Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le bonheur dans la modernité

 | 
Sylvain Brunier

Conclusion

Testo integrale

  • 1 Paul Veyne, Le quotidien et l’intéressant. Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski, Paris, Les (...)

1Avant de récapituler les principaux apports de ce travail de recherche, rappelons les trois séries de questionnements explorées dans l’ouvrage. Premièrement, en quoi l’histoire spécifique des conseillers agricoles nous permet-elle de relire l’histoire plus globale de la modernisation agricole après-guerre ? Autrement dit, quelle est la spécificité de la séquence d’après-guerre ? En se focalisant sur les modes d’action publique davantage que sur les discours politiques, l’étude propose une approche « par le bas » des politiques de modernisation, pour ne pas prêter aux constructions idéologiques une efficacité magique. Ce parti pris méthodologique nous conduit à la deuxième série de questionnements : comment le projet modernisateur se déploie-t-il au sein du monde agricole ? Par le biais de quelles organisations, de quels intermédiaires ? Quelles sont les ressources propres à ces intermédiaires ? Quel est leur degré d’autonomie ? Comment infléchissent-ils les politiques de modernisation agricole ? La formation d’un groupe professionnel des conseillers agricoles et la prolifération de multiples organisations d’encadrement des agriculteurs sur le plan local transforment les conceptions initiales des élites modernisatrices. La prise en compte de ces logiques organisationnelles et professionnelles permet de mieux cerner les modalités de mise en œuvre du projet modernisateur. La mise en évidence des mécanismes de construction de l’adhésion des agriculteurs au projet de modernisation appelle enfin une troisième série de questionnements : qu’est-ce que cette histoire des conseillers agricoles nous dit de « l’esprit du temps » de ces décennies d’après-guerre ? Que faire de l’enthousiasme perceptible dans les récits recueillis ? Si, comme l’avance Paul Veyne, « ce qui est convaincant en histoire, comme en sociologie, est de faire surgir dans l’observation historique des faits ou des relations dont la pertinence ne préexistait pas à l’idéal-type qu’on vient d’en extraire »1, qu’est-ce que la mise en évidence du rôle pivot du conseiller agricole dans le processus de modernisation nous a permis d’observer et d’analyser ?

Gouverner par les intermédiaires

2L’entrée par la question de la conduite des pratiques des agriculteurs met en lumière la création d’une nouvelle fonction d’intermédiaire de la modernisation dans l’immédiat après-guerre, qui se surimpose aux formes existantes d’encadrement du monde agricole. Si la planification fait l’objet d’un consensus large aux sein des élites politiques, il est moins question d’imposer une économie entièrement dirigée que d’obtenir l’adhésion des agriculteurs au projet modernisateur. En dehors des expériences aujourd’hui méconnues menées dans le cadre de la politique dite de reconstruction, les initiatives les plus novatrices sont issues du monde agricole lui-même. Certains grands exploitants se retrouvent dans les premiers CETA dès 1944. Ils entendent s’impliquer directement dans la mise au point de nouvelles méthodes pour conduire plus efficacement leurs exploitations. Pour ce faire, ils constituent des petits groupes d’une vingtaine d’adhérents à même de salarier un ingénieur qui remplisse des tâches semblables à celles d’un bureau d’études dans une entreprise industrielle. Ces ingénieurs ne sont pas de simples consultants techniques puisqu’ils prennent en charge les questions pratiques liées au fonctionnement du groupe de travail. Au-delà des expérimentations locales propres à chaque groupe, il s’agit de créer une véritable dynamique politique dans laquelle les agriculteurs, ou du moins les grands exploitants adhérents des CETA, montrent qu’ils veulent être partie prenante de la mise en œuvre de la politique de modernisation. Dans la perspective corporatiste d’organiser l’encadrement du monde agricole par les élites agricoles, l’AGPB crée les premiers villages-témoins. Il s’agit de diffuser les méthodes culturales utilisées dans les grandes exploitations céréalières vers des régions de petites exploitations, en mettant un agent technique au service des agriculteurs d’un village. L’opération reste limitée à quelques villages, mais elle permet d’expérimenter le principe des aides conditionnelles : le versement des subventions et l’attribution des prêts bonifiés supposent que l’agriculteur se conforme aux prescriptions de l’agent technique.

3Au début des années 1950, l’organisation des « missions de productivité » dans le cadre du plan Marshall contribue à la convergence entre la fraction la plus entreprenante du monde agricole, constituée essentiellement de certains grands exploitants, et les hauts fonctionnaires convaincus des vertus de la planification. Ces voyages d’études jouent un rôle considérable dans le renouvellement de la réflexion sur les méthodes de vulgarisation du progrès technique en agriculture. La découverte du modèle américain impressionne fortement les délégations françaises, dans lesquelles les représentants de l’administration, majoritaires, cohabitent avec des chercheurs et des représentants des organisations professionnelles agricoles. Le maillage territorial serré, les moyens financiers déployés considérables, la liaison forte entre la recherche et la vulgarisation sont autant de thèmes repris par les participants à leur retour. Ils sont notamment frappés par le crédit dont dispose l’agent de comté auprès des agriculteurs de son secteur. Fonctionnaire de l’État, il jouit néanmoins d’une grande liberté de manœuvre, ce qui lui permet de gagner la confiance des agriculteurs qu’il assiste dans la conduite de leurs exploitations. Les ingénieurs des services agricoles, qui ont le contrôle des actions de vulgarisation depuis le début du siècle, voient là une occasion de revendiquer de nouveaux moyens et une plus grande autonomie. À l’inverse, les responsables professionnels soulignent l’écart irréductible à leurs yeux entre les pratiques de l’administration américaine et la culture de l’administration française. Ils justifient de cette manière le projet de transférer la responsabilité des actions de vulgarisation vers les organisations professionnelles, afin de créer un nouveau corps d’intermédiaires de la modernisation travaillant aux côtés des agriculteurs, avec des règles beaucoup plus souples, favorisant la prise d’initiatives.

4Les réflexions des différents acteurs ne sont pas seulement théoriques mais ancrées dans des dispositifs expérimentaux de vulgarisation conduits sur des territoires délimités afin d’obtenir un accroissement continu de la productivité du travail agricole. Le contrôle de ces dispositifs est un enjeu de pouvoir considérable. Les organisations professionnelles agricoles se montrent beaucoup plus entreprenantes que les services de l’État, ce qui leur permet progressivement de prendre l’ascendant. Mais les enjeux sont également internes à « la profession » : l’inscription locale des nouveaux dispositifs de vulgarisation permet aux responsables professionnels locaux et départementaux, issus de la petite et moyenne paysannerie, de s’affirmer comme des acteurs incontournables de la politique agricole, et de nouer une alliance avec les grands exploitants regroupés en particulier dans les associations spécialisées. La création des premiers CETA de « petites cultures » au début des années 1950 marque l’appropriation d’une forme prévue pour le perfectionnement technique et économique de grands exploitants par des petits et moyens agriculteurs, majoritairement tournés vers l’élevage. Très imprégnés des conceptions de la JAC, les pionniers des CETA de « petites cultures » affirment leur volonté de ne pas rester en marge des réflexions sur la mise en œuvre des politiques de modernisation. Ces groupements n’ont souvent pas les moyens de salarier un ingénieur, mais ils obtiennent le soutien de l’État et des organisations professionnelles. L’ingénieur doit accompagner les adhérents dans la recherche de nouvelles références techniques, en encourageant les expérimentations et les échanges, tout en tenant compte des contraintes propres aux petites exploitations (investissement limité, niveau de formation généralement peu élevé des exploitants, polyculture et polyélevage généralisés). Il est d’abord au service du groupe avant d’être en quête de l’excellence technique et économique.

5Reprenant certains traits de fonctionnement des villages-témoins, la création des zones-témoins est cette fois un projet d’envergure nationale. Ce dispositif implique le ministère de l’Agriculture, la FNSEA et l’APPCA. Dans chaque zone-témoin, de la taille d’un canton, un technicien suit les agriculteurs, les conseille et leur propose des financements pour leurs investissements en appliquant le principe de l’aide conditionnelle. Le technicien est décrit comme « la cheville ouvrière » du dispositif : il procède à des visites individuelles dans les exploitations, suscite l’organisation de réunions en collaboration avec les responsables professionnels locaux, mène des essais avec les agriculteurs volontaires, procède à des démonstrations. Dans la lutte qui oppose les services agricoles et les organisations professionnelles agricoles, les techniciens des zone-témoins, souvent de jeunes ingénieurs agronomes, se rangent du côté des chambres d’agriculture, car ces dernières leur assurent une plus grande autonomie de décision, et de meilleures perspectives de carrière, en dépit de la précarité des conditions de travail immédiates. Les techniciens des opérations-témoins et les ingénieurs de CETA de « petites cultures » – le même individu peut parfois occuper simultanément les deux fonctions – partagent un même répertoire d’actions : prise de contact avec les agriculteurs, visites individuelles, réunions, expérimentations, démonstrations, déplacements incessants, suivi administratif de la vie des groupements. Ces pratiques d’incitation à l’investissement visent à transformer la conduite des exploitations, non pas contre mais avec l’assentiment des agriculteurs. Les pratiques de ces premiers conseillers agricoles s’ajustent en permanence aux conditions locales et aux publics auxquels elles s’adressent. Elles favorisent la formation d’un groupe social homogène de petits et moyens agriculteurs « en voie de modernisation », via la multiplication des groupements techniques agricoles.

6Les représentants de cette petite et moyenne paysannerie en voie de modernisation sont souvent formés par la JAC et syndiqués au sein des Jeunes Agriculteurs. Les dispositifs expérimentaux de vulgarisation des années 1950 donnent l’occasion à cette nouvelle élite agricole d’être partie prenante de la conduite des politiques de vulgarisation, pour imposer la promotion des exploitations familiales comme un objectif central. Travaillant côte à côte dans les groupements, les techniciens et les responsables agricoles locaux ont partie liée dans l’invention du métier de conseiller agricole. En instituant progressivement la vulgarisation comme un domaine distinct de l’enseignement agricole et du démarchage commercial, les conseillers affirment que leur indépendance garantit le fait qu’ils servent d’abord les intérêts des agriculteurs, sans arrière-pensée politique ou commerciale. Dans le même temps, les responsables locaux et départementaux des chambres d’agriculture se posent comme des acteurs incontournables de la mise en œuvre de la politique de modernisation agricole. Les conseillers et leurs employeurs partagent une même vision de la modernisation du monde agricole : la sélection économique des agriculteurs n’est acceptable qu’à la condition qu’elle favorise la promotion sociale du monde agricole par rapport au reste de la société. L’exploitation familiale modernisée devient l’horizon du projet modernisateur, le modèle vers lequel doivent converger tous les efforts des conseillers et de leurs employeurs. Les décrets du 11 avril et du 23 octobre 1959 reconnaissent aux représentants de la petite et moyenne paysannerie en voie de modernisation la qualité de promoteurs incontournables du projet modernisateur et instituent les conseillers comme leurs relais privilégiés sur le terrain.

Les conditions sociales de l’autonomie professionnelle des conseillers

7Le travail des conseillers apparaît en tension constante entre d’un côté le perfectionnement méthodologique croissant de leurs interventions, autour des savoirs liés à la psychosociologie ou à la gestion, et de l’autre le maintien de la primauté symbolique accordée au « sens rural », qui est moins une capacité à faire preuve de mimétisme avec les manières de faire du monde paysan, qu’une tournure d’esprit analogue à la mètis, l’intelligence de la ruse des anciens Grecs, qui caractérisait en propre ceux que leur métier obligeait à affronter des situations mouvantes, à l’issue incertaine, dans lesquelles ils devaient faire preuve de leur esprit d’initiative. La sélection et la formation des conseillers s’appuient sur la reproduction de méthodes de conseil relativement formalisées, mais elle laisse une place considérable aux épreuves plus informelles dans lesquelles le conseiller doit mobiliser ses dispositions acquises dans le travail agricole ou au contact du monde agricole, pour gagner simultanément la confiance des agriculteurs qu’il accompagne, ainsi que celle de ses employeurs. L’intelligence de la ruse apparaît comme le contrepoint de l’engagement des conseillers dans la promotion des exploitations familiales. En introduisant la notion de plaisir à triompher des obstacles, l’analogie avec la mètis donne une explication possible de l’intensité de l’investissement des conseillers et des conseillères agricoles au service de la promotion sociale de la petite et moyenne paysannerie en voie de modernisation. Elle permet également de lire le passage par la JAC en un sens moins déterministe : c’est moins l’inculcation d’une morale chrétienne de la modernisation, bien que celle-ci soit un référentiel très important, que l’apprentissage des pratiques concrètes permettant la mobilisation des agriculteurs (prise de parole, organisation de réunion, rédaction de comptes-rendus, édition de bulletin de liaison, prise de responsabilité aux différents échelons des fédérations) qui apparaît déterminant pour comprendre la circulation des normes et des valeurs associées au projet modernisateur.

8Tout au long des années 1960, les conseillers agricoles tentent d’affirmer leur autonomie collective. Ce processus de professionnalisation se déroule dans différents cadres : les services techniques des chambres d’agriculture, les centres de formation, les syndicats de conseillers. Cette approche de la formation du groupe professionnel des conseillers agricoles permet de mettre en évidence la relation qui unit les conseillers aux organisations professionnelles agricoles, et particulièrement aux représentants de la petite et moyenne paysannerie. Financées par la taxe parafiscale sur les propriétés foncières non bâties, les chambres d’agriculture centralisent peu à peu les embauches de nouveaux conseillers. En définissant des procédures et des critères de recrutement, elles participent à l’homogénéisation du statut de conseiller. Poursuivant le transfert de responsabilité de « l’administration » vers « la profession », le décret du 4 octobre 1966 sur le développement agricole renforce l’emprise des organisations professionnelles sur les conseillers et encourage la diversification des formes de conseil. Le passage régulier des conseillers par les centres de formation – cycle de remise à niveau scolaire pour ceux qui ne sont pas titulaires du baccalauréat, examen de présélection avant embauche, cycle de formation initiale proprement dit, stages de perfectionnement avec un minimum théorique de dix jours par an – donne une certaine unité aux méthodes de travail des conseillers. Ces centres de formation, créés sous l’égide des grandes organisations professionnelles agricoles, disposent d’une importante autonomie. Ils constituent des lieux de rencontre et d’échange pour les conseillers, à l’abri du regard direct de leurs employeurs.

9Les syndicats de conseillers agricoles se rassemblent au sein de l’UNATCA et débattent de leur manière d’envisager la professionnalisation du groupe. Le syndicat affilié à la CGC revendique la participation active des conseillers aux orientations de la politique de développement, le renouvellement de l’alliance avec les responsables agricoles, mais aussi la valorisation de leurs qualifications. Le syndicat affilié à la CFDT privilégie lui la défense des droits des salariés, la reconnaissance de l’implication des conseillers dans la politique de développement légitimant une meilleure protection sociale. Ces syndicats se retrouvent pour encourager notamment la signature de conventions collectives. Une troisième position, proche du corporatisme agricole, et soutenue notamment par des organisations syndicales affiliées aux organisations agricoles ou dominées par les directeurs d’organismes de développement, justifie le maintien de la prééminence symbolique des agriculteurs, y compris dans les rapports d’employés à employeurs, au nom de la préservation de la dynamique de la modernisation.

10À la fin des années 1960, les divergences entre ces conceptions sont de plus en plus tranchées, du fait de la radicalisation des luttes politiques dans le contexte de l’après-mai 68, et en raison de l’accroissement des exigences des employeurs en matière de conseil spécialisé. La rupture de l’unité syndicale est symptomatique de la professionnalisation inachevée des conseillers agricoles. Sur le plan de la formation, le décret du 7 septembre 1970 institue le premier diplôme officiel de conseiller agricole, ce qui pourrait apparemment entrer en contradiction avec l’énoncé précédent. Mais l’analyse des termes de ce décret indique au contraire un retour à une conception très extensive du métier de conseiller, incluant notamment les agents technico-commerciaux des coopératives dont les effectifs sont alors en pleine croissance, et ne tenant pas compte des travaux réalisés au cours de la décennie précédente pour affirmer une identité propre et un imaginaire professionnel spécifique. Si les conseillers et conseillères agricoles ne sont pas parvenus à constituer un groupe véritablement autonome, ils ont néanmoins réussi à imposer leur style d’intervention comme un modèle servant de référence aux autres intermédiaires de la modernisation agricole.

11La place laissée aux conseillères agricoles constitue d’ailleurs un point d’observation intéressant pour suivre l’évolution du métier de conseiller au cours des années 1960. D’abord exclusivement chargées de la vulgarisation agricole féminine, les premières conseillères sont embauchées au tout début des années 1960, dans le but d’associer les femmes au processus de modernisation des exploitations familiales. Les conseillères se trouvent reléguées à des tâches parcellaires, souvent empreintes des conceptions de l’enseignement ménager. La division du travail de conseil suit la division du travail au sein de l’exploitation familiale : les femmes sont fortement impliquées dans le fonctionnement général, et en particulier dans les questions de comptabilité, mais elles sont plus rarement associées aux prises de décision relatives à la conduite de l’exploitation. Cependant, les conseillères font des groupes féminins des espaces de libre expression qui permettent de faire émerger des questionnements qui n’ont pas leur place dans les groupes d’hommes. Mais globalement, la professionnalisation des conseillères s’avère encore plus compliquée que celle de leurs collègues masculins, du fait du peu de solidarité de ces derniers et du maintien de l’autorité patriarcale dans les organisations professionnelles. Si le décret du 7 septembre 1970 ne reconnaît plus de différence entre hommes et femmes pour exercer le métier de conseiller, les femmes restent en réalité, au moins jusqu’à la fin des années 1970, cantonnées au suivi des groupements féminins, qui perdent progressivement de leur dynamisme. Le fait que les conseillères soient longtemps cantonnées à la vulgarisation féminine – il existe encore très peu de conseillères intervenant auprès des hommes au début des années 1980 – montre que les logiques de hiérarchisation des publics et de spécialisation des tâches l’emportent sur la recherche de l’unité.

La parcellisation des métiers du conseil en agriculture

12Le projet modernisateur élaboré dans l’immédiat après-guerre est profondément remis en question à partir du début des années 1970, ce qui modifie considérablement les cadres de travail des conseillers. D’un côté, les réformes gestionnaires de la politique de développement agricole impose un contrôle renforcé des pratiques des conseillers dans une logique centralisatrice. De l’autre, de multiples initiatives locales et départementales nourrissent une dynamique de différenciation territoriale des modèles de développement agricole. La crise de financement de l’ANDA montre que le consensus qui prévalait entre les différentes élites modernisatrices est rompu. L’administration affirme sa fonction de contrôle sur l’emploi des fonds publics pour reprendre la main face aux organisations professionnelles agricoles. Et au sein de ces dernières, les coopératives et une partie du syndicalisme agricole, sous l’influence des associations spécialisées, critiquent la mainmise des chambres d’agriculture sur la mise en œuvre de la politique de développement. Le compromis trouvé en 1972 impose la généralisation de l’usage des méthodes gestionnaires, inspirées de la méthodologie de la RCB, pour encadrer à la fois le travail des conseillers et l’investissement des agriculteurs. Sur le plan national, l’APCA et les syndicats de conseillers agricoles s’allient pour préserver l’ancienne conception du développement agricole et du métier de conseiller. Mais l’adoption des méthodes gestionnaires entraîne une forme de bureaucratisation du travail des conseillers, dans un contexte de reflux des moyens accordés au développement.

13La fragmentation de l’offre de conseil accompagne la spécialisation des exploitations agricoles. Cependant, un certain nombre de voix parviennent à se faire entendre, notamment dans le monde de la recherche, pour remettre en cause le modèle productiviste. Revalorisant l’approche globale des exploitations, la qualité de la relation personnelle entre le conseiller et l’agriculteur, ou l’inscription du développement agricole dans les questions plus larges de développement rural, ces travaux prennent appui sur les initiatives locales de responsables agricoles et de conseillers. Rejetée progressivement aux marges du projet modernisateur, l’agriculture de montagne apparaît comme un terrain d’expérimentation privilégié pour élaborer des modèles alternatifs de développement agricole. Dans certains départements, les conseillers se trouvent directement à l’initiative de la revalorisation des productions locales typiques. Leur travail s’inscrit dans une approche territoriale large, et s’appuie en particulier sur le développement du tourisme qui permet d’imaginer de nouvelles formes de commercialisation (magasins de producteurs, vente directe). La valorisation des produits de qualité peut alors devenir le principal axe de la politique agricole de l’ensemble d’un département, comme l’a montré l’enquête ciblée sur la Savoie.

14Au début des années 1980, plusieurs modèles de développement coexistent de fait, sans que cela se traduise par une reformulation du projet politique global. À l’hiver 1982-1983, la consultation lancée par le ministère, dans le cadre des États généraux du développement agricole, a précisément pour but de faire accepter la pluralité des modèles de développement aux organisations professionnelles dominantes. La gauche récemment arrivée au pouvoir tente de donner une plus grande légitimité aux syndicats opposés à la FNSEA, et de renégocier les termes de la cogestion de la politique agricole. Les conseillers agricoles ne parviennent pas à peser collectivement dans cet affrontement : les institutions qui assuraient l’unité de leur groupe professionnel ont été considérablement fragilisées par les réformes successives de l’appareil de développement et par le repli sur des stratégies locales ou départementales. Mais l’enquête lancée auprès de l’ensemble des agents de développement agricole révèle néanmoins que l’imaginaire du métier de conseiller tel qu’il a été institué dans les années 1950-1960 continue d’irriguer les représentations d’une grande partie de la population enquêtée. Pour autant, la décomposition du groupe professionnel ne permet plus véritablement de transmettre les valeurs collectivement élaborées. La fin du projet modernisateur autorise la recomposition des métiers du conseil en dehors de la référence à la promotion des exploitations familiales.

15L’effacement du groupe professionnel des conseillers au début des années 1980 pose la question du devenir de cette culture professionnelle à part entière. Sans support institutionnel assurant la transmission de l’expérience collective accumulée par ces hommes et femmes, ceux-ci sont progressivement réduits au silence et plongés dans l’oubli, à mesure que les derniers témoins de leur travail cessent leur activité. Effacés de la plupart des récits des responsables professionnels agricoles, toujours occupés à montrer que les petits et moyens agriculteurs ont « pris leur destin en main » sans l’aide de personne, critiqués a posteriori pour leur participation active à la sélection économique des agriculteurs, et dénoncés aujourd’hui comme promoteurs du recours massif aux pesticides, aux engrais, à l’hyper-sélection des espèces animales et végétales, le souvenir des actions réellement entreprises par les conseillers et conseillères s’exprime rarement publiquement, pour ne pas dire jamais. Leur histoire est pourtant beaucoup plus complexe et plus intéressante que ne le laissent penser ces récits réducteurs. Il ne s’agissait pas de se livrer ici à une réhabilitation du travail entrepris par les conseillers et conseillères, mais plutôt de donner à voir leur imaginaire professionnel dans toute son épaisseur. En cherchant à comprendre ce qu’aimer le progrès voulait dire pour ces hommes et femmes qui étaient partie prenante de la « révolution silencieuse » du monde agricole français sans être paysans pour autant, il devient possible de redonner des couleurs à leur expérience collective. Au moment où la généralisation des préceptes managériaux en politique disqualifie les cultures professionnelles comme autant de corporatismes, le récit historien permet de réexaminer les devenirs professionnels comme des formes de mobilisation politique ouvertes, instituant des normes et des valeurs qui sont autant de points d’appui pour subvertir l’ordre des choses.

Le « progrès » au prisme des sciences de l’enquête

16Dès les années 1970, la critique du productivisme a bien souligné l’impasse dans laquelle les conseillers ont conduit les agriculteurs les plus fragiles. Et plus encore, lorsque certains bons élèves de la politique de développement se sont trouvés à leur tour en difficulté, c’est toute la crédibilité de l’édifice qui s’est effondrée. Les politiques de modernisation se sont trouvées ramenées à une vaste entreprise d’adaptation des structures de production agricoles aux exigences de l’économie de marché. L’idéal de progrès, indissociablement technique et social, est présenté comme une espérance illusoire qui a autorisé les pires excès. Il ne s’agit bien évidemment pas de minimiser l’ampleur des destructions environnementales et sociales qui sont les conséquences directes de l’intensification incessante de la production agricole. Mais en réduisant l’ensemble du processus de modernisation à une course dévastatrice, les critiques de la modernisation ont paradoxalement manqué leur cible. Les logiques de sélection économique des exploitations, de spécialisation et d’intensification des modes de production se sont poursuivies jusqu’aujourd’hui, bien que privées du référentiel idéologique qui les justifiait dans les décennies d’après-guerre.

17En refusant de prendre en compte l’aspiration des agriculteurs à une plus grande reconnaissance de la part du corps social, pour ne retenir que les effets les plus destructeurs de leurs initiatives, la critique du progrès a notamment effacé le rôle complexe que les conseillers ont joué dans cette histoire. La relation de conseil a en effet pu servir de point d’appui pour les plus dominés, et notamment les femmes, pour affirmer leur existence et tenter de prendre leur place, au sein de la famille, de l’exploitation, de la vie politique locale. On ne peut s’empêcher de penser que les opposants à l’industrialisation de l’agriculture, qui n’a jamais été aussi avancée bien que des niches spécifiques aient été créées autour des produits de terroir, auraient tout intérêt à se réapproprier la notion de progrès et le potentiel de mobilisation qu’elle enferme. En ce sens, l’histoire des conseillers agricoles nous rappelle combien il importe de disposer d’un corps de spécialistes convaincus de l’intérêt de leur mission lorsqu’il s’agit d’opérer un tournant politique, économique et social majeur, hier l’accroissement spectaculaire de la productivité, aujourd’hui peut-être, l’écologisation de la politique agricole.

Note

1 Paul Veyne, Le quotidien et l’intéressant. Entretiens avec Catherine Darbo-Peschanski, Paris, Les Belles Lettres, 1995, p. 179. Paul Veyne fait ici explicitement référence aux travaux de Jean-Claude Passeron.

© ENS Éditions, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

Offerto da