Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le bonheur dans la modernité

 | 
Sylvain Brunier

Chapitre II

L’invention du métier de conseiller agricole, entre prescription technique et mobilisation politique (1953-1959)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il n’aurait guère de bureau que sa bibliothèque, guère de papiers autres que ses résultats d’essais et ses fiches d’exploitation ; il serait la moitié du temps sur les routes, et pendant l’été de préférence les dimanches et les jours de mauvais temps, quand les paysans, non bousculés, l’écouteront plus volontiers.1

Pour traiter les demandes d’agrément des agents techniques de zones-témoins, obligatoires après 1953, la commission d’aide technique et financière de productivité collecte des informations sur le profil des candidats2. Qui sont ces premiers conseillers agricoles ? Ce sont uniquement des hommes. À une exception près, tous sont nés entre 1920 et 1932. Plus de la moitié d’entre eux sont âgés de vingt-cinq à vingt-neuf ans. À cette homogénéité s’oppose la grande diversité de leur formation initiale. Sur trente-cinq candidats, on retrouve cinq diplômés d’une école nationale d’agriculture, onze diplômés d’écoles d’ingénieurs privées, quatre diplômés de l’Université, un bachelier...

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540