Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza-Malebranche

 | 
Raffaele Carbone
, 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Deuxième partie. Spinoza-Malebranche : réceptions croisées

La réception condillacienne de Malebranche et de Spinoza

Laetitia Simonetta

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réception condillacienne de Spinoza et de Malebranche est connue pour être négative. Rappelons que Condillac introduit en France et systématise l’empirisme hérité de Locke, et ce en plusieurs temps : dans l’Essai sur l’origine des connaissances humaines de 1746, dans le Traité des systèmes de 1749 et dans le Traité des sensations de 1754. Il présente sa métaphysique comme une science des opérations de l’esprit, chargée d’en étudier la genèse et le développement à partir d’un principe unique : la sensation. Il veut ainsi pousser plus loin le projet lockéen en réduisant ce qui était chez Locke une seconde source d’idées, à savoir la réflexion, à l’unique source qu’est la sensation. Toutes les idées des opérations de l’âme doivent en être tirées. Même si Condillac s’inscrit ainsi en opposition frontale avec Malebranche et Spinoza, on peut néanmoins relever dans sa philosophie des éléments qui manifestent une influence positive évidente de ces auteurs. Concernant Malebranche, il conv...

Auteur

IHRIM-UMR 5317

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540