Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Le problème de l’eau en Tunisie nord-orientale : besoins, ressources locales et transferts inter-régionaux

Abdallah Cherif

Texte intégral

1La Tunisie est l’un des pays de la Méditerranée les moins pourvus en ressources hydrauliques. Le potentiel mobilisable est estimé à 4,6 milliards / m3, les ressources régularisables s’élèvent à 4,1 milliards / m3 et le taux actuel de mobilisation est de 74 %. Le volume actuellement disponible par habitant et par an est de 450 m3 contre 556 au Maroc, 776 en Syrie et 2 200 en Turquie.

2Le potentiel hydrique se caractérise surtout par une répartition géographique très déséquilibrée et par une forte variabilité inter-annuelle. La Tunisie du Nord concentre à elle seule 80 % des eaux de surface et 60 % des ressources globales. Les fluctuations de la pluviométrie entraînent par ailleurs des décalages annuels prononcés. Sur un module pluviométrique de 20 ans, il y a statistiquement, 3 années humides, 6 années moyennes et 11 années déficitaires (Zahhar, 1993). De ce fait, l’eau est devenue en Tunisie au cours des dernières décennies, un facteur décisif d’aménagement de l’espace et de développement économique et social. La distorsion croissante entre un potentiel limité et une demande exponentielle, ainsi que l’inégale répartition spatiale des disponibilités expliquent le rôle fondamental des pouvoirs publics dans la « gestion de la rareté ». C’est notamment au niveau du « segment lourd » de l’aménagement, celui de la grande hydraulique, que l’action volontariste de l’État paraît la plus déterminante. Elle concerne à la fois la collecte, le stockage, le transfert et l’allocation intersectorielle et inter-régionale des ressources.

3C’est également dans le contexte de cette planification centralisée des ressources en eau que s’inscrivent les rapports entre bassins versants et grands foyers de consommation dont le plus important est la Tunisie du Nord-Est. Les six gouvernorats (Tunis, Ariana, Ben Arous, Bizerte, Nabeul et Zaghouan) qui composent grosso modo cette région représentent 8,5 % de la superficie de la Tunisie, mais concentrent 45 % de la population urbaine, 49 % des emplois industriels, 36 % de la capacité touristique et 30 % des surfaces irrigables.

4Une telle accumulation d’hommes et d’activités traduit l’ampleur de la demande en eau et fait de la région du Nord-Est un espace déficitaire de plus en plus dépendant des ressources excédentaires du Tell occidental et septentrional. La mise en place, dès les années 1970, d’un système hydraulique intégrant l’ensemble des bassins versants du Nord est de ce fait finalisée par l’acheminement des flux d’eau des principales zones productrices vers la Tunisie nord-orientale.

1. La croissance rapide de la demande

L’expansion de l’irrigation

5Selon les résultats de l’enquête nationale la plus récente sur les périmètres irrigués (ministère de l’Agriculture, 1997), la région du Nord-Est concentre une superficie irrigable (c’est-à-dire équipée selon la classification officielle tunisienne) de 133 000 hectares, dont 46 000 hectares (34 %) dans le seul gouvernorat de Nabeul. Cette superficie serait en augmentation de près de 120 % par rapport à celle estimée en 1970 (Direction de l’aménagement du territoire [DAT] – Groupe huit, 1973). L’expansion remarquable de la surface irrigable trouve son explication, principalement dans l’achèvement des grands programmes d’aménagement hydrauliques et hydro-agricoles en Tunisie du Nord (Office de mise en valeur de la basse vallée de la Medjerda, Plans directeurs des eaux du Nord et de l’extrême Nord) et dans la création, notamment de grands périmètres publics irrigués. Ces derniers se développent sur 72 650 hectares (ministère de l’Agriculture, 1997) représentant 55 % de la superficie totale équipée par l’État. Le passage du terroir à la région irriguée, œuvre de l’État, crée ainsi un besoin considérable en eau d’irrigation. En retenant une moyenne de 2 800 m3 / hectares / an, extrapolée à partir de la base de données statistiques relative à l’exploitation des barrages, la consommation d’eau peut être estimée à 374 millions de m3 / an. Deux facteurs essentiels expliquent l’importance globale de la consommation des ressources hydriques :

  • la faible amélioration du taux d’intensification, compensée par l’accroissement de la superficie équipée, connaît une variabilité spatiale importante, tandis que la moyenne se situe à 83 % ;
  • la forte concentration dans le Nord-Est d’une grande partie des cultures à forte exigence en eau, soit 46 % des cultures de tomate, 96 % de l’artichaut, la quasi-totalité de l’agrumiculture et 47 % des vergers de pommiers, de poiriers, de pêchers et de raisin de table ;

6Actuellement l’agriculture est le principal secteur consommateur, accaparant près de 80 % du volume mobilisé. Mais la pression exercée par les villes et les secteurs non agricoles sur les ressources disponibles se fait aussi de plus en plus forte.

L’exploitation de la demande urbaine en eau potable

7D’après le recensement de 1994, 45 % de la population urbaine tunisienne vit dans la région du Nord-Est, soit 2,4 millions d’habitants d’où l’accroissement de la consommation globale, liée à l’élévation de la « demande spécifique » (exprimée en litres / jours / habitants desservis). Celle-ci est estimée à 114 litres pour le grand Tunis et à 99 litres pour les villes de Cap Bon tandis que la moyenne se situe à 23 litres dans les zones rurales. En 1997, la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE) évalua la consommation des villes tunisiennes à 245,5 millions de m3 dont 204,4 d’eau potable ; celles du Nord-Est sont respectivement de 113,6 et 107 millions de m3. L’agglomération de Tunis consomme à elle seule 80,2 millions de m3 dont 71 d’eau potable. Outre l’accroissement en valeur absolue de la population urbaine et le niveau assez élevé de la consommation par habitant, d’autres facteurs non moins déterminants expliquent l’explosion de la demande, comme en particulier, le taux de branchement au réseau qui exprime le degré d’accès à l’eau. Selon les données de la SONEDE, 95,4 % des ménages en milieu communal dans le Nord-Est sont, en 1996, branchés à l’eau potable, avec une très faible variation entre les gouvernorats. En revanche, en milieu non communal, l’accès à l’eau potable (en tant que ressource mise à la disposition des ménages) demeure limité ; le faible taux de branchement (33,7 %) constitue un indicateur de ruralité significatif.

L’ampleur des besoins industriels

8Avec 3 677 entreprises, le Nord-Est constitue le plus grand foyer de consommation d’eau industrielle. Les ressources réellement consommées sont difficiles à quantifier, cependant la très forte concentration d’industries grosses consommatrices pèse lourdement sur les ressources disponibles. Les industries chimiques, les industries des matériaux de construction, l’industrie mécanique et électrique, la tannerie et les industries agro-alimentaires (90 % des conserveries de tomate) utilisent plus de 15 millions de m3d’eau, dont 3,5 millions de m3 distribués par les réseaux publics. En dehors des principaux centres industriels (Tunis, Bizerte, Menzel Bourguiba…), la diffusion spatiale de l’industrie se manifestant par la multiplication de zones industrielles en milieu rural et dans les petites localités (Utique, Jedeida, Soliman, Ras Jbel…) se traduit par une forte mainmise sur les ressources locales, souvent aux dépens de l’agriculture irriguée.

La forte pression du tourisme

9Le développement du secteur touristique est devenu depuis les années 1960, une option fondamentale de la politique économique tunisienne. En l’espace d’un tiers de siècle, la Tunisie s’est hissée au 20e rang mondial, dans le classement des capacités hôtelières nationales. Aussi positives que soient les retombées économiques du secteur, ce dernier n’en a pas moins produit, des effets pervers. Par son caractère essentiellement balnéaire, le tourisme est ainsi devenu une composante majeure du « système littoral tunisien ». La frange côtière concentre 90 % des établissements et 95 % de la capacité hôtelière. Les parts du Nord-Est sont respectivement de 38,4 % et de 35,6 %, soit 224 unités hôtelières totalisant 53 495 lits dont 65 % dans la zone de Nabeul Hammamet et 29 % à Tunis.

10Or l’expansion du tourisme a accéléré l’urbanisation des espaces équipés et amplifié ainsi les contraintes écologiques des milieux locaux. L’une des plus graves est la surconsommation d’eau. Selon les saisons, la « demande spécifique » varie de 300 à 900 m3 avec une moyenne en 1997 de 2,77 1itres / jour / lit exploité et 5,26 1itres / jour / lit occupé. Dans les deux villes de Nabeul et d’Hammamet, le secteur touristique accapare respectivement 13,4 % et 38,4 % des ressources en eau urbaine, distribuées. Les conséquences sur l’agriculture locale et sur le milieu naturel sont jugées désastreuses (Sethom, 1991 et 1992) : recul rapide devant l’avance inexorable du béton, des beaux vergers de citronniers, symbole du savoir-faire séculaire de la paysannerie locale, dégradation de plages, intrusion d’eau marine dans les nappes côtières surexploitées, etc.

11Pour satisfaire aux besoins du tourisme et de la population résidente, d’importants transferts d’eau sont devenus nécessaires. Par ailleurs, avec l’achèvement des projets d’équipement d’Hammamet sud (41 nouvelles unités comptant 24 000 lits), la demande additive pourra s’élever à 5 475 millions de m3 (Miossec, 1996). Cette demande est en réalité amplifiée par « l’effet urbanisant du tourisme autour du Golfe d’Hammamet. » En 1956, la région compte 60 000 habitants, pour une part frugale, et les vacanciers sont l’exception ; aujourd’hui, ils sont 180 000 à résider en permanence, avec des niveaux de vie rehaussés, et en été au moins 80 000 personnes supplémentaires sont constamment présentes, auxquelles s’ajoutent les nombreux visiteurs qui viennent passer la journée dans la zone. On ne doit pas être loin des 300 000 consommateurs, et souvent gros consommateurs, lors de certains pics estivaux.

2. Les ressources sont-elles limitées ?

Une région au débouché des grands bassins versants

12De la presqu’île du Cap Bon aux Mogods, la Tunisie nord-orientale s’étend du domaine à nuance semi-humide au domaine humide. Malgré ses gradients pluviométriques assez différenciés, elle est à l’abri des fortes fluctuations inter-annuelles des précipitations (Hénia, 1980). Cependant, ses caractéristiques topographiques et hydrographiques sont peu favorables à la collecte des eaux de ruissellement. L’apport des oueds est le plus souvent limité par la faible étendue des bassins versants, bien que le potentiel exploitable, estimé à 323 millions de m3 en 1985, soit révisé à la hausse. Il s’établit en 1995, selon les données de la Direction des ressources en eau, à 605 millions de m3, soit environ 28 % du potentiel en eau de surface mobilisable de la Tunisie du Nord et 22 % du total tunisien. Par ailleurs, le Nord-Est se trouve au débouché des principales zones hydrologiques du Nord. Les oueds drainant les bassins de la Medjerda, du Kebir Miliane, de l’extrême Nord et de l’Ichkeul ont un apport annuel total de 2 190 millions de m3. Les ressources mobilisables dépassent les besoins économiques et sociaux des « régions productrices ». Elles constituent donc un potentiel transférable important, qui était, jusqu’à la mise en eau des grands barrages, drainé jusqu’à la mer, et de ce fait très faiblement utilisé.

Des nappes surexploitées

13En se fondant sur les données de l’annuaire des nappes profondes (1994) et de l’annuaire piézométrique (1993), le total des ressources en eau souterraine serait de 358 millions de m3 dont 296 de nappes phréatiques et 62 de nappes profondes. Ces ressources renouvelables représentent près de 30 % des réserves exploitables du pays et 69 % de celles de la Tunisie du Nord. Une partie des ressources présente néanmoins peu d’intérêt en raison de son taux de salinité élevé, notamment celle de la basse vallée de la Medjerda. En revanche, de nombreuses nappes sont parmi les plus riches du Nord et de bonne qualité, mais la plupart sont intensivement exploitées, nettement au-delà du seuil de renouvellement. Il en est ainsi des nappes de la côte orientale du Cap Bon, du Sahel de Bizerte et de la plaine du Mornag au sud de Tunis.

14La surexploitation atteint des niveaux alarmants dans les périmètres d’irrigation à forte densité de puits de surfaces équipés de motopompes : 1 251 puits sont recensés dans le périmètre de Aousja (Sahel de Bizerte), 9 051 dans la plaine orientale du Cap Bon, 3 800 dans le secteur de Nabeul Hammamet, 2 100 dans le Mornag et 8 289 dans le bassin de Grombalia. La corrélation paraît nette entre l’évolution du puisage mécanique dont le rythme s’est accéléré depuis les années 1960, et la pression sur les réserves. En termes de rapport ressources locales / demande, le bilan global de l’eau de la région du Nord-Est aurait cependant évolué favorablement malgré la pression croissante sur les ressources mobilisables. Pour près de 900 millions de m3 susceptibles d’être mobilisés, la demande actuelle se situe entre 500 et 550 millions de m3. Mais la situation réelle paraît très complexe. On peut l’imputer à trois raisons majeures :

  • la déconnexion spatiale entre les principaux foyers de consommation urbaine (Tunis, complexe industrialo-urbain de Bizerte-Menzel Bourguiba, zone touristique de Nabeul-Hammamet) et les ressources locales, très dispersées et à faible potentiel transférable, mérite d’être citée en premier lieu ;
  • une grande partie des ressources ne peut par ailleurs être mobilisée que par de petits ouvrages (lacs ou barrages collinaires). Les volumes collectés sont ainsi destinés à des usages locaux. Les excédents transférables sont limités et ne constituent, en conséquence que des ressources d’appoint pour les zones à forte demande ;
  • certaines sources d’eau, nappes ou oueds sont enfin de qualité médiocre, en raison de leur forte salinité ou de leur contamination par les polluants d’origine urbaine ou agricole.

15L’articulation du Nord-Est aux plans directeurs des eaux du Nord et de l’extrême Nord a ainsi pour objectif de réduire les déséquilibres intra-régionaux de la répartition de l’eau et de mettre en place des macro-systèmes de transfert répondant à la demande des grands pôles consommateurs.

3. L’intégration au système hydraulique de la Tunisie du Nord

Des systèmes locaux autonomes au système régional interconnecté (figure 1)

16Jusqu’aux années 1970, la mise en place des grandes infrastructures hydrauliques est à la fois tardive et discontinue dans le temps comme dans l’espace. Les quelques ouvrages importants existant avant 1945 (barrage de oued El Kebir, conduites de Zaghouan, Jougar et Khlédia) alimentent exclusivement Tunis en eau potable. Ce n’est que vers la fin de la période coloniale qu’est mis en chantier le premier programme d’aménagement du bassin versant de la Medjerda. Malgré de multiples difficultés financières et techniques, ce programme aboutit à l’installation d’un important réseau de barrages (Mellégue, Beni Mtir et Laroussia) et d’organes de transfert ouest-est, vers la basse vallée et Tunis. L’accroissement de la demande urbaine, agricole et touristique, nécessite l’édification, entre 1959 et 1971, d’une nouvelle série de barrages de tailles diverses, autonomes (Bezikh, Chiba, Lakhmés) ou articulés au réseau de Tunis (Kasseb, Bir M’cherga).

17Cette première phase de la spatialisation du dispositif hydraulique de la Tunisie du Nord s’est caractérisée par le renforcement des aménagements locaux et sub-régionaux. Elle préfigure déjà, par les premières interconnexions de ses éléments (sous-système de la basse vallée, réseau de Tunis) l’orientation ouest-est des flux de l’eau, l’organisation définitive d’un système hydraulique régional centré sur la Tunisie du Nord-Est. La réalisation d’un tel système reflète une nouvelle orientation de la politique de l’eau, désormais fondée depuis les années 1970 sur des plans directeurs d’aménagement à l’échelle des grandes régions géographiques : Nord, Centre et Sud. La croissance rapide de la demande de la Tunisie orientale a certainement pesé sur les choix des décideurs. Le plan directeur des eaux du Nord, auquel on intégra celui de l’extrême Nord, repose en effet sur deux objectifs majeurs :

  • la mobilisation à moyen terme (vers 2010) de la totalité des ressources potentielles ;
  • le développement et l’interconnexions des ouvrages de stockage et des réseaux de transfert de l’eau.

Figure 1.
Schéma topologique des barrages interconnectés.

18L’eau constitue désormais un moyen de médiation de l’espace nord-tunisien. En développant un système régional intégrant l’ensemble des bassins versants, l’État occupe par ce biais une fonction clé dans la mobilisation et l’allocation des ressources régularisables.

Réseau de transfert et flux de l’eau (figure 2)

19Les adductions régionales et inter-régionales articulées au réseau des barrages doivent résoudre deux contraintes spatiales et structurelles. D’abord, le transfert sur de longues distances, des excédents d’eau des régions productrices et la régulation de l’approvisionnement des régions littorales confrontées à l’insuffisance des ressources locales et à des risques de déficit de forte ampleur en période de sécheresse. Ensuite, la structure rigide du réseau de transport reflète à la fois la direction et la dimension des flux principaux. On y reconnaît deux grandes composantes spatiales :

  • le sous-système de transfert Ouest-Est s’organise autour de la retenue de Sidi Salem à l’amont et du barrage de dérivation de Laroussia et du canal Medjerda / Cap Bon (Canal MCB) à l’aval. Au cours de l’année 1996-1997 (du 1er septembre 1996 au 31 août 1997), il régularise 163 millions de m3 dont 72,6 sont alloués aux périmètres irrigués de la basse vallée et 90,4 transférés vers Tunis, le Cap Bon, le Sahel et Sfax. Les autres sous-systèmes, de moindre importance, sont intra-régionaux, avec au sud la conduite Joughar-Zaghouan-Tunis, et au nord la conduite Joumine Menzel Bourguiba-Bizerte (13 millions de m3) ;
  • le sous-système Nord-Sud s’articule à l’amont aux barrages de Sejnane et Joumine et l’aval au système de transfert de la Medjerda. Sejnane est construit pour assurer une double fonction, à l’image de Sidi Salem : celle de la collecte des eaux du bassin versant de l’oued Sejnane, et celle, à terme de drainage et de transit de ressources qui seront régularisées par les barrages de l’extrême Nord avec lesquelles il sera interconnecté (Sidi El Barrak, Zerga, Moula…).

Figure 2.
Transferts inter-régionaux de l’eau dans la Tunisie du Nord.

20Le transfert inter-régional actuel est assuré par le canal de Joumine et la conduite Ichkeul-Medjerda, dont les eaux atteignent la station de Belli au Cap Bon. En 1997, le réseau nord-sud avait acheminé 38,5 millions de m3. Au total et en l’état actuel des réalisations, les différents réseaux de transfert ont fait transiter annuellement plus de 200 millions de m3 d’eau dont 160 au profit de la Tunisie nord-orientale. Ils seront davantage agrandis d’ici 2010 avec le raccordement des nouveaux ouvrages de collecte, de l’extrême Nord au système de la Medjerda ; les nouvelles interconnexions permettront ainsi de doubler les flux d’eau et de couvrir des besoins plus importants. Mais déjà se posent les problèmes de régulation d’un système hydraulique géographiquement très étendu et à la configuration très complexe.

21Le problème de l’eau dans la Tunisie du Nord-Est se pose à un double plan :

  • au plan géographique, les ressources de la région servent essentiellement à des usages locaux. Elles sont souvent surexploitées et ne peuvent donner lieu à des transferts importants vers les grands pôles de consommation (périmètres d’irrigation, villes, zones touristiques…) ;
  • au plan du bilan global de l’eau, le déséquilibre tend à s’accentuer du fait de la forte croissance de la demande et des limites des ressources potentielles locales. L’importance des flux d’eau extérieurs souligne d’ores et déjà l’ampleur du déficit.

22L’enjeu de l’eau est à la fois spatial et socio-économique. Les aménagements hydriques modernes sont de ce fait une composante fondamentale de l’espace tunisien et un facteur décisif de développement régional. Les grands transferts sont cependant opérés, essentiellement au profit des régions les plus dynamiques, celles, notamment qui forment la frange littorale du pays. Les réseaux des flux de l’eau ont ainsi renforcé le caractère dissymétrique du territoire national.

23La gestion centralisée de ces flux implique également l’arbitrage étatique, permettant de régler l’allocation inter-sectorielle et inter-régionale d’eau selon un référentiel de priorités qui privilégie en périodes critiques les secteurs à caractère stratégique (tourisme, eau potable, certaines cultures prioritaires, etc.). La mise en œuvre des grands systèmes de transfert est ainsi en voie d’engendrer une nouvelle recomposition des stratégies de l’eau, du niveau local au niveau national et une nouvelle « reconstruction » socioéconomique de l’espace hydrique.

Table des illustrations

Légende Figure 1.Schéma topologique des barrages interconnectés.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 2.Transferts inter-régionaux de l’eau dans la Tunisie du Nord.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteur

Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540