Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Les vents actifs dans la Tunisie centrale

Jmaïel El Hajri

Texte intégral

1Dans un milieu naturel aussi fragile que celui de la Tunisie centrale, les vents constituent un facteur climatique agressif. Cette agressivité se traduit par la forte déflation exercée sur un sol souvent dénudé et ameubli, et par le charriage du matériel, ce qui constitue une forme de désertification, et par conséquent de déséquilibre du milieu. Elle se traduit aussi par l’accentuation de l’évaporation et par suite l’accentuation de l’aridité. C’est dans ce contexte que l’étude des vents paraît intéressante. Le choix du seuil critique, au-delà duquel un vent devient efficace, s’avère primordial. Nous considérons ici un vent actif tout vent dont la vitesse dépasse 3 m / s (Khattali, 1983) avec des sous-classes correspondantes à des vents actifs forts (3 à 7 m / s), et des vents actifs très forts (supérieur ou égal à 7 m / s). Nous avons retenu six stations bien réparties géographiquement (figure 1) et avec des sites différents (tableau 1). Nous avons utilisé des séries de mesures du vent tri-horaires fournies par l’Institut national de la météorologie (INM), couvrant la période allant de 1981 à 1997 pour l’analyse des régimes moyens, et de 1970 à 1997 pour l’analyse fréquentielle. Cette analyse est menée aux échelles annuelle, saisonnière et mensuelle.

1. Les régimes moyens des vents actifs

Les régimes annuels

2Les roses des vents annuelles (figure 2) montrent de multiples spécificités propres à chacune des stations. À Thala, les vents actifs dominants soufflent du secteur nord à nord-ouest. Les vents actifs très forts sont presque aussi fréquents que les vents forts. Les vents actifs venant des secteurs sud-est à ouest/sud-ouest sont non négligeables. À Gafsa, le secteur de nord/nord est à est/nord-est est privilégié. Les vents actifs très forts viennent essentiellement de ce secteur. À Kairouan, la rose des vents rappelle globalement celle de Gafsa, avec cependant une fréquence moins importante des vents forts et une fréquence négligeable des vents très forts. À Monastir, Sfax et Sidi Bouzid, les roses des vents annuelles prennent une forme presque circulaire. En outre, dans les trois stations, les vents forts peuvent venir de toutes les directions, mais avec une fréquence légèrement plus marquée pour les secteurs nord et est à Monastir et à Sfax. Ajoutons que les vents actifs très forts sont assez fréquents à Monastir, mais ils sont négligeables à Sfax et Sidi Bouzid. Ce constat établi nous permet de dégager les remarques suivantes :

  • Les roses des vents annuelles peuvent être classées en deux groupes : le groupe des roses multidirectionnelles (Monastir, Sfax et Sidi Bouzid) et le groupe des roses bidirectionnelles (Thala) et tri-directionnelles (Gafsa et Kairouan).
  • L’hétérogénéité des régimes des vents est dictée par la position géographique de chaque station, la proximité par rapport à la mer, l’aspect topographique et l’altitude (tableau 1).

Figure 1.
Localisation géographique des stations d’étude.

Tableau 1.
Description des sites des stations utilisées.

Les régimes saisonniers

3La répartition des vents actifs est variable d’une saison à une autre (figure 3). D’après la figure 3, nous pouvons dégager les remarques suivantes :

  • Pendant l’automne, la composante nord (nord, nord-ouest, nord-nord/ouest, nord-est, nord/nord-est) l’emporte nettement sur les autres directions pour les stations de Thala, Monastir, Gafsa et Kairouan. À Sidi Bouzid, c’est le secteur sud (sud, sud/sud-ouest, ouest/sud-ouest) qui domine. Quant à Sfax, la direction est l’emporte nettement.
  • Pendant l’hiver, le schéma est presque identique pour Thala, Gafsa et Monastir. Cette dernière connaît néanmoins un renforcement de la direction ouest au détriment de celle de l’est. La direction des vents à Sfax connaît pendant cette saison un changement de 180° par rapport à l’automne : l’ouest devient la direction la plus dominante pour les vents actifs. À Kairouan, le secteur nord devient plus individualisé. En revanche, à Sidi Bouzid, ce sont l’ouest/sud-ouest et le nord-ouest qui l’emportent.
  • Le printemps est marqué par l’importance de la composante nord, surtout pour les stations de Thala, Gafsa, Kairouan, Monastir et Sidi Bouzid. En outre, la direction est revêt la même importance pour les deux dernières stations. Cette direction devient la plus dominante à Sfax.
  • La même importance de la composante nord persiste en été pour les stations de Thala, Gafsa et Kairouan. À Thala, la direction sud/sud-est vient en deuxième position. La direction est domine encore non seulement à Sfax, mais aussi à Monastir et Sidi Bouzid.

4L’analyse des régimes saisonniers met ainsi en évidence l’ambiguïté de la notion de « saisons des vents actifs », surtout pour les stations de Gafsa et Thala (figures 4 et 5). Gafsa, à cause d’un relief environnant (existence des chaînes de montagnes d’Orbata et Biada à l’est et de Ben Younes et Esseta à l’ouest) demeure exposée d’abord aux vents de nord-est, ensuite aux vents de sud-est toute l’année. Thala, par sa position altitudinale, reste exposée principalement aux vents actifs venant du nord-ouest et nord / nord-ouest.

Figure 2.
Moyennes annuelles des vents : 1981-1997 (direction et vitesse).

2. Analyse fréquentielle des vents actifs

Fréquence annuelle

5Deux situations apparaissent à la lecture du tableau 2 ci-dessous. D’une part, dans les six stations considérées, les vents actifs constituent 44 à 85 % des cas ; ils sont donc dominants. D’autre part, les vents très forts sont très fréquents à Thala (40 % des cas) et à Monastir (24 % des cas). La Tunisie centrale peut donc être considérée comme une région ventée où les vents actifs sont fréquents (tableau 2).

Tableau 2.
Fréquence des vents actifs.

Fréquence saisonnière

6La fréquence des vents actifs est variable d’une saison à une autre et d’une station à une autre (tableau 2). Ces vents sont plus fréquents en hiver et au printemps pour Thala, en été pour Gafsa et Kairouan, et au printemps pour Monastir, Sidi Bouzid et Sfax. Pendant toutes les saisons, Thala reste la station la plus ventée. D’ailleurs, la fréquence des vents actifs très forts dépasse en hiver et au printemps celle des autres sous-classes. En hiver, plus de 50 % des vents enregistrés à Thala dépassent 7 m/s. Ce taux est de l’ordre de 45 % au printemps, 35 % en automne et 29 % en été. À Monastir, ce taux est aussi important. Il représente 28 % au printemps, 24 % en hiver, 22 % en été et 21 % en automne. Pour les autres stations, ce taux reste faible surtout pour la station du Kairouan.

Figure 3.
Moyennes saisonnières des vents : 1981-1997 (direction et vitesse).

Figure 4.
La direction mensuelle la plus dominante des vents actifs période 1970-1997.

Figure 5.
La direction mensuelle la plus dominante des vents actifs période 1970-1997.

Fréquence mensuelle

7À l’échelle mensuelle, les mois les plus ventés sont avril à Thala et à Monastir, et juin pour les autres stations (tableau 3). À Thala, dans 90 % des cas, les vents dépassent 3m/s. Ce taux s’élève à 81 % à Monastir. Pendant le mois de juin à Gafsa 77 % des vents sont actifs. Ce taux est de l’ordre de 68 % à Sfax, 63 % à Sidi Bouzid et 55 % à Kairouan durant le même mois. Les mois qui enregistrent la fréquence la plus faible des vents actifs sont septembre pour Thala, novembre pour Kairouan, Sidi Bouzid, Monastir et Sfax et décembre pour Gafsa. Les mois les plus ventés restent essentiellement les mois du printemps. À Thala, les vents actifs très forts dépassent même en fréquence, les vents forts du mois de novembre jusqu’au mois d’avril (51,27 % des cas en février à Thala).

8La notion de vent actif ne peut se résumer qu’à des aspects quantitatifs. Décomposer la force d’action du vent, suivant des seuils clairement identifiés est une démarche nécessaire. L’étape suivante consiste à déterminer si les seuils pertinents pour l’action d’érosion éolienne sont également valables pour comprendre les mécanismes qui stimulent l’évapotranspiration. Pour les bilans de l’eau, un vent sec n’a pas la même efficacité qu’un vent humide. Par ailleurs, la périodicité du vent prend une importance décisive. Un vent fort soufflant à une période où les plantes ont leurs stomates fermés et sont en sommeil végétal n’a que des effets mécaniques, mais peu d’effets physiologiques. En revanche, un faible souffle de vent en période d’activité photosynthétique constitue un fort stimulant de l’évapotranspiration.

9Il y a là un champ de recherche très peu défriché. Le vent qui détruit les sols et provoque les tempêtes de sable est certes spectaculaire, mais l’étude des vents qui interfèrent subtilement avec les mécanismes physiques de l’assimilation et de la transpiration constitue une voie de recherche peu empruntée.

Tableau 3.
Fréquence mensuelle des vents. (vitesse : 1 = de 3 à 7 m/s ; 2 = > ou = à 7 m/s).

Table des illustrations

Légende Figure 1.Localisation géographique des stations d’étude.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Tableau 1.Description des sites des stations utilisées.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 2.Moyennes annuelles des vents : 1981-1997 (direction et vitesse).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Tableau 2.Fréquence des vents actifs.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Figure 3.Moyennes saisonnières des vents : 1981-1997 (direction et vitesse).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Figure 4.La direction mensuelle la plus dominante des vents actifs période 1970-1997.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Figure 5.La direction mensuelle la plus dominante des vents actifs période 1970-1997.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 3.Fréquence mensuelle des vents. (vitesse : 1 = de 3 à 7 m/s ; 2 = > ou = à 7 m/s).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/880/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 554k

Auteur

Département de géographie, Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540