Version classiqueVersion mobile

Textes fugitifs

 | 
Michaël Roy

Chapitre III

Les itinérances du récit d’esclave

Texte intégral

  • 1 N. I. Painter, recension de William Wells Brown : An African American Life d’E. Greenspan, New Yor (...)

1Dans une recension de la biographie de William Wells Brown publiée en 2014 par Ezra Greenspan, l’universitaire africaine-américaine Nell Irvin Painter constate l’intérêt grandissant de la critique littéraire pour cette figure longtemps restée dans l’ombre de Frederick Douglass. La redécouverte de Brown, affirme Painter, s’explique en partie par le développement d’une nouvelle discipline au cours des dernières décennies : l’histoire du livre1, dont Ezra Greenspan est d’ailleurs l’un des plus éminents représentants (il avait écrit par le passé une autre biographie, celle de l’éditeur George Palmer Putnam). Le propos de Painter peut surprendre : en quoi l’histoire du livre a-t-elle contribué à l’écriture de la biographie d’une personnalité africaine-américaine ? Si le lien n’est pas évident, il est pourtant réel. En effet, de nombreuses figures noires du xixe siècle s’illustrèrent par leur pratique éditoriale singulière. Loin de se résumer au seul produit d’un travail intellectuel, le livre joua pour ces individus un rôle fondamental, sur les plans politique (il constituait une tribune pour faire entendre sa voix et exprimer ses opinions), pratique (il offrait une source de revenus non négligeable) et personnel (le récit autobiographique en particulier permettait l’affirmation d’une identité propre). C’est parce que le livre, dans sa dimension discursive autant que matérielle, occupait une place si cruciale au sein de leur existence qu’il offre aujourd’hui un prisme à travers lequel recouvrer des vies plus ou moins oubliées.

2C’est particulièrement vrai des anciens esclaves qui publièrent leur récit dans les années 1840. Tandis que James Williams et Charles Ball n’avaient été associés que de façon minimale aux processus de publication et de diffusion de leurs récits, Frederick Douglass, William Wells Brown et d’autres se dévouèrent corps et âme à la production et à la distribution des exemplaires de leurs ouvrages aux États-Unis et parfois dans les îles Britanniques. Dans un contexte abolitionniste tendu où des institutions rivales s’opposaient désormais sur les méthodes à mettre en place pour lutter contre l’esclavage, nombre de ces auteurs eurent recours à un modèle « artisanal » de publication et de diffusion, qui impliquait un investissement tant financier que physique de leur part. Bien entendu, il y avait toujours la sphère abolitionniste pour encourager leurs efforts, mais l’ère des grandes campagnes de propagande était révolue et les auteurs de récits d’esclaves durent d’abord compter sur leurs propres ressources et leur esprit d’entreprise. Tous n’avaient d’ailleurs pas un accès égal aux canaux de diffusion du mouvement abolitionniste, et plusieurs récits écrits par des individus invisibles sur la scène antiesclavagiste ne circulèrent pas au-delà de la région où ils furent produits. Nous détaillerons, dans ce chapitre, les histoires éditoriales de récits très connus (ceux de Douglass, Brown et Sojourner Truth), moyennement connus (celui de Henry Bibb) et peu connus (celui de Leonard Black), afin de mettre au jour l’ensemble des caractéristiques de ces récits qu’on pourrait dire – par hypallage – « itinérants ». Même si l’archive est infiniment plus riche dans le cas de Douglass que dans celui de Black, il est essentiel de donner une place à ces deux incarnations du récit d’esclave pour comprendre les réalités disparates – et en même temps fondées sur certaines constantes – que recouvre cette appellation générique. Nous commencerons par présenter le paysage abolitionniste des années 1840, différent de celui des années 1830, et par replacer les pratiques éditoriales des auteurs de récits d’esclaves dans le champ plus large des mouvements de réforme et des formes marginales d’écriture propres à l’Amérique du premier xixe siècle, avant d’exposer les différentes études de cas.

Marginalité, itinérance et réforme dans l’Amérique antebellum

Mutations du monde abolitionniste

3Le mouvement abolitionniste connut d’importantes évolutions structurelles entre les années 1830 et le début de la guerre de Sécession. Celles-ci eurent une incidence sur les stratégies des abolitionnistes, leurs moyens d’action et, pour ce qui nous concerne, leur rapport à l’imprimé. Lorsqu’ils évoquent le rôle central de l’imprimé dans la campagne contre l’esclavage, les historiens de l’abolitionnisme prennent rarement en compte d’éventuelles variations dans le temps. Il faut pourtant être précis dans la périodisation : l’usage systématique et soutenu de l’imprimé comme instrument de propagande est surtout lié à la décennie 1830.

  • 2 J. B. Stewart, Holy Warriors, ouvr. cité, chap. 4 ; H. Mayer, All on Fire, ouvr. cité, chap. 13.
  • 3 R. G. Walters, The Antislavery Appeal : American Abolitionism after 1830, Baltimore, Johns Hopkins (...)

4Quelques repères chronologiques dans l’histoire du mouvement abolitionniste sont ici nécessaires. Rappelons que ce mouvement fut le théâtre de violentes disputes idéologiques à la fin des années 1830, qui portaient entre autres sur la place à donner aux femmes au sein des associations de lutte contre l’esclavage (et plus largement au sein de la société) et sur le rôle que devait jouer l’action politique dans cette lutte. William Lloyd Garrison et ses partisans militaient pour une participation active des femmes et s’opposaient par principe à toute forme d’action et de débat politiques, dans la mesure où, pour eux, la Constitution américaine légitimait l’esclavage et où la république américaine ne pouvait être reconnue en l’état. Le camp adverse, réuni autour des frères Lewis et Arthur Tappan, de James G. Birney ou encore de Theodore Weld, défendait une position conservatrice sur la question du droit des femmes et aurait souhaité faire de l’AASS un groupe de pression politique, voire même encourager la création d’un tiers parti exclusivement consacré aux principes abolitionnistes. Ces tensions donnèrent lieu, en 1840, à un schisme : d’un côté les « garrisoniens » (radicaux) gardèrent le contrôle de l’AASS, dont le siège fut relocalisé à Boston, de l’autre les « tappanites » (conservateurs) créèrent une nouvelle association, l’American and Foreign Anti-Slavery Society (AFASS), dont le siège était situé à New York2. Loin de ne signifier qu’une rupture symbolique, ce schisme transforma définitivement le visage de l’abolitionnisme américain. D’un mouvement centralisé, unifié et porté par une organisation relativement puissante, on passa à un mouvement plus décentralisé et de nature essentiellement locale, où toutes les variétés d’abolitionnisme pouvaient s’exprimer. L’AASS des années 1840-1850 fut une organisation tout à fait différente de celle des années 1830, en partie parce qu’elle n’avait plus les ressources nécessaires pour lancer des campagnes comme la grande campagne postale de 1835 (largement financée par les riches philanthropes qu’étaient les frères Tappan, tous deux impliqués dans le commerce de la soie)3. Dans ces conditions, l’imprimé ne pouvait tenir qu’une place plus marginale dans la propagande abolitionniste.

  • 4 Cité par H. Mayer, All on Fire, ouvr. cité, p. 366.
  • 5 S. M. Robertson, Hearts Beating for Liberty : Women Abolitionists in the Old Northwest, Chapel Hil (...)
  • 6 S. Harrold, The Abolitionists and the South, 1831-1861, Lexington, University Press of Kentucky, 1 (...)

5Bien sûr, les abolitionnistes de tous bords continuaient de croire à sa valeur informative et persuasive. On créait encore, à cette époque, de nouvelles feuilles abolitionnistes, par exemple dans le Vieux Nord-Ouest, où venait d’être lancé l’Anti-Slavery Bugle, appelé à devenir l’un des grands journaux abolitionnistes de la période. Dans la même région, Abby Kelley Foster et Jane Elizabeth Hitchcock vendaient « les meilleurs brochures de l’AASS »4 parmi d’autres publications ; ces deux fidèles disciples de l’abolitionnisme garrisonien consacrèrent une large part de leur carrière à la diffusion de documents imprimés5. Le Sud des États-Unis n’était pas oublié. Au tournant des années 1850, les missionnaires de l’American Missionary Association, créée en 1846, établissaient dans le Sud des églises opposées à l’institution esclavagiste et, dans le même temps, distribuaient des bibles et des publications abolitionnistes. D’une certaine façon, leur action était plus radicale encore que celle de l’AASS des années 1830, dans la mesure où ils entendaient atteindre non pas seulement les planteurs du Sud, mais aussi leurs esclaves6.

  • 7 National Anti-Slavery Standard, 20 août 1853.
  • 8 Proceedings of the American Anti-Slavery Society, at Its Second Decade, New York, 1854, p. 11-12.
  • 9 Voir J. Barker, « Prospectus », Interesting Memoirs and Documents Relating to American Slavery, an (...)

6En dépit des efforts mis en œuvre par les différentes factions qui composaient désormais la sphère antiesclavagiste, il semble que l’imprimé n’ait pas été utilisé autant qu’il aurait pu l’être, ou bien que la production imprimée se soit réduite au fur et à mesure des années, ou tout simplement que la diffusion se soit faite à une échelle plus restreinte. C’est en tout cas ce que laissent entendre certains contemporains : « Nous avons besoin de davantage de publications antiesclavagistes dans ce pays »7, pouvait-on lire dans les pages du National Anti-Slavery Standard à l’occasion de l’annonce de la publication londonienne de Five Thousand Strokes for Freedom. A Series of Anti-Slavery Tracts de Wilson Armistead (1853). L’abolitionniste britannique Joseph Barker, qui avait émigré aux États-Unis, déclarait au début des années 1850 que l’influence de l’imprimé avait été « sous-estimée » : « Lors de mes voyages à travers le pays, précisait-il, j’ai vu relativement peu de livres antiesclavagistes, sauf dans les foyers de personnalités antiesclavagistes reconnues et assumées. »8 Il n’était pas anodin que cette analyse soit le fait d’un imprimeur qui, en Angleterre, avait créé sa propre collection d’ouvrages historiques, scientifiques, poétiques et biographiques. Le premier volume de cette « Barker Library », intitulé Interesting Memoirs and Documents Relating to American Slavery, and the Glorious Struggle Now Making for Complete Emancipation (1846), contenait entre autres les récits d’esclaves de Lewis et Milton Clarke et des extraits du récit de Charles Ball9.

  • 10 Annual Reports of the American Anti-Slavery Society, by the Executive Committee, for the Year Endi (...)
  • 11 « The Anti-Slavery Tracts », Liberator, 16 mars 1855.
  • 12 Voir par exemple « Tracts of the American Anti-Slavery Society », National Anti-Slavery Standard, (...)

7L’appel de Joseph Barker fut entendu, puisque à l’automne 1854 l’AASS lança une nouvelle campagne de propagande imprimée qui rappelait les grandes entreprises des années 1830 : le Tract Fund. Ce dernier était composé de vingt brochures de longueur variable, parfois rédigées par des grands noms de l’abolitionnisme, de Richard Hildreth à Harriet Beecher Stowe en passant par Thomas Wentworth Higginson, stéréotypées pour la plupart et distribuées gratuitement ; plus de 300 000 exemplaires (toutes brochures confondues) furent tirés en l’espace de cinq ans10. Il existait toutefois une différence de taille entre le Tract Fund des années 1850 et l’envoi de publications tel qu’on le pratiquait deux décennies plus tôt : il n’était plus question de disséminer des centaines de milliers d’exemplaires de telle ou telle brochure dans l’espoir que ceux-ci finissent entre les mains des lecteurs. La demande devait venir de ces derniers, invités, dans la mesure du possible, à « se présenter en personne » dans les locaux de leur association antiesclavagiste locale pour obtenir des exemplaires11. La dynamique à l’œuvre dans les années 1830 – celle-là même qui guida la diffusion du récit de James Williams – se trouvait ainsi inversée. L’AASS disposait tout juste des moyens nécessaires à la production des brochures et ne pouvait se permettre de les distribuer « en gros » comme elle l’avait fait naguère. Elle était même contrainte de publier régulièrement des appels aux dons dans la presse abolitionniste pour maintenir le Tract Fund12.

  • 13 F. E. Dudden, Fighting Chance : The Struggle over Woman Suffrage and Black Suffrage in Reconstruct (...)

8La situation financière du mouvement abolitionniste s’améliora quelque peu à la fin des années 1850 grâce au legs inattendu de Charles F. Hovey. Cet homme d’affaires bostonien sensible à diverses causes de réforme sociale laissa à sa mort, en 1859, une somme de plus de 50 000 dollars qui devait servir à financer la lutte antiesclavagiste et, une fois l’esclavage aboli, d’autres causes telles que le mouvement pour les droits des femmes et celui contre l’alcoolisme. Un comité dirigé par Wendell Phillips, et composé notamment de William Lloyd Garrison, Abby Kelley Foster et son mari Stephen S. Foster, fut établi pour procéder à la répartition des fonds13. Entre autres usages, le comité puisa dans le Hovey Fund pour financer la publication d’ouvrages abolitionnistes ; un récit d’esclave en particulier bénéficia d’une partie de cette somme, celui de Harriet Jacobs. Il n’en demeure pas moins que ni l’AASS, ni l’AFASS, ni les associations locales n’étaient en mesure de poursuivre les grandes campagnes de propagande caractéristiques des années 1830.

  • 14 « Letter from William Goodell », Liberator, 21 octobre 1853.
  • 15 Sixteenth Annual Report, Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, Boston, 1848, p. 48  (...)

9Il semble, qui plus est, que les efforts des associations abolitionnistes en matière de diffusion de l’imprimé aient surtout concerné, à partir des années 1840, les formes éphémères telles que journaux et brochures – peu coûteux, faciles à faire circuler et aptes, grâce à leur format court, à délivrer un message abolitionniste de façon immédiate. Non que la production de livres fût découragée : on trouvait toujours, dans les journaux antiesclavagistes, de nombreuses recensions d’ouvrages dénonçant l’esclavage et des listes de livres en vente dans les bureaux de telle ou telle association. Mais une proportion non négligeable des livres antiesclavagistes publiés dans les années 1840 furent financés par des abolitionnistes dévoués à la cause et prêts à débourser les sommes nécessaires pour faire paraître leurs écrits et diffuser leurs idées. Dans le Liberator, l’abolitionniste William Goodell affirmait avoir publié Slavery and Anti-Slavery (1852), ouvrage de 600 pages, « avec [ses] propres fonds, de [son] propre chef »14. De même, Wendell Phillips eut recours à la publication à compte d’auteur à au moins deux reprises : en 1847, d’abord, pour son commentaire d’un ouvrage du juriste abolitionniste Lysander Spooner, Review of Lysander Spooner’s Essay on the Unconstitutionality of Slavery, puis en 1850 pour Review of Webster’s Speech on Slavery15. Dans les deux cas, Phillips fit imprimer cinq mille exemplaires à ses frais, dont il fit don à l’AASS et à la MASS, qui réinvestirent le bénéfice de la vente dans d’autres postes de dépenses.

  • 16 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 68-69. Sur l’iconographie de la main m (...)
  • 17 Liberator, 20 février 1846.
  • 18 « Letter from Jonathan Walker », National Anti-Slavery Standard, 25 mars 1847.
  • 19 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 70.
  • 20 « Captain Drayton », Liberator, 30 décembre 1853.
  • 21 J. F. Pacheco, The Pearl : A Failed Slave Escape on the Potomac, Chapel Hill, University of North (...)

10Issu d’une riche famille bostonienne, Phillips pouvait faire preuve d’une telle générosité. Tel n’était pas le cas de Jonathan Walker, l’abolitionniste blanc qu’on connaissait comme « l’homme à la main marquée au fer ». En 1844, Walker aida sept esclaves fugitifs qui cherchaient à gagner les Bahamas en les prenant à bord de son bateau, au large du Territoire de Floride. Condamné à une lourde amende et au pilori, il eut en outre la main marquée au fer, avec les deux lettres SS pour slave stealer (« voleur d’esclave »)16. Pendant l’été 1845, Walker publia un opuscule intitulé The Branded Hand. Trial and Imprisonment of Jonathan Walker, at Pensacola, Florida, for Aiding Slaves to Escape from Bondage, dans lequel il faisait le récit des épreuves qu’il avait traversées. Walker finança la fabrication du volume, qu’il vendit ensuite au cours de meetings tenus à travers les États du Nord17. La vente d’ouvrages lui permettait non seulement de promouvoir la cause abolitionniste, mais aussi de gagner sa vie – une vie dont il ne cachait pas la précarité, évoquant dans une lettre ses « dettes considérables »18. Daniel Drayton connut un destin semblable, quoique plus tragique. Impliqué dans la fuite de soixante-dix-sept esclaves de la ville de Washington à bord du Pearl, en 1848, Drayton fut condamné à une amende de 20 000 dollars, une somme considérable pour cet homme aux moyens limités, qui vécut par ailleurs une période d’emprisonnement traumatique à la suite de cette affaire19. En 1853, Drayton fit publier Personal Memoir of Daniel Drayton, un récit autobiographique écrit par un scripteur ; il en vendit des exemplaires au gré de ses déplacements, en dépit d’un état de santé qui se détériorait de jour en jour. Le Liberator ne lui donnait plus longtemps à vivre à la fin de l’année 185320. Sans espoir de rémission, et avec 12 dollars en poche, Drayton mit fin à ses jours en juin 185721.

11Si nous avons évoqué les histoires de Walker et Drayton, ainsi que l’histoire éditoriale de leurs récits respectifs, c’est qu’elles ne sont pas fondamentalement différentes de celles de la plupart des auteurs de récits d’esclaves des années 1840. Nombre d’entre eux, et même parfois les plus célèbres, connurent une existence précaire, incertaine, itinérante ; les recettes de la vente de leur récit constituaient souvent leur source de revenus principale, avec les dons ponctuels d’amis et sympathisants abolitionnistes. Les récits de Jonathan Walker et Frederick Douglass furent publiés selon un même dispositif éditorial : tous deux parus à l’été 1845, ils portent la mention « Published at the Anti-Slavery Office » sur leur page de titre ; c’est le même imprimeur (Dow & Jackson) qui prit en charge la fabrication du livre ; les exemplaires furent diffusés selon une combinaison identique de ventes directes par l’auteur et de ventes indirectes via les réseaux de diffusion antiesclavagistes, comme en témoigne l’annonce suivante, qui révèle le lien établi entre les deux récits dans l’imaginaire abolitionniste :

  • 22 Liberator, 12 septembre 1845.

Le Récit du capitaine Walker est désormais en vente dans les locaux de la Massachusetts Anti-Slavery Society. À l’instar de celui de Douglass, ce récit, qui montre de façon tout à fait frappante ce qu’est véritablement l’esclavage, mérite d’être diffusé à travers le pays tout entier.22

  • 23 The Branded Hand. Trial and Imprisonment of Jonathan Walker, at Pensacola, Florida, for Aiding Sla (...)
  • 24 J. N. Heermance, William Wells Brown and Clotelle : A Portrait of the Artist in the First Negro No (...)

12De la même façon, l’abolitionniste Maria Weston Chapman, dans sa préface au récit de Jonathan Walker, attirait l’attention sur la parenté entre The Branded Hand et Narrative of the Life of Frederick Douglass23. On retrouve, d’un récit à l’autre, les mêmes motifs, dont celui, central, de l’esclave en fuite. Ainsi Walker et Douglass partageaient-ils un même double statut de victimes de l’institution esclavagiste et d’auteurs marginaux ayant publié leurs écrits au sein de la sphère abolitionniste. Ces points communs ont conduit J. Noel Heermance à regrouper les textes de Jonathan Walker ou Daniel Drayton sous une même étiquette, celle de « récits parallèles “blancs” », c’est-à-dire parallèles aux récits d’esclaves noirs. Selon Heermance, les récits d’esclaves furent « tellement populaires » que les abolitionnistes décidèrent d’« élargir ce genre et de publier des récits d’épisodes violents tels qu’ils avaient été vécus par des hommes blancs dans le Sud »24. Si nous ne souscrivons pas à cette vision qui s’appuie sur une définition figée du récit d’esclave, genre supposément à succès, pour en faire la mesure d’un autre genre, il faut cependant reconnaître que les deux types de récits furent le produit d’un même contexte et qu’en conséquence ils se font écho tant sur la forme que sur le fond. Les récits d’esclaves n’eurent pas la primauté sur les récits dits parallèles, qu’ils auraient inspirés : les uns comme les autres appartenaient à une même culture imprimée plus large encore, car non limitée au contexte abolitionniste, celle des récits de vie publiés par des figures marginales de l’Amérique antebellum.

Mendiants, criminels, alcooliques : récits de marginaux

  • 25 A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil (Points), 1989, p. 14.
  • 26 A. Fabian, The Unvarnished Truth : Personal Narratives in Nineteenth-Century America, Berkeley, Un (...)
  • 27 On associe fréquemment l’expression « écrit par lui-même/elle-même » aux seuls récits d’esclaves. (...)

13« [L]es pauvres n’écrivent pas, ou si peu, leur biographie »25, affirme Arlette Farge dans Le goût de l’archive. Ce qui vaut pour le contexte français est moins vrai dans le contexte américain. Dans sa monographie The Unvarnished Truth : Personal Narratives in Nineteenth-Century America, Ann Fabian a mis au jour l’existence d’une tradition littéraire américaine remontant au milieu du xviiie siècle et particulièrement vive au xixe siècle, qu’elle désigne par diverses appellations en anglais – paupers’ tales, plebeian narratives – et que nous traduirons en français par « récits de marginaux »26. Les marginaux étudiés par Fabian – mendiants, criminels, assassins, prisonniers de guerre, captifs, marins et bien entendu esclaves – ont en commun d’avoir vécu des existences marquées par l’expérience de la pauvreté, de la violence (infligée ou subie), de la souffrance, de l’isolement, de façon permanente ou au travers d’un épisode particulier (enlèvement, condamnation, fuite) ; des existences « hors du commun », souvent tragiques, mais riches en aventures susceptibles d’intriguer le public, une fois publiées sous forme de livre ou de fascicule. On est loin, dans ces récits, des mémoires d’hommes illustres, politiciens, généraux ou écrivains : le caractère noble de la fonction politique, militaire ou artistique cède ici la place à l’ignoble du crime, de la servitude et du dénuement. De The Narrative of Robert Adams, an American Sailor, Who Was Wrecked on the Western Coast of Africa, in the Year 1810 (1816-1817) à Life, Trial, Execution and Dying Confession of John Erpenstein (1852), en passant par le récit de captivité de James W. Parker, Narrative of the Perilous Adventures, Miraculous Escapes and Sufferings of Rev. James W. Parker (1844), ces « vies d’hommes infâmes » – pour faire écho à Foucault – jouaient sur le goût du sensationnel, à travers une histoire individuelle narrée par celui ou celle qui l’avait vécue, comme l’indique la mention courante « écrit par lui-même/elle-même » (written by him/herself)27. Le caractère personnel de ces récits se voyait renforcé par leurs conditions de publication et de circulation : nombre de ces marginaux étaient conduits à autoéditer leur récit (avec l’aide éventuelle d’intermédiaires plus au fait des codes culturels liés à l’usage de l’imprimé), puis à se produire devant le public auquel ils espéraient vendre leur ouvrage, exhibant leur pauvreté ou leur corps mutilé en gage de bonne foi. De ville en ville, de village en village, ils parvenaient parfois à distribuer plusieurs milliers d’exemplaires de leur récit et à s’assurer un revenu suffisant pour vivre, au moins jusqu’à l’étape suivante de leur périple.

  • 28 J. W. Crowley éd., Drunkard’s Progress : Narratives of Addiction, Despair, and Recovery, Baltimore (...)
  • 29 « The Life Insurance », Massachusetts Spy, 6 janvier 1847. Voir E. Knowles, « Truth », Oxford Dict (...)
  • 30 Chains and Freedom, ouvr. cité, p. ; W. W. Brown, Clotel ; or, The President’s Daughter, Londres (...)
  • 31 Narrative of Charles T. Woodman, a Reformed Inebriate, Boston, Theodore Abbot, 1843, p. v‑vi.
  • 32 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil (Points), 1987, p. 210-212. Le terme est emprunté à Georg Christo (...)

14Les récits d’esclaves ne constituent donc qu’une catégorie particulière d’une vaste culture imprimée elle-même en marge des circuits commerciaux du livre. Pour s’en convaincre, on peut étudier le paratexte d’un de ces récits de marginaux, par exemple celui de l’ancien alcoolique Charles T. Woodman. Les récits d’anciens alcooliques, ou temperance narratives selon le terme forgé par John W. Crowley28, ne sont pas analysés par Ann Fabian, mais font partie d’une même culture du récit de vie marginale et présentent d’importantes similarités formelles avec les récits d’anciens esclaves. Narrative of Charles T. Woodman, a Reformed Inebriate. Written by Himself fut publié à Boston en 1843. Son titre, d’abord, n’est pas sans évoquer celui des récits d’esclaves. La page de titre fait par ailleurs figurer l’épigraphe du récit de Woodman : « La vérité est étrange – plus étrange que la fiction. » Cette citation tirée du Don Juan de Lord Byron, paru une vingtaine d’années plus tôt, avait déjà valeur d’« adage éculé »29 dans les années 1840, et c’est notamment son utilisation répétée dans des publications abolitionnistes qui en fit un lieu commun : elle apparaissait par exemple dans la préface au récit de Peter Wheeler, et donna par la suite son nom au titre d’un chapitre de Clotel de William Wells Brown (1853) et au récit d’esclave de Josiah Henson (Truth Stranger than Fiction, 1858)30. Le lieu de publication – « No. 66 Cornhill » – situe le récit de Woodman au cœur de l’activisme réformateur de Boston, centré à l’époque sur Cornhill ; les récits de Douglass et Brown portent quant à eux l’adresse des locaux de la Massachusetts Anti-Slavery Society, « No. 25 Cornhill ». Enfin, la préface reprend les topoï propres aux récits de marginaux : refus de la sophistication (« un récit “simple et sans fard” »), déni de vouloir faire œuvre littéraire, embarras devant le manque de raffinement de l’écriture31… autant de manifestations de ce que la rhétorique a codifié sous la locution latine d’excusatio propter infirmitatem, et que Gérard Genette appelle des « paratonnerres »32.

  • 33 J. W. Crowley, « Slaves to the bottle : Gough’s Autobiography and Douglass’s Narrative », The Serp (...)

15Ces échos entre le récit de Woodman et les récits de Douglass et Brown n’ont, en soi, rien d’étonnant. Il y avait, entre la lutte contre l’alcoolisme et la lutte contre l’esclavage, une « congruence idéologique »33 qui permettait aux réalités de l’une de servir de métaphores à l’autre – l’alcoolique étant asservi à la bouteille, dans la rhétorique réformatrice, de la même manière que l’esclave était asservi à son maître. En soulignant la parenté entre les deux types de textes, on parvient cependant à resituer les récits d’esclaves, en particulier ceux des années 1840, dans un faisceau de pratiques déjà anciennes au moment de la publication de Narrative of the Life of Frederick Douglass, et qui dépassent le cadre étroit du mouvement abolitionniste auquel on réduit souvent le corpus. Au sein même des récits d’esclaves, cette congruence idéologique se traduit parfois par une forme de confusion générique, lorsque tel texte habituellement désigné comme un récit d’esclave prend des accents de temperance narrative. Le huitième chapitre du récit de Jermain W. Loguen donne ainsi à voir les méfaits de l’alcool sur le maître de Loguen (Manasseth Logue) et sa femme, propriétaires d’esclaves mais aussi producteurs de whisky :

  • 34 The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman, ouvr. cité, p. 93-94.

Il aurait mieux valu pour sa personne, ses habitudes, sa propriété et sa famille qu’il ne fasse que produire et vendre du whisky. Malheureusement, lui et sa femme en consommaient aussi beaucoup, et ils plongèrent tous deux dans l’alcoolisme. Leurs qualités originelles, si tant est qu’ils en aient eu, disparurent ; ils étaient ivres, animés de passions mauvaises, brutaux et cruels.34

16Le récit ne se contente pas de convoquer le stéréotype du maître porté sur la boisson, mais illustre les différentes étapes du parcours de l’alcoolique repenti, à la façon d’une fable didactique : excès (Loguen est victime des foudres alcoolisées de Manasseth Logue lors d’une scène d’une violence insoutenable), rétribution (la distillerie des Logue est emportée par les flammes), rédemption (à l’issue de l’incendie, le mari et la femme décident d’arrêter de boire). Ce chapitre constitue à lui seul un récit dans le récit qui fait s’imbriquer des problématiques lointaines en apparence – l’alcoolisme et l’esclavage – mais pourtant proches dans l’esprit des réformateurs de l’époque.

  • 35 L. Gara, « The Professional Fugitive in the Abolition Movement », Wisconsin Magazine of History, v (...)
  • 36 D. M. Scott, « Print and the Public Lecture System, 1840-1860 », Printing and Society in Early Ame (...)

17Aux pratiques discursives évoquées à travers le récit de Woodman il faut ajouter des pratiques matérielles, et principalement celles liées à l’itinérance des marginaux, qui rendait possible la diffusion de leurs récits sur une vaste étendue géographique. Dans le contexte des mouvements de réforme, l’itinérance était en général conditionnée par le système des conférences ou meetings (lecture system) qui prit son essor dans les années 1830 et 1840 : une organisation donnée employait des agents chargés de véhiculer un message (en faveur de l’abolition, de l’abstinence, de l’amélioration du système carcéral) auprès des communautés d’une région donnée. Ainsi Frederick Douglass et William Wells Brown furent-ils embauchés comme agents de la Massachusetts Anti-Slavery Society en 1841 et 1847 respectivement. Devenus des « fugitifs professionnels », comme l’écrit Larry Gara35, ils eurent la possibilité de diffuser leurs écrits à l’occasion de conférences données à travers les États-Unis et les îles Britanniques. Ce type de distribution du récit d’esclave témoigne de l’interaction forte qui existait à l’époque entre le domaine oral des conférences et le domaine écrit des publications – par exemple des récits d’esclaves – liées à la tenue de ces conférences36.

  • 37 R. R. Thomas, « Locating Slave Narratives », The Oxford Handbook of the African American Slave Nar (...)
  • 38 The Experience of Rev. Thomas H. Jones, Who Was a Slave for Forty-Three Years, 2e édition, Boston, (...)
  • 39 C. P. Ripley éd., The Black Abolitionist Papers, Chapel Hill, University of North Carolina Press, (...)

18Toutefois, dans le cas particulier des esclaves, l’itinérance ne résultait pas toujours d’un choix. Elle pouvait aussi être l’effet d’une contrainte, les esclaves fugitifs étant souvent amenés à se déplacer pour échapper à d’éventuels ravisseurs. À ce propos, Rhondda Robinson Thomas a souligné le caractère problématique des anthologies régionales de récits d’esclaves mentionnées au premier chapitre, qui fixent en un point unique du territoire des trajectoires placées sous le sceau de la mobilité ; ainsi du récit de Thomas H. Jones, reproduit dans une anthologie intitulée North Carolina Slave Narratives, tandis que l’histoire de Jones ne peut se réduire aux seules frontières de la Caroline du Nord37. Son histoire est précisément celle d’une itinérance, que nous donnent à voir les pages de titre des différentes éditions de son récit. D’abord publié à Boston en 1850, The Experience of Thomas Jones, Who Was a Slave for Forty-Three Years reparut, entre autres, à Saint-Jean dans le Nouveau-Brunswick en 1853, à Springfield dans le Massachusetts en 1854, à Worcester dans le Massachusetts en 1857 et 1859, à Boston à nouveau en 1862. Si Jones publia son récit au Canada, notamment, c’est qu’il avait quitté en 1851 la ville de Salem où il habitait alors avec sa famille, à la suite du passage de la loi sur les esclaves fugitifs un an plus tôt, qui facilitait le retour des esclaves fugitifs à leur propriétaire38. Jones tint de nombreux meetings abolitionnistes dans le Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, à l’occasion desquels il vendit vraisemblablement des exemplaires de son récit produits sur place. Revenu aux États-Unis pour tenter de lever les fonds nécessaires à l’achat de la liberté de son fils, il continua de parcourir la Nouvelle-Angleterre et y publia plusieurs éditions de son récit ; ses déplacements n’étaient pas guidés par une quelconque institution, Jones n’ayant pas été affilié à une association antiesclavagiste39. Pour de nombreux Africains-Américains anciennement asservis, l’itinérance était un véritable mode de vie, et la vente de livres le seul moyen de survivre économiquement.

  • 40 H. E. Wilson, Our Nig ; or, Sketches from the Life of a Free Black, Boston, Printed by Geo. C. Ran (...)
  • 41 Ibid., p. 137.
  • 42 E. Gardner, « “This Attempt of their Sister” : Harriet Wilson’s Our Nig from Printer to Readers », (...)

19Évidemment, l’itinérance de Jones peut aussi se comprendre comme une forme d’errance à laquelle seraient condamnés les anciens esclaves, ce qui nous ramène en définitive au statut marginal de leur existence et de celle de nombreux Africains-Américains, même nés libres. Dans cette dernière catégorie, on pense notamment à Harriet E. Wilson, l’auteure de Our Nig ; or, Sketches from the Life of a Free Black (1859), roman autobiographique qui raconte l’histoire de Frado, jeune fille traitée comme une esclave par la famille de Nouvelle-Angleterre qui la recueille, malgré son statut de Noire libre. Dans la préface, Wilson se disait elle-même physiquement affaiblie et « rejetée par les siens »40. En annexe, une amie témoignait à son tour de la situation d’extrême nécessité dans laquelle se trouvait Wilson, dont la santé déclinait et qui s’était vue « dans l’obligation de gagner son pain […] en écrivant une Autobiographie »41. Les recherches d’Eric Gardner sur l’histoire éditoriale d’Our Nig ont montré que l’insuccès du livre de Wilson s’explique en partie par l’itinérance limitée de son auteure : Wilson, qui vendait des exemplaires de son roman (en même temps que des bouteilles de lotion tonique pour les cheveux) en faisant du porte-à-porte, ne s’aventura guère hors de la région où elle résidait, en l’occurrence le comté de Hillsborough, dans le New Hampshire. De fait, son livre ne donna lieu à aucune recension dans la presse de l’époque et ne trouva aucun public à Boston, où il avait pourtant été imprimé42. Sans doute Wilson n’avait-elle pas les moyens de prétendre à une distribution plus large.

20Femme, noire, pauvre, malade : Harriet E. Wilson se trouvait à tous ces titres dans une position d’outsider, pour reprendre le terme utilisé par Karen A. Weyler, qui s’interroge dans Empowering Words : Outsiders and Authorship in Early America sur les pratiques d’écriture et les possibilités d’accès à la publication de cette catégorie de population dans l’Amérique des années 1760-1815. Weyler met l’accent sur les stratégies d’empowerment déployées, grâce à l’imprimé, par des esclaves, des serviteurs sous contrat, des femmes, des ouvriers et des marins victimes de la presse, mais il ne faut pas oublier que les conditions de vie concrètes de ces individus constituaient un obstacle permanent au déploiement effectif desdites stratégies. Parmi les anciens esclaves qui nous concernent, certains – Frederick Douglass, William Wells Brown – surmontèrent ces difficultés et parvinrent à mettre leur livre entre les mains de dizaines de milliers de personnes ; d’autres – Leonard Black, Edmond Kelley, John Thompson, William Hayden ou William Green – durent se satisfaire d’une circulation plus locale, donc plus limitée, à la manière de ce qui se passa pour Harriet E. Wilson. En matière d’histoire éditoriale, l’archive est nécessairement plus riche pour les premiers que pour les seconds, d’où des études de cas plus fouillées dans la suite de ce chapitre. Il importe toutefois de prendre en compte, pour comprendre le récit d’esclave dans toute sa diversité, les récits plus confidentiels, et nous tenterons donc d’en documenter, autant que faire se peut, la publication et la circulation.

Itinérances transatlantiques : l’histoire éditoriale de Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave

  • 43 Pennsylvania Freeman, 15 juin 1854.

21L’histoire éditoriale de Narrative of the Life of Frederick Douglass couvre une période relativement longue – publié en 1845, l’ouvrage était encore en vente en 1854, alors que Frederick Douglass s’apprêtait à faire paraître sa deuxième autobiographie, My Bondage and My Freedom43 – et un territoire relativement large – de Boston aux campagnes irlandaises, en passant par la Virginie et Londres. Cela s’explique en partie par la grande mobilité de Douglass tout au long de sa carrière de « fugitif professionnel », et par son investissement personnel (facilité par son intégration aux réseaux abolitionnistes existants) dans la publication et la circulation du récit. Après avoir passé quatre ans à parcourir la Nouvelle-Angleterre afin de relayer le message abolitionniste, Douglass quitta au mois d’août 1845 les États-Unis pour les îles Britanniques : l’ancien esclave s’était mis en danger en révélant sa véritable identité et celle de ses maîtres dans son récit tout juste publié, et préféra mettre un océan entre lui et ses éventuels ravisseurs ; il ne revint que dix-huit mois plus tard, après que des abolitionnistes britanniques eurent acheté sa liberté. Autrefois habitant du Massachusetts, il s’installa cette fois-ci à Rochester, dans l’État de New York, pour fonder un nouveau journal, The North Star. L’histoire éditoriale de Narrative of the Life of Frederick Douglass suit de près ces déplacements géographiques successifs. En ce sens, elle ne peut se comprendre que dans sa dimension itinérante, et plus précisément transatlantique.

Le récit de Frederick Douglass aux États-Unis

  • 44 W. S. McFeely, Frederick Douglass, New York, W. W. Norton & Company, 1991, p. 115.
  • 45 G. Fulkerson, « Textual Introduction », J. W. Blassingame et al. éd., Frederick Douglass Papers, N (...)
  • 46 Lettre de Wendell Phillips à Elizabeth Pease, 24 février 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 17.
  • 47 Fourteenth Annual Report Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, Boston, 1846, p. 50- (...)
  • 48 Voir l’itinéraire établi par G. P. Lampe, Frederick Douglass : Freedom’s Voice, 1818-1845, East La (...)
  • 49 R. S. Levine, The Lives of Frederick Douglass, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2016, (...)

22On sait peu de choses sur la genèse du récit de Frederick Douglass. Ni la correspondance de Douglass (limitée pour la période), ni les versions ultérieures du récit ne nous renseignent sur le processus d’écriture de Narrative of the Life of Frederick Douglass, dont la première édition fut publiée à Boston en mai 184544. Seul le paratexte offre quelques éléments d’information sur la chronologie de la conception de l’ouvrage. Le récit de Douglass est en effet précédé de deux documents – une préface de William Lloyd Garrison et une lettre de Wendell Phillips – respectivement datés du 1er mai et du 22 avril 1845, et suivi d’une annexe de l’auteur datée du 28 avril 1845 ; dans sa lettre, Phillips évoque par ailleurs une lecture du récit à laquelle Douglass se serait livré en sa présence quelques jours auparavant. Il est donc probable que Douglass a terminé la rédaction de son récit à la mi-avril, avant de le soumettre pour relecture aux deux abolitionnistes45. Il est moins aisé de dater le début de la rédaction. Tout au plus peut-on affirmer que Douglass travaillait déjà à son récit en février 1845, comme l’affirme Wendell Phillips dans une lettre à l’abolitionniste britannique Elizabeth Pease : « Douglass, qui est en train d’écrire son histoire, songe à faire un voyage pour se reposer […]. »46 Le compte rendu annuel de la Massachusetts Anti-Slavery Society (MASS) pour l’année 1845 semble indiquer une piste lorsque son rédacteur précise que Douglass a régulièrement tenu des meetings cette année-là, ne s’interrompant que pour se consacrer à la composition du récit47, mais l’agenda de Douglass ne fait apparaître aucune rupture prolongée qui pourrait correspondre à une période de rédaction, hormis un mois avant la mi-avril, lors duquel il dut mettre au propre le manuscrit final48. On peut cependant conclure que Douglass rédigea son récit alors même qu’il se produisait sur le circuit abolitionniste, ce qui invite à considérer l’ouvrage comme le prolongement des discours qu’il avait prononcés depuis qu’il avait été recruté comme agent de la MASS en 1841, et la scène abolitionniste comme l’« atelier d’écriture »49 du récit à venir.

23Le paratexte nous renseigne aussi sur le degré d’intervention éventuel de Garrison et Phillips sur le texte de Douglass. Dans sa préface, Garrison insiste sur le fait que Douglass est l’auteur de son propre récit :

  • 50 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Boston, Published at the Anti-Slav (...)

Plutôt que de confier à quelqu’un d’autre la rédaction de son histoire, M. Douglass a judicieusement choisi de l’écrire lui-même, à sa manière et dans son style à lui. Le récit qui suit est donc entièrement son œuvre et, quand on songe au long et sombre parcours d’esclave qu’il a dû franchir avant de le rédiger, […] on ne peut qu’admirer l’esprit et le cœur qui ont produit ce texte.50

  • 51 Lettre de Lydia Maria Child à Louisa Loring, 22 juin 1845, M. Meltzer et P. G. Holland éd., Lydia (...)

24Si ce type de discours est monnaie courante dans les récits d’esclaves écrits par les esclaves eux-mêmes mais introduits par des abolitionnistes blancs, il n’y a, en l’occurrence, aucune raison de mettre en doute les propos de Garrison, qui ne semble avoir eu accès au manuscrit qu’une fois celui-ci terminé. Peut-être l’abolitionniste suggéra-t-il quelques corrections et modifications à l’ancien esclave, en matière d’orthographe, d’expression, de structure ou même de contenu, mais il fit dans tous les cas un travail de relecteur et non de scripteur ; la forte personnalité de Douglass laisse penser que celui-ci n’aurait pas accepté qu’on dénature son manuscrit. Cela ne doit pas faire oublier que la préface en elle-même ainsi que la lettre de Phillips, qu’elles aient été sollicitées par Douglass ou non, affectent la forme de Narrative of the Life of Frederick Douglass, récit noir à jamais pris dans l’« enveloppe blanche » dont parle John Sekora. À ce sujet, Lydia Maria Child notait d’ailleurs que la préface risquait de porter préjudice au récit de Douglass, le ton de Garrison étant souvent perçu comme agressif, et son style plein d’un lyrisme débridé, en totale opposition avec la prose sobre et digne de l’ancien esclave51.

  • 52 H. Mayer, All on Fire, ouvr. cité, p. 350.
  • 53 Governing Documents and Records of the New England Anti-Slavery Society, BPL, MS F.A.31, vol. 2 ; (...)
  • 54 Les exemplaires courants du récit de Douglass ne portent pas de nom d’imprimeur. Les noms de Dow (...)

25Qu'en est-il du mode de publication de Narrative of the Life of Frederick Douglass ? Étant donné la diminution des ressources allouées à la publication et à la diffusion de documents après le schisme abolitionniste de 1840, le récit de Douglass ne pouvait voir le jour que sous une forme assez différente du récit de Williams, emblématique de la période précédente. Narrative of the Life of Frederick Douglass ne fut pas spécifiquement publié pour le compte d’une organisation donnée – en tout cas pas de la manière dont le récit de Williams fut publié par l’AASS. Douglass bénéficia du concours de l’AASS – et surtout de la MASS – pour la publication de son récit, mais aucune des deux associations ne déploya les moyens qui avaient été mis en œuvre au service du récit de Williams. Douglass lui-même joua un des rôles les plus importants dans l’histoire éditoriale de son récit, tandis que Williams en avait été singulièrement absent. Si la page de titre du récit de Douglass porte la mention ambiguë « Published at the Anti-Slavery Office » suivie de l’adresse de la MASS (« No. 25 Cornhill »), cela ne signifie pas nécessairement que « la MASS a financé sa publication », comme l’affirme le biographe de Garrison52 ; la publication du récit de Jonathan Walker, qui porte les mêmes indications, avait été financée par son auteur (fig. 6). Par ailleurs, les minutes du comité exécutif de la MASS ne font pas apparaître le nom de Douglass et le rapport annuel de l’association passe assez rapidement sur la publication du récit53. L’un des scénarios envisageables est en fait celui d’une publication à compte d’auteur : Douglass aurait financé la parution de l’ouvrage et confié sa fabrication ainsi qu’une partie de sa diffusion à la MASS54. En l’absence de preuves tangibles, il est difficile de se prononcer plus fermement.

Fig. 6. Page de titre de l’édition bostonienne de Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845)

Fig. 6. Page de titre de l’édition bostonienne de Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845)

Source : American Antiquarian Society

  • 55 Voir F. Douglass, My Bondage and My Freedom, New York, Miller, Orton & Mulligan, 1855, p. 362-363.
  • 56 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave [Boston, 1845], ouvr. cité, p. xv ( (...)
  • 57 Notre analyse est exactement inverse à celle récemment développée par Robert S. Levine dans le pre (...)

26Quelle qu’ait été la source des fonds nécessaires à la publication du Narrative of the Life of Frederick Douglass, il s’agissait clairement d’une entreprise éditoriale plus personnelle, et moins institutionnelle, que celle menée par l’AASS au nom de Williams. Si Douglass avait rédigé le récit de sa vie d’esclave, c’était avant tout dans le but de lever enfin le voile sur ses origines – jusque-là prudemment gardées secrètes – et de faire taire ceux qui l’accusaient d’être trop éduqué pour avoir jamais connu la condition d’esclave55. Ainsi la publication visait-elle d’abord à répondre aux objections qui menaçaient la crédibilité de Douglass. L’initiative venait de l’ancien esclave lui-même, et non d’une association qui aurait souhaité rendre publique son histoire à des fins exclusives de propagande. Dans un passage de la lettre qui précède le récit, Phillips va jusqu’à affirmer qu’à la place de Douglass, il « [aurait jeté] ce manuscrit au feu »56. Si la remarque tient de l’emphase rhétorique plutôt que du conseil réel, elle révèle malgré tout que Narrative of the Life of Frederick Douglass fut publié selon une dynamique fort différente de Narrative of James Williams, notamment en ce qui concerne la part jouée par l’ancien esclave, d’un côté, et l’association antiesclavagiste qui encadrait la publication de son récit, de l’autre. Cela ne veut pas dire qu’il faille négliger le rôle de la MASS. En recrutant Douglass comme agent salarié, la MASS lui avait donné la possibilité de travailler, au cours de nombreux meetings abolitionnistes, le discours autobiographique qui prit forme dans le récit publié. Qui plus est, les éléments paratextuels, tels que l’adresse des locaux de la MASS, la préface de Garrison et la lettre de Phillips, servaient aussi Douglass, qui pouvait se prévaloir du soutien de l’association. Il n’en reste pas moins que la raison d’être du récit de Douglass n’était pas comparable à celle du récit de Williams, et qu’en conséquence les modes de publication et de circulation différaient aussi57.

  • 58 G. P. Lampe, Frederick Douglass, ouvr. cité, p. 276-278.
  • 59 R. Williams, The Sociology of Culture, Chicago, University of Chicago Press, 1995, p. 44-45.
  • 60 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, chap. 1.

27Douglass s’investit pleinement pour assurer une bonne distribution à son récit. La publication fut suivie d’une série de meetings abolitionnistes dans les États du Massachusetts et de New York, qui permirent de faire la promotion de l’ouvrage : entre le 1er juillet et le 16 août 1845, Douglass se produisit tous les jours ou presque, chaque fois dans une ville différente. Il vendait des exemplaires de son livre et en déposait parfois auprès des journaux locaux dans l’espoir que ceux-ci fassent une recension positive du récit58. Narrative of the Life of Frederick Douglass circulait en partie, pour reprendre la typologie établie par Raymond Williams dans The Sociology of Culture, selon un mode « artisanal » d’échange, c’est-à-dire dépourvu d’intermédiaires : le producteur vend directement le fruit de son labeur59. Le concept d’« encastrement » développé par l’économiste Karl Polanyi et repris par Leon Jackson permet de cerner plus précisément encore la nature de ce dispositif60 : l’acte d’achat, lorsque celui-ci avait lieu en présence de l’auteur et dans le contexte d’un meeting ou d’une convention abolitionniste, se doublait d’un acte de charité ; la dimension économique de l’échange – de l’argent contre un livre – se trouvait fortement « encastrée » dans sa dimension sociale. Loin d’être l’objet d’une transaction désincarnée, comme pourrait l’être l’achat d’un livre dans une librairie, l’opuscule de Douglass créait du lien entre la personne de l’ancien esclave et son public. La majorité des récits d’esclaves publiés dans les années 1840 furent en partie distribués dans le cadre de cette économie charitable – celui de Frederick Douglass, mais aussi ceux de William Wells Brown, Henry Bibb ou encore Sojourner Truth. Le caractère incarné des multiples transactions interpersonnelles qui rendirent possible la diffusion de leurs récits survit aujourd’hui sous la forme d’exemplaires dédicacés par les auteurs à leurs lecteurs. Le Schomburg Center for Research in Black Culture détient par exemple un exemplaire de la « troisième édition anglaise » de Narrative of the Life of Frederick Douglass imprimée en 1846, dédicacé à une certaine Huldah B. Gilson, à Lynn, dans le Massachusetts (fig. 7). Douglass venait de rentrer d’Angleterre, apparemment avec un stock de livres non vendus. Gilson fit sans doute l’acquisition de cet exemplaire à l’occasion d’un des nombreux meetings organisés à la fin du mois d’avril et au début du mois de mai 1847 pour accueillir Douglass sur sa terre natale.

Fig. 7. Exemplaire du récit de Frederick Douglass dédicacé par l’auteur à Huldah B. Gilson (1847)

Fig. 7. Exemplaire du récit de Frederick Douglass dédicacé par l’auteur à Huldah B. Gilson (1847)

Source : Manuscripts, Archives and Rare Books Division, Schomburg Center for Research in Black Culture, New York Public Library, Aston, Lenox and Tilden Foundations

  • 61 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Dublin, Webb and Chapman, 1845, p. (...)
  • 62 National Anti-Slavery Standard, 19 juin 1845 ; « The National Anti-Slavery Bazaar », Liberator, 19 (...)

28Bien entendu, Douglass n’aurait pas vendu plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires de son récit – 4 500 exemplaires furent écoulés entre la parution en mai 1845 et le départ de Douglass pour les îles Britanniques trois mois plus tard61 – s’il s’était chargé seul de sa distribution. Sans aller jusqu’à déployer un plan de bataille comparable à celui qui avait entouré la publication du récit de James Williams, les abolitionnistes activèrent leurs réseaux formels et informels afin de faciliter la circulation de Narrative of the Life of Frederick Douglass. Douglass ne bénéficia de cette aide que parce qu’il avait déjà acquis une certaine notoriété au cours de ses quatre années passées sur le circuit abolitionniste et qu’il était parfaitement intégré au milieu réformateur bostonien. D’autres esclaves moins connus qui publiaient leur récit à la même époque – Lunsford Lane (The Narrative of Lunsford Lane, 1842), William Hayden (Narrative of William Hayden, 1846) ou encore Henry Watson (Narrative of Henry Watson, a Fugitive Slave, 1848) – ne pouvaient prétendre à un traitement similaire. Ainsi le récit de Douglass figurait-il en bonne place dans les listes d’ouvrages en vente dans les bureaux d’associations antiesclavagistes, à Boston, New York et Philadelphie ; on pouvait, l’année de sa parution, en faire l’acquisition lors de la grande foire antiesclavagiste annuelle qui se tenait en décembre à Faneuil Hall (Boston) ; il fut diffusé par des abolitionnistes blanches et noires telles Jane Elizabeth Hitchcock et Betsey Mix Cowles dans l’Ohio, et Lydia Mott et Mary E. Miles (la future femme de Henry Bibb) à Albany, dans l’État de New York ; les réformateurs Charles et John M. Spear, qui œuvraient en priorité pour l’abolition de la peine de mort, vendaient – en sus de leurs publications spécialisées – des publications antiesclavagistes, parmi lesquelles le récit de Frederick Douglass, dans les locaux de leur journal, The Prisoner’s Friend ; et plusieurs libraires connus pour leurs sympathies abolitionnistes – Bela Marsh à Boston, Finch & Weed à New York, Barnaby & Whinery à Salem – le proposaient également62. Pour résumer, on peut affirmer que la circulation effective du récit de Douglass résulta moins d’un effort concerté, comme pour Williams, que d’un ensemble d’initiatives individuelles. Le témoignage de cet « ami de la liberté » (anonyme) dans les colonnes du Liberator en est un bon exemple :

  • 63 « The Boston Olive Branch », Liberator, 2 janvier 1846. L’article de l’Olive Branch auquel il est (...)

Avant d’avoir lu l’article de l’Olive Branch mentionné ci-dessus, je n’avais acheté qu’un seul exemplaire du Récit de Frederick Douglass, écrit par lui-même, que je prêtais parfois à mes voisins. Mais depuis la lecture de cet article, j’ai acheté pas moins d’une douzaine d’exemplaires supplémentaires, afin de les disperser à travers la communauté, que chacun puisse juger ce qu’un « pauvre nègre » est capable d’écrire […].63

  • 64 Lettre de Samuel May Jr. à Mary Carpenter, 28 août 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 3, no 1 ; lettre de J (...)
  • 65 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, p. 2.

29Ces formes de prêt, de don ou d’échange se faisaient parfois d’une rive à l’autre de l’Atlantique, par exemple lorsque l’abolitionniste américain Samuel May Jr. envoya un exemplaire du récit à la réformatrice de Bristol Mary Carpenter, qui à son tour le prêta à l’abolitionniste John B. Estlin64. Pour citer à nouveau Leon Jackson, on peut affirmer que la circulation du récit de Douglass « permettait de créer et d’entretenir de puissants liens sociaux »65 entre Douglass et ses publics, d’une part, et entre abolitionnistes américains et britanniques, d’autre part. Au-delà même du message antiesclavagiste contenu dans Narrative of the Life of Frederick Douglass, la communauté abolitionniste transatlantique se servait des exemplaires du récit (parmi d’autres publications) comme d’un ciment propre à consolider les liens entre ses membres.

  • 66 « Fourth Edition », Liberator, 2 janvier 1846. Une édition « bon marché » avait déjà été publiée p (...)
  • 67 Lettre de Henry W. Williams à Stephen S. Foster, 27 février 1846, American Antiquarian Society, Ab (...)

30En ce qui concerne la circulation du livre aux États-Unis, les initiatives telles que celle de l’anonyme cité plus haut s’avéraient d’autant plus nécessaires que Douglass, après sa tournée de l’été 1845, n’était plus présent pour défendre et promouvoir le récit. À ce titre, il faut noter que la MASS continua à s’assurer de sa disponibilité en l’absence de l’auteur : il semble par exemple qu’elle ait été à l’origine de la quatrième édition, dite « bon marché » (c’est-à-dire avec couverture papier), parue au début de l’année 184666. Ces éditions ultérieures furent cependant tirées à quelques centaines d’exemplaires tout au plus67 ; rien à voir, donc, avec les dizaines de milliers d’exemplaires du récit de Williams tirés par l’AASS. Les abolitionnistes continuaient d’apporter un soutien indéfectible à la diffusion du récit de Douglass, sans pour autant répéter l’opération de propagande qu’avait été la diffusion du récit de Williams.

  • 68 B. Quarles, Frederick Douglass, New York, Atheneum, 1968, p. 80.
  • 69 Un exemplaire de cette édition s’est vendu aux enchères à 31 200 dollars en 2013 et un autre à 20  (...)

31De retour aux États-Unis en 1847, Douglass se consacra au deuxième grand projet éditorial de sa vie, la fondation du journal The North Star. Celle-ci eut lieu dans des conditions difficiles : les abolitionnistes bostoniens, qui ne voyaient pas l’utilité d’un journal antiesclavagiste supplémentaire (et concurrent), firent leur possible pour décourager l’entreprise de Douglass68. Tout accaparé qu’il était par sa nouvelle publication, Douglass ne laissa pas de côté le récit qui lui avait permis d’asseoir sa célébrité. En quittant le Massachusetts, il prit avec lui des exemplaires non reliés de l’édition publiée à Boston en 1847 (identique à l’édition originale de 1845), qu’il fit relier d’une couverture papier verte, dans un style très différent de celui des éditions bostoniennes, une fois établi à Rochester. Seuls sept exemplaires de cette édition ont aujourd’hui survécu (contre plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines, des autres éditions), ce qui suggère qu’elle n’était disponible qu’en quantité limitée69.

  • 70 « Book Repository », National Anti-Slavery Standard, 5 juillet 1849.
  • 71 W. E. Martin Jr., The Mind of Frederick Douglass, Chapel Hill, University of North Carolina Press, (...)
  • 72 Lettres de Henry W. Williams à Stephen S. Foster, 4 août 1845 et 27 février 1846, American Antiqua (...)

32Au même moment, de nouveaux tirages du récit continuaient d’être vendus dans les locaux des associations antiesclavagistes (on pouvait par exemple se procurer une édition datée de 1849 dans ceux de l’AASS à New York70), ce qui montre l’intérêt durable des abolitionnistes pour ce texte alors même que les tensions entre Douglass et les garrisoniens s’exacerbaient de mois en mois. Ce n’est qu’au début des années 1850 que la rupture fut consommée. Comme on l’a rappelé plus haut, les garrisoniens, et Douglass avec eux, avaient toujours considéré la Constitution des États-Unis comme un document pro-esclavagiste, qu’il fallait en conséquence rejeter, comme il fallait rejeter toute forme d’action politique : selon Garrison, l’abolitionnisme ne devait pas s’aventurer sur le terrain de la lutte politique et des ambitions partisanes. En mai 1851, Douglass déclara publiquement qu’il ne souscrivait plus à cette idéologie, comme l’indiquait déjà son rapprochement avec l’abolitionniste Gerrit Smith, figure de proue du Liberty Party ; il était selon lui possible de s’appuyer sur la Constitution, qu’il fallait interpréter comme interdisant l’esclavage71. Dans ces conditions, était-il toujours acceptable pour les disciples de Garrison de distribuer le récit de Douglass ? Depuis l’été 1845, les abolitionnistes radicaux Stephen S. Foster et Abby Kelley Foster vendaient Narrative of the Life of Frederick Douglass lors de leurs tournées sur le circuit abolitionniste, parmi d’autres publications antiesclavagistes telles que The Constitution a Pro-Slavery Compact (1844) et Can Abolitionists Vote or Take Office under the United States Constitution (1845), deux textes de Wendell Phillips aux titres éloquents72. En août 1851, Abby consulta son mari :

  • 73 Lettre d’Abby Kelley Foster à Stephen S. Foster, 9 août 1851, American Antiquarian Society, Abigai (...)

Combien d’exemplaires du récit de Douglass vous reste-t-il ? Sur le principe, nous ne nous compromettons pas en vendant cet ouvrage, mais je doute qu’il faille donner une importance particulière à un homme qui se comporte de la sorte. Je propose ainsi que nous arrêtions de vendre le livre une fois notre stock écoulé.73

  • 74 Sur les deux textes de Wendell Phillips et la rupture progressive entre Abby Kelley Foster et Fred (...)
  • 75 Sur la position des Noirs au sein du factionnalisme blanc, voir B. Quarles, Black Abolitionists, o (...)

33Si les Foster ne trouvaient rien à redire au récit lui-même, il paraissait difficile, vu le nouveau positionnement de son auteur, de le diffuser aux côtés d’ouvrages qui qualifiaient la Constitution de « contrat pro-esclavagiste »74. Certes, les Foster ne vendaient sans doute pas des quantités importantes d’exemplaires d’un récit publié plus de six ans auparavant, mais la remarque d’Abby Kelley Foster révèle que les auteurs de récits d’esclaves qui faisaient partie de la communauté abolitionniste – eux-mêmes des abolitionnistes au plein sens du terme – devaient composer avec ses lignes de fracture75. On voit à travers cet exemple que la bonne circulation du récit était en partie dépendante de la dynamique de l’activisme abolitionniste et de ses évolutions au cours du temps.

34Elle dépendait également de l’actualité littéraire de Douglass, qui publia en 1855 My Bondage and My Freedom, selon un dispositif éditorial tout à fait différent, sur lequel nous reviendrons au chapitre suivant. Ce deuxième récit autobiographique, beaucoup plus volumineux que le premier, rendait Narrative of the Life of Frederick Douglass obsolète – tout en en poursuivant indirectement la diffusion, puisque My Bondage and My Freedom contient en vérité de nombreuses citations (signalées comme telles) de Narrative of the Life of Frederick Douglass. Quoi qu’il en soit, le récit de Douglass sous sa première forme était appelé à disparaître progressivement de la circulation, remplacé par sa version augmentée.

  • 76 « The Destroyer in Our Midst ! », Richmond Enquirer, 27 avril 1849. Pour une source nordiste sur c (...)
  • 77 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 101.
  • 78 D. D. Bruce Jr., The Origins of African American Literature, 1680-1865, Charlottesville, Universit (...)

35Reste à évoquer la diffusion du récit de Douglass dans le Sud. En effet, la circulation des récits d’esclaves ne se limitait pas aux États du Nord. L’AASS avait envoyé dans les années 1830 des exemplaires de Narrative of James Williams aux planteurs sudistes, qui les brûlèrent en place publique, et la controverse autour du récit n’aurait peut-être pas eu lieu si l’association n’avait pas fait parvenir un exemplaire du récit au rédacteur en chef de l’Alabama Beacon. En dépit du durcissement constant des lois interdisant la circulation de documents antiesclavagistes dans les États du Sud, certains individus prirent le relais de l’AASS dans les années 1840 en se rendant sur place pour distribuer de tels documents, dont le récit de Douglass. On pense notamment aux missionnaires abolitionnistes blancs évoqués au début de ce chapitre, ceux de l’American Missionary Association en particulier. En 1849, l’un d’entre eux, le méthodiste Jarvis C. Bacon, fut ainsi arrêté et mis en examen pour avoir fait circuler en Virginie deux publications « incendiaires »76 : le récit de Frederick Douglass et un sermon abolitionniste. La défense affirma que Bacon n’avait pas cherché à inciter les esclaves à l’insurrection, mais qu’il avait simplement prêté les deux livres à deux personnes (blanches) qui avaient exprimé le désir de les lire. On ne sait aujourd’hui quelles étaient ses intentions ; le missionnaire échappa en tout cas à une peine grave, puisqu’il fut condamné au paiement d’une simple amende. Bacon demeura dans le Sud, jusqu’au jour où des esclaves fugitifs assassinèrent un homme blanc à proximité de l’église où il officiait. Bacon prit la fuite alors que les autorités locales avaient déjà émis un avis de recherche à son encontre : une récompense de 1 000 dollars était offerte à quiconque le ramènerait, mort ou vif77. Comme le note Dickson D. Bruce Jr., une telle affaire témoigne dans le même temps de la diffusion du récit de Douglass dans le Sud et du sentiment d’inquiétude et de malaise créé par l’incursion soudaine de cette voix noire en territoire sudiste78.

  • 79 National Anti-Slavery Standard, 23 décembre 1847 ; « Incendiarism », National Anti-Slavery Standar (...)
  • 80 Cité par T. A. Goddu, « The Slave Narrative as Material Text », The Oxford Handbook of the African (...)
  • 81 À la veille de la guerre de Sécession, 91,7 % de la population noire du Delaware et 49,1 % de cell (...)

36On voit à quel point il pouvait être dangereux de faire circuler un récit d’esclave dans le Sud. D’autres cas similaires se produisirent pourtant à la fin des années 1840, que les personnes concernées aient été des missionnaires abolitionnistes ou de simples lecteurs convaincus de l’intérêt du récit de Douglass. Un an avant Jarvis C. Bacon, un certain Mr. Gover fit parler de lui dans l’État du Maryland : ce respectable citoyen du comté de Hartford, ancien propriétaire d’esclaves de surcroît, fut jugé pour avoir envoyé par la poste un exemplaire du récit de Douglass au colonel W. B. Stephenson, lui-même propriétaire d’esclaves et membre de l’assemblée d’État. La défense plaida cette fois-ci la sénilité : ce vieil homme de quatre-vingts ans n’avait pas mesuré la portée de son geste, et sa soudaine opposition à l’institution esclavagiste – dont il avait fait part aux membres de sa famille, à leur grand embarras – était la meilleure preuve de sa folie naissante79. Il est assez tentant de voir derrière cette défense une façon d’excuser a posteriori un acte accompli en toute connaissance de cause, par un planteur que la lecture du récit de Douglass (entre autres choses) aurait convaincu de l’horreur du système esclavagiste. Il semble que Mr. Gover ait émancipé ses esclaves peu avant cet épisode, auquel cas le récit de Douglass aurait indirectement contribué à leur libération : c’est dire si la circulation du récit dans le Sud avait son importance. Les comptes rendus de l’affaire parus dans la presse indiquent par ailleurs que l’édition envoyée par Gover au colonel Stephenson avait été imprimée à Philadelphie : il s’agissait donc non pas du récit à proprement parler, mais d’Extracts from the Narrative of Frederick Douglass, une brochure publiée à 10 000 exemplaires par Edward M. Davis, leader du mouvement antiesclavagiste en Pennsylvanie, et destinée à « ceux qui ne souhait[ai]ent pas être identifiés aux abolitionnistes les plus zélés »80. Davis visait vraisemblablement un public sudiste, et plus précisément un public issu du Maryland et du Delaware (États limitrophes de la Pennsylvanie), où l’esclavage était en perte de vitesse significative81 et où la lecture d’extraits du récit de Douglass soigneusement sélectionnés pouvait avoir une influence bénéfique. C’est aussi la brochure de Davis qu’avait eue entre les mains le sudiste A. C. C. Thompson lorsqu’il publia sa célèbre attaque contre le récit de Douglass, « Falsehood Refuted », dans le Delaware Republican :

  • 82 « Falsehood Refuted », Delaware Republican, s. d., dans Liberator, 12 décembre 1845.

C’est à grand regret que je me vois contraint de paraître devant le public, pour signaler une brochure récemment portée à mon attention, librement diffusée à Wilmington [dans le Delaware] et ailleurs, et intitulée Extraits tirés du Récit de Frederick Douglass, esclave américain, écrit par lui-même.82

37Tout en rejetant violemment un texte qu’il qualifiait par la suite de mensonger, Thompson révélait la curiosité des habitants de Wilmington pour le récit. Ce mode de distribution s’apparentait en fait à celui mis en place pour la diffusion de Narrative of James Williams, dont l’AASS, déjà, avait réduit le format afin d’en envoyer des exemplaires dans le Sud. Toutefois, dans le cas de Douglass, l’initiative n’émanait pas d’une institution, mais d’un abolitionniste agissant en son nom propre, ce qui témoigne une fois de plus de la dimension individuelle de la circulation du récit de Douglass.

  • 83 Lettre de Mary Grew à Maria Weston Chapman, 25 février 1846, BPL, MS A.9.2, vol. 22, no 25.
  • 84 Emancipator and Weekly Chronicle, 24 septembre 1845.
  • 85 L. Graham, Baltimore : The Nineteenth-Century Black Capital, Washington (D. C.), University Press (...)
  • 86 A. Fabian, The Unvarnished Truth, ouvr. cité, p. 107.
  • 87 D. J. Preston, Young Frederick Douglass : The Maryland Years, Baltimore, Johns Hopkins University (...)

38Il y a fort à parier que les habitants du Maryland étaient d’autant plus intrigués par le récit de Douglass que son auteur était né et avait grandi dans la région. Mary Grew, une autre abolitionniste de Philadelphie, confiait ainsi à sa consœur bostonienne Maria Weston Chapman que le récit « faisait du bon travail » dans le Maryland83. À Baltimore, où l’on pouvait trouver certains écrits antiesclavagistes dans l’une des librairies de la ville, Shurtz & Wilde, la demande était telle qu’elle ne pouvait être satisfaite : « Le récit de Frederick Douglass circule parmi les habitants de cette ville, qui le lisent avec intérêt. Il nous faudrait 500 exemplaires de plus. »84 Baltimore ayant été la « capitale noire du xixe siècle », ces lecteurs devaient inclure des Noirs libres85. Précisons à ce propos qu’il existe un récit d’esclave publié à Baltimore – le « seul récit d’esclave imprimé dans un État esclavagiste »86, selon Ann Fabian –, celui de Noah Davis, A Narrative of the Life of Rev. Noah Davis, a Colored Man (1859). S’il paraît excessif de conclure, comme le fait un de ses biographes, que le récit de Douglass « circula très largement »87 dans le Maryland, il est donc certain que cet État offrait un terreau étonnamment fertile à sa diffusion sous une forme ou sous une autre.

Le récit de Frederick Douglass dans les îles Britanniques

39Nous nous sommes jusqu’ici concentré sur la publication et la circulation du récit de Douglass aux États-Unis, laissant de côté un pan entier de son histoire éditoriale, dont nous avons souligné la dimension transatlantique. Il est d’autant plus important de s’arrêter sur sa republication et sa circulation dans les îles Britanniques que l’archive est en vérité beaucoup plus riche de ce côté-ci de l’Atlantique, où Douglass a laissé de nombreuses traces de son implication, en tant qu’auteur, dans la forme et les trajectoires prises par son récit.

  • 88 Lettre de Frederick Douglass à William Lloyd Garrison, 1er septembre 1845, FDP III, 1, p. 48.
  • 89 B. Quarles, Frederick Douglass, ouvr. cité, p. 38-39.

40Avant même l’arrivée de son navire, le Cambria, à Liverpool à la fin du mois d’août 1845, Douglass commença à se préoccuper de la circulation de son livre au-delà des frontières américaines. Malgré les protestations de son ami abolitionniste James N. Buffum qui voyageait avec lui, Douglass s’était vu refuser une place en cabine à bord du Cambria à cause de sa couleur de peau : il fut contraint de traverser l’Atlantique sur le pont inférieur, avec les passagers les plus pauvres. Cela ne l’empêcha pas de se mêler à l’ensemble des passagers et de vendre des exemplaires de son récit88. La veille de l’arrivée, Douglass accepta l’invitation du capitaine à prononcer un discours. Des passagers pro-esclavagistes, mécontents qu’on offre une telle tribune à un esclave, se mirent à siffler Douglass et à l’accuser de mensonge lorsqu’il évoqua les détails de sa servitude. La situation tourna bientôt à l’émeute et nécessita l’intervention physique du capitaine89. Cet épisode resté célèbre nous permet de garder à l’esprit que Douglass assurait la diffusion de son récit, et plus largement de son message antiesclavagiste, dans des circonstances parfois difficiles, voire dangereuses. Ainsi se manifeste également la précarité d’un auteur qui, malgré la renommée acquise au cours de sa carrière, faisait alors figure de marginal.

  • 90 Sur la republication du récit de Douglass en Irlande, voir P. J. Ferreira, « Frederick Douglass in (...)
  • 91 Lettre de George Thompson à Richard D. Webb, 12 août 1845, C. Taylor éd., British and American Abo (...)
  • 92 J. Regan-Lefebvre, « The Webb Family and Quaker Printing », The Oxford History of the Irish Book, (...)
  • 93 « The Anti-Slavery Advocate », Liberator, 22 octobre 1852.
  • 94 « From Richard D. Webb », Liberator, 24 octobre 1845.
  • 95 Lettre de Richard D. Webb à Elizabeth Pease, 25 septembre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 62.

41Une fois arrivé dans les îles Britanniques, et plus précisément en Irlande où devait se dérouler la première partie de son séjour, Douglass ne perdit pas un moment pour faire réimprimer son récit, dont la vente constitua sa principale source de revenus90. Sur la recommandation de Wendell Phillips, il s’adressa à l’imprimeur dublinois Richard D. Webb, à qui l’abolitionniste britannique George Thompson avait déjà demandé quelques semaines plus tôt s’il allait « imprimer une édition des aventures de Douglass »91. En Irlande comme aux États-Unis, Douglass fut l’acteur principal de la publication et de la circulation de son récit, mais il n’aurait sans doute pas connu le succès qu’on sait s’il n’avait pas dans le même temps bénéficié du soutien du mouvement abolitionniste, notamment de la branche garrisonienne à laquelle il s’identifiait alors. Richard D. Webb lui-même était fermement aligné sur l’idéologie garrisonienne. Avec son partenaire Richard Chapman, il réalisait depuis les années 1830 de nombreux travaux d’impression destinés à promouvoir les causes philanthropiques, sociales et politiques qu’il soutenait en tant que quaker progressiste – la lutte contre l’alcoolisme, l’aide aux victimes de la Grande Famine et l’abolition de l’esclavage aux États-Unis en particulier92. Dans un article saluant la création par Webb d’un périodique (The Anti-Slavery Advocate) consacré à la cause antiesclavagiste, Garrison faisait l’éloge de cet « ami dévoué, fidèle et résolu de l’esclave américain »93. Webb prit donc en charge la réimpression du livre de Douglass en en tirant 2 000 exemplaires dès septembre 184594. Il précisait les conditions de publication dans une lettre à son amie Elizabeth Pease, où il est clairement dit que Douglass dut financer la fabrication des exemplaires95. Webb insistait cependant sur le fait que le livre pourrait rapidement apporter des bénéfices à Douglass (le seuil de rentabilité se situait à 700 exemplaires), d’autant que les dépenses de ce dernier allaient être limitées, du fait de la générosité des populations locales.

42La circulation de l’ouvrage dans les îles Britanniques se fit selon des modalités sensiblement identiques à celles qui avaient prévalu aux États-Unis. Douglass continua de diffuser des exemplaires au fur et à mesure de ses déplacements, comme en témoignent les propos de Joseph Sturge s’adressant au public londonien lors d’un grand rassemblement à Finsbury Chapel le 22 mai 1846 :

  • 96 American Slavery. Report of a Public Meeting Held at Finsbury Chapel, Moorfields, to Receive Frede (...)

Frederick Douglass a laissé derrière lui, en Amérique, une femme et quatre enfants, et je souhaite ajouter qu’il a publié un opuscule intitulé Le Récit de Frederick Douglass, que vous pourrez acheter à l’entrée, et dont la vente lui permet de subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa famille.96

  • 97 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 6 décembre 1845, FDP III, 1, p. 69-70.
  • 98 Lettre de William Lloyd Garrison à Richard D. Webb, 12 septembre 1846, W. M. Merrill éd., The Lett (...)
  • 99 Lettre de Frederick Douglass à Francis Jackson, 29 janvier 1846, FDP III, 1, p. 90.
  • 100 Lettre de Richard D. Webb à Elizabeth Pease, 7 octobre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 67.
  • 101 J. B. Estlin, « Frederick Douglass, the Fugitive Slave », National Anti-Slavery Standard, 5 mars 1 (...)
  • 102 Sur les Estlin, voir la lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 2 avril 1846, BPL, MS B.1.6, vo (...)

43Les hommes et les femmes qui avaient écouté Douglass, qui l’avaient applaudi, qui avaient ri avec lui de ses piques envers son ancien maître, pouvaient, une fois l’allocution terminée, acheter cet « opuscule » des mains de son auteur. D’où le besoin pour Douglass de se réapprovisionner sans cesse : « Tous mes livres se sont vendus d’un seul coup hier soir. Il me faut plus d’exemplaires, encore plus »97, écrivait-il à Webb après un discours très applaudi devant la société antiesclavagiste de Belfast en décembre 1845. Et l’entourage de Douglass de constater l’intérêt du public britannique pour le récit : « F. D. a vendu sur place un nombre considérable d’exemplaires de son récit »98, écrivait Garrison après un rassemblement à Sheffield en septembre 1846. Entre-temps, Webb avait d’ailleurs publié une seconde édition de 2 000 exemplaires, la première ayant été épuisée en cinq mois99. Fin connaisseur du milieu de la librairie, l’imprimeur encourageait le mode de distribution itinérant déjà pratiqué par Douglass, qui permettait à l’auteur de récolter l’intégralité des bénéfices liés à la vente de son livre : « Ma tâche est d’éviter les libraires autant que possible. Je les connais bien. Ils demandent d’importantes ristournes et il faut toujours un temps considérable avant qu’ils vous paient. »100 Comme aux États-Unis, il existait par ailleurs une économie informelle de diffusion du récit : l’abolitionniste de Bristol John B. Estlin et sa fille Mary Anne, ou encore la famille Jennings à Cork, faisaient partie de ces abolitionnistes zélés qui revendaient à leurs « amis proches »101 des exemplaires achetés en gros à Webb, puis reversaient les sommes correspondantes à Douglass102.

  • 103 G. Fulkerson, « Textual Introduction », FDP II, 1, p. 88-89.
  • 104 L’édition Somers & Isaac est mentionnée par Fulkerson (ibid., p. 89) mais elle est introuvable.

44La troisième édition publiée dans les îles Britanniques, celle dont Douglass signa un exemplaire à Huldah B. Gilson à son retour aux États-Unis, vit le jour à Wortley, près de Leeds, sous le sceau de l’imprimeur Joseph Barker, véritable passeur du récit d’esclave américain en Angleterre. Publiée à l’automne 1846, cette édition, apparemment tirée à 2 000 exemplaires, fut la dernière commandée par Douglass lui-même ; selon Gerald Fulkerson, l’auteur était cependant trop occupé par ses meetings pour être en mesure de superviser le processus éditorial103. La supervision dut être inexistante pour les éditions publiées après son départ – et sans doute sans son autorisation –, dont le nombre important laisse toutefois penser que Narrative of the Life of Frederick Douglass devait bien se vendre, même en l’absence de Douglass. On dénombre pas moins de quatre éditions londoniennes entre 1847 et 1852 : l’une publiée en 1847 par R. Yorke Clarke & Co., successeur de la maison Harvey and Darton, qui avait fait paraître les premières éditions du récit de Moses Roper ; la suivante en 1851 par H. G. Collins ; les deux dernières en 1852 par Somers & Isaac et G. Kershaw and Son104. La parution de ces deux éditions avait peut-être un lien avec celle, récente, d’Uncle Tom’s Cabin, qui connut un succès immédiat en Angleterre, où il fut publié par près de vingt éditeurs différents. Quoi qu’il en soit, le dispositif éditorial n’avait rien à voir avec celui des éditions précédentes, dans la mesure où la circulation du récit n’était plus liée à l’itinérance de Douglass et à la vente d’exemplaires entre sympathisants abolitionnistes.

  • 105 Lettre de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 16 septembre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 56
  • 106 Lettre de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 30 septembre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 63

45Douglass ne fut donc véritablement impliqué que dans la production des deux éditions dublinoises imprimées par Webb et Chapman. En l’occurrence, cette implication prit des proportions telles qu’elle se solda par un conflit ouvert entre l’auteur et ses imprimeurs. C’est peu de dire que les relations entre Douglass et Webb s’envenimèrent rapidement. Le 16 septembre 1845, Webb ne tarissait pas d’éloges pour Douglass, tout juste arrivé des États-Unis : « Douglass est un homme merveilleux, plein de talent, de bon sens et de vivacité d’esprit. »105 Deux semaines plus tard, son discours avait changé du tout au tout : « Frederick est un être manipulateur, arrogant, hautain & égoïste. »106 Lorsqu’on parcourt sa correspondance, on se rend compte que Webb faisait en réalité une différence entre l’homme public, plein d’une éloquence et d’un charisme indéniables, et l’homme privé, imbu de sa personne et dépendant de l’admiration du public. C’est notamment autour de la republication du récit que se nouèrent les tensions entre les deux individus et c’est en cela qu’elles constituent un chapitre important de son histoire éditoriale.

  • 107 Les sources suivantes ont été utilisées pour reconstituer le déroulement de cette affaire : lettre (...)
  • 108 Lettre de Richard D. Webb à Henry Clarke Wright, 22 février 1846, Henry Clarke Wright Papers, Houg (...)
  • 109 North Star, 7 avril 1849. Pour une analyse comparée des deux portraits, voir J. S.-J. Lee, The Ame (...)
  • 110 J. Stauffer et al., Picturing Frederick Douglass : An Illustrated Biography of the Nineteenth Cent (...)

46Les premiers accrocs concernèrent le portrait de Douglass réalisé pour la première édition dublinoise (fig. 8). Les sources primaires autant que secondaires sont confuses sur cette « affaire du portrait », mais elles révèlent de façon évidente l’extrême susceptibilité de Douglass à l’égard de son image107. Il semble que tout soit parti d’une demande de Douglass, qui souhaitait ajouter un portrait au frontispice de son ouvrage, comme il l’avait fait dans l’édition américaine ; une parente de l’abolitionniste irlandais James Haughton proposa de faire ce portrait, pour lequel l’auteur posa pendant plusieurs jours. À partir de ce modèle, Webb fit graver par un artisan londonien, Henry Adlard, une plaque en acier qui devait servir à la reproduction d’exemplaires du portrait en grand nombre. Mais c’était sans compter sur la réaction violente de Douglass, qui écrivit à son imprimeur qu’il détestait la gravure et qu’il n’avait que faire que d’autres la trouvent réussie. À Glasgow, où il se trouvait alors, Douglass fit réaliser une seconde gravure par ses propres moyens, sans toutefois obtenir un résultat plus satisfaisant : Webb la trouvait « diabolique » et avouait éprouver un certain plaisir à cette déconvenue, après les efforts qu’il avait lui-même fournis et l’argent qu’il avait dépensé en vain108. Quelques années plus tard, alors que le portrait de la première édition dublinoise (abandonné dans la seconde) avait été repris dans un volume de l’abolitionniste quaker Wilson Armistead intitulé A Tribute for the Negro, Douglass laissa entendre qu’il avait souffert d’être représenté de façon caricaturale : « Les artistes blancs sont incapables de faire des portraits fidèles des Noirs », écrivait-il dans sa recension du livre d’Armistead, soulignant leur tendance à accentuer la dilatation des narines, l’épaisseur des lèvres, la hauteur des pommettes, traits prétendument distinctifs de la physionomie noire. Il ironisait également sur son expression « pleine d’une bonté et d’une bonhomie qu’on associe rarement au visage d’un esclave fugitif »109. On comprend à travers cette affaire pourquoi Douglass préféra par la suite la photographie, qui lui garantissait d’être fidèlement représenté, sans distorsion ni exagération d’aucune sorte110.

Fig. 8. Portraits de Frederick Douglass pour la première édition bostonienne et la première édition dublinoise (1845)

Fig. 8. Portraits de Frederick Douglass pour la première édition bostonienne et la première édition dublinoise (1845)

Source : American Antiquarian Society et Stuart A. Rose Manuscript, Archives, and Rare Book Library, Emory University

  • 111 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 24 décembre 1845, FDP III, 1, p. 71-72 ; lettre de (...)
  • 112 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, mi-janvier 1846, FDP III, 1, p. 79.
  • 113 Lettre de Richard D. Webb à Edmund Quincy, 2 février 1846, C. Taylor éd., British and American Abo (...)

47La deuxième source de conflit touchait à un élément textuel, et non plus visuel, du récit de Douglass. Ce dernier avait sollicité des lettres de recommandation de la part de Thomas Drew et Isaac Nelson, deux hommes d’Église (l’un appartenant à l’Église d’Irlande, l’autre presbytérien) qui avaient lu et apprécié son récit ; l’auteur désirait que ces lettres soient reproduites à la fin de la seconde édition111. Webb lui répondit qu’il était inhabituel d’inclure de telles recommandations dans un ouvrage à moins que celui-ci soit d’un caractère religieux. Mais Douglass ne voulut rien entendre, renvoyant l’imprimeur à son « préjugé envers les prêtres »112. Il semble en vérité que cette altercation ait été le résultat d’un malentendu : Douglass affirme à plusieurs reprises avoir été encouragé par Webb à obtenir ces lettres, avant que ce dernier ne change d’avis. De son côté, Webb prétend que Douglass était depuis le début à l’origine de cette malheureuse initiative. Que les deux hommes aient communiqué principalement par voie postale – Douglass ne resta qu’un temps relativement limité à Dublin – compliquait sans doute la gestion quotidienne de ce genre de détails. À cela se mêlait le caractère bien trempé de Douglass, que Webb avait du mal à supporter : l’imprimeur ajouta à la seconde édition, en plus des deux lettres de Drew et Nelson, une réponse de Douglass à l’attaque d’A. C. C. Thompson contre son récit (« Falsehood Refuted »), réponse que Webb qualifiait en privé d’« intelligente mais pontifiante »113.

  • 114 Ibid. ; lettres de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 12 octobre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15 (...)
  • 115 Voir par exemple la lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 20 avril 1846, BPL, MS A.1.2, (...)
  • 116 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 26 avril 1846, FDP III, 1, p. 116 ; lettre de Rich (...)

48Au-delà de ces deux événements clairement identifiés, un facteur plus diffus, mais également lié à la vente du récit par son auteur, qui causa chez Webb un embarras durable : le fait que Douglass gagnait de l’argent. Les sommes engrangées par l’ancien esclave reviennent de manière quasi obsessionnelle dans la correspondance de l’imprimeur : « S’il continue en Grande-Bretagne comme il a commencé en Irlande, il engrangera 2 500 dollars en l’espace de douze mois » ; « Sur les 52 livres que son livre a coûté […], 30 livres ont été remboursées grâce aux dons & aux ventes. […] la pauvre Irlande s’est montrée fort généreuse » ; « il fait 200 pour cent ou presque sur chaque exemplaire » ; et ainsi de suite114. Alors même qu’il avait contribué comme nul autre à la disponibilité du livre et à sa vente effective, Webb paraissait mal à l’aise face aux sommes d’argent en jeu. Il ne voyait d’ailleurs pas d’un bon œil les dons d’argent ponctuellement accordés à Douglass par la population irlandaise. Les relations entre les deux hommes devinrent de plus en plus conflictuelles à mesure que s’embrouillèrent les comptes liés à la publication du récit115. Après une brève période d’apaisement, Douglass fit savoir à Webb qu’il souhaitait récupérer tous les exemplaires restants de son livre et clôturer ses comptes avec lui. Webb suspectait Douglass de s’être adressé à un autre imprimeur, aux prix moins élevés, pour la troisième édition de son récit, ce qui était en effet le cas116. C’est sur cette note amère que Douglass et Webb mirent fin à leur relation amicale et commerciale.

  • 117 Lettre de Wendell Phillips à Elizabeth Pease, 29 août 1847, BPL, MS A.1.2, vol. 17, no 66.
  • 118 Lettre de William Lloyd Garrison à Helen E. Garrison, 17 septembre 1846, W. M. Merrill éd., The Le (...)
  • 119 American Slavery, ouvr. cité, p. 21.
  • 120 L’expression figure par exemple chez J. Stauffer, « Douglass’s Self-Making and the Culture of Abol (...)
  • 121 S. Meer, Uncle Tom Mania : Slavery, Minstrelsy and Transatlantic Culture in the 1850s, Athens, Uni (...)

49Les remarques de Webb nous invitent à poser, dans une perspective purement historique, la question qui troublait tant l’imprimeur : Douglass a-t-il gagné beaucoup d’argent grâce à la vente de son récit dans les îles Britanniques ? Il semble que la réponse soit positive. L’estimation de Webb citée plus haut (« il engrangera 2 500 dollars en l’espace de douze mois ») préfigure une lettre de Wendell Phillips rédigée en août 1847, où l’abolitionniste parle d’une maison de 2 500 dollars achetée par Douglass à Lynn, dans le Massachusetts, grâce aux bénéfices du livre117. William Lloyd Garrison rappelle quant à lui qu’il fallait ajouter à ces bénéfices les dons d’argent évoqués plus haut118. Précisons malgré tout qu’un tel succès n’était possible que parce que Douglass s’investissait pleinement dans la circulation de son récit, parce qu’il en faisait la promotion meeting après meeting, parce qu’il gardait constamment à l’esprit des aspects logistiques essentiels : aurait-il suffisamment d’exemplaires à vendre à Belfast ? les exemplaires envoyés en urgence de Dublin arriveraient-ils à temps ? comment faire alors que Webb n’avait pas fait relier la totalité de la première édition et que Douglass se retrouvait à Glasgow sans un seul exemplaire à vendre ? Autant de questions que d’autres auteurs publiés selon les dispositifs commerciaux classiques n’avaient pas à se poser. Si l’ouvrage s’est effectivement bien vendu, il n’était d’ailleurs pas toujours perçu par le public comme une source de profit. Invité en 1846 à commenter un discours de Frederick Douglass, le congrégationaliste John Campbell peignait l’ancien esclave sous les traits d’un auteur indigent, itinérant, joignant les deux bouts grâce aux « maigres profits » d’un opuscule décrit comme une simple « esquisse » de sa vie119. À rebours des critiques parlant de Narrative of the Life of Frederick Douglass comme d’un « bestseller international »120, Sarah Meer a très justement mis les ventes du livre en perspective en les comparant à celles d’Uncle Tom’s Cabin et surtout en soulignant les obstacles rencontrés par Douglass contrairement à Harriet Beecher Stowe : alors qu’il fallut cinq années à Douglass pour vendre 30 000 exemplaires de son récit au prix d’efforts considérables, Uncle Tom’s Cabin fut écoulé à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires en quelques semaines et « traversa l’Atlantique sans assistance »121. La popularité et le succès de Stowe furent d’une tout autre nature que la popularité et le succès, malgré tout indéniables, de Douglass.

  • 122 A. Fisch, American Slaves in Victorian England, ouvr. cité, p. 1-4.
  • 123 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave [Boston, 1845], ouvr. cité, p. 62 ( (...)
  • 124 Lettre de John B. Estlin à Richard D. Webb, 5 novembre 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, nos 87‑88.

50Il reste enfin à explorer les évolutions textuelles du récit de Douglass au cours des éditions, notamment dans le passage des éditions américaines aux éditions britanniques. Comme dans le cas de Charles Ball, et pour des raisons similaires, l’intégrité du texte original fut remise en cause par des abolitionnistes que certains propos dérangeaient ; la démarche relevait d’autant plus de la censure qu’on touchait ici à un texte écrit par l’ancien esclave lui-même. L’abolitionniste blanc de Bristol John B. Estlin, qui œuvrait par ailleurs activement à la diffusion du récit de Douglass, fut à l’origine de cette opération de censure, dont Audrey Fisch fait le point de départ de son livre sur l’abolitionnisme africain-américain dans l’Angleterre victorienne122. Ayant lu et apprécié le récit dans son édition bostonienne, Estlin s’adressa à Richard D. Webb pour lui suggérer d’omettre un épisode particulier de la deuxième édition dublinoise : celui où Frederick Douglass raconte que son employeur Edward Covey avait acheté une femme esclave, Caroline, dans le but avoué de la faire procréer, utilisant pour la désigner le terme de « reproductrice » (breeder)123. Estlin trouvait « inutile et répugnant » de préciser que Caroline avait été enfermée tous les soirs pendant un an avec un esclave marié jusqu’à ce qu’elle tombe enceinte de jumeaux. Les réserves d’Estlin étaient essentiellement d’ordre moral : il lui était impossible de faire circuler auprès des jeunes femmes de son entourage un ouvrage qui contenait de telles descriptions, « contraires au goût anglais »124. Dans l’exemplaire de sa fille Mary Anne, il n’avait d’ailleurs pas hésité à biffer le passage incriminé. Estlin se trouvait ainsi dans une position paradoxale où il saluait la parution du récit de Douglass tout en refusant de relayer certaines des horreurs de l’esclavage. Il affirmait cependant que cette censure était impérative si l’on voulait que l’ouvrage puisse circuler dans les îles Britanniques.

  • 125 Lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 10 novembre 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 9.
  • 126 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 29 décembre 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 10 ; The Br (...)
  • 127 Lettre de John B. Estlin à Richard D. Webb, 13 novembre 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, no 95.
  • 128 Lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 29 janvier et 1er février 1846, BPL, MS B.1.6, vol. 2, (...)

51En « fidèle garrisonien »125, c’est-à-dire en abolitionniste radical, Richard D. Webb opposa tout d’abord un refus net à cette requête, car il fallait selon lui mettre tous les faits, même les plus crus, entre les mains du public. Plus prudent, l’abolitionniste américain Samuel May Jr., avec lequel John B. Estlin entretenait une correspondance régulière, disait ne pas souhaiter non plus l’élision du passage, tout en reconnaissant qu’il lui était déjà arrivé de censurer certains ouvrages, par exemple son exemplaire de The Branded Hand de Jonathan Walker, dont il avait arraché une illustration représentant un châtiment violent infligé à une esclave à moitié nue126. Ces avis ne découragèrent pas Estlin, qui continua de défendre une certaine idée de la « délicatesse » et du « raffinement » britanniques127. À force d’insistance, il finit par convaincre Webb du bien-fondé de sa démarche128. Sans être purement et simplement censuré, l’épisode fut réécrit par Estlin lui-même de façon à en atténuer le caractère inconvenant. On peut s’en persuader en comparant les deux versions de l’épisode, tel qu’il est relaté dans la première puis dans la seconde édition dublinoise (les phrases modifiées apparaissent ici en gras) :

Dublin, 1845 Dublin, 1846
Voici les faits : M. Covey était pauvre ; il commençait tout juste dans la vie ; il n’avait pu acheter qu’une esclave et, aussi choquant que cela paraisse, il l’avait achetée, disait-il, pour qu’elle serve de reproductrice. Cette femme s’appelait Caroline. M. Covey l’avait achetée à M. Thomas Lowe, à quelque six miles de Saint Michael. Elle était grande et bien bâtie et âgée d’environ vingt ans. Elle avait déjà donné naissance à un enfant, ce qui lui prouvait qu’elle était exactement ce qu’il recherchait. Après l’avoir achetée, il loua pour un an un homme marié appartenant à M. Samuel Harrison ; et il avait coutume de l’attacher à elle toutes les nuits ! Le résultat fut qu’à la fin de l’année la pauvre femme donna naissance à des jumeaux. M. Covey sembla très satisfait et de l’homme et de la malheureuse. Sa joie et celle de son épouse étaient si grandes que rien de ce qu’ils pouvaient faire pour Caroline pendant ses couches ne leur parut trop bon ni trop difficile. Les enfants furent considérés comme un bel accroissement de sa fortune.a Voici les faits : M. Covey était pauvre ; il commençait tout juste dans la vie ; il n’avait pu acheter qu’une esclave et, aussi choquant que cela paraisse, il l’avait achetée, disait-il, pour qu’elle serve de reproductrice. Cette femme s’appelait Caroline. M. Covey l’avait achetée à M. Thomas Lowe, à quelque six miles de Saint Michael. Pour rendre cette transaction plus abjecte encore, Covey loua à M. Samuel Harrison un esclave marié, qui fut arraché à sa propre femme, et obligé de servir de mari à cette malheureuse. Celle-ci finit par donner naissance à des jumeaux ; la joie de M. Covey et celle de son épouse étaient si grandes que rien de ce qu’ils pouvaient faire pour Caroline pendant ses couches ne leur parut trop bon ni trop difficile. Les enfants furent considérés comme un bel accroissement de sa fortune.b
a. Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave [Dublin, 1845], ouvr. cité, p. 62-63 (traduit par H. Tronc).
b. Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Dublin, Webb and Chapman, 1846, p. 62-63.
  • 129 P. Kolchin, American Slavery, ouvr. cité, p. 122.
  • 130 Lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 2 avril 1846, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 17.

52Les modifications opérées d’une version à l’autre sont diverses. C’est d’abord la description du corps de Caroline qui disparaît de la seconde version : l’épisode devient plus abstrait, car moins ancré dans la réalité menaçante du physique puissant de l’esclave (« grande et bien bâtie »), qui déroge à l’impératif bourgeois d’une féminité se définissant par la douceur, la réserve et – pour utiliser le terme d’Estlin – la délicatesse. Guidé par un code moral strict, Estlin replace par ailleurs les différents acteurs de ce récit au sein de la relation de conjugalité et de fidélité qui devrait être la leur. Il ne suffit pas selon lui de dire que l’esclave de Samuel Harrison est marié : encore faut-il préciser qu’il a été « arraché » des bras de son épouse légitime et donc qu’il n’a pas consenti à la relation avec Caroline, ce qui n’est pas clairement exprimé dans la première version. Bien que cette relation soit forcée, l’esclave de Samuel Harrison et Caroline forment malgré tout, dans la seconde version, un couple en bonne et due forme puisque l’homme est désigné comme le mari de la femme. Ces modifications en chaîne concernant le statut des relations entre l’esclave de Samuel Harrison, sa femme légitime et Caroline font l’effet d’une tentative désespérée pour rétablir un semblant de moralité dans un système où cette notion n’a pas sa place ; elles paraissent d’autant plus vaines que le mariage entre esclaves n’était en fait reconnu par aucun État du Sud129. C’est enfin le contenu trop explicitement sexuel de l’épisode qu’Estlin retire du récit de Douglass (« et il avait coutume de l’attacher à elle toutes les nuits ! »), dans un geste qui cette fois-ci s’apparente à une véritable censure. L’indignation de Douglass, figurée par un point d’exclamation, disparaît du même coup, laissant place à une prose qu’Estlin percevait sans doute comme plus mesurée, plus digne, donc plus acceptable. Il exprimait ainsi sa satisfaction dans une lettre à son ami Samuel May Jr. : « La 2e édition dublinoise vient de paraître & Mr. Webb a fait une modification que j’ai suggérée, de sorte que ce déplaisant passage peut désormais être lu à voix haute, sans pour autant cacher les faits importants & odieux dont il est question. »130

Sur les pas de Frederick Douglass : l’histoire éditoriale de Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave

  • 131 H. L. Gates Jr. éd., The Classic Slave Narratives, ouvr. cité, p. 7.
  • 132 R. H. Brodhead, Cultures of Letters : Scenes of Reading and Writing in Nineteenth-Century America, (...)

53Il est difficile d’évaluer dans quelle mesure tel ou tel auteur de récit d’esclave avait conscience de l’existence d’autres récits d’esclaves déjà publiés sous forme de livre. La critique africaine-américaine présente généralement le récit de Frederick Douglass comme le point culminant d’une tradition littéraire dont l’auteur aurait eu connaissance, à l’instar de Henry Louis Gates Jr., selon lequel « il est évident que Douglass lisait beaucoup et qu’il avait dévoré avec le plus grand intérêt les récits publiés par d’autres anciens esclaves entre 1831 et 1845 »131. Lorsqu’on parcourt les écrits de Douglass – ses lettres, les textes de ses discours et surtout ses récits autobiographiques –, on ne peut manquer de remarquer que celui-ci ne fait jamais référence à d’autres récits d’esclaves, fût-ce implicitement. Il faut par ailleurs garder à l’esprit la chronologie de la vie de Douglass, qui parvint en territoire libre en septembre 1838, fit la connaissance de Garrison et Phillips l’année suivante, à New Bedford où il vivait alors, et ne s’engagea pleinement dans la lutte abolitionniste qu’à partir de 1841, lorsqu’il fut recruté comme agent de la MASS : il n’est pas certain que Douglass ait occupé une position suffisamment centrale au sein du mouvement abolitionniste pour avoir eu accès aux récits publiés dans ces années-là ; on pense notamment au récit de James Williams, retiré de la circulation dès la fin de l’année 1838. Évidemment, il est toujours possible que Douglass ait lu ces récits tardivement, grâce à un exemplaire prêté par tel ou tel abolitionniste, ou qu’il ait été influencé par des extraits et recensions lus dans la presse. Mais il semble important de réfléchir en termes d’« accès » aux œuvres littéraires, comme le propose Richard H. Brodhead dans sa monographie Cultures of Letters132, afin de ne pas considérer le « récit d’esclave » comme une catégorie immuable et évidente dans laquelle les anciens esclaves auraient puisé selon leur envie.

  • 133 Lettre de Richard D. Webb à « My dear friend », 3 août 1849, BPL, MS A.9.2, vol. 24, no 84.

54On peut, en revanche, légitimement considérer le récit de Douglass comme un point de repère pour celui de William Wells Brown : Narrative of the Life of Frederick Douglass a tantôt constitué un modèle pour Brown, et il a tantôt été un ouvrage dont il fallait se démarquer. Douglass et Brown se connaissaient, ils s’étaient suivis sur le circuit des meetings abolitionnistes, et partageaient un même espace idéologique et intellectuel. Brown se trouvait sans cesse comparé à Douglass, le premier étant la plupart du temps perçu comme moins charismatique, mais plus sincère que le second. « Il est très intelligent & facile à vivre, écrivait Webb. Je n’ai aucun doute qu’il s’en sortira très bien. Il n’est pas aussi impressionnant que Douglass, mais il n’est pas non plus aussi hautain et impatient. »133 En ce qui concerne les stratégies de publication et de circulation de son récit, il est clair que Brown s’inspira de son illustre prédécesseur, d’où deux histoires éditoriales assez similaires.

Publication, circulation, transformation

  • 134 Lettre d’Edmund Quincy à Caroline Weston, 2 juillet 1847, BPL, MS A.9.2, vol. 23, nos 32‑33.

55C’est d’abord par son paratexte que le récit de William Wells Brown rappelle celui de Frederick Douglass. À la préface de William Lloyd Garrison et à la lettre de Wendell Phillips font ici écho une préface de Joseph C. Hathaway, président de la Western New York Anti-Slavery Society, pour laquelle Brown avait travaillé entre 1843 et 1847, et une lettre d’Edmund Quincy, membre de l’élite bostonienne et homme de lettres converti à l’abolitionnisme. Dans cette lettre, l’abolitionniste remerciait Brown de lui avoir confié le manuscrit de son récit et affirmait n’être que fort peu intervenu sur le texte. Cela est confirmé par la correspondance de Quincy avec d’autres abolitionnistes, précieuse parce qu’elle donne à voir un processus de transaction entre l’ancien esclave noir et l’abolitionniste blanc souvent imaginé mais rarement documenté par la critique. Une lettre à l’abolitionniste Caroline Weston révèle que Quincy avait reçu le manuscrit à la mi-juin 1847, mais qu’il n’avait pris le temps de le lire que dans la journée du 1er juillet, date à laquelle Brown se présenta justement à son domicile. Enthousiasmé par la lecture du récit, Quincy profita de la présence de l’auteur pour lui suggérer quelques modifications apparemment mineures, et les deux hommes rédigèrent chacun de leur côté une partie du paratexte, Brown une dédicace (adressée à l’habitant de l’Ohio qui l’avait recueilli après sa fuite, un certain Wells Brown, duquel l’ancien esclave tient son nom) et Quincy la lettre mentionnée précédemment. Sur la question du titre à donner à son récit, Brown disait vouloir « quelque chose de différent du récit de Douglass & pourtant simple & sans affectation » : il opta provisoirement pour Personal Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave134. On ignore pourquoi le terme personal – qui ne figure d’ailleurs dans aucun titre de récit d’esclave de la période antebellum – fut abandonné. Sans cet adjectif, le titre du récit de Brown ressemblait en fin de compte beaucoup à celui du récit de Douglass.

  • 135 Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, C. Parfait et M.-J. Rossigno (...)
  • 136 Lettres de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 15 décembre 1847 et 13 janvier 1848, BPL, MS B.1.6, vo (...)
  • 137 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 150.
  • 138 Ces livres-albums, appelés gift books en anglais, sont de beaux ouvrages vendus à la saison des fê (...)
  • 139 Lettre d’Oliver Johnson à Maria Weston Chapman, 15 octobre 1844, BPL, MS A.9.2, vol. 20, no 72.
  • 140 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 152.
  • 141 Ibid., p. 151.

56Comme le récit de Douglass également, le récit de Brown porte sur sa page de titre la mention « Published at the Anti-Slavery Office » suivie de l’adresse de la MASS, « ce qui tendrait à faire penser que l’association a subventionné la publication de l’ouvrage »135, notent Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol. Les deux auteures ont cependant montré que Brown finança personnellement la publication de son récit. L’investissement était loin d’être négligeable : il dut débourser 296 dollars pour le papier, l’impression et la reliure d’une partie des 3 000 exemplaires de la première édition, et 30 dollars pour la gravure de son portrait136. Il n’est donc pas tout à fait exact d’affirmer, comme le fait Ezra Greenspan, que le récit de Brown était une publication « maison » de la MASS, imprimée dans les locaux de l’association137. Les exemplaires de la première édition portent bel et bien, au verso de la page de titre, un nom d’imprimeur : celui d’Andrews & Prentiss, alors situés au 11 Devonshire Street, à quelques numéros de Dow & Jackson, imprimeurs du récit de Douglass. Comme ces derniers, Samuel G. Andrews et Henry J. Prentiss géraient leur établissement de façon indépendante, tout en entretenant des liens étroits avec la MASS. Ils produisirent tout au long des années 1840 et 1850 de nombreux documents pour le compte de l’association et de ses membres : rapports annuels de la MASS, livres-albums abolitionnistes tels que le Liberty Bell138, affiches pour des événements organisés par l’association, brochures de Wendell Phillips et ouvrages d’auteurs africains-américains, parmi lesquels William C. Nell et William Wells Brown. Le nom de Prentiss apparaît souvent dans la correspondance des abolitionnistes bostoniens, par exemple dans cette lettre d’Oliver Johnson à Maria Weston Chapman, qui ne laisse aucun doute sur les sentiments de l’imprimeur en matière de lutte contre l’esclavage : « Prentiss est un homme tout à fait recommandable, un abolitionniste fidèle, et il aura plaisir à vous servir. »139 De même, le graveur du portrait de Brown qui figurait au frontispice, Joseph Andrews, avait déjà travaillé pour le compte de Wendell Phillips140. Tout cela ne faisait pas pour autant de Narrative of William W. Brown une « autobiographie publiée au sein de l’infrastructure éditoriale d’une organisation blanche gérée avec efficacité »141, description qui conviendrait mieux au récit de James Williams. Il ne s’agit pas ici de peindre Brown en génie solitaire parvenant par ses seuls moyens à la publication, ni de nier les liens évidents qui rattachent la publication du récit de l’ancien esclave au monde abolitionniste, mais de montrer que ceux-ci sont plus lâches qu’on ne le croit souvent, et d’accorder à Brown un supplément d’agentivité qui permet de mieux comprendre son investissement réel à toutes les étapes de l’histoire éditoriale de son récit.

  • 142 « Narrative of W. W. Brown », Anti-Slavery Bugle, 6 août 1847.
  • 143 M. Cooper, « The Dissemination of the Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave », essai non (...)
  • 144 « W. W. Brown in Upton », Liberator, 17 septembre 1847.
  • 145 « William W. Brown », Liberator, 31 mars 1848.

57La première édition de Narrative of William W. Brown parut dès la fin du mois de juillet 1847. Brown prit immédiatement en charge la distribution de son livre, dont il envoya des exemplaires aux journaux antiesclavagistes142, et surtout qu’il diffusa à l’occasion des meetings abolitionnistes qu’il tenait quasi quotidiennement143. Tout juste recruté par la MASS, l’auteur et orateur disposait d’un cadre institutionnel lui donnant une légitimité et d’un salaire lui permettant de subvenir à ses besoins ; il pouvait distribuer l’ouvrage dans des conditions relativement sereines. Les comptes rendus de conférences publiés dans la presse donnent à voir ce mode de distribution informel, certes quelque peu laborieux dans le sens où Brown écoulait les exemplaires un par un, mais qui avait l’avantage de lui assurer un retour sur investissement maximal, puisqu’il touchait la totalité des bénéfices sur chaque exemplaire vendu. C’était par exemple le cas à Upton, dans le Massachusetts, en août 1847, où Brown vendit une quinzaine d’exemplaires de son récit après une longue conférence pendant laquelle le public l’avait écouté dans un silence religieux144, ou encore à Northboro, dans le même État, quelques mois plus tard, où « jeunes et moins jeunes » s’étaient réunis autour de Brown « dans le but de se procurer son livre »145. Brown se produisit également en public lors de nombreuses conventions annuelles d’associations antiesclavagistes – celles du Massachusetts, du New Hampshire, de Pennsylvanie, du New Jersey ou encore du Delaware – qui rassemblaient parfois plusieurs milliers de personnes. On retrouve donc dans la distribution du récit de Brown une caractéristique du récit de Douglass, à savoir sa dimension incarnée. Dans ce dispositif, le livre constitue pour ainsi dire une extension du corps de l’esclave, dont on sait qu’il joue un rôle crucial dans l’économie de la conférence abolitionniste, soit que l’orateur exhibe les traces de sévices passés pour prouver sa bonne foi – cicatrices laissées dans le dos par des coups de fouet, membre mutilé –, soit qu’il use de sa présence corporelle – de sa voix, sa force ou son charisme – pour appuyer son propos.

  • 146 « New Books », Liberator, 29 septembre 1847 ; « Book Depository », National Anti-Slavery Standard, (...)
  • 147 National Anti-Slavery Standard, 9 décembre 1847 ; « Essex County Anti-Slavery Society », Liberator(...)
  • 148 « Anti-Slavery Books », Morning Star, 20 février 1850.

58De leur côté, les abolitionnistes blancs s’efforcèrent également de promouvoir l’ouvrage et de le rendre disponible sur leurs lieux de vente. Sans surprise, on pouvait se le procurer au dépôt de livres de la MASS à Boston, dans les locaux de l’AASS à New York, auprès des abolitionnistes Jane Elizabeth Hitchcock et Betsey Mix Cowles dans l’Ohio, à la librairie de Bela Marsh et à la rédaction du Prisoner’s Friend à Boston146 – autant d’individus et d’institutions qui vendaient le récit de Frederick Douglass au même moment. On le trouvait même chez certains commerçants abolitionnistes, par exemple Richard Plummer, membre de l’Essex County Anti-Slavery Society et secrétaire de la Washington Temperance Society, qui stockait des exemplaires de Narrative of William W. Brown dans sa quincaillerie de Newburyport, dans le Massachusetts147. Il faut rappeler qu’on pouvait, à l’époque, acheter des livres dans des établissements non spécifiquement destinés à cet usage : ainsi le récit de Henry Bibb était-il en vente chez un coiffeur abolitionniste de Dover, dans le New Hampshire – un certain « E. Brackett » – qui disait avoir dans sa boutique tout un « assortiment de LIVRES ANTIESCLAVAGISTES », parmi lesquels, peut-être, le récit de William Wells Brown148.

  • 149 « Note to the Second Edition », Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave, 2e édition, Bosto (...)
  • 150 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 15 décembre 1847, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 63. Les deu (...)
  • 151 J. Ernest, Resistance and Reformation in Nineteenth-Century African-American Literature : Brown, W (...)
  • 152 Liberator, 20 octobre 1848 ; « Note to the Fourth Edition », Narrative of William W. Brown, a Fugi (...)
  • 153 Liberator, 1er juin 1849.
  • 154 « Books », Liberator, 24 mai 1850 ; « Henry Box Brown », National Anti-Slavery Standard, 20 septem (...)
  • 155 Massachusetts, vol. 68, p. 231, R. G. Dun & Co. Credit Report Volumes, Baker Library, Harvard Busi (...)
  • 156 « Social Reform Bookstore », Liberator, 30 mai 1845.

59La promotion, la circulation et la réception du récit de Brown se firent donc essentiellement dans le cadre restreint de l’activisme abolitionniste (ou, plus largement, réformateur) : on trouve peu de recensions de Narrative of William W. Brown hors des pages de la presse antiesclavagiste, religieuse ou locale. Il semble que cela n’ait nullement entravé la diffusion de nombreux exemplaires de l’ouvrage, dont Brown publia quatre éditions en l’espace de deux ans, profitant de chacune des rééditions pour apporter des modifications parfois significatives. Si l’on en croit l’auteur, la première édition de 3 000 exemplaires fut épuisée en six mois, ce qui le conduisit à faire paraître une deuxième édition de 2 000 exemplaires dès février 1848149. Désormais conforté dans l’idée qu’il existait un public pour son récit, Brown fit fabriquer pour cette édition des planches stéréotypées qui facilitaient l’impression d’éditions futures ; il s’agissait là encore d’un investissement lourd – entre 75 et 80 dollars – mais qui pouvait s’avérer rentable sur le long terme si la demande restait constante150. La deuxième édition, dite augmentée, comportait une trentaine de pages supplémentaires : Brown avait ajouté à son récit trois gravures pleine page, un essai sur la traite des esclaves qu’il avait déjà publié dans le Liberty Bell de l’année 1848, les paroles d’une chanson (« The Blind Slave Boy » de Margaret Lucy Shands Bailey) qui apparaissait également dans son recueil de chants abolitionnistes (The Anti-Slavery Harp), et une longue annexe où étaient reproduits des extraits de journaux sudistes qui attestaient les violences infligées aux esclaves – créant par là même un ensemble hétéroclite qui préfigurait l’esthétique « patchwork », c’est-à-dire fondée sur de nombreux emprunts à des sources extérieures et à ses propres écrits, de ses œuvres ultérieures151. Cette deuxième édition ayant été à nouveau épuisée en l’espace de six mois, Brown mit à profit ses planches stéréotypées pour faire tirer, en octobre 1848, une troisième édition à 3 000 exemplaires152. Le paratexte se voyait à nouveau transformé : la préface de Joseph C. Hathaway avait disparu au profit d’une préface rédigée par Brown, qui prenait donc le contrôle de manière plus ferme que par le passé sur ce seuil contesté du récit d’esclave. Il reproduisait dans cette nouvelle préface une lettre envoyée par son ancien maître, Enoch Price, lequel confirmait involontairement une partie des faits relatés dans le récit de Brown en cherchant à en réfuter certains détails ; deux ans plus tôt, Douglass avait fait de même à partir de la lettre de Thompson précédemment évoquée. Enfin, une quatrième édition du récit de Brown vit le jour au printemps 1849153, tirée à 2 000 exemplaires, comme l’indique indirectement la page de titre, qui donne le tirage cumulé des quatre éditions américaines, soit 10 000 exemplaires. Un douzième chapitre inédit venait s’ajouter au récit, qu’il tirait un peu plus encore hors des sentiers génériques du récit autobiographique, puisqu’il n’était pas centré sur Brown mais sur des esclaves fugitifs installés au Canada, que leurs anciens propriétaires du Tennessee avaient tenté, en vain, d’enlever. Notons enfin que cette quatrième édition avait été publiée par Bela Marsh, éditeur et libraire localisé au 25 Cornhill, à proximité immédiate des locaux de la MASS, qui publia de nombreux livres antiesclavagistes et – fait rare – plusieurs récits d’esclaves, dont ceux de Lewis et Milton Clarke (Narratives of the Sufferings of Lewis and Milton Clarke, 1846) et de Henry Watson (Narrative of Henry Watson, a Fugitive Slave, 1848) ; on trouvait encore dans les rayonnages de sa librairie les récits de Frederick Douglass, Henry Bibb ou Henry Box Brown154. Un agent de la R. G. Dun & Company, première société américaine de renseignements financiers, décrivait Marsh comme un homme « parfaitement honnête & qui honore ses contrats »155. Bien connu des réformateurs de tous bords, et présentant lui-même son établissement comme une « librairie spécialisée dans les ouvrages de réforme sociale »156, Marsh fut sans doute le seul acteur du monde du livre à s’investir de manière aussi nette, dès les années 1840, dans la publication et la circulation de récits d’esclaves.

  • 157 C. Mulvey éd., « Clotel » by William Wells Brown : An Electronic Scholarly Edition, University of (...)

60Notre parcours des quatre éditions américaines du récit de Brown, nécessairement incomplet dans la mesure où il ne recense que les variations textuelles et paratextuelles les plus flagrantes, prouve bien qu’il serait utile de constituer, pour Narrative of William W. Brown, une édition critique qui prenne en compte tous les états du texte, comme l’a fait Christopher Mulvey pour les quatre versions de Clotel, roman que William Wells Brown soumit à d’infinies révisions et remaniements157. Nombre de récits d’esclaves présentent une même instabilité textuelle, reflet de leurs conditions de publication particulières : leurs auteurs itinérants devaient faire face à des publics sans cesse changeants, dans des aires géographiques distinctes, alors même que leur propre carrière d’abolitionniste ne faisait que débuter et que chaque tournant, chaque événement, pouvait donner lieu à une mise à jour du récit – sans compter les éventuelles recompositions idéologiques du paysage abolitionniste, lui-même extrêmement labile, les amitiés nouvelles ou révolues, les rencontres, qui impliquaient de la même façon une remise de l’ouvrage sur le métier (et sur la presse). Les récits d’esclaves de Douglass et Brown, mais aussi ceux de Henry Bibb, Henry Box Brown, Sojourner Truth et Thomas H. Jones se caractérisent ainsi par leur dimension pragmatique : leur forme a généralement à voir avec le contexte immédiat de leur publication, quand d’autres formes littéraires – le roman, par exemple – reposent sur une articulation plus diffuse entre texte et contexte.

Le récit de William W. Brown dans les îles Britanniques

  • 158 Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, C. Parfait et M.-J. Rossigno (...)
  • 159 « Note to the Present Edition », Narrative of William W. Brown, an American Slave, Londres, Charle (...)

6110 000 exemplaires du récit de Brown vendus en l’espace de deux ans : le chiffre est impressionnant, lorsqu’on considère que « l’ouvrage ne circulait que dans des canaux spécifiques et restreints, qu’il se situait en dehors de l’économie habituelle du livre »158. On peut toutefois inverser la perspective et voir précisément dans ce type de circulation informelle la clé d’une diffusion efficace et pérenne : tandis qu’un éditeur commercial, soumis à la loi de l’offre et de la demande, cesse de promouvoir un ouvrage dès lors que l’intérêt du public semble s’émousser – et qu’il n’est plus rentable de produire des exemplaires –, Brown et, dans une moindre mesure, les abolitionnistes qui l’entouraient continuèrent de vendre Narrative of William W. Brown aussi longtemps que possible, en s’adressant à de nouveaux publics si c’était nécessaire ; la diffusion commerciale n’est pas nécessairement synonyme de chiffres de vente plus élevés. À ce facteur, il faut ajouter la renommée préalable de Brown, qui, comme Douglass, n’était pas un inconnu au moment de la publication de son récit, comme il le rappelle d’ailleurs dans la première édition britannique159. Brown passa cinq années entières sur le territoire britannique et ailleurs en Europe : sa venue avait pour raison officielle la participation au Congrès international pour la paix de Paris, en août 1849, mais il prit la décision de rester en Europe après le passage de la loi sur les esclaves fugitifs de 1850 et ne revint aux États-Unis qu’une fois que des abolitionnistes britanniques eurent acheté sa liberté à son ancien maître Enoch Price. Les années 1849-1854 – en partie racontées dans son récit de voyage Three Years in Europe (1852) – furent pour lui des années d’effervescence intellectuelle, pendant lesquelles il ne cessa d’écrire et d’encourager la diffusion de ses écrits, à commencer par celle de son récit autobiographique.

  • 160 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 7 mars 1848, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 68 ; lettres de (...)
  • 161 Sur Brown et la stéréotypie, voir J. Senchyne, « Bottles of Ink, Reams of Paper : Clotel, Racializ (...)
  • 162 Lettre de Richard D. Webb à « My dear friend », 3 août 1849, BPL, MS A.9.2, vol. 24, no 84.
  • 163 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 192-193, p. 204 et p. 208-212.

62Grâce aux réseaux abolitionnistes transatlantiques qui avaient si bien servi Douglass, Narrative of William W. Brown circula dans les îles Britanniques avant même la venue de Brown à l’été 1849. Samuel May Jr. avait envoyé deux exemplaires de la deuxième édition à son fidèle ami John B. Estlin, et William Lloyd Garrison évoquait à plusieurs reprises le récit dans sa correspondance avec Elizabeth Pease, songeant que celle-ci l’avait peut-être lu160. Lorsqu’il embarqua pour Liverpool le 18 juillet, Brown prit soin d’emporter quelques exemplaires de son livre afin de les distribuer à bord du Canada, ce qui ne causa pas le tollé qu’avait suscité la présence de Douglass quatre ans plus tôt à bord du Cambria. Surtout, il avait avec lui les planches stéréotypées à partir desquelles il avait tiré les différentes éditions de son récit, et qu’il avait prévu de confier à Webb, malgré les réticences de ce dernier, encore hanté par ses échanges houleux avec Douglass. Le procédé de stéréotypie, qui avait rendu possible pendant la décennie précédente la reproduction de documents abolitionnistes à des dizaines de milliers d’exemplaires par l’AASS, trouvait ici un usage complémentaire, dans le sens où il permettait à Brown de faire rapidement tirer des exemplaires de son livre où qu’il se trouvât. Il lui donnait également une forme d’indépendance, puisque Brown n’était pas attaché à un éditeur ou un imprimeur en particulier161. Une fois arrivé de l’autre côté de l’Atlantique, Brown se rendit donc dès que possible à Dublin. Début août, Webb écrivait qu’il était « sur le point de tirer une édition de son récit », avant d’ajouter : « J’espère être en mesure de lui donner satisfaction, & j’espère qu’il sera plus facile de traiter avec lui qu’avec Douglass, qui semblait rongé par le soupçon. »162 Les craintes de l’imprimeur furent bientôt apaisées : Brown s’avérait, à ses yeux, plus simple, plus humble, et moins exigeant que son prédécesseur. La relation commerciale entre les deux hommes connut des hauts et des bas – Webb dut par la suite réclamer à Brown des sommes impayées pour l’impression de son livre – mais fut dans l’ensemble plus sereine que la relation entre Webb et Douglass. Dès le 16 août, à la fin du meeting inaugural de la tournée européenne de Brown, Webb annonçait au public dublinois la parution imminente du récit et l’invitait à passer commande163.

  • 164 Men’s Bill Book of a Dublin Printing Office, 1846-1850, National Library of Ireland, MS 141, p. 13 (...)
  • 165 « The Late Mr. Charles Gilpin, M. P. », Times, 9 septembre 1874.
  • 166 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 217.
  • 167 Ce fascicule accompagnait à l’origine le panorama que Brown fit réaliser dans les îles Britannique (...)
  • 168 Publishers’ Circular, vol. 12, no 287, 1er septembre 1849, p. 294.
  • 169 W. W. Brown, Three Years in Europe ; or, Places I Have Seen and People I Have Met, Londres, Charle (...)

63La page de titre de cette première édition britannique, publiée fin août 1849, porte la mention « eleventh thousand », qui laisse supposer qu’elle fut tirée à 1 000 exemplaires (le chiffre de 11 000 comprend la totalité des éditions publiées de part et d’autre de l’Atlantique). Cela est confirmé par les registres de Webb conservés à la bibliothèque nationale d’Irlande, ce qui nous invite d’ailleurs à considérer tous les chiffres de tirage donnés par Brown (seule source pour les éditions américaines) comme exacts164. La page de titre porte également – et en cela le récit de Brown se distingue de celui de Douglass – un nom d’éditeur londonien, celui de Webb n’apparaissant qu’au verso : cet éditeur était Charles Gilpin, l’un des plus actifs passeurs du récit d’esclave américain dans les îles Britanniques. Issu d’une famille quaker, Charles Gilpin avait pour oncle nul autre que Joseph Sturge, le fondateur de la British and Foreign Anti-Slavery Society, dont il était lui-même membre165. Il œuvrait par ailleurs pour la paix internationale, et c’est justement au congrès de Paris qu’il fit la connaissance de Brown et que durent se décider les détails de leur partenariat éditorial166. En tant qu’éditeur, Gilpin publia et republia de nombreux textes de notre corpus : en plus du récit de Brown, il fit reparaître à Londres, en 1851, The Life of Josiah Henson (1849) et publia les premières éditions de Narrative of the Life of Moses Grandy (1843) et de The Fugitive Blacksmith (1849), le récit de James W. C. Pennington. La publication du récit de Brown n’était d’ailleurs que la première étape d’une relation commerciale durable entre les deux hommes : Gilpin publia également A Description of William Wells Brown’s Original Panoramic Views of the Scenes in the Life of an American Slave (1850)167 et Three Years in Europe (1852). Dans le cas de Narrative of William W. Brown, l’intervention d’un éditeur commercial avait pour effet de rendre le livre plus accessible et plus visible, puisque Gilpin était responsable de sa distribution ; on le trouvait d’ailleurs signalé dans le journal de référence des professionnels du livre, The Publishers’ Circular, ce qui n’avait pas été le cas du récit de Douglass168. Sans doute Brown, dont l’abondante production écrite témoigne d’une certaine ambition littéraire, ne voulait-il pas voir son livre confiné aux seuls canaux réformateurs : il affirme lui-même l’avoir mis « entre les mains des libraires »169, quand Webb s’était efforcé de garder le récit de Douglass « hors » de leurs mains.

  • 170 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 225-226.
  • 171 Biography of an American Bondman, by His Daughter, Boston, R. F. Wallcut, 1856, p. 61 et p. 64.
  • 172 W. W. Brown, Three Years in Europe, ouvr. cité, p. 110-116.

64Que le livre ait été en partie distribué par Gilpin ne signifiait pas que Brown cessait de le diffuser par ses propres moyens. Bien au contraire : l’orateur itinérant, qui se produisait devant des auditoires de plusieurs centaines – voire de plusieurs milliers – de spectateurs, vendait toujours plus d’exemplaires à la fin des meetings auxquels il participait. Ainsi, lors de son tout premier meeting à Croydon, dans la banlieue de Londres, Brown n’écoula pas moins de cinquante exemplaires de son récit en une seule soirée170. Comme Douglass, Brown était extrêmement dépendant de cette source de revenus, dans la mesure où il ne bénéficiait d’aucune affiliation à une association abolitionniste et ne disposait d’aucune ressource en dehors de dons ponctuels et imprévisibles171. Une anecdote narrée dans Three Years in Europe le montre bien. Alors qu’il devait se rendre à Worcester pour un meeting, à l’issue duquel il espérait vendre de nombreux exemplaires de son livre, Brown se retrouva à Londres sans un sou en poche, fatigué, affamé, et ne sachant à qui demander de l’aide. De manière providentielle, un ami qui avait vendu des exemplaires du récit à titre personnel se présenta pour remettre à Brown l’argent gagné… et Brown put se rendre à Worcester pour vendre ses livres, selon un processus toujours recommencé172. On ne peut que souligner la précarité d’une telle vie, que ne doivent pas occulter les tirages importants de Narrative of William W. Brown. En effet, les éditions se succédèrent à un rythme constant, avec sur leur page de titre des chiffres de plus en plus élevés : on trouve pour l’année 1850 une édition « 12 000 » puis une édition « 13 000 » – et en 1851, enfin, une édition « 14 000 », celle-ci différente des précédentes puisque légèrement révisée et intitulée Illustrated Edition of the Life and Escape of Wm. Wells Brown from American Slavery. Cette « huitième » édition, comme l’indiquait la préface (quatre éditions américaines et quatre éditions britanniques), coûtait désormais 1 shilling (contre 2 shillings et 6 pence pour les éditions précédentes), ce qui en faisait une édition « bon marché » susceptible d’être largement distribuée.

  • 173 Biography of an American Bondman, by His Daughter, ouvr. cité, p. 82.

65Mais bientôt Brown publia un nouvel ouvrage, Three Years in Europe, qui éclipsa Narrative of William W. Brown en apportant à son auteur une nouvelle source de revenus173. La publication de ce titre s’accompagna, en outre, d’une évolution dans la façon dont était perçue la production littéraire de Brown, éclairant a posteriori la perception que le public avait pu avoir de son récit. On le voit dans les termes utilisés par Samuel May Jr. pour parler de Three Years in Europe :

  • 174 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 28 février et 9 mars 1853, BPL, MS B.1.6, vol. 14, no 5 (...)

W. W. B. […] a très généreusement envoyé un nombre considérable d’exemplaires de son livre – un ouvrage plaisant & élégant (pensez, un esclave devenu l’Auteur d’un volume aussi spirituel & élégant !) – à ses amis américains – dont un bel exemplaire à moi-même.174

  • 175 Liberator, 3 septembre 1847 ; Leicester Chronicle, 16 août 1851.
  • 176 Liberator, 25 février 1848.
  • 177 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 279-280.
  • 178 Eclectic Review, vol. 4, novembre 1852, p. 617.
  • 179 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 148.

66L’accent est mis, d’abord, sur la belle facture de l’ouvrage, qui contraste avec la simplicité de Narrative of William W. Brown, dont la critique avait plutôt souligné la minceur (« un bref ouvrage », « ce petit livre »175). La forme s’articulait au fond, puisqu’on décèle derrière les adjectifs « plaisant » et « spirituel » une référence à la sophistication cosmopolite de Three Years in Europe, dont le ton général diffère nettement de celui du récit autobiographique : ce dernier ne peut que paraître d’une grande sobriété (« une histoire simple et sans fard »176, selon le cliché d’usage) lorsqu’on le compare au récit de voyage ultérieur, dans lequel Brown raconte notamment ses rencontres mondaines avec les membres de l’aristocratie et de l’intelligentsia européennes (Harriet Martineau, Victor Hugo, Alexis de Tocqueville, la duchesse de Sunderland ou Charles Dickens)177. Il est possible, enfin, que Samuel May Jr. ait cherché à souligner à travers son choix de termes la haute tenue littéraire de l’ouvrage, comme le firent de nombreux critiques dans la presse : « Bien qu’il ne soit jamais allé à l’école de sa vie, il a produit une œuvre littéraire qui ne serait pas indigne d’un homme ayant suivi de longues études »178, pouvait-on lire dans The Eclectic Review. Un tel jugement ne trouvait pas d’équivalent même dans les recensions les plus élogieuses de Narrative of William W. Brown. Non que Brown n’ait pas cherché à faire œuvre littéraire dès la publication de son récit : selon son biographe Ezra Greenspan, il est possible que Brown ait fait appel aux conseils d’Edmund Quincy plutôt qu’à ceux de William Lloyd Garrison (qu’il connaissait pourtant mieux) précisément pour la fibre littéraire du premier, bien connue des abolitionnistes bostoniens179. Mais, comme ce fut le cas pour Douglass, le récit de Brown fut avant tout considéré comme un « petit livre » sans prétention, éphémère de par son format réduit, publié par son auteur dans l’espoir d’en tirer quelque profit pour lui-même et pour sa famille. Sa fonction politique dans le cadre de la lutte antiesclavagiste, qui plus est, primait sur ses éventuelles qualités littéraires.

  • 180 « New Work by William W. Brown », Liberator, 3 février 1854.
  • 181 W. E. Farrison, William Wells Brown : Author and Reformer, Chicago, University of Chicago Press, 1 (...)

67On relèvera à ce propos l’usage que Samuel May Jr. fait du mot « Auteur » (pourvu d’une majuscule) dans sa lettre, un mot qui n’apparaît que de façon fortuite dans les recensions de Narrative of William W. Brown, mais sur lequel les critiques des ouvrages ultérieurs de Brown insistèrent d’une façon nouvelle, comme si l’esclave fugitif n’était devenu un véritable auteur après s’être illustré dans les genres – vraisemblablement considérés comme plus nobles – du récit de voyage et du roman. Ainsi d’une recension de Clotel parue dans le Liberator, qui s’ouvre sur ces mots : « Un esclave fugitif devenu auteur à succès […], voilà un événement surprenant même à cette époque riche en sources d’émerveillement. »180 Sur la page de titre de son ouvrage d’histoire The Black Man (1863), Brown était désigné comme « l’auteur de “clotelle,” “sketches of places and people abroad,” “miralda, or the beautiful quadroon,” etc. » Brown n’avait-il pas aussi été « auteur » de Narrative of William W. Brown ? Selon son premier biographe, William Edward Farrison, Brown lui-même fit pour la première fois référence à son statut d’« auteur » en 1860, sur son registre de mariage, où il fallait inscrire une profession181. L’examen des éditions originales de son récit d’esclave révèle pourtant que Brown n’avait aucune réticence à faire usage de cette appellation dès ses premières années d’écriture : un exemplaire de la première édition conservé à la New York Historical Society porte la dédicace « pour R. H. Conklin, de son ami sincère l’auteur », tandis qu’un exemplaire mutilé conservé à la Wisconsin Historical Society laisse deviner les mots « Respects de l’aut[eur] ». S’il est impossible de tirer des conclusions définitives d’un échantillon aussi réduit, on relèvera malgré tout la récurrence du terme, qui paraît confirmer le désir de Brown de se considérer, dès la publication de son récit, comme « auteur » non seulement au sens technique de « producteur d’un texte », mais également au sens artistique d’« écrivain ».

  • 182 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 272-273.

68On notera que la dernière édition de Narrative of William W. Brown publiée sur le territoire britannique ne le fut pas à l’initiative de Brown, mais à celle de William Tegg, éditeur connu pour sa pratique du piratage littéraire. Parue en 1853, cette édition n’avait nullement été autorisée par Brown, et si bénéfices il y eut, l’auteur n’en fut pas informé182. La date de publication n’est pas anodine : Tegg cherchait à profiter des effets du « phénomène Uncle Tom », comme le firent d’autres éditeurs britanniques et américains au même moment, avec des motivations plus ou moins mercantiles. Tegg n’avait d’ailleurs pas de scrupules à jouer sur tous les tableaux, puisqu’il fit paraître en même temps une édition britannique d’un ouvrage pro-esclavagiste écrit par l’Américain W. L. G. Smith en réponse à Harriet Beecher Stowe, Uncle Tom’s Cabin as It Is ; or, Life at the South : Being Narratives, Scenes, and Incidents, in the Real « Life of the Lowly ».

Recyclages

  • 183 Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, C. Parfait et M.-J. Rossigno (...)
  • 184 Les dernières occurrences se trouvent respectivement dans Liberator, 15 février 1850, et « Book re (...)
  • 185 Lettre de Stephen S. Foster à Abby Kelley Foster, 5 août 1850, American Antiquarian Society, Abiga (...)
  • 186 Lettre de Stephen S. Foster à Abby Kelley Foster, 27 juillet 1851, American Antiquarian Society, A (...)

69Qu’était-il entre-temps advenu de Narrative of William W. Brown aux États-Unis ? L’auteur étant en possession des planches stéréotypées, il était impossible pour Bela Marsh, dernier éditeur américain du récit en date, de publier une nouvelle édition183. Les exemplaires imprimés par Brown avant son départ furent donc peu à peu écoulés, jusqu’à ce que toutes les éditions soient épuisées. En parcourant la presse antiesclavagiste, on voit le récit de Brown disparaître peu à peu de la circulation : il cesse d’être proposé à la vente dans les locaux de la MASS à partir de février 1850 et dans ceux de l’AASS à partir de mai 1850184. Le cas de figure est le même lorsque l’on consulte la correspondance d’activistes abolitionnistes tels que Stephen S. Foster et Abby Kelley Foster, dont nous avons déjà souligné le rôle crucial dans la distribution de documents antiesclavagistes. En août 1850, Stephen pouvait encore envoyer à sa femme vingt exemplaires du récit de Brown185. Près d’un an plus tard, il lui écrivait qu’il ne lui restait plus aucun exemplaire de Narrative of William W. Brown ou de The Anti-Slavery Harp186. L’ouvrage était définitivement épuisé.

  • 187 G. Sanborn, « The Plagiarist’s Craft : Fugitivity and Theatricality in Running a Thousand Miles fo (...)
  • 188 Cf. par exemple Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave, Boston, Published at the Anti-Sla (...)
  • 189 L. L. Cohen, « Notes from the State of Saint Domingue : The Practice of Citation in Clotel », Earl (...)

70L’une des spécificités du récit de Brown est cependant qu’il fit l’objet de nombreux recyclages dans des ouvrages ultérieurs, selon une pratique de l’autocitation caractéristique de son auteur (par ailleurs doublée d’une pratique récurrente du plagiat). Si d’autres récits d’esclaves ont pu circuler sous forme d’extraits reproduits dans des journaux, des almanachs et des brochures antiesclavagistes, participant ainsi à la « culture de la réimpression » dont parle Meredith McGill, ce texte, lui, a beaucoup circulé au sein même des autres écrits de Brown. Ainsi le premier chapitre de Biography of an American Bondman (1856) – biographie prétendument écrite par Josephine Brown, fille de William Wells Brown, mais dont Geoffrey Sanborn a montré qu’elle était probablement l’œuvre de Brown lui-même187 – contient-il des passages de Narrative of William W. Brown reproduits mot pour mot, à quelques exceptions typographiques et stylistiques près188. De manière plus inattendue, Brown utilisa des épisodes de son récit dans des romans et des ouvrages historiques : Lara Langer Cohen signale que le passage du récit où Brown est contraint d’assister un marchand d’esclaves nommé James Walker est réécrit sur le mode comique dans Clotel, où le rôle de Brown est tenu par un personnage fictionnel nommé Pompey (et le marchand d’esclaves renommé Dick Walker) ; elle ajoute que la section intitulée « A Man without a Name » dans The Black Man reprend des éléments autobiographiques pour en faire une notice biographique189. On trouve enfin au seuil de plusieurs des ouvrages de Brown des sections (auto)biographiques qui travaillent et retravaillent inlassablement le récit de vie de Brown : Clotel s’ouvre sur un « Narrative of the Life and Escape of William Wells Brown » d’une cinquantaine de pages, écrit à la troisième personne par Brown et entrelardé de longues citations de Narrative of William W. Brown ; Three Years in Europe, sur un « Memoir of William Wells Brown » rédigé par un certain William Farmer ; The Rising Son (1873), sur un « Memoir of the Author » par Alonzo D. Moore. Il faut encore noter la parution en 1859 d’un fascicule de 36 pages, Memoir of William Wells Brown, an American Bondman, version condensée et passée à la première personne du livre signé Josephine Brown, et insister sur la propension de Brown à réviser à et republier ses textes – on pense en particulier à Clotel, paru sous forme de livre, de dime novel, de feuilleton dans la presse –, démultipliant ainsi les emprunts au récit.

71Une conclusion s’impose : tout au long de sa carrière littéraire Brown injecta dans ses écrits des éléments de son récit de vie, dont il superposa les versions au point d’entraîner confusions et contradictions. Certes, Brown reformulait et adaptait Narrative of William W. Brown plus qu’il ne le reproduisait véritablement. Mais au moins ces textes ultérieurs, écrits à un stade plus avancé de sa carrière, jouèrent-ils le rôle de relais biographique une fois le récit tombé dans les limbes de l’histoire littéraire. En 1884, à la mort de Brown, un nécrologue du Boston Evening Transcript fit la liste des titres publiés par l’auteur :

  • 190 « Recent Deaths », Boston Evening Transcript, 8 novembre 1884.

Auteur prolifique, doté d’un esprit clair et d’une plume alerte, il a publié […] Three Years in Europe, un récit de voyage ; Clotelle ; or, The President’s Daughter, récit de la vie d’une esclave dans les États du Sud ; The Black Man, The Negro in the Rebellion, Sketches of Places and People Abroad et deux pièces de théâtre, intitulées Dough Face et The Escape ; or Leap for Freedom.190

72Nulle trace de Narrative of William W. Brown, pourtant le premier ouvrage auquel on pense aujourd’hui en évoquant le nom de Brown. Difficile de dire s’il s’agit d’un simple oubli ou si le nécrologue n’avait véritablement pas connaissance du récit, éphémère au point de disparaître de la bibliographie de l’auteur. Quoi qu’il en soit, le détail de la vie de Brown survivait à travers ses autres titres, dûment identifiés ; et peut-être faut-il comprendre la pulsion autobiographique de Brown comme une volonté d’enregistrer à tout prix, sous toutes les formes génériques possibles (roman, histoire, biographie) et dans tous les formats (fascicule, livre, presse), le récit d’une vie dont il savait que la mémoire ne perdurerait pas autrement.

Autres récits, autres trajectoires

73Malgré certaines différences importantes entre les deux récits et leurs auteurs, les histoires éditoriales de Narrative of the Life of Frederick Douglass et Narrative of William W. Brown se ressemblent sensiblement. Il ne faudrait pas en déduire que tous les récits d’esclaves publiés à cette époque le furent selon un même dispositif ou dans les mêmes circonstances. Le récit de Henry Bibb circula en partie au sein de réseaux abolitionnistes distincts ; celui de Leonard Black resta cantonné à la région dans laquelle il avait été produit ; Sojourner Truth, enfin, pratiqua un mode de diffusion semblable à celui de Douglass et Brown à une époque plus tardive, alors que le discours antiesclavagiste gagnait en légitimité et que d’autres modes de publication étaient désormais envisageables. Ce sont ces trois exemples que nous allons analyser dans le restant de ce chapitre.

Réseaux parallèles : le récit de Henry Bibb, l’AFASS et les cercles wesleyens

  • 191 Voir la chronologie de la vie de Henry Bibb dans The Life and Adventures of Henry Bibb, an America (...)
  • 192 Lettre de Wendell Phillips à Elizabeth Pease, 11 février 1848, BPL, MS A.1.2, vol. 18, no 15.

74On a vu à travers l’exemple de Frederick Douglass, dont Abby Kelley Foster cessa de distribuer le récit au début des années 1850, que les auteurs de récits d’esclaves n’échappaient pas aux querelles idéologiques qui divisaient le mouvement abolitionniste depuis le schisme de 1840. Tout au moins cela était-il vrai pour les auteurs les plus visibles, celles et ceux durablement engagés dans la lutte contre l’esclavage, au-delà de la seule publication de leur récit (sans sous-estimer la dimension intrinsèquement politique d’un tel acte). Henry Bibb faisait partie de ces activistes noirs. Lorsqu’il fit paraître son récit, Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, an American Slave, en 1849, Bibb s’était depuis longtemps hissé dans les hautes sphères de l’abolitionnisme institutionnel : il se produisait sur le circuit des conférences abolitionnistes depuis 1841, il avait fait campagne pour le Liberty Party dans le Michigan et l’Ohio en 1844-1845, il avait assisté au meeting inaugural du Free Soil Party en 1848191. En un mot, il s’était clairement positionné du côté de l’abolitionnisme politique, c’est-à-dire d’un abolitionnisme fondé sur la création de partis politiques entièrement voués à la question esclavagiste – mode d’action que préconisait l’American and Foreign Anti-Slavery Society (AFASS) mais que dénonçait avec véhémence la faction rivale, l’AASS. Cette ligne de conduite valut à Bibb d’être rejeté sans ménagement par les membres de la branche garrisonienne : pour Wendell Phillips, Bibb n’était qu’un « outil aux mains des hommes du Liberty Party » en qui on ne pouvait avoir aucune confiance192. Dans ces conditions, Henry Bibb ne pouvait guère prétendre à un traitement similaire, en ce qui concerne la publication de son récit, à celui qu’avaient connu Frederick Douglass et William Wells Brown, les deux auteurs ayant été encouragés dans leur entreprise éditoriale par Wendell Phillips, Edmund Quincy, Richard D. Webb et d’autres garrisoniens. Or, malgré son statut d’activiste, Bibb restait un auteur marginal, sans ressources ni accès au milieu de l’édition, et son récit ne pouvait voir le jour sans l’assistance de quelque organisme ou individu abolitionniste. Il faisait ainsi part de ses difficultés – et de son espoir de les surmonter – dans une lettre au philanthrope et homme politique Gerrit Smith :

  • 193 Lettre de Henry Bibb à Gerrit Smith, 30 décembre 1848, Gerrit Smith Papers, Syracuse University, e (...)

Je suis en train d’essayer de publier le récit de ma vie et de celle de ma femme et de ma fille, qui n’ont pour l’instant aucun espoir d’échapper à leur condition d’esclave. Je n’ai aucun moyen d’y arriver seul, mais je ne doute pas que je vais trouver de l’aide, car les gens autour de moi pensent que la publication de ce récit est digne d’être encouragée et qu’elle contribuera […] à la cause antiesclavagiste.193

  • 194 Dans le tableau suivant, les prix sont donnés en cents. Les livres sont désignés par « l », les fa (...)

75C’est finalement auprès de l’AFASS que Bibb trouva l’aide escomptée. Souvent considérée avec un intérêt moindre par les historiens de l’abolitionnisme, l’AFASS joua un rôle non moins négligeable que l’AASS ou la MASS dans la diffusion de récits d’esclaves. Le Liberty Almanac, almanach publié entre 1847 et 1852 pour le compte de l’association, offre un bon aperçu de l’offre de son dépôt de livres, qui fonctionnait en lien étroit avec un cabinet de lecture où pouvaient être gratuitement consultés de nombreux périodiques antiesclavagistes. L’examen des titres disponibles révèle que les récits d’esclaves constituaient une composante essentielle du catalogue. Les principaux récits publiés pendant ces années y figurent, et l’AFASS s’efforçait de proposer de nouveaux titres à mesure de leur parution194.

1847 1848 1849 1850 1851 1852
F. Douglass [?] 37½ (l) 30 (f) 25 (f)
L. et M. Clarke [?] 37½ (l) 25 (f) 25 (f) 25 (f) 25 (f)
W. W. Brown 37½ (l) 25 (f) 25 (f) 25 (f)
H. Watson 12½ (f) 12½ (f) 12½ (f) 12½ (f)
H. Bibb 50 (l) 50 (l) 50 (l)
T. H. Jones 12½ (f)
  • 195 AFASS Minute Book, 9 mai 1849, Amistad Research Center, p. 31.
  • 196 Lettre de Henry Bibb à Lewis Tappan, 4 mars 1850, American Missionary Association Archives, Amista (...)
  • 197 Lettre de Henry Bibb au comité exécutif de l’AFASS, 6 mars 1850, American Missionary Association A (...)

76En ce qui concerne le récit de Bibb, l’AFASS s’impliqua au niveau de la diffusion, comme on le voit dans le tableau, mais plus fondamentalement elle facilita sa publication en accordant à Bibb un prêt de 250 dollars195. Si ce soutien financier s’avéra crucial pour l’auteur, on notera malgré tout qu’il ne s’agissait que d’un prêt et que Bibb autoédita son livre : la page de titre porte la mention « Published by the Author ». Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb ne fut pas publié « par » l’AFASS, et la participation de l’association au processus de publication ne se laisse d’ailleurs guère deviner dans le paratexte du récit. Comme ses prédécesseurs, Bibb dut par la suite mettre à profit ses itinérances pour vendre des exemplaires de son récit et ainsi rembourser son prêt petit à petit. « Je m’en sors très bien avec la vente de mon livre & commence à m’y retrouver »196, écrivait-il en mars 1850 à Lewis Tappan, membre fondateur de l’AFASS. Deux jours plus tard, il adressait une partie du paiement, 25 dollars, au comité exécutif de l’association197. L’existence d’au moins trois éditions publiées entre 1849 et 1850, et le fait que Bibb ait pris la peine de faire fabriquer des planches stéréotypées, laisse penser que l’auteur trouva un public réceptif pour son récit et qu’il écoula ses exemplaires de façon régulière.

  • 198 Sur le positionnement des garrisoniens en matière de religion, voir J. R. McKivigan, The War again (...)
  • 199 The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman, ouvr. cité, p. 363.
  • 200 Voir « Henry Bibb », True Wesleyan, 30 juin 1849 (annonce de parution reproduite dans la plupart d (...)
  • 201 « Books for Cash. – On Sale at this Office », Wesleyan, 17 novembre 1853 ; « Reform Library – 18 c (...)
  • 202 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 95-96.

77Il faut par ailleurs signaler que le prêt accordé à Bibb avait été obtenu grâce à l’intervention de celui qui signa également l’introduction à Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, le révérend Lucius C. Matlack. Avec Orange Scott et Luther Lee, Lucius C. Matlack était à l’origine du schisme qui divisa les méthodistes en 1844 : les trois hommes avaient fait sécession avec l’Église méthodiste épiscopale, jugée trop frileuse dans sa dénonciation de l’esclavage, pour fonder la Wesleyan Methodist Connection. Les leaders de la nouvelle Église wesleyenne nouèrent des liens étroits avec l’AFASS, dont l’orientation religieuse contrastait avec l’anticléricalisme garrisonien198. Tandis que le paratexte ne porte aucun signe distinctif qui pourrait faire penser qu’il a été publié par l’AFASS, il est en revanche discrètement mais indéniablement marqué d’une présence wesleyenne : l’introduction est de la main de Matlack ; le récit fut imprimé par « Macdonald & Lee », le second n’étant autre que Luther Lee, figure emblématique de l’Église wesleyenne, décrit dans le récit de Jermain W. Loguen comme un « fervent abolitionniste »199 ; enfin, l’adresse qui figure en page de titre, le « 5 Spruce Street » à New York, est celle des bureaux du True Wesleyan – journal alors géré par Lee et bientôt repris par Matlack – ainsi que du Wesleyan Book Store, sans doute attenant aux bureaux. Les cercles wesleyens encouragèrent donc la publication, mais aussi la circulation, de Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb. Tout au long de l’année 1849, les pages du True Wesleyan fourmillèrent de références au récit de Bibb, vendu au détail ou en gros au Wesleyan Book Store200. Quatre ans plus tard, le Wesleyan de Syracuse, dans l’État de New York s’apprêtait à inclure le récit dans sa « bibliothèque réformatrice » aux côtés d’une biographie d’Orange Scott et d’Uncle Tom’s Cabin201. C’est encore grâce aux réseaux wesleyens que Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb put être distribué jusque dans le Sud des États-Unis. Jarvis C. Bacon, le missionnaire jugé pour avoir prêté des exemplaires du récit de Douglass à des habitants de Virginie, appartenait à l’Église wesleyenne. Selon Stanley Harrold, lui et les autres missionnaires envoyés dans le Sud par la Wesleyan Methodist Connection, l’American Missionary Association et l’American Baptist Free Missionary Society avaient avec eux non seulement des exemplaires du récit de Douglass, mais aussi de celui de Bibb, issu de leur propre sphère202.

  • 203 Lettre de Gerrit Smith à Henry Bibb, 17 juillet 1849, North Star, 3 août 1849 ; lettre de Lewis Ta (...)
  • 204 « Book Repository », National Anti-Slavery Standard, 5 juillet 1849 ; Liberator, 10 août 1849 et P (...)
  • 205 « More Slave Narratives », art. cité.

78Dans le même temps, le récit circulait au sein des canaux de l’AFASS, qui avait aidé à le faire publier. C’est particulièrement visible lorsqu’on parcourt les archives disponibles : le récit y est souvent associé à des abolitionnistes connus pour leur opposition aux doctrines garrisoniennes. Gerrit Smith faisait part dans une lettre à l’auteur de l’intérêt profond qu’il avait pris à la lecture de son récit ; Lewis Tappan envoya en 1853 plusieurs exemplaires à Louis Alexis Chamerovzow, alors secrétaire général de la British and Foreign Anti-Slavery Society, pendant britannique de l’AFASS ; et le bel exemplaire à motifs dorés conservé à la New York Historical Society porte la signature de James G. Birney, candidat du Liberty Party à l’élection présidentielle de 1844203. Est-ce à dire que les abolitionnistes garrisoniens boycottèrent le récit de Henry Bibb ? Non, car l’ouvrage constituait malgré tout une arme supplémentaire au sein de l’arsenal antiesclavagiste. Il aurait été d’autant plus regrettable de s’en passer que le récit ne contenait pas de référence précise à l’allégeance idéologique de Bibb. Le volume était ainsi en vente dans les lieux habituels : au dépôt de livres de l’AASS à New York, dans les bureaux de la MASS à Boston et dans ceux de la Pennsylvania Anti-Slavery Society à Philadelphie, chez le libraire Bela Marsh à Boston204. Dans le Liberator, William Lloyd Garrison déclarait que « de tous les récits publiés, nul n’est plus palpitant que celui-ci »205.

  • 206 E. Peabody, « Narratives of Fugitive Slaves », art. cité, p. 61.
  • 207 Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, an American Slave, New York, Published by the (...)
  • 208 Ibid., p. xi.
  • 209 T. Parker, « The American Scholar », Centenary Edition of Theodore Parker’s Writings, G. W. Cooke (...)

79Il faut s’arrêter un moment sur le titre de la recension du Liberator (qui groupait le texte de Henry Bibb avec celui de Josiah Henson), moins anodin qu’il n’y paraît : « More Slave Narratives ». Il s’agit là d’une des rares occurrences de l’expression slave narrative dans les discours de l’époque. Garrison ne forgeait pas à proprement parler une nouvelle appellation générique dont la critique littéraire africaine-américaine aurait aujourd’hui hérité, puisque l’expression disparut par la suite, avant de refaire surface au xxe siècle. Mais sa présence témoigne malgré tout du tournant que marqua la publication du récit de Bibb dans la formation d’un corpus désormais assez clairement identifié, celui des récits d’esclaves. Si tant est qu’on puisse dater un tel phénomène, l’année 1849 fut celle de la prise de conscience de l’existence d’une littérature d’un nouveau genre, comme on le constate avec le célèbre article d’Ephraim Peabody publié en juillet 1849, « Narratives of Fugitive Slaves », qui s’ouvre sur ces mots : « L’Amérique a le triste privilège de pouvoir ajouter un nouveau domaine à la littérature mondiale : celui des autobiographies d’esclaves fugitifs. »206 L’article de Peabody n’est en vérité que la pointe émergée de l’iceberg, l’année 1849 ayant vu un foisonnement d’analyses similaires, à commencer par celle de Lucius C. Matlack, qui évoque dans son introduction à Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb les « saisissants » récits écrits par des anciens esclaves, « dépassant de loin la fiction par leur côté pathétique »207. Bibb lui-même, dans sa préface, montre qu’il a lu certains des ouvrages de ses prédécesseurs, lorsqu’il écrit : « On me demandera peut-être pourquoi j’ai écrit cet ouvrage alors que tant d’autres du même type ont déjà été écrits et publiés par d’autres fugitifs. »208 Et c’est également pendant l’été 1849 que le transcendentaliste Theodore Parker prononça son discours « The American Scholar », dans lequel il décrit les « vies d’esclaves fugitifs » comme une production littéraire « indigène et originale »209. Le topos qui consistait à célébrer l’avènement d’une nouvelle littérature typiquement américaine traversa l’Atlantique et gagna l’Angleterre, où il était d’autant mieux reçu que la plupart des récits d’esclaves y étaient republiés par un petit nombre d’individus, Webb et Chapman d’un côté, Gilpin de l’autre, ce qui renforçait le sentiment de parenté entre les textes :

  • 210 Anti-Slavery Reporter, octobre 1849, p. 154.

Un nouveau type de littérature apparu aux États-Unis commence à se faire connaître dans notre pays. Des esclaves ayant fui les horreurs de l’institution esclavagiste américaine racontent leur propre histoire, avec une virtuosité et un pathos qui, pour surprenants qu’ils puissent paraître, nous convainquent que nos frères de couleur, quelle que soit la teinte de leur peau, possèdent de rares talents […].210

80Avec d’autres récits parus au même moment, le récit de Bibb joua donc le rôle de catalyseur dans la cristallisation de ce genre littéraire qu’était le récit d’esclave. Il faut toutefois préciser que ce rapprochement de différents récits sous une même appellation générique (encore flottante) ne pouvait être opéré que par des abolitionnistes à l’affût des dernières publications antiesclavagistes et suffisamment intégrés aux réseaux de diffusion du mouvement pour avoir entendu parler des récits concernés. Même Ephraim Peabody, qui prétend faire une recension des cinq récits d’esclaves de Henry Watson, Lewis et Milton Clarke, William Wells Brown, Frederick Douglass et Josiah Henson, n’évoque dans son article que les deux derniers, comme s’il n’avait pas eu la possibilité de lire les trois autres. Seuls les individus les plus fortement impliqués dans la lutte abolitionniste avaient accès, simultanément, à un nombre significatif de récits, puisqu’ils se trouvaient au carrefour de trajectoires éditoriales distinctes, toutes plus ou moins marginales dans ces années-là. Et encore ces individus ne pouvaient-ils pas avoir accès à tous les récits d’esclaves alors publiés, tant certains circulèrent de façon localisée et en dehors même des réseaux abolitionnistes.

Récits « mineurs » : l’exemple de Leonard Black

81On ne se souvient guère, aujourd’hui, des noms de William Hayden, Leonard Black, Edmond Kelley, William Green ou Peter Randolph. Tous figurent pourtant dans la liste des anciens esclaves ayant écrit, dicté, ou fait l’objet d’un récit (auto)biographique, compilée par William L. Andrews sur le site Documenting the American South. Si l’on se soucie peu de ces récits, c’est en grande partie parce qu’ils ne correspondent pas à l’idée qu’on se fait du récit d’esclave prototypique : certains paraissent anormalement courts (Narrative of Events in the Life of William Green fait 23 pages), d’autres sont dépourvus de « l’enveloppe blanche » qui renferme habituellement le « message noir » (c’est le cas de la première édition de Sketches of Slave Life de Peter Randolph, uniquement préfacée par Randolph lui-même), d’autres encore surprennent par leur structure peu narrative (par exemple le récit patchwork d’Edmond Kelley, A Family Redeemed from Bondage). Ce phénomène d’oubli relatif tient aussi aux conditions de publication, de circulation et de réception de ces récits pendant la période antebellum. Publiés de manière plus ou moins confidentielle, par des auteurs non identifiés au mouvement contre l’esclavage, ces récits ne pénétrèrent pas (ou alors de façon anecdotique) la sphère abolitionniste qui aurait pu être la leur, restant pour ainsi dire à la marge de la marge. Sans l’aide des réseaux abolitionnistes, ils ne pouvaient connaître qu’une diffusion extrêmement limitée, à l’échelon local ; si itinérances il y eut, celles-ci ne laissèrent pas de trace dans la presse abolitionniste, du fait même de l’invisibilité des anciens esclaves concernés. Certains de ces récits, en vérité, semblent avoir été proprement immobiles. Peut-être avaient-ils précisément vocation à être diffusés dans la région où ils avaient été publiés, de façon informelle, afin d’assurer une rémunération à leur auteur. Il est difficile de parvenir à des conclusions précises en l’absence d’archives touchant directement à leur histoire éditoriale, mais l’on peut malgré tout tenter de reconstituer à grands traits les circonstances qui présidèrent à leur publication. Nous prendrons ici l’exemple de Leonard Black.

  • 211 J. T. Kneebone, « Black, Leonard A. », Dictionary of Virginia Biography, J. T. Kneebone et al. éd. (...)
  • 212 K. Grover, The Fugitive’s Gibraltar : Escaping Slaves and Abolitionism in New Bedford, Massachuset (...)
  • 213 The New Bedford Directory, New Bedford, Press of Benjamin Lindsey, 1845, p. 29.

82Publié en 1847, le récit de Black rappelle les récits d’esclaves « classiques » de Douglass et Brown, ne serait-ce que par son titre, The Life and Sufferings of Leonard Black, a Fugitive from Slavery. Written by Himself. Dans sa structure également, il ne diffère pas sensiblement des récits les plus connus : deux chapitres sont consacrés à la vie d’esclave dans le Sud, un chapitre à la fuite dans le Nord, deux chapitres à la vie d’homme libre dans le Nord, et un dernier chapitre consiste en une dénonciation formelle de l’esclavage ; le tout est précédé d’une introduction de Leonard Black et d’une note d’un certain A. M. Macy, dans laquelle l’individu blanc garantit la véracité de la parole noire. La seule véritable différence entre les récits de Douglass et Brown et celui de Black concerne sa longueur, puisque que ce dernier fait 63 pages, contre plus d’une centaine de pages pour l’essentiel des récits considérés aujourd’hui comme canoniques ; d’où ce jugement d’un critique qui décrit le récit de Black comme « un exemple mineur du genre littéraire du récit d’esclave »211. C’est donc moins du côté du fond que de la forme, et plus précisément du côté de son histoire éditoriale, qu’il faut chercher les causes de la marginalisation de The Life and Sufferings of Leonard Black, qui ne figure dans aucune anthologie de récits d’esclaves. On notera tout d’abord la géographie particulière du récit de Black, publié non pas dans un des grands centres abolitionnistes qu’étaient Boston, New York et Philadelphie, mais dans la petite ville de New Bedford, dans le Massachusetts. Assurément, New Bedford n’était pas, en matière de publication de récit d’esclave, un de ces « lieux inattendus » qu’évoque Eric Gardner dans sa monographie éponyme, Unexpected Places : sous forte influence quaker, la ville accueillit au cours des décennies précédant la guerre de Sécession des centaines de fugitifs, qui parfois s’y installèrent de manière permanente. De nombreux auteurs de récits d’esclaves – Frederick Douglass, Harriet Jacobs, William Grimes, Henry Box Brown – y passèrent à un moment ou à un autre de leur vie212, et la ville avait sa propre association antiesclavagiste, la New Bedford Anti-Slavery Society213. Un autre récit d’esclave, celui d’Edmond Kelley, fut publié à New Bedford quelques années plus tard.

  • 214 Ibid., p. 117.
  • 215 A. N. Scott, A Checklist of New Bedford Imprints from 1840 to 1859 with a Historical Introduction, (...)
  • 216 K. Grover, The Fugitive’s Gibraltar, ouvr. cité, p. 131 ; voir également p. 124-126.
  • 217 Ibid., p. 134.

83Hormis la ville de publication, le récit de Leonard Black porte sur sa page de titre la mention « Press of Benjamin Lindsey ». Là encore, il n’était pas question d’un dispositif éditorial de nature commerciale, puisque Benjamin Lindsey gérait en fait l’un des journaux de la ville, le New Bedford Mercury214. Comme d’autres anciens esclaves avant et après lui, Leonard Black fit imprimer son ouvrage sur la presse d’une publication périodique ; la même année, Andrew Jackson, esclave fugitif originaire du Kentucky, s’adressa au propriétaire du Syracuse Star pour faire imprimer ses exemplaires de Narrative and Writings of Andrew Jackson, of Kentucky. Il était courant pour les propriétaires de journaux de réaliser des travaux d’impression à la demande, notamment dans de petites villes comme New Bedford où il n’existait pas (ou peu) d’imprimeurs indépendants, et pour des publications éphémères ou de format réduit telles que rapports, annuaires, textes de discours, sermons, catalogues de bibliothèque et, occasionnellement, récits personnels. Lindsey semble avoir été particulièrement actif en la matière : son nom domine largement la liste des ouvrages publiés à New Bedford entre 1840 et 1859215. Cela explique un fait qui peut paraître surprenant au premier abord : Lindsey, contrairement à de nombreux habitants de New Bedford, garda toujours ses distances avec le mouvement abolitionniste, dont il critiquait à l’occasion les modes d’action. Il avait par exemple dénoncé la grande campagne postale de 1835, qu’il jugeait malvenue, de nature à renforcer l’oppression des esclaves plutôt qu’à contribuer à leur émancipation216. S’il prenait position contre l’esclavage dans le New Bedford Mercury, il ne souscrivait pas pour autant à l’idéologie abolitionniste. Lorsque Lindsey accepta d’imprimer The Life and Sufferings of Leonard Black, il faisait donc avant tout son métier d’imprimeur à la demande, sans nécessairement donner une importance particulière à l’ouvrage. Cet acte comportait aussi une part de charité, Lindsey n’ayant pas été insensible au sort de la communauté noire de New Bedford : il employa un temps l’esclave fugitif William Henry Johnson pour porter le Mercury à ses abonnés217.

  • 218 The Life and Sufferings of Leonard Black, a Fugitive from Slavery, New Bedford, Press of Benjamin (...)
  • 219 B. White, « The Integration of Nantucket Public Schools », Historic Nantucket, vol. 40, no 3, 1992 (...)
  • 220 Andrew M. Macy figure dans la catégorie « Booksellers, Publishers, and Stationers » du New England (...)
  • 221 The Life and Sufferings of Leonard Black, a Fugitive from Slavery, ouvr. cité, p. 2.

84Ce dispositif éditorial n’est pas sans évoquer celui qui avait permis la publication de la première édition du récit de Charles Ball, à Lewistown, en Pennsylvanie. De la même façon que Charles Ball avait été entouré de figures locales (John W. Shugert, Isaac Fisher) qui avaient pris en charge tout le processus éditorial, Leonard Black bénéficia de l’aide de plusieurs individus de la région, dont la présence transparaît aux seuils du texte. Derrière le « A. M. Macy » de la note en début d’ouvrage, il y avait Andrew M. Macy, résident de l’île de Nantucket, au large du Massachusetts – cette même île où, quelques années plus tôt, Frederick Douglass avait prononcé son tout premier discours, à l’issue duquel il fut recruté comme agent de la MASS. Bien que Black ait fait imprimer son ouvrage à New Bedford, le récit laisse entendre qu’il exerçait alors son métier de prédicateur à Nantucket218, où il dut faire la connaissance de Macy, lui-même impliqué dans la culture réformatrice locale et plus spécifiquement dans les combats en faveur de l’abolition de l’esclavage et de l’égalité raciale219. Libraire de profession, Macy servit non seulement de garant à Black, mais il est probable qu’il le fit aussi profiter de son expertise en matière de production et de distribution de livres220. Un troisième acteur, anonyme, intervint à un stade antérieur du texte, comme l’indique Macy dans sa note : un « ami de l’auteur » fut chargé de revoir la ponctuation, de corriger l’orthographe, d’« éliminer les mots et les phrases inutiles, &c. &c. ». Macy assurait que ce correcteur avait tout fait pour garder « quasi inchangé » un texte qui avait pourtant besoin de « corrections considérables »221. Face à de tels propos, on peut se demander dans quelle mesure le récit de Black fut effectivement « écrit par lui-même », comme l’affirme le titre.

  • 222 A Narrative of the Life of Rev. Noah Davis, a Colored Man, Baltimore, John F. Weishampel Jr., 1859 (...)
  • 223 V. Loggins, The Negro Author, ouvr. cité, p. 229. Voir encore The Narrative of Lunsford Lane, Form (...)

85Malgré l’intervention d’un correcteur, Black joua un rôle actif à toutes les étapes de l’histoire éditoriale de son récit, quand Ball était resté en position d’observateur passif. Sa capacité de décision et d’action se perçoit par exemple dans l’introduction, où l’ancien esclave dit clairement avoir eu l’initiative de la publication de son récit : « J’ai publié ce récit de ma vie et des épreuves que j’ai traversées dans l’espoir d’en tirer un bénéfice suffisant pour me permettre de poursuivre mon instruction, et ainsi de me rendre plus utile en tant que prédicateur » (p. 3). Black s’inscrivait dans une démarche volontariste de publication à des fins financières, avec pour but ultime de pouvoir parfaire une éducation encore « insuffisante », selon le terme utilisé par Macy dans la note qui précède l’introduction de Black (p. 2). Le motif politique de dénonciation de l’esclavage n’est pas invoqué, comme s’il ne s’agissait pas là de l’élément principal ; que Black ait été esclave justifie qu’il fasse le récit de sa vie – son existence mouvementée (suggérée par le titre) mérite d’être racontée – mais cela ne fait pas de son récit un ouvrage à visée essentiellement abolitionniste. L’architecture d’ensemble du livre porte la marque de ce positionnement ambigu : on ne peut manquer d’être frappé, à la lecture, par l’absence de transition entre les cinq premiers chapitres, où Black raconte son parcours de manière factuelle (même lorsqu’il est question de châtiments corporels particulièrement violents), et le sixième et dernier chapitre, dénonciation morale de l’esclavage qui donne l’impression d’avoir été greffée artificiellement au reste du récit. « Je vais désormais dire quelque chose de l’esclavage. Je ne dirai que ce que je sais être vrai. L’esclavage est un système cruel » (p. 50) : ainsi commence le dernier chapitre, comme si Black n’avait pas, jusqu’ici, véritablement parlé d’esclavage et qu’il se sentait obligé d’en dire un mot avant de clore définitivement son récit. Les motifs économique et religieux, pour Black, paraissaient prévaloir sur le motif politique – ce qui ne signifie pas que ce dernier ait été inexistant. De nombreux récits d’esclaves « mineurs » donnent à entendre un discours similaire, mettant en avant le motif économique et insistant de manière plus ou moins nette sur le motif politique. Ainsi de Noah Davis, dont la note en début d’ouvrage est uniquement axée sur la nécessité de trouver les fonds nécessaires à l’émancipation de sa famille222. Certes, A Narrative of the Life of Rev. Noah Davis, a Colored Man est un cas particulier dans la mesure où le livre, publié dans le Sud, ne dit rien des horreurs de l’esclavage ; les mots d’« esclave » ou d’« esclavage » n’apparaissent pas même dans le titre, peut-être parce que l’auteur espérait vendre son récit sur place223. Mais il a le mérite d’attirer l’attention sur la place centrale des motivations économiques dans la publication des récits d’esclaves, souvent sous-estimées au profit des seules motivations politiques inévitablement ajoutées par les abolitionnistes blancs. Dans le cas des récits « mineurs », ceux-ci jouèrent un rôle relativement périphérique dans la publication et la circulation de récits d’esclaves qui constituaient, avant tout, une source de revenus pour des auteurs parfois en situation d’extrême précarité financière.

  • 224 A. Rohrbach, Truth Stranger than Fiction, ouvr. cité, p. 46.

86La présence insistante du thème de l’argent dans le paratexte et le texte des récits d’esclaves les moins connus a bien été notée par la critique Augusta Rohrbach, qui voit là l’une des prémices de l’obsession monétaire caractéristique des œuvres du réalisme américain. Son analyse est toutefois problématique dans la mesure où, selon Rohrbach, c’est « l’énorme succès des récits d’esclaves »224, leur omniprésence dans le paysage littéraire de l’époque, qui aurait occasionné un transfert thématique depuis les œuvres de Noah Davis et Thomas H. Jones vers celles de William Dean Howells et Edith Wharton (pour ne citer que les exemples qu’elle développe). S’il existe une filiation entre ces auteurs, celle-ci ne nous paraît pas pouvoir s’expliquer par la prétendue popularité des récits de Henson, Jones ou – pour en revenir à notre étude de cas – Black. Au contraire, c’est plutôt sa totale invisibilité qui fait la spécificité de ce récit : on ne trouve pas la moindre référence au livre, ou simplement à la personne de l’auteur, dans la presse abolitionniste de la fin des années 1840 ; le récit n’était pas en vente dans les grands dépôts de livres antiesclavagistes (ceux de Boston, New York et Philadelphie) ; il ne faisait pas l’objet de discussions dans la correspondance des activistes noirs ou blancs les plus en vue. Peut-être vendait-on des exemplaires de The Life and Sufferings of Leonard Black dans les locaux de la New Bedford Anti-Slavery Society ; peut-être Macy avait-il quelques exemplaires à disposition sur les étagères de sa librairie ; peut-être le Nantucket Inquirer signala-t-il la parution du récit de Black à la fin de l’année 1847. Dans tous les cas, le récit de Black n’a pu circuler que de façon extrêmement localisée et selon un mode de distribution artisanal : vente porte à porte, échange entre proches, etc. Contrairement à Douglass, Brown, Bibb ou Truth, Leonard Black semble avoir mené une existence d’homme libre plutôt sédentaire, ce qui limitait inévitablement la circulation de son récit. L’abscence d’itinérance ainsi que le soutien quasi inexistant des leaders du mouvement abolitionniste (que Black n’a peut-être jamais eu l’occasion de rencontrer) ont donc causé et entretenu l’invisibilité du récit dans les archives et, partant, dans la critique littéraire africaine-américaine.

Persistance du modèle artisanal dans les années 1850 : le cas de Sojourner Truth

  • 225 G. W. Offley Papers, American Antiquarian Society, t. 1.

87Nous avons fait des années 1840 la décennie emblématique des récits d’esclaves autoédités ou publiés à compte d’auteur, parfois de façon locale, disséminés au gré des itinérances de l’auteur et éventuellement au sein de réseaux abolitionnistes nationaux ou locaux, radicaux ou conservateurs – ce qu’on a désigné comme un modèle artisanal de production et de distribution du récit d’esclave, par opposition au modèle propagandiste qui prévalut dans les années 1830 et au modèle commercial qui se développa dans les années 1850. Il serait cependant vain de vouloir réduire tel modèle à telle décennie : même après la publication d’Uncle Tom’s Cabin en 1852 et l’ouverture de certains éditeurs commerciaux (en nombre limité) à la littérature antiesclavagiste, de nombreux anciens esclaves eurent recours à des modes de publication semblables à ceux de Douglass, Brown, Bibb ou Black. En 1859, G. W. Offley déboursa ainsi 23,44 dollars auprès des imprimeurs Case, Lockwood & Co., localisés à Hartford, dans le Connecticut, pour faire tirer 1 000 exemplaires de A Narrative of the Life and Labors of the Rev. G. W. Offley, a Colored Man, un court fascicule de 24 pages. Plus précisément, Newton Case et James Lockwood avancèrent la somme nécessaire à l’ancien esclave, qui la remboursa au fur et à mesure des ventes effectuées, d’abord par deux versements de 5 dollars en juillet et août 1859, puis par un versement final de 13,44 dollars en janvier 1860225. De tels arrangements n’étaient possibles qu’avec des imprimeurs sensibles au sort des Africains-Américains, ce qui semble avoir été le cas de Case et Lockwood, qui publièrent pendant la guerre de Sécession un autre récit d’esclave, Life of James Mars, a Slave Born and Sold in Connecticut (1864).

  • 226 Voir par exemple J. M. Humez, « Reading The Narrative of Sojourner Truth as a Collaborative Text » (...)
  • 227 Sur le contexte d’écriture du récit, déjà bien documenté, voir N. I. Painter, Sojourner Truth : A (...)
  • 228 Lettre de Sojourner Truth à William L. Garrison, 28 août 1851, BPL, MS A.1.2, vol. 20, no 110.

88Le cas de Sojourner Truth est quant à lui d’autant plus intéressant que l’histoire éditoriale de Narrative of Sojourner Truth couvre l’avant et l’après-Uncle Tom. Publié pour la première fois en 1850, le récit de Truth diffère de ceux déjà étudiés dans ce chapitre en ce qu’il ne fut pas écrit par Truth elle-même ; ce serait une erreur de croire que le modèle artisanal ne peut s’accommoder que de textes intimement liés – par le geste d’écriture notamment – à la personne de leur auteur. Truth semble avoir entretenu un lien fort avec son propre récit, même si elle le dicta à un scripteur, et une partie de la critique a d’ailleurs mis l’accent sur la nature collaborative du processus d’écriture de ce récit plutôt que sur la relation hiérarchique habituellement décrite entre scripteur blanc (dominant) et ancien esclave noir (dominé)226. Ce scripteur était une femme, Olive Gilbert, figure méconnue du mouvement abolitionniste, qui avait notamment appartenu à l’une des nombreuses communautés utopiques qui se créèrent dans l’Amérique antebellum, la Northampton Association of Education and Industry, fondée dans le Massachusetts en 1842. C’est à Northampton que Gilbert fit la connaissance de Truth et c’est là que fut conçu le récit227. En ce qui concerne la publication, les deux femmes firent appel à l’un des visiteurs réguliers de la communauté de Northampton, et non des moindres puisqu’il s’agissait de William Lloyd Garrison. Celui-ci, qui rédigea une courte préface au récit, servit d’intermédiaire entre Sojourner Truth et celui qui devait imprimer son livre, J. B. Yerrinton, alors imprimeur du Liberator au 21 Cornhill, à Boston. Comme Douglass et Brown avant elle, Truth confia la fabrication des exemplaires de Narrative of Sojourner Truth à un imprimeur qui avait l’habitude de travailler avec les abolitionnistes, en l’occurrence l’un des plus fidèles et surtout l’un des plus proches physiquement et idéologiquement du milieu garrisonien. Comme Douglass et Brown, toutefois, elle dut financer elle-même son projet éditorial : la page de titre de la première édition porte la mention explicite « Printed for the Author ». L’une des rares lettres connues datant de l’époque de la publication révèle que Yerrinton lui fit en fait crédit, de la même façon que Case et Lockwood firent crédit à Offley quelques années plus tard228. Cette lettre donne aussi à voir de manière exemplaire la logistique complexe mise en œuvre par les anciens esclaves pour assurer la diffusion de leur récit :

Je n’ai vendu qu’un nombre limité de livres pendant l’été mais je pense que je ferai mieux lors des conventions qui sont en train de se tenir – Pourriez-vous s’il vous plaît m’envoyer via John Skinner à Ravenna [dans l’Ohio] 600 exemplaires du livre – Mon colis perdu m’a coûté 7 dollars. Il était presque à moitié plein de papier & de copeaux de bois – N’en envoyez pas tant la prochaine fois, je n’aime pas payer les frais de port[.]

89Ouvrages perdus ou abîmés, envois coûteux ou retardés, nécessité de passer par de multiples intermédiaires… autant d’obstacles inévitablement liés à un mode de diffusion itinérant.

  • 229 « Patronise Her », Liberator, 6 septembre 1850 ; « Just Published », Liberator, 26 avril 1850.
  • 230 Narrative of Sojourner Truth, a Northern Slave, Boston, Printed for the Author, 1850, p. 144 (trad (...)
  • 231 M.-J. Rossignol, « La fin de l’esclavage à New York ou le contexte du récit de Sojourner Truth, un (...)

90Truth est indéniablement l’une des principales représentantes de ce mode de diffusion. Contrairement à ce qui s’était passé pour Douglass et Brown, la distribution (assez efficace dans l’ensemble) de Narrative of Sojourner Truth passa quasi exclusivement par la vente de la main à la main et très peu par les canaux abolitionnistes d’usage. Tandis que le récit de Douglass avait fait l’objet de nombreux articles dans le Liberator en 1845, celui de Truth y fut à peine mentionné en 1850 : on trouve en tout et pour tout un entrefilet saluant la publication du récit et une annonce de parution reproduite pendant quelques semaines entre avril et juin (qui indiquait malgré tout que le livre était en vente dans les bureaux de la MASS)229. Cette promotion d’ampleur limitée rappelle davantage celle du récit de voyage de Nancy Prince, A Narrative of the Life and Travels, of Mrs. Nancy Prince (1850), dont la parution était discrètement signalée dans les pages du Liberator au même moment, que celle de Narrative of the Life of Frederick Douglass. Elle surprend d’autant plus que Garrison insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de venir en aide à Truth en achetant son opuscule – dans l’entrefilet du Liberator, dans les annonces de parution, mais aussi à l’intérieur du livre, qui se termine sur ces lignes : « Toute aide ou coopération qu’elle recevra pour la vente de son Récit, ou sous une autre forme, sera, j’en suis sûr, bien fondée. »230 Faut-il y voir une volonté délibérée de la part de Truth de garder la main sur la distribution de son récit, ou une forme de désintérêt de la part des leaders du mouvement abolitionniste, Garrison excepté ? Si désintérêt il y eut, celui-ci s’explique peut-être par le contenu du récit, qui, comme plusieurs récits étudiés au chapitre précédent, n’évoque pas directement l’institution esclavagiste sudiste : Narrative of Sojourner Truth raconte (à la troisième personne) l’histoire d’une esclave d’un État du Nord, celui de New York, où l’esclavage fut définitivement aboli en 1827 ; il est possible que les abolitionnistes new-yorkais en particulier n’aient pas souhaité encourager activement la promotion d’un récit qui les ramenait au passé esclavagiste de la région où ils résidaient. Marie-Jeanne Rossignol note par ailleurs que la moitié du texte de 1850 porte sur l’expérience spirituelle de Sojourner Truth, laissant de côté les préoccupations esclavagistes pour évoquer le contexte du Second Grand Réveil évangélique231. Ainsi Narrative of Sojourner Truth pouvait-il difficilement être considéré comme un texte approprié pour dénoncer l’esclavage tel qu’on le pratiquait alors dans le Sud des États-Unis.

  • 232 Lettre de Sojourner Truth à William Lloyd Garrison, 11 avril 1864, BPL, MS A.1.2, vol. 33, no 406.
  • 233 « George Thompson in Union Village », Liberator, 28 février 1851 ; « Notes from the Lecturing Fiel (...)
  • 234 Narrative of Sojourner Truth ; A Bondswoman of Olden Time, Boston, Published for the Author, 1875, (...)

91Que les abolitionnistes n’aient pas participé à la diffusion du récit ne signifie pas qu’ils aient refusé de le lire lorsque le récit venait à eux. La presse abolitionniste regorge de témoignages attestant l’intérêt du public pour cette figure perçue à l’époque comme excentrique, voire « exotique ». Tout au long des années 1850, Truth arpenta le Nord des États-Unis, parcourant des centaines de kilomètres pour se rendre à toutes sortes de conventions et de meetings abolitionnistes où elle avait l’occasion de vendre ses livres. Son itinérance fut facilitée dans un premier temps par William Lloyd Garrison et l’abolitionniste britannique George Thompson, qui en 1851 invitèrent Truth (alors très endettée par la publication de son livre) à se joindre à eux pour une série de conférences dans l’État de New York232. Les comptes rendus publiés dans la presse à propos de cette tournée et de celles qui suivirent étaient unanimes : le public achetait avec grand intérêt Narrative of Sojourner Truth. « Cette femme sans éducation a parlé pendant un bref moment dans son style particulier et a été chaleureusement accueillie par le public, qui s’est pressé autour d’elle pour acheter ses livres », commentait l’abolitionniste George W. Putnam depuis Union Village, New York ; même constat à Augusta, Ohio, où les membres de l’assistance, « captivés » par Truth, achetèrent « un grand nombre d’exemplaires de son livre » ; et encore, cinq ans plus tard, à Boston : « Elle s’en est sans aucun doute très bien sortie avec son livre, que les abolitionnistes ont acheté avec enthousiasme ».233 Tout en restant centrée sur la sphère réformatrice, cette diffusion dépassait le cadre de l’abolitionnisme pour investir à l’occasion d’autres mouvements, celui en faveur des droits des femmes par exemple. La veille du jour où elle prononça son célèbre discours « Ain’t I a Woman ? », lors de la convention pour les droits des femmes qui se déroula en mai 1851 à Akron, dans l’Ohio, Sojourner Truth vendait des exemplaires de son récit, comme le rappelle la féministe (abolitionniste) Frances D. Gage234.

  • 235 A. Rohrbach, « Profits of Protest : The Market Strategies of Sojourner Truth and Louisa May Alcott (...)
  • 236 C. Raynaud, « L’ombre et la substance : le récit de Sojourner Truth », Revue du philanthrope, no 5 (...)
  • 237 Nombreux sont les auteurs africains-américains à avoir fait appel à Stowe pour introduire leur ouv (...)

92La singularité de Truth est qu’elle semble avoir privilégié une diffusion directe à tout autre mode de publication impliquant la participation d’intermédiaires. Dans un article comparant les stratégies promotionnelles de Louisa May Alcott, auteure des Quatre Filles du docteur March, et Sojourner Truth, Augusta Rohrbach brosse un portrait tout à fait particulier de la seconde, dont elle souligne le « sens aiguisé du marché du livre » : l’ancienne esclave aurait choisi l'autoédition afin de garder la main sur la propriété de son texte et sur les planches stéréotypées, elle aurait fixé un prix bas de manière à être plus concurrentielle, elle aurait cherché à éviter le piratage de son récit235. Une telle interprétation suppose que Truth avait le choix d’autres modes de publication, ce qui n’était pas nécessairement le cas au tout début des années 1850 ; elle s’appuie, qui plus est, sur des données en partie erronées (le prix de Narrative of Sojourner Truth, 25 cents, est à l’époque le prix normal pour un livre de ce type). Il faut cependant reconnaître que Truth donne l’impression, lorsqu’on parcourt les archives, d’avoir été particulièrement soucieuse d’assurer elle-même la distribution de son récit, sans doute parce que c’était le seul moyen d’en tirer un bénéfice immédiat ; elle vendait en même temps des portraits photographiques la représentant (ce qu’on appelait alors des « cartes de visite »). Claudine Raynaud évoque à ce propos sa « préoccupation matérielle, légitime pour une femme qui a travaillé comme domestique toute sa vie », et qui la conduisit à rechercher « une certaine indépendance financière »236. On remarque notamment que Truth fit réimprimer son récit à plusieurs reprises tout au long des années 1850 – en 1853, 1855 et 1857 – toujours selon le même mode de publication : les éditions, publiées à New York et Boston, portent indifféremment les mentions « Printed for the Author » ou « Published for the Author ». Dans le contexte de la « fièvre Uncle Tom » qui s’empara du Nord des États-Unis à partir de 1852, il aurait été possible pour Sojourner Truth de faire republier son récit par un éditeur tel que John P. Jewett, responsable de la parution d’Uncle Tom’s Cabin : elle était après tout suffisamment au fait de l’actualité littéraire pour solliciter une introduction inédite de la part de Harriet Beecher Stowe, qu’elle ajouta à l’édition publiée en 1855 de Narrative of Sojourner Truth237. Mais une publication par un éditeur commercial aurait signifié le sacrifice de cette indépendance à laquelle Truth tenait tant, des gains peut-être moindres ou en tout cas moins maîtrisés et – qui sait – une atteinte à la matière même de son récit.

93Car Truth fut justement victime, par la suite, de certaines libertés prises par Stowe avec le récit de sa vie. Dans un célèbre article intitulé « Sojourner Truth, the Libyan Sibyl », publié en avril 1863 dans l’Atlantic Monthly, l’auteure d’Uncle Tom’s Cabin présentait Truth en des termes pour le moins trompeurs, affirmant par exemple qu’elle était née en Afrique. Truth s’empressa de répondre à Stowe par le biais d’une lettre envoyée à James Redpath, propriétaire du Commonwealth de Boston :

  • 238 « Letter from Sojourner Truth », Commonwealth, 3 juillet 1863.

Le récit que Mrs. Stowe a fait à mon propos n’est pas tout à fait correct. Elle affirme à un moment que je suis née en Afrique. Ma grand-mère et la mère de mon mari sont originaires d’Afrique, mais pas moi ; elle a dû mal me comprendre, mais vous trouverez dans mon livre un récit exact.238

  • 239 N. I. Painter, Sojourner Truth, ouvr. cité, p. 162-163.
  • 240 A. Rohrbach, Thinking Outside the Book, Amherst, University of Massachusetts Press, 2014, p. 32.

94Et Truth de proposer à Redpath d’envoyer à la rédaction du Commonwealth six exemplaires de son récit à 25 cents pièce239. À la diffusion d’informations biographiques incorrectes à son propos, Truth répondait en exhibant son livre, réceptacle d’une vérité trop prompte à être déformée par une romancière abolitionniste préférant la construction d’un mythe au respect de la réalité. L’autoédition de Narrative of Sojourner Truth et la mainmise relative qu’elle garda sur sa distribution permirent donc à Truth non seulement d’en tirer un profit régulier – comme Douglass, elle put s’acheter une maison grâce aux bénéfices de la vente de son récit – mais, plus essentiellement, de préserver l’intégrité de sa vie au regard de l’histoire et de la postérité. La précarité financière se doublait ainsi d’une précarité mémorielle, deux formes de marginalité que Truth parvint à surmonter, ayant compris que « la véritable puissance du livre tient dans sa capacité à produire la mémoire et donc l’histoire »240.

Notes

1 N. I. Painter, recension de William Wells Brown : An African American Life d’E. Greenspan, New York Times, 14 novembre 2014, en ligne.

2 J. B. Stewart, Holy Warriors, ouvr. cité, chap. 4 ; H. Mayer, All on Fire, ouvr. cité, chap. 13.

3 R. G. Walters, The Antislavery Appeal : American Abolitionism after 1830, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1976, p. 3-6.

4 Cité par H. Mayer, All on Fire, ouvr. cité, p. 366.

5 S. M. Robertson, Hearts Beating for Liberty : Women Abolitionists in the Old Northwest, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2010, chap. 5.

6 S. Harrold, The Abolitionists and the South, 1831-1861, Lexington, University Press of Kentucky, 1995, chap. 5.

7 National Anti-Slavery Standard, 20 août 1853.

8 Proceedings of the American Anti-Slavery Society, at Its Second Decade, New York, 1854, p. 11-12.

9 Voir J. Barker, « Prospectus », Interesting Memoirs and Documents Relating to American Slavery, and the Glorious Struggle Now Making for Complete Emancipation, ouvr. cité, p. 1-4.

10 Annual Reports of the American Anti-Slavery Society, by the Executive Committee, for the Year Ending May 1, 1857, and May 1, 1858, New York, 1859, p. 189-191. Voir également B. Quarles, Black Mosaic : Essays in Afro-American History and Historiography, Amherst, University of Massachusetts Press, 1988, p. 70.

11 « The Anti-Slavery Tracts », Liberator, 16 mars 1855.

12 Voir par exemple « Tracts of the American Anti-Slavery Society », National Anti-Slavery Standard, 5 mai 1855.

13 F. E. Dudden, Fighting Chance : The Struggle over Woman Suffrage and Black Suffrage in Reconstruction America, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 23.

14 « Letter from William Goodell », Liberator, 21 octobre 1853.

15 Sixteenth Annual Report, Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, Boston, 1848, p. 48 ; lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 29 avril 1850, BPL.

16 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 68-69. Sur l’iconographie de la main marquée au fer, voir M. Wood, Blind Memory, ouvr. cité, p. 246-250.

17 Liberator, 20 février 1846.

18 « Letter from Jonathan Walker », National Anti-Slavery Standard, 25 mars 1847.

19 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 70.

20 « Captain Drayton », Liberator, 30 décembre 1853.

21 J. F. Pacheco, The Pearl : A Failed Slave Escape on the Potomac, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2005, p. 238.

22 Liberator, 12 septembre 1845.

23 The Branded Hand. Trial and Imprisonment of Jonathan Walker, at Pensacola, Florida, for Aiding Slaves to Escape from Bondage, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1845, p. v.

24 J. N. Heermance, William Wells Brown and Clotelle : A Portrait of the Artist in the First Negro Novel, Hamden, Archon Books, 1969, p. 114.

25 A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil (Points), 1989, p. 14.

26 A. Fabian, The Unvarnished Truth : Personal Narratives in Nineteenth-Century America, Berkeley, University of California Press, 2000.

27 On associe fréquemment l’expression « écrit par lui-même/elle-même » aux seuls récits d’esclaves. En réalité, elle figure dans les titres de nombreux ouvrages attribués à des auteurs – souvent marginaux – dont le niveau d’éducation ou le statut social pouvaient conduire les lecteurs à douter de l’authenticité de leur récit.

28 J. W. Crowley éd., Drunkard’s Progress : Narratives of Addiction, Despair, and Recovery, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1999, p. 3-4.

29 « The Life Insurance », Massachusetts Spy, 6 janvier 1847. Voir E. Knowles, « Truth », Oxford Dictionary of Phrase and Fable, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 739-740.

30 Chains and Freedom, ouvr. cité, p. ; W. W. Brown, Clotel ; or, The President’s Daughter, Londres, Partridge & Oakey, 1853, chap. 23.

31 Narrative of Charles T. Woodman, a Reformed Inebriate, Boston, Theodore Abbot, 1843, p. v‑vi.

32 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil (Points), 1987, p. 210-212. Le terme est emprunté à Georg Christoph Lichtenberg.

33 J. W. Crowley, « Slaves to the bottle : Gough’s Autobiography and Douglass’s Narrative », The Serpent in the Cup : Temperance in American Literature, D. S. Reynolds et D. J. Rosenthal éd., Amherst, University of Massachusetts Press, 1997, p. 121.

34 The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman, ouvr. cité, p. 93-94.

35 L. Gara, « The Professional Fugitive in the Abolition Movement », Wisconsin Magazine of History, vol. 48, no 3, 1965, p. 196-204.

36 D. M. Scott, « Print and the Public Lecture System, 1840-1860 », Printing and Society in Early America, W. L. Joyce et al. éd., Worcester, American Antiquarian Society, 1983, p. 278-299.

37 R. R. Thomas, « Locating Slave Narratives », The Oxford Handbook of the African American Slave Narrative, J. Ernest éd., ouvr. cité, p. 329-335.

38 The Experience of Rev. Thomas H. Jones, Who Was a Slave for Forty-Three Years, 2e édition, Boston, A. T. Bliss & Co., 1880, p. lxxviii.

39 C. P. Ripley éd., The Black Abolitionist Papers, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1986, t. 2, p. 135, note 4.

40 H. E. Wilson, Our Nig ; or, Sketches from the Life of a Free Black, Boston, Printed by Geo. C. Rand & Avery, 1859, p. 3.

41 Ibid., p. 137.

42 E. Gardner, « “This Attempt of their Sister” : Harriet Wilson’s Our Nig from Printer to Readers », The New England Quarterly, vol. 66, no 2, 1993, p. 226-246 ; « Of Bottles and Books : Reconsidering the Readers of Harriet Wilson’s Our Nig », Harriet Wilson’s New England : Race, Writing, and Region, J. Boggis et al. éd., Durham, University of New Hampshire Press, 2007, p. 3-26.

43 Pennsylvania Freeman, 15 juin 1854.

44 W. S. McFeely, Frederick Douglass, New York, W. W. Norton & Company, 1991, p. 115.

45 G. Fulkerson, « Textual Introduction », J. W. Blassingame et al. éd., Frederick Douglass Papers, New Haven, Yale University Press, 1999, série II, t. 1, p. 90-91. Les références suivantes aux Frederick Douglass Papers sont données sous la forme : FDP II, 1, p. 90-91.

46 Lettre de Wendell Phillips à Elizabeth Pease, 24 février 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 17.

47 Fourteenth Annual Report Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, Boston, 1846, p. 50-51.

48 Voir l’itinéraire établi par G. P. Lampe, Frederick Douglass : Freedom’s Voice, 1818-1845, East Lansing, Michigan State University Press, 1998, p. 293-307.

49 R. S. Levine, The Lives of Frederick Douglass, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2016, p. 41.

50 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1845, p. viii (traduit par N. Baillargeon et C. Santerre).

51 Lettre de Lydia Maria Child à Louisa Loring, 22 juin 1845, M. Meltzer et P. G. Holland éd., Lydia Maria Child : Selected Letters, 1817-1880, Amherst, University of Massachusetts Press, 1982, p. 223 ; New York Daily Tribune, 10 juin 1845.

52 H. Mayer, All on Fire, ouvr. cité, p. 350.

53 Governing Documents and Records of the New England Anti-Slavery Society, BPL, MS F.A.31, vol. 2 ; Fourteenth Annual Report Presented to the Massachusetts Anti-Slavery Society, ouvr. cité, p. 44.

54 Les exemplaires courants du récit de Douglass ne portent pas de nom d’imprimeur. Les noms de Dow & Jackson apparaissent toutefois sur plusieurs exemplaires de ce qui semble être une édition « bon marché » (cheap edition) du récit, dont un exemplaire daté de 1845 à la Massachusetts Historical Society et un exemplaire daté de 1847 à la New York Historical Society. Successeurs d’Isaac Knapp, Moses A. Dow et Leonard Jackson, dont l’établissement se trouvait au 14 Devonshire Street, avaient entre autres imprimé plusieurs rapports annuels de la MASS, et il est donc possible que l’association les ait directement contactés pour la fabrication du livre. Sur la succession Isaac Knapp / Dow & Jackson, voir Liberator, 7 août 1840.

55 Voir F. Douglass, My Bondage and My Freedom, New York, Miller, Orton & Mulligan, 1855, p. 362-363.

56 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave [Boston, 1845], ouvr. cité, p. xv (traduit par N. Baillargeon et C. Santerre).

57 Notre analyse est exactement inverse à celle récemment développée par Robert S. Levine dans le premier chapitre de The Lives of Frederick Douglass, où le critique affirme que la MASS a joué un rôle fondamental dans la production de la première édition de Narrative of the Life of Frederick Douglass ; ce n’est que par la suite, avec ses autres volumes autobiographiques, que Douglass aurait « repris la main » sur son récit. La démonstration de Levine est tout à fait convaincante lorsqu’on ne considère que les écrits de Douglass. Notre approche se distingue cependant de la sienne en ce qu’elle prend en compte l’ensemble des récits d’esclaves (et notamment celui de James Williams), ce qui explique des lectures aussi divergentes, mais chacune valide à sa façon.

58 G. P. Lampe, Frederick Douglass, ouvr. cité, p. 276-278.

59 R. Williams, The Sociology of Culture, Chicago, University of Chicago Press, 1995, p. 44-45.

60 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, chap. 1.

61 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Dublin, Webb and Chapman, 1845, p. iii.

62 National Anti-Slavery Standard, 19 juin 1845 ; « The National Anti-Slavery Bazaar », Liberator, 19 décembre 1845 ; « Anti-Slavery Books », Anti-Slavery Bugle, 26 mars 1847 ; Albany Evening Journal, 12 juin 1845 ; lettre de Mary E. Miles à Maria Weston Chapman, 3 décembre 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, no 126 ; « Books on Capital Punishment, &c. », Liberator, 11 septembre 1846 ; « Books », Liberator, 24 mai 1850 ; New York Evangelist, 26 juin 1845 ; « Anti-Slavery Books », Anti-Slavery Bugle, 8 septembre 1849.

63 « The Boston Olive Branch », Liberator, 2 janvier 1846. L’article de l’Olive Branch auquel il est fait référence est une attaque contre Frederick Douglass.

64 Lettre de Samuel May Jr. à Mary Carpenter, 28 août 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 3, no 1 ; lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 1er novembre 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 8.

65 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, p. 2.

66 « Fourth Edition », Liberator, 2 janvier 1846. Une édition « bon marché » avait déjà été publiée par Douglass à la fin juin 1845 (« Narrative of Frederick Douglass », Liberator, 20 juin 1845) ; voir également « Cheap Edition – Douglass », Liberator, 29 août 1845.

67 Lettre de Henry W. Williams à Stephen S. Foster, 27 février 1846, American Antiquarian Society, Abigail Kelley Foster Papers.

68 B. Quarles, Frederick Douglass, New York, Atheneum, 1968, p. 80.

69 Un exemplaire de cette édition s’est vendu aux enchères à 31 200 dollars en 2013 et un autre à 20 000 dollars en 2015. Voir le site internet de Swann Auction Galleries, vente no 2308 (lot no 81) et vente no 2377 (lot no 87).

70 « Book Repository », National Anti-Slavery Standard, 5 juillet 1849.

71 W. E. Martin Jr., The Mind of Frederick Douglass, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1984, p. 31-38.

72 Lettres de Henry W. Williams à Stephen S. Foster, 4 août 1845 et 27 février 1846, American Antiquarian Society, Abigail Kelley Foster Papers.

73 Lettre d’Abby Kelley Foster à Stephen S. Foster, 9 août 1851, American Antiquarian Society, Abigail Kelley Foster Papers.

74 Sur les deux textes de Wendell Phillips et la rupture progressive entre Abby Kelley Foster et Frederick Douglass, voir D. Sterling, Ahead of Her Time : Abby Kelley and the Politics of Antislavery, New York, W. W. Norton & Co., 1991, p. 191 et p. 273-275.

75 Sur la position des Noirs au sein du factionnalisme blanc, voir B. Quarles, Black Abolitionists, ouvr. cité, p. 42-47.

76 « The Destroyer in Our Midst ! », Richmond Enquirer, 27 avril 1849. Pour une source nordiste sur cet événement, voir « Slavery in Virginia – Rev. J. C. Bacon », New York Evangelist, 19 juillet 1849.

77 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 101.

78 D. D. Bruce Jr., The Origins of African American Literature, 1680-1865, Charlottesville, University Press of Virginia, 2001, p. 247.

79 National Anti-Slavery Standard, 23 décembre 1847 ; « Incendiarism », National Anti-Slavery Standard, 28 janvier 1848.

80 Cité par T. A. Goddu, « The Slave Narrative as Material Text », The Oxford Handbook of the African American Slave Narrative, J. Ernest éd., ouvr. cité, p. 159.

81 À la veille de la guerre de Sécession, 91,7 % de la population noire du Delaware et 49,1 % de celle du Maryland était composée de Noirs libres. P. Kolchin, American Slavery, ouvr. cité, p. 82.

82 « Falsehood Refuted », Delaware Republican, s. d., dans Liberator, 12 décembre 1845.

83 Lettre de Mary Grew à Maria Weston Chapman, 25 février 1846, BPL, MS A.9.2, vol. 22, no 25.

84 Emancipator and Weekly Chronicle, 24 septembre 1845.

85 L. Graham, Baltimore : The Nineteenth-Century Black Capital, Washington (D. C.), University Press of America, 1982.

86 A. Fabian, The Unvarnished Truth, ouvr. cité, p. 107.

87 D. J. Preston, Young Frederick Douglass : The Maryland Years, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1985, p. 171.

88 Lettre de Frederick Douglass à William Lloyd Garrison, 1er septembre 1845, FDP III, 1, p. 48.

89 B. Quarles, Frederick Douglass, ouvr. cité, p. 38-39.

90 Sur la republication du récit de Douglass en Irlande, voir P. J. Ferreira, « Frederick Douglass in Ireland : The Dublin Edition of His Narrative », New Hibernia Review, vol. 5, no 1, 2001, p. 53‑67 ; F. Sweeney, Frederick Douglass and the Atlantic World, Liverpool, Liverpool University Press, 2007, chap. 1 et chap. 2 ; T. Chaffin, Giant’s Causeway : Frederick Douglass’s Irish Odyssey and the Making of an American Visionary, Charlottesville, University of Virginia Press, 2014.

91 Lettre de George Thompson à Richard D. Webb, 12 août 1845, C. Taylor éd., British and American Abolitionists : An Episode in Transatlantic Understanding, Édimbourg, Edinburgh University Press, p. 237.

92 J. Regan-Lefebvre, « The Webb Family and Quaker Printing », The Oxford History of the Irish Book, J. H. Murphy éd., Oxford, Oxford University Press, 2011, t. 4, p. 122-123.

93 « The Anti-Slavery Advocate », Liberator, 22 octobre 1852.

94 « From Richard D. Webb », Liberator, 24 octobre 1845.

95 Lettre de Richard D. Webb à Elizabeth Pease, 25 septembre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 62.

96 American Slavery. Report of a Public Meeting Held at Finsbury Chapel, Moorfields, to Receive Frederick Douglass, the American Slave, on Friday, May 22, 1846, Londres, 1846, p. 16.

97 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 6 décembre 1845, FDP III, 1, p. 69-70.

98 Lettre de William Lloyd Garrison à Richard D. Webb, 12 septembre 1846, W. M. Merrill éd., The Letters of William Lloyd Garrison, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press, 1973, t. 3, p. 409.

99 Lettre de Frederick Douglass à Francis Jackson, 29 janvier 1846, FDP III, 1, p. 90.

100 Lettre de Richard D. Webb à Elizabeth Pease, 7 octobre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 67.

101 J. B. Estlin, « Frederick Douglass, the Fugitive Slave », National Anti-Slavery Standard, 5 mars 1846.

102 Sur les Estlin, voir la lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 2 avril 1846, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 17, et celle de Mary Anne Estlin à Maria Weston Chapman, 1er mars 1846, BPL, MS A.9.2, vol. 22, no 28 ; sur les Jennings, voir « Letter from Richard D. Webb », Liberator, 26 décembre 1845.

103 G. Fulkerson, « Textual Introduction », FDP II, 1, p. 88-89.

104 L’édition Somers & Isaac est mentionnée par Fulkerson (ibid., p. 89) mais elle est introuvable.

105 Lettre de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 16 septembre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 56.

106 Lettre de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 30 septembre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 63.

107 Les sources suivantes ont été utilisées pour reconstituer le déroulement de cette affaire : lettres de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 26 février 1846 et 16 mai 1846, BPL, MS A.9.2, vol. 22, nos 26 et 51 ; lettres de Frederick Douglass à Richard D. Webb, mi-janvier 1846 et 10 février 1846, FDP III, 1, p. 79 et p. 93 ; lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 15 avril 1846, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 19.

108 Lettre de Richard D. Webb à Henry Clarke Wright, 22 février 1846, Henry Clarke Wright Papers, Houghton Library, MS Am 514.6, vol. 1.

109 North Star, 7 avril 1849. Pour une analyse comparée des deux portraits, voir J. S.-J. Lee, The American Slave Narrative and the Victorian Novel, New York, Oxford University Press, 2010, p. 3‑8.

110 J. Stauffer et al., Picturing Frederick Douglass : An Illustrated Biography of the Nineteenth Century’s Most Photographed American, New York, Liveright, 2015, p. xi-xii.

111 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 24 décembre 1845, FDP III, 1, p. 71-72 ; lettre de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, BPL, 26 février 1846, MS A.9.2, vol. 22, no 26.

112 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, mi-janvier 1846, FDP III, 1, p. 79.

113 Lettre de Richard D. Webb à Edmund Quincy, 2 février 1846, C. Taylor éd., British and American Abolitionists, ouvr. cité, p. 250.

114 Ibid. ; lettres de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, 12 octobre 1845, BPL, MS A.1.2, vol. 15, no 69, et 26 février 1846, MS A.9.2, vol. 22, no 26. La « pauvre Irlande » dont parle Webb rappelle qu’on se situe alors dans les premiers temps de la Grande Famine.

115 Voir par exemple la lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 20 avril 1846, BPL, MS A.1.2, vol. 16, no 33.

116 Lettre de Frederick Douglass à Richard D. Webb, 26 avril 1846, FDP III, 1, p. 116 ; lettre de Richard D. Webb à Maria Weston Chapman, BPL, 16 mai 1846, MS A.9.2, vol. 22, no 51.

117 Lettre de Wendell Phillips à Elizabeth Pease, 29 août 1847, BPL, MS A.1.2, vol. 17, no 66.

118 Lettre de William Lloyd Garrison à Helen E. Garrison, 17 septembre 1846, W. M. Merrill éd., The Letters of William Lloyd Garrison, ouvr. cité, t. 3, p. 415.

119 American Slavery, ouvr. cité, p. 21.

120 L’expression figure par exemple chez J. Stauffer, « Douglass’s Self-Making and the Culture of Abolitionism », The Cambridge Companion to Frederick Douglass, M. S. Lee éd., ouvr. cité, p. 19 ; G. P. Lampe, Frederick Douglass, ouvr. cité, p. 269 ; W. L. Andrews, « Slave Narrative », The Oxford Companion to African American Literature, W. L. Andrews et al. éd., ouvr. cité, p. 668.

121 S. Meer, Uncle Tom Mania : Slavery, Minstrelsy and Transatlantic Culture in the 1850s, Athens, University of Georgia Press, 2005, p. 4.

122 A. Fisch, American Slaves in Victorian England, ouvr. cité, p. 1-4.

123 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave [Boston, 1845], ouvr. cité, p. 62 (traduit par H. Tronc).

124 Lettre de John B. Estlin à Richard D. Webb, 5 novembre 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, nos 87‑88.

125 Lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 10 novembre 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 9.

126 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 29 décembre 1845, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 10 ; The Branded Hand, ouvr. cité, p. 27.

127 Lettre de John B. Estlin à Richard D. Webb, 13 novembre 1845, BPL, MS A.9.2, vol. 21, no 95.

128 Lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 29 janvier et 1er février 1846, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 11.

129 P. Kolchin, American Slavery, ouvr. cité, p. 122.

130 Lettre de John B. Estlin à Samuel May Jr., 2 avril 1846, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 17.

131 H. L. Gates Jr. éd., The Classic Slave Narratives, ouvr. cité, p. 7.

132 R. H. Brodhead, Cultures of Letters : Scenes of Reading and Writing in Nineteenth-Century America, Chicago, University of Chicago Press, 1993, p. 109-110.

133 Lettre de Richard D. Webb à « My dear friend », 3 août 1849, BPL, MS A.9.2, vol. 24, no 84.

134 Lettre d’Edmund Quincy à Caroline Weston, 2 juillet 1847, BPL, MS A.9.2, vol. 23, nos 32‑33.

135 Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, C. Parfait et M.-J. Rossignol éd. et trad., ouvr. cité, p. 29.

136 Lettres de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 15 décembre 1847 et 13 janvier 1848, BPL, MS B.1.6, vol. 2, nos 63 et 65.

137 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 150.

138 Ces livres-albums, appelés gift books en anglais, sont de beaux ouvrages vendus à la saison des fêtes, généralement composés de nouvelles, de poèmes et d’essais. Le Liberty Bell mettait à l’honneur des abolitionnistes de renom tels que Lydia Maria Child, William Lloyd Garrison ou Wendell Phillips.

139 Lettre d’Oliver Johnson à Maria Weston Chapman, 15 octobre 1844, BPL, MS A.9.2, vol. 20, no 72.

140 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 152.

141 Ibid., p. 151.

142 « Narrative of W. W. Brown », Anti-Slavery Bugle, 6 août 1847.

143 M. Cooper, « The Dissemination of the Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave », essai non publié, 2003.

144 « W. W. Brown in Upton », Liberator, 17 septembre 1847.

145 « William W. Brown », Liberator, 31 mars 1848.

146 « New Books », Liberator, 29 septembre 1847 ; « Book Depository », National Anti-Slavery Standard, 5 juillet 1849 ; « Anti-Slavery Books », Anti-Slavery Bugle, 1er octobre 1847 ; « Books ! », Liberator, 11 février 1848 ; Prisoner’s Friend, 11 août 1847.

147 National Anti-Slavery Standard, 9 décembre 1847 ; « Essex County Anti-Slavery Society », Liberator, 15 octobre 1847 ; G. Adams, The Massachusetts Business Directory, for the Year 1856, Boston, 1856, p. 73.

148 « Anti-Slavery Books », Morning Star, 20 février 1850.

149 « Note to the Second Edition », Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave, 2e édition, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1848, p. iv ; Liberator, 11 février 1848 ; « Note to the Third Edition », Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave, 3e édition, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1848, p. iv.

150 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 15 décembre 1847, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 63. Les deuxième, troisième et quatrième éditions portent au dos de la page de titre la mention « Stereotyped by GEORGE A. CURTIS ; new england type and stereotype foundry ».

151 J. Ernest, Resistance and Reformation in Nineteenth-Century African-American Literature : Brown, Wilson, Jacobs, Delany, Douglass, and Harper, Jackson, University Press of Mississippi, 1995, p. 24.

152 Liberator, 20 octobre 1848 ; « Note to the Fourth Edition », Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave, 4e édition, Boston, Bela Marsh, 1849, p. iv.

153 Liberator, 1er juin 1849.

154 « Books », Liberator, 24 mai 1850 ; « Henry Box Brown », National Anti-Slavery Standard, 20 septembre 1849.

155 Massachusetts, vol. 68, p. 231, R. G. Dun & Co. Credit Report Volumes, Baker Library, Harvard Business School. La R. G. Dun & Company, spécialisée dans ce qu’on nomme en anglais l’activité de credit reporting, vendait à ses abonnés des informations sur la qualité de crédit des entreprises américaines. Elle fut créée par nul autre que l’abolitionniste Lewis Tappan. N. Gaillard, Les agences de notation, Paris, La Découverte, 2010, p. 6.

156 « Social Reform Bookstore », Liberator, 30 mai 1845.

157 C. Mulvey éd., « Clotel » by William Wells Brown : An Electronic Scholarly Edition, University of Virginia Press, 2006, en ligne.

158 Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, C. Parfait et M.-J. Rossignol éd. et trad., ouvr. cité, p. 36.

159 « Note to the Present Edition », Narrative of William W. Brown, an American Slave, Londres, Charles Gilpin, 1849, p. iii.

160 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 7 mars 1848, BPL, MS B.1.6, vol. 2, no 68 ; lettres de William Lloyd Garrison à Elizabeth Pease, 20 juin 1849 et 17 juillet 1849, W. M. Merrill éd., The Letters of William Lloyd Garrison, ouvr. cité, t. 3, p. 626 et p. 637.

161 Sur Brown et la stéréotypie, voir J. Senchyne, « Bottles of Ink, Reams of Paper : Clotel, Racialization, and the Material Culture of Print », Early African American Print Culture, L. L. Cohen et J. A. Stein éd., ouvr. cité, p. 140-142.

162 Lettre de Richard D. Webb à « My dear friend », 3 août 1849, BPL, MS A.9.2, vol. 24, no 84.

163 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 192-193, p. 204 et p. 208-212.

164 Men’s Bill Book of a Dublin Printing Office, 1846-1850, National Library of Ireland, MS 141, p. 131-132.

165 « The Late Mr. Charles Gilpin, M. P. », Times, 9 septembre 1874.

166 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 217.

167 Ce fascicule accompagnait à l’origine le panorama que Brown fit réaliser dans les îles Britanniques. Les panoramas, alors très en vogue, étaient des séries de peintures de grande taille sur un thème donné (ici l’esclavage), montrées à un public les unes après les autres et commentées par l’auteur.

168 Publishers’ Circular, vol. 12, no 287, 1er septembre 1849, p. 294.

169 W. W. Brown, Three Years in Europe ; or, Places I Have Seen and People I Have Met, Londres, Charles Gilpin, 1852, p. 110.

170 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 225-226.

171 Biography of an American Bondman, by His Daughter, Boston, R. F. Wallcut, 1856, p. 61 et p. 64.

172 W. W. Brown, Three Years in Europe, ouvr. cité, p. 110-116.

173 Biography of an American Bondman, by His Daughter, ouvr. cité, p. 82.

174 Lettre de Samuel May Jr. à John B. Estlin, 28 février et 9 mars 1853, BPL, MS B.1.6, vol. 14, no 56.

175 Liberator, 3 septembre 1847 ; Leicester Chronicle, 16 août 1851.

176 Liberator, 25 février 1848.

177 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 279-280.

178 Eclectic Review, vol. 4, novembre 1852, p. 617.

179 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 148.

180 « New Work by William W. Brown », Liberator, 3 février 1854.

181 W. E. Farrison, William Wells Brown : Author and Reformer, Chicago, University of Chicago Press, 1969, p. 314.

182 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 272-273.

183 Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même, C. Parfait et M.-J. Rossignol éd. et trad., ouvr. cité, p. 39.

184 Les dernières occurrences se trouvent respectivement dans Liberator, 15 février 1850, et « Book repository », National Anti-Slavery Standard, 23 mai 1850.

185 Lettre de Stephen S. Foster à Abby Kelley Foster, 5 août 1850, American Antiquarian Society, Abigail Kelley Foster Papers.

186 Lettre de Stephen S. Foster à Abby Kelley Foster, 27 juillet 1851, American Antiquarian Society, Abigail Kelley Foster Papers.

187 G. Sanborn, « The Plagiarist’s Craft : Fugitivity and Theatricality in Running a Thousand Miles for Freedom », PMLA, vol. 128, no 4, 2013, p. 920, note 1. Sur les pratiques d’écriture de Brown, voir G. Sanborn, Plagiarama ! William Wells Brown and the Aesthetic of Attractions, New York, Columbia University Press, 2016.

188 Cf. par exemple Narrative of William W. Brown, a Fugitive Slave, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1847, p. 19-20, et Biography of an American Bondman, by His Daughter, ouvr. cité, p. 9.

189 L. L. Cohen, « Notes from the State of Saint Domingue : The Practice of Citation in Clotel », Early African American Print Culture, L. L. Cohen et J. A. Stein éd., ouvr. cité, p. 163.

190 « Recent Deaths », Boston Evening Transcript, 8 novembre 1884.

191 Voir la chronologie de la vie de Henry Bibb dans The Life and Adventures of Henry Bibb, an American Slave, C. J. Heglar éd., Madison, University of Wisconsin Press, 2001, p. 241-246.

192 Lettre de Wendell Phillips à Elizabeth Pease, 11 février 1848, BPL, MS A.1.2, vol. 18, no 15.

193 Lettre de Henry Bibb à Gerrit Smith, 30 décembre 1848, Gerrit Smith Papers, Syracuse University, en ligne sur la base de données Black Abolitionist Papers (ci-après BAP).

194 Dans le tableau suivant, les prix sont donnés en cents. Les livres sont désignés par « l », les fascicules par « f ».

195 AFASS Minute Book, 9 mai 1849, Amistad Research Center, p. 31.

196 Lettre de Henry Bibb à Lewis Tappan, 4 mars 1850, American Missionary Association Archives, Amistad Research Center (BAP).

197 Lettre de Henry Bibb au comité exécutif de l’AFASS, 6 mars 1850, American Missionary Association Archives, Amistad Research Center (BAP).

198 Sur le positionnement des garrisoniens en matière de religion, voir J. R. McKivigan, The War against Proslavery Religion, ouvr. cité, chap. 3 ; sur la Wesleyan Methodist Connection et ses liens étroits avec l’AFASS, voir chap. 4 et chap. 5.

199 The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman, ouvr. cité, p. 363.

200 Voir « Henry Bibb », True Wesleyan, 30 juin 1849 (annonce de parution reproduite dans la plupart des numéros jusqu’au 25 août) ; « Books for Sale at the Wesleyan Book Store », Family Mirror, vol. 2, no 1, janvier 1850.

201 « Books for Cash. – On Sale at this Office », Wesleyan, 17 novembre 1853 ; « Reform Library – 18 choice books for $10 !! », Wesleyan, 20 juillet 1854.

202 S. Harrold, The Abolitionists and the South, ouvr. cité, p. 95-96.

203 Lettre de Gerrit Smith à Henry Bibb, 17 juillet 1849, North Star, 3 août 1849 ; lettre de Lewis Tappan à Louis Alexis Chamerovzow, 17 mai 1853, A Side-Light on Anglo-American Relations, 1839-1858, A. H. Abel et F. J. Klingberg éd., Lancaster, Association for the Study of Negro Life and History, 1927, p. 329.

204 « Book Repository », National Anti-Slavery Standard, 5 juillet 1849 ; Liberator, 10 août 1849 et Pennsylvania Freeman, 22 novembre 1849 ; « Books », Liberator, 24 mai 1850.

205 « More Slave Narratives », art. cité.

206 E. Peabody, « Narratives of Fugitive Slaves », art. cité, p. 61.

207 Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, an American Slave, New York, Published by the Author, 1849, p. i (traduit par S. Ferré-Rode et A.-L. Tissut).

208 Ibid., p. xi.

209 T. Parker, « The American Scholar », Centenary Edition of Theodore Parker’s Writings, G. W. Cooke éd., Boston, American Unitarian Association, 1907, t. 8, p. 37. Theodore Parker avait sans doute lu l’article d’Ephraim Peabody, publié un mois plus tôt.

210 Anti-Slavery Reporter, octobre 1849, p. 154.

211 J. T. Kneebone, « Black, Leonard A. », Dictionary of Virginia Biography, J. T. Kneebone et al. éd., Richmond, Library of Virginia, 1998, t. 1, p. 514.

212 K. Grover, The Fugitive’s Gibraltar : Escaping Slaves and Abolitionism in New Bedford, Massachusetts, Amherst, University of Massachusetts Press, 2001, p. 6.

213 The New Bedford Directory, New Bedford, Press of Benjamin Lindsey, 1845, p. 29.

214 Ibid., p. 117.

215 A. N. Scott, A Checklist of New Bedford Imprints from 1840 to 1859 with a Historical Introduction, mémoire de maîtrise, Catholic University of America (Washington, D. C.), 1959, p. 12.

216 K. Grover, The Fugitive’s Gibraltar, ouvr. cité, p. 131 ; voir également p. 124-126.

217 Ibid., p. 134.

218 The Life and Sufferings of Leonard Black, a Fugitive from Slavery, New Bedford, Press of Benjamin Lindsey, 1847, p. 21 et p. 48-49.

219 B. White, « The Integration of Nantucket Public Schools », Historic Nantucket, vol. 40, no 3, 1992, p. 59-62 ; L. Pratt, « Speech, Print, and Reform on Nantucket », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 392-400.

220 Andrew M. Macy figure dans la catégorie « Booksellers, Publishers, and Stationers » du New England Mercantile Union Business Directory, New York, Pratt & Co., 1849, p. 117.

221 The Life and Sufferings of Leonard Black, a Fugitive from Slavery, ouvr. cité, p. 2.

222 A Narrative of the Life of Rev. Noah Davis, a Colored Man, Baltimore, John F. Weishampel Jr., 1859, n. p.

223 V. Loggins, The Negro Author, ouvr. cité, p. 229. Voir encore The Narrative of Lunsford Lane, Formerly of Raleigh, N. C., Boston, Printed for the Publisher, 1842, p. iii (« je publie cet ouvrage dans l’espoir […] que sa vente me permettra de subvenir aux besoins d’une famille nombreuse ») ; Life of William Grimes, the Runaway Slave, Brought Down to the Present Time, New Haven, Published by the Author, 1855, p. 92 (« j’espère que tous mes amis et connaissances achèteront un exemplaire de mon livre, et qu’ils aideront ainsi le “vieux Grimes” à payer l’imprimeur et à se constituer un petit pécule qui le mettra en sécurité pour l’année à venir ») ; etc.

224 A. Rohrbach, Truth Stranger than Fiction, ouvr. cité, p. 46.

225 G. W. Offley Papers, American Antiquarian Society, t. 1.

226 Voir par exemple J. M. Humez, « Reading The Narrative of Sojourner Truth as a Collaborative Text », Frontiers, vol. 16, no 1, 1996, p. 29-52.

227 Sur le contexte d’écriture du récit, déjà bien documenté, voir N. I. Painter, Sojourner Truth : A Life, a Symbol, New York, W. W. Norton & Company, 1996, chap. 12, et M. Washington, Sojourner Truth’s America, Urbana, University of Illinois Press, 2009, chap. 10 et chap. 11.

228 Lettre de Sojourner Truth à William L. Garrison, 28 août 1851, BPL, MS A.1.2, vol. 20, no 110.

229 « Patronise Her », Liberator, 6 septembre 1850 ; « Just Published », Liberator, 26 avril 1850.

230 Narrative of Sojourner Truth, a Northern Slave, Boston, Printed for the Author, 1850, p. 144 (traduit par C. Raynaud).

231 M.-J. Rossignol, « La fin de l’esclavage à New York ou le contexte du récit de Sojourner Truth, une abolitionniste “exotique” », Revue du philanthrope, no 5, 2014, p. 68-70. L’expression désigne la vague de ferveur religieuse qui s’empare du pays dans les premières décennies du xixe siècle.

232 Lettre de Sojourner Truth à William Lloyd Garrison, 11 avril 1864, BPL, MS A.1.2, vol. 33, no 406.

233 « George Thompson in Union Village », Liberator, 28 février 1851 ; « Notes from the Lecturing Field », Anti-Slavery Bugle, 20 septembre 1851 ; « From Our Boston Correspondent », Frederick Douglass’ Paper, 15 juin 1855.

234 Narrative of Sojourner Truth ; A Bondswoman of Olden Time, Boston, Published for the Author, 1875, p. 132.

235 A. Rohrbach, « Profits of Protest : The Market Strategies of Sojourner Truth and Louisa May Alcott », Prophets of Protest : Reconsidering the History of American Abolitionism, T. P. McCarthy et J. Stauffer éd., New York, New Press, 2006, p. 243.

236 C. Raynaud, « L’ombre et la substance : le récit de Sojourner Truth », Revue du philanthrope, no 5, 2014, p. 87.

237 Nombreux sont les auteurs africains-américains à avoir fait appel à Stowe pour introduire leur ouvrage : en dehors de Truth, on peut citer William C. Nell (The Colored Patriots of the American Revolution, 1855), Frank J. Webb (The Garies and Their Friends, 1857) et Josiah Henson (Truth Stranger than Fiction, 1858).

238 « Letter from Sojourner Truth », Commonwealth, 3 juillet 1863.

239 N. I. Painter, Sojourner Truth, ouvr. cité, p. 162-163.

240 A. Rohrbach, Thinking Outside the Book, Amherst, University of Massachusetts Press, 2014, p. 32.

Table des illustrations

Titre Fig. 6. Page de titre de l’édition bostonienne de Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave (1845)
Légende Source : American Antiquarian Society
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7. Exemplaire du récit de Frederick Douglass dédicacé par l’auteur à Huldah B. Gilson (1847)
Légende Source : Manuscripts, Archives and Rare Books Division, Schomburg Center for Research in Black Culture, New York Public Library, Aston, Lenox and Tilden Foundations
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8. Portraits de Frederick Douglass pour la première édition bostonienne et la première édition dublinoise (1845)
Légende Source : American Antiquarian Society et Stuart A. Rose Manuscript, Archives, and Rare Book Library, Emory University
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8799/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search