Version classiqueVersion mobile

Le bonheur dans la modernité

 | 
Sylvain Brunier

Chapitre III

La professionnalisation inachevée des conseillers agricoles (1960-1971)

Texte intégral

  • 1 AFPA, compilation d’extraits traduits d’un article de Carl Rogers, « Les bases de l’efficacité du (...)

Il est certain que le professionnel du counseling qui considère les individus comme essentiellement des objets qu’il faut manipuler pour le bien-être du pays, pour le bien d’un système d’éducation, ou pour satisfaire son propre système de puissance et de contrôle, ne pourrait éprouver les composantes de l’attitude que j’ai décrite comme fondamentale dans une relation qui veut développer la maturation psychique.1

  • 2 Ces lois valorisent le modèle économique de l’exploitation à deux unités de travail humain (UTH), (...)
  • 3 La théorie des « trois agricultures » développée par le CNJA propose de concentrer les politiques (...)

1Tout au long des années 1960, les conseillers agricoles tentent de s’affirmer comme un groupe professionnel autonome, sans jamais y parvenir entièrement. Leur position d’intermédiaires est intrinsèquement liée au déploiement du projet de modernisation agricole élaboré après-guerre. Les conseillers incarnent d’autant mieux cette politique qu’ils sont pour certains d’entre eux des enfants d’agriculteurs qui n’ont pas été en mesure de prendre la suite de leurs parents. Ils assument de contribuer à la sélection économique des agriculteurs tant que ces derniers, ou au moins une fraction d’entre eux, conservent des réelles possibilités d’ascension sociale. Il est prévu que ceux qui continuent à exploiter bénéficient de la libération de terres et de débouchés, et que ceux qui arrêtent puissent trouver des voies de reclassement valorisantes, en particulier dans les métiers d’encadrement para-agricoles. Les années 1960 apparaissent ainsi comme le moment de la concrétisation des réflexions et des expérimentations de l’après-guerre. En ce sens, les lois d’orientation agricole de 1960 et 1962 apparaissent moins comme une rupture que comme une poursuite du projet formulé au cours de la décennie précédente2. Reprenant les conceptions défendues par le CNJA, elles entérinent l’idée selon laquelle la réduction du nombre d’actifs agricoles est la condition de la compétitivité des exploitations familiales les plus dynamiques3.

2Au début des années 1960, le groupe professionnel naissant des conseillers se constitue en renvoyant dos à dos deux logiques opposées. La première consisterait à former un corps de consultants indépendants fonctionnant comme une profession libérale. La seconde est basée sur le besoin de reconnaissance et de protection des conseillers agricoles, ce qui se traduirait par la revendication d’un alignement de leurs conditions de travail sur celles de l’ensemble des salariés français. Cette seconde possibilité est moins tournée vers l’ascension sociale que vers la consolidation d’une position. Cette ambivalence traduit le clivage interne à la population des conseillers agricoles, entre les ingénieurs en attente de promotion professionnelle et les techniciens, qui, souvent fils de petits exploitants, bénéficient des filières de « promotion sociale » au sein des centres de formation de conseillers. Ces deux conceptions, du travail indépendant et du rapport salarial, ont été écartées dans les expérimentations et les débats des années 1950. D’une part, les conseillers reconnus par les décrets de 1959 ne sont pas des consultants indépendants puisqu’ils se placent sous l’autorité des groupes d’agriculteurs. D’autre part, ils ne se présentent pas comme de simples exécutants puisque faire la preuve de leur engagement dans le projet modernisateur est constitutif de leur identité professionnelle.

  • 4 Andrew Abbott, The System of the Professions. An Essay of the Division of Expert Labor, Chicago, C (...)

3Pour définir son « territoire » propre, le groupe professionnel se dote progressivement des moyens d’homogénéiser les pratiques et les représentations des membres du groupe, tout en les différenciant de celles des concurrents potentiels, c’est-à-dire les autres formes de vulgarisation agricole impliquant soit un rapport professoral, soit un démarchage commercial4. Une spécificité de la position des conseillers réside dans l’ambivalence de leurs rapports aux agriculteurs, qui font à la fois partie de leurs « publics » et de leurs « commanditaires ». Du fait de leur investissement personnel important auprès des agriculteurs, les conseillers rencontrent des difficultés pour s’affranchir de la tutelle morale des responsables professionnels agricoles qui les emploient. Il s’agit pour eux d’affirmer leur identité collective, sans pour autant remettre en cause leur adhésion commune au projet de modernisation. Les conseillers sont de ce fait constamment tiraillés entre deux logiques : d’un côté, conserver une relation privilégiée avec les agriculteurs sur la base d’un sentiment de solidarité et d’une grande disponibilité, et de l’autre, obtenir une reconnaissance officielle de leur travail et de leurs droits. La professionnalisation des conseillers agricoles apparaît dès lors comme un processus ambivalent visant à faire reconnaître la spécificité des valeurs associées à leur style de vulgarisation, l’unité de leurs pratiques par-delà la diversité de leurs statuts, sans renoncer à l’obtention de protections collectives garantissant leur autonomie d’action et de réflexion.

4Les conseillers sont dès lors à la recherche d’une « troisième voie », une forme de professionnalisation qui serait compatible avec les prises de position des jeunes agriculteurs modernistes refusant de choisir entre le libéralisme et le collectivisme. Dans de ce chapitre, nous étudierons successivement trois processus enchevêtrés, distingués pour les besoins de l’analyse, qui permettent au groupe professionnel des conseillers agricoles d’affirmer son identité propre : la formalisation des savoirs et des dispositions qu’ils utilisent, la rationalisation de l’organisation de leur travail, leur spécialisation par domaines d’activités. Paradoxalement, le développement même de ces trois processus sapent les bases mêmes du métier de conseiller qui privilégiaient la valorisation de la pratique contre l’enseignement théorique, les arrangements locaux contre la bureaucratie, l’approche globale de l’exploitation familiale contre la spécialisation à outrance des ateliers de production.

1. La formalisation des savoirs et des dispositions des conseillers

5La formation des conseillers s’organise peu à peu à partir du début des années 1960, sous l’impulsion notamment de l’AFPA et de son centre de Trie-Château. La relation de conseil fait l’objet de différentes analyses et préconisations, qu’il s’agisse d’animer un collectif ou de nouer des relations individuelles avec les adhérents des groupes d’agriculteurs. Les centres de formation font appel à des savoirs émergents comme la psychosociologie pour proposer des contenus qui permettent de contourner l’instauration d’un rapport professoral entre le conseiller et l’exploitant. Un véritable parcours de formation se met en place, ce qui permet aux organisations professionnelles agricoles d’homogénéiser le profil des candidats. Ce travail aboutit à la création du premier diplôme de conseiller agricole en 1970.

1.1. Une pédagogie expérimentale pour former les conseillers

  • 5 André Levesque, « Rôle et place du groupe dans la vulgarisation », Bulletin de liaison de la FNGVP (...)

6Bien qu’en théorie, le conseiller ne fasse qu’assister les agriculteurs pour organiser les activités collectives de chaque groupement, il tient en réalité une place prépondérante, suppléant en permanence au manque de disponibilités des responsables locaux. Pour ce faire, les conseillers s’appuient souvent sur leur propre expérience, notamment pour ceux qui ont fréquenté la JAC, dont un des rôles majeurs, en deçà de la transmission d’une mystique du progrès, est certainement d’avoir formé ses membres à l’organisation de manifestations collectives en les familiarisant avec une multitude de tâches concrètes qui permettent de faire vivre un groupe (envoi de convocations, prise de parole dans un cadre donné, rédaction de compte-rendu de réunion, élection de délégués aux différents échelons, etc.). Ceux qui ont l’expérience de l’enseignement en MRF sont aussi formés à certaines de ces tâches. Pour homogénéiser les méthodes de travail des conseillers, la Fédération nationale des groupements de vulgarisation du progrès agricole (FNGVPA) diffuse des récits d’expérience donnant des indications pratiques par exemple sur la manière de réunir des agriculteurs et sur la place à tenir lors d’une réunion. L’animation des groupes est un enjeu considérable. Le « petit groupe de base » fait l’objet d’un véritable investissement idéologique. Il est par exemple défini par André Levesque, psychosociologue déjà associé à la création du premier CETA du Mantais et ensuite au démarrage du centre de Trie-Château, comme « la cellule sociale au niveau de laquelle les hommes peuvent se changer en inventant leurs structures »5. Les conseils pratiques aux responsables et aux conseillers sont systématisés et deviennent l’objet d’une formalisation plus poussée, par le recours aux sciences humaines et en particulier à la psychosociologie, en plein essor au début des années 1960.

  • 6 Max Pagès, « Le rôle précurseur de Guy Palmade et l’institutionnalisation de la psychosociologie » (...)
  • 7 Daniel Lambelet, « Réinvestir le champ de la formation : éclipses et retour de la psychosociologie (...)
  • 8 « Entretien avec Jean-Claude Rouchy. Les pionniers français de l’intervention psychosociologique e (...)
  • 9 Jean-Claude Rouchy raconte qu’après 1968, le Centre national du patronat français (CNPF) surveille (...)

7Importée des États-Unis, la psychosociologie est introduite en France à la fin des années 1950 par l’Association pour la recherche et l’intervention psychosociologique (ARIP)6. D’autres organisations, telles que l’ANDSHA (Association nationale pour le développement des sciences humaines appliquées) ou le Groupe français d’études de sociométrie, contribuent également à l’essor de cette discipline, principalement pour l’étude du fonctionnement des grandes entreprises et la formation de leurs cadres7. Durant les années 1960, l’ARIP est le lieu de débats théoriques virulents entre les tenants de la psychologie comportementale du National Training Institute fondé par Kurt Lewin, de l’analyse des relations humaines selon le Tavistock Institute de Londres, de la sociologie des organisations de Michel Crozier, de la psychothérapie institutionnelle de Georges Lapassade, de l’ethnopsychanalyse de Georges Devereux, ou encore ceux qui défendent l’analyse des « dynamiques de groupe » de Carl Rogers8. Bien que la psychosociologie ait été conçue pour améliorer le fonctionnement des organisations, elle suscite une certaine méfiance de la part du patronat qui redoute que les séminaires de prise de parole soient une occasion pour les cadres d’exprimer des revendications collectives9.

  • 10 A-INRA, JR/20, AFP, Programme de la session connaissance du milieu, 1960 ; 1JR6, Synergie-ROC, Étu (...)
  • 11 A-INRA, 1JR4, Transcription de l’entretien de Jacques Rémy avec Paul Spinat, 1976, p. 15.

8Au sein du centre de Trie-Château de l’AFPA, le cabinet de conseil Synergie-Roc, dont fait partie André Levesque, prend une place importante. Le cabinet anime des sessions de formation (« La sociologie de l’exploitation » ou « La psychologie de la relation entre les conseillers et les agriculteurs »)10 et réalise également une enquête sur les conseillers agricoles pour renseigner les employeurs sur la manière dont cette nouvelle catégorie de personnel envisage son travail. La psychosociologie est utilisée à deux niveaux : elle sert non seulement à l’identification des conseillers, à la détection de leurs motivations, mais aussi à la définition de la relation de conseil, à la prise de contact et au suivi des relations avec les agriculteurs. Elle n’est pas seulement utilisée par des intervenants extérieurs puisque certains formateurs de l’AFPA sont recrutés pour leurs compétences en matière de psychologie et sont chargés de réfléchir à la fois sur la méthodologie du conseil agricole et sur la méthodologie de la formation des conseillers agricoles11.

  • 12 En France à la fin des années 1950, les travaux postlewiniens sont aussi repris par Gaston Berger (...)
  • 13 A-INRA, JR/9, AFPA, Carl Rogers, « Les bases de l’efficacité du travail de conseiller » (extraits) (...)
  • 14 Ibid., p. 1-2.

9Les archives de l’AFPA laissent entrevoir deux sources théoriques : les travaux de Carl R. Rogers et ceux des héritiers de Kurt Lewin, comme Ronald Lippitt, Jeanne Watson et Bruce Westley12. Les formateurs disposent par exemple d’une copie d’un texte de Carl Rogers, paru dans le Bulletin de psychologie, faisant de la qualité du contact interpersonnel la condition de l’efficacité du travail de conseiller13. Préalablement à l’emploi de techniques de contact, le conseiller doit d’abord veiller à établir « un rapport direct », « une rencontre de personne à personne », en se présentant « sans façade », en étant capable de « faire l’expérience d’une compréhension exacte, empathique, du monde privé de son client », ce qui implique « une certaine sorte d’amour pour son client en tant que personne », dans un sens non possessif, et justifie « une considération positive inconditionnelle » de celui-ci14. Cette formalisation de la relation de conseil se surimpose à l’expérience de terrain des conseillers agricoles. La dimension corporelle, sensible, de cette approche psychosociologique valorise une conception du métier selon laquelle les capacités d’improvisation passent avant la diffusion de connaissances techniques.

  • 15 A-INRA, JR/14, AFPA, « Les rôles et tâches de l’agent de changement » [d’après Ronald Lippit, Jean (...)
  • 16 Ibid., p. 41.
  • 17 Ibid.
  • 18 Everett Rogers, Diffusion of Innovations, New York, Free Press, 1962 ; Maryvonne Bodiguel, Les pay (...)

10De manière complémentaire, les travaux postlewiniens sur la dynamique de groupe resserrent le cadre de l’activité des conseillers. Paul Spinat, responsable de la formation à Trie-Château, réalise lui-même la traduction d’un chapitre de l’ouvrage américain The Dynamics of Planned Change, dont il fait un document de travail à usage interne de l’AFPA sous le titre « Les rôles et tâches de l’agent de changement »15. Après avoir fait « le diagnostic de la nature du problème du système-client », l’agent doit « déterminer les motivations et les capacités à changer du client » et « évaluer ses propres motivations et ses ressources »16. Le suivi de la relation est très codifié et demande de l’agent de changement une maîtrise complète du processus : choix des objectifs et du type de rôle à adopter, identification des différentes phases dans lesquelles il faudra guider le client, choix « des techniques et des formes de comportement spécifiques appropriées à tout ce qui survient dans la progression de la relation de changement »17. L’approche psychosociologique est mise ici au service de la modélisation du conseil avec l’objectif d’affiner les techniques permettant d’obtenir une maîtrise toujours plus grande du processus de changement. Combinée à une sociologie de la diffusion des innovations en « tache d’huile », selon le modèle proposé par Everett Rogers et repris en France dans les travaux de Maryvonne Bodiguel, sociologue, l’analyse en termes de dynamique de groupe ambitionne de donner au conseiller les moyens d’intervenir auprès des agriculteurs en suivant un schéma rationnel18.

  • 19 Pour une étude des travaux de l’Institut de l’élevage, voir Claude Compagnone, Le travail d’élabor (...)

11La formalisation psychosociologique de la relation du conseiller aux agriculteurs élaborée au sein de l’AFPA est donc ambivalente puisqu’elle associe la valorisation de la relation interpersonnelle directe, empathique, affective et inconditionnelle, avec la modélisation des rapports entre « l’agent de changement » et « le système-client ». Le conseiller idéal doit être personnellement investi dans son travail pour viser le développement des individus, tout en étant capable de prendre du recul par rapport au processus de changement pour se comporter en gestionnaire recherchant la maximisation de la performance du groupe dont il a la charge. L’importance donnée aux questions méthodologiques dans les sessions de formation de l’AFPA doit être mise en perspective avec la profonde mutation de l’offre de conseil au cours des années 1960, marquée par la croissance des institutions délivrant un conseil technique spécialisé : coopératives, instituts techniques spécialisés, établissements départementaux d’élevage après 196619. Dans ces organismes, le partage des tâches est clair entre d’un côté les ingénieurs liés au monde de la recherche, à l’expérimentation et aux prises de décision économiques stratégiques, et de l’autre les agents techniques chargés de collecter les références dans les exploitations ou les stations de recherche, de contrôler les pratiques et de démontrer l’intérêt des nouveaux procédés.

  • 20 Christophe Bonneuil, François Hochereau, « Gouverner le “progrès génétique” », art. cité.

12Contrôleurs laitiers, contrôleurs de croissance, inséminateurs, démonstrateurs, agents technico-commerciaux, représentants de commerce, contrôleurs des services agricoles sont autant de concurrents potentiels pour les conseillers agricoles du fait de leur présence sur le terrain. L’État et les grandes firmes sont des acteurs majeurs de cette évolution en investissant dans la recherche agronomique dans l’optique d’une standardisation des processus de productions20. En pratique, les conseillers des chambres d’agriculture collaborent avec les agents technico-commerciaux des firmes qui font des réunions d’information ou des démonstrations des performances de leurs produits. Ils peuvent également fréquenter les formations proposées par les instituts techniques spécialisés. Mais ils veillent à se distinguer des ingénieurs et des agents techniques en mettant en avant la singularité de leur approche. L’intégration d’une réflexion méthodologique dans les formations techniques proposées par le centre de Trie-Château apparaît de fait comme une voie possible pour valoriser le métier de conseiller et son approche globale de l’exploitation.

1.2. Une approche psychosociologique des conseillers eux-mêmes

  • 21 A-INRA, 1JR6, Synergie-ROC, Étude sur les conseillers agricoles, doc. cité.
  • 22 Ibid., p. 22 et p. 46.

13L’enquête commandée par l’AFPA en juillet 1961 à l’Institut Synergie-Roc vise à sonder les conseillers agricoles afin de savoir comment ils se situent par rapport aux agriculteurs et aux organismes qui les emploient, quels rapports ils ont entre eux, et comment ils envisagent leur métier et leur avenir21. Elle repose sur soixante-dix entretiens psychologiques en profondeur, entretiens individuels semi-directifs visant à connaître non seulement « les raisons conscientes et avouées » du comportement « mais encore les raisons inconscientes et cachées », réalisés dans sept départements différents, et au sein de structures différentes (GVA pour moitié, FPA, DSA, CETA). André Levesque, chargé du département agricole au sein de Synergie-ROC, pilote cette étude en mettant en application les principes psychosociologiques qu’il a lui-même introduits dans la formation des conseillers au sein de l’AFPA. Les femmes ne sont pas prises en compte en tant que telles dans cette enquête qui se contente de rappeler le rôle clé des femmes d’agriculteurs dans l’efficacité de la vulgarisation, et d’encourager la formation de conseillères agricoles qui ne soient pas seulement des conseillères ménagères22.

  • 23 Ibid., p. 61.

14Cette enquête permet de saisir quelles représentations les conseillers donnent de leur activité. Le rapport relève que le conseiller « tend à nouer avec l’agriculteur une relation typique »23, marquée par la solidarité du premier à l’égard du second, tout en refusant d’endosser le rôle de porte-parole. Les conseillers interviewés ont insisté sur l’importance des problèmes économiques et sociaux des agriculteurs, et la nécessité de les envisager dans la perspective globale d’une politique agricole, sans laquelle leur action de terrain demeure inopérante. Ils se montrent également méfiants quant aux actions de commercialisation qu’ils pourraient mener, d’un côté en désirant une formation en ce sens, et de l’autre en tenant à conserver une indépendance qui les différencie nettement des vulgarisateurs technico-commerciaux. Deuxièmement, les conseillers interrogés manifestent un grand souci d’indépendance vis-à-vis de leurs employeurs. Troisièmement, ils regrettent les conflits qui les opposent aux collègues employés par d’autres organisations, et qui ne font souvent que traduire les conflits entre les responsables des organismes employeurs. Ils souhaitent au contraire renforcer les possibilités de collaboration entre conseillers et de dialogue avec leur hiérarchie. Quatrièmement, enfin, le métier de conseiller agricole ne leur offre pas une sécurité professionnelle suffisante, du fait de la précarité des agriculteurs dont ils sont solidaires, de l’impossibilité de promotion professionnelle interne, et des conditions matérielles qu’ils jugent insatisfaisantes. Pourtant, ils n’envisagent qu’à regret d’abandonner ce métier et réclament de ce fait une clarification de leurs fonctions et une amélioration des possibilités de formation. L’enquête met au jour les injonctions intériorisées par les conseillers : la proximité revendiquée avec les agriculteurs ne doit pas les conduire à en devenir les porte-parole ; l’indépendance vis-à-vis des directives de l’organisme employeur n’empêche pas de réclamer une politique de soutien aux agriculteurs ; l’autonomie d’action ne doit pas nuire à la recherche de la sécurité professionnelle. En reprenant à leur compte ces principes, les animateurs de l’AFPA participent à la reproduction de cette identité professionnelle.

  • 24 A-INRA, 1JR7, Compte-rendu de l’assemblée générale de l’AFPA de 1967, 30 novembre 1967, p. 11.
  • 25 A-INRA, 1JR7, APPCA, Rapport de la direction de la formation, du perfectionnement et de la promoti (...)

15L’AFPA part du postulat que « l’accès au métier de conseiller doit être permis à toute personne ayant un minimum de connaissances et d’aptitudes nécessaires à l’exercice de ce métier, indépendamment de ses diplômes scolaires »24. Au début des années 1960, les nouveaux stagiaires sont en majorité embauchés par leur futur employeur, sous réserve qu’ils parviennent au terme de la formation, alternant sessions théoriques et stages auprès de conseillers déjà expérimentés. Au départ, le passage par l’AFPA en formation initiale est perçu par les employeurs comme une formalité à accomplir par des conseillers qui ont déjà fait la preuve de leur compétence sur le terrain. Mais, à partir de septembre 1966, les plaintes des responsables agricoles sur le rajeunissement et la baisse de niveau des candidats incitent l’AFPA à prendre en charge l’organisation d’examens auxquels les chambres d’agriculture peuvent, si elles le souhaitent, présenter des conseillers agricoles qu’elles envisagent de recruter ou qui sont encore en période d’essai25. Ces tests fonctionnent en quelque sorte comme un examen d’admission à la formation de conseiller. Ils sont relativement sélectifs puisque sur les cent quatorze candidats présentés au cours des cinq premiers mois, seuls cinquante-huit sont retenus. L’AFPA précise que l’échec n’implique pas un licenciement immédiat, le candidat pouvant être conservé par la chambre d’agriculture dans un poste d’agent technique ou d’auxiliaire d’un conseiller agricole. L’examen introduit ainsi une première barrière à franchir pour accéder au poste de conseiller agricole proprement dit.

  • 26 A-INRA, AFPA, Journées préparatoires au cycle de formation au métier de conseiller agricole (Centr (...)

16L’analyse des études menées pendant les journées préparatoires au cycle de formation initiale permet d’en savoir plus sur les candidats sélectionnés. L’enquête réalisée à l’occasion de la session de janvier 1966 porte ainsi sur quarante-six candidats issus de vingt-six départements différents26. Différentes méthodes sont utilisées : questionnaire adressé à l’employeur, présentation personnelle du candidat devant le groupe, questionnaire au candidat, discussion de groupe, travail écrit, entretien individuel final. Il s’agit de collecter des informations sur la personnalité du candidat, son niveau de culture et de connaissances générales, sa connaissance préalable du métier de conseiller, son cadre d’activité, sa perception du milieu agricole et des problèmes de l’agriculture. L’évaluation des candidats est réalisée par un jury composé de trois responsables agricoles départementaux, de trois responsables agricoles locaux, d’un directeur de service technique de chambre d’agriculture, et de quatre animateurs de l’AFPA.

17La population étudiée ne comprend pas les conseillers embauchés avant 1963 pour ceux qui sont ingénieurs, et 1961 pour les non-ingénieurs, puisqu’ils sont dispensés de suivre le cycle de formation initiale de l’AFPA. Les deux tiers des candidats ont moins de vingt-cinq ans, et 80 % d’entre eux ont été agriculteurs ou sont fils d’agriculteurs. Moins d’un quart a une formation générale secondaire. Sur le plan de la formation technique, la moitié est diplômée d’une école régionale d’agriculture, un peu plus d’un quart a suivi la formation accélérée réservée aux non-bacheliers et dite de « promotion sociale », seulement trois sont ingénieurs. Tous sont déjà en activité, la plupart d’entre eux sont chargés du suivi d’un groupe de vulgarisation agricole, contre seulement cinq techniciens spécialisés.

18Le dépouillement des réponses au questionnaire adressé aux employeurs fait ressortir une appréciation négative du travail du conseiller dans environ un tiers des cas (« timidité ou insuffisance de maturité », « travail insuffisant »), contre deux tiers d’appréciations élogieuses (« bonne connaissance du milieu », compétence technique, « très travailleur »). La moitié des employeurs n’envisage pas de changement immédiat dans l’avenir de leur employé, les autres pensent possible de les faire évoluer vers des postes de conseillers de petite région ou de conseiller spécialisé. Ils attendent de l’AFPA essentiellement une formation en matière de prise de contact et de connaissance du milieu agricole. Le questionnaire révèle aussi que les moyens mis à la disposition du conseiller pour qu’il se documente sont très disparates. Il est intéressant de pouvoir comparer ces attentes avec celles des conseillers eux-mêmes. Eux aussi sont d’abord en attente de formation sur l’animation de groupe, la connaissance du milieu et les méthodes de vulgarisation.

19Le questionnaire d’opinions sur les problèmes agricoles permet ensuite d’aller plus loin, même si les jeunes conseillers tentent certainement de donner les réponses que les membres du jury sont supposés attendre. À la question « aimeriez-vous être agriculteur ? », 80 % des candidats ont ainsi répondu par l’affirmative, justifiant souvent leur réponse par le goût de l’indépendance et de la prise d’initiative. Outre la manifestation d’attachement au monde agricole, cette réponse met en lumière que le choix du métier de conseiller peut se faire d’abord sur la base d’un renoncement au travail de la terre. Elle explique aussi en partie le fort investissement de ces jeunes conseillers dans leur travail et la facilité avec laquelle ils peuvent s’identifier à leurs employeurs agriculteurs. Ils déplorent le manque de dynamisme du milieu agricole, l’excès de petites exploitations non rentables, et un certain conservatisme des agriculteurs. Sur la place des femmes, aucun n’envisage qu’une épouse doive principalement « aller au champ avec son mari » et ils sont une grande majorité à vouloir qu’elle s’occupe d’abord de ses enfants et de son mari, tout en souhaitant qu’elle puisse s’intéresser à la marche de l’exploitation. Concernant l’exode, plus de 80 % le trouvent « normal » ou « souhaitable », contre moins de 20 % qui le considèrent comme un fait « regrettable ». Et plus de 80 % imaginent que l’avenir de l’agriculture passe par le développement de « formes d’associations laissant à chaque agriculteur son autonomie ». Ce sont là des prises de position très proches de celles des Jeunes Agriculteurs.

20En dépit de ces manifestations de bonne volonté de la part des candidats, le jury se montre peu convaincu lors de son rapport final. Les candidats sont répartis en trois catégories : dix peuvent devenir de bons conseillers agricoles ; vingt-cinq auront des difficultés à exercer ce métier en raison de leur manque de maturité psychologique, de leurs motivations peu certaines et de leur niveau de formation générale faible ; dix autres candidats ont un niveau intermédiaire entre ces deux extrêmes et peuvent éventuellement être rattrapés. La sécheresse de ce verdict est d’autant plus grande que la plupart des candidats exercent déjà effectivement leur métier et sont en attente de suivre cette formation qui leur permettrait de se mettre en règle avec la loi. Le jury déplore que les stages préparatoires soient trop courts ou inexistants pour les deux tiers des candidats, et pointe les faibles moyens mis à leur disposition. Plus globalement, il reproche aux candidats « l’étroitesse de raisonnement », « conséquence d’un manque de références qui se traduit par une argumentation à base de schémas pré-établis (slogans) ». Pour les évaluateurs, de nombreux candidats « ne paraissent pas être désenclavés de leur milieu d’origine ». Cette enquête constitue donc un moyen pour l’AFPA de se positionner face aux employeurs qui réduisent la formation à une formalité administrative. Mais c’est aussi une manière de reposer la question de la « bonne » distance aux agriculteurs, constitutive de l’identité professionnelle des conseillers. En regrettant le fait que les jeunes conseillers reproduisent les slogans syndicaux ou autres sans faire montre de leur esprit critique, l’AFPA s’affirme comme une institution dans laquelle l’autonomie des conseillers agricoles peut être défendue contre les employeurs qui verraient en eux de simples exécutants.

1.3. La création d’un diplôme de conseiller agricole

  • 27 A-INRA, 1JR7, APPCA, Rapport de la direction de la formation, du perfectionnement et de la promoti (...)

21Les centres de formation des conseillers et conseillères agricoles sont partie prenante du processus visant le renforcement de leur autonomie professionnelle, notamment parce qu’ils émanent d’initiatives en marge des orientations dominantes des organisations professionnelles agricoles. Certains des premiers conseillers agricoles sont devenus formateurs, en particulier au sein de l’AFPA et de son centre de Trie-Château. Mais l’autonomie relative de ce lieu suscite l’inquiétude de certains dirigeants agricoles qui souhaitent à la fois limiter le coût de la formation de leurs salariés et exercer un droit de regard sur les contenus et les méthodes d’enseignement. Ils obtiennent de limiter l’emprise de l’AFPA en régionalisant la formation des conseillers. À partir de 1965, certaines chambres d’agriculture collaborent ainsi pour créer des centres régionaux de formation et de perfectionnement agricoles27. À l’inverse de l’AFPA, ces centres proposent des sessions courtes et spécifiques. Ils font appel aux ingénieurs régionaux des instituts techniques spécialisés par types de production ou de l’Institut de gestion et d’économie rurale (IGER), et limitent le recours à des intervenants qui ne sont pas salariés des organisations professionnelles agricoles. La régionalisation n’est pas une simple réorganisation « plus rationnelle » des activités de formation des conseillers, elle a aussi pour enjeu le retour à une certaine orthodoxie, autrement dit à un contrôle resserré des savoirs et des méthodes de conseil par les employeurs.

  • 28 Arrêté du 7 septembre 1970 portant sur la formation et la qualification des conseillers agricoles, (...)

22L’arrêté du 7 septembre 1970 marque une étape importante puisqu’il s’agit du premier texte officiel fixant les modalités d’un concours de recrutement des conseillers agricoles28. Reprenant les pratiques en vigueur, le texte prévoit un examen probatoire précédant l’admission du candidat au centre de formation, dont les épreuves permettent de juger les aptitudes à la synthèse, à la communication écrite ou orale, au travail en équipe. Tous les candidats reçus à ce premier examen doivent ensuite recevoir une formation correspondant à l’initiation au métier de conseiller agricole, quelles que soient leurs fonctions ultérieures (conseiller d’exploitation, de gestion, spécialisé) et quels que soient leurs diplômes. Durant six mois, alternativement dans un centre et sur le terrain, les stagiaires doivent obligatoirement suivre un cycle sur les méthodes de travail des conseillers, complété par un stage d’un mois au moins auprès d’un conseiller qualifié, et effectuer des stages auprès d’organisations professionnelles et d’organismes économiques en particulier. À la fin de la formation, le candidat présente un mémoire faisant la synthèse des travaux réalisés en sessions et en stages et passe un examen oral devant un jury composé de représentants des grandes organisations professionnelles agricoles et du ministère de l’Agriculture. En cas de réussite, il est inscrit sur une liste d’aptitude au métier de conseiller agricole, et il lui est délivré un carnet sur lequel seront portés les diplômes obtenus et les stages effectués dans les centres agréés. Pour la première fois, un diplôme officiel de l’État reconnaît le métier de conseiller agricole.

  • 29 A-INRA, 1JR7, AFPA, Mémoire sur les principales activités menées par l’AFPA, 1970-1972, 1973.

23L’AFPA réorganise ses activités pour tenir compte de l’arrêté du 7 septembre 1970. L’association est également confrontée à la question de la spécialisation des conseillers. Pour se différencier des formations organisées par les instituts techniques et les coopératives, elle se donne pour mission « d’accroître l’aptitude [des producteurs] à analyser, diagnostiquer, proposer des solutions, synthétiser, développer leur autonomie par rapport aux conseillers de toute espèce qui gravitent autour d’eux »29. En envisageant la formation de conseillers dits « de synthèse » pour apprendre aux agriculteurs à se défendre des injonctions des techniciens « de toute espèce », l’AFPA se positionne comme la garante du métier de conseiller agricole tel qu’il a été institué dans les années 1950, menacé par la multiplication des intervenants. Elle propose ainsi une formation d’animateurs de développement et d’aménagement rural, destinée aux futurs conseillers de synthèse exerçant au niveau de la petite région agricole. Pour ne pas délaisser les questions économiques, elle envisage également en partenariat avec l’IGER la formation de conseillers d’entreprises agricoles, qui soient des conseillers de synthèse au niveau de l’exploitation. Le décret du 7 septembre 1970 conduit l’AFPA à clarifier son offre de formation et, par là même, la définition du métier de conseiller qui sous-tend son action. L’accent mis sur le développement et l’aménagement rural, le maintien de méthodes « actives » pour travailler sur la transmission des connaissances, et l’orientation réflexive donnée aux enseignements techniques et économiques font de l’AFPA un lieu singulier dans lequel l’autonomie des conseillers et des conseillères agricoles est valorisée.

24La construction d’un véritable parcours de formation permet au groupe professionnel des conseillers agricoles de gagner en cohésion. Par sa relative autonomie, le centre de formation de l’AFPA constitue un espace d’expérimentation original. Mais le rapport des conseillers à leurs employeurs demeure problématique. Ils ne peuvent s’en émanciper complètement sans remettre en cause le contrat moral qui les lie au monde agricole, et qui les différencie des autres intervenants employés par l’administration ou les firmes. Le diplôme de conseiller créé en 1970 apparaît ainsi comme un point d’aboutissement paradoxal. La formalisation de la relation de conseil a permis de mieux différencier le travail des conseillers agricoles de la vulgarisation de masse telle qu’elle était proposée par les ingénieurs des services agricoles. Mais le diplôme ne distingue pas les différents styles de conseil proposés par les conseillers des chambres d’agriculture, les agents technico-commerciaux des coopératives, les conseillers des centres de gestion. Cette définition large, en contradiction avec les ambitions affichées par l’AFPA au début des années 1960, montre que les conseillers n’ont pas de véritable maîtrise collective sur leur formation, et la fermeture de leur propre groupe professionnel.

2. L’extension des domaines du conseil

25La deuxième composante du processus de professionnalisation des conseillers agricoles consiste en une extension progressive du domaine du conseil. Deux exemples retiennent ici notre attention : la vulgarisation agricole féminine et le conseil de gestion. La place des femmes dans l’exploitation est un enjeu bien identifié par les conseillers dès le début des années 1950, comme on a pu le voir au chapitre précédent. En parallèle, les premiers groupes féminins de vulgarisation agricole se constituent, sous la double influence du mouvement des CETA et de l’enseignement ménager. Les premières conseillères agricoles embauchées par les chambres d’agriculture au début des années 1960 bénéficient de formations spécifiques au sein de l’AFPA. Elles participent à la création de groupes féminins qui servent de points d’appui à la contestation des rapports patriarcaux. Quant au conseil de gestion, c’est dans les années 1950 une dimension importante du travail des premiers conseillers qui établissent les premières fiches d’exploitation pour contrôler les effets des investissements sur les productions. La création de centres de gestion et d’économie rurale confère une autonomie importante aux conseillers de gestion. Le perfectionnement de leurs méthodes et la place croissante de la comptabilité dans les exploitations leur donnent une audience particulière auprès des agriculteurs. Conseillères agricoles et conseillers de gestion fréquentent les mêmes centres de formation, adhèrent aux mêmes syndicats, et sont employés des organisations professionnelles agricoles. Mais leurs histoires restent parallèles plutôt qu’elles ne convergent, révélant du même coup la faible intégration du groupe professionnel des conseillers, la persistance de sa fragmentation par types d’activités en dépit de l’extension des domaines couverts par le conseil.

2.1. Le féminisme discret des conseillères agricoles

  • 30 Alice Barthez, Famille, travail et agriculture, Paris, Economica, 1982.
  • 31 Jérôme Pelletier, La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture en Loir-et-Cher de la (...)

26Lorsque les premières conseillères agricoles sont embauchées au début des années 1960, l’enseignement ménager est déjà structuré depuis plusieurs décennies30. Des écoles d’hiver ambulantes ou des maisons familiales assurent une formation aux jeunes filles rurales après le certificat d’études afin de les préparer à être de bonnes épouses et de bonnes mères, à même de « tenir leur maison », en leur inculquant des connaissances pratiques (cuisine, couture, petits élevages, entretien de la maison) qui sont autant de délimitations de leur rôle dans l’exploitation, et des vertus (tempérance, dévouement, discrétion, minutie) qui leur assignent une place et un comportement à tenir au sein de la famille. En outre, depuis la fin des années 1950, la Mutualité sociale agricole (MSA) développe un service d’assistance sociale en structurant des petits groupes de femmes afin de faciliter les échanges autour des interventions des monitrices chargées d’informer les femmes sur les questions d’hygiène, de rénovation de l’habitat, d’éducation des enfants, ou de nutrition31. Dans certains départements, les missions de la vulgarisation agricole féminine sont entièrement ou presque déléguées à la MSA par la chambre d’agriculture. Mais il existe d’autres configurations dans lesquelles les chambres d’agriculture ont pu jouer un rôle prépondérant en structurant la vulgarisation féminine agricole comme un domaine distinct de l’enseignement ménager et de la protection sociale. C’est notamment le cas de la Savoie, alors que l’Isère est dans une position intermédiaire.

Encadré 3 – Une enquête filmée en forme de portrait d’une conseillère agricole

Les pratiques des conseillères ne sont pas aisées à saisir en dehors des récits oraux de leurs actions. Un de ces témoignages m’a incité à pousser l’enquête un peu plus loin en entreprenant une ethnographie cinématographique, pour suivre une conseillère, retraitée depuis près de vingt ans, partir à la rencontre des anciennes adhérentes des groupements de vulgarisation féminine qu’elle accompagnaita. Les protagonistes de ces rencontres ne sont pas des agricultrices comme les autres, ce sont des « femmes animées » pour reprendre une expression de Michèle Perrotb, dont l’enthousiasme et la faconde tranchent singulièrement avec le cliché de la paysanne taiseuse. Il ne s’agissait pas de procéder à une illusoire reconstitution d’une situation passée mais d’approcher leurs manières d’être ensemble, leurs complicités et leurs conflits, leurs ressemblances et leurs singularités, leurs satisfactions et leurs regrets vis-à-vis de leur histoire commune. Ces réunions réactivaient les anciens canaux de la vulgarisation féminine, la conseillère contactant les anciennes responsables locales de groupement, celles-ci se chargeant ensuite d’inviter les anciennes adhérentes. La confrontation des observations effectuées à cette occasion avec les archives de la vulgarisation féminine m’a permis de mieux comprendre quelles étaient les pressions qui pesaient sur la relation de conseil et les difficultés propres à la place des femmes dans le monde agricole. Il est apparu au fil de l’enquête que le travail accompli au sein des groupements était une forme de mobilisation politique destinée à modifier les rapports de genre au sein du monde agricole, ce qui m’a conduit à avancer l’hypothèse du féminisme discret des conseillères agricoles.

a. Ce travail a donné lieu à un documentaire coréalisé avec Chloé Pons : Le nom des fleurs, film cité. En ligne : [https://www.youtube.com/​watch?v=PR0eduPssxA] (consulté le 7 juin 2017).
b. Michèle Perrot, « La femme populaire rebelle », L’histoire sans qualités, Christiane Dufrancatel, Arlette Farge et al., Paris, Galilée, 1979, cité par Michèle Salmona, « Une pensée de l’action avec la nature et le vivant : la mètis et Jean-Pierre Vernant », Agir en clinique du travail, Yves Clot, Dominique Lhuilier éd., Toulouse, Érès, 2010, p. 202.

Illustration 1 – Photogramme issu du film documentaire Le nom des fleurs

Illustration 1 – Photogramme issu du film documentaire Le nom des fleurs

Christiane Bernard (à gauche), conseillère agricole retraitée depuis le début des années 1990, en conversation avec Marguerite Duchâtel et Geneviève Vissou, deux anciennes adhérentes des groupes de vulgarisation féminine agricole.

Illustration 2 – Photogramme issu du film documentaire Le nom des fleurs

Illustration 2 – Photogramme issu du film documentaire Le nom des fleurs

Agencement des diapositives conservées dans les archives de la chambre d’agriculture de la Savoie sur une table lumineuse

Crédit : Sylvain Brunier, Chloé Pons, Le nom des fleurs, 2013.

27La réalisation du documentaire a irrigué mon enquête historienne sur les conseillers agricoles. Sur le plan archivistique, la préparation du tournage du film a été l’occasion de nombreuses rencontres qui ont abouti à des entretiens, ainsi qu’à la mise en lumière d’un fonds d’archives photographiques très riche. Au niveau des hypothèses de recherche, le tournage proprement dit a renforcé l’intérêt d’une approche de la relation de conseil qui prenne en considération le caractère improvisé et empirique de ce travail alors qu’il est le plus souvent envisagé sous l’angle de la production et de la mise en circulation de techniques et d’instruments de mesure. Enfin, sur le plan de l’écriture, le travail de montage a permis de réfléchir à la mise en intrigue du récit, et notamment à l’effacement de la spécificité du travail des conseillers agricoles à partir des années 1980 sous l’effet de sa réduction à une entreprise de spécialisation et d’intensification des modes de production des agriculteurs. Pour l’historien, l’expérience de réalisation d’un film documentaire apparaît donc comme une occasion de porter un nouveau regard sur les sources, d’affiner sa compréhension du monde social observé, et d’explorer différentes stratégies de narration.

  • 32 Fédération nationale des groupements familiaux de vulgarisation ménagère agricole, Le milieu rural (...)
  • 33 Les éditoriaux de Gabriel Lantin dans la revue sarthoise Femmes au village. Revue mensuelle d’info (...)

28Au cours des années 1960, les conceptions issues de l’enseignement ménager tendent à refluer à mesure que la formation des conseillères se perfectionne et que leur domaine d’intervention prend de la consistance. Mais le modèle de la bonne épouse et de la bonne mère continue d’être défendu au nom du maintien d’une spécificité féminine qui risquerait d’être dissoute dans la modernité. Cette position socialement conservatrice est assortie d’un discours progressiste sur la libération des femmes des tâches ménagères les plus ingrates grâce aux seules vertus du progrès technique. Comme le proclame l’assemblée générale de la Fédération nationale des groupements familiaux de vulgarisation ménagère agricole, il faut « libérer la femme rurale » des contraintes matérielles et des contraintes abusives par l’information ménagère permettant d’adopter un nouveau style de vie, et « insérer la femme rurale dans la vie professionnelle et sociale », lui donner la possibilité de participer aux institutions professionnelles (et ainsi de mieux comprendre son mari), tout en « [l’]aidant à trouver son point d’équilibre », c’est-à-dire ne pas aller trop loin, ne pas substituer l’émancipation féminine à la promotion sociale32. Si les femmes sont jugées indispensables à la poursuite de la modernisation, elles ne sont pas pour autant autorisées à cesser de s’occuper du foyer. Sous couvert d’acceptation du changement, l’autorité patriarcale est réactualisée dans la construction d’une fonction féminine définie de toute éternité, à laquelle les femmes doivent se conformer si elles ne veulent pas mettre en péril le mouvement même de la promotion sociale du monde agricole33. Si les femmes ne doivent plus être reléguées uniquement aux tâches ménagères, elles ne doivent pas subvertir l’équilibre de l’exploitation familiale, dans laquelle le couple est valorisé sans que l’autorité patriarcale soit pour autant abolie.

  • 34 Michèle Perrot, « La jaciste : une figure emblématique », Celles de la terre, ouvr. cité, p. 34-60
  • 35 Jacques Rémy, « Modèles de formation à l’usage des femmes rurales », POUR, no 51, 1976, p. 73-79.

29Reprenant les conceptions de la Jeunesse agricole catholique féminine (JACF) et les expérimentations menées dans les centres d’études techniques ménagères agricoles (CETMA), les premières conseillères agricoles s’éloignent des conceptions restrictives de l’enseignement ménager pour valoriser l’implication des femmes dans la bonne marche de l’exploitation familiale34. En s’opposant aux stéréotypes de la femme asservie dans la petite exploitation archaïque, et de la femme totalement indifférente à la vie de la grande exploitation ayant perdu tout lien avec le monde rural, le modèle de la femme « collaboratrice de son mari » incarne alors la voie de la moyenne exploitation en cours de modernisation35. La conseillère agricole se doit ainsi d’être la garante de cet idéal, en encourageant les femmes qui le représentent le mieux à prendre des responsabilités dans les groupements. La promotion de l’exploitation familiale permet de rompre avec la conception strictement ménagère du rôle des femmes en faisant du soin apporté au foyer et de l’implication dans la bonne marche de l’entreprise les deux faces d’un seul et même travail, dont les responsables professionnels masculins louent l’importance sans pour autant lui donner un véritable statut.

  • 36 Rose-Marie Lagrave, « Les dirigeantes dirigées », Celles de la terre, ouvr. cité, p. 153-186.

30Les marges de manœuvre des conseillères agricoles s’avèrent d’autant plus réduites qu’il n’existe pas réellement de lieux dans lesquels elles pourraient s’exprimer de manière collective et autonome. De la même manière, les responsables agricoles féminines intègrent peu à peu les institutions professionnelles mais n’obtiennent pas pour autant de postes à responsabilité ni ne se voient confier des questions autres que celles afférentes à la famille, au foyer, à l’espace domestique, ou aux questions sociales dans le meilleur des cas36. Quant à la solidarité professionnelle entre conseillers et conseillères face aux employeurs, il semble qu’elle n’aille pas de soi et que les premiers ajoutent volontiers leurs voix à celles des responsables professionnels pour encenser leurs homologues féminines tout en veillant à ce qu’elles ne débordent pas les tâches qui leur ont été assignées. Leur participation à la politique de développement agricole est minorée, de même que le travail des femmes sur l’exploitation se trouve systématiquement sous-évalué.

  • 37 Michèle Salmona, « L’“échappée belle” ou la mobilisation des femmes dans l’agriculture en France » (...)

31Pourtant, les méthodes employées par les conseillères pendant les années 1960 ne diffèrent pas radicalement de celles de leurs collègues masculins. Les conseillères utilisent par exemple la méthode développée par l’IOSTA de l’enregistrement des temps de travaux combiné à la mesure des distances parcourues dans une même journée par les agricultrices37. En fonction des résultats obtenus, elles préconisent une réorganisation de l’enchaînement des tâches et de l’agencement des lieux afin de gagner en efficacité. Pour les femmes, c’est aussi une manière de démontrer que les travaux domestiques sont partie intégrante du fonctionnement de l’exploitation familiale et qu’ils peuvent donc être réorganisés sur les mêmes principes que le travail de production. Par ailleurs, les formations à la comptabilité ont pour objectif de dissocier pleinement le budget de l’exploitation et celui de la famille. Mais elles permettent aux femmes d’avoir un moyen de suivre l’évolution de l’exploitation et, le cas échéant, de participer aux grandes orientations en ayant des arguments comptables à faire valoir. Sur un autre plan encore, les démonstrations de matériel ménager sont analogues aux démonstrations de matériel agricole, auxquelles les femmes sont rarement conviées. Mais à l’inverse de la vulgarisation à destination des hommes, la vulgarisation féminine agricole ne fait pas l’objet d’une politique recherchant son constant perfectionnement par l’intégration des progrès de la recherche.

Illustration 3 – Voyage au bout des champs de maïs

Illustration 3 – Voyage au bout des champs de maïs

Observation d’un champ de maïs par les membres d’un groupe de vulgarisation agricole féminine à l’occasion de leur voyage d’études annuel. La photographie a très probablement été prise par la conseillère agricole en charge de l’animation du groupe.

Crédit : Auteur anonyme, Archives de la chambre d’agriculture de la Savoie, 1965 environ

32Sur le plan des méthodes de contact et d’animation, les conseillères utilisent également les mêmes procédés que les hommes, à une nuance près, la réunion est largement plus employée que la visite individuelle. Les conseillères, qui ne sont le plus souvent qu’entre trois et cinq dans chaque département, ont peu de temps à consacrer au suivi individuel des adhérentes des groupements. De plus, la réunion de groupe est un moyen pour les femmes de quitter temporairement leur domicile, ce qui constitue une première forme d’émancipation. Une anecdote rapportée au cours de l’enquête filmée illustre bien la fonction du groupe de créer un espace de parole permettant de revendiquer certaines aspirations ou tout simplement d’assumer son mode de vie : au cours d’une réunion faisant suite à l’enregistrement des temps de travaux quotidiens, l’une des participantes affirme effectuer plusieurs heures de repassage par jour, ce qui paraît très excessif aux autres femmes présentes. Après discussion, il ressort en fait que c’est là le seul stratagème que cette femme ait trouvé pour pouvoir regarder la télévision sans craindre les foudres de sa belle-mère. Ce type d’échanges ne peut avoir lieu en dehors du groupe. Bien que la pression sociale sur les femmes en agriculture soit exacerbée, les groupes masculins ont une fonction relativement similaire lorsqu’ils permettent à des jeunes agriculteurs de remettre en cause les choix de leurs aînés, et le silence qui leur est parfois imposé.

33Si les femmes sont très impliquées dans la comptabilité, le développement des centres de gestion limite leur contrôle effectif sur les choix d’investissements à opérer, qui se trouvent dès lors renvoyés du côté de la production, le domaine des hommes. Les femmes n’ont de fait pas accès à la fonction de conseiller de gestion. Ce partage genré du travail de conseil en agriculture est renforcé par le mouvement de spécialisation des exploitations agricoles, comme le montre une étude de Marie-Catherine Becouarn réalisée en 1971 :

  • 38 Marie-Catherine Becouarn, L’évolution des techniques en agriculture et le travail des femmes, CNRS (...)

D’une part on assiste à un retranchement des femmes dans certains travaux dont le nombre se multiplie et qui sont de plus en plus voisins des travaux industriels, travaux qui s’accomplissent sous la pression d’horaires impératifs et qui sont en fait l’équivalent des travaux d’OS dans l’industrie. D’autre part, des femmes d’exploitants participent à des travaux de gestion mais cette participation rencontre des difficultés d’ordre matériel, technique et d’ordre psychologique.38

  • 39 Ibid., p. 43.

34La dissociation des espaces domestique et de production complique la tâche des femmes qui sont en outre insuffisamment formées pour suivre les développements de la gestion39.

  • 40 Rose-Marie Lagrave éd., Celles de la terre, ouvr. cité, p. 28.

35Jamais réellement détachée de ses origines ménagères, la vulgarisation féminine agricole prête le flanc aux critiques qui n’y voient qu’une entreprise d’acculturation des femmes rurales aux nouveaux standards urbains de confort, ouvrant de nouveaux marchés aux industriels, à la grande distribution naissante, aux banques, aux assurances. Mais cette critique ne doit pas rester aveugle à l’appropriation par les femmes des instruments par lesquels on voudrait les faire entrer dans la modernité : « Sortir de chez soi peut conduire à sortir de soi, à prendre conscience des rôles inculqués. »40 Certes, les réunions de la vulgarisation féminine n’ont pas la dimension spectaculaire des manifestations féministes et elles ne cherchent jamais à occuper l’espace public. Mais elles sont néanmoins d’indéniables occasions pour les femmes d’affirmer leur présence dans des espaces semi-publics ou professionnels desquels elles sont traditionnellement exclues : café, mairie, salle communale, salles de réunion de la chambre d’agriculture, de la MSA ou du Crédit agricole. Chaque participation à une réunion est vécue comme une petite victoire qui a demandé au préalable de prendre de l’avance sur le travail dans l’exploitation, de passer outre les réprobations de l’entourage familial, de faire le trajet souvent à pied jusqu’au lieu de rendez-vous, et de trouver sa place au sein d’un collectif de femmes dont les situations sont souvent très diverses.

  • 41 La belle expression « féminismes silencieux » est empruntée à l’ouvrage plusieurs fois cité Celles (...)

36Ces ruptures dans l’enchaînement des travaux quotidiens et cette mise à distance des assignations sociales qui pèsent sur elles ne suscitent jamais autant de satisfaction que lorsqu’elles parviennent à organiser des voyages d’études sur une journée complète. Partir un jour entier signifie pour certaines laisser leur mari déjeuner seul à midi, événement difficilement envisageable dans certaines familles, nécessitant tout un travail de la conseillère pour rassurer celles qui s’y risqueraient. D’autres, plus malicieuses, exigent de la conseillère de partir très tôt le matin et de revenir tard le soir, se faisant un plaisir de laisser faire la traite à leur mari au moins une journée dans l’année. Si insignifiantes qu’elles puissent paraître à l’observateur trop pressé de démontrer l’implacable destruction du monde paysan, ces manifestations d’indépendance relèvent pourtant bien des « féminismes silencieux » qui, sans réellement renverser l’ordre établi, subvertissent imperceptiblement et continuellement les rapports de genre au sein du monde agricole41.

  • 42 Jacques Rémy, Travail, famille et développement agricole. Aspects de la vulgarisation féminine agr (...)
  • 43 A-INRA, JR/21, AFPA, G. Roux, « Réflexions sur la vulgarisation féminine », 1969, p. 28.

37Les conseillères agricoles sont placées dans une position assez inconfortable puisque les attentes les concernant sont très fortes, mais que leurs marges de manœuvre sont réduites, du fait même de la position subordonnée des femmes au sein du monde agricole42. Mais c’est aussi leur force que de semer le trouble en incarnant une forme de subversion de l’ordre des choses : leur mobilité, leurs compétences, leur déploiement d’énergie, leurs prises de parole en public sont autant de preuves pour celles et ceux qui les observent et travaillent avec elles que le monde agricole n’est pas à l’écart de la profonde mutation des rapports de genre qui affecte l’ensemble de la société française. Cependant, dans les départements, les collaborations entre conseillers et conseillères restent très rares, au moins jusqu’aux années 1970, et le métier de conseillère reste une fonction « mouvante », marquée par une grande polyvalence et un prisme qui les oblige à traiter uniquement les tâches qu’effectuent les femmes au détriment d’une approche globale de l’exploitation43.

2.2. La différenciation du conseil de gestion

  • 44 L’Office central de comptabilité agricole de Soissons a par exemple été créé dès 1924. Voir Roland (...)
  • 45 Témoignage du centre de gestion de l’Eure, « Comment créer, organiser un centre de gestion », Orga (...)

38Si certaines grandes exploitations des régions céréalières et betteravières bénéficient du soutien d’un office de comptabilité depuis l’entre-deux-guerres, la très grande majorité des petites et moyennes exploitations n’ont pas recours à ce type de services avant le début des années 195044. La création du centre de gestion de l’Eure en 1954, dans le prolongement du mouvement des CETA, apparaît comme une première étape importante dans l’histoire de la généralisation de l’emploi de services de comptabilité et de gestion par les agriculteurs. Les exploitants de l’Eure bénéficient du soutien de l’économiste Jean Chombart de Lauwe, professeur d’économie rurale à l’École nationale d’agriculture de Grignon, et obtiennent des financements de la part du ministère de l’Agriculture et du Commissariat général de la productivité. À partir de 1957, chacune des six régions naturelles du département de l’Eure bénéficie des services d’un conseiller de gestion45. Ces conseillers sont diplômés d’une école supérieure d’agriculture. Leur mission est triple : conseiller individuellement les adhérents, établir des références économiques intéressant l’ensemble des exploitations de leur région, mener à bien des études générales des problèmes techniques, économiques et sociaux qui ont une incidence sur la rentabilité des exploitations.

  • 46 Ibid.
  • 47 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 18 novem (...)

39Pour le conseil individuel, ils s’appuient sur l’analyse des carnets d’exploitation à la disposition des agriculteurs pour consigner leurs opérations quotidiennes factuelles. Les conseillers assistent également ceux qui décident de tenir une comptabilité, élaborent des budgets d’exploitation type, et réunissent les adhérents durant l’hiver afin de leur présenter des études de synthèse. Pour justifier l’attribution de subvention de fonctionnement, les responsables du centre de gestion de l’Eure font valoir le fait que les références qu’ils établissent servent ensuite à l’ensemble des conseillers de la chambre d’agriculture, qui pourront « utiliser l’argumentation économique pour donner plus de poids à leur conseil »46. Les études par petite région permettent de calculer « un seuil de viabilité, en fonction de l’orientation de l’exploitation », « un seuil de rendement brut par travailleur nécessaire pour sortir un salaire », et surtout permettent au conseiller d’insister sur le fait que « l’intensification est plus importante que la surface »47.

  • 48 Paul Houée, Les étapes du développement rural, t. 2, ouvr. cité, p. 124-125.
  • 49 Alice Barthez, Famille, travail et agriculture, ouvr. cité.

40Ce modèle est rapidement reproduit dans les autres départements français puisqu’on compte dix-huit centres de gestion en 1955 puis quatre-vingt-trois en 196348. Leurs adhérents font partie de la fraction la plus dynamique du monde agricole, celle qu’on retrouvait déjà dans les CETA, mais l’adhésion des collectifs – GVA et coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA) notamment – assure une audience plus large aux centres de gestion. Les femmes constituent le public privilégié des formations à la comptabilité, préoccupation déjà ancienne des écoles ménagères agricoles, reprise par les première conseillères au début des années 196049.

Illustration 4 – Mettre en scène le travail de comptabilité-gestion

Illustration 4 – Mettre en scène le travail de comptabilité-gestion

Cette photographie d’une agricultrice en train de faire la comptabilité de l’exploitation est extraite d’une série de diapositives utilisées par les conseillères agricoles de la chambre d’agriculture de la Savoie pour animer les réunions des groupes de vulgarisation agricole féminine.

Crédits : Auteur anonyme, Archives de la chambre d’agriculture de la Savoie, 1965 environ.

  • 50 Louis Estrangin, « Une nouvelle étape pour l’économie rurale française », Organisation et gestion (...)

41Mais le développement du conseil de gestion relève d’une logique quelque peu différente et c’est bien le chef d’exploitation, le mari dans la très grande majorité des cas, qui est l’interlocuteur principal du conseiller de gestion. La gestion ne se limite pas à une approche comptable mais prend en compte l’ensemble des aspects organisationnels de l’exploitation agricole. La création de l’IGER en 1964, regroupant l’ensemble des centres de gestion départementaux, permet d’envisager la réalisation d’études économiques nationales, tout en plaçant la nouvelle organisation sous l’autorité directe des grandes organisations professionnelles50. La gestion émerge comme un nouveau référentiel, à l’instar de la productivité dix ans auparavant :

  • 51 Article 3 de la loi no 60-808 du 5 août 1960 d’orientation agricole.

La loi d’orientation agricole de 1960 encourage ce mouvement puisque l’article 3 prévoit que l’observation du niveau de la rémunération du travail et du capital agricoles sera faite par le moyen de comptabilités moyennes d’exploitations représentatives des types d’utilisation du sol, des types d’exploitation et des régions économiques.51

  • 52 François Colson, Christian Mouchet, « La promotion de la gestion auprès des agriculteurs ou l’hist (...)

42C’est une évolution considérable pour la statistique agricole tournée jusque-là vers la description fine de la production plus que de la mesure des échanges économiques. Alors que la collecte de références techniques était déjà au cœur du travail des premiers conseillers dans les opérations-témoins et les CETA dans les années 1950, cette mission est désormais élargie aux références économiques, par le biais d’instruments tels que le cahier de comptabilité ou la fiche d’exploitation, ce qui multiplie les possibilités de comparaison entre agriculteurs, un des principaux ressorts de l’action des conseillers. La généralisation des méthodes de gestion dans les programmes de vulgarisation agricole au début des années 1960 pose le double problème de l’adhésion des agriculteurs et de la formation des conseillers, d’où l’ambition de certains économistes de proposer un instrument simple qui permette d’entraîner ensuite conseillers et agriculteurs dans des opérations plus complexes52. La méthode dite de gestion simplifiée, créée par Jean Chombart de Lauwe, économiste dont on a souligné le rôle primordial dans la création du centre de gestion de l’Eure, permet de comparer les fiches d’exploitation individuelles à l’échelle d’un petit groupe. Les récits des premières expériences de gestion simplifiée sont ensuite publiés dans les revues des organisations professionnelles agricoles à destination des conseillers et des responsables locaux.

  • 53 J. Bonhoure, Charles Jaunet, « Exemple d’un groupement qui a établi son programme de travail en pa (...)
  • 54 B. Guitton, F. Buttin, « La gestion simplifiée », Organisation et gestion de l’entreprise agricole(...)
  • 55 De Chanterac, « Une opération de gestion simplifiée en Meurthe-et-Moselle », Bulletin de liaison d (...)
  • 56 J. Bonhoure, Charles Jaunet, « Exemple d’un groupement », art. cité.

43La gestion simplifiée a deux principaux objectifs : acculturer l’ensemble des agriculteurs au « raisonnement économique » et leur révéler des problèmes qui restaient jusque-là invisibles53. Tout repose sur un document, « Le tableau de bord de l’exploitation », qui détaille la répartition des cultures, les mouvements des animaux, les engrais épandus, l’emploi de main-d’œuvre, les vêlages, les ventes des principaux produits, l’utilisation d’aliments pour le bétail54. Cet ensemble de tableaux doit être rempli par l’agriculteur, assisté du conseiller. Ils enregistrent des données essentiellement techniques et simplifient les indications financières. Si les données recueillies sont suffisamment précises, les tableaux de bord sont convertis en fiches perforées et font l’objet d’un traitement mécanographique au niveau national, puis sont réexpédiées dans les groupements sous forme de tableaux de chiffres55. Le but est de rendre comparables les exploitations d’un même groupement pour présenter ensuite au groupe les résultats de manière anonyme au cours d’une réunion où les agriculteurs peuvent s’exprimer, « prendre conscience » des écarts de rendements, identifier des problèmes techniques, et alimenter l’émulation collective56. Lors de ses visites ultérieures sur l’exploitation, le conseiller dispose de points de repère sur la situation de chaque agriculteur.

  • 57 Scie, Voillon, « Un GVA pense à… associer étroitement la gestion à l’établissement de son programm (...)
  • 58 De Chanterac, « Une opération de gestion simplifiée », art. cité.
  • 59 Pierre Cormorèche, « Rapport moral présenté à l’assemblée générale de la FNGVPA le 7 décembre 1965 (...)
  • 60 Nathalie Joly, « Chroniques du travail agricole et livres de comptes : la diffusion des pratiques (...)

44Les premiers comptes-rendus d’expériences de gestion simplifiée comportent des mises en garde quant à l’usage de cette nouvelle méthode : les conseillers craignent que l’analyse de données chiffrées ne se substitue au dialogue. Dans le Tarn, le président d’un GVA et le conseiller rappellent la nécessité de faire découvrir le problème de l’exploitation « dans sa globalité » grâce aux principes de gestion, mais ils soulignent aussi que « dans l’établissement d’un programme, la gestion, si elle est et doit être un auxiliaire excessivement précieux, ne doit pas prendre le pas sur des besoins qui pour ne pas être chiffrés n’en peuvent pas moins être valables »57. Dans l’Ain, les conseillers notent qu’il « serait dangereux de conseiller l’agriculteur sur l’orientation à prendre à la suite de la seule fiche simplifiée »58. En deçà des prescriptions de la FNGVPA et de l’IGER qui entendent faire « adhérer les agriculteurs au raisonnement économique »59, l’effervescence que suscitent les méthodes de gestion se traduit par la multiplication des modèles de cahiers d’exploitation. Ces objets sont à la confluence de la longue histoire de la tenue de livres de raison dès l’époque moderne, et des techniques d’enregistrement et de comptabilité dans le prolongement de la gestion simplifiée60. Supports de la généralisation des méthodes gestionnaires au début des années 1960, ils matérialisent la formalisation des techniques de conseil agricole en proposant un cadre relativement uniforme pour mener à bien les comparaisons entre agriculteurs dans une perspective longitudinale. Il n’y a pas un cahier mais bien des cahiers, ce support étant l’objet de multiples réappropriations locales, traduisant l’autonomie des groupements qui les élaborent.

  • 61 CCGER de Haute-Savoie, « En Haute-Savoie, les agriculteurs tiennent eux-mêmes leur comptabilité », (...)

45Le centre de comptabilité-gestion et d’économie rurale de Haute-Savoie a par exemple élaboré son propre cahier de gestion61. Ce centre utilisait initialement le système de comptabilité en partie simple du Centre national de comptabilité et d’économie rurale, ce qui avait permis de familiariser les adhérents avec les techniques d’enregistrement et de contrôle. Mais les conseillers souhaitent intégrer dans leurs analyses des données plus complexes qui rendent compte des arrangements entre voisins, des créances et des dettes, des avances ou des paiements par acompte. La comptabilité en partie double apparaît comme la solution la plus adaptée, mais la complexité de sa mise en œuvre ne permettrait pas aux agriculteurs de tenir eux-mêmes leurs comptes, d’où le choix des conseillers d’opter pour la technique du journal grand-livre, reposant sur un système composé de trois cahiers différents (cahier de caisse, cahier partie double et cahier d’inventaire). L’agriculteur enregistre quotidiennement ses opérations sur le cahier de caisse, et, une fois par mois, il centralise toutes les opérations sur le cahier partie double. En fin d’année, il établit l’inventaire. Le cahier partie double est composé de manière à faciliter le travail d’écriture, et s’adapte aux groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC), aux CUMA, aux maisons familiales, aux petites coopératives. L’idée est de favoriser la prise de responsabilité des agriculteurs en mettant à leur disposition un modèle unique de document avec lequel ils se familiarisent. En fin d’année, l’agriculteur peut lui-même reprendre chacun des comptes (dépenses en argent, variations d’inventaire, etc.).

  • 62 Guichard, « La programmation linéaire. Un nouvel outil mis à la disposition des agriculteurs pour (...)
  • 63 Ibid., p. 4-5.
  • 64 En Isère, cette méthode est expérimentée par un agriculteur de la région de Vienne, qui est le pré (...)

46Si les cahiers d’exploitation restent empreints d’une conception artisanale de la gestion des exploitations agricoles, les méthodes continuent d’être perfectionnées au sein des centres de gestion départementaux : en témoigne l’adoption de la gestion analytique puis de la programmation linéaire, qui marque le passage vers le calcul économique prévisionnel62. Il s’agit de proposer à l’agriculteur et au conseiller une « aide à la prise de décision » dans l’optique de parvenir au système de production le mieux équilibré. La programmation linéaire perfectionne les méthodes précédentes (budget partiel, calcul des marges brutes, programme planning) en établissant la combinaison de productions qui procurera le revenu maximum à l’agriculteur, en fonction des contraintes spécifiques qu’il se donne (seuil d’investissement maximum, refus de telle ou telle production, ou au contraire minimum incompressible consacré à telle ou telle production, etc.)63. Le traitement informatique des multiples paramètres permet de réduire le temps de calcul nécessaire à la définition de la meilleure combinaison. Cette méthode exige un grand nombre de références, les plus précises possible, concernant l’exploitation agricole. Pour une culture, il faudra par exemple définir préalablement les rendements avec leur époque de disponibilité, les prix, les charges variables, les règles de succession, les dates et les temps de travaux, les besoins en matériel, en bâtiments, et leurs dates d’utilisation. La programmation linéaire incite à éliminer les périodes creuses, ce qui constitue une rupture considérable avec les cycles agricoles traditionnels64.

  • 65 A-INRA, JR/20, Rapport sur le conseiller d’entreprise agricole, 1971 ; Rapport sur la formation éc (...)
  • 66 Jean-Noël Chatanay, Philippe Richard, « Le développement de la formation et du calcul économique c (...)
  • 67 François Colson, Christian Mouchet, « La promotion de la gestion », art. cité, p. 55.
  • 68 On retrouve ici les trois piliers du logos gestionnaire tel que le définit Valérie Boussard : rati (...)
  • 69 Max Weber, Économie et société, Paris, Plon, 1921, p. 57, cité par Valérie Boussard, Sociologie de (...)

47Le perfectionnement continu de ces techniques accentue l’écart entre les conseillers de gestion et les conseillers de terrain. Les centres de gestion tendent à s’éloigner du contrôle des chambres d’agriculture et à évoluer selon leur propre logique : cotisation des adhérents, services comptables à destination des associations agricoles, réalisation de travaux tels ceux d’un bureau d’études pour des opérations d’aménagement rural, formation spécifique et formation de leurs conseillers65. La gestion devient la marque d’une catégorie de conseillers et d’une élite d’agriculteurs qui envisagent l’exploitation agricole comme une entreprise, à la tête de laquelle il faut un chef qui soit en mesure de prendre les orientations économiques optimales66. Ce n’est que sous la pression de facteurs externes, comme la soumission des exploitations agricoles à la TVA ou la multiplication des formes associatives et sociétaires (GAEC en particulier), qu’une majorité d’agriculteurs est contrainte d’adhérer au centre de gestion à partir du début des années 197067. La progression de la formalisation des savoirs gestionnaires en agriculture marque pour les conseillers le passage d’un art de la mesure à une logique d’enregistrement de la performance68. La gestion apparaît comme un devenir possible pour le métier de conseiller en le faisant tendre vers le principe défini par Max Weber de « rationalité en finalité », selon lequel « agit de façon purement rationnelle en finalité celui qui oriente son activité d’après les fins, moyens et conséquences subsidiaires et qui confronte en même temps rationnellement les moyens et la fin, la fin et les conséquences subsidiaires et les diverses fins entre elles »69. La gestion rationnelle devient une fin en soi, quelle que soit la forme de l’exploitation, ce qui fait passer la promotion de l’exploitation familiale au second plan.

48Au cours des années 1960, l’autonomisation du conseil de gestion suggère un nouveau partage des tâches. Le conseiller de gestion n’est plus le spécialiste auquel le conseiller de secteur fait appel ponctuellement, au même titre qu’il sollicite par exemple l’ingénieur régional de l’Institut technique des céréales et des fourrages. Il peut désormais prétendre à être l’homme de la synthèse, reléguant le conseiller de terrain à un rôle de collecteur des références nécessaires pour établir les comparaisons et les modèles de gestion adaptés à chaque exploitation. Bien que recrutés à un niveau de formation scolaire supérieur, les premiers conseillers de gestion étaient souvent dans le même temps conseillers de secteur, ou avaient exercé cette fonction au préalable. Mais à partir du milieu des années 1960, la différenciation de ces deux activités se traduit aussi bien dans l’apparence vestimentaire que dans la maîtrise des outils de plus en plus perfectionnés, ou encore dans l’organisation du travail. Le conseiller de gestion est en costume, alors que le conseiller de secteur est vêtu de manière plus commune ; il a une plus grande aisance avec les mathématiques ; il met un point d’honneur à être rigoureusement organisé, alors que le conseiller de secteur est toujours sur les routes, sans que son itinéraire soit parfaitement défini à l’avance. L’importance croissante donnée aux techniques de gestion étend le domaine de compétences et les capacités d’intervention des conseillers auprès des agriculteurs. Mais ce mouvement va de pair avec un affaiblissement de l’unité naissante du groupe professionnel des conseillers. Les conseillers de terrain, qui étaient au cœur du travail de définition du métier de conseiller à la fin des années 1950, risquent de se trouver relégués vers des tâches subalternes.

49Le parallèle entre la vulgarisation féminine et le conseil de gestion permet d’illustrer ce double mouvement d’extension du conseil agricole vers de nouveaux publics et de nouvelles méthodes, et de différenciation progressive des manières d’exercer le métier de conseiller. La spécialisation des conseillers leur donne une plus grande crédibilité auprès de leurs interlocuteurs, en augmentant l’efficacité de leurs prescriptions. Les méthodes des conseillères et des conseillers de gestion sont ajustées aux attentes de leurs publics respectifs. La création de multiples groupements pour traiter ces questions spécifiques en dehors des groupes locaux existants renforce l’emprise des politiques de modernisation agricole qui trouvent là de nouveaux canaux pour orienter les activités des exploitations agricoles. Pourtant, le métier de conseiller se trouve fragilisé du fait de l’absence d’intégration de ces nouveaux professionnels du conseil dans un groupe professionnel unique. La vulgarisation agricole féminine est souvent déconsidérée, et les conseillères sont le plus souvent traitées à part au sein des chambres d’agriculture. À l’inverse, les conseillers de gestion bénéficient d’une position plus prestigieuse, qu’ils n’ont pas intérêt à confondre avec celle des conseillers de terrain. L’extension des domaines pris en compte par le conseil agricole ne se traduit pas par un mouvement univoque de formation d’un groupe professionnel unitaire. Cette ambivalence se retrouve également sur le plan de l’organisation du travail des conseillers et de l’architecture institutionnelle dans laquelle ils évoluent.

3. La rationalisation de l’encadrement des conseillers

50Le troisième mouvement de professionnalisation qu’il s’agit de mettre en évidence dans ce chapitre concerne moins la forme et le contenu de la relation de conseil que la transformation du contexte institutionnel dans lequel cette relation s’inscrit. Deux dynamiques enchevêtrées sont à l’œuvre. Le groupe professionnel naissant est défini de l’extérieur par les organisations qui embauchent les conseillers. Mais il est aussi défini de l’intérieur par les premiers syndicats de conseillers agricoles. En observant les rapports entre ces deux mouvements, il devient possible d’analyser la rationalisation des cadres de travail des conseillers et ses effets ambivalents. La cohésion du groupe se renforce puisque les conseillers sont désormais en mesure de se compter, d’échanger sur leurs expériences communes et de porter des revendications collectives. Mais dans le même temps, la volonté des syndicats de conseillers d’objectiver la relation qui unit les conseillers et leurs employeurs apparaît en contradiction avec l’ethos professionnel des conseillers fondé sur le dévouement à la promotion des exploitations familiales et la capacité à se jouer des procédures officielles.

3.1. L’homogénéisation des cadres de travail

  • 70 Mélanie Atrux-Tallau, Histoire sociale d’un corps intermédiaire, ouvr. cité, p. 761. Selon l’auteu (...)
  • 71 APPCA, « Le statut de la vulgarisation agricole », Chambres d’agriculture, supplément au no 203, 1(...)
  • 72 Ibid., p. 7.

51Sur le plan national, le nombre de conseillers dans les chambres d’agriculture passe de deux cent vingt-deux en 1959-1960 à au moins mille cent trente-huit en 196470. La multiplication des groupements techniques agricoles donne lieu à des affrontements entre les organisations professionnelles en concurrence pour assurer leur coordination : la FNGVPA pilotée par la FNSEA, la FNCETA ou l’APPCA. On a montré dans le chapitre précédent comment les chambres d’agriculture étaient parvenues à endosser ce rôle de coordinateur en se plaçant dans une position de médiateur entre les services agricoles et le syndicalisme, et en obtenant de nouveaux moyens financiers grâce au déplafonnement de la contribution additionnelle à l’impôt sur le foncier non bâti. Officiellement chargées de mettre des « conseillers techniques agricoles » à disposition des différents groupements techniques71, elles embauchent aussi bien des conseillers agricoles polyvalents travaillant avec les groupes d’action technique cantonaux que des conseillers de gestion, des techniciens spécialisés, des techniciens de CETA. Une grande autonomie est laissée à chaque groupement puisque « le conseiller technique agricole est responsable de son emploi du temps devant le président de son groupe »72. Au sein de la chambre d’agriculture, un comité d’action technique doit suivre la marche financière et technique des différents groupes. Ces allers et retours entre groupes locaux et chambre départementale constituent le quotidien des conseillers agricoles, non seulement sur le plan symbolique et juridique, mais aussi sur le plan physique et matériel.

  • 73 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 18 novem (...)
  • 74 ACA 38, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de l’Isère du 10 mai 196 (...)
  • 75 ACA 38, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de l’Isère du 25 mai 196 (...)

52Dès lors, chaque chambre entreprend de structurer son propre service technique. En 1960, celui de la chambre d’agriculture de la Savoie comprend un directeur, qui est aussi directeur de la chambre, sept techniciens attachés à un ou plusieurs groupements techniques, un ingénieur consultant pour les organisations d’élevage, et une technicienne chargée de la vulgarisation ménagère agricole73. Au même moment en Isère, cinq techniciens de terrain sont salariés de la chambre d’agriculture74. Le directeur du service technique occupe une fonction distincte de celle du directeur de la chambre d’agriculture. Le centre de gestion départemental emploie un technicien pour suivre les quelque deux cents adhérents. Dans ce département, les actions techniques sont moins centralisées qu’en Savoie : les foyers de progrès, les CETA, la Maison de l’élevage, la Fédération départementale des associations de familles rurales prennent une part active aux actions de vulgarisation. La commission technique, transversale à la chambre d’agriculture et à la FDSEA de l’Isère, assure la coordination de l’ensemble en décidant du partage des ressources financières. Durant les années suivantes, la chambre crée de nouveaux services spécialisés : le service des cours et marché, le service d’enseignement, le service foncier, le service d’études économiques et sociales. Cette diversification permet à la chambre d’agriculture de se présenter comme « une plate-forme où se rencontrent toutes les organisations agricoles du département »75.

  • 76 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie des 18 et 1 (...)
  • 77 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 19 novem (...)

53Le service technique est un creuset de l’identité des conseillers agricoles. En Savoie, le président de la chambre d’agriculture a voulu faire du service technique un exemple sur le plan régional, voire national, justifiant ainsi qu’il absorbe les deux tiers du budget de l’institution. Il met l’accent sur « l’unité de ce service […] : unité de direction, unité de conditions d’emploi, unité de rémunération, unité de remboursement de frais, unité de comportement »76. Les conseillers travaillent dans un cadre commun et assez peu contraignant qui, paradoxalement, garantit l’unité de style des pratiques de conseil. S’ils ne partagent pas toujours les mêmes locaux, la plupart d’entre eux se trouvant trop éloignés de la chambre d’agriculture et leurs activités les amenant à circuler en permanence, ils se retrouvent régulièrement pour des réunions d’information, et doivent rendre compte de leurs activités hebdomadaires à leur chef de service77. Leur autonomie de décision est néanmoins tributaire des configurations locales. En Isère, le président de la commission technique, qui est aussi le secrétaire général de la chambre d’agriculture, occupe une place primordiale dans le recrutement et le suivi des conseillers. Ayant mené des actions pionnières en matière de comptabilité et de gestion depuis le milieu des années 1950, il favorise les liens entre les techniciens et le centre de gestion. La hiérarchisation interne est bien marquée entre les conseillers d’un côté, et leurs chefs de service et employeurs de l’autre. En Savoie, la configuration est différente puisque le président de la chambre d’agriculture délègue au directeur l’essentiel des décisions en matière de gestion du personnel. Ce dernier laisse à son tour aux techniciens une grande liberté d’action, contrôlant leur intégration dans le secteur où ils opèrent grâce aux retours des responsables agricoles locaux.

3.2. La recherche d’une expression syndicale unitaire

54En parallèle, la constitution de syndicats spécifiques est une étape décisive dans l’affirmation du nouveau groupe professionnel des conseillers agricoles. Les syndicalistes réfléchissent à la délimitation du groupe et formulent des revendications collectives, sans toutefois entrer dans un rapport de confrontation directe avec les responsables agricoles qui les emploient. Chaque syndicat doit concilier deux impératifs : avoir la base d’adhérents la plus large possible, afin d’augmenter son poids politique dans d’éventuelles négociations, et former le groupe le plus homogène possible pour éviter les dissensions internes. L’Union nationale des associations de techniciens et de conseillers agricoles (UNATCA) cherche à rassembler les différentes organisations représentant les intérêts de groupes restreints (les ingénieurs de CETA par exemple), afin d’apparaître comme un interlocuteur crédible pour les organisations professionnelles agricoles nationales et les services de l’État.

  • 78 Archives de la CFDT, 27G1, Brochure sur l’histoire de la FGSOA (1943-1984), février 1984.
  • 79 Sur la brèche, revue syndicale, 1954, deux numéros consultables à la Bibliothèque nationale de Fra (...)
  • 80 SNCEA, Historique du SNCEA/CFE-CGC, ouvr. cité ; A-INRA, 1JR2, Document annexe au programme de la (...)

55Dans les années d’après-guerre, le paysage syndical para-agricole est éclaté selon différentes logiques. Le Syndicat national des cadres d’exploitation agricole (SNCEA) regroupe essentiellement des régisseurs et des chefs de culture, proches de la très conservatrice Société des agriculteurs de France (SAF). La Fédération générale des syndicats de salariés des organisations professionnelles de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire (FGSOA) rassemble, elle, des employés du secteur des services (transformation, coopération, crédit, mutualité)78. Ces deux organisations sont créées dans le giron de la CGA. En opposition à cette conception corporatiste, la Fédération des techniciens de l’agriculture (FTA), créée en 1945 au sein de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC), dénonce l’argument de la spécificité de l’agriculture comme un voile utilisé par les patrons agricoles et les pouvoirs publics pour justifier la faiblesse des revenus et des protections accordés aux travailleurs de ce secteur. Les adhérents du syndicat sont en majorité des employés exerçant une activité administrative au sein des organisations agricoles79. En 1957, le SNCEA, des ingénieurs de CETA et des ingénieurs de centres de gestion crée le Syndicat national des conseillers agricoles (SNCA), affilié à la CGC80. De manière symétrique, la FGSOA donne naissance au Syndicat national du personnel des chambres d’agriculture (SNPCA), quand la FTA participe à la création du Syndicat national de l’action technique et professionnelle agricole (SNATPA). Trois positionnements différents se font jour : le SNCA-CGC pour ceux qui se pensent comme des cadres, le SNATPA-CFTC pour ceux qui se voient davantage comme des employés, le SNPCA pour ceux qui mettent en avant leur appartenance aux chambres d’agriculture et leur adhésion au projet de modernisation qu’elles portent.

  • 81 Rapport du congrès des conseillers agricoles (Néris-les-Bains - 14 et 15 mai 1961), no 212 de la r (...)
  • 82 H. de Bonnefoy, « Les aspirations des conseillers agricoles et leurs inquiétudes », ibid., p. 13-1 (...)
  • 83 Cette proportion paraît élevée alors qu’il s’agit d’hommes jeunes et relativement inexpérimentés. (...)
  • 84 A-INRA, 1JR4, Entretien de Jacques Rémy avec M. Roger, 1976.

56En 1960, la création de l’Union nationale des vulgarisateurs et conseillers agricoles (UNAVCA) permet de fédérer ces trois organisations. Le premier président de l’UNAVCA, Charles Barbier, est conseiller agricole dans le Puy-de-Dôme. Il a fait partie des premières commissions de réflexion sur le métier de conseiller agricole à l’intérieur de l’APPCA à la fin des années 1950. Il est le principal organisateur du premier grand congrès syndical de Néris-les-Bains (Puy-de-Dôme) qui, en 1961, réunit près de quatre cents conseillers81. L’absence de terminologie claire pour désigner les adhérents de l’union syndicale, le sigle UNAVCA traduisant l’hésitation entre le terme « vulgarisateurs » et le terme « conseillers », indique le flou qui entoure cette activité qui est déjà plus qu’une fonction mais encore moins qu’une profession. Une enquête auprès des conseillers eux-mêmes insiste sur les problèmes qu’ils rencontrent : coordination des différentes organisations impliquées dans la vulgarisation, impossibilité de promotion à l’intérieur de la profession, absence de statut82. Les conditions matérielles difficiles contrastent avec l’investissement considérable des conseillers dans leur métier, puisque 20 % d’entre eux travaillent le dimanche, et 80 % d’entre eux travaillent plus de huit heures par jour (22 % déclarant faire des semaines de plus de cinquante-quatre heures). L’enquête permet aussi de définir quelques traits sociologiques de la population des conseillers qui ont répondu : ce sont pour la plupart des hommes, jeunes (les trois quarts ont moins de trente-cinq ans), mariés pour les trois quarts d’entre eux, pas majoritairement d’origine agricole (42 % d’origine citadine, 36 % d’origine agricole, et 17 % d’origine rurale), ayant une formation d’ingénieur pour 40 % d’entre eux ou une formation agricole de second degré pour 21 %. Près de la moitié d’entre eux ont déjà été exploitants ou gérants d’une exploitation83. Le fait d’être employé par une organisation professionnelle agricole tend à devenir partie intégrante de la définition du métier, au titre de la spécificité de la relation que le conseiller doit nouer avec l’agriculteur. Un observateur de ce congrès, M. Roger, secrétaire du Comité national de vulgarisation et de progrès agricoles, estime que ce moment a marqué le début du renoncement à l’objectif de faire du métier de conseiller une profession libérale84.

  • 85 Rapport du congrès des conseillers agricoles tenu à Vichy les 1er et 2 mai 1964, no 300 de Chambre (...)
  • 86 Paul Houée, Les étapes du développement rural, t. 2, ouvr. cité, p. 57-58.
  • 87 L’intervention du délégué du SNCA se clôt d’ailleurs sur cette interrogation en forme de regret : (...)

57En mai 1964, le deuxième congrès national réunit près de six cents conseillers agricoles à Vichy pour deux jours de conférences et de débats85. L’UNAVCA s’est transformée en UNATCA, le terme « techniciens » ayant remplacé le terme « vulgarisateurs ». Si l’union est proclamée, il est tout de même possible de repérer les différentes manières dont les trois principaux syndicats de conseillers agricoles envisagent la professionnalisation des activités de conseil agricole86. Le congrès est l’occasion de présenter les résultats d’une nouvelle enquête réalisée auprès de cinq cent quatre-vingt-neuf conseillers agricoles. De l’ensemble des données, le SNCA retire un principal enseignement : le métier de conseiller n’offre pas suffisamment de garanties à ceux qui l’exercent pour qu’ils puissent envisager de faire carrière87. La proportion des conseillers d’origine rurale tend à augmenter, ce qui correspond aux critères de recrutement des nombreux conseillers de secteur. Le rajeunissement des conseillers, l’inexpérience des deux tiers d’entre eux, et l’augmentation du nombre de célibataires par rapport à 1961 sont mis sur le compte de cette précarité. Pour le SNCA, qui voit dans les conseillers agricoles des cadres en puissance, cette situation est injuste et intenable dans la durée. Pour preuve, près de 40 % des conseillers interrogés envisagent de quitter la profession à court terme, et 35 % n’envisagent pas de finir leur carrière dans cette branche. Les auteurs du rapport montrent en outre que ceux qui ont une formation dans l’enseignement supérieur, une famille, et une origine urbaine, sont les plus susceptibles de partir. Le SNCA craint de fait une déqualification du métier de conseiller agricole.

  • 88 J. Caillaud, « Le conseiller agricole professionnel… vu par les conseillers », ibid.
  • 89 C. Pourrat, « Place du conseil agricole parmi les diverses actions des organisations professionnel (...)

58Le secrétaire général du SNATPA propose lui une définition du métier « en situation » : le conseiller est celui qui met ses connaissances au service d’autres hommes, et sait s’adapter au milieu dans lequel il travaille88. Le SNATPA insiste sur le fait que les conseillers ont des parcours divers, sont salariés de différentes structures, mais qu’ils travaillent dans une perspective commune. Ceux qui ont des origines rurales (65 % selon l’étude) souhaitent éviter le déracinement, quand les autres mettent en avant leur attrait pour la nature et les sciences vivantes. Mais tous croient dans les possibilités de promotion sociale du monde agricole, pour lequel ils sont prêts à s’investir humainement et intellectuellement, parfois au détriment de leur vie familiale et extraprofessionnelle. Le SNATPA entend fédérer des employés de structures concurrentes, professionnelles et administratives, qui se ressemblent par leurs « exigences communes », humaines et techniques. Par rapport au SNCA, il est plus soucieux de l’unité des pratiques et des aspirations des conseillers agricoles que de leurs conditions matérielles de travail. Enfin, le représentant du troisième syndicat, le SNPCA, se place lui sur le terrain de l’organisation future du conseil agricole, plutôt que sur celui des conditions de travail89. Indépendant vis-à-vis des grandes centrales syndicales, le SNPCA est structurellement lié à l’organisme employeur, et tente en conséquence d’influer directement sur les orientations politiques des organisations professionnelles agricoles. Dans cette optique, la professionnalisation des conseillers agricoles dépend alors de leur capacité à se faire reconnaître comme des interlocuteurs légitimes par leurs employeurs, non seulement pour parler de leurs conditions de travail comme des salariés ou délivrer leur expertise comme des cadres, mais aussi pour prendre une part active à l’élaboration des politiques agricoles.

  • 90 M. Barberot, « Quelques aspects de la profession de conseillère agricole », ibid.
  • 91 Mlle Bosset, « Point de vue des femmes sur leur place dans l’évolution de l’agriculture et sur l’a (...)

59Le congrès de 1964 met également en lumière, pour la première fois, la situation des conseillères agricoles grâce à l’intervention de plusieurs oratrices. Une administratrice du SNATPA met l’accent sur les pratiques concrètes des conseillères qui abordent des questions d’ordre professionnel et d’ordre ménager90. Elles doivent allier connaissances techniques et qualités humaines de contact, et le cas échéant, faire appel à des spécialistes détenteurs de savoirs de haut niveau pour compléter l’information qu’elles délivrent aux agricultrices. La professionnalisation passe par la reconnaissance des qualités relationnelles de la conseillère, à savoir sa capacité de maîtriser des connaissances techniques et de les faire entendre à ses interlocutrices. La représentante du SNPCA rappelle qu’il s’agit de faire de l’agricultrice « la collaboratrice compétente de son mari dans la marche de l’exploitation », en lui enseignant les techniques propres à la comptabilité, à la gestion, au secrétariat, tout en lui gardant une activité sur l’exploitation91. Le SNCA n’a quant à lui pas de représentante féminine. La professionnalisation qu’il propose, basée sur une assimilation des conseillers à des experts, ne représente pas un horizon possible pour les conseillères agricoles. Le faible niveau de formation des femmes ne leur permet pas de se poser comme des cadres, et l’absence d’organisations professionnelles agricoles spécifiquement féminines les empêche de sortir d’un rôle subalterne dans l’orientation des politiques agricoles.

60Aux trois principaux syndicats correspondent trois manières différentes d’envisager la professionnalisation des conseillers agricoles. Pour celui qui définit les conseillers agricoles comme des cadres, le SNCA-CGC, c’est d’abord le haut niveau de compétence qui fait la légitimité des conseillers agricoles auprès des agriculteurs. Pour le SNATPA, la maîtrise de savoirs techniques conjuguée au sens de la pédagogie pour adultes doit être garantie par un diplôme sanctionnant une formation commune. Et pour le SNPCA, l’autonomie des conseillers agricoles est d’abord liée à l’indépendance et à la puissance des organisations professionnelles agricoles qui les emploient, à la marche desquelles ils doivent prendre une part active. Les cibles de ces trois syndicats ne sont pas exactement les mêmes, le premier se rapportant davantage à l’idéal de l’ingénieur, le deuxième à celui du technicien-formateur, et le troisième à celui de l’employé quasi missionnaire. Le repérage de ces trois composantes du processus de professionnalisation des conseillers et conseillères agricoles dans les débats syndicaux permet d’identifier trois types de relation de travail : la consultance, le salariat, le mimétisme. Il ne s’agit pas de trois formes pures et indépendantes qui seraient mises en œuvre par tel ou tel conseiller selon un calcul stratégique, mais plutôt de trois référentiels structurant confusément les pratiques professionnelles des conseillers. Le moment particulier des débats syndicaux permet de les apercevoir, car ils mettent entre parenthèses la complexité des prises de décision dans les situations réelles et expriment ce que devraient être les relations idéales entre les professionnels du conseil agricole, leurs employeurs et les agriculteurs.

  • 92 Savary, « L’évolution de l’agriculture pose des problèmes graves pour l’évolution du conseil agric (...)

61Alors que le consultant/ingénieur traite directement avec l’agriculteur, le salarié/technicien introduit la nécessité d’un troisième terme dans la relation, l’employeur, qui peut être plus ou moins proche de l’agriculteur, ce qui autorise différentes sous-configurations. La distance introduite par la relation peut aussi être déniée, l’employeur ne se distinguant plus de l’usager des services du conseiller, et le conseiller s’identifiant à l’agriculteur qu’il conseille. Cette confusion entretient l’adhésion de certains conseillers à une forme de corporatisme agricole, bien qu’ils attendent de l’État qu’il garantisse en droit le travail de conseil par la reconnaissance des diplômes et le respect des contrats d’embauche. Dans la synthèse du congrès de Vichy en 1964, le président de l’UNATCA, M. Savary, donne des gages aux différentes parties en proposant de requalifier la « vulgarisation » en « éducation permanente » afin d’empêcher toute dévalorisation du métier, de transformer le « conseil-vocation » en « conseil-profession » afin d’obtenir de réelles garanties quant aux conditions de travail, et d’inciter les responsables agricoles à envisager l’avenir du conseil agricole de manière à harmoniser ses différentes formes92.

3.3. La création de « l’appareil de développement »

  • 93 Décret no 66-744 du 4 octobre 1966 relatif au financement et à la mise en œuvre des programmes de (...)
  • 94 Pierre Muller, Le technocrate et le paysan, ouvr. cité.

62Le décret du 4 octobre 1966 sur le « développement agricole » marque un nouveau tournant dans la mise en œuvre des politiques de modernisation93. La notion de développement se veut plus large que celle de vulgarisation du progrès technique en insistant sur la dimension économique des actions à entreprendre et sur la participation effective des agriculteurs. Le financement des actions de développement agricole est confié à l’Association nationale pour le développement agricole (ANDA), les crédits étant ensuite répartis au niveau départemental en fonction des programmes des services d’utilité agricole de développement (SUAD) de chaque chambre d’agriculture. Les instituts techniques et les organisations professionnelles à caractère national peuvent également bénéficier de ces subventions. Mais cette restructuration exclut le financement direct des groupements d’agriculteurs à l’échelon local. Le SUAD devient la pierre angulaire de l’appareil de développement agricole. Dans cette nouvelle organisation, les ingénieurs des services agricoles sont cantonnés à un rôle de contrôleurs, et sur le papier, de coordinateurs. Mais cette dernière fonction leur échappe de fait puisqu’elle incombe directement aux cadres des chambres d’agriculture94.

  • 95 François Colson, Jacques Rémy, « Le développement, un enjeu de pouvoir », Les agriculteurs et la p (...)
  • 96 Ibid., p. 197. Les auteurs renvoient ici aux analyses de Claude Servolin, « Politiques agricoles » (...)

63La réforme de 1966 est le produit d’un triple accord : entre l’État et les organisations professionnelles agricoles, entre les céréaliers et les éleveurs, ainsi qu’entre le syndicalisme et les chambres d’agriculture95. En échange de la délégation de pouvoir consentie aux organisations professionnelles, l’État s’arroge « un droit de regard sur des tâches qui sont du ressort de la société civile en les faisant financer par des taxes parafiscales sur les produits agricoles »96. Le financement du Fonds national de développement agricole pèse pour l’essentiel sur les céréaliers, ce qui, en contrepartie, permet à ces derniers de justifier les prix élevés qui leur sont garantis et d’apaiser les éleveurs, qui, eux, ne bénéficient pas des mêmes avantages. Quant à la FNSEA, progressivement investie par la génération des responsables agricoles formés à la JAC et au CNJA dans les années 1950, elle consent à laisser la coordination des actions techniques aux chambres d’agriculture, tant qu’elles ne contestent pas son hégémonie sur les revendications politiques et économiques.

  • 97 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 19 mai 1 (...)

64En Isère et en Savoie, les SUAD sont créés dans le courant de l’année 1967. Le directeur de la chambre d’agriculture de la Savoie insiste sur le fait que la réforme donne maintenant la possibilité de gérer directement les fonds publics, ce qui exige « un esprit nouveau, l’esprit du service public professionnel »97. Cette déclaration traduit parfaitement l’esprit de la réforme de 1966. Plusieurs allers et retours entre le conseil de direction du SUAD, la chambre d’agriculture et l’ANDA sont nécessaires pour ajuster le budget annuel, en fonction du programme prévu et des subventions accordées par l’un ou l’autre organisme. Le SUAD dispose de marges de manœuvre importantes puisqu’il peut opérer des choix, hiérarchiser les priorités, décider de la nature des aides techniques à apporter, et peut également procéder en son nom à certaines actions de développement si des secteurs du département ne sont pas couverts par les initiatives des groupements locaux.

65La nouvelle donne du développement modifie le rapport des conseillers agricoles à leurs employeurs. Le cadre du SUAD uniformise de fait les conditions de travail et ouvre la perspective de nouvelles revendications collectives. Les conseillers agricoles sont les principaux relais de la mise en œuvre des programmes techniques et économiques de modernisation. Mais ils n’acquièrent pas pour autant une véritable autonomie collective. Art de la suggestion et du déplacement, le conseil agricole s’accommode difficilement des nouveaux impératifs qui obligent à définir plus rigoureusement les actions entreprises et les objectifs visés, à rendre compte des résultats effectivement obtenus. Par ailleurs, en même temps qu’elle encourage une meilleure couverture de l’ensemble des petites régions agricoles de chaque département, la nouvelle politique a pour effet d’accroître les disparités financières entre les départements. Dans les groupements, les conseillers doivent faire face aux premiers signes de désaffection des agriculteurs, ce qui les amène parfois à endosser la fonction d’animateur en lieu et place des responsables locaux lorsque ceux-ci sont défaillants.

  • 98 Ibid.
  • 99 ACA 38, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de l’Isère du 20 septemb (...)

66Les chambres d’agriculture profitent des moyens de l’ANDA pour diversifier leurs services et embaucher de nouveaux conseillers. Mais les décrets de 1966 n’ont pas des effets uniformes. En Savoie, le nombre de salariés de la chambre passe de vingt-deux personnes à vingt-sept entre 1964 et 196998. Parmi les nouveaux recrutés, on compte une conseillère, un ingénieur en élevage, un spécialiste du tourisme, un spécialiste du foncier, et un conseiller de secteur pour une région de haute montagne. La diversification des services et le recours à du personnel spécialisé priment désormais sur l’embauche de conseillers et de conseillères de terrain. En Isère, la croissance des services de la chambre est plus spectaculaire, les ressources propres de l’organisme étant beaucoup plus importantes qu’en Savoie. Le nombre de conseillers et de conseillères employés au sein du service technique puis du SUAD passe de onze en 1964 à trente en 196999, parmi lesquels on retrouve quatre conseillers régionaux, dix conseillers de groupes locaux, trois ingénieurs de CETA, six conseillères agricoles, trois conseillers de gestion, deux conseillers spécialisés, un ingénieur d’études et un animateur. La création de postes de conseillers régionaux correspond à la volonté de territorialiser les activités de conseil en créant un échelon intermédiaire entre le groupement local et le SUAD départemental. Cette réorganisation doit permettre de travailler plus étroitement avec les coopératives, et de prendre en compte la nouvelle question de l’aménagement du territoire.

3.4. La recherche de protections salariales

67Le congrès de l’UNATCA en 1967 est entièrement consacré à l’analyse de la réforme de 1966 et à ses conséquences sur le métier de conseiller. Les différentes organisations syndicales sont confrontées à un problème commun : comment défendre les intérêts des salariés sans renoncer à participer activement aux orientations de la politique agricole dans le cadre du développement ? La difficulté est de taille, car elle renvoie à la relation complexe qu’entretiennent les conseillers et conseillères agricoles avec les agriculteurs, dont ils se doivent d’être proches et même solidaires dans l’exercice de leur métier, et dont ils doivent s’affranchir pour faire valoir leurs droits de salariés. Entre la CGC qui se consacre à la défense exclusive des cadres, la CFDT qui se réclame d’un syndicalisme de classe, et la CGA qui s’identifie d’abord aux organisations professionnelles agricoles, les oppositions ne manquent pas. Surtout, la nouvelle politique de développement agricole introduit une exigence de normalisation des statuts et des pratiques qui rend plus difficiles les arrangements entre les syndicats affiliés à ces trois confédérations.

  • 100 Yves Quemeneur, « La politique de l’emploi des conseillers agricoles », Les conseillers agricoles (...)

68L’enquête réalisée à l’occasion du congrès de 1967 montre une transformation du profil des conseillers : alors que les ingénieurs représentaient 60 % de l’ensemble des adhérents de l’UNATCA ayant répondu en 1961 et 1963, les trois quarts ne sont pas ingénieurs en 1967100. Les intervenants du congrès de 1967 rappellent tout ce que le métier doit aux conseillers issus de la « promotion sociale », souvent les plus anciens, et prennent soin de revendiquer l’obligation pour les employeurs de leur proposer un « recyclage », c’est-à-dire le suivi de stages de perfectionnement. Mais dans le même temps, ils se positionnent en faveur de la réforme qui projette de rendre obligatoire la possession d’un brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) pour postuler au métier, et débouche sur l’instauration d’un diplôme, déjà évoquée dans la première partie du chapitre. Durant le congrès, le SNCA, qui définit les conseillers comme des cadres de l’agriculture, porte cette revendication de relever le niveau de recrutement. Il est favorable également à une réorganisation des conseillers par petites régions, ce qui permettrait de créer une forme de promotion interne pour les conseillers qui deviendraient ainsi chefs d’équipe.

  • 101 A. Sournac, « Notre conception du développement », ibid., p. 19.
  • 102 Savary, « Conclusions des journées d’étude », ibid., p. 23-27.

69Le SNATPA-CFDT part de postulats différents mais s’accorde avec le SNCA sur le danger de la déqualification101. Il propose une partition de la qualification des conseillers en fonction de leur spécialité : conseillers d’études, conseillers d’animation, conseillers d’exploitation, conseillers spécialistes par produit. Plutôt que de défendre coûte que coûte l’exploitation familiale, il s’agit pour le SNATPA d’organiser au mieux les ateliers de production agricole dont il juge l’avènement inéluctable. La synthèse du président de l’UNATCA laisse en suspens cette question potentiellement conflictuelle de l’industrialisation de l’agriculture. Il préfère insister sur les liens qui unissent l’union syndicale des conseillers et les organisations professionnelles agricoles, sur la base d’une définition consensuelle du « développement » qui permette de concilier les différentes visions des syndicats : celle, fonctionnaliste, du SNATPA où le conseiller est un employé incontournable pour maîtriser l’industrialisation de l’agriculture, et celle, organique, du SNCA où le conseiller est un cadre de l’agriculture avant tout solidaire du milieu où il travaille. Le troisième courant du syndicalisme des conseillers, affilié à la CGA, ne propose pas de rapport écrit imprimé avec le compte-rendu du congrès de 1967, mais il présente une communication sur l’ouverture prochaine de négociations avec les employeurs et approuve les conclusions de la synthèse proposée par l’UNATCA réclamant une codification des conditions de travail et de rémunération102.

  • 103 ACFDT, 60G 9, SNATPA, Note annexe : les négociations à l’APPCA, 6 mars 1969.
  • 104 ACA 38, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de l’Isère du 20 septemb (...)
  • 105 ACA 73, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de la Savoie du 15 janvi (...)

70La constitution ad hoc des services techniques des chambres d’agriculture à partir des années 1950 a laissé en suspens la question du statut des personnels techniques. Le 10 décembre 1952, une loi institue un statut pour le personnel administratif des établissements publics que sont les chambres de commerce, les chambres d’agriculture et les chambres des métiers, avec la mise en place d’une commission nationale paritaire et de commissions régionales paritaires103. En 1954, un décret permet de calquer la base de valeur du point chambre d’agriculture sur l’évolution de l’indice général des salaires de l’INSEE. Les dispositions relatives au personnel administratif sont de fait appliquées aux personnels techniques, dont les embauches se multiplient rapidement au cours des années 1950. Jusqu’en février 1962, l’APPCA recommande aux chambres d’agriculture de faire signer à leurs agents du personnel technique un contrat individuel faisant référence aux dispositions du statut. Mais les situations varient selon les départements. Dès 1961, la chambre d’agriculture de l’Isère met ainsi en place une grille de rémunérations avec l’objectif d’harmoniser les salaires avec ceux observés dans les départements voisins104. L’année suivante, la commission régionale paritaire établit une grille de classement du personnel administratif et technique des chambres d’agriculture105. Mais ce n’est qu’en 1965 qu’une lettre émanant du cabinet du ministère de l’Agriculture reconnaît la possibilité de négocier et signer des conventions collectives dans les chambres d’agriculture.

  • 106 ACFDT, 60G 9, SNATPA, Lettre aux responsables des sections départementales, 19 juin 1968.

71Au congrès de 1967, le SNATPA, le SNCA et le SNPCA préparent le premier projet de convention collective nationale pour les conseillers agricoles. En parallèle, les représentants des personnels techniques au sein de la commission nationale paritaire travaillent à l’amélioration et à l’extension de leur statut. Une première tension avec les employeurs apparaît au grand jour lorsque le SNATPA est exclu des négociations au sein de la commission nationale paritaire, le SNPCA devenant le seul interlocuteur des responsables agricoles de l’APPCA. Cet incident alimente la critique du SNATPA vis-à-vis de son homologue jugé corporatiste en raison de sa filiation avec la CGA. De fait, il apparaît que ce syndicat est très prudent dans ses revendications. Mais les événements de mai 68 modifient le rapport de force jusque-là peu favorable aux syndicats de conseillers. Lors des premières négociations à la fin du mois de mai, l’APPCA consent à élargir le groupe de travail de la commission nationale paritaire à des représentants des syndicats de conseillers agricoles : un pour l’UNATCA, deux pour le SNCA, deux pour le SNATPA, et un pour le SNPCA. Fait inédit, des grèves ont même éclaté dans certaines chambres d’agriculture106. Les organisations professionnelles agricoles sont désormais disposées à des évolutions importantes en matière de droit syndical et d’augmentation de salaire, la signature de ces accords dits « de Varennes » faisant pendant à celle des accords « de Grenelle » au même moment. Profitant de cet élan, les syndicats de conseillers agricoles élaborent un projet commun de convention collective nationale à partir des travaux déjà en cours et le soumettent à l’APPCA en septembre.

  • 107 ACA 73, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de la Savoie du 25 novem (...)
  • 108 ACFDT, 60G 9, SNATPA, Note annexe, doc. cité.
  • 109 ACA 73, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de la Savoie du 25 novem (...)

72Les employeurs rejettent le texte et formulent une contre-proposition en février de l’année suivante. Le point d’achoppement principal concerne les salaires : les dirigeants des chambres d’agriculture ne veulent pas se retrouver prisonniers d’un texte qui les obligerait à augmenter automatiquement les revenus de leurs salariés chaque année107. Le projet des employeurs est rejeté par les syndicats mais l’unité syndicale se fissure. Le SNCA-CGC et le SNATPA-CFDT déclarent le texte irrecevable et envisagent dès lors de « mener une vigoureuse campagne d’information auprès des présidents de chambres d’agriculture et de leurs sections syndicales en vue de la conclusion rapide de nombreuses conventions collectives départementales »108. Le SNPCA-CGA ainsi qu’un autre syndicat autonome affilié à l’APPCA jugent insatisfaisant le nouveau texte, auquel ils préfèrent le statu quo, mais ils souhaitent reprendre la discussion à partir du projet de statut élaboré en juillet 1967, en retravaillant au niveau de la commission nationale paritaire, ce qui est une manière de mettre entre parenthèses mai 68. SNCA et SNATPA choisissent eux d’entrer dans un rapport de force au niveau départemental, en misant sur les divergences politiques entre les chambres d’agriculture pour faire progressivement avancer leurs revendications et obliger les chambres les plus réticentes à s’aligner sur celles qui se montrent favorables à une convention collective. Le syndicalisme des conseillers agricoles a échoué à imposer ses vues au niveau national. Mais les années suivantes sont marquées par un patient travail de ces syndicats pour donner un véritable statut au personnel technique, département après département109.

*

73Tout comme la formalisation de la relation de conseil étudiée dans la première partie du chapitre, et l’extension des domaines du conseil dans la seconde, la rationalisation de l’encadrement des conseillers agricoles apparaît comme un processus ambivalent. Les conseillers travaillent dans des conditions de plus en plus homogènes, notamment après la création des SUAD qui centralisent la majeure partie des actions de développement dans chaque département. La création de l’UNATCA permet de donner une nouvelle visibilité aux revendications syndicales des conseillers, bien que les divergences de fond entre organisations persistent. La question centrale est celle du rapport aux employeurs. En entrant dans un rapport de force salariés/employeurs, les conseillers objectivent leur relation avec le monde agricole. Ce faisant, ils se donnent les moyens de renforcer la cohésion de leur groupe professionnel. Mais dans le même temps, ils fragilisent la conception du métier de conseiller héritée des années 1950, selon laquelle ils ne sont pas de simples salariés, comme en témoignent leur investissement dans le travail au détriment de leur vie personnelle et les déclarations sans cesse renouvelées sur le dévouement, la critique des pesanteurs bureaucratiques et des démarchages commerciaux, la volonté d’incarner un « service public professionnel ».

74La politique de développement agricole est parfois présentée comme une forme de consécration des actions hétéroclites menées au cours des quinze années précédant les décrets de 1966. Mais la réforme ne s’inscrit pas dans le simple prolongement de la vulgarisation. Elle introduit une logique nouvelle de maîtrise et de contrôle des opérations réalisées, tandis que la politique antérieure de vulgarisation favorisait le foisonnement des initiatives et la prolifération des groupements d’agriculteurs. La mise en lumière du triple processus de formalisation de la relation de conseil, d’extension des domaines du conseil et de rationalisation de l’organisation du travail de conseil ne permet pas pour autant de conclure à la constitution d’une profession autonome de conseiller agricole. Cependant, le groupe professionnel des conseillers s’homogénéise considérablement au cours de la période. Les profils sont moins disparates, à mesure que les ingénieurs s’éloignent vers des fonctions d’encadrement des conseillers ou vers d’autres types de conseil, laissant le champ libre aux candidats moins qualifiés sur le plan scolaire, qui font valoir leurs connaissances pratiques du monde agricole. La formation, initiale et continue, se veut plus rigoureuse et plus ambitieuse sur le plan théorique en intégrant les savoirs importés de la psychosociologie. L’accès au métier est conditionné par l’obtention d’un diplôme spécifique. Des possibilités de carrière se dessinent à l’intérieur de l’appareil de développement. Les syndicats obtiennent davantage de protections sociales. Le passage de la vulgarisation, essentiellement technique, au développement agricole favorise une approche globale de l’exploitation qui permet au conseiller de se différencier des autres interlocuteurs des agriculteurs.

75Mais à la fin des années 1960, la professionnalisation des conseillers agricoles demeure inachevée. Dans l’immédiat après-guerre, l’alliance entre les premiers conseillers agricoles et les organisations professionnelles agricoles avait permis de constituer la vulgarisation comme un domaine indépendant de l’enseignement. La perspective se renverse lors de la décennie suivante : cette complicité entre employés et employeurs constitue le principal frein à l’autonomisation des premiers. En introduisant une logique de normalisation administrative, la politique de développement agricole oblige chaque partie à clarifier ses positions, et ainsi, à rigidifier des procédures de travail qui s’étaient traduites par de multiples arrangements locaux. En dépit de leurs efforts d’organisation, les conseillers agricoles restent largement dépendants de leurs employeurs. Les responsables professionnels agricoles veillent par exemple à conserver le contrôle des centres de formation. Les conseillers reproduisent les hiérarchies internes au monde agricole : les conseillères ont autant de difficultés à se faire entendre de leurs homologues masculins que les agricultrices en ont auprès de leurs maris. Ce manque de distanciation vis-à-vis des organisations professionnelles agricoles ne leur permet pas de s’affirmer comme un acteur autonome, qui pourrait parler d’une seule voix pour peser sur la définition des politiques agricoles au niveau national. La violente remise en cause des politiques agricoles du début des années 1970 va faire éclater ces contradictions internes au grand jour.

Notes

1 AFPA, compilation d’extraits traduits d’un article de Carl Rogers, « Les bases de l’efficacité du travail de conseiller », Bulletin de psychologie, avril 1963. Ce texte est utilisé par les formateurs du centre de Trie-Château.

2 Ces lois valorisent le modèle économique de l’exploitation à deux unités de travail humain (UTH), d’où des mesures pour inciter les plus âgés à cesser leur activité (indemnité viagère de départ), pour encadrer la recomposition foncière des exploitations (constitution des sociétés d’aménagement foncier et d’équipement rural), et pour faciliter l’investissement des jeunes (opportunités de prêts bonifiés via le Crédit agricole). Geneviève Gavignaud-Fontaine, La révolution rurale dans la France contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1996.

3 La théorie des « trois agricultures » développée par le CNJA propose de concentrer les politiques sur le soutien aux « exploitations moyennes » pour qu’elles puissent rejoindre les « exploitations modernes », et dans le même temps d’accompagner la disparition programmée des « exploitations archaïques ». Édouard Lynch, « Le “moment Debré” et la genèse d’une nouvelle politique agricole », Michel Debré Premier ministre, 1959-1962, Serge Berstein, Pierre Milza, Jean-François Sirinelli éd., Paris, PUF, 2005, p. 335-363.

4 Andrew Abbott, The System of the Professions. An Essay of the Division of Expert Labor, Chicago, Chicago University Press, 1988.

5 André Levesque, « Rôle et place du groupe dans la vulgarisation », Bulletin de liaison de la FNGVPA, no 3, avril 1964.

6 Max Pagès, « Le rôle précurseur de Guy Palmade et l’institutionnalisation de la psychosociologie », Nouvelle revue de psychosociologie, no 5, 2008, p. 69.

7 Daniel Lambelet, « Réinvestir le champ de la formation : éclipses et retour de la psychosociologie ? », Connexions, no 92, 2009, p. 165-177.

8 « Entretien avec Jean-Claude Rouchy. Les pionniers français de l’intervention psychosociologique en entreprise », Connexions, no 92, 2009, p. 11-28.

9 Jean-Claude Rouchy raconte qu’après 1968, le Centre national du patronat français (CNPF) surveille de près le contenu des séminaires proposés par l’ARIP. Ibid., p. 22.

10 A-INRA, JR/20, AFP, Programme de la session connaissance du milieu, 1960 ; 1JR6, Synergie-ROC, Étude sur les conseillers agricoles, 31 juillet 1961. L’histoire de Synergie-ROC mériterait d’importants développements. Créée par un ingénieur centralien, Daniel Adam, d’abord comme service d’études commerciales de l’agence publicitaire Synergie, l’organisation devient en 1962 une des composantes fondatrices de la SOFRES. Voir Jacques Antoine, Histoire des sondages, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 55-57.

11 A-INRA, 1JR4, Transcription de l’entretien de Jacques Rémy avec Paul Spinat, 1976, p. 15.

12 En France à la fin des années 1950, les travaux postlewiniens sont aussi repris par Gaston Berger pour fonder la prospective comme un nouveau champ de recherche, laquelle, « avant d’être une méthode ou une discipline », doit être « une attitude ». Voir Gaston Berger, « L’attitude prospective », De la prospective. Textes fondamentaux de la prospective française (1955-1966), Gaston Berger, Jacques de Bourbon-Busset, Pierre Massé éd., Paris, L’Harmattan, 2007, p. 81-86.

13 A-INRA, JR/9, AFPA, Carl Rogers, « Les bases de l’efficacité du travail de conseiller » (extraits), 1963.

14 Ibid., p. 1-2.

15 A-INRA, JR/14, AFPA, « Les rôles et tâches de l’agent de changement » [d’après Ronald Lippit, Jeanne Watson, Bruce Westlet, The Dynamics of Planned Change, New York - Burlingame, Harcourt, Brace and World Inc., 1958], traduction de Paul Spinat, 1965, 41 pages.

16 Ibid., p. 41.

17 Ibid.

18 Everett Rogers, Diffusion of Innovations, New York, Free Press, 1962 ; Maryvonne Bodiguel, Les paysans face au progrès, ouvr. cité.

19 Pour une étude des travaux de l’Institut de l’élevage, voir Claude Compagnone, Le travail d’élaboration des connaissances au sein d’un institut technique agricole. Les conceptions d’ingénieurs de l’institut de l’élevage, thèse de sciences biologiques et de psychologie, Institut national agronomique Paris-Grignon, 1999.

20 Christophe Bonneuil, François Hochereau, « Gouverner le “progrès génétique” », art. cité.

21 A-INRA, 1JR6, Synergie-ROC, Étude sur les conseillers agricoles, doc. cité.

22 Ibid., p. 22 et p. 46.

23 Ibid., p. 61.

24 A-INRA, 1JR7, Compte-rendu de l’assemblée générale de l’AFPA de 1967, 30 novembre 1967, p. 11.

25 A-INRA, 1JR7, APPCA, Rapport de la direction de la formation, du perfectionnement et de la promotion, août 1967, p. 23.

26 A-INRA, AFPA, Journées préparatoires au cycle de formation au métier de conseiller agricole (Centre B) des 18, 19, 20, 21, 22 janvier 1966.

27 A-INRA, 1JR7, APPCA, Rapport de la direction de la formation, du perfectionnement et de la promotion, août 1967.

28 Arrêté du 7 septembre 1970 portant sur la formation et la qualification des conseillers agricoles, Journal officiel de la République française, 3 octobre 1970, p. 9211-9212.

29 A-INRA, 1JR7, AFPA, Mémoire sur les principales activités menées par l’AFPA, 1970-1972, 1973.

30 Alice Barthez, Famille, travail et agriculture, Paris, Economica, 1982.

31 Jérôme Pelletier, La place des femmes dans la modernisation de l’agriculture en Loir-et-Cher de la Libération au début des années 1980, thèse d’histoire, Université Paris 10 - Nanterre, 2010.

32 Fédération nationale des groupements familiaux de vulgarisation ménagère agricole, Le milieu rural. Promotion féminine, Paris, Confédération nationale de la famille rurale, 1967, p. 4-7.

33 Les éditoriaux de Gabriel Lantin dans la revue sarthoise Femmes au village. Revue mensuelle d’information sociale rurale et de vulgarisation ménagère agricole durant les années 1960 sont assez typiques de ce discours conservateur apaisé, dans lequel les conflits ne sont jamais que des incompréhensions amenées à s’effacer avec le temps. La Bibliothèque nationale de France conserve la collection complète des numéros de cette revue entre 1952 et 1993.

34 Michèle Perrot, « La jaciste : une figure emblématique », Celles de la terre, ouvr. cité, p. 34-60.

35 Jacques Rémy, « Modèles de formation à l’usage des femmes rurales », POUR, no 51, 1976, p. 73-79.

36 Rose-Marie Lagrave, « Les dirigeantes dirigées », Celles de la terre, ouvr. cité, p. 153-186.

37 Michèle Salmona, « L’“échappée belle” ou la mobilisation des femmes dans l’agriculture en France », Tiers-Monde, no 102, 1985, p. 371-382.

38 Marie-Catherine Becouarn, L’évolution des techniques en agriculture et le travail des femmes, CNRS - Centre d’études sociologiques, 1971, p. 42.

39 Ibid., p. 43.

40 Rose-Marie Lagrave éd., Celles de la terre, ouvr. cité, p. 28.

41 La belle expression « féminismes silencieux » est empruntée à l’ouvrage plusieurs fois cité Celles de la terre, p. 12. Voir aussi les travaux nord-américains : Naomi Black, Social Feminism, Ithaca - New York, Cornell University Press, 1989 ; Naomi Black, Gail Cuthbert Brandt, Feminist Politics on the Farm. Rural Catholic Women in Southern Quebec and Southwestern France, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1999 ; Linda Ambrose, Margaret Kechnie, « Social control or social feminism ? Two views of the Ontario Women’s Institutes », Agricultural History, vol. 73, no 2, 1999, p. 223.

42 Jacques Rémy, Travail, famille et développement agricole. Aspects de la vulgarisation féminine agricole, Paris, INRA, 1977.

43 A-INRA, JR/21, AFPA, G. Roux, « Réflexions sur la vulgarisation féminine », 1969, p. 28.

44 L’Office central de comptabilité agricole de Soissons a par exemple été créé dès 1924. Voir Roland Carles, Audit et gestion de l’entreprise agricole, Paris, Éditions France agricole, 1999, p. 79-80.

45 Témoignage du centre de gestion de l’Eure, « Comment créer, organiser un centre de gestion », Organisation et gestion de l’entreprise agricole, no 1, janvier 1963.

46 Ibid.

47 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 18 novembre 1960.

48 Paul Houée, Les étapes du développement rural, t. 2, ouvr. cité, p. 124-125.

49 Alice Barthez, Famille, travail et agriculture, ouvr. cité.

50 Louis Estrangin, « Une nouvelle étape pour l’économie rurale française », Organisation et gestion de l’entreprise agricole, no 11, janvier 1964.

51 Article 3 de la loi no 60-808 du 5 août 1960 d’orientation agricole.

52 François Colson, Christian Mouchet, « La promotion de la gestion auprès des agriculteurs ou l’histoire de la comptabilité simplifiée et de son utilisation en agriculture », Économie rurale, no 169, 1985, p. 54-55.

53 J. Bonhoure, Charles Jaunet, « Exemple d’un groupement qui a établi son programme de travail en partant de la fiche simplifiée », Bulletin de liaison de la FNGVPA, no 1, juillet 1963.

54 B. Guitton, F. Buttin, « La gestion simplifiée », Organisation et gestion de l’entreprise agricole, no 1, janvier-février 1963.

55 De Chanterac, « Une opération de gestion simplifiée en Meurthe-et-Moselle », Bulletin de liaison de la FNGVPA, no 4, septembre 1964.

56 J. Bonhoure, Charles Jaunet, « Exemple d’un groupement », art. cité.

57 Scie, Voillon, « Un GVA pense à… associer étroitement la gestion à l’établissement de son programme », Bulletin de liaison de la FNGVPA, no 2, décembre 1963.

58 De Chanterac, « Une opération de gestion simplifiée », art. cité.

59 Pierre Cormorèche, « Rapport moral présenté à l’assemblée générale de la FNGVPA le 7 décembre 1965 », Bulletin de liaison de la FNGVPA, no 8, février 1966.

60 Nathalie Joly, « Chroniques du travail agricole et livres de comptes : la diffusion des pratiques d’écriture en milieu paysan », Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture (1760-1945), Michel Boulet éd., Dijon, Éducagri, 2000, p. 239-246.

61 CCGER de Haute-Savoie, « En Haute-Savoie, les agriculteurs tiennent eux-mêmes leur comptabilité », Organisation et gestion de l’entreprise agricole, no 34, mai 1966.

62 Guichard, « La programmation linéaire. Un nouvel outil mis à la disposition des agriculteurs pour préparer leurs décisions », Organisation et gestion de l’entreprise agricole, no 35, juillet 1966.

63 Ibid., p. 4-5.

64 En Isère, cette méthode est expérimentée par un agriculteur de la région de Vienne, qui est le président du SUAD de l’Isère. Pour effectuer les différentes simulations nécessaires à la recherche du plan de production optimal, il se rend trois jours à Chalon-sur-Saône pour accéder à l’ordinateur, assisté d’une dizaine de techniciens, programmateurs et chercheurs. La lourdeur de la procédure limite sa généralisation, et il faut attendre la fin des années 1970 et le développement de la micro-informatique pour que les conseillers de gestion puissent étendre l’usage de la programmation linéaire à un grand nombre d’exploitations.

65 A-INRA, JR/20, Rapport sur le conseiller d’entreprise agricole, 1971 ; Rapport sur la formation économique à Trie-Château, 1969, par Michel Torlasco, responsable du département d’économie.

66 Jean-Noël Chatanay, Philippe Richard, « Le développement de la formation et du calcul économique chez les agriculteurs », Économie rurale, no 79-80, 1969, p. 273-278.

67 François Colson, Christian Mouchet, « La promotion de la gestion », art. cité, p. 55.

68 On retrouve ici les trois piliers du logos gestionnaire tel que le définit Valérie Boussard : rationalité, maîtrise et performance. Voir Valérie Boussard, Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris, Belin, 2008, p. 23-27.

69 Max Weber, Économie et société, Paris, Plon, 1921, p. 57, cité par Valérie Boussard, Sociologie de la gestion, ouvr. cité, p. 62.

70 Mélanie Atrux-Tallau, Histoire sociale d’un corps intermédiaire, ouvr. cité, p. 761. Selon l’auteur, les conseillers sont plus nombreux dans l’ouest de la France. La faible densité observée dans certaines régions pourrait correspondre à des endroits où les DSA sont restées présentes sur le terrain, le syndicalisme y étant moins actif.

71 APPCA, « Le statut de la vulgarisation agricole », Chambres d’agriculture, supplément au no 203, 1er septembre 1960, p. 5-9.

72 Ibid., p. 7.

73 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 18 novembre 1960.

74 ACA 38, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de l’Isère du 10 mai 1960.

75 ACA 38, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de l’Isère du 25 mai 1961.

76 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie des 18 et 19 mai 1961.

77 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 19 novembre 1965.

78 Archives de la CFDT, 27G1, Brochure sur l’histoire de la FGSOA (1943-1984), février 1984.

79 Sur la brèche, revue syndicale, 1954, deux numéros consultables à la Bibliothèque nationale de France.

80 SNCEA, Historique du SNCEA/CFE-CGC, ouvr. cité ; A-INRA, 1JR2, Document annexe au programme de la session de l’UNAVCA à Clermont-Ferrand, 1960 environ.

81 Rapport du congrès des conseillers agricoles (Néris-les-Bains - 14 et 15 mai 1961), no 212 de la revue Chambres d’agriculture, 15 novembre 1961.

82 H. de Bonnefoy, « Les aspirations des conseillers agricoles et leurs inquiétudes », ibid., p. 13-17.

83 Cette proportion paraît élevée alors qu’il s’agit d’hommes jeunes et relativement inexpérimentés. Les déclarations des conseillers prennent certainement en compte les stages qu’ils ont effectués dans de grandes exploitations où ils pouvaient facilement occuper un poste de chef de culture.

84 A-INRA, 1JR4, Entretien de Jacques Rémy avec M. Roger, 1976.

85 Rapport du congrès des conseillers agricoles tenu à Vichy les 1er et 2 mai 1964, no 300 de Chambres d’agriculture, 15 septembre 1965.

86 Paul Houée, Les étapes du développement rural, t. 2, ouvr. cité, p. 57-58.

87 L’intervention du délégué du SNCA se clôt d’ailleurs sur cette interrogation en forme de regret : « décider une bonne fois pour toutes si oui ou non la profession de conseiller n’est qu’un passage éphémère d’activité dans la vie d’un homme ou un véritable métier ». Voir M. Loutrel, « Rapport suite à l’enquête sur la situation des conseillers », Rapport du congrès des conseillers agricoles tenu à Vichy, ouvr. cité.

88 J. Caillaud, « Le conseiller agricole professionnel… vu par les conseillers », ibid.

89 C. Pourrat, « Place du conseil agricole parmi les diverses actions des organisations professionnelles », ibid.

90 M. Barberot, « Quelques aspects de la profession de conseillère agricole », ibid.

91 Mlle Bosset, « Point de vue des femmes sur leur place dans l’évolution de l’agriculture et sur l’aide que peut apporter la vulgarisation », ibid.

92 Savary, « L’évolution de l’agriculture pose des problèmes graves pour l’évolution du conseil agricole », ibid.

93 Décret no 66-744 du 4 octobre 1966 relatif au financement et à la mise en œuvre des programmes de développement agricole, Journal officiel de la République française, 6 octobre 1966, p. 8774-8776. Pour une analyse du texte, voir Jean-Paul Schaff, Pierre Simula, Les agents de développement agricole, ouvr. cité, p. 30 ; Marianne Cerf, Daniel Lenoir, Le développement agricole, Paris, PUF, 1987, p. 46-51.

94 Pierre Muller, Le technocrate et le paysan, ouvr. cité.

95 François Colson, Jacques Rémy, « Le développement, un enjeu de pouvoir », Les agriculteurs et la politique, Coulomb Pierre et al. éd., Paris, Presses de la FNSP, 1990, chap. 4, p. 197-205.

96 Ibid., p. 197. Les auteurs renvoient ici aux analyses de Claude Servolin, « Politiques agricoles », Traité de science politique, Paris, PUF, 1985.

97 ACA 73, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de la Savoie du 19 mai 1967.

98 Ibid.

99 ACA 38, Procès-verbal de la session ordinaire de la chambre d’agriculture de l’Isère du 20 septembre 1971.

100 Yves Quemeneur, « La politique de l’emploi des conseillers agricoles », Les conseillers agricoles et le développement, supplément à la revue Chambres d’agriculture, no 389-390, 1er-15 juin 1968, p. 9-16.

101 A. Sournac, « Notre conception du développement », ibid., p. 19.

102 Savary, « Conclusions des journées d’étude », ibid., p. 23-27.

103 ACFDT, 60G 9, SNATPA, Note annexe : les négociations à l’APPCA, 6 mars 1969.

104 ACA 38, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de l’Isère du 20 septembre 1971.

105 ACA 73, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de la Savoie du 15 janvier 1962.

106 ACFDT, 60G 9, SNATPA, Lettre aux responsables des sections départementales, 19 juin 1968.

107 ACA 73, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de la Savoie du 25 novembre 1968.

108 ACFDT, 60G 9, SNATPA, Note annexe, doc. cité.

109 ACA 73, Procès-verbal de la réunion du bureau de la chambre d’agriculture de la Savoie du 25 novembre 1971.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Photogramme issu du film documentaire Le nom des fleurs
Légende Christiane Bernard (à gauche), conseillère agricole retraitée depuis le début des années 1990, en conversation avec Marguerite Duchâtel et Geneviève Vissou, deux anciennes adhérentes des groupes de vulgarisation féminine agricole.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Illustration 2 – Photogramme issu du film documentaire Le nom des fleurs
Légende Agencement des diapositives conservées dans les archives de la chambre d’agriculture de la Savoie sur une table lumineuse
Crédits Crédit : Sylvain Brunier, Chloé Pons, Le nom des fleurs, 2013.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8659/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Illustration 3 – Voyage au bout des champs de maïs
Légende Observation d’un champ de maïs par les membres d’un groupe de vulgarisation agricole féminine à l’occasion de leur voyage d’études annuel. La photographie a très probablement été prise par la conseillère agricole en charge de l’animation du groupe.
Crédits Crédit : Auteur anonyme, Archives de la chambre d’agriculture de la Savoie, 1965 environ
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8659/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Illustration 4 – Mettre en scène le travail de comptabilité-gestion
Légende Cette photographie d’une agricultrice en train de faire la comptabilité de l’exploitation est extraite d’une série de diapositives utilisées par les conseillères agricoles de la chambre d’agriculture de la Savoie pour animer les réunions des groupes de vulgarisation agricole féminine.
Crédits Crédits : Auteur anonyme, Archives de la chambre d’agriculture de la Savoie, 1965 environ.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8659/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 822k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search