Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dessiner les frontières

 | 
Michelle Auzanneau
, 
Luca Greco

En guise de conclusion

10. Sous le dessin et le dessein, ou des conditions de la frontière et de l’émergence du sens

Robert Nicolaï

Résumé

Frontière perçue, frontière construite, ainsi présentée, la frontière est toujours donnée a priori et sa reconnaissance, son instauration, sa saisie – disons sa fonctionnalisation/fonctionnalité – font sens. Il s’agit alors de comprendre la force institutionnelle, la contrainte et la nécessité de la dynamique traçante qui permet – à toutes fins utiles et très concrètement – d’introduire ce sens… et d’agir en conséquence.

De fait, les questions de la dynamique des frontières et de l’émergence d’un sens sont intrinsèquement liées. Dans le même temps, cette articulation posée et reconnue – ce qui ne veut pas dire acceptée – renvoie à l’existence d’une objectalité saisissable qui, sur un autre plan, oblitère la dynamique non questionnable hors de ce plan d’une élaboration continue en contexte, d’une pratique effective implicite, historicisée. Une pratique qui constitue – à tous les sens du terme – les conditions de possibilité de l’émergence d’un ultérieur, d’un sens continûment (re)créé, d’une mise en frontières toujours modifiée, mais fournie en référence.

Et cela sous-tend (sans jamais la transcender) la structuration des représentations – scientifiques ou non – dans l’ensemble des mondes où, en tant qu’humains, nous agissons, nous interférons et nous construisons. Les champs de nos connaissances disciplinaires tout autant que ceux de la connaissance ordinaire sont ici concernés.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nathanaël, quand aurons-nous brûlé tous les livres !
 
Il y en a qui ne valent pas quatre sous,
D’autres qui valent des prix considérables.
 

Il y en a qui parlent de rois et de reines,
Et d’autres, de très pauvres gens.
 

Il y en a dont les paroles sont plus douces
Que le bruit des feuilles à midi.
C’est un livre que mangea Jean à Patmos,
Comme un rat ; mais moi j’aime mieux les framboises.
Ça lui a rempli d’amertume les entrailles
Et après il a eu beaucoup de visions.
 

Nathanaël ! quand aurons-nous brûlé tous les livres ! ! !
 
André Gide, Les Nourritures terrestres, 1897.

1. « Qui vive ? »

Dans un précédent texte focalisé sur la notion générale de frontière, rédigé en 20061 mais publié plus tardivement, j’avais souligné ceci :

L’émergence, l’effacement, le contour, la contrainte et la reconnaissance des frontières sont […] le résultat d’une construction et d’une gestion de fait où, que ce soit en tant que données initiales ou en tant que données résultantes, elles sont reconsidérées à travers la d...

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540