Version classiqueVersion mobile

Spinoza-Malebranche

 | 
Raffaele Carbone
, 
Chantal Jaquet
, 
Pierre-François Moreau

Préface

Chantal Jaquet

Texte intégral

  • 1 Le présent volume est issu des actes du colloque international, Spinoza-Malebranche, organisé par (...)

1Rarement, les relations entre les philosophies de Spinoza et Malebranche ont été abordées de front dans un face à face spéculatif, qui explore aussi bien l’ontologie et la théorie de la connaissance que l’éthique et la politique. Il faut donc se réjouir de la réouverture des recherches à ce sujet dans un volume consacré, d’une part, à l’examen en miroir des deux systèmes, et d’autre part, à l’étude de leur réception conjointe à travers l’histoire1.

2Si les rapports entre Spinoza et Descartes ou entre Malebranche et Descartes ont fait l’objet d’un assez grand nombre de commentaires, on ne peut en dire autant de ceux qui concernent l’auteur de l’Éthique et celui de la Recherche de la vérité. Malgré les polémiques autour du spinozisme de Malebranche et sa critique résolue des thèses impies du philosophe hollandais, peu d’historiens de la philosophie se sont penchés sur le sujet et il faut reconnaître que les études de fond sont rares et datent un peu. Au xixe siècle, on peut notamment mentionner les travaux de Renouvier, Cousin et Pillon.

  • 2 « Malebranche », Manuel de philosophie moderne, Paris, Paulin éditeur, 1842, § 9, p. 275.
  • 3 Ibid., § 6, p. 271.
  • 4 La critique philosophique, nº 8, 1879, p. 257-267.

3Dans son Manuel de philosophie moderne, paru en 1842, Charles Renouvier aborde brièvement les rapports entre les deux philosophes au cours de sa présentation de Malebranche. Il brosse un portrait peu flatteur de Malebranche considérant qu’il était profondément injuste à l’égard de Spinoza2 et incapable de voir que son étendue intelligible ressemble comme une sœur jumelle à l’attribut étendue indivisible en parties chez Spinoza3. Il consacre également un article en 1879 aux deux auteurs, « Le labyrinthe de la métaphysique. Spinoza et Malebranche, derniers des scolastiques »4.

  • 5 Fragments de philosophie cartésienne, Paris, Charpentier éditeur, 1845, p. 347.

4Victor Cousin, quant à lui, en vient à traiter les rapports entre l’Oratorien et le philosophe hollandais, dans ses Fragments de philosophie cartésienne, au cours de son commentaire de la correspondance entre Malebranche et Dortous de Mairan et il en tire les leçons philosophiques : « […] on peut s’y donner le spectacle d’un principe luttant en vain contre ses propres conséquences. Malebranche se sépare d’autant plus volontiers de Spinoza qu’on pouvait plus justement l’accuser, qu’on l’avait même accusé de spinozisme »5.

  • 6 L’année philosophique, vol. 5, 1894, p. 85-199.

5François Pillon s’efforce de tordre le bâton dans l’autre sens en insistant sur les différences de principe entre les deux systèmes, dans le second de ses articles sur « L’évolution de l’idéalisme au xviiie siècle », intitulé « La correspondance de Mairan et de Malebranche : spinozisme et malebranchisme »6.

6Durant la première moitié du xxe siècle, la littérature concernant les rapports entre les deux auteurs est un peu plus abondante :

  • soit dans le cadre du commentaire de la correspondance avec Dortous de Mairan. C’est le cas, par exemple, des travaux de Rudolf Uhlich, Vergleichende Darstellung der Gotteslehren von Spinoza und Malebranche7, de l’article de George S. Getchev, « Some of Malebranche’s reaction to Spinoza as revelated by his correspondance with Dortous de Mairan », publié dans Philosophical Review8, ou de l’introduction à l’édition de cette correspondance par Joseph Moreau, intitulée « Malebranche et le spinozisme »9 ;
  • soit dans le cadre de monographies portant sur l’un ou l’autre des auteurs. C’est le cas, par exemple, des commentaires de Léon Brunschvicg, Spinoza et ses contemporains10, de Victor Delbos au chapitre xvii de son Étude de la philosophie de Malebranche11, du livre d’Augustin Le Moine, Les vérités éternelles selon Malebranche (1936)12, des trois volumes de Martial Gueroult13, de ceux d’André Robinet, notamment Système et existence dans la philosophie de Malebranche en 196514, ou encore de celui de Ferdinand Alquié, Le cartésianisme de Malebranche15 ;
  • soit dans le cadre d’ouvrages d’histoire de la philosophie, confrontant de manière plus large les conceptions des grands auteurs modernes au xviie siècle, comme c’est le cas de Études sur Descartes, Spinoza, Malebranche et Leibniz de Martial Gueroult paru en 197016.
  • 17 « Malebranche’s refutation of Spinoza », South Western Journal of Philosophy, vol. 8, no 3, 1977, (...)
  • 18 « Malebranche and Chinese philosophy », Journal of the History of Ideas, vol. 41, no 4, 1980, p. 5 (...)
  • 19 « Spiritus / Esprit chez Spinoza et Malebranche », Spiritus, actes du « Lessico intellettuale euro (...)
  • 20 « The linking of Spinoza to Chinese thought by Bayle and Malebranche », Journal of the History of (...)
  • 21 « L’idée d’étendue chez Malebranche et Spinoza, ou pourquoi Malebranche n’était pas spinoziste », (...)
  • 22 « La transcendance cartésienne de l’infini. Ses limites chez Malebranche et Spinoza », L’infini en (...)
  • 23 « Henry More and Nicolas Malebranche’s critiques of Spinoza », European Journal of Philosophy, 23/ (...)

7Les commentaires spécialement dédiés aux rapports entre les deux auteurs se raréfient ensuite à la fin du xxe siècle et au début du xxie, mis à part quelques articles, comme ceux de Daisie Radner en 197717, Davis E. Mungello en 198018, André Robinet en 198319, Yuen-Ting Lai en 198520, Syliane Charles en 199821, Geneviève Rodis-Lewis en 199922, ou encore plus récemment Jasper Reid23.

8Est-ce à dire que le sujet soit épuisé ?

9Il ne le semble pas. Bien au contraire, il paraît nécessaire d’ouvrir à nouveau les investigations, car toutes les voies possibles de rapprochement n’ont pas été explorées. Elles se sont le plus souvent cantonnées à deux grandes figures, celle de la triangulation, celle de la réfutation.

10Souvent, en effet, Spinoza et Malebranche font l’objet d’une confrontation indirecte à travers leurs rapports à Descartes, comme autant de théoriciens se situant dans son orbite et héritant des difficultés inhérentes à sa conception de Dieu, de la matière et de l’étendue, du dualisme psychophysique et de la causalité réciproque entre l’âme et le corps.

11Il est fréquent que le « parallélisme psychophysique de Spinoza », l’occasionalisme de Malebranche ou encore l’harmonie préétablie de Leibniz soient présentés comme des réponses ou des alternatives à la conception problématique de l’union de l’âme et du corps et de leur interaction par le biais de la glande pinéale. Cette démarche est certes légitime, mais elle a parfois trop tendance à satelliser les auteurs et à n’aborder leurs relations que sous le prisme de l’héritage cartésien. Malebranche et Spinoza sont ainsi moins confrontés en tant que grands philosophes qu’en petits cartésiens. Du moins leur relation est-elle d’emblée médiée par l’auteur des Méditations, qui apparaît comme un tiers nécessaire pour établir leurs rapports, et circonscrite à l’exploration de cette référence commune et des distances que les disciples prennent aussi bien avec le maître qu’entre eux, en frayant de nouvelles réponses à des questions déjà définies d’avance.

  • 24 Voir la première lettre de Mairan du 17 septembre 1713, Correspondance avec Dortous de Mairan, Par (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 N. Malebranche, MCM, IX, § 13, O, II, p. 283.
  • 27 Id., EMR, VIII, § 9, O, II, p. 813.
  • 28 Ibid.

12Il est également fréquent que l’analyse des rapports entre les deux auteurs se cantonne à l’examen de la correspondance entre Malebranche et Dortous de Mairan entre 1678 et 1771, et soit centrée sur la réfutation de Spinoza par l’Oratorien, ou à sa propre défense contre l’accusation de spinozisme. Il est vrai que cette préoccupation hante Malebranche et qu’il n’a pas attendu les quatre lettres de son jeune correspondant, séduit par la lecture de Spinoza, qui le presse de réfuter more geometrico « les paralogismes de cet auteur »24 ou du moins « le premier pas qui l’a conduit au précipice »25, pour attaquer l’impie de système. À plusieurs reprises, il affiche ses distances avec l’auteur de l’Éthique, aussi bien dans les Trois lettres touchant la défense de M. Arnauld (1685) que dans la neuvième méditation des Méditations chrétiennes et métaphysiques où il fustige « le misérable Spinoza [qui] a jugé que la création était impossible »26, ou encore dans le huitième entretien des Entretiens sur la métaphysique et sur la religion où Ariste pourfend « cet impie de nos jours, qui faisait son Dieu de l’univers »27 et déclare : « C’était un véritable athée »28. Sans doute est-il plaisant historiquement de voir Malebranche renvoyé dos à dos avec son adversaire, comme l’a fait par exemple Aubert de Versé en 1684 dans son livre L’impie convaincu ou Dissertation contre Spinoza, doublé d’une « Réfutation du P. Malebranche ». Aussi riche et digne d’intérêt qu’elle soit, l’historiographie ne doit pourtant pas se laisser enfermer dans cette logique de la réfutation qui se retourne en son contraire et sortir de l’alternative limitée : Malebranche, dernier des spinozistes ou premier des anti- ?

13S’il est nécessaire au préalable de faire un état des lieux et de se pencher de manière plus détaillée sur ces figures de la triangulation ou de la réfutation, en situant les deux auteurs par rapport à l’héritage cartésien et en restituant les discussions polémiques autour du spinozisme de Malebranche, il importe d’examiner de nouvelles pistes et d’effectuer des rapprochements inédits, afin d’accroître aussi bien notre connaissance des deux systèmes que celle de leur réception. C’est l’objectif du présent ouvrage qui a croisé les approches de chercheurs internationaux, spécialistes aussi bien de Spinoza que de Malebranche.

Notes

1 Le présent volume est issu des actes du colloque international, Spinoza-Malebranche, organisé par Raffaele Carbone (Collegium de Lyon), Chantal Jaquet (Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne) et Pierre-François Moreau (IHRIM), à l’occasion du tricentenaire de la mort de Malebranche, les 29 septembre, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et 13 octobre 2015, à l’ENS de Lyon.

2 « Malebranche », Manuel de philosophie moderne, Paris, Paulin éditeur, 1842, § 9, p. 275.

3 Ibid., § 6, p. 271.

4 La critique philosophique, nº 8, 1879, p. 257-267.

5 Fragments de philosophie cartésienne, Paris, Charpentier éditeur, 1845, p. 347.

6 L’année philosophique, vol. 5, 1894, p. 85-199.

7 Vergleichende Darstellung der Gotteslehren von Spinoza und Malebranche, Leipzig, Doeblen, 1903.

8 Philosophical Review, vol. 41, nº 4, 1932, p. 385-394.

9 N. Malebranche, Correspondance avec J. J. Dortous de Mairan, Paris, Vrin, 1947, p. 1-98.

10 Spinoza et ses contemporains, Paris, Alcan, 1923, p. 212-224.

11 Étude de la philosophie de Malebranche, Paris, Bloud & Gay, 1924, p. 327-337.

12 Les vérités éternelles selon Malebranche, Paris, Vrin, 1936, p. 275-292.

13 Malebranche, I. La vision en Dieu, II. Les cinq abîmes de la providence. 1. L’ordre et l’occasionnalisme, III. Les cinq abîmes de la providence. 2. La nature et la grâce, Paris Aubier-Montaigne, 1955 et 1959.

14 Système et existence dans la philosophie de Malebranche, Paris, Vrin, 1965.

15 Le cartésianisme de Malebranche, Paris, Vrin, 1974. La liste n’est pas exhaustive, on peut également citer en allemand, le commentaire de James Lewin, Die Lehre von den Ideen bei Malebranche, paru à Halle, Max Niemeyer Verlag, 1912 ; celui de Paul Vernière, Spinoza et la pensée française avant la révolution, 2 tomes, Paris, Presses universitaires de France, t. I, 1954, p. 260-270.

16 « La preuve “de simple vue” chez Spinoza et chez Malebranche », Études sur Descartes, Spinoza, Malebranche et Leibniz, Hildesheim / New York, Olms, 1970, p. 79-84.

17 « Malebranche’s refutation of Spinoza », South Western Journal of Philosophy, vol. 8, no 3, 1977, p. 11-34.

18 « Malebranche and Chinese philosophy », Journal of the History of Ideas, vol. 41, no 4, 1980, p. 551-578.

19 « Spiritus / Esprit chez Spinoza et Malebranche », Spiritus, actes du « Lessico intellettuale europeo », M. Fattori et M. Bianchi éd., Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1983, p. 333-343.

20 « The linking of Spinoza to Chinese thought by Bayle and Malebranche », Journal of the History of Philosophy, vol. 23, no 2, 1985, p. 151-178.

21 « L’idée d’étendue chez Malebranche et Spinoza, ou pourquoi Malebranche n’était pas spinoziste », Horizons philosophiques, vol. 9, no 1, 1998, p. 33-49.

22 « La transcendance cartésienne de l’infini. Ses limites chez Malebranche et Spinoza », L’infini entre science et religion au xviie siècle, J.-M. Lardic éd., Paris, Vrin, 1999, p. 25-35.

23 « Henry More and Nicolas Malebranche’s critiques of Spinoza », European Journal of Philosophy, 23/3, 2013, p. 1-29.

24 Voir la première lettre de Mairan du 17 septembre 1713, Correspondance avec Dortous de Mairan, Paris, Vrin, 1947, p. 103.

25 Ibid.

26 N. Malebranche, MCM, IX, § 13, O, II, p. 283.

27 Id., EMR, VIII, § 9, O, II, p. 813.

28 Ibid.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search