Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza-Malebranche

 | 
Raffaele Carbone
, 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Deuxième partie. Spinoza-Malebranche : réceptions croisées

Idée et intellection

La formation de la noétique leibnizienne entre Spinoza et Malebranche

Marine Picon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’« ombre de Spinoza, écrit André Robinet, est pour quelque chose dans les difficultés que Malebranche et Leibniz eurent à se comprendre »1. Suivant cette indication, les historiens de la pensée de Leibniz ont établi que ses réticences à l’égard de l’occasionalisme avaient largement tenu à ce que la réduction des créatures au statut de causes occasionnelles privées de toute efficace propre conduisait pour lui à la thèse spinoziste de la substance unique. D’où le sens nouveau dont Leibniz investit, à partir des années 1690, l’adage scolastique actiones sunt suppositorum : il s’agit désormais de fonder l’autonomie et la spontanéité des substances non seulement contre le spinozisme, mais aussi contre les risques que recèle à ses yeux la métaphysique de Malebranche2.

Si cet aspect de la réception des deux auteurs par Leibniz est désormais bien connu3, on s’est moins souvent penché sur leurs rapports dans le domaine de la noétique. Or le jeune Leibniz a rencontré à quelques mois d’interva...

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540