Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

L’eau et l’aridité climatique : remarques à propos d’implantations paradoxales dans l’espace saharo-arabique

Pierre Pagney

Texte intégral

1. Les éléments de la question

1La relation de l’eau avec l’aridité climatique passe, en première approche, par le bilan hydrologique (bilan complet de l’eau). Dans ce bilan (P = D + ET + RU + RP), les précipitations (P) égalisent l’écoulement superficiel (D), l’évapotranspiration (ET), les réserves superficielles du sol (RU) et ses réserves profondes (nappes souterraines : RP). Les réserves profondes entrent dans le cycle hydrologique par les sources.

2L’écoulement, l’évapotranspiration et la RU sont des réponses plus directes aux précipitations que les réserves profondes. En effet, ces dernières réagissent plus lentement que l’écoulement aux conditions successives de la pluviométrie, bien qu’elles le conditionnent en favorisant les étiages (nappes affectées par la sécheresse) ou en le soutenant (nappes rechargées). Encore faut-il que les eaux souterraines aient une relation avec le climat actuel. Ce n’est pas toujours le cas. On se trouve alors en présence des réserves fossiles.

3Les eaux fossiles n’appartiennent pas au bilan hydrologique « actuel ». Non comprises dans la formule précédente, elles entrent donc, lorsqu’elles sont utilisées, dans un bilan hydrologique anthropisé. Il est vrai que les réserves souterraines contemporaines peuvent également être l’objet de sollicitations d’origine humaine par puits et forages.

4La carte des régions arides (UNESCO, 1979) fait apparaître des espaces où le bilan de l’eau superficielle est pratiquement nul, du moins si, comme ce sera le cas ici, on ne tient pas compte des fleuves allogènes (Nil, Tigre, Euphrate, Indus, etc.) dont l’apport impose aux espaces en question des conditions qui leur sont extérieures. Tout au plus serons-nous amenés à envisager des cours d’eau marginaux liés étroitement à certains pays arides (Jordanie, Néguev, Tunisie). De sorte que les implantations humaines qui vont être analysées seront beaucoup plus en phase avec les ressources hydrogéologiques (eaux fossiles) qu’avec les conditions climatiques et potamologiques contemporaines.

2. Un paradoxe : l’aridité climatique et les implantations humaines en expansion

Des villes en milieu aride

5Plantée au milieu du désert, l’oasis, dans sa configuration traditionnelle, n’est pas le paradoxe le plus évident. Beaucoup plus paradoxale est la présence de périmètres irrigués en expansion, et plus encore, leur juxtaposition à des agglomérations urbaines, dans la mesure où celles-ci se transformeraient très vite en zones sinistrées si elles venaient à être privées d’eau potable (Organisation météorologique mondiale [OMM], 1997). Le fait est que la ville en milieu aride est dominée par la précarité, ce qui n’empêche pourtant pas sa croissance.

6Sur une superficie d’environ 1 million de km2, et avec une population de 2,4 millions d’habitants en 1997, la Mauritanie, qui subit une aridité sévère, a un taux d’urbanisation dépassant les 50 %. Le doublement de la population, estimé sur environ 30 ans, entraînera un accroissement permanent des agglomérations urbaines. Ceci est vrai pour Nouakchott, 700 000 habitants, la capitale. Comment cette ville peut-elle répondre à l’impératif majeur que constitue son alimentation en eau ? La réponse est simple, par appel aux eaux profondes. Dans les années 1960, c’est une usine expérimentale de dessalement des eaux de mer qui ravitaillait la ville, mais devant des besoins croissants, on fit appel aux eaux souterraines. Ainsi exploita-t-on à Idini (60 km de la capitale) des eaux fossiles amenées par une conduite à ciel ouvert. Par la suite, les Chinois établirent une conduite enterrée afin de lutter contre l’évaporation. Mais une grave difficulté devait surgir, avec la salinité croissante du produit : l’exploitation de la nappe fossile tendait, et tend toujours davantage, à provoquer l’infiltration des eaux marines.

7La région dakaroise se localise, pour sa part, dans le semi-aride. Cette situation ne permet cependant pas à la ville de Dakar de compter sur une alimentation suffisante en eau d’origine climatique contemporaine, d’autant que ses besoins augmentent au fur et à mesure de son accroissement (250 000 habitants en 1961, 1,5 millions en 1988, près de 2 millions en 1997). D’où l’obligation d’aller chercher, toujours plus loin, une ressource de nature hydrogéologique. En 1961, la population dakaroise puise l’essentiel de son eau dans le basalte sur lequel est construite la ville. En 1988, la nappe basaltique devenant trop salée, on s’approvisionne dans des terrains sédimentaires distants de 80 km. Aujourd’hui, on fait appel à des ressources encore plus lointaines.

8C’est cependant Riyad, en Arabie saoudite, qui constitue sans doute l’exemple le plus spectaculaire d’une grande ville fixée dans une région aride. L’Arabie, telle qu’elle se présente au milieu du xxe siècle d’après Benoist-Méchin (1955), mérite qu’on s’y arrête. On a peine à se représenter l’Arabie, écrit l’auteur « autrement que comme une masse désertique de pierres et de sables, comme un brasier qui se consume lentement sous un soleil dévorant… ». L’Arabie saoudite est effectivement, pour l’essentiel, un désert. Comment, en quelques dizaines d’années, les 2 millions de km2 arides ont-ils pu voir leur population se multiplier par près de trois (7 millions d’habitants en 1970, près de 20 millions en 1997) ? Certes, il y a le pétrole, mais celui-ci n’explique pas tout ; il n’explique pas comment une petite ville intérieure est devenue la capitale de 2,5 millions d’habitants qu’elle est aujourd’hui. Le pétrole a donné la richesse, mais il ne pouvait apporter la vie que l’eau seule pouvait prodiguer. Cela, Ibn-Séoud le comprit dès l’origine du royaume saoudien et fit appel à des hydrogéologues américains. Le but était de trouver l’eau dont la tradition orale bédouine évoquait la présence. Les géologues trouvèrent de l’eau en profondeur, ce qui engendra une véritable fièvre d’activité. Ainsi, Ibn-Séoud ordonna-t-il la réfection des puits abandonnés ; plus de 100 seront restaurés et approfondis dans la seule région du Nejd, le berceau des Saoudiens. Puis viendront les barrages, les aqueducs et les canaux. Cependant, l’hydrogéologie, sur laquelle Riyad, entre autres, a construit sa fortune ne permettra pas, à elle seule, de relever le défi postulé par la mise en place d’un État moderne en milieu aride. Avec l’argent de son pétrole, l’Arabie saoudite deviendra la première puissance mondiale en terme de dessalement de l’eau de mer. La capitale saoudienne en profitera également.

9Qu’il s’agisse de Nouakchott, de Dakar ou de Riyad, l’expansion urbaine apparaît bel et bien liée aux réserves d’eau souterraines. Or le caractère fossile de ces réserves ne peut être mis en doute. Ainsi, le paradoxe de ces villes installées en milieux secs s’explique-t-il avant tout par un bilan hydrologique anthropisé.

Villes et campagnes, ou l’eau en partage

10La façade littorale de la Libye se manifeste par une aridité qui va en s’accroissant vers le sud. Sur un territoire désertique de 1 800 000 km2, vivent en 1997 5,6 millions d’hommes. La concentration urbaine est exceptionnelle (taux d’urbanisation de 85 %), illustrée par la présence d’une capitale, Tripoli, qui compte environ 3,2 millions d’habitants. Un fort taux de fécondité permet de pronostiquer un important accroissement des villes littorales sur le court terme. D’où un problème urgent : nourrir (en même temps qu’abreuver) une population concentrée et en nette progression. Pour résoudre le problème alimentaire considéré comme prioritaire, l’idée est de mettre en place des périmètres de cultures irriguées. Le colonel Khadafi inspire alors un projet grandiose impliquant l’exploitation d’eaux fossiles amenées du désert par canalisations, sur les lieux à irriguer. Or, lorsque le 1er septembre 1996, est inaugurée la première tranche de « la grande rivière artificielle », la destination de l’eau a changé. L’objectif initial a été abandonné. Ce sont les villes de la côte, principalement Benghazi et Tripoli qui profitent de l’apport. Ainsi, les besoins ruraux et urbains prennent-ils un caractère concurrentiel dont on ne saurait assez souligner la signification.

11Les villes jordaniennes et le désert du Néguev répètent, pour partie du moins, les caractères qui viennent d’être reconnus. La Jordanie subit, au lendemain de la guerre des Six Jours (juin 1967), une défaite en terme de développement, dans la mesure où elle perd, au profit d’Israël, l’immense nappe souterraine de la Cisjordanie. Ceci est d’autant plus grave qu’elle va se trouver en présence d’une véritable explosion urbaine (Lavergne, 1994) qui explique que ses 4,4 millions d’habitants soient, en 1997, essentiellement des habitants des villes. L’agglomération d’Amman en est l’expression la plus saisissante. C’est ainsi que, dans un quadrilatère de 40 x 30 km, Amman-Zarqa-Balga, vivent près de 2 millions d’habitants, soit presque la moitié de la population du pays.

12La question est alors de savoir d’où vient l’eau dont a besoin une population agglomérée surtout dans des sites urbains. La réponse fait apparaître des conditions beaucoup moins sévères que dans les cas de Nouakchott, Dakar, Riyad ou Tripoli (Sanlaville, 1996). La Jordanie a accès, par canalisations, aux eaux du bassin du Jourdain, dont celles du Yarmouk, ainsi qu’à des aquifères. Les ressources actuellement mobilisées ne sont cependant pas suffisantes. En effet, pour le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), cité par l’OMM (1997), la Jordanie est classée dans les pays du Moyen-Orient déficitaires en eau, au point d’être menacée de l’effondrement de ses réserves naturelles, en particulier du fait de l’épuisement des aquifères, au seuil du xxie siècle.

13Au contact de la Jordanie, le Néguev, en territoire israélien, constitue le deuxième volet du diptyque. On s’étonnera peut-être d’un tel assemblage. En fait, le Néguev, tout comme la Jordanie, puise de l’eau dans le bassin du Jourdain, à partir de canalisations. De plus, il est dominé par les périmètres irrigués, ce qui, sous une forme, il est vrai, moins nette que précédemment, permet de retrouver, avec la Jordanie urbaine, le couple villes-campagnes.

14Situé à l’ouest de la Jordanie, dont il est séparé par la plaine d’Arava, le Néguev est un désert (Françoise Pagney, 1973). Au nord, à la latitude de Beershéva, il reçoit environ 200 mm de précipitations par an, assorties d’une forte évapotranspiration. Sous 200 mm d’apport pluvial, sauf abats exceptionnels, il se situe en dessous du seuil des 350 mm fixés par les hydrologues israéliens, au-delà duquel la recharge des nappes est possible. La mise en valeur de la région ne peut donc compter que sur un apport en eau extérieure ou sur des eaux fossiles, très accessoirement sur la rétention du produit de rares averses.

15Entre 1950 et 1960, une conduite de grande capacité est installée, qui amène l’eau du Jourdain-Tibériade vers le nord-ouest du désert. C’est le point de départ de la mise en valeur de cette région, d’ailleurs semi-aride. Au début des années 1970, on estime que les limites du Néguev cultivé sont atteintes ; sa partie la plus aride semble alors définitivement vouée aux cultures d’oasis et à l’élevage nomade. La situation se modifie pourtant à la faveur de l’exploitation d’eaux fossiles très profondes, dont le gisement va des environs de Tel-Aviv jusqu’au Sinaï. Ces eaux, découvertes à l’occasion de forages pétroliers, ne sont pas d’excellente qualité puisqu’elles sont saumâtres et chaudes (38 à 40 °C). Leur usage, qui dépend de ces caractéristiques, n’en est pas moins bénéfique puisqu’il favorise la pisciculture (en particulier, élevage de poissons tropicaux) et le tourisme.

16L’exploitation des eaux profondes du Néguev va d’ailleurs de pair avec l’amélioration des conditions décrites dans les années 1970 puisqu’aux eaux du Jourdain-Tibériade, on ajoute désormais les eaux d’averses pluviales piégées dans des bassins nappés de nylon et le recyclage des eaux usées. Celles-ci serviront d’eaux d’appoint sur les périmètres irrigués. Ainsi sont ressourcées les eaux usées de Tel-Aviv et celles de la nappe profonde.

17La confrontation des villes jordaniennes et des surfaces irriguées du désert du Néguev est significative. Dans une certaine mesure, on retrouve là le cas de figure libyen avec la concurrence établie entre milieux ruraux et milieux urbains : on peut admettre que l’eau du Jourdain-Tibériade qui rejoint les périmètres irrigués du sud d’Israël serait la bienvenue dans l’agglomération d’Amman. Ce constat est cependant indissociable d’un autre constat : il ne s’agit pas d’un choix économique mais d’un choix politique. Les villes jordaniennes perdent des ressources que la géographie « naturelle » leur octroyait.

18En tout état de cause, les États arides doivent gérer rigoureusement leur ressource en eau, d’autant plus qu’une part considérable de cette ressource relève d’un gisement non renouvelable et soumis à une perte de qualité au fur et à mesure de son exploitation.

3. La gestion de l’eau en milieu aride

19L’établissement des bilans de consommation constitue un acte fondamental en matière de gestion de l’eau, même si la quantification des termes de ces bilans ne peut être rigoureuse.

20L’OMM a publié une carte, établie par États, du pourcentage de prélèvements par rapport à la disponibilité en eau. Il est pris en compte l’eau in situ, ainsi que les apports venus de l’extérieur (fleuves allogènes). De grands espaces de la planète prélèvent moins de 10 % de leurs ressources, ce qui est peu. À l’autre extrémité, on trouve un ensemble de pays qui nous concernent directement. Ils vont de la Tunisie au Pakistan et incluent l’Afrique du Nord-Est et l’Asie occidentale. Les prélèvements y dépassent 40 %.

21À l’échelle planétaire, c’est l’agriculture, principalement en fonction de l’extension des périmètres irrigués, qui a vu les prélèvements augmenter de la façon la plus spectaculaire (environ 1/2 million de km3 par an en 1900, à environ 3,5 millions de km3 par an peu avant l’an 2000). Ce constat est d’autant plus important que c’est l’eau agricole qui génère les plus fortes pertes de la ressource par évapotranspiration. L’eau prélevée est essentiellement destinée aux usages agricoles, industriels et domestiques, ces derniers recouvrant les besoins urbains. On y ajoutera les besoins touristiques qui, dans certains pays tels la Tunisie, ont une importance croissante. Deux exemples permettront de fixer la portée des bilans de consommation (Frécaut, 1978). Dans les années 1970, les prélèvements totaux sont de l’ordre de 463 km3 par an aux États-Unis et de 145 km3 par an dans l’ex-URSS d’Europe. Dans les deux cas, l’usage agricole entraîne de fortes pertes, dues essentiellement aux périmètres irrigués des régions sèches, particulièrement exigeants en eau. Cette situation contraste avec l’utilisation domestique (et urbaine), très économe de la ressource et avec son utilisation industrielle, plus économe encore. C’est que les eaux urbaines et industrielles sont non seulement soustraites à l’évaporation, mais aussi soumises au recyclage. L’exemple des États-Unis révèle l’ampleur des différences. Sur le total prélevé annuellement, 190 km3 vont à l’agriculture. Or 120 disparaissent par évaporation (63 % de perte). L’industrie reçoit, pour sa part, 240 km3 d’eau ; 9 km3 seulement sont perdus (perte de l’ordre de 4 %).

22Ce qui précède montre l’importance d’une confrontation entre ressources en eau et besoins. Qu’en est-il dans la perspective de la gestion de l’eau de l’espace saharo-arabique ? La réponse passe d’abord par la notion de contrainte.

23Les contraintes naturelles tiennent au fait que c’est l’eau souterraine, souvent fossile, qui est largement concernée. Il s’ensuit des limites d’emploi tant sur le plan quantitatif que qualitatif.

24Les contraintes technologiques sont également lourdes, avec les forages, le dessalement de l’eau de mer, la récupération de l’eau pluviale, le recyclage des eaux usées. D’où la nécessité de capacités financières importantes. L’organisation du Néguev doit beaucoup aux capitaux de la diaspora juive dans le monde ; le pouvoir financier de l’Arabie saoudite, né de l’exploitation du pétrole, lui permet d’être en tête en matière de dessalement des eaux marines.

25De leur côté, les contraintes politiques ne sauraient être négligées. Les Israéliens ont fait de l’eau une arme contre leurs voisins. Mais la bataille pour l’eau se joue aussi entre les pays arabes. La Turquie est le principal château d’eau du Moyen-Orient. Son eau passe, grâce au Tigre et à l’Euphrate, en Syrie et en Irak, de sorte que les aménagements hydrauliques turcs peuvent avoir un effet négatif sur les pays-aval.

26Les contraintes géographiques enfin, sont évidentes. Par-delà un contexte tyrannique qui a été largement évoqué, il convient d’aller plus avant dans le détail des situations. Les oasis du Touat, dans le Sahara algérien, sont menacées par l’exploitation intensive de la nappe aquifère (Dubost et Moguedet, 1998). Au système hydraulique traditionnel des foggaras, galeries en pente, creusées par les oasiens dans le but de drainer l’eau du sommet des nappes pour irriguer les cultures, on substitue de plus en plus les forages. Ce choix a, certes, pour effet d’augmenter l’eau disponible, mais aussi d’abaisser le niveau des nappes et de compromettre toujours davantage les palmeraies dépendantes des galeries ancestrales. L’eau récupérée en abondance par les pratiques modernes est-elle, pour autant, bénéfique par l’extension des cultures qu’elle suscite ? Non, si l’on en juge par le témoignage de Marc Côte (1998) pour qui les oasis finissent par être malades de trop d’eau. Mais il y a plus. La péjoration n’est pas que dans les systèmes d’irrigation. L’exploitation inconsidérée des eaux profondes peut aller jusqu’à altérer l’équilibre traditionnel des relations entre milieux urbains et milieux ruraux, sans profit avéré pour les uns ou les autres. C’est ainsi que l’on assiste actuellement dans la vallée de la Saoura, située sur la bordure ouest du Grand Erg occidental, à un captage des eaux de la palmeraie au bénéfice de l’habitat aggloméré. La ville de Béni-Abbès profite ainsi de l’eau soustraite à l’irrigation. Le résultat est que le milieu rural se dégrade et évolue vers la désertification. Mais, prise dans un environnement en voie de péjoration, la ville elle-même ne pourra éviter, à brève échéance, d’en subir les conséquences (Bennadji et al., 1998).

4. Quels enseignements en tirer pour la Tunisie ?

27Les 163 000 km2 de superficie supportent en 1997 plus de 9 millions d’habitants. Pour un pays de marges désertiques, la densité humaine est importante (environ 57 habitants au km2), surtout si l’on tient compte du fait qu’au sud du chott El Djerid, 60 % de la surface tunisienne sont pratiquement inhabités.

28Les conditions géographiques du pays se rapprochent de celles de l’espace Jordanie-Néguev, avec association d’une région à alimentation en eau contemporaine au nord et au centre, et d’un espace désertique plus au sud. Si la cohésion tunisienne échappe à l’opposition artificielle d’essence politique qui sépare la Jordanie urbaine du Néguev rural, la concurrence entre les milieux urbains du nord tunisien avec la capitale, Tunis, qui compte 2 millions d’habitants, et l’espace agricole ne peut être ignorée ; ceci d’autant que le territoire comporte un flux de demande en eau très tendu. Le fait est qu’en 1994, le taux d’urbanisation de la Tunisie est élevé (57 %) et qu’il convient, en même temps qu’aux villes, de donner l’eau aux périmètres irrigués. À cela, il faut ajouter les besoins en eau à usage touristique.

29De telles conditions nécessitent d’appliquer à la Tunisie une gestion de l’eau rigoureuse pour un développement sans mauvaises surprises, en s’inspirant des modalités de mise en place des « bilans de consommation ».

30Les travaux tunisiens qui recensent les ressources en eau montrent que ces modalités sont effectivement prises en compte. Aussi ne soulignerons-nous que quelques points fondamentaux. Latifa Hénia insiste sur les bilans hydriques, dont les termes majeurs sont les pluies et l’évapotranspiration, et la signification, avant tout agricole (1993). À partir de là, elle approfondit la division tripartite de la Tunisie (du nord au sud) et précise les modalités de variabilité de ces bilans en fonction de celle de la pluviométrie. Y. Zahar (1997) s’intéresse pour sa part, selon le même découpage, à l’écoulement qu’il quantifie (notion d’écoulement mobilisable) et dont il saisit également la variabilité.

31La combinaison des deux approches permet de dessiner une articulation régionale de la ressource de la Tunisie : le Nord qui inclut le bassin de la Medjerda a, sur 20 % du territoire environ, l’essentiel des ressources en eau « actuelles » (80 % des ressources potamologiques). Les 4/5 de la Tunisie n’ont donc que 1/5 des ressources sur lesquelles on puisse s’appuyer. Ainsi a-t-on une bonne connaissance du bilan hydrologique tunisien de surface, dans ses aspects macro-régionaux, avec celle des précipitations, de l’évapotranspiration, de la réserve utile des sols et de l’écoulement. La question qui se pose est toutefois de savoir si l’on a, actuellement, une connaissance suffisante des ressources profondes, y compris sous forme de nappes fossiles.

32Latifa Hénia et Y. Zahar insistent sur la variabilité des ressources en eau. C’est là un point capital. Il n’avait pas à être envisagé plus haut ; il n’en fait pas moins également partie de la contrainte. En effet, un bilan de consommation a un aspect prospectif. Or, la gestion hydroclimatique du futur en Tunisie, soumise aux grandes variations de la circulation atmosphérique, est rendue difficile. C’est que les très grands écarts pluviométriques en années successives, qui résultent des vicissitudes météorologiques, impliquent la variabilité des bilans de l’eau. Y. Zahar a montré l’extrême variabilité de l’écoulement mobilisable dans la décennie 1984-1985/1993-1994. La Tunisie peut connaître les déluges tout comme une aridité intense et étendue sur les 4/5 de son territoire.

33Les ressources tunisiennes revêtent, en définitive, trois traits principaux : elles sont limitées, réparties très inégalement sur l’ensemble du territoire et soumises à une grande variabilité temporelle. La satisfaction des besoins devra en tenir compte. Ce qui revient à dire que les responsables chargés de fixer les schémas de développement du pays ne peuvent éviter de d’introduire ces caractéristiques dans leurs décisions. Ceci les met d’ailleurs dans une situation très originale.

34Dans ce qui précède, le cas tunisien a été comparé aux expériences menées ailleurs, mais en milieu équivalent. Il faut, en effet, préciser les modalités d’un « développement » selon une certaine logique. Se référer à celui des pays les plus divers pour inspirer celui d’un pays précis ne veut pas dire grand chose. Car chaque pays a sa spécificité sociologique et environnementale (au sens physique du terme). On ne voit pas en quoi un pays « en développement » des tropiques humides ou des latitudes moyennes peut vraiment servir de référence à un pays aride. Les modèles ne peuvent pas être les mêmes et les résultats, comparables. Il y a une spécificité dans les modes de développement. Ainsi en est-il pour les États de l’espace saharoarabique. Ces États doivent rechercher, en fonction de leurs atouts et de leurs contraintes, leur progression « optimale ». C’est, semble-t-il, à travers la gestion de l’eau, un principe qui doit inspirer la Tunisie et, par cet exemple, contribuer à l’approfondissement des modes de développement des milieux arides et semi-arides.

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne, Centre de recherches de climatologie de l’université de Bourgogne, France

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540