Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Occupation des terres et dynamique érosive dans le bassin de l’oued Sidi Maaouia (Cap Bon)

Ali Hamza et Khaled Nouicer

Texte intégral

1Plusieurs études se sont intéressées aux rapports entre l’utilisation des sols et la dynamique érosive. La plupart ont insisté sur les relations très étroites entre la nature de l’occupation humaine et le type de processus morphologique en action. Sans négliger le rôle déterminant des facteurs physiques du milieu (soubassement géologique, énergie du relief, climat local et régional, type de formation superficielle et de sols), certains auteurs ont accordé une importance capitale aux facteurs humains, dans l’explication de l’intensification de la dynamique érosive en Tunisie au cours de ces dernières décennies. Certains comme Despois, Mensching, Hamza affirment que l’érosion est en grande partie humaine et traduit une crise du système agraire, une forme d’inadaptation entre milieu et occupation humaine. Le travail présenté ici essaie de contribuer à cette réflexion en cherchant, par le biais d’une approche diachronique, à saisir les tendances de l’évolution de l’occupation des terres de la Tunisie du Nord à partir de l’exemple du bassin versant de l’oued Sidi Maaouia au Cap Bon, et à déterminer ses impacts sur la dynamique érosive. Après une présentation générale de la région étudiée et de l’approche méthodologique appliquée, les tendances récentes de l’occupation des terres seront dégagées et leurs impacts sur la dynamique morphologique des terres seront appréhendés.

1. Méthodologie : une approche intégrale et multitemporelle

2La méthodologie appliquée est géographique au premier sens du terme puisqu’elle est intégrale et tient compte de tous les éléments du milieu aussi bien physiques qu’anthropiques. La collecte des données concerne tous les paramètres environnementaux par le biais de la photographie aérienne, de l’enquête directe sur le terrain auprès des populations et des techniciens responsables de l’aménagement de la région. Afin de suivre l’évolution de l’occupation des terres et de la dynamique érosive de la région, deux missions de photographies aériennes ont été exploitées : la première à l’échelle 1/25 000 date de 1948, la seconde à une échelle légèrement plus grande, 1/20 000, date de 1985. Malgré quelques problèmes techniques (différence d’échelle, qualité médiocre de la mission aérienne), il a été possible d’élaborer les documents de base pour l’étude, à savoir les cartes d’occupation des terres et de dynamique érosive pour les années 1948 et 1985 de la région d’étude, d’élaborer l’approche évolutive en comparant les deux situations et de déterminer l’impact des variations dans l’utilisation des terres sur la dynamique morphologique. Au-delà de son aspect multitemporel, l’étude se veut appliquée : nous avons collaboré avec les techniciens, à chaque étape, et nous avons procédé à l’écoute des populations locales.

2. Le bassin versant de l’oued Sidi Maaouia : une région sensible

3Le bassin versant de l’oued Sidi Maaouia fait partie de la région du Cap Bon (Direction d’aménagement du territoire [DAT], 1996) (figure 1). À cheval sur les collines du Cap Bon central et la plaine d’El Haouaria (Grosse, 1963), il est constitué de deux ensembles topographiques : des collines et une plaine séparées par un talus.

Figure 1.
Situation du bassin versant de l'oued Sidi Maaouia.

4Les collines méridionales. Elles occupent les 2/3 de la région étudiée avec des altitudes qui oscillent autour de 130 m et qui diminuent de façon régulière vers le nord. Elles sont constituées d’argiles avec des intercalations grèseuses du Miocène (Zargouni, Ben Salem, 1989, 1991-1993). L’ensemble est haché de quelques failles de différentes directions sud-ouest/nord-est (faille de Sidi Maaouia Boukrim) nord-ouest/sud-est (faille de oued Ben Khatar) nord-est/sud-ouest (faille d’Azmour). Cette dernière est la plus importante, par son rejet, 1 000 m environ, et parce qu’elle sépare deux unités structurales : au sud, le synclinal de Sidi Maaouia et au nord, le fossé d’effondrement d’El Haouaria. Sur le plan morpho-pédologique, la surface sommitale des collines et les talus correspondent à des surfaces d’érosion et des crêts portant un sol très mince, voire inexistant, du type lithosol. Pour rencontrer les sols profonds, il faut aller sur les versants argileux où la pédogenèse a trouvé des conditions plus favorables et a donné naissance à des régosols et des rendzines. Sur le plan hydrologique, la région constitue le bassin versant de l’oued Sidi Maaouia qui se prolonge plus au nord par l’oued Beni Malek.

5La plaine septentrionale. Elle occupe un secteur très limité de la région étudiée. Elle est séparée des collines méridionales par un escarpement à pente faible. Cette plaine, dont l’altitude ne dépasse pas les 60 m, correspond à une plaine d’accumulation alluviale constituée, entre autres, par des apports de l’oued Beni Malek sur lesquels sont venues se déposer des formations éoliennes sableuses sous forme de saupoudrage et de dunes soufflées, en provenance des plages du nord du Cap Bon (Bourgou, 1982). Les sondages effectués ont montré que l’épaisseur des formations du Quaternaire est d’une cinquantaine de mètres environ ; un mélange de formation à granulométrie fine, surmonté dans les quelques derniers mètres d’une succession d’horizons sableux et humifères et des restes d’occupations humaines, atteste qu’au cours de l’Holocène se sont succédé des périodes de mise en place de sable et des périodes de calme éolien permettant l’installation de la végétation et des hommes. Ces épaisseurs de formation friable ont favorisé la pédogenèse qui a donné naissance à des sols profonds de texture grossière, voire équilibrée, de type brun. Sur le plan bioclimatique, la région appartient au bioclimat méditerranéen subhumide où l’hiver est chaud dans la plaine, et doux dans le secteur montagneux. Le quotient pluviothermique d’Emberger atteint 91 pour Azmour (Rais, 1979).

6La pluie interannuelle pour la zone oscille autour de 600 mm environ sur une période de 90 ans. La station de Dar Chichou, légèrement au nord d’Azmour, a enregistré 630 mm par an (Centre national des études agricoles [CNEA], 1993) dont 35,3 % tombe en automne, 40,79 % en hiver, 19,7 % en printemps et seulement 3,9 % en été. Janvier, suivi d’octobre et décembre, sont les mois les plus pluvieux, juillet étant le mois le plus sec. La pluviométrie connaît une grande irrégularité annuelle variant de 1 à 5. La station de Dar Chichou a enregistré la tranche annuelle maximale absolue de toute la péninsule du Cap Bon à savoir 1192 mm au cours de la saison agricole 19581959 (Bourgou, 1982). En outre, les pluies sont généralement torrentielles. Les pluies orageuses, celles qui atteignent 30 mm en moins de 24 heures, représentent au moins 25 % du total annuel (Hénia, 1980). Ceci constitue un facteur favorable à la concentration rapide des eaux et au déclenchement du ruissellement.

7Les températures moyennes à Dar Chichou sont de 18 °C pour une moyenne mensuelle des minima de 13,9 °C et une moyenne mensuelle des maxima de 22,1 °C (1951-1970). Août est le mois le plus chaud et février le plus froid. L’amplitude thermique est peu accentuée.

8La région est très ventée puisque les vents soufflent d’une façon continue avec une prédominance du secteur nord-ouest comme c’est le cas à Kélibia où les vents des secteurs nord à ouest représentent 50 % des observations. Il se trouve que ce sont, en outre, les vents les plus forts. Ils soufflent en particulier en été et au printemps. Ces vents ont un effet morphologique notable et sont à l’origine de l’ensablement observé dans la plaine septentrionale.

9Quoique venteux, le climat a été favorable à la mise en place dans le passé d’une végétation bien développée. La carte phyto-sociologique de la Tunisie septentrionale (Schoenenberger, 1966) indique que la végétation potentielle de la région est composée de lentisque (Pistacia lentiscus) sur les collines et de chênes kermès (Quercus coccifera) dans la plaine.

10Cette végétation climatique a régressé considérablement sous l’effet des défrichements entrepris dans la région au cours de ces dernières décennies. C’est ce que va montrer, entre autres, l’étude de l’évolution de l’occupation humaine dans la région.

3. Un espace fragilisé par les mutations récentes de l’utilisation des terres

11La comparaison des deux cartes d’occupation des terres de la région obtenue par interprétation de photographies aériennes conventionnelles (1948 et 1985) a permis de déterminer les tendances de l’évolution de l’occupation humaine dans la région au cours de ces dernières décennies (figures 2 et 3). Par planimétrage de ces deux documents, il a été possible de déterminer de façon quantitative les variations dans l’occupation des sols de la région. En outre, ces mutations ont été saisies par l’enquête directe auprès des populations du secteur.

Figure 2.
Bassin versant de l'oued Sidi Maaouia : occupation des terres en 1948.

Figure 3.
Bassin versant de l'oued Sidi Maaouia : occupation des terres en 1985.

Étude multitemporelle de l’occupation des terres

12La comparaison des deux cartes d’occupation des terres de 1948 et 1985 a permis d’obtenir le tableau suivant :

Tableau 1.
Évolution de l’occupation des terres entre 1948 et 1985.

13Ce document met en évidence les variations suivantes dans l’occupation des terres de la région entre 1948 et 1985.

14Une intensification de l’activité agricole. Celle-ci s’est manifestée par l’extension des cultures aussi bien « en sec » qu’ « en irrigué ». En effet, les terres irriguées ont vu leur superficie s’accroître de 100 % passant de 0 hectare en 1945 à 9,5 hectares en 1985, c’est dans la plaine du fossé d’effondrement d’El Haouaria que l’irrigation s’est développée par la mise en place en 1975 du périmètre irrigué d’Azmour. L’alimentation en eau de ce périmètre est assurée par deux forages qui débitent 55 litres/seconde à l’origine contre un débit actuel, de 38 litres/seconde seulement, par suite de la chute du niveau piézomètrique. L’extension des cultures annuelles traduit encore cette intensification de l’agriculture régionale. Les cultures annuelles, principalement des céréales, qui occupaient seulement 135,6 hectares en 1948, ont vu leur superficie passer à 195,5 hectares en 1985, soit une augmentation de 44 %. Cet accroissement a eu lieu principalement sur les collines argileuses et sur des pentes souvent moyennes à fortes pour répondre à des besoins grandissant en céréales des populations de la région dont le nombre ne cesse d’augmenter. Les populations des deux secteurs d’Azmour et de Melloul se sont accrues entre 1975 et 1994 respectivement de 61,29 % et 18,5 %, soit un accroissement annuel de presque 2,27 %, taux légèrement inférieur à la moyenne du gouvernorat de Nabeul 2,8 %, comme le montre le tableau suivant :

  • * Les densités sont celles d’Azmour et Melloul ensemble.

Tableau 2.
Recensement de la population de 1966 à 1994.
Note**

15L’accroissement de la population s’est traduit par une pression de plus en plus forte sur les ressources du sol (les densités sont passées de 104 habitants / km2 à 173 habitants / km2). En effet, les techniques culturales en usage sont loin d’être conservatrices : le labour se fait aux polydisques (45 tracteurs dans les deux secteurs) et dans le sens de la pente pulvérisant gravement le sol et favorisant une concentration rapide des eaux. Les techniques traditionnelles de préparation des sols (charrue vigneronne) et de délimitation des parcelles (haies vives) sont abandonnées. Les terres travaillées en bocage ont complètement disparu entre 1948 et 1985. Le cloisonnement des parcelles, qui défavorise l’érosion hydrique, dessert le déclenchement des ruissellements, et gène malheureusement le travail du tracteur.

16Régression de la végétation naturelle. Le tableau 1 met en évidence le recul rapide du couvert végétal. Le matorral dense a complètement disparu, le matorral dégradé et très dégradé a vu sa superficie diminuer respectivement de 12,19 % et de 31 %. Même les recouvrements végétaux colonisant les zones ravinées n’ont pas échappé à la règle. En effet, l’extension des cultures annuelles et des périmètres irrigués s’est faite aux dépens des formations végétales de versants et de sommet de collines réduisant les terrains de parcours aux seules berges des ravins et des fonds d’oued impossibles à mettre en culture. La concentration des troupeaux reste importante, car le paysan tient à son élevage dans ces secteurs privilégiés. Elle s’est traduite par une régression rapide du couvert végétal naturel. Les deux secteurs de Melloul et d’Azmour comptent entre bovins, ovins et caprins 4130 têtes (CNEA, 1993) soit une densité de 103 têtes par km2, dépassant la production des parcours locaux, en particulier après la mise en culture des terres céréalières. Il en résulte un surpâturage intense des rares terrains de parcours. Pour la délégation de Kélibia, le déficit fourrager est estimé à 72 000 unités fouragères, soit 38,5 % des besoins annuels (CNEA, 1993).

Un système de culture en crise

17Le système de culture est déterminé par la nature des sols, les structures agraires et les spécificités de la population paysanne.

18La nature du sol. Les sols marneux lourds sont cultivés « en sec » avec une alternance céréales légumineuses et céréales fourrages laissant le sol à nu de mai-juin à novembre-décembre, et largement exposé, aux intempéries. La période des labours où les sols cultivés sont totalement dénudés coïncide avec les premières pluies de la saison agricole qui prennent la plupart du temps la forme d’averses à très grand pouvoir érosif. Quant aux sols de l’aval, à texture équilibrée, ils sont exploités « en irrigué » avec des cultures d’été et partiellement des cultures maraîchères d’hiver.

19Les structures agraires. Elles déterminent à leur tour le système de culture. Elles sont caractérisées par des exploitations de très petite taille : 90 % d’entre elles ont moins de 5 hectares, et sont constituées de parcelles le plus souvent très dispersées. Ainsi, la taille moyenne de la parcelle n’est que de 0,48 hectares, les rendements sont faibles (7 à 8 quintaux/hectares dans le sec) et les bénéfices tirés par le paysan sont dérisoires malgré l’apport d’un élevage d’appoint.

20La population rurale. Elle est constituée en grande partie de paysans âgés (l’âge moyen des chefs de ménage est de 65 ans) dont le niveau d’instruction est faible (75 % des analphabètes et 19 % niveau primaire). Cela nous permet de comprendre la logique paysanne. Celle-ci repose sur l’immédiat et le court terme : les paysans sont conscients des méfaits de certaines de leurs pratiques (assolement, charge pastorale, labour aux polydisques), mais ils continuent néanmoins à les mettre en œuvre.

21Ainsi le système de culture pratiqué est loin de favoriser la conservation des potentialités locales : exploitation irrationnelle des terres sous le poids des surdensités humaines et animales, pratiques agricoles agressives (labour des pentes non habilitées à porter des cultures annuelles, labour dans le sens de la pente sous l’effet de la forme en lanières des propriétés), population rurale âgée, incapable de s’adapter aux mutations récentes, sont autant de facteurs qui expliquent la crise du système de culture pratiqué. La faiblesse des revenus des paysans, l’émigration des jeunes sont les indicateurs de cette situation. La crise érosive anthropique n’en est-elle pas en fin de compte une manifestation supplémentaire ?

4. Des équilibres naturels rompus : une région de plus en plus instable

22Nous avons vu précédemment que les mutations de l’occupation du sol entre 1948 et 1985 aboutissent à une fragilisation poussée d’un milieu initialement déjà sensible. La pression sur les ressources en eau et en terre ne cesse d’augmenter mettant en péril des équilibres déjà instables. Cette situation favorise la dégradation dont les processus se sont intensifiés de façon notable. L’étude comparative de l’érosion entre 1948 et 1985 aide à dégager les tendances de l’évolution de la dynamique érosive. Elle offre une réponse aux variations de l’occupation des terres en l’absence d’une quelconque variation climatique (figure 4). L’étude de la pluviométrie des deux stations très proches du terrain d’étude Boukrim et Tazograne pour la période 1960-1985 ne permet pas de déceler une tendance vers l’humidification ou l’assèchement. En effet, on ne constate qu’une succession de séquences humides ou sèches traduisant l’irrégularité pluviométrique caractéristique du climat méditerranéen local. La dégradation multiforme que connait la région est en grande partie d’origine anthropique. L’étude diachronique de la dynamique érosive, en comparant les cartes d’érosion de 1948 et 1985, permet d’obtenir la figure 4 et de constater une instabilité de plus en plus grande.

Figure 4.
Évolution du ravinement entre 1948 et 1985 dans le bassin versant de l'oued Sidi Maaouia.

Une extension des ravinements

23Malgré les opérations de lutte anti-érosive conduite par les pouvoirs publics, la superposition des cartes d’érosion de 1948 et 1985 montre une grande extension des superficies ravinées (tableau 3). Ces incisions aux dépens des terres de cultures et des parcours voient leur surface passer de 18 hectares en 1948 à 33 hectares 1985 comme le montre le tableau suivant :

Tableau 3.
Extension des ravinements de 1948 à 1985.

24En 36 ans, 15 hectares se transforment en ravinement soit 0,42 hectares/an. Cette extension des ravinements représente 2,3 % par an, ce qui est supérieur aux valeurs avancées par Jacques Bonvallot et Ali Hamza pour l’oued Hajel en Tunisie centrale avec 1 % par an, mais inférieur aux valeurs de Schwaar pour le jbel Hamra avec 3,8 % par an (Bonvallot, Hamza, 1976 ; Schwaar, 1965). Plusieurs ravinements débutant en 1948 se transforment en ravinements caractérisés. Des pistes sont des terrains favorables au déclenchement de ce phénomène. Lorsque la pente forte favorise rapidement la concentration de l’eau, celle-ci ruisselle et incise le sol. Le sapement des berges au niveau du cours d’eau et des ravins existant contribue beaucoup à leur élargissement. Lors des crues, les systèmes ravinants et les cours d’eau ont tendance à s’élargir en empiétant sur leurs berges. Cela résulte d’un déséquilibre entre la capacité d’écoulement et l’écoulement effectif. Il s’opère par érosion basale, mise en porte à faux, puis par écroulement de pans entiers de berge. Les matériaux écroulés sont évacués par les eaux. La suffosion (ou piping ou érosion en tunnel) contribue aussi à l’élargissement des ravins. Elle se manifeste par l’existence de tunnels de diamètres variables drainant l’écoulement hypodermique qui s’est infiltré dans le sol par l’intermédiaire des fentes de retrait. C’est en s’élargissant que les toits de ces tunnels s’effondrent, donnant naissance aux ravins. L’analyse de la carte de la figure 4 montre que la rive gauche, exposée vers l’est, le nord-est et le sud, connait l’extension la plus remarquable. Ceci s’explique probablement par l’exposition chaude qui multiplie les cycles humidification / dessiccation, et par conséquent, rendent instables les formations affleurantes. Il va sans dire que l’apparition et l’évolution des ravins sont étroitement liées aux grandes averses qui élargissent et font reculer de quelques dizaines de mètres parfois les ravins en sommeil en quelques mois. À l’image de la pluviométrie, le ravinement est très irrégulier et agit par saccade.

Une extension du ruissellement instable

25La régression du matorral et la généralisation de la céréaliculture ont pour conséquence une extension quasi générale du ruissellement instable. Le processus se déclenche dès que l’eau pluviale n’arrive plus à s’infiltrer dans le sol. De petits ruisselets discontinus se forment alors, décapant par endroit les horizons superficiels et donnant naissance à une coloration hétérogène du paysage, à la suite de l’affleurement d’horizons différents de sols. Le cas est très net aux environs de la colline du marabout Sidi Maaouia. Quoique insidieux, ce processus est capable, de façon discontinue dans l’espace et dans le temps, de transporter une grande quantité de terre. L’importance du phénomène doit être prise en considération dans les programmes d’aménagement.

Une extension des surfaces d’accumulation

26L’alluvionnement est le corollaire de l’abrasion. Les pentes faibles, les contre-pentes et les averses brèves favorisent les atterrissements sous forme de cônes d’épandage des produits de l’érosion dont le matériel est de plus en plus fin vers l’aval. En effet, tous les petits oueds dévalant de la colline de Sidi Maaouia, peu alimentés en eau, n’atteignent pas le niveau de base local, constitué par le système ravinant de l’oued Sidi Maaouia. Ils se perdent en cours de route donnant naissance à des cônes d’épandage instables. Dans certains secteurs, il a été constaté une succession d’érosion et d’alluvionnement, qui semble être en relation avec la turbidité des eaux. Une eau claire a la propriété de creuser plus qu’une eau chargée, puisque sa puissance n’est pas dissipée dans le transport de matériaux. Il semble donc qu’il y ait une succession d’espaces locaux d’ablation par les eaux claires et d’espaces locaux de dépôts des eaux chargées, aptes à creuser de nouveau à l’aval. Ce phénomène a été bien décrit en Tunisie centrale (Bennour, 1979 ; Hamza 1988 ; Hentati, 1977). Toutefois le secteur d’accumulation le plus important reste la basse plaine au débouché de l’oued Beni Malek. En particulier avant l’édification du lac collinaire et à l’occasion de chaque pluie importante, la crue fait élargir les systèmes ravinants, mobilise les alluvions déposées au fond de l’oued lors des petites crues et véhicule de grandes quantités de terre qui se déposent dans la plaine par suite d’un affaiblissement de la pente et une chute du débit suite à une forte infiltration dans des formations sableuses. Ces atterrissements fossilisent les terres de culture, colmatent les infrastructures d’irrigation et gênent la circulation vers Azmour. Actuellement, une partie de ces alluvions n’arrive pas à la plaine, car elle est piégée par le lac collinaire, véritable receptacle des produits de l’ablation de l’oued Sidi Maaouia et de ses affluents.

Une multiplication des « coups de cuillère »

27Entre 1948 et 1985, les secteurs localisés de glissements en « coups de cuillère » se sont multipliés. Le matériel argileux avec pendage vers le nord-ouest, la pluviométrie assez copieuse, l’importance de la pente, favorisent le déclenchement de ce phénomène. À cause d’une infiltration excessive des eaux pluviales par le biais des fentes de retrait et des trous de suffosion, le matériel marneux voit sa limite de plasticité dépassée, et glisse vers le fond des oueds ou des grands ravins donnant naissance à des niches de cisaillement de taille métrique. Ces formes sont bien visibles sur les hauts affluents de l’oued Sidi Maaouia. Elles sont plus nombreuses sur la rive droite en raison du pendage favorable des couches et de l’exposition vers le nord-ouest plus humide. La stabilisation de cette dynamique est indispensable, car en plus de la perte rapide des terres, elle menace sérieusement certaines habitations et fournit de grands volumes d’alluvions au lac collinaire situé en contrebas.

28Des rapports très étroits entre le type d’occupation des terres et la nature de la dynamique érosive se dégagent à l’issue de cette étude. Dans le bassin versant de l’oued Sidi Maaouia, il est apparu, à travers l’analyse diachronique de l’occupation des terres et de l’érosion anthropique, que le déchaînement de l’érosion accélérée traduit l’évolution du système de culture vers des formes de moins en moins adaptées aux conditions locales d’un milieu géographique relativement fragile. Ainsi, l’érosion devrait être considérée non pas comme un phénomène purement physique, mais comme une forme réelle d’inadaptation de l’activité humaine actuelle ; une véritable manifestation d’un système de culture en crise. Enfin, toute opération de lutte antiérosive, pour réussir, doit considérer l’érosion de ce point de vue là, sinon elle est vouée à l’échec, comme ce fut le cas pour la majorité des programmes de conservation des sols en Tunisie pendant les années 1960 et 1970.

Notes de fin

* Les densités sont celles d’Azmour et Melloul ensemble.

Table des illustrations

Légende Figure 1.Situation du bassin versant de l'oued Sidi Maaouia.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 2.Bassin versant de l'oued Sidi Maaouia : occupation des terres en 1948.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 3.Bassin versant de l'oued Sidi Maaouia : occupation des terres en 1985.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Tableau 1.Évolution de l’occupation des terres entre 1948 et 1985.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau 2.Recensement de la population de 1966 à 1994.Note**
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 4.Évolution du ravinement entre 1948 et 1985 dans le bassin versant de l'oued Sidi Maaouia.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 3.Extension des ravinements de 1948 à 1985.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/877/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteurs

Institut national agronomique de Tunisie, Tunisie

Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540