Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dessiner les frontières

 | 
Michelle Auzanneau
, 
Luca Greco

Troisième partie – Isoler, franchir, effacer les frontières

9. Les frontières sociolinguistiques du sujet : disons, c’est-à-dire, je veux dire

Claudine Moïse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Introduction

La question des frontières est au cœur de la réflexion sociolinguistique. La figure de la frontière n’est pas seulement une ligne de séparation, une démarcation, une limite ; elle induit le franchissement et la mobilité. Elle renvoie à des jeux ambivalents entre liaisons et séparations, transitions et ruptures, dehors et dedans, protection et disqualification, enfermement et transgression, inclusion et exclusion. Dans la perspective d’une sociolinguistique des contacts de langues1, la frontière est considérée dans son extériorité au sujet parlant2, construction entre les États et les territoires, entre les groupes, les communautés de pratiques (Lave et Wenger 1991) et de parole (Hymes 1972). En tant que frontière ethnolinguistique (Barth 1969), elle est constitutive de cette sociolinguistique et des façons d’appréhender les pratiques et la variabilité langagières, quand elle renseigne sur les processus sociaux d’inclusion et d’exclusion, de domination, de normes et d’...

Auteur

Université Grenoble Alpes

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540