Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Que seraient les eaux sans les forêts ?

Paul Arnould

Texte intégral

1Pour un spécialiste de la forêt, il peut être délicat de se situer dans un programme de recherches consacré prioritairement à l’eau. Le fait que ce programme ait été initié par des climatologues (Pierre Pagney, Gisèle Escourrou, Latifa Hénia et Fatima Kassab) et réactivé par un hydrologue (Jean-Paul Bravard) semble confirmer que l’eau est une chasse gardée, ou tout du moins privilégiée, des disciplines climatologiques et hydrologiques. Pourtant, lorsque l’on traite de l’environnement conçu de façon simple comme « tout ce qui entoure l’homme » ou défini de manière plus rigoureuse par le groupe de travail « Environnement–Nuisances », constitué au sein du Conseil international de la langue française, comme

[...] l’ensemble, à un moment donné des agents physiques, chimiques, biologiques et des facteurs sociaux susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme sur les êtres vivants et les activités humaines [...],

2vouloir réserver l’étude de l’eau à certains secteurs de la géographie physique est un non-sens. L’eau est par excellence un thème transversal, fédérateur, mobilisateur, permettant de faire réagir et travailler ensemble des chercheurs venus d’horizons différents. L’eau est un bien commun pour les « passeurs de frontières » scientifiques préoccupés de dialoguer avec d’autres chercheurs aux conceptions fort différentes de ceux crispés sur la délimitation de leur objet confisqué. Croiser eaux et forêt nous apparaît donc comme une nécessité scientifique, mais aussi pratique. Gérer les eaux sans se préoccuper des couverts végétaux est proprement une aberration.

3Cette contribution se veut d’abord une réflexion sur des attitudes de recherche en environnement à propos des thèmes interactifs de l’eau et de la forêt. Elle débouche cependant sur des propositions concrètes de travail sur un ensemble territorial forestier aux caractères éco-géographiques et historiques exemplaires, une « néo-forêt » créée de toute pièce pour fixer un système dunaire actif à proximité de l’extrémité de la péninsule du Cap Bon.

4Les questions qui guident notre approche sont formulées de façon schématique sous forme binaire : que penser du vieux couple eaux et forêts ? Comment intégrer les notions-clés de temps et d’espace ? Comment transférer des expériences de recherches françaises menées au cœur du milieu forestier tempéré dans un contexte de marges sud-méditerranéenne semiarides ? Quelle place donner au terme de plus en plus discuté de recherche fondamentale par rapport à une nouvelle notion à la mode, celle de « demande sociale » ?

1. Eaux et forêts : un vieux couple institutionnel et fonctionnel

Plus d’un demi-millénaire de reconnaissance institutionnelle

5En France, eaux et forêts forment un vieux couple. Dans l’introduction générale à l’ouvrage de synthèse, publié dans une collection consacrée aux grands corps administratifs de l’état sur « Les eaux et forêts du xiie au xxe siècle », les auteurs fixent à 1219 l’ordonnance royale de Philippe Auguste, prise à Villers-Cotterêts, qui lie pour la première fois de façon concrète les eaux et les forêts. Michel Devèze, le premier spécialiste en matière d’histoire forestière française et européenne, mentionne dès 1359 l’existence du titre du plus haut responsable de l’administration en charge des forêts « souverain et général maître, inquisiteur, ordeneur, dispositeur et réformateur seul et pour tout le royaume des eaues et forêts, isles et garennes ».

6À l’échelon régional, l’un des premiers maître des eaux et forêts, passé à la postérité est Hector de Chartres. Seigneur d’Ons-en-Bray, en Beauvaisis, il est nommé par lettre du roi du 20 février 1389 « maistre des eaues et forez es parties de Normandie et de Picardie ». Il exercera cette fonction durant plus d’un quart de siècle, jusqu’en 1416. Auteur du Coutumier dit d’Hector de Chartres, rédigé en 1398, après sa « visitation » des forêts de Haute et Basse Normandie, il signe là une des premières contributions permettant d’appréhender les réalités écologiques, sociales et économiques des forêts à l’époque médiévale.

7À l’échelon national, des siècles durant, les rois de France signeront des « Ordonnances sur le fait des Eaux et Forests ». La plus célèbre d’entre elles date de 1669. Elle est prise au mois d’août, à Saint-Germain-en-Laye, par Louis XIV. Elle fait suite à neuf années d’enquêtes et de réformation des forêts de France, coordonnées par Colbert. Ce n’est donc pas un texte totalement révolutionnaire, car il s’inscrit dans une longue suite d’actes administratifs. L’ordonnance de 1669 est prise cependant comme un texte fondateur. Elle aura une longue postérité. Elle sera en effet rééditée à maintes reprises durant tout le xviiie siècle avec la mention » … plus correcte que les précédentes et augmentée des règlements rendus en interprétation depuis le mois de juin 1673 jusqu’en… ». Elle privilégie au départ dans ses deux premières parties les questions forestières. Le thème de l’eau n’y fait qu’une timide apparition, à propos de la pêche dans la troisième partie et n’a droit qu’à une aussi brève allusion dans la quatrième partie qui affirme la « propriété du roi sur les fleuves et rivières naturellement navigables ». Ce principe vigoureusement réaffirmé balaye les titres et possessions contraires, mais respecte les usages pour la pêche, pour des moulins ou des bacs. En revanche, dans la cinquième partie de l’ordonnance qui traite de « Questions diverses. Chasse et pêche », la place de l’eau devient essentielle. La question des berges des rivières est clairement abordée. Il est nécessaire de laisser libre une largeur de trente pieds (un peu moins de dix mètres) sur une rive pour le halage des bateaux et une largeur de dix pieds (un peu plus de trois mètres) sur la rive opposée. Sur les berges des rivières navigables, arbres et eaux sont ainsi fermement dissociés. De plus, la législation sur la pêche dans les fleuves et rivières navigables, les étangs du roi, les rivières et étangs des églises et communautés, les eaux dormantes, y est réaffirmée. Les engins et les modes de pêches prohibés y sont précisés. La taille minimum des espèces capturées y est fixée. Même les cas de pêche dans des eaux prises par les glaces sont réglementés. Ce texte tout à la fois continuateur et fondateur mêle ainsi intimement législation forestière et aquatique. Il indique bien que, tant sur le plan institutionnel que législatif, eaux et forêts forment un tout indissociablement lié des siècles durant.

8Actuellement encore de nombreuses administrations, des organismes publics, voire des associations, utilisent dans leur acronyme les deux lettres associées symbolisant ce lien constant entre hydrosphère et biosphère. En France l’ENGREF (École nationale du génie rural des eaux et des forêts), le CEMAGREF (Centre d’études du machinisme agricole des eaux et des forêts), l’AIGREF (Association des ingénieurs du génie rural des eaux et des forêts) illustrent la pérennité séculaire de ce duo écologique. La même liaison forte se retrouve d’ailleurs en Tunisie avec l’existence de l’INRGREF (Institut national de recherches en génie rural, eaux et forêts).

9Du cœur de la forêt tempérée européenne aux marges semi-arides du Sahara, eaux et forêts sont bien souvent associées sur le plan institutionnel, reconnaissance officielle, des interactions étroites existant entre ces deux éléments essentiels de tous les systèmes territoriaux.

Des liens fonctionnels progressivement théorisés au XIXe siècle

10Ce binôme clairement identifié depuis plus d’un demi millénaire sur le plan institutionnel et administratif n’a pas qu’une existence formelle. eaux et forêts ont également des liens forts d’ordre écogéographique. C’est sans doute au xixe siècle que l’on repère les discours les plus dithyrambiques sur les liaisons fonctionnelles entre eaux et forêts. Raphaël Larrère les a clairement mis en évidence à propos des travaux d’un « géographe » des Ponts et Chaussées, François Rauch, auteur en 1802 de l’Harmonie hydro-végétale et météorologique ou recherche sur les moyens de recréer avec nos forêts la force des températures et la régularité des saisons, par des plantations raisonnées ou d’un préfet de l’Yonne, le baron Rougier de la Bergerie qui en l’an IX dans Mémoire et observations sur les abus des défrichements et la destruction des bois et forêts traitent des liens entre eaux et forêts. Raphaël Larrère n’est guère tendre avec les travaux de Rauch « …organisant en système, les banalités qui circulent en son temps sur l’influence des forêts… ». Un demi-siècle plus tard, en 1846 ou 1847 dans un manuscrit intitulé Des forêts considérées dans leurs rapports avec la constitution physique du globe et l’économie des sociétés, non publié à son époque, mais sans doute destiné à servir d’introduction à un monumental traité de métallurgie, Frédéric Le Play reprend les idées du rôle bénéfique de la forêt pour améliorer la météorologie et l’hydrographie de la planète (premier chapitre, paragraphe 2 intitulé : « Influence météorologique des forêts », p. 58-61). La participation de la forêt aussi bien aux équilibres locaux des bassins versants montagnards qu’aux grands équilibres climatiques mondiaux est réaffirmée avec force et conviction. Le Play écrit notamment « L’observation journalière des forêts prouve que les cimes de ces grands végétaux augmentent singulièrement l’action attractive qu’exercent les sommets des montagnes sur les nuages ». Cette affirmation, relativement hasardeuse car peu argumentée scientifiquement, voisine avec des réflexions pertinentes sur le cycle et les actions de l’eau. Certes les considérations teintées d’angélisme sont toujours présentes, notamment dans cette description de « l’ensemble » forestier :

Il transforme en un mot en agent de fertilité et de bien être pour l’espèce humaine, le météore le plus caractéristique de notre planète et qui en d’autres conditions n’eut été qu’un agent de dévastation.

11Bien d’autres auteurs au xixe siècle vont traiter des rapports entre les eaux et les forêts. Un des plus importants est sans conteste Alexandre Surell. Jeune ingénieur des Ponts et Chaussées, en poste à Embrun, il publie en 1841 son Étude sur les torrents des Hautes-Alpes qui décrit de façon limpide le fonctionnement des organismes torrentiels et attribue leurs ravages aux déboisements effectués par les communautés montagnardes. Les administrateurs forestiers français adoptent avec zèle et enthousiasme les idées et les méthodes de correction des torrents, d’engazonnement et de reboisement préconisées par Surell. La législation sur la Restauration des terrains de montagne (RTM), lois de 1860, 1864 et 1882, est directement inspirée de la vision systémique des liens entre forêts et ruissellement. En Tunisie, les travaux de DRS (Défense et restauration des sols) impulsés lors de la colonisation participent du même souci de traiter les méfaits des eaux sur les sols par la remise en état d’une couverture forestière.

Lire Buffon, Kant, Humboldt pour mieux comprendre la genèse des conceptions sur eaux et forêts

12Mais si au xviiie siècle les travaux fourmillent sur les rapports eaux et forêts, ce n’est sans doute qu’à la fin du xviie siècle qu’existe une source théorique fondamentale qui révolutionne en France les études naturalistes. Il s’agit des travaux de Georges Louis Leclerc, comte de Buffon. Son Histoire naturelle générale et particulière, parue en 1749, et surtout sa dernière œuvre les Époques de la nature, publiée après sa mort en 1789 qui constitue une sorte de testament scientifique et une magistrale synthèse des connaissances scientifiques naturalistes de son époque, renouvelle l’approche du système eaux et forêts. Dans ce tableau raisonné de la formation de la terre, Buffon aborde le thème de l’eau de façon détaillée et novatrice. Les liaisons entre eaux atmosphériques et eaux continentales y sont décrites avec une grande clarté. Carine Gendrot dans un DEA consacré à la géographie de l’eau et à la place de Buffon dans la clarification des concepts sur les aspects spatiaux de l’eau a fait un recensement systématique des citations de la dernière œuvre de Buffon, concernant le thème de l’eau. On y trouve des vues originales sur le rôle de l’eau dans les mécanismes d’érosion, le façonnement des reliefs, les transports de sédiment, les alluvionnements. Buffon traite également des rapports entre les eaux et les organismes vivants et les végétaux en particulier. Il aborde la question des variations de niveau de la mer, des changements d’état de l’eau en glace, mais traite aussi des aménagements anthropiques tels les dessèchements des marais, l’endiguement des fleuves, les éclaircies des forêts ou la mise en culture des landes…

13Buffon expose à la fois des idées fécondes et novatrices qui seront développées, confortées, discutées ou simplement plagiées par la suite. Mais comme tout visionnaire, certaines de ses propositions peuvent nous apparaître totalement délirantes aujourd’hui. Ses affirmations sur les liens forêts-climat en Guyane prêtent à sourire lorsque l’on relit que :

Il est bien plus aisé d’abattre des forêts à la Guyane pour en réchauffer la terre humide, que d’en planter en Arabie pour en rafraîchir les sables arides après.

14avoir affirmé, toujours à propos de la Guyane,

On ferait cesser ces pluies continuelles de huit mois et on augmenterait prodigieusement la chaleur dans toute cette contrée, si l’on détruisait les forêts qui la couvrent, si l’on y resserait les eaux en dirigeant les fleuves…

15Il n’en reste pas moins que son œuvre constitue une référence majeure pour comprendre le cheminement historique de la mise en relation fonctionnelle des eaux et des forêts.

16Une autre source essentielle d’information sur les réflexions concernant les eaux et les forêts peut être puisée dans le cours de Géographie d’Emmanuel Kant édité en 1802 :

Livre inachevé et sans achèvement possible, cours plutôt que livre, parole écrite intimement ouverte sur d’autres discours (récits de missionnaires, de navigateurs, d’explorateurs, traités anciens et modernes sur l’état de la Terre…).

17Comme l’évoque Max Marcuzzi dans son introduction, il procède du même genre que les Époques de la nature de Buffon, livre remanié durant des décennies. Toute la première section de la première partie de son traité est consacrée à l’eau. Pourtant, les liens entre l’eau et les forêts ne sont pas envisagés dans cette section. Dans la deuxième section, qui traite « De la terre », Kant aborde la question des déserts et des steppes. L’étude du règne végétal et notamment des arbres remarquables est reportée dans la troisième section de sa deuxième partie consacrée à un « Examen particulier de ce que contient la terre » après une section consacrée à l’homme et au règne animal. Cette partie fort énumérative, très proche encore des travaux de l’Antiquité tels ceux de Théophraste ou de Pline l’Ancien, traduit une vision hyper analytique des végétaux. Eaux et forêts ne sont guère perçues comme un système chez Kant.

18Il faudra attendre l’œuvre monumentale d’Alexandre de Humboldt, établie sur plus d’un demi-siècle, pour qu’une vision globale des liens entre eaux et forêts se précise progressivement. Systématiquement, données mondiales et études locales contribueront à forger les concepts actuellement utilisés pour traiter conjointement des eaux et des forêts. Les terminologies des grandes formations végétales du globe forgées par les chercheurs allemands, anglais et français sont particulièrement éclairantes pour comprendre les liaisons fonctionnelles fortes établies entre eaux et forêts. Certaines grandes forêts sont ainsi nommées en fonction de l’artère fluviale qui assure une unité hydro-végétale : forêt amazonienne et forêt congolaise évoquent de méga-bassins hydrographiques d’échelle continentale. À échelle plus réduite, les ripisylves portent aussi le nom du fleuve qu’elles bordent : forêt rhénane, danubienne, mississipienne… Des forêts sont aussi qualifiées en liaison avec des régimes de précipitations : forêt pluviale (rainforest, Regenwald), forêt méditerranéenne, forêt de mousson. En montagne, les forêts de brouillard (cloud-forest, Nebelwald) évoquent une ambiance climatique particulière, un air saturé en humidité durant la majeure partie de l’année. À l’inverse, les forêts dites sèches sont caractéristiques des milieux où règne un déficit hydrique saisonnier marqué. Les étonnantes mangroves, forêts littorales capable de vivre en cumulant les handicaps de l’eau, du sel et des battements journaliers de la marée, illustrent tout à la fois l’originalité de l’interface océan-continent et les étonnantes liaisons du couple eaux et forêts.

19Toutes ces doubles appellations, associant intimement dans le nom des formations végétales eaux et forêts, confortent la nécessité d’une étude jumelée des données biologiques et hydriques. Mais toutes les études naturalistes doivent également être complétées par des approches culturelles. Il faut aussi impérativement envisager les perceptions, les représentations, les enjeux, les conflits, les discours et les mythes sur l’eau et sur l’arbre, pour envisager une gestion équilibrée de ces deux ressources, certes renouvelables, mais également menacées.

2. Temps du vivant et temps de l’eau

Structure statique et fluide mobile

20La forêt semble être un objet statique par excellence. Les arbres les plus grands, les plus gros et les plus vieux des êtres vivants sont immobiles, ancrés dans le sol, symboles forts de pérennité et de stabilité. Ils semblent ignorer le temps. Francis Ponge, fin observateur des structures forestières, écrit en parlant des arbres dans Le parti pris des choses : « Ils ne s’expriment que par leurs poses » ou encore « Le temps des végétaux se résout à leur espace ». Ces deux fortes remarques, formulées de façon provocatrice par un des plus grands écrivain et poète français contemporain, traduisent bien cette apparente fixité des structures et des physionomies forestières, ce primat de l’espace sur le temps. La distinction faite par certains naturalistes entre les herbes, individus « chrono-opportunistes » et les arbres, essences « spatio-opportunistes », les unes manifestant des stratégies de floraison et de fructification rapides, les autres exprimant les atouts d’une croissance cumulative, confortent la même idée : l’arbre, et par conséquent la forêt, ne sont pas spontanément associés aux idées de temps qui passe, de changement, de dynamique, d’évolution.

21Au contraire, l’eau, à l’inverse de l’arbre, est fondamentalement un élément mobile. Elle s’écoule, elle s’infiltre, elle s’évapore, elle change toujours rapidement d’état. Elle peut geler en une nuit, passer de la flaque d’eau à l’état de vapeur aux heures chaudes de la journée, percoler soudainement dans les sols, les formations superficielles et les roches. La notion fondamentale de débit, en hydrologie, permet de cerner ce rapport entre le volume d’eau écoulé et l’unité de temps, en général la seconde. La vitesse de l’eau est un des paramètres essentiels que cherchent à mesurer les climatologues, les hydrologues et les géomorphologues. Travailler sur les relations entre une structure statique et un fluide éminemment mobile pose de délicats problèmes méthodologiques. Comment articuler les temps apparemment brefs de l’eau aux temps lents de l’arbre ?

22Il importe pour cela de dépasser la vision de la forêt réduite à l’état de filtre passif pour l’eau, de simple structure d’écran neutre. Les systèmes forestiers connaissent en fait de multiples dynamiques superposées et imbriquées. Identifier ces rythmes souvent lents et peu spectaculaires, les relier aux dynamiques de l’eau est une des tâches nécessaires du chercheur en environnement.

Des rythmes journaliers aux pulsations millénaires (tableau 1)

23Il faut d’abord identifier les rythmes respectifs affectant les arbres et les eaux, les mesurer, collecter une information fiable d’ordre biologique, physique et chimique mais également historique et géographique, puis traduire graphiquement, spatialiser et représenter le plus clairement possible à différentes échelles les interrelations entre ces deux systèmes complexes.

24En définitive, il importe de jouer sur la complémentarité des outils de mesures et des modes de représentation traditionnels et modernes. Les deux registres sont complémentaires. Le nouveau ne disqualifie pas l’ancien. Un outil est performant s’il permet de bien intégrer des données diverses, de mieux gérer des faits dispersés, de correctement visualiser des systèmes complexes, de finement combiner données naturelles et culturelles, de bien articuler le passé et l’actuel, et de permettre la construction de scénarios contrastés.

3. D’un programme de recherche localisé à une réflexion plus distancée

Dans le Cap Bon : Dar Chichou, une nouvelle forêt tunisienne bâtie sur du sable, en manque d’eau. Esquisse d’un programme de recherche

25La forêt de Dar Chichou occupe une position originale dans le nord-est de la presqu’île du Cap Bon. Située dans un couloir de plaine entre les djebels Si Abd er Rahmane au sud-ouest et le djebel Si Abiod (393 m) au nord-est et Ben Oulid (637 m), elle tient à plusieurs titres une place à part en Tunisie septentrionale. Elle offre tout d’abord un paysage forestier assez extraordinaire que l’on peut résumer par le terme de « forêt stressée ». Les arbres sont de petite taille, parfois nains, rabougris, au port tordu, aux troncs multiples, aux fructifications impressionnantes. Tous ces traits les apparentent à des bonsaïs naturels ou des krummholz, les bois tordus des auteurs allemands. Cette forêt mal venante s’explique par l’accumulation des facteurs limitants : un substrat tantôt mobile, tantôt induré, couplé à des vents violents aux effets mécaniques dévastateurs (bris de cimes et de branches) et physiologiques accélérateurs de transpiration et d’évaporation, dans un contexte de réserves en eaux limitées ou au contraire exagérées (mares avec parfois présence de sel). Elle appartient à la catégorie des « nouvelles forêts » créées de toute pièce durant la période coloniale pour stabiliser les épandages sableux comme à Tabarka, Nefza, Bizerte… Elle permet de poser localement la plupart des questions d’environnement liées à l’eau et à la forêt. Elle mérite d’être une des pièces essentielles d’un programme de recherche consacré à l’environnement et à la maîtrise de l’eau dans le Cap Bon.

Tableau 1a.
Étude croisée des temps du vivant et des temps de l’eau. Objectifs : identifier des rythmes superposés.

Tableau 1b.
Étude croisée des temps du vivant et des temps de l’eau. Objectifs : mesurer, collecter des données hétérogènes (outils, techniques, méthodes).

Tableau 1c.
Étude croisée des temps du vivant et des temps de l’eau. Objectifs : spatialiser, représenter, traduire en utilisant une large gamme de moyens.

26À quand remonte sa création ? Est-elle une réalisation pionnière des forestiers français en Afrique du Nord ?

27Comment étaient perçues les contraintes écologiques pesant sur cette vaste dépression de l’arrière-pays de Kélibia ? Comment les données du substrat sableux, du modelé éolien, de la dynamique éolienne, de l’excès et du manque d’eau ont-elles été appréhendées par les forestiers français ? Les expériences de reboisement du littoral français, landais en particulier, ont-elles servi de modèle de référence pour les stratégies de reforestation dans un contexte de marge semi-aride ? Dar Chichou a-t-elle servi de forêt-laboratoire, de site expérimental en Afrique du Nord ou a-t-elle bénéficié d’expériences de reboisement dans des contextes équivalents menées au Maroc (littoral entre Casablanca et Rabat) en Algérie, ou en Tunisie même ? Comment caractériser l’éventail des techniques utilisées : choix des essences de reboisement, part des espèces indigènes et introduites ? Réussites respectives des essences locales et des « exotiques » ? Rapports entre herbes, arbres et ligneux bas ? Quelle protections des jeunes reboisements contre le vent, le sable, les animaux ? Comment ont fonctionné les chantiers de reboisement ?

28Quels ont été les statuts fonciers de cette forêt antérieurement à l’époque coloniale, durant la colonisation et après l’indépendance ? Quelles ont été les stratégies foncières et l’arsenal législatif mis en place pour permettre un reboisement de grande ampleur territoriale ?

29Quelles ont été les incidences sociales de cette « mise en forêt » ? Y a-t-il eu des conflits avec les populations locales ? Comment ont-ils été résolus ? Quels sont les usages anciens qui ont été maintenus ? De nouveaux usages sont-ils apparus ? S’agit-il d’un espace fermé aux pratiques traditionnelles ou d’un espace réapproprié concrètement et symboliquement par les sociétés locales ?

30Que vaut la forêt de Dar Chichou ? Que coûte son entretien et sa protection ? Y a-t-il des produits qui sont une source de rentrées financières pour le service des forêts ? Quels sont les produits susceptibles d’être valorisés ?

31Sur le plan biogéographique comment apprécier la biodiversité spécifique et paysagère d’une forêt artificielle ? Que reste-t-il des groupements pionniers sur sables des associations des mares et sebkhas ? A-t-on affaire à une forêt riche ou pauvre en espèces ?

32Quels sont les menaces identifiables : y a-t-il une forte pression rurale pour l’élevage, la viticulture, les labours ? Est-ce que Dar Chichou a un potentiel touristique ? Y a-t-il des projets d’industrialisation dans ce secteur du Cap Bon ? Peut-on caractériser des conflits actuels et en identifier d’autres potentiels ?

33En définitive, comment gérer une « nouvelle forêt », héritée de la colonisation, plus ou moins bien intégrée dans un tissu rural en forte recomposition ? Peut-on envisager la mise en place d’indicateurs du suivi du devenir foncier, géographiques social et économique de ce territoire à la forte unité hydrologique et biogéographique qui constitue une pièce essentielle du dispositif environnemental du Cap Bon faisant face à la métropole tunisienne ?

Recherche fondamentale et demande sociale

34Le cycle de l’eau est abondamment représenté par des schémas, des modèles, des flux, des tuyaux figurant les transferts des océans vers les continents par la voie atmosphérique, les changements d’états, les différents types de précipitations (pluies, neige, grêle, « condensations occultes »…), les destins divers de l’eau à la surface des continents (prise en glace, écoulement diffus, linéaire, infiltration, évaporation…) et le retour à l’océan. Chacun de ces postes et de ces circuits est quantifié, de façon plus ou moins précise, en volume et en pourcentage. L’écosystème forestier a servi également de référence pour caractériser les flux d’énergie, les transferts de matière, les structurations verticales et horizontales des arbres, arbustes, herbes, mousses et lichens. Le croisement de ces deux systèmes, biologique et hydrologique, est de plus en plus perçu comme une nécessité, mais il suppose un énorme équipement allant du versant au bassin versant élémentaire, aux ensembles de bassins versants puis au bassin fluvial pour contrôler les différents paramètres interagissant entre l’hydrosystème et le sylvosystème. Les deux domaines sont le plus souvent abordés par des chercheurs ayant des logiques et des méthodologies propres, sans grand souci d’harmonisation.

35Établir le dialogue scientifique entre géomorphologues, hydrologues, climatologues et biogéographes est un impératif catégorique si l’on veut espérer traiter correctement des questions environnementales et assurer le dialogue avec les sciences de l’homme et de la société.

36Pour travailler sur ces questions doit-on adopter une attitude privilégiant les recherches dites « fondamentales » ? La réponse est nécessairement affirmative, mais en ayant bien conscience que ce terme est de plus en plus contesté, car il suppose qu’à une recherche essentielle, pure et dure s’opposeraient des recherches accessoires, marginales, fragmentaires, pratiques, applicables et parfois appliquées, et pour tout dire passablement dévalorisées par rapport à la vraie recherche. Ce dualisme entre recherche fondamentale et appliquée est actuellement remis en question, en particulier à propos de l’environnement, où les recherches sont souvent impulsées pour répondre à des besoins exprimés par la société et que l’on qualifie actuellement de « demande sociale », ou de façon encore plus ambiguë, car plus passive « d’attente sociale ». Voilà des termes séduisants parce qu’ils sonnent bien mais qui sont également vagues, flous, mixtes, « fourre-tout ». Certains ont même proposé l’idée de terme « valise » pour évoquer de façon imagée leur polysémie. Ils prennent en compte effectivement des significations multiples.

37Le terme de « demande sociale » est désormais à la mode. Il est dans l’air du temps. C’est aussi un terme trop utilisé sans grande réflexion sur ses acceptions diverses. Il fait désormais partie de ces expressions que l’on pourrait qualifier ironiquement de « socialement correcte » et de « scientifiquement opportuniste ». Mais en fait qui formule la demande sociale ? Le journaliste qui se livre à l’exercice étonnant dit du « micro-trottoir », pseudo-enquête bien souvent biaisée où les réponses sont déjà implicites dans les questions ? Le bureau d’étude qui mène une enquête sur les comportements, les besoins, les attentes, les désirs d’un groupe social mais où les hypothèses de départ du commanditaire du travail sont souvent des certitudes qu’il importe de conforter ? Le politique ou l’administratif qui organise un débat ou qui lance un appel d’offre à recherches pour apporter des réponses toujours ultra-rapides à des questions dont le traitement est nécessairement long et complexe ? L’association locale bataillant pour la défense d’un petit espace de « vraie nature » menacé par les infrastructures d’habitat, de production ou de circulation ? L’ONG (Organisation non gouvernementale) militant pour la préservation de la biodiversité, le développement durable, l’écocertification ?

38Dans tous les cas, il est clair que la notion de demande sociale est éminemment contingente et biaisée. Il n’y a pas une mais des demandes sociales. Ces demandes sociales émanent en fait d’une multitude de groupes sociaux plus ou moins organisés et aux effectifs plus ou moins nombreux : politiques, experts, associations, grand public, intérêts publics ou privés, groupes économiques qui ont des logiques souvent divergentes. La demande sociale est le plus souvent imposée par des intermédiaires : élus, représentant syndicaux, leaders d’opinion, journalistes, écrivains, artistes, parfois scientifiques… Et derrière la bannière apparemment immaculée et transparente de la demande sociale de puissants intérêts économiques et politiques s’avancent masqués.

39Surtout, il existe une énorme distorsion entre une demande sociale de dimension mondiale portant sur des questions globales : manque d’eau potable, risque d’augmentation de l’effet de serre, diminution de la biodiversité et une demande sociale locale qui peut concerner les mêmes thèmes de façon plus terre à terre, à propos d’un massif forestier : comment y circuler, s’y promener, y prélever du bois d’œuvre ou de chauffage, le mettre en culture, y faire passer des routes, y construire… ou d’un cours d’eau : comment le rendre navigable, réguler ses débits, assurer la qualité de son eau, la distribuer, y maintenir une faune et une flore diversifiées… ?

Conclusion

40Entre les enjeux locaux ou le phénomène dit de Nimby (Not in my backyard) de protection jalouse de son « pré carré » joue un rôle exacerbé, où prédomine l’égoïsme individuel, voire collectif, et les grandes déclarations de solidarité planétaires sur l’air, l’eau et la forêt, les chemins de la recherche en environnement sont étroits. Ils supposent des démarches de recherche fondamentale résolument interdisciplinaires faisant des eaux et des forêts un chantier environnemental ouvert où doivent pouvoir dialoguer toutes les compétences scientifiques et toutes les bonnes volontés. Dans cette optique, il importe de se méfier d’une approche trop exclusivement conçue en terme de géographie des risques et des catastrophes. Travailler aussi à une géographie des désirs, des émotions, des sensations, permet de rééquilibrer une vision de l’environnement qui a trop tendance à privilégier le spectaculaire.

Table des illustrations

Légende Tableau 1a.Étude croisée des temps du vivant et des temps de l’eau. Objectifs : identifier des rythmes superposés.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende Tableau 1b.Étude croisée des temps du vivant et des temps de l’eau. Objectifs : mesurer, collecter des données hétérogènes (outils, techniques, méthodes).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Tableau 1c.Étude croisée des temps du vivant et des temps de l’eau. Objectifs : spatialiser, représenter, traduire en utilisant une large gamme de moyens.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

École normale supérieure Lettres et sciences humaines, UMR 8505 BIOGEO - CNRS/ENS-LSH, France

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540