Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza-Malebranche

 | 
Raffaele Carbone
, 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Deuxième partie. Spinoza-Malebranche : réceptions croisées

Hume au « pays des fées »

Destins de l’occasionalisme malebranchien dans la philosophie humienne

Sophie Bergont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une lettre d’août 1737, Hume, en vue de mieux faire saisir les parties métaphysiques du Traité de la nature humaine à son ami Ramsay, lui recommande entre autres lectures celles de la Recherche de la vérité de Malebranche et de l’article « Spinoza » du Dictionnaire historique et critique de Bayle1. L’auteur du Traité juge donc la connaissance des grands principes philosophiques de Malebranche et de Spinoza (s’énonçât-elle, dans ce second cas, au prisme déformant de la présentation baylienne) nécessaire à la parfaite compréhension de certaines de ses thèses. À première vue, ce point semble devoir s’entendre de façon purement négative, tant les philosophies de Malebranche et de Spinoza remplissent souvent, au sein de la science de la nature humaine, une fonction de repoussoir : toutes deux permettent de faire saillir par contraste les positions humiennes. Cet usage se décline en deux figures opposées : là où l’Oratorien, « aussi célèbre par sa piété que par sa philosophie »2, est...

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PhiCo-EXeCO

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540