Version classiqueVersion mobile

Qu'est-ce qu'être cartésien ?

 | 
Delphine Kolesnik-Antoine

Fabriques du « cartésien » au XVIIe siècle

La Logique de Port-Royal : une logique cartésienne ?

Élodie Cassan

Texte intégral

  • 1 Antoine Arnauld et Pierre Nicole, La logique ou l’art de penser, contenant outre les règles commun (...)

1Antoine Arnauld et Pierre Nicole reconnaissent que leurs réflexions sur la logique dans la Logique de Port-Royal sont empruntées pour certaines d’entre elles à Descartes1. Ce faisant, ils utilisent des textes cartésiens qui n’ont pas été formulés dans l’élément du langage. Quand Descartes examine les ressources cognitives de l’esprit et les modes de leur application à des objets d’étude, il ne considère en effet pas pour elle-même la question de savoir comment la pensée peut être traduite dans le langage. Il se concentre sur la capacité de connaître de l’esprit, sans développer de véritable théorie du signe linguistique, qui fonderait une expression de ce savoir dans le langage. Dans quelle mesure ses textes peuvent-ils donc contribuer à l’élaboration de la logique des Messieurs de Port-Royal ? Ne faut-il pas que l’analyse des actes de l’esprit dont ils traitent soit réinscrite dans le langage ?

  • 2 Ibid., p. 317. Souhaitant mettre l’accent sur le rôle essentiellement épistémologique joué par la (...)

2C’est l’hypothèse que nous défendrons. La logique, pour autant qu’elle met en jeu l’algèbre, ne s’épuise certes pas dans la dimension du langage. Mais les Messieurs de Port-Royal ne sont pas des mathématiciens. Ils en viennent ainsi à retravailler la théorie cartésienne de l’esprit, en l’articulant à une doctrine de la signification et à une analyse du langage. Ils ne sont donc pas à proprement parler des cartésiens2 : ils s’inscrivent dans une distance critique par rapport à la doctrine cartésienne de l’esprit, et celle-ci ne constitue qu’une des sources de la Logique. Ils ne sont des logiciens cartésiens que dans la mesure où, comme Descartes, ils relient la théorie de l’esprit qui encadre leur logique à une théorie de la connaissance, et où celle-ci découle, comme chez Descartes, d’une auto-élucidation par l’esprit de ses capacités cognitives et, par suite, des conditions dans lesquelles parvenir à la certitude.

  • 3 La thèse répétée selon laquelle l’addition b de deux idées a et b renferme l’idée a et l’idée (...)

3Nous établirons ce point en examinant l’usage épistémologique fait dans la Logique de la théorie cartésienne du jugement. Selon celle-ci, élaborée des Règles pour la direction de l’esprit aux Méditations métaphysiques, la science repose sur un effort de compréhension rationnelle marqué par la production de jugements vrais. D’où les fréquentes affirmations de Descartes sur la nécessité d’apprendre à bien juger. Comme nous le verrons, Arnauld et Nicole ne reprennent pas l’approche cartésienne du jugement comme opération typique de la raison et la remplacent par l’ébauche d’un calcul des idées3. Mais ils se servent de cette théorie en tant qu’elle expose le critère du vrai que tout bon raisonnement doit respecter.

4Nous montrerons comment cet usage normatif de la théorie cartésienne du jugement comme d’un modèle auquel se conformer pour éviter l’erreur peut se fonder sur une prise de distance par rapport aux descriptions cartésiennes de l’acte de juger, de la structure des jugements, ainsi que de leurs usages possibles dans des raisonnements. L’enjeu de l’analyse de ces trois écarts par rapport à Descartes, ainsi que de la conception de la vérité à laquelle ils sont articulés, sera de faire voir que le cartésianisme de la Logique vient de ce qu’Arnauld et Nicole remplacent l’approche métaphysique de la vérité comme conformité d’une proposition à ce qui est, qui sous-tend les logiques de l’École, par une approche épistémologique, thématisée dans la troisième Méditation et selon laquelle tout ce qui est contenu dans l’idée claire et distincte d’une chose se peut affirmer avec vérité de cette chose.

*

  • 4 Logique, ouvr. cité, p. 52-54. Voir Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des s (...)

5Dans la Logique, ouvrage divisé en quatre parties qui étudient respectivement la conception, le jugement, le raisonnement et la mise en ordre, ainsi que le corrélat noématique de ces actes de l’esprit, idée, proposition, raisonnement, méthode, et leur expression dans le langage, il s’agit de déterminer comment des mises en rapport d’idées, conçues comme des signes, peuvent être valides. L’enjeu n’est pas, comme pour Descartes dans les Méditations, de fonder la science sur une théorie de l’esprit connaissant, et la thèse selon laquelle éviter l’erreur requiert de régler la volonté sur l’entendement. Le propos est d’étudier les modalités d’expression de ce savoir. C’est pourquoi, tout en convoquant explicitement, dès la première édition de l’ouvrage (1662), la théorie cartésienne de l’idée élaborée dans les Réponses aux secondes Objections notamment, dans la cinquième édition de la Logique (1683), les Messieurs de Port-Royal relient ce contenu mental qu’est l’idée à une théorie du signe4 étrangère à l’œuvre de Descartes.

6Ils comprennent les idées comme des termes catégorématiques reliés dans des jugements et logicisent la thèse des Méditations selon laquelle les idées fournissent leur matière aux jugements, parce qu’à la différence de Descartes, chez qui le terme d’idée peut désigner aussi bien un simple concept qu’un concept propositionnel, ils posent une distinction nette entre idée et jugement. Ils rapportent en ce sens l’idée à l’opération de concevoir qui la produit, soit à « la simple vue que nous avons des choses qui se présentent à notre esprit, comme lorsque nous nous représentons un soleil, une terre, un arbre, un rond, un carré, la pensée, l’être, sans en former aucun jugement exprès » (Logique, p. 37). Par là, ils font des idées, ou conceptions, des représentations mentales simples, des atomes qu’il revient aux jugements d’articuler. Cet atomisme sémantique et logique les conduit à dire que le jugement se forme par addition d’idées. Soient les jugements « la Terre est ronde » et « la Terre n’est pas ronde » (p. 41) : dans le premier cas, ces idées sont jugées compatibles – d’où une affirmation –, dans le second, elles ne sont pas estimées telles – d’où une négation. Mais les idées de terre et de rondeur, qui sont représentatives, n’impliquent pas d’elles-mêmes l’affirmation ou la négation. Celles-ci sont l’œuvre de cette seconde opération de l’esprit qu’est le jugement, « ajout » d’une affirmation ou d’une négation à au moins deux idées, dont l’une est dite ou non de l’autre.

  • 5 Antoine Arnauld et Claude Lancelot, Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Genève, Slatkin (...)
  • 6 A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 46-47.

7Cette approche du jugement comme addition ne concerne pas le seul cadre de la pensée. Dans la suite de thèses énoncées dans la Grammaire générale et raisonnée par Arnauld et Lancelot (1660), il apparaît que, de même que sur le plan de la pensée, il faut ajouter une affirmation ou une négation à des idées pour former un jugement, de même, pour articuler les termes catégorématiques exprimant des idées dans une proposition, il faut ajouter un signe linguistique supportant l’affirmation ou la négation, le verbe. Ces atomes que sont les idées ont donc leur correspondant sur le plan linguistique5. Une idée, c’est-à-dire une appréhension intellectuelle, peut être une idée de chose subsistant par soi-même (l’idée de corps), une idée de modification de cette chose (l’idée de rondeur, mode d’être du corps), une idée de chose modifiée (l’idée de corps rond, soit d’une substance en tant qu’elle est modifiée par un mode)6. Le langage, servant à faire connaître les pensées, permet d’exprimer cette saisie mentale d’un objet par des termes catégorématiques : des substantifs ou bien des adjectifs, considérés séparément ou bien comme associés.

  • 7 Arnauld montre que nous ne voyons point immédiatement les choses mais que ce sont leurs idées qui (...)

8Ce lien entre le langage et la pensée se fonde sur une articulation non cartésienne des plans sémantique et ontologique. À partir de la détermination cartésienne de l’idée comme douée d’une réalité formelle et d’une réalité objective, Arnauld et Nicole insistent sur le fait que les idées sont ce par quoi les choses se donnent à nous (ibid., p. 43). Ce point, qui sera considéré pour lui-même dans Des vraies et des fausses idées7, ouvre la pensée sur l’être : l’« [o]n peut rapporter à cette considération des idées, selon leurs objets, les dix catégories d’Aristote ; puisque ce ne sont que diverses classes auxquelles ce Philosophe a voulu réduire tous les objets de nos pensées, en comprenant toutes les substances sous la première, et tous les accidents sous les neuf autres » (Logique, p. 49-50). La prétention des catégories aristotéliciennes à rendre raison de l’ensemble de l’être est certes mise en question aussitôt, tout comme est invalidée la capacité de l’Organon à « former le jugement, ce qui est le but de la vraie Logique » (p. 51). Mais, contrairement à Descartes dans les Règles pour la direction de l’esprit, Arnauld et Nicole ne mettent pas en cause l’idée de catégorie en tant que telle. Bien plus, reprenant la thèse aristotélicienne selon laquelle l’esprit rend compte de ce qui est à partir de chefs de prédication, ils expliquent que les idées saisissent ce qui est et que les termes utilisés pour les exprimer renvoient eux aussi à l’être (Logique, p. 43). Ils interprètent donc la thèse cartésienne de la capacité de l’esprit à raisonner sur la nature des choses dans une perspective ontologique selon laquelle la nature des choses peut être saisie en idée, et les signes institués pour signifier ces pensées renvoient aussi à ces choses. Par là, ils font dépendre la vérité des jugements du contenu représentatif de l’idée que ce jugement vise à déterminer et de la compatibilité de ce contenu avec celui de telle ou telle autre idée utilisée pour le caractériser. Un tel schéma s’inspire de la « règle générale » de la troisième Méditation : tout ce qui est contenu dans l’idée claire et distincte d’une chose peut s’affirmer avec vérité de cette chose. Mais la clarté et la distinction des idées, qui fondent la vérité des jugements, sont repensées dans une perspective analytique, en termes de compatibilité.

9Cet écart d’ordre sémantique avec la théorie cartésienne de l’idée a des conséquences syntaxiques. Arnauld et Nicole montrent en effet que le contenu d’une idée peut être décomposé logiquement, ce qui fait que la production de jugements vrais requiert de connaître les liens logiques entre les idées. Selon la loi de Port-Royal, la compréhension d’une idée, « les attributs qu’elle enferme en soi et qu’on ne lui peut ôter sans la détruire », et son étendue, c’est-à-dire « les sujets à qui cette idée convient, ce qu’on appelle aussi les inférieurs d’un terme général, qui à leur égard est appelé supérieur » varient en proportion inverse (Logique, p. 59). Remonter par abstraction de l’idée de triangle équilatère à l’idée d’extension conduit à faire fi des déterminations propres à cette idée de triangle et à former des idées, comme celle de figure de trois côtés, dont la compréhension est moins riche (p. 56-57). D’un autre côté, réduire l’extension d’une idée générale permet d’augmenter sa compréhension (p. 58-59).

  • 8 Nous reviendrons sur ce point dans la seconde partie de la présente contribution.

10Soit un jugement, articulation d’un sujet avec un prédicat par le biais d’une copule8. Sa formation requiert d’avoir déterminé les sujets contenus dans une idée. Cela passe par une analyse de l’extension de celle-ci, et nécessite d’avoir cerné les attributs que l’on peut associer à cette idée, ce qui se fait par un examen de celle-ci en compréhension. Il faut aussi savoir que si une idée est toujours affirmée selon toute sa compréhension, selon tous ses attributs, elle n’est pas affirmée selon toute son extension si celle-ci est plus grande que celle du sujet, ainsi que les quatre axiomes régissant la construction d’affirmations l’établissent (ibid., p. 170). La restriction de l’extension de l’attribut à celle du sujet est alors contrebalancée par la conservation de sa compréhension.

  • 9 Ce point est encore affirmé dans un passage du chapitre xi de la première partie de la Logique (p. (...)

11Comment mettre en œuvre ce schéma sans erreur et associer de manière effectivement valide telle et telle idée donnée ? Arnauld et Nicole, après avoir avancé que les idées se présentent comme claires et distinctes, deux notions qu’ils assimilent l’une à l’autre, ou bien comme obscures et confuses (p. 70), montrent que les idées obscures et confuses conduisent au faux, et ils analysent le processus de formation des jugements faux dans une perspective d’inspiration cartésienne, en procédant à une articulation de thèses cartésiennes sur la formation des préjugés de l’enfance empruntées au Discours de la méthode et aux Principes de la philosophie (p. 71-72). Dans ce cadre, seul le jugement, qualifié de « préjugé », est dit faux ; les idées qui le suscitent sont simplement obscures et confuses. Les contraires étant de même nature, le vrai et le faux se trouvent ainsi du côté du jugement et non de l’idée9. Mais si Arnauld et Nicole ne destituent pas le jugement dans sa fonction traditionnelle, et encore affirmée par Descartes, de production du vrai ou du faux, ils subordonnent sa vérité ou sa fausseté au type d’association d’idées qu’il valide ou non. L’expression de « fausse idée » (p. 77), qui constitue un hapax, le souligne. Elle apparaît dans un contexte où la fausseté est expliquée dans une perspective théologique : la corruption du péché, qui sépare l’homme de Dieu, en qui seul il peut trouver son véritable bonheur, lui fait se représenter des choses comme dignes d’amour, alors qu’elles ne le sont pas. D’où l’alliance « [de] diverses idées qui ne sont pas jointes dans la vérité, dont on compose ainsi de vains fantômes, après lesquels les hommes courent, et dont ils se repaissent misérablement toute leur vie » (ibid.). Autant dire qu’une idée est fausse pour autant qu’elle associe deux éléments qui sont incompatibles.

  • 10 La question des raisons et des enjeux de l’appui à la fois cartésien et pascalien de la Logique a (...)
  • 11 A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 91.

12Comment prendre la mesure de cette incompatibilité éventuelle ? Arnauld et Nicole répondent à cette question en réélaborant le remède cartésien contre la formation de jugements faux (p. 76). Il ne suffit plus d’entendre ce que nous disons pour avoir en toute certitude l’idée de la chose que nous signifions par nos paroles ; dans la Logique, la clarté et la distinction d’une idée ne sont plus complètement extérieures à la dimension du langage. En effet, l’usage de mots souvent confus pour transmettre les pensées peut conduire un auditeur à mal comprendre ce que veut dire son interlocuteur, et pose la question de savoir si ce dernier les prononce en ayant une idée claire et distincte de ce qu’ils signifient. « Le meilleur moyen pour éviter la confusion des mots qui se rencontrent dans les langues ordinaires, est de faire une nouvelle ­langue, et de nouveaux mots qui ne soient attachés qu’aux idées que nous voulons qu’ils représentent » (p. 86). S’il n’est pas nécessaire de forger de nouveaux sons, il reste envisageable de généraliser à la construction de tout discours l’usage des définitions de nom. Celles-ci, utilisées par les géomètres, consistent à imposer un seul sens à un terme. Adopter ce principe, dont la clarté est soulignée par Pascal10, c’est à la fois se donner les moyens d’attacher un mot à une idée claire et distincte11 et mettre au point un moyen de contrôle des démonstrations purement interne à la pensée, fondé sur la substitution, aux termes définis, de leurs explications.

13En faisant de la définition de nom la garantie de la clarté et de la distinction de l’idée à propos de laquelle on se prononce, les Messieurs de Port-Royal proposent donc une approche non cartésienne des concepts de clarté et de distinction. D’après eux, la clarté et la distinction d’une idée ne se mesurent pas, comme chez Descartes, par le fait que cette idée manifeste la nature ou l’essence même de la chose ainsi différenciée de toute autre, mais par le fait que le mot, qui sert à exprimer cette idée, est univoque et qu’il peut être remplacé par une définition de cette idée. Il faut donc procéder à une désignation précise d’une idée pour que les assertions relatives aux propriétés de la chose visée par l’idée ne soient pas fausses (ibid., p. 94). Ce réquisit analytique, lié à l’influence pascalienne, en plus d’entraîner une reconfiguration de l’opération de juger, conduit Arnauld et Nicole à attribuer aux jugements une structure nouvelle par rapport à Descartes.

*

  • 12 D’où également une reprise de passages de ce texte dans le cadre de la définition de ces parties p (...)

14Traitant moins de l’opération de juger que de son corrélat noématique et logique, la proposition, la Logique promeut tout d’abord un terminisme étranger au cartésianisme. Descartes dans la quatrième Méditation examine l’acte d’assentir et celui de former un complexe propositionnel, sans décomposer logiquement le phénomène de l’assentiment, c’est-à-dire sans analyser la différence entre l’opération de prédication et celle de validation ou non de cette prédication. D’autre part, il pense le jugement comme l’assentiment donné ou non à un complexe propositionnel saisi mentalement, en dehors de toute référence à une théorie du discours mental, ce qui lui interdit d’envisager la question de la construction de la pensée dans le langage. Cela contraste avec les trois premiers chapitres de la deuxième partie de la Logique, consacrés, dans la cinquième édition de ce texte, à une analyse du jugement du point de vue de ses constituants logiques. Dans ce cadre en effet, puisque les jugements ne peuvent être appréhendés que pour autant qu’ils s’expriment dans le langage à travers des propositions, elles-mêmes composées de parties dont les principales sont les noms, les pronoms et les verbes, il est nécessaire d’étudier chacune de ces parties. L’origine de la Logique ne se situant pas tant dans les pensées elles-mêmes que dans les réflexions faites par les hommes sur leurs pensées afin d’inventer les moyens de les signifier, Arnauld et Nicole ne se limitent pas aux différents genres des pensées. Ils analysent le langage parlé en tant qu’il tire sa signification de ce qu’il symbolise les termes mentaux, et ils décomposent en conséquence la proposition en ses parties constituantes : nom, pronom, verbe. Ils interprètent ainsi la différence entre les genres des mots comme l’indice de ce qu’ils expriment les différentes opérations de l’âme, conformément aux thèses de la Grammaire, où le problème de l’usage des mots pour signifier la pensée occupe une place centrale12.

  • 13 A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 105.

15S’il est classique depuis le traité De l’interprétation de trouver une définition du nom et du verbe dans le cadre de l’étude des constituants logiques de la proposition, il est inhabituel de trouver mention du pronom. Celui-ci s’inscrit dans une continuité sémantique avec le nom, dans la mesure où il a pour fonction de « tenir la place des noms et de donner moyen d’en éviter la répétition qui est ennuyeuse »13. Son étude s’explique par l’intérêt d’Arnauld et Nicole pour la façon dont les mots signifient des types de pensées, et par leur thèse selon laquelle le pronom ne fait pas entièrement le même effet sur l’esprit que le nom et remédie au « dégoût de la répétition » en voilant les choses que les noms découvrent à l’esprit (ibid.).

  • 14 Aristote, Organon 1-2. Catégories. De l’interprétation, Jules Tricot trad., Paris, Vrin, 1995, p.  (...)

16Cette grammaticalisation de la proposition est encore renforcée par les remarques avancées sur le nom et le verbe, les constituants de la proposition, conçue à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, comme une phrase indicative, comme une proposition catégorique. Arnauld et Nicole ne rappellent pas seulement que le nom, en tant qu’objet de la pensée, est un énoncé incomplet, conformément à ce qu’établit Aristote dans De l’interprétation. Ils procèdent notamment à une distinction entre substantif et adjectif, qui est d’ordre grammatical. Quant au verbe, selon eux, il ne se ramène pas à ce qui ajoute à sa propre signification celle du temps14 ; il est « un mot dont le principal usage est de signifier l’affirmation, c’est-à-dire, de marquer que le discours où ce mot est employé, est le discours d’un homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui en juge et qui les affirme » (Logique, p. 109). Le verbe est ainsi réduit à sa fonction d’affirmer, de marquer la liaison que nous faisons dans notre esprit des deux termes d’une proposition.

  • 15 Nous entendons ici par « psychologique » une approche des opérations de l’esprit relative au proce (...)
  • 16 M. Foucault, Les mots et les choses, ouvr. cité, p. 109.
  • 17 « […] les verbes néanmoins ne signifient jamais d’eux-mêmes que les affirmations : les négations n (...)

17Que la copule exprime l’acte de juger dans le langage montre ensuite qu’Arnauld et Nicole dégagent la forme des jugements en la reliant avec la pensée qu’ils expriment, sans s’occuper de psychologie15. Alors que la théorie du jugement de la quatrième Méditation est marquée par l’imputation du jugement à la volonté, ils séparent l’usage du verbe visant à signifier l’affirmation, de ceux servant à signifier d’autres mouvements de l’âme, comme ceux de désirer, de prier, de commander, etc. Même s’ils considèrent plus loin le dérèglement de la volonté comme l’une des causes qui « trouble et dérègle le jugement », fondant les mauvais raisonnements commis dans la vie civile et dans les discours ordinaires (p. 261), ils ne réitèrent donc pas le geste cartésien d’attribution à la volonté du statut de faculté de juger. En outre, en faisant du verbe un mot qui signifie l’affirmation, ils soulignent qu’il faut le verbe pour que soit nouée « la grande chaîne du langage »16, c’est-à-dire encore, pour que des mots reçoivent valeur de proposition17.

18Ils analysent la proposition dans une perspective formelle articulée en trois temps. Ils rappellent en premier lieu le fait qu’une proposition consiste dans le groupement de deux termes, en position de sujet et d’attribut, et qui sont souvent respectivement un substantif et un adjectif. Dans une proposition, ces termes ne sont pas simplement conçus ensemble, mais affirmés l’un de l’autre, ou bien niés l’un de l’autre. L’affirmation ou la négation sont deux « actions » de l’esprit, marquées respectivement par le verbe être et par le verbe être auquel sont jointes les particules ne pas.

19La proposition catégorique est ensuite décomposée selon la quantité, la qualité et la matière. La quantité d’une proposition désigne les variations possibles de l’extension dans laquelle le sujet de cette proposition est pris. Si le sujet de cette proposition est exprimé par un nom commun, il est un terme universel, ou bien un terme particulier, lorsque son extension est réduite par un terme syncatégorématique. S’il est exprimé par un nom propre, c’est un terme singulier. La notion de qualité d’une proposition, renvoyant à l’opération même de la liaison entre le sujet et le prédicat, ainsi qu’à ses deux modalités, affirmative et négative, rend compte des différents modes possibles de structuration d’une proposition. Quant à la notion de matière de la proposition, elle sert à déterminer le statut épistémologique de celle-ci. En indiquant que « les propositions se divisent encore selon la matière en vraies et en fausses » (p. 116), Arnauld et Nicole ne se contentent en effet pas de rappeler le critère aristotélicien des énoncés déclaratifs, qui est de pouvoir être vrais ou faux. Ils répondent à la question de savoir comment reconnaître le vrai et le faux à l’intérieur de propositions que l’on profère, en suggérant qu’il faut que les deux idées liées dans la proposition ne soient pas incompatibles et puissent être additionnées l’une à l’autre de la façon affirmée par la proposition.

  • 18 Sur la question des propositions incidentes, voir J.-C. Pariente, L’analyse du langage à Port-Roya (...)

20Concevoir la vérité d’une proposition comme procédant de la signification de ses parties constitutives permet enfin à Arnauld et Nicole de voir comment la signification de cet ensemble qu’est la proposition se construit. Conformément à une division des propositions qui traverse l’histoire de la logique, de Chrysippe à Guillaume d’Ockham, en passant par Boèce, ils distinguent des propositions simples et des propositions composées (p. 118-119), c’est-à-dire des propositions catégoriques et des propositions hypothétiques. Afin de déterminer si la signification d’une proposition résulte de l’addition de la signification des termes qui la composent, ils étudient notamment le problème sémantique et syntaxique de savoir comment une proposition peut être simple tout en ayant un contenu sémantique complexe (p. 119), c’est-à-dire, tout en comprenant une ou plusieurs propositions relatives, qui qualifient son sujet ou l’attribut de ce sujet. Selon eux, des termes complexes, soit l’addition d’au moins deux idées, permettent d’expliquer le sujet ou l’attribut d’une proposition simple, ou bien de les déterminer (p. 121-122). Expliquer un terme c’est dire ce qui convient à ce terme dans son étendue, comme dans « les hommes qui sont créés pour connaître et pour aimer Dieu » (p. 121). Déterminer ce terme c’est restreindre son étendue, comme dans « les hommes qui sont pieux » (p. 122). Mais la distinction entre ces deux cas de figure, qui montre qu’une proposition simple peut comprendre des propositions incidentes explicatives ou déterminatives (p. 119), ne se fait pas seulement selon le critère de l’extension. Elle requiert également de prendre en compte le sens et l’intention de celui qui parle (p. 123). En traitant de la question des propositions incidentes, largement commentée18, les Messieurs de Port-Royal témoignent ainsi d’un souci d’articuler l’énoncé des règles du déploiement linéaire de la pensée à celui des règles autorisant son étagement en différentes couches sémantiques et logiques.

21Leur saisie de la pensée dans toute son épaisseur s’appuie sur la thèse selon laquelle les idées complexes dont le contenu propositionnel fournit la matière de la proposition incidente sont des propositions à part entière. À la question de savoir si « la fausseté ne peut se trouver que dans les propositions, et s’il n’y en a point dans les idées et dans les simples termes » (Logique, p. 124), ils répondent en effet que la fausseté qui se rencontre dans les propositions et dans les jugements peut aussi se trouver dans les termes complexes, « parce qu’il suffit pour cela qu’il y ait quelque jugement, et quelque affirmation ou expresse ou virtuelle » (p. 125). Selon eux, ce terme complexe qu’est la proposition incidente est potentiellement faux s’il donne lieu à une affirmation qui relie des idées de façon illégitime. Dans une incidente explicative, la fausseté qu’on peut rencontrer consiste dans l’effectuation incorrecte d’une assertion d’existence, et elle n’a que peu de conséquence sur la vérité de la principale, pour autant que celle-ci dépend de la relation entre son sujet et son prédicat, et non de l’explication qui peut être donnée de chacun d’eux (ibid.). L’incidente déterminative, qui n’engage pas une affirmation d’existence, n’est pas fausse dans cette mesure, mais pour autant qu’elle pose une convenance entre les idées qui est impossible, ainsi dans « les esprits qui sont carrés, sont plus solides que ceux qui sont ronds », où l’idée de carré et l’idée de rond sont incompatibles avec l’idée d’esprit pris pour le principe de la pensée (p. 127). Dans tous les cas, le sujet et l’attribut d’une proposition simple peuvent envelopper une affirmation ou une négation.

22En mettant ainsi en lumière les différentes strates logiques articulées dans des propositions, les Messieurs de Port-Royal suggèrent-ils que la connaissance de la forme d’une proposition doit être le dernier recours pour comprendre celle-ci ? Ils affirment que s’il faut bien s’attacher au sens de la proposition (p. 123, 144, 203-205), ce sens n’est pas extérieur aux mots qui le produisent. C’est pourquoi Arnauld et Nicole abordent d’un point de vue sémantique ces deux espèces de propositions utilisées dans les sciences, que sont la division et la définition (p. 161-167). Après en avoir énoncé les règles, ils ajoutent : « quoi qu’il n’y ait rien de plus important dans les sciences que de bien diviser et de bien définir, il n’est pas nécessaire d’en rien dire ici davantage, parce que cela dépend beaucoup plus de la connaissance de la matière que l’on traite, que des règles de la logique » (p. 167). Inscrire les savoirs dans un au-delà de la sphère logique reconduit la proposition à sa fonction d’expression de la pensée, et affirme la nécessité d’élucider sa structure de façon à décrypter la connaissance qu’elle vise à exposer.

23D’où un traitement syntaxique de la question de savoir comment former des jugements corrects. S’appuyant sur les règles de l’affirmation et de la négation, qui gouvernent également la conversion entre les propositions, de laquelle « dépendent les fondements de toute l’argumentation » (p. 168), Arnauld et Nicole pensent le jugement à partir de ses propriétés logiques, sur lesquelles Descartes fait silence. Ils soutiennent ainsi qu’affirmer une chose, c’est unir et identifier le sujet avec l’attribut, ce qui requiert de respecter l’extension du premier et la compréhension du second, et que pour nier quelque chose, c’est-à-dire pour « concevoir qu’une chose n’est pas une autre » (p. 173), il faut que le sujet et l’attribut de la proposition n’aient rien en commun, ou bien que l’attribut ne puisse être identifié au sujet dans toute son extension. Ils sortent par là du champ du cartésianisme.

*

24Est-ce à dire qu’ils fassent un usage non cartésien de l’acte de juger et de son expression linguistique, la proposition ? Ils définissent, comme Descartes, l’acte de raisonner dans une profonde continuité d’avec celui de juger. Selon eux, le raisonnement est l’acte de tirer une conclusion de jugements antérieurement énoncés (p. 38), comme dans la cinquième Méditation, où Descartes établit qu’un jugement est scientifique s’il est fondé sur des raisons desquelles il est déduit, et qu’il revêt le statut de conclusion d’un raisonnement, pour autant qu’il peut être séparé des raisons qui le motivent. Arnauld et Nicole, en disant qu’un raisonnement consiste à former un jugement de plusieurs autres, pensent eux aussi le raisonnement à partir du jugement. En outre, ils théorisent la construction du raisonnement en s’appuyant notamment sur la thèse de la troisième Méditation, reprise dans les Principes, selon laquelle « tout ce qui est contenu dans l’idée claire et distincte d’une chose, se peut affirmer avec vérité de cette chose » (Logique, p. 317). Cette règle, en permettant de construire des jugements, rend possible leur articulation dans des raisonnements. Mais l’acte de déduire comporte dans la Logique un mode de structuration syllogistique qui n’est pas cartésien. Ainsi, Arnauld et Nicole rappellent que :

la nécessité du raisonnement n’est fondée que sur les bornes étroites de l’esprit humain, qui ayant à juger de la vérité ou de la fausseté d’une proposition, qu’alors on appelle question, ne le peut pas toujours faire par la considération des deux idées qui la composent, dont celle qui en est le sujet est aussi appelée le petit terme, parce que le sujet est d’ordinaire moins étendu que l’attribut, et celle qui en est l’attribut est aussi appelée le grand terme par une raison contraire. Lors donc que la seule considération de ces deux idées ne suffit pas pour faire juger si l’on doit affirmer ou nier l’une de l’autre, il a besoin de recourir à une troisième idée, ou incomplexe ou complexe, (suivant ce qui a été dit des termes complexes), et cette troisième idée s’appelle moyen. (p. 178)

  • 19 Thomas d’Aquin, Somme théologique, Albert Raulin éd. et Aimon-Marie Roguet trad., t. 1, Paris, Cer (...)

25Dans ce passage, la nécessité de l’acte de raisonner est justifiée en des termes d’inspiration thomasienne19 : l’homme, disposant d’un entendement fini, ne peut tout connaître d’emblée, ce qui le contraint à raisonner, à s’avancer de choses connues à la recherche de choses inconnues. La déduction du connu à l’inconnu se fait à l’aide de termes qui, précédant cette inférence, ne sont pas élaborés dans l’acte même de résoudre une question, comme dans les Règles.

26À partir de là, Arnauld et Nicole décrivent les différents types de syllogisme : « les syllogismes sont ou simples ou conjonctifs. Les simples sont ceux où le moyen n’est joint à la fois qu’à un des termes de la conclusion : les conjonctifs sont ceux où il est joint à tous les deux » (Logique, p. 181). Les syllogismes simples peuvent être incomplexes (p. 182-188) ou complexes (p. 203-210). Les syllogismes complexes pouvant être réduits aux syllogismes incomplexes, qui sont les syllogismes communs, les figures et les modes des syllogismes en général sont étudiés (p. 188-202). Les trois espèces du syllogisme conjonctif, le syllogisme conditionnel, le syllogisme disjonctif et le syllogisme copulatif, sont également analysées (p. 217-226).

  • 20 Dans la troisième partie de la Logique, il est certes question également des topiques et des sophi (...)

27La forme syllogistique du raisonnement est examinée également en lien avec des questions sémantiques. Arnauld et Nicole soulignent qu’il arrive que les deux prémisses du syllogisme ne soient pas exprimées. C’est l’enthymème « qui est un véritable syllogisme dans l’esprit, parce qu’il supplée la proposition qui n’est pas exprimée ; mais qui est imparfait dans l’expression, et ne conclut qu’en vertu de cette proposition sous-entendue » (p. 180, voir aussi p. 226-227). D’autre part, qu’il y ait au moins trois propositions dans un raisonnement ne veut pas dire qu’il y a seulement trois propositions dans un raisonnement : « il y en pourrait avoir beaucoup davantage sans qu’il fût pour cela défectueux, pourvu qu’on garde toujours les règles » (p. 180). Ainsi dans le sorite (p. 227-229). Les règles du syllogisme, « choses subtiles et nécessaires pour la spéculation de la Logique, mais qui sont de peu d’usage » (p. 182), ­occupent donc l’essentiel de la troisième partie de la Logique. Elles sont le modèle du raisonnement20.

28Ce formalisme logique n’implique cependant pas que la Logique pourrait être soumise à la critique adressée par Descartes à la logique scolastique et selon laquelle il n’y a aucun sens à penser le raisonnement comme forme vide, indépendamment de la prise en compte de tout contenu. Nous allons le voir, en explicitant quelles conditions doit respecter un raisonnement pour être vrai selon Arnauld et Nicole (p. 177-178).

29Communément, la fausseté du raisonnement ne résulte pas d’une erreur dans l’acte même d’inférer une chose à partir d’une autre, mais dans le fait de construire un raisonnement à partir d’une proposition fausse. Si « les faux jugements sont les sources des mauvais raisonnements, et les attirent par une suite nécessaire » (p. 260), il faut s’assurer de la vérité des prémisses, autrement dit, n’articuler deux idées que pour autant qu’elles sont compatibles, en vue de former des raisonnements vrais. Dans le chapitre xi de la quatrième partie de la Logique, Arnauld et Nicole établissent en ce sens comment construire ces prémisses du raisonnement que sont les définitions et les axiomes. Concernant la définition, ils soutiennent qu’il ne faut jamais laisser des termes obscurs ou équivoques sans les définir, et qu’on doit n’employer que des termes parfaitement connus ou déjà expliqués. Ils posent en outre, s’agissant des axiomes, qu’il convient de ne demander que des choses parfaitement évidentes, et qu’il faut recevoir pour évident ce qui n’a besoin que d’un peu d’attention pour être reconnu véritable (p. 334).

30Ces éléments ont un enjeu logique. Un point de départ solide ne dispense en effet pas de la connaissance des règles de l’inférence. Celle-ci peut aider les esprits vifs à déduire correctement, sans toutefois dispenser de prêter attention au sens même du propos en train d’être énoncé. Soit la proposition simple, comportant une proposition incidente déterminative, « un bâton qui paraît courbé dans l’eau est réellement courbé » (p. 260-261). Elle est fondée sur la proposition générale « ce qui paraît courbé à nos sens est courbé en vérité ». Comme cette proposition, qui joue un rôle de justification, relève du préjugé, le jugement qui s’appuie sur elle est faux. Ainsi que l’indiquaient Arnauld et Nicole dès la seconde partie de la Logique : « de là […] naissent la plupart de nos erreurs. Car ayant l’idée d’une chose, nous y joignons souvent une autre idée incompatible, quoique par erreur nous l’ayons crue compatible, ce qui fait que nous attribuons à cette même idée ce qui ne lui peut convenir » (p. 127). L’erreur est de considérer qu’il y a une inhérence de la courbure au bâton dans l’eau. Elle trouve son origine dans un jugement faux élaboré pendant l’enfance, et qui joue un rôle dans les connaissances actuelles. Ce jugement faux donne une raison justifiant l’affirmation de la compatibilité de deux idées. Si, de même qu’un jugement repose ultimement sur des raisons, de même un raisonnement se fonde sur une ou plusieurs raisons, tout l’enjeu est de penser de bonnes raisons.

31Mais comment être sûr que l’on a trouvé de bonnes raisons ? Comment savoir en toute certitude qu’un jugement est vrai ? L’examen de cette difficulté se fait dans le cadre de l’étude de la méthode.

On peut appeler généralement méthode, l’art de bien disposer une suite de plusieurs pensées, ou pour découvrir la vérité quand nous l’ignorons, ou pour la prouver aux autres quand nous la connaissons déjà. Ainsi, il y a deux sortes de méthodes ; l’une pour découvrir la vérité, qu’on appelle analyse, ou méthode de résolution, et qu’on peut aussi appeler méthode d’invention : et l’autre pour la faire entendre aux autres quand on l’a trouvée, qu’on appelle synthèse, ou méthode de composition, et qu’on peut aussi appeler méthode de doctrine. (p. 299-300)

32Dans la perspective analytique, la découverte du vrai requiert de prendre appui sur des principes qui eux-mêmes soient vrais. Dans la perspective synthétique, faire entendre aux autres qu’on a trouvé le vrai requiert d’avoir été capable de le reconnaître.

33Dans le cadre de la première méthode, reconnaître le vrai requiert de prendre appui sur les règles de méthode du Discours de la méthode, citées à la fin du deuxième chapitre de la quatrième partie de la Logique. L’affirmation de la généralité de ces règles va de pair avec la reconnaissance de leur applicabilité à toutes les sciences dans lesquelles l’esprit humain s’engage. Cette thèse cartésienne est encore renforcée par la référence à deux autres textes cartésiens. Arnauld et Nicole se servent en effet de la treizième et de la quatorzième Règle pour la direction de l’esprit pour définir ce sur quoi porte l’analyse : une question, qu’il convient de ramener à une question parfaitement déterminée (p. 300-304). Ils trouvent ainsi dans l’analyse des géomètres un lieu privilégié d’application de la méthode cartésienne. Dans ce cadre, ils établissent que la règle générale de la troisième Méditation, selon laquelle tout ce qui est contenu dans l’idée claire et distincte d’une chose se peut affirmer avec vérité de cette chose, fonde la science (p. 317) : elle montre que, comme nous ne jugeons des choses que par les idées que nous en avons, et comme nous ne pouvons concevoir les choses qu’autant qu’elles sont dans notre esprit par leurs idées, nous formons des affirmations vraies sur une chose si nous nous appuyons sur tout ce qui est contenu dans l’idée claire et distincte de cette chose.

  • 21 Roger Ariew souligne déjà ce point quand il défend la thèse selon laquelle une logique est cartési (...)

34Une fois le vrai reconnu, le faire entendre aux autres dans la perspective synthétique requiert de se fonder également sur les règles données par Pascal dans De l’esprit géométrique. Ces règles sont ainsi articulées à un cartésianisme épistémologique21, au service des sciences physico-mathématiques, qui ne va pas sans une insertion de la théorie cartésienne de l’esprit et de la connaissance dans un complexe problématique logique, visant à déterminer comment exposer sa pensée sans erreur.

35L’enjeu est finalement de questionner la portée du rationalisme cartésien, et la définition cartésienne de la philosophie comme l’ensemble du connaissable à l’homme, qui exclut la religion. Une place est faite ainsi à la foi et aux règles pour bien conduire sa raison dans ce domaine.

[…] il y a deux voies générales qui nous font croire qu’une chose est vraie. La première est la connaissance que nous en avons par nous-mêmes, pour en avoir reconnu et recherché la vérité, soit par nos sens, soit par notre raison ; ce qui se peut appeler généralement raison, parce que les sens mêmes dépendent du jugement de la raison ; ou science, prenant ici ce nom plus généralement qu’on ne le prend dans les écoles, pour toute connaissance d’un objet tirée de l’objet même.

L’autre voie est l’autorité des personnes dignes de créance, qui nous assurent qu’une telle chose est, quoique nous-mêmes nous n’en sachions rien ; ce qui s’appelle foi, ou créance, selon cette parole de saint Augustin : Quod scimus, debemus rationi ; quod credimus, autoritati. (Logique, p. 335-336)

36Refuser de faire de la logique seulement l’outil de la science permet de ménager une place pour la croyance. En déterminant à quelles conditions il est légitime de croire qu’un fait est arrivé, par exemple un miracle (p. 342-347), Arnauld et Nicole ramènent l’homme de science à sa condition d’homme, devant vivre dans la contingence et y faire face, en jugeant le mieux possible de choses qu’il ne sait pourtant pas en toute certitude.

37Ils renvoient ainsi leur lecteur à une affirmation inaugurale de leur Logique :

On se sert de la raison comme d’un instrument pour acquérir les sciences, et on se devrait servir au contraire, des sciences comme d’un instrument pour perfectionner sa raison : la justesse de l’esprit étant infiniment plus considérable que toutes les connaissances spéculatives, auxquelles on peut arriver par le moyen des sciences les plus véritables et les plus solides. (p. 15)

38S’il importe davantage de faire preuve de bon jugement dans chacune de ses actions et dans chacun des moments de sa vie que de faire œuvre de science, c’est que la vie et le vivant, en particulier ce vivant qu’est l’homme, sont dans une extériorité par rapport au savoir. Descartes critique le pédantisme et l’érudition ; il souligne la vanité et la vacuité qu’il y a à faire de la science en vue de la science. Il pourrait dire que « les hommes ne sont pas nés pour employer leur temps à mesurer des lignes, à examiner les rapports des angles, à considérer les divers mouvements de la matière » (Logique, p. 16). Mais, concevant la morale comme dépendant de la science, et soulignant que le règlement de la vie doit tenir compte des progrès de la science, laquelle est toute de raison, il ne saurait ajouter des règles de la foi à sa réflexion sur l’usage de la raison. À la différence de Descartes, Arnauld et Nicole ne pensent donc pas la théologie dans un en dehors de la philosophie.

39Le caractère central accordé au jugement dans la Logique, qui est un héritage cartésien explicite et reconnu comme tel, ne va donc pas sans l’instauration de nombreux écarts par rapport à la théorie cartésienne du jugement. Tout d’abord, si pour Arnauld et Nicole, l’idée fournit bien toujours la matière du jugement, ce n’est qu’au titre d’atome de pensée, et non en tant qu’elle peut appréhender un contenu propositionnel. Ensuite, ils ne conçoivent pas l’acte de juger en relation avec une faculté extérieure à l’entendement, la volonté, qui permet de prendre position par rapport à ce qui est appréhendé en pensée. Le jugement est alors présenté comme le second des actes de l’esprit, et comme consistant dans l’instauration d’une relation entre les idées. Il est donc saisi sur le mode de la proposition, non de l’assentiment. Enfin, si comme chez Descartes le raisonnement constitue le prolongement direct du jugement, dans la Logique, le raisonnement donne lieu à une approche formelle qui est absente des textes de Descartes, et il peut être utilisé dans une visée non scientifique, ce qui n’était pas non plus le cas chez Descartes.

  • 22 Étienne Bonnot de Condillac, Traité des systèmes, Francine Markovits et Michel Authier éd., Paris, (...)

40La Logique n’en est pas moins une logique cartésienne, dans la mesure où elle reprend la règle générale de vérité de la troisième Méditation, et la réécrit en vue de déterminer comment éviter la contradiction dans les idées. Cette règle sera ainsi qualifiée de « premier principe »22 des cartésiens par Condillac, lecteur d’Arnauld et Nicole.

Notes

1 Antoine Arnauld et Pierre Nicole, La logique ou l’art de penser, contenant outre les règles communes, plusieurs observations nouvelles, propres à former le jugement, Pierre Clair et François Girbal éd., 2e édition, Paris, Vrin, 1993, p. 21. Dans ce qui suit, l’ouvrage est désigné par le terme Logique. L’orthographe est modernisée dans toutes les citations.

2 Ibid., p. 317. Souhaitant mettre l’accent sur le rôle essentiellement épistémologique joué par la philosophie cartésienne dans l’édifice de la Logique, nous ne reprendrons pas ici, après Noam Chomsky, la problématique de la « linguistique cartésienne ». Il est vrai qu’Arnauld et Nicole adhèrent au dualisme cartésien de l’âme et du corps. Mais on ne voit pas bien en quoi ce dualisme donne un fondement métaphysique à l’opposition entre l’aspect intérieur et l’aspect extérieur du langage, sur laquelle ces auteurs travaillent selon Chomsky. Comme il n’y a pas de théorie cartésienne du langage, on pensera la question du rapport au langage chez les auteurs de la Logique davantage dans une rupture par rapport à Descartes que dans une continuité. Voir Jean-Claude Pariente, L’analyse du langage à Port-Royal : six études logico-grammaticales, Paris, Minuit, 1985, p. 17-82.

3 La thèse répétée selon laquelle l’addition b de deux idées a et b renferme l’idée a et l’idée b suggère qu’Arnauld et Nicole manipulent quelque chose qui serait relié, par dualité, à l’inclusion et à l’intersection du calcul des classes. Sur ce point voir : Marc Dominicy, La naissance de la grammaire moderne. Langage, logique et philosophie à Port-Royal, Bruxelles, Mardaga, 1984 ; Sylvain Auroux, La logique des idées, Montréal/Paris, Bellarmin/Vrin, 1993 ; J.-C. Pariente, L’analyse du langage à Port-Royal, ouvr. cité.

4 Logique, ouvr. cité, p. 52-54. Voir Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p. 75-81 ; Martine Pécharman, « La signification dans la philosophie du langage d’Antoine Arnauld », Antoine Arnauld. Philosophie du langage et de la connaissance, Jean-Claude Pariente éd., Paris, Vrin, 1995, p. 65-98.

5 Antoine Arnauld et Claude Lancelot, Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Genève, Slatkine Reprints, 1993, p. 48 (reproduction de l’édition de Paris, 1846).

6 A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 46-47.

7 Arnauld montre que nous ne voyons point immédiatement les choses mais que ce sont leurs idées qui sont l’objet immédiat de notre pensée dans Des vraies et des fausses idées, Christiane Frémont éd., Paris, Fayard, 1986, p. 45. Voir Denis Moreau, Deux cartésiens. La polémique Arnauld Malebranche, Paris, Vrin, 1999, p. 144-146.

8 Nous reviendrons sur ce point dans la seconde partie de la présente contribution.

9 Ce point est encore affirmé dans un passage du chapitre xi de la première partie de la Logique (p. 85), qui est pour une large part une réécriture du point 9 des Réponses aux sixièmes Objections.

10 La question des raisons et des enjeux de l’appui à la fois cartésien et pascalien de la Logique a été souvent étudiée. Par exemple, Hélène Bouchilloux, « L’usage de la logique selon Arnauld », Antoine Arnauld (16-12-1694), philosophe, écrivain, théologien, no 44 des Chroniques de Port-Royal, 1995, p. 233-243 ; Tamás Pavlovits, « Le rôle du jugement dans la Logique ou l’art de penser », Les facultés de l’âme à l’âge classique, Chantal Jaquet et Tamás Pavlovits, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 281-294.

11 A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 91.

12 D’où également une reprise de passages de ce texte dans le cadre de la définition de ces parties principales de la proposition que sont les noms, les pronoms et les verbes. Tandis que les remarques sur les noms sont empruntées au chapitre ii de la seconde partie de la Grammaire, celles sur le pronom procèdent des chapitres viii et ix de la même partie de ce texte, et celles sur le verbe sont directement transcrites à partir du chapitre xiii de la même partie.

13 A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 105.

14 Aristote, Organon 1-2. Catégories. De l’interprétation, Jules Tricot trad., Paris, Vrin, 1995, p. 81-82.

15 Nous entendons ici par « psychologique » une approche des opérations de l’esprit relative au processus de leur perception et non à des activités formelles du sujet cognitif. Voir S. Auroux, La logique des idées, ouvr. cité, p. 64.

16 M. Foucault, Les mots et les choses, ouvr. cité, p. 109.

17 « […] les verbes néanmoins ne signifient jamais d’eux-mêmes que les affirmations : les négations ne se marquant que par des particules non, ne, ou par des noms qui l’enferment, nullus, nemo, nul, personne, qui étant joints aux verbes, en changent l’affirmation en négation, Nul homme n’est immortel. Nullum corpus est indivisibile » (A. Arnauld et P. Nicole, Logique…, ouvr. cité, p. 113).

18 Sur la question des propositions incidentes, voir J.-C. Pariente, L’analyse du langage à Port-Royal, ouvr. cité, p. 60-81 ; S. Auroux, La logique des idées, ouvr. cité, p. 155-180.

19 Thomas d’Aquin, Somme théologique, Albert Raulin éd. et Aimon-Marie Roguet trad., t. 1, Paris, Cerf, 1984, p. 703.

20 Dans la troisième partie de la Logique, il est certes question également des topiques et des sophismes. Mais l’inutilité des topiques est soulignée (p. 232-236) ; d’autre part, les sophismes ne sont à bien des égards que des anti-modèles de raisonnement (p. 241-259).

21 Roger Ariew souligne déjà ce point quand il défend la thèse selon laquelle une logique est cartésienne si elle fait référence à la doctrine cartésienne de la méthode (« Descartes, les premiers cartésiens et la logique », Revue de métaphysique et de morale, no 49, 1/2006, p. 55-71, ici p. 68).

22 Étienne Bonnot de Condillac, Traité des systèmes, Francine Markovits et Michel Authier éd., Paris, Fayard, 1991, p. 64.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search