Version classiqueVersion mobile

Textes fugitifs

 | 
Michaël Roy

Chapitre IV

Le récit d’esclave après l’oncle Tom

Texte intégral

  • 1 Sur ces questions, voir par exemple F. Specq, « Une liberté en noir et blanc : Douglass, Thoreau e (...)

1Les années 1850 marquent une période distincte de l’histoire du mouvement abolitionniste. La décennie s’ouvrit en effet sur le passage d’une loi extrêmement controversée, la loi sur les esclaves fugitifs de 1850, qui avait pour but de faciliter la capture des esclaves fugitifs dans le Nord par leurs maîtres sudistes. Une loi similaire avait déjà été mise en place en 1793, mais plusieurs États du Nord étaient parvenus à en contourner les effets grâce à leur législation interne. La nouvelle loi rendait criminelle toute forme d’implication dans la fuite d’un esclave et toute tentative d’obstruction dans sa capture ; elle augmentait le nombre d’agents fédéraux habilités à délivrer des mandats d’arrêt contre les fugitifs et prévoyait une compensation plus importante pour l’agent lorsque celui-ci ordonnait le rapatriement du fugitif présumé au Sud ; elle ne permettait pas aux fugitifs présumés de témoigner devant un jury. Cette loi faisait partie d’un ensemble de mesures votées simultanément afin d’apaiser les tensions liées au statut incertain des territoires acquis par les États-Unis à l’issue de la guerre contre le Mexique (1846-1848), et rassemblées par la classe politique sous le nom de compromis de 1850 : elle servait les intérêts sudistes, tandis que d’autres décisions visaient à satisfaire le Nord, notamment en faisant de la Californie un nouvel État libre de l’Union et en laissant les territoires de l’Utah et du Nouveau-Mexique décider de leur statut en matière d’esclavage. De ce compromis, les abolitionnistes retinrent avant tout la loi sur les esclaves fugitifs, qui mettait en danger non seulement les esclaves en fuite mais aussi les Noirs libres (susceptibles d’être capturés et réduits en esclavage sans possibilité de se défendre) et les abolitionnistes blancs eux-mêmes (il devenait particulièrement risqué d’aider un esclave à fuir) ; il y allait des libertés fondamentales de tous les nordistes, contraints de participer, même contre leur volonté, à la capture de fugitifs. Le passage de cette loi précipita le processus de radicalisation du mouvement abolitionniste, dont les méthodes avaient jusqu’alors été pacifiques. Il n’était plus exclu d’utiliser la force pour lutter contre une institution esclavagiste de plus en plus envahissante, comme l’illustrent les nombreux épisodes violents qui ponctuèrent les années 1850 : à partir de 1854, des conflits armés opposèrent les forces pro- et antiesclavagistes dans le territoire du Kansas ; la même année, une émeute éclata à Boston à l’occasion de l’arrestation de l’esclave fugitif Anthony Burns ; cinq ans plus tard, l’abolitionniste John Brown fut exécuté après sa tentative de raid sur l’arsenal fédéral de Harpers Ferry, en Virginie, dont le but ultime était de susciter une vaste insurrection d’esclaves1. Dans le même temps, l’abolitionnisme politique continuait de prendre de l’importance, alors que se créaient de nouveaux partis voués à l’abolition de l’esclavage (par exemple le Radical Abolition Party en 1855) et qu’évoluait l’idéologie de certaines personnalités de premier plan (Frederick Douglass cautionnait désormais l’usage du bulletin du vote comme moyen d’action dans la lutte abolitionniste). En somme, le temps où l’on avait pensé pouvoir faire abolir l’esclavage grâce au seul pouvoir de persuasion de l’imprimé était définitivement révolu. Non que les abolitionnistes aient cessé d’utiliser journaux, livres et fascicules pour informer, convaincre et communiquer ; mais ces armes de papier ne jouaient plus un rôle aussi fondamental que par le passé au sein de l’arsenal antiesclavagiste, désormais composé d’armes autrement plus réelles.

  • 2 Ibid., p. 101.

2La loi sur les esclaves fugitifs fut malgré tout à l’origine de l’un des écrits les plus emblématiques du mouvement antiesclavagiste : le roman de Harriet Beecher Stowe, Uncle Tom’s Cabin, paru sous forme de livre en 1852. Stowe, qui défendait l’émancipation immédiate des esclaves depuis les années 1840, se sentit le devoir de dénoncer cette loi qui obligeait les habitants du Nord à s’associer à un système considéré comme injuste et immoral. Le succès phénoménal rencontré par le roman permit de faire du débat sur l’esclavage un débat proprement national et non plus seulement limité aux pages des journaux abolitionnistes – l’antiesclavagisme passa alors « du militantisme marginal au mouvement de masse »2 – et, partant, encouragea quelques éditeurs commerciaux à publier de la littérature antiesclavagiste. Ce contexte particulier explique que les années 1850 aient vu la parution d’un certain nombre de récits d’esclaves publiés par des éditeurs commerciaux, pour lesquels il devenait possible de réaliser un bénéfice avec ce type de publications, tout en défendant éventuellement une position idéologique personnelle. La sphère commerciale devenait un lieu possible de diffusion du récit d’esclave, au point que certains récits activement promus par leur éditeur circulèrent en marge d’un mouvement abolitionniste dont ils n’étaient plus dépendants. Parce que le contexte de publication était différent, les textes eux-mêmes pouvaient différer des récits parus dans les décennies précédentes : plusieurs des récits publiés commercialement dans les années 1850 tranchent par leur caractère romanesque, voire sensationnel. Nous verrons dans ce chapitre comment les récits de Solomon Northup (1853), Frederick Douglass (1855) et Charles Ball (1858) s’insèrent, chacun à leur façon, dans ce tableau d’ensemble. Nous évoquerons pour terminer l’histoire éditoriale du récit de Harriet Jacobs (1861), un cas de publication commerciale avortée qui montre que l’ouverture des éditeurs à la littérature antiesclavagiste ne s’accompagnait pas nécessairement d’un accès plus facile à la publication pour les anciens esclaves désireux de faire le récit de leur servitude. Le discours de l’esclave resta, jusqu’à la guerre de Sécession, un discours polémique, profondément subversif, qui ne trouvait souvent à s’incarner sous forme textuelle qu’au sein d’économies éditoriales parallèles, c’est-à-dire déconnectées du milieu de l’édition commerciale.

De serviles éditeurs ? Édition, librairie et antiesclavagisme

Le monde du livre face à l’abolitionnisme (années 1830-1840)

  • 3 M. Winship, « Manufacturing and Book Production », A History of the Book in America, S. E. Casper (...)
  • 4 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 9-15 ; M. Winship, American Literary Publishing in (...)

3Nous n’avons guère évoqué, dans les deux chapitres qui précèdent, le « monde du livre » au sens professionnel que prend communément cette expression. Il faut dire que la communauté de métiers ainsi désignée (éditeurs, libraires, imprimeurs, relieurs, fournisseurs) était encore en cours de développement dans l’Amérique du premier xixe siècle. Les principales avancées technologiques en matière d’édition furent le fait des associations évangéliques évoquées au deuxième chapitre, et un peu plus tard seulement, à partir des années 1820-1830, de grandes maisons d’édition prirent le relais. Ainsi, toute une industrie se forma puis prit son essor jusqu’à la guerre de Sécession, malgré quelques ralentissements ponctuels dus à des crises économiques (en 1837 et 1857 principalement). Il devenait possible de produire des livres dans des quantités bien plus importantes que par le passé, grâce à des progrès constants en matière de composition (procédés de stéréotypie et électrotypie), d’impression (presse à vapeur), de production du papier (machines à fabriquer le papier), de reliure et de reproduction des images3. Il était également plus aisé de les diffuser sur un territoire américain sans cesse grandissant (la décennie 1840 vit une augmentation de près de 70 % du domaine national américain), grâce à la mise en place d’un réseau de voies ferrées et navigables qui réduisait les distances et permettait l’intensification des échanges : la période antebellum marque le premier temps d’une révolution des transports qui culmina en 1869 par la construction de la première ligne de chemin de fer transcontinentale. La lecture elle-même devenait un passe-temps plus courant grâce à l’amélioration progressive de la qualité des sources lumineuses et des verres correcteurs. D’un système de production artisanal, sous-capitalisé, et local à la fin du xviiie siècle, on passa ainsi à un système national, spécialisé, et dont l’activité se trouvait concentrée dans les grandes villes du Nord-Est4.

  • 5 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 6-7.
  • 6 J. D. Groves, « Trade Communication » et « Courtesy of the Trade », A History of the Book in Ameri (...)
  • 7 M. J. Everton, The Grand Chorus of Complaint : Authors and the Business Ethics of American Publish (...)
  • 8 J. Tebbel, A History of Book Publishing in the United States, New York, R. R. Bowker, 1972, t. 1, (...)

4L’industrialisation du secteur de l’édition se traduisit par l’apparition de grands éditeurs qui fondèrent dans ces années de véritables empires. Au rang des maisons d’édition emblématiques de la période, citons Carey & Lea à Philadelphie, Ticknor & Fields à Boston ou encore Harper & Brothers à New York, dont le gigantesque établissement sur sept niveaux ouvert en 1855 centralisait sur un même lieu toutes les étapes de la production à la commercialisation du livre5. Ces éditeurs d’un nouveau genre se dotèrent d’outils visant à réglementer la profession et à en fédérer les membres. C’est dans les années 1830 que furent créés les premiers organes à destination des professionnels du livre tels que la Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular. C’est aussi à ce moment-là que s’imposèrent, dans le monde des grandes maisons d’édition tout au moins, certaines règles informelles de coopération entre acteurs du livre : pour pallier l’absence de loi internationale sur le copyright, on adopta ainsi le principe (plus ou moins respecté) désigné par l’expression courtesy of the trade, selon lequel le premier éditeur à annoncer la sortie d’une édition d’une œuvre étrangère obtenait l’exclusivité sur la production de cette œuvre aux États-Unis pendant quelques mois6. De tels principes avaient pour but d’éviter une concurrence délétère tout en garantissant aux établissements concernés une image de respectabilité ; contre les protestations d’auteurs dénonçant l’immoralité d’éditeurs prêts à tout pour les spolier de leurs justes revenus, le monde de l’édition mit au point un code déontologique à travers lequel il façonna son identité7. C’est ce sentiment d’appartenir à un même groupe de gentlemen publishers que célébrèrent les grands noms de l’édition lors du banquet de l’Association of New York Publishers au Crystal Palace de New York en septembre 1855, véritable vitrine de la nouvelle industrie éditoriale américaine8.

  • 9 E. Greenspan, George Palmer Putnam : Representative American Publisher, University Park, Pennsylva (...)

5De nombreux auteurs furent conviés au banquet, lors duquel les éditeurs saluèrent également l’avènement d’une nouvelle littérature américaine : Washington Irving, William Cullen Bryant et Nathaniel Parker Willis firent le déplacement. Comme l’a noté Ezra Greenspan, il s’agissait là d’une assemblée essentiellement blanche, anglo-saxonne et protestante (et, pourrait-on ajouter, masculine). On n’y trouvait aucun auteur africain-américain, pas même Frederick Douglass, dont la seconde autobiographie, My Bondage and My Freedom, venait tout juste de paraître9. Cette absence n’était que le reflet de la position marginale des Africains-Américains dans l’industrie éditoriale et la culture littéraire américaines de l’époque, elle-même la conséquence de leur infériorisation au sein de la société nordiste en général. Il n’y avait pas alors d’éditeur noir à proprement parler, ou spécialisé dans la publication d’auteurs noirs, lesquels faisaient le plus souvent paraître leurs écrits au sein d’économies parallèles du livre, ou encore dans la presse, ou dans les îles Britanniques, comme on l’a vu dans le premier chapitre. L’édition commerciale, quant à elle, fermait ses portes à des auteurs dont les écrits évoquaient le plus souvent des questions d’ordre racial, lorsqu’ils n’attaquaient pas de front l’institution esclavagiste, comme le font la plupart des récits d’esclaves. Non que les auteurs de ces textes aient nécessairement cherché à pénétrer cette forteresse : on a vu qu’un certain nombre de récits d’esclaves furent publiés de façon spontanée, pour défendre une réputation entachée ou pour assurer une source de revenus, par des esclaves parfois à peine rescapés des plantations sudistes, qui n’avaient pas l’intention de vendre leur récit à un autre public que celui formé par leurs proches connaissances ; beaucoup d’entre eux n’avaient sans doute ni le capital culturel ni l’entregent nécessaires pour accéder aux hautes sphères de l’édition new-yorkaise ou bostonienne. Lorsque Frederick Douglass publia la première version de son récit en 1845, il est probable qu’il n’a pas même pensé ou cherché à prendre contact avec un éditeur en bonne et due forme : il souhaitait avant tout faire paraître son récit au plus vite, en tirer un profit immédiat, et eut donc recours aux agents du livre et de l’imprimé habituellement employés par les abolitionnistes, selon une économie qu’on a qualifiée d’artisanale. Le seul cas documenté d’une auteure de récit d’esclave ayant activement recherché un éditeur commercial est celui de Harriet Jacobs, qui dut en définitive se résigner à l’autoédition après les banqueroutes successives des maisons d’édition avec lesquelles elle était en contact.

  • 10 C. Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Aldershot, Ashgate, 2007, p. 3 (...)
  • 11 R. Hildreth, « Introduction », Archy Moore, the White Slave ; or, Memoirs of a Fugitive, New York, (...)
  • 12 J. T. Trowbridge, My Own Story. With Recollections of Noted Persons, Boston, Houghton, Mifflin and (...)

6Encore Harriet Jacobs cherchait-elle à se faire publier à la fin des années 1850, à une époque où le monde de l’édition avait fini par s’ouvrir à la littérature antiesclavagiste. En effet, l’esclavage avait fait l’objet d’une autocensure quasi unanime parmi les éditeurs des années 1830 et 1840, ou tout du moins ceux-ci s’étaient-ils montrés d’une « extrême prudence »10 face à un sujet polarisant qui risquait d’aliéner la partie sudiste de leur lectorat, pour peu que l’institution se trouve critiquée. Richard Hildreth eut ainsi les plus grandes difficultés à publier son roman antiesclavagiste The Slave en 1836, alors que « régnait la terreur » parmi les gens du livre11. Finalement autoédité, l’ouvrage ne put circuler que dans le cercle restreint des abolitionnistes. Il faut garder à l’esprit que la doctrine abolitionniste était alors, et pour un certain temps encore, extrêmement mal perçue par l’opinion publique : il n’était pas rare que la presse généraliste montre de l’hostilité envers les rassemblements antiesclavagistes, parfois marqués par des épisodes de violence. Même dans une ville comme Boston, remarque John Townsend Trowbridge, autre romancier antiesclavagiste, « les disciples de Garrison et Phillips n’étaient pas nombreux » et les deux leaders abolitionnistes étaient considérés comme de « dangereux fanatiques »12.

  • 13 Fourth Annual Report of the American Anti-Slavery Society, New York, 1837, p. 58.
  • 14 Fifteenth Annual Report Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, Boston, 1847, p. 38.
  • 15 A. Marsh-Caldwell, Tales of the Woods and Fields, New York, Harper & Brothers, 1836, p. 274, note.
  • 16 Fourth Annual Report of the American Anti-Slavery Society, ouvr. cité, p. 58-59.
  • 17 Circulaire de l’American Anti-Slavery Society, 25 juillet 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, no 31. Sur (...)

7Ainsi la frilosité des éditeurs était-elle le symptôme d’un refus plus large de la société d’interférer dans les affaires sudistes ; il y allait, pour eux, de leur santé commerciale. En plus de celui de Richard Hildreth, on trouve, dans les sources d’époque, d’assez nombreux exemples d’ouvrages dont la publication ou la circulation furent entravées du fait de leur caractère antiesclavagiste. La maison Harper & Brothers, en particulier, ne cachait pas son souci de préserver sa réputation auprès du public sudiste. En 1835, un journal de Caroline du Sud accusa les éditeurs de Harper d’avoir publié un ouvrage d’Andrew Reed et James Matheson intitulé A Narrative of the Visit to the American Churches, by the Deputation from the Congregational Union of England and Wales, qui contenait des propos qualifiés d’« incendiaires ». Harper & Brothers s’excusèrent immédiatement auprès du journal, arguant qu’ils n’avaient pas le temps de lire tous les livres qui paraissaient sous leur sceau13. À cette occasion, ils annoncèrent également qu’ils ne republieraient pas, comme ils l’avaient imprudemment annoncé, l’ouvrage du réformateur britannique Edward S. Abdy, Journal of a Residence and Tour in the United States of North America, paru à Londres la même année. Abdy dénonçait dans son livre tant l’institution esclavagiste du Sud que le racisme des habitants du Nord. L’ouvrage ne trouva pas d’éditeur américain, au grand dam des abolitionnistes, qui dénoncèrent alors la « servilité » des éditeurs dans leur ensemble14. La servilité de Harper & Brothers ne s’arrêtait pas là puisque l’année suivante, une fois encore, la maison publia un ouvrage, Tales of the Woods and Fields d’Anne Marsh-Caldwell, dont un chapitre fut incriminé par la presse sudiste – et pour cause, puisque l’auteure y évoquait entre autres les « terribles punitions » infligées aux esclaves dans les « abominables régions » du Sud15. Une édition expurgée fut immédiatement mise sous presse, et des excuses présentées au libraire de Charleston qui avait révélé l’affaire16. À ces trois ouvrages d’auteurs britanniques, on peut encore ajouter celui d’un auteur français, Gustave de Beaumont, dont le roman Marie, ou l’Esclavage aux États-Unis (1835) fut publié en feuilleton dans le National Anti-Slavery Standard à partir de juillet 1845. L’impossibilité de trouver un éditeur américain était mise sur le compte de « l’obéissance inconditionnelle que les éditeurs du Nord vouent aux esclavagistes du Sud »17. Comme ce fut le cas pour les auteurs noirs, la presse spécialisée offrait un refuge aux écrits antiesclavagistes d’auteurs blancs qui ne pouvaient voir le jour sous forme de livre.

  • 18 Les remarques contextuelles sur le développement de la librairie pendant la période antebellum son (...)

8La librairie, quant à elle, n’était pas encore, dans la première moitié du xixe siècle, le lieu de vente exclusif du livre qu’elle est devenue par la suite. Le livre circulait en partie hors du circuit des librairies existantes, comme en témoigne la distribution itinérante des récits d’esclaves de Douglass, Brown ou Bibb. On pouvait par ailleurs acheter des livres dans des commerces de toutes sortes : quincaillerie, pharmacie ou encore salon de coiffure. Inversement, les libraires ne proposaient pas uniquement des livres à leurs clients : on trouvait aussi dans leurs boutiques des médicaments, des instruments de navigation marine, du savon, des lunettes et des billets d’entrée pour des conférences. Il n’y avait pas non plus de distinction systématique entre les activités d’éditeur et de libraire. Les grandes maisons d’édition vendaient dans leurs locaux leurs propres livres et ceux de leurs concurrents, même si les différentes fonctions étaient en général séparées par étage ou par bâtiment. Ainsi le nom d’Appleton désignait-il à la fois un éditeur (D. Appleton and Company) et une librairie (Appleton Book Store)18.

  • 19 « Anti-Slavery Book Store », Liberator, 11 octobre 1834.
  • 20 G. R. G. Hodges, David Ruggles : A Radical Black Abolitionist and the Underground Railroad in New (...)

9Pour autant, les centres urbains du Nord virent se développer à partir des années 1830 un réseau de plus en plus dense de librairies, souvent groupées, comme à New York, dans certains quartiers, autour de Nassau Street, d’une part, et de Broadway, d’autre part. Au nombre des librairies spécialisées, il faut notamment signaler celle de David Ruggles, abolitionniste noir connu pour sa participation au Chemin de fer clandestin, et qui ouvrit en 1834 la première librairie africaine-américaine new-yorkaise. Ruggles ne cachait aucunement l’orientation idéologique de son établissement, puisqu’il le définissait lui-même, dans les encarts publicitaires qu’il fit paraître dans le Liberator, comme une « librairie antiesclavagiste »19 : on pouvait s’y procurer, entre autres volumes, The Oasis de Lydia Maria Child (1834), Address of the New York Young Men’s Anti-Slavery Society, to Their Fellow-Citizens (1834) et Productions of Mrs. Maria W. Stewart (1835). Un tel établissement jouait un rôle clé dans la mise à disposition et la diffusion d’écrits parfois bannis des librairies généralistes, comme le fut l’ouvrage de Child. Il faisait également office de lieu de sociabilité, tant pour les Noirs libres qui résidaient à proximité que pour les abolitionnistes blancs qui s’y fournissaient afin de soutenir l’entreprise commerciale de Ruggles. Le libraire aurait certainement vendu certains récits d’esclaves si son établissement avait perduré, mais celui-ci fut détruit par un incendie criminel un peu plus d’un an après l’ouverture. Tenir une librairie antiesclavagiste au milieu des années 1830, même à New York, c’était d’emblée se mettre en danger de mort20.

  • 21 Anti-Slavery Almanac for 1846, New York, Finch & Weed, 1845, quatrième de couverture.
  • 22 « New Publications », New York Daily Tribune, 23 août 1845 ; « New Work on Slavery », Emancipator (...)
  • 23 New York Evangelist, 29 mai 1845.

10Dès lors, on ne s’étonne pas qu’il y ait eu si peu de librairies explicitement désignées comme antiesclavagistes ou tenues par des Africains-Américains, alors sous-représentés dans tous les métiers du livre. Nous n’avons identifié à New York qu’une seule librairie antiesclavagiste, Finch & Weed, en activité dans les années 1840. Si Myron Finch semble avoir été un homme de presse sans inclination durable pour l’abolitionnisme, son partenaire Thomas Allen Weed, en revanche, avait pour frère Edward Weed, l’un des « rebelles de Lane », groupe d’étudiants qui en 1834 prirent la décision de quitter Lane Seminary, collège de théologie dont les autorités cherchaient à censurer leurs opinions abolitionnistes ; nombre de ces « rebelles » intégrèrent Oberlin College, institution connue pour avoir accueilli des étudiants africains-américains dès 1835. C’est sous l’impulsion de son frère, devenu par la suite agent de l’Ohio Anti-Slavery Society, que Thomas Allen Weed fit lui-même ses études dans ce berceau de l’abolitionnisme qu’était alors Oberlin. À l’origine de la librairie new-yorkaise Finch & Weed, il y avait donc un homme de conviction et un homme d’affaires, qui proposaient au 118 Nassau Street – à quelques encablures des bureaux de l’American Anti-Slavery Society – « un large assortiment de publications antiesclavagistes, comprenant les ouvrages les plus importants publiés par les sociétés antiesclavagistes depuis leur création »21. La sélection incluait notamment des ouvrages parus en 1845, au moment de l’ouverture de la librairie, parmi lesquels The Unconstitutionality of Slavery de Lysander Spooner, A Condensed Anti-Slavery Bible Argument de George Bourne et surtout le récit de Frederick Douglass22. Finch & Weed étaient également agents du True American, journal publié à Lexington, dans le Kentucky, par Cassius M. Clay, ancien planteur devenu abolitionniste23. Malheureusement, les deux hommes connurent un sort à peine plus enviable que celui de David Ruggles, puisque leur établissement resta ouvert une année tout au plus. Les dettes s’accumulèrent au point qu’il fallut mettre un terme aux relations avec le True American, et bientôt l’on ne trouva plus la moindre référence à la librairie dans la presse antiesclavagiste.

  • 24 J. S. Buck, Milwaukee under the Charter, from 1847 to 1853, Inclusive, Milwaukee, Symes, Swain & C (...)
  • 25 « Book Notices », National Anti-Slavery Standard, 24 décembre 1846.

11La fermeture précoce de la librairie Finch & Weed en faisait en vérité un établissement assez représentatif de la période antebellum, puisque entre la moitié et deux tiers des libraires de Manhattan mettaient la clé sous la porte dans les cinq ans suivant l’ouverture de leur établissement. Dans un climat économique aussi incertain, une librairie exclusivement réservée à la production abolitionniste n’avait guère de chances de s’établir de façon pérenne. Même Bela Marsh, qui tenait à Boston une librairie dite « réformatrice », vendait en réalité toutes sortes de publications touchant à des domaines parfois fort éloignés de l’abolitionnisme (et peut-être plus rémunérateurs), tels que la phrénologie, l’hydropathie, la physiologie et le spiritisme. La plupart des libraires du Nord qui vendaient des publications antiesclavagistes – parfois des récits d’esclaves – le faisaient ponctuellement, sans doute par engagement personnel ou par intérêt pour tel ou tel texte en particulier. Ainsi d’Isaiah A. Hopkins, propriétaire d’un des principaux établissements de Milwaukee, dans le Wisconsin – à la fois librairie, bibliothèque et atelier de reliure – qui proposait les récits de Frederick Douglass et Lewis Clarke parmi un ensemble de publications n’ayant rien à voir avec l’abolitionnisme24. La librairie n’était pas, loin s’en faut, le site de distribution exclusif du récit d’esclave, mais cela ne signifie pas que les récits d’esclaves des années 1830-1840 n’aient pas été distribués à travers le réseau, alors en voie d’émergence, des librairies. Il n’en reste pas moins que la profession dans son ensemble, comme celle des éditeurs, gardait ses distances avec de telles publications. « Les libraires, pouvait-on lire dans le National Anti-Slavery Standard en 1846, éprouvent à la fois de la peur et du mépris pour les abolitionnistes. »25

Uncle Tom’s Cabin : conséquences d’un phénomène éditorial

  • 26 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 3-4.
  • 27 M. Winship, « “The Greatest Book of its Kind” : A Publishing History of Uncle Tom’s Cabin », Proce (...)

12Le succès commercial du roman antiesclavagiste de Harriet Beecher Stowe, paru en feuilleton dans The National Era à partir de juin 1851 et sous forme de livre en 1852, n’est plus à démontrer. Les historiens du livre se sont penchés sur ce qu’il convient d’appeler un phénomène éditorial : plus de 300 000 exemplaires furent écoulés durant la première année de publication, à une époque où les éditeurs commerciaux estimaient avoir atteint un résultat honorable une fois dépassé le seuil de 10 000 exemplaires vendus26 ; tous les organes de presse y allèrent de leur commentaire, que ce soit pour faire l’éloge du roman ou pour l’attaquer ; de nombreux auteurs pro-esclavagistes tentèrent d’apporter un correctif à Uncle Tom’s Cabin, dont ils se réclamaient explicitement, comme on le voit par exemple dans le titre du roman de Mary H. Eastman, Aunt Phillis’s Cabin ; or, Southern Life as It Is (1852) ; des dizaines de produits dérivés firent leur apparition sur le marché (adaptations théâtrales, chansons, jeux de société, jeux de cartes, argenterie, poupées, cartes postales à l’effigie d’un ou l’autre des personnages du roman) ; une vingtaine d’éditions différentes furent publiées dans les îles Britanniques et onze traductions en France entre 1852 et 1853. La publication d’Uncle Tom’s Cabin par l’éditeur John P. Jewett s’accompagna qui plus est d’une campagne promotionnelle d’ampleur jusqu’alors inconnue, reflet des nouvelles pratiques commerciales à l’ère du livre industriel27. Surtout, le succès inattendu du livre intrigua certains éditeurs commerciaux, qui découvrirent à cette occasion qu’il existait un marché potentiellement lucratif pour des romans traitant de l’esclavage, sujet jusqu’alors considéré comme tabou.

  • 28 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, 1836-1861, thèse de doctorat, University of Michigan, 1961, p (...)
  • 29 Ibid., p. 116-121 et p. 172-174.

13« L’âge d’or du roman antiesclavagiste »28 : c’est ainsi que Donald E. Liedel désigne les années ayant suivi la parution d’Uncle Tom. C’est en effet la forme romanesque qui bénéficia le plus nettement de l’influence positive du bestseller. On ne se souvient guère, aujourd’hui, des titres de ces innombrables romans des années 1850 qui prirent pour toile de fond les plantations sudistes : Ida May : A Story of Things Actual and Possible de Mary Hayden Pike (1854), The Planter’s Victim : or, Incidents of American Slavery attribué à Samuel Mosheim Schmucker (1855), Our World : or, The Slaveholder’s Daughter de Francis Colburn Adams (1855)… Si certaines de ces œuvres furent écrites pour défendre une cause – comme cela avait été le cas de Harriet Beecher Stowe, dont on connaît l’engagement en faveur de l’abolitionnisme –, d’autres, plus sensationnelles, avaient avant tout vocation à attiser la curiosité d’un public mis en appétit par Uncle Tom’s Cabin. Ainsi de The Planter’s Victim, qui mêle le gothique à l’horreur, autour d’un personnage de maître sadique qui (entre autres épisodes scabreux) enferme l’un de ses esclaves dans un donjon, l’affame et finit par le tuer à coups de poignard. Pour l’essentiel, ces romans furent publiés par de jeunes éditeurs dynamiques récemment entrés dans la profession, dont certains étaient malgré tout parvenus à se forger une solide réputation. Les maisons les plus anciennes – G. P. Putnam & Co. à New York, Ticknor & Fields à Boston – adoptèrent une attitude conservatrice à l’égard de cette production d’un nouveau genre, tant par souci de ne pas froisser leur lectorat sudiste que par volonté de ne publier que des ouvrages de qualité ; cela n’empêchait pas une maison comme Ticknor & Fields de faire paraître sous son sceau les écrits d’auteurs abolitionnistes de renom tels que Lydia Maria Child et John Greenleaf Whittier. Encore s’agissait-il là d’une exception, puisque ces éditeurs publiaient plus volontiers des romans de plantation célébrant la beauté du Sud et de ses institutions que des romans antiesclavagistes29.

  • 30 Sur John P. Jewett, voir M. Winship, « John Punchard Jewett, Publisher of Uncle Tom’s Cabin : A Bi (...)
  • 31 Lettre de John P. Jewett à Charles Sumner, 3 mars 1854, M. Winship, « “Yours for Freedom” : John P (...)
  • 32 Frederick Douglass’ Paper, 1er juin 1855.

14Nombre des éditeurs qui publièrent des romans « à la Uncle Tom » firent paraître dans le même temps d’autres types d’écrits dénonçant l’esclavage, y compris des récits d’esclaves. C’est souvent à la variété des ouvrages publiés – romans, récits autobiographiques, écrits polémiques, essais – qu’on peut mesurer le degré d’engagement réel de tel ou tel éditeur dans le combat littéraire contre l’institution esclavagiste. John P. Jewett, l’éditeur de Harriet Beecher Stowe, en est le meilleur exemple30. Jewett ne cherchait aucunement à faire un « coup » éditorial lorsqu’il publia Uncle Tom’s Cabin : la parution du feuilleton dans le journal antiesclavagiste The National Era avait suscité l’enthousiasme des lecteurs, et il n’était pas déraisonnable de penser que le roman, une fois paru sous forme de livre, pouvait trouver un public au sein des opposants à l’esclavage. En abolitionniste convaincu, Jewett avait déjà publié et continua de publier toutes sortes d’ouvrages antiesclavagistes : Facts and Opinions Touching the Real Origin, Character, and Influence of the American Colonization Society de Giles B. Stebbins (1853), une attaque en règle contre le principe de migration forcée des Noirs libres en Afrique préconisé par l’American Colonization Society ; Educational Laws of Virginia (1854), le récit de Margaret Douglass, femme blanche de Virginie condamnée à un mois de prison pour avoir appris à lire à des enfants africains-américains ; Inside View of Slavery : or, A Tour among the Planters (1855), récit de voyage de Charles Grandison Parsons préfacé par Harriet Beecher Stowe (1855) ; ou encore les ouvrages de la collection de littérature pour la jeunesse, « Juvenile Anti-Slavery Toy Books ». Jewett n’hésitait pas, à l’occasion, à publier à perte des livres qui lui tenaient à cœur, comme il le fit avec The Landmark of Freedom (1854), transcription d’un discours de l’abolitionniste Charles Sumner31. Il publia la seconde version du récit d’esclave de Josiah Henson, Truth Stranger than Fiction (1858), et vendit dans sa librairie le récit autoédité de Peter Randolph, Sketches of Slave Life : or, Illustrations of the « Peculiar Institution » (1855)32. La firme J. P. Jewett & Co. partageait d’ailleurs une même zone géographique avec les cercles réformateurs bostoniens : entre 1846 et 1854, elle occupa successivement le 23 Cornhill puis le 17-19 Cornhill à Boston, à quelques pas des bureaux de la Massachusetts Anti-Slavery Society.

  • 33 D. E. Liedel, « The Puffing of Ida May : Publishers Exploit the Antislavery Novel », Journal of Po (...)
  • 34 Lettre de John P. Jewett à Charles Sumner, 25 février 1854, M. Winship, « “Yours for Freedom”: Joh (...)

15Bien qu’ayant lancé la mode du roman antiesclavagiste, Jewett ne répéta pas l’expérience en publiant d’autres romans semblables à Uncle Tom’s Cabin. À l’inverse, la maison d’édition Phillips, Sampson fit paraître pendant la décennie 1850 un grand nombre de romans qui reprenaient certains thèmes et motifs popularisés par Harriet Beecher Stowe, parmi lesquels Ida May : A Story of Things Actual and Possible (1854) et Caste : A Story of Republican Equality (1856) de Mary Hayden Pike et Neighbor Jackwood de John Townsend Trowbridge (1857). Pour la promotion d’Ida May en particulier, dont l’auteure empruntait aux codes du roman à sensation et à ceux du roman sentimental pour raconter l’histoire d’une petite fille blanche du Nord enlevée et réduite en esclavage, Phillips, Sampson déployèrent des trésors d’imagination : la maison recula la date de parution de manière à créer une attente autour de la publication du roman, elle envoya aux rédactions des extraits sous forme d’épreuves afin de stimuler les ventes en amont de la publication, elle entretint savamment le mystère autour de l’identité de l’auteure, une certaine Mary Langdon (pseudonyme de Mary Hayden Pike) qu’on crut un moment être Harriet Beecher Stowe… autant de stratégies que les éditeurs du xxie siècle mettent couramment en pratique mais qui étaient à l’époque relativement nouvelles33. Peut-être fallait-il y voir une manière de rattraper coûte que coûte l’erreur passée de Phillips, Sampson, qui avaient refusé le manuscrit d’Uncle Tom’s Cabin lorsqu’il leur avait été soumis, sous prétexte qu’un roman publié en feuilleton dans un journal abolitionniste n’avait aucune chance de se vendre sous forme de livre ; la maison finit d’ailleurs par intégrer Stowe à son catalogue, en publiant son roman Dred : A Tale of the Great Dismal Swamp (1856). Sans doute la politique éditoriale opportuniste de Phillips, Sampson (autant que le ressentiment lié à la perte d’une auteure à succès) explique-t-elle que John P. Jewett ait pu considérer l’établissement de ses concurrents comme « pro-esclavagiste », dans une lettre où il dénonçait aussi l’« ingratitude » et la « disposition mercenaire » de Stowe34.

  • 35 Sur Derby & Miller et ses successeurs, voir P. Dzwonkoski éd., American Literary Publishing Houses(...)
  • 36 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 201.
  • 37 Les catalogues de la maison d’édition Derby & Miller (puis Miller, Orton & Mulligan) auxquels il e (...)

16Au rang des éditeurs commerciaux ayant publié de la littérature antiesclavagiste, signalons enfin Derby & Miller, plus tard connus sous le nom de Miller, Orton & Mulligan35. On reviendra sur l’activité de cette maison d’édition qui publia trois récits d’esclaves – Twelve Years a Slave, le récit de Solomon Northup (1853), My Bondage and My Freedom de Frederick Douglass (1855) et (en coédition) The Kidnapped and the Ransomed, le récit de Peter Still (1856) – ainsi que des essais, des romans et des séries d’esquisses biographiques à tonalité antiesclavagiste. Considéré par Donald E. Liedel comme l’un des éditeurs les plus énergiques en la matière36, Derby & Miller pouvait s’enorgueillir d’une section spécialement consacrée aux « livres antiesclavagistes » dans son catalogue37.

17Nombre de contemporains remarquèrent cette ouverture de l’édition commerciale à la littérature antiesclavagiste. Harriet Beecher Stowe ne pouvait que s’en réjouir :

  • 38 H. B. Stowe, « Anti-Slavery Literature », Independent, 21 février 1856.

Il y a encore quelques années, il n’y avait pas de littérature antiesclavagiste, et c’est tout juste si un livre consacré à ce sujet pouvait trouver un éditeur pour le publier […]. Désormais, il n’y a pas un éditeur ou une presse qui ne publie pas en grand nombre des livres antiesclavagistes de tous types – textes de conférences, romans, fascicules, biographies.38

  • 39 G. R. Graham, « Editor’s Table. Personal », Graham’s Magazine, mars 1853, p. 365.
  • 40 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 96-97.
  • 41 N. Baym, Novels, Readers, and Reviewers, ouvr. cité, p. 223.
  • 42 Frederick Douglass’ Paper, 2 septembre 1853.

18Ce degré de visibilité inédit donné à des écrits sur l’esclavage faisait en revanche grincer des dents le très conservateur George R. Graham, rédacteur en chef de Graham’s Magazine, connu pour ses attaques teintées de racisme contre Uncle Tom’s Cabin et les romans antiesclavagistes qui suivirent : « Le meilleur moyen de se faire de l’argent pour un éditeur aujourd’hui est d’être du côté de l’antiesclavagisme »39, affirmait-il dans les pages de son magazine, non sans mauvaise foi, car il existait en vérité un marché lucratif pour les romans pro-esclavagistes. Aunt Phillis’s Cabin se vendit à 18 000 exemplaires en un mois, et le roman Alone de l’auteure sudiste Mary Virginia Terhune (1854) connut dix éditions en l’espace de deux ans40 ; il y avait, dans la presse de la période antebellum, nettement plus de recensions de romans pro-esclavagistes que de romans antiesclavagistes41. Un autre commentateur soulignait pour sa part que les mutations à l’œuvre dans le monde de l’édition commerciale trouvaient un parallèle dans le monde de la librairie42. La vogue de la littérature antiesclavagiste s’accompagnait en effet d’un élargissement du public lié à une diversification des sites de distribution : si The Slave de Richard Hildreth n’avait guère été proposé à la vente ailleurs que dans les dépôts de livres abolitionnistes lors de sa première parution dans les années 1830, la réédition du roman dans les années 1850 par Miller, Orton & Mulligan fut promue de manière plus systématique dans la presse et était disponible chez la plupart des libraires généralistes.

  • 43 J. D. Long, Pictures of Slavery in Church and State, Philadelphie, Published by the Author, 1857, (...)
  • 44 J. Myerson et al. éd., The Journals of Louisa May Alcott, Athens, University of Georgia Press, 199 (...)
  • 45 Lettre d’Elizabeth Palmer Peabody à Frances Adeline Seward, 22 mai 1857, B. A. Ronda éd., Letters (...)
  • 46 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 196-198.

19Il importe toutefois de modérer ces discours optimistes sur la popularité de la littérature antiesclavagiste dans son ensemble. Le sentiment que pouvaient avoir les Américains des années 1850 d’avoir affaire à un foisonnement d’écrits sur l’esclavage venait en grande partie de l’incroyable succès d’une poignée d’ouvrages, à commencer par Uncle Tom’s Cabin – succès entretenu par un incessant battage médiatique et démultiplié par les réincarnations du roman sous des formes matérielles diverses. Ce sont en fait les mêmes titres qui reviennent d’un témoignage à l’autre : Uncle Tom’s Cabin, Ida May et The Slave. Harriet Beecher Stowe, Mary Hayden Pike et Richard Hildreth étaient les trois auteurs dont les romans – car on parle ici d’ouvrages de fiction uniquement – fournirent la matière aux discours célébrant l’avènement d’une nouvelle littérature antiesclavagiste. Toujours est-il que l’abolitionnisme restait, pour la grande majorité des éditeurs commerciaux, un sujet à éviter, comme l’attestent les nombreux cas d’auteurs ayant éprouvé des difficultés à faire paraître leurs écrits à la fin de la décennie. Ainsi de l’abolitionniste méthodiste John Dixon Long, qui dut autoéditer Pictures of Slavery in Church and State (1857) après avoir essuyé des refus de la part de tous les éditeurs de Philadelphie avec lesquels il avait pris contact. Ces échecs répétés ne firent que conforter Long dans l’idée qu’il régnait à Philadelphie un fort climat pro-esclavagiste, idée qui l’avait dès le départ poussé à écrire son livre43. De même, Louisa May Alcott vit l’une de ses nouvelles antiesclavagistes rejetée par The Atlantic Monthly en février 1860 : « Il ne faudrait pas choquer ces chers gens du Sud »44, ironisait-elle dans l’intimité de son journal. Quant à Mattie Griffith, jeune auteure issue d’une famille de propriétaires d’esclaves mais convertie à l’abolitionnisme, elle ne pouvait guère se satisfaire du traitement réservé à son roman Autobiography of a Female Slave (1857) par l’éditeur Justus Starr Redfield, qui publia le livre « presque contre son gré » et ne fit aucun effort pour promouvoir l’ouvrage hors des pages du National Anti-Slavery Standard et du Liberator45. Le débat sur l’abolition de l’esclavage avait certes été porté sur la place publique grâce à quelques romans à succès, mais les éditeurs avaient toujours leurs intérêts commerciaux à défendre et leur réputation à préserver auprès du lectorat sudiste, pourtant limité numériquement (le taux d’alphabétisation était faible dans le Sud, comparé à celui des autres régions46). Il restait extrêmement difficile, à la veille de la guerre de Sécession, d’exprimer des opinions abolitionnistes hors des canaux du mouvement antiesclavagiste. L’enjeu de ce chapitre est de voir comment les auteurs et/ou protagonistes de récits d’esclaves s’accommodèrent de ce nouvel ordre éditorial.

Twelve Years a Slave : une entreprise commerciale

Un livre engagé ?

  • 47 M. B. Stern, Books and Book People in Nineteenth-Century America, New York, R. R. Bowker, 1978, p. (...)
  • 48 New York, vol. 31, p. 43, R. G. Dun & Co. Credit Report Volumes, Baker Library, Harvard Business S (...)

20Connu sous le nom de Twelve Years a Slave, le récit de Solomon Northup a ceci de particulier qu’il fut le premier récit d’esclave à paraître sous le sceau d’une maison d’édition commerciale, Derby & Miller, qui publiait là son premier ouvrage centré sur la vie d’un homme noir. Cette maison de taille moyenne, encore en plein développement au début des années 1850, trouvait ses origines dans la librairie ouverte par James C. Derby à Auburn, dans l’État de New York, en 1840. Parti de rien ou presque, Derby était parvenu à faire grandir son commerce au point que celui-ci avait fini par jouer un rôle essentiel dans la vie économique plutôt prospère de cette petite ville de 5 000 habitants ; il commença à éditer des livres à partir de 1844, avec son associé Norman C. Miller, responsable de la comptabilité. Parmi la centaine de livres publiés par Derby & Miller entre 1844 et 1853, on trouvait des biographies, des ouvrages historiques, des publications scolaires et certains titres particulièrement populaires qui firent la réputation de la maison d’édition, parmi lesquels History of All Nations de Samuel G. Goodrich (1850) et Fern Leaves from Fanny’s Portfolio de l’écrivain à succès Fanny Fern (1853), vendu à 80 000 exemplaires dans l’année ayant suivi sa publication47. Un agent de la R. G. Dun & Company, société spécialisée dans l’information commerciale, disait de Derby & Miller qu’ils étaient de « bons commerçants » et voyait en Derby un homme « très perspicace et sagace ». Il soulignait également la bonne santé financière de cette entreprise jeune et dynamique48.

  • 49 W. Hosmer, The Higher Law, in Its Relations to Civil Government, Auburn, Derby & Miller, 1852, p.  (...)
  • 50 Radical Abolitionist, vol. 1, no 3, octobre 1855, p. 21.
  • 51 S. E. Casper, Constructing American Lives : Biography and Culture in Nineteenth-Century America, C (...)
  • 52 H. Kim, « How Twelve Years a Slave Was Made, 150 Years before 12 Years a Slave », Los Angeles Revi (...)

21Derby se mit à publier des ouvrages antiesclavagistes à partir de 1852. En l’absence de prises de position claires de sa part, y compris dans les mémoires qu’il fit paraître à la fin de sa vie, il est à peu près impossible de trancher définitivement sur le degré d’engagement réel de Derby (et de ses successeurs) en matière d’antiesclavagisme. Assurément, l’éditeur permit à des textes audacieux de voir le jour, par exemple l’essai intitulé The Higher Law (1852), dans lequel William Hosmer dénonce le caractère « abject » et « méprisable » de l’esclavage49. Cautionner de tels propos constituait en soi une forme d’engagement politique, d’ailleurs salué dans la presse antiesclavagiste : « l’indépendance » de Miller, Orton & Mulligan contrastait heureusement avec le comportement « lâche » des éditeurs « qui suppriment ou expurgent tout ce qui est susceptible de déplaire aux propriétaires d’esclaves »50. On constate cependant que Derby entreprit de publier de la littérature antiesclavagiste à l’été 1852, au moment précis où les ventes d’Uncle Tom’s Cabin commençaient à décoller. Peut-être l’éditeur avait-il décidé depuis longtemps déjà de s’aventurer sur ce terrain ; peut-être faisait-il preuve au contraire d’une forme d’opportunisme en reprenant un thème qui semblait devenir à la mode. L’essentiel de la production antiesclavagiste de Derby & Miller – somme toute limitée à une dizaine de titres – se composait non d’essais polémiques à la manière de The Higher Law, mais d’ouvrages romanesques et biographiques, dont des récits d’esclaves, qui s’inscrivaient par ailleurs dans l’abondante production biographique de la maison et plus largement dans un contexte de « manie biographique »51 propre à l’Amérique du xixe siècle (Derby & Miller publièrent des vies de Thomas Jefferson, Napoléon Bonaparte ou encore de l’impératrice Joséphine). Il ne semble pas, en définitive, que James C. Derby ait été un éditeur qu’on pourrait qualifier de militant. Derby avait implanté son commerce dans une ville imprégnée par l’abolitionnisme, où séjournaient à l’occasion des esclaves fugitifs en route pour le Canada, et lui-même ne devait pas être insensible à leur sort. À ces convictions politiques diffuses se mêlait un indéniable flair éditorial qui le conduisit à publier le récit de Solomon Northup et la seconde autobiographie de Frederick Douglass, deux livres qu’il pensait, à juste titre, pouvoir trouver un large public. La critique Heidi Kim parle à ce propos du « flirt »52 de Derby & Miller avec l’abolitionnisme – expression qui, du fait même de sa familiarité, rend assez bien l’attitude ambiguë de la maison d’édition, entre présence réelle dans le paysage de la littérature antiesclavagiste et forme de désinvestissement politique lié au primat apparent donné à l’intérêt commercial.

  • 53 C. Wilson, Freedom at Risk : The Kidnapping of Free Blacks in America, 1780-1865, Lexington, Unive (...)

22Contrairement aux récits de Frederick Douglass ou William Wells Brown, Twelve Years a Slave ne raconte pas l’histoire d’un esclave fugitif, mais celle d’un Noir libre capturé et réduit en esclavage. Né en 1808 d’un père ayant obtenu sa liberté à la mort de son maître, Solomon Northup mena pendant plus de trente ans une existence d’homme libre dans le Nord des États-Unis, où il fonda une famille et gagna sa vie en jouant du violon, entre autres activités. En 1841, deux hommes proposèrent à Northup de se joindre, en tant que musicien, à la tournée d’un cirque dont eux-mêmes faisaient prétendument partie. La « tournée » avait à peine commencé que Northup fut enlevé par les deux individus alors qu’il se trouvait à Washington, transporté de force en Louisiane et vendu aux enchères comme esclave. Ainsi que l’a montré l’historienne Carol Wilson, il s’agissait d’une pratique relativement courante dans un contexte où la main-d’œuvre servile coûtait cher et où les Noirs libres étaient considérés comme une strate inférieure de la société américaine53. Ce n’est qu’après douze ans de servitude que Solomon parvint enfin à contacter la famille Northup au Nord – la famille à laquelle avait appartenu son père et de laquelle il tenait son nom – et à faire valoir son statut d’homme libre.

  • 54 « The Kidnapping Case », New York Daily Times, 20 janvier 1853. La plupart des informations factue (...)
  • 55 Twelve Years a Slave, Auburn, Derby & Miller, 1853, p. xvi.

23Son retour dans sa région de résidence (la partie dite upstate de l’État de New York) en janvier 1853 donna lieu à une importante couverture par la presse, et tout particulièrement à un long article intitulé « The kidnapping Case », paru dans le New York Daily Times54. Dès lors, les événements qui menèrent à la publication de Twelve Years a Slave se précipitèrent. Sans prendre le temps de se remettre du calvaire qu’il avait enduré, Northup commença à se produire sur la scène abolitionniste, par exemple aux côtés de Frederick Douglass et Jermain Loguen le 1er février 1853, dans la ville de Troy. Il assista également à des réceptions organisées en l’honneur de son retour. C’est à l’une de ces occasions qu’il fit la connaissance de celui qui devait écrire son récit, David Wilson, dont le profil inhabituel nous éclaire un peu plus sur la nature de l’entreprise éditoriale que constitua la publication de Twelve Years a Slave en juin 1853, soit moins de six mois après le retour de Northup. Wilson n’avait aucun lien avec la sphère abolitionniste. Cet homme, qui avait exercé les professions d’avocat, de directeur d’école, et qui avait récemment été élu à l’assemblée d’État de New York, se tourna vers l’écriture au début des années 1850. Les quelques ouvrages qu’il publia avaient en commun de porter sur des faits historiques ou des affaires d’intérêt local à caractère sensationnel : dans The Life of Jane McCrea (1853), il racontait la vie de la jeune fille éponyme, résidente des environs de Saratoga, connue pour avoir été scalpée par des Indiens pendant la guerre d’Indépendance, et dont le corps avait été exhumé puis enterré à nouveau en 1852 ; Henrietta Robinson (1855) était consacré à la vie d’une meurtrière folle dont le procès eut lieu à Troy en 1855. Une même stratégie le mena à l’écriture de Twelve Years a Slave : Wilson s’empara d’un événement local fortement médiatisé pour en faire un livre à haute teneur dramatique. Il n’était pas question pour lui de défendre une quelconque doctrine abolitionniste. En ce sens, Wilson rappelle le scripteur du récit de Charles Ball, Isaac Fisher : lui aussi affirmait dans la préface à Twelve Years a Slave avoir retranscrit l’histoire de Northup de façon « fidèle », « sans préjugés ou idées préconçues »55. Une fois l’ouvrage publié, Wilson ne se préoccupa d’ailleurs plus d’esclavage, pas même dans le cadre de ses fonctions politiques.

24Que Wilson n’ait pas été abolitionniste n’en faisait pas pour autant un intermédiaire neutre. S’il n’avait pas d’intérêts politiques, le scripteur avait des intérêts commerciaux (les mêmes que Derby & Miller, avec lesquels il entama une collaboration durable) qui l’amenèrent sans doute à privilégier certains aspects du récit de Northup et à en écarter d’autres. Ainsi de ces longs passages descriptifs, caractéristiques de Twelve Years a Slave, qui tirent le récit d’esclave du côté du récit de voyage, quitte à ce que le lecteur perde de vue pendant un moment la dimension biographique : Wilson/Northup donne à voir le monde de la plantation – ses pratiques, ses rythmes, son vocabulaire – et s’attarde en plusieurs endroits sur la description quasi bucolique des paysages du Sud. Le discours se fait parfois technique, par exemple lorsque Northup explique le mode de culture du coton ou de la canne à sucre :

  • 56 Ibid., p. 209 (traduit par P. Bonnet et C. Lamotte).

Un champ de canne se bine trois fois, comme un champ de coton, mais la quantité de terre ramenée sur les racines est plus importante. Aux environs du premier août, le binage est généralement terminé. Vers la mi-septembre, on coupe ce dont on a besoin pour ensemencer et on l’entasse en meules. En octobre, tout est prêt pour la raffinerie ; c’est alors que commence la coupe générale.56

  • 57 L. Brawley, « Frederick Douglass’s My Bondage and My Freedom and the Fugitive Tourist Industry », (...)

25Si Northup a pu fournir la matière de ces passages, il est peu probable qu’il les ait dictés mot pour mot à Wilson. Comme Fisher avant lui, Wilson a pu s’inspirer de sources extérieures afin de nourrir son texte de descriptions qui puissent plaire au lecteur nordiste en quête de dépaysement. À une époque où le Sud se trouvait encore à la périphérie de l’industrie touristique naissante, c’était aussi une forme de voyage en terre inconnue qu’offraient les récits d’esclaves57.

  • 58 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 234.
  • 59 C’est tout du moins la version des faits qui est donnée dans The Kidnapped and the Ransomed. En ré (...)

26Bien entendu, l’argument de vente principal restait l’histoire de Northup à proprement parler et les sensations fortes qu’elle ne manquerait pas de procurer à celles et ceux qui la liraient. Wilson savait qu’un récit comme celui de Northup était de nature à retenir l’attention d’un large public, pour lequel le sort d’une personne libre injustement asservie était sans doute plus digne d’intérêt que celui d’un simple esclave ayant grandi dans les plantations. Le contexte politique jouait en leur faveur : on se situait trois ans après le passage de la loi sur les esclaves fugitifs, qui exacerba le ressentiment nordiste à l’égard des sudistes, accusés de menacer les libertés de tous les citoyens (blancs et noirs) et non plus seulement des esclaves. Plusieurs romans, comme Ida May, relayaient ces craintes, en prenant pour héroïnes des personnages de jeunes filles blanches victimes d’enlèvement. Conscients de cette « préoccupation évidente du public pour le thème de l’“esclave blanc” »58, Derby & Miller misèrent sur son pendant noir et non fictionnel à plusieurs reprises, en publiant le récit de Solomon Northup et en coéditant (sous le nom de Miller, Orton & Mulligan) celui de Peter Still (The Kidnapped and the Ransomed, 1856), autre Noir libre ayant passé quarante ans en esclavage après avoir été enlevé dans son enfance59.

  • 60 Twelve Years a Slave [1853], ouvr. cité, p. 226 (traduit par P. Bonnet et C. Lamotte).
  • 61 R. B. Stepto, « Sharing the Thunder : The Literary Exchanges of Harriet Beecher Stowe, Henry Bibb, (...)

27La dimension commerciale se donne également à voir dans le paratexte et le texte de Twelve Years a Slave, et plus précisément dans la volonté des éditeurs et du scripteur de lier le récit de Northup à la figure de Stowe, dont le voisinage ne pouvait être que bénéfique. Le symptôme le plus évident en est la dédicace, Twelve Years a Slave étant dédié à l’auteure d’Uncle Tom’s Cabin. Le texte même contient plusieurs références plus ou moins explicites à Stowe, ainsi lorsque Northup dit que la nature ne l’a pas « doté en quantité suffisante de cette ferveur chrétienne qui a fait la célébrité d’un certain oncle Tom »60. Selon Robert B. Stepto, il ne faut pas voir dans cette tentative de rapprochement une forme de « pillage », mais plutôt un « partage » du champ politique, social et littéraire des années 1850, chacune des deux figures s’insérant à sa manière dans le débat sur l’abolition de l’esclavage. Il n’y a rien à voir, poursuit le critique, entre le récit de Northup et les innombrables publications dérivées d’Uncle Tom’s Cabin – ces copycat novels dont les auteurs cherchaient à s’accaparer l’aura de Stowe61. Si l’on ne peut contester ce dernier point, il ne faut pas oublier que le récit de Northup est porté par un éditeur, et que l’éditeur, à l’instar de tout entrepreneur, a pour ambition de réaliser un profit (ce qui n’exclut pas d’autres motivations), soit en l’occurrence de dégager une marge des livres qu’il se charge de publier. Il est révélateur que Stepto ne mentionne Wilson qu’en passant et qu’il fasse abstraction de Derby & Miller, dans sa volonté de « défendre » le récit à une époque (les années 1980) où celui-ci ne faisait pas l’objet d’une attention soutenue. Les rapprochements opérés avec Uncle Tom’s Cabin à toutes les étapes de l’histoire éditoriale du récit furent un élément parmi d’autres de ce qu’on appellera, par anachronisme, une « stratégie marketing » bien rodée.

  • 62 Twelve Years a Slave [1853], ouvr. cité, p. xv.
  • 63 Solomon Northup’s Twelve Years a Slave and Plantation Life in the Antebellum South, S. Eakin éd., (...)

28La véritable inconnue de ce dispositif, c’est Northup lui-même. Il n’existe en dehors du récit aucune source qui puisse nous éclairer de façon certaine sur ses motivations, son degré d’initiative et la nature de son engagement. Si les intentions commerciales prédominèrent en ce qui concerne Derby & Miller et Wilson, il est tout à fait possible que Northup ait d’abord conçu son livre comme une attaque contre cette institution qui l’avait privé de sa liberté pendant plusieurs années. Cela dit, Northup n’a pas milité de façon active en faveur de l’abolitionnisme, à la manière d’un Douglass ou d’un Brown. Il contribua à la diffusion de son récit, en tenant des meetings, en vendant des exemplaires de Twelve Years a Slave de la main à la main, en créant une version du récit pour la scène, mais il n’adhéra jamais à une association antiesclavagiste. Sa participation même à l’écriture de Twelve Years a Slave est problématique. Dans la préface, Wilson affirme qu’il a fidèlement retranscrit les propos de Northup et que ce dernier a « attentivement relu le manuscrit »62. Mais on ne sait si la voix que nous fait entendre Twelve Years a Slave est réellement celle de Northup ou sa réinterprétation par Wilson – si ce dernier joua le rôle de simple scripteur ou celui de véritable auteur. En revanche, tout est fait pour que cette voix paraisse authentique : le nom de Wilson est gommé de la page de titre ; Wilson minimise son degré d’intervention dans la préface ; et, bien sûr, le récit est écrit à la première personne. Il fallait donner « l’illusion d’un témoignage exact et de première main sur l’esclavage dans le Sud profond »63.

Promotion, distribution et ventes

29Il n’est pas anodin que le récit de Solomon Northup ait été publié dans ces conditions : une maison d’édition de la taille de Derby & Miller avait les moyens d’offrir à Twelve Years a Slave une visibilité inédite. Pour la première fois, un récit d’esclave circula dans les réseaux traditionnels du livre, et non plus au sein de canaux abolitionnistes certes bien organisés mais au champ d’action nécessairement restreint. L’auteure du récit de Peter Still, Kate E. R. Pickard, se réjouissait quelques années plus tard d’apprendre que son éditeur, un certain William T. Hamilton de Syracuse, s’associait à Miller, Orton & Mulligan pour la publication de The Kidnapped and the Ransomed :

  • 64 Lettre de Kate E. R. Pickard à Peter Still, 9 mai 1856, Peter Still Papers, Rutgers University.

Mr. Hamilton s’est associé pour la publication à Miller, Orton & Mulligan – une maison d’édition localisée à Auburn, et l’une des meilleures de l’État. Ils ont publié le livre de Fred. Douglas [sic] l’année dernière et ont fait paraître plusieurs autres ouvrages sur l’esclavage. Je pense que cela aidera grandement à la diffusion du livre.64

  • 65 Sur la fratrie Derby, voir W. Sutton, « The Derby Brothers : 19th-Century Bookmen », University of (...)
  • 66 W. Sutton, The Western Book Trade : Cincinnati as a Nineteenth-Century Publishing and Book-Trade C (...)

30Dans le cas du récit de Northup, Derby & Miller jouait le rôle d’éditeur principal. Car la page de titre du tout premier tirage de Twelve Years a Slave porte en vérité le nom de trois éditeurs distincts : Derby & Miller à Auburn, Derby, Orton & Mulligan à Buffalo et Henry W. Derby à Cincinnati. Cette triple implantation géographique, qui garantissait au livre une distribution d’autant plus étendue, était rendue possible par les partenariats que James C. Derby avait noués avec ses trois frères – George, Henry et Chauncey –, tous acteurs du monde de l’édition et du livre à un moment ou à un autre de leur carrière respective65. Henry W. Derby, pour ne prendre que son exemple, s’était installé à Cincinnati en 1844 pour fonder la firme H. W. Derby and Company, qui devint rapidement l’une des maisons d’édition les plus réputées de l’Ouest américain. Il y avait également ouvert la plus grande librairie à l’ouest des Appalaches, où il vendait des ouvrages parus à New York ou Boston en plus de ses propres publications et de celles de ses frères66. Il semble que les frères Derby aient adopté des politiques éditoriales différentes en matière de publication d’ouvrages sur l’esclavage, puisque George H. Derby publia à Buffalo en 1852 un ouvrage pro-esclavagiste, Life at the South : or « Uncle Tom’s Cabin » as It Is de W. L. G. Smith (1852), l’un de ces innombrables anti-Tom novels qui paraissaient alors. Dans un catalogue non daté de Miller, Orton & Mulligan, on trouvait, sur la même page, Life at the South et Twelve Years a Slave, deux livres qu’on ne s’attendrait pas à voir figurer l’un à côté de l’autre.

  • 67 D. Fiske et al., Solomon Northup, ouvr. cité, p. 112.
  • 68 Cayuga Chief, 19 avril 1853 ; New York Daily Times, 15 avril 1853 ; National Era, 21 avril 1853 ; (...)

31Ainsi publié dans trois villes différentes, Twelve Years a Slave donna lieu à une campagne promotionnelle de grande ampleur, et ce dès avant la parution. Dès le début du mois de mars 1853, la presse locale du nord de l’État de New York notait qu’un individu de la région s’était lancé dans l’écriture du récit de Northup67. À partir d’avril parurent les premiers encarts publicitaires annonçant que l’ouvrage était sous presse. C’est peu dire que Twelve Years a Slave fut abondamment promu : lors du seul mois d’avril, Derby & Miller placèrent un même encart dans la presse locale (Cayuga Chief à Auburn), la presse des grands centres urbains (New York Daily Times), la presse abolitionniste (The National Era, Frederick Douglass’ Paper) et la presse réservée aux professionnels du livre (Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, The Literary World)68. Donald E. Liedel rappelle que James C. Derby faisait partie des principaux innovateurs en matière de promotion du livre dans les années 1850, puisqu’il mettait en œuvre des stratégies de communication qui se rapprochaient parfois du puffing, forme de promotion agressive à la limite de la publicité mensongère. En 1855, un article du Putnam’s Monthly dénonçait les « machinations » d’éditeurs commerciaux prêts à tout pour mettre en avant leur dernier livre à sensation : envois systématiques d’exemplaires à la presse avant la publication, chiffres de vente gonflés à l’excès, abus des « petites phrases épigrammatiques » (tel le superlatif « The Greatest Book of Its Kind », utilisé par John P. Jewett pour la promotion d’Uncle Tom’s Cabin), etc. Et l’article de conclure avec ironie :

  • 69 « Editorial Notes. – Cursive and Discursive », Putnam’s Monthly, vol. 5, no 28, avril 1855, p. 440 (...)

Chaque livre est le plus grand livre jamais publié. 20 000 exemplaires commandés avant la publication. 50 000 exemplaires vendus en deux semaines après la publication. Ce livre fait sensation. Tout le monde en parle.69

  • 70 M. Winship, « Manufacturing and Book Production », A History of the Book in America, S. E. Casper (...)

32La plupart des récits d’esclaves évoqués dans ce chapitre furent promus selon un dispositif assez proche de celui décrit par l’article de Putnam’s Monthly. En ce qui concerne Twelve Years a Slave, l’encart publicitaire du mois d’avril, quoique relativement discret, jouait déjà sur certains de ces codes, par exemple en multipliant majuscules et points d’exclamation censés accrocher l’attention du lecteur. L’éditeur fournissait également une liste détaillée des illustrations qui agrémentaient l’ouvrage – argument de vente efficace à une époque où le livre restait « plus typographique que graphique »70. Le prix annoncé – 1 dollar – correspondait au prix habituel pour un ouvrage de cette longueur (plus de 300 pages), de ce format (in-12) et de cette facture (reliure toile). Twelve Years a Slave était un ouvrage d’apparence sobre mais élégante, couvert d’une toile marron à motifs gaufrés sur les plats, et dont le titre apparaissait en lettres dorées sur le dos.

  • 71 Publishers’ Circular, vol. 16, no 378, 16 juin 1853, p. 222 et p. 230.
  • 72 Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, vol. 3, no 8, 15 août 1853, p. 137.
  • 73 Une version abrégée de ce compte rendu apparaît dans H. B. Stowe, A Key to Uncle Tom’s Cabin, Bost (...)

33Le récit de Northup parut finalement en juin-juillet 1853. Il s’agissait bien d’un dispositif éditorial de grande envergure, puisque l’ouvrage fut lancé quasi simultanément aux États-Unis par Derby & Miller et en Grande-Bretagne par Sampson Low, Son, and Co., un éditeur londonien qui avait l’habitude de travailler en tandem avec des confrères américains71. Une fois l’ouvrage disponible à la vente, Derby & Miller redoublèrent leurs efforts, ciblant un nombre d’organes de presse toujours plus large et concevant des encarts publicitaires toujours plus extravagants. L’un des plus visibles occupait le tiers médian d’une (grande) page d’un numéro de la Norton’s Literary Gazette de l’été 1853 (fig. 9)72. Derby & Miller mettaient une fois de plus en avant le lien entre l’histoire de Northup et celle de l’oncle Tom, ici par le biais d’un autre ouvrage de Stowe tout juste paru, A Key to Uncle Tom’s Cabin. En réponse à ceux qui l’accusaient d’avoir exagéré les horreurs de l’institution esclavagiste, Stowe exposait dans sa « clé » une liste de cas réels qui faisaient écho aux événements narrés dans le roman. Une large part du chapitre sur l’enlèvement de Noirs libres était consacrée à l’affaire Northup, dont Stowe avait lu un compte rendu dans les pages du New York Daily Times, mentionné plus haut (« The Kidnapping Case »)73. L’occasion était trop belle pour Derby & Miller, qui s’accaparèrent la référence à Northup : non seulement Stowe était citée dans l’encart publicitaire – il y avait un « parallèle frappant » entre ces deux histoires qui se déroulaient dans la même région –, mais Twelve Years a Slave lui-même était décrit comme une autre « clé » pour comprendre Uncle Tom’s Cabin. Dans le même temps, et d’une façon qui peut paraître paradoxale, Derby & Miller se distanciaient du monde fictionnel d’Uncle Tom’s Cabin en jouant la carte de l’« histoire vraie », à travers l’adage bien connu : « TRUTH STRANGER THAN FICTION ! » La vérité, nous dit-on, est plus fascinante encore que la fiction – et par fiction, on fait implicitement référence à l’oncle Tom.

Fig. 9. Encart publicitaire pour Twelve Years a Slave dans la Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, 15 août 1853

Fig. 9. Encart publicitaire pour Twelve Years a Slave dans la Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, 15 août 1853

Source : Fales Library & Special Collections, New York University

  • 74 Littell’s Living Age, 10 septembre 1853.
  • 75 Connecticut Courant, 1er octobre 1853 ; Norfolk Democrat, 11 novembre 1853 ; Alexandria Gazette, 2 (...)

34En dehors du parallèle géographique, il n’y avait en réalité guère de ressemblance entre Uncle Tom’s Cabin et l’histoire d’un Noir libre de New York enlevé et réduit en esclavage en Louisiane. Cela n’empêcha pas Derby & Miller de solliciter à de nombreuses reprises la citation de Stowe sur le « parallèle frappant » entre son roman et certains des événements narrés par Northup, par exemple en la reproduisant dans le livre, au-dessus de la dédicace, dans toutes les éditions tirées après la parution de A Key to Uncle Tom’s Cabin. Elle figurait encore en tête de la page de publicité pour Twelve Years a Slave qui parut dans le magazine bostonien Littell’s Living Age en septembre74. On atteignait là le point d’acmé dans la promotion de Twelve Years a Slave, avec une pleine page d’un grand magazine généraliste saturée de texte – principalement d’extraits des recensions qui avaient paru pendant l’été. La pratique consistant à sélectionner de tels extraits (encore en usage chez les éditeurs aujourd’hui) était déjà courante dans les années 1850, pour des publications commerciales à succès. La variété des sources donne une idée de la diffusion à grande échelle de l’ouvrage, de New York à Pittsburgh en passant par Buffalo, Syracuse ou Détroit. Un examen plus fouillé de la presse montre que l’ouvrage était aussi disponible à Hartford, dans le Connecticut, Dedham, dans le Massachusetts, et même à Alexandria, en Virginie75.

  • 76 Albany Evening Journal, 16 juillet 1853, 30 juillet 1853 et 2 août 1853.
  • 77 Voir par exemple l’encart publicitaire dans Frederick Douglass’ Paper, 18 novembre 1853.
  • 78 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, p. 3.
  • 79 « Book and Tract Depository of the American and Foreign Anti-Slavery Society », American Jubilee, (...)

35Passer par un éditeur commercial, c’était en effet s’assurer une présence en librairie plus systématique qu’elle n’avait pu l’être, par exemple, pour le récit de Frederick Douglass. Dans la ville d’Albany, en juillet-août 1853, on pouvait acheter un exemplaire de Twelve Years a Slave chez Little & Co. (au 53 State Street), chez E. H. Bender (au 75 State Street) et chez E. H. Pease (au 82 State Street)76. Afin de multiplier les occasions d’achat, Derby & Miller recrutèrent par ailleurs des « agents » ayant pour mission de vendre le récit de Northup dans toutes les régions des États-Unis et du Canada, comme les éditeurs commerciaux le faisaient fréquemment77. En un mot, il n’était plus question avec Twelve Years a Slave d’une économie charitable basée sur le contact direct entre l’auteur et son public, ou sur l’échange au sein d’une communauté de personnes partageant les mêmes intérêts – deux modes de diffusion caractéristiques des récits de la période précédente – mais d’un dispositif de nature commerciale, moins personnel, plus fortement médié et en partie déconnecté de la sphère abolitionniste. Un tel changement offre une bonne illustration du processus de « désencastrement social »78 qui, selon Leon Jackson, caractérisa l’activité auctoriale au xixe siècle. Cela ne signifie aucunement que Twelve Years a Slave n’ait pas intéressé les abolitionnistes : l’ouvrage était en vente dans quelques dépôts antiesclavagistes et chez le libraire réformateur Bela Marsh à Boston ; il fut lu et cité par plusieurs grandes figures du mouvement, parmi lesquelles Frederick Douglass, Abby Kelley Foster, William Henry Furness et Samuel May Jr.79 Ce dernier écrivait ainsi à son ami britannique John B. Estlin :

  • 80 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 20 décembre 1853, BPL, MS B.1.6, vol. 14, no 66.

Avez-vous vu le volume de Solomon Northup ? Vous devriez le lire ; je ne doute pas que ce récit soit en grande partie véridique, et il ne manquera pas de marquer les esprits de ce pays. Qui peut dire, ou imaginer, le calvaire enduré par ces pauvres gens ?80

36La façon même dont le propos est formulé révèle toutefois que les abolitionnistes bostoniens et new-yorkais n’avaient eu aucun rôle dans la production de l’ouvrage, qu’ils découvraient en même temps que le reste du public. L’une des conséquences de ce phénomène est que le lectorat de Twelve Years a Slave fut sans doute beaucoup plus diversifié que celui de Narrative of the Life of Frederick Douglass, l’accès au livre ne supposant pas de familiarité préalable avec le mouvement abolitionniste, ses institutions et ses membres.

  • 81 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, B. Quarles éd., ouvr. cité, p. xii (...)
  • 82 Voir l’encart de la Norton’s Literary Gazette reproduit plus haut, qui indique « 15th Thousand Now (...)
  • 83 H. C. Carey, Letters on International Copyright, Philadelphie, A. Hart, 1853, p. 50.
  • 84 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 148, note 56.

37Comment ce dispositif éditorial influa-t-il sur les chiffres de vente du récit ? On peut prendre une fois de plus le récit de Douglass comme point de comparaison pour celui de Northup. On estime généralement à 30 000 le nombre d’exemplaires de Narrative of the Life of Frederick Douglass publiés de part et d’autre de l’Atlantique entre 1845 et 185081. En ce qui concerne Twelve Years a Slave, on dispose de chiffres fournis par l’éditeur, mais il faut les considérer avec précaution puisqu’il était dans l’intérêt de Derby & Miller d’annoncer des ventes importantes en guise d’argument promotionnel. Divers encarts publicitaires suggèrent qu’entre 14 000 et 15 000 exemplaires de Twelve Years a Slave furent écoulés pendant l’été 1853, ce qui constituait un démarrage remarquable, mais peu surprenant vu l’ampleur de la promotion et l’actualité brûlante du sujet82. Dans un ouvrage publié en fin d’année, l’économiste américain H. C. Carey donnait quant à lui le chiffre de 20 000 exemplaires83. Le récit de Solomon Northup continua de se vendre, bien que plus lentement, en 1854 : il existe notamment deux éditions « 25 000 » et « 27 000 » datées de cette année. C’est à partir de 1855-1856 que les ventes commencèrent à se tasser, la dernière édition connue ayant été publiée en 1856 avec la mention « 29 000 »84. Si le livre connut donc un certain succès, il eut toutefois une durée de vie plus courte que les récits de Douglass, Brown ou Truth, car Derby & Miller cessèrent d’en produire des exemplaires en grand nombre dès lors que la demande s’essouffla, tandis que les auteurs de récits d’esclaves qui avaient précédé œuvrèrent sans relâche à la diffusion de leurs écrits, pendant plus de sept ans pour Truth. En termes purement numériques, on constate que les récits de Douglass et Northup semblent avoir touché un nombre à peu près égal d’individus, malgré des formes de distribution tout à fait différentes.

  • 85 Twelve Years a Slave, S. Eakin et J. Logsdon éd., ouvr. cité, p. xv.
  • 86 New York Daily Times, 15 avril 1853.
  • 87 « Solomon Northrop ; or, 12 Years a Slave », Essex County Republican, 13 août 1853. Le nom de Solo (...)
  • 88 Syracuse Daily Standard, 4 avril 1853.
  • 89 C. Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, ouvr. cité, p. 39.
  • 90 J. C. Derby, Fifty Years among Authors, Books and Publishers, New York, G. W. Carleton & Co., 1884 (...)

38Ces chiffres de vente impressionnants ont conduit Sue Eakin et Joseph Logsdon à affirmer, dans leur introduction à l’édition critique de référence de Twelve Years a Slave, que le récit de Northup fut « l’un des plus rentables du genre »85 (en faisant référence aux récits d’esclaves dans leur totalité). Le propos élude la question essentielle : rentable pour qui ? Nous avons vu que pour de nombreux auteurs africains-américains de la période antebellum, la distribution (souvent artisanale) d’ouvrages produits avec relativement peu de moyens permettait de se constituer un petit pécule avec lequel vivre ou survivre. Le dispositif commercial qui présida à la publication de Twelve Years a Slave impliquait a priori un fonctionnement d’une tout autre nature, à base de rémunération par droits d’auteur. Mais qui de Northup ou de Wilson était considéré comme l’auteur ? les gains furent-ils partagés entre eux ? et quels profits engrangeait l’éditeur ? Malheureusement, le contrat d’édition de Twelve Years a Slave n’a pas été conservé, et l’on ne peut tenter d’éclairer ce moment du processus éditorial qu’en s’appuyant sur des sources indirectes… et contradictoires. Les encarts publicitaires parus pendant la première vague de promotion, en avril-mai 1853, laissaient entendre que Northup était le principal bénéficiaire de la vente du livre : « La plus grande partie des bénéfices sera reversée à Solomon »86, pouvait-on lire en petits caractères dans le New York Daily Times ; John Thomson, un ami de la famille Northup (blanche) qui vivait dans l’État de New York, allait encore plus loin : « Je crois que l’intégralité des bénéfices tirés de la vente du livre sera reversée à “l’oncle Sol” et à sa famille. »87 Il est toutefois surprenant que Derby & Miller n’aient pas fait de cet acte de publication désintéressé un argument publicitaire de premier ordre : au contraire, il n’en fut plus question dans la promotion ultérieure. Il est également difficile de croire que cette maison d’édition commerciale ait accepté de publier Twelve Years a Slave sans en tirer un quelconque profit. La presse locale donnait encore une autre version des faits : Northup aurait cédé ses droits sur le texte pour une somme forfaitaire de 3 000 dollars88. La somme peut paraître généreuse, si l’on met de côté le fait que Northup n’était pas intéressé à la réussite commerciale du livre : l’ancien esclave aurait eu beaucoup à perdre si l’ouvrage s’était aussi bien vendu qu’Uncle Tom’s Cabin. Claire Parfait rappelle à ce titre que la plupart des individus optant pour la rémunération forfaitaire « avaient un besoin immédiat d’argent »89, ce qui était le cas de Solomon Northup après son retour au Nord. Quant à David Wilson, il est peu probable qu’il ait écrit Twelve Years a Slave à des fins purement philanthropiques. Il avait dû recevoir une somme fixe, ou peut-être touchait-il un pourcentage sur chaque ouvrage vendu. Quoi qu’il en soit, la maison Derby & Miller ne semble pas avoir eu à regretter cette entreprise éditoriale sur le plan financier puisqu’elle continua à faire paraître des récits d’esclaves. Trente ans plus tard, James C. Derby gardait un excellent souvenir de la publication de Twelve Years a Slave : « Ce livre fut publié par ma maison d’édition, et les aventures palpitantes de Solomon ont fait sensation au sein de la communauté des lecteurs ; le livre s’est vendu rapidement à de très nombreux exemplaires. »90

Anciens amis, nouveaux noms : récits réincarnés

39Si la période de l’après-oncle Tom mérite d’être traitée à part dans l’histoire du récit d’esclave, c’est aussi parce qu’elle fut marquée par un phénomène inédit : des récits d’esclaves publiés par le passé – dans les années 1830 ou 1840 – reparurent sous des formes nouvelles. À contexte historique différent, dispositif éditorial différent : ces récits réincarnés furent publiés par des éditeurs commerciaux, et non plus au sein des économies parallèles du livre qui les avaient vus naître. Parmi ces éditeurs, certains souhaitèrent redonner vie à des textes ou des histoires qu’ils avaient appréciés, d’autres tentèrent de profiter de la soudaine vague d’engouement pour le thème de l’esclavage en littérature – les deux motifs n’étant pas exclusifs l’un de l’autre. L’auteur lui-même pouvait avoir un rôle à jouer, et le texte du récit était amené à évoluer.

De Narrative of the Life of Frederick Douglass à My Bondage and My Freedom

40Lorsque My Bondage and My Freedom parut en 1855, Frederick Douglass était une tout autre personne que celle qu’il avait été dix ans plus tôt, au moment de la publication de Narrative of the Life of Frederick Douglass. Devenu une figure incontournable de l’abolitionnisme noir, il avait prononcé des centaines de discours devant des foules admiratives de part et d’autre de l’Atlantique, fondé son propre journal (The North Star, plus tard renommé Frederick Douglass’ Paper) et consommé sa rupture avec William Lloyd Garrison pour se rapprocher de Gerrit Smith et de l’abolitionnisme politique. Indéniablement, Douglass s’était fait une place dans le paysage intellectuel et politique du milieu des années 1850 – tout en y conservant, dans une certaine mesure, une position marginale, du fait de sa couleur de peau et de ses affiliations idéologiques. Dès lors, l’histoire éditoriale de My Bondage and My Freedom ne pouvait qu’être fort différente de celle de Narrative of the Life of Frederick Douglass. Ce second récit autobiographique fut en effet publié par Miller, Orton & Mulligan, successeurs de Derby & Miller. Douglass, qui avait rédigé une recension de Twelve Years a Slave dès la parution de l’ouvrage, devait connaître cette maison d’édition au moins de réputation. Désormais installé à Rochester, dans l’État de New York, il n’habitait qu’à une centaine de kilomètres de la ville d’Auburn, la proximité géographique facilitant la collaboration entre auteur et éditeur.

  • 91 Frederick Douglass Papers, Legal File, Copyrights, 1845-1881, Library of Congress.
  • 92 F. Douglass, My Bondage and My Freedom, ouvr. cité, p. vi.
  • 93 FDP III, 1, p. 262-263, note 1.
  • 94 G. Fulkerson, « Textual Introduction », FDP II, 2, p. 288.

41La façon dont est rédigé le contrat d’édition de My Bondage and My Freedom, conservé à la bibliothèque du Congrès, laisse penser que c’est Miller, Orton & Mulligan qui demandèrent à Douglass de lui fournir un manuscrit et non Douglass qui contacta la maison d’édition avec un projet éditorial. Daté de février 1855, le contrat stipule que Douglass s’engageait à fournir, dans les quatre mois, un manuscrit d’au moins 250 pages du même format que Twelve Years a Slave (la référence au récit de Northup ayant pour effet de créer une parenté entre les deux récits, qui forment presque un début de collection)91. L’hypothèse d’une commande passée par l’éditeur est étayée par le paratexte de My Bondage and My Freedom : l’auteur de la section intitulée « Editor’s Preface » dit clairement avoir sollicité Douglass92. Il existe malheureusement une incertitude sur l’identité de cet editor anonyme, qui pourrait tout à fait être un employé de la maison Miller, Orton & Mulligan, mais que la critique a identifié – sans pouvoir le prouver – comme étant l’amie de Frederick Douglass, Julia Griffiths. Cette abolitionniste britannique avait fait la connaissance de Douglass en 1846, alors que celui-ci se trouvait à Newcastle-upon-Tyne. Séduite par l’orateur qu’elle découvrit à cette occasion, Griffiths suivit Douglass aux États-Unis et resta à ses côtés jusqu’en 1855, avant de retourner dans son pays natal : elle participa aux activités de la Western New York Anti-Slavery Society, prit en charge les finances du North Star, et joua un rôle de premier plan sur la scène antiesclavagiste de Rochester. Elle vécut un temps chez la famille Douglass, ce qui valut à Douglass et Griffiths de violentes critiques de la part d’abolitionnistes garrisoniens sur la nature ambiguë de leurs relations93. Étant donné que Griffiths occupait également des fonctions éditoriales à la rédaction du North Star, relisant les articles à paraître dans le journal, on a supposé qu’elle avait été aussi l’auteure de la préface à My Bondage and My Freedom et l’editor du manuscrit. Elle aurait alors gardé l’anonymat afin de ne pas réveiller les animosités passées94.

  • 95 S. M. Ryan, « Douglass, Melville, and the Moral Economies of American Authorship », Frederick Doug (...)
  • 96 F. Douglass, My Bondage and My Freedom, ouvr. cité, p. 361. John A. Collins et George Foster sont (...)

42Quoi qu’il en soit, la publication de My Bondage and My Freedom par un éditeur commercial indépendant offrait à Douglass la possibilité de ne plus dépendre des réseaux abolitionnistes qui avaient permis la bonne circulation de son premier récit, et constituait ainsi une sorte de « défi » à l’abolitionnisme garrisonien95. Il régnait alors au sein de la sphère abolitionniste un climat délétère, entre Douglass, d’une part, et les garrisoniens, d’autre part, qui ne lui pardonnèrent pas ses prises d’indépendance à répétition (la fondation du North Star, la conversion à l’abolitionnisme politique) et qui l’attaquèrent sur le terrain moral au sujet de sa relation avec Griffiths. Le texte même du récit porte la trace de ces querelles intestines. Dans la seconde partie de l’ouvrage, « Life as a Freeman », Douglass revient sur ses premiers échanges avec les abolitionnistes de la Massachusetts Anti-Slavery Society, affirmant que ceux-ci ne l’autorisaient à s’exprimer sur sa condition d’ancien esclave que dans la mesure où il s’en tenait à un discours factuel : « Donnez-nous les faits, me dit Collins, nous nous chargerons de la philosophie. »96 On tentait de brider son discours, non seulement dans son contenu, mais aussi dans sa forme, qui ne devait pas paraître trop recherchée :

Personne ne croira que vous avez été esclave, Frederick, si vous continuez ainsi, me dit Foster. Mieux vaut garder un peu du style de la plantation ; il ne faut pas que vous ayez l’air trop instruit. (p. 362)

  • 97 « A Faithful Correction and Willing Acknowledgement », National Anti-Slavery Standard, 12 janvier  (...)
  • 98 Lettre de Frederick Douglass à William Lloyd Garrison, 13 janvier 1856, P. S. Foner éd., The Life (...)

43Dans la suite du texte, Douglass évoquait d’autres sources de tensions avec ses anciens alliés : l’opposition des abolitionnistes à la création du North Star, leur refus d’entendre ses changements d’opinion sur la question politique, leur « préjugé » latent envers les Africains-Américains (p. 398). Il s’exprimait en des termes mesurés, mais qui ne pouvaient manquer de susciter la colère des individus concernés. Ainsi de William Lloyd Garrison, qui ne tarda pas à réagir lorsque l’abolitionniste britannique George Thompson eut l’imprudence de faire l’éloge de My Bondage and My Freedom dans son journal The Empire : tout en saluant le caractère « remarquable » de la première partie sur la vie d’esclave, Garrison dénonçait en des termes violents l’« ingratitude » et la « grossièreté » de Douglass envers ses anciens alliés dans le reste de l’ouvrage97. Douglass se défendit par la suite d’avoir tenu des propos malveillants98, mais il n’en reste pas moins que ce second récit avait en partie pour objet de faire connaître sa propre version des faits sur son rapport avec les leaders abolitionnistes blancs, et surtout de faire entendre sa véritable voix, débarrassée de tout filtre. En ce sens, la répétition emphatique du pronom possessif My dans le titre est à comprendre comme une affirmation par Douglass de son individualité, s’exprimant hors du cadre abolitionniste.

  • 99 Sur le militantisme noir des années 1850, voir J. H. Pease et W. H. Pease, They Who Would Be Free  (...)

44L’évolution du paratexte entre les deux versions du récit de Douglass est éloquente : la préface de Garrison et la lettre de Phillips qui ouvrent Narrative of the Life of Frederick Douglass ont cédé la place, dans My Bondage and My Freedom, à une introduction de l’intellectuel et activiste noir James McCune Smith. Le choix n’a rien d’anodin. Comme Douglass, Smith avait fait ses premières armes en tant qu’abolitionniste au sein des cercles garrisoniens ; comme Douglass, il avait peu à peu pris ses distances avec cette branche du mouvement antiesclavagiste pour se rapprocher de Gerrit Smith et de l’abolitionnisme politique. Dans ses discours et ses écrits, Smith dénonçait avec une grande virulence le racisme et le paternalisme des abolitionnistes qu’il avait fréquentés, soulignant que le combat pour l’abolition de l’esclavage devait être mené par les Noirs avant tout, plutôt que par des Blancs toujours prêts à les reléguer au second rang. La publication de My Bondage and My Freedom doit aussi être replacée dans le contexte de la loi sur les esclaves fugitifs de 1850 puis de l’arrêt Dred Scott v. Sandford de 1857 (selon lequel les Africains-Américains, libres ou esclaves, ne pouvaient prétendre à la citoyenneté américaine), qui accélérèrent la formation d’un militantisme noir plus radical et plus agressif, dans sa rhétorique, mais aussi dans ses modes d’action, puisque Frederick Douglass comme James McCune Smith défendaient désormais l’usage de la violence comme arme légitime du combat antiesclavagiste, tandis que Garrison continuait de prôner le principe pacifiste de « non-résistance »99.

  • 100 J. Stauffer, The Black Hearts of Men : Radical Abolitionists and the Transformation of Race, Cambr (...)
  • 101 Voir par exemple la lettre de Frederick Douglass à Gerrit Smith, 14 août 1855, P. S. Foner éd., Th (...)
  • 102 J. R. McKivigan, « The Frederick Douglass-Gerrit Smith Friendship and Political Abolitionism in th (...)
  • 103 J. Ruggles, The Unboxing of Henry Brown, ouvr. cité, p. 83 ; lettre de William Wells Brown à Gerri (...)

45À une époque où les liens entre activistes noirs et blancs avaient tendance à se distendre, il est un individu avec lequel Frederick Douglass et James McCune Smith entretenaient malgré tout des relations cordiales : Gerrit Smith. Les trois hommes s’étaient notamment retrouvés à la convention inaugurale du Radical Abolition Party (héritier du Liberty Party), qui se tint à Syracuse en juin 1855, alors que Douglass travaillait à la composition de son manuscrit100. Douglass tenait Gerrit Smith en haute estime, et c’est à lui qu’il dédia My Bondage and My Freedom, ce qui ancrait encore un peu plus le volume dans le milieu de l’abolitionnisme politique radical. Il faut dire que ce richissime philanthrope avait consenti de nombreux dons d’argent à Douglass, comme en témoigne leur correspondance101. Si l’activisme politique de Gerrit Smith est bien connu – il se présenta trois fois à l’élection présidentielle pendant la période antebellum –, on insiste plus rarement sur l’aide matérielle qu’il apporta aux anciens esclaves en situation de difficulté financière et sur ses dons de terres systématiques à la population africaine-américaine102. C’est vers lui que se tournaient les abolitionnistes noirs quand leur manquaient les fonds nécessaires pour leurs projets, entre autres éditoriaux : Henry Box Brown lui demanda un prêt de 150 dollars pour mettre en place son panorama, le Mirror of Slavery ; William Wells Brown fit appel à lui pour la publication de The Black Man ; Jermain W. Loguen fit de même pour son récit d’esclave The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman103. Dans la mesure où My Bondage and My Freedom fut publié par une maison d’édition commerciale, Gerrit Smith n’avait pas de raison d’intervenir directement dans le financement de l’ouvrage, mais sa présence au travers de la dédicace marquait de façon certaine la rupture avec l’abolitionnisme garrisonien.

  • 104 W. L. Andrews, To Tell a Free Story, ouvr. cité, p. 214-239 (citation p. 218).
  • 105 Lettre de Frederick Douglass à Gerrit Smith, 18 juillet 1855, Gerrit Smith Papers, Syracuse Univer (...)
  • 106 F. Douglass, My Bondage and My Freedom, ouvr. cité, p. vii

46Il serait toutefois réducteur de ne considérer My Bondage and My Freedom que sous l’angle polémique, c’est-à-dire de n’y voir qu’un simple règlement de comptes. Après tout, la partie sur la vie d’homme libre de Douglass occupe un volume restreint (quatre chapitres) par rapport au récit de sa vie d’esclave (vingt et un chapitres), qui reste le sujet principal. En publiant cet ouvrage, Douglass travaillait aussi – et peut-être davantage – à la construction de son statut d’écrivain et, partant, à sa renommée : ne serait-ce que par son épaisseur, My Bondage and My Freedom se présente comme une œuvre littéraire plus aboutie que ne pouvait l’être Narrative of the Life of Frederick Douglass, écrit au début de la carrière de Douglass, dans une certaine précipitation. Sans entrer ici dans le détail d’une comparaison entre le texte de 1845 et celui de 1855, on peut renvoyer aux analyses de William L. Andrews, qui a contribué à la réhabilitation de My Bondage and My Freedom auprès de la critique contemporaine en soulignant la plus grande sophistication de ce récit par rapport à sa première incarnation : dans les sections consacrées à la vie d’esclave, et tout particulièrement dans la façon dont Douglass décrit son environnement humain, la prose de l’auteur a gagné « en ampleur et en profondeur ». Le style lui-même est d’une plus grande complexité, comparé à la rhétorique sobre de Narrative of the Life of Frederick Douglass104. Peut-être n’est-ce pas un hasard si l’une des rares références connues au processus d’écriture de My Bondage and My Freedom touche justement aux difficultés rencontrées par Douglass : « Je suis très occupé par l’écriture de mon livre – une tâche plus ardue que ce à quoi je m’attendais – et dont je commence à me lasser »105, confiait-il à Gerrit Smith à un mois de la publication. Il ne faut pas voir dans ces efforts – ou pas uniquement – le prix de l’ambition personnelle. Il était aussi question pour Douglass, comme il le suggère dans la préface, de faire voler en éclats le stéréotype de l’« infériorité naturelle » et de la « profonde stupidité » des esclaves en livrant une œuvre dont la critique ne pourrait que saluer la virtuosité106.

  • 107 Practical Christian, 31 mai 1845 ; « Douglass’ Narrative », Anti-Slavery Bugle, 10 octobre 1845 ; (...)
  • 108 Frederick Douglass’ Paper, 21 septembre 1855.

47La sophistication de l’ouvrage, en vérité, provient autant de son fond que de sa forme. En passant par un éditeur commercial, Douglass s’assurait que le produit terminé serait, dans son apparence, à la hauteur de son contenu. Alors que Narrative of the Life of Frederick Douglass avait été publié sous forme d’un « petit volume »107 parfois vendu avec une simple couverture papier, un soin particulier fut apporté à la fabrication des exemplaires de My Bondage and My Freedom : « C’est un très bel ouvrage d’environ 500 pages, publié dans le style le plus élégant des éditeurs », notait l’auteur d’une recension108. Sur le dos de l’ouvrage figuraient, en lettres dorées, le titre du livre, et surtout le nom de Douglass. Il s’agit là d’une différence majeure entre le récit de 1845, qui n’indiquait pas de nom d’auteur autrement que par le détour de la mention « écrit par lui-même », et le récit de 1855, dont l’auteur est dûment identifié sur le dos et en page de titre. De même, un rapide coup d’œil à la table des matières révèle l’omniprésence du terme « auteur » dans les titres et sous-titres de chapitres : le chapitre 1 s’intitule « The Author’s Childhood », le chapitre 2 « The Author Removed from his First Home », etc. Si cette désignation tient de la convention, elle a malgré tout pour effet d’attirer l’attention du lecteur sur la littérarité de l’ouvrage en le ramenant sans cesse à la scène d’écriture. La présentation même de My Bondage and My Freedom témoigne d’un certain raffinement éditorial : la table des matières est extrêmement détaillée, la page de titre et la dédicace donnent lieu à un élégant travail typographique, chacune des deux parties s’ouvre sur une gravure originale. Par contraste, Narrative of the Life of Frederick Douglass donne l’impression d’un grand dépouillement.

  • 109 J. Sekora, « “Mr. Editor, If You Please” : Frederick Douglass, My Bondage and My Freedom, and the (...)
  • 110 P. Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil (Points), 1996, p. 45.
  • 111 H. B. Stowe, « Anti-Slavery Literature », art. cité.
  • 112 S. J. May, Some Recollections of Our Antislavery Conflict, Boston, Fields, Osgood & Co., 1869, p.  (...)
  • 113 Voir à ce sujet l’introduction à R. S. Levine, The Lives of Frederick Douglass, ouvr. cité.

48Ces multiples évolutions textuelles, paratextuelles et éditoriales ont conduit John Sekora à affirmer que seul My Bondage and My Freedom pouvait prétendre au titre d’autobiographie, Narrative of the Life of Frederick Douglass ayant été conçu comme un simple « document antiesclavagiste » : au « témoignage accusateur » aurait succédé le « récit de vie » en bonne et due forme109. Un tel propos suppose qu’on puisse délimiter de façon claire le corpus autobiographique, dont le théoricien Philippe Lejeune a montré qu’il est « constitué en réalité selon des critères multiples, variables dans le temps et selon les individus et souvent non cohérents entre eux »110. Du point de vue des lecteurs de la période antebellum, Narrative of the Life of Frederick Douglass autant que My Bondage and My Freedom pouvaient être considérés comme des autobiographies : Harriet Beecher Stowe elle-même utilisait le terme de façon indifférenciée pour parler des deux textes de 1845 et 1855111. La distinction opérée par John Sekora fait toutefois écho à certains témoignages d’époque, par exemple celui de l’abolitionniste Samuel J. May dans un volume de mémoires intitulé Some Recollections of Our Antislavery Conflict (1869). Des termes très différents viennent en effet sous la plume de May lorsque celui-ci se souvient des deux récits publiés par Douglass : l’un est une « autobiographie bien écrite et du plus grand intérêt, intitulée My Bondage and My Freedom », l’autre est « un fascicule qu’il se sentit obligé de publier en 1845 pour contrer ceux qui l’accusaient d’être un imposteur »112. Seul le titre de My Bondage and My Freedom est mentionné, et seul cet ouvrage est désigné comme une autobiographie. En dernière analyse, la distinction est donc surtout pertinente dans la mesure où elle rappelle que Douglass en vint à l’écriture de My Bondage and My Freedom par un chemin fort différent de celui qui l’avait conduit à celle de Narrative of the Life of Frederick Douglass. Dans un cas, il s’agissait pour Douglass de prouver sa bonne foi en communiquant au public, le plus rapidement possible, les détails de sa vie en esclavage ; dans l’autre, il cherchait à laisser une empreinte durable sur les lettres américaines en signant un texte de qualité qui avait aussi valeur de déclaration d’indépendance. De ce point de vue, il est assez paradoxal que la critique contemporaine se soit focalisée sur le premier texte au détriment du second, quand Douglass lui-même considéra certainement My Bondage and My Freedom comme une œuvre supérieure113.

  • 114 Portland Transcript, 7 avril 1855 ; Michigan Farmer, 1er mai 1855.
  • 115 Voir par exemple New York Daily Times, 21 juillet 1855 ; Independent, 26 juillet 1855 ; Cayuga Chi (...)
  • 116 E. Greenspan, George Palmer Putnam, ouvr. cité, p. 362.
  • 117 Frederick Douglass’ Paper, 31 août 1855 ; New York Daily Times, 1er août 1855 et 6 août 1855 ; Nat (...)

49Comme pour Twelve Years a Slave, la promotion de My Bondage and My Freedom commença bien en amont de la publication. Miller, Orton & Mulligan déployèrent une énergie considérable pour créer une attente autour de la parution du livre. De magazine en journal, du Maine au Michigan, un premier encart publicitaire fit son apparition en avril 1855, qui annonçait que l’ouvrage était « sous presse »114. Deux mois plus tard, un nouvel encart publicitaire annonçait la parution prochaine du récit avec un slogan accrocheur : « BE READY FOR THIS ! 21 Years a SLAVE – 17 Years a FREEMAN. »115 Enfin, la parution de My Bondage and My Freedom le 15 août donna lieu à une véritable déferlante promotionnelle dans la presse, qui ne connut pas d’équivalent parmi les autres titres du catalogue de Miller, Orton & Mulligan. Cette campagne de publicité aux proportions qualifiées d’« inhabituelles »116 par Ezra Greenspan avait pour caractéristique de reposer en large partie sur la multiplication de ces « petites phrases épigrammatiques » (souvent allitératives) qui déplaisaient tant au journaliste du Putnam’s Monthly cité précédemment : « The Great Plea for Freedom », « Lions Do Write History ! », « Slavery by a Slave ! », « A Book by a Bondman ! », « From the “Pen” of a Slave ! », « Read the Story of His Wrongs ! », « The Author Was Bought for 150 Pounds ! », « “Hear Me, for My Cause” », « “I Was in Bonds, But Am Free” »… pour ne citer que quelques exemples117. Plusieurs de ces petites phrases mettent en avant l’apparente incongruité d’un esclave devenu auteur, la plus ingénieuse de ce point de vue étant sans doute « From the “Pen” of a Slave ! », qui joue sur le double sens de pen, à la fois « instrument d’écriture » et « enclos pour les esclaves ». Qu’une telle incongruité puisse servir d’argument de vente laisse penser que le récit d’esclave n’était pas, en 1855, une forme si reconnaissable que cela pour le grand public auquel s’adressait l’ouvrage : « Un livre écrit par un esclave » (« A Book by a Bondman ! ») pouvait encore passer pour un objet littéraire relativement neuf pendant la décennie qu’on perçoit traditionnellement comme l’âge d’or du récit d’esclave.

  • 118 « Abolition Excitement », New York Daily Times, 18 août 1856 ; « The Incendiary Publications in Mo (...)
  • 119 New York Daily Tribune, 30 août 1856.
  • 120 Le Parti républicain fut fondé en 1854, en réaction au passage du Kansas-Nebraska Act, qui créait (...)
  • 121 J. Stauffer, The Black Hearts of Men, ouvr. cité, p. 293, note 24.
  • 122 Independent, 1er mai 1856.
  • 123 New York Daily Tribune, 8 août 1856.

50Une autre facette de la stratégie promotionnelle inventive de Miller, Orton & Mulligan mérite d’être mentionnée : la capacité de la maison d’édition à se saisir de l’actualité récente pour relancer les ventes du livre de Douglass. Elle mit cette stratégie en œuvre à au moins deux reprises. À la mi-août 1856, soit exactement un an après la publication, deux libraires et papetiers du nom de William Strickland et Edwin Upson furent sommés de quitter la ville de Mobile, dans l’Alabama, après qu’on eut découvert des publications « incendiaires » dans leur établissement, en particulier un exemplaire d’Autographs for Freedom (1853), recueil de textes abolitionnistes compilé par Julia Griffiths, et deux exemplaires de My Bondage and My Freedom. William Strickland se défendit – en vain – d’avoir voulu propager quelque doctrine abolitionniste que ce soit et affirma devant un comité d’enquête ad hoc qu’il ne savait plus comment ces ouvrages s’étaient retrouvés sur les étagères de sa librairie. Il ajouta même avoir autrefois possédé des esclaves et avoir refusé de vendre Uncle Tom’s Cabin dans son établissement au moment de la sortie du livre118. Miller, Orton & Mulligan réagirent à cette affaire sans tarder, puisque dès la fin du mois d’août on trouvait dans la presse un encart publicitaire qui rappelait que la vente de My Bondage and My Freedom dans l’Alabama était « passible de mort », ce qui permettait de mettre en avant la valeur subversive de l’ouvrage. On pouvait, en revanche, se le procurer dans toutes les bonnes librairies du Nord119. La même année, Miller, Orton & Mulligan profitèrent de la tenue d’une élection présidentielle pour promouvoir My Bondage and My Freedom. L’élection présidentielle de 1856 tourna en grande partie autour de la question esclavagiste : elle vit s’affronter James Buchanan du Parti démocrate (vainqueur de l’élection) et John C. Frémont du Parti républicain, une formation politique nouvellement créée, fermement opposée à l’expansion de l’esclavage dans les territoires de l’Ouest120. Douglass lui-même, sans illusion quant aux chances réelles du parti qu’il avait contribué à créer (le Radical Abolition Party) de remporter un nombre significatif de suffrages, finit par soutenir publiquement la candidature du candidat républicain121. L’éditeur de Douglass n’attendit pas même ce revirement politique pour transformer My Bondage and My Freedom en livre de campagne. Un encart publicitaire paru en mai 1856 invitait les partisans de la cause républicaine à lire et à faire lire les titres antiesclavagistes du catalogue de Miller, Orton & Mulligan, parmi lesquels My Bondage and My Freedom122. Dans un encart ultérieur, l’éditeur mêla à ces titres ceux de véritables livres de campagne publiés en vue de l’élection, tels qu’un Republican Manual et un Republican Campaign Songster ; le tout était précédé du titre « Popular and Standard Republican Books »123. Alors que le Parti républicain ne se réclamait aucunement d’une telle littérature, My Bondage and My Freedom était devenu, parmi d’autres récits d’esclaves, un « livre républicain » en bonne et due forme, un outil de propagande politique.

  • 124 « My Bondage and My Freedom », Church Advocate, 4 octobre 1855 ; « Pedlers Ware », Kalamazoo Gazet (...)
  • 125 Puritan Recorder, 30 août 1855 ; Ballou’s Pictorial Drawing Room Companion, 22 septembre 1855.
  • 126 Liberator, 24 août 1855.
  • 127 J. Stauffer, « Frederick Douglass’s Self-Fashioning and the Making of a Representative American Ma (...)

51La distribution à grande échelle et à grande vitesse de My Bondage and My Freedom n’était possible que parce que de nombreux libraires répartis dans l’ensemble des États du Nord proposaient le livre à la vente – à Harrisburg, en Pennsylvanie, à Kalamazoo, dans le Michigan, ou à Newport, dans le Rhode Island124. On prend la mesure du phénomène en parcourant, par exemple, la première page du New York Daily Tribune du 8 août 1855, qui ne fait figurer pas moins de cinq annonces distinctes signalant la disponibilité de l’ouvrage dans plusieurs librairies. Même les concurrents de Miller, Orton & Mulligan sur le terrain de la littérature antiesclavagiste, John P. Jewett et Phillips, Sampson, vendaient l’ouvrage dans leurs locaux bostoniens125. En envoyant directement la somme de 1,25 dollar à l’éditeur, on pouvait également recevoir son exemplaire par courrier. C’est donc une logistique parfaitement maîtrisée qui permit à Miller, Orton & Mulligan d’écouler 5 000 exemplaires de My Bondage and My Freedom dans les deux jours ayant suivi la publication126 ; il aurait été inimaginable pour Douglass, en 1845, de vendre autant d’exemplaires de Narrative of the Life of Frederick Douglass en un temps aussi réduit. C’est d’ailleurs parce qu’ils furent publiés au sein de dispositifs éditoriaux si différents qu’il est délicat de vouloir comparer le « succès » du récit de 1845 à celui de 1855, comme le fait John Stauffer lorsqu’il écrit que My Bondage and My Freedom « remporta un succès encore plus grand que le récit de 1845 »127. Ceci est vrai et faux à la fois. En effet, les ventes de My Bondage and My Freedom furent plus importantes que celles de Narrative of the Life of Frederick Douglass dans les premiers temps, mais au vu du mode de publication commercial – sans même parler ici de la renommée préalable de Douglass –, il pouvait difficilement en être autrement. Au demeurant, il semble que les chiffres de vente de My Bondage and My Freedom n’aient pas atteint, en définitive, ceux de Narrative of the Life of Frederick Douglass : après un départ fulgurant, dont témoigne l’existence d’une édition « 15 000 » datée de 1855, l’ouvrage connut une période moins faste. En 1857 parut une édition « 18 000 », qui indique que les stratégies promotionnelles de Miller, Orton & Mulligan déployées en 1856 (publicités à partir de l’affaire Strickland & Upson et de l’élection présidentielle) eurent une incidence limitée. Malgré son caractère artisanal, la distribution itinérante de Narrative of the Life of Frederick Douglass s’avéra plus efficace sur le long terme.

  • 128 FDP I, 3, p. 214.
  • 129 Frederick Douglass’ Paper, 22 avril 1859.
  • 130 Lettre de Frederick Douglass à Benjamin Coates, 17 avril 1856, P. S. Foner éd., The Life and Writi (...)
  • 131 « Letter from Rev. J. W. Loguen », Frederick Douglass’ Paper, 9 novembre 1855.
  • 132 L’histoire éditoriale du récit de Loguen n’est pas abordée dans cet ouvrage, mais on trouvera des (...)

52Douglass ne renonça d’ailleurs en aucune façon au modèle artisanal qui l’avait servi dix ans plus tôt. Il faut souligner l’ampleur de son investissement personnel dans la distribution de My Bondage and My Freedom, qu’on risque de négliger en insistant trop sur la dimension commerciale. Notamment après 1857, année de crise économique qui vit la faillite de la maison Miller, Orton & Co. (comme elle se nommait désormais), Douglass mit en place des stratégies ingénieuses pour continuer de faire circuler son récit alors que ses éditeurs n’étaient plus là pour en faire la promotion. Ainsi son fils vendait-il, en 1858, des exemplaires de My Bondage and My Freedom à la fin de certaines conférences, par exemple après un discours prononcé à Poughkeepsie, dans l’État de New York, à l’occasion d’une fête commémorant l’émancipation dans les Antilles britanniques128. L’année suivante, Douglass annonça aux lecteurs du Frederick Douglass’ Paper que toute personne qui enverrait les noms de cinq nouveaux abonnés (et la somme de 5 dollars) recevrait en échange un exemplaire de son récit129. Dès les premiers temps de la publication, Douglass avait fait appel à son cercle de connaissances, y compris à des personnes dont il ne partageait pas les opinions : « Envoyez-moi s’il vous plaît les noms de personnes susceptibles d’être intéressées par mon livre ou mon journal »130, écrivit-il à Benjamin Coates, un quaker de Philadelphie qui soutenait le projet de colonisation des Noirs américains. De façon plus attendue, d’autres abolitionnistes noirs jouèrent le rôle de relais entre Douglass et son public, à l’instar de Jermain W. Loguen131. Sans doute est-ce la vente du récit de Douglass qui encouragea Loguen à publier son propre récit quatre ans plus tard132.

  • 133 E. Palmer, « A Partnership in the Abolition Movement », University of Rochester Library Bulletin, (...)

53Julia Griffiths, quant à elle, entreprit de faire connaître My Bondage and My Freedom dans les îles Britanniques, car, contrairement à Twelve Years a Slave, le récit de Douglass ne bénéficia pas d’une publication internationale. Griffiths avait traversé l’Atlantique au début de l’été 1855 avec l’intention de revenir avant la fin de l’année, le temps de réunir les fonds nécessaires à la survie du North Star auprès d’abolitionnistes locaux ; elle ne fit jamais le trajet de retour, mais continua d’entretenir une riche relation épistolaire avec Douglass, qui laisse entrevoir ses efforts pour promouvoir My Bondage and My Freedom133. L’abolitionniste américain Parker Pillsbury, qui se trouvait alors à Glasgow, commentait sa venue dans une lettre à Samuel May Jr. :

  • 134 Lettre de Parker Pillsbury à Samuel May Jr., 6 septembre 1855, BPL, MS B.1.6, vol. 5, no 77. Pills (...)

Vous savez sans doute que Miss Julia Griffiths est parmi nous […]. Elle a pris avec elle les épreuves du nouveau livre de Douglass, et a pour objectif de publier une nouvelle édition, précédée d’une introduction du Dr. Campbell ou de quelque autre personne influente qui voudra bien l’écrire.134

  • 135 « Letters from the Old World. – No. V », Frederick Douglass’ Paper, 12 octobre 1855.
  • 136 Prospectus britannique pour My Bondage and My Freedom, en ligne sur la base de données Slavery & A (...)
  • 137 « American Slavery », British Banner, 20 novembre 1855 (BAP).

54Dans la suite de sa lettre, Pillsbury, en disciple de Garrison, disait tout son mépris pour Douglass et ses admirateurs glaswégiens (« nos ennemis »), qui avaient récemment « fait circuler avec énergie » des exemplaires d’un discours de Douglass apparemment peu charitable envers les garrisoniens. L’hostilité de Pillsbury ne pesait toutefois pas lourd face à l’enthousiasme des abolitionnistes britanniques, impatients de pouvoir lire l’ouvrage135. En fait, aucun éditeur à proprement parler ne publia d’édition du récit de Douglass dans les îles Britanniques, mais plusieurs professionnels du livre s’assurèrent de sa disponibilité, parmi lesquels George Gallie136. Membre de la Glasgow Emancipation Society, Gallie fut un passeur particulièrement actif de la littérature antiesclavagiste américaine dans les îles Britanniques en même temps qu’un promoteur de la littérature antiesclavagiste locale : sur une période d’une trentaine d’années, il participa à la publication ou à la distribution des écrits d’Angelina Grimké, John A. Collins et Henry Clarke Wright, mais aussi de John B. Estlin et George Thompson. En 1877, Gallie publia le compte rendu d’un gala donné en l’honneur de Josiah Henson. C’est donc que le sort des anciens esclaves lui importait, et il n’est pas surprenant que Gallie ait vendu des exemplaires de My Bondage and My Freedom dans sa librairie du 99 Buchanan Street, à Glasgow137.

  • 138 National Anti-Slavery Standard, 15 décembre 1855.

55Parmi les lieux habituels de distribution du récit d’esclave, il en est un qui semble manquer à l’appel dans le cas de My Bondage and My Freedom : le dépôt de livres antiesclavagiste. L’ouvrage faisait une discrète apparition dans la liste des livres en vente dans les locaux de la Pennsylvania Anti-Slavery Society à la fin de l’année 1855, mais cela reste anecdotique face à la profusion de libraires généralistes qui annonçaient vendre le récit de Douglass dans leur établissement138. C’est en partie la logique de distribution commerciale qui explique cette absence, mais aussi une forme de censure assumée de la part des garrisoniens, qui se gardèrent bien d’encourager la diffusion d’un livre perçu comme une charge contre eux. La plupart des garrisoniens réagirent à la lecture de l’ouvrage de la même façon : ils reconnaissaient le talent littéraire de Douglass dans la première partie tout en dénonçant la façon dont l’auteur les avait dépeints dans la seconde. À l’exemple de Garrison cité plus haut, on peut ici ajouter celui de Richard D. Webb, qui hésitait à signaler la parution de My Bondage and My Freedom dans son journal, The Anti-Slavery Advocate :

  • 139 Lettre de Richard D. Webb à Samuel May Jr., 21 décembre 1855, BPL, MS B.1.6, vol. 5, no 92.

La première partie, qui constitue plus des trois quarts du livre, est admirable & je n’y ai rien vu qui puisse être condamné. La dernière partie contient des imputations contre ses anciens amis dont il sait, j’en suis certain, qu’elles sont malhonnêtes. […] Sachant cela, & sachant par ailleurs que Douglass est loin d’être un saint & qu’il déborde d’amertume & de méchanceté, devrais-je refuser de mentionner le meilleur livre de ce type jamais écrit par un esclave dans le but de révéler la véritable nature de l’esclavage ?139

  • 140 Lettre de Samuel May Jr. à Richard D. Webb, 16 janvier 1856, BPL, MS B.1.6, vol. 6, no 6.

56Son correspondant, Samuel May Jr., était d’avis qu’il fallait ignorer Douglass autant que possible. Il lui opposait le cas de Samuel Ringgold Ward, dont le récit, Autobiography of a Fugitive Negro, avait paru à Londres la même année : seul ce dernier méritait l’attention des abolitionnistes140. Il est peu probable que cette censure ait eu pour effet de priver Douglass d’une partie de son lectorat, dans la mesure où l’on pouvait se procurer l’ouvrage par d’autres moyens. Elle est toutefois révélatrice du sentiment d’animosité qu’éprouvaient les alliés de Garrison pour Douglass. On était bien loin, alors, du contexte qui avait vu naître Narrative of the Life of Frederick Douglass, quand les abolitionnistes avaient activé tous leurs réseaux pour faciliter la diffusion du récit. En ce sens, l’ouverture de certains éditeurs commerciaux à la littérature antiesclavagiste joua plutôt en faveur de Douglass, qui put publier My Bondage and My Freedom en toute indépendance. Il joua aussi en faveur de la résurgence du récit de Ball, mais selon des modalités extrêmement différentes : si la réincarnation du récit de Douglass permit à l’ancien esclave de mieux faire entendre sa voix, celle du récit de Ball la rendit plus distante encore.

De Slavery in the United States à Fifty Years in Chains

  • 141 Southern Quarterly Review, vol. 7, no 13, janvier 1853, p. 206.

57Les deux versions du récit de Douglass furent publiées à dix ans d’écart ; celles du récit de Ball à plus d’une vingtaine d’années. Comme on l’a vu dans le deuxième chapitre, le récit de Ball, Slavery in the United States, avait d’abord été publié en 1836 de façon relativement confidentielle, puis republié l’année suivante par des abolitionnistes new-yorkais. Il refit surface en 1858, sous le titre Fifty Years in Chains. En vérité, le récit de Ball n’avait jamais véritablement disparu de la circulation, puisqu’il avait connu dans les années 1840 et 1850 de multiples incarnations textuelles, sous forme d’extraits dans la presse et dans des recueils de documents antiesclavagistes, mais aussi sous forme de rééditions, les deux formats venant s’alimenter l’un l’autre de façon assez vertigineuse par-delà l’océan Atlantique. Ainsi les extraits du récit de Ball inclus en 1846 dans le recueil Interesting Memoirs and Documents Relating to American Slavery (publié à Londres) furent-ils sans doute à l’origine d’une réédition anglaise de Slavery in the United States sous le titre The Life of a Negro Slave (1846). Une certaine « Mrs. Alfred Barnard » de Norwich avait condensé et retravaillé le texte, qui tenait désormais dans un volume d’un peu plus de 250 pages (contre 517 à l’origine). Un fascicule également intitulé Life of a Negro Slave parut en 1847 dans la série créée par les frères Chambers, éditeurs à Édimbourg, « Chambers’s Miscellany of Useful and Entertaining Tracts » ; long d’à peine 32 pages, le fascicule tenait plutôt de la réécriture que de la version abrégée et poursuivait du même coup le processus de déformation de la voix de l’esclave entamé dès 1836 par Isaac Fisher. Cette version devint la cible de la recension assassine que publia le journaliste de Caroline du Sud D. J. McCord dans le Southern Quarterly Review au début de l’année 1853 : McCord s’y employait à démontrer le caractère frauduleux d’un texte rempli « de mensonges et de déclarations erronées »141. Dans le contexte de l’après-oncle Tom, cette recension attira l’attention sur le récit de Charles Ball plus qu’elle ne le discrédita : la même année reparut une véritable réédition de Slavery in the United States à Pittsburgh, dont l’éditeur, John T. Shryock, avait rétabli un texte proche du texte original de 1836. Lorsque, en 1858, l’éditeur Hiram Dayton publia à son tour le récit de Ball sous le titre Fifty Years in Chains, il ne ressuscitait donc pas une histoire depuis longtemps oubliée, mais s’emparait au contraire d’un récit qui avait résisté à l’épreuve du temps et qui pouvait intéresser un large public.

  • 142 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 198 et p. 203. Le prénom de Dayton est indiqu (...)
  • 143 Sur cet événement, voir par exemple J. Stauffer, The Black Hearts of Men, ouvr. cité, p. 20-21. Ce (...)
  • 144 Voir le catalogue des publications de Dayton à la fin de D. A. Harsha, The Life of Charles Sumner (...)

58Car c’était là la préoccupation première de Hiram Dayton, éditeur diversement qualifié par Donald E. Liedel de « pourvoyeur de livres à sensation » et d’« opportuniste de premier ordre »142. On ne dispose d’aucune archive qui puisse permettre de statuer sur ses motivations exactes et la nature de son entreprise éditoriale, mais Dayton semble bien avoir fait partie de ces éditeurs qui publièrent des écrits sur la question esclavagiste – le plus souvent à caractère sensationnel ou en lien avec l’actualité récente – à des fins purement commerciales. Dayton publia ainsi un de ses premiers ouvrages, une biographie de Charles Sumner, en 1856, peu après le célèbre épisode au cours duquel le représentant pro-esclavagiste de Caroline du Sud Preston Brooks attaqua le sénateur abolitionniste du Massachusetts Charles Sumner avec sa canne en plein milieu de la chambre du Sénat, à la suite d’un discours prononcé par ce dernier et considéré par Brooks comme particulièrement insultant143. Les encarts publicitaires pour The Life of Charles Sumner ne manquaient pas de transformer cet épisode violent en argument de vente : l’ouvrage serait agrémenté d’une gravure représentant l’attaque dans la chambre du Sénat144. On était loin de la relation de confiance et de respect nouée entre Charles Sumner et l’éditeur John P. Jewett, qui avait conduit ce dernier à publier un discours de l’homme politique tout en sachant qu’il n’en tirerait probablement aucun bénéfice, sinon celui d’œuvrer pour la cause antiesclavagiste. Au catalogue de Dayton, on trouvait également des romans tels Owned and Disowned ; or, The Chattel Child (1857) de Van Buren Denslow et The Yankee Slave Driver ; or, The Black and White Rivals de Samuel Mosheim Schmucker (1859), dont la fonction première semblait être de divertir ou de faire frissonner le lecteur grâce à des personnages de maîtres vengeurs et d’héroïnes mulâtres persécutées.

  • 145 William L. Andrews indique qu’Isaac Fisher est mort en 1858, ce qui n’est sans doute pas une coïnc (...)
  • 146 Fifty Years in Chains ; or, The Life of an American Slave, New York, H. Dayton, 1858, p. 7.
  • 147 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 400.
  • 148 Fifty Years in Chains [1858], ouvr. cité, p. 7.

59C’est cependant son travail sur le récit de Ball qui révèle de la façon la plus flagrante le profil et les pratiques de Dayton. On notera d’abord qu’à aucun moment Dayton ne précisa que Fifty Years in Chains avait déjà fait l’objet d’une première publication, vingt ans plus tôt, sous le titre Slavery in the United States : l’ouvrage était implicitement présenté comme nouveau. De même, le nom d’Isaac Fisher n’apparaissait nulle part, et il est tout à fait possible que ce dernier n’ait pas été consulté – encore moins rémunéré – par Dayton, qui aurait alors sciemment produit une sorte d’édition pirate, publiée pour son seul bénéfice145. Mais l’absence la plus criante reste celle du protagoniste de cette histoire, à savoir Ball. Dans sa très courte préface à l’ouvrage, Dayton écrit : « Le sujet de cette histoire est toujours esclave aux yeux de la loi de ce pays et il ne serait pas judicieux de révéler son nom. »146 De fait, le nom de Ball n’est mentionné ni dans le titre, ni dans le corps du texte, ce qui a pour effet de renforcer le caractère désincarné, presque fantomatique, de la présence de Charles Ball, déjà en partie effacée par Isaac Fisher et William Jay à travers diverses formes de censure. L’élision du nom de Ball a d’autant moins de sens que son nom avait été plusieurs fois mentionné dans les versions précédentes du récit et qu’en 1858 Ball était peut-être déjà mort : dès 1836, son récit se terminait sur une référence à son « vieil âge », l’ancien esclave disant être au « soir de sa vie »147. Le secret que Dayton faisait de l’identité de l’esclave était donc au mieux une façon de piquer l’intérêt du public (en créant une aura de mystère autour d’un esclave fugitif dont on penserait qu’il était encore vivant), au pire une stratégie visant à éviter que le piratage ne soit trop facilement remarqué (le nom de Ball aurait immédiatement été reconnu de certains abolitionnistes de longue date). On notera à ce propos le flou artistique entretenu par Dayton dans cette préface, lorsqu’il s’agit de garantir l’authenticité du récit : « L’histoire qui suit est vraie dans tous ses détails. Des citoyens responsables d’un État voisin peuvent garantir la véracité du récit. »148 Tandis que Jay avait pris soin d’ajouter à l’édition de 1837 plusieurs documents (certificats, coupures de presse) qui témoignaient du caractère véridique du récit de Ball, Dayton renvoyait le lecteur à des « citoyens responsables » non nommés d’un « État voisin » inconnu.

  • 149 National Era, 7 janvier 1858.

60Les toutes premières recensions, parues dans la presse au mois de janvier 1858, pouvaient faire croire que ce brouillage des pistes avait passé inaperçu. Le journaliste du National Era ne connaissait apparemment pas le récit de Ball : il se félicitait de la publication de cette « histoire simple et sans prétention »149 qui lui rappelait, par son style, le récit de Northup. Dès le mois suivant, toutefois, l’auteur de la recension du Radical Abolitionist se montrait plus perspicace :

  • 150 Radical Abolitionist, vol. 3, no 7, février 1858, p. 56.

Nous sommes heureux de noter que plusieurs journaux respectables ont dit beaucoup de bien de cet ouvrage. Nous en avons commencé la lecture en pensant qu’il s’agissait d’une œuvre nouvelle, mais nous avons rapidement reconnu en la personne de cet esclave américain […] notre ancien ami Charles Ball, dont le récit […] fut autrefois diffusé assez largement parmi les abolitionnistes.150

  • 151 National Anti-Slavery Standard, 13 mars 1858.
  • 152 National Era, 26 août 1858.
  • 153 National Anti-Slavery Standard, 13 mars 1858.
  • 154 Radical Abolitionist, vol. 3, no 7, février 1858, p. 56.

61Il se réjouissait pour sa part de ce que cette nouvelle édition, publiée par un éditeur généraliste dans un contexte fort différent de celui des années 1830, puisse être distribuée auprès d’un public plus étendu que le seul cercle des abolitionnistes. D’autres titres de la presse antiesclavagiste identifièrent le récit de Ball sans difficulté, parmi lesquels le National Anti-Slavery Standard (« c’est un ancien ami sous un nouveau nom »151) et – avec quelques mois de retard – le National Era (« il ne s’agit pas d’un livre nouveau »152). Dans l’ensemble, les abolitionnistes ne s’attardèrent pas sur le dispositif trompeur mis en place par Dayton, dont ils ne prirent pas tout à fait la mesure : la mise sur le marché d’un livre de qualité qui révélait les horreurs de l’esclavage, et dont l’édition new-yorkaise était « depuis longtemps épuisée »153, comptait davantage à leurs yeux. Peu importait que l’identité réelle de l’esclave disparaisse peu à peu, tant que des éditions de son récit continuaient de paraître. Même aux yeux des abolitionnistes les plus radicaux, Ball n’était plus un être de chair et de sang, mais un être de papier, comme le laisse entendre cette dernière citation à la syntaxe hasardeuse mais éloquente : « Nous espérons que les éditions de l’esclave américain, Charles Ball, seront nombreuses. »154

  • 155 National Era, 26 août 1858 ; Radical Abolitionist, vol. 3, no 7, février 1858, p. 56.
  • 156 Fifty Years in Chains [1858], ouvr. cité, p. 9.
  • 157 Slavery in the United States [1837], ouvr. cité, p. 15-16.
  • 158 Ibid., p. 292. Le passage en question se situe aux pages 283-292.

62Plusieurs recensions comparaient les deux versions du récit, le Slavery in the United States de 1837 et le Fifty Years in Chains de 1858, en affirmant la supériorité du second titre sur le premier. Au style « épisodique » de Slavery in the United States, on préférait la prose plus « resserrée » de Fifty Years in Chains, qui « améliorait » le livre155. Une lecture attentive révèle que Fifty Years in Chains tient tantôt de l’abrégé, tantôt de la réécriture du récit de Ball tel qu’il avait été livré dans l’édition de 1837, sur laquelle Dayton s’appuie pour l’établissement de son propre texte. Si la trame du récit est sensiblement la même, les transformations (parfois localisées sur un groupe de mots, parfois portant sur plusieurs pages) sont nombreuses et complexes, au point qu’il est parfois difficile d’en identifier la nature exacte : dans un passage donné, il arrive que des paragraphes aient été réorganisés, certains supprimés, d’autres reformulés. On comprend malgré tout la logique d’ensemble qui sous-tend ce remaniement : il s’agissait pour Hiram Dayton de rendre le récit plus lisible et plus dynamique, c’est-à-dire de le débarrasser de certaines pesanteurs qui caractérisaient selon lui le texte d’Isaac Fisher. Ainsi les trois premières pages de Slavery in the United States, dans lesquelles Fisher/Ball tient des propos généraux sur l’esclavage, la connaissance qu’en ont les nordistes, et sur la nature de son livre, sont-elles réduites à un paragraphe de quatre lignes dans Fifty Years in Chains, ce qui a pour effet de plonger directement le lecteur dans le récit biographique à proprement parler : « Mon grand-père fut importé d’Afrique et vendu comme esclave dans le comté de Calvert, dans le Maryland »156, apprend-on dès la première page de Fifty Years in Chains. D’autres changements plus discrets dans cette première page vont dans le même sens : moins de généralités, moins de contenu informatif (Fisher souhaitait brosser un tableau complet et documenté de l’institution esclavagiste), un recentrage sur la vie de l’esclave et une plus grande mise en valeur des événements marquants qui la rythment. La phrase précédemment citée, par exemple, est tronquée par rapport à la phrase originale : « Mon grand-père fut importé d’Afrique et vendu comme esclave dans le comté de Calvert, dans le Maryland, vers l’année 1730 »157 ; l’omission de l’année d’arrivée du grand-père sur le continent américain est caractéristique de la pratique éditoriale de Dayton, qui supprime de nombreuses informations factuelles considérées comme non nécessaires. À l’inverse, le premier chapitre, non nommé en 1837, porte désormais un titre : « séparé de ma mère ». Ce titre vient dramatiser le récit de Ball en lui donnant pour point de départ un événement clé, celui de la séparation forcée entre la mère esclave et son enfant, dont l’annonce puis la description flattent le goût du public pour les scènes sentimentales. On retrouve des modifications du même ordre au début du chapitre XI de Fifty Years in Chains, qui correspond au chapitre XV de Slavery in the United States : un long passage sur la sociologie des Blancs du Sud, dont Fisher/Ball ne cherche pas à dissimuler la nature digressive (« Il est temps de revenir à mon récit »158, écrit-il avant de reprendre le récit de vie), disparaît purement et simplement, laissant place au récit des ruses de l’esclave pour manger à sa faim sur la plantation de Caroline du Sud où il se trouve alors.

  • 159 De telles considérations ont aussi guidé des choix éditoriaux plus récents. La seule édition du ré (...)
  • 160 J. D. Groves, « Judging Literary Books by Their Covers : House Styles, Ticknor and Fields, and Lit (...)
  • 161 M. Winship, American Literary Publishing in the Mid-Nineteenth Century, ouvr. cité, p. 124.

63Il y avait clairement, de la part de Dayton, un désir de faire à partir du récit de Ball un livre à succès, dont le contenu divertirait un public friand d’aventures et d’émotions. Ainsi s’explique également le changement de titre : plutôt que Slavery in the United States, qui pourrait tout aussi bien désigner un essai ou un ouvrage d’histoire, l’éditeur choisit Fifty Years in Chains, titre plus vendeur qui reprenait une structure désormais courante dans les intitulés de récits d’esclaves (on pense évidemment à Twelve Years a Slave, mais aussi au récit d’Austin Steward publié en 1857, Twenty-two Years a Slave, and Forty Years a Freeman)159. Dayton avait pour ambition de rendre sa version du récit de Ball séduisante à tous points de vue. Il ne suffisait pas pour cela de tailler dans le texte de Fisher : il fallait aussi donner au livre une forme qui retienne l’attention de l’acheteur potentiel. Des récits d’esclaves publiés pendant la période antebellum, Fifty Years in Chains est celui dont l’apparence matérielle est la plus saisissante. L’édition originale est recouverte d’une toile bleu électrique, agrémentée de motifs ornementaux dorés et du titre en caractères fantaisistes sur le dos ; le volume est épais, la mise en page aérée. L’ensemble rappelle les livres « bleu et or » publiés par l’éditeur Ticknor & Fields à Boston, ou tout au moins une version moins raffinée, plus tape-à-l’œil, de cette célèbre série qui avait été inaugurée en 1856 avec la publication d’un volume de poèmes de Tennyson160. Comme le remarque Michael Winship, on peut mesurer le succès des livres « bleu et or » à l’aune de leurs nombreuses imitations161, dont Fifty Years in Chains offre un parfait exemple : c’est vraisemblablement à dessein que Hiram Dayton reprit des couleurs et une esthétique associées à une maison d’édition prestigieuse qui publiait de grands noms de la littérature. Il en résulte, pour le lecteur d’aujourd’hui, un étrange conflit sémiotique entre la violence de l’histoire qui est racontée et le clinquant du volume dans lequel cette histoire se donne à lire.

  • 162 New York Daily Tribune, 9 février 1858 ; Independent, 6 mai 1858 ; National Era, 26 août 1858.

64C’est toutefois au stade de la promotion que Dayton envoya le plus contradictoire des signaux. On ne s’attardera pas sur les détails de cette campagne promotionnelle, en tous points semblable à celles de Twelve Years a Slave et My Bondage and My Freedom – petites phrases épigrammatiques (« “Truth Is Stranger than Fiction” », « The Great Sensation Book ! »), annonce de chiffres de vente élevés, extraits de recensions élogieuses –, sinon pour en souligner un élément singulier : l’utilisation répétée de la mention « écrit par lui-même »162. L’affirmation est d’autant plus mensongère que le récit original paru en 1836 n’avait pas été écrit par Ball, loin s’en faut, mais qu’il avait été en partie censuré par Jay en 1837 et complètement révisé par Dayton en 1858. Si Dayton n’allait pas jusqu’à faire figurer cette mention sur la page de titre, son utilisation lors de la campagne promotionnelle témoigne du peu de cas que l’éditeur faisait de la parole de l’esclave, manipulée à des fins essentiellement commerciales.

  • 163 National Era, 9 septembre 1858.
  • 164 New York Daily Tribune, 20 mai 1859.
  • 165 Ibid.

65À en croire les chiffres annoncés par Dayton, Fifty Years in Chains (qui fut réimprimé en 1859 et 1860) connut un certain succès, sans pour autant atteindre les 100 000 exemplaires prétendument escomptés par l’éditeur163. En mai 1859, un peu plus d’un an après la sortie, 13 000 exemplaires avaient été écoulés164. En ce qui concerne le mode de distribution, il semble que Dayton ait compté en grande partie sur la constitution d’un réseau d’agents qui parcouraient une région donnée à la recherche d’acheteurs potentiels, comme l’avaient déjà fait Derby & Miller pour Twelve Years a Slave. Il annonçait en 1859 avoir « 150 agents sur le terrain », qui gagnaient entre 25 et 150 dollars par mois grâce à la vente de Fifty Years in Chains165. La mise en place d’un tel système rendait possible la dissémination du livre dans tous les États du Nord ; le fait que Dayton se soit associé dès 1858 avec un éditeur de l’Indiana (Dayton & Asher, devenu l’année suivante Asher & Company) favorisait également une distribution plus à l’ouest du pays. L’histoire éditoriale du récit de Charles Ball, entre 1836 et 1858, est donc celle d’un élargissement progressif du public ciblé par les différents acteurs éditoriaux à l’origine de chaque édition : Isaac Fisher et l’imprimeur John W. Shugert cherchèrent en 1836 à diffuser le récit auprès de la communauté de Lewistown, en Pennsylvanie, et de ses alentours ; William Jay et les abolitionnistes de l’American Anti-Slavery Society firent circuler l’édition de 1837 au sein de la sphère abolitionniste ; en 1858, Hiram Dayton visait l’ensemble des lecteurs du Nord. Cependant, à mesure que le récit de Ball parvenait à un public de plus en plus large, il perdait aussi peu à peu de sa substance : il s’opérait une dénaturation progressive de ce qu’on peut imaginer avoir été le témoignage oral fait par Ball à Fisher au milieu des années 1830. La publication du récit par un éditeur commercial, dans le contexte de l’après oncle-Tom, ne fit que renforcer ce processus, le récit ayant été plus ou moins dépouillé de sa teneur politique pour devenir un pur produit de divertissement, dans le prolongement du tournant romanesque pris par la littérature abolitionniste après la publication d’Uncle Tom’s Cabin.

Incidents dans la vie d’un récit d’esclave : l’histoire éditoriale d’Incidents in the Life of a Slave Girl

66L’histoire éditoriale du récit de Harriet Jacobs, indéniablement le plus connu des textes de femmes esclaves, diffère de celle d’autres récits d’esclaves d’abord par sa durée dans le temps : près de dix années s’écoulèrent entre le moment où fut conçu le projet de raconter une vie sous forme écrite et sa publication sous le titre Incidents in the Life of a Slave Girl en 1861 (contre quelques mois pour Narrative of the Life of Frederick Douglass). Ce délai est le reflet des multiples « incidents » éditoriaux rencontrés par Jacobs, qui retardèrent sans cesse le moment tant attendu de la publication. Les cas de Douglass et Ball pourraient faire penser que le contexte des années 1850, marqué par la parution d’Uncle Tom’s Cabin, avait fait sauter tous les verrous sur la littérature antiesclavagiste, et qu’il n’y avait plus de difficultés pour une ancienne esclave à faire publier par un éditeur commercial le récit de sa servitude. Le cas de Jacobs apporte un utile correctif à cette vision commune des années 1850 comme âge d’or du récit d’esclave. Jacobs parvint certes à publier son récit, mais ce fut au prix d’obstacles et de déceptions nombreuses. Il restait difficile pour une femme noire anciennement asservie – figure toujours marginale dans la société américaine de l’époque – de parvenir au statut d’auteure publiée : manque de temps et de moyens, tentatives d’appropriation par des abolitionnistes blanches, préjugés raciaux, banqueroutes des éditeurs susceptibles de publier son récit… autant d’obstacles qui rendent d’autant plus remarquables la parution du récit et sa renaissance (après une longue période d’oubli) au xxe siècle.

Harriet Jacobs, auteure en devenir

  • 166 Ces éléments de biographie sont tirés de l’ouvrage de J. F. Yellin, Harriet Jacobs : A Life, New Y (...)

67De l’histoire de Jacobs, on retient le plus souvent les sept ans que l’esclave passa au domicile de sa grand-mère, à Edenton, en Caroline du Nord, cloîtrée dans un réduit situé sous le toit, afin d’échapper à l’esclavage sexuel auquel entendait la soumettre son maître James Norcom. Jacobs ne se décida à fuir au Nord qu’en 1842, afin de retrouver sa fille Louisa qui travaillait alors comme domestique à Brooklyn. Pendant les dix années qui suivirent, Jacobs eut pour préoccupation première d’échapper à Norcom et à sa femme, qui tentèrent à plusieurs reprises de retrouver sa trace à New York. Il n’était aucunement question pour elle, à ce moment de sa vie, de rendre publics les détails de sa période passée en esclavage ; elle cherchait au contraire à se faire la plus discrète possible. Harriet Jacobs se mit au service de la famille de l’homme de lettres Nathaniel Parker Willis, puis vécut un temps à Rochester, où elle aida notamment son frère John S. Jacobs à gérer le cabinet de lecture antiesclavagiste qui se trouvait au-dessus des bureaux du North Star. Cette expérience professionnelle lui permit sans doute de se familiariser avec le corpus de la littérature antiesclavagiste et notamment avec le récit de Douglass. De retour à New York, Jacobs fut à nouveau la cible de tentatives d’enlèvement, rendues plus redoutables encore par l’adoption de la loi sur les esclaves fugitifs de 1850. Pour autant, elle refusa de payer le prix de sa liberté à son ancienne maîtresse qui le lui proposait, jusqu’à ce que Cornelia Grinnell Willis, la seconde femme de Nathaniel P. Willis, le fasse à son insu en 1853. Harriet Jacobs avait enfin le statut de femme libre166.

  • 167 Incidents in the Life of a Slave Girl, L. M. Child éd., Boston, Published for the Author, 1861, p. (...)
  • 168 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, entre le 27 décembre 1852 et le 14 février 1853, J. F. Yellin (...)
  • 169 Ibid., p. 191.

68C’est à Rochester que Harriet Jacobs fit la rencontre de celle qui, la première, l’encouragea à porter par écrit l’histoire de sa servitude : Amy Post, abolitionniste et militante en faveur des droits des femmes, bien connue (avec son mari Isaac Post) des cercles réformateurs du nord de l’État de New York167. La suggestion d’Amy Post plongea dans un tourment profond sa jeune amie, retenue par sa discrétion naturelle comme par le sentiment de honte qu’elle éprouvait par rapport à la situation de prédation sexuelle dans laquelle elle avait été mise par son maître168. Jacobs disait avoir longtemps évité les abolitionnistes justement pour n’avoir pas à évoquer ce lourd passé : Post était l’une des rares personnes à qui elle s’était confiée. L’idée d’écrire ou de faire écrire son récit fit malgré tout son chemin dans son esprit, et bientôt Jacobs ressentit le devoir de parler de son histoire personnelle, ne serait-ce que pour « aider d’autres [femmes] à échapper à un même destin »169. Tandis que Douglass et Brown avaient endossé le statut d’auteur avec une relative aisance, Jacobs connut une période de doute quant à la possibilité même de témoigner, premier « incident » sur la route sinueuse qui devait mener à la publication d’Incidents in the Life of a Slave Girl. Dans un contexte culturel victorien qui ne facilitait pas la prise de parole féminine et n’acceptait son expression sous forme écrite que dans la mesure où elle se conformait à un certain idéal de féminité, Jacobs ne pouvait prendre la plume qu’avec plus de difficulté que ses prédécesseurs. Elle se trouvait marginalisée non seulement par son statut de femme, mais encore par les détails nécessairement gênants du récit qu’on l’engageait à faire.

  • 170 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 14 février 1853, HJFP, p. 193.
  • 171 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 4 avril 1853, HJFP, p. 194-195.
  • 172 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, autour de mai 1853, HJFP, p. 196.
  • 173 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 4 avril 1853, HJFP, p. 195.

69Il n’est pas impossible que le succès remporté par Uncle Tom’s Cabin au moment où Jacobs se posait ces questions l’ait confortée dans l’idée qu’il existait un public pour un tel récit. C’est précisément vers Stowe que Jacobs et les femmes blanches de son entourage se tournèrent en premier lieu. Car il n’était pas question, à ce stade, que Jacobs écrive son récit elle-même : tout en ayant des idées précises sur la structure du livre imaginé, l’ancienne esclave n’envisageait pas de s’exprimer directement, sans le recours à un scripteur considéré comme plus légitime et plus compétent. Cornelia Grinnell Willis proposa de s’adresser à Harriet Beecher Stowe, tout en précisant qu’elle ne pouvait pas intercéder elle-même en raison des inclinations pro-esclavagistes de son mari, et c’est donc à Amy Post que revint la tâche de contacter l’illustre auteure. Jacobs espérait pouvoir passer un mois en sa compagnie afin de lui fournir le matériau nécessaire à la composition du récit. En apprenant par la presse, peu après l’envoi de la lettre de Post, que Stowe s’apprêtait à partir pour l’Angleterre, Jacobs songea toutefois à une autre façon d’approcher cette dernière : peut-être Stowe accepterait-elle de prendre sous son aile sa fille Louisa, jeune fille bien éduquée et pleine de bonne volonté qui offrirait au public anglais « un très bon exemple d’esclave du Sud »170 ? Willis accepta cette fois-ci de relayer cette demande. La réponse de Stowe aux deux missives arriva quelques semaines plus tard et fut, pour Jacobs, une source de colère autant que de déception. L’auteure d’Uncle Tom refusait tout d’abord d’emmener Louisa Jacobs avec elle, car elle ne voulait pas exposer une jeune fille influençable aux « compliments et cajoleries »171 que les Anglais ne manquaient pas de prodiguer à tous les esclaves américains qui mettaient les pieds sur leur territoire – un argument dont Harriet Jacobs dénonçait, en termes antiphrastiques, le racisme sous-jacent : « Nous, pauvres Noirs, n’avons pas votre fermeté de caractère, à vous les Blancs. »172 Quant au récit de Jacobs, Stowe consentait à l’incorporer (sous une forme réduite) dans l’ouvrage qu’elle s’apprêtait à publier, A Key to Uncle Tom’s Cabin, si Willis pouvait en prouver l’authenticité. Après que la proposition eut été poliment déclinée par Jacobs, Stowe ne prit plus la peine de répondre aux lettres que celle-ci continua de lui adresser. Il importait pour Jacobs que le récit de sa vie occupe un volume autonome et qu’il ne soit pas noyé dans une masse indifférenciée de vignettes biographiques passées au filtre d’une vision romancée de l’esclavage173.

  • 174 HJFP, p. 194. Voir également p. 190 et p. 195.
  • 175 « Letter from a Fugitive Slave », New York Daily Tribune, 21 juin 1853, HJFP, p. 198.
  • 176 Ibid., p. 200.
  • 177 J. F. Yellin, Harriet Jacobs, ouvr. cité, p. 123.

70D’une certaine manière, le refus de Stowe fut bénéfique puisqu’il permit à Jacobs de s’affirmer en tant que productrice de son propre texte. Au début des années 1850, Jacobs avait déjà une pratique régulière (bien que privée) de l’écriture à travers sa correspondance avec Post. On devine cependant dans ses lettres un malaise diffus face à sa propre position de sujet écrivant : Jacobs n’a de cesse de répéter que sa « pauvre plume » ne lui permet pas d’exprimer ce qu’elle ressent174. De cette réserve, on trouve encore la trace dans un texte qui constitua sa première intervention publique dans le débat sur l’esclavage, en l’occurrence une lettre ouverte publiée dans le New York Daily Tribune en juin 1853, en réponse à une apologie de l’esclavage par Julia Tyler, femme de l’ancien président des États-Unis John Tyler. Tout en soulignant n’avoir « jamais bénéficié des privilèges d’une éducation », Jacobs déclarait avec fermeté son droit à s’exprimer sur le sujet de l’esclavage et surtout à le faire avec ses propres mots plutôt qu’au travers de quelqu’un d’autre175. Il faut mesurer la dimension symbolique de son acte : Jacobs opposait au discours d’autorité d’une première dame le discours antagoniste d’une esclave fugitive. En racontant dans la suite de la lettre l’histoire d’une de ses sœurs, victime des stratégies de « séduction » de son maître, elle esquissait même une sorte d’ébauche de ce qui deviendrait son propre récit d’esclave. Le récit à venir se laissait deviner dans le paragraphe final, où Jacobs, peu rancunière, faisait l’éloge de Stowe : « Si seulement j’avais ne serait-ce qu’une once de son génie et de son talent je vous parlerais de mes propres souffrances […]. »176 Ultime marque de réserve destinée à atténuer le potentiel subversif de sa prise de parole publique. Quoi qu’en dise Jacobs elle-même, on peut affirmer avec Jean Fagan Yellin qu’« une auteure était née »177.

  • 178 Lettre de William C. Nell à Amy Post, 31 août 1853, D. P. Wesley et C. P. Uzelac éd., William Coop (...)
  • 179 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 9 octobre 1853, HJFP, p. 206.
  • 180 Ibid.

71Ce nouveau statut suscita chez Harriet Jacobs des sentiments ambivalents. Dans une lettre à l’abolitionniste noir William C. Nell, elle niait tout bonnement être l’auteure de la réponse à Julia Tyler178. Dans le même temps, Jacobs soumettait à la rédaction du New York Daily Tribune une seconde lettre au sujet des pratiques barbares des chasseurs d’esclaves, puis une troisième pour condamner l’American Colonization Society. Elle éprouvait une certaine fierté à voir ses écrits ainsi publiés tout en continuant à en atténuer l’importance : « Avez-vous vu les autres articles que j’ai griffonnés [?] »179, demandait-elle timidement à Post. Malgré ces hésitations, le milieu de l’année 1853 fut un moment d’effervescence littéraire et politique pour Jacobs, qui découvrait que sa parole pouvait avoir un poids dans le débat sur l’esclavage et la dénonciation de l’institution. Bientôt elle prit la décision d’écrire son récit elle-même et fit part de ce projet à sa plus fidèle confidente180. Jacobs avait enfin levé la censure qu’elle semblait exercer sur sa propre activité d’écriture.

  • 181 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 31 juillet 1854, HJFP, p. 221.
  • 182 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 11 janvier 1854, HJFP, p. 209.

72Entre le projet et sa réalisation, il y avait toutefois un fossé immense. La famille Willis venait de déménager dans sa résidence d’Idlewild, à Cornwall, un village situé à mi-chemin entre New York et Albany, et Jacobs se trouva plus sollicitée que jamais par Nathaniel, Cornelia et leurs quatre (bientôt cinq) enfants. Alors que d’autres auteurs de récits d’esclaves percevaient une rémunération en tant que conférenciers pour telle ou telle association abolitionniste, Jacobs travaillait en continu, loin des centres d’activité réformatrice, dans une maison dont elle se sentait « prisonnière »181 et pour une famille à laquelle elle ne voulait pas révéler ses ambitions littéraires. Même Cornelia, qui l’avait pourtant aidée dans ses transactions avec Stowe, ne fut pas informée du projet d’écriture de Jacobs182. L’apprentie auteure n’avait d’autre choix que d’écrire le soir, à la lueur d’une chandelle, une fois les membres de la famille (et leurs nombreux invités) couchés. Sa correspondance donne à entendre sa frustration devant l’impossibilité d’écrire à son aise :

  • 183 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, mars 1854, HJFP, p. 213.

[…] il est difficile pour moi de trouver le temps d’écrire    jusqu’ici je n’ai pas écrit une seule page pendant la journée    je n’ai pas dit à Mrs W que j’écrivais un livre et elle n’a jamais vu une ligne de ce que j’ai écrit […] pour l’instant mon pauvre livre est à l’état de chrysalide et même si je sais qu’il ne prendra jamais la forme d’un papillon je suis heureuse de le voir timidement ramper parmi le commun des insectes183

  • 184 Lettre de William C. Nell à Amy Post, 13 juin et 21 juillet 1854, HJFP, p. 217.
  • 185 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 18 mai et 8 juin 1857, HJFP, p. 235.
  • 186 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 21 juin 1857, HJFP, p. 237.
  • 187 L’auteur d’une recension d’Incidents in the Life of a Slave Girl publiée en 1861 affirme toutefois (...)

73Jacobs avait rédigé les premières pages de son manuscrit à la fin de l’année 1853. À l’occasion d’un séjour à Idlewild au début de l’été 1854, Nell l’encouragea à persévérer dans ses efforts184. Ralentie par sa charge de travail ainsi que par un état de santé extrêmement fragile, elle ne parvint à terminer la première version de son manuscrit qu’en 1857, peut-être sous l’impulsion du sentiment d’injustice que suscita chez elle, comme dans la communauté africaine-américaine en général, le passage de l’arrêt Dred Scott v. Sandford. Consciente des aspects choquants de certaines parties de son récit, elle songeait déjà à le faire préfacer par une abolitionniste qui, par sa présence au seuil de l’ouvrage, en rendrait le contenu plus acceptable. Sans surprise, elle s’adressa à Amy Post, en s’excusant de demander un tel « sacrifice » à une personne « si bonne et si pure »185. Cette dernière accepta de rédiger une introduction (elle fut abandonnée après l’intervention de Lydia Maria Child à une étape ultérieure de l’histoire éditoriale du récit) et consulta l’auteure sur ce qu’elle devait y inclure. Jacobs lui demanda entre autres de préciser qu’elle n’avait pas rédigé son récit « simplement pour gagner de l’argent »186, sous-entendant qu’il y allait d’un objectif plus essentiel : montrer la détresse d’une jeune femme plongée dans un système esclavagiste violent et cruel, afin de dénoncer l’institution dans son ensemble187. Si Jacobs avait pris la plume, c’était avant tout pour des raisons politiques – en ce sens le récit s’inscrit dans la suite logique de ses lettres publiées dans le New York Daily Tribune – et, sans doute, pour satisfaire un authentique désir d’écriture, rarement explicité dans sa correspondance mais perceptible en filigrane.

Interférences éditoriales

  • 188 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 21 juin 1857, HJFP, p. 237.

74Une fois le manuscrit sur le point d’être terminé, Harriet Jacobs commença à se préoccuper de la publication du récit. Il fut très rapidement question de le faire paraître à la fois aux États-Unis et en Angleterre, pour pallier l’absence de loi internationale sur le copyright, d’une part, et parce que le public britannique avait plus d’une fois prouvé son intérêt pour les récits d’esclaves, d’autre part. Alors qu’elle hésitait sur la stratégie à adopter, Harriet reçut une lettre de son frère John qui l’invitait à lui rendre visite en Angleterre, où il se trouvait alors ; il s’agissait là d’une belle occasion de retrouver un membre de sa famille qu’elle n’avait pas vu depuis des années et d’œuvrer dans le même temps à la publication de son récit dans les îles Britanniques188. Jacobs prit contact avec Maria Weston Chapman, l’une des figures de proue de l’abolitionnisme américain, bien connue également des cercles britanniques après avoir vécu plusieurs années en Europe. Accompagnée de William C. Nell, qui joua le rôle de mentor tout au long du processus éditorial, elle se rendit à Weymouth, dans le Massachusetts, où résidait Chapman. Celle-ci lut le manuscrit, assura qu’elle ferait tout son possible pour que le livre paraisse et fournit les lettres de recommandation dont Jacobs avait besoin pour se faire connaître des abolitionnistes anglais, irlandais et écossais. Tout était prêt pour son départ. Le 26 mai 1858, Jacobs embarqua pour l’Angleterre.

  • 189 J. F. Yellin, Harriet Jacobs, ouvr. cité, p. 138.
  • 190 Incidents in the Life of a Slave Girl, ouvr. cité, p. 6.

75S’il lui permit de faire la connaissance de nombreuses personnalités du monde abolitionniste et d’expatriés africains-américains, et de séjourner dans un pays où le préjugé racial envers les Noirs était moins prégnant qu’aux États-Unis, ce voyage se solda par un échec en ce qui concerne la publication du récit de Jacobs. Les raisons en sont d’autant plus obscures que l’auteure fut particulièrement appréciée des individus qui l’accueillirent. Jacobs confia son manuscrit à plusieurs d’entre eux, dont Amelia Chesson, la fille de l’abolitionniste George Thompson, elle-même impliquée dans le combat antiesclavagiste, et Hannah Waring Webb, la femme de Richard D. Webb. Ce dernier avait imprimé les récits de Douglass et de Brown, et l’on peut donc s’étonner qu’il n’ait pas proposé ses services à Jacobs. Selon Jean Fagan Yellin, il est possible que cet échec soit à mettre sur le compte de l’histoire particulière de Harriet Jacobs, de nature à choquer les mœurs victoriennes. Yellin fait référence tant aux épisodes de harcèlement sexuel de la part de James Norcom qu’au récit de la liaison – initiée par Harriet comme stratégie de défense contre Norcom – entre la jeune fille et son voisin blanc Samuel Sawyer, par la suite devenu membre du Congrès189. L’explication est plausible si l’on prend en considération le public visé : Incidents in the Life of a Slave Girl s’adresse d’abord à un public féminin (comme Harriet Jacobs l’écrit dans sa préface190), et le récit fut d’ailleurs lu sous sa forme manuscrite par plusieurs femmes (Maria Weston Chapman, Amelia Chesson, Hannah Webb, plus tard Lydia Maria Child) ; or c’était précisément cette partie du public que les censeurs victoriens entendaient « protéger ». Sans doute les abolitionnistes britanniques ne souhaitèrent-ils pas contribuer, dans le cas de Jacobs, à la diffusion d’un récit qui contrevenait de manière si flagrante au « raffinement » et à la « délicatesse » de la nation anglaise, pour reprendre des mots utilisés en son temps par John B. Estlin lorsqu’il avait été question de censurer le récit de Frederick Douglass.

  • 191 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 8 octobre 1860, HJFP, p. 282.
  • 192 A. J. Von Frank, « The Secret World of Radical Publishers : The Case of Thayer and Eldridge of Bos (...)
  • 193 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 8 octobre 1860, HJFP, p. 282.

76Rentrée de son périple anglais sans avoir publié son livre et sans même avoir vu son frère, Harriet Jacobs décida de « ne plus parler du manuscrit à [ses] amis avant d’être parvenue à en faire quelque chose »191. Sa correspondance ultérieure avec Amy Post permet toutefois de connaître le déroulement des événements qui menèrent tant bien que mal à la publication. En 1859, Jacobs soumit son manuscrit à la maison bostonienne Phillips, Sampson, qui s’était fait un nom en matière de littérature antiesclavagiste au cours des années 1850. Phillips, Sampson acceptèrent de publier le récit à la seule condition que celui-ci fût préfacé par Harriet Beecher Stowe ou Nathaniel Parker Willis, autrement dit par un « nom » qui puisse donner de la visibilité au récit d’une ancienne esclave inconnue du grand public. Jacobs ne sollicita pas Willis, qui continuait de faire l’apologie de l’esclavage dans ses écrits ; pour la seconde fois, Stowe répondit à la demande de l’auteure par une fin de non-recevoir. Par comble de malchance, les deux associés principaux de la maison, Moses D. Phillips et Charles Sampson, décédèrent peu après, à quelques semaines d’intervalle, ce qui entraîna la cessation immédiate des activités de leur établissement. Découragée, Jacobs laissa de côté ce manuscrit qu’elle éprouvait les plus grandes peines à faire publier. Ce n’est qu’à l’automne 1860 qu’elle retenta sa chance avec une autre maison d’édition bostonienne de moindre renommée, Thayer and Eldridge. William W. Thayer et Charles W. Eldridge entretenaient des liens étroits avec plusieurs personnalités issues de la communauté abolitionniste et des cercles républicains. Parmi les ouvrages publiés par ces deux jeunes éditeurs, on comptait les biographies de campagne des deux candidats à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 1860, William H. Seward et Abraham Lincoln, et, dans le même registre, une biographie à succès de John Brown par James Redpath (The Public Life of Capt. John Brown, 1860), qui peignait l’auteur du raid sur Harpers Ferry en martyr antiesclavagiste. Thayer and Eldridge se consacrèrent également à des entreprises éditoriales plus explicitement littéraires, puisqu’ils publièrent en 1860 la troisième édition de Leaves of Grass de Walt Whitman, ainsi qu’un roman de William Douglas O’Connor, Harrington : A Story of True Love, en partie inspiré du récit de Solomon Northup192. Harriet Jacobs dut remarquer certains des encarts publicitaires que Thayer and Eldridge firent paraître dans la presse abolitionniste avant de les contacter. On lui demanda cette fois une préface de Lydia Maria Child, que Jacobs eut l’occasion de rencontrer dans les locaux de la Massachusetts Anti-Slavery Society grâce à l’entremise de William C. Nell. Après ses tentatives infructueuses avec Stowe, Jacobs craignait d’avoir à s’adresser à « un autre satellite d’une si grande magnitude »193, mais la participation de Child fut en fin de compte l’élément décisif qui permit à Incidents in the Life of a Slave Girl de voir le jour.

  • 194 Sur cet épisode de l’histoire éditoriale d’Incidents in the Life of a Slave Girl, voir notamment C (...)
  • 195 Voir par exemple la lettre de Lydia Maria Child à Lucy Searle, 4 février 1861, P. G. Holland et M. (...)
  • 196 Lettre de Lydia Maria Child à Sarah Blake Sturgis Shaw, février-mars [?] 1861, CC, 48/1298.
  • 197 Lettre de Lydia Maria Child à Harriet Jacobs, 13 août 1860, CC, 46/1243.
  • 198 En août 1831 eut lieu en Virginie, dans le comté de Southampton, une révolte d’esclaves sanglante (...)

77Dès les premiers temps de sa collaboration avec Jacobs, Child éprouva le plus vif intérêt pour le récit de l’ancienne esclave, au point qu’elle outrepassa rapidement son rôle de simple préfacière pour endosser celui d’« éditrice » (au sens anglais d’editor)194. Toute la question est de savoir dans quelle mesure Child intervint sur le manuscrit de Jacobs. Cette question a particulièrement inspiré la critique, tantôt bienveillante par rapport aux modifications opérées par l’éditrice, considérées comme pertinentes et peu intrusives, tantôt plus sévère, et cherchant au contraire à faire ré-émerger la voix singulière de Jacobs, en partie étouffée par celle de Child. L’examen de la correspondance de cette dernière permet de se faire une idée à peu près objective de l’ampleur et de la nature des modifications. On notera tout d’abord que l’éditrice fait, à plusieurs reprises, l’éloge du style « remarquable » de l’auteure195. On peut donc vraisemblablement la croire lorsqu’elle affirme n’avoir pas sensiblement touché à la lettre du texte de Jacobs, dont la propre correspondance atteste un degré de maîtrise et d’inventivité stylistiques visible notamment dans son usage de la métaphore (le livre décrit comme une chrysalide, Child comme un satellite) : Jacobs avait, sans aucun doute, un style « vivant et plein d’intensité »196 qu’on pouvait conserver en l’état. En revanche, Child reconnaît avoir apporté des modifications assez importantes à la structure de l’ouvrage, transposant certaines phrases ou certains passages « afin de mettre de l’ordre dans le récit »197. Elle affirme ainsi avoir regroupé les épisodes les plus violents dans un chapitre spécifique de sorte que les âmes sensibles puissent sauter ces pages et continuer leur lecture sans perdre le fil de l’histoire de l’héroïne. Child recommanda également à l’auteure d’omettre le chapitre final sur John Brown, que cette dernière avait ajouté en 1859, en réaction aux événements récents. Il valait mieux qu’Incidents in the Life of a Slave Girl se termine sur le récit de la mort de la grand-mère de Jacobs. À l’inverse, Child développa d’autres passages – par exemple celui sur les conséquences de la révolte de Nat Turner – à partir d’informations supplémentaires fournies par Jacobs au cours de la relecture198.

  • 199 Lettre de Lydia Maria Child à Harriet Jacobs, 13 août 1860, CC, 46/1243
  • 200 Lettre de Lydia Maria Child à John Greenleaf Whittier, 4 avril 1861, CC, 48/1300.
  • 201 A. H. Tricomi, « Harriet Jacobs’s Autobiography and the Voice of Lydia Maria Child », ESQ : A Jour (...)

78Ces multiples transformations eurent pour conséquence de faire dévier le texte de Jacobs de sa trajectoire générique originale. Comme l’a montré de façon convaincante Albert H. Tricomi, Lydia Maria Child restructura le récit de manière à en atténuer le contenu politique et à le rendre plus mélodramatique. C’est le sens de la suppression du chapitre final sur John Brown : en l’absence de ce chapitre qui devait mettre l’accent sur un acte hautement polémique de résistance à l’institution esclavagiste par la violence, Incidents in the Life of a Slave Girl se termine sur un tableau sentimental – et dépolitisé – de la mort d’un être aimé ; le récit de la vie privée l’emporte sur l’expression d’opinions publiques. De manière générale, Child semble avoir insisté sur tout ce qui touchait à la sphère de l’intime, aux valeurs maternelles, aux questions sexuelles, reléguant au second plan les éléments de réflexion idéologique. De même, elle tenta de mettre en valeur ce que le récit pouvait avoir de sensationnel. En regroupant les passages violents dans un seul et même chapitre, Child se préoccupait peut-être du confort de lecture des âmes sensibles, mais elle s’assurait également que les âmes fortes qui liraient le chapitre auraient leur compte d’événements horrifiques, dont la force est décuplée par leur concentration en un même endroit du livre. En demandant des renseignements supplémentaires sur les conséquences de la révolte de Nat Turner pour les Noirs de Caroline du Nord (« Certains ont-ils été torturés afin qu’ils avouent ? comment ? y a-t-il eu des morts ? »199), l’éditrice révélait d’ailleurs qu’elle n’avait pas véritablement l’intention de se limiter à un unique chapitre d’épisodes violents. Elle mit ainsi en place une nouvelle économie du récit, désormais rythmé par une série d’« incidents » (un mot que Jacobs n’utilisait jamais pour parler de son propre récit, plus souvent désigné comme une « histoire ») fortement dramatisés. À cela, il faut encore ajouter le choix que fit Child d’utiliser des noms fictifs pour les individus nommés dans le récit, à commencer par Harriet Jacobs (renommée Linda Brent), et de ne donner ni lieu, ni noms, ni dates dans les parties du récit se déroulant dans le Sud (en partie pour ne mettre personne en danger)200. Sans ancrage dans une géographie et une chronologie reconnaissables, et réorganisé selon des critères propres à Child, le texte de Jacobs perd en fin de compte de son caractère autobiographique pour prendre une forme qui s’apparente à celle du roman201.

79Il n’est pas anodin que l’éditrice ait couramment désigné le récit de Jacobs non par le titre qu’on lui connaît mais par un titre plus court, Linda, qui fut repris dans la presse. Un tel titre, formé d’un seul nom propre féminin, est caractéristique de la forme romanesque, et fait écho à une longue tradition de classiques anglais, depuis Evelina : or, The History of a Young Lady’s Entrance into the World de Frances Burney à Shirley de Charlotte Brontë en passant par Emma de Jane Austen ; une tradition reprise dans le contexte américain, comme en témoigne le titre d’un livre de la romancière pro-esclavagiste Caroline Lee Hentz, précisément intitulé Linda ; or, The Young Pilot of the Belle Creole. A Tale of Southern Life (1850). Si le titre Linda n’apparaissait pas sur la page de titre de l’édition originale d’Incidents in the Life of a Slave Girl, il était en revanche le seul à figurer sur le dos du livre, ce qui avait pour effet (désiré ou non) d’entretenir une forme d’ambiguïté générique. Il n’est pas dit que Harriet Jacobs ait apprécié que son texte se trouve ainsi dénaturé. Son insatisfaction n’est pas fermement exprimée dans sa correspondance, mais elle se laisse parfois deviner :

  • 202 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 8 novembre 1860, HJFP, p. 284.

Je sais que Mrs. Child fera du mieux qu’elle peut […] mais j’aurais aimé être présente afin que nous nous concertions – et que nous comparions nos opinions – même si je sais que les siennes sont supérieures aux miennes nous aurions pu combiner nos idées, grandes pour elles, petites pour moi202

  • 203 R. S. Knott, Harriet Jacobs : The Edenton Biography, thèse de doctorat, University of North Caroli (...)

80Tout en faisant preuve de son humilité habituelle, Jacobs montrait bien qu’elle ne cautionnait pas tous les changements introduits par son éditrice. Robanna Sumrell Knott a souligné, de manière plus appuyée que ne l’a fait la biographe Jean Fagan Yellin, la violence symbolique contenue à la fois dans les interférences éditoriales « agressives » de Child et dans la façon dont elle les présente et les impose à Jacobs à travers sa correspondance, faisant peu de cas de la volonté de l’auteure. Knott reconnaît toutefois que le récit de Jacobs serait sans doute resté à l’état de manuscrit sans son intervention203.

  • 204 S. S. Williams, « Authors and Literary Authorship », A History of the Book in America, S. E. Caspe (...)

81En effet, Child ne se contenta pas de façonner ce nouvel objet littéraire qu’était le second manuscrit, restructuré, du récit de Jacobs : elle contribua aussi activement à sa publication. Fine connaisseuse du marché du livre, Child commença par chercher une autre maison d’édition que Thayer and Eldridge, de peur que cet établissement récemment créé ne périclite dans le climat économique incertain de la fin des années 1850 (l’année 1857 fut marquée par une panique financière qui entraîna la faillite de nombreuses entreprises). Aucun des éditeurs contactés n’accepta le manuscrit. Dès lors, Child dirigea, de manière assez autoritaire, une partie des échanges avec Thayer and Eldridge, qui avaient programmé la sortie d’Incidents in the Life of a Slave Girl pour novembre 1860. Elle fit mettre le copyright et le contrat à son nom, négocia les droits d’auteur de Jacobs (ils s’élevaient à 10 %, ce qui correspond au taux de rémunération moyen des auteurs publiés par des maisons d’édition commerciales au milieu du xixe siècle204), régla certains détails légaux et s’engagea à corriger les épreuves. Elle prit également contact avec Wendell Phillips, qui lui fit savoir que le comité chargé de gérer le legs de l’abolitionniste Charles F. Hovey allait vraisemblablement acheter un millier d’exemplaires afin de les faire distribuer par des agents abolitionnistes ; c’est sur cette base que Child demanda à l’éditeur de faire passer le tirage de 1 000 à 2 000 exemplaires. Thayer and Eldridge, quant à eux, lancèrent la promotion du livre. La parution était imminente… lorsque Jacobs et Child apprirent que la maison Thayer and Eldridge était sur le point de faire faillite, comme Child l’avait craint quelques mois plus tôt. Pas un seul exemplaire d’Incidents in the Life of a Slave Girl n’avait encore été imprimé. Heureusement pour Jacobs, la Boston Stereotype Foundry avait déjà fabriqué les planches stéréotypées ; l’auteure put en faire l’acquisition, en payant comptant la moitié de leur prix. Sans qu’on sache exactement comment ni avec quel argent, Jacobs parvint à faire imprimer et relier des exemplaires de son livre. Après tant d’efforts déployés pour faire publier le récit par une maison d’édition, la page de titre portait finalement non pas un nom d’éditeur, mais une mention bien connue des auteurs de récits d’esclaves : « Published for the Author » (fig. 10). Au moins le livre avait-il fini par voir le jour, en dépit des innombrables incidents qui avaient retardé sa publication.

Fig. 10. Page de titre de l’édition bostonienne d’Incidents in the Life of a Slave Girl (1861)

Fig. 10. Page de titre de l’édition bostonienne d’Incidents in the Life of a Slave Girl (1861)

Source : American Antiquarian Society

Une distribution limitée

  • 205 Lettre de Harriet Jacobs à Mary Rebecca Darby Smith, 14 janvier 1862, HJFP, p. 361-362.
  • 206 « Linda », 11 janvier 1862, Christian Recorder, HJFP, p. 361.
  • 207 HJFP, p. 352.

82Privée d’éditeur commercial, Jacobs ne pouvait plus compter sur une distribution professionnelle de grande envergure. Jacobs, Child et Nell durent redoubler d’efforts afin que le livre soit non seulement publié, mais aussi diffusé et donc lu. Dans le cas de l’auteure, ce mode de distribution prenait une forme d’autant plus artisanale que Jacobs se faisait discrète sur la scène abolitionniste – beaucoup plus discrète, par exemple, que Truth, laquelle saisissait toutes les occasions publiques (meetings, conventions, célébrations antiesclavagistes) de prononcer des discours et de vendre dans le même temps des exemplaires de son récit. Peut-être parce qu’elle avait une conception de la féminité différente de celle de Truth, plus en accord avec les préceptes de son époque, Jacobs préféra une diffusion confidentielle, par contact privé avec différents cercles abolitionnistes auxquels elle était dûment recommandée. Ainsi, elle s’établit un temps à Philadelphie au début de l’année 1862, où elle bénéficia de l’assistance de Mary Rebecca Darby Smith, jeune femme de confession quaker opposée à l’esclavage qui lui procura des lettres de recommandation auprès des activistes de la région (sans doute des membres de la Philadelphia Female Anti-Slavery Society), auxquels Jacobs vendit des exemplaires d’Incidents in the Life of a Slave Girl : « Vos lettres m’ont été d’une grande utilité et je vous suis très reconnaissante – j’ai vendu cinquante exemplaires en tout »205, se réjouissait Jacobs dans une lettre à Smith. Au même moment, un journal africain-américain signalait la parution du volume et la présence de Jacobs à Philadelphie, invitant ses lecteurs à prendre directement contact avec elle206. Comme pour les récits évoqués au chapitre précédent, la dimension incarnée de ces transactions se donne à voir dans certaines notations manuscrites inscrites dans les exemplaires originaux, par exemple celle qui apparaît au début de l’exemplaire conservé au Schomburg Center for Research in Black Culture : « Ce livre a été écrit par une femme nommée Harriet Jacobs. […] Je lui ai acheté ce volume directement. »207

  • 208 Lettre de Lydia Maria Child à Daniel Ricketson, 14 mars 1861, CC, 47/1295.
  • 209 Lettre de Lydia Maria Child à John Greenleaf Whittier, 4 avril 1861, CC, 48/1300.
  • 210 Eric Gardner estime qu’il doit y avoir actuellement une centaine d’exemplaires du récit de Jacobs (...)

83Lydia Maria Child fit appel à ses propres réseaux pour faciliter la diffusion d’un livre dont les libraires de Boston ne voulaient pas entendre parler, comme elle s’en plaignait à l’abolitionniste de New Bedford Daniel Ricketson : « [Ils] ont si peur de vendre quoi que ce soit qui a trait à l’antiesclavagisme que j’éprouve les plus grandes difficultés à faire vendre le livre. »208 Child poursuivait en demandant à Ricketson s’il pouvait lui conseiller un ou plusieurs moyens de vendre des exemplaires dans la région de New Bedford. Elle adressa une requête similaire, exprimée dans des termes quasi identiques, au poète John Greenleaf Whittier, pour savoir s’il y avait moyen de faire circuler le récit dans les environs de Newburyport, Massachusetts209. Qui sait combien de lettres de ce type Child envoya à ses amis abolitionnistes à travers la Nouvelle-Angleterre ? Fidèle à la promesse qu’il lui avait faite, Wendell Phillips fit en sorte qu’une petite partie du Hovey Fund fût utilisée pour l’achat d’exemplaires d’Incidents in the Life of a Slave Girl. Le reçu de 100 dollars qu’on trouve dans les archives de Phillips à la Houghton Library laisse cependant supposer qu’on était loin du millier d’exemplaires envisagé lorsqu’il était encore question que Thayer and Eldridge publient l’ouvrage. Le tirage effectif du récit de Jacobs fut selon toute probabilité égal ou inférieur à 1 000 exemplaires, ce qui explique que les éditions originales soient si rares aujourd’hui210.

  • 211 « Linda, the Slave Girl », Liberator, 25 janvier 1861, HJFP, p. 292-294.
  • 212 « Linda », Liberator, 8 février 1861, HJFP, p. 327.

84William C. Nell, enfin, continua de soutenir Jacobs dans son entreprise éditoriale comme il l’avait fait depuis le début. L’un des premiers articles parus dans la presse à propos du récit de Jacobs était une lettre de Nell à Garrison publiée dans les pages du Liberator. Nell y annonçait la parution récente du livre et soulignait combien elle était opportune : « Je suis sûr que sa diffusion à ce moment de crise dans l’histoire de notre pays sera d’une valeur inestimable […]. »211 Nell faisait preuve d’un certain optimisme : il est probable que le contexte de crise lié à la sécession des États du Sud (entre décembre 1860 et juin 1861) et aux débuts des hostilités entre les deux sections (la bataille de Fort Sumter, qui marque le début de la guerre de Sécession, eut lieu en avril 1861) a nui à la diffusion du récit de Jacobs plus qu’il ne l’a servie. Le récit de la servitude d’un individu pouvait paraître anecdotique par rapport au bouleversement politique que constituait une guerre civile. Plus concrètement encore, il était difficile de faire la promotion d’un seul récit d’esclave lorsque le pays tout entier focalisait son attention sur une actualité brûlante. Cela n’empêcha pas Nell de se consacrer activement à la distribution du livre, qu’on pouvait acheter en prenant contact avec lui212.

  • 213 « Linda », Weekly Anglo-African, 13 avril 1861, HJFP, p. 349.
  • 214 Lettre de Lydia Maria Child à Henrietta Sargent, 9 février 1861, CC, 47/1285.

85Avec un mode de diffusion aussi artisanal, Incidents in the Life of a Slave Girl ne pouvait guère circuler en dehors de la sphère abolitionniste. Certes, la distribution du récit ne dépendait pas uniquement de la bonne volonté de trois personnes : le livre était disponible dans les locaux d’associations antiesclavagistes – à Boston, New York et Philadelphie – ainsi qu’à la rédaction d’un journal africain-américain tel que le Weekly Anglo-African213. Mais cela ne permettait pas de le rendre visible auprès du grand public. Incidents in the Life of a Slave Girl fut largement ignoré par la presse généraliste, à cause de son contenu, évidemment polémique, mais aussi en raison de son contexte de publication. Selon Child, même la presse abolitionniste lui accorda « très peu d’attention »214. S’il est aujourd’hui aussi célèbre que le récit de Douglass, le récit de Jacobs circula à l’époque de manière limitée sur le territoire américain.

  • 215 HJFP, p. 334-335.
  • 216 Lettre de Harriet Jacobs à Amy et Isaac Post, 18 juin 1851, HJFP, p. 355.
  • 217 Journal de Frederick Chesson, 31 mars 1862, HJFP, p. 382.

86Paradoxalement, il connut un plus grand succès dans les îles Britanniques, où il n’avait pas trouvé d’éditeur quelques années plus tôt. Le livre circula d’abord de façon informelle, envoyé par des abolitionnistes américains à des abolitionnistes britanniques : des membres de l’American Anti-Slavery Society offrirent ainsi un exemplaire à Mary Anne Estlin, fille de John B. Estlin, mort quelques années plus tôt215. Sur le conseil de son frère John, Harriet envoya elle-même des exemplaires à ses amis, ce qu’elle avait tardé à faire parce qu’elle était endettée216. Parmi les destinataires, il y avait Frederick Chesson, mari d’Amelia Chesson (qui avait lu le récit sous forme manuscrite) et beau-fils de George Thompson, impliqué dans les activités du London Emancipation Committee. Bientôt Jacobs lui fit parvenir les planches stéréotypées en lui demandant de trouver un éditeur qui acceptât de republier l’ouvrage en Angleterre. Chesson prit contact avec William Tweedie, éditeur londonien connu pour ses publications réformatrices, principalement liées à la lutte contre l’esclavage (il avait coédité Five Hundred Strokes for Freedom en 1853) et contre l’alcool. Dans le domaine abolitionniste, Tweedie semble avoir été particulièrement soucieux de faire entendre la voix des esclaves : il avait publié le récit des époux Craft en 1860 (Running a Thousand Miles for Freedom ; or, The Escape of William and Ellen Craft from Slavery) et publia trois ans plus tard le récit de John Anderson « édité » par l’abolitionniste britannique Harper Twelvetrees (The Story of the Life of John Anderson, the Fugitive Slave). Il n’est donc pas étonnant que Tweedie ait montré un certain intérêt pour le récit de Jacobs, dont il produisit au début de l’année 1862 une nouvelle édition, sous le titre The Deeper Wrong ; or, Incidents in the Life of a Slave Girl. Fort de son expérience d’homme de presse, Chesson se préoccupa de faire la promotion de l’ouvrage, dont il fit envoyer des exemplaires à divers individus et rédactions de journaux, tandis que sa femme, Amelia, écrivait sa propre recension pour le Morning Star and Dial. À leur tour, des amis de Chesson – Henry et Anna Richardson à Newcastle par exemple – s’engagèrent à contribuer à la diffusion de l’ouvrage. De proche en proche, le récit de Jacobs circula sur une large zone du territoire britannique, comme le prouvent des recensions dans des journaux de Londres, Newcastle, Plymouth, Édimbourg ou encore Londonderry, en Irlande. Il faut croire qu’il s’agissait d’une entreprise éditoriale rentable puisqu’un autre éditeur londonien, Hodson & Son, publia sans tarder une édition pirate de The Deeper Wrong, au grand dam de Chesson, qui regrettait l’absence de loi internationale sur le copyright dans son journal intime217. Chesson et Tweedie songèrent un moment à un recours légal, mais il n’y avait en vérité rien à faire, dans la mesure où Hodson avait prit soin de ne pas conserver le titre original de Tweedie, The Deeper Wrong (l’édition Hodson reprend le titre américain). L’édition de Tweedie continua malgré tout de bien se vendre : en 1863, l’éditeur en faisait toujours la promotion dans un cahier publicitaire inséré à la fin du récit d’esclave de John Anderson.

87Il avait donc fallu près de dix années pour que le récit de Jacobs puisse être écrit, publié, diffusé et lu – pour qu’il puisse, en somme, trouver un public, essentiellement britannique. C’est dire si le cas de Jacobs contredit les discours critiques enthousiastes sur la décennie 1850 comme période pendant laquelle « quasi toutes les victimes de l’esclavage pouvaient se faire publier ». Certes, quelques éditeurs commerciaux – John P. Jewett, Derby & Miller, Phillips, Sampson, Thayer and Eldridge – se risquèrent à publier de la littérature antiesclavagiste, dont des récits d’esclaves, après le succès d’Uncle Tom’s Cabin. Encore cela se faisait-il souvent au détriment du récit lui-même, rendu plus romanesque et plus sentimental qu’il ne l’était dans sa forme originale, afin de plaire au grand public amateur du roman de Stowe. Surtout, il était toujours difficile pour des anciens esclaves d’accéder à la publication au sein des circuits traditionnels du livre. Fragilisé économiquement à la fin de la décennie 1850, le monde du livre ne pouvait ni ne voulait faire une place à des écrits aussi polémiques que pouvaient l’être les récits d’esclaves, réduits pour la plupart à des formes de circulation parallèle. Des cas comme ceux de Douglass (une célébrité) ou Northup (un Africain-Américain libre à l’histoire extraordinaire) tenaient plus de l’exception que de la règle.

Notes

1 Sur ces questions, voir par exemple F. Specq, « Une liberté en noir et blanc : Douglass, Thoreau et l’abolition de l’esclavage », postface à De l’esclavage en Amérique, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 96-102.

2 Ibid., p. 101.

3 M. Winship, « Manufacturing and Book Production », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 40-69.

4 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 9-15 ; M. Winship, American Literary Publishing in the Mid-Nineteenth Century, ouvr. cité, p. 12.

5 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 6-7.

6 J. D. Groves, « Trade Communication » et « Courtesy of the Trade », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 130-148. Avant le passage du Chace Act en 1891, les auteurs étrangers n’étaient pas protégés par le copyright aux États-Unis : tout éditeur américain pouvait théoriquement republier leurs œuvres sans leur autorisation et sans les rémunérer, d’où la prolifération d’éditions américaines bon marché de romans britanniques à succès en particulier. Voir M. McGill, « Copyright », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 158-178.

7 M. J. Everton, The Grand Chorus of Complaint : Authors and the Business Ethics of American Publishing, Oxford, Oxford University Press, 2011.

8 J. Tebbel, A History of Book Publishing in the United States, New York, R. R. Bowker, 1972, t. 1, p. 225-227.

9 E. Greenspan, George Palmer Putnam : Representative American Publisher, University Park, Pennsylvania State University Press, 2000, p. 362.

10 C. Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Aldershot, Ashgate, 2007, p. 34.

11 R. Hildreth, « Introduction », Archy Moore, the White Slave ; or, Memoirs of a Fugitive, New York, Miller, Orton & Mulligan, 1856, p. ix. The Slave fut d’abord publié en 1836. Il reparut en 1852 sous le titre The White Slave, puis en 1856 sous le titre Archy Moore.

12 J. T. Trowbridge, My Own Story. With Recollections of Noted Persons, Boston, Houghton, Mifflin and Company, 1903, p. 215.

13 Fourth Annual Report of the American Anti-Slavery Society, New York, 1837, p. 58.

14 Fifteenth Annual Report Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, Boston, 1847, p. 38.

15 A. Marsh-Caldwell, Tales of the Woods and Fields, New York, Harper & Brothers, 1836, p. 274, note.

16 Fourth Annual Report of the American Anti-Slavery Society, ouvr. cité, p. 58-59.

17 Circulaire de l’American Anti-Slavery Society, 25 juillet 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, no 31. Sur ce roman, voir la postface de Laurence Cossu-Beaumont à G. de Beaumont, Marie, ou l’Esclavage aux États-Unis [1835], Paris, Aux forges de Vulcain, 2014.

18 Les remarques contextuelles sur le développement de la librairie pendant la période antebellum sont tirées de M. Winship, « “The Tragedy of the Book Industry” ? Bookstores and Book Distribution in the United States to 1950 », Studies in Bibliography, vol. 58, 2007-2008, p. 150-152, et K. D. Highland, « In the Bookstore : The Houses of Appleton and Book Cultures in Antebellum New York City », Book History, vol. 19, 2016, p. 214-255.

19 « Anti-Slavery Book Store », Liberator, 11 octobre 1834.

20 G. R. G. Hodges, David Ruggles : A Radical Black Abolitionist and the Underground Railroad in New York City, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2010, p. 60 et p. 67-68.

21 Anti-Slavery Almanac for 1846, New York, Finch & Weed, 1845, quatrième de couverture.

22 « New Publications », New York Daily Tribune, 23 août 1845 ; « New Work on Slavery », Emancipator (Boston), 10 décembre 1845 ; New York Evangelist, 26 juin 1845.

23 New York Evangelist, 29 mai 1845.

24 J. S. Buck, Milwaukee under the Charter, from 1847 to 1853, Inclusive, Milwaukee, Symes, Swain & Co., 1884, t. 3, p. 29 ; Daily Sentinel and Gazette, 25 février 1846 ; American Freeman, 18 août 1846.

25 « Book Notices », National Anti-Slavery Standard, 24 décembre 1846.

26 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 3-4.

27 M. Winship, « “The Greatest Book of its Kind” : A Publishing History of Uncle Tom’s Cabin », Proceedings of the American Antiquarian Society, vol. 109, no 2, 2002, p. 309-332, et C. Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, ouvr. cité.

28 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, 1836-1861, thèse de doctorat, University of Michigan, 1961, p. 137.

29 Ibid., p. 116-121 et p. 172-174.

30 Sur John P. Jewett, voir M. Winship, « John Punchard Jewett, Publisher of Uncle Tom’s Cabin : A Biographical Note with a Preliminary List of His Imprints », Roger Eliot Stoddard at Sixty-Five : A Celebration, New York, Thornwillow Press, 2000, p. 85-114 ; C. Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, ouvr. cité, p. 35-37 ; J. Tebbel, A History of Book Publishing in the United States, ouvr. cité, t. 1, p. 426-429.

31 Lettre de John P. Jewett à Charles Sumner, 3 mars 1854, M. Winship, « “Yours for Freedom” : John P. Jewett Writes to Charles Sumner », Harvard Library Bulletin, vol. 24, no 2, 2013, p. 12.

32 Frederick Douglass’ Paper, 1er juin 1855.

33 D. E. Liedel, « The Puffing of Ida May : Publishers Exploit the Antislavery Novel », Journal of Popular Culture, vol. 3, no 2, 1969, p. 287-306. Sur Phillips, Sampson, voir J. Tebbel, A History of Book Publishing in the United States, ouvr. cité, t. 1, p. 424-426.

34 Lettre de John P. Jewett à Charles Sumner, 25 février 1854, M. Winship, « “Yours for Freedom”: John P. Jewett Writes to Charles Sumner », art. cité, p. 9.

35 Sur Derby & Miller et ses successeurs, voir P. Dzwonkoski éd., American Literary Publishing Houses, 1638-1899, Détroit, Gale Research Company, 1986, t. 1, p. 116 (Dictionary of Literary Biography, vol. 49).

36 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 201.

37 Les catalogues de la maison d’édition Derby & Miller (puis Miller, Orton & Mulligan) auxquels il est fait référence au cours de ce chapitre sont conservés à l’American Antiquarian Society, à Worcester, dans le Massachusetts.

38 H. B. Stowe, « Anti-Slavery Literature », Independent, 21 février 1856.

39 G. R. Graham, « Editor’s Table. Personal », Graham’s Magazine, mars 1853, p. 365.

40 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 96-97.

41 N. Baym, Novels, Readers, and Reviewers, ouvr. cité, p. 223.

42 Frederick Douglass’ Paper, 2 septembre 1853.

43 J. D. Long, Pictures of Slavery in Church and State, Philadelphie, Published by the Author, 1857, p. 8-9.

44 J. Myerson et al. éd., The Journals of Louisa May Alcott, Athens, University of Georgia Press, 1997, p. 98.

45 Lettre d’Elizabeth Palmer Peabody à Frances Adeline Seward, 22 mai 1857, B. A. Ronda éd., Letters of Elizabeth Palmer Peabody : American Renaissance Woman, Middletown, Wesleyan University Press, 1984, p. 283-284.

46 R. J. Zboray, A Fictive People, ouvr. cité, p. 196-198.

47 M. B. Stern, Books and Book People in Nineteenth-Century America, New York, R. R. Bowker, 1978, p. 11-14.

48 New York, vol. 31, p. 43, R. G. Dun & Co. Credit Report Volumes, Baker Library, Harvard Business School.

49 W. Hosmer, The Higher Law, in Its Relations to Civil Government, Auburn, Derby & Miller, 1852, p. 203.

50 Radical Abolitionist, vol. 1, no 3, octobre 1855, p. 21.

51 S. E. Casper, Constructing American Lives : Biography and Culture in Nineteenth-Century America, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999, p. 2.

52 H. Kim, « How Twelve Years a Slave Was Made, 150 Years before 12 Years a Slave », Los Angeles Review of Books, 17 février 2014, en ligne.

53 C. Wilson, Freedom at Risk : The Kidnapping of Free Blacks in America, 1780-1865, Lexington, University Press of Kentucky, 1994.

54 « The Kidnapping Case », New York Daily Times, 20 janvier 1853. La plupart des informations factuelles qui suivent proviennent de Twelve Years a Slave, S. Eakin et J. Logsdon éd., ouvr. cité, p. xii-xiv, et D. Fiske et al., Solomon Northup : The Complete Story of the Author of Twelve Years a Slave, Santa Barbara, Praeger, 2013, p. 111-112.

55 Twelve Years a Slave, Auburn, Derby & Miller, 1853, p. xvi.

56 Ibid., p. 209 (traduit par P. Bonnet et C. Lamotte).

57 L. Brawley, « Frederick Douglass’s My Bondage and My Freedom and the Fugitive Tourist Industry », Novel : A Forum on Fiction, vol. 30, no 1, 1996, p. 98.

58 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 234.

59 C’est tout du moins la version des faits qui est donnée dans The Kidnapped and the Ransomed. En réalité, Peter Still, né esclave dans le Maryland, fut abandonné par sa mère lorsque celle-ci prit la fuite avec ses filles, laissant derrière elle ses deux fils, Peter et Levin. Peter Still, qui avait acheté sa propre liberté, demanda à Kate E. R. Pickard, auteure de son récit, de ne pas révéler l’histoire de sa mère et de ses sœurs de peur que celles-ci soient capturées. E. L. Wong, Neither Fugitive nor Free : Atlantic Slavery, Freedom Suits, and the Legal Culture of Travel, New York, New York University Press, 2009, p. 114-115.

60 Twelve Years a Slave [1853], ouvr. cité, p. 226 (traduit par P. Bonnet et C. Lamotte).

61 R. B. Stepto, « Sharing the Thunder : The Literary Exchanges of Harriet Beecher Stowe, Henry Bibb, and Frederick Douglass », New Essays on Uncle Tom’s Cabin, E. J. Sundquist éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 136.

62 Twelve Years a Slave [1853], ouvr. cité, p. xv.

63 Solomon Northup’s Twelve Years a Slave and Plantation Life in the Antebellum South, S. Eakin éd., Center for Louisiana Studies, University of Louisiana at Lafayette, 2007, p. ix.

64 Lettre de Kate E. R. Pickard à Peter Still, 9 mai 1856, Peter Still Papers, Rutgers University.

65 Sur la fratrie Derby, voir W. Sutton, « The Derby Brothers : 19th-Century Bookmen », University of Rochester Library Bulletin, vol. 3, no 2, 1948, en ligne.

66 W. Sutton, The Western Book Trade : Cincinnati as a Nineteenth-Century Publishing and Book-Trade Center, Columbus, Ohio State University Press, 1961, p. 134-149.

67 D. Fiske et al., Solomon Northup, ouvr. cité, p. 112.

68 Cayuga Chief, 19 avril 1853 ; New York Daily Times, 15 avril 1853 ; National Era, 21 avril 1853 ; Frederick Douglass’ Paper, 29 avril 1853 ; Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, vol. 3, no 4, 15 avril 1853, p. 71 ; Literary World, 23 avril 1853.

69 « Editorial Notes. – Cursive and Discursive », Putnam’s Monthly, vol. 5, no 28, avril 1855, p. 440-444, cité par D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 110-112. Sur la notion de puffing, voir également L. L. Cohen, The Fabrication of American Literature : Fraudulence and Antebellum Print Culture, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012, chap. 1.

70 M. Winship, « Manufacturing and Book Production », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 63.

71 Publishers’ Circular, vol. 16, no 378, 16 juin 1853, p. 222 et p. 230.

72 Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, vol. 3, no 8, 15 août 1853, p. 137.

73 Une version abrégée de ce compte rendu apparaît dans H. B. Stowe, A Key to Uncle Tom’s Cabin, Boston, John P. Jewett & Co., 1853, p. 173-174. Twelve Years a Slave n’avait pas encore paru lorsque fut publié A Key to Uncle Tom’s Cabin.

74 Littell’s Living Age, 10 septembre 1853.

75 Connecticut Courant, 1er octobre 1853 ; Norfolk Democrat, 11 novembre 1853 ; Alexandria Gazette, 20 octobre 1853.

76 Albany Evening Journal, 16 juillet 1853, 30 juillet 1853 et 2 août 1853.

77 Voir par exemple l’encart publicitaire dans Frederick Douglass’ Paper, 18 novembre 1853.

78 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, p. 3.

79 « Book and Tract Depository of the American and Foreign Anti-Slavery Society », American Jubilee, vol. 1, no 1, mars 1854, p. 8 ; Pennsylvania Freeman, 28 août 1853 ; Liberator, 23 décembre 1853 ; Frederick Douglass’ Paper, 29 juillet 1853 ; « Twenty-First Anniversary of the American Anti-Slavery Society », National Anti-Slavery Standard, 20 mai 1854 ; « Narrative of Solomon Northup », National Anti-Slavery Standard, 18 mars 1854.

80 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 20 décembre 1853, BPL, MS B.1.6, vol. 14, no 66.

81 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, B. Quarles éd., ouvr. cité, p. xiii.

82 Voir l’encart de la Norton’s Literary Gazette reproduit plus haut, qui indique « 15th Thousand Now Ready » et les très nombreux encarts « Fourteenth Thousand Now Ready » (par exemple Liberator, 26 août 1853).

83 H. C. Carey, Letters on International Copyright, Philadelphie, A. Hart, 1853, p. 50.

84 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 148, note 56.

85 Twelve Years a Slave, S. Eakin et J. Logsdon éd., ouvr. cité, p. xv.

86 New York Daily Times, 15 avril 1853.

87 « Solomon Northrop ; or, 12 Years a Slave », Essex County Republican, 13 août 1853. Le nom de Solomon Northup a fait l’objet d’infinies déformations orthographiques : Solomon Northrup, Solomon Northrop, Soloman Northup… On conserve ici et ailleurs le nom tel qu’il a été orthographié dans la source d’origine.

88 Syracuse Daily Standard, 4 avril 1853.

89 C. Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, ouvr. cité, p. 39.

90 J. C. Derby, Fifty Years among Authors, Books and Publishers, New York, G. W. Carleton & Co., 1884, p. 63.

91 Frederick Douglass Papers, Legal File, Copyrights, 1845-1881, Library of Congress.

92 F. Douglass, My Bondage and My Freedom, ouvr. cité, p. vi.

93 FDP III, 1, p. 262-263, note 1.

94 G. Fulkerson, « Textual Introduction », FDP II, 2, p. 288.

95 S. M. Ryan, « Douglass, Melville, and the Moral Economies of American Authorship », Frederick Douglass and Herman Melville : Essays in Relation, R. S. Levine et S. Otter éd., Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2008, p. 90.

96 F. Douglass, My Bondage and My Freedom, ouvr. cité, p. 361. John A. Collins et George Foster sont deux abolitionnistes blancs.

97 « A Faithful Correction and Willing Acknowledgement », National Anti-Slavery Standard, 12 janvier 1856.

98 Lettre de Frederick Douglass à William Lloyd Garrison, 13 janvier 1856, P. S. Foner éd., The Life and Writings of Frederick Douglass, New York, International Publishers, 1975, t. 5, p. 372.

99 Sur le militantisme noir des années 1850, voir J. H. Pease et W. H. Pease, They Who Would Be Free : Blacks’ Search for Freedom, 1830-1861, Urbana, University of Illinois Press, 1990, chap. 11.

100 J. Stauffer, The Black Hearts of Men : Radical Abolitionists and the Transformation of Race, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, chap. 1.

101 Voir par exemple la lettre de Frederick Douglass à Gerrit Smith, 14 août 1855, P. S. Foner éd., The Life and Writings of Frederick Douglass, New York, International Publishers, 1950, t. 2, p. 266.

102 J. R. McKivigan, « The Frederick Douglass-Gerrit Smith Friendship and Political Abolitionism in the 1850s », Frederick Douglass : New Literary and Historical Essays, E. J. Sundquist éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 211.

103 J. Ruggles, The Unboxing of Henry Brown, ouvr. cité, p. 83 ; lettre de William Wells Brown à Gerrit Smith, 4 septembre 1862, Gerrit Smith Papers, Syracuse University ; lettre de Jermain W. Loguen à Gerrit Smith, 23 mars 1859, Gerrit Smith Papers, Syracuse University.

104 W. L. Andrews, To Tell a Free Story, ouvr. cité, p. 214-239 (citation p. 218).

105 Lettre de Frederick Douglass à Gerrit Smith, 18 juillet 1855, Gerrit Smith Papers, Syracuse University.

106 F. Douglass, My Bondage and My Freedom, ouvr. cité, p. vii

107 Practical Christian, 31 mai 1845 ; « Douglass’ Narrative », Anti-Slavery Bugle, 10 octobre 1845 ; « Narrative of Frederick Douglass », Liberator, 26 décembre 1845.

108 Frederick Douglass’ Paper, 21 septembre 1855.

109 J. Sekora, « “Mr. Editor, If You Please” : Frederick Douglass, My Bondage and My Freedom, and the End of the Abolitionist Imprint », Callaloo, vol. 17, no 2, 1994, p. 620.

110 P. Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil (Points), 1996, p. 45.

111 H. B. Stowe, « Anti-Slavery Literature », art. cité.

112 S. J. May, Some Recollections of Our Antislavery Conflict, Boston, Fields, Osgood & Co., 1869, p. 293-295.

113 Voir à ce sujet l’introduction à R. S. Levine, The Lives of Frederick Douglass, ouvr. cité.

114 Portland Transcript, 7 avril 1855 ; Michigan Farmer, 1er mai 1855.

115 Voir par exemple New York Daily Times, 21 juillet 1855 ; Independent, 26 juillet 1855 ; Cayuga Chief, 17 juillet 1855 ; Christian Ambassador, 28 juillet 1855 ; etc.

116 E. Greenspan, George Palmer Putnam, ouvr. cité, p. 362.

117 Frederick Douglass’ Paper, 31 août 1855 ; New York Daily Times, 1er août 1855 et 6 août 1855 ; National Anti-Slavery Standard, 11 août 1855 ; Independent, 9 août 1855 ; Frederick Douglass’ Paper, 17 août 1855 ; Albany Evening Journal, 4 août 1855 ; Puritan Recorder, 2 août 1855 ; Milwaukee Daily Sentinel, 6 août 1855 ; Ballou’s Pictorial Drawing Room Companion, 29 août 1855.

118 « Abolition Excitement », New York Daily Times, 18 août 1856 ; « The Incendiary Publications in Mobile », New York Daily Times, 30 septembre 1856.

119 New York Daily Tribune, 30 août 1856.

120 Le Parti républicain fut fondé en 1854, en réaction au passage du Kansas-Nebraska Act, qui créait les territoires du Kansas et du Nebraska. En vertu du compromis du Missouri (1820), ces deux territoires, situés au nord de la frontière sud du Missouri, auraient dû être non esclavagistes ; la loi de 1854 les autorisait pourtant à décider de leur statut, ce qui suscita la colère d’un certain nombre de nordistes. Issus de factions diverses, les opposants au Kansas-Nebraska Act se réunirent sous la bannière du nouveau Parti républicain.

121 J. Stauffer, The Black Hearts of Men, ouvr. cité, p. 293, note 24.

122 Independent, 1er mai 1856.

123 New York Daily Tribune, 8 août 1856.

124 « My Bondage and My Freedom », Church Advocate, 4 octobre 1855 ; « Pedlers Ware », Kalamazoo Gazette, 22 février 1856 ; « New Books », Newport Mercury, 10 novembre 1855.

125 Puritan Recorder, 30 août 1855 ; Ballou’s Pictorial Drawing Room Companion, 22 septembre 1855.

126 Liberator, 24 août 1855.

127 J. Stauffer, « Frederick Douglass’s Self-Fashioning and the Making of a Representative American Man », The Cambridge Companion to the African American Slave Narrative, A. Fisch éd., ouvr. cité, p. 208.

128 FDP I, 3, p. 214.

129 Frederick Douglass’ Paper, 22 avril 1859.

130 Lettre de Frederick Douglass à Benjamin Coates, 17 avril 1856, P. S. Foner éd., The Life and Writings of Frederick Douglass, ouvr. cité, t. 2, p. 288.

131 « Letter from Rev. J. W. Loguen », Frederick Douglass’ Paper, 9 novembre 1855.

132 L’histoire éditoriale du récit de Loguen n’est pas abordée dans cet ouvrage, mais on trouvera des informations sur le processus d’écriture du récit dans C. M. Hunter, To Set the Captives Free : Reverend Jermain Wesley Loguen and the Struggle for Freedom in Central New York, 1835-1872, New York, Garland, 1993, chap. 1.

133 E. Palmer, « A Partnership in the Abolition Movement », University of Rochester Library Bulletin, vol. 26, nos 1-2, 1970-1971, en ligne.

134 Lettre de Parker Pillsbury à Samuel May Jr., 6 septembre 1855, BPL, MS B.1.6, vol. 5, no 77. Pillsbury fait référence à John Campbell, pasteur congrégationaliste abolitionniste mentionné à plusieurs reprises dans My Bondage and My Freedom.

135 « Letters from the Old World. – No. V », Frederick Douglass’ Paper, 12 octobre 1855.

136 Prospectus britannique pour My Bondage and My Freedom, en ligne sur la base de données Slavery & Anti-Slavery : A Transnational Archive.

137 « American Slavery », British Banner, 20 novembre 1855 (BAP).

138 National Anti-Slavery Standard, 15 décembre 1855.

139 Lettre de Richard D. Webb à Samuel May Jr., 21 décembre 1855, BPL, MS B.1.6, vol. 5, no 92.

140 Lettre de Samuel May Jr. à Richard D. Webb, 16 janvier 1856, BPL, MS B.1.6, vol. 6, no 6.

141 Southern Quarterly Review, vol. 7, no 13, janvier 1853, p. 206.

142 D. E. Liedel, The Antislavery Novel, thèse citée, p. 198 et p. 203. Le prénom de Dayton est indiqué dans Wilson’s Business Directory of New York City, New York, John F. Trow, 1858, p. 36.

143 Sur cet événement, voir par exemple J. Stauffer, The Black Hearts of Men, ouvr. cité, p. 20-21. Cette biographie fut publiée en collaboration avec un autre éditeur, A. B. Burdick.

144 Voir le catalogue des publications de Dayton à la fin de D. A. Harsha, The Life of Charles Sumner [1856], New York, H. Dayton, 1858.

145 William L. Andrews indique qu’Isaac Fisher est mort en 1858, ce qui n’est sans doute pas une coïncidence. W. L. Andrews, To Tell a Free Story, ouvr. cité, p. 302, note 5.

146 Fifty Years in Chains ; or, The Life of an American Slave, New York, H. Dayton, 1858, p. 7.

147 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 400.

148 Fifty Years in Chains [1858], ouvr. cité, p. 7.

149 National Era, 7 janvier 1858.

150 Radical Abolitionist, vol. 3, no 7, février 1858, p. 56.

151 National Anti-Slavery Standard, 13 mars 1858.

152 National Era, 26 août 1858.

153 National Anti-Slavery Standard, 13 mars 1858.

154 Radical Abolitionist, vol. 3, no 7, février 1858, p. 56.

155 National Era, 26 août 1858 ; Radical Abolitionist, vol. 3, no 7, février 1858, p. 56.

156 Fifty Years in Chains [1858], ouvr. cité, p. 9.

157 Slavery in the United States [1837], ouvr. cité, p. 15-16.

158 Ibid., p. 292. Le passage en question se situe aux pages 283-292.

159 De telles considérations ont aussi guidé des choix éditoriaux plus récents. La seule édition du récit de Ball actuellement disponible sur le marché (établie par Philip S. Foner en 1970) reprend le texte de 1837 avec le titre de 1858. Voir Fifty Years in Chains, P. S. Foner éd., Mineola, Dover Publications, 2003.

160 J. D. Groves, « Judging Literary Books by Their Covers : House Styles, Ticknor and Fields, and Literary Promotion », Reading Books : Essays on the Material Text and Literature in America, M. Moylan et L. Stiles éd., Amherst, University of Massachusetts Press, 1996, p. 84.

161 M. Winship, American Literary Publishing in the Mid-Nineteenth Century, ouvr. cité, p. 124.

162 New York Daily Tribune, 9 février 1858 ; Independent, 6 mai 1858 ; National Era, 26 août 1858.

163 National Era, 9 septembre 1858.

164 New York Daily Tribune, 20 mai 1859.

165 Ibid.

166 Ces éléments de biographie sont tirés de l’ouvrage de J. F. Yellin, Harriet Jacobs : A Life, New York, Basic Civitas, 2004. Sans s’intéresser spécifiquement aux questions d’histoire éditoriale, Yellin donne (dans les chapitres 8 et 9) des informations précises sur la genèse et la publication d’Incidents in the Life of a Slave Girl.

167 Incidents in the Life of a Slave Girl, L. M. Child éd., Boston, Published for the Author, 1861, p. 304.

168 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, entre le 27 décembre 1852 et le 14 février 1853, J. F. Yellin éd., Harriet Jacobs Family Papers, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2008, t. 1, p. 190-191. Les références suivantes à cet ouvrage sont données sous la forme : HJFP, p. 190-191 (seul le premier tome est cité).

169 Ibid., p. 191.

170 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 14 février 1853, HJFP, p. 193.

171 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 4 avril 1853, HJFP, p. 194-195.

172 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, autour de mai 1853, HJFP, p. 196.

173 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 4 avril 1853, HJFP, p. 195.

174 HJFP, p. 194. Voir également p. 190 et p. 195.

175 « Letter from a Fugitive Slave », New York Daily Tribune, 21 juin 1853, HJFP, p. 198.

176 Ibid., p. 200.

177 J. F. Yellin, Harriet Jacobs, ouvr. cité, p. 123.

178 Lettre de William C. Nell à Amy Post, 31 août 1853, D. P. Wesley et C. P. Uzelac éd., William Cooper Nell : Selected Writings, 1832-1874, Baltimore, Black Classic Press, 2002, p. 352.

179 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 9 octobre 1853, HJFP, p. 206.

180 Ibid.

181 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 31 juillet 1854, HJFP, p. 221.

182 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 11 janvier 1854, HJFP, p. 209.

183 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, mars 1854, HJFP, p. 213.

184 Lettre de William C. Nell à Amy Post, 13 juin et 21 juillet 1854, HJFP, p. 217.

185 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 18 mai et 8 juin 1857, HJFP, p. 235.

186 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 21 juin 1857, HJFP, p. 237.

187 L’auteur d’une recension d’Incidents in the Life of a Slave Girl publiée en 1861 affirme toutefois que Jacobs espérait tirer de sa publication un profit, même modeste, pour subvenir aux besoins de ses deux enfants. Anti-Slavery Advocate, 1er mai 1861, HJFP, p. 351.

188 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 21 juin 1857, HJFP, p. 237.

189 J. F. Yellin, Harriet Jacobs, ouvr. cité, p. 138.

190 Incidents in the Life of a Slave Girl, ouvr. cité, p. 6.

191 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 8 octobre 1860, HJFP, p. 282.

192 A. J. Von Frank, « The Secret World of Radical Publishers : The Case of Thayer and Eldridge of Boston », Boston’s Histories : Essays in Honor of Thomas H. O’Connor, J. M. O’Toole et D. Quigley éd., Boston, Northeastern University Press, 2004, p. 52-70.

193 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 8 octobre 1860, HJFP, p. 282.

194 Sur cet épisode de l’histoire éditoriale d’Incidents in the Life of a Slave Girl, voir notamment C. L. Karcher, The First Woman in the Republic : A Cultural Biography of Lydia Maria Child, Durham, Duke University Press, 1994, p. 435-437.

195 Voir par exemple la lettre de Lydia Maria Child à Lucy Searle, 4 février 1861, P. G. Holland et M. Meltzer éd., The Collected Correspondence of Lydia Maria Child, 1817-1880, Millwood, Kraus Microform, 1980, 47/1282. Les références suivantes à cette série de microfilms sont données sous la forme : CC, 47/1282.

196 Lettre de Lydia Maria Child à Sarah Blake Sturgis Shaw, février-mars [?] 1861, CC, 48/1298.

197 Lettre de Lydia Maria Child à Harriet Jacobs, 13 août 1860, CC, 46/1243.

198 En août 1831 eut lieu en Virginie, dans le comté de Southampton, une révolte d’esclaves sanglante menée par Nat Turner. Elle fit plus d’une cinquantaine de morts parmi les Blancs de la région ; des Noirs furent également tués en représailles. Voir Confessions de Nat Turner, M. Roy éd. et trad., Paris, Allia, 2017.

199 Lettre de Lydia Maria Child à Harriet Jacobs, 13 août 1860, CC, 46/1243

200 Lettre de Lydia Maria Child à John Greenleaf Whittier, 4 avril 1861, CC, 48/1300.

201 A. H. Tricomi, « Harriet Jacobs’s Autobiography and the Voice of Lydia Maria Child », ESQ : A Journal of the American Renaissance, vol. 53, no 3, 2007, p. 216-252.

202 Lettre de Harriet Jacobs à Amy Post, 8 novembre 1860, HJFP, p. 284.

203 R. S. Knott, Harriet Jacobs : The Edenton Biography, thèse de doctorat, University of North Carolina at Chapel Hill, 1994, p. 335-338.

204 S. S. Williams, « Authors and Literary Authorship », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 91. C’était également le pourcentage touché par Frederick Douglass sur les ventes de My Bondage and My Freedom, comme l’indique le contrat d’édition.

205 Lettre de Harriet Jacobs à Mary Rebecca Darby Smith, 14 janvier 1862, HJFP, p. 361-362.

206 « Linda », 11 janvier 1862, Christian Recorder, HJFP, p. 361.

207 HJFP, p. 352.

208 Lettre de Lydia Maria Child à Daniel Ricketson, 14 mars 1861, CC, 47/1295.

209 Lettre de Lydia Maria Child à John Greenleaf Whittier, 4 avril 1861, CC, 48/1300.

210 Eric Gardner estime qu’il doit y avoir actuellement une centaine d’exemplaires du récit de Jacobs en circulation. Une vente aux enchères d’une édition originale sur eBay en 2005 s’est terminée à plus de 2 000 dollars. E. Gardner, « Fortune-Telling on eBay : Early African American Textual Artifacts and the Marketplace », Everyday eBay : Culture, Collecting, and Desire, K. Hillis et al. éd., New York, Routledge, 2006, p. 66.

211 « Linda, the Slave Girl », Liberator, 25 janvier 1861, HJFP, p. 292-294.

212 « Linda », Liberator, 8 février 1861, HJFP, p. 327.

213 « Linda », Weekly Anglo-African, 13 avril 1861, HJFP, p. 349.

214 Lettre de Lydia Maria Child à Henrietta Sargent, 9 février 1861, CC, 47/1285.

215 HJFP, p. 334-335.

216 Lettre de Harriet Jacobs à Amy et Isaac Post, 18 juin 1851, HJFP, p. 355.

217 Journal de Frederick Chesson, 31 mars 1862, HJFP, p. 382.

Table des illustrations

Titre Fig. 9. Encart publicitaire pour Twelve Years a Slave dans la Norton’s Literary Gazette and Publishers’ Circular, 15 août 1853
Légende Source : Fales Library & Special Collections, New York University
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 10. Page de titre de l’édition bostonienne d’Incidents in the Life of a Slave Girl (1861)
Légende Source : American Antiquarian Society
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search