Version classiqueVersion mobile

Le sens en partage

 | 
Valentina Bisconti

II. La sémantique, ou la naissance d’une discipline sous contrainte

Introduction à la partie

Texte intégral

La linguistique parle à l’homme de lui-même.
Michel Bréal [2005] 1897, p. 27

1Les grands dictionnaires monolingues de la seconde moitié du xixe siècle constituent tout à la fois le point d’aboutissement du programme de codification de la langue amorcé au xviie siècle, et le point de départ d’une étude plus systématique de la signification lexicale, notamment par rapport au fonctionnement général du langage. Les procédures d’analyse de la lexicographie sont un modèle incontournable pour une approche théorique du sens. Celle-ci ne peut se dispenser d’une confrontation avec le savoir-faire déjà institué du dictionnariste. Deux hypothèses pèsent dès lors sur la constitution de ce nouveau champ de connaissances qui font de la sémantique une discipline sous contrainte. D’une part, il semble impossible d’aborder l’étude de la signification en dehors des unités lexicales : la seule option possible est celle d’une « sémantique du mot » (voir Ricœur 2007 [1975]). D’autre part, les matériaux empiriques que les sémanticiens s’apprêtent à analyser sont fournis par les dictionnaires ; de ce fait, ils sont déjà triés selon des critères hétérogènes et mal définis, avec de surcroît toutes les cautèles normatives inhérentes à la lexicographie. Il n’est donc pas étonnant que les analyses des sémanticiens sur l’évolution des significations se doublent souvent de considérations sur le bien-fondé du changement. Si ceux-ci n’arrivent pas à se défaire d’une posture déontique, l’idéologie naturaliste semble servir de garde-fou en ce qu’elle permet d’éluder la question de la normativité. En effet, l’explication pathologique fournit la solution pour les faits qui ne seraient pas conformes aux postulats du sémanticien. La pathologie est donc un fourre-tout pour les ratés de l’histoire et les déviations du bon usage.

  • 1 « Il ne suffit pas de connaître la signification de beaucoup de mots dans une ou plusieurs langues (...)

2Dans les trois chapitres suivants nous verrons qu’il est possible de dégager deux tendances opposées quant à cette rencontre nécessaire entre la sémantique et la lexicographie en cette fin de siècle. D’abord, on remarque une assimilation des deux approches, surtout en ce qui concerne les insuffisances de méthode. C’est ainsi que les défauts repérés dans les dictionnaires à propos des reconstructions étymologiques – qui déterminent les critères de classification des mots (synonymie, polysémie, homonymie) – se répercutent sur la nouvelle discipline comme un a priori négatif. Ensuite, se fait jour la tentative de démarquer la sémantique de la lexicographie en ce qui concerne les tâches qui incombent au sémanticien. Celui-ci s’intéresse à des questionnements qui échappent au dictionnaire, tels que le statut du mot, la possibilité de délimitation du vocabulaire, la nature et les causes du changement, l’articulation entre norme et usages, le rôle de la temporalité, la place du locuteur, etc. Comme l’écrira Antoine Thomas (1897), être sémanticien ne se borne guère à une parfaite maîtrise lexicographique1. Un sémanticien se doit d’abord de rechercher les lois qui régissent le changement et les causes qui le déterminent. La légalité et la causalité sont alors les paramètres épistémologiques qui permettent de jauger la scientificité de la discipline. Au demeurant, l’allusion au dictionnaire apparaît comme un de la pratique discursive des théoriciens. Pourtant, cette image demande quelques précisions afin de ne pas en rester au niveau d’une simple analogie métaphorique. Si le dictionnaire est souvent une référence historicisée (on parle du ou du ), il accède progressivement au statut de modèle épistémologique. En particulier, les failles repérées dans cet objet empirique stimulent la réflexion et indiquent de nouveaux itinéraires de recherche.

3La réflexion théorique sur le sens s’identifie initialement à ce que l’on appelle sémantique diachronique, un « type d’étude qui associe l’étymologie, l’analyse philologique des textes de dates différentes et la comparaison des langues apparentées » (Normand 1990a, p. 27). Cette orientation diachronique est déterminée par l’importance que la lexicographie de l’époque accorde à la dimension historique. Seule nous intéresse ici la réflexion à la charnière des xixe et xxe siècles qui côtoie l’élaboration des grands dictionnaires et qui s’achève avec les théorisations saussuriennes. Celles-ci constituent une remise à plat des objectifs et des méthodes de la linguistique, notamment en matière de sens.

4À partir des matériaux empiriques collectés dans les dictionnaires, les sémanticiens se hâtent de parvenir « à la synthèse des résultats » (Normand 1990a, p. 27). En d’autres termes, il s’agit de « dépasser la simple description » pour dégager les lois susceptibles « d’englober les et les des transformations », ce qui apparaît « comme le couronnement du comparatisme » (, p. 28). Nous l’avons vu, le s’est engagé précisément dans cette voie. Il est dès lors nécessaire de revenir sur la querelle qui agite le milieu linguistique en cette fin de siècle et qui porte sur la question de savoir si les changements sémantiques sont régis ou non par des lois. L’ouvrage d’Arsène Darmesteter (voir , § 3.4) semble polariser le débat dans lequel s’engage toute une génération de linguistes (Michel Bréal, Carl Svedelius, Antoine Thomas, Victor Henry, Gaston Paris, Ferdinand de Saussure, Antoine Meillet) et où chaque contribution est susceptible de mobiliser d’autres régions du savoir. Si la sémantique naît comme « sémantique » (Bergounioux 1998) – ne serait-ce qu’à cause de la restriction des études à une seule langue qui est en l’occurrence la langue maternelle –, la dispersion des recherches s’impose comme une nécessité due à la signification elle-même, qui mobilise toutes les strates du langage. Bréal lui-même aboutit au fil du raisonnement à un élargissement de perspective : l’exploration de la dimension sémantique empiète sur d’autres domaines d’analyse qui vont de l’acquisition du langage, à l’étude de la présence du locuteur dans la langue, aux phénomènes pragmatiques. Cet élargissement d’horizon fait de la sémantique un domaine ouvert et a pour corollaire l’impossibilité de délimiter son objet d’étude. Pourtant, cette option n’est pas la seule. La réflexion de Saussure – que nous restituons ici dans l’état le plus actuel de la recherche saussurienne – passe au crible toutes les problématiques inhérentes à la signification pour démontrer la distorsion qu’elles ont subie du fait de la confusion des points de vue et d’une approche essentialiste de la signification. L’iconoclastie saussurienne se porte contre la sémantique et la lexicographie qui ont contribué à hypostasier la signification à travers le fétichisme du mot. Saussure donne congé à une tradition linguistique qui est marquée à ses yeux par un déficit de réflexion épistémologique. Dès lors, il n’est plus possible d’aborder le sens en dehors d’une théorie générale du signe linguistique.

Notes

1 « Il ne suffit pas de connaître la signification de beaucoup de mots dans une ou plusieurs langues pour être versé dans la sémantique […] ; vous pouvez posséder votre “Littré” et votre “Larousse” sur le bout du doigt, sans avoir plus de droit au titre de sémanticien qu’un modeste collectionneur de timbres-poste à une chaire de législation comparée » (Thomas 1897, p. 168-169.)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search