Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Dynamique de la végétation et de l’espace sur les rives de la sebkha d’Essijoumi

Monder Chaouach et Amor Moktar Gammar

Texte intégral

1Sur les rives septentrionales de la sebkha d’Essijoumi, entre l’oued Melah et la forêt de reboisement d’El-Ouerdia, une ceinture de végétation halophile relativement large, aux formations variées et exceptionnellement humides, forme un couple lié avec la banlieue ouest de la ville de Tunis. Elles se sont développées ensemble, en raison de l’impact de l’urbanisation sur le bilan hydrique et la dynamique du système formé par la sebkha, ses rives et son bassin versant (figure 1).

Figure 1.
La Sebkha d’Essijoumi et la ville de Tunis.

1. Les types de végétation humide et halophile (figure 2 et 3)

Steppes et pelouses crassulescentes faiblement salées

2Ce sont des formations basses et claires rarement inondées. Les touffes crassulescentes halophiles où domine Suaeda mollis sont toujours associées à une flore caractéristique des ermes méditerranéens.

3La steppe crassulescente à Suaeda mollis. Cette formation montre de larges touffes de Suaeda mollis, associées à Lygeum spartum, Salsola vermiculata, Sphenopus divaricatus, Spergularia maritima, Atriplex halimus, Atriplex portulacoides, Hordeum maritimum et diverses espèces annuelles. Elle signale des sols bien drainés et donc à salinité modérée en surface. Toutefois une nappe phréatique plus ou moins salée et proche de la surface engorge saisonnière-ment les horizons profonds du sol (Novikoff, 1961). Cette formation occupe le haut du petit talus, de 1 à 2 m de dénivellation, bordant les rives de la sebkha. Elle déborde sur les surfaces supérieures voisines, où elle est exposée à l’emprise des labours. Les îlets inaccessibles en hiver et non labourés, où les oiseaux migrateurs ont l’habitude de se reposer tranquillement, montrent un faciès nitratophile à Ferula communis, Asphodelus microcarpus. La steppe crassulescente à Suaeda mollis s’installe aussi sur les levées de terres liées aux routes, aux remblais anciens…

4La steppe crassulescente à Suaeda mollis et Joncus maritimus. Cette formation montre un recouvrement notable et associe principalement Suaeda mollis, Joncus acutus, Joncus maritimus, Cynodon dactylon. Elle a été observée dans l’entaille sèche de l’oued Melah, où elle paraît liée aux crues de l’oued et à la modération de la salinité du sol qui en résulte.

5La pelouse à Spergularia salina. C’est une pelouse claire qui occupe les remblais récents encore sans végétation ligneuse. Avec Spergularia salina, on note quelques thérophytes : des chardons, des graminées dont Hordeum maritimum. Des plantations sont effectuées ces dernières années avec Lyceum, Acacia, Mioporum, et Atriplex. Les remblais assez âgés sont occupés par la steppe crassulescente à Suaeda mollis qui paraît constituer le stade vers lequel évoluerait spontanément la pelouse à Spergularia maritima.

6La pelouse graminéenne à chiendent. C’est un tapis herbacé ras mais très couvrant observé uniquement sur la tête du cône d’épandage édifié par l’oued Guériana. Cette pelouse est formée par une variété vigoureuse du chiendent, non ou très peu halophile, qui sert habituellement dans l’aménagement des pelouses des parcs urbains. La salinité du sol est sensiblement modérée grâce aux chenaux dispersant les crues de l’oued et évacuant les eaux polluées de la ville.

Figure 2.
Coupes types sur les rives nord de la sebkha d’Essijoumi (voir la localisation des coupes dans la figure 4).

Figure 3.
La végétation halophile de la sebkha d’Essijoumi.

Les steppes crassulescentes très salées

7Ce sont des steppes ouvertes édifiées par les touffes de trois espèces crassulescentes résistant à la salinité forte et l’hydromorphie prolongée : Salicornia arabica, Halocnemum strobilaceum et Artrocnemum indicum. Elles signalent différentes combinaisons entre la salinité des sols, la durée de l’inondation et la gravité de la dessiccation durant la saison sèche.

8La steppe crassulescente monospécifique à Salicornia arabica. Cette steppe crassulescente, formée par Saliconia arabica, s’installe vers l’intérieur de la ceinture halophile en contact direct avec les surfaces nues de la sebkha (Chaouach, 1996). Elle peut former des plages assez vastes (cône d’épandage de l’oued Guériana), mais souvent elle ne constitue qu’une bande étroite s’interposant entre le fond de la sebkha et les prairies humides ou bien le talus à Suaeda mollis.

9La steppe crassulescente monospécifique à Artrocnemum indicum. Cette steppe crassulescente formée par Artrocnemum indicum se distingue par des touffes plus vigoureuses et par un milieu plus sec produisant un matériel argileux meuble et éolisable. Le recouvrement assez important localement (cône d’épandage de l’oued Melah) devient souvent très faible sur la ligne de contact avec le fond nu de la sebkha, où on retrouve des touffes totalement détruites, des jeunes repousses au niveau des chenaux secs et quelques pieds de Halocnemum strobilaceum.

10La steppe crassulescente à Halocnemum strobilaceum. Cette steppe crassulescente formée par Halocnemum strobilaceum a été observée uniquement sur le talus ouest d’un îlet situé devant l’embouchure de l’oued Melah, dans un milieu très salé et très marqué par la sécheresse estivale. Les touffes espacées de Halocnemum strobilaceum sont associées à une abondante accumulation éolienne de pseudo-sable argileux.

Les prairies humides

11Ce sont des formations fermées longuement inondées. L’inondation est en grande partie le fait d’eaux à salinité modérée, mais ceci n’exclut pas des apports épisodiques d’eaux salées et des périodes courtes de dessiccation avec concentration des sels dans le sol.

12Les prairies humides à Joncus maritimus et Salicornia arabica. C’est une formation couvrante et longuement inondée ; elle est dominée par Joncus maritimus et Salicornia arabica ; des composées annuelles peuvent y devenir fréquentes : Cotula coronopifolia (indicatrice d’un apport d’eau douce polluée), Sonchus maritimus… Localement, on note un faciès moins humide, dominé par Salicornia arabica, où les joncs et Cotula coronopifolia deviennent rares. Ce faciès, fréquent sur les marges des prairies à joncs et salicorne, constitue manifestement un stade dynamique colonisant des terres de culture en friche.

13Roselières, thyphaies et autres prairies humides. Les fourrés à Thypha angustifolia jalonnent les chenaux alimentés par les conduites récoltant les eaux des quartiers voisins. Ils côtoient des lisérés à cypéracées, joncs et graminées herbacées. Les fourrés de roseaux ont une répartition ponctuelle au milieu des prairies humides à Joncus maritimus et Salicornia arabica et le long des chenaux évacuant les eaux des conduites urbaines. De rares pieds isolés de Tamarix gallica s’observent aussi dans les prairies humides à joncs. Enfin, une épaisse végétation d’hydrophytes flotte dans les chenaux aux eaux plus ou moins claires ; elle disparaît totalement dans les fossés et les chenaux aux eaux noires très chargées en débris organiques.

2. Les types de paysages et leur dynamique

14Les combinaisons entre les types de végétation permettent de distinguer trois types de paysage qui sont le résultat de trois types d’évolution. Les ceintures sèches et non urbaines des sections de l’oued Melah et de la forêt d’El-Ouardia s’opposent nettement aux ceintures des rives fortement urbanisées s’étendant plus au nord (figure 2).

Les rives non urbanisées d’oued Melah et de la forêt d’El-Ouardia

15Au sud de Sidi Hsine, de part et d’autre de l’embouchure de l’oued Melah, un petit talus de 1 à 2 m de hauteur sépare la sebkha des terres agricoles vallonnées qui s’étendent vers l’ouest. La ceinture halophile est étroite et montre une succession rapide conduisant de la steppe crassulescente à Suaeda mollis sur le haut du talus à la steppe crassulescente à Artrocnemum indicum, d’abord dans une forme couvrante puis dans une forme claire à Halocnemum strobilaceum. Une succession identique et aussi étroite s’observe également à l’est, en bas de la forêt de reboisement d’El-Ouardia. Le long de ces deux sections, les unités halophiles ne s’élargissent qu’au niveau du cône d’épandage de l’oued Melah. Ce paysage exclut les types de végétation les plus humides. Il signale ainsi un milieu qui subit fortement l’emprise de l’inondation saisonnière par les eaux salées de la sebkha, la forte dessiccation estivale et l’impact des poussières chargées de sel, ceci en raison de la faiblesse des apports d’eau d’origine continentale, qui se limitent au ruissellement et aux crues des oueds, manifestement assez atténués par les aménagements agricoles et forestiers formant l’arrière-plan du paysage de ces deux sections. Des comparaisons avec des observations de 1984 et avec les photographies aériennes de 1949 montrent que la ceinture halophile de ces deux sections du rivage de la sebkha est très stable. Cette stabilité est à mettre en rapport avec le maintien du caractère rural de ces rives et de leur bassin versant. Les plantations forestières d’El-Ouardia datant du début des années 1960 ont constitué aussi un facteur de stabilité.

Les rives à remblais de Mallassine et Sidi Hsine

16À l’est, devant les quartiers populaires de Mallassine, les rives de la sebkha sont entièrement façonnées par les remblais récents effectués sur une largeur de 100 à 200 m. Le talus haut de 2 à 4 m est pratiquement sans végétation. Des plantations forestières ont été installées sur ces remblais au fur et à mesure de leur progression programmée depuis une dizaine d’années du nord vers le sud. On passe ainsi progressivement des pelouses sèches à Spergularia salina des remblais les plus frais à des plantations de plus en plus élevées et âgées pour arriver enfin aux plantations les plus âgées faisant plus de 2 m de hauteur et aménagées en parc urbain. Parallèlement à cette gradation, la végétation humide et halophile au pied du talus, exclusivement liées à l’embouchure des conduites des eaux pluviales urbaines et entièrement gagnée sur le fond de la sebkha, forme des taches de plus en plus vastes en allant vers le nord. Cette répartition est révélatrice d’une dynamique qui préfigure une extension des prairies humides tendant à généraliser le paysage humide de la section d’Ezzouhour.

17À l’ouest, les remblais marquent aussi les rives de la sebkha, au niveau de Sidi Hsine. Cependant, ils ont servi à l’extension des constructions populaires (Bourgou, 1994). Cette urbanisation et la grande fréquentation humaine qui en résulte expliquent l’extension limitée des formations humides, malgré un apport important d’eau douce à partir des usines et des quartiers populaires de Sidi Hsine. La comparaison avec la situation rapportée par les photographies aériennes de 1949 confirme le caractère artificiel et très récent de ces paysages. Ils remplacent une rive basse sans talus, où la ceinture halophile était très médiocre et formée uniquement de steppes crassulescentes. Elles subissaient à l’ouest, l’emprise des labours sporadiques cherchant à étendre les champs céréaliers voisins de Sidi Hsine. À l’ouest, on y remarque déjà le passage de la voie ferrée et l’installation de plusieurs noyaux de bidonvilles responsables d’une intense fréquentation humaine.

Les rives humides d’Ezzouhour

18La section s’étendant de part et d’autre de l’embouchure de l’oued Guériana, devant la cité Ezzouhour, se distingue par une succession où les formations humides sont les plus importantes (figure 3).

19Entre Sidi Hsine et l’embouchure de l’oued Guériana, où la bordure de la sebkha se relève insensiblement pour passer à la plaine voisine, les prairies humides à Joncus maritimus et Salicornia arabica forment une bande large de plus de 200 m et totalisant près de 24 hectares. Elles envahissent les friches, les parcelles des fermes et les bordures des parcelles irriguées. La steppe crassulescente à Suaeda mollis n’apparaît que sur les bourrelets des routes, alors que la steppe monospécifique à Salicornia arabica ne forme qu’une bande interne très étroite.

20Plus à l’est, la sebkha est bordée par un petit talus d’origine naturelle, mais renforcé par des remblais d’origine anthropique. Le haut du talus est colonisé par la steppe crassulescente à Suaeda mollis qui déborde sur sa surface supérieure. Des aires de stagnation de l’eau permettent l’apparition de la steppe crassulescente à Salicornia arabica et joncs. Les parcelles de culture et les plantations forestières complètent la mosaïque du paysage. Les eucalyptus et casuarinas plantées sur banquettes réussissent à atteindre 8 à 10 m de hauteur. Sous l’ombre des arbres, les Suaeda se conservent sur les tabias des banquettes alors que les salicornes s’installent dans les sillons.

21La prairie humide à Joncus maritimus et Salicornia arabica s’étend au pied du talus sur une bande large de près de 200 m et totalisant environ 35 hectares. La steppe crassulescente monospécifique à Salicornia arabica forme une bande interne étroite, ne s’élargissant qu’au niveau du cône d’épandage de l’oued Guériana où elle forme avec la pelouse à chiendent un ensemble avancé vers le fond de la sebkha sur près de 14 hectares. Une petite dénivellation de quelques centimètres sépare les prairies humides du fond de la sebkha et serait le signe d’une accumulation terrigène sensible.

22L’importance des prairies humides signale une inondation prolongée liée à un apport renouvelé d’eau d’origine continentale responsable d’une modération de la salinité. En effet, au niveau de cette section, on signale d’une part l’écoulement de la nappe de Manouba vers la sebkha (Nacef, 1988) et d’autre part, un important écoulement de surface apporté par l’oued Guériana et par des conduites évacuant les eaux industrielles et urbaines.

  • 1 En effet, les moyennes calculées sur 20 ans, à partir de données pluviométriques de l’INM pour la (...)

23Par rapport à la situation rapportée par les photographies aériennes de 1949, ce paysage est le résultat d’un véritable bouleversement environnemental. Les prairies humides, apparaissant sur ces photographies par les teintes les plus sombres, étaient en effet insignifiantes et limitées au lit de l’oued Guériana. La ceinture halophile, étroite et discontinue, était formée de steppes crassulescentes plus ou moins claires. Les terres de cultures annuelles arrivaient jusqu’à la bordure nue de la sebkha (figure 4). D’après les photographies aériennes de 1988, la dynamique conduisant au paysage humide actuel était déjà très avancée à cette date. Elle est encore très active actuellement comme le prouvent plusieurs indices visibles, notamment les parcelles de cultures envahies par les prairies humides, le niveau de la nappe phréatique très proche de la surface… L’aménagement des rives est aussi récent. Les remblais et les plantations sont postérieurs à 1988, mais le lit de l’embouchure de l’oued Guériana était déjà canalisé et prolongé dans la sebkha sur quelques centaines de mètres, permettant l’édification du cône d’épandage actuel épais d’environ 1mètre et émergeant du fond de la sebkha. Ainsi, en partant de la situation de 1949, caractérisée par une ceinture halophile atrophiée, dominée par les formations les moins humides et attaquée par les cultures, les rives nord de la sebkha d’Essijoumi passent, probablement depuis les années 1970, par une phase d’expansion de la ceinture halophile et de ses formations humides. Cette inversion de la dynamique est strictement limitée aux sections urbanisées, aménagées ou non et recevant les eaux drainant les espaces urbanisés du bassin versant. Sans exclure l’influence d’un épisode climatique pluvieux1, cette évolution exprime en premier lieu l’impact de l’expansion urbaine du grand Tunis sur le bilan hydrique du bassin versant de la sebkha et de ses rives halophiles.

Figure 4.
Les rives nord de la sebkha d’Essijoumi d’après les photographies aériennes de 1948-1949.

3. Urbanisation et bilan hydrique

L’urbanisation rapide du bassin versant

24Partant d’une situation entièrement rurale au début du xxe siècle, le bassin versant de la sebkha d’Essijoumi a connu une urbanisation galopante, principalement à partir des années 1950 et surtout après 1970 (figure 1). Actuellement plusieurs communes se trouvent entièrement dans les limites de ce bassin versant.

25Au total, on peut donc estimer la population urbaine du bassin versant à 664 091 habitants en 1994, soit 39 % de la population urbaine du Grand Tunis qui fait 1 683 963 habitants. D’après Aouni (1995), les terres urbanisées du Grand Tunis sont passées de 16 670 hectares en 1988 à 19 520 en 1991. Avec la même croissance on obtient une surface d’environ 22 130 habitants en 1994. En appliquant à cette surface le pourcentage de la population du bassin versant de la sebkha d’Essijoumi, on obtient pour ce bassin versant une surface urbanisée d’environ 8 631 hectares, soit 43 % de la surface totale du bassin versant estimée à 20 200 hectares, en dehors des 2 800 hectares de la sebkha et sa ceinture halophile. Cette importante urbanisation modifie les éléments du bilan hydrique par rapport à la situation rurale du début du xxe siècle en augmentant les apports d’eau alimentant la sebkha et sa ceinture halophile.

Tableau 1
Population communale des unités admninistratives du bassin versant d’Essijoumi d’après le recensement de 1994 (INS, 1994).

Les apports d’eau liés à l’urbanisation

26La ville, en premier lieu est à l’origine de déversements et d’infiltrations variés. Plusieurs usines dispersées dans le bassin versant déversent une partie de leurs eaux usées dans le réseau pluvial ou directement dans la sebkha. C’est encore le cas des usines voisines de Sidi Hsine. À cela s’ajoutent les fuites et les déversements occasionnels d’excédents d’eau à partir du réseau d’irrigation de la Médjerda et du réseau de distribution d’eau potable. Les habitations des quartiers populaires sont aussi à l’origine de déversements réguliers, notamment là où elles sont équipées de puits perdus, dont les eaux infiltrées alimentent la nappe phréatique. En effet, un retard chronique dans le branchement au réseau d’assainissement est apparu depuis les années 1970, avec l’explosion des quartiers populaires d’Ettadhamen et de Douar Hicher. Ce retard se maintient encore en raison de l’importance des constructions informelles dans les jeunes quartiers populaires.

27Par ailleurs, l’urbanisation s’est faite aux dépens des terres irriguées qui dominent la plaine de Manouba. Elle fut durant toute la première moitié du xxe siècle, l’un des plus importants jardins maraîchers de Tunis. L’intensification du pompage à partir des années 1930 est à l’origine d’un grave abaissement du niveau de la nappe phréatique et de problèmes de salinisation. La réduction des surfaces irriguées, conjuguée avec les infiltrations et les déversements urbains entraîne une spectaculaire remontée de la nappe phréatique, qui atteint près de 14 m au centre de la plaine de Manouba et 2m au voisinage de la sebkha, où le niveau de la nappe se maintient actuellement à proximité de la surface (Nacef, 1988).

28Enfin, l’imperméabilisation du sol urbanisé entraîne au moins un doublement du coefficient de ruissellement par rapport à la situation rurale, probablement plus dans les quartiers populaires, où les jardins et les espaces verts sont rares. En partant des estimations de Nacef (1988) et en doublant la lame d’eau écoulée au niveau des surfaces urbanisées (43 % du bassin versant), on constate que l’apport moyen du ruissellement aurait doublé en passant de 1,677 million de m3/an avant 1970 à 3,316 millions de m3 après 1970. L’augmentation des apports est due pour un tiers à l’amélioration de la pluviométrie et pour 2/3 à l’impact de l’urbanisation.

Le bilan hydrique de la sebkha

29Avec ces estimations, en simplifiant et en considérant l’apport direct des précipitations, on peut dire que vers le milieu du xxe siècle, avec une moyenne pluviométrique de 450 mm/an, une urbanisation embryonnaire et une nappe phréatique surexploitée, la sebkha et sa ceinture halophile recevaient en moyenne environ 15 millions de m3 / an dont 13 millions de m3 à partir des précipitations directes et 2 millions de m3 à partir du bassin versant, dus principalement au ruissellement. Vers la fin du xxe siècle, avec une moyenne pluviométrique voisine de 500 mm / an, une nappe phréatique sous-exploitée et suralimentée et une urbanisation sur près de 43 % de la surface du bassin versant, la sebkha et sa ceinture halophile reçoivent en moyenne environ 20 millions de m3/an dont 14 millions de m3 à partir des précipitations directes et 6 millions de m3 à partir du bassin versant (nappe phréatique et ruissellement). Le bilan hydrique de la sebkha reste très déficitaire car son potentiel évaporatoire peut être estimé sur la base de l’évapotranspiration potentielle de Tunis-Manoubia (1 262 mm / an d’après Hénia, 1993) à une moyenne de près de 35 millions de m3 / an.

30En plus de l’allongement de la durée de l’inondation du fond de la sebkha, phénomène encore non mesuré, les apports supplémentaires d’eau liés à l’urbanisation sont à l’origine de la formation des prairies humides ; ils entretiennent leur extension et dessinent à leur aval des éventails au sol humidifié en permanence. Ces transformations dans le paysage et dans le milieu se localisent actuellement le long des rives urbanisées, principalement au nord de la sebkha, où se concentrent les apports d’eau les plus importants.

31L’expansion de la ville au sud et à l’ouest de la sebkha risque de conduire dans les prochaines années à la généralisation de la bordure marécageuse, entravant ainsi les processus de déflation éolienne qui caractérisent les ceintures halophiles des sebkhas fortement salées et qui empêchent ou ralentissent leur colmatage. L’aménageur ne paraît pas avoir prévu la formation et l’extension de ces milieux marécageux pollués, et très mal perçus par la population et les responsables. On tend à favoriser leur destruction sous une épaisse couche de remblais. Il est cependant probable que cet aménagement ne fera que déplacer les prairies humides tant que l’abondant apport d’eau responsable de leur formation est maintenu.

Notes

1 En effet, les moyennes calculées sur 20 ans, à partir de données pluviométriques de l’INM pour la station voisine de Tunis-Manoubia, augmentent régulièrement de 410 mm au début du xxe siècle, à 450 mm vers le milieu du siècle, à 500 mm dès la fin des années 1950, avant de revenir à 480 mm vers la fin du xxe siècle.

Table des illustrations

Légende Figure 1.La Sebkha d’Essijoumi et la ville de Tunis.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Figure 2.Coupes types sur les rives nord de la sebkha d’Essijoumi (voir la localisation des coupes dans la figure 4).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Figure 3.La végétation halophile de la sebkha d’Essijoumi.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Figure 4.Les rives nord de la sebkha d’Essijoumi d’après les photographies aériennes de 1948-1949.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Tableau 1Population communale des unités admninistratives du bassin versant d’Essijoumi d’après le recensement de 1994 (INS, 1994).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteurs

Biogéographie, Climatologie appliquée, Dynamique érosive, Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

Gammar, Biogéographie, Climatologie appliquée, Dynamique érosive, Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540