Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Langages Le sens en partage Le sens comme objet d’étude : une...

Le sens en partage

 | 
Valentina Bisconti

II. La sémantique, ou la naissance d’une discipline sous contrainte

Chapitre V

Le sens comme objet d’étude : une théorisation problématique

Texte intégral

5.1 Un essai de disciplinarisation : Michel Bréal et son temps

  • 1 Sur la notion de texte fondateur, voir Chiss et Puech 1999 et Colombat et al. 2010.
  • 2 Le décalage avec la réception de l’ouvrage au xxe siècle est frappant : selon S. Ullmann (1959 [195 (...)

1L’Essai de sémantique (1897) de Michel Bréal (1832-1915) constitue une tentative d’ériger le sens en objet d’étude. Pourtant, l’invention d’une dénomination disciplinaire ne saurait suffire à fixer l’« identité épistémologique » d’un savoir (Boutier et al., 2006, p. 7) et à fonder une discipline, entendant par discipline un « ensemble de propositions théoriques […] du triple point de vue de leur invention, de leur insertion dans une configuration plus large et de leur transmission » (Puech 2004, p. 125). Pour les épistémologues des sciences, le processus de disciplinarisation concerne plutôt une science déjà constituée (voir Blanckaert 2012). De ce point de vue, l’Essai de sémantique est moins un texte fondateur1 qu’un texte programmatique. Dès la publication de l’ouvrage, Antoine Meillet (1898, p. 143), élève de Bréal, ne manque pas de relever la dimension prospective de la nouvelle science : « [O]n ne pourra que le remercier d’avoir attiré l’attention sur un sujet trop négligé qui mérite des études approfondies […]. Le service qu’il rend par là paraîtra sans doute plus grand encore quand son heureuse initiative aura porté tous les fruits qu’elle promet […]. » Le titre de l’ouvrage suscite quelques réticences : il est qualifié d’« horrifique » (Sarcey 1897 dans Décimo 1997, p. 20), voire de « rébarbatif » (Deschamps 1898, dans Décimo 1997, p. 21)2. Si Bréal essaie de combler une lacune dans la cartographie des savoirs, l’appropriation de la signification par une discipline reste problématique : Ferdinand de Saussure s’insurgera contre cette tentative d’autonomiser le sens par rapport aux autres niveaux de l’analyse linguistique.

  • 3 À ce propos, J.-L. Chiss et C. Puech (1999, p. 10) remarquent : « Le point de vue disciplinaire (ou (...)
  • 4 M. Bréal écrit à A. Chuquet (1853-1925), directeur de la Revue critique : « [J]e voudrais que ce fû (...)

2D’emblée, la sémantique apparaît difficilement comme une « instance de délimitation ». En ce sens, comme l’écrit Michel Foucault (2008 [1969], p. 49), « le problème se pose de savoir si l’unité d’un discours n’est pas faite, plutôt que par la permanence et la singularité d’un objet, par l’espace où divers objets se profilent et continûment se transforment ». La sémantique préfigurée par Bréal s’organise, nous le verrons, comme un domaine intrinsèquement interdisciplinaire3 avant même d’émerger comme champ disciplinaire : elle a recours à l’emprunt de méthodes et d’outils à partir d’autres domaines tels que la rhétorique, la psychologie et surtout la lexicographie. Enfin, si la didactisation s’avère une composante essentielle de la conscience disciplinaire (Chiss et Puech 1999), Bréal s’y investit à plusieurs niveaux. Au niveau le plus immédiat, celui de la circulation de l’ouvrage, Bréal vaque à garantir la diffusion de l’Essai et à en solliciter (voire à maîtriser4) la réception par des comptes rendus dans des revues savantes telles que la Revue critique (par Antoine Meillet), la Revue bleue (par Adolphe Hatzfeld), le Mercure de France (par Paul Valéry). Il publie même un extrait de l’Essai dans la Revue des Deux Mondes du 15 juin 1897 afin de créer un climat d’opinion favorable à la réception de l’ouvrage. Nous savons qu’il rédige lui-même nombre d’articles pour la presse quotidienne, à tel point que son collègue Émile Châtelain (1851-1933) le gratifie du sobriquet « le grand vulgarisateur » (voir Décimo 2000, p. 75). On voit bien dès lors que :

[L]es théories linguistiques s’insèrent dans un contexte social, global et spécifique (celui de la communauté scientifique). En entrant dans ce circuit, une théorie doit se définir par rapport à d’autres théories et modèles, et cette entrée au marché est une affaire d’auto-publicité, de rhétorique positive et négative, de stratégies d’exclusion et de promotion, et d’exploitation (ou de non-exploitation) des traditions culturelles et scientifiques. (Swiggers 1991, p. 121)

3Plus généralement, on doit reconnaître que Bréal, à défaut d’être un savant de tout premier plan, est une figure institutionnelle influente qui joue un rôle majeur dans la politique académique et dans l’organisation de la recherche scientifique en cette seconde moitié du xixe siècle : « [I]l a le pouvoir de faire nommer ses disciples et les autres, les romanistes par exemple. Pour les chaires, les maîtrises de conférences, les postes de lecteur, tout se règle par l’entremise de Bréal […]. Bréal s’informe et il décide. » (Décimo 2000, p. 76) Ses multiples intérêts – de la linguistique et la philologie à la mythologie, de la littérature à la pédagogie – le situent au confluent de plusieurs champs disciplinaires dont il met en avant la continuité. Introduisant en France la grammaire comparée grâce à sa traduction de la Grammaire comparée des langues indo-européennes de Franz Bopp parue de 1866 à 1874, il fait figure de passeur de la science allemande. Chargé de l’enseignement de grammaire comparée au Collège de France dès 1864, il sera titulaire de la chaire à partir de 1866. En 1864, il fonde avec notamment le concours d’Émile Egger (1813-1885) la Société de linguistique, dont il est nommé secrétaire. Cette même année, il participe, avec entre autres Gaston Paris, Paul Meyer et Gabriel Monod (1844-1912), à la fondation de la Revue critique, qui se dressait « contre la mollesse et la légèreté avec laquelle on conduisait et on jugeait en France les travaux historiques et philologiques » (Maspero 1916, p. 556). En 1868, lors de la création de l’École pratique des hautes études, Victor Duruy (1811-1894), ministre de l’Instruction publique, lui confie l’enseignement de la grammaire comparée, charge qu’il accepte « avec allégresse, car elle achevait de lui donner la haute direction sur la science à laquelle il s’était voué dès sa sortie de l’École » (ibid., p. 556-557). En 1875, il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Parallèlement, il s’occupe beaucoup de questions de pédagogie et d’enseignement plaidant pour une réforme de l’instruction secondaire, y compris dans une perspective de rivalité politique et culturelle avec l’Allemagne ; en 1879, il est l’un des promoteurs de la Société pour l’enseignement secondaire et est nommé inspecteur de l’enseignement supérieur. En 1880, Jules Ferry le désigne pour siéger dans le Conseil supérieur de l’instruction publique.

  • 5 Rappelons que F. de Saussure s’est installé à Paris à l’automne 1880 et qu’il a suivi, à l’École pr (...)
  • 6 Le 3 novembre 1877, M. Bréal écrit dans son journal : « La jeunesse ne respecte ni l’âge, ni la fon (...)

4Au moment où la grammaire historique et comparée commence à être battue en brèche par de nouvelles approches, au titre desquelles le Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes (1879) du jeune Ferdinand de Saussure5 constitue un jalon important, Bréal sait passer le témoin à la nouvelle génération6. C’est ainsi qu’en 1881 il désigne Saussure pour le remplacer à l’École pratique des hautes études et qu’en 1905, il fait nommer Meillet pour lui succéder au Collège de France, ce qui montre, à en croire Maspero (1916, p. 564), « la libéralité de son esprit et l’intelligence très avisée qu’il avait des besoins du moment ».

5.2 Le sémanticien face au dictionnaire

5Michel Bréal s’intéresse à la lexicographie de son temps dont il perçoit la convergence avec la science des significations. Il admire la puissance de travail d’Émile Littré, dont il réédite et préface les deux opuscules, Comment les mots changent de sens (1888) et Comment j’ai fait mon dictionnaire (1897) (voir supra, chap. 1). Réciproquement, l’Essai de sémantique suscite l’intérêt des lexicographes, comme Adolphe Hatzfeld qui en fait un compte rendu bien informé dans la Revue bleue :

Si nous nous permettons de rapprocher ici notre travail de celui de M. Bréal, nous y sommes en quelque sorte autorisé par M. Bréal lui-même qui, à propos du petit livre si original de notre regretté collaborateur Arsène Darmesteter, la Vie des Mots, dont les exemples étaient empruntés à notre Dictionnaire, écrivait dans la Revue des Deux Mondes en 1887 : « Le jour où ce recueil (le Dictionnaire) aura paru, nous pourrons espérer que la Sémantique, en notre pays, aura une base large et solide ». Seulement le champ d’action de M. Bréal est plus étendu que le nôtre : il n’opère pas seulement sur la langue française, mais sur toutes les langues connues. (Hatzfeld 1897, p. 330)

6Le vœu de Bréal étant accompli puisque le premier tome du Dictionnaire général paraît en 1890, Hatzfeld peut présenter avec quelque légitimité la lexicographie comme un jalon dans la fondation de la sémantique. Dépassant le domaine de la langue maternelle, la sémantique peut se constituer en science générale des langues naturelles.

  • 7 La première attestation du terme sémantique chez M. Bréal date de 1879, comme nous le savons grâce (...)

7Bréal a toujours été très attentif à la démarche des dictionnaires en matière de description et classification des significations. Ceux-ci constituent tantôt un modèle de référence, tantôt un anti-modèle pour l’étude de la signification. Dans l’article « Les lois intellectuelles du langage. Fragment de sémantique » (1883), dont le titre est « l’acte de baptême » (Tamba 2007, p. 11) officiel de la nouvelle science7, Bréal passe en revue la manière dont la tradition lexicographique rend compte de la loi de la contagion. Dans le chapitre xxi de son Essai de sémantique (2005 [1897], dorénavant Essai) consacré à cette loi, il insiste ouvertement sur l’intérêt d’une rencontre entre sémantique et dictionnaires pour l’analyse de certains faits sémantiques :

Il est intéressant pour la sémantique de consulter à tour de rôle […] un dictionnaire de l’usage et un dictionnaire historique. Cette comparaison est comme un coup de sonde donné à l’intelligence. Les deux réponses qu’on obtient sont contradictoires, mais, à la réflexion, quoique opposées entre elles, elles ont l’une et l’autre leur raison d’être et leur légitimité. (Essai, p. 147)

8Il examine le dictionnaire de l’Académie et le DLF de Littré, respectivement dictionnaire d’usage et dictionnaire historique, qui relèvent d’approches différentes et à certains égards complémentaires mais qui sont incompatibles dans le cadre d’un même travail, et les signale à l’attention du linguiste et du philosophe (voir Bréal 1883, p. 134-135). Cette double sollicitation va dans le sens de l’approche de Darmesteter (voir supra, § 3.4 et § 4.3). Comme l’a observé Anne Nicolas (1988, p. 57), l’attention portée par les linguistes français aux problèmes d’ordre théorique, voire philosophique, est en porte-à-faux avec la tendance allemande de constituer la grammaire comparée en rupture avec la philosophie. Ce décalage est signalé par Bréal lui-même dans la préface de sa traduction de la Grammaire comparée où il explique qu’en Allemagne « les questions générales sont mises à l’écart ou discrètement touchées, comme étant les dernières et non les premières que doive résoudre une science » (Bréal 1866b, p. iv).

  • 8 Dans le chapitre xxi de l’Essai, il précise que la « contagion n’est pas autre chose qu’une forme p (...)

9Bréal se réfère aux dictionnaires pour expliquer le phénomène de la contagion, conçue comme un « transfert de valeurs (sémantiques), provoqué par une coexistence syntagmatique des unités porteuses de ces valeurs » (Desmet et Swiggers 1995, p. 268). Ce phénomène, qui accède au statut de loi, prend le contrepied de l’étude atomiste des mots pratiquée par les dictionnaires historiques et par la phonétique, qui isolent artificiellement les unités lexicales pour en retracer l’histoire. En illustrant la contagion, Bréal élargit l’analyse à ce qui se passe sur l’axe paradigmatique8 et fournit un contre-exemple de la loi de la réaction de -Darmesteter. Il mentionne une thèse présentée à l’École des chartes sur les synonymes du mot rien et en conclut que leur emploi « n’était pas assez constant pour donner lieu à la contagion » (Bréal 1883, p. 135). Le changement de valeur d’un élément appartenant à une famille n’affecte pas forcément celle des autres. La mise en avant d’un « principe de la fréquence » en tant que facteur décisif du changement sémantique implique une lecture empirique des faits de langue susceptible de délester la sémantique des positions normatives sur le bon usage.

  • 9 M. Bréal est l’auteur, avec A. Bailly (1883-1911), d’un Dictionnaire étymologique latin (1914 [1885 (...)
  • 10 Cette voie sera empruntée par R. de la Grasserie (1839-1914) qui, dans son Essai d’une sémantique i (...)

10Les influences réciproques entre les mots relativisent l’importance de la signification étymologique : « Le souvenir trop présent de l’étymologie nuit souvent à l’expression de la pensée, qu’il risque de troubler par toute sorte de faux reflets. » (Essai, p. 204) Selon Simone Delesalle (1987, p. 287-289), la méfiance de Bréal à l’égard de l’étymologie repose sur trois ordres de raisons : linguistiques, historiques, psychologiques. Du point de vue linguistique, l’étymologie comparée risque de laisser échapper ce qui est capital au plan sémantique, à savoir la grammaire interne de chaque langue9. Sur le plan historique, la reconstruction étymologique peut être fausse si l’on méconnaît l’ancrage socio-historique des mots. Quant aux raisons psychologiques (ou intellectuelles), elles tiennent à l’oubli du sens primitif des mots qui fait que le sujet ne connaît que « la signification du jour ». C’est ainsi que Bréal pose les jalons pour une étude synchronique10 des faits linguistiques qui va de pair avec la reconnaissance de la centralité du locuteur (voir infra, § 5.6).

11Quant à l’usage, qui recèle la raison des significations des mots, il implique un double régime de temporalité : d’un côté, il appartient à l’actualité, de l’autre, il est le produit de l’histoire. Cette superposition d’histoire et d’actualité est présente dans la contagion qui est le résultat de changements syntagmatiques saisis en diachronie. Ces changements sont issus d’une interaction syntagmatique qui cesse d’être perçue dès qu’elle se fige en tant que nouvelle valeur des mots. Pour la conscience des sujets parlants, rien et ses congénères sont réellement négatifs, ce que confirme le dictionnaire de l’Académie par son classement calqué sur le sentiment d’actualité des locuteurs. Lorsque Bréal (1883, p. 134) invite le linguiste à saisir, à travers les dictionnaires, « la différence entre les explications que suggère le sentiment présent d’une langue et celles que fournit l’histoire », il entend souligner que le choix de perspective détermine la classification des faits de langue. Il reconnaît les mérites d’une certaine lexicographie dans la tentative de rendre compte des forces du système, même si les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous : « [C]’est seulement dans les vocabulaires les plus récents et les plus développés, par exemple dans la continuation du dictionnaire de Grimm, que les auteurs ont commencé de faire une part à cette intéressante série de rapprochements » (Essai, p. 193).

5.2.1 Le classement des mots : limites de l’analogie avec les dictionnaires

12Michel Bréal exploite le potentiel heuristique du dictionnaire afin d’effectuer des hypothèses sur les opérations intellectuelles qui président à la production du sens. Si le dictionnaire peut suggérer des analogies pour expliquer le fonctionnement de la langue et de l’esprit, il peut également servir à écarter des hypothèses. Dans l’article « Comment sont classés les mots dans l’esprit » (1884), Bréal emploie une analogie qui se précise au fil de l’argumentation :

Nous sommes tous, plus ou moins, des dictionnaires vivants de la langue française. Mais l’habitude de feuilleter ce vocabulaire intérieur est si grande, l’opération est si rapide, que nous n’en avons pas le sentiment. Il n’est même pas nécessaire que nous ouvrions, par un mouvement de notre volonté, le registre où sont inscrits les termes qui expriment nos idées. Ils s’offrent à nous à la première suggestion […]. Il est vrai qu’à aucun moment nous ne sentons simultanément en nous la présence de tout le vocabulaire. Mais ce n’est point une raison pour nier qu’il existe dans notre tête. (Bréal 1884, p. 552)

  • 11 Pour une réfutation de la valeur artificielle de la polysémie, voir Kleiber 1999.
  • 12 Au xxe siècle, l’analogie sera plutôt avec l’encyclopédie, l’idée sous-jacente étant qu’il est néce (...)

13La compétence des locuteurs est un savoir intuitif et semi-conscient, toujours focalisé « sur l’instant présent de notre existence intellectuelle et morale ». La saisie immédiate d’une signification parmi les nombreux sens d’un mot trouve son explication dans la « rapidité de la pensée » (Bréal 1884, p. 554). C’est pourquoi Bréal postule, chez les locuteurs, un fonctionnement local et immédiat du vocabulaire. Il s’ensuit que la polysémie de facto n’existe pas pour les sujets parlants, sauf dans certains emplois métalinguistiques et qu’il s’agit essentiellement d’un artefact savant qui ressort du dictionnaire11. Pour simuler le classement des mots dans notre esprit, Bréal analyse une fois de plus la différence qui existe entre la taxinomie sémantique d’un dictionnaire d’usage (Académie) et celle d’un dictionnaire historique (le DLF) 12. À propos du premier, il note :

[L]es sens sont très bien séparés et […] on donne à l’appui les meilleures locutions. Mais comment se fait-il qu’un mot ait tant de faces diverses ? d’où vient qu’une langue, qui passe à bon droit pour exacte et précise, ait donné à un même signe des valeurs si éloignées l’une de l’autre ? […] À toutes ces questions le Dictionnaire de l’Académie ne répond rien […]. Les sens sont expliqués un à un avec clarté, mais on ne cherche pas à découvrir un lien qui les unisse. Le seul indice d’ordre que nous trouvions, c’est de rejeter vers la fin des articles les significations peu ordinaires et les acceptions vieillies. Évidemment ce n’est pas ainsi que les mots se présentent à notre intelligence. (Bréal 1884, p. 552-553)

14Faute d’explication sur la filiation sémantique, un dictionnaire d’usage ne fournit pas un modèle analogique efficace pour la classification des sens des mots dans l’esprit. Le regard se porte donc sur un dictionnaire historique :

Prenons maintenant […] le grand ouvrage de Littré […]. C’est le sens primitif qui est placé en tête. Ce sens est souvent sorti de l’usage, ou il ne subsiste plus que dans une ou deux locutions toutes faites. Il n’importe : c’est le sens primitif, celui qui a produit et qui explique tous les autres. Il suffit de lire en ordre et avec attention la série des significations pour deviner le rapport qui les unit, pour comprendre la logique cachée qui gouverne cette histoire. (Ibid., p. 553)

15Le jugement de Bréal est plutôt optimiste car Littré n’explicite guère le rapport qui unit les diverses significations. Nous l’avons vu, c’est le DG qui s’efforce de reconstruire cette logique cachée à travers un modèle arborescent. Il n’en reste pas moins que la lexicographie historique demeure également impuissante à reproduire l’ordre du vocabulaire intérieur car la chronologie des sens ne coïncide pas avec l’ordre des significations dans l’esprit : « Il est même vrai de dire que cet ordre est l’inverse de l’ordre intérieur car la plupart du temps c’est le dernier sens du mot, le plus moderne, celui d’hier ou d’aujourd’hui, que nous apprenons d’abord à connaître. » (Ibid., p. 554)

  • 13 On trouve ce même infléchissement chez V. Henry (1988 [1896 ; 1901], p. 12) : « [P]our rester consé (...)

16Puisque les différents types de dictionnaires ne peuvent fournir une modélisation réaliste du vocabulaire intérieur, le problème doit alors être posé différemment : « Pour reconnaître de quelle manière les significations sont disposées dans notre tête, le moyen le plus sûr est de voir comment elles y sont entrées. » L’étude de l’apprentissage de la langue constitue donc la réponse. La perspective acquisitionnelle permet d’escamoter la question controversée de l’origine du langage, l’enjeu étant déplacé sur l’éclosion de la parole chez l’enfant13. Cette perspective est très présente dans l’œuvre de Bréal. Ainsi, le dispositif de la répartition serait-il à l’œuvre, chez l’enfant, dès ses « premiers bégaiements » car « c’est par répartition qu’il applique peu à peu à des objets distincts les syllabes qu’il promène d’abord indifféremment sur tous les êtres qu’il rencontre » (Essai, p. 45). Ces analyses systématisent les observations de terrain que Bréal consigne le 29 novembre 1869 dans le journal qu’il commence à tenir peu après la naissance de son fils ainé Auguste :

Observation sur le langage. Le premier son a été da et ce nom servait pour toute chose. C’était toute une langue. Maintenant l’enfant dit : lodel, lodel, lodel et ce mot, à son tour, tient lieu de tout. Da da est presque oublié. Mais depuis deux jours on commence à entendre va, va. L’enfant sait maintenant qu’il parle. La preuve, c’est que quelquefois il est honteux et il se cache le visage. J’en conclus que le langage est bien une chose naturelle à l’homme, mais nullement le langage varié. Un seul mot suffit à l’origine. L’homme y mettait le sens qu’il voulait. La différenciation, loi essentielle du langage, a opéré comme elle opère aujourd’hui. Elle a séparé les différents sens d’un mot, les différentes nuances d’un son. Mais c’est déjà un fait secondaire. (Dans Décimo 1997, p. 43)

17La loi de la différenciation, qui repose sur une « équivalence […] entre l’ontogenèse et la phylogenèse » (Décimo 2000, p. 70), deviendra dans l’Essai la loi de répartition. L’idée qu’un seul mot suffit à remplir toutes les fonctions du langage évoque les vues de Ferdinand de Saussure sur la synonymie (voir infra, § 6.5). Or, l’appropriation des mots chez l’enfant passe par différents stades d’apprentissage :

L’enfant qui entend d’abord prononcer un mot le retient dans le sens où il l’a entendu employer, et l’associe dans sa pensée à l’objet même auquel il était appliqué, et non à aucun autre. On peut dire que pour lui tous les mots sont d’abord des noms propres. S’il entend un peu plus tard le même mot appliqué à d’autres objets de même nature, il apprend à en généraliser le sens. La parole introduit l’enfant dans la voie de l’abstraction ; le langage remplit auprès de lui le rôle d’éducateur. Je suppose maintenant que le même terme revienne […] avec une autre valeur. Si les deux significations ne sont pas trop éloignées, l’enfant sent que c’est le même mot ; il perçoit le rapport qui unit les deux sens, et […] élargit ses idées. Si, au contraire, les deux significations sont séparées par une trop grande distance […] il enregistre le mot nouveau comme s’il s’agissait d’un mot distinct. (Bréal 1884, p. 554)

  • 14 P. Desmet et P. Swiggers (1995, p. 286) attribuent à M. Bréal la « remarquable définition du trésor (...)

18L’enfant procède tour à tour par association immédiate, par abstraction/généralisation, par délimitation des idées, par élargissement car l’esprit humain « assimil[e] le lexique par une décharge de “dénotation rigide” » (Desmet et Swiggers 1995, p. 284). Bréal esquisse ici l’idée du langage comme « éducateur du genre humain » en insistant sur la spécificité de l’apprentissage de la langue maternelle qui « présente ce caractère unique d’associer les mots aux choses » (Essai, p. 171). La démarche de l’esprit est donc opposée à celle des dictionnaires : « [N] ous suivons à présent l’ordre inverse des dictionnaires : au lieu d’aller du mot à la chose, nous allons de la chose au mot » (Bréal 1884, p. 554). Il s’ensuit que si l’approche du lexicographe (diachronicien) est de type sémasiologique, la perspective de l’apprentissage d’une langue est plutôt onomasiologique (Desmet et Swiggers 1995, p. 284). Néanmoins, chez Bréal la perspective onomasiologique évolue vers une conception proprement sémiotique (voir infra, § 5.6.1). Le parcours de construction de la signification correspond à un processus d’appropriation individuelle qui fait du vocabulaire une compétence variable : « La disposition du vocabulaire intérieur diffère chez les hommes, selon leur expérience personnelle, selon leur éducation, leurs habitudes, leur manière de raisonner et de sentir. » (Bréal 1884, p. 554) Cela constitue une autre différence avec la classification d’un dictionnaire historique, qui dévoile la genèse de la structure à travers l’histoire de la langue, en référant la structure non à l’individu, mais au génie du peuple (Desmet et Swiggers 1995, p. 285). Si le dictionnaire n’est pas apte à fournir une image analogique de la compétence des locuteurs, il inspire néanmoins l’image du « trésor linguistique »14 que l’on trouve également chez Saussure (voir infra, § 6.9) :

On s’est demandé souvent comment les générations qui se succèdent peuvent porter si aisément le poids sans cesse croissant de connaissances, d’inventions, d’idées, que leur lèguent les âges antérieurs. Mais on ne fait pas assez attention qu’une partie de ce trésor vient se condenser dans le langage. Une langue bien faite […] est un de ces dons inestimables qu’un peuple reçoit sans trop se demander d’où il lui vient. Il en est de la langue comme de tant d’autres biens que nous devons à nos ancêtres. (Ibid.)

19L’image du trésor ou du legs, ainsi que la conception patrimoniale de la langue qui en découle, n’implique pas pour autant une réception passive de la part des locuteurs. Loin d’être accepté en bloc, l’héritage linguistique est soumis à une révision constante par les sujets parlants, qui en se l’appropriant le plient aux exigences expressives de la synchronie qui est la leur (voir Bréal 1866a).

5.3 Le changement linguistique :
du règne de la nature au flux de l’histoire

20À une époque où les sciences naturelles imposent leurs taxinomies, « l’anthropologie du Muséum [national d’histoire naturelle] de Paris va imposer dans les années 1850 le “règne humain” », l’homme se distinguant « par tous les attributs de sa vie sociale, morale et religieuse, de l’animal imperfectible » (Blanckaert 2012, p. 16).

  • 15 À propos de l’uniformitarisme en linguistique, C. T. Christy (1983), qui ne mentionne pas M. Bréal, (...)

21La question du changement linguistique amène Michel Bréal à prendre position à la fois contre le modèle darwino-schleicherien et contre la doctrine néogrammairienne. En opposition au paradigme naturaliste, il fait valoir que le langage est un phénomène historique (Bréal 1891, p. 616) et se montre réticent quant à la reconstruction d’une langue commune (Ursprache), en mettant en garde contre « les dangers d’un système qui nous transporte dans une période anté-historique, pour laquelle nos moyens d’information nous abandonnent » (Bréal 1868a, p. 82). S’alignant sur un modèle uniformitariste15, il postule un développement continu du langage : la langue n’est pas créée une fois pour toutes comme prétendait Max Müller, qui postulait une sorte de miracle initial et unique. Il faut dès lors supposer « dans le passé le plus lointain l’existence des mêmes lois dont nous aurons observé l’action durant la période qui est ouverte à nos regards » (Bréal 1883, p. 132-133). Ce principe invalide la conception organiciste de l’histoire des langues comme décadence à partir d’un état de perfection.

  • 16 Cette question fait l’objet de l’article de L. Adam « La linguistique est-elle une science naturell (...)

22La discussion sur le changement linguistique est un épiphénomène du grand débat de l’époque concernant le statut de la linguistique, la question étant de savoir si celle-ci est une science naturelle ou historique16. Gaston Paris – « le propagandiste le plus appliqué du nouveau paradigme [historique] » (Puech 2000, p. 140) – s’inscrit en faux contre la dichotomie entre sciences historiques et sciences naturelles car « l’homme fait lui-même partie de la nature, et ses œuvres sont aussi par conséquent des œuvres de la nature, des œuvres au second degré si l’on veut » (Paris 1868, p. 19). Pour Bréal (1897, p. 835), la réflexion sur le changement présuppose de considérer la sémantique comme une science historique. De même que William Dwight Whitney, il définit le langage comme une institution humaine qui se caractérise par sa « fonctionnalité adaptive » (Desmet et Swiggers 1995, p. 83). Réfutant une explication purement extralinguistique du changement, il pose que la véritable raison d’être en est l’homme. C’est -pourquoi le -changement -linguistique découle d’une « cause intelligente » (Bréal 1866a, p. 70) qui contrôle et optimise le poids de divers facteurs et qui se confond avec l’entendement humain.

  • 17 Pour une présentation critique de la recherche des correspondances diachroniques chez les néogramma (...)
  • 18 P. Swiggers et W. Van Hoecke (1990, p. 668) y voient un « changement théorique radical » et même un (...)

23Dans sa polémique anti-organiciste Bréal est conforté par les vues des néogrammairiens, qui contestent l’assimilation de la langue à un organisme vivant ainsi que la vision du changement en termes de dégénération. Leur représentation du changement visant à établir des « correspondances diachroniques »17 se situe cependant en porte-à-faux avec la conception de Bréal. Comme l’expliquent Pierre Swiggers et Willy Van Hoecke (1990, p. 668), loin de s’intéresser au processus du changement lui-même, les néogrammairiens tendent à privilégier « la description de régularités entre deux états E1 et E2, ou des relations régulières entre des unités équivalentes à des moments différents sur l’axe longitudinal d’une langue ». L’étude des formes devient dès lors centrale car elle permet de traiter des correspondances que l’on peut aisément décrire selon un principe de similarité. Or, puisque l’observation de celles-ci « ne permet pas de formuler des conclusions en termes de diffusion, de variation en voie de stabilisation ou de spécialisation fonctionnelle » (ibid.), l’histoire de la langue est appréhendée en termes de lois et d’exceptions. Si les néogrammairiens se bornent à une « diachronie des correspondances », Bréal, lui, développe une théorie diachronique axée sur le processus même du changement qui dépasse « l’opposition simpliste entre règles et exceptions » des néogrammairiens. Swiggers et Van Hoecke concluent que Bréal en vient par là à esquisser une « théorie de la causalité en diachronie »18 (ibid.).

  • 19 Dans son journal, à propos des progrès accomplis par son fils Auguste (âgé de 6 ans) en allemand, M (...)

24Au demeurant, l’articulation entre histoire et fonctionnalité détermine la superposition de deux perspectives herméneutiques : celle du linguiste et celle du sujet parlant. Le linguiste et le peuple n’ont pas la même perception des faits de langue : Bréal s’identifie tantôt à une catégorie tantôt à l’autre, ce qui crée un discours contradictoire comme dans le chapitre sur les fausses perceptions. Les perceptions du peuple, quoique « fausses », n’en demeurent pas moins vraies pour la conscience, ce que le linguiste est contraint d’accepter. Bréal reconnaît alors que « le langage étant l’œuvre du peuple, il faut, pour le comprendre, dépouiller le logicien et se faire peuple avec lui » (Essai, p. 163). Néanmoins, la visée historique de ses recherches le conduit à prendre ses distances des locuteurs. Le sentiment linguistique du peuple est uniquement de l’ordre de l’« utilité » (p. 61) des formes grammaticales, qui se mesure à l’aune de leur l’intelligibilité : elles semblent utiles si elles véhiculent un sens. Les faits de langue n’ont donc pas la même valeur de vérité pour les locuteurs et les linguistes : « Le peuple a le sentiment de l’utilité, mais nullement le souci de l’histoire. » Si le locuteur est sujet aux fausses perceptions, son sentiment synchronique reste pourtant le seul légitime19. Par exemple, à propos de la forme oxen, Bréal observe qu’un locuteur anglophone croit percevoir dans la syllabe –en la marque du pluriel, alors que le mot dans son entier représente le thème anglo-saxon correspondant à bœuf. Pourtant, cette perception est fausse « au point de vue de l’histoire seulement » (p. 61). Bréal rattache ainsi le système au sujet parlant, qui est l’artisan de la fonctionnalité du système et la caution de la réversibilité des formes linguistiques.

5.3.1 La transformation du sens entre causes internes et lois intellectuelles

25Michel Bréal mène de front une recherche sur les lois et les causes du changement sémantique sans toutefois parvenir à isoler les unes par rapport aux autres. La sémantique vise à ramener la variété, l’historicité et l’accidentalité des faits linguistiques à des constantes cognitives qui sont le reflet de l’intelligence humaine (De Palo 2001a, p. 203), « cause première du changement de sens des mots » (Essai, p. 189).

  • 20 M. Bréal consacre la première partie de l’Essai, intitulée Les lois intellectuelles du langage, à l (...)
  • 21 Rappelons que M. Bréal (1887) cite le néogrammairien H. Paul (1846-1921) qui, dans son ouvrage Prin (...)

26L’auteur circonscrit sa propre notion de loi, qui se définit par quelques traits bien expliqués : elle est descriptive ; elle vise la constance et la généralité, non la régularité ; elle se dégage a posteriori. Le corollaire de cette triple définition est que ces lois20 ne sont nullement prédictibles car elles énoncent des possibilités et non des nécessités. Cependant, Antoine Meillet (1903-1904, p. 641) fera valoir que « [p]our être psychiques et sociales, les lois linguistiques ne perdent rien de leur rigueur ». Bréal démontre la fausse analogie entre les lois sémantiques et les lois phonétiques, les premières étant plutôt des « tendances » de l’esprit (Essai, p. 33). Les lois intellectuelles sont donc une manière de se démarquer des néogrammairiens, qui ont certes le mérite de rejeter le modèle organiciste au profit d’une conception historique mais qui postulent des lois aveugles (voir supra, § 4.1). Il reste que le fait même d’appliquer la notion de loi aux phénomènes sémantiques signifie s’aligner sur les sciences naturelles, les acquis de la phonétique et la doctrine néogrammairienne21. Les lois sémantiques présentent deux dominantes : d’une part, elles concernent aussi bien la forme que le sens ; de l’autre, elles impliquent tous les paliers linguistiques en allant du morphème jusqu’à la phrase. L’identification de ces deux aspects ne va pas sans ambiguïté et a suscité plusieurs lectures critiques. Simone Delesalle (1987) distingue deux ensembles : d’un côté, les lois qui traitent l’ensemble forme + sens (spécialité, irradiation, survivance des flexions) et qui introduisent un paramètre paradigmatique (répartition) ; de l’autre, celles qui concernent le sens (restriction, élargissement, métaphore, polysémie) et qui agissent sur l’axe syntagmatique (force transitive, contagion, raccourcissement, groupes articulés). Le sens étant corrélé à la forme, la sémantique s’articule avec la morphologie et la grammaire. Pierre Swiggers et Willy Van Hoecke (1990) proposent un découpage différent : forme ; sens ; forme + sens. Selon Brigitte Nerlich (1992), les lois intellectuelles concernent l’ensemble forme + sens dans la première partie de l’ouvrage, mais portent uniquement sur le sens dans la deuxième partie. Marina De Palo (2001a) fait valoir que la répartition est la seule loi qui « se réfère exclusivement au versant sémantique des unités linguistiques » et que l’élargissement ne se laisse pas réduire à la catégorie des lois. En tout état de cause, la complexité de ces lois prouve l’impossibilité d’enfermer les processus sémantiques dans des cadres univoques.

27Dans la deuxième partie de l’Essai, « qui constitue proprement la Sémantique » (Essai., p. 87), Bréal passe en revue des procédés qui ont un statut controversé et qui concernent à la fois la forme et le sens. S’agit-il encore de lois intellectuelles ? Une réponse catégorique n’est pas aisée. Ce sont des faits qui peuvent être appréhendés tantôt en termes de « processus du changement » (Swiggers et Van Hoecke 1990, p. 672), tantôt comme « typologie des mutations sémantiques » (De Palo 2001a, p. 94). Swiggers et Van Hoecke (1990), tout en reconnaissant que les propos de Bréal ne sont pas explicites, repèrent un « modèle descriptif » et proposent une lecture à trois niveaux de « sa théorie diachronique » : causes, mécanismes, processus. À notre sens, cette lecture postule une cohérence et une stabilité théorique dont la réflexion de Bréal ne fait pas preuve. En effet, il y a une imbrication constante entre d’une part causes, lois et mécanismes du changement et d’autre part entre synchronie et diachronie. De même, tous les niveaux d’analyse y sont impliqués. Le statut controversé des lois intellectuelles et l’instabilité de l’argumentation bréalienne dénotent la difficulté d’élaborer une théorie du changement sémantique capable de rendre compte de tous les facteurs qui agissent sur la signification des mots. Sa réflexion aboutit à un aveu d’échec : la psychologie n’est pas en mesure d’expliquer le changement. De ce fait, les lois intellectuelles ne peuvent être qu’un principe de classification au sein d’un ensemble de facteurs hétéroclites. Pourtant, au vu du régime de scientificité qui marque les savoirs de l’époque, la possibilité de dégager des lois demeure la condition de légitimité de la science du langage.

5.3.2 L’ouverture à la dimension sociale et la causalité externe

28L’analyse du changement linguistique comporte chez Michel Bréal une ouverture nécessaire à la dimension sociale, qui n’est pas en contradiction avec la centralité accordée à l’intelligence humaine. Il en découle une irréductibilité du changement sémantique à une option strictement intralinguisique, ce qu’Antoine Meillet ne manquera pas de relever (1905-1906, p. 266) : « Par le fait même qu’ils dépendent immédiatement des causes extérieures à la langue, les changements sémantiques ne se laissent pas restituer par des hypothèses proprement linguistiques. » Tout en restant en-deçà d’une approche sociologique, Bréal intègre les contextes historique et social dans l’étude des transformations sémantiques faisant valoir que « la question de linguistique est au fond une question sociale et nationale » (Essai, p. 44).

  • 22 Le compte rendu qu’A. Meillet fait de la troisième édition de l’Essai sera plus critique que celui (...)
  • 23 M. De Palo (2001a, p. 172-173) identifie au moins quatre niveaux de la doctrine bréalienne qui témo (...)

29Du point de vue historique, bien que les causes qui déterminent le sens des mots ne soient pas fortuites, il est difficile d’en dresser un inventaire exhaustif. La causalité externe ressort notamment de l’analyse de l’élargissement du sens des mots et de la polysémie qui montre à quel point le poids de l’extralinguistique est décisif car « le langage, outre qu’il a ses lois à lui, reçoit le contre-coup des événements extérieurs, événements qui échappent à toute classification ». La multiplication des significations d’un mot est due au progrès social, intellectuel et culturel d’une nation (ibid., p. 111). En attribuant un rôle décisif aux facteurs sociaux dans le changement linguistique, Bréal rompt avec « l’approche linéaire et homogénéisante des néogrammairiens » et « y substitue une approche variationniste analysant la coexistence de variantes liées à l’organisation diversifiée de toute la société » (Desmet et Swiggers 1995, p. 32). Meillet relève pourtant l’inertie épistémologique de son maître qui, certes, prend en compte l’impact des faits sociaux sur les transformations sémantiques, mais s’abstient de creuser la nature sociale de la langue car il est « [p]lus soucieux de psychologie que de sociologie » (1903-1904, p. 640)22. Malgré cette mise en avant de la -dimension sociale, Marina De Palo (2001a) relève une incapacité à théoriser la nature intersubjective du langage, ce qui paraît un héritage de la tradition sémiotique du xviiie siècle23. À notre sens, ce manque de problématisation n’est une insuffisance théorique que si l’on juge les vues de Bréal à l’aune de l’importance que la dimension collective aura chez Ferdinand de Saussure. Bréal semble en réalité dans l’impossibilité de parvenir à la thématisation de la dimension intersubjective du langage parce qu’il est pris dans la dispute épistémologique avec les naturalistes. La seule solution pour contrecarrer la vision organiciste de la langue est bel et bien une valorisation de l’individualité des locuteurs.

5.4 L’analogie : création et ajustement, système et norme

  • 24 Pour une présentation des arguments des deux écoles, voir Douay et Pinto 1991.
  • 25 Comme le notent S. Delesalle et J.-C. Chevalier (1986, p. 341), « si l’on compare les langues, c’es (...)

30Le débat sur l’analogie remonte à la querelle de l’Antiquité grecque qui opposa les anomalistes de l’école stoïcienne de Pergame aux analogistes de l’école aristotélicienne d’Alexandrie24. L’école analogiste, dont Varron fut le héraut, postulait une régularité formelle du système, contrairement aux anomalistes qui en soulignaient les irrégularités et concluaient à l’absence de règles. La notion même d’analogie a changé au fil des siècles. Au xixe siècle, en tant que moteur du développement des langues, elle devient un concept « dynamique » qui relève du système (Delesalle et Chevalier 1986, p. 329). Or, la méthode comparative semble évincer toute considération sur ce phénomène25, qui est réhabilité par les néogrammairiens. Ces derniers défendent, on le sait, le caractère nécessaire et infaillible des lois phonétiques et y opposent l’analogie en tant que force rivale. Celle-ci concerne essentiellement le niveau morphologique parce que c’est là qu’affleure la question du sens. En revanche, il n’y a pas de force analogique dans la strate phonétique, non sujette à l’anomalie (ibid., p. 344). Dès lors, c’est la composante sémantique de la langue qui est révélatrice d’anomalies.

  • 26 Dans sa thèse intitulée Étude sur l’analogie en général et sur les formations analogiques de la lan (...)

31Michel Bréal (1878a) dépasse la position des néogrammairiens, qui érigent l’analogie en contrepoids des lois phonétiques. Chez lui, l’analogie est un dispositif linguistique (et cognitif26) capital alors qu’elle est un facteur de trouble pour Arsène Darmesteter, et qu’elle émane d’un processus pathologique pour Émile Littré. Bréal précise qu’il s’agit d’un moyen et non pas d’une cause du changement sémantique. Ce moyen relève de l’esprit humain, de « la volonté à demi consciente et opérant à tâtons qui préside à l’évolution du langage » (Essai, p. 64). Il s’oppose donc aux néogrammairiens – qui considèrent l’analogie comme une « éponge se promenant au hasard sur la grammaire pour en brouiller les formes » –, auxquels il riposte qu’« elle est, au contraire au service de la raison, raison un peu courte, un peu dénuée de mémoire, mais qui n’en est pas moins le vrai et nécessaire moteur du langage » (ibid., p. 73). L’analogie ne suffit pourtant pas à contrecarrer les effets des lois phonétiques : elle est nécessaire mais pas « toute-puissante ». Cette force n’est contraignante que dans la mesure où elle définit les limites des nouvelles créations. Ce sont les sujets parlants, en tant qu’instance collective, qui sont responsables de l’analogie. Selon Simone Delesalle et Jean-Claude Chevalier (1986, p. 347) : « [À] l’inverse de l’évolution linguistique du xviiie siècle, où l’analogie permettait d’aller de la raison pure à l’étude des formes linguistiques et de prendre en considération la nature, l’analogie permet, après un demi-siècle d’exaltation naturelle, biologique et mécaniste, de retrouver l’esprit humain. » En se démarquant des professionnels de la langue (philologues et écrivains), qui déplorent l’appauvrissement auquel l’analogie expose la langue, Bréal considère ce dispositif comme « une condition primordiale de tout langage » (Essai, p. 74) et en apprécie les vertus pédagogiques car c’est grâce à elle que l’enfant « s[e] rend maître » de la langue (p. 73).

5.5 Une réorganisation notionnelle : de la synonymie à la polysémie27

  • 27 Ce paragraphe reprend les idées exposées dans Bisconti 2012a.

32Michel Bréal appréhende la synonymie en tant que loi de répartition. Cette loi consiste à attribuer des valeurs différentes à des termes synonymes. L’axiome des synonymistes quant à l’impossibilité de créer deux synonymes absolus trouve « un fondement logique dans la loi de répartition » (Auroux 1985, p. 298). En effet, la possibilité d’avoir « des termes absolument identiques » n’aurait aucune fonctionnalité pour un locuteur dans la mesure où celui-ci « ne croit pas qu’il y ait dans le langage des termes absolument identiques » (Essai, p. 43). Or, en matière de langage, le sentiment du locuteur suffit à établir une loi : « [s]on opinion qu’il n’y a pas de synonymes fait qu’en réalité les synonymes n’existent pas longtemps : ou bien ils se différencient, ou bien l’un des deux termes disparaît » (ibid.). À la différence d’un dictionnaire de synonymes, qui est un pur artefact, l’individu ne dispose pas de séries paradigmatiques, mais procède par réglage progressif du sens des mots qu’il rencontre. La loi de répartition concerne le processus de différenciation qui affecte des mots apparentés. Bréal distingue deux types d’apparentement : de sens uniquement et de forme et de sens.

  • 28 La nécessité d’une étude des mots polysémiques est mise en avant par A. Schlegel dans Réflexions su (...)
  • 29 À ce propos, voir Baldinger 1984.

33Comme l’a bien démontré Simone Delesalle (1987), la notion de synonymie recouvre à cette époque deux ordres de faits : i) les ressemblances sémantiques entre des mots de forme différente et, réciproquement, les nuances qui les séparent ; ii) les relations et les oppositions sémantiques entre des mots d’origine commune et dont les formes sont proches. De ce fait, la loi de répartition touche aux faits de synonymie, polysémie et homonymie. À travers la restriction de la notion de synonymie (qui ne s’applique plus aux distinctions fondées sur l’étymologie), et la thématisation de la polysémie28, Bréal opère « la jonction entre cet état de conceptualisation sémantique et l’état actuel » (Delesalle 1987, p. 294). Liée au changement linguistique dans son acception évolutive, la polysémie a une inscription à la fois diachronique et synchronique29. C’est grâce à ce dispositif que le système ne rompt pas nécessairement avec son histoire car la signification nouvelle peut coexister avec l’ancienne (voir Essai, p. 111). Sur le plan synchronique, la polysémie concerne la multiplication de valeurs associée à une même forme, ce qui la distingue d’une collision adventice de forme entre des mots étrangers du point de vue sémantique. En revanche, la polysémie historique peut être perçue par les locuteurs comme un cas d’homonymie. Avant la formalisation de la polysémie, le champ des similitudes et/ou des oppositions de forme et de sens était appréhendé en termes de synonymie ou d’homonymie. Avec l’avènement de la sémantique, on passe d’un dispositif « à deux termes » (homonymie et synonymie), qui se partagent respectivement les identités de forme et les ressemblances de signification, à un système « à trois termes » (Delesalle 1987, p. 303) : i) distinction de sens dans une même forme (polysémie) ; ii) ressemblance de sens à travers une diversité de formes (synonymie) ; iii) identité de formes qui s’accompagne d’une différence de sens (homonymie). Il n’en reste pas moins que dans les cas comme ciel/cieux ou dessin/dessein (Essai, p. 113-114), c’est-à-dire lorsque la forme est concernée autant que la signification, la polysémie et la synonymie peuvent se partager la même unité lexicale. Si ce type de microsystèmes lexicaux peut être appréhendé en termes de répartition puisque la variation sémantique s’accompagne d’une légère variation de forme, Bréal les classe comme un cas de polysémie car, comme l’a bien relevé Delesalle (1987, p. 304), il les envisage selon une optique d’enrichissement sémantique à partir de la signification première et non dans une optique paradigmatique par rapport à un « conglomérat sémantique » (Essai, p. 46). Les différences de classement entre dictionnaires prouvent que la question du rapport entre sens et forme ne saurait être résolue une fois pour toutes et qu’elle reste largement tributaire du point de vue adopté. En somme, le problème qui se pose ici est celui de la réorganisation d’un champ épistémique suite à l’émergence de nouvelles notions qui introduisent un découpage différent au sein de faits de langue continus. Une fois la polysémie créée, la synonymie ne s’occupera plus que de la ressemblance de sens entre mots dont les formes ne présentent aucun lien. De même, la polysémie s’empare d’une partie des faits qui relevaient de l’homonymie (les rapports de sens entre des formes identiques venant d’une origine commune) ne lui laissant que l’identité des formes due à une collision phonétique accidentelle (par ex. compte/conte).

  • 30 La question de l’ellipse est abordée dans le chapitre xv de l’Essai intitulé « D’une cause particul (...)

34Au demeurant, « une cause particulière de polysémie » (Essai, p. 116) est l’ellipse 30. Ce dispositif est présent dans la métalangue des dictionnaires comme marque pour indiquer des constructions syntaxiques produisant de nouvelles significations ou acceptions. Alors que la polysémie correspond à un excès de sens (Nerlich 1990, p. 123), l’ellipse comporte plutôt un déficit de signification que l’intelligence humaine est néanmoins en mesure d’inférer. Elle pose aux dictionnaires et à la sémantique le problème du signe zéro : Bréal remarque qu’en plus des signes que nous appelons mots, il en existe d’autres qui sont aussi importants mais qui sont « invisibles ». Or, « [l]a seule règle qui compte, c’est celle-ci : la partie qui subsiste tient lieu de l’ensemble, le signe, quoique mutilé, reste adéquat à l’objet » (Essai, p. 116). Dans l’Encyclopédie, César Chesneau Dumarsais présentait l’ellipse comme une figure de construction qui intervient à condition que l’esprit puisse accéder aisément à l’idée sous-entendue. Il s’agit d’un phénomène qui affecte la syntaxe et qui dépend des structures dont la langue dispose. Selon Dumarsais, en latin l’usage fréquent de l’ellipse tenait au système des déclinaisons qui explicitait les rapports entre les mots. Leur disparition dans les langues romanes se traduit par un moindre recours à l’ellipse et suppose le repérage de l’ordre des mots dans la phrase.

  • 31 M. Bréal parle d’« ellipse intérieure » en renvoyant explicitement à la notion de syntaxe intérieur (...)
  • 32 Relier l’activité de l’intelligence à la tradition, comme M. Bréal le fait à plusieurs reprises, su (...)

35Un type d’ellipse que Bréal (1868b, p. 9) appelle « ellipse intérieure »31 ou « idées latentes du langage » prouve que « l’esprit devine ou sait par tradition des rapports qui ne sont nullement exprimés par les mots » (p. 11). Il en va ainsi pour le procédé morphologique de la dérivation : le suffixe –ier est un affixe extrêmement productif car l’esprit associe à une seule forme plusieurs sens. Étant donné les séries pomm-ier, encr-ier, prisonn-ier, voitur-ier, un même suffixe marque tour à tour l’agent qui produit, le réceptacle, l’objet qui est contenu, etc. Bréal ne présente pas ces suffixes comme des homonymes car « il ne serait pas impossible de concevoir un rapport assez abstrait pour convenir uniformément à tous ces dérivés ». En revanche, il insiste sur le fait que l’esprit est contraint « de suppléer à l’équivoque produite par un signe dont le sens est si changeant » (ibid.). Cela démontre que le sens ne se réduit pas à la forme mais qu’il réside dans des processus d’inférence, donc cognitifs. Bréal développe une « bizarre théorie » (Gandon 2006, p. 94) du raccourcissement des formes qui dénoterait le progrès social et technique des peuples. La tendance à l’économie des suffixes, qui va de pair avec l’évolution des idiomes et un certain raccord à la tradition, serait due à l’activité de l’esprit qui « fait entrer les idées nouvelles dans les cadres élastiques qu’il tient des âges précédents » (Bréal 1868b, p. 12). Avec l’ellipse intérieure Bréal réintroduit l’un des concepts fondamentaux de la grammaire générale. Ce procédé démontre que le langage est coextensif à l’intelligence car celle-ci est en mesure de compléter ce qui est suggeré par les unités linguistiques32. Le sous-entendu et l’imprécision sont un atout car ils préservent la mécanique du système. Si la correspondance entre pensée et langage était parfaite, « il faudrait qu’à chaque notion nouvelle la langue se modifiât, ou que les opérations de notre esprit restassent toujours semblables à elles-mêmes, pour ne pas briser le mécanisme du langage » (ibid., p. 9). Saussure, au contraire, sera très critique envers l’ellipse en ce qu’elle suppose une conception téléologique du langage (voir infra, § 6.6.1).

5.5.1 Le mécanisme de la figuration pour la sémantique

36Si la sémantique bréalienne adopte le dispositif sens propre/sens figuré, c’est aussi parce que la lexicographie a contribué à émanciper les figures de leur origine rhétorique en en faisant des outils de description métalinguistique. La position de Michel Bréal apparaît dans les chapitres consacrés à la polysémie et à la métaphore. Les tropes (catachrèse, métaphore, euphémisme, exagération, etc.) concernent la dimension tant diachronique que synchronique du changement sémantique et permettent d’expliquer les démarches cognitives de l’esprit humain (Nerlich 2000, p. 188). Or, comme l’a noté Sylvain Auroux (1979b, p. 64), « [l]a connaissance des tropes […] n’apprend rien en dehors d’une application à des données empiriques et contingentes. Autrement dit, la valeur cognitive du trope dans l’histoire n’intervient qu’après coup ; Bréal ne s’y trompera pas ».

37La multiplication des sens d’un mot répond à une exigence d’économie mentale, qui est une nécessité de l’esprit. La centralité que Bréal accorde au sujet parlant contribue à faire évoluer l’étude des figures vers un modèle explicatif axé sur la liberté associative des locuteurs (voir De Palo 2001), même si cette liberté est contrainte par le système (Systemzwang). Or, la dialectique entre sens propre et sens figuré ne concerne que le point de vue du sémanticien car pour les sujets parlants, écrit Bréal, le dictionnaire mental sélectionne automatiquement l’unité lexicale demandée sans qu’ils aient à opérer un choix parmi tous les sens d’un mot polysémique. Il en découle que les locuteurs restent généralement en-deçà des mécanismes de la figuration. Bréal s’écarte de la rhétorique, qui qualifie le principe de la figuration d’« abus de langage » (catachrèse), argumentant que « pour le commun des hommes, ces expressions ne tardent pas à être naturelles et légitimes » (Essai, p. 100). Brigitte Nerlich (2000, p. 184) a bien vu que « comme la catachrèse fait que le langage s’affranchit sans violence de ses origines, l’étude de la catachrèse faisait que la sémantique s’affranchissait sans violence de ses origines dans l’étymologie et la lexicographie ».

38Bréal met en avant l’importance fondamentale de la métaphore pour la formation du langage ; il la classe parmi les causes du changement linguistique non parmi les lois, et ce avec raison car « les tropes n’ont aucune valeur prédictive ou normative » (Auroux 1979b, p. 65). À la différence des autres causes qui sont « lentes et insensibles » (Essai, p. 101), les effets de la métaphore sont immédiats : elle opère dans un premier temps de manière instantanée et s’inscrit ensuite dans la durée à condition qu’elle soit « juste » ou qu’elle « comble une lacune du vocabulaire » (ibid.). On reconnaît ici le principe d’adéquation du mot à la chose et de fonctionnalité du signe. Enfin, une fois que la métaphore est admise en langue – où elle coexiste avec le sens propre –, elle perd sa valeur figurative pour acquérir une valeur désignative.

5.6 La découverte du sujet parlant : une rupture avec la lexicographie

  • 33 Voir à ce propos Aarsleff 1981.

39Au moment où l’étude anthropologique et philosophique du langage est remplacée par l’étude naturaliste de la langue (Nerlich 1999, p. 444), Michel Bréal redécouvre l’homme au sein de la société et dans la marche de l’histoire. Cette découverte du sujet parlant est le corollaire de la réhabilitation du rôle de la volonté et de l’intelligence dans la lignée des thèses qu’Hippolyte Taine (1828-1893) expose dans De l’intelligence (1870), que Bréal cite dans l’Essai (note 1, p. 173)33. Cependant, la tentative de concilier l’étude de la subjectivité avec l’analyse des changements au cours de l’histoire demeure problématique. Les lois du langage s’inscrivent certes dans la psyché des sujets, mais elles se mettent en place au cours du temps, c’est pour cela qu’elles sont intellectuelles et historiques à la fois. Christian Puech (2000, p. 142) relève l’« urgence pédagogique » du projet bréalien qui est une « incitation à la réappropriation par les sujets parlants d’un patrimoine confisqué ». Pour sa part, Dirk Geeraerts (1993) remarque une convergence entre la sémantique diachronique et l’herméneutique de Wilhelm Dilthey (1833-1911), leur dénominateur commun étant la mise en avant de l’expérience humaine. Or, Bréal s’intéresse à la psychologie du sujet comme individu et non comme instance collective, ce qui le démarque à la fois de la position d’Arsène Darmesteter et des thèses que Wilhelm Wundt (1832-1920) développe dans Völkerpsychologie (1890).

  • 34 Pour une analyse de l’horizon de projection immédiat de la sémantique bréalienne, voir Bergounioux (...)

40La valorisation du locuteur détermine une rupture entre la sémantique et la lexicographie, notamment à propos du statut de l’étymologie populaire. Pour la lexicographie, l’étymologie demeure le fil rouge qui rend compte de l’histoire de la langue ; les dictionnaires rejettent l’étymologie populaire comme étant déviante et considèrent les formes codifiées en langue par ce biais comme des phénomènes pathologiques, ce qui revient à désavouer les perceptions des locuteurs. Lexicographie et sémantique sont donc en désaccord sur la valeur de vérité de faits de langue par rapport à leur histoire : un dictionnaire historique ne saurait valider une fausse perception qui enfreindrait la filière du mot, tandis que pour la sémantique « les distinctions que fait le peuple sont les seules vraies et les seules bonnes » (Essai, p. 43). Il s’ensuit que le sujet parlant est l’unique législateur en matière de langage : « Comme le peuple, en cette matière, est à la fois l’élève et le maître, ce qu’il change, ce qu’il unifie, ce qu’il abroge, devient la règle de l’avenir. » (Ibid., p. 171) L’approche anthropologique du sémanticien réhabilite la perspective du sujet parlant, l’homme étant « à la fois le principe et la fin, puisque tout, dans le langage, procède de lui et s’adresse à lui » (Bréal 1866a, p. 67). Dans la Grammaire historique de la langue française (1913), le linguiste danois Kristoffer Nyrop (1851-1931) considérera ce principe comme l’axiome même de la sémantique34.

41Le tournant humaniste de la linguistique bréalienne suscite une querelle sur le rôle de la volonté humaine qui dérive de la tendance à confondre volonté/intelligence et réflexion/intention :

[J]usqu’à quel point l’intention a-t-elle part dans les faits du langage ? Les linguistes modernes, en général, sont très nets pour repousser l’idée d’intention. Tout au plus admettent-ils que des accidents survenus fatalement et sans aucune prévision aient été utilisés d’une façon spontanée et inconsciente. Il est certain qu’on a singulièrement abusé autrefois des intentions prêtées au langage […]. Mais la doctrine contraire n’est pas moins éloignée de la vérité. Il semble que la linguistique moderne confonde l’intelligence avec la réflexion. Pour n’être pas prémédités, les faits du langage n’en sont pas moins inspirés et conduits par une volonté intelligente. (Essai, p. 206)

  • 35 Tout en reconnaissant la « clairvoyance » de M. Bréal en la matière, A. Thomas (1897, p. 193) se mo (...)
  • 36 Selon G. Maspero (1916, p. 565), « [é]cartant l’“inconscient” des théories germaniques ou germanist (...)

42Si pour Bréal l’intelligence s’exerce par le biais de la volonté35, ce n’est pas pour autant qu’elle implique une quelconque préméditation36. La volonté humaine serait plutôt une « spontanéité non réfléchie », qui relève d’un principe d’institution et de « liberté conditionnée » (Puech 2000, p. 146) par la nécessité d’intercompréhension. Bréal postule une « volonté inconsciente », à savoir des facultés intellectuelles semi-conscientes qui reposent sur des processus intuitifs -apparentés à l’instinct, sans toutefois parvenir à organiser ses intuitions en un corps de doctrine cohérent. Les réserves de Victor Henry (voir supra, § 4.2) envers cette -valorisation de la conscience sont de nature « principielles » (Puech 1985, p. 61). Car ses recherches sur les productions linguistiques de la glossolale Hélène Smith lui fournissent une démonstration d’ordre phénomènal que les effets de sens sont produits mécaniquement selon des règles rigoureuses qui restent en dessous du seuil de conscience, ce qui constitue une réfutation de la position bréalienne :

Michel Bréal l’a [l’activité intellectuelle] récemment étudiée dans un beau livre […] que j’admirerais moi-même davantage, si presque à chaque page je ne m’y sentais arrêté et froissé par la permanente présomption, avouée ou latente, de l’intervention de la conscience dans les opérations élémentaires du langage. Que si les procédés d’un sujet plongé à l’état de subconscience et créant un langage reproduisent exactement les phénomènes de sémantique relevés par notre maître à tous dans sa vaste et ingénieuse enquête […], il demeurera établi par voie expérimentale ce que je m’étais efforcé de démontrer à grand renfort d’arguments et d’analyses logiques : que le langage est l’œuvre spontanée d’un sujet absolument inconscient des procédés qu’il emploie à cet effet. (Henry 1901, p. 5-6)

43Une tentative de dépasser le paradoxe bréalien sera la thématisation saussurienne des notions de langue et parole : « La langue n’est pas une fonction du sujet parlant, elle est le produit que l’individu enregistre passivement ; elle ne suppose jamais de préméditation […]. La parole est au contraire un acte individuel de volonté et d’intelligence » (CLG/E 244-246).

44La centralité que Bréal accorde au sujet parlant apparaît dans le chapitre de l’Essai intitulé « L’élément subjectif », qui ouvre la voie aux théories de l’énonciation du xxe siècle, à commencer notamment par l’article d’Émile Benveniste (1902-1976) « De la subjectivité dans le langage » (1958). Selon Bréal, la langue révèle les marques de la subjectivité dans les adverbes épistémiques (sans doute, peut-être, probablement, sûrement), dans les formes verbales ou encore dans les pronoms. Ces derniers démontrent que « la part qu[e] [l’homme] s’est faite à lui-même dans le langage est tout à fait disproportionnée », la P1 et la P2 fondant l’acte même de parole. Les pronoms moi et toi contiennent ainsi la première leçon de psychologie de l’enfant et constituent la preuve irréfutable que l’homme n’est jamais un « observateur désintéressé » (Essai, p. 169), ni un pur descripteur du monde. De même, l’importance de la subjectivité a déterminé la primauté des modes dans la conjugaison, les tiroirs verbaux et les personnes étant postérieurs à ceux-ci. En particulier, l’impératif s’avère « le mode où l’élément subjectif se montre le plus fortement » car sa prérogative est « d’unir à l’idée de l’action l’idée de la volonté de celui qui parle » (p. 168). Ce mode serait le premier en date et lorsqu’il y a identité de formes avec l’indicatif, c’est ce dernier qui est l’« emprunteur ». La parole n’est pas conçue premièrement comme instrument de transmission des idées ou des opinions, mais comme instrument de désir, de pouvoir et de volonté. La prérogative des échanges langagiers n’est pas d’être de type informatif. Car la parole vise d’abord à « [e]xprimer un désir, intimer un ordre, marquer une prise de possession sur les personnes ou sur les choses » (p. 169) et à intervenir sur la réalité.

5.6.1 L’activité sémiotique humaine : mots, signes, valeurs

  • 37 « Nos pères de l’école de Condillac, ces idéologues qui ont servi de cible, pendant cinquante ans, (...)

45Le rejet des positions organicistes s’accompagne d’un retour aux thèses sémiotiques du xviiie siècle37. La langue est conçue comme un système symbolique où la relation du mot au référent n’a pas à être justifiée et où les mots sont les signes des idées, c’est-à-dire un raccourci pour accéder à la pensée. C’est pourquoi Daniele Gambarara (1999, p. 43) voit dans la théorie bréalienne une découverte manquée du sens, voire une sémiologie sans sémantique. Michel Bréal (1879, p. 1009) fait valoir que les individus pensent à travers les mots ou plutôt qu’ils pensent en mots. S’il estime que les idées ont dû précéder les mots, il croit néanmoins que ceux-ci objectivent la pensée en la rendant maîtrisable (Essai, p. 172). À partir des idées et des mots/signes, les opérations de l’intelligence nous permettent d’échanger les seconds contre les premières :

[C]e ne sont pas les choses que notre esprit conçoit, associe ou oppose ; nous imitons les banquiers qui ont des valeurs entre les mains et qui les traitent comme si elles étaient le numéraire lui-même, parce qu’ils savent qu’à un moment donné ils pourront le changer contre le numéraire. Dans une discussion sur une question de philosophie ou de politique, nous n’aurions pas le temps d’aller jusqu’aux idées que les mots représentent, mais ils nous en tiennent lieu par une sorte d’algèbre dont l’éducation nous a fait une habitude. (Bréal 1879, p. 1009-1010)

  • 38 Voir supra, chap. 4, note 22.
  • 39 M. Bréal (1887, p. 205-206) donne l’exemple du nombre 2738 : « Une langue ne se compose pas seuleme (...)

46Dans l’argumentation bréalienne, la connotation économique du terme valeur38 se superpose à une acception linguistique alors que chez Darmesteter il relève d’une herméneutique tropologique et que chez Saussure il est des passages qui contiennent des comparaisons avec l’économie. Or, la valeur des mots dans la langue correspond à la fonction qu’ils remplissent, ce qui amène Bréal à parler de « sens de position »39. La seule valeur qui compte dans un mot est celle qu’il a au moment de son emploi : l’étymologie en est par là même délégitimée car « la valeur actuelle et présente du mot exerce un tel pouvoir sur l’esprit, qu’elle nous dérobe le sentiment de la signification étymologique » (ibid., p. 821).

5.7 Le sens à l’épreuve de la syntaxe

  • 40 Les deux derniers faits sont analysés dans la troisième partie de l’Essai intitulée « Comment s’est (...)

47L’étude de la signification ne concerne pas seulement le lexique, elle regarde également l’ordre des mots dans la phrase. La syntaxe, négligée par la grammaire comparée (voir Bréal 1866b, p. xli), trouve sa place au sein de la sémantique. Michel Bréal passe en revue des phénomènes qui relèvent du niveau syntagmatique : raccourcissement, groupes articulés, contagion, force transitive40. Une fois de plus, il se démarque de l’approche atomiste de la phonétique historique car « le mot, à l’état isolé, n’existe pas très clairement dans la conscience populaire » (Essai, p. 128), perception d’autant plus vraie pour les illettrés. La combinatoire syntagmatique démontre la primauté du sens par rapport à la forme : « C’est le sens et non autre chose, qui fait le composé, et qui, en dernière analyse, décide de la forme » (p. 121). Tel est le cas des groupes articulés, c’est-à-dire des locutions que « l’usage a réuni[e]s depuis si longtemps qu’[elles] n’existent plus pour notre intelligence à l’état isolé » (p. 128). Bréal se réfère tantôt aux locutions conjonctives telles que parce que, pourvu que, quoique, attendu que, etc., tantôt aux locutions adverbiales comme sans conteste ou à des périphrases comme il y a péril en la demeure, où des substantifs (conteste, demeure) sont attestés qui n’ont guère d’autres emplois en langue. Les groupes articulés possèdent, en plus du sens (leur « valeur propre ») des unités lexicales qui les constituent, une « valeur de position » (p. 129) qui découle de la place qu’ils occupent dans la phrase. La phrase devient ainsi l’unité sémantique (De Palo, 2001a, p. 99) qui détermine ces valeurs.

48Le raccourcissement, cause fréquente de polysémie et forme particulière d’ellipse (voir supra, § 5.5), montre l’autonomie du sens par rapport à la forme. Il s’agit du changement de sens qui affecte un des termes d’une association de mots lorsque l’un des deux disparaît : (capitaine) général, des (notes) blanches/noires, ou encore des verbes qui absorbent le sens du complément. Ces faits relèvent de ce que l’auteur appelle la « langue sténographique ». Loin de nuire à la pensée, ces procédés sont l’expression même du « travail normal et légitime de l’intelligence » (Essai, p. 120).

49La contagion, quant à elle, concerne le glissement d’une idée dans un mot sous l’influence du groupe où ce dernier est régulièrement employé. Bréal illustre ce phénomène par le sens de pas, point, rien, aucun, personne, jamais qui, par leur association à l’élément négatif ne, sont devenus à leur tour négatifs. En réalité, Bréal semble envisager un niveau sémantique phrastique autonome (De Palo 2001a, p. 117) car « [l]’action contagieuse a été produite par le sens général de la phrase » (Essai, p. 148). En effet, le changement sémantique est survenu non seulement dans les phrases négatives, mais aussi dans les interrogatives. La force transitive peut se relier à la contagion dans la mesure où les deux processus relèvent de l’association d’idées. En particulier, la force transitive tient à l’impression que certains verbes soient transitifs puisqu’ils ont été « fréquemment associés à des mots qui en déterminaient la portée » (ibid., p. 140). À l’origine ces verbes se suffisaient à eux-mêmes, mais l’association avec des mots qui les restreignaient et les précisaient en a progressivement modifié le sens et ils sont alors apparus comme devant être suivis d’un complément. En somme, « la force transitive ne se borne pas à établir un lien entre le verbe et son complément : elle transforme le sens du verbe » (p. 143). Bréal envisage l’« ordre nouveau » qui se produit comme une adéquation nécessaire du langage à l’esprit humain et qui serait, en dernière instance, facteur de progrès.

5.8 Quel régime de généralité pour la sémantique ?

  • 41 En complétant l’échantillon proposé par L. Bloomfield (1927) à partir d’ouvrages allemands, anglais (...)
  • 42 M. Bréal s’en prend aux retombées de la grammaire générale dans le domaine pédagogique. Dans une co (...)
  • 43 Voir à ce propos Boutan 2005 et 2012.

50Les linguistes du dernier tiers du siècle manifestent une commune aspiration à la généralité sans pour autant convenir d’une manière univoque de l’entendre ou de la pratiquer41. Cette question parcourt la réflexion de Michel Bréal et se définit à certains égards en opposition à la tradition port-royaliste42. Celle-ci offre certes l’avantage de relier la langue à la pensée, mais elle a trop tendance à « appliquer un patron fait d’avance à des idiomes d’organisation très-différente » (Bréal 1868b, p. 30). Si la généralité telle que la conçoivent les Messieurs de Port-Royal est essentiellement de type déductif, Bréal, sans opposer simplement la grammaire historique à la grammaire générale43, met en avant la nécessité d’un dépassement de cette phase car « il est temps que l’observation des faits succède au règne de la théorie » (Bréal 1898, p. 1). Le « phénoménalisme positiviste » (Médina 1978, p. 10) s’avère donc une étape préalable à la systématisation des faits observés dans le cadre d’une théorie générale. Dès lors, la généralisation est l’horizon de la démarche inductive de Bréal qui le conduit à dégager des lois générales et tendancielles, mais non déterministes (voir Auroux 1988) :

[P]uisque la grammaire générale se propose de montrer le rapport qui existe entre les opérations de notre esprit et les formes du langage, comment pourrait-elle se trouver en opposition avec une science dont l’objet est d’analyser ces formes ? […] ou bien les théories de la grammaire générale seront confirmées par l’examen scientifique des divers idiomes parlés sur la surface du globe, et alors les travaux des philologues seront la justification et la contre-épreuve de cette philosophie du langage ; ou bien, sur certains points, il y aura désaccord entre les opérations de notre esprit […] et les procédés du langage constatés par l’analyse philologique, et ce sera pour nous un avertissement de remonter jusqu’à l’origine de cette divergence et d’en trouver le principe. (Bréal 1868b, p. 7-8)

51Antoine Meillet (1905-1906, p. 7), quant à lui, ne se satisfait pas de la méthode historique puisque « l’histoire ne saurait être pour la linguistique qu’un moyen, non une fin ». Ainsi, met-il en avant le défaut de la méthode historique qui est d’aboutir « à une poussière d’explications dont chacune peut être juste mais qui ne constituent pas un système et qui ne sont pas susceptibles d’en constituer un jamais » (ibid., p. 13). Antoine Thomas (1987, p. 178), pour sa part, insiste sur le fait que la réflexion de Bréal ne se limite pas à l’étude du sens : « Telle que la pratique M. Bréal, la sémantique nous apparaît moins comme une science distincte que comme une certaine façon d’entendre et d’étendre la linguistique. » Paul Valéry (1898, p. 259) ne dira pas autre chose dans son compte rendu de l’Essai : « La recherche de M. Bréal supporte la généralisation qu’elle suggère. Elle attire l’étude sur tous les systèmes symboliques. » Loin d’être une théorie accomplie, la sémantique est une tentative d’appréhender l’activité langagière dans son ensemble :

Les lois et les divisions du sujet sont proposées comme provisoires et le livre entier présenté comme une « directive » au monde pensant. Le vœu de l’auteur est de susciter les travaux possibles sur un point : son ouvrage peut supporter des théories différentes : il offre des cadres élastiques, des relations perfectibles, un système défini, solide, des faits tout prêts pour la pensée. (Valéry 1898, p. 256)

  • 44 L. Bloomfield (1927) aussi mentionnera l’Essai parmi les productions de linguistique générale.

52Si Bréal parvient à une linguistique générale44 qui promeut la centralité de la dimension sémantique dans les faits de langage à partir des acquis de la grammaire comparée, il prend néanmoins ses distances de cette dernière car elle ne considère le sens que comme un principe de segmentation des unités phonologiques. Pour la sémantique bréalienne, l’étude des mécanismes de la signification permet d’accéder à l’esprit humain et de cerner ce que Wilhelm von Humboldt (1767-1835) appelait Innere Sprachform (forme linguistique interne). Loin d’être un fait de nature, celle-ci est une construction socio-historique « puisqu’elle varie d’un idiome à l’autre, et puisque pour un seul et même idiome elle se modifie dans le cours des âges » et se confond, en dernière instance, avec « le souvenir de la langue maternelle » (Essai, p. 204-205).

  • 45 M. Bréal est l’auteur, avec A. Bailly, d’une série de manuels scolaires de lexicologie grecque et l (...)

53L’intérêt pour la maîtrise d’une compétence lexicale pousse Bréal à élargir sa réflexion aux mécanismes d’acquisition du langage, notamment à l’appropriation du vocabulaire par l’enfant. Dès lors, son programme théorique se double d’un projet pédagogique axé sur la composante lexicale. Si le débat pédagogique relatif à l’enseignement de la langue est « confisqué par la question grammaticale », Bréal, comme Larousse, appelle de ses vœux « un déplacement d’accent vers le vocabulaire » (Statius 2005, p. xix)45. Ce positionnement rompt également avec une grammaire scolaire tributaire de la grammaire générale qui propose, parmi ses exercices de pointe, l’analyse logique et l’analyse grammaticale, ce qui a pour corollaire l’imposition de nomenclatures trop complexes pour les élèves. Il s’ensuit une remise en question des programmes de l’école primaire, qui ne parvient pas à se débarrasser de « l’esprit logicien alors que la linguistique moderne impose l’idée que la langue est un fait social » (ibid., p. xx).

5.9 Conclusion

54Michel Bréal montre l’impossibilité d’aborder le sens en dehors des autres niveaux de l’analyse linguistique. Si la sémantique entretient l’illusion de pouvoir étudier le sens en faisant abstraction de la forme, l’auteur n’en est pas moins conscient que le sens est à concevoir davantage comme une recherche permanente de la part des locuteurs que comme un objet phénoménal qui s’offre à l’observation savante. Il débarrasse ainsi cette étude des contraintes de l’étymologie et démontre que le chemin suivi par la signification tient aux aléas de l’histoire et à la psychologie humaine. C’est par le biais de la signification que Bréal fonde une linguistique humaniste où l’étude du sens passe par tout ce qui fait sens dans la langue grâce à l’activité des locuteurs. La sémantique ne peut alors se concevoir que comme un continuum de discours disciplinaires : de la morphologie au lexique, de la syntaxe à la psychologie, de l’acquisition du langage à la philosophie du langage. Elle se constitue moins comme un savoir pur que comme un espace théorique intégré où s’affrontent les grandes thématiques de la science du langage moderne. On peut dès lors supposer que « la fonction intégratrice du point de vue disciplinaire » (Chiss et Puech 1999, p. 23) est une dimension première de l’épistémologie de la sémantique.

  • 46 Sur les rapports entre la stylistique de C. Bally et la sémantique, voir Bisconti (2015a).

55Enfin, si l’on considère que « [l]e point de vue disciplinaire peut être […] caractérisé […] par rapport à l’après, c’est-à-dire l’horizon de projection vers lequel tend l’objet conceptuel » (Chiss et Puech 1999, p. 10), il faut en conclure que c’est aussi la postérité qui fonde par la réception. Un moment de cet après est la réception de l’Essai de sémantique par l’École de Genève. Comme nous le savons grâce à la correspondance de Bréal (voir Décimo 1993), Charles Bally (1865-1947) lui envoie une lettre datée du 15 septembre 1905 en accompagnement à un ouvrage – vraisemblablement le Précis de stylistique, paru en 1905 – pour que Bréal puisse « contribuer à le faire connaître en France ». Cette demande de diffusion est d’autant plus légitime qu’« [e]n maint endroit vous sentirez, écrit Bally, l’influence de votre “Essai de Sémantique” qui a été pour moi l’ouvrage d’initiation » (dans Décimo 1993, p. 54)46.

Notes

1 Sur la notion de texte fondateur, voir Chiss et Puech 1999 et Colombat et al. 2010.

2 Le décalage avec la réception de l’ouvrage au xxe siècle est frappant : selon S. Ullmann (1959 [1952], p. 2), « l’initiative de Bréal eut le mérite de cristalliser toutes ces idées sous une forme élégante et lucide […] et de créer un climat favorable pour le développement de la science nouvelle » puisque « la découverte heureuse d’un terme approprié devait faciliter les progrès de l’entreprise ».

3 À ce propos, J.-L. Chiss et C. Puech (1999, p. 10) remarquent : « Le point de vue disciplinaire (ou disciplinarité) peut être sommairement caractérisé […] par rapport à l’actuel, à la synchronie où se joue la relation aux autres discours de connaissance et aux contextes en général de l’activité théorique, la disciplinarité supposant l’interdisciplinarité, c’est-à-dire les dispositions, différences et accointances dans le jeu des disciplines. »

4 M. Bréal écrit à A. Chuquet (1853-1925), directeur de la Revue critique : « [J]e voudrais que ce fût Meillet qui fît le compte rendu. Il a déjà un exemplaire. Je ne tiens pas à ce que ce soit (Victor Henry), qui mettrait trop d’éloges, trop de philosophie et trop d’histoire naturelle. En général (je vous dis cela en confidence), il fait des comptes rendus dont je suis quelquefois étonné et affligé, louant des ouvrages détestables. » (Dans Décimo 2000, p. 74)

5 Rappelons que F. de Saussure s’est installé à Paris à l’automne 1880 et qu’il a suivi, à l’École pratique des hautes études, les cours de M. Bréal en 1880-1881. Nommé maître de conférence de gothique et de vieux-haut allemand le 30 octobre 1881, Saussure occupera cette fonction de 1881 à 1889 et de 1890 à 1891, voir Décimo 1995.

6 Le 3 novembre 1877, M. Bréal écrit dans son journal : « La jeunesse ne respecte ni l’âge, ni la fonction : les services rendus autrefois sont vite oubliés. […] En tout autre état – même chez l’acteur – le passé compte : avec un public d’étudiants, aussitôt entré dans la salle, il n’y a ni titres ni réputation – vous êtes seul, n’attendez rien que de vous. » (Dans Décimo 1997, p. 62)

7 La première attestation du terme sémantique chez M. Bréal date de 1879, comme nous le savons grâce à sa lettre du 14 avril 1879 à A. de Gubernatis : « Je prépare aussi un livre sur les lois intellectuelles du langage, auquel je travaille depuis des années : c’est ce qu’on peut appeler la sémantique » (dans Ciureanu 1955, p. 460). Ce terme, prétendument néologique, est déjà enregistré en 1875 par P. Larousse dans son Grand Dictionnaire universel du xix e siècle, qui ne fait toutefois aucune allusion à la nouvelle discipline : « SÉMANTIQUE s. f. (sé-man-ti-ke – du gr. sêmantikos, qui a rapport aux signes, de sêma, signe). Art milit. Art de mouvoir les troupes à l’aide de signaux […]. » É. Littré, qui enregistre céleustique ne mentionne pas sémantique.

8 Dans le chapitre xxi de l’Essai, il précise que la « contagion n’est pas autre chose qu’une forme particulière de l’association des idées » (Essai, p. 147).

9 M. Bréal est l’auteur, avec A. Bailly (1883-1911), d’un Dictionnaire étymologique latin (1914 [1885]) qui met au premier plan l’importance de l’histoire et des aspects anthropologiques qui façonnent la langue.

10 Cette voie sera empruntée par R. de la Grasserie (1839-1914) qui, dans son Essai d’une sémantique intégrale (1908), cherche à étudier le sens en synchronie. Son approche se démarque de la sémantique bréalienne en ce que, dans le sillage des Idéologues, il vise à étudier l’idée en elle-même et dans ses rapports avec les autres idées. Si Bréal part du principe que l’homme ne manie pas des idées mais des signes qui évoluent de manière arbitraire en fonction des aléas individuels et historiques, De la Grasserie croit que le langage, pour être efficace, doit avoir une correspondance parfaite entre mots et idées, ce qu’il appelle isonomie. Dans cette optique, la polysémie ou tout manque d’adéquation entre pensée et expression est un défaut du langage. Sur l’œuvre de De la Grasserie, voir Delesalle 1990 et Auroux et Delesalle 2000.

11 Pour une réfutation de la valeur artificielle de la polysémie, voir Kleiber 1999.

12 Au xxe siècle, l’analogie sera plutôt avec l’encyclopédie, l’idée sous-jacente étant qu’il est nécessaire de faire appel à des connaissances encyclopédiques pour actualiser les composantes du sens d’un mot, voir infra, § 7.6.4.

13 On trouve ce même infléchissement chez V. Henry (1988 [1896 ; 1901], p. 12) : « [P]our rester conséquent avec le point de vue objectif où nous nous sommes placés dès le début, il meurt une langue chaque fois qu’il meurt un sujet parlant, il en naît une à chaque fois qu’un enfant commence à parler ».

14 P. Desmet et P. Swiggers (1995, p. 286) attribuent à M. Bréal la « remarquable définition du trésor linguistique ». Pourtant, l’image de la langue comme legs ou héritage figure déjà chez É. Littré (DLF, Préface, p. vii), qui parle de « trésor commun » en mettant en relief l’aspect collectif de la langue.

15 À propos de l’uniformitarisme en linguistique, C. T. Christy (1983), qui ne mentionne pas M. Bréal, démontre que l’uniformitarisme géologique constitue le modèle des néogrammairiens.

16 Cette question fait l’objet de l’article de L. Adam « La linguistique est-elle une science naturelle ou une science historique ? », Revue de linguistique et de philologie comparée, 1882, t. 3, p. 373-395.

17 Pour une présentation critique de la recherche des correspondances diachroniques chez les néogrammairiens, voir Desmet et Van Hoecke 1993.

18 P. Swiggers et W. Van Hoecke (1990, p. 668) y voient un « changement théorique radical » et même une « conversion épistémologique ».

19 Dans son journal, à propos des progrès accomplis par son fils Auguste (âgé de 6 ans) en allemand, M. Bréal parle d’instinct de la grammaire : « Non seulement il sait la langue, vocabulaire et grammaire, d’une façon suffisante, mais il a assez acquis l’instinct de la grammaire, pour deviner les formes irrégulières. » (Dans Décimo 1997, p. 56)

20 M. Bréal consacre la première partie de l’Essai, intitulée Les lois intellectuelles du langage, à l’énumération des lois intellectuelles : spécialité, répartition, irradiation, survivance des flexions, apophonie et analogie. Les deuxième et troisième parties s’étalent également sur le sujet (il est question respectivement de restriction, élargissement, métaphore, épaississement, polysémie, groupes articulés, force transitive et contagion).

21 Rappelons que M. Bréal (1887) cite le néogrammairien H. Paul (1846-1921) qui, dans son ouvrage Principien (1886, 2e éd.), décrit les changements sémantiques en termes psychologiques. Bréal qualifie cet ouvrage de « livre de Sémantique ». Paul élabore une classification logique des changements sémantiques qui repose sur trois typologies : la spécialisation, la limitation, la synecdoque. Réciproquement Paul connaît Bréal, dont il cite « Les idées latentes du langage ». Dans la bibliographie des éditions postérieures à 1886, il mentionne aussi l’« Histoire des mots » et l’Essai de sémantique, voir De Palo 2001a.

22 Le compte rendu qu’A. Meillet fait de la troisième édition de l’Essai sera plus critique que celui de la première. On peut y lire un signe de l’autonomie intellectuelle de l’élève rapport à la doctrine du maître. Meillet essaiera en effet d’infléchir la sémantique vers la sociologie.

23 M. De Palo (2001a, p. 172-173) identifie au moins quatre niveaux de la doctrine bréalienne qui témoignent du manque de problématisation de l’intersubjectivité du langage : i) la nature psychologique du signe ; ii) le caractère individuel et subjectif de la mémoire ; iii) la notion de volonté intelligence qui semble une prérogative individuelle de chaque sujet ; iv) la difficulté de ramener les transformations sémantiques aux lois intellectuelles et cognitives du langage.

24 Pour une présentation des arguments des deux écoles, voir Douay et Pinto 1991.

25 Comme le notent S. Delesalle et J.-C. Chevalier (1986, p. 341), « si l’on compare les langues, c’est pour les classer en familles, de manière à ce que leur organisation morphologique permette de remonter à leur origine. Le sens du processus empêche donc l’analogie d’être un concept opératoire : il n’y a ni à étudier le dynamisme d’une évolution ni à chercher les règles d’un système, puisqu’on passe à travers les langues pour repérer les parentés de forme, et puisqu’on remonte le temps ».

26 Dans sa thèse intitulée Étude sur l’analogie en général et sur les formations analogiques de la langue grecque (1883), dédiée à M. Bréal, V. Henry rattache l’analogie à l’association des idées.

27 Ce paragraphe reprend les idées exposées dans Bisconti 2012a.

28 La nécessité d’une étude des mots polysémiques est mise en avant par A. Schlegel dans Réflexions sur l’étude des langues asiatiques adressées à Sir James Mackintosh en 1832 (Bonn, Weber, p. 42) : « Les articles [de dictionnaires] concernant les termes polysémantiques sont particulièrement peu satisfaisans [sic] : la rédaction de ces sortes d’articles est pourtant la pierre de touche d’un bon dictionnaire. Il faut d’abord chercher la signification primitive ou fondamentale du mot, à laquelle toutes les autres doivent être ramenées comme à leur centre commun ; il faut observer l’affinité des idées, et retrouver le passage graduel et nuancé de l’une à l’autre ; il faut expliquer les transitions brusques et inattendues : ce sont pour la plupart des expressions originairement figurées et devenues peu à peu des mots propres, lorsque la métaphore ou l’allusion qui leur avait donné naissance, a été oblitérée par le temps. Quelquefois, une seule série ne suffit pas : il faut revenir plusieurs fois à la tige commune, pour suivre les ramifications divergentes. »

29 À ce propos, voir Baldinger 1984.

30 La question de l’ellipse est abordée dans le chapitre xv de l’Essai intitulé « D’une cause particulière de la polysémie ».

31 M. Bréal parle d’« ellipse intérieure » en renvoyant explicitement à la notion de syntaxe intérieure élaborée par le philologue A. Régnier (1804-1884).

32 Relier l’activité de l’intelligence à la tradition, comme M. Bréal le fait à plusieurs reprises, suppose que les postures de l’entendement sont induites par la culture, ce qui est en accord avec la vision de la langue comme produit historique. De même, dans l’article de l’Encyclopédie consacré à l’ellipse, C. C. Dumarsais affirmait que « [c]e retranchement […] doit être autorisé par l'usage » (t. 5, p. 515).

33 Voir à ce propos Aarsleff 1981.

34 Pour une analyse de l’horizon de projection immédiat de la sémantique bréalienne, voir Bergounioux 1998a.

35 Tout en reconnaissant la « clairvoyance » de M. Bréal en la matière, A. Thomas (1897, p. 193) se montre plus prudent quant aux conclusions : « Il a réussi à montrer que la pensée de l’homme était intimement associée à beaucoup de phénomènes linguistiques, attribués trop souvent à la structure des organes, qu’elle en était même le premier moteur ; mais il a peut-être trop dissimulé la faiblesse, l’inconsistance, la versatilité prodigieuse de ce premier moteur. L’homme est un roseau pensant, mais ce n’est qu’un roseau. »

36 Selon G. Maspero (1916, p. 565), « [é]cartant l’“inconscient” des théories germaniques ou germanistes, M. Bréal se refuse à prêter au langage un développement spontané, mais il voit en lui un produit réfléchi de l’homme vivant en société, que le milieu ambiant, l’école, la littérature, la pratique des classes instruites, le frottement hostile ou pacifique avec l’étranger modifient sans relâche ».

37 « Nos pères de l’école de Condillac, ces idéologues qui ont servi de cible, pendant cinquante ans, à une certaine critique, étaient plus près de la vérité quand ils disaient, selon leur manière simple et honnête, que les mots sont des signes. » (Essai, p. 175)

38 Voir supra, chap. 4, note 22.

39 M. Bréal (1887, p. 205-206) donne l’exemple du nombre 2738 : « Une langue ne se compose pas seulement de mots et de locutions […]. Soit, par exemple, un nombre de quatre chiffres, 2738. Que je fasse changer de place ces chiffres entre eux, que je les remplace par d’autres : à la colonne des unités nous garderons toujours des unités, à la colonne des dizaines nous aurons toujours des dizaines, et ainsi de suite. Il y a un élément qui, bien que non exprimé, concourt à déterminer la valeur de l’ensemble : c’est l’ordre des chiffres […]. Cette valeur de position existe plus ou moins dans toutes les langues, et tout spécialement en nos langues modernes. »

40 Les deux derniers faits sont analysés dans la troisième partie de l’Essai intitulée « Comment s’est formée la syntaxe ».

41 En complétant l’échantillon proposé par L. Bloomfield (1927) à partir d’ouvrages allemands, anglais et français, S. Auroux (1988) analyse la dispersion de l’expression linguistique générale entre 1870 et 1930. Elle se réfère à cinq objets qui parfois se recouvrent : i) des représentations de la linguistique et de ses résultats ; ii) des traités de divulgation sur le langage ; iii) des encyclopédies concernant l’ensemble des langues ; iv) des discussions méthodologiques particulières ; v) des monographies sur des catégories utilisées par la discipline.

42 M. Bréal s’en prend aux retombées de la grammaire générale dans le domaine pédagogique. Dans une conférence de 1876 sur « L’enseignement de la langue française » (dansBréal 2005 [1877], p. 224-225), il insiste sur la validité de la méthode inductive et remet en question la priorité accordée à l’analyse logique dans l’enseignement grammatical. De même, il conteste la réduction des fonctions du langage à la forme simple du jugement car « le langage, outre les jugements, contient des vœux, des doutes, des ordres, des interrogations, des exclamations ». Enfin, il s’en prend aux exercices proposés par les grammaires scolaires qui privilégient la règle au détriment du sens (voir Bréal 1893, p. 51).

43 Voir à ce propos Boutan 2005 et 2012.

44 L. Bloomfield (1927) aussi mentionnera l’Essai parmi les productions de linguistique générale.

45 M. Bréal est l’auteur, avec A. Bailly, d’une série de manuels scolaires de lexicologie grecque et latine intitulés Leçons de mots (1881, 1882 et 1885), conçus conformément aux programmes pour l’école élémentaire de 1880.

46 Sur les rapports entre la stylistique de C. Bally et la sémantique, voir Bisconti (2015a).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search