Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Les ajustements du Bez, un torrent du Diois (Alpes du Sud)

Essai de micro-histoire géomorphologique

Jean-Paul Bravard et Norbert Landon

Texte intégral

1Le reboisement des montagnes sèches du nord de la Méditerranée est un phénomène de très grande ampleur ; il a été lancé en France, au début des années 1860, à la fin de la période climatique, connue sous le nom de petit âge glaciaire. Les politiques de reboisement, couplées à la correction torrentielle, avaient pour objet de réduire l’érosion des versants, les crues et les transports solides sur les torrents, et jusque sur les grands axes fluviaux. Ce reboisement est contemporain de la recolonisation forestière spontanée, qui a suivi la crise des économies rurales d’altitude enregistrée dès le milieu du xixe siècle dans certains massifs, qui s’est amplifiée après les années 1940-1950, et qui se poursuit encore de nos jours.

2La littérature récente portant sur les impacts de la recolonisation forestière souligne un certain nombre de conclusions convergentes, notamment une réduction importante des pics de crue à l’échelle des petits bassins, une réduction sensible des écoulements totaux dans les montagnes sèches ou subhumides, et une très forte réduction de l’érosion des petits bassins, qui se traduit par la stabilisation (« l’extinction », comme l’on disait au xixe siècle) des organismes de rang inférieur (Meunier, 1995). Cet axe de recherche n’est donc pas neuf. Dans les Alpes françaises, le Diois fait depuis quelques années l’objet de travaux portant sur le cours principal de la Drôme (figure 1) et de certains affluents (Landon et al., 1995, 1997 ; Landon, 1996, 1999 ; Liébault et al., 1997 ; Piégay et al., 1997). La réponse de la Drôme est maintenant bien connue et ses affluents sont étudiés sous l’angle de leur potentiel de recharge sédimentaire dans l’optique d’une restauration de tronçons dégradés par l’incision.

Figure 1.
Localisation du secteur étudié et présentation du site.

3La littérature est en revanche peu prolixe quand il s’agit d’évaluer la réponse géomorphologique enregistrée sur les organismes fluviaux de rang intermédiaire. Comment réagissent les organismes fluviaux de rang 3 à 5 (classification de Strahler) à la modification des entrées d’eau et de sédiments ? Selon quelle intensité ? Quelle est la chronologie de la réponse fluviale ? Est-elle synchrone ou asynchrone suivant les branches du système fluvial ? Comment la réponse géomorphologique se transmet-elle vers l’aval ? Telles sont les questions qui se posent à la recherche géomorphologique dans les montagnes reboisées voici plus d’un siècle. Cette contribution a un objectif méthodologique. Jusqu’à présent, à notre connaissance, le thème de la réponse des lits fluviaux ou torrentiels a été abordé de manière globalisante à l’échelle de sous-bassins drainés par des cours d’eau de rang 4 à 6 considérés comme homogènes, et à une échelle de temps relativement imprécise. Peu de travaux intègrent le temps des systèmes fluviaux dans une perspective évolutive récente, si ce n’est pour des organismes de rang supérieur (Bravard, 1981, 1986 ; Peiry, 1988 ; Gautier, 1992 ; Landon, 1999). La comparaison pratiquée dans les études disponibles a en général porté sur l’évolution enregistrée par rapport à un état de référence indistinctement placé à la fin du xixe siècle ou au milieu du xxe siècle, selon la documentation cartographique ou photographique disponible (photographies 1 et 2).

4Dans cet article de réflexion, nous voulons montrer qu’il est possible d’extraire des archives historiques une documentation précise et complexe qui, mise en perspective, peut nous apporter beaucoup sur les processus en jeu, sur les rythmes et les réponses fluviales ou torrentielles. On a fait le choix de présenter la confluence de deux torrents, le Bèz et le Boulc entre 1820 et 1880. L’échelle spatiale et temporelle est volontairement très fine, pour mieux revenir aux faits de terrain précis. Pourquoi choisir ces échelles de travail locales ? Pour revenir aux données brutes, et les insérer ultérieurement dans une réflexion sur le changement des systèmes naturels à l’échelle des Alpes. Ce travail s’inscrit dans un projet de longue haleine, simplement esquissé dans ce cadre, qui s’apparente à la micro-histoire des historiens, mise au service d’un projet de géographie globale. Ces textes d’archives existent en effet parce que des hommes les ont écrits, pour se plaindre de la dureté des temps, des contraintes que faisaient peser les rivières sur leur vie quotidienne ou pour présenter leurs projets de contrôle de la nature.

1. Le Haut-Diois, un compartiment du système fluvial drômois

Caractères physiques généraux des bassins versants de la Drôme et du Bèz

5D’une surface de 1 641 km2, le bassin versant de la Drôme est composé à 40 % de calcaires et à 39 % de marnes. Le climat et le régime hydrologique sont de type méditerranéen montagnard avec de hautes eaux de fin d’hiver et de printemps, et des crues qui surviennent surtout en automne. La Drôme, d’une longueur de 106 km, est un cours d’eau de rang 6 dont le module est de 18 m3.s-1 dans la basse vallée et le débit décennal de 380 m3.s-1. Le style fluvial est de type tressé.

6Le Bèz et ses affluents drainent le Haut-Diois oriental (figure 1a). La surface de leur bassin versant est de 275 km2. L’altitude, comprise entre 2 041 et 465 m (64 % > 1 000 m), et une histoire géologique complexe (Masseport, 1960) expliquent la forte activité des mouvements de masse. Le cloisonnement du relief fait alterner des alvéoles, ouverts dans les marnes et dans les marno-calcaires jurassiques, et des gorges incisées dans les assises résistantes du Jurassique et du Crétacé. Le module du Bèz est de 4,5 m3.s-1 à Châtillonen-Diois et son débit décennal de 87 m3.s-1.

Le paysage et la dynamique fluviale du Haut-Diois à la fin du XIXe siècle

7L’économie traditionnelle était basée sur les céréales et sur l’élevage ovin développé pour la production de la laine et d’une fumure destinée aux terres ensemencées (Chevallier, 1981). Le déboisement et la généralisation du pâturage d’altitude peuvent être considérés comme responsables d’une érosion des versants marno-calcaires jugée très sérieuse au milieu du xixe siècle. Les témoignages des forestiers (Mougin, 1923 et 1931) et quelques photographies anciennes attestent non seulement des crues, mais aussi du débordement de la charge alluviale hors des lits fluviaux dans le bassin du Bèz, ce qui est le signe d’une crise érosive alors en pleine activité.

8Dans le Haut-Diois, le pic démographique fut atteint précocement, dès 1841, puis la population connut un déclin rapide à partir de 1880 (figure 2a) ; l’exode rural fut en partie la conséquence des expulsions directes d’agriculteurs et de la contraction des communaux liée à la mise en œuvre de la politique de Restauration des terrains de montagne (RTM) ; celle-ci fut d’ailleurs vivement contestée (Félix Germain, 1873 dans Pitte, 1982). Le début des travaux de correction torrentielle remonte à 1863 dans le Haut-Diois. La surface reboisée par les services de la RTM dans les périmètres de Jocou, de Glandasse et du Sapet est de 23,5 km2, soit près de 9 % de la surface du bassin versant du Bèz. Si l’on se base sur le recensement effectué par Paul Mougin (1931), on peut considérer que la quasi-totalité des travaux était réalisée en 1928. Les reboisements postérieurs à cette date sont d’origine spontanée ou privée. Le taux de boisement du canton de Châtillon-en-Diois est ainsi passé de 29,6 % en 1835 (Delacroix, 1835) à 54,2 % en 1970 et ce chiffre n’a pas évolué de façon significative depuis cette date (figure 2b).

Figure 2a.
Évolution de la population du canton de Châtillon-en-Diois de 1801 à 1990.

Évolution communale entre 1835 et 1988

Évolution communale entre 1835 et 1988

Figure 2b.
Évolution du taux de boisement des communes du canton de Châtillon-en-Diois entre 1835 et 1988.

2. Un exemple de micro-histoire géomorphologique à la confluence de deux torrents (1820-1880)

9Le choix a été fait de présenter un secteur-clé du bassin hydrographique du Bèz, localisé à la confluence du ruisseau des Gas (tronçon du Bèz amont) et du ruisseau de Boulc, au cœur de la gorge des Gas (figure 1b). La recherche est plus avancée dans ce secteur que sur les autres composantes du système, ce qui permet d’en présenter les premiers résultats. Les ruisseaux des Gas et de Boulc sont respectivement des cours d’eau de rang 4 et 3 qui drainent, à leur jonction, des bassins de 62 et 51 km2.

Le fonctionnement torrentiel au XIXe siècle

10Le torrent ou ruisseau des Gas. Les informations obtenues dans les archives décrivent le torrent des Gas comme un cours d’eau particulièrement actif, qui occupait intégralement le fond d’une gorge ouverte dans des grès d’âge sénonien (Crétacé supérieur). Cette gorge est large de 20 à 25 m à l’amont de la confluence et de 30 à 70 m à l’aval ; un texte de l’an XIII (3 O 456) laisse entendre que le torrent doit son nom aux « gaÿs » (gués) qui permettent de la franchir faute d’un pont ardemment souhaité. Le torrent des Gas semble avoir enregistré des fluctuations dans son fonctionnement, fluctuations directement liées aux apports sédimentaires de son affluent.

11Un plan au 1/2 000 de la route départementale n° 8 projetée entre Châtillon et la confluence du torrent de Boulc représente le fond de la gorge des Gas en 1837 comme « un espace uniformément balayé par le torrent », sans que les formes fluviales soient cependant dessinées. Sollicité par le Préfet de la Drôme de donner son avis sur le projet, le Directeur général des Ponts et des Mines fait le déplacement drômois et approuve, sous réserve que la route avance beaucoup moins dans le lit du torrent au niveau des étroits ; il recommande de rapprocher la route du coteau pour « opérer une moindre réduction dans la section d’écoulement des eaux », de rétrécir la route et de protéger par un parapet ou une banquette de pierre de 50 cm de hauteur afin de la protéger des crues débordantes (AD 26, 28 S 12). En 1860, une lettre du Sous-Préfet de Die précise que, sept ou huit ans auparavant, « le défilé des Gas était complètement occupé par le lit du torrent », que le passage était intercepté ou très dangereux, et que les habitants de Boulc devaient faire un détour par la montagne pour arriver à Châtillon. Cette situation n’a pas fondamentalement changé en 1864 puisqu’un plan représente de la même couleur bleue le fond de la gorge dans le secteur de la confluence (3 O 384). Ces notations ont leur intérêt si l’on considère que de nos jours, la « bande active » du ruisseau des Gas est à moitié boisée, ce qui traduit une sensible réduction des flux d’eau et de sédiments grossiers.

12Le franchissement des Gas pour gagner Boulc et Bonneval était donc une épreuve. Dans un premier temps, le franchissement de la rive droite vers la rive gauche fut assuré par un pont de pierre construit en 1823 à l’aval de la confluence du torrent de Boulc. Un plan de 1857 représente encore le chemin qui franchissait à gué ce torrent à la confluence, pour remonter ensuite la gorge des Gas en rive gauche ; il figure aussi un chemin qui empruntait en rive gauche le lit du torrent de Boulc en remontant vers le glissement et le village. Le fait que l’on ait pu réaliser un franchissement stable du torrent des Gas dans la première moitié du xixe siècle, guéer l’affluent et passer au pied des rochers de Terrisson dans le lit de ce dernier plaide en faveur d’un fonctionnement plus paisible mais ce n’est, pour le moment, qu’une hypothèse.

13La première mention d’une crue sérieuse remonte aux mois de juin-juillet 1840 (3 O 457). Le pont de pierre des Gas fut ensuite endommagé par une crue en 1841 et emporté en 1850 ; il fut alors remplacé par la « passerelle de Boulc », un ouvrage en charpente d’une ouverture de 12 m conçu selon le « système américain ». Comme un texte de 1864 le précise (3 O 384) :

On peut passer en tous temps l’eau de Glandage (c’est-à-dire le torrent des Gas) puisque les habitants du hameau de Souberoche le traversent toujours et que même tous les habitants de Boulc et de Bonneval sont obligés de grimper la montagne pour y passer ou bien de passer par Ravel pour se rendre à Châtillon quand les eaux sont abondantes.

14Des travaux de franchissement par un pont d’une ouverture de 8 m furent décidés en 1864 à l’amont de la confluence pour relier Souberoche à la route départementale n° 8, mais ils ne furent pas réalisés. En revanche, on a trouvé mention sur ce site, ou à proximité, d’une passerelle en bois de 19 m construite en 1876 ; les graviers de la rivière sont alors jugés trop hauts pour que l’on puisse construire un pont en maçonnerie (3 O 457). Cette passerelle était encore en place en 1909, quoiqu’en très mauvais état. L’observation faite en 1876 conduit à admettre un exhaussement du lit du torrent, peut-être en réponse aux bouleversements subis au niveau de la confluence du torrent de Boulc depuis les années 1840.

15Le torrent de Boulc. Les difficultés considérables de la descente du torrent de Boulc, entre les rochers de Souberoche et les « éboulements » de Ravel, ont permis la conservation de données intéressantes. Le torrent de Boulc a été beaucoup plus actif que celui des Gas, en raison d’alimentation quasi-permanente en sédiments et d’une pente très forte.

16Après la réalisation du pont de pierre sur le torrent des Gas (1823), le chemin de Boulc passait sous le rocher de Terrisson. Les projets de passage en encorbellement dans le rocher ou d’endiguement du torrent ne furent pas réalisés. En effet, entre 1853 et 1855, des travaux prolongèrent la passerelle des Gas par une galerie de 76 m creusée dans le rocher de Terrisson, car il n’était plus possible de descendre en sécurité dans le lit du torrent de Boulc pour gagner le point de franchissement. Le chemin de Boulc emprunta donc pendant quelques années la galerie de Terrisson. Son creusement fut probablement une réponse à des conditions plus difficiles ou à un bouleversement de la confluence jugé durable. On émettra l’hypothèse selon laquelle le grand glissement de Ravel a pu activer de manière brutale le fonctionnement du torrent de Boulc dans sa partie aval, sans préjuger des apports d’eau et de sédiments en provenance du bassin amont du torrent.

17Deux documents nous donnent l’altitude relative de l’entrée du tunnel au milieu des années 1850. Le devis des travaux, daté de 1853, précise que le tunnel arrivera à l’amont à 14 cm au-dessus des graviers du torrent de Boulc. Or un document de 1855 précise que l’entrée amont du tunnel, alors réalisé, est à 3,60 m au-dessus du torrent (3 O 456). Ou le niveau d’entrée du tunnel a été relevé par rapport au projet, ce qui est douteux car il eut fallu des travaux considérables, ou le lit du torrent s’est creusé en 2 ans, ce qui est d’autant plus vraisemblable qu’une évolution de sens inverse s’est ensuite produite. En effet, la crue de 1866 fut responsable, pour tout ou partie, d’un exhaussement du lit du torrent de Boulc de plus de 3,60 m, ce qui est considérable étant donné la largeur du lit torrentiel à cet endroit. Un rapport du Sous-Préfet de Die, daté de 1866, précise que, la même année :

Une crue extraordinaire détruisit tous les travaux exécutés à l’entrée du tunnel pour en faciliter l’accès. Le bouleversement fut tel que le tunnel lui-même devint, pendant un certain temps, le lit des eaux, ce qui se reproduit à chaque crue un peu forte. Ce tunnel est devenu inutile : l’abandon en est forcé. (3 O 384)

18Il est probable que le cône de déjections du Boulc devait barrer la gorge des Gas et provoquer une accumulation régressive à l’amont de la confluence.

19Au débouché amont de la galerie, le torrent de Boulc frappait le chemin d’accès construit en remblai, comme lors de la crue « extraordinaire » de 1856 ou lors des pluies de 1857 et 1863 ou 1864. À l’amont de ce difficile passage, venait le franchissement du glissement de Ravel sur les sites du torrent de Ravel et de Serre de Maine. Un mauvais chemin muletier passait dans la pente. Une délibération de Ravel datée de 1858 précise que « les ravins et les torrents le coupent, l’encombrent et l’ensevelissent très souvent sur plusieurs points ». Ce chemin commençait par neuf « branches de lacets » traversées par le torrent de Ravel (l’actuel ravin des Gouteaux, tout à fait inactif). En 1857, il était qualifié de « ravin mort qui amène par les fortes pluies une quantité considérable de graviers sur le chemin qui se trouve intercepté et qu’il faut nettoyer ».

20Encore plus à l’amont, le ruisseau de Boulc « présente un petit tableau de cataractes du Nil » nous dit le maire de Boulc en l’An XIII (3 O 456). En 1857, l’agent voyer assure que « sur la rive gauche, sont des éboulements de terre et des blocs détachés qui roulent à tout instant dans la rivière ». En 1870, l’agent voyer explique clairement le phénomène :

Toute cette partie du chemin entre la passerelle en bois et le moulin [de Ravel] est placée sur un sol mouvementé et très incliné qui à chaque pluie un peu forte, descend dans le ravin, soit par suite des infiltrations des eaux, soit par les corrosions du torrent qui sollicite le glissement du sol sur une grande surface, de sorte que rien de durable ne peut être établi sur un versant constamment en mouvement.(3 O 384)

21On reconnaît dans cette description la partie du glissement de Ravel qui fut réactivée en 1994, et qui semblait affectée d’une instabilité chronique à la fin des années 1850 et jusqu’au début des années 1870 au moins. Un courrier du Sous-Préfet de Die daté d’octobre 1860 (3 O 384) nous apprend que le chemin est détruit sur 2 km entre le moulin de Ravel et le tunnel de Terrisson :

La montagne s’est éboulée à une grande hauteur et a englouti la voie, qui est à peu près irréparable attendu que les éboulements se reproduisent infailliblement au dégel ou lors des fortes pluies. (la date de l’éboulement n’est pas précisée)

22Il convient d’ajouter à ce danger les chutes de blocs du Rocher de Souberoche, comme en 1882, où deux événements motivèrent la purge de 450 m3 de rocher. Ce risque motiva la modification des travaux alors en cours de réalisation en rive droite du torrent de Boulc ; la route, creusée en encorbellement dans le rocher, fut prolongée par un tunnel à partir de 1876.

23Synthèse : une crise torrentielle dans les années 1840-1860 ? Cette analyse détaillée de textes historiques a pour objet de montrer que la reconstitution d’épisodes hydrologiques peut s’ordonner en séquences de changement et peut être spatialisée de manière fine. Les principales conclusions, organisées de manière chronologique, sont les suivantes :

  • les années 1820-1830 ont probablement été des années de calme hydrologique relatif sur les torrents des Gas et de Boulc, du moins en l’absence de données contredisant cette assertion. Cette tendance a par ailleurs été relevée dans l’ensemble du département de la Drôme grâce à l’analyse des archives météorologiques (Goujon, 1981 dans Landon, 1999) ;
  • des crues violentes ont été enregistrées en 1840, 1841, 1850, 1856, 1857, 1860 ( ?), 1863, 1864 et 1866. Il est quasiment impossible, pour le moment, de hiérarchiser les apports hydriques des deux composantes du système fluvial. On retrouve dans cette séquence les épisodes connus dans le bassin du Rhône, notamment ceux qui furent responsables de la crue générale de 1840. Dans l’état actuel de la recherche, les archives n’ont rien révélé pour les années suivantes ;
  • les épisodes météorologiques responsables des précipitations qui sont tombées sur le bassin du Bèz ont activé le glissement de Ravel d’une manière durable et spectaculaire. Une recherche basée sur la dendro-géomorphologie devrait confirmer la réalité de cet épisode. Les descentes de matériaux vers le torrent de Boulc ont alimenté un intense transport solide qui a provoqué des fluctuations verticales remarquables de la masse sédimentaire en transit dans le cours aval de ce torrent et, sans doute, dans la gorge des Gas à l’aval de la confluence. Une première analyse effectuée à partir de carottages réalisés dans la forêt de pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) qui se développe sur le glissement de Ravel-et-Ferriers, complétée par l’analyse des chroniques pluviométriques des cinquante dernières années, a déjà permis d’établir des liens entre météorologie et mouvements de masse (Astrade et al., 1998). Des carottages seront effectués sur des essences de plus grande longévité, comme le hêtre, afin de pouvoir observer la période xviiie-xixe siècle ;
  • il est probable que le cours du torrent des Gas à l’amont de la confluence du Boulc a subi un phénomène d’accumulation sédimentaire régressive qui a découragé la construction d’un pont pendant plusieurs décennies. Il faudra attendre l’incision du lit torrentiel au début du siècle suivant pour que les ouvrages de génie civil puissent se fixer de manière durable.

3. La dynamique fluviale des Gas à l’aval de la confluence du ruisseau de Boulc

24Il sera difficile de trouver une documentation aussi riche sur le secteur de la confluence après les années 1880 dans la mesure où la fixation des caractères du réseau routier ne justifie plus de revendications ou de projets d’envergure. En revanche, le relais est pris par le torrent des Gas qui a fait l’objet, en 1928, d’un levé topographique par le Service des grandes forces hydrauliques à la recherche de sites de production hydroélectrique. Depuis 1996, nous avons effectué des mesures topographiques (profils en long et en travers) à l’aval du glissement de Ravel afin de mettre en évidence l’incidence du glissement sur l’évolution du profil en long du ruisseau des Gas (figure 3).

Figure 3.
Profils en long du talweg du ruisseau des Gas à l'aval du pont de Boulc (fin du xixe siècle, 1928 et 1997).

25Nous présentons les premiers résultats de la recherche entreprise sur un tronçon de 2 km à l’aval de la confluence. L’analyse comparative des profils récents et du profil de 1928 nous a permis de mettre en évidence plusieurs phénomènes qui traduisent la dynamique hydromorphologique des deux torrents :

  1. La figure 3 montre qu’à l’aval du torrent de Boulc, le profil de 1928 du torrent des Gas était déjà incisé. Cet enfoncement est acquis dès 1928 par rapport à un niveau qui correspond probablement à la fin du xixe siècle ou au tournant du siècle. Il traduit certainement un déficit sédimentaire dans le tronçon, que l’on propose de rattacher à l’effet des travaux du service de la RTM engagés dans le bassin du Bèz une quarantaine d’années auparavant. La charge de fond n’étant plus renouvelée, le profil en long du ruisseau des Gas s’incise par érosion progressive à partir de la confluence. Cet abaissement du fond du lit des Gas entraîne celui du lit du ruisseau de Boulc, ce qui est confirmé par plusieurs photographies anciennes ; cet enfoncement est facilité par une moindre activité du glissement de Ravel au cours du xxe siècle (Astrade et al., 1998).
  2. La figure 3 met aussi en évidence une remontée sensible du profil en long du ruisseau des Gas à la date de 1996. Elle est directement reliée à la descente d’une « vague sédimentaire » postérieure à la réactivation du glissement de Ravel en janvier 1994. À l’aval de cette « vague » et en amont de la confluence du Boulc, les profils actuels sont très proches du profil de 1928, ce qui laisse supposer une évolution probablement faible entre 1928 et 1993 puisque le profil de 1993 (dont on ne dispose pas), antérieur au glissement, paraît superposable au profil de 1928. Plusieurs causes peuvent être à l’origine de cette stabilité relative :
    • le blocage du profil sur le substratum et le pavage du lit par des matériaux grossiers hérités ; ils sont visibles dans les berges entaillées dans le remplissage du petit âge glaciaire. Cette granulométrie à blocs est omniprésente dans le fond du lit en amont et en aval de la « vague sédimentaire » ;
    • une hydrologie de crue relativement déficiente dans les dernières décennies, qui a difficilement permis la mobilisation des particules grossières ;
    • la stabilité du glissement de Ravel au xxe siècle (Astrade et al., 1998). Il est probable que le torrent de Boulc n’a mobilisé que des particules de petite taille en pied de glissement dans cette période de calme relatif. L’évacuation régulière vers l’aval de ces matériaux par les crues de forte fréquence n’a pas permis la mise en place de formes de stockage enregistrables par le profil en long du ruisseau des Gas.

Conclusion

26Cette étude révèle la très forte sensibilité d’un système fluvial montagnard au jeu des variables « externes » que sont la charge de fond et le débit liquide. La confluence du ruisseau des Gas et du ruisseau de Boulc est un site remarquable pour analyser de manière fine les processus d’accumulation et de déstockage sédimentaire susceptibles de se produire dans cet environnement. Les épisodes suivants ont été mis en évidence :

  • une période de stabilité fluviale entre 1820 et 1840 ;
  • une période de forte activité entre 1840 et 1866, sous le contrôle d’un mouvement de masse ;
  • une période encore mal connue, mais de faible activité entre 1867 et 1994 ;
  • une reprise de l’activité depuis 1994, sous le contrôle du glissement de Ravel ;

27Les raisons de cette variabilité sont certainement d’origine climatique, mais la présence du grand glissement de Ravel-et-Ferriers joue un rôle important en fournissant la charge de fond aux cours d’eau lors des périodes de déstabilisation. La mise en mouvement de la masse glissée répond elle-même à des sollicitations climatiques.

28Un autre enseignement de cette étude est que les fonds de vallée du Haut-Diois ont connu un très fort déstockage des fonds de vallée depuis le début du xxe siècle, et peut-être depuis la fin du xixe siècle, par l’effet de l’incision des lits fluviaux et dans le contexte d’une mobilité latérale limitée. Ce constat signifie que le bilan sédimentaire était négatif à l’échelle des sous-bassins, les versants étant probablement dans l’incapacité d’alimenter efficacement les cours d’eau. Ce déstockage alluvial, qui est en cours de chiffrage, a alimenté le Bèz et la Drôme ; en ce sens, il a différé le moment d’enregistrement du déficit sur les cours d’eau de rang supérieur. La Drôme apportait au Rhône 40 000 m3/an au début des années 1960 et l’on a considéré que le bassin produisait cette charge ; en fait, c’est le déstockage alluvial qui alimentait pour l’essentiel la Drôme, et non pas les sous-bassins montagnards.

29Parmi les questions à résoudre dans le futur, on retiendra celle de la spatialisation de la réponse des lits fluviaux : quel est le rôle de l’énergie, de la granulométrie, des facteurs locaux et des héritages dans la géographie de la réponse du linéaire fluvial ? Se pose aussi la question de la chronologie de la réponse dans les différents compartiments du réseau, en fonction de leur position dans le système. Les travaux ultérieurs s’attacheront à affiner la connaissance de leur comportement à l’échelle temporelle de la décennie.

30Les enjeux sont importants puisque la connaissance de la réponse fluviale dans un système complexe soumis à un traitement stabilisateur peut servir de référence. Un enjeu possible est de modéliser le comportement de bassins et de systèmes fluviaux dans des pays actuellement soumis à une crise érosive analogue à celle que le nord de la Méditerranée a connue voici un siècle. L’évolution brutale enregistrée en un siècle et, localement, en quelques décennies, fournit un modèle de comportement pour des bassins montagnards fragiles.

Table des illustrations

Légende Figure 1.Localisation du secteur étudié et présentation du site.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 2a.Évolution de la population du canton de Châtillon-en-Diois de 1801 à 1990.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Évolution communale entre 1835 et 1988
Légende Figure 2b.Évolution du taux de boisement des communes du canton de Châtillon-en-Diois entre 1835 et 1988.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 3.Profils en long du talweg du ruisseau des Gas à l'aval du pont de Boulc (fin du xixe siècle, 1928 et 1997).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/875/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteurs

Université Louis Lumière -Lyon 2, Institut universitaire de France, UMR 5600 Environnement, ville et société / CNRS, France

Université Louis Lumière -Lyon 2, Institut universitaire de France, UMR 5600 Environnement, ville et société / CNRS, France

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540