Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza-Malebranche

 | 
Raffaele Carbone
, 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Première partie. Spinoza-Malebranche : de l’ontologie à la politique

Humilité et pénitence chez Malebranche et Spinoza

Racines théologiques d’une différence éthique

Francesco Toto

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En tant que mépris de soi-même, conscience réelle ou imaginaire de sa propre petitesse ou faiblesse, l’humilité représente dans les Passions de l’âme de Descartes une passion vertueuse ou vicieuse, l’inséparable compagne de la générosité ou le masque de l’orgueil1. En tant que tristesse née de la conviction d’avoir fait quelque chose de mauvais, le repentir (poenitentia, dans le latin de Desmarets) peut constituer dans le texte cartésien non seulement un encouragement à la correction de ses fautes et à son perfectionnement éthique, mais aussi un défaut digne de pitié. L’autorité de cette source commune n’empêche pas Malebranche et Spinoza de réaliser deux simplifications opposées de l’ambivalence cartésienne, en interprétant l’humilité et la pénitence soit comme des conditions nécessaires et peut-être suffisantes de la rédemption de l’homme corrompu par le péché, soit comme des obstacles dangereux au développement éthique. Curieusement, cette opposition semble dériver de prémisses l...

Auteur

Università di Roma Tre

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540