Version classiqueVersion mobile

Textes fugitifs

 | 
Michaël Roy

Chapitre II

Le récit d’esclave et le mouvement abolitionniste

Texte intégral

  • 1 R. S. Newman, The Transformation of American Abolitionism : Fighting Slavery in the Early Republic(...)
  • 2 Ibid., chap. 1. La plupart des États du Nord mettent en place à la fin du xviiie siècle des lois d’ (...)
  • 3 M.-J. Rossignol, « Les Noirs libres et la citoyenneté américaine dans le Nord-Ouest des États-Unis (...)
  • 4 R. S. Newman, The Transformation of American Abolitionism, ouvr. cité, chap. 4.
  • 5 Cité ibid., p. 95.
  • 6 M.-J. Rossignol, « 1812-1827 : le renouveau du mouvement antiesclavagiste à l’Ouest », communicati (...)

1« L’abolitionnisme est né avec la république américaine. »1 Par ces mots, l’historien Richard S. Newman nous rappelle que le mouvement contre l’esclavage n’est pas né en 1831 avec la création du journal antiesclavagiste The Liberator, comme on l’affirme souvent, mais remonte au moins aux origines de la nation américaine. Assurément, il connut d’importantes transformations entre la période révolutionnaire et les années 1830. Largement influencé par la doctrine quaker, selon laquelle tous les êtres humains sont égaux devant Dieu, et par les écrits d’éminents activistes quakers tels qu’Anthony Benezet, qui ne publia pas moins de neuf traités antiesclavagistes avant sa mort dans les années 1780, le mouvement antiesclavagiste prit corps aux États-Unis à la fin du xviiie siècle avec la création de la Pennsylvania Abolition Society : il était alors mené par une élite composée de riches philanthropes, hommes d’affaires et avocats, partisans d’une abolition graduelle de l’esclavage fondée sur l’action politique et le recours aux tribunaux2. Leur vision républicaine de l’abolitionnisme, rationnelle et dépassionnée, céda peu à peu la place à un abolitionnisme plus populaire, géographiquement et idéologiquement distinct. Dès le début du xixe siècle, une nouvelle génération d’abolitionnistes, pour la plupart des quakers de Caroline du Nord et des baptistes de Virginie ayant récemment émigré vers le Vieux Nord-Ouest (Ohio principalement) et ses États frontières (Tennessee, Kentucky), jetèrent les bases d’un abolitionnisme radical aux modes d’action inédits : ces militants n’hésitèrent pas à aider et à protéger les Noirs en fuite, fondèrent une presse antiesclavagiste parfois virulente et commencèrent, pour certains d’entre eux, à prôner l’abolition immédiate de l’esclavage dans les États du Sud3. Dans le même temps, des activistes noirs des grandes villes du Nord-Est – Richard Allen et Prince Hall parmi d’autres – organisèrent des meetings et publièrent des écrits polémiques pour dénoncer l’esclavage, précipitant la transition vers un abolitionnisme radical fortement ancré dans le Massachusetts, dont William Lloyd Garrison et Frederick Douglass héritèrent par la suite4. Ces diverses transformations idéologiques s’accompagnèrent de transformations rhétoriques, à mesure que se généralisèrent les propos sur l’« horreur » de l’esclavage et la souffrance des Noirs asservis : le discours abolitionniste prit plus volontiers la forme de ce que l’abolitionniste noir James Forten appela en 1813 « un appel au cœur »5 ; l’abolitionnisme nécessitait désormais « un engagement personnel et émotionnel total »6. C’est dans ce contexte que se multiplièrent, surtout à partir de la fin des années 1830, les récits biographiques et autobiographiques d’esclaves publiés sous forme de livre, qui trouvaient toute leur place dans un imaginaire abolitionniste centré sur l’éloquence et l’émotion.

  • 7 M. Sinha, The Slave’s Cause : A History of Abolition, New Haven, Yale University Press, 2016. Dans (...)
  • 8 T. Loughran, The Republic in Print : Print Culture in the Age of U.S. Nation Building, 1770-1870, (...)

2Au-delà des évolutions dans sa sociologie, ses stratégies et sa rhétorique, l’abolitionnisme « moderne » prit, à partir des années 1830, une forme sensiblement différente. Pour la première fois il s’incarna dans un mouvement d’ampleur nationale, avec ses institutions (l’American Anti-Slavery Society, AASS), ses textes fondateurs (la Déclaration de sentiments de 1833), ses leaders (Lewis Tappan à New York et William Lloyd Garrison à Boston), ses organes de presse (The Liberator et The Emancipator). Il n’était plus uniquement question d’initiatives locales et ponctuelles mais d’un effort systématique et concerté pour éradiquer le plus rapidement possible l’institution esclavagiste : on entrait alors dans ce que l’historienne Manisha Sinha a récemment baptisé la « deuxième vague » de l’histoire de l’abolition7. Coordonné depuis New York, où se trouvaient les bureaux de l’AASS, l’activisme abolitionniste se devait de rayonner sur tout le territoire – y compris au Sud – et auprès de l’ensemble de la population, grâce à la circulation de personnes (agents employés par l’association et chargés de faire entendre le message abolitionniste en tenant des meetings) et d’objets (propagande imprimée essentiellement)8. L’organisation du mouvement abolitionniste changea à nouveau avec le schisme de l’AASS en 1840, sur lequel nous reviendrons au chapitre suivant, et il est donc nécessaire d’isoler la décennie des années 1830 afin d’évaluer le rôle plus ou moins important que jouèrent les récits d’esclaves à cette époque.

3Dès à présent, il convient de noter que l’AASS des années 1830 fit paraître sous son sceau un seul et unique récit d’esclave sous forme de livre : Narrative of James Williams, an American Slave (1838). Pour cette raison, l’histoire éditoriale de ce récit ne ressemble à celle d’aucun autre récit et mérite qu’on y consacre une étude de cas détaillée. Les autres récits étudiés dans ce chapitre (ceux de Charles Ball, Olaudah Equiano et Chloe Spear notamment) ont en commun d’avoir été publiés hors de la sphère abolitionniste, à laquelle ils ne furent intégrés qu’après coup. Tous ne furent pas promus avec autant d’enthousiasme : seul le récit de Charles Ball, Slavery in the United States (1836-1837), suscita l’intérêt véritable des abolitionnistes, et c’est pourquoi nous nous arrêterons également assez longuement sur ce récit, avant d’évoquer plus rapidement ceux d’Olaudah Equiano (dans son édition américaine de 1837), de Chloe Spear et de quelques autres anciens esclaves.

4Avant toute chose, il importe de donner une idée des activités du mouvement abolitionniste en ce qui concerne la diffusion de propagande imprimée. Les récits d’esclaves ne représentèrent qu’une catégorie particulière d’une documentation plus large et plus diverse que les dirigeants de l’AASS entendaient faire circuler à très grande échelle. C’est ce contexte de publication et de distribution de la littérature antiesclavagiste dans son ensemble qu’il faut reconstituer pour ensuite pouvoir y placer les récits d’esclaves, qui bénéficièrent inégalement des outils et des stratégies déployés par les abolitionnistes.

Gouttes de pluie, feuilles d’automne et flocons de neige : l’imprimé dans la culture abolitionniste

L’imprimé en héritage

  • 9 D. P. Nord, Faith in Reading : Religious Publishing and the Birth of Mass Media in America, New Yo (...)

5Dès lors qu’on s’intéresse à ses stratégies de propagande, on ne peut faire l’histoire du mouvement contre l’esclavage sans remonter dans le temps, à la fin du xviiie et au début du xixe siècle plus précisément, quand apparurent les multiples associations évangéliques dont héritèrent les abolitionnistes. Ces associations bénévoles pluriconfessionnelles jouèrent un rôle pionnier dans l’usage des technologies liées à l’imprimé, et plus largement dans le développement de méthodes de communication de masse, avant même la montée des éditeurs commerciaux dans la première moitié du xixe siècle9.

  • 10 Cité par D. P. Nord, Faith in Reading, ouvr. cité, p. 38.
  • 11 B. Blasselle, Histoire du livre, Paris, Gallimard, 2008, p. 141.
  • 12 Frédéric Barbier précise que la stéréotypie était particulièrement adaptée « dans le cas de textes (...)

6Fondée dans le Massachusetts en 1787, la Society for Propagating the Gospel among the Indians and Others in North America (SPGNA), « prototype » de ces associations d’un nouveau genre selon David Paul Nord, se donna pour but de christianiser les populations indiennes et les pauvres Blancs des contrées reculées de la Nouvelle-Angleterre. La « barbarie » qui régnait parmi ces derniers, affirmaient les fondateurs de la SPGNA, avait pour cause directe leur ignorance, et notamment leur illettrisme ; il fallait donc les éduquer afin de leur inculquer la foi. Aussi la SPGNA se lança-t-elle dans un vaste programme de distribution de livres – bibles, Nouveaux Testaments, abécédaires, manuels, psautiers et autres livres de dévotion –, faisant du document imprimé la source première de l’instruction religieuse. Toutefois, l’usage de l’imprimé ne fut systématisé, et pour ainsi dire théorisé, qu’avec la fondation de la Massachusetts Society for Promoting Christian Knowledge en 1803 puis de la New England Tract Society en 1814. Pour le pasteur Jedidiah Morse, à l’origine de ces deux entreprises évangéliques, l’imprimé était seul capable de sauver les âmes errantes. Or ces individus « ne peuvent lire sans livre, et une grande partie d’entre eux n’auront jamais accès à des livres, à moins que ceux-ci leur soient fournis par la main de la charité »10. C’est sur cette base que la Philadelphia Bible Society, créée en 1808, prit la décision de produire ses propres livres – des bibles en l’occurrence – plutôt que de les acheter pour les redistribuer. Afin de pouvoir produire des exemplaires en quantités importantes, l’association eut recours à une technique d’impression nouvellement mise au point, la stéréotypie, « qui consiste à prendre le moulage de la forme typographique et autorise l’imprimeur à refaire un tirage dès que le premier est épuisé, sans avoir à supporter les frais d’une nouvelle composition »11. Certes, l’exécution de planches stéréotypées coûtait cher à l’époque. Mais il s’agissait là d’un investissement économique à long terme, qui permettrait de reproduire, à intervalles réguliers et en fonction des besoins, de très nombreux exemplaires de la Bible12. Combiné à d’autres technologies nouvelles telles que la presse à vapeur et la machine à papier, le procédé de stéréotypie donnait à l’activité évangélique de ces associations une ampleur inconnue jusqu’alors : dans les trois premières années ayant suivi l’achat des planches stéréotypées, la Philadelphia Bible Society n’imprima pas moins de 55 000 bibles et Nouveaux Testaments. Les associations évangéliques qui continuaient de se créer – l’American Bible Society (1816), l’American Sunday School Union (1824), l’American Tract Society (1825) – n’étaient plus seulement des organisations charitables ayant pour mission d’instruire et de convertir, mais de puissants organismes avec une importante activité éditoriale. En dépit des difficultés qui accompagnèrent parfois l’intensification de la production, ce sont ces associations qui inaugurèrent l’ère du « livre industriel », pour reprendre le titre du troisième tome de A History of the Book in America (The Industrial Book, 1840-1880).

7En complément de l’activité de production, il fallait par ailleurs mettre en place un système efficace de distribution. Les associations évangéliques se dotèrent pour la plupart d’une même structure administrative à deux niveaux, où une association mère encadrait une multitude d’associations auxiliaires (ou filiales) réparties sur le territoire américain. Des dépôts de livres furent mis en place au sein de ces associations auxiliaires, dans des régions parfois très éloignées, afin de stocker les publications. Les livres ainsi produits sous l’autorité de l’association mère pouvaient être diffusés, au même moment, en divers endroits du territoire. Autant d’innovations que l’AASS fit siennes dans les années 1830.

  • 13 M. Sinha, The Slave’s Cause, ouvr. cité, p. 171-182. Il ne faut pas confondre l’Emancipator d’Elih (...)

8L’AASS héritait dans le même temps d’une longue tradition de diffusion d’écrits propre à l’antiesclavagisme nord-américain. Dès le milieu du xviiie siècle, Anthony Benezet et John Woolman avaient consacré beaucoup de temps à la rédaction et à la diffusion de leurs idées, et au début du xixe siècle, Elihu Embree puis Benjamin Lundy avaient fondé les premiers journaux entièrement consacrés à l’abolition de l’esclavage – The Emancipator et The Genius of Universal Emancipation respectivement13. Alors même que la pensée antiesclavagiste ne s’exprimait pas encore sous la bannière d’un mouvement de masse, national et centralisé, que le gradualisme n’avait pas définitivement cédé la place à l’immédiatisme (Lundy lui-même était partisan d’une abolition graduelle), l’imprimé devait servir à convaincre la population américaine des méfaits de l’institution esclavagiste. À défaut d’infrastructure existante, Benjamin Lundy parcourait les États-Unis, imprimant son journal de manière itinérante, ne reculant devant aucun obstacle pour faire connaître ses publications. Il n’est pas surprenant que William Lloyd Garrison se soit inspiré, dans un contexte différent, de Lundy, puisqu’il fit auprès de lui l’une de ses premières expériences professionnelles.

  • 14 J. B. Stewart, Holy Warriors : The Abolitionists and American Slavery, New York, Hill and Wang, 19 (...)
  • 15 E. Dziembowski et M. Rapoport, Le débat sur l’abolition de l’esclavage. Grande-Bretagne, 1787-1840(...)

9Soulignons également la dette du mouvement abolitionniste américain envers le mouvement abolitionniste britannique, qui avait déjà donné une place de choix à l’imprimé. Tout en ayant recours à d’autres formes de mobilisation telles que la pétition, qui fut marginalisée dans la campagne américaine à la suite de la décision prise par la Chambre des représentants en 1836 d’ignorer les pétitions qu’on lui soumettrait14, les abolitionnistes britanniques s’étaient en effet efforcés de « noyer l’adversaire sous un flot d’écrits » en publiant des journaux (par exemple l’Anti-Slavery Monthly Reporter devenu par la suite Anti-Slavery Reporter), des revues et des brochures – une telle action étant rendue possible « par un taux élevé d’alphabétisation et par un réel appétit des Britanniques pour l’écrit »15. Ils continuèrent d’utiliser l’écrit une fois l’esclavage aboli dans leurs colonies, pour dénoncer l’institution esclavagiste américaine : aux périodiques (notamment The Anti-Slavery Advocate publié par Richard D. Webb, imprimeur du récit de Frederick Douglass en Irlande) et aux brochures (Five Thousand Strokes for Freedom. A Series of Anti-Slavery Tracts de Wilson Armistead, 1853) s’ajoutèrent de nombreux opuscules, parmi lesquels A Brief Notice of American Slavery, and the Abolition Movement (1846) de l’abolitionniste de Bristol John B. Estlin et un récit d’esclave, Slave Life in Georgia : A Narrative of the Life, Sufferings, and Escape of John Brown, a Fugitive Slave, Now in England (1855), publié par le secrétaire général de la British and Foreign Anti-Slavery Society, Louis Alexis Chamerovzow. L’abolitionnisme américain des années 1830 s’inspirait donc aussi, et peut-être avant tout, des abolitionnismes qui l’avaient précédé, sur le continent américain et dans les îles Britanniques.

  • 16 R. S. Newman, The Transformation of American Abolitionism, ouvr. cité, p. 89-96 et p. 179-180. Pou (...)
  • 17 P. P. Hinks, To Awaken My Afflicted Brethren : David Walker and the Problem of Antebellum Slave Re (...)
  • 18 W. S. Savage, The Controversy over the Distribution of Abolition Literature, 1830-1860, Washington (...)
  • 19 J. O. Horton et L. E. Horton, Black Bostonians, ouvr. cité, p. 88.

10Le recours de l’AASS à l’imprimé est enfin à replacer dans une longue tradition d’activisme littéraire noir contre l’esclavage et l’oppression raciale, en particulier dans la tradition polémique représentée par Richard Allen, Absalom Jones, James Forten et David Walker. Selon Richard S. Newman, ce serait même dans l’usage que les abolitionnistes des années 1830 firent de l’imprimé qu’on verrait la trace la plus nette de l’influence des activistes noirs de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle16. On sait les efforts déployés par David Walker – pour citer le plus connu d’entre eux – pour faire imprimer et surtout pour diffuser Appeal to the Coloured Citizens of the World (1829) dans le Nord, mais aussi en Géorgie, en Virginie et ailleurs dans le Sud, par l’intermédiaire d’agents, dans l’espoir d’atteindre les premiers concernés par son pamphlet, à savoir les esclaves eux-mêmes17. Ces efforts débouchèrent sur la criminalisation renforcée de la distribution de documents attaquant l’esclavage, qui par la suite devait concerner les abolitionnistes de l’AASS en premier lieu : il était désormais illégal dans la plupart des États du Sud d’avoir en sa possession ou de distribuer des publications « incendiaires »18. Ces nouvelles lois ne découragèrent aucunement les abolitionnistes qui, comme Walker avant eux, continuèrent, tant qu’ils en avaient les moyens, d’envoyer leurs publications dans le Sud. La filiation entre l’activisme noir et l’abolitionnisme des années 1830 est évidente quand on se rappelle qu’avant Garrison, le combat abolitionniste fut en partie mené par des Africains-Américains, dans les églises noires, les organisations maçonniques et des associations telles que la Massachusetts General Colored Association, dont Walker fut membre19. Elle mérite d’autant plus d’être soulignée qu’on s’intéresse ici spécifiquement, au sein de la production antiesclavagiste, à la forme d’expression noire qu’est le récit d’esclave.

Usages de l’imprimé dans le mouvement abolitionniste

  • 20 Les paragraphes qui suivent s’appuient en partie sur l’introduction à la monographie de R. Fanuzzi (...)
  • 21 J. R. McKivigan, The War against Proslavery Religion : Abolitionism and the Northern Churches, 183 (...)
  • 22 « Work for Abolitionists !! », Liberator, 15 juin 1838.
  • 23 H. Mayer, All on Fire : William Lloyd Garrison and the Abolition of Slavery, New York, St. Martin’ (...)

11Les méthodes d’organisation et les stratégies de diffusion de l’imprimé développées dans des contextes différents – culture évangélique, abolitionnismes antérieurs, activisme littéraire noir – furent reprises à leur compte par les activistes de l’AASS dans les années 183020. Non que les uns et les autres aient partagé les mêmes opinions : nous avons rappelé dans le premier chapitre le conservatisme de l’American Sunday School Union sur la question esclavagiste, auquel il faut ajouter ici celui de l’American Tract Society, qui toujours se refusa à publier la moindre ligne contre l’esclavage21. Mais en dépit de leurs différends idéologiques, les hommes et les femmes qui œuvraient soit pour l’instruction religieuse, soit pour l’abolition de l’esclavage (certains parvenant à concilier les deux formes d’engagement), accordaient une même valeur à l’écrit, intrinsèquement doté d’une force de conviction supérieure à la parole. On retrouve dans l’ensemble de la littérature abolitionniste un même discours : se confronter par la lecture aux idées abolitionnistes, c’était nécessairement être saisi par leur caractère de vérité et dans le même temps faire l’expérience d’une conversion immédiate et totale à la cause antiesclavagiste. « De manière générale, ceux qu’on a convertis par la lecture sont définitivement convertis »22, pouvait-on lire dans les pages du Liberator. Même lorsqu’ils diffusaient leurs publications dans le Sud des États-Unis, où l’on était a priori peu disposé à les lire, les abolitionnistes agissaient moins par esprit de provocation que dans l’espoir réel de convaincre la population sudiste de la légitimité de la cause abolitionniste. Le goût de l’imprimé comme vecteur idéologique tenait aussi à la sociologie du mouvement contre l’esclavage : on trouvait plusieurs (anciens) imprimeurs parmi les plus fervents abolitionnistes, à commencer par Garrison, qui avait passé ses années d’adolescence comme apprenti auprès du rédacteur en chef et imprimeur du Newburyport Herald, dans le Massachusetts23.

  • 24 « Declaration of Sentiments of the American Anti-Slavery Convention », Selections from the Writing (...)
  • 25 B. Wyatt-Brown, Lewis Tappan and the Evangelical War against Slavery, Baton Rouge, Louisiana State (...)
  • 26 R. R. John, Spreading the News : The American Postal System from Franklin to Morse, Cambridge (Mas (...)
  • 27 « Declaration of Sentiments of the American Anti-Slavery Convention », Selections from the Writing (...)
  • 28 « “Please Read and Circulate” », Friend of Man, 16 février 1841.

12Ainsi l’AASS mit-elle en œuvre les stratégies éditoriales et organisationnelles des associations et des individus dont elle héritait, à des fins de réforme sociale. Brochures et périodiques, en particulier, constituèrent l’une des armes les plus puissantes de l’arsenal antiesclavagiste, ainsi que le prévoyait la Déclaration de sentiments rédigée en décembre 1833 à Philadelphie à l’occasion de la naissance de l’association24. Du Liberator de William Lloyd Garrison (1831-1865) à American Slavery as It Is : Testimony of a Thousand Witnesses de Theodore Weld (1839) en passant par la grande campagne postale de 1835, lors de laquelle les planteurs du Sud virent arriver dans leurs postes des publications abolitionnistes par sacs entiers25, les abolitionnistes, dans les premières années d’existence du mouvement, déclinèrent l’imprimé sous toutes ses formes et diffusèrent leurs publications au plus grand nombre (nordistes et sudistes, planteurs et Noirs libres, hommes et femmes, adultes et enfants) et par tous les moyens possibles, rejetant dans le même temps d’autres modes d’action politique (expression de leur opinion dans les urnes, encouragement d’insurrections d’esclaves, etc.). Les sudistes réagirent pour leur part par une censure toujours renforcée (en particulier à partir de la seconde moitié des années 1830), qui prenait à l’occasion la forme spectaculaire de grands rassemblements lors desquels on brûlait des publications abolitionnistes, comme ce fut le cas à Charleston le 29 juillet 183526. Cela ne signifie pas, assurément, que l’imprimé fut le vecteur exclusif de diffusion du credo antiesclavagiste. Son action ne pouvait être efficace que combinée au travail des agents qui se chargeaient de prêcher la bonne parole jusque dans les villes et villages du Nord des États-Unis, et à l’existence d’un maillage serré de sociétés antiesclavagistes, comme l’indiquait aussi la Déclaration de sentiments de 183327. Imprimé, agents, sociétés antiesclavagistes : on avait là les trois principaux outils de l’action abolitionniste. Il n’en reste pas moins que l’imprimé gardait un statut privilégié dans la hiérarchie établie par les abolitionnistes, à côté d’une parole aux effets plus diffus. Si l’on pouvait refuser d’entendre cette dernière, l’imprimé, lui, était irrésistible, comme l’attestait le cas de ce vieil homme de plus de soixante-dix ans, « qui est longtemps resté imperméable aux arguments des conférenciers et prédicateurs antiesclavagistes, pour finalement […] devenir abolitionniste au terme d’inlassables lectures »28.

  • 29 La bibliographie sur les mouvements de réforme de la période antebellum est abondante. Voir par ex (...)
  • 30 « “Please Read and Circulate” », art. cité.

13On distingue une rhétorique similaire dans la littérature des organisations de réforme qui virent le jour au même moment : associations pour la réforme des prisons, organisations vouées à l’amélioration du traitement des malades mentaux, sociétés de lutte contre l’alcoolisme, etc. Les tenants de ces différentes formes d’activisme bienfaisant, qui avaient en commun un même désir d’améliorer la société, estimaient également qu’il était nécessaire d’informer, via la publication d’ouvrages, de brochures et de journaux, mais aussi par l’organisation de meetings, pour mieux réformer29. La parenté se perçoit jusque dans les mots d’ordre, parfois identiques, de l’un ou de l’autre des mouvements : ainsi le « Lisez et faites circuler » omniprésent sur les pages de titre des publications abolitionnistes – « Ce bon vieux slogan nous a beaucoup servi »30, notait un militant – apparaissait-il en tête du Journal of Public Morals, organe officiel de l’American Moral Reform Society. Pour les partisans de l’abolition de l’esclavage comme pour ceux qui luttaient contre la propagation du vice dans la jeunesse urbaine, il était impératif que la littérature réformatrice produite au sein des associations passe de main en main, afin de convertir une population la plus large possible. La presse abolitionniste ne manquait pas de recommandations sur cette question :

  • 31 « Our Publications », Emancipator, 22 mars 1838.

Jamais il n’y a eu une telle nécessité de diffuser la lumière abolitionniste au plus grand nombre. Ainsi chaque abolitionniste qui fait le trajet jusqu’à la ville devrait se faire un devoir d’emporter avec lui un stock de livres et de brochures à faire circuler auprès de ses voisins.31

  • 32 « Advice », Liberator, 26 mars 1831.
  • 33 « The Walker Meetings », North Star, 4 février 1848.
  • 34 A. Grimké, Letters to Catherine E. Beecher, in Reply to an Essay on Slavery and Abolitionism, Addr (...)
  • 35 The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman. A Narrative of Real Life, Syracuse, J. G. K. T (...)

14Ce souci de la dispersion effective de l’imprimé s’exprimait au travers de métaphores météorologiques variées, dont la plus courante était celle de la goutte de pluie, d’abord articulée par William Lloyd Garrison dans l’un des premiers numéros du Liberator : l’une des missions principales de la société antiesclavagiste nationale nouvellement créée devait être de « faire pleuvoir les brochures [abolitionnistes] sur le pays »32. On trouvait à l’occasion l’image du flocon de neige33, ainsi que celle de la feuille d’automne, par exemple chez Angelina Grimké, qui souhaitait que « ces publications parsèment le pays telles les feuilles de l’automne »34. Ce langage métaphorique apparaissait jusque dans certains récits d’esclaves, par exemple celui de Jermain W. Loguen, où il est dit que « brochures, journaux et livres » recouvraient l’État de New York « telles les feuilles d’automne » grâce à l’action de l’association antiesclavagiste locale dans les années 183035.

  • 36 J. Wilson, « The Early Anti-Slavery Propaganda », More Books : The Bulletin of the Boston Public L (...)
  • 37 « Anti-Slavery Depository », Emancipator, 17 mai 1838.
  • 38 « Philadelphia Anti-Slavery Depository », Emancipator, 28 juin 1838.
  • 39 T. A. Goddu, « The Antislavery Almanac and the Discourse of Numeracy », Book History, vol. 12, 200 (...)
  • 40 « Light For the People », Nantucket Inquirer, 13 janvier 1841, cité par L. Pratt, « Speech, Print, (...)

15La mise en place d’un système de distribution efficace calqué sur celui des associations évangéliques fut donc une des priorités de l’AASS des années 1830. Si la publication d’ouvrages et de brochures se faisait la plupart du temps sous sa responsabilité36, la distribution était déléguée aux sociétés auxiliaires créées à l’échelon des États, des comtés et des villes. Celles-ci stockaient les publications de l’AASS dans des dépôts de livres qui se multiplièrent pendant les années 1830, par exemple à Hartford, où la Connecticut Anti-Slavery Society créa un dépôt de livres en mai 1838 : on y trouvait « toutes les publications de l’American Anti-Slavery Society […] au même prix qu’à New York »37 ; à Philadelphie également, où la Pennsylvania Anti-Slavery Society ouvrit son dépôt en juin 183838. L’AASS appela également à la création de bibliothèques abolitionnistes pour celles et ceux qui ne souhaitaient ou ne pouvaient faire l’acquisition des ouvrages proposés dans les dépôts. Elle élabora un système de vente fondé sur des séries (sets) de livres à différents prix, s’ajoutant les unes aux autres pour former une bibliothèque complète39. Jusque sur l’île de Nantucket, au large des côtes du Massachusetts, on pouvait trouver dans la bibliothèque abolitionniste locale une collection d’ouvrages « aussi large que dans n’importe quelle autre bibliothèque abolitionniste du pays » ; il était possible d’y consulter gratuitement « les principaux périodiques antiesclavagistes »40. Tout était donc fait pour que nul ne puisse échapper à la « lumière abolitionniste » que le comité exécutif de l’AASS s’efforçait de faire rayonner depuis ses bureaux de New York.

Narrative of James Williams, outil de propagande abolitionniste

16Le paysage éditorial que nous venons de décrire constitue la toile de fond sur laquelle il faut inscrire l’histoire éditoriale de Narrative of James Williams. C’est bien par cet aspect que le récit de James Williams est remarquable : il s’agit du seul récit d’esclave dont le processus de publication et de distribution fut entièrement contrôlé par une association abolitionniste, en l’occurrence l’AASS. On range souvent dans cette catégorie les récits ultérieurs de Frederick Douglass et William Wells Brown, sans se rendre compte que ceux-ci furent publiés selon un dispositif éditorial différent de celui de James Williams. Contrairement aux récits de Douglass et Brown, et contrairement aux autres récits abordés dans ce chapitre, Narrative of James Williams fut conçu par les abolitionnistes comme un outil de propagande. De fait, le texte circula exclusivement au sein de leurs réseaux de diffusion, tout au moins jusqu’à ce que son authenticité soit remise en cause par des sudistes qui résidaient dans la région où Williams prétendait avoir été esclave. Narrative of James Williams connut une histoire éditoriale courte – elle commence et se termine pendant l’année 1838 – mais riche en rebondissements.

De James Williams à James Williams

  • 41 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, Boston Public Library (ci-après BPL), 4 janvier 1838, (...)
  • 42 Les informations biographiques sur James Williams / Shadrach Wilkins sont tirées de l’introduction (...)
  • 43 Le Chemin de fer clandestin (Underground Railroad) était un réseau secret de routes, d’étapes et d (...)

17C’est dans les minutes du comité exécutif de l’AASS qu’on trouve la première référence connue au récit de James Williams. Le 4 janvier 1838, le comité prit la décision de faire appel aux services du poète abolitionniste John Greenleaf Whittier pour « écrire le récit de la vie & de la fuite d’un esclave fugitif récemment arrivé dans la région »41. Il s’agissait de James Williams – ou, de son vrai nom, Shadrach Wilkins. Né en Virginie entre 1805 et 1810, Wilkins avait appartenu à Joseph et Adelaide Janey, propriétaires de la plantation de Monte Verde, avant d’être revendu en 1834 à un planteur d’Alabama du fait de son implication dans une tentative de meurtre contre un voisin des Janey42. Il avait fui l’Alabama en 1835, aidé par un abolitionniste se faisant passer pour son maître ; leur périple connut cependant une fin prématurée à Baltimore, lorsque Wilkins – qui se faisait désormais appeler James Williams – fut capturé puis confié à un marchand d’esclaves qui l’envoya à La Nouvelle-Orléans. Là, l’esclave prit une nouvelle fois la fuite à bord d’un bateau qui devait remonter le Mississippi puis l’Ohio, sur lequel Wilkins – devenu Jim Thornton – se fit passer pour un membre du personnel. Enfin parvenu en territoire libre, il passa quelque temps à Cincinnati avant de se décider à rejoindre New York à la fin de l’année 1837, via le Chemin de fer clandestin de Pennsylvanie43, et grâce à l’aide d’un certain Emmor Kimber. Wilkins, qui avait alors repris le pseudonyme de James Williams, arriva à New York le 1er janvier 1838.

18Aux abolitionnistes de Pennsylvanie comme à ceux de New York, il raconta son histoire, conservant les grandes lignes – la naissance en Virginie, le départ pour l’Alabama – mais modifiant la plupart des détails : il cacha l’identité réelle de ses différents maîtres, omit de parler de l’affaire de meurtre dans laquelle il avait été impliqué (ce qui se comprend aisément) et prétendit qu’il arrivait tout juste d’Alabama. Peut-être Williams voulait-il s’assurer que personne ne retrouverait sa trace. Il aurait alors accepté de faire le récit (falsifié) de son histoire aux abolitionnistes dans le seul but de gagner leur sympathie et dans l’espoir que ceux-ci l’aideraient ensuite à quitter le plus rapidement possible le territoire américain. En effet, James Williams embarqua pour Liverpool à la fin de janvier 1838, avant même la parution de son récit, muni d’une chaleureuse lettre de recommandation de Lewis Tappan. Hormis une brève mention dans une lettre d’un abolitionniste britannique envoyée à Tappan peu après, on n’entendit plus jamais parler de Williams. Son récit publié, en revanche, n’avait pas fini de faire parler de lui.

  • 44 On s’en aperçoit notamment en feuilletant son journal de l’année 1838 : chaque article qui paraiss (...)
  • 45 « “The Slave : or Memoirs of Archy Moore” », Emancipator, 8 mars 1838, et minutes du comité exécut (...)
  • 46 « Political Hints », Liberator, 23 mars 1838.
  • 47 Il avait notamment publié Justice and Expediency ; or, Slavery Considered with a View to Its Right (...)

19Williams n’avait donc pas décidé de lui-même d’écrire ou de faire écrire son récit. À l’origine de cette initiative, il y eut l’un des abolitionnistes de l’AASS – vraisemblablement Tappan, alors membre du comité exécutif de l’association, qui s’investit comme nul autre dans la publication, la promotion, puis la défense de Narrative of James Williams44. Il est possible que Tappan ait été inspiré par des lectures antérieures : il avait selon toute probabilité lu le récit d’esclave de Charles Ball, réédité en 1837 par un éditeur new-yorkais, ainsi que le roman The Slave de l’auteur blanc Richard Hildreth (1836), autobiographie fictionnelle d’un esclave nommé Archy Moore, dont l’AASS s’apprêtait justement à suspendre la vente dans ses locaux, en partie parce qu’elle ne cautionnait pas le caractère fictionnel de l’ouvrage45. Il n’est pas surprenant qu’au moment même où elle bannissait de son catalogue un récit d’esclave fictif, l’AASS ait cherché à y inclure un récit d’esclave (supposément) authentique ; et l’on comprend alors qu’un de ses lecteurs ait pu voir dans la personne de James Williams « le vrai Archy Moore »46. Quant à John Greenleaf Whittier, il avait dû s’imposer au comité de l’AASS comme l’un des meilleurs choix possible pour donner au livre la tournure et le rayonnement voulus : avant même de devenir l’un des plus célèbres poètes américains du xixe siècle, Whittier était un nom relativement connu à l’époque, comme rédacteur en chef d’un journal important, le New England Weekly Review, pamphlétaire et poète47.

  • 48 Cité par D. P. Nord, Faith in Reading, ouvr. cité, p. 119.
  • 49 « Alabama Beacon versus James Williams », Emancipator, 30 août 1838.
  • 50 « Interesting Narrative », Liberator, 2 février 1838.

20Un témoignage d’esclave, retranscrit à la première personne par un abolitionniste reconnu, publié sous forme de volume séparé : il s’agissait là d’un type de document dont l’AASS ne disposait pas en 1838 et qui trouverait à coup sûr un public. Déjà l’American Tract Society avait relevé l’importance du « récit » dans sa mission d’évangélisation et de moralisation, la forme narrative étant plus à même d’intéresser les foules que la forme argumentative : « Il nous faut des brochures écrites dans un style extrêmement simple, et surtout des récits propres à saisir et à retenir l’attention. »48 Le récit de Williams servait exactement ce dessein : impressionner le lecteur par un récit simple (ce que le récit de Charles Ball, long de 517 pages, n’était pas) et vrai (ce que le roman de Richard Hildreth n’était pas non plus), qui informerait tout en captivant. James G. Birney et Lewis Tappan expliquèrent par la suite que le récit de Williams plaisait au public précisément parce qu’il présentait des faits connus « sous la forme d’un récit linéaire »49. Et le récit n’avait pas encore paru que déjà Tappan affirmait qu’il serait « palpitant »50 – thrilling, dans le texte, adjectif qu’on trouve appliqué à la quasi-totalité des récits d’esclaves.

  • 51 Lettre de Theodore D. Weld à James G. Birney, 12 janvier 1838, D. L. Dumond éd., Letters of James (...)
  • 52 « James Williams – The Fugitive Slave », Emancipator, 25 janvier 1838.
  • 53 Emancipator, 8 février 1838 ; lettre de Theodore D. Weld à James G. Birney, 5 février 1838, D. L. (...)
  • 54 S. F. Patton, African-American Art, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 77.

21Ainsi l’AASS se lança-t-elle sans tarder dans la publication du récit de Williams. Entre l’arrivée de ce dernier à New York le jour de l’An et le moment où il fut décidé de faire de son histoire un livre, trois jours à peine s’écoulèrent. Une semaine plus tard, Theodore Weld annonçait à James G. Birney – de façon prématurée – que l’ouvrage était sur le point de sortir51. Il fallut à Whittier un peu plus de temps pour remettre un manuscrit complet à l’imprimeur, comme l’indique sa préface datée du 24 janvier. Dès le 25, on pouvait lire dans les pages de l’Emancipator que le « récit authentique de cet esclave – désormais un homme libre » était « sous presse » et « paraîtra[it] prochainement »52. Le récit vit finalement le jour pendant la seconde semaine de février53, sous le titre suivant : Narrative of James Williams, an American Slave ; Who Was for Several Years a Driver on a Cotton Plantation in Alabama. La page de titre arborait la mention « Published by the American Anti-Slavery Society », qui n’apparaît sur aucun autre récit d’esclave. Au frontispice figurait un portrait exécuté par Patrick H. Reason, graveur africain-américain auquel abolitionnistes noirs et blancs commandèrent de nombreux portraits54. L’acteur principal de la publication n’était donc pas l’esclave à l’origine du récit, mais une organisation tierce jouant le rôle de relais entre l’esclave et le lectorat potentiel.

  • 55 « Political Hints », art. cité.
  • 56 Narrative of James Williams, an American Slave, H. Trent éd., ouvr. cité, p. 12.
  • 57 R. B. Stepto, From behind the Veil : A Study of Afro-American Narrative, Urbana, University of Ill (...)

22Tout, dans le paratexte de cette première édition, était axé sur la notion d’authenticité. Le portrait, d’abord, incarnait l’esclave dans une forme reconnaissable, ayant valeur de preuve de son existence, comme le notait le lecteur déjà cité : « James Williams est réel. Cet admirable portrait […] est l’image d’un homme qui existe véritablement. »55 Dans la préface, Whittier présentait le récit comme une « histoire simple et sans fard »56 et précisait qu’il avait tenté de reproduire les mots de Williams aussi fidèlement que possible, en s’abstenant du moindre commentaire personnel ; il corroborait les horreurs racontées par Williams en reproduisant des annonces d’esclaves en fuite tirées de la presse sudiste ; il invitait le lecteur à vérifier par lui-même les faits relatés dans le livre en s’adressant aux abolitionnistes pennsylvaniens et new-yorkais qui avaient aidé Williams dans sa fuite (Emmor Kimber, Lewis Tappan, James G. Birney et d’autres). Comme si tout cela n’avait pas suffi, Whittier ajoutait en fin d’ouvrage une annexe où des résidents du Sud témoignaient des pratiques barbares des maîtres sur les plantations de Virginie et d’Alabama. Ce paratexte authentifiant devenait plus envahissant encore dans une des éditions ultérieures du récit, dont la page de couverture portait un titre modifié – Authentic Narrative of James Williams, an American Slave – suivi de la liste des abolitionnistes qui pouvaient garantir la véracité du récit (fig. 1). On avait là un exemple typique de ce que Robert B. Stepto, dans sa typologie des récits d’esclaves, nomme le récit « éclectique » : un récit polyphonique, dans lequel les voix étrangères (blanches) se multiplient aux seuils du texte pour corroborer la parole intrinsèquement faillible de l’esclave (noir)57. On note cependant que, contrairement à d’autres récits éclectiques, rien ou presque dans le paratexte de Narrative of James Williams ne prouvait que l’histoire spécifique de Williams était véridique : tout au plus pouvait-on affirmer que les annonces d’esclaves en fuite dans la préface et les témoignages sudistes en annexe la rendaient crédible. En martelant que le récit était authentique, les abolitionnistes responsables de sa publication essayaient d’accomplir de manière performative ce qu’ils ne pouvaient objectivement démontrer.

Fig. 1. Couverture de l’édition bostonienne de Narrative of James Williams, an American Slave (1838).

Fig. 1. Couverture de l’édition bostonienne de Narrative of James Williams, an American Slave (1838).

Source : American Antiquarian Society

Métamorphoses matérielles

  • 58 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 15 février 1838, p. 38 ; 5 avril 1838, p. 47 ; 21 (...)
  • 59 « Narrative of James Williams », Liberator, 9 mars 1838.
  • 60 « Narrative of James Williams », Zion’s Herald, 21 mars 1838.

23Williams ayant quitté les États-Unis dès le mois de janvier 1838, il appartenait à l’AASS de s’assurer de la promotion et de la diffusion de son récit. L’association mit toutes ses ressources au service de Narrative of James Williams. Il suffit d’examiner les chiffres de tirage, inscrits dans les minutes de l’AASS, pour prendre la mesure du phénomène : 5 000 exemplaires furent tirés en février, 10 000 en avril, 20 000 en juin, puis 20 000 à nouveau en septembre, alors même que la controverse autour du récit battait son plein58. Certes, il n’était pas exceptionnel pour l’AASS de tirer des brochures ou des ouvrages à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires en ayant recours au procédé de stéréotypie, mais c’est la première fois qu’un récit d’esclave était concerné. L’enthousiasme initial des lecteurs, qui se manifestait dans des lettres envoyées aux journaux abolitionnistes et à travers des recensions élogieuses, ne pouvait qu’encourager l’AASS. Ainsi un certain Memento espérait-il que Narrative of James Williams serait « lu par toutes et par tous »59 et le pasteur méthodiste A. D. Sargeant recommandait-il l’ouvrage « à toute personne qui souhaite savoir comment on traite aujourd’hui les esclaves dans les plantations du Sud »60.

  • 61 Emancipator, 12 avril 1838.
  • 62 On trouve l’un ou l’autre des prix selon les sources (voir par exemple Emancipator, 15 février 183 (...)
  • 63 « James Williams in Every Family », Emancipator, 12 avril 1838. Delavan était particulièrement act (...)
  • 64 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 5 avril 1838, p. 47.
  • 65 R. R. John, Spreading the News, ouvr. cité, p. 262.
  • 66 « Conflagration Extra !! », Emancipator, 15 novembre 1838.
  • 67 « From the Far South », Advocate of Freedom, 7 juin 1838.
  • 68 New York Commercial Advertiser, 26 septembre 1838. Le terme « section » est couramment utilisé à l (...)

24Grisée par l’accueil positif réservé au récit de Williams au sein de la communauté abolitionniste, l’AASS se voyait déjà mettre entre les mains des familles du Nord pas moins « d’UN MILLION d’exemplaires »61. Pour ce faire, elle entreprit de diversifier les formats de publication : d’abord publié sous forme d’un livre de 108 pages, et vendu entre 18 ¾ et 25 cents l’exemplaire (ou entre 14 et 17 dollars la centaine d’exemplaires)62, Narrative of James Williams reparut rapidement dans une édition « bon marché » (cheap edition) qui consistait en un large prospectus de huit pages, sur lequel un texte en caractères de très petite taille se trouvait tassé sur trois colonnes ; la centaine d’exemplaires ne coûtait plus que 1 dollar. Cette édition était en même temps le sixième numéro d’une série de prospectus créée par l’AASS, l’« Anti-Slavery Examiner ». C’est Edward C. Delavan, mieux connu pour sa participation à la lutte contre l’alcoolisme, qui avait songé à ce format : « James Williams, écrivait-il, devrait être publié sous forme de prospectus et vendu par milliers – par dizaines de milliers, par centaines de milliers […]. »63 Le comité exécutif de l’AASS prit acte de cette suggestion, ordonnant que le récit soit « stéréotypé, au format in-quarto, […] & 10 000 exemplaires imprimés, sur un papier semblable à celui utilisé pour l’Advocate of Moral Reform »64. On voit ici l’ambiguïté du format, entre prospectus et journal, comme l’indique la référence à l’Advocate of Moral Reform. Ce choix n’était sans doute pas un hasard. Comme le rappelle Richard R. John dans son histoire du système postal aux États-Unis, les employés de la poste avaient alors pour obligation de transmettre tous les journaux, quels qu’ils soient, imprimés dans le format réglementaire, mais pouvaient faire obstruction à l’envoi de brochures, périodiques ou magazines65. Sous la forme d’un journal qui n’en était pas un, le récit de Williams pouvait donc sans difficulté être envoyé dans le Sud : le 20 octobre 1838, dans la rue principale de Richmond, en Virginie, la police brûla, parmi d’autres publications, des exemplaires de Narrative of James Williams que les abolitionnistes entendaient faire circuler dans la région66. Il semble que malgré la censure, certains exemplaires soient arrivés entre les mains de lecteurs sudistes, à l’instar de ce planteur d’Alabama curieux d’en savoir plus sur l’abolitionnisme et se disant « ravi » d’avoir pu lire le récit de Williams, qui lui paraissait tout à fait crédible67. James G. Birney soulignait lui-même les efforts fournis pour diffuser le récit dans le Sud : des exemplaires avaient été envoyés « à tous les journaux avec lesquels nous communiquons – aux receveurs des postes et à des multitudes d’autres personnes dans cette section du pays »68. La forme du prospectus/journal simplifiait la diffusion du récit en le rendant plus accessible : il était plus léger, plus facilement transportable, et moins cher… mais aussi plus fragile.

  • 69 « Extract from the Narrative of James Williams », Liberator, 16 mars 1838 ; « Extract from the Nar (...)

25Les métamorphoses matérielles de Narrative of James Williams ne s’arrêtèrent pas là. Les deux éditions – livre et prospectus – reparurent à Boston : la première fut publiée par Isaac Knapp, l’associé de William Lloyd Garrison, et la seconde fut incluse dans une collection lancée par la Massachusetts Anti-Slavery Society, l’« Abolitionist’s Library », dont elle constituait le troisième numéro. Mieux encore, le 8 septembre 1838, le récit de Williams fut intégralement reproduit dans le journal de l’abolitionniste La Roy Sunderland, le Zion’s Watchman. Le rédacteur en chef bousculait la présentation habituelle de son journal pour faire rentrer sur deux pages du Watchman les huit pages du prospectus (fig. 2). Plus classiquement, on trouvait des extraits du récit de Williams dans les grands titres de la presse abolitionniste comme le Liberator et dans des publications plus locales telles que la Hampshire Gazette69.

Fig. 2. Le récit de James Williams dans Zion’s Watchman, 8 septembre 1838

Fig. 2. Le récit de James Williams dans Zion’s Watchman, 8 septembre 1838

Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, sn94096017

26Ainsi réduit à des espaces de plus en plus confinés – livre, prospectus, journal – et publié par une puissante organisation abolitionniste, Narrative of James Williams pouvait circuler en différents points du territoire au même moment. Toute la machine abolitionniste fut mise au service de la diffusion du récit, que ce soit dans le comté de Litchfield, dans le Connecticut :

  • 70 Emancipator, 26 juillet 1838.

Nos amis du comté de Litchfield se sont attelés à cette tâche avec énergie. Ils ont mis en circulation 4 000 exemplaires du récit de James Williams, de sorte que chaque famille de la région en ait un à sa disposition […].70

27ou à Utica, dans l’État de New York :

  • 71 Friend of Man, 11 juillet 1838. On peut déduire du nombre d’exemplaires distribués et de leur prix (...)

Notre Société antiesclavagiste vient de distribuer le récit de Williams à travers la ville tout entière. Chaque famille, magasin et bureau a reçu un exemplaire, et les pensions de famille en ont reçu deux ou trois. Cela a représenté 1 357 exemplaires, pour un coût de 13,57 $, plus la rémunération d’un garçon de course pendant un peu plus de deux jours.71

28ou encore dans le New Jersey :

  • 72 Emancipator, 5 avril 1838.

On rapporte que dans une bourgade du New Jersey, un unique exemplaire du récit de James Williams a permis de convertir à l’abolitionnisme deux ou trois citoyens respectables, ainsi que plusieurs membres de leur famille, soit six personnes en tout. Poursuis ton chemin, petit livre : qui peut te lire sans éprouver de la compassion pour l’esclave ?72

  • 73 « Work for Abolitionists !! », art. cité.
  • 74 « Catalogue of Publications », American Anti-Slavery Almanac, for 1839, New York, 1838, deuxième e (...)
  • 75 « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité ; « Montgomery County », Friend of Man, 25 jui (...)
  • 76 « Narrative of James Williams », Friend of Man, 18 avril 1838.
  • 77 L’encart apparaît pour la première fois le 30 mars 1838 et pour la dernière fois le 19 octobre 183 (...)

29Toute bonne bibliothèque abolitionniste se devait de proposer le récit de Williams73, dont on pouvait également faire l’acquisition dans l’un des nombreux dépôts de livres antiesclavagistes alors établis dans le Nord et l’Ouest – à New York, Boston, Hartford, Providence, Philadelphie, Utica, Cincinnati, Pittsburgh, et dans d’autres villes encore74. Il fut envoyé gratuitement à tous les membres du Congrès peu après sa sortie et distribué ponctuellement par des volontaires faisant du porte-à-porte ou attendant à la sortie d’une église – quitte parfois à essuyer insultes et menaces, comme ce fut le cas pour D. I. Robinson à Northfield, dans le New Hampshire75. L’objectif visé n’était rien de moins que la saturation de l’espace public et de l’espace privé par le récit de Williams : « Il faut faire en sorte qu’il soit disponible sur tous les navires de ligne et tous les paquebots – dans toutes les salles de bar, les magasins et les échoppes – dans tous les services de comptabilité, les bureaux, les salons et les cuisines […]. »76 En somme, on retrouvait dans la distribution de Narrative of James Williams la dynamique à l’œuvre dans la distribution de documents religieux par les associations évangéliques : l’AASS s’efforçait de subvertir la loi du marché en faisant en sorte que l’offre crée la demande, et non l’inverse. Cela ne l’empêchait pas de mener une campagne promotionnelle vigoureuse dans la presse abolitionniste, de l’Emancipator au Philanthropist en passant par le Liberator, qui publia un même encart publicitaire illustré tout au long de l’année 1838 (fig. 3)77.

Fig. 3. Encart publicitaire pour Narrative of James Williams, an American Slave dans le Liberator, 30 mars 1838

Fig. 3. Encart publicitaire pour Narrative of James Williams, an American Slave dans le Liberator, 30 mars 1838

Source : American Antiquarian Society

  • 78 Emancipator, 3 mai 1838.
  • 79 « Depository of the Ohio A. S. Society », Philanthropist, 22 mai 1838.
  • 80 « Narrative of James Williams », Philanthropist, 22 mai 1838.
  • 81 « In the Press », Emancipator, 12 avril 1838 ; « Letters from the Editor. No. I », Friend of Man, (...)
  • 82 « Caution », Emancipator, 15 mars 1838. Il semble que cette édition soit en fait l’édition bostoni (...)

30Tout porte à croire que le milieu abolitionniste fut réceptif à cette entreprise éditoriale de grande envergure. On pouvait ainsi lire dans l’Emancipator que le tirage de 10 000 exemplaires de l’édition « bon marché » du récit avait été vendu (par l’AASS aux associations auxiliaires) en à peine deux jours, et qu’il avait fallu immédiatement relancer une impression pour satisfaire la demande78. L’intérêt n’était pas moindre au niveau local, comme le laissait entendre le responsable du dépôt de livres de l’Ohio Anti-Slavery Society, qui affirmait que « plusieurs centaines d’exemplaires du récit de James Williams avaient été vendus en l’espace d’une semaine ou deux »79. De manière exceptionnelle, l’Ohio Anti-Slavery Society décida d’imprimer elle-même 6 000 exemplaires du prospectus plutôt que d’attendre une livraison de l’AASS, afin de les distribuer aux délégués d’une convention politique qui devait se réunir à la fin du mois de mai 183880. De toutes parts fusaient les commandes des associations auxiliaires : 10 000 exemplaires pour l’Albany Young Men Anti-Slavery Society, 2 500 pour la Wayne County Anti-Slavery Society et encore 5 000 pour l’Onondaga County Anti-Slavery Society, trois associations situées dans l’État de New York81. Peut-être faut-il voir un indice du succès rencontré par Narrative of James Williams dans le fait qu’une édition non autorisée ait circulé, au grand dam des membres de l’AASS82. Il y avait bien des profits à tirer de la vente du récit de Williams, même si dans le cas de l’AASS, qui n’était pas une organisation à but lucratif, ces profits étaient réinjectés dans la publication et la distribution d’autres livres, brochures et périodiques abolitionnistes.

  • 83 « A Plan of Distribution », Emancipator, 14 juin 1838.
  • 84 « Onondaga Co. Meeting », art. cité.

31En effet, il ne faudrait pas, en se focalisant sur l’histoire éditoriale du récit de Williams, donner l’impression que ce document avait une place à part dans la propagande imprimée de l’AASS. Assurément, Narrative of James Williams bénéficia d’une visibilité importante, due d’abord à son statut de témoignage direct sur l’institution esclavagiste et redoublée ensuite par la controverse autour de l’authenticité du récit. L’AASS ne considérait pas pour autant le récit de Williams comme l’arme qui mettrait fin à tout débat ; ce document ne pouvait à lui seul constituer une preuve suffisante du bien-fondé de l’idéologie abolitionniste. Lorsqu’il était question de Narrative of James Williams dans la presse abolitionniste, l’ouvrage apparaissait souvent aux côtés de deux autres titres également publiés dans la série « Anti-Slavery Examiner » en 1838 : Emancipation in the West Indies. A Six Months’ Tour in Antigua, Barbadoes, and Jamaica, in the Year 1837 de James A. Thome et J. Horace Kimball et Correspondence, between the Hon. F. H. Elmore, One of the South Carolina Delegation in Congress, and James G. Birney, One of the Secretaries of the American Anti-Slavery Society. Le premier montrait que l’abolition de l’esclavage dans les Antilles britanniques, loin de donner lieu au chaos prédit par les pro-esclavagistes, avait eu des conséquences positives pour la nouvelle population libre, en termes d’accès à l’éducation par exemple ; le second consistait en un exposé détaillé des principes, méthodes et objectifs du mouvement abolitionniste. On avait donc trois documents conçus comme trois types de discours sur les trois temps de l’action abolitionniste : constat de l’horreur de l’institution esclavagiste avec le récit de Williams, stratégies à mettre en place avec la correspondance entre Elmore et Birney, bienfaits de la liberté à venir avec le journal de Thome et Kimball. L’efficacité des trois textes ne pouvait venir que de leur lecture conjointe. Ainsi l’Emancipator proposait-il de les distribuer simultanément, dans les proportions suivantes pour une communauté de 1 500 habitants : 300 exemplaires de Narrative of James Williams, 25 exemplaires d’Emancipation in the West in Indies et 124 exemplaires de Correspondence (le tout coûtait la modique somme de 10 dollars)83. D’autres abolitionnistes privilégiaient quant à eux le journal de Thome et Kimball au récit de Williams84. Quelle que soit la priorité donnée à telle ou telle publication, l’objet qu’est Narrative of James Williams doit se comprendre non seulement dans sa spécificité de témoignage sur l’institution esclavagiste, mais aussi dans la relation qu’il entretenait avec la vaste production imprimée du mouvement abolitionniste, au-delà des deux titres cités. La particularité du récit de Williams est bien d’avoir été totalement intégré à la culture imprimée abolitionniste de l’AASS des années 1830. Le dispositif éditorial qui présida à la publication et à la distribution du récit explique qu’il ait pu être reproduit à des centaines de milliers d’exemplaires, ce qui ne fut le cas d’aucun autre récit d’esclave. En même temps qu’une force, ce dispositif se révéla être une faiblesse : c’est précisément parce que sa production fut à ce point encadrée par les abolitionnistes que le récit de Williams fut si violemment attaqué.

Chronique d’un scandale

  • 85 « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité.
  • 86 « Tricks of Abolitionism », New York Commercial Advertiser, 19 septembre 1838.

32Lorsque s’élevèrent les premières protestations contre Narrative of James Williams, celles-ci furent adressées moins à Williams qu’à l’AASS, à son organe officiel (The Emancipator) et aux membres de l’association qui avaient pris part à la publication du récit – Tappan, Birney et Whittier –, tous rendus responsables de ce que certains qualifiaient alors de grossière imposture. On avait « fait dire » à Williams les mensonges qui émaillaient cette « atroce publication » des abolitionnistes85, et le récit fut considéré comme un exemple supplémentaire des « multiples artifices par lesquels l’American Anti-Slavery Society ne cesse de duper le public »86. Le dispositif éditorial décrit précédemment explique que Williams n’ait pas été la cible principale de cette offensive sudiste, dont il faut retracer les grandes étapes pour en évaluer les conséquences sur la diffusion du récit.

  • 87 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, p. 120-126.
  • 88 Emancipator, 5 avril 1838.
  • 89 « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité.

33La campagne contre le récit de Williams débuta quelques semaines seulement après sa parution. Elle fut menée par John B. Rittenhouse, résident du comté de Greene, dans l’Alabama, où Williams avait situé la deuxième partie de son récit (il avait en réalité vécu dans le comté de Dallas) ; Rittenhouse se trouvait être le rédacteur en chef de l’Alabama Beacon, journal publié à Greensborough, dans lequel il lança la controverse. Hormis quelques interventions d’un auteur non nommé dans le New York Commercial Advertiser, celle-ci eut lieu essentiellement dans les pages de l’Emancipator et de l’Alabama Beacon, entre mars et octobre 1838. La communication rapide entre les deux organes, et donc la controverse elle-même, fut rendue possible par la pratique, courante à l’époque, de l’échange de journaux : tout rédacteur en chef pouvait envoyer des exemplaires de son journal à un autre rédacteur en chef sans avoir à payer de frais de port ; les échanges se faisaient le plus souvent de façon réciproque. Il n’était pas rare que des opposants politiques échangent leurs publications respectives, afin de connaître les positions de l’ennemi87. Rittenhouse avait accepté un tel échange avec l’Emancipator, reconnaissant la puissance du mouvement abolitionniste et la nécessité de se renseigner sur ses arguments et ses stratégies88. C’est donc l’AASS qui, désireuse de diffuser ses publications dans le Sud, avait attiré l’attention des sudistes sur l’existence du récit de Williams. Sûrs d’eux, les abolitionnistes communiquèrent un exemplaire de Narrative of James Williams à Rittenhouse89.

34Ce dernier ne tarda pas à riposter. Dès le 29 mars, il lançait une première salve :

  • 90 Cité ibid. On ne connaît des propos de Rittenhouse que ce qui a été reproduit dans l’Emancipator. (...)

Notre correspondant nous a fait l’honneur de nous envoyer une brochure abolitionniste mensongère intitulée Narrative of James Williams, dont de copieux extraits sont reproduits dans l’organe de cette secte. Nous n’avons pas encore eu l’occasion de lire l’ouvrage dans sa totalité, mais certains des plus anciens résidents de ce comté nous assurent qu’il s’agit là d’un amas purulent de contre-vérités, d’une pitoyable et « indigne invention de l’ennemi » […].90

  • 91 Lettre de Lydia Maria Child à Angelina Grimké, 26 décembre 1838, G. H. Barnes et D. L. Dumond éd., (...)

35Rittenhouse n’avait pas de mots assez forts pour exprimer sa haine contre ce récit, dont il dénonçait, avant toute chose, le caractère mensonger. Une grande partie de son argumentaire reposait sur le fait que la famille Larrimore, à laquelle Williams prétendait avoir appartenu en Virginie puis en Alabama, n’avait jamais existé : nul n’en avait entendu parler parmi les éminents résidents des deux États interrogés par Rittenhouse ; le registre des impôts du comté de Greene ne faisait mention ni d’un George Larrimore, ni d’aucun des voisins mentionnés par Williams. Les recherches de Hank Trent ont depuis montré que George Larimer (l’orthographe varie) était en réalité le beau-fils d’Adelaide Janey, la véritable propriétaire de Williams en Virginie, qui habitait dans le comté d’Essex et non dans celui de Powhatan comme l’indiquait le récit ; en Alabama, Williams n’avait plus aucun lien avec les Larimer. Autant de modifications qui mirent les abolitionnistes dans l’embarras lorsqu’il fallut se justifier. Ceux-ci menèrent leur propre enquête sans obtenir de résultats concluants. L’absence de James Williams ne facilitait pas les choses, comme le laissait entendre Lydia Maria Child dans une lettre à Angelina Grimké : « Mais où est donc James Williams ? N’y a-t-il pas moyen de le retrouver afin de vérifier ses propos ? »91

  • 92 Lettre de Lydia Maria Child à Theodore Weld, 29 décembre 1838, ibid., p. 735-736.
  • 93 « James Williams », Emancipator, 16 août 1838.
  • 94 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 16 août 1838, p. 92-93.
  • 95 Lewis Tappan Papers, Library of Congress, Journals and Notebooks, 29 août 1838, p. 256.
  • 96 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 20 septembre 1838, p. 95.

36Tout en continuant de collecter des informations sur Williams, les membres de l’AASS comprirent peu à peu que l’ancien esclave n’avait pas raconté toute la vérité sur sa vie. S’adressant cette fois à Theodore Weld, Lydia Maria Child exprimait son avis sur la question : « À vous et moi, qui considérons les fondements de l’esclavage, peu importe que James Williams ait dit la vérité ou non ; mais le soupçon jeté sur son récit cause un embarras considérable. »92 Nombreux furent ceux qui partageaient ce jugement : si les événements racontés par Williams n’étaient pas réels, ils s’inspiraient de pratiques cruelles dont personne ne pouvait nier la réalité ; peu importait que tel ou tel détail de l’histoire spécifique de Williams ait été déformé. Mais c’était là une opinion que le camp adverse refusait stratégiquement d’entendre, cantonnant le débat à la stricte question de l’authenticité du récit. À partir du moment où il y avait eu invention de faits et de personnalités, les abolitionnistes devaient cesser de diffuser le récit. Début août, l’AASS décida finalement de suspendre sa vente au moins temporairement93 – ce qui n’empêcha sans doute pas les associations locales de continuer à en assurer la distribution. Le 16 août, il fut convenu que Birney et Tappan prépareraient un rapport faisant le point sur les preuves apportées par les deux camps94. Celui-ci parut dans l’Emancipator du 30 août, sous le titre « Alabama Beacon versus James Williams ». Bien que près de la moitié du numéro fût consacrée à Narrative of James Williams, Birney et Tappan ne parvenaient à aucune conclusion définitive. Dans l’intimité de son journal, toutefois, Tappan continuait d’exprimer sa foi totale en la parole de Williams : « Je n’ai aucun doute quant à l’authenticité du récit. Quiconque se serait entretenu avec lui aussi longuement que je l’ai fait penserait de même. »95 Peut-être sous l’impulsion de Tappan, le comité exécutif de l’AASS décida de reprendre la publication et la vente du récit, en faisant tirer notamment de nouveaux exemplaires de l’édition « bon marché », tandis que des sommes importantes étaient déboursées par Tappan, Birney et désormais La Roy Sunderland, dans le cadre de leur quête obstinée du « véritable » Williams96. Un mois plus tard, le verdict tombait :

Le comité spécial chargé d’enquêter sur le récit de James Williams a fait savoir que les preuves obtenues de diverses sources confirment que de nombreuses affirmations faites dans ledit récit sont fausses.

  • 97 Ibid., 18 octobre 1838, p. 101.

En conséquence, ledit comité spécial a été chargé de rédiger, aussi rapidement que possible, un communiqué […] à paraître dans l’Emancipator ; il a également été demandé à l’agent responsable des publications de suspendre la vente de l’ouvrage.97

  • 98 « James Williams », Emancipator, 25 octobre 1838.

37Après avoir défendu pendant plusieurs mois la véracité du récit, l’AASS admettait que les faits narrés dans Narrative of James Williams étaient en partie faux. Un second rapport au titre éloquent fut publié dans l’Emancipator du 25 octobre : « “Narrative of James Williams” ». Le titre du récit se voyait affublé de guillemets venant signaler la distance que l’AASS prenait avec ce texte, désormais « rayé de la carte »98.

  • 99 True Wesleyan, 10 février 1849.
  • 100 Philanthropist, 21 mai 1839 ; Liberator, 8 janvier 1841.

38Ainsi la distribution du récit de Williams cessa-t-elle neuf mois après sa publication. Si d’autres ouvrages publiés par l’AASS continuèrent d’être diffusés par l’association, voire par d’autres groupes antiesclavagistes (le journal de Thome et Kimball et la correspondance entre Elmore et Birney figurent en 1849 dans la liste des ouvrages en vente au Wesleyan Book Concern, dépôt de livres géré par l’Église wesleyenne, émanation de l’Église méthodiste99), le récit de Williams semble bien avoir progressivement disparu de la circulation. Il faisait certes quelques apparitions dans le catalogue du dépôt de livres de l’Ohio Anti-Slavery Society en 1839 et dans celui de la Massachusetts Anti-Slavery Society en 1841100 ; sans doute les abolitionnistes ne voulaient-ils pas perdre le bénéfice des exemplaires tirés. Aussi discrètes qu’elles fussent, ces mentions n’échappèrent pas aux membres de l’American Colonization Society, association prônant l’établissement des Noirs libres hors du territoire américain (au Libéria notamment), fermement opposée à l’idéologie des abolitionnistes de l’AASS :

  • 101 « Narrative of James Williams », African Repository and Colonial Journal, juin 1839, p. 161.

C’est avec la plus grande surprise que nous avons remarqué, l’autre jour, dans les pages du Philanthropist […], des encarts publicitaires, en date du 7 mai et du 21 mai 1839, pour ce célèbre récit. Dans la liste des ouvrages en vente « au dépôt de livres de l’Ohio Anti-Slavery Society » figure le « Récit authentique de James Williams, esclave américain » !!101

  • 102 « Narrative of Moses Roper », Liberator, 30 mars 1838.
  • 103 A Narrative of the Adventures and Escape of Moses Roper, from American Slavery [1839], ouvr. cité, (...)
  • 104 Pour une référence tardive au récit de Moses Roper, voir par exemple T. Parker, A Letter to the Pe (...)

39On ne trouva plus par la suite de référence au récit de Williams dans le Philanthropist. Le nom de Williams lui-même fit l’objet d’une censure sous la plume d’autres auteurs de récits d’esclaves. Dans l’introduction à la troisième édition de son récit, l’ancien esclave Moses Roper reproduisit un article intitulé « Narrative of Moses Roper », tiré du Liberator du 30 mars 1838. Publié juste avant qu’éclate la controverse autour de Williams, l’article sur Roper affirmait qu’« un récit comme celui de Charles Ball, de James Williams ou de Moses Roper, ne raconte pas un calvaire exceptionnel, mais relate l’expérience ordinaire des esclaves du Sud »102. Dans l’introduction à la troisième édition du récit de Roper, datée du 15 juin 1839, la phrase n’était plus exactement la même : on peut y lire qu’« un récit comme celui de Charles Ball ou de Moses Roper ne raconte pas un calvaire exceptionnel, mais relate l’expérience ordinaire des esclaves du Sud »103. Depuis les îles Britanniques où il se trouvait alors, Roper avait vraisemblablement eu vent de l’affaire Williams : il supprima sciemment le nom de l’esclave, de peur qu’on associe son propre récit au récit discrédité de Williams. On ne peut manquer d’être frappé, en feuilletant la presse abolitionniste des années 1840-1850, les rapports d’associations antiesclavagistes, la correspondance des abolitionnistes, par l’absence de toute référence à Williams. D’autres récits publiés à la fin des années 1830 – celui de Roper par exemple – continuaient d’être cités104. Mais Williams était devenu persona non grata.

  • 105 American Slavery as It Is : Testimony of a Thousand Witnesses, New York, American Anti-Slavery Soc (...)
  • 106 Sur la genèse, la structure et les stratégies argumentatives de l’ouvrage de Weld, voir E. G. Garv (...)
  • 107 T. A. Goddu, « The Slave Narrative as Material Text », The Oxford Handbook of the African American (...)

40Il n’y eut plus, après le « scandale » Williams, d’entreprise éditoriale équivalente : aucune association antiesclavagiste ne s’investit avec autant de zèle dans la publication d’un récit d’esclave, même si le mouvement dans son ensemble encouragea, de manière plus informelle, la diffusion de certains textes. Cela est en partie dû aux évolutions structurelles du mouvement abolitionniste, sur lesquelles nous reviendrons au chapitre suivant. Peut-être fallait-il voir là, aussi, une conséquence de ce qui s’était passé avec Williams : la parole de l’esclave s’avérait trop fragile, trop facilement attaquable, pour être utilisée comme outil de propagande. C’est ce que laisse supposer la « note » de Theodore Weld au début de American Slavery as It Is : Testimony of a Thousand Witnesses, ouvrage emblématique du mouvement abolitionniste, publié en 1839, alors que l’affaire Williams était encore dans tous les esprits : Weld demandait à toute personne ayant des renseignements sur les conditions de vie des esclaves de bien vouloir témoigner, tout en insistant sur la nécessité d’obtenir des témoignages qui ne puissent en aucun cas être remis en cause105. Parmi les « mille témoins » qu’annonçait le sous-titre du livre, on ne trouvait d’ailleurs aucun esclave. American Slavery as It Is reposait principalement sur les témoignages d’individus résidant ou ayant résidé dans le Sud (parmi lesquels des propriétaires d’esclaves) et sur des coupures de presse tirées de journaux sudistes, notamment des annonces d’esclaves en fuite qui, dans le contexte d’une publication abolitionniste, devenaient un moyen d’illustrer les tortures infligées aux esclaves106. Bien entendu, l’affaire Williams ne mit pas un coup d’arrêt définitif à l’utilisation des récits d’esclaves dans la propagande abolitionniste, mais elle entraîna un déficit de crédibilité pour l’AASS et affecta durablement, comme le note Teresa A. Goddu, la façon dont l’association se servit par la suite de ce type de témoignage107.

Slavery in the United States : le récit de Charles Ball, entre tableau de l’esclavage et « arme légitime » du mouvement abolitionniste

41Le 5 janvier 1838, Theodore Weld écrivit à Sarah et Angelina Grimké :

  • 108 Lettre de Theodore D. Weld à Sarah et Angelina Grimké, 5 janvier 1838, G. H. Barnes et D. L. Dumon (...)

Une demi-douzaine d’esclaves fugitifs sont en ville ; ils viennent tout juste d’arriver du Sud. Deux d’entre eux sont des cas extrêmement intéressants. L’un est un homme de trente ans dont l’histoire est aussi passionnante que celle de Charles Ball.108

  • 109 La plupart de ces lettres sont conservées au John Jay Homestead State Historic Site (ci-après JJH) (...)
  • 110 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH. Seul Robert A. Trendel Jr., le biograph (...)

42Weld prenait pour référence l’ancien esclave Charles Ball, dont l’histoire était selon lui du plus grand intérêt, pour évoquer celle d’un esclave nouvellement arrivé à New York – James Williams, puisque c’est justement de lui qu’il était question. Ce pont dressé entre Williams et Ball révèle que les récits des deux esclaves ont, à un moment de leur histoire éditoriale, suivi une même trajectoire. Slavery in the United States connut cependant une histoire plus complexe, en deux temps distincts : d’abord publié en 1836 de manière relativement confidentielle, le récit de Ball fut repéré et récupéré par le mouvement abolitionniste l’année suivante ; dans un troisième temps, dont nous traiterons plus tard, le récit fut intégré à la sphère commerciale. Cette étude de cas sur la publication et la diffusion du récit de Ball à la fin des années 1830 s’appuie sur de nombreux documents redécouverts pour l’occasion, notamment sur des lettres qui éclairent le rôle joué par le scripteur de Ball, Isaac Fisher, et par les abolitionnistes qui s’emparèrent de son récit pour en faire un élément de leur propagande109. Signe que cette correspondance a été insuffisamment exploitée : elle fait apparaître la véritable identité de l’ancien esclave, qui ne s’appelait pas Charles Ball, mais Charles Gross110 ; une telle information pourrait permettre aux historiens de l’esclavage de trouver des informations sur Ball/Gross dans les fonds d’archives du Maryland ou de la Géorgie et d’authentifier ainsi les faits relatés dans Slavery in the United States. Ce n’est évidemment pas ici notre propos, et nous n’utiliserons cette correspondance que dans la mesure où elle nous renseigne sur l’histoire éditoriale de l’ouvrage.

L’édition Shugert : un livre antiesclavagiste ?

  • 111 Slavery in the United States : A Narrative of the Life and Adventures of Charles Ball, a Black Man(...)
  • 112 History of that Part of the Susquehanna and Juniata Valleys, Embraced in the Counties of Mifflin, (...)

43C’est en Pennsylvanie, dans la petite ville de Lewistown, que fut publié Slavery in the United States : A Narrative of the Life and Adventures of Charles Ball, a Black Man au début de l’année 1836 (fig. 4). Après une vie d’itinérance liée à son statut d’esclave puis de fugitif, Charles Ball s’était en effet établi dans cet État, non loin de Philadelphie, comme il le dit lui-même à la fin de son récit111. L’ouvrage fut « imprimé et publié » par John W. Shugert, imprimeur de métier et figure de la presse locale, qui dirigeait alors le Lewistown Republican and Working Men’s Advocate112. La préface, rédigée à la troisième personne, indiquait clairement que Charles Ball n’avait pas écrit son propre récit. Elle ne révélait pas pour autant l’identité de l’auteur, dont le nom n’apparaît que dans l’édition ultérieure : il s’agissait d’Isaac Fisher, avocat de la région et… géologue amateur.

Fig. 4. Page de titre de Slavery in the United States (1836)

Fig. 4. Page de titre de Slavery in the United States (1836)

Source : American Antiquarian Society

  • 113 J. S. Africa, History of Huntingdon and Blair Counties, Pennsylvania, Philadelphie, Louis H. Evert (...)
  • 114 « Prospectus », Colored American, 10 février 1838 ; minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BP (...)
  • 115 Emancipator, 23 mars 1837. Il s’agit d’une recension de l’édition de 1837 du récit.
  • 116 Lettre d’Isaac Fisher à Elizur Wright, 20 octobre 1837, Elizur Wright Papers, Library of Congress, (...)
  • 117 Ibid.

44Le premier constat qui s’impose, c’est qu’aucun des trois hommes investis dans l’écriture et la publication de Slavery in the United States – Ball, Shugert, Fisher – n’entretenait de liens étroits avec les cercles abolitionnistes de Philadelphie, New York ou Boston. Certes, Fisher avait nourri, lors d’un voyage dans les États du Sud, un dégoût profond pour l’institution esclavagiste et les mœurs des propriétaires d’esclaves, qui joua certainement dans sa décision de rédiger le récit113. On trouve à l’occasion son nom cité dans la littérature abolitionniste : il s’engagea à contribuer aux finances du Quarterly Anti-Slavery Magazine, et suggéra à l’AASS de collaborer avec les journaux germanophones de Pennsylvanie114 ; mais il s’agit là d’occurrences postérieures à la publication du récit de Ball, dont l’écriture constitua en réalité la première étape d’un engagement qui resta limité. L’auteur d’une recension du récit de Ball dans l’Emancipator ne s’y trompait pas : « [L’ouvrage] est écrit par un individu […] qui n’est pas, à notre connaissance, un abolitionniste déclaré, et l’on peut même se demander s’il est abolitionniste au sens strict du terme. »115 Fisher avait en fait une opinion tout à fait singulière sur le sujet. Dans une lettre adressée à l’un des fondateurs de l’AASS, il affirmait partager la « position générale » de l’association sur l’esclavage, tout en étant en désaccord sur « les détails » : « Je suis d’opinion que le bonheur et la sécurité des deux races dépendent avant tout de leur séparation immédiate et définitive […]. »116 Non que Fisher ait soutenu l’American Colonization Society dans sa volonté de déplacer les populations noires en Afrique. Il rejetait explicitement ce projet, qualifié de « dérisoire », et proposait à la place de mettre fin à la république indépendante du Texas et de céder aux Noirs libres la région entière, dont le climat était « particulièrement adapté à la constitution physiologique de la race noire »117. L’auteur de Slavery in the United States s’opposait donc à la pratique de l’esclavage, sans pour autant se définir comme un abolitionniste en phase avec la ligne idéologique de l’AASS.

45Cette opinion ne transparaissait aucunement dans la préface au récit. Fisher y insistait plutôt sur le caractère factuel de son ouvrage, qui, semblait-il dire, n’avait pas été pensé comme une attaque, mais comme un tableau de l’esclavage :

  • 118 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 3-4.

Ce livre a été écrit sans crainte ou préjugé et aucune opinion n’a été consultée au moment de sa rédaction. L’auteur a eu pour seul objectif d’aider les citoyens américains à se connaître et de faire un portrait fidèle des manières, us et coutumes de la population sudiste, telles que ces coutumes ont été observées par un esclave noir ordinaire, doté par nature d’une intelligence non négligeable.118

  • 119 Ibid., p. 4.
  • 120 Emancipator, 23 mars 1837.
  • 121 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 286-287 ; Narrative of James Williams, an Amer (...)

46La position de neutralité affichée par Fisher passait par l’élision systématique des jugements négatifs de Ball sur l’institution dont il avait été victime ; l’auteur assumait pleinement cette censure de la parole de l’esclave dans la préface119. Et le critique de l’Emancipator de conclure que « l’auteur écrit en historien et non en partisan »120. Il est vrai que le récit de Ball frappe par son ton mesuré : même lorsqu’il est question des tortures les plus barbares, dont Slavery in the United States ne manque pas, la ligne qui sépare la description (clinique) du commentaire (critique) est rarement franchie. Ayant évoqué la pratique qui consiste à tirer un chat par la queue le long du dos d’un esclave afin que l’animal y plante ses griffes, Ball – ou peut-être faut-il dire Fisher – conclut non à sa violence, mais à sa dangerosité, due au risque d’infection des plaies ; dans une scène semblable, Williams – ou Whittier – parle de chats « enragés » qui déchirent le dos de l’esclave « profondément et cruellement »121. Si le récit de Ball condamne à l’occasion l’institution esclavagiste, notamment dans ses premières pages, il est dépourvu de l’idéologie et de la rhétorique propres aux récits produits par des abolitionnistes. Le symptôme le plus évident en est encore le titre qui, en effaçant la présence de Ball (uniquement mentionné dans le sous-titre), gomme la dimension autobiographique du récit, et donc sa valeur de témoignage incarné dans la personne d’une ancienne victime du système, pour mettre l’accent sur sa dimension documentaire.

  • 122 Slavery in the United States : A Narrative of the Life and Adventures of Charles Ball, a Black Man(...)
  • 123 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 223.

47Loin de se placer dans une perspective abolitionniste, Fisher ne paraît pas avoir été mû par le désir de convaincre ses lecteurs des maux de l’esclavage, mais par la nécessité de livrer un savoir quasi encyclopédique sur l’institution, grâce à une approche totale de son sujet, qui n’était pas Ball à proprement parler, mais bien « l’esclavage aux États-Unis ». Il se donnait pour tâche de tout dire sur le fonctionnement du système, décrivant la culture du coton et du tabac, la faune et la flore des États du Sud profond, le caractère des familles sudistes, la façon dont les esclaves étaient habillés et nourris, déplacés et torturés, dont ils se divertissaient, etc. L’histoire personnelle de Ball servait de fil conducteur – ou, selon qu’on juge ce dispositif avec plus ou moins de sévérité, de prétexte – à un exposé à valeur essentiellement informative. De son propre aveu, Fisher avait d’ailleurs inséré ici et là des éléments de contexte et des épisodes digressifs tirés de sources annexes122. À plusieurs reprises il paraissait faiblir devant l’ampleur du sujet : « […] malgré tout ce que j’ai écrit, et tout ce qui me reste à écrire dans ce livre, le lecteur qui n’a jamais résidé au sud du Potomac ne sera jamais en mesure de percevoir les choses aussi précisément qu’elles se présentent à mes yeux […]. »123 On peut arguer que c’est ici Ball qui exprime l’impossibilité de rendre exactement l’expérience vécue de l’esclavage, mais il est probable que le « je » narrant soit aussi celui de Fisher, faisant part de la difficulté à peindre son tableau dans ses multiples teintes ; la référence à l’acte d’écriture et au livre matérialise la présence du scripteur.

  • 124 « Prospectus of a New Work, Entitled Slavery in the United States », Liberator, 29 août 1835. L’en (...)
  • 125 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 3.

48Quoi qu’il en soit, ce souci d’exhaustivité et d’objectivité participait de la visée politique de l’ouvrage – visée que nous avons jusqu’ici minimisée, mais qu’il serait excessif d’ignorer complètement. Tout en n’étant pas, dans sa forme initiale, un document de propagande abolitionniste, Slavery in the United States avait le mérite de révéler l’horreur du système esclavagiste. Si Fisher lui-même ne souhaitait pas faire du récit de Ball un ouvrage ouvertement polémique, il en allait différemment de John W. Shugert, qui, dans un encart publié dans le Liberator, engageait les lecteurs sudistes à faire l’acquisition d’un ouvrage dans lequel sont dépeintes « les souffrances, les difficultés et les punitions cruelles infligées à des millions d’êtres humains, au nom de la loi du pays et de la Constitution des États-Unis »124. Shugert allait jusqu’à affirmer que le récit de Ball offrait « une description fidèle des opinions et sentiments de la population de couleur », ce qui paraît contradictoire quand on sait que Fisher lui-même admet dans la préface avoir « omis par précaution nombre des opinions » de Ball125. L’éditeur proposait malgré tout une lecture politisée de l’ouvrage – voyant une forme de dénonciation là où Fisher affirmait s’être cantonné à de la description – qui fut celle de nombreux abolitionnistes.

49L’encart inséré par Shugert dans le Liberator créait par ailleurs un dernier horizon d’attente : celui du livre d’aventures.

  • 126 « Prospectus of a New Work, Entitled Slavery in the United States », art. cité.

À ceux que fascinent les entreprises solitaires et désespérées, menées avec un courage et une patience inébranlables, nous recommandons ce récit de la fuite et du périple d’un esclave de la Géorgie au Maryland, qui donne à voir le curieux spectacle d’un homme ayant erré pendant six mois à travers les États-Unis sans adresser la parole à quelque créature humaine que ce soit.126

  • 127 Parmi ces épisodes digressifs, on peut citer le récit de Lydia, jeune domestique qu’on sépare de f (...)

50La figure de Robinson Crusoé, souvent invoquée dans les recensions de récits d’esclaves, apparaît ici de manière implicite pour signaler à quel point les aventures de Charles Ball sont incroyables. Le sous-titre de Slavery in the United States (A Narrative of the Life and Adventures of Charles Ball, a Black Man) va dans le même sens, en faisant figurer le terme d’« aventure », qui n’est pas si fréquent dans les titres de récits d’esclaves. On croise effectivement dans le récit de Ball des animaux sauvages – des alligators, des panthères et même un lion –, des esclaves kidnappés et d’autres qui tentent d’assassiner leur maître, ou encore des marins britanniques pendant la guerre de 1812. La structure même de l’ouvrage, fondée sur de multiples récits dans le récit, rappelle celle d’un roman picaresque tel que The Adventures of Roderick Random de Tobias Smollett (1748)127. Que cet héritage ait été assumé par Isaac Fisher ou non, il est certain qu’il représentait pour John W. Shugert un argument publicitaire de poids.

  • 128 S. E. Casper, « Other Variations on the Trade », A History of the Book in America, S. E. Casper et (...)

51L’encart du Liberator cité à deux reprises constitue en fait l’un des éléments d’information principaux sur les circonstances de production du récit de Ball. Cet encart n’était pas une simple annonce de parution, mais un appel à souscriptions : Slavery in the United States fut en effet publié selon ce mode particulier qu’est la publication par souscription. Née dans l’Angleterre du xviie siècle puis importée dans l’Amérique coloniale, cette pratique permettait à un éditeur – ou à un imprimeur, ou à un auteur agissant en son nom propre – de déterminer à l’avance, pour un titre donné, le nombre d’exemplaires qu’il pouvait vendre et donc de minimiser le risque financier que représentait la publication d’un livre. En amont de l’impression, l’éditeur faisait paraître dans la presse un appel à souscriptions, qui détaillait la nature et le contenu du volume, son nombre de pages, son prix, etc. ; il faisait également circuler ce document sous forme d’un prospectus sur lequel les personnes intéressées par l’acquisition d’un exemplaire apposaient leur nom et leur signature. À partir d’un certain nombre de signatures, l’éditeur, sachant qu’il rentrerait dans ses frais, faisait imprimer le livre et l’envoyait aux souscripteurs, qui à leur tour faisaient parvenir la somme due (ou le restant de cette somme si un acompte avait été versé). La liste des souscripteurs, notamment lorsque s’y trouvaient des individus connus, était éventuellement imprimée à la fin de l’ouvrage. Cette pratique déclina avec l’apparition des grandes maisons d’édition commerciales au début du xixe siècle, ou tout du moins la publication par souscription changea-t‑elle de nature, puisqu’elle reposait désormais sur l’intervention active d’une armée d’agents qui parcouraient des zones géographiques étendues à la recherche d’un public pour les ouvrages dont ils avaient la responsabilité. Mais cette forme moderne de publication par souscription ne se développa véritablement qu’après la guerre de Sécession et la publication du récit de Ball correspondait davantage au modèle antérieur128.

  • 129 « Prospectus of a New Work, Entitled Slavery in the United States », Lewistown Republican and Work (...)

52Il faut ensuite préciser que cet appel à souscriptions publié dans le Liberator, qui semble avoir donné une visibilité importante au récit de Ball auprès du public abolitionniste, n’a probablement eu qu’une incidence limitée. Contrairement à la pratique courante, qui voulait qu’un même appel paraisse pendant plusieurs mois dans une même publication, l’encart du 29 août 1835 ne fut jamais reproduit, ni dans le Liberator, ni dans aucune autre publication abolitionniste. Il est fort probable que quelques lecteurs du Liberator aient témoigné leur intérêt à Shugert lorsque parut cet appel, mais leur nombre ne pouvait être important. On ne retrouve la trace de l’appel à souscriptions que dans les pages du journal de Shugert, le Lewistown Republican and Working Men’s Advocate, à la fin de l’année 1835 et au début de l’année 1836129. Il semble donc que Slavery in the United States ait fait l’objet d’une campagne promotionnelle plus soutenue dans le Republican que dans le Liberator.

  • 130 Lettre d’Isaac Fisher à Elizur Wright, 17 juillet 1836, JJH.
  • 131 Emancipator, 23 mars 1837.
  • 132 J. S. Africa, History of Huntingdon and Blair Counties, Pennsylvania, ouvr. cité, p. 81.
  • 133 Y. Taylor éd., I Was Born a Slave, ouvr. cité, t. 1, p. 260.
  • 134 M. W. Starling, The Slave Narrative, ouvr. cité, p. 227.

53Ces choix dans le mode de publication et de promotion nous éclairent quant à la nature de la première édition de Slavery in the United States. Tout la désigne comme une édition à caractère confidentiel, à destination d’un public principalement issu de la région où vivait Ball. En effet, la publication par souscription impliquait un tirage en stricte adéquation avec la demande, et la demande ne pouvait s’exprimer que là où l’ouvrage avait été promu. Grâce à la correspondance de Fisher, on sait que l’ouvrage fut tiré à 3 000 exemplaires, et vendu par un unique agent dans le « village » de Lewistown (c’est le mot utilisé par Fisher) ainsi que dans trois comtés de l’Ohio, sans doute les comtés limitrophes de la Pennsylvanie130. L’auteur d’une recension de l’édition de 1837 soulignait que cette première édition avait fait l’objet d’une « diffusion limitée »131. En 1883, un historien de la région évoquait quant à lui un tirage restreint, notant qu’« il est difficile de se procurer un exemplaire [du récit] aujourd’hui »132. Le propos est toujours d’actualité : le nombre d’exemplaires de la première édition encore en circulation est fort réduit, comparé au nombre d’exemplaires disponibles de l’édition de 1837, qu’on trouve sans difficulté dans les bibliothèques américaines. L’exemple de Ball montre bien qu’il est problématique de parler, comme l’ont parfois fait les spécialistes de littérature africaine-américaine, du succès incontestable des récits d’esclaves dans leur ensemble : évoquer le « succès immédiat »133 de la première édition du récit de Ball, ou simplement dire que « l’édition de 1836 fut épuisée »134 en quelques mois (comme on parlerait d’un bestseller épuisé en l’espace de quelques semaines du fait de la demande des lecteurs), c’est ignorer les circonstances particulières qui présidèrent à la publication de l’ouvrage.

  • 135 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », Quarterly Anti-Slavery Magazine, vol. 1, no 4, 18 (...)
  • 136 N. Baym, Novels, Readers, and Reviewers : Responses to Fiction in Antebellum America, Ithaca, Corn (...)
  • 137 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », Zion’s Watchman, 14 septembre 1836 ; « The Life a (...)
  • 138 M. McGill, American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphie, University (...)

54À ce titre, il faut aussi souligner la quasi-invisibilité du récit de Ball dans la presse – notamment abolitionniste – tout au long de l’année 1836. L’unique véritable recension connue fut publiée dans le Quarterly Anti-Slavery Magazine en juillet 1836, probablement par son rédacteur en chef Elizur Wright. C’est moins le contenu de cette recension que sa forme qui nous intéresse ici. Comme cela se faisait alors couramment, Wright recopiait mot pour mot de larges extraits de Slavery in the United States – près de vingt pages en tout – et paraphrasait le reste du récit135. C’était là le meilleur moyen de contribuer à la diffusion d’un livre qui, autrement, aurait immédiatement sombré dans l’oubli, du fait de son mode de publication. À une époque où les livres étaient encore des biens rares et onéreux, de telles recensions entrelardées d’extraits pouvaient servir de « substituts » à la lecture des ouvrages eux-mêmes136. Dans ce cas précis, ce n’est pas la circulation de l’ouvrage qui permit aux abolitionnistes de connaître le récit de Ball, mais plutôt les copieux extraits reproduits dans le Quarterly Anti-Slavery Magazine – extraits à leur tour reproduits dans d’autres journaux abolitionnistes tels que The Philanthropist et Zion’s Watchman137, en vertu de la « culture de la réimpression » propre à la période antebellum qu’a mise au jour Meredith McGill138. Il est clairement indiqué en tête d’article que les deux journaux reprenaient les extraits du récit de Ball de seconde main ; aucune des deux rédactions n’avait eu accès à un exemplaire original. Le cas de figure était le même dans l’Anti-Slavery Record de décembre 1836 :

  • 139 « A Slave Execution », Anti-Slavery Record, vol. 2, no 12, 1836, p. 149.

Le Récit de la vie et des aventures de Charles Ball, ancien esclave de Géorgie, est sur le point de paraître à Lewistown, en Pennsylvanie. […] Nous reproduisons les paragraphes qui suivent à partir d’un extrait publié dans le Lewistown Republican.139

  • 140 « Just Printed », Lewistown Republican and Working Men’s Advocate, 26 avril 1836.
  • 141 R. J. Zboray, A Fictive People : Antebellum Economic Development and the American Reading Public, (...)
  • 142 « Prospectus of a New Work, entitled Slavery in the United States », art. cité.

55Non seulement l’Anti-Slavery Record reprenait des extraits tirés du Lewistown Republican, mais le rédacteur en chef du périodique ignorait que l’ouvrage avait déjà été publié. Cela est moins surprenant qu’il n’y paraît, dans la mesure où la parution effective de l’ouvrage à la suite de l’appel à souscriptions ne semble avoir été annoncée que dans le Republican, où l’on pouvait lire dès le mois d’avril que Slavery in the United States « venait de paraître » et que l’ouvrage était désormais « prêt à être livré »140. Il est possible que le tirage de 3 000 exemplaires ait été supérieur au nombre de souscriptions, puisque Shugert invitait les lecteurs du Republican à passer commande, pour un prix identique à celui annoncé dans l’appel à souscriptions, soit 1 dollar. Ce prix était relativement élevé : il représentait à l’époque le salaire journalier d’un ouvrier qualifié blanc de sexe masculin141. Vu l’épaisseur de l’ouvrage et le soin apporté à sa fabrication – il avait été « imprimé avec élégance sur du papier de bonne qualité »142 –, le prix aurait difficilement pu être inférieur. En tout cas, il limitait encore un peu plus l’accès au livre, réservé, de fait, à la classe moyenne de Lewistown et des environs.

  • 143 Slavery in the United States se termine sur une référence à l’âge avancé de Charles Ball.
  • 144 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH.
  • 145 C. L. Blockson, The Underground Railroad in Pennsylvania, Quantico, Flame International, 1981, p.  (...)
  • 146 Voir la lettre d’Isaac Fisher à Elizur Wright, 18 juillet 1836, JJH.
  • 147 History of Venango County, Pennsylvania, ouvr. cité, p. 246-247.

56Si l’on a pu, en rassemblant des sources éparses, établir les conditions de publication et de circulation de la première édition du récit de Ball, il reste difficile d’expliquer comment a germé l’idée même d’un tel ouvrage. On ne sait rien de la façon dont Ball, Fisher et Shugert entrèrent en contact ; on ne sait pas non plus qui des trois hommes fut à l’initiative de ce projet éditorial. La seule certitude est que la publication de Slavery in the United States fut le fruit d’une concertation privée, hors de tout circuit établi, ceux de l’édition commerciale comme ceux du mouvement abolitionniste. L’un des scénarios envisageables est celui d’un ouvrage réalisé à l’initiative de Fisher, pour venir en aide au vieil homme qu’était déjà Ball143, auquel les bénéfices éventuels de la vente du livre auraient été reversés. Slavery in the United States aurait été destiné en priorité à la communauté de Lewistown, dont les membres appréciaient Ball, accordaient du crédit à son histoire (« personne dans la région ne doute de son récit »144, commentait Fisher) et connaissaient sa situation précaire : deux ans plus tôt, alors que son maître présumé était arrivé à Lewistown pour réclamer son esclave fugitif, les habitants de la ville avaient levé la somme de 250 dollars pour acheter sa liberté145. Il ne s’agit que d’un scénario : nulle part dans sa correspondance Fisher ne déclare qu’il a publié le livre à des fins charitables ; il semble plus préoccupé de ses propres gains que de ceux de Ball146 ; et l’appel à souscriptions du Liberator ne dit pas non plus qu’une partie des recettes serait reversée à l’esclave, comme ce fut le cas pour d’autres récits d’esclaves. En tout état de cause, Slavery in the United States n’avait pas vocation à être utilisé par les abolitionnistes. Contrairement à ce qu’on a pu écrire dès la fin du xixe siècle, le récit de Ball ne fut pas un « ouvrage antiesclavagiste remarqué »147, mais un livre à mi-chemin entre tableau documentaire et œuvre de divertissement, publié pour (et d’une certaine manière par) la communauté de Lewistown, de manière relativement confidentielle.

L’édition Taylor : une publication incorporée à la propagande abolitionniste

  • 148 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », art. cité, p. 375.

57Bien qu’il ait été publié localement, sans le soutien des abolitionnistes de Pennsylvanie, le récit de Ball avait été remarqué par les acteurs du mouvement abolitionniste, principalement grâce à la reproduction d’extraits dans des journaux eux-mêmes reproduits dans d’autres journaux. Si l’auteur de Slavery in the United States ne se livrait pas à une critique en règle de l’esclavage, il tendait malgré tout un « miroir » exceptionnellement fidèle à l’institution, « ouvrait une fenêtre » sur le monde de la plantation à une époque où celui-ci était mal connu des habitants du Nord des États-Unis148 ; l’ouvrage pouvait donc fournir un outil utile dans la propagande abolitionniste. Ainsi fut-il peu à peu incorporé à la masse des documents publiés par les associations antiesclavagistes, avant même la parution du récit de Williams.

  • 149 Third Annual Report of the American Anti-Slavery Society, New York, 1836, p. 35.
  • 150 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 15 février 1838, p. 38. Cette édition n’a pas vu (...)

58Contrairement à Narrative of James Williams, toutefois, l’édition de 1837 de Slavery in the United States ne parut pas sous le sceau de l’AASS, mais sous celui de l’éditeur new-yorkais John S. Taylor. De moyenne envergure, son établissement rappelle celui d’un autre éditeur évoqué au premier chapitre, James Loring, qui publia à la même époque Memoir of James Jackson de l’institutrice africaine-américaine Susan Paul : comme Loring, Taylor faisait paraître de nombreux ouvrages à caractère religieux et/ou pour la jeunesse. Il semble cependant que Taylor ait plus systématiquement publié des livres sur la question esclavagiste, tandis que Loring se contentait de les vendre dans sa librairie de Boston. Parmi les titres inscrits au catalogue de Taylor, il y avait A View of the American Slavery Question de Elijah P. Barrows (1836) et une biographie du « martyr » Elijah Porter Lovejoy, mort en 1837 en défendant l’atelier où il imprimait son journal antiesclavagiste à Alton, dans l’Illinois. Le plus célèbre reste une réédition en 1836 de l’Appeal in Favor of that Class of Americans Called Africans de Lydia Maria Child (1833), financée par nulle autre que l’AASS, malgré la présence du nom de John S. Taylor sur la page de titre149 ; on a là un bon exemple de publication à compte d’auteur ou, pour ainsi dire, à compte d’association. Les liens entre Taylor et l’AASS apparaissent également lorsqu’on consulte les minutes du comité exécutif de l’AASS : il fut décidé en 1838 de publier mille exemplaires de An Inquiry into the Character and Tendency of the American Colonization, and American Anti-Slavery Societies de William Jay (1835), à nouveau sous le sceau de John S. Taylor150. On peut donc affirmer que l’AASS et l’éditeur Taylor travaillaient main dans la main en ce qui concerne la réalisation de documents imprimés. Il n’est pas impossible que l’AASS ait financé, au moins partiellement, la réédition de Slavery in the United States, tout en déléguant l’intégralité du processus de fabrication et une partie de la distribution à Taylor.

  • 151 Lewis Tappan Papers, Library of Congress, Journals and Notebooks, 23 mars 1836, p. 22. Ce troisièm (...)

59L’hypothèse d’un investissement important, éventuellement financier, de l’AASS dans la publication du Slavery in the United States de Taylor est étayée par le paratexte de cette nouvelle édition, qui porte partout la trace de l’intervention des abolitionnistes. Tout d’abord, l’édition new-yorkaise fut au départ conçue comme le troisième volume d’une collection – le « Cabinet of Freedom » – créée par celui-là même qui contribua plus tard à la publication du récit de James Williams, Lewis Tappan151, et dirigée par trois personnalités associées à divers degrés au mouvement contre l’esclavage, William Jay, Gerrit Smith et George Bush. C’est le juriste réformateur William Jay, plus précisément, qui encouragea la republication du récit de Charles Ball dans cette collection. En septembre 1836, il faisait part de son enthousiasme à Gerrit Smith :

  • 152 Lettre de William Jay à Gerrit Smith, 13 septembre 1836, JJH.

Avez-vous lu Le récit de la vie & des aventures de Charles Ball, homme noir [?] Si ce n’est pas le cas, je vous engage fortement à vous procurer un exemplaire. […] Ce livre est admirablement écrit & vous rend le monde des esclaves & des plantations du Sud aussi familier que si vous étiez vous-même planteur. […] il serait sans doute utile de le republier dans le « Cabinet ».152

  • 153 J. S. Taylor, « Prospectus of the Cabinet of Freedom », T. Clarkson, The History of the Rise, Prog (...)
  • 154 Sur la figure de l’esclave suppliant et ses variantes, voir notamment P. Lapsansky, « Graphic Disc (...)

60La collection avait commencé par la publication d’une édition américaine de The History of the Rise, Progress, and Accomplishment of the Abolition of the African Slave Trade by the British Parliament (1808), livre somme de l’abolitionniste anglais Thomas Clarkson sur l’histoire du mouvement britannique pour l’abolition de la traite des esclaves, votée en 1807. On trouvait dans l’édition « Cabinet of Freedom » de ce volume un court texte de Taylor, qui disait vouloir fournir à ses lecteurs une documentation leur permettant de prendre position sur la question esclavagiste, tout en ne laissant aucun doute sur ses propres opinions : Taylor espérait que sa collection allait œuvrer pour la cause de « l’émancipation immédiate et universelle » des esclaves153. Par sa seule inclusion dans cette collection, le récit de Ball devenait ainsi un manifeste en faveur de l’« émancipation immédiate et universelle » des esclaves, ce qu’il n’avait pas été auparavant. Le nom de la collection apparaissait au frontispice de l’ouvrage, où figurait également la gravure bien connue de l’esclave suppliant, accompagnée du message « Am I Not a Man and a Brother », véritable marque de fabrique de l’abolitionnisme britannique dès la fin du xviiie siècle, repris dans l’iconographie abolitionniste américaine (fig. 5)154.

Fig. 5. Frontispice de l’édition new-yorkaise de Slavery in the United States (1837)

Fig. 5. Frontispice de l’édition new-yorkaise de Slavery in the United States (1837)

Source : American Antiquarian Society

  • 155 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », art. cité, p. 393.
  • 156 Lettre de William Jay à Lewis Tappan, 25 mars 1837, JJH.
  • 157 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH.

61Enfin, la nouvelle édition de Slavery in the United States se trouvait augmentée d’une introduction visant à garantir l’authenticité du récit, dont Elizur Wright avait regretté l’absence dans sa recension de l’édition de 1836155. Pour William Jay également, il fallait que le récit puisse être vérifié si on voulait en faire une arme dans le combat contre l’esclavage : « En tant qu’abolitionniste, je me battrai sans me laisser intimider & sans me décourager, mais je veux me battre avec honneur & n’utiliser que des armes légitimes, ces mêmes armes que nos opposants ont le droit d’utiliser contre nous : les faits & les arguments. »156 Jay opposait le témoignage légitime à la fiction illégitime, évoquant le cas problématique du roman de Richard Hildreth, The Slave, dont il ne cautionnait pas l’usage. Ainsi rédigea-t-il une introduction dans laquelle il affirmait que Ball existait bel et bien – un certificat signé de la main de deux habitants respectés de Lewistown l’attestait – et que son témoignage était crédible – comme le prouvaient divers articles de presse cités in extenso et faisant écho aux faits relatés par Ball. Jay aurait voulu pouvoir inclure des documents rédigés par des sudistes, tels qu’un titre de vente de Ball, mais Fisher n’avait rien de tel en sa possession157.

  • 158 Lettre de William Jay à Isaac Fisher, 24 novembre 1836, JJH.
  • 159 Ibid.

62En complément à ce nouvel habillage, plus nettement orienté idéologiquement, Jay et les autres abolitionnistes impliqués dans la republication de Slavery in the United States apportèrent plusieurs modifications au texte de Fisher. Celles-ci concernaient la vraisemblance de certains épisodes, d’une part, et la décence de certains propos, d’autre part, deux terrains sur lesquels les abolitionnistes ne souhaitaient prendre aucun risque : il fallait que le récit soit véridique, ou tout au moins crédible, et qu’il soit raconté en des termes qui ne contrevenaient pas au sens des convenances. Au sujet de la vraisemblance, Jay avait formulé l’objection suivante : « L’ouvrage est très bien écrit mais il contient quelques passages assez improbables qu’il vaudrait mieux omettre. »158 Jay supprima entre autres des paragraphes entiers du huitième chapitre, où figuraient de longs échanges au discours direct, ainsi qu’une tirade du maître de Ball au sujet de la Constitution américaine, dont l’ancien esclave n’aurait évidemment pu se souvenir mot pour mot – et qu’il n’avait pas les moyens intellectuels de comprendre, ajoutait Jay, trahissant un fond de préjugé racial auquel même les abolitionnistes blancs les plus sincères n’échappaient pas. En matière de décence, Jay se préoccupait de ce que le récit puisse choquer le public féminin : « Il y a aussi quelques phrases ici & là qu’il serait délicat de lire à haute voix en présence d’un public mixte. »159 Un passage du treizième chapitre où Ball évoquait à demi-mot, fût-ce pour dire son impossibilité, le spectre d’une relation sexuelle entre esclave noir et maîtresse blanche, disparut de la nouvelle édition. Le texte de Fisher fut donc retravaillé pour répondre aux exigences morales et raciales de la classe moyenne à laquelle appartenait une large partie des abolitionnistes. On peut aller jusqu’à y voir une forme de double censure de la parole de l’esclave : d’abord privé de ses « opinions » par Fisher, Ball voyait désormais son récit rogné au nom des principes abolitionnistes de vraisemblance et de décence incarnés par Jay. Du paratexte, qui figeait Ball dans une image générique et impersonnelle d’esclave suppliant, au texte, qui gommait les éléments dérangeants de son existence, les abolitionnistes new-yorkais habillèrent et policèrent le récit de Ball afin d’en faire un document de propagande en bonne et due forme, privant dans le même temps l’esclave d’une partie de son individualité.

  • 160 D. Gellman, « Abolitionism Makes Strange Bedfellows : George Bush, Gerrit Smith, William Jay, Char (...)
  • 161 « New Books », Philanthropist, 12 mai 1837 ; « Books, Pamphlets, Prints », Liberator, 8 janvier 18 (...)
  • 162 « Anti-Slavery Library », New London Gazette and General Advertiser, 27 juin 1838.
  • 163 « Narrative of Charles Ball », Emancipator, 15 juin 1837.

63Le formatage du récit de Ball était sans doute la condition nécessaire à sa meilleure circulation. Comme le note l’historien David Gellman, l’inclusion de Slavery in the United States dans le « Cabinet of Freedom » non seulement « légitimait » le récit de Ball, mais lui permettait aussi de « toucher un public plus large »160. La prise en charge du récit par les abolitionnistes ne revêtait pas seulement un caractère symbolique : elle rendait possible sa distribution à grande échelle, au sein des canaux de diffusion de l’AASS et des associations auxiliaires. Le récit de Ball fit ainsi son apparition dans les listes d’ouvrages en vente dans les dépôts de livres et locaux d’associations antiesclavagistes. On pouvait acheter un exemplaire au dépôt de l’Ohio Anti-Slavery Society à Cincinnati, au dépôt de la Massachusetts Anti-Slavery Society à Boston, dans les locaux de l’AASS à New York ; en 1846 encore, le récit de Ball figurait au catalogue des livres en vente dans les locaux de la Pennsylvania Anti-Slavery Society à Philadelphie, non loin de l’endroit où il avait vu le jour dix ans plus tôt161. Signe du changement d’échelle, ces associations proposaient d’acheter des exemplaires à la centaine, pour 100 dollars contre 1,25 dollar l’exemplaire. L’édition Taylor coûtait donc plus cher que l’édition Shugert. Mais contrairement à celle-ci, elle était mise à disposition gratuitement par les associations esclavagistes qui créèrent des bibliothèques abolitionnistes, à l’instar de la New London Anti-Slavery Society, dans le Connecticut162. « Qui va suivre la mode, car c’en est déjà une, d’acheter une demi-douzaine ou une douzaine d’exemplaires [du récit de Charles Ball] pour les prêter aux personnes de son entourage ? »163 demandait l’Emancipator.

  • 164 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 21 juin 1838, p. 76.
  • 165 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH.

64On voit, à travers ces divers exemples, que le récit de Ball était désormais disponible dans toutes les grandes villes du Nord, à l’achat comme au prêt. Qu’il ait été disponible ne signifie pas pour autant qu’il ait été diffusé avec autant d’énergie et aussi efficacement que le récit de Williams. Slavery in the United States ne portait pas, après tout, le sceau de l’AASS et n’avait pas été conçu par son auteur comme un outil de propagande abolitionniste ; l’association encouragea donc sa mise à disposition, mais ne poussa pas aussi activement sa diffusion que dans le cas de Williams. Elle aurait d’ailleurs été bien en peine de le faire : pour des raisons pratiques et financières évidentes, on ne pouvait se permettre de distribuer gratuitement un volume de plus de 500 pages à tous les habitants d’une ville dans l’espoir que ceux-ci y jettent un œil, comme cela se produisit avec l’édition « bon marché » de Narrative of James Williams à Utica. La longueur du récit de Ball constituait un véritable obstacle à la circulation de l’ouvrage. Les minutes du comité exécutif de l’AASS révèlent que les membres de l’association avaient conscience de ce problème, puisqu’ils envisagèrent un temps de publier une édition abrégée164. Ce projet ne vit jamais le jour, peut-être à cause d’un refus de Fisher, qui s’était déjà montré prudent lorsqu’il avait été question de republier son livre dans le « Cabinet of Freedom » : « Je ne vois pas d’objection à la réédition de C. Ball dans le “Cabinet of Freedom”, à condition que rien ne soit fait pour porter atteinte à mon droit d’auteur ou le mettre en danger […]. »165

  • 166 Advocate of Freedom, 26 avril, 10 mai, 24 mai, 21 juin et 5 juillet 1838.
  • 167 « Fiendish Torture », Liberator, 2 juin 1837 ; « Narrative of Charles Ball, Who Lived Forty Years (...)
  • 168 Salem Gazette, 25 juillet 1837 ; Plaindealer, vol. 1, no 29, 1837, p. 459-462.
  • 169 T. A. Goddu, « The Slave Narrative as Material Text », The Oxford Handbook of the African American (...)
  • 170 La Roy Sunderland, Anti-Slavery Manual, Containing a Collection of Facts and Arguments on American (...)
  • 171 American Anti-Slavery Almanac, for 1838, Boston, 1837, p. 13.

65À défaut d’un Slavery in the United States abrégé qui eût permis de diffuser l’ouvrage plus systématiquement, le récit de Ball circula, d’un médium à l’autre, au sein même de la production imprimée abolitionniste. Entre avril et juillet 1838, l’Advocate of Freedom, journal antiesclavagiste du Maine, reproduisit de longs extraits du récit dans ses pages, invitant ses lecteurs à faire l’acquisition du volume complet166. D’autres extraits parurent dans le Liberator, Zion’s Watchman, Zion’s Herald167 et parfois même, au gré des reproductions, dans des publications moins clairement identifiées à la cause abolitionniste. Ainsi la Salem Gazette fit-elle paraître des extraits d’abord parus dans le Plaindealer de New York, eux-mêmes repris de l’édition Taylor168. Teresa A. Goddu remarque à juste titre que la circulation du récit de Charles Ball de périodique en périodique s’accompagnait d’une diversification des publics : les passages sélectionnés dans The Slave’s Friend s’adressaient à des enfants et des adolescents ; ceux reproduits dans la revue Slavery in America étaient destinés à un public britannique169. La circulation du récit ne se limitait pas aux pages des périodiques, puisqu’on en trouvait également des extraits dans l’Anti-Slavery Manual de La Roy Sunderland (1837), repris une dizaine d’années plus tard dans un volume imprimé à Londres par l’abolitionniste britannique Joseph Barker, Interesting Memoirs and Documents Relating to American Slavery (1846)170. Et l’abolitionniste qui feuilletait son almanach antiesclavagiste pour l’année 1838 pouvait voir, à la page du mois d’avril, une gravure représentant un esclave pendu à un arbre, qui, comme l’indiquait la légende, n’était autre que Paul, l’esclave fugitif évoqué par Ball au seizième chapitre de son récit171. Sans doute de nombreux lecteurs de journaux, ouvrages et almanachs antiesclavagistes ne connurent jamais du récit de Ball que ce qu’ils en apprirent par ces voies indirectes. L’exemple montre que, comme pour d’autres récits d’esclaves intégrés à la culture abolitionniste, la diffusion des exemplaires physiques du récit de Ball se doublait d’une circulation plus diffuse et plus souple, souvent sous forme d’extraits dans la presse et autres formats éphémères.

  • 172 Chains and Freedom : or, The Life and Adventures of Peter Wheeler, a Colored Man Yet Living, New Y (...)

66Dans le cas précis de Ball, cette combinaison semble avoir garanti au livre sa postérité. On en trouve la meilleure illustration dans un autre récit d’esclave, Chains and Freedom : or, The Life and Adventures of Peter Wheeler, paru en 1839. Lorsque le scripteur Charles Edward Lester annonce à Wheeler qu’il va écrire son récit, l’ancien esclave fait part de son amusement à l’idée qu’on veuille « faire un livre sur [lui] comme on a fait pour Charles Ball »172. Que Wheeler songe automatiquement à Slavery in the United States est bien le signe que le récit de Ball avait fini par gagner en visibilité et par atteindre une certaine renommée – au moins au sein de la sphère abolitionniste, qui constitua, pour l’édition de 1837, son principal public.

Présences paradoxales : les récits d’Olaudah Equiano et Chloe Spear

67Les récits de James Williams et de Charles Ball fournissent deux exemples de récits d’esclaves pleinement intégrés aux circuits du mouvement abolitionniste, en tout cas dans sa seconde édition pour le récit de Ball. Ces deux récits furent particulièrement visibles à l’époque de leur publication, et il existe, du fait même de cette visibilité, une archive riche qui permet de suivre leurs trajectoires éditoriales respectives. D’autres récits d’esclaves furent diffusés selon des modalités similaires dans les années 1830, sans toutefois donner lieu à un véritable engouement de la part des abolitionnistes et de leurs publics. Nous nous arrêterons brièvement sur deux d’entre eux, ceux d’Olaudah Equiano (1837) et de Chloe Spear (1832). Malgré leur présence dans les catalogues de publications antiesclavagistes, ces deux récits – et d’autres encore tels que celui de Peter Wheeler (1839) – firent beaucoup moins parler d’eux que ceux de Williams ou Ball. Ils révèlent, en creux, le type de témoignage que tendaient à favoriser les abolitionnistes, et montrent que tous les récits d’esclaves n’avaient pas une place égale dans la culture imprimée abolitionniste.

Ressusciter le récit d’Olaudah Equiano

  • 173 J. Green, « The Publishing History of Olaudah Equiano’s Interesting Narrative », art. cité, p. 372
  • 174 « Intellect of Colored Men », Anti-Slavery Record, vol. 3, no 12, 1837, p. 136.

68On pourrait s’étonner de trouver le nom d’Olaudah Equiano dans une étude sur le récit d’esclave pendant la période antebellum, mentionné aux côtés de ceux de James Williams et Frederick Douglass. The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano, or Gustavus Vassa, the African fut en effet publié à Londres en 1789, alors que le débat sur l’abolition de la traite des esclaves faisait tout juste son entrée au Parlement britannique. Tandis que les éditions se succédèrent sur le territoire britannique, même après la mort d’Equiano, qui avait, de son vivant, œuvré activement pour la diffusion du récit, l’ouvrage ne connut à l’époque qu’une édition américaine publiée en 1791. Il disparut ensuite du paysage éditorial, ne refaisant surface que de façon détournée : une dizaine de pages étaient consacrées à Equiano dans la traduction que David Baillie Warden donna en 1810 de l’essai de Henri Grégoire intitulé De la littérature des nègres (1808) ; Lydia Maria Child s’inspirait à son tour de ces pages dans An Appeal in Favor of that Class of Americans Called Africans (1833), reconnaissant qu’elle n’avait pas lu le récit de première main. Dans Biographical Sketches and Interesting Anecdotes of Persons of Colour (1826), Abigail Mott, parente de l’abolitionniste et défenseuse des droits des femmes Lucretia Mott, paraphrasait également le récit d’Equiano, cette fois à l’intention du jeune public. Elle l’abrégea par la suite dans un fascicule intitulé The Life and Adventures of Olaudah Equiano (1829)173. Si les détails de l’histoire d’Equiano furent donc relayés de publication en publication dans l’Amérique des années 1800-1830, le récit dans sa forme originale demeurait indisponible. C’est peut-être ce sentiment de familiarité avec l’histoire d’Equiano, fût-il entretenu par les écrits d’abolitionnistes blancs, qui faisait dire à l’auteur d’un article de l’Anti-Slavery Record que le récit avait été « republié à de nombreuses reprises en Amérique »174.

  • 175 « Gustavus Vassa », National Enquirer and Constitutional Advocate of Universal Liberty, 20 juillet (...)

69En réalité, The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano ne reparut aux États-Unis qu’en 1837. Après avoir été régulièrement paraphrasé et abrégé pendant les premières décennies du xixe siècle, le texte d’Equiano y apparaissait enfin tel qu’il avait été rédigé par son auteur ; seul le titre changeait légèrement, le récit ayant été renommé The Life of Olaudah Equiano, or Gustavus Vassa, the African. L’abolitionniste Charles C. Burleigh, annonçant la parution de l’ouvrage, confirmait que le public n’avait alors qu’une connaissance indirecte – voire aucune connaissance – du récit : « Les lecteurs de l’Appeal de Mrs. Child connaissent probablement le nom de Gustavus, évoqué en des termes élogieux dans cet ouvrage ; aux autres nous conseillons ce récit sans prétention d’un homme né en Afrique […], à la fois divertissant et instructif. »175 Les deux volumes originaux de plus de 250 pages du récit d’Equiano avaient été réunis en un volume de moins de 300 pages, au moyen d’une présentation plus dense du texte. On peut voir là le simple reflet des pratiques éditoriales en vigueur à l’époque, mais il faut noter que ce format plus compact facilitait la diffusion du récit dans son intégralité.

  • 176 M. Cavitch, « The Poetry of Phillis Wheatley in Slavery’s Recollective Economies, 1773 to the Pres (...)
  • 177 J. Rezek, « The Print Atlantic : Phillis Wheatley, Ignatius Sancho, and the Cultural Significance (...)

70À l’origine de cette nouvelle édition, il y avait non pas l’AASS, comme dans le cas de James Williams, mais l’imprimeur du Liberator, Isaac Knapp, et, vraisemblablement, son associé William Lloyd Garrison. Nous avons vu dans le premier chapitre que les deux hommes avaient mis leur presse au service d’auteurs africains-américains tels que Maria W. Stewart et Hosea Easton. En fait, ils contribuèrent de manière plus cruciale encore à la diffusion des lettres africaines-américaines puisqu’ils republièrent, de leur propre initiative, les écrits d’auteurs disparus tels que Phillis Wheatley et Olaudah Equiano. Parus à Londres en 1773, les Poems on Various Subjects, Religious and Moral de Wheatley furent republiés par Isaac Knapp en 1838 sous le titre Memoir and Poems of Phillis Wheatley, a Native African and a Slave, ce qui leur permit, comme le note Max Cavitch, de « pénétrer l’imagination – et le paysage éditorial – du nouvel abolitionnisme »176, c’est-à-dire de l’abolitionnisme américain. Il en allait a priori de même pour le récit d’esclave d’Equiano. En reparaissant dans une édition publiée par Knapp, The Life of Olaudah Equiano devenait de facto un instrument de propagande dans la lutte contre l’esclavage pratiqué sur les plantations du Sud des États-Unis, alors même que celles-ci figurent de manière marginale dans le récit : les années d’esclavage d’Equiano se déroulent essentiellement en mer, sur des navires négriers et des vaisseaux de la marine britannique, en Angleterre et dans les Antilles. Le récit donnait cependant une description saisissante du middle passage (traversée de l’Atlantique par les esclaves africains) dans ses premières pages, illustrait la violence de l’institution à travers les descriptions de la traite et du traitement des esclaves, et servait à réfuter, par son existence même, les discours sur l’infériorité supposée des Noirs. À ce titre, la republication sous forme d’un épais livre relié, plutôt que d’un fascicule comme celui d’Abigail Mott ou d’extraits dans un périodique, constituait en elle-même un acte signifiant. Joseph Rezek a montré que les poèmes de Phillis Wheatley et les lettres d’Ignatius Sancho furent utilisés comme preuves sérieuses dans le débat sur l’abolition de l’esclavage, à la fin du xviiie siècle, à partir du moment où ils furent réunis et publiés sous forme de livre177. Le format livre conférait de la même façon une autorité supplémentaire au récit d’Olaudah Equiano.

  • 178 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 273.

71Il n’en reste pas moins que The Life of Olaudah Equiano ne semble pas avoir particulièrement marqué les esprits. Bien que le livre ait été disponible dans la plupart des lieux de vente et de prêt du circuit abolitionniste et qu’il ait été lu par un certain nombre de personnalités abolitionnistes – selon Ezra Greenspan, William Wells Brown s’en inspira lorsqu’il écrivit son récit de voyage Three Years in Europe (1852)178 –, les références au récit d’Equiano dans la presse, les discours, la correspondance des abolitionnistes de la période antebellum sont rares. Sans doute le récit d’Equiano ne pouvait-il pas rivaliser avec les récits plus récents de Williams et de Ball. Au moins avait-il été brièvement ressuscité, ce qui lui permit de survivre dans la mémoire littéraire américaine.

Le récit de Chloe Spear et le développement de l’abolitionnisme à Boston

  • 179 L. Brown, « Memorial Narratives of African Women in Antebellum New England », Legacy, vol. 20, nos(...)

72Intitulé Memoir of Mrs. Chloe Spear, a Native of Africa, Who Was Enslaved in Childhood, and Died in Boston, January 3, 1815…. Aged 65 Years, le récit de Chloe Spear parut en 1832, soit dix-sept ans après la mort de son sujet. L’ouvrage racontait l’enlèvement de Chloe Spear en Afrique alors qu’elle n’était qu’une petite fille, son arrivée à Philadelphie à la fin des années 1770, sa vie dans le Massachusetts en tant que domestique puis en tant que femme libre une fois l’esclavage aboli dans cet État. L’auteure du récit était anonyme, n’apparaissant qu’au détour de périphrases telles que « A Lady of Boston » sur la page de titre et « A Member of the Second Baptist Church in Boston » à la fin de la préface. On sait désormais qu’il s’agissait soit de Mary Webb, fille d’un relieur de Boston connue pour son investissement dans diverses associations d’activisme bienfaisant, soit de Rebecca Warren Brown, auteure prolifique de livres pour enfants179.

  • 180 M. W. Starling, The Slave Narrative, ouvr. cité, p. 210.
  • 181 Memoir of Mrs. Chloe Spear, Boston, James Loring, 1832, p. 103.
  • 182 Voir par exemple Liberator, 27 juillet 1833.

73Marion Wilson Starling fait de Memoir of Mrs. Chloe Spear « l’une des premières entreprises [éditoriales] de la branche bostonienne de l’American Anti-Slavery Society »180. L’affirmation est inexacte, pour la simple raison que l’AASS n’existait pas encore l’année de la publication du récit de Chloe Spear ; elle a cependant le mérite de situer ce récit dans la sphère institutionnelle à laquelle l’ouvrage fut effectivement intégré quelques années plus tard. En réalité, Memoir of Mrs. Chloe Spear fut publié par un éditeur et libraire bostonien déjà rencontré plusieurs fois, James Loring, spécialisé dans la vente de livres à caractère religieux pour la jeunesse. L’ouvrage correspondait parfaitement à sa ligne éditoriale, puisqu’il s’adressait au jeune public, mais contenait également un message religieux articulé au récit de la vie spirituelle de Spear. À ce message se greffait une dénonciation de l’esclavage, explicite par exemple dans la conclusion : « Le sujet de l’esclavage offre une triste preuve de la perversité de l’homme. »181 Loring ne publiait pas véritablement d’ouvrages en lien direct avec la question esclavagiste, mais sa bienveillance envers la cause abolitionniste ne faisait aucun doute. Sa librairie jouait le rôle de dépôt de publications antiesclavagistes à une époque où ce genre de lieu n’existait pas encore : elle occupait la place qu’occupèrent Isaac Knapp (à la fin des années 1830) et Bela Marsh (dans les années 1840), tous deux propriétaires d’établissements privés où l’on trouvait l’essentiel de la littérature abolitionniste182.

  • 183 Liberator, 12 mai 1832 ; « Memoir of Chloe Spear », Liberator, 26 mai 1832 ; « Literary Notices », (...)
  • 184 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, chap. 1.
  • 185 Memoir of Mrs. Chloe Spear, ouvr. cité, p. iii.
  • 186 « Catalogue of Publications », Pennsylvania Freeman, 21 novembre 1839 ; « New Books, for Sale by I (...)

74Même publié par Loring, l’ouvrage ne dut connaître qu’une circulation limitée dans les premières années ayant suivi sa publication, du fait de l’absence, en 1832, d’une infrastructure permettant la diffusion de documents abolitionnistes sur tout le territoire américain. Sans surprise, on le trouve mentionné dans le Liberator, où quelques extraits – ainsi que le frontispice – furent reproduits ; l’American Baptist Magazine consacrait également quelques lignes à ce récit dont l’auteure, anonyme, et la protagoniste, Chloe Spear, appartenaient toutes deux à la Second Baptist Church de Boston183. Mais une fois passée cette première étape de l’histoire éditoriale de Memoir of Mrs. Chloe Spear, le titre disparut, ne revenant sur le devant de la scène qu’en 1837, année charnière dans la mise en place par l’AASS d’une stratégie offensive de diffusion de l’imprimé. En incluant Memoir of Mrs. Chloe Spear dans le corpus des écrits qu’elle sanctionnait et en garantissant la disponibilité de l’ouvrage, l’association lui donnait une visibilité qu’il n’avait pu avoir auparavant, selon un processus semblable à celui qui guidait au même moment la republication du récit de Ball. La trajectoire était sans doute moins inattendue dans le cas de Spear, dont le récit avait été publié à Boston ; la proximité idéologique de Loring avec les abolitionnistes bostoniens se doublait d’une proximité géographique. Le parallèle avec le récit de Ball ne s’arrête pas là puisque le récit de Spear, en changeant de lieu, passait lui aussi d’une « économie » à une autre, selon le sens que Leon Jackson donne à ce terme lorsqu’il évoque les multiples « économies auctoriales » à l’œuvre dans l’Amérique antebellum184 : d’abord publié en 1832 dans le cadre d’une économie charitable – l’introduction de Mary Webb / Rebecca Warren Brown précise que les bénéfices de la vente du récit serviraient à financer des écoles d’Afrique185 –, Memoir of Mrs. Chloe Spear fut intégré à la fin des années 1830 à une économie de l’information plus désincarnée. Sur les étagères d’un dépôt de livres antiesclavagiste à Philadelphie, dans l’établissement d’Isaac Knapp, dans la bibliothèque antiesclavagiste de New London, Connecticut186, le récit de Chloe Spear devenait une charge contre l’esclavage, un ouvrage de propagande au service de l’idéologie abolitionniste de l’AASS… si tant est que l’ouvrage ait effectivement circulé. Comme dans le cas d’Olaudah Equiano, rien ne permet de l’affirmer, les allusions au récit étant à peu près inexistantes dans la littérature antiesclavagiste.

Accessibilité, diffusion et lecture des récits d’esclaves dans les années 1830

75De titre en titre, on a reconstitué la liste des récits d’esclaves ayant partagé une même culture imprimée à la fin des années 1830, celle d’un mouvement abolitionniste encore unifié, et qui disposait des ressources nécessaires pour mener des campagnes de propagande de grande envergure. Aux récits cités – ceux de James Williams, Charles Ball, Olaudah Equiano et Chloe Spear –, il faudrait ajouter ceux de Thomas Cooper (Narrative of the Life of Thomas Cooper, 1832), Peter Wheeler (Chains and Freedom, 1839) et Moses Roper (A Narrative of the Adventures and Escape of Moses Roper, from American Slavery, 1837) – ce dernier ayant essentiellement circulé dans les îles Britanniques, selon une dynamique qui préfigure les itinérances de Frederick Douglass et William Wells Brown abordées au chapitre suivant. Ce sont les noms de Williams, Ball, Equiano, Spear, Cooper, Wheeler et Roper qu’on croise dans les catalogues de publications reproduits en dernière page du Liberator et sur les couvertures papier des almanachs antiesclavagistes. Les histoires éditoriales de ces récits diffèrent grandement : au récit de Williams, conçu comme un produit du mouvement abolitionniste, s’opposent des récits issus d’un contexte étranger au mouvement antiesclavagiste américain, qui ne s’en saisit que dans un second temps, plus ou moins rapproché de la première date de publication (près de cinquante ans pour le récit d’Equiano, un an pour le récit de Ball). En revanche, tous finirent par être diffusés au sein de canaux contrôlés par l’AASS – dépôts de livres, bibliothèques antiesclavagistes, etc. À en croire les documents dont nous disposons, il devait être relativement aisé de se procurer les récits de Spear ou Wheeler à la fin des années 1830 pour un habitant d’une grande ville du Nord. Il suffisait de se rendre dans le dépôt de livres local, qui vendait des exemplaires à l’unité, à la douzaine, voire à la centaine. Il était possible d’emprunter un exemplaire si une bibliothèque antiesclavagiste avait été mise en place.

  • 187 Voir par exemple la longue note de Lester sur l’American Colonization Society, Chains and Freedom, (...)

76Il existe pourtant une différence cruciale entre accessibilité et diffusion effective de l’ouvrage. Tout en appartenant à une même culture imprimée, ces récits connurent un destin différent en matière de distribution. Le récit de Williams fit l’objet d’une campagne de promotion et de diffusion sans précédent : plutôt que d’attendre que des lecteurs éventuels viennent au récit, on alla les chercher, en disséminant des dizaines de milliers d’exemplaires de Narrative of James Williams, sous forme de fascicule, dans le Nord et le Sud des États-Unis. Le récit de Ball bénéficia également d’un soutien appuyé, bien que plus limité, du fait, notamment, de la longueur de l’ouvrage. La promotion des récits d’Equiano, Spear et Wheeler fut encore moindre, puisqu’il semble qu’aucun de ces ouvrages n’ait véritablement retenu l’attention des abolitionnistes. Cela tient vraisemblablement au fond et à la forme des récits en question : ni The Life of Olaudah Equiano ni Memoirs of Mrs. Chloe Spear n’évoquent en détail le monde des plantations sudistes, et le récit de Spear est, qui plus est, destiné au public restreint des enfants et adolescents. Les deux premiers tiers de Chains and Freedom portent bien sur la vie d’esclave de Wheeler dans le Sud – sur son enfance, les punitions violentes infligées par son maître Gideon Morehouse et sa fuite finale vers le Nord – mais le dernier tiers est consacré, entre autres, au récit des aventures en mer et de la conversion religieuse de l’ancien esclave. Chains and Freedom prend par ailleurs la forme – peu commune pour un écrit biographique – d’un entretien entre Wheeler et celui qui se désigne à plusieurs reprises comme « l’auteur » véritable du livre, Charles Edward Lester, historien et prédicateur presbytérien. Lester pose des questions auxquelles Wheeler répond plus ou moins longuement, investissant dans le même temps les seuils et interstices du livres – la préface, les notes de bas de page, les fins de chapitre – de son propre discours187. Hybride à plus d’un titre, le récit de Wheeler n’a sans doute pas suffisamment séduit l’AASS pour que celle-ci l’intègre pleinement à son effort de propagande. À l’opposé, Narrative of James Williams et Slavery in the United States se concentraient sur la description de l’institution esclavagiste sudiste, ils s’adressaient à tous les publics et prenaient une forme narrative classique. Ils se prêtaient davantage au propos des abolitionnistes – le récit s’y prêtant le mieux ayant été, comme on peut l’imaginer, le récit de Williams, conçu par l’AASS.

  • 188 J. Nerone, Violence against the Press : Policing the Public Sphere in U.S. History, New York, Oxfo (...)
  • 189 Eric Gardner évoque quelques-uns des usages domestiques du papier journal dans l’Amérique du xixe  (...)
  • 190 Chains and Freedom : or, The Life and Adventures of Peter Wheeler, a Colored Man Yet Living. A Sla (...)
  • 191 « Catalogue of Publications », Pennsylvania Freeman, 14 novembre 1839 ; Hartford Daily Courant, 3  (...)

77Il est difficile d’évaluer aujourd’hui l’impact réel qu’ont pu avoir ces différents récits. Celui de Williams a certes été diffusé sur une grande partie du territoire américain, mais a-t-il été lu pour autant ? Comme l’écrit John Nerone à propos de la littérature abolitionniste dans son ensemble, « un million d’exemplaires [de quelque document que ce soit] ne signifie absolument pas un million de lecteurs »188. Quelle était la réaction de l’habitant de Utica, New York, qui recevait un prospectus certes gratuit mais non sollicité, dans lequel étaient racontées des histoires à peine croyables d’esclaves se faisant déchirer le dos par des chats sauvages ? Il est tout à fait possible que de nombreux exemplaires de l’édition « bon marché » de Narrative of James Williams aient été recyclés ou détruits avant même d’avoir été consultés, dans le Sud, évidemment, mais aussi dans le Nord ; le discrédit jeté sur le récit en octobre 1838 ne pouvait que renforcer ce phénomène. Peut-être faut-il voir dans cette édition du récit de Williams un équivalent antebellum des messages indésirables que nous recevons quotidiennement par voie électronique, supprimés dans l’instant où ils ont été identifiés comme tels189. Quant aux exemplaires des récits de Spear ou Wheeler en vente dans les dépôts de livres antiesclavagistes et ailleurs, on ne peut savoir s’ils ont effectivement été achetés, lus ou prêtés. Dans l’introduction à son édition critique de Chains and Freedom, Graham Russell Gao Hodges note que le récit de Peter Wheeler est rapidement tombé dans l’oubli190. Il n’existe aucune recension connue de l’ouvrage ; les occurrences du titre sont relativement nombreuses dans les sources primaires, mais il ne s’agit la plupart du temps que d’une mention du livre au milieu d’une liste de publications en vente au dépôt de la Pennsylvania Anti-Slavery Society, de la Connecticut Anti-Slavery Society ou de la Massachusetts Anti-Slavery Society191. Il en résulte une présence paradoxale de ces récits d’esclaves, c’est-à-dire un déséquilibre entre leur apparente disponibilité, d’une part, et le fait qu’ils aient été plus ou moins ignorés, d’autre part.

  • 192 Voir par exemple « New Books », Philanthropist, 17 juillet 1838 ; « Catalogue of Publications », P (...)

78Parmi les raisons de cette ignorance, il faut encore citer l’absence physique des esclaves concernés. On verra dans le chapitre suivant que l’une des caractéristiques des récits de Frederick Douglass et Sojourner Truth, par exemple, est d’avoir été distribués par les anciens esclaves eux-mêmes, qui parcouraient des régions entières des États-Unis et parfois des îles Britanniques pour participer à des meetings abolitionnistes, vendant par la même occasion des exemplaires de leur ouvrage. Par opposition, les protagonistes des récits des années 1830 ne furent pas associés à la diffusion de leur propre récit : Equiano et Spear étaient morts depuis longtemps lorsque parurent The Life of Olaudah Equiano et Memoirs of Chloe Spear ; Williams n’attendit pas même la publication de Narrative of James Williams pour quitter les États-Unis ; Ball disait clairement à la fin de Slavery in the United States qu’il ne souhaitait pas devenir une figure publique. Le récit de Roper circula peut-être mieux dans les îles Britanniques, où Roper résidait et se produisait, qu’aux États-Unis, où son récit était pourtant vendu dans tous les dépôts de livres abolitionnistes192. En l’absence de l’esclave et sans l’investissement réel du mouvement abolitionniste, un récit d’esclave avait peu de chances d’être remarqué.

  • 193 « New Works », Newark Daily Advertiser, 18 mai 1837 ; « New Books », Hampshire Gazette, 31 mai 183 (...)

79Dans tous les cas, l’incorporation de ces récits à la culture imprimée du mouvement abolitionniste des années 1830 constitua dans le même temps une force et une limite en matière de diffusion. La grande force du mouvement abolitionniste est d’avoir rendu accessibles des ouvrages qui, pour certains, auraient pu demeurer dans l’obscurité de leur première publication – on pense notamment à Slavery in the United States. Toutefois, ainsi distribués, ces ouvrages ne pouvaient toucher qu’un lectorat composé d’individus déjà acquis (au moins en partie) à la cause abolitionniste – des individus suffisamment intéressés par le sujet pour être abonnés à l’Emancipator, lire dans les pages du journal une recension du récit de Ball et se rendre dans les locaux de l’AASS pour acheter un exemplaire. Si quelques rares libraires de sensibilité réformatrice vendirent dans leur établissement des exemplaires de Slavery in the United States – William Tuttle à Newark dans le New Jersey, J. H. Butler à Northampton dans le Massachusetts, Weeks, Jordan & Co. à Boston193 –, il est probable que l’essentiel des ventes se fit en contexte abolitionniste. À défaut d’une politique de diffusion semblable à celle élaborée pour le récit de Williams – ce genre d’entreprise ayant ses propres limites, soulignées précédemment –, les récits de Ball, Spear et Wheeler ne pouvaient circuler qu’en vase clos, au sein des circuits propres à la sphère abolitionniste.

Notes

1 R. S. Newman, The Transformation of American Abolitionism : Fighting Slavery in the Early Republic, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2002, p. 2.

2 Ibid., chap. 1. La plupart des États du Nord mettent en place à la fin du xviiie siècle des lois d’abolition graduelle : la Pennsylvanie décide ainsi en 1780 que tous les enfants nés de mère esclave seront automatiquement émancipés à l’âge de 28 ans. Voir Arthur Zilversmit, The First Emancipation : The Abolition of Slavery in the North, Chicago, University of Chicago Press, 1967.

3 M.-J. Rossignol, « Les Noirs libres et la citoyenneté américaine dans le Nord-Ouest des États-Unis (1787-1830) », Le mouvement social, no 252, 2015, p. 113-135.

4 R. S. Newman, The Transformation of American Abolitionism, ouvr. cité, chap. 4.

5 Cité ibid., p. 95.

6 M.-J. Rossignol, « 1812-1827 : le renouveau du mouvement antiesclavagiste à l’Ouest », communication présentée lors du colloque « 1812 dans les Amériques », Brest, université de Bretagne occidentale, 7-8 juin 2012.

7 M. Sinha, The Slave’s Cause : A History of Abolition, New Haven, Yale University Press, 2016. Dans ce livre magistral, Manisha Sinha s’efforce par ailleurs de réintégrer les Africains-Américains à l’histoire de l’abolitionnisme, souvent fondée sur une dichotomie réductrice entre militants blancs et victimes noires : ainsi l’auteure écrit-elle que les esclaves fugitifs, par exemple, étaient « à la pointe du mouvement abolitionniste » (p. 460). Tout en reconnaissant la nécessité d’une telle analyse, nous utilisons ici l’expression « mouvement abolitionniste » dans un sens plus institutionnel, pour désigner les principales associations antiesclavagistes, les individus (souvent blancs) à leur tête, et la littérature qui en émane. Il faut toutefois garder à l’esprit que les esclaves fugitifs sont des « abolitionnistes à part entière » (p. 421) et qu’il y avait de nombreux Noirs libres dans les rangs abolitionnistes.

8 T. Loughran, The Republic in Print : Print Culture in the Age of U.S. Nation Building, 1770-1870, New York, Columbia University Press, 2007, p. 328-338.

9 D. P. Nord, Faith in Reading : Religious Publishing and the Birth of Mass Media in America, New York, Oxford University Press, 2004, et « Benevolent Books : Printing, Religion, and Reform », A History of the Book in America, R. A. Gross et M. Kelley éd., Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2010, t. 2, p. 221-246 ; C. G. Brown, The Word in the World, ouvr. cité.

10 Cité par D. P. Nord, Faith in Reading, ouvr. cité, p. 38.

11 B. Blasselle, Histoire du livre, Paris, Gallimard, 2008, p. 141.

12 Frédéric Barbier précise que la stéréotypie était particulièrement adaptée « dans le cas de textes complexes susceptibles de multiples réimpressions, comme la Bible ». F. Barbier, Histoire du livre en Occident, Paris, Armand Colin, 2012, p. 273. Sur la production de bibles aux États-Unis au xixe siècle, voir P. C. Gutjahr, An American Bible : A History of the Good Book in the United States, 1777-1880, Stanford, Stanford University Press, 1999.

13 M. Sinha, The Slave’s Cause, ouvr. cité, p. 171-182. Il ne faut pas confondre l’Emancipator d’Elihu Embree, mensuel créé dans le Tennessee en 1820, avec l’hebdomadaire new-yorkais du même nom, organe officiel de l’AASS dans les années 1830.

14 J. B. Stewart, Holy Warriors : The Abolitionists and American Slavery, New York, Hill and Wang, 1996, p. 83.

15 E. Dziembowski et M. Rapoport, Le débat sur l’abolition de l’esclavage. Grande-Bretagne, 1787-1840, Neuilly-sur-Seine, Atlande, 2009, p. 128.

16 R. S. Newman, The Transformation of American Abolitionism, ouvr. cité, p. 89-96 et p. 179-180. Pour une sélection de leurs écrits, voir R. Newman et al. éd., Pamphlets of Protest : An Anthology of Early African-American Protest Literature, 1790-1860, New York, Routledge, 2001.

17 P. P. Hinks, To Awaken My Afflicted Brethren : David Walker and the Problem of Antebellum Slave Resistance, University Park, Pennsylvania State University Press, 1997, chap. 5.

18 W. S. Savage, The Controversy over the Distribution of Abolition Literature, 1830-1860, Washington (D. C.), Association for the Study of Negro Life and History, 1938, chap. 1. « Incendiaire » (au sens de « susceptible de provoquer des troubles ») est ici utilisé pour traduire incendiary, terme omniprésent dans les sources primaires : on parle d’incendiary publications, incendiary bookselling, etc.

19 J. O. Horton et L. E. Horton, Black Bostonians, ouvr. cité, p. 88.

20 Les paragraphes qui suivent s’appuient en partie sur l’introduction à la monographie de R. Fanuzzi, Abolition’s Public Sphere, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2003, et sur la monographie de T. Loughran, The Republic in Print, ouvr. cité, chap. 6.

21 J. R. McKivigan, The War against Proslavery Religion : Abolitionism and the Northern Churches, 1830-1865, Ithaca, Cornell University Press, 1984, p. 119-125.

22 « Work for Abolitionists !! », Liberator, 15 juin 1838.

23 H. Mayer, All on Fire : William Lloyd Garrison and the Abolition of Slavery, New York, St. Martin’s Press, 1998, chap. 2. Voir également D. Brennan, The Making of an Abolitionist : William Lloyd Garrison’s Path to Publishing The Liberator, Jefferson, McFarland, 2014.

24 « Declaration of Sentiments of the American Anti-Slavery Convention », Selections from the Writings and Speeches of William Lloyd Garrison, Boston, R. F. Wallcut, 1852, p. 71.

25 B. Wyatt-Brown, Lewis Tappan and the Evangelical War against Slavery, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1997, chap. 8.

26 R. R. John, Spreading the News : The American Postal System from Franklin to Morse, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995, chap. 7.

27 « Declaration of Sentiments of the American Anti-Slavery Convention », Selections from the Writings and Speeches of William Lloyd Garrison, ouvr. cité, p. 70-71.

28 « “Please Read and Circulate” », Friend of Man, 16 février 1841.

29 La bibliographie sur les mouvements de réforme de la période antebellum est abondante. Voir par exemple R. G. Walters, American Reformers, 1815-1860, New York, Hill and Wang, 1997, et L. D. Ginzberg, Women in Antebellum Reform, Wheeling, Harlan Davidson, 2000.

30 « “Please Read and Circulate” », art. cité.

31 « Our Publications », Emancipator, 22 mars 1838.

32 « Advice », Liberator, 26 mars 1831.

33 « The Walker Meetings », North Star, 4 février 1848.

34 A. Grimké, Letters to Catherine E. Beecher, in Reply to an Essay on Slavery and Abolitionism, Addressed to A. E. Grimké, Boston, Printed by Isaac Knapp, 1838, p. 35.

35 The Rev. J. W. Loguen, as a Slave and as a Freeman. A Narrative of Real Life, Syracuse, J. G. K. Truair & Co., Stereotypers and Printers, Office of the Daily Journal, 1859, p. 360.

36 J. Wilson, « The Early Anti-Slavery Propaganda », More Books : The Bulletin of the Boston Public Library, vol. 20, no 2, 1945, p. 56.

37 « Anti-Slavery Depository », Emancipator, 17 mai 1838.

38 « Philadelphia Anti-Slavery Depository », Emancipator, 28 juin 1838.

39 T. A. Goddu, « The Antislavery Almanac and the Discourse of Numeracy », Book History, vol. 12, 2009, p. 145-148.

40 « Light For the People », Nantucket Inquirer, 13 janvier 1841, cité par L. Pratt, « Speech, Print, and Reform on Nantucket », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 395-396.

41 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, Boston Public Library (ci-après BPL), 4 janvier 1838, p. 21.

42 Les informations biographiques sur James Williams / Shadrach Wilkins sont tirées de l’introduction à l’édition critique de Narrative of James Williams réalisée par Hank Trent, lequel montre que l’histoire réelle de l’ancien esclave est passablement différente de celle racontée dans le récit publié. Narrative of James Williams, an American Slave, H. Trent éd., Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2013.

43 Le Chemin de fer clandestin (Underground Railroad) était un réseau secret de routes, d’étapes et d’agents opéré par des abolitionnistes blancs et des Noirs libres dans le but d’aider les esclaves fugitifs à gagner le Nord et le Canada.

44 On s’en aperçoit notamment en feuilletant son journal de l’année 1838 : chaque article qui paraissait sur Williams dans la presse abolitionniste était découpé par Tappan et soigneusement collé dans le journal. Lewis Tappan Papers, Library of Congress, Journals and Notebooks, p. 159, p. 164-165, p. 177, etc.

45 « “The Slave : or Memoirs of Archy Moore” », Emancipator, 8 mars 1838, et minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 21 décembre 1837, p. 19 ; 4 janvier 1838, p. 24 ; 18 janvier 1838, p. 26.

46 « Political Hints », Liberator, 23 mars 1838.

47 Il avait notamment publié Justice and Expediency ; or, Slavery Considered with a View to Its Rightful and Effectual Remedy, Abolition (1833) et Poems Written during the Progress of the Abolition Question in the United States (1837). Voir E. Wagenknecht, John Greenleaf Whittier : A Portrait in Paradox, New York, Oxford University Press, 1967.

48 Cité par D. P. Nord, Faith in Reading, ouvr. cité, p. 119.

49 « Alabama Beacon versus James Williams », Emancipator, 30 août 1838.

50 « Interesting Narrative », Liberator, 2 février 1838.

51 Lettre de Theodore D. Weld à James G. Birney, 12 janvier 1838, D. L. Dumond éd., Letters of James Gillespie Birney, 1831-1857, New York, Appleton-Century, 1938, t. 1, p. 446.

52 « James Williams – The Fugitive Slave », Emancipator, 25 janvier 1838.

53 Emancipator, 8 février 1838 ; lettre de Theodore D. Weld à James G. Birney, 5 février 1838, D. L. Dumond éd., Letters of James Gillespie Birney, ouvr. cité, t. 1, p. 451.

54 S. F. Patton, African-American Art, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 77.

55 « Political Hints », art. cité.

56 Narrative of James Williams, an American Slave, H. Trent éd., ouvr. cité, p. 12.

57 R. B. Stepto, From behind the Veil : A Study of Afro-American Narrative, Urbana, University of Illinois Press, 1979, p. 6-11.

58 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 15 février 1838, p. 38 ; 5 avril 1838, p. 47 ; 21 juin 1838, p. 76 ; 20 septembre 1838, p. 95. Les chiffres de tirage sont donnés tous formats confondus. Ils sont d’autant plus impressionnants qu’on se situe alors dans une période de dépression économique qui entraîne un ralentissement général de l’activité dans le domaine éditorial. Sur la crise économique de 1837 et ses effets sur le monde du livre, voir J. J. Barnes, Authors, Publishers and Politicians : The Quest for an Anglo-American Copyright Agreement, 1815-1854, Columbus, Ohio State University Press, 1974, chap. 1.

59 « Narrative of James Williams », Liberator, 9 mars 1838.

60 « Narrative of James Williams », Zion’s Herald, 21 mars 1838.

61 Emancipator, 12 avril 1838.

62 On trouve l’un ou l’autre des prix selon les sources (voir par exemple Emancipator, 15 février 1838 et 3 mai 1838). Le prix inférieur est en fait celui de l’ouvrage avec couverture papier et le prix supérieur celui de l’ouvrage avec reliure toile.

63 « James Williams in Every Family », Emancipator, 12 avril 1838. Delavan était particulièrement actif en matière de propagande imprimée contre la consommation d’alcool : de sa propre estimation, il avait financé la publication et la distribution de plus de 36 millions de brochures et périodiques prônant l’abstinence. W. J. Rorabaugh, « Delavan, Edward Cornelius », American National Biography Online (consulté le 15 juin 2017).

64 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 5 avril 1838, p. 47.

65 R. R. John, Spreading the News, ouvr. cité, p. 262.

66 « Conflagration Extra !! », Emancipator, 15 novembre 1838.

67 « From the Far South », Advocate of Freedom, 7 juin 1838.

68 New York Commercial Advertiser, 26 septembre 1838. Le terme « section » est couramment utilisé à l’époque pour parler des différentes régions des États-Unis. Ailleurs, Birney se montrait plus pessimiste : « Le récit a été diffusé dans les États esclavagistes, quoique de façon limitée. » « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité.

69 « Extract from the Narrative of James Williams », Liberator, 16 mars 1838 ; « Extract from the Narrative of James Williams », Hampshire Gazette, 28 mars 1838. Le récit fut également publié en plusieurs épisodes dans le Morning Star, journal du New Hampshire, à partir du 18 juillet 1838.

70 Emancipator, 26 juillet 1838.

71 Friend of Man, 11 juillet 1838. On peut déduire du nombre d’exemplaires distribués et de leur prix que c’est bien de l’édition « bon marché » qu’il s’agit.

72 Emancipator, 5 avril 1838.

73 « Work for Abolitionists !! », art. cité.

74 « Catalogue of Publications », American Anti-Slavery Almanac, for 1839, New York, 1838, deuxième et troisième de couverture.

75 « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité ; « Montgomery County », Friend of Man, 25 juillet 1838 ; « “By Fair or Foul Means” », Zion’s Watchman, 18 août 1838.

76 « Narrative of James Williams », Friend of Man, 18 avril 1838.

77 L’encart apparaît pour la première fois le 30 mars 1838 et pour la dernière fois le 19 octobre 1838.

78 Emancipator, 3 mai 1838.

79 « Depository of the Ohio A. S. Society », Philanthropist, 22 mai 1838.

80 « Narrative of James Williams », Philanthropist, 22 mai 1838.

81 « In the Press », Emancipator, 12 avril 1838 ; « Letters from the Editor. No. I », Friend of Man, 11 juillet 1838 ; « Onondaga Co. Meeting », Friend of Man, 25 juillet 1838.

82 « Caution », Emancipator, 15 mars 1838. Il semble que cette édition soit en fait l’édition bostonienne publiée par Isaac Knapp, ce qui signifierait que Knapp a publié son édition indépendamment, et sans l’accord, de l’AASS.

83 « A Plan of Distribution », Emancipator, 14 juin 1838.

84 « Onondaga Co. Meeting », art. cité.

85 « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité.

86 « Tricks of Abolitionism », New York Commercial Advertiser, 19 septembre 1838.

87 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, p. 120-126.

88 Emancipator, 5 avril 1838.

89 « Alabama Beacon versus James Williams », art. cité.

90 Cité ibid. On ne connaît des propos de Rittenhouse que ce qui a été reproduit dans l’Emancipator. Il serait éclairant de savoir précisément ce qu’a écrit Rittenhouse dans l’Alabama Beacon. Il n’est malheureusement pas certain qu’un jeu complet pour l’année 1838 ait été conservé. Dans sa bibliographie des journaux d’Alabama, Rhoda Coleman Ellison ne signale quasi aucun numéro disponible pour les années 1830. R. C. Ellison, History and Bibliography of Alabama Newspapers in the Nineteenth Century, Montgomery, University of Alabama Press, 1954, p. 68 et p. 203.

91 Lettre de Lydia Maria Child à Angelina Grimké, 26 décembre 1838, G. H. Barnes et D. L. Dumond éd., Letters of Theodore Dwight Weld, Angelina Grimké Weld and Sarah Grimké, 1822-1844, Gloucester, Peter Smith, 1965, t. 2, p. 732.

92 Lettre de Lydia Maria Child à Theodore Weld, 29 décembre 1838, ibid., p. 735-736.

93 « James Williams », Emancipator, 16 août 1838.

94 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 16 août 1838, p. 92-93.

95 Lewis Tappan Papers, Library of Congress, Journals and Notebooks, 29 août 1838, p. 256.

96 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 20 septembre 1838, p. 95.

97 Ibid., 18 octobre 1838, p. 101.

98 « James Williams », Emancipator, 25 octobre 1838.

99 True Wesleyan, 10 février 1849.

100 Philanthropist, 21 mai 1839 ; Liberator, 8 janvier 1841.

101 « Narrative of James Williams », African Repository and Colonial Journal, juin 1839, p. 161.

102 « Narrative of Moses Roper », Liberator, 30 mars 1838.

103 A Narrative of the Adventures and Escape of Moses Roper, from American Slavery [1839], ouvr. cité, p. xii.

104 Pour une référence tardive au récit de Moses Roper, voir par exemple T. Parker, A Letter to the People of the United States Touching the Matter of Slavery, Boston, James Munroe and Company, 1848, p. 34.

105 American Slavery as It Is : Testimony of a Thousand Witnesses, New York, American Anti-Slavery Society, 1839, p. 4.

106 Sur la genèse, la structure et les stratégies argumentatives de l’ouvrage de Weld, voir E. G. Garvey, « “facts and FACTS” : Abolitionists’ Database Innovations », « Raw Data » Is an Oxymoron, L. Gitelman éd., Cambridge (Mass.), MIT Press, 2013, p. 89-102, et T. Loughran, The Republic in Print, ouvr. cité, p. 354-359.

107 T. A. Goddu, « The Slave Narrative as Material Text », The Oxford Handbook of the African American Slave Narrative, J. Ernest éd., ouvr. cité, p. 159 ; voir les pages 157-159 sur le récit de James Williams.

108 Lettre de Theodore D. Weld à Sarah et Angelina Grimké, 5 janvier 1838, G. H. Barnes et D. L. Dumond éd., Letters of Theodore Dwight Weld, Angelina Grimké Weld and Sarah Grimké, ouvr. cité, t. 2, p. 512.

109 La plupart de ces lettres sont conservées au John Jay Homestead State Historic Site (ci-après JJH), à Katonah, New York.

110 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH. Seul Robert A. Trendel Jr., le biographe du juriste abolitionniste William Jay, semble avoir relevé ce nom, qu’on ne trouve mentionné nulle part ailleurs dans les sources secondaires. R. A. Trendel Jr., William Jay : Churchman, Public Servant and Reformer, New York, Arno Press, 1982, p. 247.

111 Slavery in the United States : A Narrative of the Life and Adventures of Charles Ball, a Black Man, Lewistown, Printed and Published by John W. Shugert, 1836, p. 400.

112 History of that Part of the Susquehanna and Juniata Valleys, Embraced in the Counties of Mifflin, Juniata, Perry, Union and Snyder, in the Commonwealth of Pennsylvania, Philadelphie, Everts, Peck & Richards, 1886, t. 1, p. 509 ; History of Venango County, Pennsylvania, Chicago, Brown, Runk & Co., 1890, p. 245-247.

113 J. S. Africa, History of Huntingdon and Blair Counties, Pennsylvania, Philadelphie, Louis H. Everts, 1883, p. 81.

114 « Prospectus », Colored American, 10 février 1838 ; minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 14 novembre 1838, p. 108-109.

115 Emancipator, 23 mars 1837. Il s’agit d’une recension de l’édition de 1837 du récit.

116 Lettre d’Isaac Fisher à Elizur Wright, 20 octobre 1837, Elizur Wright Papers, Library of Congress, Correspondence, boîte no 4.

117 Ibid.

118 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 3-4.

119 Ibid., p. 4.

120 Emancipator, 23 mars 1837.

121 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 286-287 ; Narrative of James Williams, an American Slave, H. Trent éd., ouvr. cité, p. 41.

122 Slavery in the United States : A Narrative of the Life and Adventures of Charles Ball, a Black Man, New York, John S. Taylor, 1837, p. ii. Voir à ce sujet W. L. Andrews, To Tell a Free Story, ouvr. cité, p. 84.

123 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 223.

124 « Prospectus of a New Work, Entitled Slavery in the United States », Liberator, 29 août 1835. L’encart n’est pas signé mais Shugert est selon toute probabilité l’auteur de ces lignes.

125 Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 3.

126 « Prospectus of a New Work, Entitled Slavery in the United States », art. cité.

127 Parmi ces épisodes digressifs, on peut citer le récit de Lydia, jeune domestique qu’on sépare de force de sa maîtresse bien-aimée pour la revendre à un propriétaire d’esclaves dans le Sud profond (Slavery in the United States [1836], ouvr. cité, p. 116-122), celui de Paul l’esclave fugitif qui finit par se suicider (p. 249-259) ou encore celui des amants criminels Frank et Lucy (p. 289-296).

128 S. E. Casper, « Other Variations on the Trade », A History of the Book in America, S. E. Casper et al. éd., ouvr. cité, t. 3, p. 219-222.

129 « Prospectus of a New Work, Entitled Slavery in the United States », Lewistown Republican and Working Men’s Advocate, 6 octobre 1835 et 3 mars 1836.

130 Lettre d’Isaac Fisher à Elizur Wright, 17 juillet 1836, JJH.

131 Emancipator, 23 mars 1837.

132 J. S. Africa, History of Huntingdon and Blair Counties, Pennsylvania, ouvr. cité, p. 81.

133 Y. Taylor éd., I Was Born a Slave, ouvr. cité, t. 1, p. 260.

134 M. W. Starling, The Slave Narrative, ouvr. cité, p. 227.

135 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », Quarterly Anti-Slavery Magazine, vol. 1, no 4, 1836, p. 375-393.

136 N. Baym, Novels, Readers, and Reviewers : Responses to Fiction in Antebellum America, Ithaca, Cornell University Press, 1984, p. 19.

137 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », Zion’s Watchman, 14 septembre 1836 ; « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », Philanthropist, 14 octobre 1836.

138 M. McGill, American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003. Il est courant, à l’époque, qu’un article de presse publié dans un journal donné soit reproduit dans des dizaines d’autres périodiques.

139 « A Slave Execution », Anti-Slavery Record, vol. 2, no 12, 1836, p. 149.

140 « Just Printed », Lewistown Republican and Working Men’s Advocate, 26 avril 1836.

141 R. J. Zboray, A Fictive People : Antebellum Economic Development and the American Reading Public, New York, Oxford University Press, 1993, p. 11.

142 « Prospectus of a New Work, entitled Slavery in the United States », art. cité.

143 Slavery in the United States se termine sur une référence à l’âge avancé de Charles Ball.

144 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH.

145 C. L. Blockson, The Underground Railroad in Pennsylvania, Quantico, Flame International, 1981, p. 104-105 ; F. K. Fisher, It Happened in Mifflin County : American History with a Central Pennsylvania Connection, Lewistown, Mifflin County Historical Society, 2009, p. 189-192. Cet épisode concerne en fait un homme nommé Richard Barnes, qui serait le pseudonyme de Charles Ball. Selon Forest K. Fisher, il n’est pas certain qu’il s’agisse de la même personne. L’anecdote est en effet problématique dans la mesure où Ball parle à la fin de son récit de sa « valeur », ce qui laisse supposer qu’il était toujours légalement esclave en 1836.

146 Voir la lettre d’Isaac Fisher à Elizur Wright, 18 juillet 1836, JJH.

147 History of Venango County, Pennsylvania, ouvr. cité, p. 246-247.

148 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », art. cité, p. 375.

149 Third Annual Report of the American Anti-Slavery Society, New York, 1836, p. 35.

150 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 15 février 1838, p. 38. Cette édition n’a pas vu le jour.

151 Lewis Tappan Papers, Library of Congress, Journals and Notebooks, 23 mars 1836, p. 22. Ce troisième volume fut aussi le dernier.

152 Lettre de William Jay à Gerrit Smith, 13 septembre 1836, JJH.

153 J. S. Taylor, « Prospectus of the Cabinet of Freedom », T. Clarkson, The History of the Rise, Progress, and Accomplishment of the Abolition of the African Slave Trade by the British Parliament, New York, John S. Taylor, 1836, t. 1, p. 2.

154 Sur la figure de l’esclave suppliant et ses variantes, voir notamment P. Lapsansky, « Graphic Discord : Abolitionist and Antiabolitionist Images », The Abolitionist Sisterhood : Women’s Political Culture in Antebellum America, J. F. Yellin et J. C. Van Horne éd., Ithaca, Cornell University Press, 1994, p. 203-207, et M. Wood, Blind Memory, ouvr. cité, p. 21-23.

155 « The Life and Adventures of a Fugitive Slave », art. cité, p. 393.

156 Lettre de William Jay à Lewis Tappan, 25 mars 1837, JJH.

157 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH.

158 Lettre de William Jay à Isaac Fisher, 24 novembre 1836, JJH.

159 Ibid.

160 D. Gellman, « Abolitionism Makes Strange Bedfellows : George Bush, Gerrit Smith, William Jay, Charles Ball, and Thomas Clarkson in the Cabinet of Freedom », communication présentée lors du 31e colloque annuel de la Society for Historians of the Early American Republic, Springfield, 16-20 juillet 2009.

161 « New Books », Philanthropist, 12 mai 1837 ; « Books, Pamphlets, Prints », Liberator, 8 janvier 1841 ; « Anti-Slavery Publications », Emancipator, 11 janvier 1838 ; « Catalogue », Pennsylvania Freeman, 15 janvier 1846.

162 « Anti-Slavery Library », New London Gazette and General Advertiser, 27 juin 1838.

163 « Narrative of Charles Ball », Emancipator, 15 juin 1837.

164 Minutes du comité exécutif de l’AASS, t. 1, BPL, 21 juin 1838, p. 76.

165 Lettre d’Isaac Fisher à William Jay, 30 octobre 1836, JJH.

166 Advocate of Freedom, 26 avril, 10 mai, 24 mai, 21 juin et 5 juillet 1838.

167 « Fiendish Torture », Liberator, 2 juin 1837 ; « Narrative of Charles Ball, Who Lived Forty Years as a Slave in Maryland, South Carolina, and Georgia », Zion’s Watchman, 1er avril 1837 ; « Execution of Two Slaves », Zion’s Herald, 28 juin 1837.

168 Salem Gazette, 25 juillet 1837 ; Plaindealer, vol. 1, no 29, 1837, p. 459-462.

169 T. A. Goddu, « The Slave Narrative as Material Text », The Oxford Handbook of the African American Slave Narrative, J. Ernest éd., ouvr. cité, p. 160.

170 La Roy Sunderland, Anti-Slavery Manual, Containing a Collection of Facts and Arguments on American Slavery, 2e édition, New York, Printed by S. W. Benedict, 1837, p. 66-77 ; Interesting Memoirs and Documents Relating to American Slavery, and the Glorious Struggle Now Making for Complete Emancipation, Londres, Chapman, Brothers, 1846, p. 264-273.

171 American Anti-Slavery Almanac, for 1838, Boston, 1837, p. 13.

172 Chains and Freedom : or, The Life and Adventures of Peter Wheeler, a Colored Man Yet Living, New York, E. S. Arnold & Co., 1839, p. 18.

173 J. Green, « The Publishing History of Olaudah Equiano’s Interesting Narrative », art. cité, p. 372.

174 « Intellect of Colored Men », Anti-Slavery Record, vol. 3, no 12, 1837, p. 136.

175 « Gustavus Vassa », National Enquirer and Constitutional Advocate of Universal Liberty, 20 juillet 1837.

176 M. Cavitch, « The Poetry of Phillis Wheatley in Slavery’s Recollective Economies, 1773 to the Present », Race, Ethnicity and Publishing in America, C. Cottenet éd., ouvr. cité, p. 216.

177 J. Rezek, « The Print Atlantic : Phillis Wheatley, Ignatius Sancho, and the Cultural Significance of the Book », Early African American Print Culture, L. L. Cohen et J. A. Stein éd., ouvr. cité, p. 23-33.

178 E. Greenspan, William Wells Brown, ouvr. cité, p. 273.

179 L. Brown, « Memorial Narratives of African Women in Antebellum New England », Legacy, vol. 20, nos 1-2, 2003, p. 51 ; C. Adams et E. H. Pleck, Love of Freedom : Black Women in Colonial and Revolutionary New England, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 72-73.

180 M. W. Starling, The Slave Narrative, ouvr. cité, p. 210.

181 Memoir of Mrs. Chloe Spear, Boston, James Loring, 1832, p. 103.

182 Voir par exemple Liberator, 27 juillet 1833.

183 Liberator, 12 mai 1832 ; « Memoir of Chloe Spear », Liberator, 26 mai 1832 ; « Literary Notices », American Baptist Magazine, vol. 12, no 8, 1832, p. 245.

184 L. Jackson, The Business of Letters, ouvr. cité, chap. 1.

185 Memoir of Mrs. Chloe Spear, ouvr. cité, p. iii.

186 « Catalogue of Publications », Pennsylvania Freeman, 21 novembre 1839 ; « New Books, for Sale by Isaac Knapp », Liberator, 30 juin 1837 ; « The New London Anti-Slavery Library », New London Gazette and General Advertiser, 8 janvier 1840.

187 Voir par exemple la longue note de Lester sur l’American Colonization Society, Chains and Freedom, ouvr. cité, p. 85-89, note.

188 J. Nerone, Violence against the Press : Policing the Public Sphere in U.S. History, New York, Oxford University Press, 1994, p. 88. John Nerone est dans l’ensemble très sceptique quant à l’efficacité des campagnes imprimées de l’AASS dans les années 1830.

189 Eric Gardner évoque quelques-uns des usages domestiques du papier journal dans l’Amérique du xixe siècle : on s’en servait par exemple comme isolant ou comme papier cadeau. E. Gardner, Black Print Unbound, ouvr. cité, p. 28.

190 Chains and Freedom : or, The Life and Adventures of Peter Wheeler, a Colored Man Yet Living. A Slave in Chains, a Sailor on the Deep, and a Sinner at the Cross, G. R. G. Hodges éd., Tuscaloosa, University of Alabama Press, 2009, p. 2.

191 « Catalogue of Publications », Pennsylvania Freeman, 14 novembre 1839 ; Hartford Daily Courant, 3 février 1840 ; Liberator, 25 décembre 1840.

192 Voir par exemple « New Books », Philanthropist, 17 juillet 1838 ; « Catalogue of Publications », Pennsylvania Freeman, 26 décembre 1839 ; Liberator, 8 janvier 1841.

193 « New Works », Newark Daily Advertiser, 18 mai 1837 ; « New Books », Hampshire Gazette, 31 mai 1837 ; Christian Register and Boston Observer, 24 février 1838.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Couverture de l’édition bostonienne de Narrative of James Williams, an American Slave (1838).
Légende Source : American Antiquarian Society
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. Le récit de James Williams dans Zion’s Watchman, 8 septembre 1838
Légende Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, sn94096017
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3. Encart publicitaire pour Narrative of James Williams, an American Slave dans le Liberator, 30 mars 1838
Légende Source : American Antiquarian Society
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4. Page de titre de Slavery in the United States (1836)
Légende Source : American Antiquarian Society
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8798/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5. Frontispice de l’édition new-yorkaise de Slavery in the United States (1837)
Légende Source : American Antiquarian Society
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8798/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 984k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search