Version classiqueVersion mobile

Le sens en partage

 | 
Valentina Bisconti

I. Le traitement du sens dans la lexicographie française de la seconde moitié du XIXe siècle. Conflits entre objectifs et méthodes

Chapitre I

Le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré : limites d’un modèle

Texte intégral

1.1 Les paramètres de la description sémantique : état, histoire et historique

  • 1 En 1874 paraît le Dictionnaire de la langue française, Abrégé du dictionnaire de É. Littré (Paris, (...)

1L’étude de la signification dans un dictionnaire ne peut être dissociée de tout un éventail de choix qui visent à codifier la langue. Dans le Dictionnaire de la langue française (1863-1872, 4 vol. , supplément en 1877)1 d’Émile Littré (1801-1881), la description de la signification passe par un examen de l’usage contemporain, qui correspond à un état de langue. Or, plusieurs contraintes pèsent sur la construction de cet état de langue : critère(s) de sélection de la nomenclature (macrostructure), plan des articles (microstructure), rapport entre état et histoire, étude du changement, rôle de l’étymologie, calcul des polysémies et des homonymies, etc. L’analyse de ces facteurs et de bien d’autres nous permettra de comprendre quels sont les principes qui président aux options lexicographiques de Littré. Élisabeth Grimaldi (1995, p. 107) a noté que « c’est avec Littré que le terme “sens” retrouve une place cruciale dans la lexicographie », comme en témoigne le long chapitre de la préface consacré au « classement des sens des mots » et la notice sens qui ne comporte pas moins de vingt-deux items et s’inscrit « dans la droite ligne de la tradition de Dumarsais ».

2Nous connaissons les différentes phases ainsi que les affres de la rédaction de ce dictionnaire grâce à la célèbre causerie du 1er mars 1880, Comment j’ai fait mon dictionnaire, que nous livre un Littré octogénaire et qui est rééditée en 1897 par Michel Bréal. Si cet écrit demeure un exemple précieux de métalexicographie qui combine, dans un effort réflexif constant, l’histoire interne et l’histoire externe du dictionnaire, le caractère rétrospectif et autobiographique de cet opuscule, bref mais poignant, invite à en éviter toute lecture fidéiste.

  • 2 Sur le lien entre positivisme, biologie et médecine, voir Petit 1995.
  • 3 La parabole de l’évolution du positivisme d’É. Littré par rapport à la doctrine comtienne se dessin (...)
  • 4 La position d’É. Littré attire les foudres des comtiens de stricte obédience comme en témoigne le r (...)

3Né à Paris le 1er février 1801, Émile Maximilien Paul Littré se consacre d’abord aux études de médecine en passant tous les degrés de l’externat et de l’internat. Étudiant éclectique, il cultive également les humanités. La mort de son père en 1827 et les difficultés subséquentes de sa famille l’empêchent de passer le doctorat et d’obtenir son diplôme, qui lui aurait permis d’exercer la profession médicale. Dès 1828, encore interne, il est appelé à contribuer au Journal hebdomadaire de médecine fondé par des cliniciens de l’hôpital de la Charité. Il collaborera par ailleurs au National, à la Revue des Deux Mondes et au Journal des Savants. Après la Révolution de juillet 1830, où il milite dans le camp des républicains, il se consacre à la traduction et édition d’Hippocrate, qui l’occupera jusqu’en 1861 et dont le premier volume, paru en 1839, lui vaut l’élection à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Dans les intentions de ses inspirateurs, cette élection est censée arracher Littré au désespoir dans lequel il sombre à cause de la mort de son frère cadet, Barthélemy. Imbu des idées de Georges Cuvier (1769-1832) et de Franz Bopp (1791-1867), et persuadé de l’affinité épistémique entre paléontologie et grammaire historique et comparée, Littré découvre à cette époque la philosophie positive d’Auguste Comte (1798-1857), dont il sera le plus appliqué des thuriféraires jusqu’à la rupture des années 18502. La refonte, en 1855, du Dictionnaire de médecine (1810) de Pierre-Hubert Nysten (1771-1818) fournira à Littré et à Charles Robin (1821-1885), autre disciple contestataire de Comte, une occasion de mener une bataille intellectuelle contre le maître et ses infléchissements mystiques. Dans Auguste Comte et la philosophie positive, ouvrage écrit en 1863 à la demande de la veuve du philosophe et véritable palinodie de la doctrine comtienne, Littré proclame l’allégeance du Dictionnaire de médecine à la doctrine positive (voir Littré 1863a, p. 185-186) émancipée de l’ascendant comtien3, et s’engage ouvertement dans la voie de l’apostasie4. Candidat à l’Académie française en 1863, cette première élection se solde par un échec à cause de l’opposition véhémente de l’évêque académicien Mgr Dupanloup, qui avait dénoncé le matérialisme athée de Littré dans le pamphlet Avertissement à la jeunesse et aux pères de famille sur les attaques dirigées contre la religion par quelques écrivains d’aujourd’hui (1863). Il y est élu, malgré les protestations et menaces de démission de Mgr Dupanloup, le 30 décembre 1871 en remplacement d’Abel-François Villemain.

  • 5 À en croire la causerie d’É. Littré, à l’occasion de ce second contrat, L. Hachette lui propose d’i (...)

4Littré cultive très tôt l’idée d’un dictionnaire étymologique de la langue française, qu’il conçoit initialement comme un renouvellement des Origines de la langue française (1650) de Gilles Ménage (1613-1692). Dès 1841, il propose ce projet à son ami et condisciple Louis Hachette (1800-1864), chef de la maison éponyme. Le premier contrat est signé en 1841, le second en 18465. La rédaction s’étalera de 1847 à 1865 et l’impression prendra treize ans, du 27 septembre 1859 au 4 juillet 1872, avec une interruption due à la guerre de 1870 et aux événements de la Commune. L’opus compte 415 636 feuillets, disposés par paquets de mille feuilles dans huit caisses de bois blanc que Littré déménage d’abord de Paris à sa maison de campagne au Mesnil-le-Roi, avant de les transporter à Paris en août 1870, craignant que les environs de la Capitale ne soient le théâtre d’opérations militaires. Les caisses sont alors rangées dans les sous-sols de la maison Hachette afin de rester hors de la portée des canons allemands.

  • 6 La question est beaucoup plus complexe chez F. de Saussure, voir infra, § 6.2.

5Adepte de la méthode positive, Littré nourrira toute sa vie durant une obsession qui se traduira par une « réflexion obstinée sur une énorme masse de faits, accumulée très patiemment » (Rey 2008b, p. 59-60). Dans la préface du Dictionnaire de la langue française (dorénavant DLF), Littré se remémore le travail préparatoire à la compilation de son dictionnaire. Sans remettre en question la primauté des faits de langue, il défend le principe selon lequel « un dictionnaire peut être fait à bien des points de vue » (DLF, Préface, p. xvi). On se souviendra que pour l’épistémologie saussurienne le choix d’un point de vue6 est préalable à l’étude linguistique car loin que la chose précède le point de vue « c’est le point de vue qui FAIT la chose » (Cours de linguistique générale, éd. Engler, 130 N 9.2, dorénavant CLG/E). Et Littré d’affirmer :

Un plan, quand il apparaît à l’esprit […] est tout lumière, ordre et nouveauté ; puis, lorsque vient l’heure d’exécution et de travail, lorsqu’il faut ranger […] la masse brute et informe des matériaux amassés, alors commence l’épreuve décisive. Rien de plus laborieux que le passage d’une conception abstraite à une œuvre effective. Mais […] un plan qui a changé le point de vue habituel et haussé le niveau a pu seul m’engager dans ce travail qui a là son originalité. (Ibid., p. i)

  • 7 Voir la lettre du 14 mars 1852 d’É. Littré à L. Hachette dans Mistler 1964, La librairie Hachette d (...)
  • 8 Docteur ès lettres et secrétaire de la Société des méthodes d’enseignement (1854), M. B. Jullien di (...)

6Littré refuse obstinément la suggestion d’Hachette7 d’associer Marcel Bernard Jullien8 (1798-1881) à la phase de conception du dictionnaire. Toutefois, si l’on en croit sa causerie, ce célèbre grammairien sera une aide sans faille tout au long de la rédaction et de la révision du dictionnaire. Lors de l’élaboration du plan, Littré exprime la nécessité épistémique d’adopter un « point de vue » susceptible d’organiser la matière lexicale et constituant un principe d’ordonnancement non arbitraire. Il s’agit d’introduire un principe de discrimination, une rupture, au sein de faits continus. Le choix d’un point de vue est lié, chez Littré, à la nécessité de prendre en compte un facteur incontournable, à savoir « la main du temps ». Dans Paroles de philosophie positive (1859, p. 10-11), il écrira que « le nombre, l’espace et le temps, qui sont dans les choses et dans l’esprit, constituent le premier fondement du savoir et la première science ». Si le lexicographe a pu mesurer l’importance de la temporalité au sein des faits de langue, Ferdinand de Saussure mettra en lumière toute la complexité de ce facteur :

  • 9 On se souviendra que pendant quelques années, É. Littré et F. de Saussure ont appartenu à la même s (...)

Je ne vois qu’une infime proportion de linguistes, ou peut-être aucune, qui soit disposée elle-même à croire que la question du Temps crée à la Linguistique […] des difficultés particulières […], voire une question centrale et pouvant aboutir à scinder la Linguistique en deux sciences. (CLG/E 1303 N 23.6)9

7Or, l’affinité épistémique avec le perspectivisme saussurien s’arrête là, le but de Littré étant de combiner et d’embrasser « l’usage présent de la langue et son usage passé, afin de donner à l’usage présent toute la plénitude et la sûreté qu’il comporte » (DLF, Préface, p. ii). La description lexicographique vise à justifier l’usage contemporain qui est « le premier et principal objet d’un dictionnaire » et qu’« [i]l importe de constater […] aussi complètement qu’il est possible ». C’est ce travail de constatation que le lexicographe qualifie de « point de vue » :

[C]ette constatation est œuvre délicate et difficile. Pour peu qu’à ce point de vue on considère les formes et les habitudes présentes, on aperçoit promptement bien des locutions qui se disent et ne s’écrivent pas ; bien des locutions qui s’écrivent, mais qui sont dépourvues d’autorité ou fautives […].

  • 10 Nous renvoyons à Goosse 1983 pour un sondage concernant la prépondérance du xviie siècle, qui toute (...)

8Littré a beau placer l’usage présent au cœur de sa description, son dictionnaire n’enregistre guère les ressources expressives de l’époque. La notion d’usage contemporain envisagé « dans un sens étendu » est donc à élucider. Le corpus de Littré, qui rassemble des auteurs du xviie au xixe siècle, tend à exclure les auteurs de son temps (Stendhal, George Sand, Gustave Flaubert, etc.) et privilégie le xviie par rapport au xviiie siècle10. Comme l’ont observé Simone Delesalle et Alain Rey (1979, p. 12), « [t]out se passe comme si le modèle de communication pour ce “français moderne” était fonctionnel (comme si tous les discours étaient compatibles). Il y a sans doute là une illusion pré-scientifique ». L’état décrit (1630-1830) appartient à une époque déjà révolue :

Figure 1. Modèle d’état de langue chez Littré

Figure 1. Modèle d’état de langue chez Littré
  • 11 La nomenclature comporte tous les lemmes de l’édition de 1835 du Dictionnaire de l’Académie françai (...)

9Cette nomenclature inclut l’histoire, qui sert de garde-fou normatif. C’est le caractère contingent et instable de l’usage contemporain qui amène Littré à s’arrêter en-deçà de « l’état présent de la langue ». Son choix, « volontariste et constructiviste » (Rey-Debove 1970, p. 30), relève d’un effort de mise à distance des pratiques linguistiques de son époque qui tient à l’hypertrophie de la méthode positive. Partisan (puis dissident) du courant positiviste comtien, il recherche une distance critique par rapport à son objet d’analyse. Cette nécessité de recul ressortit à l’impossibilité de construire un modèle de langue servant de norme pour ses contemporains, à partir de leurs pratiques spontanées, fussent-elles savantes. S’il privilégie la langue classique, c’est non seulement pour son prestige littéraire, mais surtout pour sa valeur archéologique et documentaire. On comprend dès lors que l’enquête historique est censée garantir une vision -empirique de la langue. La nomenclature11 du DLF « subsume alors plusieurs lexiques et interprète la langue dans une optique panchronique, donc non fonctionnelle » (Rey-Debove 1970, p. 30).

10Toutefois, le travail de constatation ne suffit guère à établir la norme, quoique caduque, de l’usage : c’est pourquoi Littré déclare sans ambages vouloir « associer la lexicographie à la critique ». La constatation de l’usage contemporain s’accompagne ainsi d’une démarche normative car « il est à propos que la critique essaye un triage, distinguant ce qui est bon, et prévoyant ce qui doit surnager et durer » (DLF, Préface, p. iii). Puisqu’un dictionnaire ne se lit pas mais qu’il se consulte, la normativité est un aspect intrinsèque du genre et donc une attente du public, si bien que Rey (2008b, p. 21) a pu remarquer : « [S]i le dictionnaire me renvoie, mêlée à mille autres, l’image de mon parler, il ne me paraît pas utile. J’y veux trouver des exemples, des interdictions, des règles dont le respect me rendra plus respectable. » La position prescriptive de Littré appelle deux remarques. D’abord, elle s’appuie sur l’histoire car c’est celle-ci qui légitime la norme : « Ce qui, dans cette activité normative, lui confère une robuste assurance […] c’est le sentiment qu’il est le premier, ou presque, à échapper à une vue étroite de l’usage ou des usages, à ce que nous nommerions aujourd’hui une vue strictement synchronique » (Muller 1983, p. 409). Ensuite, cette attitude ne procède pas de la volonté de figer la langue en bannissant a priori tout néologisme car « c’est là qu’apparaît le mouvement intestin qui travaille une langue et fait que la fixité n’en est jamais définitive » (DLF, Préface, p. iii). Bien que Littré adopte la précaution oratoire de dire qu’un dictionnaire n’est pas un « traité de grammaire » (p. xviii), le DLF comporte une section intitulée « Remarques », placée après la partie lexicologique et dévolue aux « observations de grammaire ». Les remarques qui concernent certains termes métalinguistiques (auxiliaire, nom, participe, passif, etc.) sont de véritables exposés de doctrine grammaticale. Si le genre des remarques se met en place aux xviie et xviiie siècles, au xixe, « [l]a situation concurrentielle des dictionnaires développe une configuration polémique où le discours grammatical adopte plus volontiers la formule des remarqueurs que le système grammatical universalisant » (Grimaldi 2005, p. 219). Littré présente la grammaire – art présidant à l’exercice de la parole ou à la pratique de l’écriture – comme étant liée à la notion de bon usage (voir grammaire). Ainsi, précise-t-il que son dictionnaire est « un recueil d’observations positives et d’expériences disposé pour éclairer l’usage et la grammaire » (DLF, Préface, p. vi) et fait-il état de l’imbrication entre usage présent et grammaire, qui impliquent tous deux un jugement normatif. Quelques années plus tard, en 1910-1911, Saussure mettra également en relation l’aspect grammatical avec le sentiment du locuteur (l’usage) à travers l’assimilation du sentiment linguistique à la synchronie, et ce en dehors de toute préoccupation normative (voir CLG/E 1355 IIIC).

  • 12 Sur la place de l’histoire de la langue dans les dictionnaires de l’époque, voir Saint-Gérand 2000.

11Littré revendique son « originalité » par rapport à la lexicographie de son époque. Il cite le Dictionnaire de la langue française (1859) de Louis Dochez (1805 ?-1859) et le Dictionnaire historique de la langue française (1865-1894) de l’Académie française (qui ne dépassera pas la lettre A) comme n’étant des travaux concurrents que pour l’intérêt qu’ils portent à l’histoire12. Car jusqu’à cette époque le dictionnaire est conçu essentiellement comme l’expression de l’usage, c’est ce que Charles Nodier (1790-1844) écrit encore, en 1839, dans sa lettre-préface placée en tête de la 6e édition du dictionnaire de Claude-Marie Gattel (1743-1812). À en croire Littré, l’originalité de son dictionnaire réside dans la manière dont il interroge l’histoire, chaque article de dictionnaire étant constitué de « deux parties distinctes mais connexes » :

L’une comprend les diverses significations rangées suivant leur ordre logique, les exemples classiques ou autres où les emplois du mot sont consignés […] les remarques de grammaire et de critique que l’article comporte. L’autre comprend l’historique, les rapports du mot avec les patois et les langues romanes, et, finalement, l’étymologie. Ces deux parties se complètent l’une l’autre ; car la première, celle de l’usage présent, dépend de la seconde, celle de l’histoire et de l’origine. Les séparer peut se faire et s’est fait jusqu’à présent ; mais la première sans la seconde est un arbre sans ses racines, la seconde sans la première est un arbre sans ses branches et ses feuilles ; les avoir réunies est l’originalité de ce dictionnaire. (DLF, Préface, p. xxxvii)

12Par ce hiatus structurel, le dictionnaire fait état d’un dédoublement de point de vue entre un présent stratifié englobant le temps révolu, et l’historique qui serait une « détermination théorique » (Rey 2008a, p. 38). Ces deux plans n’ont pas les mêmes enjeux. Littré n’a pas voulu mélanger « historique et description, mais les condenser dans une synthèse impossible » (p. 37). L’histoire suggère au lexicographe une conception empirique des états de langue, qui est pourtant viciée par la finalité normative et qui ne parvient pas à restituer une image réaliste de la langue. La solution qu’il met au point n’est pas sans évoquer ce que Saussure exprimera en ces termes : « En linguistique statique, comme dans la plupart des sciences, aucune démonstration n’est possible sans une -simplification -conventionnelle des données » (CLG/E 1685). Si les dictionnaires historiques rassemblent plusieurs synchronies, la distinction entre éléments appartenant à des états différents ne va pas de soi. En effet, comme l’a bien démontré Michel Glatigny (1998), les marques d’usage ne sont ni systématiques ni homogènes dans la lexicographie du xixe siècle. Par conséquent, selon Glatigny, elles ne permettent pas de conclure à l’existence de ce que Franz Joseph Hausmann (1989a, p. 650) a appelé Markierungsraum (espace de marquage). De plus, un piège constant réside dans l’interférence entre la synchronie des lexicographes (c’est-à-dire la métalangue des définitions) et la synchronie de la langue-objet. Rey (2008a, p. 39) a repéré deux procédés également fallacieux, l’un consistant à « définir une acception moderne par un définissant pris dans un sens ancien ou fictif », l’autre à « utiliser un mot moderne pour définir une acception ancienne ». Ces deux procédés créent un effet d’anachronisme préjudiciable à un dictionnaire qui se veut d’usage.

1.1.1 Une microstructure double

  • 13 P. Larousse s’insurgera contre ces choix typographiques : « Nous en sommes encore à nous demander c (...)
  • 14 « Les sens principaux des mots sont séparés par le signe ||, suivi d’un numéro ; les sous-sens et c (...)

13La première partie des articles du dictionnaire d’Émile Littré constitue l’espace sémantique du dictionnaire et présente les divers sens classés « d’après l’ordre logique, c’est-à-dire en commençant par le sens propre et en allant aux sens de plus en plus détournés » (DLF, Préface, p. xxi). Au niveau typographique, la mise en page de l’éditeur Hachette est une source de trouble pour le lecteur13 : elle ne prévoit pas d’alinéas et ne distingue pas la métalangue des définitions des citations. Il en va de même pour les métasignes14, « supposés correspondre à des frontières sémiques » (Rey 2008a, p. 19). Dès lors, nous convenons avec Franz Joseph Hausmann (1989b, p. 220) de la « nécessité, à l’intérieur d’une histoire de la lexicographie, d’une histoire des maisons d’édition lexicographiques dont les mérites et les erreurs ont pesé lourd sur l’évolution des dictionnaires », mais aussi peut-être sur l’histoire de la langue qui y est consignée. La classification que Littré propose s’appuie sur des exemples « classiques » et « modernes » empruntés aux auteurs des xviie, xviiie et xixe siècles. Son postulat est que ce laps de temps est partie prenante de l’usage présent. Si son dictionnaire se veut utile à l’usager contemporain, il n’hésite toutefois pas à garder l’ordre historique des significations, et ce pour éviter une classification arbitraire mais qui n’en produit pas moins « un grand désordre » (Matoré 1968, p. 121). La période allant du xviie au xixe siècle constitue une « pseudo-synchronie » (Rey-Debove 1971, p. 96) comprenant l’intervention du temps comme le montre la distinction entre écrivains modernes et classiques au sein d’un même état : « Chez nous, l’usage contemporain, pris dans un sens étendu, enferme le temps qui s’est écoulé depuis l’origine de la période classique jusqu’à nos jours » (DLF, Préface, p. iv). Examinons à titre d’exemple l’article rien, qui ne comporte pas moins de vingt-six sens (nous ne reproduisons pas les citations qui sont associées aux différentes acceptions) :

14Littré présente en premier le « sens étymologique » qui est le « sens propre » ou « essentiel », à savoir « quelque chose ». Michel Bréal (1995 [1883], p. 274) observera néanmoins que ce sens est désuet à l’époque de Littré. Si l’auteur introduit une marque d’usage diachronique (« longtemps ») qui situe cette première signification dans le passé, il élargit aussitôt ce passé à un présent possible (« encore conservé »). Les énoncés suivants appartenant au premier sens suggèrent plus qu’ils ne disent :

15Ces énoncés montrent comment en partant de la signification étymologique, le lexicographe préserve son souci de la langue actuelle grâce à des gloses métalinguistiques. En particulier, seul le sens étymologique (« cette signification » : rien = quelque chose) peut légitimer un usage hors norme (« quelquefois »), alors que pour toutes les autres acceptions (« autrement » : rien ≠ quelque chose) l’infraction n’est pas admise, ce que laisse entendre l’énoncé factuel (« on ne construit pas »). La signification contemporaine est introduite par l’adverbe « autrement » (rien ≠ quelque chose nulle chose), qui marque un renversement par rapport à l’énoncé (a) qui précède. Dans l’énoncé (b), Littré postule chez les locuteurs un savoir étymologique qui justifierait une déviance par rapport à l’usage normé.

  • 15 A. Darmesteter (1972 [1887], p. 109) parlera de contagion.

16Le sens 2° (« Avec la particule négative ne, rien signifie nulle chose »), qui s’ouvre sur un fait de morphosyntaxe, correspond à la signification de l’époque. Ici, rien continue à être présenté comme un pronom positif : ce n’est qu’avec le discordantiel ne qu’il a une valeur négative15. Le souci historique et étymologique prend donc le dessus sur la description du sens actuel. Même si pour la langue du xixe siècle rien a une valeur négative, Littré le présente comme un élément intrinsèquement positif qui se construit avec une particule négative. Plus encore, sous le sens 15°, il taxe d’« abus » la valeur négative que l’on attribue à rien sans la particule négative ne (« Par abus, rien, sans la négative ne, se dit pour nulle chose »). Si la signification étymologique est placée en premier, l’étymologie n’intervient qu’à la fin des articles, nous verrons plus loin pourquoi (voir infra, § 1.6.1). Au demeurant, le projet de suivre l’enchaînement logique des significations reste lettre morte dans le DLF puisque celles-ci sont juxtaposées de manière linéaire, ce qui produit l’effet d’un catalogue. Littré ne décrit pas comment l’on passe du sens étymologique quelque chose à l’acception nulle chose. La seule indication qu’il nous fournit dans la rubrique Remarques se présente sous forme de résumé des transformations en quatre étapes. Par ailleurs, pour rendre compte des écarts sémantiques, il adopte une métalangue de description comprenant des marques diachroniques, diastratiques (populairement, familièrement, style archaïque, style poétique) et tropologiques (sens propre, sens figuré, absolument, elliptiquement, par abus, par exagération, par antiphrase). Malgré ce dispositif, les significations paraissent découler successivement les unes des autres.

17La seconde partie des articles restitue quant à elle l’historique, c’est-à-dire « la collection des exemples » rangés selon l’ordre chronologique, du xiie au xvie siècle inclusivement. Ces exemples ne sont ni glosés ni classés par « sens ». L’historique, conçu comme une série d’états successifs, présente l’avantage de faire ressortir le mouvement perpétuel de la langue :

Par là se découvre un autre point de vue. Les mots ne sont immuables ni dans leur orthographe, ni dans leur emploi. […] Une de leurs conditions est de changer ; celle-là ne peut être négligée par une lexicographie qui entend les embrasser toutes. Saisir les mots dans leur mouvement importe ; car un mouvement existe. (DLF, Préface, p. xxxvii)

  • 16 Nous renvoyons sur ce point aux analyses de Rey 1988.
  • 17 À propos du titre proposé par l’éditeur Hachette, É. Littré insiste sur « l’adjonction d’historique (...)
  • 18 L’identité dont parle É. Littré n’est pas sans rappeler ce que F. de Saussure appellera « identité (...)

18Cependant, Littré écarte d’emblée l’hypothèse de faire « un dictionnaire de la vieille langue », son intention n’étant de la convoquer « qu’à propos de la langue moderne »16. S’il prend le parti d’adopter un critère uniquement chronologique, c’est que la classification des exemples selon leurs sens n’est plus pertinente. La langue étant sujette à un mouvement perpétuel, une classification sémantique qui vise à justifier l’usage présent ne saurait procéder indéfiniment à reculons : « En ceci, le classement par significations troublerait tout ; le classement par ordre de temps éclaircit tout » (ibid., p. xxiii). La limite a quo est fixée au xvie siècle. Cette césure semble non seulement artificielle mais encore injustifiée au vu des positions historicistes que Littré arbore17. Pour le lexicographe, le français du xiie au xixe siècle est un ensemble dont les parties les plus archaïques sont en mesure de revivre. Comme le remarque Alain Rey (2008b, p. 270), « [p]our Littré, aveuglé par la communication transchronique que l’écriture autorise, il n’y a pas d’état de langue fonctionnel à un moment déterminé ». La langue que Littré propose est une construction fictive et esthétique, qui découle d’un parti pris passéiste. Cette même posture préside, selon Alain Rey, à sa tentative de réécrire l’Iliade dans la langue des chansons des gestes ou à sa traduction de l’Enfer de Dante en langue d’oïl. Or, « le coup de génie de Littré est aussi une grave erreur de méthode. Tout en admettant le mouvement, il croit à la photographie instantanée » (ibid., p. 21). La méthode de la « photographie instantanée », nous le verrons dans le prochain chapitre, sera mise en place par Pierre Larousse. Au bout du compte, l’historique permet d’appréhender l’identité du mot car « l’on douterait de l’identité, si l’on ne tenait pas tous les chaînons »18 (DLF, Préface, p. xxiv).

1.2 L’histoire comme érudition et caution normative

19La notion de norme est indissociable de la notion de langue. Chez Émile Littré, il s’agit de dégager une norme à partir de l’histoire : cette légitimation par l’histoire s’oppose à l’éclatement de la norme dans l’usage, que le lexicographe entend contrecarrer. Si sa démarche se situe sous le sceau de l’histoire, celle-ci ne saurait être une fin en soi car « un dictionnaire historique est le flambeau de l’usage et ne passe par l’érudition que pour arriver au service de la langue. » (DLF, Préface, p. v) L’érudition repose sur des citations littéraires de la période classique à partir de François de Malherbe. Littré marque une rupture par rapport au dictionnaire de l’Académie française, qui avait recours à des exemples forgés, et présente la pratique de la citation systématique comme une innovation conforme aux tendances historicistes de l’esprit moderne (p. xv) en rappelant le célèbre adage de Voltaire, « un dictionnaire sans citation est un squelette ». La littérature, tous genres confondus, permet de constater les emplois, « agrandit les significations » et « autorise les locutions ». En même temps, les exemples modifient, corrigent et élargissent la classification des sens (p. vi), et les exemples modernes permettent de documenter les « nouvelles acceptions » et constructions qui se mettent en place dans l’usage. L’originalité revendiquée par Littré tient en outre à ce qu’il ne se limite pas à citer les exemples mais qu’il « les distribue suivant les significations », en proposant une « classification des sens ». Pourtant, cette originalité s’arrête à la première partie de l’article car l’historique, nous l’avons vu, ne propose qu’une anthologie de citations. En somme, le point de vue portant sur le présent de la langue ne saurait se suffire à lui-même car il ne peut s’expliquer que par les anciens usages (p. ii).

  • 19 La même tendance affleure déjà dans l’Examen critique des dictionnaires (1828) de C. Nodier.

20Le rôle de l’histoire va plus loin car c’est la connaissance des vicissitudes passées d’une langue qui entérine une vision normative. Par conséquent, un dictionnaire « usant de la part d’histoire inhérente à toute langue, montre quels sont les fondements et les conditions de l’usage présent, et par là permet de le juger, de le rectifier, de l’assurer » (p. v). À travers la caution de l’histoire, l’usage présent devient le bon usage, que Littré entend néanmoins soustraire aux rigueurs excessives des grammairiens et des écrivains. Il explique que toute langue vivante contient « trois termes » : un « usage contemporain », « un archaïsme » et un « néologisme qui, mal conduit altère, bien conduit, développe la langue » (p. iii-iv). Or, dans la quête de la signification première, « les plus anciens exemples doivent être préférés aux nouveaux », tandis que « [l]es textes modernes […] sont réservés à ce qui leur est propre, c’est-à-dire les nouvelles acceptions, les nouvelles combinaisons » (p. ii). L’attitude prescriptive se manifeste dans la manière d’appréhender l’articulation entre ces trois termes. Nous reviendrons plus loin sur le néologisme (voir infra, § 1.6.2). À travers le dépouillement des auteurs classiques – qu’il a lus avec une « intention lexicographique » – Littré introduit des mots archaïques tout en expliquant que « ce qui est tout à fait mort doit être abandonné ». Il n’en reste pas moins qu’il se réserve une marge de liberté dans le recensement des archaïsmes car « il n’est pas interdit de choisir quelques épaves qui peuvent être remises dans la circulation, parce que les termes si restitués ne choquent ni l’oreille ni l’analogie » (ibid., p. viii)19. En effet, « [l]’archaïsme, sainement interprété, est une sanction et une garantie » (p. iii), ce qui consacre le lexicographe en tant qu’arbitre d’une « saine » interprétation.

  • 20 Sur l’image du dictionnaire-trésor, voir infra, § 6.9.
  • 21 Sylvain Auroux (1998, p. 265) thématise cet aspect comme l’« hypothèse des outils linguistiques » : (...)

21Littré invite les locuteurs à « se garder de ce jugement dédaigneux de l’oreille » qui rejette un terme inaccoutumé parmi les archaïsmes. La langue aurait ainsi une existence indépendante de la conscience des locuteurs, dont le sentiment n’est pas conçu comme un savoir fiable. La réhabilitation du sentiment -épilinguistique se révèlera un apport majeur des théories de Michel Bréal et de Ferdinand de Saussure. Aux dires de Littré, les sensations trompeuses des locuteurs sont dues à une connaissance imparfaite de la langue car « chacun de nous, même ceux dont la lecture est plus étendue, ne possède jamais qu’une portion de la langue effective », de ce « trésor commun » (p. vi)20. La langue contenue dans un dictionnaire est un artefact, qui correspond à une compétence virtuelle, non réductible à la compétence individuelle.21 La mise en cause du sentiment des locuteurs a pour corollaire la légitimation de la posture prescriptive du lexicographe, locuteur expert, détenteur d’un savoir savant sur la langue. Le débat sur le partage des rôles entre professionnels de la langue et locuteurs traverse la science du langage de cette fin de siècle, la question étant de savoir quelle instance est apte à fournir une expertise sur les formes linguistiques et leurs usages (voir infra, chap. 5).

1.3 Le positivisme : une impasse pour le travail lexicographique

22La méthode positive, à grand renfort de la paléontologie de Georges Cuvier (1769-1832), suggère à Émile Littré une étude du langage calquée sur les sciences naturelles : « Il faut […] transporter le langage des sciences naturelles dans la science des mots, et dire que les matériaux qu’elle emploie sont les équivalents des faits expérimentaux, équivalents sans lesquels on ne peut procéder ni sûrement ni régulièrement. » (DLF, Préface, p. v) En insistant sur la primauté du fait empirique, Littré fait valoir qu’un dictionnaire historique remplit pour la langue le rôle que l’observation remplit pour les sciences naturelles. C’est pourquoi il s’inscrit en faux contre toute approche visant à « imposer à la langue des règles tirées de la raison générale et abstraite » qui « conduit facilement à l’arbitraire » (ibid.), ce qui représente une prise de position contre les grammaires générales. Ainsi, rompt-il avec le « purisme abstrait »du xviie siècle qui repose sur un idéal intemporel. À cette « raison générale et abstraite », le lexicographe préfère la « raison grammaticale », inhérente à la langue elle-même et qui se dégage de l’observation des faits linguistiques en diachronie.

  • 22 Cet article est reproduit dans l’édition Gallimard-Hachette (1964) du Dictionnaire de la langue fra (...)
  • 23 É. Zola a été employé pendant quatre ans (1862-1866) au service publicité de la Librairie de L. Hac (...)

23En 1863, après la mort d’Auguste Comte, Littré publie Auguste Comte et la philosophie positive, une biographie intellectuelle où il présente et discute les idées du philosophe. Il se démarque progressivement de la doctrine comtienne, ne croyant pas à l’instauration d’une religion de l’humanité. Le tournant mystique pris par le positivisme, ainsi que le ralliement de Comte à Napoléon iii conduisent Littré à quitter la Société positiviste en 1852. Comme l’a montré Annie Petit (1983, p. 218), le désaccord intellectuel entre les deux penseurs tient non seulement à des raisons événementielles mais surtout à leur formation radicalement différente : Comte est un polytechnicien imbu de l’optimisme utopique de Saint-Simon ; Littré, biologiste et humaniste de formation, a été formé « aux épreuves douloureuses de l’expérience médicale et à la patience de l’érudition philologique ». Dans un article de circonstance, intitulé « Hugo et Littré » et paru dans Le Figaro du lundi 13 juin 188122, Émile Zola23 (1840-1902) remarque :

Auguste Comte lui donna la méthode qu’il cherchait […]. Il accepta la formule positiviste […] : il arrêta la formule, en la dégageant des rêveries d’Auguste Comte, en la ramenant à une rigueur toute scientifique […]. Sa peur de l’hypothèse est telle qu’il refuse toute théorie où elle entre pour la moindre part ; ainsi, il n’a jamais accepté le système évolutionniste de Darwin, parce que les faits connus n’en prouvent pas l’absolue certitude. (DLF éd. 1964, p. 52)

  • 24 « [L]’exécution procédait suivant le modèle idéal. Idéal ? Ce beau mot appartient-il à l’humble et (...)

24Le positivisme scientiste de Littré, traducteur d’Hippocrate, ne saurait pourtant occulter son idéalisme. Littré a beau qualifier le travail lexicographique de « humble et mécanique », celui-ci procède toujours d’un « idéal »24, qui correspond à la doctrine linguistique de l’auteur. Car en aucun cas l’organisation de la matière lexicale ne peut être neutre.

25Dans sa Notice sur M. Littré (1863) extraite des Nouveaux lundis, Charles Augustin Sainte-Beuve (1804-1869) salue en lui « le médecin et le naturaliste philosophe » (p. 13), mais il conteste l’excès de scientisme qui fait de son dictionnaire une application trop stricte de la méthode positiviste. Sainte-Beuve décrit de manière on ne peut plus incisive cette méthode : « Tout est réglé, prévu, -pondéré et sentencieux ; on marche de loi en loi, on est dans la philosophie historique du langage. Et quant à la forme c’est du granit et du ciment. » (p. 48) Si Comte a soumis les sciences à un rigide cloisonnement qui peut paraître -antiscientifique (Rey 2008b, p. 214-215), Littré s’en accommode car le Cours de philosophie positive lui fournit un cadre idéologique suffisamment structuré pour le mettre à l’abri de ses incertitudes (voir Littré 1863a, p. 11). Son adhésion au positivisme comtien reposerait notamment « sur le souci commun de tenir compte de multiples paramètres dans la description des structures synchroniques » (Petit 1983, p. 220). En effet, dans la loi des trois états où sont distinguées les trois phases de l’histoire de l’humanité (théologique, métaphysique et positive), le philosophe établit des correspondances synchroniques entre état d’esprit, état des sciences, formes de gouvernement, situation économique, etc. (ibid.). Or, le zèle positiviste de Littré, appliqué à l’étude de l’histoire, produit une vision homogénéisante des faits de langue :

Il a son explication de l’histoire ; sa loi trouvée ; [sic] il applique ensuite sa formule à des cas particuliers : elle est, en toute rencontre, un peu rigide, cette formule, et arrange quelque peu les choses après coup. On ne voit pas assez ce qui fuit et ce qui s’échappe à travers les mailles du filet. Les choses purement littéraires, s’il les traite par ce procédé, peuvent quelquefois souffrir d’être prises et serrées comme dans un étau ; j’aimerais mieux, par moments, un ignorant sagace ou un sceptique allant à l’aventure en chaque étude […] comme s’il n’avait pas de parti pris. À faire l’école buissonnière, on rapporte certainement plus de fleurs. (Sainte-Beuve 1863, p. 44)

26Malgré cela, Sainte-Beuve justifie cet excès de positivisme comme une exigence de généralisation forcée mais nécessaire au vu de la masse hétéroclite de faits à décrire : « Si le système adopté par lui l’a conduit à forcer un peu dans l’application certaines lois dont le sens général est vrai […] n’est-ce pas infiniment mieux d’avoir introduit un peu trop d’ordre […] que d’avoir laissé subsister une confusion d’où l’on ne serait pas sorti ? » (Ibid., p. 37) Gaston Paris (1839-1903) insiste, à son tour, sur la rigidité de ses analyses :

Il croit trop que toutes les lois de l’évolution phonétique et sémantique des mots français sont connues et lui sont connues : il applique celles qu’il possède avec une conviction sereine, sans se rendre compte des entorses fréquentes qu’il leur donne. Il veut trop savoir et se contente trop facilement d’explications qui n’en sont pas ou qui n’en sont qu’à la surface […]. (Paris 1907 [1900], p. 384)

27En somme, la régularité des langues apparaît chez Littré comme une pétition de principe qui procède de la nécessité d’adopter un ordre de classement. Du reste, dans sa causerie, il affiche, avec candeur, sa « prétention à une exactitude systématique » (1992 [1880], p. 33) et à un travail totalisant qui serait à lui seul « juge suprême des parties » (p. 17).

1.4 Ordre et désordre de la filiation sémantique

  • 25 Pour une présentation du Dictionnaire de l’Académie française et de ses différentes éditions, voir (...)

28Émile Littré se montre très critique à l’égard de la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie (1835)25, qu’il a annotée comme travail préparatoire à la rédaction de son propre ouvrage. Il conteste le critère de classement de l’Académie, qui consiste à donner en premier la signification courante, car le sens le plus usité est souvent fort éloigné du sens étymologique. De surcroît, ce sens étant posé en tête de manière arbitraire, « les autres viennent comme ils peuvent et dans un ordre qui est nécessairement vicié par une primauté sans titre valable » (DLF, Préface, p. x). Cette pratique pèche, à ses yeux, par l’absence de systématicité, c’est pourquoi il appelle de ses vœux une classification rationnelle apte à expliquer « par quels degrés et par quelles vues l’esprit avait passé de l’une [signification] à l’autre » (ibid.). Sa taxinomie vise à restituer le passage inéluctable du sens originaire et étymologique aux sens dérivés et figurés, selon l’hypothèse qu’il existe un sens primordial à partir duquel les significations se ramifient, « développant tantôt le sens propre, tantôt le sens métaphorique », qui « n’ont rien d’arbitraire et de désordonné » (p. ix). Ainsi, la polysémie émerge-t-elle comme problème technique dans la description des acceptions des mots, avant de devenir une notion théorique avec Michel Bréal. Littré vise à cerner l’« ordre » tant synchronique que diachronique qui relie entre eux les différents sens ou acceptions d’un mot. Cet ordre, qui n’est pas sans évoquer le postulat des sciences de la vie, applique aux mots la même organisation structurée des organismes vivants (voir Imbs 1983). Deux conséquences s’en dégagent. D’un côté, les évolutions sémantiques sont appréhendées en termes de filiations naturelles, comme c’est le cas pour l’histoire des espèces vivantes. De l’autre, par analogie avec l’évolution des organismes vivants, les développements sémantiques qui ne sont pas conformes à l’ordre postulé par le lexicographe sont considérés comme pathologiques. Selon Paul Imbs (1983), les ordres historique et logique (ou rationnel) se confondent dans le concept de naturel car l’esprit, qui opère les filiations, est bien un fait de nature. Si, chez Littré, l’ordre diachronique est consigné dans l’historique, l’ordre synchronique pose problème. Car loin de suivre un principe logique, le classement des significations repose sur l’intuition du lexicographe. Gaston Paris remarque à ce propos :

[P]artant du sens qu’il regarde comme le premier, Littré énumère tous les autres à la suite, en les numérotant, sans le plus souvent expliquer vraiment comment ils -s’enchaînent et comment ils se rattachent au sens primitif. Les quinze ou vingt sens que présente tel ou tel mot semblent ainsi se déduire l’un de l’autre, tandis que là […] les faits se comportent entre eux, non comme les anneaux d’une chaîne, mais comme les branches d’un arbre. (1907 [1900], p. 391)

29Comme l’a noté Alain Rey (2008b, p. 302), Littré parle de sens ou d’acceptions, mêlant généralement les faits d’homonymie, les connotations différentes, les contraintes syntagmatiques, les niveaux d’énonciation et bien d’autres facteurs. Nous aurons l’occasion d’apprécier ces aspects dans les prochains chapitres grâce à des tableaux contrastifs qui font ressortir les différences de classement entre le DLF et les autres dictionnnaires.

  • 26 Dans l’article loi du DLF, on lit : « 21° […] || Fig. Loi, dans le domaine des sciences, signifie l (...)
  • 27 « Au point de vue lexicographique, on peut nommer mot compliqué celui qui a beaucoup d’acceptions ; (...)

30Littré vise à découvrir la « règle » qui préside à la filiation « naturelle » des significations (DLF, Préface, p. ix). Cette règle est une « raison grammaticale », que seule l’histoire permet de découvrir. S’il exclut tout hasard dans la formation primitive des significations, la prétendue régularité des filiations ne se laisse pas découvrir aisément car la logique interne de la langue rencontre les caprices de l’usage. Certes, les significations sont « le fait et la création des générations successives » (ibid.), mais l’usage ne saurait être un gage de régularité car il « n’est pas toujours intelligent » (Préface au Supplément, p. ii). L’usage serait alors étranger à la notion de loi, à moins que l’auteur ne se réfère aux lois sociologiques d’Auguste Comte26. Le lexicographe se heurte à la difficulté de faire coexister une dimension logico-analytique, résidu de la tradition port-royaliste, avec le temps social et de l’histoire (Imbs 1983, p. 404-405). Le véritable problème réside en l’impossibilité de garder un critère unique de classification, fût-il logique ou historique. Et la difficulté tient notamment aux « mots compliqués »27, que Littré présente comme une notion lexicographique et où l’on peut reconnaître une pré-conceptualisation de la notion de polysémie. À titre d’exemple, dans le DLF, un lemme comme feu présente quarante-quatre acceptions, faire quatre-vingt-deux.

1.5 La pratique de la synonymie : identité et différence28

  • 28 Ce paragraphe reprend en partie les idées exposées dans Bisconti 2012a.

31La synonymie concerne à la fois la question de l’identité et de l’altérité de signification. Comme l’a remarqué Jean-Gérard Rossi (1997, p. 105), la notion d’identité peut être conçue de manière plus ou moins « restrictive » :

Il existe une forme purement tautologique de l’identité, dans laquelle « A est A » constitue l’expression même de l’identité à soi. Cette expression ne saurait concerner la synonymie, qui est une relation entre deux expressions (termes ou phrases) posées comme distinctes l’une de l’autre et dans laquelle joue à fond la dialectique du même et de l’autre. Aussi ce ne peut être que dans le cadre d’une conception affaiblie de l’identité que la notion de synonymie peut faire sens.

  • 29 Les recueils les plus représentatifs du genre sont : le Dictionnaire universel des synonymes de B.  (...)
  • 30 Pour une analyse des différentes typologies de dictionnaires de synonymes, voir Ferrara 2010.

32Si la synonymie concerne l’identité de signification entre deux unités lexicales, la tâche du lexicographe est précisément de « discerner ce qui fait qu’il n’y a pas d’identité » (Imbs 1983, p. 394). La synonymie fait l’objet de deux typologies d’ouvrages : les dictionnaires de synonymes et les dictionnaires généraux. En ce qui concerne les premiers, il s’agit d’un genre qui se met en place au sein de la tradition des lexiques partiels et des remarques (Delesalle 2008, p. 191), et qui se spécialise à partir du xviiie siècle avec notamment La Justesse de la langue françoise (1718) de l’abbé Girard (1677-1748). Dans la première moitié du xixe siècle, les dictionnaires de synonymes continuent d’être publiés29, bien qu’ils ne constituent que des compilations à partir des traités du xviiie siècle (Girard, Roubaud, etc.)30. En revanche, après le dictionnaire de Benjamin Lafaye (1858), dans la seconde moitié du siècle, on assiste à un « tarissement assez brutal » du genre (Berlan et Pruvost 2008, p. 5).

  • 31 La synonymie distinctive, par comparaison d’items lexicaux dans une perspective paradigmatique, se (...)

33Dans les dictionnaires généraux, le traitement de la synonymie ne va pas sans problème. Émile Littré suggère un partage des tâches avec les synonymistes car un sujet « aussi étendu et important » nécessite des ouvrages spéciaux. D’autre part, il est conscient qu’un dictionnaire général ne peut pas passer sous silence ce phénomène (DLF, Préface, p. xix). La synonymie apparaît essentiellement comme un facteur de complication qui comporte le risque de l’explication « du même par le même ». Néanmoins, elle fournit un « utile secours à la lexicographie » dans la mesure où elle force à préciser des « idées très-étroitement unies » (ibid.). Littré met en place un système de différentiation à travers une approche distinctive de la synonymie lexicale31 : celle-ci concerne les mots-entrée et non les énoncés qui doivent élucider les contextes d’usage propres à chaque terme. À cet égard, le procédé du renvoi du Dictionnaire de l’Académie, véritable anti-modèle, qui « définit fier par hautain, altier » et « hautain par fier, orgueilleux », est regardé comme un défaut majeur de la pratique définitoire, mais qu’il est fort difficile d’éviter. Pour sa part, Littré fait valoir que l’étymologie permet d’expliquer certains faits de synonymie : tel est le cas de hautain et altier, qui étant « identiques radicalement », ont « un fond commun de signification ». Mais analysons l’article synonyme :

SYNONYME […] adj. ||  Il se dit d’un mot qui a, à très peu près, le même sens qu’un autre, comme péril et danger, funeste et fatal, mort et trépas […]. || Fig. Il se dit de ce qui est une seule et même chose […]. || 2° S. m. Mot synonyme […]. || Demi-synonymes, mots qui sont exactement synonymes dans une partie de leur emploi, sans l’être dans l’autre partie […]. ||  En histoire naturelle, se dit des noms différents qui servent à désigner le même être […]. || 4° Au plur. Titre de certains ouvrages, en forme de dictionnaire, dans lesquels la différence des mots synonymes est expliquée (il prend une majuscule). Les Synonymes latins de Gardin Dumesnil. Les Synonymes français de Girard. Les Synonymes de Lafaye […].

 SYN. SYNONYME, ÉQUIVALENT. L’équivalent remplace un mot par une locution qui signifie la même chose ; par exemple quand on met la définition au lieu du terme lui-même. Le synonyme offre des nuances d’acception qui le distinguent plus ou moins d’un mot à signification voisine.

34Littré insiste sur l’écart entre les mots synonymes, ce qui, au niveau discursif, prend la forme de l’approximation (« à très peu près », « demi-synonymes », « plus ou moins »). Si le deuxième sens restitue la signification autonymique du mot, codifiée par un changement de catégorie morphologique, la troisième acception présente la synonymie comme « un pur effet de désignation » (Nicolas 1980, p. 92). Un exposé de nature métalinguistique fait ensuite le départ entre synonyme et équivalent. Dans le DLF, la synonymie peut intervenir : i) comme pratique définitionnelle quand des équivalents parasynonymiques sont donnés comme définisseurs (par ex. dire : 4° Nommer, exprimer, 6° Réciter, lire, débiter. Dire sa leçon, 7° Raconter, 8° Juger, penser, être tenté de croire, 9° Avertir, prévenir, ordonner, conseiller, 10° Offrir, proposer) ; ii) comme approche différentielle des unités lexicales sous forme de remarques paradigmatiques portant sur des séries synonymiques. Cette approche distinctive de la synonymie est à l’origine d’un exposé explicatif qui se situe avant l’historique. Dans ce dernier cas, l’étymologie peut être invoquée comme critère de différenciation sémantique, selon un procédé qui, dans la tradition synonymiste, remonte aux Nouveaux synonymes françois (1785) de l’abbé Roubaud.

35Dans l’article consacré au lemme craindre, on trouve un exposé différentiel basé sur le dispositif de l’entrée multiple :

– SYN. CRAINDRE, APPRÉHENDER, AVOIR PEUR, REDOUTER. Redouter se distingue des trois autres en ce qu’il exprime la crainte de quelque chose de supérieur, de terrible, à quoi on ne peut résister. Appréhender se distingue de craindre et avoir peur, en ce que, conformément à son étymologie, il indique une vue de l’esprit, une attention portée sur l’avenir, sur la possibilité ; ce qu’on appréhende apparaît moins comme probable que comme possible. Au contraire, ce qu’on craint apparaît non-seulement comme possible, mais aussi comme probable. Enfin, avoir peur désigne un état de l’âme où devant le péril le courage fait défaut ; on peut craindre le danger et pourtant y faire tête ; mais si on a peur du danger, il est le plus fort et nous emporte. Je redoute l’orage veut dire que je le regarde comme formidable ; j’appréhende l’orage, qu’il me paraît possible ; je crains l’orage, que les effets m’en semblent dangereux pour moi ; j’ai peur de l’orage, qu’il m’ôte tout courage.

  • 32 « CRAINDRE […] ||  Éprouver le sentiment qui fait reculer, hésiter devant quelque chose qui menac (...)

36En dehors de cette rubrique, les trois verbes que Littré donne comme synonymes de craindre ne sont pas mentionnés dans les cinq acceptions du lemme32. En revanche, craindre (ou l’équivalent être craintif) est le seul qui figure comme définisseur des trois autres verbes. C’est ainsi que Littré parvient à éviter le piège de la définition circulaire sans pour autant renoncer à explorer les relations paradigmatiques entre les unités lexicales. Il reste que le procédé du renvoi n’est pas systématique, de même que les exposés sur les synonymes sont aléatoires. L’instabilité de la doctrine sur la synonymie semble être à l’origine d’un traitement fort inégal. Les options se multiplient et la synonymie en arrive même à être conçue comme un facteur d’identité, ce qui va à l’encontre de la définition de synonymie que Littré a donnée. Tel est le cas dans le traitement du couple charme/enchantement qui figure sous l’entrée charme :

– SYN. 1 CHARME, ENCHANTEMENT. Le charme (carmen) est une formule en vers ou en prose mesurée à laquelle on attribue la vertu de troubler l’ordre de la nature. L’enchantement (incantamentum) est l’action de prononcer cette formule. Comme à tout moment, dans le discours, on prend la cause pour l’effet ou l’antécédent pour le conséquent, la différence des deux mots disparaît, et ils sont la plupart du temps synonymes. || 2 CHARMES, APPAS. On est très-porté à confondre absolument ces deux termes. Mais, à une époque où l’on était plus près du sens primitif des mots, Malherbe n’a pas hésité à mettre : ses appas et ses charmes. En effet, appas se dit des beautés qui attirent ; et charmes, de celles qui agissent par une vertu occulte, magique.

37Littré postule ici une métonymie (la cause pour l’effet) pour expliquer la superposition des deux mots, alors que les tropes sont généralement des -mécanismes invoqués pour décrire les différentes acceptions d’un mot, comme c’est le cas chez Arsène Darmesteter. En définitive, la démarche de Littré peut être interprétée de deux manières : d’un côté, le lexicographe entend éviter le piège de la définition circulaire ; de l’autre, il ne peut s’empêcher d’adopter la synonymie comme dispositif régulateur des significations.

1.6 Trois lectures du changement linguistique : histoire, organicisme et institutionnalisme

38Avec quelques années d’avance sur les travaux des sémanticiens (voir infra, chap. 4-5), Émile Littré entame une réflexion sur l’origine du changement sémantique, qu’il rattache, dans le sillage d’Auguste Comte, au progrès de l’esprit humain et des sociétés. Son traitement du changement comporte, dans le dictionnaire, la mise en place d’un modèle contradictoire qui, d’une part, écarte l’histoire en la confinant dans l’historique, et de l’autre, l’englobe dans un usage contemporain fictif. Dans l’Histoire de la langue française (1863), Littré affirme que la caractéristique principale du langage humain est son transformisme. Il se demande alors ce que l’on doit entendre par histoire d’une langue (p. iii). L’histoire proprement dite s’occupe des annales des peuples et de l’évolution des sociétés, elle est donc l’« étude de la loi du changement ». Puisque cette loi est à l’œuvre dans les langues historico-naturelles, celles-ci sont également sujettes à l’étude historique. Littré définit la tâche de l’historien de la langue à partir des prérogatives du grammairien et du lexicographe, dont les domaines de spécialité sont : lexique, syntaxe, règles de grammaire, sens propre et figuré, orthographe et prononciation. Si le grammairien s’intéresse à la langue en tant qu’« organisme compliqué » (p. iv) doué d’une fonctionnalité interne, « un autre point de vue préoccupe l’historien ». Une fois de plus, le point de vue est capital pour l’analyse des faits de langue :

Si l’on veut me permettre cette comparaison avec un être organisé et vivant, on étudie dans la grammaire le corps même qui a ses fonctions et son mécanisme, et dans l’histoire les mutations suivant les âges de ce corps […]. En définitive, l’histoire, appliquée aux idiomes, est la recherche de leur origine quand cette origine est accessible, de leurs modifications, de leur durée, et des conditions régulières qui président à ces modifications. (Ibid., p. iv-v)

39Cette distinction est sans doute à l’origine du double discours que Littré développe : un discours organiciste quand le point de vue est celui du grammairien/lexicographe et un discours historico-évolutionniste quand la perspective est celle de l’historien de la langue. La contamination des deux discours est assez fréquente notamment sous la forme de métaphores qui migrent d’un contexte à l’autre. Comme le remarque Paul Imbs (1983, p. 404), « l’histoire lui fournissait la notion des faits positifs attestés par des documents, la biologie celle d’une organisation synchronique, l’évolutionnisme celle d’un enchaînement (d’une “filiation”) à travers les couches du temps ». C’est la notion même de filiation historique en tant que causalité qui se situe au confluent de l’histoire et des sciences naturelles :

Comme la géologie, et plus encore que la géologie, l’histoire est pleine de désastres, de bouleversements et de ruines. Il ne faudrait pas que ces perturbations égarassent l’esprit au point de faire perdre de vue la véritable notion de filiation historique, à savoir que les conséquences répondent toujours aux antécédents. Cette filiation ne se rompt jamais […]. Il serait temps qu’au lieu de continuer l’éloge de la nature on en fît la critique, ou, plutôt, qu’avec l’indifférence spéculative qui est le propre de la recherche scientifique, on appréciât les conditions réelles des phénomènes, leurs régularités à côté de leurs perturbations, et l’étroite marge de bien laissée aux êtres vivants dans l’ordre inexorable des choses. (Littré 1875, p. 380-381)

40Définir l’histoire en termes de filiation historique revient à réfuter la conception théologique et téléologique du progrès conçu comme perfectionnement (voir Petit 1983). Aussi, sa théorie du changement ne donne-t-elle pas lieu à une théorie du progrès comme amélioration, mais comme causalité. Littré considère les modifications survenues comme des enchaînements rationnels qui excluent tout hasard et accident ou qui, du moins, leur réservent une place limitée. Le hasard et les accidents sont ramenés à une « condition réelle » des phénomènes. De même que le présent est toujours déduction du passé, la loi du changement qui gouverne les langues repose sur un principe de causalité :

[P]lusieurs s’imagineront que la formation des langues est un champ où le hasard, c’est-à-dire d’une part les volontés particulières, de l’autre les accidents, ont une large part […]. C’est le contraire […], parmi les choses historiques, je ne sais vraiment laquelle on pourrait trouver plus rigoureusement assujettie à des conditions déterminées et à la constance de la régularité. (Littré 1863b, p. xiv-xv)

41Gaston Paris révèle l’antinomie entre la théorie du changement de Littré et le principe rétrospectif sur lequel il a bâti son dictionnaire, à savoir « asseoir l’usage moderne sur l’usage antique » :

Littré ne s’aperçoit pas que les considérations très judicieuses qu’il présente lui-même sur le changement perpétuel de la langue, changement que son dictionnaire tout entier met en évidence pour le français, détruisent sa théorie […]. Du moment que l’on considère une langue comme vivante, l’usage ancien de cette langue peut servir à en expliquer l’usage moderne : il ne peut servir à le justifier ou à l’entraver. (Paris 1907 [1900], p. 369)

42La contradiction est flagrante entre ce que suggère l’observation empirique (la langue change) et le programme théorique que le lexicographe s’assigne (justifier la langue actuelle en fonction de la langue passée). Pourtant, cette illusion méthodologique s’est avérée une utopie efficace :

Il lui est un peu arrivé ce qui est arrivé à Christophe Colomb : imbu des idées des géographes de son temps, Colomb, en s’élançant à l’Occident, croyait devoir rencontrer le rivage oriental de l’Inde : au lieu de fermer le cercle du monde ancien, il trouva un monde nouveau. Littré, fidèle aux théories des grammairiens, ne prétendait que les compléter, en ajoutant à l’usage classique le renfort de l’usage médiéval : il a révélé à la fois la continuité et l’évolution constante de la langue. (Ibid., p. 370)

  • 33 En définissant la langue comme institution, W. D. Whitney propose une lecture dialectique du rappor (...)

43Fidèle à son idéologie passéiste, Littré signale que la tendance au changement est contrecarrée par une force opposée qui repose sur « le fond primordial qui vient des aïeux et de la tradition » (1863b, p. x). La tendance à l’archaïsme s’avère alors un facteur compensatoire et un frein à la puissance dissolutive du néologisme, qui est l’extériorisation de la tendance au changement. En tant que produits historiques sujets à la transformation, les langues sont assimilées à des institutions, ce qui n’est pas sans évoquer la doctrine du sanscritiste américain William Dwight Whitney33 (1827-1894). Selon Littré, les faits de langue ne sont pas d’autre nature que les institutions politiques : « La langue est une sorte d’institution se fixant par toutes les conditions qui fixent un état social. » (Littré 1863b, p. liv) L’assimilation entre langue et institution est déjà affirmée dans un article sur l’étymologie publié pour la première fois dans le Journal des savants en 1855 et qui figure également dans l’Histoire de la langue française :

L’étymologie est une science accessoire de l’histoire […]. Les langues se transmettent comme les institutions ; il importe de connaître aussi bien la transmission des unes que des autres. De même que l’historien est chargé de dire de quelle façon, l’organisation de l’empire romain venant en conflit avec l’établissement des barbares, il en sortit d’abord la période transitoire de la monarchie franque, puis la société féodale, de même l’historien, devenant alors étymologiste, est chargé de dire comment du conflit des langues entre les populations diverses sont nés les mots et les idiomes qui ont finalement supplanté la latinité. (Ibid., p. 25-26)

  • 34 Pour une présentation de l’introduction de l’uniformitarisme en linguistique historico-comparative, (...)

44Littré va même jusqu’à présenter l’étude de la langue comme « une excellente préparation » à celle des institutions, dans la mesure où « la filiation est encore mieux accusée dans les langues que dans les institutions ». Or, s’il considère que l’histoire n’est qu’évolution, il précise que « la faculté qui transforme est de la même nature que la faculté qui créa » (p. 27). Comme Whitney, il semble souscrire à la doctrine de l’uniformitarisme géologique, élaborée par le géologue britannique Charles Lyell (1797-1875)34. Son adhésion à cette doctrine semble plausible à la lumière de ce qu’il affirme lorsqu’il évoque le processus de décomposition et de recomposition des langues :

Ceci est comparable aux formations géologiques pour l’étendue et la régularité. Ce ne sont pas des amas çà et là disséminés par l’action turbulente et saccadée de mille courants variables ; mais ce sont des dépôts produits par l’action lente et uniforme de vastes mers et des grands lacs. Étant donné que des causes constantes de décomposition et de recomposition sont intervenues, il n’y a pas plus, en général, de place pour le caprice que pour la barbarie […]. (Littré 1863b, p. 10)

45Si l’assimilation de la langue à une institution coexiste avec une terminologie naturaliste qui compare les langues à des organismes complexes, Brigitte Nerlich (1992, p. 130) avance qu’en employant le terme institution au lieu d’organisme, Littré se montre plus aligné sur les idées qu’exprimera plus tard Whitney que sur celles des savants français. C’est en cela que Littré se démarque, une fois de plus, de la philosophie de Comte. Car là où « la sociologie comtienne attachée à l’espèce humaine en sa dimension collective restait prise dans une définition naturaliste de son projet » (Petit 1983, p. 225), la philosophie de Littré est résolument historique, axée sur l’étude de l’enchaînement des différentes étapes de la civilisation. Néanmoins, discours historique et organiciste se contaminent réciproquement en faisant apparaître les aspects contradictoires de l’institution linguistique. En particulier, Littré a recours à une métaphore organiciste pour expliquer l’enchaînement des mutations qui se produisent dans une langue :

D’abord c’est la phase de formation latente et de végétation ; le latin, comme un grand arbre dont le tronc est frappé de mort, se dépouille peu à peu de ses feuilles et de ses rameaux ; mais l’inclémence mortelle n’en atteint pas les racines plongées dans le sol ; de ces racines il sort des rejetons vigoureux, qui, vienne le temps, seront des arbres […]. (Littré 1863b, p. xlix)

46Fidèle à sa distinction entre langues mères et langues filles, Littré postule pour ces dernières une origine connaissable, qui s’inscrit dans le temps de l’histoire. Ses analyses privilégient alors les langues romanes, qui sont vues comme des produits dérivés, mais non décadents ; il parle d’altérations pathologiques, mais l’altération a comme contrepartie un effet de renouveau. La phase de décadence se produit quand il y a confusion au sein d’une langue du fait de « l’emploi, dans un système qui commence, de formes qui appartiennent à un système finissant ». Cette décadence se produit dans une phase intermédiaire entre la régularité archaïque et la régularité moderne. Pourtant, à un moment donné « le désordre s’arrête » : « Ce n’est point pour ou contre le système de la vieille langue qu’on agit ; ce système, on ne le connaît plus, il a péri sans retour dans la transition : c’est contre l’anarchie d’interrègne entre la ruine de cet ancien pouvoir et l’établissement d’un nouveau pouvoir grammatical » (ibid.). Il s’ensuit que cette tendance à la réparation (Littré parle de « vertu qui répare ») est un aspect de la tendance générale au changement, qui produit toujours un nouvel ordre. De plus, elle n’est pas seulement valable pour les langues, mais elle s’étend aussi aux autres institutions :

J’insiste sur ce point ; car la considération s’en étend bien au-delà de la langue, elle atteint toutes les choses sociales et politiques ; seulement, dans la langue, elle est apparente, et le degré de désorganisation et de réorganisation est coté par les textes et les formes qui en sont autant d’échantillons successifs. Il n’est pas besoin, comme dans les institutions, d’une interprétation qui fasse voir comment ce qui cesse d’avoir vie politique est remplacé grâce à un travail de croissance et de vivification. (Ibid., p. l)

47L’analyse des langues éclaire le fonctionnement des institutions humaines en général : la langue est « une petite chose », mais qui offre une analyse exécutée et accomplie de ce qui advient pour les « grandes choses historiques ». Une fois de plus, le discours naturaliste coexiste avec des considérations concernant l’historicité de la langue : « Les langues, étant des organismes, ont un principe interne qui, indépendamment des circonstances externes, en commande les modifications » (p. li). Le mouvement procède avant tout des forces internes ; les forces externes – situation politique, invasions, contacts de peuples – ont pu hâter l’évolution qui, en tous les cas, aurait été la même dans les grandes lignes. L’herméneutique organiciste de Littré procède du constat que la langue est réglée par un principe interne qui lui est propre : elle est un système autopoïétique qui s’identifie, en dernière instance, à l’activité sémiotique des locuteurs. Littré emprunte à la sociologie comtienne l’idée que le langage est une production de l’esprit humain : « Les modifications qui surviennent sont produites par des causes organiques inhérentes à l’esprit des hommes qui parlent la langue et à cette langue qui est parlée par eux » (p. lviii-lix). Fidèle à cette doctrine, il proclame « le parfait isomorphisme de l’évolution des langues et de l’histoire culturelle » (Rey 2008b, p. 274). Aussi attribue-t-il « la désuétude de certains mots » à « la désuétude de certaines choses ». Sa définition de l’histoire de la langue s’en trouve alors transformée :

Ceci me permet d’ajouter un trait à la définition qu’au début j’ai donnée de l’histoire des langues […]. Employant un terme qui depuis longtemps s’est étendu du domaine médical dans la langue commune, et qui, en raison même de son origine en ce domaine, convient particulièrement là où il s’agit d’organismes, je dirai que les langues ont des crises, primaires ou secondaires, grandes ou petites. (Littré 1863b, p. lii)

  • 35 Comme on le sait grâce à la lettre qu É. Littré envoie à H. Schuchardt le 27 mai 1868 (dans Swigger (...)

48Il qualifie de primaire la crise qui, à partir du latin, a donné naissance aux langues romanes et celle qui du français ancien a fait le français moderne. En revanche, au nombre des crises secondaires, il classe « celle qui adapta la langue du seizième siècle à la pensée et à la sensibilité du dix-septième, et celle qui […] au dix-neuvième, exerce sur notre langage une influence énergiquement néologique ». Ces positions ne sont pas sans susciter les réactions des romanistes. Dans son compte rendu de l’Histoire de la langue française (1864, p. 201-202), Paul Meyer (1840-1917) conteste le fait que Littré considère « comme deux faits corrélatifs la mort du latin et la naissance des langues romanes » alors qu’« [u]ne véritable illusion d’optique nous fait prendre pour la mort d’un idiome et la naissance de plusieurs autres, ce qui ne fut en réalité qu’une transformation très-lente ». De même, dans Der Vokalismus des Vulgärlateins (1866-1868)35, Hugo Schuchardt (1842-1927) s’inscrit en faux contre la vision discontinuiste et organiciste de Littré qui appréhende l’histoire des langues en termes d’évolution et de corruption, et rejette la thèse selon laquelle les formations néologiques seraient un trait des idiomes néolatins, ce que Meyer (1863, p. 373) conteste également.

1.6.1 Philologie et étymologie, un exercice d’induction historique

49En 1848, Ernest Renan (1823-1892) présentait la philologie comme « une condition nécessaire de l’histoire de l’esprit humain et de l’étude de la pensée » (1890, p. 130). Si elle passe par un travail d’érudition, elle ne s’épuise pas pour autant dans la « simple curiosité de l’érudit ». De même que la philosophie, la philologie est la « science des produits de l’être humain » (ibid., p. 138). Renan reproche alors à Auguste Comte de ne rien entendre « aux sciences de l’humanité, parce qu’il n’est pas philologue » (p. 153). En revanche, Littré, rompu à l’exercice philologique et à l’exégèse des textes anciens grâce à son édition d’Hippocrate et de Pline l’Ancien, incarne cette conception humaniste de la philologie comme science qui permet d’accéder à l’histoire des idées et des connaissances.

  • 36 Dans l’article « La science du langage » (1879), consacré à illustrer la méthode historique, M. Bré (...)

50Selon Littré, après des débuts incertains, l’étymologie est devenue une véritable science procédant de « règles générales et positives » (DLF, Préface, p. xxxi). Dans son Histoire de la langue française, il présente l’histoire comme un « microscope » et définit l’étymologie comme « l’instrument analytique qui permet d’observer cette grande faculté [celle qui transforme] dans ses opérations » (Littré 1863b, p. 27). Tirant les leçons de la méthode comparative, le lexicographe fixe alors six critères que toute recherche étymologique doit remplir pour ne pas être une pure conjecture : « Le sens, la forme, les règles de mutation propres à chaque langue, l’historique, la filière et l’accent latin » (DLF, Préface, p. xxx)36. Il pose comme condition première la proximité de sens entre l’étymon et son aboutissement moderne : les deux sens du verbe louer s’expliquent ainsi par deux différents étymons (laudare et locare). Ensuite, il met en avant un critère extralinguistique permettant de découvrir l’histoire réelle d’un mot (espiègle et renart s’expliquent à partir d’un personnage littéraire), selon un critère qui sera défendu notamment par Hugo Schuchardt (voir infra, § 4.1).

  • 37 Selon G. Roques (1983, p. 374), ce plan aurait inspiré le Französisches Etymologisches Wörterbuch ( (...)

51La pratique étymologique de Littré repose sur les acquis de la Grammatik der romanischen Sprachen (1836-1843) et de l’Etymologisches Wörterbuch der romanischen Sprachen (1853) de Friedrich Diez (1794-1876). Comme l’a remarqué Gilles Roques (1991, p. 403), « [s]on rôle fut de mettre les étymologies, surtout celles de Diez, à l’épreuve des matériaux historiques qu’il avait constitués », ce qui lui a permis de faire « passer l’histoire du vocabulaire et l’étymologie dans la sphère de la lexicographie générale du français ». Dans le DLF, l’étymologie intervient à la fin de l’article, après les matériaux documentaires de l’historique dont elle est l’aboutissement37. La recherche étymologique repose en effet sur la méthode inductive et « induire historiquement, c’est rassembler et conférer toutes les formes collatérales d’un même mot soit dans les différentes régions où il s’est produit, soit dans les différents temps où il a existé » (Littré 1863b, p. 38). Ce travail positiviste n’exclut cependant pas un exercice de déduction dans l’explication d’un mot. Gilles Roques (1983, p. 374) salue ce « va-et-vient constant qui s’établit entre l’historique et l’étymologie » – véritable innovation par rapport à Diez –, mais n’en relève pas moins l’illusion d’objectivité car « la présentation des matériaux est déjà une interprétation ». De plus, dans le dictionnaire chaque étymologie reste isolée car, contrairement à l’exposition théorique qu’Arsène Darmesteter place en tête du Dictionnaire général, Littré ne renvoie « qu’accidentellement à un autre mot susceptible de fournir un exemple pareil de permutation phonétique » (Paris 1907 [1900], p. 393). La conception de l’étymologie chez Littré révèle un défaut majeur qui tient à la notion de filiation entre langues. Cela le conduit à distinguer, selon la mode de l’époque, entre « étymologie primaire » (langues mères) et « étymologie secondaire » (langues filles). Dans le DLF, il n’est question que de cette dernière. Mais, le « principal tort » (Roques 1983, p. 369) du dictionnaire est de ne pas avoir distingué les mots empruntés (par ex. féminin, emprunt au lat. class. femininus) des mots hérités (par ex. femelle, du lat. class. femella, dimin. de femina), tandis que ce problème ne se posait pas pour Diez qui ne s’intéressait qu’aux mots hérités. Cette distinction sera mise à l’honneur par le Dictionnaire général qui, dans le Traité de la formation de la langue, propose des listes de lexique emprunté (voir Traité, § 3-32). Gaston Paris (1907 [1900], p. 378-379), qui rejette la distinction entre langue mère et langue fille, souligne la myopie de ces vues :

Le français […] n’est que le latin parlé, sans aucune solution de continuité, ni rien qui ressemble à la génération d’un individu par un autre. Quand un mot appartenant au vocabulaire du latin parlé a passé jusqu’à nous par une tradition orale ininterrompue, le ramener à sa forme latine n’est pas en faire à proprement parler l’étymologie, c’est remonter plus haut dans son l’histoire de l’évolution qu’il a décrite. […] Il faudra donc, en réalité, remplacer la rubrique Étymologie par la rubrique Histoire du mot […]. Il n’y a d’étymologie, – non au sens grec, mais au sens moderne –, que pour les mots empruntés à d’autres langues. Voilà la vraie distinction entre deux genres de recherches que l’on confond sous le nom d’étymologiques.

  • 38 Pour une analyse de l’approche des nouveaux philologues, voir Ridoux 1996.

52En somme, si Littré est bien informé sur la recherche étymologique de son temps, ses analyses seront rendues caduques par les travaux de la nouvelle école de philologie, qui se développe en France dans les années 1860-1870 et dont les chefs de file sont Gaston Paris et Paul Meyer. Appelés « nouveaux philologues »38, ceux-ci se sont formés à l’école allemande et gravitent autour des institutions telles que l’École des chartes, le Collège de France, l’École des hautes études, l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

1.6.2 L’innovation dans la langue : néologie et néologisme

  • 39 Nous adoptons les définitions de néologie formelle et néologie sémantique de Gaudin et Guespin 2000

53La réflexion sur le néologisme est à ramener au questionnement sur le changement linguistique qui occupe la lexicographie de la seconde moitié du xixe siècle. Le traitement du néologisme est un problème majeur dans un dictionnaire car il concerne à la fois sa macrostructure – et donc la sélection de la nomenclature – dans le cadre de ce que l’on appelle néologie formelle et sa microstructure, -relativement au processus d’enrichissement de la signification d’un mot (ou néologie sémantique)39. Ce dernier aspect est doublement important car il concerne la question de la continuité ou discontinuité des sens, et donc le choix entre le regroupement polysémique (relevant de la microstructure) et le dégroupement homonymique (à inscrire au programme de la macrostructure).

  • 40 Auteur dramatique et publiciste très prolifique, L.-S. Mercier est l’auteur de Tableau de Paris et (...)
  • 41 Voir Bisconti 2013.

54Si les créations nouvelles constituent un fait observable qui relève du mouvement nécessaire de la langue, la lexicographie de l’époque « va être placée sous le signe d’une méfiance systématique vis-à-vis du “néologisme” » (Glatigny 1998, p. 164). Au début du siècle, le néologue Louis-Sébastien Mercier (1740-1814)40, auteur de Néologie ou Vocabulaire de mots nouveaux (1801), faisait encore état du décalage entre néologie et néologisme, entre lesquels, écrivait-il, il y a « la même différence qu’entre religion et fanatisme » (p. vii). Si « le xixe siècle va se désintéresser de la néologie et ne plus guère utiliser que la notion de néologisme » (Gaudin et Guespin 2000, p. 235), cette dernière notion ne va pas sans problème. Comme nous l’avons montré41, elle résorbe progressivement la dichotomie néologie vs néologisme sans pour autant évincer complètement l’ancienne conception du néologisme en tant qu’abus de néologie. Le recoupement entre les notions de néologie et de néologisme est à l’origine d’une nouvelle étape de la conceptualisation au sein de laquelle la notion de néologisme acquiert une valeur autonymique qui semble se stabiliser dans la lexicographie de cette fin de siècle. Le discours théorique de la science du langage, quant à lui, marque un tournant en ce qu’il ramène la question du néologisme à des hypothèses sur le fonctionnement du mécanisme sémio-linguistique de la créativité.

  • 42 Pourtant, si l’on compare les définitions de néologue et de puriste (et les exemples allégués que n (...)

55Si l’on se situe au niveau de la macrostructure, les alternatives qui s’offrent aux lexicographes vont d’une option restrictive à une option extensive. Le DLF oscille entre ces deux pôles. D’une part, Littré estime que la richesse d’un dictionnaire est l’une des qualités de l’ouvrage car le lecteur doit pouvoir y trouver tout ce dont il a besoin. De l’autre, progressiste en matière politique, il fait preuve, on le sait, d’un certain conservatisme sur le plan linguistico-littéraire. Nous l’avons vu, son parti pris historiciste l’amène à privilégier la langue classique au détriment de la langue de son époque. S’ensuit le rejet de quantité de termes qu’il considère être des néologismes, ainsi que le refus d’ériger en modèle les écrivains du xixe siècle. Il en résulte une nomenclature beaucoup plus sélective que celle du dictionnaire de l’Académie42.

56Le xixe siècle marque « l’invasion du néologisme soit dans les mots, soit dans les significations, soit dans les tournures », à la suite notamment du foisonnement lexical du romantisme, qui décrète « l’abandon de la rhétorique unifiante du xviiie siècle » (Rey et al. 2007, p. 227). Littré reconnaît la légitimité des créations nouvelles :

[L]e néologisme naît à fur et à mesure de la durée d’une langue. Sans parler des altérations et des corruptions qui proviennent de la négligence des hommes et de la méconnaissance des vraies formes ou des vraies significations, il est impossible, on doit en convenir, qu’une langue parvenue à un point quelconque y demeure et s’y fixe […]. Le contre-poids de cette tendance est dans l’archaïsme. L’un est aussi nécessaire à une langue que l’autre. D’abord on remarquera que, dans la réalité, l’archaïsme a une domination aussi étendue que profonde […]. Ce que chaque siècle produit en fait de néologisme est peu de chose à côté de ce trésor héréditaire […]. (DLF, Préface, p. ii-iii)

57Or, le fait qu’il qualifie l’innovation de nécessaire ne signifie pas qu’il l’appelle de ses vœux. On découvre alors le regret du lexicographe qui « doit convenir » de la nécessité du néologisme. De ce fait, il cherche un « contre-poids » dans l’archaïsme (voir supra, § 1.2) qui est la force adverse. La conception de l’archaïsme comme contrepoids ne doit pas pourtant faire conclure à une vision compensatoire de ce phénomène car, aux yeux de Littré, archaïsme et néologisme n’ont pas le même degré de légitimité, le premier (« trésor héréditaire ») étant une véritable hypothèque sur la langue contemporaine (voir Glatigny 1998, p. 177). Les diverses conceptions de la néologie et du néologisme ressortent notamment des articles métalinguistiques du dictionnaire, qui sont un observatoire privilégié de l’histoire de la conceptualisation de ces deux notions. À propos du terme néologie, Littré écrit : « [E]mploi de mots nouveaux ou d’anciens mots en un sens nouveau ». Cette définition fait état d’une dichotomie entre une option formelle (« mots nouveaux ») et une option sémantique (« anciens mots en un sens nouveau. ») Si Littré présente cette pratique sémiologique sur un ton neutre, il en va tout autrement du lemme néologisme :

NÉOLOGISME […] || 1° Habitude et affectation de néologie. La lecture fut précédée de grands éclats de rire sur le néologisme de cette pièce, J.-J. ROUSS. Prom. 9. Ils ne nous pardonneraient pas de nous exprimer froidement sur l’étrange -néologisme qui dépare même ses meilleures productions [de Marivaux], D’ALEMB. Éloges, Marivaux. N’allez pas étaler l’effronté barbarisme Ni l’absurde jargon du froid néologisme, MILLEV. Invent. poétique.|| 2° Par abus, synonyme de néologie. Il y a un néologisme nécessaire qui provient des nouvelles créations dans les idées et dans les choses. || 3° Mot nouveau, ou mot existant employé dans un sens nouveau.

58Les définisseurs de la première acception évoquent à la fois un procédé sclérosé (« habitude ») et un travers mondain qui relève d’une certaine préciosité (« affectation »). Cette définition reflète la connotation dépréciative qui avait cours au xviiie siècle, auquel les citations sont empruntées, et qui est relayée par la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie (1835). C’est dans la deuxième acception que la dichotomie s’estompe car Littré postule une synonymie (quoique encore abusive) entre les deux termes. Notons que la notion de nécessité (« il y a un néologisme nécessaire ») introduit un principe de bien-fondé qui tient à l’évolution intellectuelle et sociale elle-même. Étant donné que dans le DLF la filiation sémantique suit un ordre linéaire, cette acception est vraisemblablement à l’origine de la troisième. Celle-ci fait émerger la signification autonymique du lemme néologisme, qui semble supposer au préalable un recoupement des notions de néologisme et de néologie. L’enchaînement de ces trois acceptions restitue une conception du néologisme qui ne parvient pas à s’émanciper de la connotation péjorative d’origine. Cette définition n’est pas sans évoquer l’article néologisme de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (t. 11, p. 94-95). Cet ouvrage, qui n’enregistre pas le lemme néologie, insiste également sur les trois idées corrélées d’affectation, d’abus et de nécessité, et avertit que la possibilité de créer des néologismes n’est pas à elle seule une condition de légitimité, l’usage étant la caution contre le déferlement pernicieux du néologisme. Notons que Littré enregistre le métaterme néologiquement (« Par néologisme. Ce mot se dit figurément et néologiquement ») et qui semble s’appliquer aux seuls néologismes sémantiques car, dans l’exemple qui suit la définition, on suppose un sens qui serait figuré. Dans tous les cas, il appartient à la métalangue de description sémantique et traduit la tentative de décrire les procédés qui président aux changements de sens. Ce lemme, dont la définition est reprise à l’identique par Pierre Larousse, ne figure pas dans le Dictionnaire général, sans doute parce que le marquage sémantique est beaucoup plus poussé.

  • 43 À partir des lemmes compris dans le segment E-Em, M. Glatigny (1998, p. 108) relève 35 marques de v (...)

59Comme l’a démontré Michel Glatigny (1998), il existe dans les dictionnaires du xixe siècle un déséquilibre flagrant entre les marques de vétusté et celles de nouveauté, qui sont presque absentes43. Néanmoins, si le marquage du néologisme est rare, il faut « distinguer la marque et la présence dans les colonnes d’un dictionnaire » (p. 161), autrement dit les nouveautés peuvent figurer dans le dictionnaire sans marquage. La marque néologisme est en effet ressentie comme dépréciative « au point que, même quand le lexicographe introduit un terme qu’il présente comme nouveau, il hésite à le marquer comme tel » (p. 164), ce qui est d’autant plus vrai pour les terminologies scientifiques et techniques, qui sont « unanimement respectées au nom de la religion du progrès » (p. 177).

  • 44 À partir des lemmes compris dans le segment D-Débusquer (soit 463 lemmes), nous avons relevé seulem (...)
  • 45 Dans le cas du lemme abaque, il s’agit d’un néologisme sémantique qui désigne une évolution du réfé (...)

60La méfiance de Littré envers les créations nouvelles44 s’estompe dans le Supplément (1877) qui marque une rupture par rapport à sa conception restrictive de la nomenclature. Ainsi, encourage-t-il à n’avoir « à l’égard des néologismes aucun parti pris ni de répulsion absolue, ni d’engouement » (p. ii). Le Supplément est consacré spécialement aux néologismes – catégorie hétéroclite qui rassemble les néologismes formels, les néologismes sémantiques, les latinismes (académique, acclimateur, hors-ligne, feuillette, filtreur, daguerréotype, etc.) –, aux terminologies scientifiques et techniques et aux mots provinciaux. Littré oscille entre le respect pour les « règles classiques de la formation des mots » (Gaudin et Guespin 2000, p. 67), c’est pourquoi il continue de rejeter, voire d’amender « les mots nouveaux construits en violation des lois de la composition » (Préface au Supplément, p. ii), et la nécessité de rendre compte des exigences expressives de son époque car l’on « rencontre maintenant dans les gazettes juridiques, dans les comptes rendus des sociétés régionales, dans le récit des exploitations agricoles une foule de mots qu’il s’agit d’inscrire et de faire comprendre ». Littré ne cache pas l’« intérêt doctrinal » de ces matériaux car « [o]n y trouve une foule de mots d’excellente frappe […] parce que le plus souvent ils se rattachent à un archaïsme authentique », alors que le néologisme a « pour défaut essentiel d’être une menace perpétuelle pour l’analogie et la grammaire » (p. iii). À partir des lemmes compris dans le segment A-Ameu du Supplément, soit un total de 521 entrées, nous avons relevé 19 lemmes (3,6 %) qui comportent un marquage de nouveauté. Ce marquage est plutôt hétérogène : a) le marqueur néologisme désigne un néologisme formel (absoluité, absorbation, académisme, actuaire, adjuvat, affairement, agrémenter), un néologisme sémantique (accentuer ‘donner un caractère plus marqué’) et un néologisme de construction (affirmer ‘V. réfl.’) ; b) le marquage apparaît dans la métalangue de définition sous forme d’expression prédicative « nom donné aujourd’hui à… » (abaque45) ; c) le marquage est codifié par un adverbe temporel introduisant une information encyclopédique telle que « on doit aujourd’hui distinguer… » (absinthisme) ; d) le marquage se présente sous forme de remarque (acquiescer). Les terminologies scientifiques et techniques, très nombreuses, ne présentent pas de marqueur en dehors de la datation de la citation.

1.6.3 Changement sémantique et pathologie

61La conception du changement sémantique chez Émile Littré est en partie tributaire des tendances naturalistes de l’époque, introduites par August Schleicher (1821-1868) et diffusées en France par Abel Hovelacque (1843-1896). Cet infléchissement organiciste émerge surtout dans l’opuscule Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage qui paraît dans le volume Études et Glanures (1880) et dont le titre rappelle la formation médicale de Littré.

  • 46 « Comme un médecin qui a eu une pratique de beaucoup d’années et de beaucoup de clients, parcourant (...)
  • 47 Le discours puriste s’accommode mal de la teneur anecdotique de l’argumentation et en effet, au fil (...)

62Cet opuscule retient notre attention d’abord par son statut textuel. Texte inclassable, il constitue l’épitexte (Genette 1992) du dictionnaire, voire son appendice46. L’existence même de cet écrit suggère que le dictionnaire n’a pas résolu tous les problèmes de signification : si le dictionnaire est le lieu du normal, cet ouvrage est le lieu du pathologique. Littré présente, sous la forme plaisante de l’anecdote47, une « série d’anomalies », c’est-à-dire des cas de contradiction entre l’usage et l’histoire. On y relève une démarche paradoxale de purisme rétrospectif. Il dresse une typologie, voire une casuistique, des phénomènes pathologiques qui sont à l’œuvre dans la langue : « Sous ce titre, je comprends les malformations (la cour au lieu de la court, épellation au lieu d’épelation), les confusions (éconduire et l’ancien verbe escondire), les abrogations de signification, les pertes de rang […], enfin les mutations de signification. » La pathologie est d’emblée ramenée à l’usage :

L’usage est grande autorité, et avec raison ; car, en somme, il obéit à la tradition ; et la tradition est fort respectable […]. Mais il n’a pas conscience de l’office qu’il remplit ; et il est très susceptible de céder à de mauvaises suggestions, et très capable de mettre son sceau, un sceau qu’ensuite il n’est plus possible de rompre, à ces fâcheuses déviations. On le trouvera, dans ce petit recueil, plus d’une fois pris en flagrant délit de malversation à l’égard du dépôt qui lui a été confié ; mais on le trouvera aussi, en d’autres circonstances, ingénieux, subtil et plein d’imprévu au bon sens du mot. (Ibid., p. 8)

63Voici comment Littré explique les changements sémantiques, en diachronie, d’un lemme comme accoucher :

Accoucher : n’a aujourd’hui qu’une acception, celle d’enfanter, de mettre au monde, en parlant d’une femme enceinte. Mais de soi, ce verbe, qui évidemment contient couchecoucher, est étranger à un pareil emploi. Le sens propre et ancien d’accoucher, ou, comme on disait aussi, de s’accoucher, est se mettre au lit. Comme la femme se met au lit, se couche pour enfanter, le préliminaire a été pris pour l’acte même, exactement comme si, parce qu’on s’assied pour manger à table, s’asseoir avait pris le sens de manger. Accoucher n’a plus signifié qu’une seule manière de se coucher, celle qui est liée à l’enfantement ; et ce sens restreint a tellement prévalu, que l’autre, le général, est tombé en désuétude. Il est bon de noter qu’il se montre de très bonne heure ; mais alors il existe côte à côte avec celui de se mettre au lit. L’usage moderne […] en a fait un verbe actif qui devrait signifier mettre au lit, mais qui, dans la tournure qu’avait prise la signification, désigna l’office du chirurgien, de la sage-femme qui aident la patiente. (Ibid., p. 8-9)

64Littré restitue l’histoire du mot en mesurant l’adéquation de la signification moderne par rapport au sens propre et ancien du verbe. C’est précisément l’écart entre les deux qui justifie ce développement. L’article correspondant du DLF est plus sommaire en matière d’histoire du mot. La notice présente en premier la signification actuelle, ce qui prend le contrepied de la pratique habituelle qui part de la signification étymologique. Celle-ci est consignée dans la rubrique consacrée à l’étymologie, en fin d’article et après l’historique, au titre d’étymologie sémantique :

ACCOUCHER […] || 1° V. n. Mettre au monde. Accoucher à terme, avant terme […]. || 2° Fig. et dans le style badin ou critique. L’un enfante des volumes, l’autre accouche d’épigrammes […]. || 3° S’expliquer […]. || 4° V. a. Aider une femme à accoucher. Accoucher une femme. Ce chirurgien accouche bien […].

– Rem. Accoucher, v. n. se conjugue avec être quand il s’agit d’exprimer l’état, et avec avoir quand il s’agit d’exprimer l’acte : Elle est accouchée depuis un mois ; Elle a accouché heureusement. Loc. vic. : Elle a accouché d’hier. Dites : Elle est accouchée d’hier […].

– Etym. Bourguig. écouchai ; picard, acouker. On voit par l’historique que accoucher ou s’accoucher signifie proprement se coucher, s’aliter ; ce n’est que peu à peu qu’il a pris le sens exclusif de se mettre au lit pour enfanter. De à et coucher.

65Les définitions ne retracent pas l’enchaînement des significations. Car Littré se borne à constater le changement sémantique sans en éclairer ni les mécanismes ni les étapes intermédiaires. De plus, il qualifie d’« exclusif » le sens qui a fini par s’imposer alors que les significations 2° et 3° témoignent d’une ramification synchronique du lemme. En définitive, les analyses consignées dans -l’opuscule apparaissent bien plus éclairantes que celles du DLF.

  • 48 A. Meillet choisira ce même titre dans l’essai sur la sémantique qu’il écrit en 1905 pour l’Année s (...)
  • 49 On se souviendra des mots de C. A. Sainte-Beuve (1863, p. 52) : « [C]’est un physiologiste et un or (...)
  • 50 M. Bréal (2005 [1897], p. 204) revient sur cette question dans son compte rendu du livre d’A. Darme (...)

66En 1888, Michel Bréal réédite l’ouvrage sous le « titre moins médical » de Comment les mots changent de sens48. Dans l’avant-propos, il explique que les expressions biologisantes employées par Littré ne sont pas seulement dues à son cursus de médecine49 mais qu’il s’agit d’un « tour d’esprit » (p. 3) que l’on trouve chez beaucoup de linguistes de l’époque. Le nouveau titre trahit le parti pris anti-organiciste de Bréal et constitue une tentative de censurer, à travers la réception, l’idéologie qui inspire l’opuscule de Littré. Dans son compte rendu de la réédition de Bréal, Gaston Paris (1888, p. 413) attribue le changement de titre à une hypertrophie du mot pathologie. Le célèbre romaniste approuve la décision de Bréal d’autant que la position de Littré évolue dans l’ouvrage : « Il est certain que Littré, dans son choix de mots intéressants, avait un peu oublié sa première idée, et qu’il trouva lui-même excellentes plusieurs des évolutions des sens qu’il passe en revue. » Il n’en reste pas moins que si Paris approuve le changement de titre, le nouvel intitulé lui semble inadéquat en ce qu’il a « le tort de donner l’idée d’une théorie (dans le genre de celle de M. Darmesteter dans […] La vie des mots), tandis qu’on n’a ici […] qu’une “série d’anecdotes” » (ibid.). Titre à part, Bréal s’en prend à la tendance à voir dans les modifications sémantiques un « signe de maladie »50 et prône une analyse d’ensemble des faits linguistiques :

L’illusion vient de ce que le linguiste n’observe qu’un seul terme à la fois, et qu’il ne saurait avoir simultanément les yeux fixés sur l’ensemble de la langue. Ce qu’un mot perd, un autre le gagne. Ils ne peuvent tous grandir et s’étendre simultanément. (Dans Littré 1888 [1880], p. 4)

67Pourtant, le sémanticien, qui invite à ne pas prendre à la lettre « ce jeu d’imagination de notre auteur », envisage lui-même des cas anormaux : cela advient quand deux familles de mots se mêlent (par ex. vil et vilain, force et forcené). Paris se montre sceptique vis-à-vis des exemples de Bréal et juge sa définition trop restrictive. Pourtant, succombant à son tour aux métaphores médicales, il finit également par parler de « pathologie sémantique » (Paris 1888, p. 413) à propos des deux sens de hôte, louer (du locataire et du propriétaire) ou encore beau-père (qui a supplanté à la fois suire et parastre).

1.6.4 Héritage et régimes d’interprétation : le cas d’Émile Deschanel

  • 51 Il fut également père de Paul Deschanel, futur président de la République française.

68En 1898, Émile Deschanel (1819-1904) publie un ouvrage intitulé Les déformations de la langue française (1898). Professeur de littérature grecque à l’École normale supérieure, puis de littérature française moderne au Collège de France et sénateur inamovible51, il collabore à la Revue des Deux Mondes à partir de 1847. Le but de Deschanel est de compléter et mettre à jour la Pathologie verbale d’Émile Littré (voir Deschanel 1898, p. 10). Il cite également l’Essai de sémantique (1897) de Michel Bréal, qui servira de référence tout au long de l’ouvrage, et en particulier un article qui figure en annexe de l’Essai, « Qu’appelle-t-on pureté de la langue ? », comme caution de sa propre démarche : « Ne pourrait-on aujourd’hui essayer de continuer leur œuvre, même sans espoir d’être écouté ? Pourquoi ne pas défendre, à notre tour, la bonne langue française, honneur de nos pères ? » (Deschanel 1898, p. 11) Sa réception de l’ouvrage de Bréal appelle pourtant quelques remarques. L’article de l’Essai qu’il cite est un compte rendu de l’œuvre Om sprakriktighet (1888) d’Adolphe Noreen (1854-1925), professeur de philologie scandinave à Uppsala. Bréal s’interroge sur la notion de pureté de la langue et sur son histoire ; ainsi, mentionne-t-il les grammairiens classiques qui se sont attachés à « élaguer les expressions impropres et mal venues, faire la guerre aux doubles emplois, écarter tout ce qui est obscur » (Bréal 2005 [1897], p. 187). Deschanel cite subrepticement ce passage en l’interprétant comme une marque de l’adhésion de Bréal à l’activité des grammairiens français, alors que la visée de celui-ci est de démarquer la linguistique moderne de la grammaire : « J’ai cité ces opinions à dessein, écrit Bréal, pour montrer combien elles sont loin des théories aujourd’hui accréditées. Pour la linguistique moderne, toutes les formes, du moment qu’elles sont employées, ont droit à l’existence. Plus même elles sont altérées, plus elles sont intéressantes… » (ibid., p. 189). Si un discours déontique traverse parfois l’argumentation de Bréal (voir infra, chap. 5), il paraît sans doute excessif de le ranger, avec Littré, parmi les défenseurs de la pureté de la langue. Si les ouvrages de Littré et de Bréal constituent l’horizon de rétrospection (Auroux 1987) de Deschanel, on voit bien que cet horizon coïncide avec une forme de réception qui établit un régime d’interprétation et qui joue, de ce fait, un rôle actif dans la constitution des savoirs (méta)linguistiques.

69Bien que le titre de l’ouvrage de Deschanel insiste sur la notion de déformation, aucune conception organiciste ne s’en dégage : la seule idéologie qui l’anime est un purisme linguistique exclusif. La défense de la langue est, aux yeux de l’auteur, une tâche d’autant plus urgente que « jamais les bizarreries et les déformations ne se sont multipliées autant que de nos jours » (p. 207), à cause notamment des langages des écoles littéraires. Il s’agit dès lors de juger la langue actuelle à l’aune de sa conformité aux modèles anciens. Deschanel souscrit à l’idée que « les transformations “incessantes” sont la vie même du langage » (1898, p. 5), cependant il estime qu’« il y a dans cette fabrication non contrôlée bien des hasards » et conteste la curiosité indiscriminée et pseudo-scientifique des linguistes :

De savants philologues acceptent tout, sans protester. Ils sont comme les naturalistes, aux yeux de qui les produits hybrides ont leur intérêt aussi bien que les formations régulières. Ou bien, de même que certaines plaies, atroces pour le patient, ne manquent pas d’attrait pour le chirurgien, certains cas de difformité linguistique, monstrueux aux yeux des profanes, n’émeuvent pas autrement ces savants maîtres. La curiosité du linguiste […] n’est pas loin de consoler les regrets du philologue. (Deschanel 1898, p. 7)

70Cette curiosité a pour effet de considérer toutes les formes linguistiques comme des observables légitimes et dignes d’étude. Une polémique contre Littré apparaît ici en filigrane, ce dernier ayant comparé sa démarche lexicographique à la pratique d’un médecin attentif à toutes les anomalies, susceptibles d’être instructives. Bréal, de son côté, n’affirmait pas autre chose. Chez Deschanel, l’anormalité est conçue au sens étymologique d’écart de la norme, cette dernière s’identifiant avec l’usage. Pourtant, « si l’on est bien forcé de subir l’usage, on n’est pas obligé de l’approuver toujours » (ibid., p. 8), ce qui ouvre une brèche aux dissensions puristes. Celles-ci n’ont évidemment que peu de prise sur l’usage, qui entérine la réversibilité de la norme : il suffit que ce dernier ratifie une forme, aussi anormale soit-elle, pour qu’elle devienne l’expression de la norme. L’usage remplit donc une fonction de normalisation contre laquelle les regrets puristes sont impuissants.

71L’ouvrage de Deschanel est constitué de six chapitres qui proposent chacun un type de changement : « de significations », « de prononciation et de forme », « de constructions et de tours », « de genre, de nombre, etc. », « création de mots mal venus ou inutiles », « étymologies et doublets ». Si l’auteur cherche à élaborer une typologie du changement, ses analyses s’appuient essentiellement sur l’Essai de sémantique de Bréal et La vie des mots (1887) de Darmesteter qui sont des modèles assumés et auxquels il emprunte la plupart des exemples. L’intérêt de son ouvrage tient donc moins à l’originalité des analyses qui y sont consignées qu’au fait qu’il témoigne de l’émergence d’un débat et d’un discours plus ou moins homogènes sur la signification. Pour preuve la récurrence d’analyses portant sur les mêmes lexèmes (par ex. bureau), ce qui permet une comparaison efficace des différentes approches. Comme le notent Colombat et al. (2010, p. 101) à propos des objets discursifs de la tradition grammaticale, les exemples constituent « un lieu d’observation intéressant pour l’historien » car ils instruisent sur la constitution des savoirs linguistiques à une époque donnée, ainsi que sur les effets de transmission de ces savoirs, qui se développent par « accrétion » (Auroux 1994, p. 118).

  • 52 Il donne les exemples suivants : partir, mouchoir, éclat.
  • 53 Tels que mièvre, émérite, truculent, compendieusement, véracité, néfaste, etc.

72Le terrain de confrontation est ici la notion de changement linguistique, appréhendée généralement en termes de pathologie. L’étude des changements sémantiques repose chez Deschanel sur un critère intuitif, à savoir leur degré d’intelligibilité. Selon l’auteur, les mots changent de signification tantôt « peu à peu et par degré »52 (Deschanel 1898, p. 13), tantôt « tout d’un coup et sans raison »53, tantôt « par nuances raisonnables » (p. 33), ce qui l’amène à faire le départ entre déformation et transformation. Cette dernière comporte un principe de gradation car « le sens va s’étendant de proche en proche ». En réalité, Deschanel parle de « nuances raisonnables » sans pondérer les implications d’une telle formulation : le caractère « raisonnable » est-il du côté de la langue ou du côté du philologue ? Dans le premier cas, l’auteur supposerait une rationalité interne à la langue qui serait néanmoins intermittente ; dans le second, il s’agirait d’une rationalité dégagée a posteriori en fonction de l’érudition du philologue. À ce propos, on mesure l’arbitraire du jugement qui qualifie le changement (« peu à peu et par degré ») du mot mouchoir de déformation plutôt que de transformation :

Le premier sens est : objet avec lequel on se mouche. 2° Le hasard de nos habitudes veut que cet objet soit une pièce carrée d’étoffe, soie, fil, coton, etc. De là, par oubli de la destination et par considération unique de la nature et de la forme de l’objet, le mot « mouchoir » s’applique à des pièces d’étoffe de même genre : « se mettre un mouchoir autour du cou ». 3° Le mouchoir que les femmes se mettent autour du cou retombe en pointe triangulaire sur leurs épaules : considération d’un nouveau caractère ; de là le sens que le mot prend dans la langue de la marine : mouchoir, pièce de bois triangulaire. Ainsi le mot perd son sens primitif, pour désigner un nouvel objet ; puis, le nom passe du deuxième objet à un troisième à l’aide d’un caractère nouveau, qui s’oublie à son tour, et ainsi de suite. (Ibid., p. 16-17)

73L’auteur emprunte cette explication à La vie des mots de Darmesteter sans toutefois évoquer le procédé de l’enchaînement par lequel ce dernier analyse -l’évolution du lexème en question (voir infra, § 3.5), qui repose sur un processus de transformation graduelle. Deschanel introduit une explication chiffrée qui ne figure pas chez Darmesteter, mais qui intervient dans l’article du Dictionnaire général, dont le premier tome paraît en 1895. Or poser l’intelligibilité comme critère de discrimination entre déformation et transformation ne renseigne nullement sur les -mécanismes qui président aux transformations de sens. Cela confirme que l’intérêt de Deschanel se porte moins sur le changement en tant que tel que sur la recevabilité des formes. L’idéologie puriste de Deschanel dissimule le statut heuristique des exemples qu’il puise chez les sémanticiens, ainsi que l’effort de ceux-ci pour monter en généralité à partir des phénomènes observés. La visée de Deschanel reste donc en-deçà d’une théorisation générale des mécanismes qui règlent la signification. Son recueil est un corpus de formes sur lequel le grammairien doit légiférer. L’impression qui se dégage est alors celle d’une œuvre fragmentaire et anecdotique, qui restitue une interprétation abusivement homogène des théories du changement linguistique de ses contemporains (Littré, Bréal et Darmesteter).

1.7 Conclusion

74Dans le DLF d’Émile Littré, la description de la signification oscille entre deux principes d’ordonnancement, l’ordre historique et l’ordre logique, que l’auteur cherche à concilier dans une synthèse impossible. Le problème qui se pose est d’introduire de la discontinuité au sein de la matière lexicale. Littré adopte alors deux critères de discontinuité : la prise en compte de la temporalité et le choix préalable d’un point de vue. En réalité, ces deux critères n’en font qu’un car c’est la temporalité qui détermine l’état de langue à décrire. Plusieurs difficultés sont liées à la délimitation de l’usage, qui constitue à la fois la matière et la finalité du dictionnaire. En tant que finalité, l’usage contemporain est un artefact que Littré construit. Son dictionnaire ne se borne pas à un enregistrement de la langue actuelle : il y a chez Littré un effort de distanciation qui tient à la méthode positive, ainsi qu’à la fonction normative du dictionnaire. Cette exigence de recul produit un idéal de langue qui tire sa légitimité de l’histoire (la langue classique) et qui se fige dans un espace intemporel.

75Au demeurant, si le dictionnaire est conçu comme le lieu de la régulation de la signification et de la quête de l’identité des mots, un problème majeur est celui du changement linguistique. La position de Littré oscille entre la prise en compte inévitable de celui-ci et sa mise en sourdine afin de construire un état conforme à son idéal de langue classique. De surcroît, la variation est associée à la pathologie. Le changement intervient dans l’historique sous forme de citations ordonnées de manière chronologique. Mais il émerge aussi dans la partie consacrée à cette synchronie élargie (du xviie au xixe siècle) qu’est l’usage contemporain. La notion de changement ébranle dès lors celle d’identité. Celle-ci concerne aussi bien les évolutions de signification depuis un sens étymologique oblitéré, que les mots à significations multiples, ou mots compliqués (Littré ne dispose pas de la notion de polysémie). De plus, le problème du changement est réinvesti dans la dialectique entre archaïsme et néologisme. Nous verrons dans les prochains chapitres que si l’étude du changement est désormais au cœur de la sémantique et, plus généralement, d’une théorie du langage, les notions d’histoire et de changement en sortent nécessairement modifiées.

76Enfin, l’activité de description sémantique entreprise dans le cadre du dictionnaire suscite un débat de plus en plus explicite qui constitue le socle des premières théorisations systématiques sur le sens.

Notes

1 En 1874 paraît le Dictionnaire de la langue française, Abrégé du dictionnaire de É. Littré (Paris, Hachette), par A. de Beaujean (1821-1888), principal collaborateur d’É. Littré.

2 Sur le lien entre positivisme, biologie et médecine, voir Petit 1995.

3 La parabole de l’évolution du positivisme d’É. Littré par rapport à la doctrine comtienne se dessine progressivement dans toute une série d’ouvrages, notamment De la philosophie positive (1845), Analyse raisonnée du cours de philosophie positiviste d'Auguste Comte (1845), Application de la philosophie positive au gouvernement des sociétés et en particulier à la crise actuelle (1849), Conservation, révolution et positivisme (1852), Paroles de philosophie positive (1859), Auguste Comte et la philosophie positive (1863), La science au point de vue philosophique (1873), Fragments de philosophie et de sociologie contemporaine (1876).

4 La position d’É. Littré attire les foudres des comtiens de stricte obédience comme en témoigne le réquisitoire de J.-F. Robinet, M. Littré et le positivisme (1871).

5 À en croire la causerie d’É. Littré, à l’occasion de ce second contrat, L. Hachette lui propose d’intituler l’ouvrage Dictionnaire étymologique, historique et grammatical de la langue française. Dans son avant-propos à la réédition de la causerie, M. Bréal se réfère au dictionnaire par le titre de Dictionnaire historique de la langue française.

6 La question est beaucoup plus complexe chez F. de Saussure, voir infra, § 6.2.

7 Voir la lettre du 14 mars 1852 d’É. Littré à L. Hachette dans Mistler 1964, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, p. 166-167.

8 Docteur ès lettres et secrétaire de la Société des méthodes d’enseignement (1854), M. B. Jullien dirige la Revue de l’instruction publique, créée en 1842 par L. Hachette. Il publie, entre autres, une Grammaire générale (1832), un Petit Traité d’analyse grammaticale (1843) et une édition des Elémens de grammaire françoise de C. F. Lhomond en 1851.

9 On se souviendra que pendant quelques années, É. Littré et F. de Saussure ont appartenu à la même société savante, la Société de linguistique de Paris. Littré en est membre dès la fondation en 1863, Saussure y sera élu le 29 avril 1876, ce qui fut, selon A. Rey (2008b, p. 282), « une extraordinaire conjonction virtuelle », voire un « anachronisme réalisé » qui « révèle […] une mutation scientifique ».

10 Nous renvoyons à Goosse 1983 pour un sondage concernant la prépondérance du xviie siècle, qui toutefois diminue progressivement en passant de 76 % du premier volume à 57 % du quatrième. Les écrivains du xixe entrent dans le dictionnaire au fil des années, et notamment dans le Supplément où figurent, entre autres, des citations de J. Verne et de G. Sand.

11 La nomenclature comporte tous les lemmes de l’édition de 1835 du Dictionnaire de l’Académie française, des mots recueillis par É. Littré et ses collaborateurs au cours de la phase de dépouillage des textes, des termes classiques exclus par le dictionnaire de l’Académie appartenant à la littérature des xviie et xviiie siècles, des termes techniques issus d’ouvrages spéciaux, des néologismes (qui augmentent au fil des années de rédaction) et des mots de la langue parlée (populaires et dialectaux).

12 Sur la place de l’histoire de la langue dans les dictionnaires de l’époque, voir Saint-Gérand 2000.

13 P. Larousse s’insurgera contre ces choix typographiques : « Nous en sommes encore à nous demander comment un homme tel que M. Littré, et comment surtout une maison aussi habile […] ont pu condamner le lecteur à un tel imbroglio et négliger à ce point un accessoire si essentiel dans un livre de recherches : presque point d’alinéas ; certains paragraphes ont jusqu’à deux, trois, quatre et même cinq cents lignes ; les exemples n’ont rien qui les distingue du texte de la définition ; les vers revêtent la forme et le caractère de la prose. » (Préface du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, p. xvii)

14 « Les sens principaux des mots sont séparés par le signe ||, suivi d’un numéro ; les sous-sens et certaines remarques le sont seulement par les deux barres ||. » (DLF, Explication des abréviations et des signes, p. lx)

15 A. Darmesteter (1972 [1887], p. 109) parlera de contagion.

16 Nous renvoyons sur ce point aux analyses de Rey 1988.

17 À propos du titre proposé par l’éditeur Hachette, É. Littré insiste sur « l’adjonction d’historique » puisque « c’était là […] le point dominant qui [l]e préoccupai[t] et qui cadrait le mieux avec [s]a qualité d’érudit et [s]on titre de membre de l’Académie des inscriptions ».

18 L’identité dont parle É. Littré n’est pas sans rappeler ce que F. de Saussure appellera « identité étymologique », voir infra, § 6.3.

19 La même tendance affleure déjà dans l’Examen critique des dictionnaires (1828) de C. Nodier.

20 Sur l’image du dictionnaire-trésor, voir infra, § 6.9.

21 Sylvain Auroux (1998, p. 265) thématise cet aspect comme l’« hypothèse des outils linguistiques » : « Une grammaire, un dictionnaire, et les autres objets de ce type […] sont des objets techniques qui prolongent le comportement “naturel” humain et le transforment de manière analogue à ce que produisent les objets techniques matériels courants. »

22 Cet article est reproduit dans l’édition Gallimard-Hachette (1964) du Dictionnaire de la langue française.

23 É. Zola a été employé pendant quatre ans (1862-1866) au service publicité de la Librairie de L. Hachette, éditeur du DLF d’É. Littré.

24 « [L]’exécution procédait suivant le modèle idéal. Idéal ? Ce beau mot appartient-il à l’humble et mécanique travail qui range à la file les vocables d’un lexique ? Eh ! bien, oui, je ne le rétracte pas. Quand j’eus embrassé l’ample développement de la langue française selon son histoire, et qu’il me sembla qu’un dictionnaire pouvait se régler sur une grande image, alors un idéal vint qui éclaira mon œuvre. » (Littré 1992 [1880], p. 44)

25 Pour une présentation du Dictionnaire de l’Académie française et de ses différentes éditions, voir Quemada 1967 et 1997, Mazière 1985 et 1996, Collinot et Mazière 1997, Considine 2014.

26 Dans l’article loi du DLF, on lit : « 21° […] || Fig. Loi, dans le domaine des sciences, signifie les conditions nécessaires qui déterminent les phénomènes, le rapport constant et invariable entre les phénomènes ou entre les diverses phases d’un même phénomène. Les lois de l'attraction, du mouvement, de la réfraction. L’immutabilité des lois de la nature […]. || […] Lois sociologiques, lois reconnues dans le développement de l'histoire. »

27 « Au point de vue lexicographique, on peut nommer mot compliqué celui qui a beaucoup d’acceptions ; or, dans un mot compliqué, il ne doit pas être indifférent de ranger les acceptions en tel ou tel ordre […]. » (DLF, Préface, p. ix)

28 Ce paragraphe reprend en partie les idées exposées dans Bisconti 2012a.

29 Les recueils les plus représentatifs du genre sont : le Dictionnaire universel des synonymes de B. Morin (1801), le Dictionnaire universel des synonymes de la langue française de J.-P.-V. Victor de Lévizac (1807), le Nouveau Dictionnaire universel des synonymes de F. Guizot (1809), le Dictionnaire synonymique de la langue française de J.-C. Laveaux (1826), le Nouveau Dictionnaire des synonymes français d’A.-L. Sardou (1857) et le Dictionnaire des synonymes de la langue française de P.-B. Lafaye (1858).

30 Pour une analyse des différentes typologies de dictionnaires de synonymes, voir Ferrara 2010.

31 La synonymie distinctive, par comparaison d’items lexicaux dans une perspective paradigmatique, se met en place progressivement au sein de la tradition des répertoires, remarques, lexiques, travaillant sur le contexte et sur les relations syntagmatiques. Pour une analyse détaillée de la synonymie distinctive aux xvie et xviie siècles, voir Leclercq 2008.

32 « CRAINDRE […] ||  Éprouver le sentiment qui fait reculer, hésiter devant quelque chose qui menace […]. ||  Révérer, respecter […]. ||  En parlant des choses inanimées, éprouver du dommage, ne pas résister […]. || V. n. Craindre avec de et l’infinitif, hésiter, ne pas oser […].||  Se craindre, avoir crainte de soi-même […]. »

33 En définissant la langue comme institution, W. D. Whitney propose une lecture dialectique du rapport individu/communauté linguistique qui permet de dépasser la vision de la langue comme organisme, et ce, malgré le titre de son ouvrage, The Life and Growth of Language (1875). F. de Saussure, qui cite le linguiste américain, qualifiera la langue d’« institution SANS ANALOGUE » (ELG, Anciens documents, p. 211).

34 Pour une présentation de l’introduction de l’uniformitarisme en linguistique historico-comparative, voir Christy 1983.

35 Comme on le sait grâce à la lettre qu É. Littré envoie à H. Schuchardt le 27 mai 1868 (dans Swiggers 1993), Littré réagit positivement aux critiques de ce dernier en vertu de l’importance qu’il accorde aux « droits de la discussion scientifique ».

36 Dans l’article « La science du langage » (1879), consacré à illustrer la méthode historique, M. Bréal s’aligne sur les positions d’É. Littré quant à l’importance de reconstruire l’historique et la filière. Ce qui intéresse le sémanticien, c’est la chaîne des changements derrière laquelle se cache l’esprit humain. De là vient la nécessité d’un travail archéologique pour faire affleurer l’histoire d’un mot, qui ne saurait être dissociée de l’histoire des choses.

37 Selon G. Roques (1983, p. 374), ce plan aurait inspiré le Französisches Etymologisches Wörterbuch (1922) de W. von Wartburg (1888-1971).

38 Pour une analyse de l’approche des nouveaux philologues, voir Ridoux 1996.

39 Nous adoptons les définitions de néologie formelle et néologie sémantique de Gaudin et Guespin 2000.

40 Auteur dramatique et publiciste très prolifique, L.-S. Mercier est l’auteur de Tableau de Paris et de l’uchronie L’An 2440, publiés avant la Révolution.

41 Voir Bisconti 2013.

42 Pourtant, si l’on compare les définitions de néologue et de puriste (et les exemples allégués que nous ne reproduisons pas), on remarque que cette dernière figure fait l’objet d’une méfiance inattendue, tandis que les réserves de Littré envers la première semblent s’atténuer : « NÉOLOGUE […] Celui qui invente ou aime à employer soit des termes nouveaux, soit des termes détournés de leur sens ancien […]. » ; « PURISTE […] 1° Celui qui affecte une grande pureté […].|| 2° En particulier, celui qui affecte une pureté de style exagérée […]. »

43 À partir des lemmes compris dans le segment E-Em, M. Glatigny (1998, p. 108) relève 35 marques de vétusté chez É. Littré, 193 chez P. Larousse, 126 dans le Dictionnaire général ; quant aux marques de nouveauté, la situation est la suivante : 21 chez Littré, 23 chez Larousse et 163 dans le Dictionnaire général.

44 À partir des lemmes compris dans le segment D-Débusquer (soit 463 lemmes), nous avons relevé seulement 2 entrées affichant la marque néologisme (déblatération et débordement).

45 Dans le cas du lemme abaque, il s’agit d’un néologisme sémantique qui désigne une évolution du référent : « Nom donné aujourd'hui à certains tableaux destinés à abréger les calculs […]. »

46 « Comme un médecin qui a eu une pratique de beaucoup d’années et de beaucoup de clients, parcourant à la fin de sa carrière le journal qu’il en a tenu, en tire quelques cas qui lui semblent instructifs, de même j’ai ouvert mon journal, c’est-à-dire mon Dictionnaire, et j’y ai choisi une série d’anomalies qui, lorsque je le composais, m’avaient frappé et souvent embarrassé. » (Littré 1888 [1880], p. 7)

47 Le discours puriste s’accommode mal de la teneur anecdotique de l’argumentation et en effet, au fil des pages, la position d’É. Littré s’atténue.

48 A. Meillet choisira ce même titre dans l’essai sur la sémantique qu’il écrit en 1905 pour l’Année sociologique d’É. Durkheim.

49 On se souviendra des mots de C. A. Sainte-Beuve (1863, p. 52) : « [C]’est un physiologiste et un organicien en toute étude ; être médecin est son vrai caractère scientifique. »

50 M. Bréal (2005 [1897], p. 204) revient sur cette question dans son compte rendu du livre d’A. Darmesteter.

51 Il fut également père de Paul Deschanel, futur président de la République française.

52 Il donne les exemples suivants : partir, mouchoir, éclat.

53 Tels que mièvre, émérite, truculent, compendieusement, véracité, néfaste, etc.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Modèle d’état de langue chez Littré
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search