Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Langages Le sens en partage Le partage comme intérêt de conna...

Le sens en partage

 | 
Valentina Bisconti

Introduction

Le partage comme intérêt de connaissance

Texte intégral

Sens : le mur transparent.
Arild Utaker 2002, p. 239.

1L’étude du sens se heurte généralement à plusieurs difficultés. D’une part, elle investit différents niveaux d’analyse (morphologie, lexique, sémantique, syntaxe, pragmatique) qui se partagent entre des perspectives de recherche variées : approches morphosémantiques et pragmatico-énonciatives, théories logico-formelles et philosophies du langage, philologie et herméneutique, psychologie et sociologie. Si celles-ci répondent chacune à un intérêt de connaissance spécifique et qu’elles se réclament de traditions de pensée différentes, il semble cependant que toute possibilité d’autonomie disciplinaire soit mise à mal par la vocation du sens à intervenir dans les différentes strates du langage et par la dynamique centrifuge qu’il instaure. D’autre part, loin d’être une donnée stable et définitive, le sens se construit dans les pratiques linguistiques réelles, au fil du temps, en fonction des contingences historiques et sociales, des expériences et de la créativité humaines. Ainsi, son étude suppose-t-elle que l’on tienne compte des facteurs multiples qui le déterminent. Comme l’a écrit Dominique Maingueneau (1995, p. 7) à propos du discours, il faut se résoudre à admettre que le sens puisse ne pas faire l’objet d’une discipline unique. Dès lors, il semble que l’on ait intérêt à l’appréhender à travers le mode heuristique du partage. Celui-ci suppose deux mouvements distincts et contraires : dispersion et convergence. Il y a dispersion car le sens fait l’objet d’approches différentes, et il y a convergence car il fait le lien entre des recherches variées. La notion de partage désigne alors une zone d’intersection qui se prévaut de l’indétermination qui est la sienne. Cette notion permet d’envisager une histoire de la confrontation entre traditions, -langages et écritures qui, pour des raisons épistémologiques, tendent à se construire en s’opposant et résistent, de ce fait, à toute tentative de compartimentation. Par cette démarche, nous entendons contribuer, à la suite de Jean-Louis Chiss et Christian Puech (1999), à une historiographie des « partages disciplinaires ».

2Bien avant la fondation de la sémantique au xixe siècle, le sens a été appréhendé, entre autres, par les lexicographes, qui ont cherché à décrire les phénomènes qui structurent le lexique. Or, si le dictionnariste est considéré comme un artisan de la langue, la lexicographie trouve toute sa place parmi les arts du langage (voir Auroux 1994, Nyckees 1998). Celle-ci a construit progressivement une problématique sémantique et un nouvel objet de recherche qu’elle a d’abord suggérés et ensuite partagés avec des approches de la signification n’ayant pas comme finalité la fabrication d’un dictionnaire. C’est cette zone d’intersection qu’il nous intéresse de cerner et de suivre dans tous ses méandres par une mise en regard du savoir-faire lexicographique et de la réflexion théorique en matière de signification. Nous nous attachons dès lors à une reconstitution historiographique inédite de la relation ambivalente entre une discipline linguistique et un objet produit, entre un savoir savant et un savoir-faire de type métalinguistique. Comme l’a noté Puech (1998, p. 11), la construction métalinguistique du sens passe par l’instauration d’une « tension » :

[L]a construction métalinguistique du sens dans la constitution d’outils linguistiques, et plus largement, dans le processus de grammatisation des langues trouve un intérêt renouvelé : elle concerne […] la tension que l’approche du sens institue entre l’invention des outils théoriques (la grammaire générale, la logique), des pratiques spécifiques – celle du lexicographe, du grammairien, du sémioticien […] – et la réalité (construite autant que reflétée) d’une langue singulière.

3Nous étudierons ainsi l’émergence et la thématisation progressive d’une « question du sens » (Normand 1990c, p. 15) à travers une étude croisée des dictionnaires et des théories du sens qui ont vu le jour entre la seconde moitié du xixe siècle et la seconde moitié du xxe siècle. Pour certaines de ces élaborations conceptuelles, nous préférons parler d’approches pour éviter le piège qui consiste à attribuer une cohérence et une stabilité à des recherches qui ne sont souvent que des modes de problématisation et des essais de méthode appartenant à des horizons variés. Notre but n’est donc pas d’écrire une histoire de la lexicographie, il n’est pas non plus de dresser un état systématique des approches sémantiques, à propos desquelles il existe par ailleurs une abondante littérature. Adoptant une perspective d’étude du langage ordinaire, seules nous intéressent ici les zones d’interférence entre dictionnaires et théories de la signification lexicale. Il s’agit moins ici de valoriser un domaine au détriment de l’autre que de « penser l’historicité de leurs rapports spécifiques » (Chiss 1995, p. 33). Autrement dit, il s’agit d’expliquer pourquoi un objet de connaissance (le sens) se construit d’une certaine manière à un certain moment historique et de déterminer les conditions qui ont permis son apparition afin de vérifier s’il existe une causalité entre les différents modes de problématisation. Puisque les idées linguistiques ne sont pas seulement produites dans le temps, mais qu’elles produisent leur propre temporalité (voir Colombat et al. 2010), l’analyse des discours lexicographique et théorique sur le sens exige que l’on définisse le régime de temporalité qui y est à l’œuvre et que l’on reconstruise les Zeitgeists de l’époque (Koerner 1976) au cours de laquelle ces idées se sont développées. De même, il s’agit de cerner les changements théoriques qui sont survenus dans la représentation des savoirs sur les sens.

4Si comme l’a affirmé Robert Martin (1969, p. 54) « la valeur d’une hypothèse se mesure à sa simplicité », la nôtre consiste à poser que la réflexion sur le sens s’est développée non seulement à travers la pratique lexicographique, mais que l’interaction entre celle-ci et les approches théoriques est une dynamique constitutive de la production du savoir sur le sens. Dès lors, il s’agit de reconnaître « la dimension proprement heuristique de la connivence intellectuelle » (Schlanger 1992, p. 293) entre les dictionnaires et les différentes approches qui explorent la signification linguistique. Ce sont bien les formes et la complexité de cette connivence que nous souhaitons rendre lisibles.

  • 1 À ce propos, voir Leroi-Gourhan 1945, De Certeau 1980, Simondon 1989.
  • 2 Dans une perspective qui privilégie l’histoire socio-politique des langues européennes, D. Baggioni (...)
  • 3 S. Auroux (1994, p. 109) conçoit la grammatisation comme « le processus qui conduit à décrire et à (...)

5Notre parti pris sera d’appréhender les dictionnaires selon la forme d’existence qui est la leur, à savoir en tant qu’objets techniques1. En particulier, nous admettons comme point de départ l’hypothèse des outils linguistiques de Sylvain Auroux (1992 et 1994), selon laquelle l’histoire des idées linguistiques serait scandée par trois révolutions techno-linguistiques : l’invention de l’écriture, l’apparition des outils linguistiques (lexiques, traités poétiques, rhétoriques, grammaires, dictionnaires, etc.) et l’informatisation. Les outils linguistiques relèvent de la deuxième révolution techno-linguistique2 qu’est la grammatisation3. Ils nous permettent d’accéder à un savoir métalinguistique constitué, c’est-à-dire d’appréhender la langue en tant que langue-objet, et de produire des savoirs codifiés et transmissibles. Or, loin de se limiter à la simple description d’une langue donnée, on sait bien que les outils linguistiques ne laissent pas intactes les pratiques linguistiques humaines. Selon cette hypothèse, de même qu’un marteau prolonge le geste de la main et le transforme, un outil linguistique prolonge la parole naturelle, en donnant accès à un corps de règles et de formes qui dépassent la compétence du locuteur. Comme l’a précisé Auroux (2011, p. 33) ultérieurement :

[L]e dictionnaire ne peut guère être envisagé comme l’extériorisation d’une connaissance qui serait pareillement distribuée dans l’esprit de chacun des locuteurs. Il s’agit d’un objet technique externe destiné à prolonger et enrichir les compétences individuelles, ce que nous avons nommé un outil linguistique […].

6Parallèlement, en tant qu’observatoire où le sens est étudié de manière empirique (du moins les lexicographes entretiennent-ils cette illusion), le dictionnaire fait apparaître les obstacles qui se dressent dans la description de la signification lexicale. Si l’on peut douter que le savoir-faire du lexicographe puisse « suffire à fonder une “science linguistique des significations” » (Nyckees 1998, p. 174), il n’en reste pas moins que ce savoir-faire est susceptible de solliciter des réponses théoriques générales qui peuvent avoir « des effets de retour » (Chiss 1995, p. 34) sur la pratique lexicographique.

7Notre démarche s’efforce de compléter l’étude des positionnements théoriques par la prise en compte de paramètres sociologiques (voir Auroux 1987, Bergounioux 1994) permettant de décrire l’histoire des sciences en termes de cercles, d’écoles, d’affiliation académique, voire plus généralement de réseaux sociaux. Nous empruntons la définition de science à Auroux (1989, p. 57) : « Les sciences sont des activités cognitives sociales, reproduites par tradition et comportant parmi leurs normes d’acceptabilité des contraintes concernant la valeur de vérité des connaissances qu’elles incluent et le moyen de les obtenir. » Au demeurant, le mode heuristique du partage nous permet d’esquiver la pratique historiographique de la « linéarisation (qui transforme le réel en récit) » et qui « laisse entendre qu’il ne se passe en quelque sorte rien, en dehors de la séquence privilégiée, comme si le savoir scientifique évoluerait dans l’espace et dans le temps avec l’unité absolue des grands fleuves » (Auroux 1989, p. 63). C’est pourquoi, tout en croyant à l’existence de traditions linguistiques nationales qui innervent les discours et les pratiques scientifiques, et tout en privilégiant les productions d’expression française, nous serons amenée à suivre ce qu’Auroux a appelé la « distribution discontinue des localisations » (ibid.), en élargissant le regard aux traditions limitrophes de l’espace roman (les traditions suisse et italienne par exemple) ou à d’autres traditions qui entrent en contact, voire en conflit, avec les élaborations européennes (notamment la tradition américaine).

  • 4 Je remercie Christian Puech de m’avoir sensibilisée très tôt à cette conception de l’histoire.

8Il sera d’abord question de la description de la signification lexicale élaborée par la lexicographie française de la seconde moitié du xixe siècle (chap. 1-3) ; la deuxième partie (chap. 4-6) est consacrée au débat sur le sens tel qu’il se développe à la charnière du xixe et du xxe siècle, au moment où la lexicographie est confrontée à l’essor de la linguistique générale et de la sémantique en tant que projet programmatique. Les protocoles théoriques traduisent bel et bien une volonté de mise en forme de la discipline sémantique : des concepts intuitifs qui sont à l’œuvre dans la pratique lexicographique trouvent une première thématisation et formalisation en tant qu’outils conceptuels de la sémantique. À ce niveau de l’analyse, le sens devient la voie d’accès, incontournable bien que non aisée, au domaine des faits de langage et des opérations linguistiques ; la troisième partie (chap. 7-8) retrace les formes de cette interaction au cours des années 1940-1980, à une époque où le dictionnaire fait l’objet d’approches diversifiées et que les projets de sémantique se multiplient à partir de perspectives différentes. Sans être une ligne orientée dans le sens du progrès, cette évolution fait apparaître, d’une part, le degré de cumulativité des savoirs sur la signification lexicale, et, d’autre part, la perméabilité, les effets de continuité et les ruptures entre dictionnaires et théories du sens. Se dessine ici un type spécifique d’historicité, au sein de laquelle l’ordre chronologique ne saurait se résumer à une simple chronique, ou à la restitution d’une succession temporelle de faits (voir Koerner 1976). Il s’agit, au contraire, de formuler des hypothèses quant à l’organisation d’un domaine de connaissance et aux dispositifs épistémiques qui le soutiennent. En somme, il s’agit de repérer les « matrices de discours » qui structurent ce domaine car « ce sont ces matrices qui apparentent les travaux plutôt que leur période chronologique objective » (Larrivée 2008, p. 13). La « mise en intrigue », au sens de Paul Veyne (1971)4, que nous proposons vise à cerner et à rendre intelligibles les transferts conflictuels qui interviennent entre science et technique et qui n’en rendent pas moins possible la construction de savoirs métalinguistiques sur le sens dans des zones de frontière.

  • 5 « [I]l s’agit […] des énoncés qui concernent de tout autres domaines d’objets et qui appartiennent (...)

9En l’absence de toute nécessité dans l’histoire des idées linguistiques, le découpage historiographique que nous proposons, correspondant aux trois parties de l’ouvrage, offre, nous semble-t-il, plusieurs avantages. D’abord, il permet de rapprocher des modes de problématisation contemporains qui reflètent de manière différenciée les dispositifs de pensée (Sériot 1999) d’une même époque. Ensuite, il permet de reconstruire, sur le moyen terme, la spécificité et l’historicité de chacun de ces modes de problématisation, ainsi que de conjurer les dangers de la téléologie. Enfin, il permet de restituer la dialectique interne de l’organisation du savoir propre à chaque époque, ainsi que les formations discursives (Foucault 1969) qui s’y déploient. De surcroît, les trois états de savoir retenus (les trois intrigues) permettent de s’intéresser au processus complexe de la disciplinarisation (voir Chiss et Puech 1999, Boutier et al. 2006) quand l’objet de recherche se construit dans des zones de partage entre plusieurs champs de connaissance et intérêts corporatifs, ce qui pose également le problème de l’interdisciplinarité. Car si l’on adopte une perspective interdisciplinaire, les préoccupations simultanées de la lexicographie et de la sémantique peuvent être appréhendées en termes de « champs de concomitance » (Foucault 1969, p. 81)5. Ceci étant, nous admettons que, pour l’historien, la discipline « est un objet problématique » car, comme l’a montré Claude Blanckaert (2006, p. 117), « [c]’est une catégorie construite et certainement tardive » puisque « [h]ormis ses acceptions religieuses ou militaires, le mot discipline est rare dans la littérature scientifique française avant le xxe siècle ».

10La plupart des historiens de la sémantique (voir Nerlich 1992, Geeraerts 1993, Bergounioux 1998, Morpurgo Davies 1998, De Palo 2001a, Tamba 2007) admet généralement que la lexicographie est une voie fructueuse pour l’essor de la sémantique linguistique au xixe siècle. Cette filiation est néanmoins présentée comme un simple constat, qu’il est intéressant d’expliciter et de développer. Gabriel Bergounioux (1998, p. 75) appelait déjà de ses vœux une systématisation des « points de tangence » entre lexicographie et sémantique. Ces disciplines présentent en effet « depuis leurs origines voisines, non seulement des questionnements communs, mais une commune précarité quant à leur situation dans les sciences du langage, à la fois sûres de leur objet qui rencontre une véritable demande et l’intérêt du public, et incertaines quant à leurs méthodes ». D’autres historiens (voir Larrivée 2008), qui se situent « en opposition aux travaux empiristes », excluent de leur investigation la lexicographie – ainsi que d’autres approches empiriques (philologie, linguistique de corpus) – prétextant son « absence d’ambition explicative » (ibid., p. 11). Or, si nous convenons que « les démarches empiriques comme la philologie, la lexicographie ou la linguistique de corpus […] correspondent […] à des méthodologies et non à des théories à proprement parler », le but de notre ouvrage est de montrer que la signification en tant qu’objet d’étude oblige à repenser les formes d’une historiographie « homogène » (ibid., p. 10). Enfin, il est des historiens de la sémantique (voir Nyckees 1998) qui, sans « nier l’impact des codifications et prescriptions linguistiques de toutes sortes, des dictionnaires, des grammaires », font valoir que « ces outils n’interviennent que dans un second temps et que leur efficacité même dépend de nombreux facteurs tels que la familiarité avec la chose écrite et la réceptivité aux discours de la norme » (ibid., p. 142).

  • 6 La démarche historiographique que nous avons adoptée peut comporter une gestion complexe des référe (...)

11Notre ouvrage vise d’abord à combler cette lacune historiographique, sur laquelle il convient néanmoins de s’interroger : pourquoi ce désintérêt pour les « points de tangence » ? Une réponse, nous le verrons, peut être recherchée dans la force du préjugé disciplinaire, c’est-à-dire la nécessité épistémique de postuler des partages stables, aussi bien du côté des historiens de la lexicographie (voir Quemada 1967, Matoré 1968, Pruvost 2006), que chez les historiens de la sémantique mentionnés ci-dessus. Ces derniers, tout en constatant que la sémantique empiète sur d’autres domaines, se concentrent de facto sur les formulations théoriques au détriment des apports du savoir-faire lexicographique. Ainsi, remarque-t-on une réticence généralisée à adopter comme objet d’analyse des discours hétérogènes, c’est-à-dire à explorer des zones d’interférence qui produisent un objet de recherche aussi impur que le sens en partage entre théorie et pratique. Cette hétérogénéité s’avère néanmoins un dispositif productif dans la construction d’un savoir, surtout quand c’est l’objet de recherche qui sollicite des « formes de dispersion » (Foucault 1969) du discours et qui oblige à emprunter « des procédures d’analyse ou des principes explicatifs à divers domaines de la linguistique » (Tamba 2005, p. 9). Cette position trouve une confirmation dans les développements actuels de l’Analyse du discours en France, qui incite au travail sur des corpus hétérogènes (voir Mazière 2010, p. 20)6. Enfin, la démarche qui a inspiré cet ouvrage permet d’aborder tout un pan de l’histoire des idées et des pratiques (méta)linguistiques, saisies à travers leur historicité.

12Comme a pu l’écrire Hilary Putnam (1975a, p. 150), c’est « le fait d’écrire des dictionnaires (et d’en avoir besoin) […] qui est à l’origine de l’idée toute entière de “théorie sémantique” » (voir infra, § 7.6) : il s’agit dès lors de vérifier le -processus historique de cette filiation de la sémantique à partir de la lexicographie. Si un dictionnaire de langue suppose une « théorie du lexique » (Rey-Debove 1971, Bouquet 1997, Rey 2008c), qui serait en l’occurrence une « théorie cachée » (Milner 1989), et que la définition lexicographique s’organise comme une réflexion sur la signification lexicale dont on a pu essayer de dégager des « patterns » (voir Weinreich 1960, trad. fr. 1970), on ne saurait considérer ce type de dictionnaire comme l’expression d’une théorie sémantique. Car ses analyses sont nécessairement hétérogènes et dépourvues de toute formalisation (voir Collinot et Mazière 1997, Collinot 2001). Bernard Quemada (1983, p. 115) ne manque pas de mettre en lumière la complexité sémio-linguistique de cet objet :

Les caractères particuliers du texte dictionnairique ne permettent pas de l’assimiler aux autres types de discours. Il se caractérise par la diversité et l’hétérogénéité de ses éléments : discours naturels dans les citations, normalisé dans les exemples fabriqués ; discours métalinguistique, voire métamétalinguistique dans un certain nombre d’indications grammaticales, syntaxiques, stylistiques, et surtout dans les énoncés définitoires ; discours encyclopédique pour les informations étymologiques, historiques, culturelles, etc. Le texte du dictionnaire a aussi en propre la diversité et la complexité arbitraire de la structure et de l’organisation de ses parties (les articles).

13Il n’en reste pas moins qu’aux xixe et xxe siècles, les études théoriques sur la signification passent volontiers par l’analyse des définitions lexicographiques et des phénomènes sémantiques traités dans les dictionnaires. Ainsi, est-il intéressant d’étudier en quoi consiste le transfert de problématiques et de méthodes de la lexicographie à la sémantique et vice-versa. La sémantique non formelle qui se met en place à la fin du xixe siècle dispose déjà d’un matériau empirique trié selon les critères de l’étymologie et les exigences de la visée pédagogique, avec tous les conditionnements normatifs qui en découlent (voir Delesalle et Chevalier 1986). Or, la lexicographie laisse en suspens nombre de questions relatives au traitement de la signification qui, pour être comprises, demandent à être analysées et conceptualisées au sein d’un dispositif théorique capable de produire des réponses non locales et visant à appréhender le sens par rapport aux mécanismes de la langue et du langage en général. Si la sémantique parvient difficilement à définir son objet d’étude, c’est que l’analyse de la signification ne peut guère se concevoir en dehors d’une théorie générale du langage.

Notes

1 À ce propos, voir Leroi-Gourhan 1945, De Certeau 1980, Simondon 1989.

2 Dans une perspective qui privilégie l’histoire socio-politique des langues européennes, D. Baggioni (1997) adopte la deuxième révolution techno-linguistique telle que S. Auroux la définit comme point de départ de ce qu’il appelle révolution éco-linguistique.

3 S. Auroux (1994, p. 109) conçoit la grammatisation comme « le processus qui conduit à décrire et à outiller une langue sur la base des deux technologies, qui sont encore aujourd’hui les piliers de notre savoir métalinguistique : la grammaire et le dictionnaire ». C’est surtout dans cette acception que nous emploierons cette notion ici. Le terme grammatisation a été proposé d’abord par R. Balibar (1985, p. 172) pour traduire l’anglais literacy en tant que « pouvoir commun de lire et d’écrire ». Dans le cadre des politiques de scolarisation promues par le gouvernement de J. Ferry, Balibar appelle grammatisation « cette institution républicaine, d’idéal démocratique, afin de bien distinguer ses contenus (les « exercices »), et de bien les opposer à ceux des institutions de l’Ancien régime ». Car, selon l’auteur, « le terme d’alphabétisation est inexact lorsqu’il s’agit de désigner la formation élémentaire en régime républicain » (ibid., p. 178). Nous aurons recours à l’acception de Balibar dans le chap. 2.

4 Je remercie Christian Puech de m’avoir sensibilisée très tôt à cette conception de l’histoire.

5 « [I]l s’agit […] des énoncés qui concernent de tout autres domaines d’objets et qui appartiennent à des types de discours tout à fait différents ; mais qui prennent activité parmi les énoncés étudiés soit qu’ils servent de confirmation analogique, soit qu’ils servent de principe général et de prémisses acceptés pour un raisonnement, soit qu’ils servent de modèles qu’on peut transférer à d’autres contenus, soit qu’ils fonctionnent comme instance supérieure à laquelle il faut confronter et soumettre au moins certaines des propositions qu’on affirme […]. »

6 La démarche historiographique que nous avons adoptée peut comporter une gestion complexe des références bibliographiques. Lors de la production de la bibliographie finale, il a parfois été difficile de fixer une frontière entre sources primaires et secondaires. Par exemple, les ouvrages présentés dans la cartographie du chapitre 7 (voir figure 14) ne sont pas tous cités au titre de sources primaires conformément à leur fonction dans la troisième partie du volume car nombre d’entre eux ont également servi de références secondaires dans notre première partie.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search