Version classiqueVersion mobile

Dessiner les frontières

 | 
Michelle Auzanneau
, 
Luca Greco

En guise de conclusion

10. Sous le dessin et le dessein, ou des conditions de la frontière et de l’émergence du sens

Robert Nicolaï

Résumé

Frontière perçue, frontière construite, ainsi présentée, la frontière est toujours donnée a priori et sa reconnaissance, son instauration, sa saisie – disons sa fonctionnalisation/fonctionnalité – font sens. Il s’agit alors de comprendre la force institutionnelle, la contrainte et la nécessité de la dynamique traçante qui permet – à toutes fins utiles et très concrètement – d’introduire ce sens… et d’agir en conséquence.

De fait, les questions de la dynamique des frontières et de l’émergence d’un sens sont intrinsèquement liées. Dans le même temps, cette articulation posée et reconnue – ce qui ne veut pas dire acceptée – renvoie à l’existence d’une objectalité saisissable qui, sur un autre plan, oblitère la dynamique non questionnable hors de ce plan d’une élaboration continue en contexte, d’une pratique effective implicite, historicisée. Une pratique qui constitue – à tous les sens du terme – les conditions de possibilité de l’émergence d’un ultérieur, d’un sens continûment (re)créé, d’une mise en frontières toujours modifiée, mais fournie en référence.

Et cela sous-tend (sans jamais la transcender) la structuration des représentations – scientifiques ou non – dans l’ensemble des mondes où, en tant qu’humains, nous agissons, nous interférons et nous construisons. Les champs de nos connaissances disciplinaires tout autant que ceux de la connaissance ordinaire sont ici concernés.

Texte intégral

Nathanaël, quand aurons-nous brûlé tous les livres !
 
Il y en a qui ne valent pas quatre sous,
D’autres qui valent des prix considérables.
 

Il y en a qui parlent de rois et de reines,
Et d’autres, de très pauvres gens.
 

Il y en a dont les paroles sont plus douces
Que le bruit des feuilles à midi.
C’est un livre que mangea Jean à Patmos,
Comme un rat ; mais moi j’aime mieux les framboises.
Ça lui a rempli d’amertume les entrailles
Et après il a eu beaucoup de visions.
 

Nathanaël ! quand aurons-nous brûlé tous les livres ! ! !
 
André Gide, Les Nourritures terrestres, 1897.

1. « Qui vive ? »

  • 1 Ce texte a été également repris en ouverture d’une table ronde tenue à Nice, en décembre 2007. Je (...)

1Dans un précédent texte focalisé sur la notion générale de frontière, rédigé en 20061 mais publié plus tardivement, j’avais souligné ceci :

L’émergence, l’effacement, le contour, la contrainte et la reconnaissance des frontières sont […] le résultat d’une construction et d’une gestion de fait où, que ce soit en tant que données initiales ou en tant que données résultantes, elles sont reconsidérées à travers la dynamique des acteurs. (Nicolaï et Ploog 2013, p. 216)

  • 2 « Diantre !… C’est pas bien du tout de s’autociter ainsi !… Ça dépasse les bornes de la bienséance (...)

2Ma conclusion était alors la suivante : « Les frontières n’existent évidemment pas indépendamment des acteurs qui les prennent en compte » (ibid.).2 De même, j’avais anticipé sur le jeu de mots de ce chapitre (du dessin au dessein) en mentionnant :

[…] s’il va de soi que les acteurs et les phénomènes doivent bien être coprésents pour que le linéament (le dessin ? le dessein ?) d’une frontière puisse avoir ou prendre du sens et introduire à la constitution de savoirs corrélatifs sur le monde parallèlement perçu, l’importance de la place occupée par ces acteurs et le niveau de leur activisme (vs la prégnance et l’importance des phénomènes donnés comme pertinents) est variable selon la nature et le type des objets considérés, la place qu’ils laissent pour leur interprétation et le niveau de liberté qu’ils autorisent pour toute tentative de modification de l’ordre des choses. (Ibid., p. 210)

3Conséquemment, en deçà et au-delà de la problématique linguistique qui concerne la structuration des langues, de la problématique langagière qui concerne l’usage qu’en font les acteurs de la communication, problématiques qui ont servi (et pour l’essentiel continueront de servir) de support à ces réflexions, je retiens que la frontière est partout. Autrement dit, sa perception/reconnaissance est le sine qua non de la saisie et de la compréhension du monde, quel qu’il soit. Sans sa considération, nous ne pouvons pas saisir et (com)prendre le monde auquel nous nous confrontons. Dès lors, ce qui est intéressant à problématiser – et qui est aujourd’hui problématisé –, ce n’est pas tant le phénomène des frontières donné comme un en soi et saisi dans sa matérialité que l’activité, la pratique, le faire-avec qu’elles induisent chez ceux qui sont concernés par elles ; c’est éventuellement le projet de les redessiner ou reconstruire (au cas où nous aurions quelque pouvoir en la matière). Ce sera donc notre lien ou notre rapport aux frontières et à leur constitution qui sera questionné puisqu’il n’est de frontières que parce que nous les appréhendons.

2. Perspective

  • 3 Dans la perspective ici retenue, nous sommes à la fois des sujets caractérisés par notre subjectiv (...)
  • 4 Par exemple, on peut lire la présentation de Solange Chavel (2012) qui inventorie les acceptions d (...)
  • 5 À la guerre comme à la guerre !…

4Tout d’abord rappelons la question préjudicielle : « De quoi parle-t-on exactement lorsqu’on parle de frontière ? » De toute évidence, il s’agit d’une réalité prégnante qui à un titre ou à un autre fait suffisamment partie de notre quotidien pour que, en tant que sujets/acteurs3, nous puissions parfois croire ne pas avoir besoin de connaissances particulières pour en parler ; mais il s’agit aussi d’une notion complexe à conceptualiser et d’un terme polysémique qui demande à être explicité. Cependant, je ne m’attacherai pas à détailler la polysémie du terme ni la complexité de la notion, car cela a fait (et continue de faire) l’objet de bien des présentations académiques.4 Je vais plutôt tenter de retravailler ce qui peut être introduit sous ce mot dans son articulation aux sujets et aux acteurs que nous sommes, de m’intéresser à ce qu’il peut éventuellement recouvrir dans une perspective nouvelle qui, in fine, le rattachera à la problématique générale de l’élaboration du sens. Cette approche justifiera que nous revenions sur ce qui, conceptuellement, mais tout aussi bien « émotivement », peut être placé sous le chapeau de ce mot frontière, de ce mot-outil – de ce mot-bannière – jeté, brandi dans cette dynamique ordinaire que vont s’approprier les acteurs de la mise en signification de ce qui se produit et de ce qui s’échange, acteurs que nous sommes nécessairement en raison de notre capacité d’élaboration épistémique. Il s’agit alors, pour eux, de (re)définir, consolider, (dé/re)structurer des formes et des comportements, des organisations, afin d’affirmer des pratiques, revendiquer des positions, développer des stratégies comportementales et des postures intellectuelles.5 Et cela, pour signifier, pour créer du sens (linguistique ou non, social ou non), le proposer, l’imposer, le réguler, vivre avec, vivre de lui, vivre par lui, etc.

  • 6 Voir Nicolaï (2012b, p. 20 et suiv., 2017) pour une analyse sur la place de l’historicité dans la (...)

5Il appert de notre expérience de sujets/acteurs, pour nous être souvent confrontés concrètement à elle, que nous reconnaissons souvent ce qu’on appelle une frontière comme une entité objectivable, mais que, dans le même temps, nous la reconnaissons aussi comme une notion éminemment subjectivée et socialisée. Elle suppose la prise en considération de contraintes choisies ou subies, imposées ou surimposées, arbitraires ou non, matérielles ou non, qui peuvent contribuer à la stabilité et à la (re)définition d’un espace physique ou conceptuel fonctionnant comme cadre de vie ou comme cadre de mise en signification du monde, et de soi. La frontière a ainsi un double statut. Toujours initialement perçue, donnée ou reconnue, elle est tout autant extérieure aux individus – ce qui renvoie à cette objectalité que l’on constate aisément lorsqu’elle se manifeste au travers de la résistance de phénomènes matériels ou de contraintes sociales fortes – qu’elle peut leur être intérieure – ce qui renvoie au procès de saisie subjective et historicisée des formes, des représentations et des concepts.6 Procès dont on sait qu’il contribue à constituer, à tous les sens du terme, pour les sujets/acteurs, les conditions de possibilité de l’émergence et de la mise en signification d’un existant présenté et représenté et d’un ultérieur toujours en cours de (re)création.

6Dans le même temps, cette dualité de statut contribue à sous-tendre (sans jamais la transcender) la structuration des représentations – scientifiques ou non – dans l’ensemble des mondes où, en tant qu’humains, nous agissons, nous interférons, nous construisons des formes et nous élaborons du sens. Les champs de nos connaissances disciplinaires tout autant que ceux de la connaissance ordinaire sont alors concernés.

7Dans ce qui va suivre, je vais développer un cadre d’analyse structuré en trois niveaux pour balayer le champ de ce que je retiens comme pertinent pour appréhender ce thème de la frontière.

8Le premier des niveaux de ce nouveau cadre sera celui de la constatation empirique. Il correspond à notre saisie de ce que j’appelle la réalité matérialisée de la frontière, c’est-à-dire de ce qui peut être appréhendé de la matérialité ou de l’effet subjectif de la frontière et qui est susceptible de précontraindre potentiellement nos comportements individuels et collectifs. Ce niveau comprend par exemple la considération effective des états linguistiques objectivement constatés ou au contraire subjectivement ressentis et expérimentés par les sujets/acteurs au sein de leurs communautés.

9Le deuxième sera celui où l’on constate le procès de fonctionnalisation de cette notion de frontière sous la forme d’outils conceptuels dérivés de sa saisie empirique. Il concerne donc la théorisation abstractive qui correspond à notre activité dans le développement – généralement volontaire – d’une notion objectivée de la frontière. Autrement dit, il renvoie à notre capacité et à notre pratique de construction de représentations des phénomènes préalablement appréhendés au niveau précédent du constat, dans le but d’en faire des outils de description ou d’explication. Ce niveau peut être illustré par un exemple pris dans l’espace linguistique et langagier : la transformation en concepts et l’utilisation à des fins explicatives ou descriptives dans le travail d’analyse linguistique (la « modélisation » ?) de certaines caractéristiques formelles ou relationnelles considérées comme stables et typées, identifiables dans des situations de contact empiriquement attestées, et des dynamiques liées, etc.

  • 7 L’historicité est ainsi quelque chose qui nous enserre en étant subjectivement et intersubjectivem (...)

10Le dernier niveau concernera l’impact de notions à la fois abstraites et intuitives telles celles de distinction et de pertinence, mais aussi celle de rétention d’historicité, notion qui renvoie au stade où nous nous insérons dans notre pratique communicationnelle du temps T, par le biais et la rétention de caractères et de spécificités retenus de notre expérience communicationnelle du temps T – 1.7 Ces notions sont tout autant liées à la notion de frontière qu’elles sont constitutives de toute élaboration de sens en général et ce niveau est donc celui où l’on s’intéresse à la nécessité épistémique qui dirige notre capacité involontaire (involontaire parce que je n’ai pas de choix possible : je ne peux pas ne pas voir ou percevoir quelque chose que mes sens et mon intellect me font appréhender !) à identifier les faits de frontière comme des marqueurs nécessaires pour la compréhension et la saisie de ce qui est envisagé/manifesté en toutes circonstances. Par exemple, en se limitant encore au domaine du langage, on peut mentionner l’ensemble des procès de construction continue du sens, linguistique ou non linguistique, qui prennent nécessairement en compte la contextualisation de leur état dans le hic et nunc et l’historicité de leurs représentations antérieures.

11Notons enfin que l’apparente progression qui semble conduire cette tripartition de la réalité matérialisée vers la nécessité épistémique (qui part donc de la reconnaissance conjoncturelle et événementielle d’une éventuelle frontière comme contrainte externe, passe par le travail d’élaboration de la notion qu’elle subsume à des fins de constructions conceptuelles potentiellement utilitaristes, et finit avec la considération de son immanence et de sa place nécessaire au sein de tout procès d’élaboration épistémique, quel qu’il soit) ne correspond à aucune hiérarchie conceptuelle ou matérielle justifiée.

12Autrement dit, ce que j’appelle la nécessité épistémique n’a pas de préséance sur ce que j’appelle la réalité matérialisée, et vice versa : il s’agit seulement de trois états coexistants et collaboratifs, et qui ne se distinguent que par la modalité d’engagement que les sujets/acteurs entretiennent face aux phénomènes qu’ils donnent à saisir.

3. Réalité matérialisée de la frontière, ou l’ordre du constat

13Ce que j’appelle la réalité matérialisée de la frontière est ce qui est reconnu et considéré le plus naturellement, car la frontière ainsi saisie interfère dans nos pratiques journalières et contraint directement notre activité ordinaire. Ainsi, sa considération et son éventuelle mise en question commandent sans ambiguïté les comportements et les stratégies que nous actualisons en tant qu’humains actifs, matériellement, psychologiquement et socialement déterminés par cette réalité. Corrélativement, c’est également elle qui est le principal support de l’ensemble des études de cas qui forment le corpus de référence auquel les chercheurs ont recours pour théoriser sur la frontière, pour analyser et pour problématiser les dynamiques particulières mises en œuvre par les sujets/acteurs dans chacun des cas considérés, pour prendre la distance nécessaire afin – ainsi que le suggère l’argumentaire à l’origine de ce volume – de se « focaliser sur les procédés par et dans lesquels les frontières sont construites ou déconstruites par les membres d’une communauté – et dessinées par eux » et d’« envisager des approches théorico-méthodologiques frontalières, interdisciplinaires, qui entrent ainsi en résonance avec l’objet qu’elles se proposent d’étudier », avant d’aborder dans une visée plus généraliste la tâche complexe « de réfléchir à la façon dont les frontières sont dessinées, c’est-à-dire repérées, conçues, mais aussi produites par les pratiques des acteurs sociaux en interaction » (Auzanneau et Greco, dans ce volume). De ce fait, cette dimension particulière qui touche à tous les domaines nous concernant (linguistique, politique, économique, social, éthique, etc.) est bien évidemment la plus commentée.

14Je vais me référer à un texte récent d’Andrée Tabouret-Keller (2014), qui nous offre l’expérience particulière de sa perception et de sa saisie des frontières dans l’ordre linguistique et culturel, et illustre ainsi ce volet de la saisie de la frontière. Son intérêt me paraît résider dans le fait qu’il ne s’agit pas là d’un texte à visée théorique, mais d’une étude de cas traitée de l’intérieur. Celle-ci ne se donne donc pas pour objectif avoué de justifier ou d’illustrer quelque approche « scientifiquement cadrée » que ce soit ; elle nous propose simplement, au travers d’une introspection et loin de tout formalisme théoricien censé garantir la « scientificité » du propos, la relation de la réalité subjective d’un « vécu » au cœur d’un contexte de vie objectivement défini et historiquement daté. Je la résume ici.

15Pour Tabouret-Keller, en s’intéressant, selon le titre de son article, aux « limites objectives et aux limitations subjectives des effets de contact entre parlers », il s’agit de « confronter les modalités de l’emploi de parlers en contact à des limites objectivées […] ou institutionnelles […], et à des limitations subjectives (indices et représentations du divers et du différent) ». Et il s’agit également de « dégager dans quelle mesure ces trois types de limites peuvent superposer leurs effets ou au contraire quels sont les facteurs qui peuvent atténuer leur pouvoir de limitation » (2014, p. 313). Dans cette perspective, l’auteur prend pour exemple sa propre histoire linguistique dans cette Alsace du Sud qui l’a vue naître, puis, au titre de la prise en compte des contacts, des limites et des limitations – et donc de la/sa saisie des frontières –, elle présente ce qu’il importe de savoir en ce qui concerne la géographie, l’histoire et les institutions de l’Alsace avant de revenir plus précisément sur les « investissements subjectifs » d’ordre linguistique. Ce sont ces dernières réflexions qui sont importantes pour appréhender cette réalité matérialisée de la frontière.

16Au cours de sa présentation, Tabouret-Keller souligne que nos investissements subjectifs en ce qui concerne les langues proviennent de trois sources : les « conditions affectives de leur acquisition », les « valeurs singulières que chaque locuteur y attache », leur « mise en valeur liée au moment et aux circonstances historiques de leur emploi public » ; et elle rappelle ceci :

D’une manière générale, les parlers sont des indicateurs d’identité, voire d’appartenance […], leur emploi est [de ce fait] signifiant dans le contexte immédiat de l’échange, mais aussi dans l’histoire de vie du locuteur comme dans l’histoire sociale de son milieu particulier de vie, de même que dans l’histoire événementielle dont le cours échappe au locuteur. (p. 320)

17Elle précise encore que « toute proposition générale concernant les limites entre les parlers, dialectes, version locale d’un dialecte, langue institutionnalisée, est à pondérer » (p. 321), le terme limites étant pris ici au sens de discontinuité-frontière plutôt que de confins. Elle poursuit ainsi : « Les limites font partie d’un héritage dont on ne sait plus vraiment l’origine et dont la pratique s’est étiolée », et conclut :

À un moment donné, chaque limite – frontière, administration, langue scolaire ou autre – a des poids différents, elle peut être présente ou absente ; de même la profondeur historique de chaque identification n’a jamais de dimension unique, mais à un même moment peut révéler des aspects différents. Ici, intervient le temps à la fois comme une temporalité particulière et comme temporalités disparates […]. (p. 322)

18Nous avons affaire là – de mon point de vue – à un rendu compte, à une présentation illustrative et située de la réalité matérialisée de la frontière, exempte de (ou minimalement marquée par) cette incidente manipulation que la nécessaire distanciation réflexive d’une approche théorisée (ou théorisante) a priori impose de facto à la description des phénomènes.

  • 8 Ainsi cette remarque : « Le discours courant qui alourdit la notion d’identité, voire la grève par (...)

19Cette relation particulière est sans doute la meilleure présentation que je puisse trouver de la réalité matérialisée de la frontière, car elle correspond à un quasi-degré zéro de la manipulation théorique tout en intégrant la charge maximale, bien qu’apaisée et distanciée8, d’une implication et d’une compréhension subjective des limites que les frontières constituent et des limitations qu’elles impliquent. Elle montre l’articulation continue entre la réalité des frontières et les contraintes spécifiques à leur saisie tout autant sur le plan de sa subjectivité que sur le plan sociétal, soulignant ainsi leurs prégnances et leur double statut.

4. Notion objectivée de la frontière, ou l’ordre de la théorisation

20Pour appréhender ce deuxième aspect, je vais m’appuyer sur l’exemple fourni par les développements empiriques et théoriques contemporains concernant l’étude du contact des langues, car celui-ci est un domaine particulièrement sensible au questionnement sur les frontières. Nous allons donc nous placer à un niveau de saisie différent du précédent : ici, la question de la reconnaissance de la frontière – mais aussi celle de son traitement – ne se pose pas dans les termes du constat de l’existence ou de l’identification d’un phénomène objectivable, subjectivement et socialement prégnant et caractérisable. Le centre d’intérêt sera sa transformation en une notion fonctionnalisée pour servir d’outil théorique utilisable pour l’analyse et la description des phénomènes qui attestent l’effet du contact des langues et des populations, en général. D’où la terminologie notion objectivée, qui souligne le processus de sa conceptualisation et de sa mise en fonction utilitariste.

21L’on sait que la thématique du contact des langues qui suppose par définition l’analyse et la prise en compte des phénomènes de frontière linguistique ou langagière au sein des modèles de description des langues a largement contribué à donner une pertinence théorique à cette notion de frontière et à élargir sa base empirique (Nicolaï 2012b). De ce fait, des domaines de recherche empirique nouveaux sont apparus dans l’espace linguistique, d’autres, plus anciens, ont été transformés en intégrant et actualisant cette dimension du contact des langues longtemps négligée par le mainstream d’une linguistique inscrite dans une perspective encore largement structuraliste. Cette notion de frontière est alors devenue une notion objectivée, utilitarisée dans le traitement de certains aspects des dynamiques linguistiques et langagières auparavant laissées dans l’ombre ; ce qui, corrélativement, a eu pour conséquence le développement quasi inflationniste de propositions théoriques nouvelles, de débats et de reconceptualisations portant tout autant sur la « redécouverte » (!) de la non-homogénéité interne des langues que sur la construction des modèles censés rendre compte (décrire ? expliquer ?) aussi bien de leur hétérogénéité et de leur inhérente complexité que de la dynamique de leurs transformations (Nicolaï 2017). À ce stade, la frontière n’est plus cette marge qui borne (et limite ou délimite) le champ d’étude. Elle est devenue un objet interne à ce champ, à la fois concret et conceptuel, à partir duquel (et sur lequel) il convient de théoriser. Dans ce champ recomposé, l’on ne peut évidemment plus ignorer ni les frontières (objectivées) ni les effets (subjectifs) de la frontière ; les deux sont devenus des variables de l’analyse (ses objets tout autant que ses discriminants).

  • 9 Notons bien que, ici comme dans l’ensemble de cette présentation, je n’entreprends pas de citer to (...)

22C’est ainsi qu’en procédant à un rééquilibrage du centre de gravité de la recherche en sciences du langage et en reconsidérant la question traditionnelle de la généalogie des langues avec la postulation (perspective théorique) et la mise en évidence (perspective empirique) d’évolutions non génétiques (voir Thomason et Kaufman 1988, Nicolaï 1990, etc.)9, d’anciens points de vue donnés pour marginaux et souvent occultés nés au xixe siècle (par exemple, Schuchardt 1900 [1870], Schmidt 1872) ont été réactualisés. Époussetés et récupérés, ils ont été propulsés sur le devant de la scène ; par l’étude des langues créoles, des pidgins, des mélanges de langues et le développement des approches dialectologiques, ceux-là avaient permis de reconnaître et de théoriser l’importance linguistique des contacts de langues et de population.

23Cela va aussi ouvrir de nouveaux terrains à la recherche en promouvant la « découverte » et l’étude systématique des langues mixtes, tels – parmi d’autres – les cas princeps du michif (Bakker 1997), de la media lengua (Muysken 1996, 2000), du ma’a (Mous 2003) ou du songhay septentrional (Nicolaï 1990, 2003), tel le développement des recherches sur les aires de convergence linguistique (Aikhenvald et Dixon 2006,…). Corrélativement, l’exploration de ces terrains va permettre l’affinement de concepts et d’outils théoriques nouveaux pour rendre compte des phénomènes et des dynamiques linguistiques et langagiers, qui deviennent désormais visibles et sont ainsi attestés. Ainsi, parmi tant d’autres exemples, le concept de métatypie de Malcolm Ross (1999) ou le modèle général de Frans van Coetsem (2000).

24De même, dans le cadre des approches sociolinguistiques contemporaines largement centrées sur l’étude des interactions langagières appréhendées en contexte, les travaux concernant l’alternance codique aux différents niveaux de sa modélisation (Poplack 1980, Gumperz 1982, Myers-Scotton 1993, 2002, Mondada 2000, etc.), le crossing de Ben Rampton (2005), etc., n’ont été possibles que par la reconnaissance et la théorisation des phénomènes de frontière, qu’ils soient matériels, sociaux, subjectifs ou intersubjectifs.

  • 10 Voir Nicolaï (2012b), mais aussi la pertinente remarque d’Andrée Tabouret-Keller : « En plus d’un (...)
  • 11 Songeons également à la réflexion de Pierre Bourdieu (2001, p. 100), à propos des modes de constit (...)

25Il apparaît dès lors que ces travaux et cette reconnaissance des frontières linguistiques et langagières, qui, sans jamais avoir été placés au centre des préoccupations de la plupart des théoriciens du langage et sans avoir été les premiers objets d’intérêt de la plupart des descripteurs des langues, étaient traités aux marges de la recherche (et souvent marginalisés), ont acquis une importance suffisante pour que, dans un certain nombre de contextes sociaux et académiques, ils apparaissent comme définissant et labourant un nouveau champ disciplinaire (avec tout ce que cela implique comme développement structurel et prises de pouvoir dans les establishments considérés).10 Toutefois, on pourra encore noter que si le changement de point de vue qui facilite aujourd’hui la focalisation sur l’étude du jeu des (mises en) frontières dans le cadre d’une approche systématique des dynamiques linguistiques et langagières permet d’ouvrir notre horizon en ce qui concerne la transformation des langues en général et montre notre évidente implication dans ce procès, cela ne permet pas pour autant de considérer que le questionnement à propos des frontières est saturé, car, nécessairement, le nouveau domaine ainsi construit établit ses propres frontières.11

26À ce deuxième niveau où l’élaboration théorique s’articule à la saisie empirique pour rendre compte des phénomènes de contact que cette construction théorique même donne à voir (sinon fait émerger) et permet de saisir par le biais de recompositions plus ou moins systématiques de nos points fixes et de nos règles de saisie, il devient déjà loisible de percevoir l’importance épistémique de la notion de frontière dans les procès généraux de construction et de mise en signification de ce qui nous concerne… et qui fait sens, pour nous. Donc, partis de la frontière perçue, subie, saisie et interprétée dans sa matérialité et dans le vécu qu’elle détermine, nous atteignons désormais l’étape de sa fonctionnalisation active, de son exploitation consciente qui permet de rendre compte d’une – toujours en cours de transformation – organisation et compréhension du monde.

5. Nécessité épistémique de la frontière, ou l’ordre de l’intégration

27C’est probablement la dilution ou l’abandon d’un support empirique au profit d’une nécessaire réflexion d’ordre métathéorique, c’est-à-dire au-delà même des limites habituellement retenues pour conserver une signification au mot frontière, qui caractérise ce dernier volet. Ici l’appréhension de ce qui peut relever de la frontière (ou de la mise en frontières), désormais conçue comme une simple nécessité épistémique dans le procès d’élaboration du sens et dans la mise en signification en général, est réduite – après leur postulation – au repérage de trois dimensions élémentaires et corrélées, sans doute toujours présentes en arrière-plan de notre activité cognitive. Je reconnais ainsi :

– le procès de distinction qui sous-tend nécessairement toute perception différentielle des phénomènes, des concepts ou des sensations ;

– le choix de pertinence qui prédéfinit le cadre et le référentiel de saisie en rapport avec cette distinction ;

– la dynamique de rétention d’historicité qui, par le biais du rappel constant du déjà-vu et déjà-produit dans tel contexte, introduit le procès d’objectivation, articule le sujet individuel ou collectif à son monde et fait signifier ce qui est en question et se manifeste dans le hic et nunc.

28Bien évidemment ces trois dimensions sont liées et, compte tenu de leurs spécificités, elles sont nécessaires à la compréhension de ce qui est ou de ce qui peut être conçu comme une frontière aussi bien qu’à toute mise en signification, toute élaboration de sens, en général. De fait, ces dimensions d’arrière-plan en étant nécessairement hors champ par rapport à ce qui se passe et à ce qui est saisi, sont constituantes – sans être postulées a priori – de ce que j’appelle une nécessité épistémique.

29On comprend dès lors qu’il ne s’agit pas de prendre ces dimensions pour objets d’étude, mais de les percevoir et de les reconnaître comme le sine qua non du cadre de saisie et de mise en signification de ce qui est considéré dans sa stabilité comme dans sa transformation, et qui émerge à (et de) notre conscience ; de fait elles intègrent – et dissolvent dans le même temps – l’idée même de frontière. Elles ne sont en effet fonctionnelles que parce que, d’une certaine façon, elles sont la différenciation, le cadrage et la prise de distance ! En d’autres termes, l’existence de ces dimensions est constitutive de la condition de possibilité de notre élaboration épistémique.

30Cela étant, on doit être conscient qu’aborder le thème de la frontière sous l’angle de cette généralité revient effectivement à en subvertir la notion. D’être trop présente, trop intime, trop intérieure aux phénomènes et à nos représentations, la frontière n’existe plus. D’être consubstantielle de chaque chose, de chaque notion, de chaque signe dans sa constitution et sa caractérisation interne, la frontière disparaît.

31La perte du conjoncturel et de l’événementiel fait que ce qui est en jeu a cessé d’être la manifestation et la spécificité de frontières dans l’ordre empirique, comme cela a été présenté dans le premier volet de ce texte. De même, ce n’est plus la fonctionnalisation et la conceptualisation de la notion devenant un outil d’analyse des phénomènes dans le cadre d’une théorisation renouvelée, comme je l’ai présenté dans le deuxième volet ; c’est tout simplement la considération du travail interne, élémentaire et continu d’identification et de distinction qui s’actualise au sein d’un espace infra-réel situé aux marges de notre activité de connaissance, mais qui est nécessaire pour que de cette connaissance puisse effectivement se développer ; travail auquel une psychologie cognitive peut s’attacher.

32Ainsi que je l’ai suggéré, cette nécessité épistémique qui met en jeu les cadrages les plus généraux et les plus stables que nous activons dans notre saisie du monde se génère probablement dans le procès cognitif qui nous fait nous articuler à ce monde et qui nous conduit à le faire signifier. Nous avons dès lors fait le tour de ce que peut saisir la frontière… Et selon cette perspective, rien ne lui échappe. La frontière est bien partout. Cela a-t‑il encore du sens ?

6. « Passez au large ! »

33Je conclurai par un retour au point de départ : « Que deviennent les frontières entre espaces géographiques, linguistiques et culturels dans un monde globalisé, cosmopolite et urbanisé ? Comment les frontières sont-elles […] configurées dans les pratiques ? » Ce sont les premières questions que, d’entrée de jeu, les éditeurs de ce volume ont posées, et il semble bien que si l’on en reste là, mes réflexions à propos de ce qui se passe « sous le dessin et le dessein » n’y apportent guère de réponse. Et d’ailleurs, peut-on vraiment répondre à ces questions ?

34Mais bien évidemment, les éditeurs n’en sont pas restés là et ils ont élargi le débat en dépassant la focalisation sur la concrétude des frontières pour s’intéresser aux sujets/acteurs qui, eux, ont à faire avec. Ainsi précisent-ils :

Il ne s’agit pas seulement […] de s’interroger sur les effets des contacts entre communautés diverses identifiées géographiquement, sociologiquement ou linguistiquement […], mais de s’intéresser également à la façon dont les sujets sociaux, dans ces espaces de flux, reproduisent, construisent, négocient des positions, des places, des relations, des groupes, des significations sociales.

35Dès lors, un rapprochement peut s’établir et – dans mes termes – l’on peut enfin lier le dessin (avec sa matérialité constitutive) au dessein (avec sa subjectivité inhérente)… et travailler ce que cela implique.

36Alors, pour tous ceux qui seront parvenus au terme de ce chapitre, qu’ils aient souscrit ou non à l’analyse que j’ai présentée, peut-être, pour changer d’air (?), vaut-il la peine d’entrouvrir un autre horizon et de proposer une autre illustration – à la fois concrète et décalée (par rapport à quelles frontières ?) – afin de donner toute sa dimension à la réflexion sur ce thème.

  • 12 Ainsi dit-on, lorsqu’on ne veut pas laisser penser que ce dont il est question n’est pas vraiment (...)

37Pour cela, je vais faire un « pas de côté », donc franchir une frontière. Je vais « rappeler »12La Cicatrice intérieure, un film de Philippe Garrel, sorti en 1971. Il s’agit bien d’un film produit en trente-cinq millimètres, projeté en salle à l’époque, et aujourd’hui disponible en DVD : c’est matériellement vérifiable. Mais de quel genre de film s’agit-il ? Nous nous « rappelons » qu’il n’y a pas d’histoire : pas d’argument. Tout au long de ses courtes soixante minutes et des vingt-trois plans qui le constituent, nous avons affaire à de lents et longs travellings. De la parole, des cris, des lamentations, des imprécations, mais pas de discours, pas de dialogue ; du français, de l’anglais, de l’allemand, mais pas de communication et aucun sous-titrage. Des personnages qui marchent, qui avancent, qui disparaissent à l’horizon. Des points de fuite. Un travail de caméra sur la circularité. Des déserts, un volcan, de l’espace, du vide. Au final, une errance au sein d’un imaginaire ésotérique déconstruit/reconstruit, mythologiquement retravaillé par une occidentale mémoire. La mer et le feu. Le don et la fuite. Le mariage des extrêmes. Pierre Clémenti nu sur un cheval, portant carquois et flèches, Philippe Garrel mince et fluet dans un improbable costume ajusté. De l’ocre clair, du blanc, beaucoup de blanc, à la limite du surexposé. Le fils de Nico autour de ses sept ans, nu et rose, assis sur un coussinet blanc de duvet ou de fourrure dans un décor estival d’icebergs nordiques. Des flammes aussi, le bruit de la terre, de la glace. La musique et la voix rauque du Desertshore de Nico. Rien d’autre.

38Il est rapporté qu’après la sortie du film, Philippe Garrel aurait déclaré :

Il ne faut pas regarder La Cicatrice Intérieure en se posant des questions, il faut le regarder juste par plaisir, comme l’on peut prendre plaisir à se promener dans le désert. Ce sont des traces avec ce qui se passe dans ma tête au moment où je tourne, cela ne peut être que des traces ou des jalons.13

39Dans cet espace poétique, hermétique et mal borné où l’extérieur est aussi un intérieur, quelle est la frontière ? Où donc passe la frontière ?… Et la frontière entre quoi et quoi ? Pour quel sens (re)trouver ?… « Nathanaël, quand aurons-nous brûlé tous les livres ! »

Bibliographie

Aikhenvald Alexandra et Dixon Robert éd., 2006, Areal Diffusion and Genetic Inheritance : Problems in Comparative Linguistics, Oxford, Oxford University Press.

Bakker Peter, 1997, A Language of Our Own : The Genesis of Michif, the Mixed Cree-French Language of the Canadian Métis, Oxford, Oxford University Press.

Bourdieu, Pierre, 2001, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’Agir.

Chavel Solange, 2012, « Qu’est-ce qu’une frontière ? », conférence du cycle « Les lundis de la philosophie », École normale supérieure, Paris, 5 novembre.

Coetsem Frans van, 2000, A General and Unified Theory of the Transmission Process in Language Contact, Heidelberg, Universitätverlag C. Winter.

Gumperz John, 1982, Discourse Strategies, Cambridge, Cambridge University Press.

Mondada Lorenza, 2000, Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Anthropos.

Mous Maarten, 2003, « The linguistic properties of lexical manipulation and its relevance for Ma’á », The Mixed Langage Debate. Theoretical and Empirical Advances, Y. Matras et P. Bakker éd., Berlin, De Gruyter Mouton, p. 209-235.

Muysken Pieter, 1996, « Media lengua », Contact Languages, a Wider Perspective, S. G. Thomason éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 366-426.

Muysken Pieter éd., 2000, From Linguistic Areas, to Areal Linguistics, Amsterdam, John Benjamins.

Myers-Scotton Carol, 2002, Contact Linguistics. Bilingual Encounters and Grammatical Outcomes, Oxford, Oxford University Press.

Myers-Scotton Carol, 1993, Social Motivations for Codeswitching. Evidence from Africa, Oxford, Clarendon Press.

Nicolaï Robert, 2017, Signifier. Essai sur la mise en signification, Lyon, ENS Éditions.

Nicolaï Robert, 2012a, « Phénomènes et mise en signification : remarques adventices », Langage et société, no 142, p. 59-72.

Nicolaï Robert, 2012b, « Du contact des langues au clivage dans la langue. Vers une anthropologie renouvelée », Journal of Language Contact, no 5, p. 1-39.

Nicolaï Robert, 2011, La construction du sémiotique. Réflexion sur les dynamiques langagières et l’activisme des acteurs, Paris, L’Harmattan.

Nicolaï Robert, 2007, « Questions de frontière(s) et frontière(s) en question », 4e table ronde de la chaire « Dynamique du langage et contact des langues », Nice, 14-15 décembre. En ligne : [https://www.academia.edu/3598007/Question_s_de_frontière_s_et_frontière_s_en_question_s_] (consulté le 21 janvier 2017).

Nicolaï Robert, 2003, La force des choses ou l’épreuve nilo-saharienne. Questions sur les reconstructions archéologiques et l’évolution des langues, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag.

Nicolaï Robert, 1990, Parentés linguistiques (à propos du songhay), Paris, CNRS Éditions.

Nicolaï Robert et Ploog Katja, 2013, « Question(s) de frontière(s) et frontière(s) en question(s) : des isoglosses à la “mise en signification du monde” », Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts, J. Simonin et S. Wharton éd., Lyon, ENS Éditions, p. 199-217.

Poplack Shana, 1980, « Sometimes i’ll start a sentence in Spanish y termino en español : Toward a typology of code-switching », Linguistics, no 18, p. 581-618.

Rampton Ben, 2005, Crossing. Language et Ethnicity among Adolescents, Manchester, St Jerome Publications.

Ross Malcolm, 1999, « Exploring metatypy : How does contact-induced typological change come about ? », texte d’une conférence donnée lors de la rencontre annuelle de la Société australienne de linguistique. En ligne : [https://www.academia.edu/3739312/Malcolm_Ross_1999_Exploring_metatypy_How_does_contact-induced_typological_change_come_about] (consulté le 21 janvier 2017).

Schmidt Johannes, 1872, Die Verwandtschaftsverhältnisse der indogermanischen Sprachen, Weimar, H. Böhlau.

Schuchardt Hugo, 1900, Über die Klassifikation der romanischen Mundarten [1870], Graz, Styria. En ligne : [http://schuchardt.uni-graz.at/ /id/publication/309] (consulté le 21 janvier 2017).

Tabouret-Keller Andrée, 2014, « Limites objectives et limitations subjectives des effets de contact entre parlers », Questioning Language Contact. Limits of Contact, Contact at its Limits, R. Nicolaï éd., Leyde-Boston, Brill, p. 313-324.

Thomason Sarah G. et Kaufman Terrence, 1988, Language Contact, Creolization, and Genetic Linguistics, Berkeley, University of California Press.

Notes

1 Ce texte a été également repris en ouverture d’une table ronde tenue à Nice, en décembre 2007. Je précise aussi que sous une forme sensiblement différente, la thématique ici développée est également présentée dans le chapitre d’ouverture de mon dernier ouvrage (Nicolaï 2017).

2 « Diantre !… C’est pas bien du tout de s’autociter ainsi !… Ça dépasse les bornes de la bienséance universitaire !… » Problème évident – quoique bénin – de transgression frontalière !

3 Dans la perspective ici retenue, nous sommes à la fois des sujets caractérisés par notre subjectivité et nos pratiques intersubjectives, et des acteurs caractérisés par notre activité interactionnelle et sociale et par notre potentiel de volontarisme.

4 Par exemple, on peut lire la présentation de Solange Chavel (2012) qui inventorie les acceptions du terme et identifie les différents contenus de la notion : la frontière comme ligne physique, comme séparation entre deux unités distinctes et différentes, comme front, comme filtre, etc.

5 À la guerre comme à la guerre !…

6 Voir Nicolaï (2012b, p. 20 et suiv., 2017) pour une analyse sur la place de l’historicité dans la dynamique d’élaboration du sens.

7 L’historicité est ainsi quelque chose qui nous enserre en étant subjectivement et intersubjectivement fondé ; elle est consubstantielle de notre appréhension du monde, de notre interprétation des signes. De ce fait elle précontraint le procès communicationnel, elle marque les pratiques, les formes, l’idiome. Autrement dit, elle se développe à travers nos pratiques ordinaires et se génère à partir d’elles. En raison de son évidente et nécessaire dépendance aux acteurs humains, elle présuppose toujours un procès de re-mise en signification, de création ou de transformation de signes, adossé à un état préalable dont la décontextualisation est fonctionnalisée pour l’occasion.

8 Ainsi cette remarque : « Le discours courant qui alourdit la notion d’identité, voire la grève par des relents de nationalisme, finit par rendre le terme même suspect » (Tabouret-Keller 2014, p. 321).

9 Notons bien que, ici comme dans l’ensemble de cette présentation, je n’entreprends pas de citer tous les auteurs importants dans le domaine ; je m’en tiens simplement à quelques références bien connues que je donne pour mieux préciser des orientations et des directions de recherche.

10 Voir Nicolaï (2012b), mais aussi la pertinente remarque d’Andrée Tabouret-Keller : « En plus d’un demi-siècle, les observations se sont multipliées, les méthodes de travail se sont affinées, les concepts ont pris de la rigueur, les théories se sont multipliées, ce qui, contradictoirement, les a rendues plus discutables : rien de plus complexe et de plus hétérogène que les langues en contact » (2014, p. 322).

11 Songeons également à la réflexion de Pierre Bourdieu (2001, p. 100), à propos des modes de constitution des champs de recherche : « L’institutionnalisation progressive dans l’université de ces univers relativement autonomes sont [sic] le produit de luttes d’indépendance visant à imposer l’existence de nouvelles entités et les frontières destinées à les délimiter et à les protéger. » En elle-même, elle constitue une réflexion sur la frontière !

12 Ainsi dit-on, lorsqu’on ne veut pas laisser penser que ce dont il est question n’est pas vraiment connu de ses lecteurs…

13 En ligne : [http://www.unifrance.org/film/3411/la-cicatrice-interieure] (consulté le 21 janvier 2017).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search