Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sens en partage

 | 
Valentina Bisconti

I. Le traitement du sens dans la lexicographie française de la seconde moitié du XIXe siècle. Conflits entre objectifs et méthodes

Introduction à la partie

Texte intégral

La plupart des problèmes théoriques que rencontre le sémanticien se posent au lexicographe, même s’il est incapable de les formuler clairement et de les hiérarchiser.
Josette Rey-Debove 1971, p. 196.

  • 1 Pour une analyse typologique des dictionnaires, voir Imbs 1960, Malkiel 1960, Sebeok 1962, Rey 1965 (...)

1Avant que le sens ne constitue l’objet d’étude d’une discipline spécifique, c’est traditionnellement à la lexicographie monolingue, et dans une moindre mesure à la rhétorique, qu’incombe la tâche de décrire et de codifier les significations des mots. Au xixe siècle, ce travail métalinguistique de description et de codification se développe dans le cadre de ce que Paul Imbs (1983) a appelé « lexicographie sémantique ». La réflexion sur le sens, préalable à toute classification de la matière lexicale, est un aspect majeur du travail lexicographique. C’est en effet l’organisation de l’espace sémantique qui détermine, entre autres, le type de dictionnaire1. La lexicographie de la fin du xixe siècle participe à plein titre au débat sur la signification lexicale qui aboutit à la promotion de cette dernière au rang d’objet d’étude. À y regarder de près, c’est même cette lexicographie qui sollicite, de manière plus ou moins directe, la fondation de la discipline sémantique. Élisabeth Grimaldi (1995, p. 106) a montré que l’article dictionnaire dans l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772) de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, rédigé par celui-ci, a « valeur prescriptive pour les dictionnaires du xixe siècle » concernant la répartition notionnelle des termes métalinguistiques tels que sens, signification, acception, cette dernière renvoyant à l’emploi en discours, qui se dégage du fonctionnement morphosyntaxique. Par-delà les continuités de métalangage que la lexicographie de cette époque entretient avec la tradition, sa spécificité réside en la méthode adoptée, qui cherche à mettre en application les avancées de la grammaire historique et comparée.

2Les lexicographes sont confrontés à des problèmes descriptifs qui suscitent des questionnements théoriques fort complexes, mais qui nécessitent des solutions locales et immédiates sous peine de compromettre la fonctionnalité du dictionnaire. Celles-ci sont formulées de manière tantôt intuitive, tantôt approximative. Elles procèdent encore du parti pris du lexicographe et aboutissent souvent à des impasses. Or, si le dictionnaire est un laboratoire où les faits linguistiques sont décrits de manière analytique, il devient par là même un révélateur des problèmes théoriques soulevés par ceux-ci. En ce sens, le dictionnaire est un lieu heuristique. Sa vocation est de donner une image de la langue, voire de ses usages, mais plusieurs questions se posent : quels usages ? Quelle langue ? Pour quel public ? Dans quel but ? Non seulement les réponses à ces interrogations structurent-elles l’activité lexicographique, mais elles supposent une véritable posture réflexive. Car le dictionnaire est un outil technique qui exige des choix de construction. Nous verrons que le paratexte des dictionnaires de la fin du xixe siècle, et notamment les préfaces qui en définissent les objectifs programmatiques, organisent de véritables discours de la méthode. Il convient dès lors de nuancer l’affirmation de Bernard Quemada (1987, p. 233), selon lequel « jusqu’[en 1960], les auteurs concevaient et réalisaient leurs ouvrages sans rien révéler (ou si peu) des savoirs théoriques ou des pratiques qu’ils mettaient en œuvre et sans exprimer d’avis analytiques ou critiques sur les productions existantes ». Il suffit de penser aux soixante-et-une pages liminaires du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, où Pierre Larousse passe au tamis la production lexicographique antérieure et contemporaine en se situant par rapport à celle-ci en un champ de présence (voir Foucault 1969, p. 81).

  • 2 Laboratoire d’automatique documentaire et linguistique.
  • 3 Nous empruntons cette expression à la science politique.

3Notre analyse se concentre principalement sur les trois grandes entreprises lexicographiques de la seconde moitié du xixe siècle : le Dictionnaire de la langue française (1863-1872) d’Émile Littré, le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle (1866-1876) de Pierre Larousse et le Dictionnaire général de la langue française (1890-1900) d’Adolphe Hatzfeld, Arsène Darmesteter, avec la collaboration d’Antoine Thomas. S’il est ardu, voire chimérique, de « “mesurer” les dictionnaires entre eux » (Dubois, LADL2, Dubois-Charlier 1990, p. 10) – c’est pourquoi nous avons préféré une approche monographique, tempérée entre autres par la restitution des débats d’époque –, il nous a néanmoins semblé instructif de -confronter les diverses stratégies descriptives, dans une optique de comparaison par contrastes dramatiques3. Une démarche contrastive nous permet ainsi d’illustrer, à travers un certain nombre de tableaux, la spécificité de chaque ouvrage et de la méthode qui le justifie.

  • 4 « [Q]uoique ces sortes de définitions de mots semblent être le partage des grammairiens, puisque ce (...)
  • 5 On en trouve un écho dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert : « [L]a définition de mot est l’ (...)

4Plusieurs facteurs ont déterminé le choix de ce corpus. D’abord, il s’agit de trois dictionnaires contemporains qui constituent autant de tentatives de décrire et classer les différents sens d’une unité lexicale, mais dont les modes de problématisation divergent à plusieurs titres. Il importe dès lors de « comprendre […] ce qui les rend simultanément possibles […] dans leur diversité et en dépit parfois de leur contradiction » (Foucault 1994 [1984], p. 597-598). Si ces dictionnaires sont confrontés à des problématiques similaires, ils développent des approches spécifiques qui tiennent à la visée du dictionnaire et à la posture du lexicographe. Chacune de ces trois approches est marquée par une dominante épistémologique : l’histoire pour Littré, l’encyclopédisme pour Larousse et la logique pour les auteurs du Dictionnaire général, et les orientations qui les informent ont trait aux notions enchevêtrées d’organisme et d’histoire. Cette lexicographie est tributaire notamment de la doctrine évolutionniste qu’Herbert Spencer (1820-1903) et Charles Darwin (1809-1882) mettent en place à la fin des années 1850. Appliquée aux faits de langage, celle-ci se traduit par l’étude de l’évolution des significations pouvant être ramenée à des lois générales dégagées à partir de l’observation. La description sémantique, nous le verrons, met alors en avant la notion de changement, qui pose d’emblée son pendant problématique, l’identité. De là est issue la dialectique entre le sens propre et le sens figuré qui est le principe structurant des analyses sémantiques des dictionnaires. Pourtant, si la science du langage de la fin du siècle se développe « en fonction de deux coordonnées distinctes mais parallèles : la Biologie et l’Histoire » (Matoré 1985, p. 607), auxquelles s’ajoute la logique, ces modèles ont tendance à se superposer. En général, les dictionnaires qui paraissent en cette fin de siècle sont caractérisés par la grande importance qu’ils accordent à l’aspect historique. La prise en compte de l’histoire s’oppose à la description intemporelle de la langue propre aux orientations universalistes des grammaires générales des xviie et xviiie siècles. Il a été noté que depuis le xviiie siècle la lexicographie « possède une représentation claire d’elle-même, puisqu’elle a pour seul objet l’usage courant » (Wionet 1995, p. 96). En effet, délaissant la définition d’ascendance aristotélicienne, elle se concentre sur la définition de l’idée à partir de l’usage qui est fait du mot : « [L]a définition de la chose est celle de Port-Royal, et non plus celle d’Aristote : elle est débarrassée de la question de l’essence et porte sur le jeu des idées » (ibid., p. 95). Comme le rappelle utilement Wionet, dans La Logique ou l’Art de penser (1662), Antoine Arnauld (1612-1694) et Pierre Nicole (1625-1695) voyaient dans la définition du mot4 le type qui convient à la lexicographie : cette définition est liée à la codification de l’usage5, la définition des choses et des noms (à savoir les terminologies) étant considérée comme non pertinente pour un dictionnaire. Pourtant, force est de constater que la notion même d’usage courant à laquelle accède la lexicographie est loin d’être univoque. Il s’agit donc de voir dans quelle mesure l’articulation entre évolution et état de langue dans le cadre de la description sémantique proposée par la lexicographie est illusoire, voire une synthèse impossible. Autrement dit, la tentative de décrire le sens actuel des mots, tout en faisant intervenir les vertus pédagogiques de l’histoire, se solde par une aporie. Si le dictionnaire se fonde sur l’observation, les données collectées procèdent du point de vue du lexicographe et de son choix quant à la prise en compte de la temporalité, c’est-à-dire de l’usage qu’il entend décrire. Du reste, c’est l’usage qui sélectionne les sens, les polysémies et, le cas échéant, les synonymies. Qui plus est, des préoccupations normatives invalident le critère empirique de description fondé sur l’histoire. À la même époque, la mutation épistémologique que Ferdinand de Saussure opère avec les notions de diachronie et de synchronie est une manière de sortir, au moins sur le plan méthodologique, d’une telle impasse.

5Ensuite, ces dictionnaires constituent trois systèmes de description qui se réclament, à différents titres, des avancées de la science du langage et qui organisent autant de manières de faire – ce qui constitue leur aspect technologique –, avec une visée pédagogique manifeste. En tant qu’outils de normalisation, de description et de pédagogie de la langue, ils représentent une étape importante dans le processus de grammatisation. Dès lors, il est possible d’évaluer la complexification du genre lexicographique, qui suit en cela le sort de tout objet technique. Il s’agit de dégager les discours de rupture, réelle ou prétendue, que les lexicographes du xixe siècle tiennent les uns par rapport aux autres, ainsi qu’à l’égard du dictionnaire de l’Académie française, concernant la notion d’état de langue, la problématique de l’exemple forgé, le rôle de l’étymologie, ou encore la pratique de la synonymie.

6Enfin, l’étude de la signification lexicale ne s’achève pas dans le cadre du dictionnaire, car celui-ci est loin d’en épuiser tous les enjeux. La complexité de la question suscite des prises de position plus structurées en marge, en-deçà et au-delà du dictionnaire. Ainsi, n’est-il pas anodin que cette réflexion dépasse souvent, et même de manière systématique dans notre corpus, le périmètre strict de la textualité lexicographique : la loi du genre fait que le dictionnaire est peu apte à faire une place, à l’exception des remarques et du discours préfacier – par ailleurs « peu fiable » (Grimaldi 2002, p. 81) – à des développements théoriques inhérents à la description et au classement des significations. Aussi s’agit-il de considérer le dictionnaire comme un « texte » (Rey-Debove 1970, Auroux 1994, Rey 2008a) à partir duquel sont élaborés des discours qui émanent à différents titres de la pratique lexicographique. En découle la mise en place de ce que nous appelons un intertexte lexicographique, c’est-à-dire un ensemble d’ouvrages collatéraux et inclassables qui annoncent, vont de pair, ou prolongent la description lexicographique du sens et entretiennent un rapport d’intertextualité avec le dictionnaire lui-même. Nous avons donc élargi notre analyse à l’opuscule Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage (1880) de Littré, à la série des Lexicologies des écoles de Larousse et à La vie des mots étudiée dans leurs significations (1887) d’Arsène Darmesteter. L’intérêt de ces ouvrages réside précisément en ce qu’à partir des matériaux empiriques collectés dans les dictionnaires, ils élaborent une réflexion sur des problématiques strictement sémantiques, qui suscitent à leur tour des théorisations plus générales au-delà du domaine de la lexicographie.

7L’un des problèmes qui se posent à la lexicographie concerne le traitement conjoint de la forme et du sens des unités lexicales. Si, comme le rappelle Delesalle (1987), la grammaire comparée s’appuie sur l’étymologie pour reconstruire l’histoire phonétique et morphologique de celles-ci, dont l’évolution est censée suivre des lois sans exception, la lexicographie travaille sur les mots en tant qu’unités de sens et s’efforce d’envisager leur évolution depuis l’étymon d’un point de vue sémantique. La lexicographie postule en somme une étymologie sémantique, dont il s’agit de comprendre les limites. Le développement de la sémantique apparaît, à bien des égards, comme « le point d’ajustement du courant comparatiste allemand à la tradition descriptive française portant sur le lexique ou la langue » (Delesalle 1987, p. 267). Dès que le sens des mots accède au statut d’unité d’analyse, le domaine sémantique cesse d’être subordonné à l’étymologie phonétique et devient même une instance de contrôle des hypothèses de celle-ci. Ainsi, l’étude du sens, marginalisée par l’attention exclusive que le comparatisme accorde, à ses débuts, à la phonétique et à la morphologie, revient-elle à l’honneur grâce à la lexicographie, qui privilégie l’analyse des changements sémantiques. Au vu de la variété de faits qui agissent sur les sens des mots, l’hypothèse néogrammairienne d’une régularité sémantique calquée sur les lois phonétiques se trouve mise à mal : c’est pourquoi les auteurs du Dictionnaire général font valoir que « chaque mot est un problème à résoudre » (Introduction, p. xxiii).

8Au demeurant, la pratique métalinguistique des lexicographes pose le problème de l’émergence des notions avant leur dénomination. Le fait de nommer des concepts permet de circonscrire des portions de réalité, de reconnaître des séquences de problématisation et de questionner des phénomènes que l’acte de dénomination vise à cerner. Prenons un exemple. La dénomination de la polysémie revient à Michel Bréal, mais les dictionnaires monolingues se sont toujours heurtés à ce phénomène, la classification des sens multiples d’un mot étant la partie essentielle de leur travail de description. C’est ce que Littré qualifie, dans son dictionnaire, de « mot compliqué » (Préface, p. ix). Or, comme l’a remarqué Meschonnic (1991, p. 98), pour la définition du dictionnaire, la multiplication des acceptions est un piège car située en diachronie elle n’apprend rien à l’usager tandis qu’en synchronie elle suggère qu’« il y a des effets de sens plus que du sens » et que le sens « est plus entre les mots que dans les mots ».

9Par ailleurs, concevant les unités significatives du lexique comme des unités naturelles, les dictionnaires se donnent une unité de traitement fictive et concrète à la fois : le mot ou lexie. Selon Alain Rey (2008a, p. 23), la lexicographie est incapable d’expliciter les processus mis en œuvre intuitivement sans recourir à ce concept, alors que « [l]a limite entre lexie et syntagme, nette dans les réalisations du discours, est difficile à tracer en langue ». Non seulement l’approche empirique de la lexicographie substantialise-t-elle le mot en léguant une image du vocabulaire comme un espace délimitable et maîtrisable, mais surtout, par le biais du mot ainsi conçu, elle en vient à hypostasier le signifié. De plus, l’empirisme lexicographique a pour but d’individualiser les unités lexicales afin d’arriver à une définition qui, découvrant leur juste valeur, annule toute synonymie. Saussure préviendra qu’il est vain de vouloir définir un mot car « toute définition des mots est toujours caduque » (CLG/E 250 D 178), ce qui correspond à une nouvelle manière d’appréhender le sens et la complexité du fait linguistique.

Notes

1 Pour une analyse typologique des dictionnaires, voir Imbs 1960, Malkiel 1960, Sebeok 1962, Rey 1965b, Wagner 1967, Quemada 1967 et 2008, Matoré 1968, Guilbert 1969, Rey-Debove 1971, Dubois et Dubois 1971, Pruvost 2006.

2 Laboratoire d’automatique documentaire et linguistique.

3 Nous empruntons cette expression à la science politique.

4 « [Q]uoique ces sortes de définitions de mots semblent être le partage des grammairiens, puisque ce sont celles qui composent les dictionnaires, qui ne sont autre chose que l’explication des idées que les hommes sont convenus de lier à certains sons, néanmoins l’on peut faire sur ce sujet plusieurs réflexions très-importantes pour l’exactitude de nos jugements. » (Arnauld et Nicole 1992 [1662], p. 86)

5 On en trouve un écho dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert : « [L]a définition de mot est l’explication d’un mot établi par l’usage reçû, conformément aux idées qu’il a plû aux hommes d’y attacher […] »

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540