’avoue que je ne suis pas du tout cartésien […] », à J. Thomasius, 20-30 avril 166 (...)

1Selon un reproche courant, l’histoire des idées use et abuse de termes en –isme, et plus particulièrement des éponymes, pour comprendre la production d’une œuvre, sa diffusion et sa réception. Mais ce problème ne se résume pas à un artefact de l’histoire des idées, puisque les contemporains eux-mêmes – qu’ils soient épigones ou détracteurs1 – nomment souvent un courant de pensée et d’acteurs à partir d’un auteur considéré comme source. Tel est le cas exemplaire de Descartes et du cartésianisme. Deux voies s’ouvrent alors pour comprendre l’enjeu de cette catégorie de l’histoire des idées et de l’histoire tout court. La première consiste à repérer les héritages et filiations entre différentes œuvres se revendiquant d’une même paternité. La seconde adopte le contre-pied pour analyser les critiques adressées à un ennemi commun : le cartésianisme. Quelles sont les raisons de ne pas être cartésien que formulent les savants contemporains ou successeurs ?

  • 2 Signé par d’Alembert, l’article « Cartésianisme » de l’Encyclopédie en dresse le bilan (Encyclopédi (...)

2Dans les deux cas, le cartésianisme recouvre de nombreux enjeux : philosophiques, théologiques, métaphysiques, mathématiques, physiques, chimiques, médicaux, musicaux, moraux, institutionnels2. Il s’agit ici de suivre la deuxième méthode dans le contexte particulier de la médecine, en reprenant les arguments de plusieurs médecins, ou philosophes proches de la médecine, qui ont énoncé des critiques précises vis-à-vis de la médecine de Descartes ou du cartésianisme en médecine. En effet, celui-ci organise et départage le paysage médical à la fin du xviie siècle et au début du xviiie. Or ceux qui ne sont pas cartésiens ne se contentent pas d’une liberté d’indifférence, mais ils prennent parti, au sens où ils veulent dire pourquoi on ne peut pas être cartésien en médecine, pourquoi il ne faut pas l’être.

  • 3 Selon Friedrich Hoffmann, les médecins cartésiens – Craanius, Bontekoë, Regius, Blancardus, Wald Sc (...)
  • 4 Vincent Aucante, La philosophie médicale de Descartes, Paris, PUF, 2006, p. 70.
  • 5 François Duchesneau, Les modèles du vivant de Descartes à Leibniz, Paris, Vrin, 1998.

3Effectivement, l’enjeu du cartésianisme médical s’avère crucial au moment où se déterminent simultanément, d’une part, l’objet et, d’autre part, le savoir, les pratiques et les institutions médicales. Du côté des savoirs et pratiques, les controverses portent sur le statut de l’anatomie, sur la juste compréhension de la physiologie, sur la nature des pathologies, sur les relations que la médecine entretient respectivement avec la chimie, la physique et les mathématiques, sur la thérapeutique3 ; en outre, ces polémiques s’insèrent dans un contexte institutionnel divisé entre les différentes facultés et corporations concernées par la médecine4. Du côté de l’objet, il faut prendre position sur l’union de l’âme et du corps, sur l’explication des fonctions – respiration, digestion, circulation, vision –, sur la quantification des phénomènes, sur le repérage des structures. Bref, il s’agit de décider concomitamment de la nature du corps humain avec son corollaire, l’âme, et de la méthode médicale5.

  • 6 Tel est le cas exemplaire de l’étude de la vision qui fait interagir au moins quatre niveaux d’anal (...)
  • 7 Descartes, Principes de la philosophie, IV, § 203 et « selon les règles des mécaniques, qui sont le (...)
  • 8 Descartes, Lettre à Mersenne, 1632, AT I, p. 263 ; traité de L’Homme, AT VI, p. 45-46. Sténon, Disc (...)
  • 9 Sténon écrit : « Certains représentent l’homme lui-même, Descartes ne nous en présente que la machi (...)
  • 10 Mirko D. Grmek, « A survey of the mechanical interpretations of life from the Greek Atomists to the (...)
  • 11 Annie Bitbol-Hespériès, Le principe de vie chez Descartes, Paris, Vrin, 1990.
  • 12 Auguste-Georges Berthier, « Le mécanisme cartésien et la physiologie au xviie siècle (avec une note (...)
  • 13 Galilée fut le professeur de Borelli, qui collabore avec Malpighi à Pise entre 1656-1659 (Luigi Bel (...)
  • 14 Paul Hoffmann, « Modèle mécaniste et modèle animiste. De quelques aspects de la représentation du v (...)
  • 15 Une troisième voie pourrait correspondre à l’expérimentalisme de Boyle.

4Repérer les positions d’un certain nombre d’acteurs de la médecine anti-cartésienne permet de montrer que l’anti-cartésianisme médical recouvre des positions théoriques très diverses : si être anti-cartésien s’avère plurivoque, la question revient à savoir si le cartésianisme a contrario désigne une thèse univoque. Mais deux précisions préalables s’imposent : premièrement, les polémiques vis-à-vis de Descartes et autour de Descartes se réduisent rarement à un niveau purement médical, mais enchevêtrent divers enjeux théologiques, métaphysiques, épistémologiques, institutionnels. En effet, les arguments exposés contre Descartes dans le domaine médical résonnent en partie avec ceux déployés dans d’autres champs du savoir où l’on a autant de raisons de ne pas être cartésien6 : en physique, à cause de l’erreur sur la quantité de mouvement, ce qui n’empêche pas de reprendre les tourbillons ; en mathématiques, puisque Descartes n’a pas perçu l’enjeu des nouvelles mathématiques fondées sur l’infinitésimal ; en chimie, où Descartes nie la spécificité du phénomène chimique vis-à-vis de la physique. On critique aussi souvent l’esprit d’école qui empêche les cartésiens de penser, ou le matérialisme quasi athée de Descartes, insidieusement renvoyé au spinozisme. Le positionnement des médecins face à Descartes ne peut donc se comprendre qu’en résonance avec d’autres polémiques. Deuxièmement, du point de vue médical, les controverses entretiennent souvent une confusion entre le cartésianisme et l’iatromécanisme. Or au moins deux interprétations de l’iatromécanisme se distinguent : la première adopte la position d’un mécanisme philosophique et radical7. L’origine de la vie réside dans la matière. La thèse déborde les enjeux positifs de la science pour requérir une position métaphysique8. Même si, à la suite de Sténon, il faut préciser que Descartes n’opère pas la réduction de l’homme à la machine9, Descartes est lu – avec éloge ou désapprobation – comme chef de file de ce programme fort de l’iatromécanisme, au moins en ce qui concerne la vie10. Et, de fait, il réduit le principe de vie au feu sans lumière11. La deuxième défend la position d’un mécanisme restreint ou scientifique sans nécessaire implication métaphysique que Berthier nomme encore un « mathématisme expérimental »12. Cette voie caractérise l’école italienne issue de Galilée : Borelli (1608-1679) propose en effet une analogie entre le vivant et la machine13, mais sans reprendre aucune des thèses centrales de la physiologie cartésienne concernant la cause du mouvement, la fermentation du sang dans le cœur, la génération des esprits animaux dans le sang, la localisation du sensorium commune dans la glande pinéale, les valvules des nerfs. Il se contente de schémas mécaniques pour décrire le fonctionnement organique14. Par la suite, l’iatromécanisme se développe en Italie, en France, en Angleterre ou en Allemagne, tout en maintenant cette scission entre les deux traditions cartésienne et borellienne15.

5Dans ce contexte, deux catégories de critiques se détachent : la première provient de médecins et philosophes défendant une position iatromécanique alternative à celle de Descartes ; la seconde réfute l’iatromécanisme au profit d’une thèse animiste ou vitaliste.

Les iatromécanistes anti-cartésiens

La première génération

  • 16 Voir La querelle d’Utrecht. René Descartes et Martin Schoock, Théo Verbeek éd., Paris, Les Impressi (...)
  • 17 François Azouvi, Descartes et la France. Histoire d’une passion nationale, Paris, Fayard, 2002.

6Pour des raisons maintenant bien explicitées16, le cartésianisme se développe plutôt dans la république des Provinces-Unies17, dans un contexte institutionnel où les universités de Leyde ou d’Utrecht s’avèrent au départ plus libres qu’en France. Descartes y élit d’ailleurs domicile explicitement pour cette raison, même si, par la suite, s’opère un certain renversement vers une plus grande orthodoxie religieuse. Lors de son séjour, Descartes rencontre de nombreux médecins : Plemp, Hogelande, Vorstius, Van Beverwick, Van Dam, Wassenaer, Wormius, Regius. Très vite, des professeurs se présentent comme cartésiens : en philosophie, Heereboord et De Raei ; en théologie, Heidanus ; en médecine, Plemp, Regius, Craanen, puis Bontekoe et Blankaert, alors qu’en France, nul professeur ne représente le cartésianisme.

  • 18 Vopiscus Fortunatus Plemp, Fundamenta medicinae… Doctorum aliquot in Academia Lovaniensi virorum ju (...)
  • 19 On connaît l’importance de la dioptrique pour Descartes, qui la considère comme un essai de la méth (...)
  • 20 Vopiscus Fortunatus Plemp, Ophthalmographia, sive tractatio de oculi fabrica, actione, & usu, Amste (...)
  • 21 Plemp, Ophthalmographia…, ouvr. cité, p. 49-51, p. 188. Voir Vincent Aucante, « La vision chez Desc (...)
  • 22 Les arguments se trouvent repris dans Fundamenta medicinae…, ouvr. cité, p. 171-180. Plemp écrit : (...)
  • 23 Plemp, Fundamenta medicinae…, ouvr. cité. Descartes mentionne ce livre dans une lettre à Beverwick (...)
  • 24 Roger French, « Harvey in Holland : circulation and the Calvinists », The Medical Revolution of the (...)

7Par l’intermédiaire d’un autre médecin, Elichman, Descartes rencontre le docteur Plemp (1601-1671) en 1630 à Amsterdam18. Tous deux partagent des intérêts communs : ils proviennent d’un milieu catholique, ils pratiquent les dissections anatomiques, ils travaillent sur la vision et la couleur19. À cet égard, tous deux s’accordent sur l’image rétinienne, la relation avec le nerf optique, l’analogon mécanique de la chambre ­obscure avec la lentille20 ; mais avant même la rupture de 1639, ils ­divergent déjà sur le statut du sens commun et de la glande pinéale, sur le statut des images pour savoir si elles sont des espèces intentionnelles ou des particules, sur le statut des nerfs moteurs ou sensitifs, sur le chiasma des deux nerfs optiques21. Par ailleurs, Plemp se démarque aussi de l’interprétation cartésienne du cœur22. En 1639, ils rompent leurs relations de bonne entente et Plemp critique violemment celui qui fut son ami. Nommé professeur de médecine à Louvain par l’infante Isabelle, Plemp publie en 1638 ses Fundamenta medicinae, accompagnés d’une version tronquée de la correspondance de Descartes23. S’ensuit une polémique à la fois médicale, philosophique et religieuse, qui souligne l’interaction entre les enjeux théologiques et les doctrines médicales, en particulier lorsqu’il s’agit de trancher des questions concernant la circulation sanguine, l’union de l’âme et du corps ou l’origine de la vie24. À ces trois niveaux, Plemp critique la thèse cartésienne de la circulation, en opposant ses expériences d’extraction du cœur, où celui-ci continue à battre.

  • 25 Regius évoque le succès de son enseignement dans la lettre du 9 mars 1639 (AT II, p. 527).
  • 26 La querelle d’Utrecht, T. Verbeek éd., ouvr. cité, p. 42.
  • 27 Plemp, Fundamenta medicinae…, ouvr. cité, livre I, p. 1-9. En France, Pierre-Daniel Huet suit un pa (...)

8Alors qu’il vient de s’installer à Stantpoort, Descartes rencontre en 1638 Regius, aussi connu sous le nom de Hendrick Le Roy ou Leroy (1598-1679). Ils se fréquentent pendant trois ans. Regius est calviniste ; après des études à Montpellier et Padoue, après avoir été l’élève de Santorio, il est nommé professeur extraordinaire de botanique et de médecine théorique à Utrecht en 1638, puis de physique. Il publie un Traité de physiologie qui reprend les éléments cartésiens de la physique ou philosophie naturelle ; il cherche à propager le cartésianisme à l’Université, notamment pour trancher les disputes médicales sur la circulation sanguine25. Cependant, Regius et Descartes ne s’accordent pas sur les veines lactées qui transportent le chyle au foie. En 1642, débute la Querelle d’Utrecht autour de l’enseignement de Regius, qui estime que l’union est accidentelle et ne relève pas de l’ordre des raisons mais de la foi26. Professeur à Utrecht, calviniste, Gijsbert Voet (Gisbertus Voetius) combat depuis 1637 la diffusion du cartésianisme qu’il considère propice à l’athéisme et au scepticisme. Désormais, le cartésianisme devient suspect à Utrecht, souvent associé au spinozisme, même si certains cartésiens défendent encore leur position dans les universités néerlandaises. À Leyde, une affaire analogue se développe, portée cette fois-ci devant les magistrats plutôt que devant les universitaires. Ces deux exemples révèlent un processus parallèle : après une adhésion à la fois personnelle et théorique à Descartes, Plemp et Regius rompent avec leur maître et ami pour devenir anti-cartésiens27. En outre, ces cheminements montrent combien la postérité immédiate du cartésianisme médical présente un enchevêtrement des problèmes liés à la représentation du corps vivant, dans la mesure où ils résonnent avec des positions religieuses, philosophiques et institutionnelles. Bref, ces deux controverses contemporaines fixent et figent les grands traits du cartésianisme médical sans cesse repris ensuite jusqu’à la caricature.

  • 28 Ole Peter Grell, « Between anatomy and religion : The conversions to Catholicism of the two Danish (...)
  • 29 Sténon mentionne ces dissections dans : De musculis observationum specimen, dans D. Le Clerc, Bibli (...)

9Comme nous le verrons, ce renversement et cet imbroglio se retrouvent pour d’autres médecins épigones, qui ne connurent pas personnellement Descartes. En revanche, il faut distinguer un autre ordre de critique proprement médical, qui vise les seules thèses cartésiennes sur le cœur et le cerveau sans y mêler des considérations étrangères à ces enjeux physiologiques. Dans la première partie de sa carrière28, Sténon (1638-1686) défend en effet un programme fondé sur l’importation en médecine des méthodes mathématiques et physiques confrontées aux résultats de l’expérience humaine et animale qu’il présente dans des dissections privées à Leyde ou Amsterdam29. Il s’agit de constituer la physiologie, et en particulier la myologie, en science mathématique :

  • 30 Sténon, Elementa myologiae specimen, 1667, publié dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica…, ouvr. c (...)

[…] pour certains muscles, qu’ils soient déjà connus ou qu’ils demeurent encore inconnus, je les représenterai par des figures afin de faire voir que le système géométrique des muscles que je me suis fixé comme objectif ne provient pas d’une fiction de mon esprit mais directement de l’expérience.30

  • 31 Caspar Bauhin, Theatrum anatomicum, livre III, chap. xiv, Francfort-sur-le-Main, Matthäus Becker, 1 (...)
  • 32 Sténon, De cerebri anatome, dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica…, ouvr. cité, t. II, p. 328.
  • 33 « […] des images représentant avec soin ces parties ont peu de valeur » (Sténon, De cerebri anatome(...)
  • 34 Sténon, Observations sur le mouvement du cœur [1662], Opera philosophica, Copenhague, V. Tryde, 191 (...)
  • 35 Descartes, Lettre à Mersenne, 9 février 1639, AT II, p. 501.
  • 36 Étienne Gilson, « Descartes, Harvey et la scolastique », Études de philosophie médiévale, Strasbour (...)
  • 37 Sténon, Elementa myologiae specimen [1667], dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica…, ouvr. cité, t (...)

10En ce sens, il souscrit entièrement au projet cartésien. Mais il n’en critique pas moins un certain nombre de conclusions concernant la physiologie du cœur et l’anatomie du cerveau, en particulier la glande pinéale. À cet égard, il reprend des observations anatomiques de Bauhin qui, dès 1605, réfute la position centrale de la glande pinéale entre les ventricules31. Sténon critique aussi la position et la mobilité que Descartes attribue à cette glande32. Plus globalement, Sténon récuse les descriptions anatomiques de Descartes33 et nie même la possibilité de pouvoir représenter le cerveau dans l’état actuel des connaissances. En ce qui concerne le cœur, Sténon prétend distinguer le cœur des autres muscles et nie que la contraction cardiaque provienne du sang34. Une querelle opposait en effet Harvey et Descartes sur deux points : premièrement, Descartes critiquait Harvey pour supposer un mouvement propre au cœur sans le rapporter à sa cause prochaine, qui selon Descartes réside dans le déplacement des particules de sang produit par la fermentation35 ; deuxièmement, Harvey estimait que la contraction cardiaque réduit le volume du cœur36, tandis que, par conséquence directe du premier point, Descartes fait correspondre la contraction et la dilation du sang, et induit donc une augmentation du volume ; Sténon montre que la contraction musculaire n’entraîne pas de modification du volume37.

Le cas de Nicolaas Hartsoeker (1656-1725)

  • 38 Gerrit Arie Lindeboom, Herman Boerhaave. The Man and his Work, Londres, Methuen, 1968, p. 102.

11À la génération suivante, Hartsoeker et Boerhaave fréquentent encore des universités marquées par le cartésianisme, tout particulièrement Utrecht en dépit des critiques théologiques. En effet, en médecine, les théories cartésiennes continuent à être diffusées par Theodore Craanen (1620-1690), appointé professeur de philosophie en 1670, qui traite des principes de la physique et de la physiologie humaine uniquement en termes cartésiens. Theodore Craanen a suivi des études de médecine à Utrecht avec Regius ; il étudie ensuite la médecine et la chimie à Leyde avec Sylvius et se présente comme un praticien et un universitaire cartésien, même s’il utilise aussi les Institutiones medicae de Boerhaave dans son enseignement médical et les leçons chimiques de Sylvius. Professeur de Hartsoeker et de Boerhaave, il est destitué de son poste de philosophie en 1673, pour devenir professeur de médecine ; il conserve le droit d’enseigner, à condition d’éviter les questions polémiques. Durant toute cette période, l’influence de Descartes reste majeure, par exemple dans l’enseignement de Ruurd Ruurds (1665-1727) dit Andala, par ailleurs critique de Boerhaave38.

12Formés dans ce contexte cartésien, Hartsoeker et Boerhaave développent deux théories médicales, le premier essentiellement à partir de ses observations microscopiques, le second à partir de son expérience clinique.

13Nicolaas Hartsoeker est remontrant ; son appartenance religieuse l’inscrit donc dans le droit fil de la Querelle d’Utrecht, puisque Voet polémique avec les remontrants à travers sa critique du cartésianisme. La pensée de Hartsoeker se caractérise plus facilement par ses réfutations qu’à partir d’une théorie cohérente et consistante. Il critique successivement Descartes, Leibniz, Newton, et entretient une querelle de priorité avec Leeuwenhoek. Ses critiques vis-à-vis de Descartes se déclinent à plusieurs niveaux. Premièrement il critique un endoctrinement universitaire, donc un esprit sectaire, qui ne reflète pas l’état de l’art :

  • 39 Nicolaas Hartsoeker, Extrait critique des lettres de M. Leeuwenhoek, dans Cours de physique, La Hay (...)

Mon pere m’envoya vers l’automne de cette année à Amsterdam pour y étudier la philosophie sous M. de Ray […] ; & je devins Cartesien outré sous le premier. Je partis de cette ville vers le mois de Septembre de l’année 1675 pour aller demeurer à Leiden, afin d’y apprendre l’anatomie sous M. Drelincourt ; la philosophie sous M. de Volder, & la Medecine sous M. Cranen, qui m’apprit une medecine tout à fait Cartesienne, mais avec laquelle je pensai être renvoyé par Mrs les Professeurs de Caen, lors que je me presentai à eux pour être reçu Docteur en Medecine, & j’ai été depuis cent fois surpris qu’ils ne l’ayent pas fait […]. J’avais appris de Mr Cranen que l’ame avoit son siege dans la glande pinéale, d’où elle donnoit ses ordres comme un Roi de son throne ; que tous les nerfs y aboutissoient ; que l’ame faisoit par le moyen de ces nerfs remuer toute la machine, à peu près de même qu’on voit arriver à ces petites poupées qu’on appelle marionettes ; que nôtre machine pouvoit faire toutes les fonctions sans ame, & seulement par les loix mechaniques comme un automate ; que le cœur ayant été fait le premier, par je ne scai quelles loix méchaniques, faisoit du sang, poussoit ce sang vers le haut et le bas au travers d’une matière fluide, & faisoit ainsi les artères ; que le sang le plus subtil allant toujours vers le haut de la machine formoit le cerveau ; enfin mille autres belles choses de cette nature, tirées de l’homme que le célèbre Descartes avoit fabriqué lui-même, & toutes également fausses et ridicules ; mais que j’admirai alors en zélé Cartésien ; d’autant que j’y fus confirmé par M. de Volder.39

  • 40 Nicolaas Hartsoeker, Conjectures physiques, Amsterdam, chez H. Desbordes, 1706, livre III, cinquièm (...)
  • 41 N. Hartsoeker, Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 312-313.
  • 42 François Duchesneau, Leibniz, le vivant et l’organisme, Paris, Vrin, 2010, en particulier p. 253.
  • 43 R. French, « Harvey in Holland : circulation and the Calvinists », art. cité, p. 46-86, en particul (...)
  • 44 N. Hartsoeker, « Remarque sur une Thèse de Physique de M. Muller », Cours de physique, ouvr. cité, (...)
  • 45 Sarah Carvallo, « Les fausses évidences : dire et représenter la mort, à l’âge classique », Lambert (...)

14Deuxièmement, comme tout le monde à sa génération, il critique la méthode cartésienne, qui part d’hypothèses, et non d’expériences. Troisièmement, il critique la physique cartésienne, qui rend le mouvement impossible, même s’il reprend les tourbillons sans être cartésien et en s’opposant à Newton. En outre, il réfute l’explication cartésienne des couleurs40, qui suppose la même vitesse pour tous les rayons de lumière41. Quatrièmement, il réfute la médecine cartésienne. Sur ce point, comme Boerhaave après lui, Hartsoeker interprète Descartes dans le sens d’un réductionnisme non seulement méthodologique mais aussi ontologique. Même en accordant que Descartes ne prétend comprendre que des organes et pas l’organisme – terme qu’il n’emploie pas et qui sera généralisé par Leibniz42 –, les détracteurs de Descartes critiquent tous une réduction de l’organe à la mécanique, qui ne se résume pas à un artifice de méthode mais soulève des problèmes ontologiques. Un argument majeur consiste à montrer que l’explication cartésienne rend impossible la mort. Cette réfutation émerge au sein de l’iatromécanisme contre la conception cartésienne de la mort, notamment dans le contexte calviniste de la Hollande, à l’occasion de l’enseignement de Regius à l’université d’Utrecht43. On objecte surtout que, si l’âme n’intervient pas dans la physiologie, et si l’âme se réduit à la pensée ou à la raison, alors le fait d’ôter l’âme rend le corps irrationnel, mais non pas mort. À son tour, Hartsoeker montre la nécessité de recourir à une âme pour expliquer les créatures vivantes, qu’elles soient plantes ou animales44. Bref, la mort interprétée en un sens cartésien comme phénomène mécanique paraît un modèle trop pauvre que ses successeurs cherchent à complexifier afin de lui donner un sens médical crédible45. Enfin, Hartsoeker conteste le critère cartésien attestant de la différence de nature entre les bêtes et les hommes, puisque tous ­parlent. En observant les abeilles, il note que ces insectes

  • 46 N. Hartsoeker, Extrait critique des lettres de M. Leeuwenhoek, dans Cours de physique, ouvr. cité, (...)

travaillent comme ceux qui font des épingles, des aiguilles et mille autres choses, qu’un seul ne pourroit faire sans beaucoup de peine. Ainsi il faut de nécessité qu’ils s’entendent ; qu’ils ayent quelque convention entre eux, & même qu’ils parlent ensemble. Parler, dira peut-être quelqu’un ? Oui, parler.46

15Il généralise ces remarques aux guêpes, fourmis et castors.

  • 47 N. Hartsoeker, Éclaircissements sur les Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 103-116.

16Les critiques de Hartsoeker sont intéressantes à plusieurs égards : d’abord, elles ne partent pas d’une position doctrinale, qui opposerait systématiquement une théorie – newtonienne ou leibnizienne – aux thèses cartésiennes ; ensuite, elles soulèvent effectivement des difficultés intrinsèques à la doctrine cartésienne du vivant47. Le cas de Boerhaave est différent, puisqu’il cherche à substituer au cartésianisme qui lui a été enseigné le newtonianisme qu’il enseigne.

Boerhaave (1668-1738) : un anti-cartésien newtonien

  • 48 Julien Offray de La Mettrie, Abrégé des systèmes, cité par G. A. Lindeboom, Herman Boerhaave, ouvr. (...)
  • 49 Hartsoeker effectue le même rapprochement (Éclaircissements sur les Conjectures physiques, ouvr. ci (...)

17Boerhaave est calviniste ; il suit des études sous Craanen et Burchardt De Volder. Suspecté de spinozisme dans sa jeunesse à la suite d’une rumeur lancée dans les années 1693, seize ans après la mort du philosophe, Boerhaave s’oppose explicitement à Spinoza dans sa thèse philosophique de 1690, et, son élève, Julien Offray de La Mettrie, souligne encore qu’en dépit de son matérialisme, « personne ne fut moins Spinosiste »48. La tactique de Boerhaave consiste à dissocier les différents aspects de l’œuvre cartésienne. Ses critiques à l’encontre de Descartes visent l’esprit de système, valable en mathématique mais pas en médecine : le seul bon Descartes est le mathématicien ; dans son œuvre médicale ou physique, il faut renverser Descartes par Descartes, comme Descartes prétendait lui-même le faire pour les péripatéticiens49. Newtonien, Boerhaave critique la définition cartésienne de l’étendu :

  • 50 Herman Boerhaave, Methodus studii medici, Amsterdam, Jacobia Wetstein, 1751, p. 16, je traduis.

Quand on définit le corps, il ne faut pas suivre les cartésiens qui définissent le corps comme ce qui est étendu en longueur, largeur et profondeur.50

18Il critique les lois du mouvement de Descartes en tenant compte des forces, qu’il réfère soit à Newton, soit à Leibniz ; il blâme les Cartésiens qui voulurent tout expliquer mécaniquement en négligeant la chimie, la botanique et la pharmaceutique (ibid., p. 566). Être anti-cartésien, c’est donc mieux être newtonien. Pendant douze ans (1705-1717), Boerhaave défend en effet seul le newtonisme à l’université de Leyde, puis il est rejoint par Gravesande, professeur de mathématique. Boerhaave participe ainsi activement au déclin du cartésianisme en Hollande. Lorsqu’il traduit ses œuvres, La Mettrie, son élève, conclut :

  • 51 Julien Offray de La Mettrie, Œuvres philosophiques, Berlin, C. Tutot, 1796, p. 89-91.

Enfin Boerhaave étoit Newtonien, convaincu et convainquant : j’ai vû les Cartesiens les plus outrés, céder malgré eux, à la force de ses démonstrations ; il regardoit Descartes comme un homme yvre d’esprit et d’imagination, qui s’étoit laissé fougueusement emporté à la démangeaison de bâtir un système sans consulter la nature ; & Newton comme le favori de la Nature, comme l’organe dont elle s’est servie pour éclairer l’Univers, & lui révéler ses mysteres ; comme un homme qui ne parlant que d’après l’expérience, & n’établissant rien que sur les plus solides fondemens, avoit été bien au-delà des termes de l’entendement humain. Il faut convenir que Descartes étoit un grand Mathématicien ; son Traité de Géométrie & de Dioptrique, passe pour excellent chez les Newtoniens les plus passionnés, & ils sont tous forcés de convenir que Newton n’eût peut-être pas été le grand Newton, s’il n’eût été éclairé des lumieres de son Prédecesseur. Descartes doit sans contredit beaucoup moins à Archimède & à tous les Mathématiciens qui sont venus avant lui. Voilà la justice que M. Boerhaave rendoit à notre illustre Compatriote. Mais n’en déplaise au peu de Sectateurs qui lui restent, que ce grand homme paroît petit quand du sein de la géométrie, il prend son essor vers la physique ! On peut dire qu’il tombe de plus haut qu’Icare. Ce grave philosophe, dont je fais l’éloge, me disoit un jour qu’il ne pouvoit jamais s’empêcher de rire au nez de Descartes, toutes les fois qu’il lisoit son Traité.51

19En médecine, Boerhaave nourrit le projet de mener la médecine vers les sciences naturelles, mais il attribue la paternité de cette conviction à Galien et Fernel, et non à Descartes. De même, à ses yeux la médecine moderne naît avec Harvey, puis grâce à l’introduction de la chimie et de l’anatomie :

  • 52 Herman Boerhaave, Institutiones medicae, in usus annuae exercitationis domesticos, Digestae ab Herm (...)

[…] jusqu’à ce que l’immortel Harvey introduisît ses démonstrations, renversant les théories précédentes, et jetât les fondements de ces sciences. Aujourd’hui, et grâce à lui, on pratique la médecine sans esprit de secte ; elle est promue par des inventions certaines en anatomie, botanique, chimie, physique, mécanique ou dans la pratique.52

  • 53 Le feu constitue la cause de tous les phénomènes naturels, mais n’est pas lui-même appréhendé direc (...)

20Boerhaave ne mentionne d’ailleurs Descartes à aucun moment du traité : nulle meilleure façon d’en dénigrer l’importance. Il critique la méthode cartésienne à deux niveaux, la déduction à partir des principes et le réductionnisme. Les dernières causes métaphysiques ou les premières causes physiques ne sont ni nécessaires, ni utiles, ni possibles pour mener l’investigation médicale (ibid., § 28, p. 6). De fait, ces causes cachées demeurent en dehors du sensible, donc en dehors de l’examen médical. En ce qui concerne le seul corps humain, la mécanique et la physique suffisent, mais l’homme ne se réduit pas au corps, et il faut donc recourir à la spécificité des phénomènes organiques et chimiques (p. 8). Sur un plan métaphysique, Boerhaave critique la causalité cartésienne ; jusqu’en 1727, il semble se rallier à la thèse leibnizienne de l’Harmonie préétablie, puis à Malebranche, mais il rappelle que ce choix métaphysique ne concerne pas la médecine. Enfin, Boerhaave conteste le projet cartésien de réduire la chimie à une physique ; il réfute particulièrement ses erreurs concernant la nature et les phénomènes du feu, qui constitue pour lui le phénomène chimique par excellence53, parce qu’elles grèvent non seulement la chimie, mais aussi la physique et la médecine qui traite des fièvres ou de la chaleur innée.

  • 54 Abrégé de la théorie chymique, tiré des propres écrits de M. Boerhaave par M. de La Mettrie, Paris, (...)

Selon les Cartésiens, le feu est une matiere grossiere, vivement agitée par une matiere subtile qui n’est assujettie à aucune étendue, ni forme particuliere qui est au contraire toujours dans la nécéssité de varier à cet égard. Cette matiére subtile seule n’est point le feu, la matiere grossiere seule ne l’est point non plus. L’une & l’autre doivent se combiner. Encore faut-il pour rendre ce feu lumineux, le concours d’une troisiéme sorte de matiere, (c’est la matiere globuleuse) pour produire les réfléxions & Refractions de la lumiere. Mais laissons ces chimères.54

  • 55 H. Boerhaave, Methodus studii medici, ouvr. cité, p. 49.
  • 56 H. Boerhaave, Institutions de médecine, avec un commentaire de M. de La Mettrie, Paris, Huart/Bria (...)
  • 57 « […] le médecin ne doit traiter que du corps » (Boerhaave, Praxis medica…, ouvr. cité, Prolegomena (...)

21Ainsi Boerhaave défend un iatromécanisme qu’il attribue à Borelli, Bellini ou Baglivi55, plutôt qu’à Descartes56. Il restreint l’objet du médecin au seul corps de l’homme et critique tout recours à une âme ou archée pour soigner57. Dans ses prolégomènes à la Pratique médicale, il note que, même s’il y a des maladies de l’âme, on ne peut les connaître avant leur effet sur le corps. Au siècle suivant, Bordeu le rappelle encore :

  • 58 Théophile de Bordeu, Recherches sur la colique de Poitou, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Cail (...)

Boerhaave eut souvent occasion de discuter les systèmes de Descartes et de Newton. Il s’occupa principalement de l’application de la mécanique aux lois de l’économie animale : il ne contribua pas peu à rendre la médecine du goût des académiciens modernes et des physiciens, qui se conduisent principalement par l’expérience faite au poids, au compas, soumise au calcul.58

  • 59 H. Boerhaave, Praxis medica, ouvr. cité, t. iii, p. 278 et Elementa chemiae, Londres, Sumptibus S.K (...)

22En contrepoint du projet de constituer une théorie iatromécanique systématique, et à la différence de Descartes encore une fois, il développe une médecine clinique au lit du patient, notamment en utilisant le thermomètre, à alcool jusqu’en 1718, puis à mercure59.

*

23Bref, la première et la seconde génération des médecins anti-cartésiens s’accordent à considérer que Descartes pousse trop loin sa méthode de réduction, que ses principes sont trop abstraits et loin de l’observation. Ces critiques ne remettent pas en cause la légitimité de l’iatromécanisme, mais supposent une limitation des prétentions cartésiennes. Du cartésianisme, on peut donc sauver une méthode sous trois conditions :

  • une réduction limitée du corps qui doit préserver la spécificité vivante et chimique,
  • une fiction légitime, qui suppose une représentation mécanique du corps vivant, tout en ayant conscience de sa valeur heuristique, et non de sa pertinence ontologique,
  • un fondement empirique.
  • 60 Gottfried Wilhelm Leibniz, De la philosophie cartésienne [1683-1685], dans Discours de métaphysique (...)
  • 61 Leibniz, Lettre à Ch. Huygens, 20 février/2 mars 1691, Sämtliche Schriften und Briefe, ouvr. cité, (...)

24Ce tri au sein de l’héritage cartésien se trouve clairement résumé par Leibniz, qui en analyse successivement les différents domaines métaphysiques et scientifiques60. La médecine moderne doit partir de l’expérience, en particulier des microscopes que Descartes n’utilise pas ou peu dans ses dissections : « […] j’aime mieux un Leeuwenhoek qui me dit ce qu’il voit, qu’un Cartésien qui me dit ce qu’il pense »61. La médecine doit préserver la spécificité de son objet face à la physique, de même que la chimie ; l’une et l’autre doivent collaborer dans une meilleure compréhension des phénomènes organiques. Ainsi Leibniz s’adresse à Hoffmann, autre médecin mécaniste anti-cartésien et contemporain de Boerhaave :

  • 62 Leibniz, Epistola de rebus philosophicis ad Fried. Hoffmannum, traduit par Francis Courtès dans Les (...)

[…] je souhaiterais que des hommes éminents progressent peu à peu plus avant dans l’explication du mécanisme de la nature et s’emploient, non à tout réduire [reducant] (à la manière des Cartésiens) immédiatement et par un saut aux principes premiers que sont grandeurs, figures et mouvement (chose qui nous est impossible), mais à ramener par degré les composés aux choses simples et rapprochées des principes. C’est ainsi que nous expliquons bien l’arc-en-ciel, à condition d’admettre sur la lumière et les couleurs des choses que nous n’expliquons pas […], c’est ainsi que je loue les chimistes s’ils ramènent le plus de choses possible à des principes secondaires, se bornant à mettre à leur compte des connaissances assurées. […] j’attends de vous un jour les éléments de médecine rationnelle […].62

25Enfin, Leibniz critique à maintes reprises l’esprit d’école qui grève les cartésiens et remet en question l’image du pionnier que s’est forgée Descartes :

  • 63 Leibniz, Lettre de 1679 (?), Nouvelles lettres et opuscules inédits de Leibniz, Louis-Alexandre Fou (...)

Pour l’Anatomie et la connoissance de l’homme, M. des Cartes a bien de l’obligation à Harvée auteur de la circulation du sang, mais je ne trouve pas qu’il ait rien découvert qui soit d’usage et démonstratif ; il s’amuse trop à raisonner sur des parties invisibles de nostre corps, avant que d’avoir bien recherché celles qui sont visibles. Mons. Stenon a fait voir aux yeux que Mons. Des Cartes s’est trompé tout à fait dans l’opinion qu’il avoit du mouvement du cœur et des muscles. Et par un grand malheur pour la physique et pour la Medecine, Mons. Des Cartes a perdu sa vie en se croyant trop habile en medecine et differant d’ecouter les autres et de se faire soigner lors qu’il tomba malade en Suede. Il faut avouer qu’il estoit grand homme […].63

26L’enjeu de la critique cartésienne consiste donc à défendre un mécanisme alternatif à Descartes, plus proche de Borelli et résumé dans l’émergence du néologisme d’organisme. En particulier, cet iatromécanisme alternatif doit réhabiliter une conception finalisée du corps, non pas avec une finalité externe, mais avec une finalité fonctionnelle internalisée. Boerhaave comme Leibniz le soulignent dans leurs définitions respectives de la physiologie. Il s’agit par conséquent de sauver l’iatromécanisme contre Descartes, notamment pour éviter la tentation d’une médecine animiste. La Mettrie souligne d’ailleurs le danger de basculer d’un iatromécanisme extrême à un animisme tout aussi excessif :

  • 64 H. Boerhaave, Institutions de médecine, avec un commentaire de M. de La Mettrie, ouvr. cité, 1742, (...)

Ce que j’ai dit des Anti-Méchaniciens regarde particulièrement le fameux Chymiste Staahl, qui non seulement rejette les loix méchaniques, et blâme en général l’usage que les médecins font aujourd’hui des Mathématiques, mais fait très peu de cas de l’Anatomie…64

La critique animiste et vitaliste

  • 65 Roselyne Rey, « L’âme, le corps et le vivant », Histoire de la pensée médicale en occident, t. II, (...)
  • 66 Friedrich Hoffmann, « Philosophiae corporis humani vivi et sani », Medicina rationalis systemica, d (...)
  • 67 François Duchesneau, La physiologie des Lumières. Empirisme, modèles et théories, La Haye, M. Nijho (...)

27En effet, aux yeux de certains médecins, la critique des erreurs cartésiennes ne se limite pas au seul Descartes, mais invalide globalement la méthode et l’objet que définit l’iatromécanisme. La critique animiste, puis vitaliste, remet en cause radicalement le geste épistémologique effectué par Descartes, que cherchaient pourtant à préserver les médecins anti-cartésiens mécanistes. Comme le rappelle Roselyne Rey, « le partage des territoires entre médecine et religion, entre médecine et morale, a été une entreprise conflictuelle aux conséquences parfois équivoques : le geste par lequel le médecin entend traiter le corps “à part”, selon les lois générales de la mécanique, fut historiquement une affirmation d’autonomie de la médecine et d’émancipation à l’égard de la théologie, mais la conduisit à une vision réductrice de l’homme qui ne pouvait être saisi dans son unité au physique et au moral »65. Friedrich Hoffmann (1660-1742) résume ce geste encore visible chez Boerhaave : « l’esprit n’est pas le sujet de la médecine […] mais le sujet de la médecine est le corps vivant »66. Toutes les propriétés concernant le médecin sont mécaniques : elles ne présupposent aucune propriété spécifique attribuée à l’animal ; l’organisme – terme non cartésien – n’­introduit qu’un degré de perfection supérieur. Ou, comme le dit François Duchesneau, si nulle frontière épistémologique ne sépare la physique qui s’occupe des réalités organiques de celle qui s’occupe des réalités inertes, il convient d’expliquer toutes les fonctions organiques sans la pensée67.

  • 68 Sarah Carvallo, « Histoire du tonus : ruptures ou continuité ? », Du nouveau dans les sciences, Sar (...)
  • 69 Roselyne Rey, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du xvıııe siè (...)

28Le pari animiste consiste à défendre tout autant l’autonomie de la médecine, mais en identifiant le principe de vie à l’âme, et, du coup, en faisant rentrer celle-ci dans l’objet du médecin. Par conséquent, il faut critiquer l’idée d’une indépendance du corps humain vis-à-vis de l’âme, tout autant que celle d’une subordination de la médecine à la physique. Il faut instaurer un nouveau partage heuristique et ontologique. Or de fait, cette organisation conceptuelle de la médecine rend possibles des découvertes interdites à l’approche iatromécaniste68 et une conception de la vérité médicale différente des modèles de certitude mathématique ou mécanique69. C’est pourquoi d’ailleurs les mécanistes la prennent au sérieux. L’animisme part d’un objet différent – l’organisme, qui se distingue simultanément du corps physique et du mixte chimique – qu’il traite avec une méthode différente, puisque selon l’aphorisme aristotélicien : « là où finit le physicien, là commence le médecin ».

  • 70 Georg Ernst Stahl, De differentia mechanismi et organismi, Halle, 1706, § 14 et § 31, § 25, dans : (...)
  • 71 Le terme vient de Ménuret de Chambaud (R. Rey, Naissance et développement du vitalisme…, ouvr. cité (...)

29Cette nouvelle organisation conceptuelle s’avère particulièrement explicite dans le traité de Georg Ernst Stahl (1659-1734), Sur la différence entre le mécanisme et l’organisme70 : Stahl y explicite les caractéristiques du vivant irréductible à l’inorganique. Ces spécificités impliquent de ressaisir le vivant à partir de ses éléments les plus propres, en particulier son inclination à la maladie, le vieillissement et la mort. Par conséquent, une étude de la pathologie s’avère indispensable pour comprendre la santé. Après avoir comparé la rivière à l’état naturel et à l’état artificiel pour établir une analogie entre une matière inorganique71 et l’organisme, Stahl affirme que le postulat moderne de ne s’occuper que de la matière dans le corps humain dénature la médecine de fond en comble :

  • 72 Georg Ernst Stahl, Paroenesis : exhortation sur la nécessité d’éloigner de la doctrine médicale tou (...)

c’est à peine si l’on accorde quelque attention à l’ordre, au temps, à la puissance, au degré, aux variations et à l’énergie des mouvements qui s’exercent d’une manière si absolue sur la matière, bien loin d’en apprécier le but final.72

30À rebours, son projet consiste donc à prouver la pertinence de ces critères pour établir d’abord une pathologie, puis « la vraie théorie médicale ».

Stahl : un cartésianisme incompris ?

  • 73 Walter Pagel, « Helmont-Leibniz-Stahl », Sudhoffs Archiv für Geschichte der Medizin, no 24, 1929, p (...)
  • 74 A.-G. Berthier, « Le mécanisme cartésien… », art. cité, p. 45.
  • 75 « Ainsi le principal problème de Stahl consistait à accommoder la philosophie mécanique au cadre co (...)
  • 76 Stahl et Leibniz. La controverse sur la vie, l’organisme et le mixte : doutes concernant la vraie t (...)

31Pendant longtemps, l’historiographie a identifié la critique cartésienne de Stahl à un cartésianisme incompris. Walter Pagel estime que l’âme stahlienne a soumis le corps tout entier : il doit lui obéir, mais les deux ne coopèrent pas. La césure entre une âme active et un corps passif entretient par conséquent une dépendance forte avec le dualisme cartésien. Ainsi Stahl ne serait pas si éloigné de Descartes73. Auguste-Georges Berthier souligne que Stahl est plus proche d’un cartésianisme incompris que d’un aristotélisme rénové74. Lester S. King conjugue chez Stahl, d’un côté, une physique cartésienne, de l’autre, une médecine anti-cartésienne, en se demandant comment cette association contre-nature pourrait être féconde75. En ce sens, le commentateur américain reprend le reproche qu’énonçait Leibniz, lorsqu’il rapprochait, de façon paradoxale, Stahl et Descartes autour d’un quasi-matérialisme dans la controverse qu’il entretient avec le médecin de Halle76.

  • 77 G. E. Stahl, Paroenesis, dans Œuvres médico-philosophiques…, ouvr. cité, 1863, t. II, p. 149.

32En réalité, Stahl traduit l’exigence de compatibilité entre une matière physique « à la Descartes » et un corps proprement organique par la distinction entre deux niveaux d’actions dans le vivant : le Facere qui caractérise les opérations mécaniques (ou chimiques) et l’Efficere qui spécifie le niveau organique de l’action. Ce couple conceptuel permet d’affirmer que le corps demeure effectivement subordonné à l’âme, mais que celle-ci ne constitue pas une réalité détachée du corps. Par conséquent, la médecine ne se réduit pas à une étude physique (ou chimique) de l’homme. Si elle s’impose cette réduction par principe, alors elle manque inévitablement son projet (connaître et guérir) et son objet (l’homme vivant, l’organisme), comme en calcul « une erreur au départ engendre une erreur de plus en plus grande. C’est ainsi que, lorsqu’on s’appuie sur des faits étrangers à la médecine, […] il ne peut jamais rien résulter de solide »77.

33Pour préciser l’articulation entre les dimensions physique et organique du corps, Stahl présente des exemples de choses purement mécaniques (§ 38), c’est-à-dire dénuées de finalité : 1) une liqueur acide susceptible de se mélanger dans de l’eau, de provoquer la saveur acide, des bruits, de la chaleur et un dégagement spumeux en se mélangeant avec des substances terreuses et alcalines. Mais cette liqueur devient un organe, lorsque le chimiste l’utilise à une fin prédéterminée ; 2) l’eau se formant en ruisseau, puis en fleuve qui isole des îles, mais elle devient organique, lorsque l’homme l’utilise à ses propres fins pour en faire des canaux et des bassins pour la boire ou irriguer ses cultures (§ 40). Ces exemples présentent des cas particuliers d’une règle générale (§ 39) : l’organisme possède nécessairement une disposition mécanique, mais celle-ci ne suffit pas à expliquer sa spécificité, c’est-à-dire son but. Cette remarque suffit à critiquer radicalement la méthode cartésienne.

Ceux qui prétendent expliquer le corps humain comme une machine absolue, prétendent produire précisément et directement ce corps par soi ; ils prétendent que, dans ce corps, existent non seulement des mouvements vitaux (bien qu’en réalité ils ne comprennent jamais ce qu’est vraiment la vie), mais aussi des mouvements animaux – non seulement la sensation, mais aussi le mouvement local ; ils prétendent que, par la sensation, les choses senties poussent avec une énergie perpétuelle certaines masses corporelles tout entières, que l’acte est un mouvement local. (§ 75, je traduis)

  • 78 Ibid., § 76. Stahl développe deux autres exemples : l’avare et les pigeons voyageurs.
  • 79 P. Hoffmann, « Modèle mécaniste et modèle animiste… », art. cité, p. 204-209.
  • 80 G. E. Stahl, Paroenesis, ouvr. cité, § 96.

34En effet, Stahl reprend les arguments cartésiens dans l’étude du mouvement involontaire pour montrer qu’ils n’expliquent pas leur objet. Soient des personnes qui entendent un bruit fort et soudain : elles tournent la tête. Les mécaniciens veulent expliquer ce fait par les causes efficientes qui relient le mouvement des molécules, l’ouïe et le réveil de l’attention, mais ils ne peuvent expliquer pourquoi cette intensité suffit à franchir un seuil critique78. De même, comment expliquer les observations sur la circulation sanguine, qui, loin d’être régulière, varie non seulement entre les individus, mais au sein d’un même individu, par exemple malade79. En outre, la pathologie, en particulier les fièvres, manifeste de façon sensible la résistance du principe vital envers la cause morbifique80.

  • 81 Georg Ernst Stahl, Vraie théorie médicale, dans Œuvres médico-philosophiques…, ouvr. cité, t. IV, 1 (...)

35Par ailleurs, Stahl critique le manque d’attention au temps : les iatromécaniciens s’intéressent d’abord aux qualités premières de la matière – figure, grandeur et mouvement –, tandis que les phénomènes organiques se caractérisent essentiellement par « une mesure de temps parfaitement déterminée »81. Pour sa part, Stahl confère au temps une dignité organique primordiale :

Le temps considéré au point de vue pathologique exige une étude aussi variée que sérieuse ; il ne s’agit point en effet, seulement de déterminer d’une manière spéciale et précise, à l’égard de la durée des maladies, l’époque de l’invasion, la marche et la terminaison de chacune d’elles, mais il convient aussi de considérer le temps d’une manière générale, par rapport à la vie elle-même et à l’étendue de sa durée entière. (Ibid., p. 101)

36Et Stahl critique particulièrement les iatromécaniciens de vouloir réduire cette affaire aux structures et textures corporelles, c’est-à-dire aux propriétés physiques et chimiques du corps.

  • 82 G. E. Stahl, Paroenesis, ouvr. cité, § 94, je traduis.

37Finalement, Stahl peut asseoir la supériorité conceptuelle et pratique de l’animisme sur le mécanisme pour expliquer « ce qui, dans la machine du corps humain, s’avère simplement organique »82. Et cette critique embrasse non seulement Descartes mais tous les médecins mécanistes.

Les vitalistes vers 1750

  • 83 François Boissier de Sauvages, « Discours préliminaire », Nosologie méthodique, t. I, Lyon, Jean Ma (...)

38Alors qu’il situe les principes de la médecine dans l’anatomie, la chimie, l’hydraulique et la mécanique, les mathématiques83, François Boissier de Sauvages de la Croix (1706-1767) reprend à son compte la distinction entre Descartes et Borelli : il faut renoncer au premier mais conserver le second, auquel Sauvages attribue d’avoir introduit les mathématiques en médecine (p. 83).

  • 84 François Boissier de Sauvages, Dissertation sur les médicaments qui affectent certaines parties du (...)

Les machinistes ou les modernes qui prétendent expliquer sans moteur tous les mouvements de notre corps, se mettent peu en peine de trouver dans l’homme les forces mouvantes nécessaires pour ces effets : ils se figurent que la moindre petite pression, telle que celle d’une pincée de tabac sur les nerfs, est capable de se multiplier par la propriété des machines, & de produire un mouvement mille & mille fois plus grand que sa cause, & voilà les principes de méchanique sur lesquels ils raisonnent (voyez l’homme de Descartes.) Ces machinistes font bien voir qu’ils n’entendent pas la méchanique ; Alphonse Borelli, qui connoissoit bien celle du corps humain, fait voir clairement que les muscles bien loin de multiplier les forces, ont besoin pour élever de forts petits poids, d’être mis en action par des forces immenses.84

39Boissier de Sauvages adopte donc une position nuancée : il perçoit la fécondité d’une approche mécanique des phénomènes organiques, mais cette méthode ne doit pas oblitérer la question de l’origine de la vie, donc du mouvement physiologique. S’il mentionne rarement Descartes, implicitement il le considère comme le chef de file des mécanistes à outrance, puisqu’il fait notamment partie de ceux qui récusent toute finalité dans le corps humain :

  • 85 F. Boissier de Sauvages, « Pathologie », chap. iii, Œuvres diverses, ouvr. cité, t. I, p. 41.

Je ne sçaurois être de l’avis de ces sçavans, qui refusans toute prévoyance à la nature, & qui regardans tous ses efforts, comme des effets désordonnés des mouvemens sympathiques, produits sans le secours d’aucune puissance qui les dirige, & d’une manière qui nous est inconnue ; & par conséquent sans avoir aucune fin déterminée […].85

  • 86 F. Boissier de Sauvages, « Discours préliminaire », Nosologie méthodique, ouvr. cité, t. I, p. 65-6 (...)

40Par ailleurs, sa « Mécanique » est imaginaire et son application à l’organisme erronée, tout particulièrement sa théorie de la circulation. Et Sauvages a beau jeu de rappeler les controverses internes à l’iatromécanisme incapable de s’accorder sur l’explication des maladies ou des fonction physiologiques, au moment même où il prétend adopter la voie sûre des démonstrations géométriques86. Bref, Sauvages adhère volontiers au projet d’expliquer la structure et la texture corporelles par la mécanique et la chimie, mais il juge la méthode cartésienne une impasse : en niant la spécificité du vivant, Descartes ruine son propre projet. Pour sa part, Sauvages cherche à concilier l’héritage borellien, la méthode empirique de Sydenham et l’idée d’un principe vital qui ne soit plus l’âme.

41Théophile de Bordeu (1722-1776) adopte un point de vue différent, puisqu’il conteste radicalement la pertinence de l’iatromécanisme. Dans ce contexte, il s’intéresse à Descartes à trois titres. Premièrement en tant qu’historien de la médecine, il cherche à comprendre pourquoi ce savoir s’est engagé dans l’impasse iatromécaniste. À cet égard, il retrouve la critique courante de l’esprit de système de Descartes :

  • 87 Théophile de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, dans Œuvres complètes, ouvr. cité, t (...)

Or disoit Sydenham, partisan en plusieurs points de l’expectation, qui auroit voulu d’un homme comme Descartes pour son médecin ? Eh, qui voudroit pour médecin, diront à jamais les naturistes, d’un homme qui ne cesseroit de tout expliquer ? qui, à l’exemple de plusieurs professeurs dont la doctrine est oubliée, commenceroit ses traités de médecine par des longs discours sur les éléments et sur l’énumération des parties du corps humain ; qui disserteroit longuement pour savoir si les cheveux et les ongles sont des parties, si Adam eut la médecine infuse, si le sang est composé de globules faits chacun de trente-six autres globules ?87

42Non seulement cette médecine s’avère inefficace, mais en plus elle prétend à une certitude qui n’a pas lieu d’être, puisque les médecins dogmatiques cartésiens ne sont pas d’accord entre eux, et contredisent ainsi d’emblée l’idée de lois universelles.

  • 88 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 577. Georges Canguilh (...)

Un médecin dogmatique se croit dans le même cas qu’un astronome certain de la vérité de ses calculs […] ils vont encore plus loin ; ils ne se contentent pas de partir des observations et des effets observés, comme les astronomes ; ils remontent aux causes et aux principes, comme les physiciens et comme ceux qui calculent les forces des machines artificielles. Aussi cette classe de médecin a-t-elle pris pour base les lois d’hydraulique, celle des poids et des leviers, appliqués au corps humain, celles de la circulation du sang et de ses divers dérangements […]. C’est pour cette raison qu’on ne cesse de publier que le corps humain est une machine hydraulique dont un médecin connoît les ressorts […].88

  • 89 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 666.

43Deuxièmement, en tant que défenseur du vitalisme en médecine, Bordeu critique conjointement le matérialisme et l’iatromécanisme. En effet, même si Descartes se défend d’être matérialiste, il fut récupéré par les matérialistes et devint « la cause innocente du matérialisme »89.

Descartes pensa comme Pereyra sur l’âme des bêtes ; l’opinion de Stahl venge les médecins de l’accusation de matérialisme dont on les a chargés ; cette opinion a fait naître à Montpellier celle de la sensibilité du corps vivant (dans le cadre de la chimie médicinale). (Ibid.)

  • 90 T. de Bordeu, Recherches sur les maladies chroniques, dans Œuvres complètes, ouvr. cité, t. I, p. 8 (...)
  • 91 R. Rey, Naissance et développement du vitalisme…, ouvr. cité.
  • 92 Bordeu critique la glande pinéale de Descartes (Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cit (...)
  • 93 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 669.

44Stahl et les médecins animistes sont « très éloignés de la manière de penser de Descartes, qui, à force de vouloir prouver que les bêtes ne sont que des machines pouvoit induire des esprits faibles à raisonner sur les fonctions de l’homme, comme Descartes raisonnoit sur celles des animaux » (p. 667). Il faut donc critiquer le mécanisme qui pense tout expliquer par des globules, fibrilles, leviers, « joujoux de nos pères » (p. 670). Or, reprenant la distinction de Boissier de Sauvages, Bordeu assigne au seul Descartes cette méthode : « De là naquit le système de médecine appelé mécanique et hydraulique qui éblouit et ne tint pas ce qu’il promit […] »90. La sensibilité devient alors le fer de lance de la critique vitaliste, dans la mesure où elle permet d’éviter l’animisme tout en révélant l’impasse du mécanisme. Le corps animal contient un principe de vie et d’action indépendant de son essence. Ce principe désigne la vertu de sentir propre aux organes et aux nerfs des animaux, les nerfs étant le principe de tout mouvement et du sentiment nécessaire à toutes les actions de la vie. Les fonctions de la vie consistent en mouvement et sentiment : dans certaines fonctions, le mouvement domine, dans d’autres la sensibilité. Haller avait perçu cette fonction organique avec la notion d’irritabilité91, mais la sensibilité désigne le seuil proprement organique d’une irritabilité encore mécanique. Or la sensibilité provient de deux sources, du cerveau et d’une région située entre le cœur, l’estomac et les entrailles. Le siège des passions n’est donc pas la glande pinéale92, mais un organe central, qui part du bas-ventre en résonance avec les autres organes. Ces deux sources de la sensibilité se trouvent reliées et unifiées par le ton, concept développé par Stahl mais que Bordeu applique plus explicitement aux nerfs : tout d’abord, le ton du cerveau caractérise son mouvement perpétuel, puis ce ton est relié par les grands nerfs notamment dans les nœuds ou ganglions, qui fonctionnent comme de petits cerveaux et sont les principaux acteurs dans les départements des organes. « Le règne du sentiment ou de la sensibilité est des plus étendus ; le sentiment revient dans toutes les fonctions, il les dirige toutes. »93

45Troisièmement, Bordeu critique la conception cartésienne de la chimie et souligne l’importance de Stahl pour assigner à la chimie une juste place dans l’organisme, qui évite à la fois l’iatrochimisme et le réductionnisme :

La chimie a de grands droits sur l’explication des fonctions animales ; ces droits furent peu connus à Montpellier jusqu’à ces derniers temps. […] La chimie a été mieux cultivée à Paris depuis que la doctrine chimique de Stahl y est publiquement expliquée par des hommes qui font honneur à la médecine de ce siècle, et qui sont les vrais disciples d’un si grand maître. (Ibid.)

46Bref, aux yeux de Bordeu, la médecine cartésienne cristallise les défauts du xviie siècle (rupture avec l’héritage hippocratique, matérialisme, mécanisme, méconnaissance de la chimie) qui perdurent malheureusement encore au xviiie sous la figure de Chirac :

  • 94 Théophile de Bordeu, article « Crise », Encyclopédie, t. IX, 1778, p. 940.

[…] on a combattu les idées des anciens et celles des Chymistes ; on a formé une médecine toute nouvelle, à laquelle la nature a pour ainsi dire obéi, & qu’on a bien fait de comparer au Cartésianisme en physique.94

*

  • 95 Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du xvıııe siècle. La génération des (...)
  • 96 J. I. Israel, « Enlightenment, Radical Enlightenment and the “Medical Revolution” of the late seven (...)

47Malgré la profusion des arguments présentés à l’encontre de Descartes, une approche historique semble pouvoir résoudre le problème de la définition de l’anti-cartésianisme médical. En effet, les critiques énoncées à l’égard de Descartes convergent toutes vers la manière de penser et traiter les grands problèmes du vivant : l’origine de la vie, les fonctions physiologiques, la pathologie, la mort, le psychosomatique. Jacques Roger résume ainsi ces griefs : « ce qui est en cause, nous semble-t-il, bien plutôt qu’une question de méthode scientifique, c’est une certaine façon de voir la matière vivante. Descartes a voulu appliquer à la vie une imagination de physicien et de géomètre, ou plutôt, une imagination de mécanicien »95. À cet égard, Descartes paraît jouer le rôle à la fois d’écran et de révélateur des difficultés de l’iatromécanisme. S’il convient de ne pas induire trop rapidement du positionnement des médecins anti-cartésiens ce que serait le cartésianisme – d’autant que l’anti-cartésianisme comme le cartésianisme balayent un large spectre d’arguments, compliqués par l’introduction d’enjeux religieux, physiques et métaphysiques – le débat révèle néanmoins la récurrence de certains thèmes qui constituent des points critiques pour décider du programme qu’il faut suivre afin de constituer une médecine moderne, que ce soit d’un point de vue mécaniste ou animiste. Le cartésianisme joue donc le rôle d’une pierre de touche pour la définition de la médecine moderne96. En interne, il interroge la place de l’anatomie, la définition de la physiologie, le rapport entre la pratique et la théorie, la nature de la pathologie et de la mort, et corrélativement, les représentations du corps humain comme objet spécifique de la médecine – ce qui devient au début du xviiie siècle, l’organisme. En externe, il oblige à questionner ses rapports aux autres branches du savoir : mathématique, physique, chimie, mais aussi théologie ou philosophie.

  • 97 Mirko D. Grmek interprète la limite du mécanisme cartésien comme une limite conjoncturelle due à l’ (...)

48Certes, les critiques animistes et vitalistes de l’iatromécanisme résultent souvent soit d’une caricature, soit d’une mécompréhension de Descartes. Mais au-delà de ces mises au point, les réfutations de leurs auteurs se justifient essentiellement parce qu’ils voient en Descartes une impasse pour le développement d’une médecine autonome et efficace. Si ces médecins ne sont pas cartésiens, ce n’est pas à cause des limites circonstancielles des études médicales de Descartes (si Descartes avait vécu cinquante ans plus tard avec de bons microscopes…), mais par principe97.

Notes

1 Leibniz : « […] j’avoue que je ne suis pas du tout cartésien […] », à J. Thomasius, 20-30 avril 1669, cité par Yvon Belaval, Leibniz, critique de Descartes, Paris, Gallimard, 1960, p. 9 (je traduis).

2 Signé par d’Alembert, l’article « Cartésianisme » de l’Encyclopédie en dresse le bilan (Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Genève, Pellet, 1778, t. VI, p. 409). À l’article « Cartésiens », on remarque qu’« il n’est presque plus aujourd’hui de cartésiens rigides, c’est-à-dire, qui suivent Descartes exactement en tout ». Pour une vision plus globale d’enjeux non médicaux du cartésianisme, voyez Descartes and Cartesianism, Nathan D. Smith et Jason P. Taylor éd., Newcastle, Cambridge Scholars Press, 2005.

3 Selon Friedrich Hoffmann, les médecins cartésiens – Craanius, Bontekoë, Regius, Blancardus, Wald Schmidius – soignent les obstructions par la fluidité du sang grâce à des médicaments, ils méprisent les purgatifs, ils ont essayé de rejeter la pléthore des causes de la maladie (Opera omnia, Genève, Fratres de Tournes, 1748, t. I, p. 16-19). Sur le contexte institutionnel et idéologique, voir Jonathan I. Israel, « Enlightenment, Radical Enlightenment and the “Medical Revolution” of the late seventeenth and eighteenth centuries », Medicine and Religion in Enlightenment Europe, Ole Peter Grell et Andrew Cunningham éd., Aldershot, Ashgate, 2007, p. 5-28.

4 Vincent Aucante, La philosophie médicale de Descartes, Paris, PUF, 2006, p. 70.

5 François Duchesneau, Les modèles du vivant de Descartes à Leibniz, Paris, Vrin, 1998.

6 Tel est le cas exemplaire de l’étude de la vision qui fait interagir au moins quatre niveaux d’analyse chez Descartes : 1) l’âme ou le sens commun (glande pinéale, conarion) renvoie à des enjeux métaphysiques ; 2) les sens (qui impliquent notamment de décider de l’identité ou distinction entre nerfs moteurs et sensitifs, que Descartes identifie) soulèvent la question de la nature des liens entre la perception et l’idée, en particulier, il faut élucider le rôle des nerfs qui permet de dissocier la chose et l’image cérébrale de la chose, donc d’éviter la question de la ressemblance et ses enjeux épistémologiques ; 3) l’anatomie de l’œil et des nerfs optiques confirme une hypothèse sur la nature des structures organiques ; 4) la couleur et la lumière requièrent une analyse physique (ou chimique chez d’autres auteurs) du phénomène, et la formulation mathématique de la loi atteste de la légitime réduction et abstraction.

7 Descartes, Principes de la philosophie, IV, § 203 et « selon les règles des mécaniques, qui sont les mêmes que celles de la nature » (Discours de la méthode, AT VI, p. 54).

8 Descartes, Lettre à Mersenne, 1632, AT I, p. 263 ; traité de L’Homme, AT VI, p. 45-46. Sténon, Discours sur l’anatomie du cerveau [1665], Paris, Robert de Ninville, 1669, p. 12-13. Voir Fabien Chareix, « La maîtrise et la conservation du corps vivant chez Descartes », Figures de l’irrationnel, no 3 de Methodos, 2003, p. 161-194.

9 Sténon écrit : « Certains représentent l’homme lui-même, Descartes ne nous en présente que la machine », mais il note le décalage entre la machine de Descartes et l’observation anatomique (De cerebri anatome, dans Daniel Le Clerc, Bibliotheca anatomica, sive recens in anatomia inventorum Thesaurus, Genève, Joannis Anthonius Chouët, 1675, t. II, p. 328, je traduis).

10 Mirko D. Grmek, « A survey of the mechanical interpretations of life from the Greek Atomists to the followers of Descartes », Biology, History, and Natural Philosophy, Allen D. Breck et Wolfgang Yourgrau éd., New York, Plenum Press, 1972, p. 181-195, ici p. 187.

11 Annie Bitbol-Hespériès, Le principe de vie chez Descartes, Paris, Vrin, 1990.

12 Auguste-Georges Berthier, « Le mécanisme cartésien et la physiologie au xviie siècle (avec une note d’Edmond Goblot) », Isis, vol. 3, 1920-1921, p. 21-58, ici p. 27.

13 Galilée fut le professeur de Borelli, qui collabore avec Malpighi à Pise entre 1656-1659 (Luigi Belloni, « Marcello Malpighi and the founding of anatomical microscopy », Reason, Experiment and Mysticism in the Scientific Revolution, Maria Luisa Righini Bonelli et William Shea éd., Londres, Macmillan, 1975, p. 95-110, ici p. 95).

14 Paul Hoffmann, « Modèle mécaniste et modèle animiste. De quelques aspects de la représentation du vivant, chez Descartes, Borelli et Stahl », Revue des sciences humaines, t. 58, no 186-187, avril-octobre 1982, p. 199-211, ici p. 203.

15 Une troisième voie pourrait correspondre à l’expérimentalisme de Boyle.

16 Voir La querelle d’Utrecht. René Descartes et Martin Schoock, Théo Verbeek éd., Paris, Les Impressions nouvelles, 1988 ; Annie Bitbol-Hespériès, « Descartes et Regius : leur pensée médicale », Descartes et Regius. Autour de l’explication de l’esprit humain, Theo Verbeek éd., Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1993, p. 47-68 ; The Medical Revolution of the Seventeenth Century, Roger French et Andrew Wear éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; J. I. Israel, « Enlightenment, Radical Enlightenment and the “Medical Revolution” of the late seventeenth and eighteenth centuries », art. cité.

17 François Azouvi, Descartes et la France. Histoire d’une passion nationale, Paris, Fayard, 2002.

18 Vopiscus Fortunatus Plemp, Fundamenta medicinae… Doctorum aliquot in Academia Lovaniensi virorum judicia de Philosophia Cartesiana, Louvain, Hiéronyme Nempaei, 1653, p. 375-377.

19 On connaît l’importance de la dioptrique pour Descartes, qui la considère comme un essai de la méthode appliquée, dans les troisième, cinquième et sixième discours. Pour Descartes, la vision offre un brillant exemple de la valeur de la méthode, aussi bien dans sa dimension physique que physiologique, de même que la circulation. Plemp publie un traité d’ophtalmographie en 1632 et un autre de dioptrique en 1637.

20 Vopiscus Fortunatus Plemp, Ophthalmographia, sive tractatio de oculi fabrica, actione, & usu, Amsterdam, Henri Laurent, 1632, p. 264.

21 Plemp, Ophthalmographia…, ouvr. cité, p. 49-51, p. 188. Voir Vincent Aucante, « La vision chez Descartes et Plempius », Il Seicento e Descartes. Dibatti cartesiani, Antonella Del Prete éd., Florence, Le Monnier Università, 2004, p. 233-254, et plus généralement, Martin Schneider, Das mechanistische Denken in der Kontroverse. Descartes’Beitrag zum Geist-Maschine-Problem, Stuttgart, F. Steiner, 1993, p. 189.

22 Les arguments se trouvent repris dans Fundamenta medicinae…, ouvr. cité, p. 171-180. Plemp écrit : « je ne pense pas que personne ne me surpasse dans l’estime et admiration que je lui voue, mais la critique m’est-elle pour autant interdite ? » (Je traduis).

23 Plemp, Fundamenta medicinae…, ouvr. cité. Descartes mentionne ce livre dans une lettre à Beverwick du 5 juillet 1643 (AT IV, p. 6).

24 Roger French, « Harvey in Holland : circulation and the Calvinists », The Medical Revolution of the Seventeenth Century, ouvr. cité, p. 46-86.

25 Regius évoque le succès de son enseignement dans la lettre du 9 mars 1639 (AT II, p. 527).

26 La querelle d’Utrecht, T. Verbeek éd., ouvr. cité, p. 42.

27 Plemp, Fundamenta medicinae…, ouvr. cité, livre I, p. 1-9. En France, Pierre-Daniel Huet suit un parcours analogue.

28 Ole Peter Grell, « Between anatomy and religion : The conversions to Catholicism of the two Danish anatomists Nicolaus Steno and Jacob Winsløw », Medicine and Religion in Enlightenment Europe, O. P. Grell et A. Cunningham éd., ouvr. cité, p. 205-222.

29 Sténon mentionne ces dissections dans : De musculis observationum specimen, dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica, sive recens in anatomia inventorum Thesaurus, ouvr. cité, t. II, p. 527. Sur leur diffusion et leur reproductibilité, voir Dom Remacle Rome, « Nicolas Sténon et la Royal Society of London », Osiris, vol. 12, 1956, p. 244-268.

30 Sténon, Elementa myologiae specimen, 1667, publié dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica…, ouvr. cité, t. II, p. 533, je traduis.

31 Caspar Bauhin, Theatrum anatomicum, livre III, chap. xiv, Francfort-sur-le-Main, Matthäus Becker, 1605, p. 597-604.

32 Sténon, De cerebri anatome, dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica…, ouvr. cité, t. II, p. 328.

33 « […] des images représentant avec soin ces parties ont peu de valeur » (Sténon, De cerebri anatome, ibid., t. II, p. 330, je traduis) ; Lettre à T. Bartholin, 26 août 1662. Sténon adresse un reproche analogue aux mots, qui voilent plutôt qu’ils ne dévoilent la vérité anatomique du cerveau.

34 Sténon, Observations sur le mouvement du cœur [1662], Opera philosophica, Copenhague, V. Tryde, 1910, 2 volumes, vol. 1, p. 121-127.

35 Descartes, Lettre à Mersenne, 9 février 1639, AT II, p. 501.

36 Étienne Gilson, « Descartes, Harvey et la scolastique », Études de philosophie médiévale, Strasbourg, Commission des publications de la Faculté des lettres, 1921, p. 191-245.

37 Sténon, Elementa myologiae specimen [1667], dans D. Le Clerc, Bibliotheca anatomica…, ouvr. cité, t. II, p. 533-552. Voir Tarcisio Festa, « Les premiers traités de physiologie du muscle », Géométrie, atomisme et vide dans l’école de Galilée, Egidio Festa, Vincent Jullien et Maurizio Torrini éd., Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, 1999, p. 185-212.

38 Gerrit Arie Lindeboom, Herman Boerhaave. The Man and his Work, Londres, Methuen, 1968, p. 102.

39 Nicolaas Hartsoeker, Extrait critique des lettres de M. Leeuwenhoek, dans Cours de physique, La Haye, Jean Stewart, 1730, p. 45 ; voir aussi du même auteur Éclaircissements sur les Conjectures physiques, Amsterdam, Pierre Humbert, 1710, p. 112-113.

40 Nicolaas Hartsoeker, Conjectures physiques, Amsterdam, chez H. Desbordes, 1706, livre III, cinquième discours, p. 311-332.

41 N. Hartsoeker, Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 312-313.

42 François Duchesneau, Leibniz, le vivant et l’organisme, Paris, Vrin, 2010, en particulier p. 253.

43 R. French, « Harvey in Holland : circulation and the Calvinists », art. cité, p. 46-86, en particulier p. 60.

44 N. Hartsoeker, « Remarque sur une Thèse de Physique de M. Muller », Cours de physique, ouvr. cité, p. 68-69 ; et Éclaircissements sur les Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 114.

45 Sarah Carvallo, « Les fausses évidences : dire et représenter la mort, à l’âge classique », Lambertiana. Hommage à Jacques Lambert, Pierre Edouard Bour et Sophie Roux dir., Paris, Vrin, 2010, p. 37-70.

46 N. Hartsoeker, Extrait critique des lettres de M. Leeuwenhoek, dans Cours de physique, ouvr. cité, p. 54, au sujet de la lettre de Leeuwenhoek, 16 juin 1700. Il revient sur cet argument dans ses Éclaircissements sur les Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 111. Sur l’argumentation cartésienne, Guillaume Coqui, « Descartes et la sensibilité animale », Études de philosophie cartésienne, Pierre Guenancia et Pierre-François Moreau éd., Dijon, Université de Bourgogne (Cahiers d’histoire de la philosophie ; 4), 2006, p. 139-164.

47 N. Hartsoeker, Éclaircissements sur les Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 103-116.

48 Julien Offray de La Mettrie, Abrégé des systèmes, cité par G. A. Lindeboom, Herman Boerhaave, ouvr. cité, p. 265.

49 Hartsoeker effectue le même rapprochement (Éclaircissements sur les Conjectures physiques, ouvr. cité, p. 110).

50 Herman Boerhaave, Methodus studii medici, Amsterdam, Jacobia Wetstein, 1751, p. 16, je traduis.

51 Julien Offray de La Mettrie, Œuvres philosophiques, Berlin, C. Tutot, 1796, p. 89-91.

52 Herman Boerhaave, Institutiones medicae, in usus annuae exercitationis domesticos, Digestae ab Hermanno Boerhaave [1708], Paris, Guillaume Cavelier, 1722, p. 4-5.

53 Le feu constitue la cause de tous les phénomènes naturels, mais n’est pas lui-même appréhendé directement par les sens.

54 Abrégé de la théorie chymique, tiré des propres écrits de M. Boerhaave par M. de La Mettrie, Paris, Briasson, 1741, p. 43-44. Sur la vision, Herman Boerhaave, Praxis medica, sive commentarium on aphorismos de cognoscendis & curandis Morbis, Padoue, J. Manfré, 1728, t. I, p. 354.

55 H. Boerhaave, Methodus studii medici, ouvr. cité, p. 49.

56 H. Boerhaave, Institutions de médecine, avec un commentaire de M. de La Mettrie, Paris, Huart/Briasson/Durand, 1742, 5 volumes, p. 69 ; Oratio de usu ratiocinii mechanici [1703], Leyde, H. Turing, 1709. Confirmé par François Duchesneau, Les modèles du vivant de Descartes à Leibniz, Paris, Vrin, 1998, p. 184.

57 « […] le médecin ne doit traiter que du corps » (Boerhaave, Praxis medica…, ouvr. cité, Prolegomena, p. 4, je traduis).

58 Théophile de Bordeu, Recherches sur la colique de Poitou, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Caille Ravier, 1818, p. 522.

59 H. Boerhaave, Praxis medica, ouvr. cité, t. iii, p. 278 et Elementa chemiae, Londres, Sumptibus S.K. et J.K., 1732, t. II, p. 353. Par ailleurs, il utilise un microscope ou une lentille pour examiner la langue, les yeux et les lèvres, les blessures des patients (G. A. Lindeboom, Herman Boerhaave, ouvr. cité, p. 293).

60 Gottfried Wilhelm Leibniz, De la philosophie cartésienne [1683-1685], dans Discours de métaphysique et autres textes, Christiane Frémont trad. et éd., Paris, Flammarion (GF), 2001, p. 186 ; Leibniz, Sämtliche Schriften und Briefe, Deutschen Akademie der Wissenschaften éd., Berlin, Akademie-Verlag, 1923-, série VI, vol. IV, B, 1468-1479, 1487, 1695-1703.

61 Leibniz, Lettre à Ch. Huygens, 20 février/2 mars 1691, Sämtliche Schriften und Briefe, ouvr. cité, série III, vol. V, p. 62, je traduis.

62 Leibniz, Epistola de rebus philosophicis ad Fried. Hoffmannum, traduit par Francis Courtès dans Les Études philosophiques, vol. 26, janvier-mars 1971, p. 13-27, ici p. 16. Même appel à Conring dans la lettre du 19 mars 1678 (Leibniz, Philosophische Schriften, Carl. I. Gerhardt éd., Hildesheim/New York, Olms, 1978, t. I, p. 193-199).

63 Leibniz, Lettre de 1679 (?), Nouvelles lettres et opuscules inédits de Leibniz, Louis-Alexandre Foucher de Careil éd., Paris, Durand, 1857, p. 10. Les cartésiens proclament au contraire la libération face à l’autorité qu’apporte Descartes (F. Azouvi, Descartes et la France…, ouvr. cité, p. 32).

64 H. Boerhaave, Institutions de médecine, avec un commentaire de M. de La Mettrie, ouvr. cité, 1742, p. 128.

65 Roselyne Rey, « L’âme, le corps et le vivant », Histoire de la pensée médicale en occident, t. II, De la Renaissance aux Lumières, Mirko D. Grmek éd., Paris, Seuil, 1997, p. 117-155.

66 Friedrich Hoffmann, « Philosophiae corporis humani vivi et sani », Medicina rationalis systemica, dans Opera omnia, 6 volumes, Genève, Fratres de Tournes, 1748, t. I, p. 26, je traduis.

67 François Duchesneau, La physiologie des Lumières. Empirisme, modèles et théories, La Haye, M. Nijhoff, 1982, p. xiv.

68 Sarah Carvallo, « Histoire du tonus : ruptures ou continuité ? », Du nouveau dans les sciences, Sarah Carvallo et Sophie Roux éd., no 24 de Recherches sur la philosophie et le langage, 2006, p. 71-120 et « Ageing in the seventeenth and eighteenth centuries », Science in Context, vol. 23, no 3, 2010, p 267-288.

69 Roselyne Rey, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du xvıııe siècle à la fin du Premier Empire, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 299.

70 Georg Ernst Stahl, De differentia mechanismi et organismi, Halle, 1706, § 14 et § 31, § 25, dans : Theoria medica vera, Halle, Impensis Orphanotrophei, 1737, p. 1-42.

71 Le terme vient de Ménuret de Chambaud (R. Rey, Naissance et développement du vitalisme…, ouvr. cité, p. 107).

72 Georg Ernst Stahl, Paroenesis : exhortation sur la nécessité d’éloigner de la doctrine médicale tout ce qui lui est étranger [Halle, 1706], dans Œuvres médico-philosophiques et pratiques, T. Blondin trad., t. II, Paris, Baillière, 1863, p. 138.

73 Walter Pagel, « Helmont-Leibniz-Stahl », Sudhoffs Archiv für Geschichte der Medizin, no 24, 1929, p. 19-59 ; en particulier p. 44.

74 A.-G. Berthier, « Le mécanisme cartésien… », art. cité, p. 45.

75 « Ainsi le principal problème de Stahl consistait à accommoder la philosophie mécanique au cadre conceptuel de l’animisme » (Lester S. King, The Philosophy of Medicine, the Early Eighteenth Century, Cambridge, Havard University Press, 1978, p. 146, je traduis).

76 Stahl et Leibniz. La controverse sur la vie, l’organisme et le mixte : doutes concernant la vraie théorie médicale du célèbre Stahl, avec les répliques de Leibniz aux observations stahliennes, Sarah Carvallo trad. et éd., Paris, Vrin, 2004, réplique 29, p. 143.

77 G. E. Stahl, Paroenesis, dans Œuvres médico-philosophiques…, ouvr. cité, 1863, t. II, p. 149.

78 Ibid., § 76. Stahl développe deux autres exemples : l’avare et les pigeons voyageurs.

79 P. Hoffmann, « Modèle mécaniste et modèle animiste… », art. cité, p. 204-209.

80 G. E. Stahl, Paroenesis, ouvr. cité, § 96.

81 Georg Ernst Stahl, Vraie théorie médicale, dans Œuvres médico-philosophiques…, ouvr. cité, t. IV, 1863, p. 105.

82 G. E. Stahl, Paroenesis, ouvr. cité, § 94, je traduis.

83 François Boissier de Sauvages, « Discours préliminaire », Nosologie méthodique, t. I, Lyon, Jean Marie Bruyset, 1772, p. 62-95.

84 François Boissier de Sauvages, Dissertation sur les médicaments qui affectent certaines parties du corps humain plutôt que d’autres…, dans Œuvres diverses, Paris, J.-P. Costard, 1771, t. II, p. 283 (note).

85 F. Boissier de Sauvages, « Pathologie », chap. iii, Œuvres diverses, ouvr. cité, t. I, p. 41.

86 F. Boissier de Sauvages, « Discours préliminaire », Nosologie méthodique, ouvr. cité, t. I, p. 65-66.

87 Théophile de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, dans Œuvres complètes, ouvr. cité, t. I, p. 600. Descartes, Les météores, sixième Discours, AT VI, p. 297-306 ; Lettre à Mersenne, 20 février 1639, AT II, p. 525. Antoni van Leeuwenhoek, Arcana naturae, Leyde, Cornelius Boutestein, 1696.

88 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 577. Georges Canguilhem, « Le statut épistémologique de la médecine », Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1968, p. 413-428.

89 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 666.

90 T. de Bordeu, Recherches sur les maladies chroniques, dans Œuvres complètes, ouvr. cité, t. I, p. 820.

91 R. Rey, Naissance et développement du vitalisme…, ouvr. cité.

92 Bordeu critique la glande pinéale de Descartes (Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 674).

93 T. de Bordeu, Recherches sur l’histoire de la médecine, ouvr. cité, t. II, p. 669.

94 Théophile de Bordeu, article « Crise », Encyclopédie, t. IX, 1778, p. 940.

95 Jacques Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du xvıııe siècle. La génération des animaux de Descartes à l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1993, p. 151.

96 J. I. Israel, « Enlightenment, Radical Enlightenment and the “Medical Revolution” of the late seventeenth and eighteenth centuries », art. cité, p. 7.

97 Mirko D. Grmek interprète la limite du mécanisme cartésien comme une limite conjoncturelle due à l’absence de machines assez perfectionnées pour comprendre notamment la régulation : « […] un animal machine est [soit] un automate avec des régulations cybernétiques et quelque chose comme un code-programme inséré par le Grand Ingénieur ; […] Nous pouvons désormais facilement comprendre pourquoi il [Descartes] n’avait pas encore la capacité de formuler clairement toute la signification de son analogie du corps machine : il était à la recherche d’un modèle mécanique qui n’existait pas encore » (Mirko D. Grmek, « A survey of the mechanical interpretations of life from the Greek Atomists to the followers of Descartes », art. cité, p. 187, je traduis). Il est suivi par Duchesneau « à la suite de Grmek, je suggère que Descartes entrevoit un type d’automate dont aucun modèle artificiel n’existait en son temps, et pour cause, puisque, selon nos catégories contemporaines, il ne pourrait s’agir que d’un automate capable d’autorégulation, programmé pour accomplir toutes les fonctions vitales » (F. Duchesneau, Les modèles du vivant, ouvr. cité, p. 71). Jacques Bouveresse formule un jugement analogue dans « La mécanique, la physiologie et l’âme », Descartes et son œuvre aujourd’hui, Annie Bitbol-Hespériès, Jacques Bouveresse, Jean Frézal et al., Sprimont, Mardaga, 1998, p. 83-120, ici p. 97.

Auteur

Maître de conférences en philosophie à l’École centrale de Lyon

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540