Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction à la partie


Texte intégral

Sur l’échiquier de Saussure, le nombre de cases et de pièces est déterminé, toutes les pièces ont la même possibilité de fonctionner, et une pièce est indiscutablement une pièce. Mais en fait, le lexique est ouvert, un mot est « plus ou moins » selon sa fréquence. Josette Rey-Debove 1971, p. 313

1Au xixe siècle la sémantique linguistique se met en place, nous l’avons vu, à travers un rapport dialectique avec la lexicographie, qui lui offre tant bien que mal des matériaux à analyser et une méthode à suivre. D’une certaine manière, la sémantique « dispute son règne » (Blanckaert 2012, p. 15) à cette dernière. Au xxe siècle, cette tendance semble inversée : c’est la lexicographie qui se rend perméable aux nouvelles voies ouvertes par le structuralisme et la grammaire générative et transformationnelle, qui paraissent pouvoir soustraire l’analyse des structures significatives à l’intuition du lexicographe et à des classements entachés d’arbitraire. Parallèlement, on assiste à une explicitation de cette querelle « de voisinage » (ibid., p. 13), à travers un dialogue de plus en plus sollicité entre sémanticiens et lexicographes, mais qui n’en produit pas moins un conflit épistémologique sans cesse réactualisé.

2La posture réflexive dont la lexicographie fait montre à cette époque n’est sans doute pas sans lien avec le regard rétrospectif que la discipline développe à partir des années 1950-1960, lorsqu’elle commence à écrire sa propre histoire1 avec les travaux pionniers de Bruno Migliorini (1946) et Charles Bruneau (1948), puis ceux de Robert-Léon Wagner (1967 et 1970), Bernard Quemada (1967) et Georges Matoré (1968). En ce sens, il semble justifié d’avancer que l’histoire des théories et des savoirs sur la langue est une composante de la réflexivité linguistique. À partir des années 1960-1970 se développe également toute une série d’études typologiques et sémiotiques ayant pour objet le dictionnaire, notamment avec les travaux de Josette Rey-Debove (1929-2005). Dans la présentation du deuxième numéro de la revue Langue française, publié en 1969 sous la direction de Louis Guilbert et intitulé « Le Lexique », ce dernier se demande si la disposition épistémologique de l’époque ne peut se définir précisément « par cette forme particulière de connaissance que sont l’encyclopédie, le dictionnaire, par le rôle particulier imparti à la linguistique, dont la lexicologie est une branche ». Ce numéro se veut dès lors « un bilan des nombreux ouvrages2 de lexicographie qui ont vu le jour en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale » (Guilbert 1969, p. 3). Cette activité réflexive et rétrospective se structure en proposition disciplinaire sous l’intitulé de métalexicographie au tournant des années 1980. Au même moment on commence à parler de dictionnairique comme activité de fabrication d’un dictionnaire dans sa dimension technico-commerciale, alors que la lexicographie semble ne plus avoir cette finalité exclusive (voir infra, § 7.7). Or, sans vouloir relativiser la portée théorique et épistémologique des travaux modernes et contemporains, il est à remarquer que la posture métalexicographique est coextensive au projet de rédaction de dictionnaire depuis les débuts de la lexicographie, dans des formes certes moins systématiques et plus hétérogènes. Les dictionnaires comportent en effet, d’une part, un paratexte plus ou moins explicite et programmatique sur les méthodes adoptées et les finalités poursuivies, et d’autre part ils entretiennent des rapports de continuité critique avec leur propre histoire, ce qui est à mettre en relation avec le régime d’historicité qui leur est propre, c’est-à-dire l’« accrétion » (Auroux 1994, p. 118).

3Pour sa part, la sémantique ne cesse de chercher du côté des dictionnaires en s’interrogeant sur la pertinence de la définition lexicographique comme modèle théorique. Or au moment où, dans les années 1960, la linguistique semble appelée à refonder les sciences humaines, la sémantique continue d’en être le -maillon faible. Après la disqualification de Leonard Bloomfield (1933) relayée par la linguistique chomskyenne, le sens suscite également les réticences des linguistes européens, le dilemme étant toujours de savoir si la signification lexicale peut faire l’objet d’une description scientifique. Les échanges entre les deux disciplines s’intensifient dans la période 1950-1970. À cette époque les recherches sur le lexique – préparées dans une certaine mesure par l’importance que la sémantique de la fin du xixe siècle accorde à l’histoire des mots – connaissent en France une forte dispersion, qui institue une véritable tension interdisciplinaire au croisement de l’étude de la signification et du vocabulaire. Une source qui permet à la fois de restituer l’état de l’art de ces recherches et de saisir sur le vif leur dispersion est la bibliographie qui clôt le deuxième numéro de Langue française et qui présente à nos yeux un intérêt documentaire majeur. À partir de cette bibliographie (p. 121-125), procurée par les directeurs du numéro, il est en effet possible de suivre l’émergence d’une série d’études concomitantes sur le lexique qui empruntent des directions différentes avec des recoupages qui, sans être définitifs, empêchent les cloisonnements étanches.

Figure 10. Dispersion des recherches autour de la signification lexicale (1950-1970)

Image

4Les recherches en lexicologie (Matoré, Dubois, Hjelmslev, Greimas) et les tentatives de sémantique (Hjelmslev, Coseriu, Pottier, Greimas, Lyon, Ullmann), qui appréhendent le vocabulaire comme une structure organisée, relèvent de l’effort d’appliquer les thèses du structuralisme phonologique à la signification lexicale. La sémantique essaie d’« opérer sa conversion à la scientificité » (Blanckaert 2012, p. 5) en empruntant à la phonologie la notion de trait pertinent, qui semble trouver un analogue, si ce n’est un précécent, dans la procédure définitionnelle de la lexicographie, ce qui suscite une double querelle épistémologique (voir § 7.5 et § 7.6). Toute une génération de linguistes, sur la scène internationale, s’engagera dans cette querelle. En particulier, inspirée par les recherches menées dans les années 1930 par l’allemand Jost Trier (1894-1970) sur les champs notionnels et sémantiques, la lexicologie, en quête de légitimation disciplinaire, revient sur les devants de la scène avec le programme de Georges Matoré, qui revendique l’autonomie de celle-ci par rapport à la lexicographie vue comme une approche non scientifique. Dans le sillage de la lexicologie, la sémantique structurale naît également comme une discipline sans histoire, avec une méthode entièrement à refonder. En 1955, Pierre Guiraud publie le premier Que sais-je ? consacré à la sémantique3 ; conformément au sous-titre de la collection, il s’agit de faire « le point des connaissances actuelles ». Cet ouvrage vise à organiser les propositions théoriques d’une science dont le « contenu […] reste encore mal défini » (1955, p. 7) et nous renseigne ainsi sur les tentatives de disciplinarisation de la sémantique linguistique qui cherchent à démarquer celle-ci des sémantiques formelles et psychologisantes.

5En opposition au (voire en complément du) principe d’immanence de la sémantique structurale, revient en force un certain nombre de recherches en sémantique historique – valorisée d’abord par la stylistique littéraire (Spitzer 1848) –, avec notamment les théories d’Eugenio Coseriu (2001 [1964]) et de Tullio De Mauro (1965, trad. fr. 1969, et 1971), qui se proposent d’analyser l’activité de signification au sein de la contingence qui la produit. Dans la perspective anti-référentielle de De Mauro, il s’agit de retrouver l’historicité du système à travers l’activité verbale d’une communauté linguistique donnée, ce qui permet de rendre compte de la socialité radicale de la langue ; loin d’être immanente au système, la signification linguistique est vue comme un ensemble de savoirs que le locuteur détient en tant qu’individu social. En réalité, le véritable enjeu de la sémantique semble être moins une opposition entre perspective historique et perspective structurale que la possibilité d’appliquer la notion phonologique de pertinence aux unités lexicales. Cette notion conduit notamment De Mauro (1971 et 2007 [1982]) à une classification des codes sémiotiques en fonction de la nature de leur sémantisme. De même, Émile Benveniste (1974, p. 64) distingue dans la langue – prérogative unique de celle-ci par rapport aux autres systèmes sémiotiques – deux modes de signifiance : le mode sémiotique qui concerne le signe linguistique « retranché et indépendant de toute référence », et le mode sémantique qui relève du discours et qui « prend nécessairement en charge l’ensemble des référents ».

6Par ailleurs, le débat sur une sémantique discursive et plus généralement sur un « ordre du discours » convoque l’héritage saussurien et une certaine réception de cet héritage (voir Puech 2005), l’enjeu étant la manière dont la langue -parvient à déjouer l’antinomie interne/externe. Ainsi, ce débat développe-t-il l’intuition de Ferdinand de Saussure quant à l’idée que « la collectivité sociale et ses lois est un de ses éléments internes et non externes » (ELG, p. 290). Or, un ordre du discours n’a pu émerger qu’à partir de la conscience que « le lien qui relie les “significations” d’un texte aux conditions socio-historiques de ce texte n’est nullement secondaire, mais constitutif des significations elles-mêmes » (Haroche et al., 1971, p. 8). Les questions lexicologiques marquent les travaux qui constituent la première étape de l’École française d’Analyse du discours4. C’est Jean Dubois qui acclimate en France, on le sait, la Discours analysis de Zellig Harris (1909-1992), rendant possible l’analyse du discours « sans lui imposer d’autres grilles que celles que donne la grammaire » (cité dans Guilhaumou et al. 1994, p. 75). Se constitue ainsi l’« École de Nanterre » (Mazière 2010, p. 27) au sein de laquelle s’opère un déplacement de niveau d’analyse dans l’étude du vocabulaire : du mot à l’énoncé puis au discours. D’autres foyers de l’analyse du discours sont le Centre de recherche de « lexicologie politique » du laboratoire de l’ENS de Saint-Cloud, ainsi que le Laboratoire de psychologie sociale de l’université de Paris vii où Michel Pêcheux (1938-1983) développe ses travaux sur « l’analyse automatique du discours ». Les recherches sur le discours trouvent un fondement philosophique et épistémologique dans l’Archéologie du savoir (1969) de Michel Foucault qui « récusait la quête d’un sens caché et défendait plutôt une conception du discours comme dispositif énonciatif et institutionnel » (Maingueneau 1996, p. 9). L’analyse du discours trouve également un domaine d’application dans le dictionnaire (voir Collinot et Mazière 1984) qui, en tant qu’observatoire de la langue, « enregistre l’archive linguistique d’une époque » (Branca-Rosoff 1995, p. 60). Dans cette perspective le discours n’est pas « l’énoncé produit empirique, mais un objet théorique historique construit par des procédures de lecture » (Chaurand et Mazière 1990, p. 238). Le postulat en est que « les formes syntaxiques sont interprétables comme “formes discursives” dans la mesure où elles permettent d’organiser en réseaux les variations formelles à l’intérieur du discours tenu ». En l’absence d’une forme discursive, « l’hétérogénéité des formes des énoncés […] ne ferait pas sens » (ibid.).

7Une dernière approche de la signification lexicale est celle de la lexicométrie et de la statistique lexicale avec les travaux de Pierre Guiraud (1954) et de Charles Muller (1968). Ceux-ci se situent dans le sillage de George Kingsley Zipf (1902-1950) qui menait, depuis les années 1920, des recherches sur les mots de haute et basse fréquence dans les textes et les discours. L’argument avancé est que « tout fait de langue peut se définir par sa fréquence dans le discours » (Guiraud 1954, p. 1). Les études statistiques ont une application immédiate à la fois en lexicographie avec la conception du Trésor de la langue française, en analyse du discours5 et dans les travaux sur le français parlé qui aboutissent à la réalisation du français fondamental6 sous la direction de Georges Gougenheim au sein du CREDIF (Centre de recherche et d’étude pour la diffusion du français) de Saint-Cloud.

8La confrontation entre approches structurale et historique de la signification produit des effets sur le versant lexicographique, l’enjeu étant toujours l’articulation entre le fonctionnement du système et l’explication du changement linguistique. Le Dictionnaire du français contemporain (1966) dirigé par Dubois marque un tournant en ce qu’il délaisse l’histoire pour se focaliser sur le fonctionnement de la langue. L’application de la méthode structurale au traitement des significations investit tous les niveaux du dictionnaire, de la sélection de la nomenclature à l’organisation de la microstructure à travers le dégroupement homonymique et le regroupement morphologique, de la notion d’usage au rôle des exemples, etc. Pourtant, les critères scientifiques adoptés n’en produisent pas moins des contradictions, qui découlent du caractère normatif de l’outil linguistique. Le recours à l’analyse distributionnelle est conçu comme un dispositif pour analyser le fonctionnement du système sans faire appel au sentiment des locuteurs dans la reconnaissance des identités synchroniques. Pour sa part, le Trésor de la langue française (1971-1994) cherche à associer un principe philologique et un principe linguistique dans le cadre d’une approche à la fois descriptive et explicative du système. Tout en admettant que l’histoire ne joue aucun rôle dans le fonctionnement d’un système, le TLF reste néanmoins lié à une vision explicative de l’histoire qui n’est pas à l’abri d’un certain téléologisme. Une mise à distance du locuteur apparaît également dans ce dictionnaire qui a recours à plusieurs stratégies objectivantes pour trancher entre polysémie et homonymie. Dans la lexicographie du xxe siècle, l’usage devient en général un paramètre linguistique qui se calcule sur la base de la fréquence des collocations et des distributions. Les possibilités offertes par la troisième révolution technologique (Auroux 1992) dans le traitement automatique de l’information semblent conjurer tout jugement de valeur dans le classement des faits de langue. La lexicographie se leurre dès lors de pouvoir évaluer l’impact de l’usage et de la norme sur le système en termes à la fois quantitatifs et qualitatifs.

9Les travaux qui sont analysés dans cette partie de l’ouvrage peuvent relever d’épistémologies divergentes et de traditions intellectuelles même fort différentes, et si nous les avons réunis ici ce n’est pas pour tenter une synthèse improbable, mais parce qu’ils mettent en œuvre des procédures d’analyse et des types d’écriture qui retravaillent sans cesse la notion de définition, empruntée au dictionnaire et à la pratique du lexicographe. L’intrigue que nous suivons laisse émerger une « historiographie polyphonique » (Klippi 2010, p. 27), au sein de laquelle plusieurs paradigmes (structuralisme, générativisme, cognitivisme, pragmatique) se confrontent autour de l’activité définitoire et des dispositifs de signification des langues historico-naturelles.

Notes de bas de page

1 La longue préface de P. Larousse au GDU (voir supra, chap. 2) est un précédent de l’appropriation par la lexicographie de son histoire, même s’il s’agit chez ce dernier d’écrire l’histoire de l’encyclopédisme pour faire ressortir la coupure que le GDU instaure au sein de cette tradition. Cette pratique de l’histoire relève donc d’une stratégie d’auto-légitimation.

2 Voir dans le même numéro l’article de Marcellesi et Marcellesi 1969. Par ailleurs, on trouve un utile état des lieux dans Duro 1977. Cet article démontre la vitalité des études lexicales sur la scène internationale dans la décennie 1965-1975 et laisse apparaître l’éclosion d’une épistémologie de la lexicographe autonome par rapport au domaine de la lexicologie.

3 Cet ouvrage fait état de la question évolutionniste qui occupe la sémantique dans la deuxième moitié du xixe siècle et de la perspective structurale qui marque la sémantique à partir de la première moitié du xxe siècle. Après sa 9e édition en 1979, ce volume sera remplacé, dès 1988, par l’ouvrage d’I. Tamba qui intègre les théories sémantiques de matrice pragmatico-énonciative.

4 Pour une différence entre « École française d’analyse du discours » et « analyse du discours menée en France », voir Maingueneau 1996.

5 La deuxième partie de l’ouvrage de P. Guiraud (1954) en fournit une application qui porte sur « Les caractères statistiques du lexique de la poésie symboliste ».

6 Un travail plus récént dans cette direction a été le Dictionnaire du français usuel. 15 000 mots utiles en 442 articles (2002, De Boeck – Duculot) de J. Picoche et J.-C. Rolland compilé avec une approche statistique à partir du Dictionnaire des fréquences du Trésor de la langue française et sur la base du modèle guillaumien.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.