Version classiqueVersion mobile

Le bonheur dans la modernité

 | 
Sylvain Brunier

Remerciements

Texte intégral

1Je voudrais exprimer toute ma reconnaissance à celles et ceux qui ont accepté de se replonger dans les souvenirs de leur vie professionnelle à ma demande. Ces rencontres ont nourri mes recherches en ouvrant de multiples pistes de réflexion. Mes remerciements vont également aux personnels des différents centres d’archives qui m’ont assisté durant mon enquête, sans lesquels toute recherche historique serait impossible.

2Cet ouvrage est en grande partie tiré de ma thèse. Je voudrais remercier les équipes du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes et de la Maison des sciences de l’homme - Alpes qui m’ont accompagné dans cette entreprise de longue haleine, avec une pensée particulière pour Nicolas Krautberger, mon indéfectible complice durant toutes ces années. Je voudrais également remercier chaleureusement les équipes du Centre de sociologie des organisations qui m’ont accueilli en postdoctorat, m’ont donné les moyens de développer mes intuitions de recherche et d’étayer mes raisonnements dans de nouveaux cadres théoriques.

3Cet ouvrage est aussi le produit des nombreuses discussions et relectures ouvertes au fil des séminaires, des colloques, des publications et des appels à projets. Si je ne peux malheureusement pas rendre justice à l’ensemble des chercheurs ou chercheuses qui m’ont fait bénéficier de leurs critiques constructives et bienveillantes, ma dette est particulièrement grande à l’égard de Jérôme Aust, Claire Lemercier et Jacques Rémy, qui ont, chacun à leur manière, permis à ce travail de trouver un point d’aboutissement. Les différents chapitres ont été largement enrichis grâce aux suggestions de Sebastian Billows, Marie-Emmanuelle Chessel, Jean-Noël Jouzel, Ulrike Lepont et Scott Viallet-Thévenin. Merci aussi à Olivier Pilmis pour son génie des titres.

4Je me sens quelque peu gêné à l’idée d’associer mes proches à ces remerciements, peut-être parce que ce cadre est trop étroit par rapport à ce qu’ils m’apportent, ou peut-être parce qu’il est toujours un peu étrange de remercier ceux qu’on aime pour ce qu’ils sont. Pourtant ce livre ne serait certainement pas le même sans mes tentatives pour impressionner Émilie, mes chicanes avec Guillaume, mes travaux pratiques avec Vincent, et mes échanges avec tant d’autres, famille et amis, que ma pudeur déjà mise à mal par cet exercice ne me permettra pas d’ajouter à la liste.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search