Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Les ressources en eau de la Tunisie : contraintes du climat et pression anthropique

Habib Ben Boubaker, Zeineb Benzarti et Latifa Hénia

Texte intégral

1La Tunisie fait partie du groupe de pays du sud de la Méditerranée où les ressources en eau constituent l’un des biens environnementaux les plus menacés. Son potentiel hydrique est modeste. Environ le quart de ces ressources proviennent des nappes fossiles et sont, de ce fait, épuisables. Les ressources renouvelables subissent, elles, les effets d’un climat contraignant et qui risque de le devenir encore plus avec les changements climatiques. Aussi bien les ressources renouvelables que les ressources fossiles souffrent d’une pression humaine croissante et de défis socio-économiques nombreux. Elles sont très fragiles et très menacées. Sans une gestion durable, elles risquent de devenir un frein sérieux au développement.

2Dans cette étude, nous essayons de présenter la problématique des ressources en eau de la Tunisie, en rapport avec le climat et les contraintes socio-économiques, ainsi que les stratégies en matière de ressources en eau.

1. Ressources en eau et contraintes du climat

Les contraintes du climat

3Un apport pluviométrique modeste, très inégalement réparti dans l’espace et très irrégulier dans le temps. En Tunisie, les totaux pluviométriques annuels moyens vont de 1 500 mm (dans l’extrême Nord-Ouest) à moins de 100 voire même à moins de 50 mm (dans l’extrême Sud-Ouest). Mais seule la Tunisie tellienne bénéficie d’une pluie moyenne annuelle égale ou supérieure à 400 mm (figure 1). Les deux tiers du pays reçoivent entre 350 et 50 mm/an. Les régions percevant moins de 100 mm couvrent à elles seules plus du tiers du pays. La saison des pluies s’étend en général de septembre à mai. Mais une grande irrégularité affecte aussi bien la quantité, l’intensité, le régime des pluies, que la date du commencement et celle de la fin de la saison des pluies. Dans le cadre de cette variabilité, le pays connaît des années de fortes pluies à l’origine d’inondations violentes, et des sécheresses de grandes dimensions spatio-temporelles.

Figure 1.
Pluviométrie moyenne annuelle (mm).

4Des pluies concentrées en un faible nombre de jours et de longs intervalles secs. Au cours de la saison assez longue où il peut pleuvoir (septembre à mai), les pluies se concentrent en fait en un faible nombre de jours. Plus des deux tiers du pays connaissent en moyenne moins de 50 jours de pluie par an. Dans l’extrême Sud, les chiffres sont inférieurs à 10 jours. Seules quelques stations du Tell septentrional, au nord de la Medjerda, ont un nombre annuel moyen de jours de pluie égal ou supérieur à 100. Ces jours de pluie se regroupent en épisodes pluvieux de courte durée (la durée la plus fréquente est celle d’un jour) séparés par des intervalles secs assez longs. Le faible regroupement des jours pluvieux et l’importance des intervalles secs augmentent au fur et à mesure que l’on va vers le sud. Les jours à faible apport pluviométrique dominent (Hénia, 1993). Les jours de pluie d’un apport pluviométrique inférieur à 5 mm constituent 40 à 70 % de l’ensemble des jours pluvieux dans le Tell, mais 70 % à 80 % dans la plupart des stations du Centre et du Sud. Cependant, l’apport pluviométrique le plus important est fourni par de fortes intensités journalières. Au sud de la Dorsale, en particulier, le total pluviométrique annuel peut provenir uniquement de quelques averses violentes et de courte durée. Ce type d’averses peut provoquer des écoulements importants engendrant un débordement des cours d’eau, des inondations et une érosion hydrique intense. Ceci pose évidemment le problème des transports solides et de l’envasement des barrages.

5Un climat à pouvoir évaporant très fort. L’évapotranspiration potentielle est très forte en Tunisie. Elle se trouve favorisée par les effets conjugués de plusieurs paramètres climatiques parmi lesquels nous citons :

  • L’intensité du rayonnement solaire. Le rayonnement reçu au sol est en moyenne de 400 à 500 cal / cm2 / jour. En été, il dépasse 600, voire même 700 cal / cm2 / jour. Converti en son équivalent en eau évaporable, il dépasse 10 mm/jour, alors que la pluie est en moyenne de 0,1 à 0,3 mm / jour. En hiver, le rayonnement reçu au sol est de 200 à 300 cal / cm2 / jour. Exprimé en mm, il est de 4 à 5 mm / jour. Quant à la pluie, elle reste inférieure à 1,5 mm / jour, pour l’ensemble du Centre et du Sud et même pour certaines stations du Tell ;
  • Des températures élevées. La moyenne annuelle se situe, pour la quasi-totalité des stations entre 16° et 20 °C. L’été est très chaud, les moyennes mensuelles sont de 22° à 32 °C et les maxima moyens sont de 32° à 37 °C, voire même à 39 °C. L’hiver est doux, mais les maxima quotidiens restent relativement élevés, supérieurs à 15 °C pour la quasi-totalité du pays. Par son niveau élevé, la température constitue un facteur favorable à l’évapotranspiration potentielle (ETP). Pendant la saison chaude, où les maxima quotidiens atteignent et dépassent 40 °C à l’ombre, les volumes d’eau qui s’évaporent sont énormes. À titre d’exemple, l’évaporation Piche pendant cette saison en Tunisie est en moyenne de 5 à 13 mm/jour. Mais elle peut dépasser, dans les situations de grande chaleur, 20, voire même 25 mm/jour ;
  • Une humidité relative de l’air pouvant descendre très bas. À l’échelle annuelle, l’humidité de l’air est supérieure à 70 % dans le Tell septentrional, le Cap Bon, le littoral de la Tunisie centrale et dans la région de Jerba et de Zarzis. Elle est de 50 à 60 % à l’intérieur de la Tunisie centrale et autour du golfe de Gabès. Mais elle descend au-dessous de 50 % voire même 40 % dans le Sud-Ouest du pays. Cependant, partout en Tunisie, les fortes températures estivales et la fréquence des advections de l’air saharien très chaud et très sec font descendre l’humidité relative à des valeurs très basses (les minima absolus sont, selon les stations, de 4 à 9 % en été et de 7 à 25 % en hiver) ;
  • Des vents forts et des vents chauds et secs très favorables à l’évaporation. Les vents les plus générateurs de dessèchement en Tunisie sont ceux qui soufflent du secteur sud (sirocco) ainsi que ceux qui viennent de l’ouest « gharbi ».

6L’ensemble de ces facteurs est de nature à favoriser une ETP élevée (figure 2). Les quantités se situent entre 1200 et 1800 mm/an, soit, en moyenne, 3,5 à 5 mm/jour, alors que la moyenne journalière de la pluie reste entre 0,3 et 1 mm / jour pour les 3/4 du pays. La répartition spatiale de l’ETP présente un contraste assez marqué entre la côte et l’intérieur et entre le Tell, le Centre et le Sud. Dans le Tell, ainsi que sur une étroite frange côtière de la Tunisie centrale et du Sud-Est, elle varie entre 1 200 et 1 400 mm. Elle dépasse 1 700 mm pour le tiers méridional du pays. L’approximation de l’ETP est faite ici à partir de l’ETP Penman, l’ETP mesurée et par l’ETP/Institut national de la météorologie (INM) pour les stations peu fournies en mesures climatiques (Hénia, 1993). La variation spatiale de l’ETP se fait dans le sens inverse de la variation de la pluie. Ceci est de nature à accentuer le déséquilibre entre les régions à l’égard des ressources en eau renouvelables et poser le problème des transferts.

7À l’échelle saisonnière également, l’ETP varie dans le sens inverse de la variation de la pluie, d’où le problème du stockage de l’eau. En été, l’ETP est très forte, alors que la pluie est presque totalement absente. Pendant cette saison, l’ETP se maintient entre 5 et 6 mm/jour dans la Tunisie tellienne et sur une étroite frange littorale de la Tunisie centrale et du golfe de Gabès. En dehors de ces régions, elle est de 6,5 à 7,5 mm/jour. Dans l’extrême Sud-Ouest, elle dépasse même 8mm/jour. Pendant cette saison, des pointes de 9 à 10 mm/jour ont été mesurées à Tunis, Gabès et Kasserine. En hiver, par contre, les valeurs moyennes de l’ETP se situent entre 1 et 2,2 mm/jour et varient peu à l’échelle spatiale. Les mesures effectuées par l’Institut national de la recherche agronomique tunisienne (INRAT) montrent que des pointes de 4 mm/jour ou même plus peuvent se produire exceptionnellement en hiver en faveur d’advection d’air saharien très chaud et très sec. En somme, avec ces caractéristiques climatiques (une pluviosité modeste et une ETP très forte) le bilan hydrique climatique ne peut être que très déficitaire.

Figure 2.
Moyenne annuelle de l’ETP (mm).

8Un bilan hydrique largement déficitaire. Seule la Kroumirie, région élevée et peu étendue dans l’extrême Nord-Ouest du pays, connaît en Tunisie un bilan annuel excédentaire. L’excédent atteint, dans les stations les plus favorisées (Aïn Draham, El Feïja), 400 mm / an, et le taux de couverture de l’ETP par la pluie est de 140 %. En dehors de cette région peu étendue, tout le reste du pays connaît un bilan fortement déficitaire (figure 3). Le déficit déjà fort dans le Nord, augmente nettement au fur et à mesure que l’on va vers le sud. Dans la plus grande partie du Tell, le déficit est de 400 à 800 mm / an et la pluie ne couvre que 30 à 40 % de l’ETP. Dès que l’on dépasse la Dorsale, vers le centre du pays, le déficit devient supérieur à 1 000 mm / an. Il se situe entre1 000 et 1 400 mm dans la Tunisie centrale et le golfe de Gabès. Dans ces régions, la pluie ne couvre que 5 à 30 % de l’ETP. Dans le Sud-Ouest du pays, aux abords de la région des chotts, le déficit dépasse 1600, voire même, 1800 mm/an. La pluie ne couvre que 2 à 5 % de l’ETP (Hénia, 1993).

9La quasi-totalité de la Tunisie se définit par un bilan hydrique déficitaire. Le déficit ne caractérise pas uniquement l’année moyenne. En effet, en dehors de l’extrême Nord-Ouest, aucune région ne présente un bilan annuel excédentaire. Cependant, à l’intérieur de l’année, le bilan hydrique peut être excédentaire pour quelques mois situés en hiver et/ou en intersaisons. L’ETP et la pluie se définissent par un régime saisonnier opposé. La saison froide, qui est la saison du maximum pluviométrique, enregistre le minimum de l’ETP, d’où l’excédent pluviométrique qui peut apparaître pendant cette saison. Il est à signaler cependant que le nombre et la fréquence de ces mois humides sont très variables à l’échelle spatiale et temporelle. La Tunisie tellienne est la seule région en Tunisie a observer une saison humide (P ≥ ETP) pour chaque année. En aucune année cette région ne connaît 12 mois secs successifs. Il va sans dire que, dans cet ensemble, la durée de la saison humide varie d’une région à l’autre et d’une année à l’autre. En moyenne, la saison humide est de 6 à 7 mois dans l’extrême Nord-Ouest. Mais elle n’est que de 2 mois sur la marge sud du Tell.

Figure 3.
Déficit pluviométrique annuel (mm).

10L’excédent hydrique enregistré pendant cette saison est important dans le Nord-Ouest (900 mm à Aïn Draham), mais il est modeste pour le reste du Tell (20 à 100 mm). Pendant les années les plus sèches, le nombre de mois humides peut être de 4 à 5 mois seulement dans l’extrême Nord-Ouest et d’un mois uniquement sur la marge sud du Tell. Au sud de la Dorsale, soit dans les 2/3 du territoire tunisien, la saison humide ne se manifeste pas tous les ans comme dans le Tell. Dans la quasi-totalité de la Tunisie centrale et la frange littorale du golfe de Gabès, 50 à 70 % des années ne connaissent aucun mois humide. Dans le Sud-Ouest du pays, le pourcentage des années sans aucun mois humide est supérieur à 85 %, voire même à 95 % dans l’extrême Sud-Ouest. Cependant, les régions de la Tunisie centrale et du golfe de Gabès, qui restent en majeure partie des années sans aucun mois humide, sont susceptibles de connaître certaines années de fortes pluies, généralement concentrées en quelques jours ou quelques semaines. Mais ces pluies saturent le sol et déterminent un écoulement important à l’origine d’inondations catastrophiques. C’est le cas des années 1969, 1975, 1982 et 1990. Avec ces caractères du bilan hydrique climatique, les ressources en eau renouvelables ne peuvent être que modestes et irrégulières dans le temps et dans l’espace. Des changements climatiques, se manifestant par des modifications dans la quantité et/ou le régime de la pluie et de l’évapotranspiration, ne font qu’aggraver ces aspects des ressources en eau.

11Des contraintes aggravées par les changements climatiques. Les modèles climatiques globaux prévoient que les changements climatiques ne seront pas sans effets sur les précipitations. Cependant ceux-ci ne seront pas uniformes sur tous les points de la planète. À ce propos, les résultats des modèles ne sont pas toujours concordants, surtout lorsqu’il s’agit de passer de l’échelle globale à l’échelle régionale et locale. Concernant nos régions, tout ce que nous pouvons en déduire, c’est qu’avec les changements climatiques, les précipitations évolueront différemment selon les saisons et selon les régions. Quelles sont les régions et les saisons qui vont être marquées par l’intensification de la sécheresse ou de l’humidité ? La réponse diffère d’un modèle à un autre.

12Le réchauffement global affectera nécessairement l’ETP. Les modèles prévoient une intensification de l’évaporation en rapport avec l’augmentation de la température. L’augmentation de l’ETP serait particulièrement intense à nos latitudes. Elle concernerait toutes les saisons, mais à des degrés variés. L’augmentation de l’ETP, à côté des perturbations imposées aux précipitations, par suite du réchauffement global du climat, affecterait un bilan hydrique climatique déjà largement déficitaire en Tunisie.

Un potentiel en eau modeste, irrégulier et de qualité parfois médiocre

13Un potentiel modeste et inégalement reparti dans l’espace. Le bilan hydrique climatique déficitaire et la taille réduite des bassins versants de la Tunisie expliquent ses ressources en eau potentielles modestes, évaluées (en 1996) à 4 630 milliards/m3 (le plus faible du Maghreb, figure 4) ; 2,7 milliards de m3 proviennent des eaux de surface (soit 58 % du total), 1 211 milliards de m3 proviennent des nappes profondes (26 %) et 719 millions de m3 des nappes phréatiques (16 %). Ces ressources sont inégalement réparties dans l’espace (figure 5).

14La Tunisie du Nord, région la plus pluvieuse du pays, concentre l’essentiel du potentiel en eau de surface (81 %). C’est l’oued Medjerda et ses affluents qui constitue le plus grand bassin hydrologique du pays et fournit l’essentiel des ressources en eau de surface. Son apport moyen est évalué à 1 milliard de m3/an. Les oueds du Centre et du Sud, caractérisés par un écoulement intermittent et endoréique dans la plupart des cas, fournissent moins de 1/5 de l’apport total en eau de surface. Ils jouent cependant un rôle important dans l’alimentation des nappes souterraines. Les ressources souterraines potentielles, évaluées à près de 2 milliards de m3 (soit 42 % de l’ensemble des ressources en eau) résident dans 185 nappes profondes et 196 nappes phréatiques. 60 % des apports des nappes profondes proviennent du Sud et 18 % uniquement du Nord. En revanche, l’eau des nappes phréatiques est prélevé essentiellement au Nord (55 %), au Centre (31 %) et au Sud (14 %). En somme, le Nord dispose de 60 % du potentiel hydrique total du pays, le Sud vient en deuxième position avec 23 % et le Centre ne possède que 17 % du potentiel. Ce déséquilibre régional dans la production de l’eau pose le problème de son transfert. Les demandes, en effet, ne se répartissent pas de la même façon que les ressources.

Figure 4.
Ressources en eau du Maghreb.

Figure 5.
Répartition des ressources en eau par grande région naturelle en Tunisie.

15Un potentiel irrégulier dans le temps. Les 3/4 des ressources en eau de la Tunisie sont renouvelables, 58 % de ces ressources sont constituées par des eaux de surface très tributaires du climat. De ce fait, elles sont très irrégulières dans le temps. Les apports de cours d’eau sont marqués par une grande variabilité. À titre d’exemple, ils ont enregistré au cours de l’année 1986-1987 un excédent de 60 % par rapport à la moyenne, alors qu’au cours de l’année 1987-1988 le déficit était de 69 %. En 1989-1990, l’excédent enregistré est de 23 %. Mais cet excédent, dû essentiellement aux crues survenues dans le Centre du pays, n’a pas concerné le Nord qui a enregistré un déficit de 58 % par rapport à sa moyenne. Les années déficitaires consécutives restent la plus grande préoccupation des gestionnaires des ressources en eau.

16Des ressources altérées parfois par la salinité et la pollution. Les ressources en eau de la Tunisie ne sont pas toujours utilisables. La salinité et la pollution constituent parfois une limite sérieuse à leur exploitation. Au nord, certains cours d’eau comme l’oued Mellègue, l’oued Tessa, tous les deux affluents de la Medjerda, et l’oued Jerabï, affluent du Miliane, charrient des eaux dont le résidu sec peut dépasser 3 g / litre. Dans la Tunisie centrale, les écoulements de base de l’oued Zéroud détiennent le degré de salinité le plus élevé (4,6 g / litre). Au sud, les apports de base ont une salinité de 4 à 5g/litre. Lors des crues, ces taux sont de 1,5 à 2 g / litre. Les eaux provenant des nappes profondes ont un taux qui se situe souvent entre 1,5 et 3g/litre, mais qui peut atteindre 5g / litre, et même 7 g / litre. Les nappes phréatiques sont soumises, quant à elles, à de sérieux problèmes de dégradation de la qualité des eaux. C’est particulièrement le cas de certaines nappes côtières affectées par l’intrusion des eaux marines à cause de leur surexploitation. En somme, 50 % des ressources en eau ont une salinité supérieure à 1,5 g / litre, et 16 % à 3 g / litre, ce qui entraîne une réduction de leur potentiel d’utilisation. Le problème de la pollution se pose particulièrement au niveau des affluents urbains de la Medjerda et au voisinage des villes et des zones industrielles. Les actions de l’Office national d’assainissement ne concernent que 40 % de la population et les stations d’épuration ne traitent que 60 % des eaux usées collectées. Il reste donc encore des rejets des eaux usées dans les oueds, les nappes phréatiques et les sebkhas. Le développement industriel engendre également des rejets polluants pouvant être très nocifs pour le milieu récepteur (mercure de l’usine de cellulose de Kasserine, chlorure éliminé par les tanneries, déchets des industries de peinture, rejets des huileries, phosphogypse, eaux et boues résiduaires…). De même, l’utilisation intensive des engrais chimiques azotés et phosphatés ainsi que les pesticides contribuent à la pollution des ressources en eau par certains éléments toxiques. La contamination des eaux de surface, et par conséquent, des nappes phréatiques, par les rejets industriels, domestiques ou agricoles constitue un risque d’altération et de réduction des ressources. On cite à ce propos le cas de la nappe phréatique de Sfax qui est déjà bactériologiquement polluée et impropre à toute utilisation.

17Des ressources non conventionnelles encore peu développées. Les ressources provenant du recyclage des eaux usées, du dessalement des eaux saumâtres ainsi que de la recharge artificielle des nappes sont encore modestes. Le volume d’eaux recyclées est évalué à 125 millions de m3 / an (1996) provenant de 44 stations de traitement des eaux usées urbaines. Le dessalement des eaux souterraines saumâtres date de 1983. Les trois stations de Kerkennah, Skhira et Gabès fournissent aujourd’hui 12332 millions de m3 / an d’eau dessalée. Le total doublerait avec la réalisation des deux stations de Djerba et de Zarzis. La recharge artificielle des nappes est effectuée à partir des réserves en eau des barrages et concerne des nappes affectées par la salinisation et l’intrusion marine. En 1996, 67 millions de m3 ont été injectés. Les volumes les plus importants ont servi à la recharge de la nappe de Kairouan.

18Ces ressources en eau de la Tunisie, très modestes et subissant largement les contraintes du climat, sont aussi sous le poids d’une forte pression anthropique.

2. La pression anthropique sur les ressources en eau

19La pression anthropique se traduit par une discordance entre la production et les besoins en eau, par une exploitation intensive et une valorisation insuffisante de ces ressources.

La discordance entre la production et les besoins en eau

20Une faible croissance des ressources. L’évaluation des ressources en eau de la Tunisie fait apparaître, depuis une dizaine d’années, une faible croissance des ressources en eau conventionnelles et une tendance à une stabilité de leur volume (figure 6). Le taux d’accroissement qui atteint 32 % entre 1977 et 1980 est passé à 1 % uniquement entre1990 et 1995. Les eaux de surface ont atteint leur évaluation optimale depuis 1990. Aujourd’hui, les ressources en eau de la Tunisie sont peu extensibles.

Figure 6.
Évolution des évaluations des ressources en eau en Tunisie.

21Une pression démographique de plus en plus importante. En 1995, la Tunisie recensait près de 8,9 millions d’habitants. Les estimations pour 2025, sont de 11,8 millions (niveau minimum) à 14,8 millions d’habitants (niveau maximum). Rapportée à l’effectif de la population, le potentiel en eau apparaît de plus en plus faible. Aujourd’hui, avec 517 m3 / habitants / an, la Tunisie est déjà dans une situation de stress hydrique, selon les normes de la Banque mondiale. Elle est à la limite de la pénurie. Cette pénurie va s’intensifier avec la progression démographique entraînant une demande en eau en croissance continue. Entre1980 et 1996, elle a augmenté de 40 %, pour une augmentation de la population de 43 %, alors que les ressources en eau n’ont progressé que de 14 % pendant la même période. L’accroissement de la demande en eau s’explique par l’essor démographique, l’amélioration du niveau de vie du Tunisien ainsi que le développement économique et urbain du pays. Le taux d’urbanisation est passé de 43 % en 1970 à 52 % en 1980 et à 62 % en 1996. Le développement de l’urbanisme entraîne une explosion de la demande des services liés à ce mode de vie, tels que le branchement au réseau d’eau courante et au réseau d’assainissement, qui augmentent la consommation en eau.

22Une forte pression économique sur la demande. Le secteur agricole est le plus gros consommateur d’eau (82 % du volume global) et il le restera encore pendant longtemps. L’eau est utilisée pour l’irrigation en intensif essentiellement, mais aussi pour l’irrigation d’appoint. Le secteur de l’eau potable, deuxième consommateur d’eau, n’utilise que 14 % des ressources, mais est prioritaire dans la satisfaction des besoins. Le taux global de desserte en eau potable est de 88 %. Les principaux utilisateurs de l’eau potable sont les ménages (67 %), mais en volume journalier c’est le tourisme qui, avec un équipement sanitaire complet et ultramoderne, consomme le plus d’eau (560 litres / jour par lit occupé pour 100 litres / jour / personne pour les ménages). Le secteur touristique consomme au total 6 % de l’eau potable du pays et sa demande augmente assez rapidement avec l’accroissement du nombre de lits occupés. L’industrie utilise très peu les ressources en eau (4 %). De plus, plusieurs usines produisent elles-mêmes leur eau par dessalement des eaux saumâtres ou par recyclage des eaux usées (la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux [SIAPE], à Skhira, produit 8 000 m3 / jour).

Un déséquilibre régional entre la production et les besoins

23Les régions les plus consommatrices d’eau ne sont pas les plus productrices ni les plus riches en ressources. Le Nord-Ouest possède 57 % de la capacité des barrages du pays, mais 14 % seulement de la population tunisienne. En revanche, les régions orientales sont les plus grosses consommatrices d’eau dans les divers secteurs économiques. Ce sont les régions où le développement des cultures irriguées, des agglomérations, des infrastructures touristiques et des industries est le plus intense. Le Sahel détient 21 % de la population totale du pays, 16 % des nappes phréatiques, 9 % des nappes profondes et un potentiel en eau de surface très faible. Le transfert interrégional de l’eau est de ce fait indispensable pour rééquilibrer la production et les besoins.

Des ressources soumises à une exploitation intensive

24Le taux de mobilisation des eaux de surface est de 78 % (1996). La mobilisation est assurée par les grands barrages, les barrages collinaires, les lacs collinaires, les ouvrages de dérivation et d’épandage de crues ainsi que les travaux de conservation des eaux et des sols. Le taux d’exploitation des eaux souterraines est de 90 %. Les nappes profondes sont exploitées à un taux de 82 %. Mais plus de 50 % de ces nappes sont fossiles et non renouvelables. Les nappes phréatiques sont surexploitées (taux d’exploitation de 104 %). 60 % des puits sont équipés de motopompes. Près de la moitié des terres irriguées sont des propriétés privées et les prélèvements sur les nappes phréatiques sont en grande partie sans contrôle. Ajoutons à ceci l’absence d’électrification qui ne permet pas de compter et de maîtriser les prélèvements. La surexploitation de ces nappes a entraîné, dans les régions côtières, une baisse excessive de leur niveau et une salinisation des eaux suite à l’intrusion marine, altérant ainsi la qualité chimique des eaux. Certaines nappes sont tellement sollicitées (celles de Bizerte, Nabeul, Zaghouan, Siliana, Le Kef, Monastir, Mahdia, Sfax, Sidi Bou Zid, Kasserine et Gafsa) que des zones de sauvegarde ont été décrétées.

Une valorisation de l’eau insuffisante

25Le problème majeur qui se pose à la valorisation de l’eau est le problème des pertes et du gaspillage d’eau pour l’utilisation agricole et pour la distribution d’eau potable. Les pertes sont estimées à 27 % dans le secteur de l’eau potable (Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux [SONEDE], 1994) et à 40 % dans le domaine agricole. Elles sont dues à l’état vétuste du réseau d’adduction, son mauvais entretien, à l’évaporation dans les canaux à ciel ouvert et à l’infiltration dans les séguias en terre. Les modes d’irrigation sont souvent mal adaptés. Le gaspillage est dû aussi à une méconnaissance des besoins réels des cultures et des techniques culturales comme outil d’économie d’eau. L’efficience de l’utilisation de l’eau reste encore faible. Les rendements sont proches de ceux des cultures pluviales en année normale. Dans l’industrie, l’eau est utilisée comme vecteur commode et peu coûteux des rejets industriels.

26La tarification de l’eau. Elle ne contribue pas à rationaliser son utilisation. Les prix sont très disparates d’une région à une autre et varient dans un rapport de 1 à 3. Les tarifs ne couvrent même pas les coûts d’exploitation (en 1993, ils couvrent 80 % de ces coûts). Ils sont loin de supporter les coûts de transfert sur les périmètres et encore moins l’amortissement des infrastructures. La collectivité admet des coûts très élevés de l’eau d’irrigation alors que plus des 2/3 de l’eau exploitée par le secteur agricole est utilisée par des privés qui obtiennent souvent l’eau gratuitement dès qu’il ont creusé et équipé leur puits avec des prêts bonifiés par l’État. Le fait que l’eau ne soit pas payée par l’usager à son juste prix entraîne une faible efficience de son utilisation.

27Une sous-utilisation des ressources. Si le secteur agricole est le plus grand consommateur d’eau, en revanche, le taux d’utilisation des eaux mobilisées reste encore modeste. En effet, le taux d’exploitation des périmètres irrigués est de 73 % et le taux d’intensification des périmètres existants est de 80 %. Le taux d’utilisation des eaux de barrage disponibles pour l’irrigation est de 60 % uniquement. Seulement 43 % des lacs collinaires aménagés sont exploités, et 51 % des superficies potentiellement irrigables sont effectivement irriguées (direction de la Conservation des eaux et des sols [CES], 1997). On remarque également une faible utilisation des ressources et des aménagements hydro-agricoles, une lenteur de la part des agriculteurs dans l’adoption et la maîtrise de l’irrigation comme de la valorisation de l’eau d’irrigation (en 1993-1994, sur 2,4 millions de m3 alloués aux irrigants 1,6 millions de m3 uniquement ont été utilisés).

28Une sous-utilisation des eaux usées traitées. 27 % du total sont réutilisés (6 % pour l’irrigation des terrains de golf et 21 % dans le domaine agricole). Ces eaux sont disponibles à des moments dictés par l’utilisation de l’eau dans le secteur industriel et urbain et non au moment de la demande agricole, posant alors le problème de stockage et de transfert de ces eaux.

3. Stratégies d’adaptation

29Face aux contraintes du climat et aux problèmes des ressources en eau, les paysans, comme les structures étatiques, ont établi des stratégies d’adaptation indispensables.

Pratiques paysannes

30Grâce à un empirisme séculaire transmis et sans cesse amélioré, les paysans ont réussi à cerner les innombrables contraintes de gestion et de mobilisation des eaux, pour faire face à des aléas climatiques et des besoins hydriques cruciaux. On ne manque pas en Tunisie de témoignages des techniques de collecte et de conservation des eaux, variables selon les régions et la nature du terrain. Les techniques et les pratiques économisatrices de l’eau sont variées. À titre d’exemple, l’irrigation localisée traditionnelle (le paysan ne donne l’eau à la plante qu’à partir du moment où celle-ci annonce certains signes de stress hydrique) assure une forte économie de l’eau : 230 m3/hectares. cultivé en culture maraîchère d’été, contre 3 000 à 4 000 m3/hectares consommés dans les périmètres modernes (Ennabli, 1993). Le paysan possède aussi plusieurs techniques de lutte contre les phénomènes de salinisation, de remontée capillaire et de forte évaporation (Ennabli, 1995). L’efficacité de ces techniques ancestrales est prouvée d’après une certaine renaissance de ces techniques. En effet, dans les stratégies actuelles dirigées par l’État et diffusées chez les populations locales, une multitude des techniques traditionnelles sont reprises et adoptées notamment par les services de la CES. L’hydraulique traditionnelle restera sans doute un moyen important et peu coûteux de développement des ressources en eau surtout là où les grands ouvrages ne peuvent être utilisés.

Stratégie étatique

31La planification de l’économie tunisienne a commencé dès 1962. Dans le domaine des ressources en eau, des plans directeurs pour la mise en œuvre de l’infrastructure hydro-agricole à l’échelle des grandes régions du pays (le Nord, le Centre et le Sud) ont été tracés dès les années 1970. L’institution du code des eaux en mars 1975 a permis aux services centraux et régionaux de gérer les ressources, de délivrer les autorisations et concessions d’eau, d’établir les zones de sauvegarde et d’interdiction et de contrôler la gestion des points d’eau, les transferts et les associations d’usagers. Son application a pour objectif d’éviter la pollution des eaux du réseau hydrographique et de préserver les retenues des barrages contre toute dégradation irréversible. Pour la décennie 1991-2000, une stratégie décennale pour le développement des ressources en eau de la Tunisie a été élaborée au sein du ministère de l’Agriculture. Elle repose sur quatre grands axes :

32La mobilisation de la totalité des ressources en eau identifiées. Cet objectif serait atteint vers 2005-2010. L’eau qui reste à capter coûtera plus cher que celle déjà mobilisée. Au niveau des eaux de surface la mobilisation se fera par l’aménagement de grands barrages, de barrages collinaires, de lacs collinaires, d’ouvrages d’épandage des crues, de travaux de CES. Au niveau des eaux souterraines, la collecte de la totalité des ressources s’effectuera par l’implantation de nouveaux forages et le remplacement de forages vétustes.

33La prospection de nouvelles ressources. Pour les eaux de surface, la prospection de nouvelles ressources nécessitera par l’amélioration de la connaissance des caractéristiques hydrologiques régionales, l’affinement des évaluations déjà effectuées et l’exploitation de petits et moyens bassins versants insuffisamment observés. Pour les eaux souterraines, la prospection reposera sur l’identification des aquifères secondaires, la détermination des caractéristiques hydrogéologiques des formations mises en évidence, et l’évaluation des réserves exploitables par des modèles numériques permettant de planifier leur exploitation optimale.

34L’exploration des ressources non conventionnelles. Parmi les techniques en vue, nous pouvons citer la recharge induite et l’alimentation artificielle des nappes, la réutilisation des eaux usées traitées avec contrôle de leur qualité (la production des eaux usées traitées atteindra en l’an 2006, 165 millions de m3. Elle sera assurée par 83 stations d’épuration. À l’horizon 2022, les eaux traitées épurées pourront irriguer 22 000 hectares.) et le dessalement des eaux saumâtres (en plus des usines qui fonctionnent déjà pour l’approvisionnement en eau potable de certaines régions du sud du pays, d’autres stations sont prévues à Djerba et à Zarzis).

35Une gestion rationnelle et une généralisation des techniques de l’économie de l’eau. Les mesures relatives à l’économie de l’eau sont regroupées dans un programme national (le Programme national d’économie d’eau), qui comporte plusieurs volets :

  • un volet socio-économique qui s’appuie sur la sensibilisation des utilisateurs à la diminution des gaspillages par tarification de l’eau ;
  • un volet technique pour améliorer les techniques d’adduction et de distribution de l’eau afin de réduire les gaspillages et d’encourager l’économie de l’eau ;
  • un volet législatif visant la réglementation de l’allocation et des concessions d’eau afin d’éviter les problèmes de pollution et d’exploitation abusive du domaine public hydraulique.

36Ainsi la Tunisie s’est tracée une politique de gestion des ressources en eau pour la fin du siècle dernier et le début de ce siècle. Mais la réalisation de cette stratégie se heurte à des difficultés d’ordre financier, structurel (capacité et cadence de réalisation, manque de spécialisation, de moyens matériels et humains), environnemental (impact des ouvrages sur le réseau hydrographique, sur les nappes et sur les conditions de l’écoulement en aval de l’ouvrage, déplacement de la population, problèmes fonciers). Ces difficultés, à côté d’autres, ont imposé parfois la reprogrammation des actions, l’allongement des délais perturbant la réalisation de la planification.

Conclusion

37Le potentiel hydrique de la Tunisie est modeste et dépendant en grande partie d’un climat capricieux. Il est peu extensible et largement utilisé. La Tunisie atteindra prochainement le taux de mobilisation intégrale de ses ressources conventionnelles. Le pays est déjà dans une situation de stress hydrique, proche même de la situation de pénurie. La pression humaine est très forte sur ces ressources. La collectivité supporte aujourd’hui les frais élevés de la collecte d’une ressource qui reste malheureusement insuffisamment valorisée. Face à cette situation, la stratégie nationale de l’eau repose désormais sur l’économie des ressources conventionnelles et la mobilisation des ressources non conventionnelles. Les ressources les plus faciles à mobiliser et les moins coûteuses ont donc été utilisées. Les extensions futures nécessiteront des investissements plus importants, des études plus complexes et une technologie plus avancée. Aussi la Tunisie devra-t-elle orienter son action vers la maîtrise de la demande en eau, en particulier dans le domaine agricole, et l’amélioration des techniques de mobilisation de l’eau, pour assurer la disponibilité d’une eau de qualité satisfaisante au niveau national, et par la suite, la sécurité économique, sociale et politique du pays.

Table des illustrations

Légende Figure 1.Pluviométrie moyenne annuelle (mm).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 2.Moyenne annuelle de l’ETP (mm).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 3.Déficit pluviométrique annuel (mm).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 4.Ressources en eau du Maghreb.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 5.Répartition des ressources en eau par grande région naturelle en Tunisie.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 6.Évolution des évaluations des ressources en eau en Tunisie.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/864/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteurs

Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

Faculté des lettres de la Manouba, Tunisie

Université de Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales, Tunisie

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540