Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fragilité du souci des autres

 | 
Estelle Ferrarese

Chapitre III

Un oubli dans la thèse de l’oubli

Texte intégral

  • 1 Theodor W. Adorno, Modèles critiques, ouvr. cité, p. 243.

1Modèles critiques comporte une très liminaire évocation d’un modèle d’éducation par la dureté qui serait fondé sur une identification de la virilité et de l’aptitude à endurer. Selon Adorno dans ce passage, la dureté à laquelle il faut être entraîné pour être un homme « signifie purement et simplement l’indifférence envers la souffrance. Et elle ne fait pas tellement la différence entre sa propre souffrance et celle des autres »1. En dehors de cette brève thématique, l’impossibilisation du souci des autres est appréhendée par Adorno sans égard pour l’ordre du genre. Cette lecture trouve un démenti brutal dans la manière dont le care est exercé et éprouvé par les femmes d’une manière qui sert tout autant la reproduction de la société capitaliste que la froideur qui accompagne et généralise l’échange. Il paraît donc que la thèse adornienne de l’oubli renferme elle-même un oubli, celui d’une spécificité impartie aux femmes dans l’économie morale de la forme de vie capitaliste.

  • 2 Nancy Fraser, « Behind Marx’s hidden abode. For an expanded conception of capitalism », art. cité.
  • 3 Ueno Chizuko, « From labor of love to care work », communication orale, Workshop « The meaning of (...)

2Il semble en effet nécessaire de prendre en considération le fait qu’au sein du capitalisme des secteurs ou des pratiques qui échappent au marché coexistent avec des secteurs ou des pratiques tissés par le marché, et que le capitalisme repose sur les deux ensembles. De nombreuses féministes marxistes ont en effet enquêté dans ce que Marx appelait le « laboratoire secret de la production », mais aussi dans le débarras de celui-ci2, révélant que le marché a notamment pour condition de possibilité des relations sociales qui lui restent étrangères. Parmi celles-ci, et soutenant ou réparant celles-ci, figurent ce qui a été nommé care, travail affectif, reproduction sociale. Et non seulement le marché se nourrit de ressources, notamment morales, qui assurent le maintien des liens sociaux d’une part et la production et le soin d’êtres humains incarnés et nécessiteux d’autre part – ressources qu’il puise dans son environnement –, mais il rejette dans ce même environnement des déchets – des déchets industriels dans la nature, et ces « déchets humains » que sont les malades, les personnes handicapées, les personnes âgées dans la famille –, dépendant de cette manière-là aussi de ce qui lui reste étranger3.

3Ce sont les aspects intrinsèquement genrés de ces conditions de possibilité du marché et les modalités de leur évitement par Adorno qu’il est maintenant nécessaire d’explorer. Nous interrogerons donc ses propos sur « la » femme, avant de mettre au jour, au moyen de l’éclairage cru que porte l’éthique du care, un point aveugle dans sa théorie du souci des autres, sa distribution genrée, puis d’établir la pertinence de la confrontation des deux ensembles théoriques pour penser le capitalisme contemporain, qui n’est plus celui qu’Adorno a observé.

Adorno et « la » femme

  • 4 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 273.
  • 5 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 93.
  • 6 Lettre de Theodor W. Adorno à Erich Fromm, 16 novembre 1937, dans Theodor W. Adorno, Briefe und Br (...)

4Les femmes apparaissent généralement dans l’œuvre d’Adorno comme les objets de déterminations caricaturales, qui les assignent à des figures pathétiques et obligatoires, « la » mégère, « la » jeune fille, « la » bayadère, « l’ » épouse, etc., qui ensemble composent « la » femme. Mais ce n’est pas tout ; Adorno égrène, en les investissant de vérité, de multiples stéréotypes. « La » femme démontre ainsi une fascination pour l’ésotérique, notamment liée au fait que « le désastre l’attire »4, elle est aussi irréductiblement docile que fascinée par la norme (« toutes les natures féminines sans exception sont conformistes »5), elle déploie un comportement complètement irrationnel vis-à-vis des marchandises, qu’il s’agisse de vêtements ou de coiffures6.

  • 7 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 209.
  • 8 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 93.

5Ces énoncés, itérés sans dénonciation, sont vrais pour Adorno en ceci qu’ils décrivent le monde administré, le monde de la production en série où « les stéréotypes remplacent les catégories individuelles »7. Dès lors, la glorification du caractère féminin, collage de poncifs parmi lesquels figurent aussi des traits au premier abord positifs, comme une affinité avec la beauté et sa culture, « implique l’humiliation de toutes celles qui le possèdent »8.

6Avec de telles vignettes en arrière-plan, ce sont des raisonnements curieux, et instables, qu’Adorno accumule sur les femmes et l’ordre du genre dans son œuvre, qu’il nous faut à présent déplier dans leur complexité.

Ombres et lumières adorniennes sur l’ordre du genre

  • 9 Jessica Benjamin, « Authority and family revisited or a world without fathers », New German Critiq (...)

7D’un côté, il est aisé de démontrer que la conception d’Adorno de la famille bourgeoise, observée du point de vue de sa chute, porte une normativité implicitement patriarcale. Jessica Benjamin a ainsi mis en évidence certaines assomptions problématiques du récit par Adorno (et Horkheimer) du déclin de l’individu. L’importance que tous deux confèrent au dépassement du narcissisme pour définir l’autonomie morale, c’est-à-dire l’idée qu’un père distant mais idéalisé, représentant les autorités externes, est introjecté dans l’idéal de l’ego, est profondément genrée ; elle ne considère que la position du fils, qui s’identifie à son père. En outre, la masculinité, tout comme l’autonomie à laquelle elle se couple, se trouve ainsi définie à partir de l’arrachement nécessaire de l’enfant à la dyade qu’il forme avec sa mère. Une telle idée nie la possibilité d’une éducation maternelle à même d’encourager l’autonomie. Enfin, parce que la liberté présuppose l’intériorisation d’une autorité préexistante, la capacité adulte à résister exige des figures paternelles fortes afin de les abattre. Adorno décrit, pour le déplorer, l’avènement d’une « société sans pères », pour reprendre l’expression de Jessica Benjamin9.

  • 10 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 19.

8Une nostalgie empreint plus largement les passages qu’Adorno consacre à la famille bourgeoise, en ceci qu’elle représente pour lui le mode de socialisation ayant précédé la barbarie. Ainsi peut-on lire, dans un aphorisme qui traite des parents en général, la thèse suivante : « […] alors que le système subsiste dans son ensemble, ce n’est pas seulement l’agence la plus efficace de la bourgeoisie qui a disparu avec la famille, c’est aussi la résistance qui, tout en opprimant l’individu, le fortifiait – à supposer même qu’elle ne lui ait pas donné naissance […]. La mort de la famille paralyse les forces de résistance qu’elle suscitait »10. Cette nostalgie ne s’embarrasse pas du fait que pour les femmes la dissolution de cette cellule familiale, telle qu’il la décrit lui-même dans sa fonction de production et de soutien du sujet humain idoine au capitalisme – fonction à laquelle elles étaient tout particulièrement assignées –, n’a constitué en aucune manière une perte.

*

9D’un autre côté, Adorno se donne, par endroits, des préoccupations féministes.

  • 11 Ibid., p. 90.

10Ainsi l’« entrée » des femmes sur le marché du travail est-elle décrite comme une ruse de la domination. Apparemment porteuse d’émancipation, elle ne fait que parfaire l’intégration des femmes dans le monde administré et redoubler leur assujettissement : « En laissant les femmes accéder à toutes les activités surveillées on a permis tacitement que se prolonge leur déshumanisation. Dans la grande entreprise elles continuent d’être ce qu’elles furent dans la famille, des objets »11.

  • 12 Ibid., p. 93.
  • 13 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 271.

11Minima Moralia est tout particulièrement le lieu de l’énonciation des coordonnées politiques de son positionnement : « Le caractère féminin est le négatif de la domination. Et de ce fait il est aussi mauvais qu’elle »12. Car la subjectivité féminine est partiellement soustraite au système de pouvoir, en tant que produit inachevé – on pourrait presque écrire raté – d’un essor de la raison absorbé par la logique de domination de la nature. Elle n’en constitue pas pour autant le lieu possible d’une résistance. Il n’y a aucune vérité d’une voie ou d’une voix féminine. L’expérience et la subjectivité féminines échappent à la domination absolue, non pas au sens où elles constitueraient un plan de réalité où se sédimenterait la possibilité d’une émancipation, mais en ceci qu’elles apparaissent comme une trace, presque une cicatrice laissée par la nature sur le genre humain. « La » femme laisse entrevoir une nature non dominée, parce que la nature lui imprime une différence (elle est « plus petite et plus faible »). C’est certes la chose la « plus humiliante » possible dans une société virile13, mais c’est aussi une signature indélébile de la nature. Par là, les femmes sont associées à la thématique de la réminiscence et du rappel : elles empêchent d’oublier, d’oublier ce dont elles gardent la trace. Elles excitent la nostalgie d’une forme de vie qui ne coïnciderait pas avec la domination de la nature, et avec elle le souvenir des souffrances endurées par chacun dans le cours du déploiement du règne de la raison. On retrouve ici, à rebours, le motif de l’oubli comme mécanisme nécessaire de la domination. Cette pitoyable forme d’opposition à l’oubli que les femmes représentent à même leur corps manifeste l’échec de la clôture totale du système de pouvoir, sans offrir aucune possibilité de renversement de celui-ci.

  • 14 Ibid., p. 119.
  • 15 Ibid., p. 84.

12« La » femme est également régulièrement associée dans les écrits d’Adorno à l’impuissance, inhérente à son incapacité à se défendre, ce qui « lui confère une sorte de titre légal à l’oppression »14, mais aussi à une impuissance qui est au fond celle de tous les êtres humains au sein du monde administré. Cette impuissance-là est portée à un niveau d’évidence telle chez la femme qu’elle ne peut la dissimuler, ce qui oblige ceux qui la regardent à voir la vanité de leur propre sentiment de puissance, fondé sur le seul, et faussement émancipateur, assujettissement de la nature15. Elle les force à contempler leur propre impuissance.

13Le motif du ressentiment qu’« elle » fait naître est tout autant insistant que les thèmes qui précèdent, et contigu à ceux-ci. La face défigurée qu’« elle » présente du fait qu’elle soit marquée par l’absence de maîtrise des choses suscite animosité et rancune. Et le statut particulier qui lui est octroyé à titre de dédommagement a le même effet : compenser idéologiquement l’oppression des femmes par le respect à leur égard n’a fait qu’engendrer une rancune envers la femme sublimée. De plus, nous le disions au début de ce livre, la nature, perçue comme faiblesse et fragilité, suscite selon Adorno et Horkheimer une pulsion sadique qui va croissante avec la totalisation de la raison instrumentale. Tout comme la nature externe le corps est objet possible, nécessaire de brutalité. Dans cette invitation à la violence l’humiliation chrétienne de la chair converge avec l’association séculière du corps exploité avec le mal (l’esprit recueillant le bien suprême), association opérée y compris par les exploités eux-mêmes. Le corps ostensible de la femme attire alors tout particulièrement la violence.

*

  • 16 Ibid., p. 270. Nous soulignons.

14Néanmoins, c’est précisément dans ces passages apparemment féministes qu’émergent les positions les plus réactionnaires d’Adorno sur les rapports hommes-femmes. De nombreux aspects de sa critique du patriarcat sont hautement problématiques car elle repose sur la conviction que les femmes « ne prennent pas une part personnelle à l’activité efficace sur laquelle est basée cette civilisation. L’homme doit sortir dans le monde hostile, c’est à lui d’agir et de lutter. La femme n’est pas un sujet. Elle ne produit rien, mais se contente de s’occuper de ceux qui produisent »16. La distinction entre production et reproduction, classiquement marxiste, et classiquement aveugle au fait que la reproduction constitue aussi un travail et fait partie de « l’activité efficace sur laquelle est basée cette civilisation », est chez Adorno le lieu d’une réflexion fragmentaire sur l’assujettissement propre de la femme à la forme échange.

  • 17 Lettre de Theodor W. Adorno à Erich Fromm, 16 novembre 1937, dans Theodor W. Adorno, Briefe und Br (...)
  • 18 Ibid., p. 545.

15Dans une lettre à Erich Fromm du 16 novembre 1937, adressée en copie à Horkheimer, Adorno expose son projet, jamais mis en œuvre, d’un travail sur le « caractère féminin »17 qui devait s’inscrire dans la série des recherches empiriques de l’Institut für Sozialforschung. Son dessein est d’établir ce « caractère » à partir de l’analyse de la forme marchandise chez Marx. Une fois encore, il s’agit d’éviter la psychologisation d’un phénomène et le recours à des catégories explicatives telles que l’intériorisation ; Adorno veut élaborer un diagnostic en se basant uniquement sur une position objective dans une économie dont la forme est cruciale. Il s’écarte de Freud, et réfute sa théorie d’un conditionnement de la femme par son identification à l’homme : « […] je pense que l’on peut éviter de recourir au mécanisme d’identification, qu’il serait de toute façon très difficile de prouver, si l’on parvient à réduire directement la psychologie féminine à la position de la femme au sein du processus de production et de consommation. L’identification avec l’homme ne se produit probablement que de manière détournée, par le truchement des marchandises dont l’idolâtrie me semble le facteur-clé »18.

  • 19 Ibid., p. 542. Nous soulignons.
  • 20 Theodor W. Adorno, Prismes, ouvr. cité, p. 67.
  • 21 Ibid.

16Il découvre avec un enthousiasme mesuré chez Leo Löwenthal, dans un article que celui-ci consacrait à Ibsen, l’esquisse d’un tel « caractère », esquisse établie, comme il en a lui-même le projet, sur la prémisse que les femmes ne participent pas au processus de production économique. Le problème est que, selon la lecture qu’Adorno en fait dans sa lettre à Fromm, Löwenthal attribue pour cette raison à la femme un degré moindre de réification, une sexualité moins mutilée, et un refoulement moindre qu’à l’homme, conclusion qu’Adorno qualifie de romantique. Pour lui au contraire « la femme est davantage dominée par le caractère de marchandise que l’homme »19 ; rivée à la consommation, elle fonctionne comme un agent de la marchandise dans la société. Elle se rapporte même à son propre corps comme à une marchandise. Elle est donc toujours déjà commensurable, elle « oublie » elle-même de considérer ses aspects et ses possibles qui excèdent son statut de marchandise. La conviction d’une extériorité de la femme par rapport à la sphère de la production est encore ce qui convainc Adorno presque vingt ans plus tard chez Veblen, qu’il critique par ailleurs avec férocité dans Prismes : selon celui-ci, dispensée de la « vie pratique » en raison de sa situation, dégradante, d’objet d’ostentation, elle n’est pas contrainte de développer l’esprit prédateur requis par la concurrence ; elle conserve pour cette raison « des aptitudes dans lesquelles survit une humanité »20. Mais ce qui intéresse Adorno c’est, dans des termes qu’il admet être une surinterprétation de Veblen, que « la femme n’a échappé à la sphère de la production que pour être d’autant plus absorbée par la sphère de la consommation, contenue dans l’immédiateté de la sphère des marchandises »21.

17Cela signifie que si le capitalisme se définit d’abord pour Adorno par l’échange, plus que par l’exploitation, comme nous l’avons démontré dans le chapitre précédent, les femmes se trouvent selon lui au cœur de l’expansion sans fin du capital – mais ce n’est pas en vertu de leur attention à autrui et du travail pas ou peu rémunéré auquel elle engage. Leur rôle passe par un investissement particulier de la valeur d’échange, une activation spécifique de la forme marchandise qui conforme jusqu’à leur corps, un fétichisme propre et exacerbé.

18C’est pourquoi elles n’échappent en rien au système de domination ; ce sont les autres, les hommes, les discours, les objets en tant qu’ils incarnent du mythe, qui projettent sur elles et leur corps cette illusion. En tant que signes, marques, elles lui restent extérieures, en tant que sujets elles en sont un rouage essentiel.

*

  • 22 Lettre de Theodor W. Adorno à Erich Fromm, 16 novembre 1937, dans Theodor W. Adorno, Briefe und Br (...)

19Adorno avance aussi l’idée qu’en raison de la position spécifique des femmes vis-à-vis de la production, la construction de l’ego de la plupart d’entre elles reste inachevée. Elles manifestent un infantilisme plus fort que les hommes ; en même temps, elles ne se révèlent en rien plus progressistes qu’eux. Il met donc au jour quelques traits spécifiquement féminins à partir d’une analyse de la position des femmes dans l’économie, son intention étant de montrer comment ces traits servent la perpétuation de la société, mais plus radicalement encore, comment ils « mènent à la reproduction fasciste de la stupidité »22.

20Ce glissement vers la thématique du fascisme ajoute une dimension morale à l’enquête d’Adorno et réintroduit, avec l’inclination enthousiaste devant la force avec laquelle le fascisme coïncide, la question de la froideur.

21De fait, à bien y regarder, la distribution sur tous les êtres humains du diagnostic d’une indifférence radicale aux autres n’est pas seulement implicite – puisque les femmes ne sont pas nommées c’est donc qu’elles sont elles aussi, comme les hommes, la proie des phénomènes de fantasmagorie, de soumission à la conservation de soi, d’appauvrissement de l’expérience, etc. Elles incarnent en effet pour Adorno un mode particulier d’inaffection.

Des femmes froides, rageusement froides

22Les femmes qui apparaissent dans les saynètes où il les met en scène comme autant de caricatures se distinguent presque toujours par une indifférence presque jubilatoire. Elles se livrent à une observation désengagée de la souffrance d’autrui, elles démontrent une incapacité, ou une absence de volonté, de se mettre à la place des autres, elles souscrivent avec empressement à l’inévitable, etc., mais cette froideur s’avère moins objective, ou plutôt plus subjectivement investie, que lorsqu’Adorno décrit la froideur comme un phénomène universel, c’est-à-dire découpé à l’aune des rôles masculins. Les effets de la commensurabilité généralisée restent ici en arrière-plan, tandis qu’il nous donne à voir de multiples manières comment la froideur s’est glissée dans les plus infimes replis de la subjectivité des femmes.

  • 23 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 86.

23Car ce n’est certainement pas un rapport privilégié à l’amour qui les singularise. L’épouse et la prostituée, instituées, de manière assez convenue, en faces complémentaires de l’aliénation féminine dans le monde patriarcal, déclinent cette complémentarité dans leur absence complète de souci pour l’homme. Elles sont décrites comme engagées l’une et l’autre dans une entreprise d’empêchement du plaisir masculin : « […] l’épouse trahit le plaisir au nom de l’organisation stable de la vie et de la propriété, tandis que la prostituée, secrètement alliée à l’épouse, soumet encore à une relation de propriété ce que les droits de propriété de la femme ont laissé libre : elle vend le plaisir »23.

  • 24 Voir par exemple Inge van Nistelrooij, « Self-sacrifice and self-affirmation within care-giving », (...)
  • 25 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 88-89.

24L’invraisemblance d’un don de leur part exclut a fortiori la possibilité du don de soi. Il n’est aucune place dans le sujet féminin esquissé par Adorno pour cette vulnérabilité de l’agent moral qu’évoquent fréquemment les théories du care, qui tient à la propension au sacrifice de soi, à la possibilité de s’oublier et s’évider soi-même dans un care sans fin et sans limite24. Adorno énonce bien au contraire que « les femmes avec leur crainte archaïque sont aussi peu capables que les hommes avec leur suffisance »25 de se prodiguer sans compter. Loin de développer une propension à se dévouer sans limites (sich wegwerfen, se jeter, s’abandonner), les femmes présentent des comportements tout autant conformés par le primat de la conservation de soi que les hommes, ce qui varie étant le mécanisme psychologique de son déploiement. Il ressortit chez elles à la peur, qui affûte un souci exclusif pour la survie et la préservation des intérêts immédiats, sûr moteur de leur indifférence à tout ce qui leur est étranger.

  • 26 Ibid., p. 90.
  • 27 Max Horkheimer « Authority and the family today », The Family : Its Function and Destiny, Ruth Ans (...)

25La froideur connaît par ailleurs, dans ses modalités féminines aussi, une densification au fur et à mesure du développement du capitalisme. À propos de la sollicitude ou de la solidarité dont les femmes bourgeoises pouvaient encore faire preuve à l’époque d’Ibsen vis-à-vis de leur sœur hystérique, c’est-à-dire vis-à-vis de celle d’entre elles qui cherchait à fuir la prison qu’était leur vie, Adorno nous dit qu’il ne reste rien. « Leurs petites-filles auraient un sourire indulgent pour l’hystérique et, ne se sentant pas le moins du monde impliquées […] la confieraient aux bons soins de l’assistance sociale »26. Adorno ne va pas aussi loin que Horkheimer, qui thématise l’universalité de l’étouffement du souci des autres comme un phénomène propre au capitalisme tardif, qui se substituerait à une différenciation genrée antérieure. Horkheimer diagnostique en effet un déclin du soin maternel, qu’il impute à la professionnalisation de la maternité, c’est-à-dire à sa standardisation selon de nouveaux principes d’hygiène sociale et d’efficacité. L’intervention d’experts de l’éducation enfantine, le discours des médias, ainsi que « la froideur émotionnelle » de mères qui travaillent désormais à l’extérieur du foyer entraîneraient un manque de relations affectives réelles entre la mère et l’enfant. L’indifférence n’est donc devenue féminine que dans la toute dernière phase du capitalisme, selon Horkheimer27. Pour Adorno aucune rupture n’est historiquement décelable, seule se donne à voir une impossibilisation toujours plus assurée de toute disposition morale.

  • 28 Dans la grande étude qu’il a dirigée sur La personnalité autoritaire, publiée en 1950, Adorno n’ab (...)
  • 29 Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, ouvr. cité, p. 298.

26Dans l’une de ses rares recherches empiriques, il établit la liste des traits des personnes présentant une haute susceptibilité d’être séduites par le fascisme, parmi lesquels figure l’absence de pitié pour les pauvres. C’est le seul aspect de « la personnalité autoritaire » sous lequel il introduit une variable genrée28 : il note que les femmes présentent moins cette tendance, et ce pour commenter qu’elles la détournent et retournent en assistance sociale et en charité. Mais ce n’est pas là du souci des autres ; car par le truchement de cette charité la femme « humilie celui qu’elle prétend aider, et […] en réalité n’aide personne mais en profite seulement pour se sentir importante »29.

  • 30 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 272.
  • 31 Theodor W. Adorno, Modèles critiques, ouvr. cité, p. 330.
  • 32 Luce Irigaray, « Mères et filles vues par Luce Irigaray. Entretien », Libération, 21 mai 1979.

27L’impossibilité dans laquelle elle se trouve de prendre soin d’autrui se manifeste le plus radicalement possible dans les pogromes où, nous dit Adorno, sa « soif sanguinaire » dépasse celle de l’homme30. Sa responsabilité vis-à-vis du nazisme est la même que celle que porte l’homme, son impuissance objective ne l’extrait pas du « contexte de culpabilité » (Schuldzusammenhang)31 dont nous parlions dans le premier chapitre. Nous sommes loin ici de ce que Luce Irigaray a clamé : « […] nous ne devrions pas tolérer que nos mères soient accusées d’avoir été un pilier du fascisme ! Étaient-elles au pouvoir ? Ont-elles eu mot à dire dans le choix du régime ? »32 Pour Adorno, parce qu’elles sont dans l’incapacité de changer le monde les femmes participent au mal qu’il constitue. Mais ce n’est pas tout : leur impuissance les amène à renchérir sur les hommes et leur indifférence, elles mettent une véritable rage dans leur dureté.

  • 33 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 271-272.
  • 34 ibid., p. 273.

28Reste alors à considérer les quelques passages dans lesquels Adorno semble faire sienne l’idée d’un souci des autres spécifiquement féminin, comme lorsque dans les notes et esquisses qui achèvent La dialectique de la raison, il relève avec Horkheimer que la sollicitude pour les animaux a été laissée par la civilisation occidentale aux femmes, et que la bourgeoisie tire plus largement profit de la vertu et de la moralité féminines. Mais Adorno ne répare pas ici « l’oubli » de sa thèse de l’oubli, celui d’une spécificité impartie aux femmes par l’économie morale de la forme de vie capitaliste. Vertu et moralité féminines sont décrites comme les produits de « mécanismes de défense laissés par la rébellion matriarcale »33, qui ne sont qu’instrumentalisés au sein de la société capitaliste. Elles sont des corps étrangers à l’organisation capitaliste du travail, tolérés et dans une certaine mesure opportunément mis à contribution. L’évocation d’époques préhistoriques matriarcales est certes très problématique, semblant suggérer que contrairement aux hommes qui n’ont jamais été eux-mêmes, les femmes, elles, auraient connu une époque qui précède leur défiguration, un passé de « ménade » ; reste que ce passage indique clairement que la différence basée sur le genre dans la distribution de la vertu et de l’attention à autrui n’est pas un effet du capitalisme. Surtout, la suite du texte nous apprend ce qu’il reste en réalité d’un souci des autres : la solidarité dont la femme est encore capable avec « la créature » ne s’exprime guère plus que dans sa passion pour le pékinois34. La sollicitude qui semble laissée en partage aux femmes n’est qu’une mimique, qu’un rictus.

*

29Ainsi Adorno décrit une neutralisation générale des dispositions morales, où le genre – un ordre de domination qui fait par ailleurs l’objet d’une réflexion précise dans son œuvre – ne produit que des variantes de la froideur. La faible différence entre les hommes et les femmes résulte d’une part de l’intégration particulière des femmes au système capitaliste, qui passe par l’échange plutôt que par la production, et d’autre part d’un investissement subjectif plus ou moins marqué de l’indifférence à autrui.

Des dispositions morales genrées. Une lecture des théories du care

  • 35 Parmi celles-ci, certaines ont versé dans une approche essentialiste de cette répartition. Nous n’ (...)

30Au cœur de la réflexion de nombreuses théoriciennes du care se trouve la conviction que la distribution, intrinsèquement genrée, du travail de care repose sur une distribution genrée du souci des autres35.

  • 36 Joan Tronto, Moral Boundaries, ouvr. cité, p. 103.

31Joan Tronto en particulier a appelé à ne pas appréhender l’activité de care par le prisme d’une dyade qui serait constituée du caregiver et du care receiver. Elle invite à prendre en considération la manière dont cette dyade, lorsqu’elle se matérialise, s’inscrit en réalité dans une organisation générale du travail autant concret que moral, organisation impliquant tous ceux qui participent, mais aussi tous ceux qui ne participent pas à cette activité qui inclut, comme nous l’avons déjà évoqué, « tout ce que nous faisons en vue de maintenir, de continuer ou de réparer notre “monde” de telle sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible »36. Cette dyade suppose, entre autres, une économie générale des affects ; les dispositions morales elles-mêmes sont allouées de manière différenciée par certaines structures de domination. La capacité à répondre à la vulnérabilité et l’aptitude à la percevoir, loin d’être affaire de sensibilité inhérente ou de réactions affectives irrépressibles, sont le fruit d’une organisation sociale.

32Le fait que certains – en majorité des sujets masculins – nourrissent une tendance à s’exempter de certaines responsabilités, et d’autres – en majorité des sujets féminins – la certitude que des situations de dépendance ou de fragilité ne laissent pas le choix de ne pas y répondre procède d’une multitude de dispositifs qui étayent la domination masculine : constructions idéologiques, sédimentation de rôles de genre, scripts biographiques, incorporations des structures sociales, fantasmagories de l’amour romantique, etc., qui s’accumulent sans se heurter vraiment.

  • 37 Carol Gilligan, Une voix différente : pour une éthique du care, Paris, Flammarion (Champs), 2008, (...)

33L’estime de soi est ainsi un puissant ressort motivationnel amenant à assumer de plein gré des tâches et des devoirs servant la société dans son ordre genré. La réalisation de soi dépend ainsi, pour certaines, de la fidélité à certains sentiments moraux. Carol Gilligan a démontré que « bien que l’indépendance d’action et de jugement soit considérée comme l’une des caractéristiques de l’âge adulte, c’est surtout en fonction des soins et du bien-être qu’elles prodiguent à autrui que les femmes se jugent elles-mêmes et sont jugées »37. Plus encore que l’injonction identitaire assise sur une menace de sanction sociale, c’est la promesse d’un rapport à soi non douloureux qui est pointé ici comme le moyen de la division du travail.

  • 38 Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, « Introduction », Qu’est-ce que le care ?, Pa (...)

34Dans le contexte professionnel l’idée de vocation efface tout autant efficacement l’œuvre de répartition des responsabilités, en attribuant une antériorité du sujet sur le travail qu’il accomplit. Certain·e·s seraient doué·e·s pour certaines tâches, certaines formes de dévouement, et corrélativement appelé·e·s par elles, d’autres non38.

  • 39 Penelope Deutscher, « Reproduction précaire », Les cahiers du genre, no 58, 2015, p. 41-67.

35Certains événements biographiques servent également l’émergence d’un souci féminin des autres. Penelope Deutscher a attiré l’attention sur ce moment très particulier de fabrication genrée de certaines dispositions morales que sont les choix reproductifs. Relisant les entretiens réalisés par Carol Gilligan dans Une voix différente qui avaient permis à celle-ci, en observant des femmes placées devant l’éventualité d’un avortement, de découper les contours d’une éthique du care, Penelope Deutscher montre qu’une décision quant à la poursuite d’une grossesse ou à son interruption est un lieu de normalisation du sujet moral féminin, et que cette normalisation repose sur la soumission à l’impératif d’une vie émotionnelle complexe39. Se trouver face à un choix reproductif signifie, pour les femmes, être placées dans des circonstances où tout à la fois une posture introspective, une réflexion morale, et des émotions puissantes sont attendues d’elles. Les interactions avec les professionnels de santé, les psychologues, mais aussi les pairs ou les médias participent à la formation d’une intériorité psychique qui sera prise pour le signe de l’existence d’un sujet moral. Le conseil et l’introspection constituent en ce sens des techniques subjectivantes. Fabriquant un état psychique caractérisé par sa profondeur, celles-ci donnent en même temps une réalité à la responsabilité qui est au cœur de l’éthique du care. C’est ici la subjectivation morale même des femmes qui coïncide avec la capacité à démontrer, et à ressentir, un souci des autres. En l’absence de cette attention à autrui, de la considération du contexte qu’elle suppose, de l’énonciation d’une narration émotionnellement chargée, elles ne sont tout simplement pas considérées comme des sujets moraux.

  • 40 Sandra Laugier, « Le sujet du care », Qu’est-ce que le care ?, Pascale Molinier, Sandra Laugier, P (...)

36Certaines théoriciennes du care ont en outre rappelé que la connaissance de la vulnérabilité et l’attention à celle-ci ne précèdent pas nécessairement le geste de sa prise en charge, qu’elles en sont aussi le résultat, et que c’est pour cette raison que le souci des autres est l’apanage de ceux – de celles – qui sont assigné·e·s au travail de care. Ce sont aussi les activités de care qui engendrent la sensibilité qu’elles exigent, le souci des autres naissant de l’activité pratique de prise en charge de leurs besoins. Selon la version de cette approche développée par Sandra Laugier, il existe dans toute société une économie de l’attention, et les phénomènes d’invisibilité (touchant par exemple à l’existence d’une détresse ou d’un besoin) doivent être saisis moins comme l’effet d’un voile idéologique que comme résultant de l’inattention ordinaire. Les réalités négligées ne sont pas forcément dissimulées, elles peuvent aussi être « déjà devant nous, étalé[es] sous nos yeux »40, et ne figurant pas parmi ce qui importe. Venir à bout de ces imperceptibilités suppose alors une attention spécifique à la grandeur non visible des choses et des gens, à l’enfouissement de l’important dans notre vie ordinaire. Le contact quotidien obligé avec ce qui ne compte pas affûte une attention toute particulière, et un souci, pour celui-ci.

  • 41 Arlie Hochschild, The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of C (...)
  • 42 Ibid., p. 110.
  • 43 Patricia Paperman et Pascale Molinier éd., Contre l’indifférence des privilégiés. À quoi sert le c (...)

37Une réflexion sur l’existence de « règles de sentiments », c’est-à-dire d’attentes sociales touchant aux sentiments liés à une définition conventionnelle d’une situation, révélées par Arlie Hochschild dans The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling, permet de préciser encore les modalités de la distribution genrée de la sollicitude. Dans cet ouvrage, la sociologue a mis en évidence que les individus sont capables de travail émotionnel, effectué en réponse à l’obligation d’ajuster leurs sentiments à la situation, en en modifiant le degré ou la qualité. Ces règles de sentiments varient en fonction des groupes sociaux41. Hochschild a corrélativement démontré comment des interactions empathiques entre salariés et clients sont produites par certaines formes d’organisation du travail. Loin de faire l’objet d’un « oubli », l’empathie connaît selon elle dans le capitalisme contemporain des formes multiples d’instrumentalisation de ses usages42, qui reposent sur l’orientation du travail émotionnel des salariés. Ce travail émotionnel, s’il est réalisé aussi bien par les hommes que par les femmes dans certains métiers (la recherche empirique qui sert de soubassement à sa réflexion a été menée auprès du personnel de bord d’une compagnie aérienne), est bien plus fréquent et plus dense chez les femmes, notamment pour cette raison avancée par Hochschild que les femmes tendent à utiliser leurs sentiments comme des ressources car elles sont privées d’autres types de capitaux, symboliques ou matériels. Le lien entre structuration genrée des émotions et domination est encore resserré par la spécialisation des femmes dans le travail émotionnel qui affirme, augmente et célèbre le bien-être et le statut d’autrui. Transporter cette démonstration dans le cadre conceptuel de l’éthique du care permet de montrer comment un travail émotionnel sous-tend aussi les activités non rémunérées imparties aux femmes, et plus largement la satisfaction des attentes de rôles pesant sur les femmes en matière de sollicitude et d’attention aux besoins d’autrui, renforçant, dirigeant, voire suscitant certaines de leurs dispositions morales43.

  • 44 Nel Noddings, Caring. A Relational Approach to Ethics and Moral Education, ouvr. cité, p. 33.
  • 45 Dietmut Bubeck, Care, Justice and Gender, Oxford, Clarendon Press, 1995.
  • 46 Pour reprendre la définition de l’exploitation de Christine Delphy dans Pour une théorie générale (...)

38Enfin, a été mis au jour le rôle du souci des autres dans le mécanisme de domination de genre, dont il n’est donc pas que la trace ou le résultat ; il le conforte et le relaie. Nel Noddings insiste ainsi sur la vulnérabilité propre de la pourvoyeuse de care vis-à-vis de la personne dont elle s’occupe, dès lors qu’elle s’emploie véritablement à assurer son bien-être. Celle qui reconnaît la valeur éthique du care et choisit de vivre conformément à celui-ci fait l’expérience d’un véritable écrasement sous la responsabilité44 ; le travail de care qui structure profondément son rapport au monde et à tous ceux dont elle n’a pas la charge, a un lourd poids psychologique. Il réduit l’horizon des possibles autant que la capacité d’action. Dietmut Bubeck insiste de manière convergente sur le fait que seule la prise en considération de la disponibilité à l’autre dans sa texture affective est à même de rendre compte de la possibilité structurelle de l’exploitation de la pourvoyeuse de care. C’est précisément ce souci qui rend impossible l’abandon d’une tâche ou même la simple prise de distance vis-à-vis d’une personne, qui rend difficile le déclenchement d’un conflit. Et le problème est d’autant plus aigu qu’il s’agit d’un type d’engagement dont les pourvoyeuses de care reconnaissent elles-mêmes qu’il fait partie de leur travail45. En d’autres termes, des dispositions morales différenciées du point de vue du genre peuvent autant transformer une vulnérabilité émotionnelle en handicap social structurel que rendre les femmes qui les développent susceptibles d’exploitation, définie comme « extorsion de travail »46.

*

  • 47 On trouve également la très classique thèse de la socialisation différenciée. Ainsi Carol Gilligan (...)
  • 48 Joan Tronto, Moral Boundaries, ouvr. cité, p. 121.

39La faiblesse du souci des autres, la « froideur », si l’on revient à la notion adornienne, qui caractérise le rôle masculin fait l’objet de développements moins étoffés et moins nombreux au sein des théories du care. Elle est principalement expliquée au moyen de la thèse de « l’irresponsabilité du privilégié », ou de « l’indifférence du privilégié »47. Dans la distribution des responsabilités qui s’opère au sein d’une société, il existe deux possibilités de ne pas s’en voir attribuer, relève Joan Tronto : la première procède de phénomènes d’exclusion (certains sont privés a priori de toute possibilité de participer à cette distribution) ; la seconde, moins fréquemment analysée, réside dans la possibilité de s’exempter soi-même de cette participation, ce qu’elle nomme l’irresponsabilité du privilégié48. Selon celle-ci, certains s’accordent le droit de ne pas exécuter certaines tâches, non pas sur la base d’un privilège injustifiable, mais en affirmant qu’ils ont d’autres responsabilités sociales. L’absence ou l’inopérativité de certaines dispositions morales est donc interprétée moins dans les termes de l’incorporation d’une virilité qui passerait par un interdit des émotions morales que comme une négligence qui se pose en termes de liberté, comme une possibilité pour certains de négliger certains types d’épreuves auxquels ils ne sont pas confrontés.

  • 49 Joan Tronto, « Beyond gender differences to a theory of care », art. cité, p. 654.

40Et déléguant systématiquement les activités de care et les attitudes qui les accompagnent aux femmes (et à d’autres groupes subalternes), les membres des groupes dominants qui s’en exemptent peuvent entretenir la fiction de leur indépendance, ce qui concourt en retour au maintien des rapports de domination, en alimentant l’invisibilité ou en entretenant l’illusion d’une exceptionnalité des besoins de care49.

*

41L’exercice de la discussion conjointe de la réflexion d’Adorno et des éthiques du care invite donc à penser une fragilité des dispositions morales qui ne serait pas une exposition généralisée et nivelante au risque de « l’oubli », mais une distribution sociale simultanée de « l’oubli » des dispositions et des dispositions elles-mêmes – de certaines d’entre elles. La confrontation de ces théories fait signe vers l’idée de subjectivations différenciées en fonction du genre, radicalement distincte de la représentation de processus gradués de neutralisation d’émotions morales toujours déjà là. Mais il faut alors se garder de concevoir deux subjectivations parallèles et renversées, constituant des femmes admirables et des hommes blâmables. L’enjeu est bien plutôt d’envisager comment au sein d’une forme de vie qui institue une indifférence généralisée, une attention à autrui compartimentée, limitée à des modes et à des domaines susceptibles de produire du travail ou une consommation particulière, est impartie aux femmes. Mais encore faut-il, pour avancer cette thèse, vérifier l’acuité des outils mobilisés pour penser l’époque contemporaine. Car il se pourrait que les récentes mutations du capitalisme, comme celles de l’agencement des activités de care, rendent les deux ressources théoriques qui sont les nôtres dans cet essai inopérantes.

Froideur et souci des autres après le capitalisme tardif

  • 50 Aurélie Damamme et Patricia Paperman, « Care domestique : délimitations et transformations », Qu’e (...)

42Résultat de la « crise » du care, de multiples mouvements sont actuellement à l’œuvre dans l’organisation de celui-ci en Occident ; on observe tantôt une commercialisation du care – sa dévolution au marché – tantôt sa refamiliarisation accompagnée d’une marchandisation, par exemple par la réglementation de la possibilité de rémunérer les aidants familiaux ; ailleurs encore se succèdent des jeux de sortie et de réintroduction dans le domaine public de certaines tâches de soins et d’éducation. Mais ces recompositions ne troublent pas les bords du genre. Si elles débouchent fréquemment, pour chaque foyer, sur des arrangements complexes d’activités rémunérées et non rémunérées, les études montrent qu’elles supposent toujours un « responsable principal » qui est, dans l’écrasante majorité des cas, une femme50.

  • 51 Voir par exemple Ariane Pailhe, Anne Solaz, Entre famille et travail, des arrangements de couples (...)
  • 52 Pascale Molinier, Le travail du care, ouvr. cité, p. 172.

43De manière générale le désinvestissement maintenu des hommes vis-à-vis du travail domestique est bien documenté par la sociologie51, c’est d’ailleurs peut-être le seul aspect des inégalités de genre à propos duquel cette discipline constate une absence presque absolue de changement. Et si toutes les femmes ne sont plus assignées à ces activités, les responsabilités sont « réparties sur une échelle hiérarchisée entre des femmes »52.

  • 53 Caroline Ibos, « Du macrocosme au microcosme, du vaste monde à l’appartement parisien, la vie mora (...)

44Cette reconduction de la différence entre les hommes et les femmes ne concerne pas que le care en tant que labeur. Ainsi, à partir d’une enquête ethnographique sur un groupe de nounous originaires d’Abidjan à Paris et leurs employeurs, Caroline Ibos a mis en évidence comment s’élabore la plupart du temps dans l’espace domestique une relation entre deux femmes, nounou et employeuse, relation dont le conjoint s’affranchit d’emblée. Seule l’employeuse construit véritablement une relation humaine potentiellement difficile et conflictuelle avec l’employée du couple. D’une part, il résulte de cette relation à trois dont seules les partenaires féminines sont véritablement actrices que le statut social et la carrière du conjoint – qui passent par sa disponibilité professionnelle, l’impeccabilité du comportement de ses enfants, et le charme de son appartement – dépendent du travail de deux femmes53. D’autre part, le souci des autres dans les questionnements, les gênes et les ambiguïtés qu’il suscite reste une affaire largement féminine. En effet les questions des actes et des paroles à tenir pour maintenir un sens commun dans une relation socialement déséquilibrée et fréquemment historiquement chargée en raison d’un contexte postcolonial, sont des dilemmes que l’employeuse tranche seule.

*

45Le problème de la possible inactualité de la théorie du capitalisme d’Adorno doit également être examiné, et il appelle une réponse plus complexe. Des mutations et des ruptures, dont rendent compte des expressions telles que néocapitalisme, capitalisme post-fordiste, troisième âge du capitalisme, etc., ont indéniablement eu lieu depuis les années 1960. On peut évoquer, outre le fait que l’idée de planification bureaucratique et plus largement la place conférée par Adorno à l’État dans le fonctionnement du capitalisme semblent complètement dépassés, le déclin de la production industrielle (en tout cas dans le monde occidental), l’émergence de nouvelles technologies de l’information et la révolution numérique, ou encore la financiarisation du capital et une dynamique de privatisation et de commercialisation de ce qui était jusque-là considéré comme bien public, instituant une nouvelle étape de marchandisation du monde. Ces ruptures se sont traduites par de profondes transformations de l’organisation du travail, une mutation du management et un bouleversement du salariat (par exemple par la dissolution des frontières de la journée de travail) qui convergent pour organiser une mobilisation croissante de la subjectivité dans le travail.

46Il n’est pas possible de rouvrir, dans les limites de ce livre, le débat sur les phases du capitalisme. Mais il faut bien peser les conséquences possibles, pour notre réflexion sur la fragilité du souci des autres, de l’engagement psychique accru des salariés – hommes et femmes – dans le travail, du modelage des émotions qui semble le conditionner et du recours apparent à certaines ressources morales afin de faire réaliser certaines tâches et garantir certains comportements sur le lieu de travail.

La tentation du « capitalisme émotionnel »

47Une littérature abondante s’est en effet développée depuis une quinzaine d’années cherchant à prouver l’émergence d’une phase émotionnelle du capitalisme, qui ne requerrait plus la froideur, mais où l’accroissement de la plus-value dépendrait d’une mobilisation émotionnelle de la subjectivité de tous les travailleurs. La recomposition du monde du travail en champs de compétences et d’existences jetables, loin d’exiger une indifférence sans failles, se combinerait au contraire à la réalité de salariés développant une intense attention à autrui.

  • 54 L’expression est de Stéphane Haber, dans « La puissance du commun », La vie des idées, 31 mars 201 (...)
  • 55 Michael Hardt, Antonio Negri, Multitude : guerre et démocratie à l’âge de l’Empire, Paris, La Déco (...)
  • 56 Ibid., p. 137.

48Ainsi Michael Hardt et Antonio Negri défendent-ils l’idée, au fil de leurs travaux communs, et tout particulièrement lorsqu’ils définissent la « multitude », que le mode de production immatériel qui caractérise notre époque rend très difficile de distinguer production de marchandises et production sociale de subjectivités, subjectivités qui ont chacune leur singularité. Et au lieu de soustraire le travailleur à la sociabilité pour le diriger vers la matière morte, le capitalisme contemporain l’installerait dans une « intersubjectivité vive »54, traversée d’affects, ce que traduit empiriquement l’importance actuelle des emplois voués aux relations humaines de soin, d’entretien et d’éducation. Le travail immatériel, « une forme de travail qui crée des produits immatériels, tels que du savoir, de l’information, de la communication, des relations, ou encore des réactions émotionnelles »55, s’appuierait lui-même presque toujours sur un « travail affectif », un travail qui suppose de susciter ou de manipuler chez autrui des affects tels que le sentiment d’aise, la satisfaction, la passion. Or ce travail affectif ne produit rien moins que des relations sociales et des formes de vie56. C’est la raison pour laquelle il est doté par les deux auteurs d’un potentiel de transformation positive ; dans sa logique même, le travail immatériel, qui met continuellement en œuvre de nouvelles collaborations entre des subjectivités toujours singulières, offre les bases d’un pouvoir constituant confié à la « multitude ». Un tel horizon d’émancipation est posé par Hardt et Negri sur la base du diagnostic que ce travail immatériel, dont le modèle proscrit le sujet indifférent et désengagé observé par Adorno, est devenu hégémonique du point de vue qualitatif, c’est-à-dire qu’il a désormais imposé ses tendances aux autres formes de travail, notamment au travail industriel.

  • 57 Axel Honneth, La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 200 (...)

49Il peut également être mis en évidence que la financiarisation du capitalisme et la détérioration des conditions de travail entraînée par ses formes de management, dans leur tendance à exiger sans limites des compétences subjectives, estompent les frontières entre la sphère privée et la sphère publique professionnelle, mais aussi entre agir stratégique et orientation vers autrui. Comme l’a souligné Axel Honneth, « on n’attend plus seulement d’un “entrepreneur de lui-même” un accomplissement approprié d’une tâche en fonction de standards de production donnés extérieurement, mais aussi une disponibilité à atteindre des objectifs, fixés plus ou moins sous sa propre responsabilité, par la mobilisation de ressources et de compétences communicationnelles et émotionnelles »57.

  • 58 Alexis Cukier, Pouvoir et empathie : philosophie sociale, psychologie et théorie politique, thèse (...)

50Il est aussi possible de mettre au jour des usages restreints et standardisés de l’empathie, à la manière dont Alexis Cukier cerne une inégale distribution de la quantité, de la qualité et des usages de l’empathie dans l’espace social, sous le nom de dyspathie. L’organisation du travail rend certains usages de l’empathie impossibles (engendrant par exemple un détachement par rapport au sort de certains collègues), et en même temps, s’appuie sur celle-ci en en orientant les usages qui restent autorisés, par exemple en la concentrant sur certaines propriétés des autres individus et des autres groupes. Le capitalisme contemporain, loin de reposer sur l’impossibilisation de l’attention à autrui, attirerait l’empathie vers la coopération avec les supérieurs hiérarchiques plutôt qu’avec les pairs. En même temps, il l’enrôlerait dans les entreprises de pacification et de prévention des conflits58.

  • 59 Eva Illouz, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006, p. 18-19.
  • 60 Eva Illouz, Saving the Modern Soul. Therapy, Emotions, and the Culture of Self-Help, Berkeley, Uni (...)
  • 61 Eva Illouz, Les sentiments du capitalisme, ouvr. cité, p. 48.

51Dans une veine plus systématique, Eva Illouz, dans Les sentiments du capitalisme, définit la forme actuelle du capitalisme comme « capitalisme émotionnel », qu’elle comprend comme « une culture dans laquelle les pratiques et les discours émotionnels et économiques s’influencent mutuellement, aboutissant ainsi à un vaste mouvement dans lequel les affects deviennent une composante essentielle du comportement économique et dans laquelle la vie émotionnelle – en particulier celle des classes moyennes – obéit à la logique des relations et des échanges économiques »59. L’enquête d’Eva Illouz diverge de toute façon dès le départ du diagnostic établi par Adorno, car pour elle le monde du travail capitaliste, loin d’être dénué d’émotions, a toujours été saturé d’affects commandés par un impératif de coopération60. Elle s’emploie à dégager une mutation amorcée il y a une trentaine d’années : sous le nom d’intelligence émotionnelle, l’empathie a été progressivement considérée comme une « compétence professionnelle »61, car elle annonce une capacité à forger et à maintenir des relations sociales. À ce titre, elle a été instituée en critère de l’évaluation des salariés dans l’entreprise. Et le phénomène déborde sur les relations entre proches ; non seulement les émotions qui tissent la sphère intime sont ajustées à cette compétence, mais le marché fournit les catégories dans lesquelles se conçoit et se manifeste l’affectivité en général. Le souci des autres semble donc constituer un rouage majeur du fonctionnement du monde du travail, du marché et des rapports sociaux au sein du capitalisme.

Contre-arguments

  • 62 Christophe Dejours, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 63 Eva Illouz, Saving the Modern Soul, ouvr. cité, p. 82.

52Face à cette montée en puissance de la thématique de l’entremêlement de la culture des dispositions morales et de l’épanouissement du capitalisme contemporain, il nous paraît d’abord nécessaire de souligner que si le capitalisme opère certainement aujourd’hui par une instrumentalisation et une orientation des affects – de certains d’entre eux, dans certaines circonstances et à certaines fins –, cela n’implique qu’une révision partielle du diagnostic d’Adorno. C’est ce qu’indiquent sans ambiguïtés les travaux de Christophe Dejours, qui montrent comment un contexte d’épreuves et d’évaluations permanentes créé par de nouvelles techniques de management a permis la généralisation dans le monde du travail d’une participation docile au « sale boulot », c’est-à-dire à la fabrication de l’injustice sociale, et d’une insensibilité à la souffrance d’autrui62. Ces techniques trouvent un complément efficace dans l’équivalence posée entre virilité et capacité à infliger une violence à autrui, tandis que l’indifférence devient l’indice d’une force de caractère et d’un sens des responsabilités collectives. De même, la « vitalité morale » (moral fitness) du leader que les psychologues ont établie comme une compétence émotionnelle, si l’on en croit Eva Illouz, comprend autant une empathie et une attitude amicale visant à démontrer sa capacité à coopérer avec autrui, qu’une maîtrise de soi mise en œuvre au moyen d’une distance vis-à-vis d’autrui63.

53Plus fondamentalement encore, il convient de défendre l’argument suivant. Effectuer un travail émotionnel destiné à augmenter l’intensité de ma coopération et à me prouver capable d’inspirer de la confiance et de comprendre les besoins des membres de mon équipe suppose sans doute de puiser dans un type de savoir moral semblable à celui qui sous-tend le souci des autres. Néanmoins, dès lors que ce souci est défini autant comme une disposition que comme une réponse, comme une attention aux besoins et à la souffrance d’autrui qui est inséparable de l’action qui cherche à y mettre fin, l’avènement d’une ère émotionnelle du capitalisme – quand bien même l’affect envisagé incite-t-il à se mettre à la place d’autrui – ne suffit pas à prouver, bien au contraire, la fin de l’indifférence généralisée au sein de la forme de vie capitaliste.

  • 64 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 75.
  • 65 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, p. 359.

54Par ailleurs, les travaux contemporains se focalisent sur la mobilisation de sentiments moraux dans les relations sur le lieu de travail, et en particulier dans l’entreprise, et sur la manière dont le savoir-faire auquel elle donne lieu infecte les relations intimes. En d’autres termes, parmi les éléments causaux isolés par Adorno pour expliquer le règne de la froideur, les différents travaux cités ici n’abordent que la conservation de soi. Ils mettent en effet en évidence, par leurs descriptions d’une phase du capitalisme caractérisé par une certaine indistinction de l’agir instrumental et de l’attention à autrui, une mutation de ce qu’Adorno et Horkheimer ont nommé le choix constitutif de la société bourgeoise – duper ou périr64. Celui-ci est sans cesse opéré d’une manière qui mobilise désormais, en contradiction avec l’analyse d’Adorno, des affects, et parmi eux des formes d’empathie. Les autres dimensions explorées par Adorno afin d’éclairer la forme de vie capitaliste, la fantasmagorie et le fétichisme, l’atrophie de l’expérience, la commensurabilité et l’interchangeabilité, ne sont pas interrogées, ni même abordées par les tenants de la thèse du capitalisme émotionnel. Or rien ne permet d’affirmer, et certainement pas la prolifération actuelle des biens immatériels, qu’il n’y aurait plus de fétichisme au sens d’un envoûtement qui dissimule les traces du travail humain qui a permis la venue à l’existence de la marchandise, et avec elles l’accumulation du capital. De même, l’expérience vécue, au sens de l’expérience agencée par des phénomènes de remémoration et d’attente qui permettent de se confronter à tous les aspects d’une chose ou d’un événement, est sans doute autant mutilée par la texture numérique de nos guerres qu’elle ne l’était par leur fureur technique. La pure succession d’expériences instantanées ne laissant aucune trace, qui a pris la place de l’Erfahrung, a été récemment documentée par Hartmut Rosa dans Accélération. Son livre décrit une situation, la nôtre, dans laquelle les expériences « n’ont plus de force cohésive pour les attentes », une ère contemporaine caractérisée par une accélération sociale telle que, sur le plan individuel comme sur le plan collectif, « le lien entre le passé le présent et l’avenir est rompu au point que les espaces supposés autonomes de l’action transformatrice se transforment en un espace critique d’immobilité fataliste »65. Quant à la liquidation du particulier opérée selon Adorno au sein de la forme échange, elle se diffracte sans fin. La commensurabilité généralisée est redoublée et raffinée par la multitude des phénomènes d’évaluation qui fleurissent dans et hors de l’entreprise, tandis que le fétiche de la généralité au sein des sciences sociales et leur fascination pour leur propre œuvre de quantification sont désormais sans reste.

55À bien y regarder, le diagnostic adornien d’une froideur généralisée n’est donc pas invalidé par le foisonnement de travaux sur la mobilisation de certaines dispositions morales par le capitalisme contemporain ; ce qui se donne plutôt à voir, c’est une mutation de l’un des ressorts de l’indifférence à autrui identifiés par Adorno : l’imposition permanente de la logique de la conservation de soi, laquelle se révèle susceptible de se nourrir de formes d’attention à autrui.

*

56Enfin, quand bien même la thèse d’une porosité des frontières entre souci des autres et impératifs du capitalisme serait partiellement vraie, elle n’invaliderait en rien le principe d’une distribution inégale et genrée de certaines dispositions morales.

  • 66 Eva Illouz, Saving the Modern Soul, ouvr. cité, p. 15.
  • 67 Ibid., p. 150.

57Dans Saving the Modern Soul, Eva Illouz soutient qu’au cours du mouvement du capitalisme qu’elle a discerné dans ses ouvrages précédents, les distinctions de genre ont perdu de leur virulence, à tel point qu’elle parle d’une « androgénisation » des conduites émotionnelles66. La figure du manager empathique serait venue à bout de l’impératif masculinisé de comportement froid et rationnel, ce qui amène Illouz à conclure que les oppositions symboliques entre attributs féminins et attributs masculins se sont étiolées dans le monde professionnel. Elle évoque même une nouvelle stratification émotionnelle : la ligne de fracture ne passerait plus entre les hommes et les femmes mais entre la classe moyenne et les classes populaires, la compétence émotionnelle marquant l’appartenance à un groupe éduqué et largement mondialisé67.

58Il apparaît pourtant que les femmes sont toujours incitées à cultiver un surplus de sentiments moraux, et ce quelle que soit la classe sociale à laquelle elles appartiennent, surplus qui assure toujours la réalisation d’un travail non rémunéré, mais sous-tend aussi l’essor d’une consommation « éthique ».

  • 68 Ueno Chizuko a ainsi mis en lumière l’opposition active des femmes japonaises à la rémunération de (...)
  • 69 « Il faut cesser de définir l’exploitation comme un solde monétaire. » Christine Delphy, Pour une (...)

59C’est ce que prouvent sans équivoque les recherches mentionnées plus haut sur la trajectoire immobile de la distribution des activités de care. L’élément émotionnel de celui-ci est fondamental, d’abord dans la mesure où sa réalisation, son succès, son ajustement à la concrétude de la situation et à la particularité des besoins pris en charge dépendent d’une forme de souci. Surtout, la disposition morale est le gage du désintéressement de la personne qui prend soin d’une autre. Et c’est précisément cela qui concourt à la valeur de ce soin – parce que c’est ce qui échappe à la quantification du temps salarié, ou bien parce que son dédommagement même apparaît contraire à sa finalité68. En ce sens c’est le souci des autres proprement dit qui permet une appropriation du travail des femmes, ou bien une forme d’exploitation, si, comme y appelle Christine Delphy, on renonce à observer l’exploitation sous l’angle exclusif de la plus-value, qui ne couvre que le cas particulier du salariat69. L’appropriation n’est pas qu’un événement fondateur du capitalisme, elle constitue un flux permanent, et l’un de ses rouages est un sentiment moral, imparti principalement aux femmes. Il permet l’accumulation de valeur (laquelle ne repose pas seulement sur la soustraction valeur produite moins salaire versé, mais relève d’une logique plus large de l’usurpation), tout en assurant les conditions de possibilité du marché, la perpétuation du tissu social, la reproduction de sujets définis par des besoins corporels.

  • 70 Voir par exemple « Comment consomment les hommes et les femmes », Rapport du CREDOC, no 209, décem (...)
  • 71 Roberta Hawkins, « Shopping to save lives : gender and environment theories meet ethical consumpti (...)
  • 72 Jingzhi Shang, John Peloza, « Can real men consume ethically ? How ethical consumption leads to un (...)

60Le surplus genré de dispositions morales étaye également de nouveaux marchés par le truchement du développement d’une consommation « éthique », d’un commerce « équitable », d’achats « responsables ». Le rôle des femmes dans le succès de ce nouveau ressort du capitalisme, qui active un souci pour la nature dont Adorno aussi bien que les éthiques du care postulent le lien intrinsèque au souci des autres, est illustré par de nombreuses études70. Les femmes constituent les premières acheteuses et les cibles privilégiées du marketing de cette forme de commerce, et en particulier du cause marketing, ces campagnes qui associent entreprises et associations caritatives dans la promotion simultanée d’une cause sociale ou environnementale et d’une marchandise (par exemple par le fait qu’une partie du prix d’achat de chaque produit vendu est reversé à l’association)71. Symétriquement, les sciences sociales ont objectivé les stratégies déployées par les hommes qui pratiquent la consommation éthique, afin d’éviter que leur identité de genre s’en trouve menacée, stratégies qui comportent notamment une rationalisation de ce mode de consommation72. Sous ce mode aussi, capitalisme et ordre du genre s’étayent mutuellement au moyen du souci des autres.

*

61La thèse esquissée plus haut d’une subjectivation morale différenciée du point de vue du genre sort donc affermie de sa confrontation avec les évolutions récentes du capitalisme et de l’organisation du care. Elle donne à voir la fabrication de sujets inattentifs, « oubliant » sans cesse les expériences qui sont faites de la souffrance et de la polymorphie d’autrui. Chez certains d’entre eux, des sujets féminins, est suturée à cette froideur fondamentale une disposition pour le care, une disposition limitée aux formes dans lesquelles elle s’avère précieuse pour le marché – dans ses conditions de possibilité comme dans ses échanges concrets. Le souci d’autrui, en se révélant compatible, dans sa distribution genrée, avec le capitalisme, oblige à envisager une réalité qu’a omis Adorno : la commensurabilité généralisée n’est pas l’autre de l’incommensurabilité ou de la singularité, car elle peut se nourrir de celle-ci. Autrement dit le capitalisme peut se consolider à force d’incommensurabilité et de singularité, celle qui émerge d’un souci d’un autrui particulier, d’une attention à ses besoins uniques, à sa souffrance propre, singularité qui pourtant se dissout dans le procès. Mais cette consolidation repose sur un cantonnement du souci à des tâches, des sphères et un genre bien délimités.

*

  • 73 Slavoj Zizek, Le sujet qui fâche, Paris, Flammarion, 2007, p. 345.

62À bien y regarder, il n’y a pas simplement absence de contradiction entre une froideur généralisée et certaines formes d’attention à autrui, absence de contradiction qui a des manifestations non genrées, comme une réalité genrée ; il nous paraît possible de soutenir que l’inaffection est précisément permise, ou en tout cas renforcée par ces formes limitées d’empressement vis-à-vis d’autrui. Car il faut relever que la froideur ne peut plus s’énoncer ni s’assumer. La subjectivation morale que nous avons décrite est aujourd’hui parée, chez les hommes comme chez les femmes, d’une rhétorique du care et du sentiment. C’est ce qu’illustrent les vagues de « solidarité » qui submergent les réseaux sociaux sans jamais en sortir, et structurent les expositions de soi sur Internet à des fins de reconnaissance. Et c’est ce que trahit la mise en avant, parmi les compétences nécessaires du management, d’une capacité à se mettre à la place d’autrui alors même que la relation salariale est complètement modelée par l’impératif de la conservation de soi et de l’oubli d’autrui. Par-delà une explication par le cours de l’Histoire, l’apparition de cette rhétorique que n’a pu observer Adorno nous paraît relever de ce qu’a décrit Žižek à propos de l’interpellation comme forme de subjectivation, qui réussit précisément en ce que le sujet interpelé se perçoit comme étant pleinement une personne humaine. Žižek nous rappelle en effet que lorsque quelqu’un dit : je suis reconnu pour telle place que j’occupe dans le monde social, mais attention, je ne suis pas que ça, je suis bien davantage encore – quand un sujet tient ce discours sur lui-même, il ne faut pas y voir un témoignage de l’échec de l’interpellation, mais au contraire le plus sûr indice de sa plus complète réussite73. C’est précisément parce que je me montre et suis reconnu comme attentif aux besoins d’autrui que ma subjectivation « froide » est pleinement réussie.

Notes

1 Theodor W. Adorno, Modèles critiques, ouvr. cité, p. 243.

2 Nancy Fraser, « Behind Marx’s hidden abode. For an expanded conception of capitalism », art. cité.

3 Ueno Chizuko, « From labor of love to care work », communication orale, Workshop « The meaning of care in different traditions », Doshisha University, Kyoto, 14 mars 2016.

4 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 273.

5 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 93.

6 Lettre de Theodor W. Adorno à Erich Fromm, 16 novembre 1937, dans Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechseln IV, 1, 1927-1937, Francfort, Suhrkamp, 2003, p. 543.

7 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 209.

8 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 93.

9 Jessica Benjamin, « Authority and family revisited or a world without fathers », New German Critique, no 13, 1978, p. 35-57, en particulier p. 51-57. Elle emprunte elle-même l’expression à Alexander Mitscherlich. Voir aussi Jessica Benjamin, « The end of internalization », art. cité.

10 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 19.

11 Ibid., p. 90.

12 Ibid., p. 93.

13 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 271.

14 Ibid., p. 119.

15 Ibid., p. 84.

16 Ibid., p. 270. Nous soulignons.

17 Lettre de Theodor W. Adorno à Erich Fromm, 16 novembre 1937, dans Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechseln IV, 1, 1927-1937, ouvr. cité, p. 539-545.

18 Ibid., p. 545.

19 Ibid., p. 542. Nous soulignons.

20 Theodor W. Adorno, Prismes, ouvr. cité, p. 67.

21 Ibid.

22 Lettre de Theodor W. Adorno à Erich Fromm, 16 novembre 1937, dans Theodor W. Adorno, Briefe und Briefwechseln IV, 1, 1927-1937, ouvr. cité, p. 543.

23 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 86.

24 Voir par exemple Inge van Nistelrooij, « Self-sacrifice and self-affirmation within care-giving », Medecine, Health Care and Philosophy, vol. 17, no 4, 2014, p. 519-528.

25 Theodor W. Adorno, Minima Moralia, ouvr. cité, p. 88-89.

26 Ibid., p. 90.

27 Max Horkheimer « Authority and the family today », The Family : Its Function and Destiny, Ruth Anshen éd., New York, Harper and Brothers, 1949, p. 359-374.

28 Dans la grande étude qu’il a dirigée sur La personnalité autoritaire, publiée en 1950, Adorno n’aborde quasiment pas la question du genre dans les chapitres qu’il rédige. Il revient à Else Frenkel-Brunswik, une psychanalyste, de mettre en évidence une corrélation entre des images stéréotypées de la masculinité et de la féminité et la rigidité et le conformisme qui constituent le terreau sur lequel peut se développer le fascisme. Selon celle-ci, la masculinité préfasciste se caractérise par le fait de s’enorgueillir de traits comme l’énergie, l’indépendance et la volonté de puissance et de ne pas supporter la passivité. Quant aux femmes présentant un caractère autoritaire, elles affichent une pseudo-féminité : tout en se pensant comme douces et féminines, elles manifestent une violente agressivité à l’égard des hommes (Theodor W. Adorno, Else Frenkel-Brunswik, Daniel J. Levinson et Nevitt Sanford, The Authoritarian Personality. Studies in Prejudice Series, New York, Harper & Brothers, 1950, chapitres X, XI et XII, et particulièrement p. 428 et suivantes. Seuls les chapitres de l’étude qui ont été écrits par Adorno lui-même sont publiés dans la traduction française de The Authoritarian Personality, Études sur la personnalité autoritaire, Paris, Allia, 2007).

29 Theodor W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, ouvr. cité, p. 298.

30 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 272.

31 Theodor W. Adorno, Modèles critiques, ouvr. cité, p. 330.

32 Luce Irigaray, « Mères et filles vues par Luce Irigaray. Entretien », Libération, 21 mai 1979.

33 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 271-272.

34 ibid., p. 273.

35 Parmi celles-ci, certaines ont versé dans une approche essentialiste de cette répartition. Nous n’examinerons pas leurs travaux ici.

36 Joan Tronto, Moral Boundaries, ouvr. cité, p. 103.

37 Carol Gilligan, Une voix différente : pour une éthique du care, Paris, Flammarion (Champs), 2008, p. 117.

38 Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, « Introduction », Qu’est-ce que le care ?, Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman éd., Paris, Payot, 2010, p. 14.

39 Penelope Deutscher, « Reproduction précaire », Les cahiers du genre, no 58, 2015, p. 41-67.

40 Sandra Laugier, « Le sujet du care », Qu’est-ce que le care ?, Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman éd., ouvr. cité, p. 187.

41 Arlie Hochschild, The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of California Press, 1983, p. 56.

42 Ibid., p. 110.

43 Patricia Paperman et Pascale Molinier éd., Contre l’indifférence des privilégiés. À quoi sert le care ?, Paris, Payot, 2013.

44 Nel Noddings, Caring. A Relational Approach to Ethics and Moral Education, ouvr. cité, p. 33.

45 Dietmut Bubeck, Care, Justice and Gender, Oxford, Clarendon Press, 1995.

46 Pour reprendre la définition de l’exploitation de Christine Delphy dans Pour une théorie générale de l’exploitation. L’extorsion du travail non libre, Paris, Syllepse, 2015.

47 On trouve également la très classique thèse de la socialisation différenciée. Ainsi Carol Gilligan a récemment défendu l’idée d’un déploiement, par le régime patriarcal, d’une socialisation masculine sécrétant une impossibilité de se penser en relation, et donc d’éprouver la responsabilité que les relations suscitent. Avec elle l’empathie et la capacité à coopérer sont atrophiées (Carol Gilligan, « Résister à l’injustice : une éthique féministe du care », Contre l’indifférence des privilégiés, Patricia Paperman et Pascale Molinier éd., ouvr. cité, p. 35-67).

48 Joan Tronto, Moral Boundaries, ouvr. cité, p. 121.

49 Joan Tronto, « Beyond gender differences to a theory of care », art. cité, p. 654.

50 Aurélie Damamme et Patricia Paperman, « Care domestique : délimitations et transformations », Qu’est-ce que le care ?, Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman éd., ouvr. cité, p. 133-157.

51 Voir par exemple Ariane Pailhe, Anne Solaz, Entre famille et travail, des arrangements de couples aux pratiques des employeurs, Paris, La Découverte, 2009 ; Dominique Méda, « Pourquoi et comment mettre en œuvre un modèle à deux apporteurs de revenus/deux pourvoyeurs de soins ? », Revue française de socio-économie, no 2, 2008, p. 119-139.

52 Pascale Molinier, Le travail du care, ouvr. cité, p. 172.

53 Caroline Ibos, « Du macrocosme au microcosme, du vaste monde à l’appartement parisien, la vie morale de la Nounou », Multitudes, no 37-38, 2009, p. 127.

54 L’expression est de Stéphane Haber, dans « La puissance du commun », La vie des idées, 31 mars 2010. En ligne : [http://www.laviedesidees.fr/La-puissance-du-commun.html] (consulté le 27 septembre 2017).

55 Michael Hardt, Antonio Negri, Multitude : guerre et démocratie à l’âge de l’Empire, Paris, La Découverte, 2004, p. 134-135.

56 Ibid., p. 137.

57 Axel Honneth, La société du mépris : vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 2006, p. 290-291.

58 Alexis Cukier, Pouvoir et empathie : philosophie sociale, psychologie et théorie politique, thèse de philosophie, Université de Paris-Ouest Nanterre, 2014, en particulier p. 375-411.

59 Eva Illouz, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006, p. 18-19.

60 Eva Illouz, Saving the Modern Soul. Therapy, Emotions, and the Culture of Self-Help, Berkeley, University of California Press, 2008, p. 81.

61 Eva Illouz, Les sentiments du capitalisme, ouvr. cité, p. 48.

62 Christophe Dejours, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil, 1998.

63 Eva Illouz, Saving the Modern Soul, ouvr. cité, p. 82.

64 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, ouvr. cité, p. 75.

65 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, p. 359.

66 Eva Illouz, Saving the Modern Soul, ouvr. cité, p. 15.

67 Ibid., p. 150.

68 Ueno Chizuko a ainsi mis en lumière l’opposition active des femmes japonaises à la rémunération de leur travail de care sur la base de la conviction qu’il s’agit d’un travail inestimable, réalisé par amour. « From labor of love to care work », communication orale, Workshop « The meaning of care in different traditions », Doshisha University, Kyoto, 14 mars 2016.

69 « Il faut cesser de définir l’exploitation comme un solde monétaire. » Christine Delphy, Pour une théorie générale de l’exploitation, ouvr. cité, p. 104.

70 Voir par exemple « Comment consomment les hommes et les femmes », Rapport du CREDOC, no 209, décembre 2013.

71 Roberta Hawkins, « Shopping to save lives : gender and environment theories meet ethical consumption », Geoforum, vol. 43, no 4, 2012, p. 750-759.

72 Jingzhi Shang, John Peloza, « Can real men consume ethically ? How ethical consumption leads to unintended observer inferences », Journal of Business Ethics, mars 2015, p. 1-17.

73 Slavoj Zizek, Le sujet qui fâche, Paris, Flammarion, 2007, p. 345.

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site