Version classiqueVersion mobile

Le sens en partage

 | 
Valentina Bisconti

II. La sémantique, ou la naissance d’une discipline sous contrainte

Chapitre VI

Lexique, signification, dictionnaires dans la théorie de Ferdinand de Saussure

Texte intégral

6.1 Autour de la question

1La réflexion saussurienne marque un tournant dans la manière d’appréhender le sens. Se fait jour l’idée que « la question du sens n’est pas une difficulté locale, à régler le moment venu dans le développement de la discipline ; elle engage la définition de la langue et l’ensemble de la théorie » (Normand 1990d, p. 243). Avec Ferdinand de Saussure (1857-1913), on retrouve les questionnements auxquels la lexicographie s’est déjà confrontée (articulation entre état de langue et histoire, notion de mot, délimitation des unités lexicales, statut de la définition, changement sémantique, synonymie, homonymie, ellipse, sens propre et figuré, polysémie), mais qui s’organisent dans un système théorique visant à refonder la science du langage. Le matériel empirique consigné dans le dictionnaire répond à des points de vue contradictoires et mal définis que Saussure n’a de cesse de contester. La distinction entre synchronie et diachronie vise à dépasser, entre autres, l’aporie par laquelle s’étaient soldées les approches lexicographiques et indique par là une nouvelle option épistémologique : définir la langue comme système synchronique conduit à évincer toutes sortes de faits afférents à la diachronie. L’effort théorique de Saussure est d’avoir suggéré, par le refus de faire du changement en tant que tel un objet d’étude, une nouvelle conception de l’histoire de la langue qui fait dépendre « l’intelligence des formes antérieures » de la connaissance de la totalité structurée de la langue actuelle (Chiss 1978). En particulier, la notion de changement, mise à l’honneur par la lexicographie de la fin du xixe siècle, s’en trouve écartée au profit de celle d’échange, qui est élaborée dans le cadre de la théorie de la valeur.

2L’un des grands chantiers de la pensée saussurienne émanant de la théorie de la valeur est la synonymie, qui constitue un point de convergence avec les préoccupations des lexicographes. Cependant, son statut change car elle n’est plus conçue comme un simple accident de la signification tel qu’il ressort des dictionnaires. Saussure donne une systématisation théorique à une réflexion déjà amorcée par Bréal avec la loi de la répartition. En tant que dispositif de réglage des valeurs du système, la synonymie devient le ressort fondamental de la langue. Par conséquent, Saussure rompt avec une vision substantialiste de l’élément linguistique et en propose une qui rend à la fois illusoire toute définition exhaustive et caduque la distinction entre sens propre et figuré. La thèse de l’arbitraire du signe est précisément ce qui permet de tout ramener, dans la langue, à un rapport de formes : aucun contenu essentiel ne s’attache à un mot indépendamment de ses relations aux termes coexistants.

  • 1 Voir Joseph 2012, p. 199-203.
  • 2 Notamment dans le cadre des conceptions structuralises de la lexicographie, voir infra, chap. 8.

3Contrairement à l’approche lexicographique et en partie à celle de la sémantique de la fin du siècle, « Saussure ne sépare jamais forme et sens » (Normand 1990c, p. 36), et ce à commencer par son Mémoire sur le système primitif des voyelles indo-européennes (1879)1. Le rejet des partitions disciplinaires traditionnelles au profit d’une approche intégrée des faits linguistiques aura des retombées immédiates sur la manière d’appréhender le lexique2. Puisque la langue constitue un continuum entre différents paliers linguistiques, « le point de vue linguistique ne peut plus séparer […] aussi radicalement grammaire et dictionnaire, d’un côté l’organisation formelle, de l’autre le répertoire des sens » (Normand 1990b, p. 166). La preuve en est que les rapports grammaticaux peuvent être aussi exprimés par l’instrument lexicologique : de là, la légitimité de l’approche lexicologique qui figure parmi les disciplines susceptibles de confluer dans cette nouvelle science qu’est la sémiologie.

4Enfin, si les thèses saussuriennes comportent une disqualification de la démarche lexicographique à cause de son inertie épistémologique, le discours théorique valorise le dictionnaire en tant que modélisation des attributs de la langue envisagée à la fois comme trésor collectif et comme artefact.

6.2 Le point de vue saussurien et la prise en compte de la temporalité

  • 3 « Unde exoriar ? - C’est la question peu prétentieuse, et même terriblement positive et modeste que (...)
  • 4 F. de Saussure dégage quatre points de vue légitimes : i) point de vue de l’état de langue en lui-m (...)
  • 5 Nous adoptons l’édition critique procurée par R. Amacker en 2011. Cette édition corrige ­l’­editio (...)
  • 6 A. Chidichimo (à paraître) retient la date de 1891 tout en admettant la possibilité d’ajouts succes (...)

5Au moment même où l’activité lexicographique est en plein essor et que la sémantique cherche à définir son objet et ses méthodes, Ferdinand de Saussure engage une réflexion sans précédent sur la difficulté que le linguiste rencontre dans son travail, laquelle se double d’une interrogation sur les fondements mêmes de la science du langage (voir Simone 1992). Il (se) pose une question urgente, préalable à la fondation de tout savoir : « Unde exoriar ? »3 (Quel point de départ ?). Cette question est un geste épistémique fondateur semblable au que sais-je ? cartésien. Dès lors, comme Saussure l’écrit à Antoine Meillet dans la célèbre lettre du 4 janvier 1894, un impératif s’impose : « [M]ontrer au linguiste ce qu’il fait » (dans Benveniste 1964, p. 95). La difficulté d’appréhender l’objet apparaît constitutive de la démarche et de l’analyse elle-même car, en linguistique, rien n’est donné hors du point de vue4. Le perspectivisme saussurien devient ainsi une posture épistémique et un principe de méthode, ce qui ressort du manuscrit De la double essence du langage5, datable globalement selon Tullio De Mauro (2005, p. xvi) de la deuxième moitié des années 18906 : « Il faut dire : primordialement il existe des points de vue ; sinon il est simplement impossible de saisir un fait de langage » (De la double essence du langage, p. 116. Dorénavant ED/A). La nature problématique de l’identité linguistique est aussitôt posée :

Dans d’autres domaines, si je ne me trompe, on peut parler des différents objets envisagés, sinon comme de choses existantes elles-mêmes, du moins comme de choses qui résument choses ou entités positives […] ; or il semble que la science du langage soit placée à part : en ce que les objets qu’elle a devant elle n’ont jamais de réalité en soi, ou à part des autres objets à considérer. (Ibid., p. 105-106)

  • 7 « [O]r comme la {/une} généralisation suppose, écrit F. de Saussure, un point de vue qui sert de cr (...)

6La mise en avant du point de vue a pour corollaire une opération de généralisation7, qui est la seule praxis possible en matière de langage. Toutefois la démarche saussurienne ne se résout pas en une simple généralisation à partir de l’observation ; bien au contraire, « il y a D’ABORD la généralisation, et il n’y a rien en-dehors d’elle » (ibid., p. 88). La généralité en tant que « critère » (ibid.) de connaissance est en somme une généralité des principes (voir Normand 2000c). Dans un domaine où rien n’a de réalité intrinsèque, c’est l’épistémologie qui se substitue à l’ontologie : « En linguistique on peut se demander si le point de vue où on envisage la chose n’est pas toute la chose » (ED/A, p. 88). Comme l’a remarqué Mejía (1997, p. 99), « [c]e principe hausse une création humaine au rang d’objet d’étude d’une “science” ; c’est le principe fondateur de la linguistique générale en tant que science humaine ».

7Le choix d’une perspective d’analyse implique premièrement de se situer par rapport à la temporalité, ce qui pousse Saussure à préconiser la « dualité » de la linguistique, comme c’est le cas de toute science travaillant sur des valeurs. Il s’en prend notamment à la confusion des points de vue qui règne dans les travaux contemporains élevant les plus hautes prétentions scientifiques (ED/A, p. 96). En effet, soit A et B deux points de vue également légitimes, « on ne cesse en linguistique de considérer dans l’ordre B des objets a qui existent selon A, mais pas selon B ; dans l’ordre A des objets b qui existent selon B mais pas selon A, etc. ». La seule manière de sortir de ce « cercle vicieux » (p. 93) est dès lors de remplacer la discussion sur les objets par celle des points de vue.

6.3 Le dépassement d’une aporie lexicographique : état de langue et histoire

  • 8 Si dans les notes des années 1881-1885 F. de Saussure parle d’« états linguistiques » (voir Joseph (...)
  • 9 F. de Saussure définit synchronie et diachronie comme la « seconde bifurcation » (CLG/E 1637 D) de (...)

8Ferdinand de Saussure érige la distinction entre état de langue8 et histoire en principe de méthode9 et prévient que les exigences de la « pratique » sont à l’origine des entorses qui sont faites à la forme théorique d’une science :

[Q]uelle sera la forme que prendra rationnellement la linguistique ? La forme sous laquelle une science s’offre théoriquement, rationnellement, idéalement est indépendante de la manière dont on peut être forcé de la pratiquer. Si ce n’était pas vrai, nous aurions à peine le droit de parler d’une science linguistique, vu que la plupart des linguistes font en même temps de la philologie (la philologie n’a rien affaire en soi avec la linguistique). (Cours iii, Constantin, p. 270)

  • 10 F. de Saussure forge le néologisme diachronie car le terme d’histoire lui paraît ambigu dans la mes (...)
  • 11 F. de Saussure parle déjà de synchronie et diachronie dans une lettre à Sechehaye datable de l’auto (...)

9Les notions d’état et d’histoire, qui informent les mentalités scientifiques de l’époque, connaissent un gain théorique assuré avec la distinction entre synchronie et diachronie10 établie dans le troisième cours de linguistique générale (1910-1911)11. Comme le suggèrent les notes de La double essence du langage et celles du cahier d’Émile Constantin, Saussure ne se contente pas d’une simple séparation entre « faits statiques », investigués par la grammaire traditionnelle, et « faits évolutifs », découverts par la linguistique historique. Car « ce n’est que l’opposition des deux ordres qui est féconde comme point de vue » (Cours iii, Constantin, p. 261).

  • 12 Le dictionnaire d’É. Littré et le DG font partie de la bibliothèque de F. de Saussure, voir Gambara (...)

10Le conflit entre ces deux ordres est patent dans les dictionnaires de l’époque, qui ont fondé la légitimité et la scientificité de la description d’un état de langue sur des considérations d’ordre génétique. Saussure connaît la lexicographie de son temps12 et la commente à plusieurs reprises. Surtout, il est au fait de la querelle de méthode qui oppose les auteurs du DG à Émile Littré autour de la notion d’usage. Il est dès lors possible d’avancer que la réflexion saussurienne constitue non seulement un réquisitoire contre la linguistique théorique et descriptive, mais qu’elle vise spécialement la lexicographie. L’auteur insiste sur l’« irréductibilité » (CLG/E 1515 IIR) et l’absence d’isomorphisme entre fait statique et fait évolutif, ainsi que sur la nécessité de les opposer pour en faire ressortir les contraintes spécifiques :

S’il n’y avait pas ce fait, que chaque chose dans la langue doit être considérée séparément dans son époque et à travers le temps sans donner à aucun des deux points de vue la moindre prééminence sur l’autre, la linguistique serait une science relativement simple, quoique déjà bien différente par cette seule séparation de ce que nous avons devant (?) [

Le malheur est qu’il n’y a pas, comme on se le figure, une chose pouvant être considérée à la fois « dans son époque » et « à travers le temps » ; mais que la détermination même des choses à considérer dans chaque époque et à travers le temps dépend de données différentes. (ED/A, p. 82)

  • 13 Voir à ce propos, Chidichimo (2014).
  • 14 Voir CLG/E 1422 D et 1624 IIR. Comme on le sait, l’autonomie de l’état par rapport à l’événement qu (...)
  • 15 « Il n’y a point d’autre identité dans le domaine morphologique que l’identité d’une forme dans l’i (...)
  • 16 Pour une étude sur l’identité diachronique, voir Wunderli 1995 et Béguelin 2010.
  • 17 Dans De la double essence du langage, F. de Saussure s’attarde sur la définition de l’identité étym (...)

11Dans les notes pour le troisième cours, et déjà en filigrane dans De la double essence du langage, la prise en compte de la temporalité conduit Saussure à postuler une scission disciplinaire (CLG/E 1303, N 23.6) entre linguistique diachronique et linguistique synchronique, qui s’occupent respectivement de phonétique, et de morphologie et sémiologie13. Cette « dualité » s’impose aux sciences qui ont affaire à des valeurs et pour lesquelles cette discrimination est à la fois une nécessité « pratique » et une « nécessité théorique de premier ordre » (CLG/E 1321 D). Pourtant, la « vérité synchronique » et la « vérité diachronique » ne s’excluent pas car le diachronique produit et conditionne les faits qui deviendront significatifs au sein d’un état de langue14. C’est pourquoi la relation de dépendance et d’indépendance qu’entretiennent ces deux vérités est source d’erreur : « Pendant des dizaines d’années, la linguistique n’a fait que les confondre : cela vient de ce que ces phénomènes se trouvent être dans une étroite dépendance et d’autre part complètement indépendants » (CLG/E 1626 IIR). Puisqu’en linguistique il n’existe pas d’objet phénoménal, chaque point de vue crée son propre ordre de faits, c’est-à-dire une certaine identité. Cette dernière notion, très complexe, est également difficile à cerner, notamment en ce qui concerne le niveau morphologique. L’opposition entre « identité morphologique »15, qui relève du synchronique, et « identité étymologique » issue du diachronique16 par effet de la réflexion grammaticale (ED/A, p. 234), permet de définir la première par la négative17 :

{Définition}

L’identité étymologique (notion purement grammaticale, qui n’a aucun corrélatif dans les faits, à la différence des identités précédentes) est celle par laquelle nous imposons idéalement à un état de langue B une identité morphologique de l’état A appartenant au passé – qui s’est vue brisée ou effacée par une cause quelconque. (ED/A, p. 234)

12La seule manière adéquate d’étudier un état de langue est de faire « table rase » (p. 68) de tout récit historique, qui ne peut être que d’ordre phonétique. Saussure déplore l’« immixtion perpétuelle et désastreuse » du point de vue génétique dans les analyses qui concernent l’état « instantané ». Il s’agit d’un mélange, d’une « union monstrueuse », qui donne « un état complètement imaginaire A/B » (p. 136-137) compromettant la crédibilité du discours scientifique en matière de langue :

[M]alheureusement la façon de formuler les faits pour chacun de ces états de langue pris en eux-mêmes est jusqu’à présent éminemment empirique, ou bien, ce qui est beaucoup pire, pervertie jusque dans le principe par l’immixtion soi-disant scientifique des résultats de l’histoire dans un système qui fonctionne, répétons-le, tout à fait indépendamment de l’histoire. (P. 68)

13Ces propos visent vraisemblablement la pratique empirique de la lexicographie. Dans le deuxième cours (1908-1909), Saussure remet en question la méthode du Dictionnaire général :

Exemple de dépit (cf. Hatzfeld et Darmesteter, au mot dépit i, et leur méthode, Introduction p. 1 ss. <expliquer le sens des mots par leur histoire> : c’est une méthode possible, mais pas celle qui rend l’image de la langue : <cf. Bally, [Précis de] stylistique, p. 47 ss.>). La valeur, c’est l’impression. <Littré, que contredit Hatzfeld, serait donc plus dans le vrai quand il dit : « l’usage complet a en lui sa raison ». Préface du Dictionnaire, p. 5.> Et quelle impression <fait dépit> sur un Français d’aujourd’hui ? Il est impossible de fixer cette impression si on n’oublie <pas> l’histoire <de ce mot>, l’idée de mépris : le sens de en dépit de n’a nullement été inspiré par le souvenir de despectus. (CLG/E 1600 IIR)

  • 18 « Malheureusement les dictionnaires eux-mêmes sont composés pour la plupart de façon à faire contre (...)
  • 19 Sur cette question, voir Bisconti (2015a).

14Il renvoie à un passage du Précis de stylistique (1905) de Charles Bally, où ce dernier s’en prend aux dictionnaires18, qui cherchent généralement à discriminer les synonymes à partir de l’étymologie. Bally fait valoir, au contraire, que la synonymie, « partie intégrante » de la stylistique, ne peut qu’appartenir à l’ordre des recherches synchroniques19. Mais voici l’article que le DG consacre au lemme dépit :

15Darmesteter et Hatzfeld distinguent deux plans sémantiques. Ils proposent en premier l’acception désuète du lemme dépit et de la locution en dépit de qui correspondent au sens étymologique dérivé du latin despectus (‘mépris’). La marque diachronique « vieilli » qui ouvre le sens i permet de séparer les deux synchronies. Le sens II correspond à la signification contemporaine (« irritation causée par le dédain qu’on nous témoigne… ») qui s’est développée par extension, à partir du sens étymologique. Cette description est conforme à la méthode historique du dictionnaire, dont le but est de retracer la généalogie et la filiation des significations à partir de l’étymon. Cependant, aux yeux de Saussure, cette méthode n’a aucun intérêt pour les locuteurs du xixe siècle qui n’ont pas besoin de renseignements génétiques pour accéder au sens actuel, mais qui, en revanche, gagneraient à bénéficier d’indications sur les rapports entre valeurs coexistantes comme il est précisé dans le cahier de Léopold Gautier :

La méthode historique suivie par Hatzfeld et Darmesteter pour l’explication de chaque mot ne rend pas une fidèle image du mot. Pour le mot dépit, il est vrai que en dépit de est l’emploi le plus proche de despectus. Et cependant, en dépit de sera mieux compris par la comparaison avec les autres expressions simultanées. Il faudrait donc se dégager du point de vue diachronique. (CLG/E 1600 G)

16Saussure semble dès lors réhabiliter la méthode de Littré, ne serait-ce que de manière hypothétique, l’irréel du présent en est la preuve : « Littré, que contredit Hatzfeld, serait donc plus dans le vrai. » En réalité, Littré ne donne pas toujours la priorité à l’usage actuel comme il a été montré à propos du lemme rien (voir supra, § 1.1.1). De plus, ses préoccupations normatives peuvent infléchir l’enregistrement de l’usage actuel, et son parti pris passéiste peut le pousser à remettre en circulation des archaïsmes qui sont bien formés. Nous donnons ci-dessous la notice complète de Littré pour mettre en regard les deux méthodes :

17Littré décrit d’abord l’usage actuel du mot et enregistre les synchronies passées dans le volet historique (HIST.) de l’article. Dans la rubrique consacrée aux remarques (REM.), dans un espace de co-présence avec un auteur du xviiie siècle, il discute du bien-fondé de la locution en dépit qu’il en ait, qui serait un solécisme au vu du sens étymologique du mot dépit, mais qui devient légitime grâce à sa consécration par l’usage, en l’occurrence celui des « meilleurs écrivains du xviie siècle ». Littré cherche à expliquer l’émergence de cette structure fautive : des séries paradigmatiques et des séquences syntagmatiques ont dû se ­constituer autour du mot dépit en produisant la locution conjonctive en dépit qu’on en ait, qui serait issue de la « confusion et fusion » entre la locution prépositionnelle en dépit de et la locution conjonctive malgré qu’il en ait dont la structure aurait engendré dépit qu’il en ait, que Littré considère comme correcte. L’étymologie (qui n’est pas reproduite ci-dessus) restitue l’origine latine du mot (despectus) sans pour autant esquisser une filiation sémantique. Littré recense aussi une seconde entrée, l’adjectif dépit, qui introduit une forme désuète (« inusité présentement ») au sein d’une nomenclature prétendument actuelle. Le mélange d’états de langue prouve l’impossibilité de faire abstraction de la temporalité, qui rend incertaines les frontières entre deux états contigus.

18La réflexion sur la temporalité amène Saussure à s’interroger sur le rythme des changements et sur la possibilité de délimiter un état de langue. Il exclut une réponse en termes de durée au profit d’une évaluation qualitative en qualifiant, par un adjectif non classifiant, de « graves » les modifications susceptibles d’établir une césure dans un état de langue :

Les limites de ce que nous appelons un état sont forcément imprécises. […] Il y a des espaces de temps où la somme des modifications survenues est presque nulle, alors que d’autres espaces de temps moins considérables se trouvent ailleurs le théâtre d’une somme de modifications très importantes. <Nous ne disons donc pas qu’un état est dix ans ou cinquante ans ou en général> pas de limites de ce genre. Nous appelons un état tout l’espace pendant lequel aucune modification grave n’a changé la physionomie de la langue […]. Pour la rigueur, il vaudrait mieux définir un état autrement que par l’absence de changements importants, mais nous ne le pouvons pas. Nous faisons comme les mathématiciens avec leurs plans, ils négligent aussi changements infinitésimaux [sic]. C’est la part de convention nécessaire ; pour la démonstration des choses on est obligé de les simplifier. (Cours iii, Constantin, p. 276)

19Saussure conseille une certaine approximation, une « simplification conventionnelle » des données que Littré a également envisagée dans son dictionnaire (voir supra, § 1.1). Toujours est-il que si la description lexicographique a abouti à une impasse, c’est à cause d’un double défaut de méthode : i) elle appréhende les phénomènes d’ordre synchronique en tant que résultats du passé et non en tant que faits indépendants de l’événement qui les a produits ; ii) la nomenclature elle-même mélange différentes synchronies. La prééminence de l’histoire dans les dictionnaires de la fin du siècle démontre que la philologie est conçue comme la pierre angulaire de la science du langage et comme la seule caution d’un discours positiviste sur les faits de langue. Saussure n’a de cesse de mettre en garde contre cette méprise : « [L]a philologie n’a rien affaire en soi avec la linguistique » (Cours iii, Constantin, p. 270). En s’attardant sur la distinction entre littérature, philologie et linguistique (voir SM 3), il range la lexicographie parmi les connaissances qui constituent « par excellence le domaine de la philologie », cette dernière étant « distincte » de la linguistique (CLG/E 3288).

20La question de l’historicité du fait linguistique est à l’origine d’une « équivoque possible » (ED/A, p. 71) qui consiste en la confusion entre langue et transmission de la langue :

[I]l n’y a rien de plus nécessaire […] que de rétablir une séparation absolue entre l’être « langue » et le fait contingent que cet être « langue » est ordinairement destiné à se transmettre à travers le temps. En réalité tout ce qui est dans la langue vient purement des accidents de sa TRANSMISSION ; mais cela ne signifie pas qu’on puisse substituer l’étude de cette transmission à l’étude de la langue. (Ibid., p. 77-78)

  • 20 Cette explication rappelle la thèse épigénétique selon laquelle le langage est en lui-même sa propr (...)
  • 21 Or, comme l’a observé M.-J. Béguelin (2010, p. 249), dans la perspective de la grammaticalisation,  (...)

21Saussure reconnaît que l’institution linguistique est un produit de l’histoire et que de ce fait la seule « vie sémiologique » (CLG/E 1274 IIR 21) qui lui convient est la transmission20. Pourtant, il ne sous-estime pas le risque que le poids de la transmission et l’emprise de la tradition puissent faire oublier le caractère conventionnel du signe et conférer à celui-ci « quelque essence mystérieuse ou à part, ou tenant à l’histoire » (CLG/E 3299 N12)21. La notion de transmission et celle de socialité qui lui est corrélée évincent la question de l’origine de la langue. Pour faire ressortir le caractère spécieux de cette question, dans les nouvelles notes Item, Saussure a recours à une similitude naturaliste :

Regarder la langue et se demander à quel moment précis une telle chose a “commencé”, est aussi intelligent que de regarder le ruisseau de la montagne et de croire qu’en remontant on trouvera l’endroit précis où il a sa source. Des choses sans nombre établiront qu’à tout moment le RUISSEAU existe pendant qu’on dit qu’il naît, et que réciproquement il ne fait que naître pendant qu’on [ . (Dans Amacker 2011, p. 61).

  • 22 « S’imaginer qu’on pourra se passer en linguistique de cette saine logique mathématique, sous préte (...)

22S’ensuit un rejet résolu des conceptions organicistes de matrice germanique22.

6.4 La question sémantique et l’historiographie saussurienne

  • 23 Dans la Préface au CLG, on le sait, les éditeurs évincent la question : « certaines disciplines son (...)
  • 24 Le courant néo-saussurien rabaisse le Cours de linguistique générale au rang d’apocryphe, de faux h (...)

23L’historiographie saussurienne a souvent parlé de « sémantique saussurienne », voire de « théorie sémantique de Saussure »23. Ces expressions n’ont pourtant pas la même valeur chez les historiens qui les adoptent. Dans le cadre de l’école romaine de linguistique (De Mauro 1991 ; De Palo 2001a, 2001b), il ne s’agit que d’une facilité dénominative, même si elle risque d’insinuer que le maître genevois a bel et bien formalisé une théorie sémantique. Pour sa part, Daniele Gambarara (1999, p. 43) fait valoir que ce que Saussure nous livre est une théorie des institutions au sein de laquelle une sémantique reste encore à faire, le sens étant conçu comme une institution culturelle traditionnelle. D’autres (Bouquet 1997, 1999, 2000 ; De Saussure 2003), davantage théoriciens qu’historiens, emploient ces expressions au sens propre en ajoutant pourtant que « la sémantique saussurienne » n’a pas eu sa chance historique. Ce courant, qui se qualifie de néo-saussurien24, se propose – par une sorte de némésis qui fait fi de l’historicité des théories linguistiques – de remédier à ce rendez-vous manqué de l’histoire, ce que Simon Bouquet (2004) appelle « Saussure’s unfinished semantics ». De là, les interprétations qui postulent chez Saussure un « pari métaphysique » visant la fondation d’une « grammaire du sens » (Bouquet 1997), dont les historiens saluent « l’audace des hypothèses » (Bergounioux 1999, p. 316). Enfin, on énumère parmi les commentateurs saussuriens ceux qui se méfient de l’expression « sémantique saussurienne » (Engler 1973 ; Bergounioux 1999, 2005 ; Normand 1990a). Pour notre part, nous souscrivons à la position de Claudine Normand (2004, p. 140) : « La théorie saussurienne est une tentative pour penser la signification hors du cadre des sémantiques classiques. » Dans cette conception, il ne saurait y avoir d’analyse linguistique hors de la signification, de même que cette dernière ne saurait se concevoir hors de l’analyse des formes. Et Normand de conclure : « Sans qu’une théorie spécifiée s’en dégage, le sens […] est omniprésent dans ses développements puisque c’est par cette première propriété que sont définies les unités linguistiques. » (ibid., p. 148) Dès lors, le seul interdit est de penser la sémantique comme un domaine à part : Saussure bat en brèche le projet de faire de la signification un objet d’étude indépendant des formes. Rudolph Engler (1973) attirait déjà l’attention sur la fondation d’une sémantique à partir de la leçon saussurienne qui ne saurait se concevoir qu’en synchronie et en rapport étroit avec la morphologie.

  • 25 En réponse aux critiques qui lui sont adressées, S. Bouquet (2000, p. 136) modifie sa position : «  (...)

24En somme, il s’agit d’évaluer « les implications sémantiques de la théorie saussurienne du signe » (Engler 1973, p. 39) et non de postuler une sémantique saussurienne qui « ne semble toujours pas transparaître sans sollicitation » (Bergounioux 1999, p. 316)25 et qui serait dans le meilleur des cas une « chimère », voire un « paralogisme » (Bergounioux 2005).

6.4.1 La morphologie comme instance de signification

25Un constat d’abord. Si le terme sémantique figure chez Ferdinand de Saussure (voir ELG, p. 108, 227, 256), c’est parce qu’il fait partie des formations discursives de son temps. Lexicographie, sémantique et linguistique saussurienne sont trois voies différentes pour aborder la question du sens qui apparaissent incompatibles si l’on s’en tient aux hypothèses de départ de chacune de ces approches.

  • 26 « [D]ans la langue, c’est aux états, et à ceux-ci seuls, qu’appartient le pouvoir de signifier ; <d’autre part>, </d> (...)

26Chez Saussure il ne s’agit pas de mettre à l’honneur l’étude du sens comme c’était le cas chez Michel Bréal, mais plutôt de comprendre les contraintes inhérentes au fait linguistique, de concevoir des outils épistémologiques afin de cerner la nature du langage et le fonctionnement de la langue, et d’expliquer que si l’exigence de sens traverse et justifie les formes linguistiques, celles-ci n’ont pas pour autant d’existence en dehors de l’état de langue qui est le leur. Si le mot demeure une entité sujette à caution, la morphologie est au contraire le domaine qui rend disponible le niveau sémantique. Puisque les états de langue sont des instances significatives26, la morphologie s’identifie à la signification : « Nous disons qu’il n’y a point de morphologie hors du sens, malgré que la forme matérielle soit l’élément le plus facile à suivre. Il y a donc encore bien moins à nos yeux une sémantique hors la forme ! » (CLG/E 3314.10) Le sens n’existe pas comme contenu mais comme opposition de formes ; dès lors, parler de sens n’est plus pertinent car les unités de la langue ne signifient pas, mais qu’elles valent. Saussure pose ainsi une parasynonymie entre les termes métalinguistiques désignant le niveau significatif :

Nous n’établissons aucune différence sérieuse entre valeur, sens, signification, fonction ou emploi d’une forme, ni même avec l’« idée » comme contenu d’une forme ; ces termes sont synonymes. Il faut reconnaître toutefois que valeur exprime mieux que tout autre mot l’essence du fait, qui est aussi l’essence de la langue, à savoir qu’une forme ne signifie pas, mais vaut : là est le point cardinal. Elle vaut, par conséquent elle implique l’existence d’autres valeurs ; Elle n’est pas elle-même, ce qui est en effet le premier point que nous ne cesserons d’affirmer ; et en second lieu si elle vaut au lieu de signifier, c’est qu’il n’est pas permis de détacher la signification [

Or, du moment qu’on parle des valeurs en général, au lieu de parler par hasard de la valeur d’une forme (laquelle dépend absolument de ces valeurs générales), on voit que c’est la même chose de se placer dans le monde des signes ou dans celui des significations, qu’il n’y a pas la moindre limite définissable entre ce que les formes valent en vertu de leur différence réciproque et matérielle, ou ce qu’elles valent en vertu du sens que nous attachons à ces différences. C’est une dispute de mots. (ED/A, p. 168)

27Les formes–sens résultent de deux opérations simultanées et indissociables, à savoir la différence entre éléments du même ordre (dans la tranche phonique ou conceptuelle) et la jonction de l’élément dissemblable dans chacun des deux ordres : « La différence générale des figures vocales jointe à la différence générale des sens qui s’y peuvent attacher » (p. 140), ce que Saussure visualise comme suit :

(ELG, Anciens documents, p. 335 = CLG/E 3340)

28La forme qui résulte de cette double opération constitue un « fait primordial », qui est à la fois « GÉNÉRAL » et « COMPLEXE » car il est composé de « DEUX FAITS NÉGATIFS » (ED/A, p. 139-140). La définition que Saussure donne de la forme consiste alors en une série d’implications successives :

Forme implique : DIFFÉRENCE : PLURALITÉ. (SYSTÈME ?). SIMULTANÉITÉ. VALEUR SIGNIFICATIVE. 

29En résumé :

FORME = Non pas une certaine entité positive d’un ordre quelconque et d’un ordre simple ; mais

L’entité à la fois négative et complexe : résultant (sans aucune espèce de base matérielle) de la différence avec d’autres formes COMBINÉE avec la différence de signification d’autres formes [ . (Ibid., p. 138)

30Saussure est plus péremptoire dans d’autres passages de De la double essence du langage : « Nous disons d’abord que la forme est la même chose que la signification » (p. 148). Il oppose alors une morphologie « au sens étroit » (p. 211) à ce que l’on peut considérer comme une morphologie au sens large s’identifiant au système : « Toute l’étude d’une langue comme système, c’est-à-dire d’une morphologie, revient […] à l’étude de l’emploi des formes, ou à celle de la représentation des idées » (p. 169-170). La morphologie comme système coïncide avec un état de langue et permet de connaître « le jeu des signes, au moyen de leurs différences à un moment donné » (p. 211). Dans l’une des préfaces possibles de l’opuscule, il postule l’inséparabilité de sens et de forme : « Il est faux (et impraticable) d’opposer la forme et le sens. Ce qui est juste en revanche c’est d’opposer la figure vocale d’une part, et la forme-sens de l’autre » (p. 72). Ce principe étant posé, Saussure invalide aussi bien la démarche onomasiologique que l’approche sémasiologique qui « sont fausses ou incomplètes toutes deux » (p. 86). Par conséquent, il incombe au linguiste une « tâche absurde » qui consiste en un travail sur des éléments complexes et « destitués dans leur complexité d’unité naturelle, non comparables à un corps simple chimique ni davantage à <une> combinaison chimique » (p. 113-114). C’est pourquoi Saussure avance que la signification ou le signe sont « un fait de conscience pur » (p. 116), ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit de phénomènes psychologiques comme le prétendent Bréal ou Darmesteter.

  • 27 Rappelons que le mot quaternion est une nouveauté terminologique de De la double essence du langage(...)
  • 28 « Lire Sémantique [de] Bréal, p. 29-35, par exemple ; il arrive un moment où on voit d’une part qu’ (...)

31La langue entendue comme morphologie au sens large, à savoir comme système de formes, est la première donnée pour la conscience des sujets parlants (voir Chidichimo 2009), pour lesquels une forme existe sans posséder forcément un « sens précis » (ED/A, p. 131). Saussure fait valoir que la compréhension d’un signe passe par les corrélations multiples qui s’établissent entre idées et formes et qui comportent toujours quatre termes. Pour expliquer ce quadruple rapport de détermination de la forme par l’idée et de l’idée par la forme – qui est également d’hétéro-détermination (les idées par les autres idées et les formes par les autres formes) – il emprunte à l’algèbre le terme de quaternion27 qu’il transcrit comme suit : « a/AHZ et abc/A, ou a/ARS et blr/B » (ED/A, p. 156). Cette complexification nécessaire de l’objet linguistique comporte l’impossibilité d’aborder l’unité linguistique par elle-même car son existence est toujours quadruplement combinée. De là, l’attaque en règle de Saussure contre toute étude consacrée au changement de signification et de forme dans le temps, fût-elle l’initiative de savants comme Whitney, ces recherches étant des « rêveries » fondées sur des présupposés erronés (ibid., p. 228-229). Bréal n’est pas cité ici mais ses ­travaux semblent la cible de ce ­réquisitoire. Saussure déplore ailleurs la carence épistémologique de l’Essai de sémantique, où sont étudiés des phénomènes sans que les unités concernées par l’analyse soient définies au préalable28. Deux nouvelles conditions se dégagent :

<—> que le changement de signification n’a point de valeur comme fait résultant du temps, pour toutes sortes de raisons, entre autres que ce changement est de tous les instants et n’exclut pas la signification précédente qui devient concurrente. (Ibid., p. 230)

32Cette première condition remet en question l’idée que le changement de signification soit un événement exclusivement diachronique. Pour preuve la coexistence des significations d’un même signe : Saussure songe au phénomène de la polysémie dans son acception synchronique, sur lequel la lexicographie a fondé sa pratique et Bréal sa théorie sémantique. Toutefois, il nie que l’on puisse même parler de changement, car il n’y a que des échanges, « seule expression véritable de tout mouvement dans la langue », ce qui convient mieux à une conception de la langue comme système de valeurs négatives. Notons que si le changement suppose une trajectoire linéaire et univoque qui investit un seul élément, l’échange engage une dimension de réciprocité qui affecte plusieurs éléments à la fois :

Il y a deux sortes d’échange, qui sont complètement distincts, dans la vie de la langue, mais il n’y a point en revanche de changement. Pour qu’il y eût changement, il faudrait qu’il y eût une matière définie en elle-même à un moment donné ; c’est ce qui n’arrive jamais ; on ne prononce un mot que pour sa valeur, [

Dans l’échange l’unité est établie par une valeur idéale, au nom de laquelle on déclare adéquats entre eux des objets matériels qui peuvent d’ailleurs être absolument dissemblables et de plus constamment renouvelés chacun dans leur substance. C’est exactement le caractère de tous les « changements » ou « mouvements » linguistiques.

Il n’y a pas d’autre principe d’unité que celui de l’unité de valeur ; par conséquent pas de changement qui n’ait la forme d’un échange. (Ibid., p. 165)

33Saussure identifie la signification à la morphologie, ce qui revient à contester la légitimité de toute approche qui s’intéresse à la signification en faisant abstraction des formes ou qui considère ces formes comme des atomes isolés. Il pose alors une deuxième condition :

 — que la signification n’est qu’une façon d’exprimer la valeur d’une forme, laquelle valeur dépend complètement des formes coexistantes à chaque moment, et que c’est par conséquent une entreprise chimérique, non-seulement de vouloir suivre cette signification en elle-même (ce qui n’est plus du tout linguistique), mais même de vouloir la suivre par rapport à une forme, puisque cette forme change, et avec elle toutes les autres, et avec celles-ci toutes les significations de manière qu’on ne peut dominer le changement de signification que vaguement par rapport à l’ensemble. (Ibid., p. 230)

34Si le désaveu de la sémantique bréalienne apparaît en filigrane tout au long de l’argumentation, les réserves de Saussure ne tardent à devenir manifestes : « – [J]e ne dis pas qu’il existe une histoire des significations, parce que cela ne signifie décidément rien –, mais qu’il existe une histoire de la langue prise par le double côté de la forme et du sens (c’est-à-dire une morphologie historique). » (Ibid., p. 231) Saussure parvient ainsi à une conception quaternionale de la langue qui repose sur le caractère négatif et relationnel des formes :

  • 29 « Exemple : ă bref latin, s’il n’est pas initial, est converti en ĭ. […] On dira, l’ă de făcio devi (...)
  • 30 F. de Saussure insiste sur les conséquences néfastes d’une confusion entre motus et status : « Il y (...)

35Pourtant, si la synchronie désigne un espace de solidarité entre termes exprimant des valeurs, « la vérité synchronique concorde tellement avec la vérité diachronique qu’on les confond, ou bien on n’en aperçoit qu’une seule, ou on croit qu’il n’est pas besoin de dédoubler un pareil fait » (Cours iii, Constantin, p. 272). Saussure s’attarde sur un tel « mirage » et met en place un quadrilatère pour expliquer la prétendue mutation de ă en ĭ dans des formes coexistantes telles que făcio/confĭcio29, alors qu’il faut supposer une forme intermédiaire confăcio ayant abouti à confĭcio30:

36Dans une note manuscrite (voir SM, N12), Saussure parle de « carré linguistique » (voir figure ci-dessous) car « [t]outes les considérations possibles sur un fait linguistique sont immédiatement enfermées en une figure simple et partout la même, comprenant quatre termes » :

37Dans le cadre de l’École de Genève, Henri Frei (1899-1980) a transposé ce schéma au domaine du sens en établissant le modèle du « carré sémantique » (1958-59, p. 11). Ce modèle est censé fournir une explication du changement sémantique à partir de la description et de la comparaison entre deux états de langue (A et B). Frei le développe pour illustrer l’hypothèse d’une filiation sémantique entre les racines védiques pā- ‘boire’ et utpā- ‘être orgueilleux, se révolter’, dont le « désaccord sémantique » (p. 3) ne saurait s’expliquer par une simple question d’homonymie. Le carré sémantique de Frei est repris par Rudolph Engler (1973, p. 51), qui fait valoir que le changement exige une « coexistence idiosynchronique et consciente » de deux formes. Considérant les sens du verbe voler, Engler explique qu’un branchement symétrique et binaire à partir d’un sens ne peut rendre compte de l’émergence de valeurs aussi divergentes que voler ‘mouvoir’ et voler ‘prendre par ruse’ :

38Il faut, au contraire, opter pour une correspondance entre quatre termes :

39Engler envisage même une complexification de ce schéma :

Figure 7. Le carré sémantique de Engler (1973)

Figure 7. Le carré sémantique de Engler (1973)

40Ce modèle de sémantique rétrospective suggère alors que « [c]haque diachronie en sémantique se réduit à une synchronie », celle-ci étant « toujours une répartition de valeurs ».

41Au demeurant, l’analyse de la langue à un état de son développement pousse Saussure à postuler une nouvelle approche des faits de langue en tant que faits sémiologiques. La sémiologie suppose une vision intégrée des disciplines qui ont affaire à des identités synchroniques : « (Sémiologie = morphologie, grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique, stylistique, lexicologie, etc. (le tout étant inséparable) » (ED/A, p. 102). Celles-ci peuvent être conçues comme des composantes de la sémiologie, voire des paliers de l’analyse linguistique. Du reste, Saussure note que « [d]ans un état de langue donné […] [i]l n’y a rien que de la morphologie à différents degrés, lesquels ne sont probablement pas séparables par une ligne de démarcation quelconque » (p. 210-211). En tous les cas y figurent tous les domaines limitrophes de la sémantique (synonymie, rhétorique, lexicologie), mais la sémantique elle-même est absente de l’inventaire.

6.4.2 Le statut du mot, ou les limites de la délimitation

42La conception de la langue comme système de valeurs négatives et différentielles a pour conséquence la remise en question de la vision traditionnelle du mot en tant qu’unité de dénomination. Celle-ci suppose une conception nomenclaturiste du lexique qui marque le conventionnalisme classique à partir du Cratyle de Platon. De là, la mise en garde saussurienne : « On est exposé à se faire une idée fausse et à croire qu’il y a des mots existant comme entités et auxquelles s’ajoute une ­s­ignification. C’est au contraire la signification qui délimite les mots dans la pensée. » (CLG/E 1802 IIR) Or, la conception dénominative du mot est « ­renforcée par la division traditionnelle entre grammaires et dictionnaires dans la description des langues » (Tamba 2007, p. 65). Ferdinand de Saussure envisage, au contraire, une intégration réciproque entre lexicologie et morphosyntaxe car il est « difficile de tracer souvent démarcation entre lexicologie et grammaire » (CLG/E 2147 IIC). Son examen de la notion de mot se fait en trois étapes. D’abord, il s’en prend à la lexicographie qui considère le mot comme une entité autonome :

La première [manière] est de faire du mot un être existant complètement en dehors de nous, ce qui peut être figuré par le mot couché dans le dictionnaire au moyen <de> l’écriture ; dans ce cas le sens du mot devient un attribut, mais par cela même une chose distincte du mot ; et les deux choses sont dotées artificiellement d’une existence à la fois indépendante l’une de l’autre et indépendante chacune de notre conception ; elles deviennent l’une et l’autre objectives, et semblent en outre constituer deux entités. (ED/A, p. 110)

  • 31 « Je pense même que la double étude sémiologique et historique de l’écrit<ure> (la dernière devenant l’é</ure> (...)

43La représentation du mot est biaisée dans ce cas par la tyrannie de la lettre, l’écriture altérant la perception de la langue orale. Saussure souligne alors la nécessité de distinguer les deux systèmes sémiologiques que sont l’oralité et l’écriture comme condition préalable pour une saisie adéquate du fait linguistique : « Notre première notion de la langue est un tout mixte, composé des deux choses. Réciproquement porter son attention sur l’écriture et la mettre à sa place, ce sera rectifier notre idée de la langue elle-même. <Non dégagée de l’écriture, la langue est un objet non défini>. » (Cours iii, Constantin, p. 143) Contrairement à ce que laisse entendre le chapitre vi du CLG, intitulé « Représentation de la langue par l’écriture », la prééminence et l’autonomie de la langue parlée chez Saussure ne comportent guère une dévalorisation de l’écriture. Dans De la double essence du langage, il considère le système graphique « digne » de l’attention du linguiste31. De surcroît, comme le précise Tullio De Mauro (2005, p. xxv), la décision de se consacrer à la fin de sa vie à l’étude des idéogrammes chinois suggère qu’il voulait tester, dans un domaine autre que celui des écritures alphabétiques, ses hypothèses sur la sémiologicité autonome et spécifique de l’écriture. Toujours est-il que dans les années 1910-1911 Saussure insiste sur le fait que l’écriture est à l’origine de nombreuses méprises :

C’est comme si une photographie d’une personne finissait par passer pour un document plus sûr sur la physionomie de cette personne. On accorde une plus grande importance à l’image qu’à la chose réelle. […] Une première cause c’est que l’image des mots fixée par l’écriture nous frappe comme un objet permanent et solide. (Cours iii, Constantin, p. 144).

44Le livre est l’objet qui relaie le pouvoir de l’écriture ; Saussure lui reconnaît la même importance que la conversation, qui est le mode d’existence de la langue parlée. Le dictionnaire relève a fortiori du système de représentation qu’est l’écriture, celle-ci ayant des retombées pédagogiques immédiates car la normativité est coextensive à la textualité écrite :

Il s’établit un usage de langue pour le livre et un système d’écriture dit orthographe pour le livre. <Livre joue rôle aussi grand que conversation>. Des dictionnaires officiels se créent pour cette langue <littéraire>. On enseigne à l’école d’après le livre et dans le livre. À l’idée du mot écrit se lie l’idée du mot correct. (Ibid., p. 145)

  • 32 « Comme il n’y a dans la langue aucune unité positive (de quelque ordre et de quelque nature qu’on (...)
  • 33 « On peut admettre provisoirement que ces unités nous sont données. On peut parler des mots de la l (...)

45Par ailleurs, Saussure rejette le clivage établi par la sémantique entre le mot en tant qu’unité matérielle et le sens en tant qu’instance psychologique : « La deuxième [manière] est de supposer que le mot lui-même est indubitablement hors de nous, mais que son sens est en nous : qu’il y a une chose matérielle, physique, qui est le mot ; et une chose immatérielle, spirituelle, qui est son sens. » (ED/A, p. 110) Selon Saussure, le mot n’a pas d’existence et ce « à quelque point de vue qu’on se place » : sa seule manière d’exister est dans la connaissance instantanée et différentielle qu’en a le sujet parlant, c’est-à-dire dans la « sanction » (p. 112) qu’il reçoit par le locuteur qui l’emploie. Il envisage alors une dernière option : « La troisième [manière] est de comprendre que le mot pas plus que son sens n’existe hors de la conscience que nous en avons, ou que nous voulons bien en prendre à chaque moment » (p. 111). Pour la conscience du locuteur, mot et signification ne font qu’un, si bien qu’« il n’y a pas de dissociation positive entre l’idée du mot et l’idée de l’idée qui est dans le mot » (p. 112). Or, Saussure reconnaît la nécessité pour les sujets parlants de postuler des « unités positives » – aussi « imaginaires » soient-elles32 – afin de s’approprier la langue, impression qui trouve une confirmation dans les outils de codification de la langue (grammaires et dictionnaires)33.

  • 34 Cette affirmation rendrait caduque la thèse de Godel (1978, p. 151) selon laquelle, du point de vue (...)

46Le problème que pose le mot est celui de sa délimitation. Saussure propose de commencer en se situant au niveau de la parole car pour s’assurer qu’« un mot est bien une unité délimitée […] [i]l faut le prendre dans une série de phrases ­différentes » (Cours iii, Constantin, p. 225). Loin d’être délimité dans une série virtuelle, le mot n’est délimitable qu’en usage, dans la linéarité du syntagme : « <Placé dans le syntagme, le mot agit en vertu de ce qu’il a un commencement et une fin, et de ce que les autres mots doivent être avant ou après. » En revanche, « [p]lacé dans la série associative, le commencement et la fin n’interviennent pas » (p. 279)34. Dans trois notes Item, Saussure envisage pourtant une autre possibilité :

Item. Tandis qu’il faut une analyse pour fixer les éléments du mot, le mot lui-même ne résulte pas de l’analyse de la phrase. Car la phrase n’existe que dans la parole, dans la langue discursive, tandis que le mot est une unité vivant en dehors de tout discours dans le trésor mental. (CLG/E 3323.1)

Item. Ce qui précède n’implique pas que les éléments de mot n’existent <jamais> comme unités mentales <elles-mêmes>, mais simplement que le mot se dégage en tout cas sans analyse. (CLG/E 3323.2)

Item. […] la mémoire nous livre les mots tout faits par milliers. Donc le mot n’a pas pour premier mode d’existence d’être un élément de phrase, il peut être considéré comme existant « avant » la phrase, c’est-à-dire indépendamment d’elle, ce qui n’est pas le cas pour les éléments du mot vis-à-vis de l’unité du mot. (CLG/E 3323.3)

  • 35 « Criterium : Ce qui est réel, c’est ce dont les sujets parlants ont conscience à un degré quelconq (...)

47Assurément la perspective décrite ici est celle du sujet parlant, qui accède à la notion de mot « sans analyse » et indépendamment de toute actualisation en discours. Sans jamais méconnaître la centralité des mots chez les sujets parlants, Saussure constate que ce que nous appelons traditionnellement mot n’épuise pas toute la typologie des unités de la langue : « Sans doute, les unités correspondant à ce que nous appelons des mots, joueront un très grand rôle, mais il n’y a pas que cela. <Il y a d’autres genres d’unités> On peut prendre comme exemple les mots composés ; - ou désireux, malheureux, unité subordonnée à celle du mot » (Cours iii, Constantin, p. 225-256). L’argumentation de Saussure est contradictoire quant à la prise en compte des morphèmes de la part du sujet parlant. D’un côté, il pose que le locuteur a conscience des « unités significatives » inférieures au mot35 ; de l’autre, il considère le mot comme l’étalon naturel pour la conscience linguistique du locuteur : « [I]l est très vrai que les sujets parlants <procèdent toujours en> partant du mot fait : c’est-à-dire qu’en formant oseur, on ne se dit pas : je combine os- et -eur. Mais on procède comme suit : graveur : graver, <je grave> = : oser, j’ose. – x = oseur » (CLG/E 3293.3). En définitive, la méfiance à l’égard du mot vise plutôt la démarche théorique, seconde, du linguiste qui le poserait comme élément premier de l’analyse. La méthode qu’il préconise est alors d’« aborder <le mot> du dehors en partant du système et des termes coexistants » (voir Cours iii, Constantin, p. 281).

6.5 Une tentative d’axiomatisation : valeur et synonymie

  • 36 M.-C. Capt-Artaud (1994a) distingue deux rhétoriques : l’une au sens « technique » qui remonte à la (...)

48Dans les notes de De la double essence du langage, la synonymie apparaît comme l’un des nœuds théoriques de la pensée saussurienne. Autour de ce phénomène s’agrègent les problématiques majeures de sa théorie : la négativité des signes, l’impossibilité de définir le mot et l’extensibilité des signifiés (voir Russo Cardona 2008). La synonymie est le corollaire de la langue entendue comme système de valeurs et, réciproquement, le problème auquel la théorie de la valeur cherche à apporter une solution. L’étude de la synonymie conduit Ferdinand de Saussure à refuter les présupposés de la tradition rhétorique36 du xviiie siècle, qui avait expliqué les synonymes à partir de l’opposition entre idées accessoires et idées principales :

En fait je ne vois aucun objet à la dénomination duqne [erratum : duquel] s’ajoute une ou plusieurs idées, dites accessoires mais au fond exactement aussi importantes que l’idée principale – l’objet en question fût-il le Soleil, l’Eau, l’Air, l’Arbre, la Femme, la Lumière etc. De telle manière qu’en réalité toutes ces dénominations sont également négatives, ne signifient rien que par rapport aux idées mises dans d’autres termes (également négatifs). (ED/A, p. 201)

49Cette opposition est développée par l’abbé Girard (1677-1748) dans La Justesse de la langue françoise (1718). Les synonymes sont des mots qui ont en commun une « idée principale » (appelée « idée générale ») tout en se distinguant par une « idée accessoire » qui singularise le mot et en constitue le caractère propre. Selon Girard, la valeur spécifique d’un mot dépend de sa place au sein du champ associatif et de ses relations aux autres termes. Il s’agit donc d’une ­propriété potentielle et indépendante du contexte. Néanmoins, si pour définir les valeurs des mots Girard adopte une approche paradigmatique, « le principe onomasiologique de l’entrée multiple [...] ne doit pas masquer le caractère contextuel de la mise en évidence des différences dans les articles de son traité » (Berlan et Pruvost 2008, p. 6). Dans le Traité des Tropes (1988 [1730], p. 232), Dumarsais reprend l’argumentation de Girard, mais insiste davantage sur les implications de ce phénomène qui, poussé à l’extrême, conduit à un paradoxe : « S’il y avait des synonymes parfaits, il y aurait deux langues dans une même langue » (ibid., p. 236). Saussure et les synonymistes du xviiie siècle parviennent à la même conclusion – les synonymes n’existent pas – à travers deux raisonnements opposés, dont nous proposons de suivre les étapes :

PROPOSITION : les mots ont des valeurs positives.

COROLLAIRE : différence entre idées accessoires et idées principales.

CONCLUSION : les synonymes n’existent pas.

Figure 8. L’argumentation des synonymistes du xviiie siècle

50Saussure se penche sur le mécanisme de la synonymie pour décrire la solidarité sémiologique entre les signes :

Un signe appelle l’idée <dépend> d’un système de signes (voilà ce qui est négligé), tous les signes sont solidaires. Un signe ne peut être défini que par ce qui l’entoure. Deux synonymes ne vivent que l’un vis-à-vis de l’autre, que l’un par l’autre. Même allons plus loin : chien désignera le loup, tant que le mot loup n’existera pas. Le mot dépend donc du système ; il n’y a pas de signes isolés. Si cette erreur est faite, la science du langage est compromise. (CLG/E 1881 G)

  • 37 En citant C. C. Dumarsais, N. Beauzée fait valoir que la synonymie complète n’existerait qu’à condi (...)

51Si pour les synonymistes il s’agit plutôt d’un obstacle pédagogique au bon usage de la langue (d’où la nécessité des dictionnaires de synonymes), Saussure érige la synonymie en dispositif fonctionnel qui prouve que la langue est un système de valeurs différentielles : « Les synonymes craindre, redouter n’existent que l’un à côté de l’autre ; “craindre” s’enrichira de tout le contenu de “redouter” tant que redouter n’existera pas » (CLG/E 1881 IIR). La série synonymique donnée par Saussure paraît déjà, on le sait, dans le traité Synonymes françois de l’abbé Girard (1741, p. 121-122), qui met en place une approche distinctive de la synonymie, par paire, triplet, voire quadruplet. Pourtant, les postulats des deux auteurs sont différents. L’intention de Saussure est de démontrer que la signification des mots ne peut se définir que « par voie négative » (ED/A, p. 200). En revanche, l’abbé Girard et en général la tradition rhétorique appréhendent la signification des mots « en termes positifs de substance de contenu » (Capt-Artaud 1994a, p. 33). Or, une théorie de la synonymie ne peut se concevoir qu’en référence à un état de langue37. L’article synonyme de l’Encyclopédie, rédigé par Nicolas Beauzée (1717-1789) et accréditant la théorie girardienne, est clair à ce sujet : « Nous n’avons qu’à juger par là de l’intérêt que nous pouvons avoir nous-mêmes à constater dans le plus grand détail l’état actuel de notre langue » (t. 15, p. 757).

  • 38 « [C]e serait ne pas comprendre où est la puissance de la langue que de se plaindre de son inexacti (...)

52Chez Saussure le principe de la relativité des signes devient l’expression même de la « puissance » de la langue38. Le dispositif de la synonymie est la clé de voûte de la théorie de la valeur en ce qu’il démontre que la seule possibilité de signifiance des signes est leur limitation simultanée et réciproque au sein du même état de langue. C’est pourquoi la synonymie figure parmi les domaines constitutifs de la sémiologie : « (Sémiologie = morphologie, grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique, stylistique, lexicologie, etc. (le tout étant inséparable) » (ED/A, p. 102). Saussure entreprend une axiomatisation des principes qu’il pose et invalide par là même le postulat des synonymistes du xviiie siècle :

Proposition n°5 – Considérée à n’importe quel point de vue, la langue ne consiste pas en un ensemble de valeurs positives ou de valeurs absolues mais dans un ensemble de valeurs négatives et relatives n’ayant d’existence que par le fait de leur opposition.

Corollaire à la proposition 5. – La « synonymie » d’un mot est en elle-même infinie, quoiqu’elle soit définie par rapport à un autre mot. […]

{Suite du corollaire .} C’est pourquoi vouloir épuiser les idées contenues dans un mot est une entreprise parfaitement chimérique. (ED/A, p. 190-191)

Corollaire. – Il n’y a point de différence entre le sens propre et le sens figuré des mots – parce que le sens des mots est une chose essentiellement négative. (Ibid., p. 200)

Figure 9. L’argumentation de Ferdinand de Saussure

53Et Saussure d’affirmer dans une note sur la linguistique générale :

Si la linguistique était une science <organisée> comme elle pourrait l’être <très facilement>, mais comme elle n’est pas jusqu’à présent, une de ses affirmations les plus immédiates serait : l’impossibilité de créer un synonyme, comme étant la chose la plus absolue et la plus remarquable qui s’impose parmi toutes les questions relatives au signe. (CLG/E 3342.5)

  • 39 Selon F. Douay-Soublin, la problématique des synonymes marque un tournant dans la tradition tropolo (...)

54Notons que le dernier corollaire bat en brèche la position d’un Dumarsais (1988 [1730], p. 231-232) qui rapproche la synonymie du mécanisme de la figuration39 : « [U]n même mot peut avoir, par figure, d’autres significations que celle qu’il a dans le sens propre et primitif : voiles peut signifier vaisseaux. Ne suit-il pas de là qu’il y a des mots synonymes, et que voiles est synonyme à vaisseaux ? » En réalité, la dénégation de Dumarsais quant à l’existence de synonymes absolus n’invalide pas le principe de figuration. Car on estime que les figures sont un dispositif de création de mots ayant en commun une idée générale, mais différant par une idée accessoire.

55La proposition no 5 de Saussure et ses corollaires stipulent l’impossibilité de décrire les unités lexicales en dehors d’une approche synonymique, laquelle est dès lors une nécessité sémiologique : « Le fait primaire et fondamental, c’est que dans n’importe quel système de signes qu’on mettra en circulation, il s’établira instantanément une synonymie, car le contraire est impossible » (ED/A, p. 193). Saussure se situe ainsi aux antipodes du Dictionnaire général, qui s’abstient de tout recours aux synonymes dans la définition (voir supra § 3.4). Les thèses de Saussure balaient d’un seul coup le traitement du sens par la rhétorique, la lexicographie et la sémantique, qui croient en une description autonome, exhaustive et non résiduelle des significations des mots. Et l’auteur d’ajouter :

{Suite du corollaire .} C’est pourquoi vouloir épuiser les idées contenues dans un mot est une entreprise parfaitement chimérique, à moins peut-être de se borner à des noms d’objets matériels et d’objets tout à fait rares, par exemple l’aluminium, l’eucalyptus, etc. Déjà si l’on prend le fer et le chêne, on n’arrivera pas au bout de la somme des significations (ou d’emplois, ce qui est la même chose) que nous donnons à ces mots, et rien que la comparaison de fer avec deux ou trois mots comme acier, plomb, or ou métal […] représente un infini travail. Quant à épuiser ce qui est contenu dans esprit par opposition à âme ou à pensée, ou ce qui est contenu dans aller par opposition à marcher, passer, cheminer, se porter, venir, ou se rendre, une vie humaine pourrait sans exagération s’y passer. Or, comme dès l’âge de quinze ou seize ans nous avons un sens aiguisé de ce qui est contenu non-seulement dans ces mots, mais dans des milliers d’autres, il est évident que ce sens repose sur le pur fait négatif de l’opposition des valeurs ; vu que le temps matériellement nécessaire pour connaître la valeur positive des signes nous aurait cent fois et mille fois manqué. (ED/A, p. 191-192)

  • 40 Pour une reconstruction du débat sur la définition, voir infra, § 7.6.

56Apparaît en filigrane l’idée que pour le sujet parlant la définition est une opération (méta)linguistique naturelle40, liée à la maîtrise du sens d’un mot en relation avec d’autres mots de la langue. Hormis le cas des terminologies, où la langue s’apparente à une nomenclature, le fonctionnement de la compétence sémantique des locuteurs suffit à démontrer qu’une définition exhaustive est impossible. De plus, leur compétence d’une langue est toujours variable. Puisque nous apprenons des mots nouveaux et en oublions sans cesse, le système linguistique ne change pas seulement « d’individu à individu, mais encore dans le même locuteur d’un moment à l’autre » (Amacker 1975, p. 112). L’impossibilité d’épuiser le contenu d’un mot a pour conséquence la dissolution du sens propre : « [L]e sens “propre” n’est qu’une des multiples manifestations du sens général ; à son tour ce sens général n’est pas autre chose que la délimitation quelconque qui résulte de la présence d’autres termes au même moment » (ED/A, p. 203).

6.6 La remise en question de l’opposition sens propre vs sens figuré

  • 41 « Une autre manifestation flagrante de l’action parfaitement négative des signes, toujours dans l’o (...)

57Un corollaire du « principe de la négativité des signes ou des significations » (ED/A, p. 70) est l’emploi figuré des mots, même si Ferdinand de Saussure s’empresse d’ajouter que la distinction entre sens propre et sens figuré n’a pas raison d’être41 : « Corollaire. – Il n’y a pas de différence entre le sens propre et le sens figuré des mots (ou : les mots n’ont pas plus de sens figuré que de sens propre), parce que leur sens est éminemment négatif » (ibid., p. 206). Une fois de plus, cette remise en question comporte en creux une contestation des pratiques des dictionnaires et de la sémantique. Saussure inscrit le sens figuré dans « l’ordre des faits de synonymie », les deux supposant la négativité du signe et un état instantané. De surcroît, la possibilité même de sélectionner un sens figuré dépend des groupes associatifs qui délimitent un signe. Saussure évoque la métaphore qui consiste à dire d’une personne qu’elle est « le soleil de l’existence d’une autre ». Cet emploi est le seul possible pour deux raisons :

1° On ne pourrait dire qu’elle a été la lumière, ou [

2° S’il existait en français soit un terme signifiant clair de soleil (comme clair de lune) soit un terme signifiant dépendance où est la Terre par rapport au Soleil ; soit d’autre part deux termes pour soleil selon qu’il se lève ou se couche, ou selon qu’on le compare ou non à d’autres corps célestes ; il est absolument douteux qu’on pût encore employer soleil dans la locution soi-disant figurée qui a été employée. (Ibid., p. 206-207)

58L’emploi de cette métaphore tient aux significations des mots coexistant sur l’axe paradigmatique. C’est en effet l’axe associatif qui selectionne les emplois dits figurés au sein d’un état donné. Il s’agit alors d’une métaphore lexicalisée qui devient une locution. Et Saussure de conclure : « [C]e n’est pas l’idée positive, l’idée extérieure à la langue de SOLEIL qui fait l’image » car « c’est simplement l’opposition avec d’autres termes qui se trouvent au même moment plus ou moins appropriés, comme étoile, astres, clarté, unité, but, joie, encouragement, [ » (ibid.). En continuant la série des sens figurés associés à ce mot, il cite la célèbre phrase que Diogène le Cynique aurait dit à Alexandre le Grand : « Ôte-toi de mon soleil ! », où le mot soleil tire son sens de l’opposition à des termes coexistants tels que ombre, pénombre. La position de Saussure est un manifeste contre la tradition rhétorique et sémantique : « [O]n se persuade qu’un nouveau sens (dit figuré) est intervenu : cette conviction part purement de la supposition traditionnelle que le mot possède une signification absolue s’appliquant à un objet déterminé ; c’est cette présomption que nous combattons. » (Ibid., p. 202)

59Les sens figurés sont une conséquence de la « fluctuation » (extensibilité) des signifiés, qui est un corollaire de l’arbitraire du signe. Si l’opposition sens propre vs sens figuré est illusoire au point de vue synchronique, elle l’est à plus forte raison à travers le temps. La sémantique diachronique repose alors sur des fondements erronés. Selon Saussure, il est faux de croire qu’il existe un sens figuré car « les signes du langage sont toujours adéquats à ce qu’ils expriment » (CLG/E 3308). Ce sont les rapports d’opposition qui font la « justesse » des emplois figurés. Il récuse dès lors la définition à base onto-universaliste héritée de la tradition aristotélicienne et, de ce fait, la pratique définitionnelle de la lexicographie en déclarant la vacuité de toute définition positive des unités lexicales :

{Suite du corollaire} Autonomie. On se figure qu’il est très important de définir 1° au sens positif (ce qui est illusoire, car on ne <l’> épuisera jamais), 2° au sens immédiat, en quoi consiste l’autonomie d’un peuple, pour en tirer 3° les sens figurés. En réalité, il n’y a pas plutôt un mot d’autonomie que sa sphère de signification est déjà complètement déterminée (et uniquement déterminée) par l’opposition où il entre avec indépendance, liberté, individualité etc. : de telle façon que, si un seul de ces mots comme indépendance etc. n’existait pas, aussitôt le sens d’autonomie s’étendrait dans cette direction.

Et ce même fait, purement négatif, de l’opposition avec les mots comparables, est aussi le seul qui fait la justesse des emplois « figurés » ; nous nions en réalité qu’ils soient figurés, parce que nous nions qu’un mot ait une signification positive. (ED/A, p. 198)

60La définition rigide d’un mot est donc écartée au profit d’une saisie à partir de ses emplois en synchronie, à la jonction des axes paradigmatique et syntagmatique. Le sens d’un mot réside dans tous les « sens non réclamés » (p. 198-199) par les signes contigus au sein d’un même état de langue.

6.6.1 Du rejet des figures, ou pourquoi l’ellipse n’existe pas

  • 42 Pour une hypothèse sur l’existence d’une version douce et d’une version forte de l’ellipse chez F.  (...)

61Le réquisitoire de Ferdinand de Saussure contre les figures s’étend également à l’ellipse. Cette figure de construction est un pilier de la sémantique bréalienne. Michel Bréal la considère comme une conséquence de l’arbitraire des signes et de l’imperfection du langage qui est néanmoins un dispositif salutaire car elle permet à la pensée de résister à l’usure des mots (voir supra, § 5.5). Saussure s’interroge sur les implications de l’ellipse42 qui, une fois admise, ne saurait procéder ad libitum sous peine de tarir le langage et de le remplacer par la « pensée pure » :

Item. Dans la proposition la chose la plus remarquable est que se composant au minimum de deux termes logiques (idéaux), elle peut se réduire à un seul terme linguistique, et cela sans que le mot soit décomposable de manière à échapper à la concl[usion]. Ainsi fiat ! ou sunt. Ou probablement de même Qui dit cela ?– Dieu. Les limites de l’ellipse (la fameuse ellipse) ne s’arrêtent qu’au moment où il n’y aurait plus aucun son articulé, et où le langage cesserait pour faire place à la pensée pure. – Conclusions multiples. À chercher [ ]. (CLG/E 3307)

62Il s’en prend à l’analyse bréalienne de ce phénomène qui « appréhende le changement linguistique comme un processus téléologique » (Bergounioux 2005, p. 73) et suppose une correspondance biunivoque entre mots et idées. Pour réfuter la notion d’ellipse et en faire ressortir le caractère spécieux, Saussure adopte un style antinomique : soit tout le langage est elliptique au regard de la pensée, soit rien n’est ellipse en fonction du principe d’adéquation des mots à la pensée. Cette argumentation dialectique n’est pas sans évoquer le style épistémique d’un Victor Henry, à ceci près que chez Saussure l’option antinomique évolue rapidement vers le paralogisme :

Item. Le seul mot d’ellipse a un sens qui devrait faire réfléchir. Un tel terme paraît supposer que nous savons initialement de combien de termes devrait se composer la phrase, et que nous y comparons les termes dont, en fait, elle se compose, pour constater les déficits. Mais si un terme est indéfiniment extensible dans son sens, on voit que le compte que nous croyons établir entre n idées et n termes est d’une puérilité absolue, en même temps que d’un arbitraire absolu. Et si quittant la phrase particulière nous raisonnons en général, on verra probablement très vite que rien du tout n’est ellipse, par le simple fait que les signes du langage sont toujours adéquats à ce qu’ils expriment, - quitte à reconnaître que tel mot ou tel tour exprime plus qu’on ne croyait. <Réciproquement il n’y aurait pas un seul mot doué de sens sans ellipse, mais dès lors pourquoi parler d’ellipse (comme Bréal), comme s’il y avait une norme quelconque au-dessous de laquelle les mots sont elliptiques. Ils le sont sans aucune interruption ou sans aucune appréciation exacte possible du [ ].> L’ellipse n’est autre chose que le surplus de valeur [ ]. (CLG/E 3308)

  • 43 Dans le cas du signe zéro c’est l’opposition qui est significative, voir CLG/E 1443 et 1991.

63Ce passage appelle quelques remarques. Notons d’abord que l’extensibilité des signifiés rend impossible une correspondance biunivoque idées/mots en déterminant une asymétrie entre les deux composantes du signe. Il reste à éclaircir la phrase énigmatique par laquelle Saussure clôt son argumentation (« L’ellipse n’est autre chose que le surplus de valeur »). Comme l’affirme Francis Gandon (2006, p. 97), cette phrase est d’autant plus incompréhensible que « la notion même de valeur ne trouve de pertinence que dans un cadre “homéostatique” excluant précisément l’excès », les signifiés étant indéfiniment extensibles mais toujours réglés par leur entourage (voir CLG/E 1881 IIR). Or, si Saussure reformule la notion d’ellipse en termes de valeur, ce n’est certainement pas pour l’intégrer dans sa théorie mais, au contraire, pour en faire ressortir la contradiction et mieux la réfuter. La théorie de la valeur invalide d’emblée la notion d’ellipse : puisque les valeurs ne peuvent se définir que réciproquement, postuler qu’un mot est affecté d’un surplus de valeur revient à lui attribuer une valeur positive, ce qui ruine le système. Tout excès est impossible en vertu du réglage différentiel des valeurs au sein du système et du principe sémiologique de l’adéquation des signes à ce qu’ils expriment. Comme le montrent les notes d’Albert Riedlinger, Saussure est très explicite à ce propos : « On <ne> peut jamais dire qu’il n’y a pas de mesure adéquate entre la succession <des mots et la pensée>. Du seul fait que la locution est comprise […] résulte qu’en prenant la somme des termes, l’expression <de la pensée> est adéquate » (CLG/E 2198 IIR). Si Bréal (2005 [1987], p. 203) avait déjà mis en avant ce principe d’adéquation, il n’a pas su mesurer toutes les conséquences (voir supra, § 5.5.1 et § 5.7). Étant donné que le déficit de l’expression n’est pas perçu, Saussure se demande pourquoi parler d’ellipse, d’autant que notre esprit a la faculté de s’attacher à un terme nul tel que le « signe zéro »43. Et Saussure de conclure : « La langue est comparable à une machine qui marcherait toujours quelles que soient les détériorations qu’on lui ferait subir » (CLG/E 1444).

6.6.2 Une progression théorique : de l’ellipse aux entités abstraites

  • 44 Sur l’embarras de F. de Saussure pour le terme abstrait, voir CLG/D, note 70, p. 425. T. De Mauro ( (...)
  • 45 Sur la notion de concret, voir M. Prampolini, « Le concret saussurien », Colloque international« R (...)

64La réflexion sur l’ellipse touche la question épineuse des entités linguistiques. En particulier, il s’agit de savoir à quelle condition on peut postuler des entités abstraites dans la langue. La notion d’abstraction procure à Saussure un grand embarras tout au long de sa réflexion portant sur l’histoire même de la notion. Celle-ci se situe dans l’arrière-plan épistémologique des philosophies kantienne, idéaliste et positiviste44 d’où elle ressort comme posture épistémique dépréciée. Saussure se ressent de l’histoire de cette notion, c’est pourquoi il a des réticences sur le sens (philosophique) du mot abstrait, dont il cherche néanmoins à proposer une nouvelle acception théorique. La définition de ce terme a partie liée avec la redéfinition du mot concret45. Dans son métalangage les mots abstrait et concret s’entrecroisent. Car ce dernier cesse d’être l’antonyme abstrait et subit un phénomène d’extension sémantique connu sous le nom d’énantiosémie (Prampolini 2007). Autrement dit, le terme concret a tendance à se substituer au mot abstrait en confisquant son contenu : concret perd toute connotation phénoménale et substantialiste, devenant antonyme de substantiel et désignant des entités et des processus formels qui relèvent de la conscience linguistique. Cette acception, proposée dans le chapitre II de la deuxième partie du CLG, est confirmée par les notes de De la double essence du langage (voir notamment p. 93, 120-123). Saussure insiste sur le fait qu’« à la conscience du sujet parlant, tout est concret » (CLG/E 3337. ELG, Anciens documents, p. 327), on voit dès lors que la conscience du locuteur ne se réduit guère à une option purement psychologiste.

65Malgré la disqualification de l’abstraction par les philosophies précédentes, Saussure ne renonce pas au terme abstrait et envisage trois manières possibles de l’entendre : i) tout ce qui n’a pas de support matériel ; ii) les analyses des grammairiens opposées à ce qui existe pour la conscience des sujets parlants ; iii) l’abstraction opérée par les sujets, soit l’ensemble « des processus et des schémas effectivement présents au locuteur » (CLG/D, p. 471, note 268). C’est cette dernière acception, inédite, qu’il retient, ce qui apparaît dans les notes d’Émile Constantin :

Il reste à épiloguer sur ce mot abstrait. [1°] D’abord, il y a des choses abstraites qui ne sont pas du tout linguistiques. Aussi nous avons dit que si nous essayons de prendre les significations en elles-mêmes en les détachant radicalement du support sonore, du support matériel, on n’est plus dans la linguistique, mais dans la psychologie. Il y a des abstractions, mais comme nous ne sommes pas dans la linguistique, nous ne pouvons entendre par cela les unités abstraites de la langue. De même le son pris en lui-même n’est pas linguistique. [2°] Il y a un sens où l’on pourrait dire au contraire que rien ne peut être abstrait dans la langue ; on pourrait justifier cette ­terminologie en disant : dans la langue est concret tout ce qui est présent à la conscience des sujets parlants ; en considérant comme abstraite telle ou telle distinction n’appartenant qu’aux grammairiens, mais non ratifiée par la conscience des sujets parlants. Ce n’est pas dans ce sens que nous avons pris concret et abstrait. [3°] Nous avons réservé le terme de concret : le cas où l’idée a directement son appui dans une unité sonore. Abstrait ayant directement son appui dans une opération des sujets parlants. (Cours III, Constantin, p. 229-230)

  • 46 « Des identités de ce genre <ces identités abstraites> peuvent entrer aussi dans la notion de procé (...)

66Cette question est au cœur du chapitre viii de la deuxième partie du CLG intitulé « Rôle des entités abstraites en grammaire », qui est bien attesté dans les notes des étudiants. Saussure passe en revue deux types d’identités qui sont plutôt des procédés. Robert Godel saluait l’« innovation » de ce chapitre car « l’ordre des unités […] est pour la première fois présenté, avec réserve, comme une entité, un procédé significatif » (SM, p. 140-141). Il s’agit d’un procédé d’inférence de la valeur des mots à partir des associations sur l’axe paradigmatique et de l’ordre sur l’axe syntagmatique. Bien que la question de l’ellipse ne concerne que ce dernier niveau, c’est-à-dire l’ordre syntaxique, il est également intéressant de s’attarder sur le premier pour comprendre ce que Saussure entend par « procédé »46.

  • 47 « L’unité est dans le sens : les différentes formations du verbe sont unies par l’unité de la dista (...)

67Saussure envisage le problème d’abord sous l’angle associatif. La question se pose par exemple pour les différentes désinences du génitif latin (domini, regis, regum) : il s’agit ici de « la conscience d’une certaine valeur qui est la même » malgré la diversité des supports matériels et qui « dicte le même emploi ». Cette conscience d’une même valeur pour des formes aussi différentes que domini, regis et regum résulte de l’identité des « distances de sens »47 dans chaque série. Et Saussure de conclure : « Il y a une abstraction positive opérée sans doute par tous les sujets parlants. Peut-on méconnaitre la puissance présente au sujet parlant, de la valeur de génitif ? » (Cours iii, Constantin, p. 228) L’apparent oxymore « abstraction positive » renvoie à la conscience des sujets parlants comme une instance de validation. La valeur de regis n’est pas fixée seulement par le rapport associatif rex / regem regis, mais aussi par l’ensemble des rapports analogues tels qu’ils émergent dans la proportion dominus : rex = domini : regis. Godel (SM, p. 141) observait que cette idée d’une relation d’identité entre des différences de sens « est une vue de grande portée, qui permet de dépasser l’entité concrète sans la perdre de vue et sans y substituer l’abstraction d’un concept ». Il n’en reste pas moins que Saussure insiste sur la priorité des unités, les procédés abstraits supposant toujours une base matérielle :

<Une des grandes difficultés est de savoir si> la langue parlée va elle-même aussi loin que nos analyses grammaticales. Il faudra tout de même toujours en revenir aux unités <identités ou entités> et à des identités du genre que nous avons distinguées. Sans une base quelconque, il n’y a pas de procédé imaginable. <L’étude des entités concrètes devra toujours précéder> Tout reposera finalement sur ces unités-là comme base directe ou indirecte. <Il y a toujours le signe concret à la base même quand une chose est exprimée par zéro […]>. (Cours iii, Constantin, p. 228-229)

  • 48 « [A]utre chose que les unités se dégage du rapprochement : c’est l’ordre, la suite, la séquence de (...)
  • 49 Le caractère linéaire de la langue a affaire à une certaine idée d’espace : « Il n’y a pas de synta (...)

68La question de l’ellipse paraît sous-jacente dans ce passage en ce qu’elle fédère deux aspects qui concernent les entités. Elle suppose : i) quelque chose d’abstrait ; ii) un ordre qui indique une absence. Autrement dit, elle suppose une analyse d’ordre syntagmatique car la valeur des unités est liée à un certain agencement dans la séquence des mots48. Selon Saussure, « [b]eaucoup de choses dans la langue reposent sur un ordre donné aux unités » (CLG/E 2190 D), ce qui tient au caractère linéaire de la langue49. À propos de l’ordre, la notion d’abstraction revient à nouveau. La disposition des unités serait en effet une entité abstraite car il s’agirait d’un procédé de signification : « Dans l’idée d’ordre on pourrait voir plutôt une notion abstraite, on pourrait ranger cela dans les entités abstraites, puisque c’est un moyen. <Il ne semble pas qu’on puisse l’appeler entité concrète>. » (CLG/E 2192 IIIC. Voir aussi CLG/E 2187 S) Cependant, Saussure rejette l’idée qu’il y ait une « syntaxe incorporelle » (donc elliptique) existant indépendamment des unités matérielles de la langue (voir CLG/E 2193 IIR). L’argumentation saussurienne se développe à partir de l’expression anglaise the man I have seen. Si on compare cette expression avec son correspondant français l’homme que j’ai vu, on est amené à croire qu’en anglais il existe un élément de syntaxe qui est représenté par zéro et qu’il y aurait ellipse de que. Le terme ellipse figure explicitement dans le cahier de Léopold Gautier :

L’idée que nous avons qu’il manque un mot est une présomption que nous tirons d’autres faits. C’est d’après un modèle donné que nous disons qu’il manque que. On ne peut en réalité pas dire ce qui manque. Mais surtout, on ne peut tout supprimer. Qu’il y ait ellipse ou non, le rapport nécessaire est exprimé. (CLG/E 2196 G)

69Le concept d’ellipse apparaît en filigrane dans les notes d’Albert Riedlinger :

[S]i l’on établit le néant dans la phrase entière, on n’y comprend rien du tout ; <en outre> l’idée qu’il manque un mot est tirée de notre syntaxe : d’après un modèle qui nous est donné, nous suppléons le que et disons qu’il [est] = 0. On ne peut donc pas dire qu’il manque un certain articulus. <Et surtout, on ne peut pas supprimer toute la série.> C’est donc un rapport qui est supporté par les unités <que nous avons> alignées. Il suffit de prendre la forme des termes présents, et hors de cette somme, on ne pourra raisonner sur les faits de syntaxe. (CLG/E 2196 IIR)

70L’ellipse serait dès lors une hypothèse des locuteurs qui, dans l’exemple évoqué, appréhendent la syntaxe anglaise à partir des structures françaises. Et Saussure de conclure : « <Toujours, il faudra une succession quelconque de termes qui seront en syntagmes pour faire de la syntaxe>. » (Ibid.) En somme, s’il nie l’existence de l’ellipse et d’une syntaxe intérieure car la langue est toujours adéquate à ce qu’elle exprime, il admet d’autre part l’existence de procédés abstraits d’inférence (comme la notion d’ordre des mots) qui sont nécessairement porteurs de signification.

6.7 L’attraction paronymique à l’épreuve de la vérité synchronique

71L’opposition entre les points de vue synchronique et diachronique, ainsi que celle entre les deux types de savoir linguistique (spontané ou savant) qui lui est corrélée, est développée à partir d’un problème de signification. Ferdinand de Saussure aborde cette question dans le passage consacré à la confusion en synchronie entre la forme décrépit, participe passé de décrépir (‘enlever le mortier’) du latin crispus (‘ondulé, crêpé’) et l’emprunt savant décrépi au latin decrepitus (‘usé par l’âge’). Cet exemple est mentionné à deux reprises dans le CLG, respectivement à propos des questions de la temporalité et de la valeur. La première citation intervient dans le chapitre III de la première partie intitulé « Linguistique statique et linguistique évolutive » correspondant au troisième cours. Les passages en question sont largement attestés dans les notes des étudiants. Saussure constate que le rapport entre histoire et état de langue est comparable à celui entre un corps et sa projection. Or, « la projection française du vingtième siècle conçoit un rapport entre mur décrépi et un vieillard décrépit, alors que la réalité historique qu’on peut suivre n’en comportait aucun » (Cours iii, Constantin, p. 274). Si la vérité historique oblige à considérer décrépit et décrépi comme un cas de paronymie (voire d’homonymie approximative), cette vérité perd néanmoins ses droits au profit du sentiment des sujets parlants (vérité synchronique), qui y voient un rapport de sens. Saussure – « l’un des premiers pour qui la connaissance intuitive des sujets parlants soit une forme authentique de savoir » (Bergounioux 1995, p. 183) – démontre que le locuteur n’a aucune conscience de la succession des faits dans le temps. L’importance de l’étymologie, capitale pour la lexicographie, s’en trouve dès lors réduite, ce que Saussure ne manque pas d’observer dans une note manuscrite :

Observation importante : Il est essentiel de noter que l’analyse de la langue peut reposer sur un rapport apparent des formes, <sur un rapport> qui n’est pas justifié par l’étymologie, c’est-à-dire par le rapport primitif de ces formes. […] <La vie de la langue est faite de ces méprises.> Rappelons-nous que tout ce qui est dans le sentiment des sujets parlants est phénomène réel. <Nous n’avons pas à nous inquiéter de ce qui a pu provoquer ce sentiment.> (CLG/E 3293.3)

  • 50 La notion de passivité figure dans une note manuscrite sur l’analogie où F. de Saussure réfléchit s (...)

72On trouve ici, nous semble-t-il, deux arguments majeurs de la doctrine saussurienne : l’argument de l’indifférence des sujets parlants à l’histoire et celui de leur force instituante dans la langue, que Saussure appelle « passivité des sujets parlants devant le signe » (Cours iii, Constantin, p. 263)50. Il reconnaît toutefois l’utilité de l’analyse diachronique pour apprécier ce fait statique d’un point de vue savant : 

Maintenant à un certain moment, d’une façon savante et par un de ces faits qu’on peut appeler pathologique, la langue s’est trouvée recevoir en elle <le mot latin> (decrepitus), dont on ne sait l’origine. On l’a introduit on ne sait pourquoi dans la langue française <et on en a fait décrépit>. À l’heure qu’il est, un mur décrépi, un homme décrépit se conservent l’un l’autre. <Aujourd’hui, il est certain que la plupart des personnes voient un rapport entre un mur décrépi et un homme décrépit> C’est un fait statique, puisque c’est le rapport d’une valeur de la langue à une autre coexistante.

Pour que ce fait <statique> se produisît, il a fallu différents faits évolutifs ou diachroniques : <il a fallu qu’on ne dise plus crispus mais crêp-, qu’à un certain moment on ait introduit savamment un certain nombre de nouveaux mots directement du latin, (autre fait diachronique).>

Ces faits diachroniques, qui ont été nécessaires pour produire le fait <statique> en question, <qu’on confond décrépit et décrépi> n’ont aucun rapport avec le fait statique relevé. Ils ont conditionné le fait mais sont en eux-mêmes 1°) parfaitement distincts. (Ibid., p. 262-263)

73Cette confusion de sens établie entre paronymes est un fait synchronique : la valeur de décrépit dépend de la coexistence du terme décrépi. Les locuteurs perçoivent une continuité entre l’idée d’objet usé et endommagé associée à mur décrépi et celle de déchéance physique liée à vieillard décrépit. Ces deux mots sont donc soumis à un phénomène d’attraction paronymique ou d’étymologie populaire même si Saussure ne classe pas cet exemple sous ces catégories. Comme l’a noté Marie-José Reichler-Béguelin (1995, p. 137), dans les notes des étudiants ce qui est qualifié de « pathologique » n’est pas la confusion de sens due aux locuteurs, mais l’emprunt du latin decrepitus qui relève d’une intervention savante. Il s’ensuit que « réunir ces deux mots, c’est absurde au point de vue des origines, mais parfaitement en règle au point de vue de l’état » (Cours iii, Constantin, p. 263).

74La seconde mention de l’exemple intervient dans le chapitre iv de la deuxième partie du CLG intitulé « La valeur linguistique considérée dans son aspect conceptuel ». L’exemple de décrépit sert ici à expliquer que la signification d’un mot est déterminée par ce qui l’entoure. Cet exemple est documenté dans les notes des étudiants : « D’où cela vient que l’on attache à un vieillard décrépit un sens ressemblant à un mur décrépi ? C’est le mot d’à côté qui a influé. Ce qui se passe dans décrépit (un vieillard) vient de la coexistence du terme voisin décrépi » (Cours iii, Constantin, p. 285). On voit bien que cette paronymie se confond chez les sujets parlants avec les faits de synonymie.

75Les dictionnaires ne rendent nullement compte de cette typologie de phénomènes. Émile Littré recense les formes crépi et décrépit et, dans le Supplément, les lemmes décrépir et décrépi. Cependant, rien n’est dit sur l’attraction paronymique entre décrépi et décrépit qui aurait pu susciter des réactions puristes de la part du lexicographe ou des remarques sur le caractère pathologique d’une telle confusion. De même, le Dictionnaire général recense décrépit en tant qu’emprunt au latin et le verbe décrépir, mais le lemme décrépi ne fait pas l’objet d’une entrée, et surtout on ne trouve aucune mise en garde contre la collision sémantique entre les deux formes (décrépit et décrépi). Les lexicographes ne font rien pour contrecarrer une possible fausse perception des locuteurs ; l’absence de remarques dans les dictionnaires ne doit pourtant étonner. Une explication est à rechercher dans la vocation normative du dictionnaire : loin de se contenter d’enregistrer et de corroborer le jugement des sujets parlants, les dictionnaires visent à former la compétence du locuteur, y compris par la censure de certaines formes. À propos de la lexicographie classique, André Collinot et Francine Mazière (1984, p. 158) ont montré la « spécificité pragmatique du dictionnaire » qui consiste à « indiquer ce qui se dit et n’indiquer que cela, (l’inacceptabilité n’[étant] jamais abordée syntaxiquement […]) ». Dans notre cas, la visée pédagogique de l’outil prévaut sur sa visée proprement synchronique. De plus, les dictionnaires de l’époque sont des outils d’érudition où l’étymologie joue un rôle important. En ce sens, Saussure a raison de rattacher la lexicographie à la philologie. Ces exemples montrent bien le décalage qu’il existe entre le jugement du sujet parlant, que Saussure érige en critère d’intelligibilité des faits de langue, et la démarche érudite et normative du lexicographe.

6.8 Non-autonomie, extensibilité du sens et rejet de la polysémie

76Il nous intéresse ici de revenir sur les réticences de Ferdinand de Saussure quant à l’autonomie de la signification et mutatis mutandi à la possibilité qu’elle fasse l’objet d’une science spécifique. Cela revient d’une part à contester l’entreprise bréalienne et d’autre part à valoriser l’approche lexicologique, qui comporte une prise en compte de la matérialité du signe :

Item. Ce qu’on appelle la signification est ce que nous appelons le parasôme, et, à la différence du sôme, ne peut être jamais dégagée de manière à devenir elle-même un objet de recherche, ou d’observation. Entendons-nous bien : elle peut devenir dans une certaine mesure un tel objet de recherche et d’observation à la condition qu’on en revienne sans cesse au sème, aux différents sèmes qui unissent ce parasôme à quelque chose de matériel, c’est-à-dire au sôme, mais ceci ne constitue rien de semblable à l’étude des sômes, que nous avons reconnue indépendante. (CLG/E 3320.3)

  • 51 « Item. Le contre-sôme = signification, pourra-t-il jamais être traité pour sa part, – comme le sôm (...)
  • 52 Pour une présentation de l’hypothèse de l’asymétrie du signe linguistique, voir Engler 1973 et De P (...)
  • 53 « Étude des formes et des fonctions, c’est la même chose. Il ne sera donc pas si facile d’établir d (...)

77Contrairement au sôme (signifiant) qui, ramené à la sphère physique hors sème (signe), est susceptible de traitement autonome51, le parasôme (signifié) n’est pas apte à une étude indépendante. Cet aspect fait donc apparaître un premier niveau d’asymétrie entre signifié et signifiant (hors signe) : le second est isolable, le premier ne l’est pas52. Pourtant, dans le troisième cours, Saussure insiste sur la tyrannie de l’idée : « [S]i l’un des côtés du signe linguistique pouvait passer pour avoir quelque base en soi, ce serait le côté conceptuel » (CLG/E 1329 IIIC). Il reste que le signifié n’est pas isolable de la structure générale du signe et qu’il n’y a donc pas de discontinuité entre faits sémantiques, lexicologiques, morphosyntaxiques. Dans le deuxième cours affleure une remise en question des compartiments disciplinaires traditionnels : « Difficile de séparer sur beaucoup de points lexicologie, morphologie et syntaxe » (CLG/E 2131 IIC). Saussure postule une coïncidence entre étude des formes et étude des fonctions (morphosyntaxe)53 :

La lexicologie est-elle un compartiment de la grammaire ? (<Lexicologie :> trésor des mots, tel qu’il est dans un dictionnaire.) <Cela> semble assez séparé de ce qui est <purement> grammatical (exprime le rapport entre les mots). Mais une foule de rapports qui sont exprimés par des moyens grammaticaux peuvent être exprimés par des moyens lexicologiques. La barrière est donc <à peu près> illusoire :

<c’est-à-dire que fio se trouve avoir la même valeur vis-à-vis de facio que dicor vis-à-vis de dico>. Telle différence, comme ce qui est parfait et imparfait, s’exprimera dans certaines langues par les temps (grammaire !) ; mais en slave, par exemple, est exprimé par deux mots séparés, deux verbes différents : <verbe perfectifet verbe imperfectif> (lexicologie !). – La fonction des prépositions est considérée en général comme grammaticale ; mais si je prends le français en considération de, c’est une préposition, si l’on veut, et c’est lexicologique : <je ne peux pas dire que l’expression ait quitté le sens, soit détachée absolument du mot considération> : (simple application de considération, élément lexicologique.)(CLG/E 2138-42 IIR)

78La conception de la langue comme système de valeurs régi par le principe de l’arbitraire comporte une réorganisation des subdivisions traditionnelles de la grammaire : comme Rudolph Engler (1973, p. 38) l’a bien observé, lexicologie et morphosyntaxe se substituent à la sémantique et à la morphologie. La transversalité du fait sémantique assure la continuité entre les différentes composantes linguistiques et exige de ce fait une « approche globale » (Bouquet 1997, p. 309), qui est la sémiologie.

  • 54 « On est exposé à se faire une idée fausse <et [à] croire qu’> il y a des mots existants comme entités et auxquels s’a</et> (...)
  • 55 L. de Saussure (2003, p. 300) a parlé, quant à lui, de sous-détermination : « Il faut donc admettre (...)
  • 56 F. de Saussure aborde la question de la mémoire dans les notes de 1881-1885, voir Joseph 2010.
  • 57 M. De Palo (2003, p. 255) rappelle utilement l’aporie des sémantiques structurales : « En retirant (...)

79Une deuxième question qui se pose est de savoir si le signifié correspond à une coupe dans le continuum de la substance conceptuelle. En d’autres termes, peut-on postuler des unités discrètes du côté du signifié ? Telle qu’elle a été posée (voir Godel 1978, Engler 1973, De Palo 2001a et 2003), cette question laisse entendre malencontreusement que signifiant et signifié sont séparables alors que le signifiant découpe le continuum du son en unités discrètes en même temps que le signifié introduit une discontinuité au sein d’une pensée amorphe54 : c’est cette simultanéité même qui institue le signe linguistique. La différence de découpage fait conclure à un deuxième niveau d’asymétrie entre les deux faces du signe. Du côté du signifiant, on a des unités minimales discrètes tandis que le signifié est doté d’une extensibilité incalculable : « Si un terme est indéfiniment extensible dans son sens, on voit que le compte que nous croyons établir entre n idées et n termes est d’une puérilité absolue » (CLG/E 3308). L’indétermination du signifié serait alors une nécessité du système55 ; en particulier, Tullio De Mauro (1971) postule que l’extensibilité des frontières sémantiques est conditionnée par les contraintes de la mémoire56. Car les significations des mots sont dilatables en fonction des besoins de la communication et qu’elles s’associent sur la base de noyaux émotifs subjectifs (De Mauro 1991, p. 109). Le mécanisme de l’association est ainsi une potentialité de la langue qui vaut comme « exigence naturelle d’économie » (De Palo 2003, p. 254) : « Dans cette masse d’éléments dont nous disposons virtuellement mais effectivement, dans ce trésor, nous faisons des associations : chaque élément nous fait penser à l’autre : tout ce qui est semblable et dissemblable en quelque sorte se présente autour de chaque mot, autrement le mécanisme de la langue serait impossible » (CLG/E 2038 IIR). Saussure développe l’image de la « constellation » (Cours iii, Constantin, p. 279) pour décrire les associations qui se font dans le trésor intérieur : il en ressort que le sens d’un mot n’est jamais déjà donné en amont, mais qu’il se construit et se définit par l’intersection des axes qui forment une étoile parmi d’autres. Comme Bréal, il cherche à comprendre les dynamiques du classement intérieur et considère les associations mentales comme une « nécessité a priori » de l’esprit relevant d’un principe de classification. Les rapports associatifs seraient donc une exigence intérieure qui assure le bon fonctionnement de la langue57.

Il nous faut donc étudier le classement intérieur, car si ce trésor interne ne représentait, <restait> qu’un chaos, la parole et le langage seraient impossibles, <inconcevables>. <La classification est donc une nécessité a priori>. La masse des formes constituant la langue n’est pas un désordre dans chaque tête. C’est même une nécessité a priori. <Premier élément :> Comme élément de cet ordre nous devons d’abord poser une association primordiale, c’est celle de l’association d’une certaine forme avec une certaine idée. (CLG/E 2024 Ca)

  • 58 F. Lo Piparo (1991, p. 219) postule, au contraire, la monofacialité ou monodimensionalité du signe (...)

80Au demeurant, les hypothèses de la bifacialité58 et de l’unité du signe sont incompatibles avec la polysémie. Cette dernière met à mal le principe de l’association d’un signifié à son signifiant en ce qu’elle suppose une correspondance potentielle de un à plusieurs. Or, selon Saussure un mot ne peut avoir plusieurs valeurs à la fois ; de plus, parler de polysémie à la manière de Bréal revient à valider une vision substantialiste de la langue, alors que le réglage de la valeur des mots se fait toujours et pour chaque emploi à la jonction des axes paradigmatique et syntagmatique.

  • 59 « Dans lentille (légume et microscope) y a-t-il identité ou non ? […] Il faut la correspondance par (...)
  • 60 Les homonymes sémantiques ne sont rien d’autre qu’un cas de polysémie historique.

81Étant donné deux signifiés associés au même signifiant, la question est de savoir s’il s’agit d’unités distinctes ou de variations de sens au sein d’une même unité59. Le sentiment d’identité ou au contraire d’altérité relève du sentiment spontané et momentané des sujets parlants et nullement d’un savoir savant de type étymologique, qui distinguerait les homonymes – étymologiques ou sémantiques60 selon la terminologie de Charles Bally (1921 [1909], p. 44) – en fonction de l’étymon. Saussure insiste sur le sentiment de continuité que le locuteur peut avoir par rapport aux sens multiples d’un mot, perçu comme dédoublé (par ex. conception), sentiment qui relève d’un état de langue et qui témoigne de l’extensibilité de la composante sémantique du signe :

  • 61 À cette époque de la réflexion, la terminologie saussurienne est encore instable. Le terme signe(...)

[L]e sens peut varier sans que le sentiment de l’unité du signe61 soit même vaguement atteint par ces variations – ainsi conception, [ ] – (quoique d’un moment à l’autre il puisse tout aussi bien arriver en effet que l’unité soit brisée à la faveur de ces variations) ; mais ce ne sont pas les phénomènes de ce genre, supposant toujours une succession d’états, qui aideront jamais à comprendre ce qu’est un état linguistique en lui-même ou ce que valent les termes qui en dépendent. (ED/A, p. 136)

  • 62 Cette idée est exposée dans une lettre que F. de Saussure envoie à G. Paris le 30 décembre 1891 à p (...)

82La variation sémantique ne fait pas nécessairement basculer l’analyse du niveau morphologique (état linguistique) au niveau phonétique (succession d’états). En revanche, dès que l’unité du signifiant est enfreinte, on n’est plus face à une entité morphologique mais phonétique62.

83Saussure continue de réfléchir au rapport entre les deux composantes du signe et envisage les trois configurations suivantes :

  1. Diversité du signe correspondant à des significations différentes (ou à des emplois différents). […]
  2. Diversité du signe correspondant à une signification une (ou à un emploi un). […]
  3. Diversité de la signification correspondant à une unité de signe. (ED/A, p. 145-148)
  • 63 « (Examiner) “Diversité du signe dans l’idée” paraît être propre aux éléments grammaticaux tandis q (...)

84La configuration (1) illustrerait le phénomène de la synonymie63 à la différence de (2) qui se réfère à des formes différentes aux fonctions similaires : « rāthad [abl. sing.] -rājñas [abl. sing.] ». La configuration (3), quant à elle, pourrait renvoyer à des phénomènes d’homonymie (homographie/homophonie) et de polysémie, dont la frontière est brouillée (voir supra, § 5.5). Saussure exclut explicitement ces deux phénomènes :

85Deux choses à éliminer :

  1. divers sens d’un mot – qui ne seraient divers que s’ils sont exactement définis chacun par un autre mot ;
  2. les sens de deux homophones. Comme son « sonus » et son. (Ibid.)

86Le rejet de la polysémie paraît l’un des dilemmes majeurs de la linguistique saussurienne et semble se solder par l’aporie de la conciliation impossible entre le principe de l’unité fondamentale du signe et celui de la multiplicité de sens associés à une même tranche sonore. Pourtant, l’analyse de ce phénomène fait intervenir deux niveaux explicatifs parallèles : la multiplicité des sens n’est qu’un dispositif langagier potentiel. Pour la conscience du sujet parlant, la valeur d’un signe est réglée à chaque emploi par les termes coexistants in absentia et in praesentia.

6.9 Le dictionnaire : une « image admissible » de la langue saussurienne

87Les métaphores qui désignent la langue comme un lieu où se construit et se thésaurise la compétence des sujets parlants sont légion dans les écrits ­saussuriens. ­Ferdinand de Saussure parle tour à tour de « trésor », « réservoir », « dépôt », « magasin », « casier de la mémoire ». En particulier, l’image du trésor, présente tout au long de sa réflexion, se décline de différentes manières. Le trésor est tantôt individuel, tantôt collectif : il est question de « trésor intérieur », de « trésor intime » (Nouvelles notes Item, dans Amacker 2011, p. 60), de « trésor interne » (CLG/E 2024 Ca), voire de « trésor mental » (CLG/E 3323.1) ou de « somme de trésors individuels » (Cours i, Riedlinger, p. 92). Cette métaphore évoque d’un côté, l’aspect social de l’institution linguistique en tant qu’héritage et patrimoine collectif, et de l’autre, l’appropriation individuelle et partiale de la langue, qui varie d’un individu à l’autre et qui n’existe que comme moyenne des compétences individuelles. Le « trésor déposé dans notre cerveau à chacun » (Cours iii, Constantin, p. 88) entretient des relations complexes avec le trésor collectif (Louis de Saussure 2007, p. 317). L’accent est d’abord mis sur le caractère individuel de ce trésor : c’est à partir de l’individu qu’on peut comprendre le langage car le sujet parlant se situe au croisement de la parole et de la langue (voir Cours i, Riedlinger, p. 91). Ainsi, le « trésor mental de la langue » est-il le réceptacle des formes que le locuteur nourrit grâce à la parole ; autrement dit, c’est « le dépôt des formes entendues et pratiquées et de leur sens » (ibid., p. 80).

  • 64 Pour une illustration de la « métaphore du trésor » et ses différentes connotations aux différentes (...)

88Pourquoi Saussure parle-t-il de trésor ? Par-delà la visée pédagogique des métaphores saussuriennes, l’emploi de ce terme se précise, nous semble-t-il, dès qu’on l’entend comme équivalent de dictionnaire. Si Robert Godel (SM, p. 156) estime que « [l]’image du dictionnaire, donnée en passant […], ne doit pas être prise à la rigueur », Saussure fait lui-même l’association : « <Lexicologie :> trésor des mots, tel qu’il est dans un dictionnaire » (CLG/E 2138-42 IIR). L’acception métalinguistique du terme trésor64 est bien répandue à son époque et remonte à la lexicographie du xvie siècle avec le Dictionarium, seu Latinæ linguæ Thesaurus (1532) de Robert Estienne et le Thresor de la langue françoyse (1606) de Jean Nicot. Nous avons déjà rencontré cette image chez Michel Bréal (1884), qui s’interrogeait sur la pertinence du dictionnaire comme modèle de la classification des mots dans l’esprit et évoquait le « vocabulaire intérieur » en présentant le patrimoine linguistique commun et hérité des générations passées comme un « trésor ». Le discours bréalien et la réflexion saussurienne présentent plusieurs affinités. Comme Bréal, Saussure s’interroge sur le classement intérieur : « Il nous faut donc étudier le classement intérieur car si ce trésor interne ne représentait, <restait> qu’un chaos, la parole et le langage seraient impossibles, <inconcevables> » (CLG/E 2024 Ca). L’image du trésor renvoie aux possibles de langue : « La phrase n’existe que par la parole, dans la langue discursive, tandis que le mot est une unité vivante en dehors de tout discours dans le trésor mental » (CLG/E 3323.1). Or, l’image du trésor mental risque de produire des contradictions dans l’argumentation saussurienne car elle suggère une vision nomenclaturiste de la langue, qui en serait réduite à sa seule composante lexicale, au seul vocabulaire. En revanche, la phrase – entendue comme la mise en œuvre des règles de syntaxe qui garantissent le fonctionnement de la langue – se situe au niveau discursif de la parole. Bien entendu, la mise en discours de la langue est une activité singulière et individuelle mais qui se conçoit dans le cadre du système des possibles de langue. D’ailleurs, celle-ci ne résulte que de la somme des trésors individuels, c’est-à-dire de l’activité historique de l’exercice de la parole.

89La langue est la mise en commun des trésors individuels : « [I]l suffira de prendre la somme des trésors individuels pour avoir la langue. Tout ce que l’on considère en effet dans la sphère intérieure de l’individu est toujours social parce que rien n’y a pénétré qui ne soit d’abord consacré par l’usage de tous dans la sphère extérieure de la parole » (Cours i, Riedlinger, p. 92). On le sait, la définition de la langue comme « somme des trésors individuels » semble étonner les auditeurs de Saussure à tel point qu’Albert Riedlinger note : « Je vois que tout le monde, au cours, avait compris comme moi, même Caille qui sténographiait ! » (Ibid.) Est en jeu ici est l’existence de compétences particulières qui trouvent un fondement dans la compétence virtuelle. Saussure imagine ce qui se passe dans la foule du marché : « Foule réunie sur la place de marché ; de quelle manière la langue est-elle présente dans cette foule ? » (Cours iii, Constantin, p. 304) La réponse fait appel une fois de plus au dictionnaire, cristallisation des « trésors individuels » :

Sous forme d’un dépôt <existant dans cerveau> de chacune des personnes composant la foule <comme un dictionnaire dont tous les exemplaires seraient répartis entre ces personnes>. Cette chose bien qu’intérieure à chaque individu est en même temps bien collectif, qui est placé hors de la volonté de l’individu. 1+1+1…= 1 (modèle collectif).

90La langue s’établit non comme somme mais comme moyenne des trésors individuels. Godel (SM, p. 157) l’a bien vu, la formule employée « n’est qu’en apparence celle d’une addition, puisque le résultat en est noté 1 et non pas n ». Or, l’analogie avec le dictionnaire-trésor devient efficace, et prouve son rendement heuristique, si l’on considère qu’il est une instance de raccord entre langue et parole. La phraséologie (exemples forgés ou attestés) nourrit le dictionnaire, de même que la parole alimente le trésor de la langue : « Toute innovation arrive par improvisation, en parlant, et pénètre de là soit dans le trésor intime de l’auditeur ou celui de l’orateur, mais se produit donc à propos du langage discursif. » (Nouvelles notes Item, dans Amacker 2011, p. 60) Aux yeux de Saussure, ­dictionnaire et grammaire en tant qu’outils linguistiques où est consignée la compétence ­virtuelle des locuteurs sont aptes à fournir un modèle analogique de la langue. En effet, comme la langue, qui est un principe de classification, un dictionnaire ou une grammaire sont des dépôts supposant « un certain ordre et classement » :

Nous avons dans la langue une somme de signes évocables, mais le mouvement n’interviendra que par la parole et ces signes dans leur état latent sont parfaitement réels (déposés comme des images photographiques dans le cerveau). Donc, cet objet est non seulement de nature concrète, mais d’une espèce qui permet l’étude directe, à peu près comme celle de papillons classés dans une boîte de collectionneur. Nous pouvons fixer ce qui est relatif à la langue. C’est grâce à ce caractère, qu’on peut dire en somme qu’un dictionnaire et une grammaire sont une image admissible, convenable de ce qui est contenu dans la langue. (CLG/E 268-269 IIIC)

  • 65 Pour une étude de langue et parole en tant que fictions épistémologiques, voir Berrendonner 1982.

91La linguistique saussurienne relève à maints égards d’une « épistémologie de l’artefact ». En effet « le projet d’étudier un artefact, une idéalisation du chercheur, constitue une méthode […] très classique lorsque le fait lui-même […] est en soi inétudiable » (L. de Saussure 2008, p. 237). Comme l’a observé René Amacker (1975), même si la notion théorique de modèle n’était pas encore établie à l’époque de Saussure, on peut tirer des lumières de la théorie des modèles qui légitime la création d’images fictives, comme par exemple les cartes géographiques, pour mieux appréhender la réalité. Ainsi, est-il intéressant de relever que Saussure définit le dictionnaire comme un « modèle collectif », voire comme une « image admissible, convenable » de la langue. Toute modélisation est une tentative de « réduire la complexité d’une réalité à laquelle nous n’avons pas un accès global ». Or, le chercheur postule des artefacts « pour analyser le réel, pas pour analyser les artefacts eux-mêmes » (L. de Saussure 2008, p. 238). Il reste que le réductionnisme de Saussure ne perd jamais de vue la complexité des faits de langage. Dans sa qualité d’artefact, le dictionnaire est un modèle de la langue saussurienne envisagée « de re »(Berrendonner 1982)65.

  • 66 Pour le rôle de la métaphore chez F. de Saussure, voir Normand 1995.

92Selon Amacker (1994, p. 8-9), la valeur statique des métaphores mentionnées ci-dessus qui seraient un topos discursif de l’époque montre l’inscription cérébrale de la langue. Marina De Palo (2001b, p. 375), pour sa part, insiste sur les associations mémorielles comme dynamique de la création de la signification. Comme il est de coutume chez Saussure, ces métaphores ont une valeur heuristique66 : grammaire et dictionnaire sont valorisés pour leur qualité d’objets « réels » qui rendent disponible une étude « directe » de la langue. Un dictionnaire est un modèle d’autant plus valable qu’il est aussi un dépôt de la parole, qui se codifie en langue devenant norme. Rappelons que Saussure postule deux lieux de la langue, un magasin et un lieu d’accès : « Il existe le trésor intérieur qui équivaut au casier de la mémoire ; c’est là ce qu’on peut appeler le magasin ; c’est un des deux lieux, une des deux sphères. C’est dans ce trésor qu’est rangé tout ce qui peut entrer en activité dans le second lieu. Et le second lieu, c’est le discours, c’est la chaîne de la parole » (CLG/E 1998 IIR). La définition lexicographique attribue au signe une place différentielle au sein du lexique, tandis que les citations d’auteur attestent de sens particuliers réalisés dans les énoncés (Gaudin et Guespin 2000). Le dictionnaire semble dès lors réaliser l’image la plus efficace de la complémentarité entre la langueet la parole.

6.10 Le sens, ou les limites de la généralisation

93Rien n’existe avant l’institution des signes, les concepts ne précédant pas l’association d’un signifiant à un signifié. Comme la synonymie et la théorie de la valeur nous l’apprennent, tout ce qui est significatif dans la langue l’est en fonction d’un système contingent de limitations qui sont toujours propres à une langue donnée. Il s’ensuit que si les significations sont commensurables d’une langue à l’autre, les valeurs sont spécifiques à chaque système :

La valeur d’un pluriel allemand ou latin n’est pas la valeur d’un pluriel sanscrit. <mais> La signification, si l’on veut, est la même. En sanscrit, on a le duel. […] La valeur dépend de quelque chose qui est en dehors. Si l’on prend d’autre part un simple fait de vocabulaire, un mot quelconque comme, je suppose, moutonmutton : cela n’a pas la même valeur que l’anglais sheep, car si l’on parle du mouton qui est sur pré et pas sur table, on dit sheep. C’est la présence dans la langue d’un second terme qui limite la valeur qu’on peut mettre dans sheep. (Cours iii, Constantin, p. 284)

  • 67 « Quand on parle de valeur, on sent que cela devient ici synonyme de sens (signification) […]. La v (...)
  • 68 « Ce réquisit apparemment anodin ne va pas sans dire. Les bibliographies pullulent de phonétiques, (...)
  • 69 Il est des linguistes qui s’engagent dans cette voie. J. Vendryes (1968 [1921], p. 228, 237, 259) e (...)

94C’est dans cette perspective que s’inscrit l’effort de Ferdinand de Saussure pour démarquer la valeur de la signification67. Selon François Rastier (1990), la théorie saussurienne du signe a pour conséquence de rendre possible la constitution de sémantiques propres à des langues particulières68. En réalité, loin d’en être l’aboutissement, cette possibilité nous semble plutôt l’horizon que les recherches sémantiques de la fin du xixe siècle cherchent à dépasser. Le pari théorique des sémanticiens de l’époque consiste précisément en la possibilité d’aller au-delà du particularisme pour accéder aux mécanismes généraux de la signification. L’alignement de la sémantique du xixe siècle sur la lexicographie monolingue, qui offrait un répertoire des unités du lexique rangées tant bien que mal, témoigne du reste de l’impossibilité de mettre en place une sémantique générale, faute d’une méthode adéquate. C’est à cet alignement par défaut que Saussure donne congé. Pour sa part, Simon Bouquet (1997, p. 359) relève que chez Saussure « il ne saurait pas y avoir une sémantique générale »69, ce qui émergerait notamment des passages comme le suivant :

95Item. Le ⍁ ne doit pas se[ulement r]appeler la différence qu’il y a à s’occuper d’un mot [dans s]on sens ou hors de son sens, mais aussi l’impossibilité qu’il y [au]rait à circonscrire et fixer ce sens autrement qu’en disant : C’est le sens correspondant par exemple à νέος, ou par exemple à […]. Aucune description du sens et de la synonymie n’est jamais à hauteur du sens exact <et complet> : il n’y a d’autre définition que celui de <‘sens ◸’> représentant la valeur <connue> de telle forme ‘⊿’. (CLG/E 3010.7)

96Bouquet fait valoir que pour la sémantique qui s’intéresse à une théorie du lexique, les choses sont relativement simples car sa seule tâche consiste en la délimitation des lexèmes, qui par définition sont des entités construites par des langues particulières. Pourtant, chez Saussure, la difficulté réside bel et bien dans la délimitation des unités. Dans le cadre de l’« horizon épistémologique de la sémantique saussurienne » que Bouquet postule, la « formalisation du lexique » est à concevoir comme un volet de ce qu’il appelle « grammaire du sens » (1997, p. 362). Or, dans ce cadre théorique de matrice néo-saussurienne, la « littéralisation des objets sémantiques » passe par une activité métalinguistique qui s’apparente à la définition de dictionnaire :

Il est aisé de montrer que la langue, de même qu’elle se compose d’objets sémantiques littéralisés, produit une formalisation « naturelle » de ces objets (ou, pour dire cela plus précisément : que cette formalisation naturelle est produite par une activité des sujets parlants nécessaire à l’existence de la langue) : c’est la prédication équative du type « définition de dictionnaire », indispensable au fonctionnement de la compétence sémantique. On retrouve ici la propriété fondamentale d’auto-définition de la langue […] comme un rapport syntagmatique in absentia.[…] En l’occurrence, ce que formalise naturellement la définition lexicale équative, c’est le rapport de tous les signes dits mots entre eux. (Ibid.)

97On se souviendra pourtant que selon Saussure la compétence des sujets parlants est plus performative qu’une définition de dictionnaire (voir ED/A, p. 191-192). De plus, la prédication équative du dictionnaire a l’inconvénient de réifier la langue car « [d]ans ce cas le sens du mot devient un attribut, mais une chose distincte du mot ; et les deux choses sont dotées artificiellement d’une existence » (ibid., p. 110). Il n’en reste pas moins que Saussure salue le dictionnaire comme modèle convenable de la langue. Bouquet (1997, p. 363), quant à lui, considère le dictionnaire monolingue comme l’expression la plus appropriée d’une théorie sémantique :

Un dictionnaire monolingue est une copie de la littéralisation linguistique en même temps qu’un traité, plus ou moins fin, des lois de la formalisation naturelle de la langue. […] De fait, un dictionnaire monolingue est, sinon la meilleure sémantique lexicale possible, du moins le modèle de toute théorie sémantique et l’illustration parfaite de l’impossibilité de construire une sémantique pertinente transversale à des langues distinctes.

98Le dictionnaire réaliserait, selon Bouquet, le projet saussurien de détacher le signe de toute référence externe, du moins si l’on s’en tient aux entrées prises isolément :

Un dictionnaire monolingue témoigne du « paradoxe de la référence linguistique » : en chacune de ses entrées prise isolément, il illustre le caractère strictement linguistique de la référence, puisque la référence y est posée comme une équation linguistique (en cela il peut être défini comme une description purement linguistique de la référence des mots d’une langue) ; en l’ensemble de ses entrées, il reflète le caractère strictement extra-linguistique de la référence, puisque, prises dans leur ensemble, les entrées lexicales parlent de ce dont parle la langue. (Ibid.)

99Le paradoxe que relève Bouquet nous paraît la conséquence d’une vision idéalisée des différentes structures (micro- et macro-) du dictionnaire que Josette Rey-Debove a pu dégager (voir infra, § 7.6.2). Comme on l’a vu dans la première partie de cet ouvrage, la lexicographie du xixe siècle n’arrive guère à s’affranchir de l’extralinguistique dans la description lexicale de l’entrée. Et Bouquet (1997, p. 363) de conclure : « [S]i un dictionnaire monolingue ne recouvre pas, sous sa forme usitée, une théorie sémantique complète du lexique d’une langue, la ­formalisation scientifique peut néanmoins se réclamer, fondamentalement, du savoir-faire des lexicologues. » La position de Bouquet réactive une ­controverse épistémologique qui oppose à partir des années 1950 sémanticiens et ­lexicographes. Nous nous y attarderons dans le prochain chapitre.

Notes

1 Voir Joseph 2012, p. 199-203.

2 Notamment dans le cadre des conceptions structuralises de la lexicographie, voir infra, chap. 8.

3 « Unde exoriar ? - C’est la question peu prétentieuse, et même terriblement positive et modeste que l’on peut se poser avant d’essayer par aucun point d’aborder la substance glissante de la langue. Si ce que je veux en dire est vrai, il n’y a pas un seul point qui soit l’évident point de départ. » (ELG, Unde Exoriar, p. 281) Voir à ce sujet Mejía 1997.

4 F. de Saussure dégage quatre points de vue légitimes : i) point de vue de l’état de langue en lui-même ; ii) point de vue des identités transversales ; iii) point de vue anachronique ; iv) point de vue historique, voir De la double essence du langage, p. 94-96.

5 Nous adoptons l’édition critique procurée par R. Amacker en 2011. Cette édition corrige ­l’­editio princeps Gallimard (1997) et intègre les éditions allemande (de L. Jäger) et italienne (de T. De Mauro). R. Amacker adopte le titre De la double essence du langage, formulation qui correspond au texte de F. de Saussure le plus complet. Contrairement à l’édition Gallimard, l’édition d’Amacker exclut les textes déjà publiés par R. Engler et inclut, au début de l’édition, les notes Item. Le volume comporte d’autres ébauches et des notes préparatoires des cours universitaires. Une utile table de concordance permet de passer de cette édition à celle de Gallimard.

6 A. Chidichimo (à paraître) retient la date de 1891 tout en admettant la possibilité d’ajouts successifs.

7 « [O]r comme la {/une} généralisation suppose, écrit F. de Saussure, un point de vue qui sert de critère, les premières et les plus irréductibles entités dont peut s’occuper le linguiste sont déjà le produit d’une opération latente de l’esprit » (ED/A, p. 88). Il s’ensuit qu’« il faut commencer par généraliser en linguistique, si l’on veut obtenir quelque chose qui tienne lieu de ce qu’est ailleurs l’individu » (p. 122).

8 Si dans les notes des années 1881-1885 F. de Saussure parle d’« états linguistiques » (voir Joseph 2010, p. 113-114), dans le Mémoire de 1879 il a essayé de reconstruire la succession d’états linguistiques des voyelles indo-européennes. On trouverait là, selon J. E. Joseph, une pré-conceptualisation des notions plus tardives de synchronie et diachronie.

9 F. de Saussure définit synchronie et diachronie comme la « seconde bifurcation » (CLG/E 1637 D) de la linguistique après celle de langue et parole. Si la première historiographie saussurienne a fait valoir que Saussure aurait découvert ce second embranchement avant le premier (voir Chiss 1978, Normand 1978, Godel 1984), le manuscrit De la double essence du langage invite à relativiser toute hiérarchisation des principes posés : « Il paraît impossible […] de donner une prééminence à telle ou telle vérité de la linguistique, de manière à en faire le point de départ central : mais il y a cinq ou six vérités fondamentales qui sont tellement liées entre elles qu’on peut partir indifféremment de l’une ou de l’autre, et qu’on arrivera logiquement à toutes les autres et à toute l’infinie ramification des mêmes conséquences en partant de l’une quelconque d’entre elles. » (ED/A, p. 71)

10 F. de Saussure forge le néologisme diachronie car le terme d’histoire lui paraît ambigu dans la mesure où l’on peut se référer aussi à la description d’une époque en tant qu’histoire (voir CLG/E 1336 IIR), ce que la lexicographie d’É. Littré confirme tout à fait.

11 F. de Saussure parle déjà de synchronie et diachronie dans une lettre à Sechehaye datable de l’automne 1893, voir Marchese 2007.

12 Le dictionnaire d’É. Littré et le DG font partie de la bibliothèque de F. de Saussure, voir Gambarara 1972. Saussure a parfois recours aux dictionnaires pour des définitions métalinguistiques : « La linguistique […] est une science dont nous empruntons la définition au Dictionnaire de Hatzfeld, Darmesteter et Thomas : “étude scientifique des langues”, ce qui est satisfaisant, mais c’est dans ce mot scientifique qu’est la distinction avec toute étude antérieure » (Cours iii, Constantin, p. 84-85).

13 Voir à ce propos, Chidichimo (2014).

14 Voir CLG/E 1422 D et 1624 IIR. Comme on le sait, l’autonomie de l’état par rapport à l’événement qui l’a produit est exprimée par la métaphore du jeu d’échecs.

15 « Il n’y a point d’autre identité dans le domaine morphologique que l’identité d’une forme dans l’identité de ses emplois (ou l’identité d’une idée dans l’identité de sa représentation). L’IDENTITÉ MORPHOLOGIQUE, il serait inutile de se le dissimuler, est donc une notion excessivement complexe. » (ED/A, p. 170)

16 Pour une étude sur l’identité diachronique, voir Wunderli 1995 et Béguelin 2010.

17 Dans De la double essence du langage, F. de Saussure s’attarde sur la définition de l’identité étymologique, mais aucun passage n’est consacré à celle de l’identité morphologique.

18 « Malheureusement les dictionnaires eux-mêmes sont composés pour la plupart de façon à faire contrecarrer certaines habitudes fâcheuses. » (Bally 1905, p. 47)

19 Sur cette question, voir Bisconti (2015a).

20 Cette explication rappelle la thèse épigénétique selon laquelle le langage est en lui-même sa propre raison, voir Auroux 2004.

21 Or, comme l’a observé M.-J. Béguelin (2010, p. 249), dans la perspective de la grammaticalisation, « l’absolue continuité dans la transmission a pour contrepartie une discontinuité tout aussi absolue, entre les reconceptualisations successives auxquelles donne lieu le système ».

22 « S’imaginer qu’on pourra se passer en linguistique de cette saine logique mathématique, sous prétexte que la langue est une chose concrète qui “devient” et non une chose abstraite qui “est”, est à ce que je crois une erreur profonde, inspirée au début par les tendances innées de l’esprit germanique. » (ED/A, p. 64)

23 Dans la Préface au CLG, on le sait, les éditeurs évincent la question : « certaines disciplines sont à peine effleurées, la sémantique par exemple » (CLG/D, p. 10). Plus loin, dans une note à la page 33, ils précisent qu’il ne faut pas confondre la sémiologie avec la sémantique, « qui étudie les changements de signification, et dont F. de Saussure n’a pas fait un exposé méthodique ». Cette précision constitue évidemment une prise de position vis-à-vis de la sémantique de M. Bréal et établit un régime d’interprétation de la pensée saussurienne.

24 Le courant néo-saussurien rabaisse le Cours de linguistique générale au rang d’apocryphe, de faux historique (Bouquet 1997), voire d’« accident littéraire » (Depecker 2009) et plaide pour « un autre Saussure ». Dès lors, le CLG est quelque chose à « tenir à l’écart » (ibid., p. 15). Pour une prise de position contre cette lecture présentiste, voir Trabant 2005 et Puech 2008. Pour un échange de vues sur les conditions d’existence d’une « sémantique saussurienne » (ou dans la terminologie de S. Bouquet d’une « grammaire du sens »), voir Bergounioux 1999 et Bouquet 2000.

25 En réponse aux critiques qui lui sont adressées, S. Bouquet (2000, p. 136) modifie sa position : « ­[I]l me semble que je suis finalement assez d’accord avec lui [Gabriel Bergounioux] – ma réflexion ayant évolué depuis mon ILS [Introduction à la lecture de Saussure] – : le cadre épistémologique de ce que j’appelle dans mon livre une grammaire du sens est insuffisant à fonder “sans sollicitation” une sémantique, au regard des avancées qu’a connues ce domaine au xxe siècle, tout aussi bien qu’au regard des incertitudes régnant en linguistique quant à l’objet “sens”. »

26 « [D]ans la langue, c’est aux états, et à ceux-ci seuls, qu’appartient le pouvoir de signifier ; <d’autre part>, la langue hors de ce pouvoir de signifier cesse<rait> d’être quoi que ce soit » (CLG/E 3299). Voir aussi SM 12, p. 48, CLG/E 1419 D et 2152 IIR.

27 Rappelons que le mot quaternion est une nouveauté terminologique de De la double essence du langage. Pour une explication du terme, voir De Mauro 2005, p. xvi-xvii et Russo Cardona 2008.

28 « Lire Sémantique [de] Bréal, p. 29-35, par exemple ; il arrive un moment où on voit d’une part qu’il ne peut rien rester <dans l’esprit> de telles ausführungen, et en même temps que cela tient à ce qu’il est toujours question de ce qui se passe entre les termes du langage, or pour suivre – il faudrait d’abord savoir ce qu’ils sont, ce qu’on prend comme étant, avant de parler des phénomènes entre les termes existants. » (CLG/E 3325)

29 « Exemple : ă bref latin, s’il n’est pas initial, est converti en ĭ. […] On dira, l’ă de făcio devient ĭ dans confĭcio. Ici intervient la distinction à faire : non, jamais l’ă de făcio n’est devenu l’ĭ dans confĭcio. Ce n’est pas dans făcio que s’est opéré le changement » (Cours iii, Constantin, p. 272). Dans l’introduction au Cours ii, F. de Saussure avait déjà présenté le modèle du carré linguistique, voir SM, p. 47.

30 F. de Saussure insiste sur les conséquences néfastes d’une confusion entre motus et status : « Il y a toutefois deux manières de se tromper […]. L’une est (par hypertrophie du sens historique) de supprimer purement et simplement la notion de status, et de s’imaginer que la langue vit de faits comme la suppression d’un t, c’est-à-dire d’événements […]. L’autre est (par perversion du sens historique) d’exprimer des événements par la formule qui conviendrait à des status, ce qui est la plus grave manière de fausser et de tout confondre. » (CLG/E 3298)

31 « Je pense même que la double étude sémiologique et historique de l’écrit<ure> (la dernière devenant l’équivalent de la phonétique dans l’étude du langage) constitue de par la nature de l’écriture un ordre de recherches presque aussi digne d’attention que [ . » (ED/A, p. 135)

32 « Comme il n’y a dans la langue aucune unité positive (de quelque ordre et de quelque nature qu’on l’imagine) qui repose sur autre chose que des différences, en réalité l’unité est toujours imaginaire, la différence seule existe. Nous sommes forcés de procéder néanmoins à l’aide d’unités positives, sous peine d’être dès le début incapables de maîtriser la masse des faits. » (ED/A, p. 163)

33 « On peut admettre provisoirement que ces unités nous sont données. On peut parler des mots de la langue comme si c’étaient des touts séparés en eux-mêmes, c’est-à-dire en s’appuyant sur le fait empirique par lequel les grammairiens et ceux qui ont écrit leur langue ont su distinguer des mots. » (Cours iii, Constantin, p. 277)

34 Cette affirmation rendrait caduque la thèse de Godel (1978, p. 151) selon laquelle, du point de vue théorique, « la notion de mot devient plus claire quant on considère les rapports in absentia : le mot se définit alors comme l’unité minimum de l’ordre associatif ».

35 « Criterium : Ce qui est réel, c’est ce dont les sujets parlants ont conscience à un degré quelconque ; tout ce dont ils ont conscience et rien de ce dont ils peuvent avoir conscience. Or, dans tout état de langue, les sujets parlants ont conscience d’unités morphologiques – c’est-à-dire d’unités significatives – inférieures à l’unité du mot. » (ELG, Anciens Documents, p. 183)

36 M.-C. Capt-Artaud (1994a) distingue deux rhétoriques : l’une au sens « technique » qui remonte à la tradition ancienne des traités d’éloquence ; l’autre, plus métalinguistique, qui s’intéresse au langage figuré et qui se développe avec le Traité des Tropes de C. C. Dumarsais.

37 En citant C. C. Dumarsais, N. Beauzée fait valoir que la synonymie complète n’existerait qu’à condition de considérer des états de langue successifs : « “Les mots anciens & les mots nouveaux d’une langue sont synonymes : maints est synonyme de plusieurs ; mais le premier n’est plus en usage ; c’est la grande ressemblance de signification, qui est cause que l’usage n’a conservé que l’un de ces termes, & qu’il a rejeté l’autre comme inutile”. » (Encyclopédie, Synonyme, t. 15, p. 758)

38 « [C]e serait ne pas comprendre où est la puissance de la langue que de se plaindre de son inexactitude. » (ED/A, p. 204)

39 Selon F. Douay-Soublin, la problématique des synonymes marque un tournant dans la tradition tropologique. En effet, l’exploration de la synonymie oblige à l’étude en contexte de la distribution relative des unités. Cette procédure fait apparaître les contraintes qui règlent la distribution de chaque unité et qui limitent la liberté de formation des locutions et des tropes. Ainsi, la commutation de voile et vaisseau dans l’expression une flotte de cent voiles, est-elle plutôt l’exception que la règle car on ne saurait ni brûler ses voiles, ni mettre les vaisseaux, voir Dumarsais 1988 [1730], p. 303-304, note 1.

40 Pour une reconstruction du débat sur la définition, voir infra, § 7.6.

41 « Une autre manifestation flagrante de l’action parfaitement négative des signes, toujours dans l’ordre des faits de synonymie, est livrée par l’emploi figuré des mots (quoiqu’il soit impossible au fond de distinguer jamais l’emploi figuré de l’emploi direct). » (ED/A, p. 196)

42 Pour une hypothèse sur l’existence d’une version douce et d’une version forte de l’ellipse chez F. de Saussure, voir Gandon 2006. En particulier, la version forte ressortirait des Légendes germaniques où Saussure se penche sur l’« être inexistant » du symbole légendaire.

43 Dans le cas du signe zéro c’est l’opposition qui est significative, voir CLG/E 1443 et 1991.

44 Sur l’embarras de F. de Saussure pour le terme abstrait, voir CLG/D, note 70, p. 425. T. De Mauro (2005, p. xi) insiste sur la nouvelle acception positive que Saussure veut imprimer à abstrait.

45 Sur la notion de concret, voir M. Prampolini, « Le concret saussurien », Colloque international« Révolutions saussuriennes », Genève 19-22 juin 2007, Documents de travail, 2007, p. 197-200 (fascicule distribué aux participants).

46 « Des identités de ce genre <ces identités abstraites> peuvent entrer aussi dans la notion de procédé. » (CLG/E 2183 D)

47 « L’unité est dans le sens : les différentes formations du verbe sont unies par l’unité de la distance du sens ; entre ήνεγχον et φέρω, même distance qu’entre έδειξα et δείχνυμι. Les verbes “mosaïques” comme φέρω sont surtout de nature à éclairer de quelle sorte est l’unité. C’est une mauvaise méthode de s’attacher à des différences de sens absolues : ce qui est vrai, c’est que la modification de sens est tout à fait égale dans les deux exemples ; les points de repère sont à la même distance, de verbe à verbe. On aura ainsi une trigonométrie rigoureuse (p. 400) pour déterminer les différences de sens. » (SM, p. 140)

48 « [A]utre chose que les unités se dégage du rapprochement : c’est l’ordre, la suite, la séquence des éléments » (CLG/E 2187 IR). M. Bréal (1887) avait déjà parlé d’une valeur de position en donnant l’exemple du nombre 2738, voir supra, § 5.6.

49 Le caractère linéaire de la langue a affaire à une certaine idée d’espace : « Il n’y a pas de syntaxe possible hors de l’espace. » (CLG/E 2193 G)

50 La notion de passivité figure dans une note manuscrite sur l’analogie où F. de Saussure réfléchit sur l’« instinct linguistique » des locuteurs. Elle renvoie à la notion de réceptivité : « 1° Passivité ou <réceptivité [b.]>. Interprétation du signe, ce qui est une activité toute réceptive. » (CLG/E 3343.1)

51 « Item. Le contre-sôme = signification, pourra-t-il jamais être traité pour sa part, – comme le sôme, – hors du sème ? On pourrait le souhaiter, mais c’est momentanément hors de toute prévision du linguiste ou du psychologue. <Il s’agit> de limiter dans leur sphère <respective> le sôme ou l’antisôme. Or le sôme se limite facilement dans sa sphère, qui est toute physique […]. L’antisôme n’est pas du tout limitable dans sa sphère. » (CLG/E 3320.3)

52 Pour une présentation de l’hypothèse de l’asymétrie du signe linguistique, voir Engler 1973 et De Palo 2003.

53 « Étude des formes et des fonctions, c’est la même chose. Il ne sera donc pas si facile d’établir des compartiments. » (CLG/E 2136 IIR)

54 « On est exposé à se faire une idée fausse <et [à] croire qu’> il y a des mots existants comme entités et auxquels s’ajoute une signification. C’est au contraire la signification qui délimite les mots dans la pensée » (CLG/E 1802 IIR). L. de Saussure (2003, p. 303) note que « le découpage d’un continuum crée des tranches de continuum et non des unités discrètes ».

55 L. de Saussure (2003, p. 300) a parlé, quant à lui, de sous-détermination : « Il faut donc admettre soit que le signifié est sous-déterminé, ce qui sauve également le système, soit qu’un signifiant prend comme contrepartie un ensemble de signifiés, ce qui le ruine, contredisant la bifacialité et ouvrant la porte à une multiplication incontrôlable de signes disposant d’un même signifiant. »

56 F. de Saussure aborde la question de la mémoire dans les notes de 1881-1885, voir Joseph 2010.

57 M. De Palo (2003, p. 255) rappelle utilement l’aporie des sémantiques structurales : « En retirant à la sémantique de Saussure toute référence à la subjectivité et au monde extralinguistique, en focalisant la sémantique sur la structure du système linguistique, le camp des structuralistes a construit un modèle rigide inutilisable et conduit la sémantique linguistique à l’impasse » (voir infra, chap. 7).

58 F. Lo Piparo (1991, p. 219) postule, au contraire, la monofacialité ou monodimensionalité du signe linguistique. Il emprunte à la géométrie topologique le modèle du ruban de Möbius comme hypothèse explicative de la naissance des formes sémiotiques. Selon cette hypothèse, il existe une continuité topologique entre signifiant et signifié.

59 « Dans lentille (légume et microscope) y a-t-il identité ou non ? […] Il faut la correspondance parfaite dans la tranche auditive avec la correspondance appréciablement parfaite de l’idée évoquée » (CLG/E 1763).

60 Les homonymes sémantiques ne sont rien d’autre qu’un cas de polysémie historique.

61 À cette époque de la réflexion, la terminologie saussurienne est encore instable. Le terme signe désigne ici la forme externe du mot (voir De Mauro 2005, p. xv) et n’a donc pas l’acception, bien plus tardive, d’association d’un signifié et d’un signifiant.

62 Cette idée est exposée dans une lettre que F. de Saussure envoie à G. Paris le 30 décembre 1891 à propos du commentaire de la Chanson de Roland de ce dernier : « J’ose à peine vous en soumettre la pensée fondamentale : c’est que je crois qu’il n’y a point de morphologie (ou grammaire) historique, et que réciproquement il n’y a point de phonétique momentanée. Le lien entre les états de langue successifs se résumerait, bien examiné, au lien phonétique ; le lien entre les éléments d’un même état, inversement au lien morphologique, s’agît-il même en apparence de phonèmes sans valeur significative. Il y aurait opposition primordiale, et incompatibilité, entre la vue phonétique de la langue, qui suppose “succession” et “abstraction totale du sens” – et la vue morphologique (grammaticale) qui suppose “unité d’époque” et “prise en considération du sens, valeur, emploi” », dans Décimo 1995, p. 79.

63 « (Examiner) “Diversité du signe dans l’idée” paraît être propre aux éléments grammaticaux tandis que dans la synonymie il y a toujours diversité des deux. » (ED/A, p. 141)

64 Pour une illustration de la « métaphore du trésor » et ses différentes connotations aux différentes époques, voir Rey 1997.

65 Pour une étude de langue et parole en tant que fictions épistémologiques, voir Berrendonner 1982.

66 Pour le rôle de la métaphore chez F. de Saussure, voir Normand 1995.

67 « Quand on parle de valeur, on sent que cela devient ici synonyme de sens (signification) […]. La valeur est bien un élément du sens, mais il importe de ne pas prendre le sens autrement que comme une valeur. C’est peut-être une des opérations les plus délicates à faire en linguistique, de voir comment le sens dépend et cependant reste distinct de la valeur. Là éclate différence [sic] entre vue du linguiste et vue bornée considérant la langue comme une nomenclature. » (Cours iii, Constantin, p. 282)

68 « Ce réquisit apparemment anodin ne va pas sans dire. Les bibliographies pullulent de phonétiques, morphologies, syntaxes et lexiques propres à diverses langues ; mais les sémantiques brillent en général par leur universalité. Elle résulte sans doute de l’universalité traditionnellement attribuée aux concepts. Et les sémantiques cognitives […] ne rompent aucunement avec cette tradition. » (Rastier 1990, p. 18)

69 Il est des linguistes qui s’engagent dans cette voie. J. Vendryes (1968 [1921], p. 228, 237, 259) envisage une sémantique générale de type onomasiologique à partir des théories de Darmesteter, Bréal et Meillet : « On peut prévoir la constitution d’une sémantique générale qui, en centralisant les renseignements tirés de chaque langue sur les changements de sens, permettra de ramener ceux-ci à quelques principes, non pas au point de vue simplement logique, comme cela a été fait jusqu’ici, mais au point de vue psychologique. Il faudrait partir pour cela non pas des mots, mais des idées qu’ils expriment […]. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search