Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza-Malebranche

 | 
Raffaele Carbone
, 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Première partie. Spinoza-Malebranche : de l’ontologie à la politique

Spinoza et Malebranche sur la conscience et l’imagination

Éric Marquer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Spinoza et Malebranche critiquent tous les deux la conscience et l’imagination, et mettent en évidence les illusions qu’elles produisent. Ce trait commun peut s’expliquer par le fait que les deux auteurs mettent en cause l’idée du cogito comme rapport transparent ou immédiat de la pensée à elle-même. Mais l’importance qu’ils accordent à l’imagination ne se traduit pas seulement par la volonté de mettre en valeur son dangereux pouvoir : il s’agit aussi d’en comprendre le fonctionnement et d’en saisir les aspects à la fois négatifs et positifs. De même, il n’est pas question de voir dans la conscience une simple source d’illusion : Spinoza montre la difficulté qu’il y a à sortir de notre quasi-ignorance et à devenir conscient, conscient de soi ou sage, et Malebranche met en évidence la difficulté qu’il y a à connaître tout ce dont notre âme est capable.

Ce trait commun constitue aussi peut-être une forme d’originalité de ces deux auteurs à l’âge classique, et témoigne d’un effort pour ...

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540