Version classiqueVersion mobile

Dessiner les frontières

 | 
Michelle Auzanneau
, 
Luca Greco

Troisième partie – Isoler, franchir, effacer les frontières

9. Les frontières sociolinguistiques du sujet : disons, c’est-à-dire, je veux dire

Claudine Moïse

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 En France, historiquement, la sociolinguistique du contact des langues et du plurilinguisme s’est (...)
  • 2 À mon sens, cette sociolinguistique du contact se caractérise par le fait qu’elle considère avant (...)

1La question des frontières est au cœur de la réflexion sociolinguistique. La figure de la frontière n’est pas seulement une ligne de séparation, une démarcation, une limite ; elle induit le franchissement et la mobilité. Elle renvoie à des jeux ambivalents entre liaisons et séparations, transitions et ruptures, dehors et dedans, protection et disqualification, enfermement et transgression, inclusion et exclusion. Dans la perspective d’une sociolinguistique des contacts de langues1, la frontière est considérée dans son extériorité au sujet parlant2, construction entre les États et les territoires, entre les groupes, les communautés de pratiques (Lave et Wenger 1991) et de parole (Hymes 1972). En tant que frontière ethnolinguistique (Barth 1969), elle est constitutive de cette sociolinguistique et des façons d’appréhender les pratiques et la variabilité langagières, quand elle renseigne sur les processus sociaux d’inclusion et d’exclusion, de domination, de normes et d’inégalité en jeu dans le champ social. La frontière peut alors s’appréhender en fonction des majorités et minorités dans des rapports de pouvoir, ou à travers des identités sociales qui s’élaborent et se mettent en scène par les pratiques langagières.

2En allant dans une autre direction, peut-être moins attendue et entendue, celle d’une sociolinguistique du sujet, j’ai choisi ici de me pencher sur les frontières symboliques intérieures de l’individu pris dans la complexité de ses identités en changement et en mouvement dans un contexte social. Les déplacements intérieurs à soi peuvent alors se dire par des marques langagières subjectives, d’hybridation, d’informatisation, de stylisation, de jeux de normes, mais aussi, comme ce sera le cas ici, par des indices de reformulation, tels que les formes disons, c’est-à-dire, je veux dire.

3Je voudrais explorer ces formes de ruptures et de franchissements, qui se dessinent donc à travers le sujet psychique en prise avec sa propre énonciation, le sujet en interaction avec un autre, un tu qui le révèle à lui-même et pour lequel il se donne à voir. Mais dans le même temps, il s’agira de voir comment ces formes apparaissent quand le sujet cherche à affirmer des positionnements sociaux. Ce balancement intérieur ne serait donc pas seulement quête de soi mais, en même temps, quête d’un rôle social. En ce sens, il s’agit de saisir le sujet intime et le sujet social, l’un n’allant pas sans l’autre, ces va-et-vient intérieurs, de soi au sujet social, rendant compte de « frontières sociolinguistiques ». Cette réflexion autour des frontières m’a donc amenée à interroger, à travers des entretiens, le sujet à la fois comme acteur social et dans son intimité, c’est‑à-dire comme participant à des changements sociaux et à des mouvements intérieurs, et à ne pas laisser son traitement aux seules linguistiques du discours ou de l’énonciation.

2. L’entretien sociolinguistique, lieu de construction du sujet

  • 3 J’entends par « changement social » le processus qui rend compte de transformations de certains ph (...)
  • 4 Un projet portait sur les changements identitaires des sujets minoritaires au Canada français, en (...)

4J’ai relu pour ce texte un certain nombre d’entretiens que j’ai menés pour différentes recherches ces dernières années. Ces entretiens font partie d’études ethnographiques qui ont pour objet de saisir les changements sociaux et langagiers3 auxquels participent les sujets en position minoritaire ou marginale, et ce à travers leur histoire de vie, et donc leurs engagements sociaux et leurs positionnements identitaires. Si dans les recherches en question4 il s’agissait de voir comment se manifestaient discursivement les changements sociaux en cours, essentiellement à travers l’analyse des représentations et des discours sur, j’ai regardé plus précisément ici comment s’exprimait l’investissement personnel, subjectif et social, des locuteurs.

  • 5 Projet subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et par l’Ambassade (...)
  • 6 La sociolinguistique critique repose sur une démarche ethnographique, en filiation avec l’ethnogra (...)

5J’ai sélectionné quatre extraits d’entretiens provenant de trois recherches différentes, extraits qui m’apparaissaient particulièrement pertinents du point de vue de leur mise en discours réflexive. Le premier entretien sur lequel je m’appuie concerne Noël, traducteur du nord de l’Ontario, interviewé en 2003 dans le cadre du projet « Prise de parole II »5. Dans la perspective d’une sociolinguistique critique6 (Heller 2002) et du contact, l’objectif de ce programme de recherche était le suivant :

[…] examiner l’impact de la mondialisation et de la nouvelle économie sur la valeur accordée aux compétences langagières en français, en anglais, et en d’autres langues ainsi que sur les liens entre les compétences langagières, l’identité, les frontières ethnolinguistiques et les rapports de pouvoir et d’inégalité au Canada francophone. (Texte du projet)

  • 7 Ce projet, contrairement aux autres, repose uniquement sur des entretiens. Il a été financé par le (...)
  • 8 Ce projet sur la violence verbale, mené avec Véronique Fillol, était financé par la Délégation min (...)

6Les deux autres entretiens explorés concernent Pierre et Fatima, puis Hassan et Françoise, deux couples mixtes français-arabes, interviewés en 2002. À travers le choix des prénoms des enfants dans les couples mixtes franco-arabes, nous avions cherché les parcours et les confrontations identitaires des parents en regard de la situation migratoire en France.7 Enfin, j’ai analysé un entretien avec un surveillant de collège, Juan, interviewé en 2005, qui avait participé à notre enquête ethnographique sur la violence verbale dans une ville du sud de la France, enquête d’une année à raison d’une journée par semaine où nous avions suivi une classe de sixième.8 Ce projet visait à cerner les processus sociaux et interactionnels de la violence verbale en milieu scolaire.

7Il est certain que les entretiens sociolinguistiques sont un genre particulier d’interactions. Les chercheurs tentent souvent d’obtenir, par exemple, sous forme de récits de vie, des représentations sur les langues, les pratiques et expériences langagières et identitaires. Ils vont alors faire apparaître le sujet dans ses (re)compositions identitaires à travers mises en récit de soi, narrations et argumentations explicatives. L’intersubjectivité s’exprime, dans la situation d’entretien et dans des interactions sollicitées, par des propos qui n’auraient peut-être jamais été exprimés autrement. Pour ce texte, les extraits d’entretien où apparaissent les particules discursives disons, je veux dire et c’est-à-dire portent sur des argumentations explicatives, des positionnements identitaires et appréciatifs, et non sur des mises en récit de soi. Il ne s’agit donc pas de m’appuyer ici sur une activité narrative comme transfiguration du passé où les histoires individuelles s’organisent, s’agencent et s’imbriquent pour faire sens, mais sur des positionnements réflexifs.

3. Le sujet et l’altérité en interaction

8Le sujet est toujours dans un va-et-vient d’altérité en interaction, de soi à l’autre mais aussi de soi à soi. De ce fait, je n’existe que parce que l’autre le reconnaît. Ainsi, le sujet est idem, ce qu’il possède en commun avec autrui, et ipse, ce qui fait son unicité (Ricœur 1990). Dans une perspective postmoderne, le sujet naît, dans son hétérogénéité, de sa confrontation à l’altérité ; la (re)connaissance de soi passe alors par une indispensable reconnaissance de l’autre différent, processus, à mon sens, fondamentalement et ontologiquement nécessaire pour saisir une certaine complexité et se donner du sens dans cette « vie en miettes » de l’« expérience postmoderne » (Bauman 2003, p. 310‑338). La réponse au « Qui suis-je ? » s’adresse donc à un autre et se (re)trouve – un peu – par cet autre à un moment et dans une intention situés. Le sujet individuel et social n’est jamais complètement donné, il ne peut exister qu’en relation dans une quête de lui-même. Il est sujet partenaire de l’interaction avec un autre, dans le cas de ces entretiens, avec moi-même comme intervieweuse ; il ne peut se défaire du rôle social (Goffman 1993 [1974]), du point de vue (Delamotte-Legrand 1999, p. 263-264), de l’ethos, ou de la stance (Jaffe 2009) à adopter dans les conversations ou dans les rencontres pour être et se donner à voir, dans une posture sociale et donc dans ce qu’il veut montrer de lui-même.

9Or, si le rôle d’Ervin Goffman (1993 [1974]) est pris dans la dimension sociale d’expression du sujet, la face en appelle à sa dimension psychique, à l’image de lui-même en accord avec l’autre mais aussi avec soi. La sociolinguistique interactionnelle et ethnographique dans la lignée de Dell Hymes (Masquelier et Trimaille 2012) et de la critical discourse analysis (entre autres Fairclough 1992, van Dijk 2008) est exclusivement inscrite et focalisée dans l’analyse des processus sociaux. Le sujet serait alors avant tout aux prises avec les idéologies circulantes, les rapports de pouvoir et les inégalités sociales (voir, entre autres, Blommaert 1999, Dolon et Todoli 2008). Le sujet, dans ses discours, ses activités et son individuation, serait contraint par les catégorisations, les représentations et les stéréotypes à l’œuvre, notamment à travers les variétés langagières distribuées dans des marchés légitimes ou francs (Bourdieu 1983). Dans cette optique, le sujet est alors pensé comme producteur d’identité sociale (Brès 1994) et produit de stéréotypes (Boyer 2007). Si l’on ne saurait renier de telles approches, constitutives d’une sociolinguistique interactionnelle, marquée par la pragmatique ou l’ethnographie de la communication dans laquelle je m’inscris pleinement, elles ne doivent pas non plus laisser dans l’ombre un sujet construit aussi par et dans l’interaction avec un autre et à travers son énonciation, et qui dirait à la fois l’être social et l’être psychique. D’ailleurs les liens entre le social et le psychisme ont largement traversé les théories du langage (Chiss et Puech 1989) et sont en filigrane par exemple dans l’interactionnisme symbolique d’Ervin Goffman, la praxématique de Robert Lafont ou l’intersubjectivité, introduite par Émile Benveniste. Par l’interaction se jouent à la fois la prise de position dans un rapport à l’autre et l’expression psychique du sujet, lien que je souhaite rendre visible ici.

4. Du sujet social au sujet psychique de l’énonciation

  • 9 Celle qui appréhende, entre autres, l’analyse des interactions par le biais de la speech act theor (...)
  • 10 Le discours s’articule selon une double instance, un dialogue externe, dimension dialogale, entre (...)

10Le sujet se construit dans l’interaction dans un rapport à l’autre pour se dire en regard de ou face à dans une dimension sociale exprimée, revendiquée ou mise en scène. La dimension pragmatique de l’interaction9 laisse la part belle à l’intentionnalité, les buts, les actions et les bénéfices du sujet. En ce sens, les rapports de pouvoir et les stratégies discursives laissent entrevoir un sujet acteur de ses dires ou, en tout cas, de sa place et de son identité sociale montrée (le sujet acteur de changement social). Certes. Mais l’énonciation est aussi « langage intérieur » (Chiss et Puech 1989, p. 9) lié à une activité dialogale, inscrite en dialogue et dialogique10, mue, entre autres, par les discours sociaux en circulation. Ainsi, l’autre interlocuteur, présent et visé, les autres, représentés et parlés, ou cet autre, double intérieur de soi, donnent à se dire au sujet, socialement et intimement à la fois, tandis qu’il s’échappe à lui-même à travers boucles réflexives, lapsus, marques énonciatives, reformulations, variations stylistiques, etc., bref par des franchissements intérieurs.

  • 11 La tension n’est pas tout à fait du même ordre que le paradoxe ou la contradiction. La contradicti (...)

11Parce que « le dire ne va pas de soi » (Authier-Revuz 1998, p. 64), le sujet se dit aussi dans une distance à soi et utilise cette faculté réflexive que nous offre la parole. Cette « modalité autonymique », c’est-à-dire « l’activité langagière d’auto-représentation de son dire par l’énonciateur » (ibid., p. 63), dit l’hétérogénéité du sujet, ses quêtes du sens, ses « prises avec la résistance des mots » (p. 66), au plus juste de lui-même et dans la relation avec l’autre. Ces processus méta-énonciatifs caractérisent l’à-dire, espace de l’inconscient, ou, du moins, de l’expression du sujet, du dire en train de se construire, au-delà d’une intentionnalité. J’aime parler de tension11, qui serait, dans cette optique, ce moment de passage, cette limite, où le sujet, tendu, cherche un point d’équilibre pour être au plus juste de sa parole et de lui-même, dans son rôle social et dans sa construction psychique, face à un autre, à un tu. La tension énonciative rend compte d’une recherche d’équilibre où les identités se disent à travers négociations et ajustements dans les interactions mais aussi dans le dire du sujet. La tension est un élément central des échanges conversationnels, qui, malgré les nécessaires coopérations, régulations et alliances, sont traversés d’engagements personnels, de défense d’opinions et donc parfois de divergences entre soi et l’autre. La tension est donc aussi à l’œuvre de soi à soi. La tension serait cet état noué, ce besoin d’aller vers un ailleurs, un (re)nouveau du dire, pour trouver un certain équilibre discursif et identitaire.

5. La reformulation, la glose et les particules discursives

  • 12 Ces quatre champs sont les suivants : 1) la non-coïncidence interlocutive, quand le « tu » est con (...)

12Parmi les quatre espaces de « non-coïncidences du dire »12 cités par Jacqueline Authier-Revuz (1995, p. 73), les locutions disons, c’est-à-dire, je veux dire, que j’ai choisi d’analyser ici, révèlent la non-coïncidence interlocutive, façon d’expliciter à l’interlocuteur le discours en train de se construire mais toujours dans un retour sur son propre dire et donc dans un retour à soi. C’est dans ces failles énonciatives que se révèlent les glissements du sujet pris entre une extériorité des discours et le temps de l’à-dire, temps de soi à soi :

En signalant parmi ces mots la présence de mots marqués comme appartenant à un autre discours, un discours dessine en lui le tracé – relevant d’une interdiscursivité représentée – d’une frontière intérieur/extérieur. Un certain nombre d’oppositions peuvent être dégagées dans l’ensemble de ces formes permettant de spécifier les types de frontières entre soi et l’autre, par lesquelles un discours produit en lui-même, par différence, une image de soi. (Authier-Revuz 1995, p. 76)

  • 13 « Les “boucles” méta-énonciatives, insérant, dans le déroulement d’une chaîne adressée par un énon (...)

13Le sujet parlant est donc traversé par des voix antérieures, dans un dialogisme interdiscursif, et par des voix anticipatoires, dans un dialogisme interlocutif, des autres et de l’autre en interaction (Brès et Nowakowska 2005). Mais cette hétérogénéité des discours peut s’orienter de soi à soi, dans une forme d’interaction réflexive, dans des reprises de ce que l’on a dit et de ce que l’on va dire. Points de vue (Rabatel 2007), hypothèses, modalisation, reformulation et glose sont la manifestation autodialogique du discours qui s’inscrit dans des « boucles méta-énonciatives »13 (Authier-Revuz 1995). Je m’intéresse donc ici, à travers les trois particules disons, c’est-à-dire et je veux dire, aux effets de reformulation.

  • 14 La reformulation a été étudiée d’abord dans un cadre syntaxique (Apothéoz 2008), conversationnel ( (...)

14La reformulation pourrait être définie comme « tout processus de reprise d’un énoncé antérieur qui maintient, dans l’énoncé reformulé, une partie invariante à laquelle s’articule le reste de l’énoncé, la partie variante par rapport à l’énoncé source » (Martinot 1994). On considère que l’invariance sémantique est un critère décisif pour toute reformulation. Son usage est permanent en discours tant le sujet cherche sans cesse à dire ce qu’il n’a pas assez bien dit, à préciser son argumentation, à se saisir lui-même. « Les piétinements, hésitations et bafouillages divers, parenthèses et rallonges, corrections après coup et autres repentirs, etc. […] intéressent la problématique de la reformulation, sous l’appellation reformulation réparatrice » (Apothéloz 2008, p. 155). Il faut juger alors la reformulation14 à l’aune d’une équivalence sémantique mais aussi d’une orientation argumentative et d’une coopération conversationnelle (Martinot et Roméro 2009) qui donne place au sujet. En ce sens, il est intéressant de distinguer « les reformulations paraphrastiques qui instaurent une équivalence avec la première formulation des reformulations non paraphrastiques, lesquelles opèrent un changement de perspective énonciative » (Rossari 1997, p. 13-16).

  • 15 La glose se caractérise par les traits suivants : « 1) intraphrastique ; 2) syntaxiquement en posi (...)

15La glose (Steuckardt et Niklas-Salminen 2003) s’inscrit aussi dans le champ de la paraphrase et de la reformulation. Si elle est généralement conçue comme une équivalence sémantique sans création d’un sens nouveau, sorte de définition de sens d’un mot ou d’un groupe de mots (Steuckardt 2006, p. 6), la glose15 peut être aussi saisie dans une approche énonciative (Langhans 2003). Britta Langhans s’attache à voir en discours « ce que veut dire ce segment pour le locuteur, dans son discours concret. Les explications de mots ne se basent plus sur des équivalences lexicographiques mais sur des rapprochements situationnels, où le sens d’un terme est spécifié par des équivalences discursives » (ibid., p. 249) propres au sujet, ce qui me semble très pertinent. Ainsi, qu’on le nomme glose (groupes de mots) ou reformulation (jusqu’à des énoncés plus longs), je voudrais surtout voir, pour ma part, comment et en quoi ce phénomène, que j’appellerai reformulation, sert l’expression sociale et subjective du sujet en regard d’un autre dans un changement de perspective énonciative.

  • 16 On peut citer aussi pour les marqueurs de glose : ça veut dire, ce qu’on appelle, comme ils disent(...)
  • 17 « Processus par lequel une forme cesse d’obéir aux restrictions grammaticales pour être contrainte (...)
  • 18 Voir parmi d’autres Dostie (2004), Fischer (2006), Drescher et Frank-Job (2006), Schiffrin (1987), (...)

16La reformulation peut s’exprimer, même si ce n’est pas toujours le cas, par des marqueurs discursifs comme ceux que j’ai choisis, disons, c’est-à-dire et je veux dire.16 Les particules discursives s’inscrivent sans un processus de grammaticalisation17 mais je vais essayer de montrer, à partir de mes données, que ces marqueurs rythmiques, s’ils le sont sans doute, disent aussi une façon d’être dans son discours et tout simplement une façon d’être de soi à l’autre et de soi à soi. Je considère ces expressions d’un point de vue interlocutif et dans ce qu’elles disent d’une quête d’un dire. Il ne s’agit donc pas ici de parfaire l’étude des marqueurs ou particules discursives qui font l’objet de nombreux travaux, que ce soit d’un point de vue interactionnel, pragmatique, syntaxique ou sémantique, ce qui souligne leurs fonctions multiples en discours.18 Il s’agit, par un retour sur l’élaboration d’un dire, de montrer en quoi certaines particules discursives expriment par les reformulations une distanciation par rapport à son dire, c’est-à-dire par rapport au monde, à l’interlocuteur, mais aussi par rapport à soi-même dans des quêtes, des troubles, des failles du sujet qui disent ses doutes intérieurs psychiques mais aussi sociaux.

6. C’est-à-dire, je veux dire, disons, des marques frontalières du dire

  • 19 Pour ces marqueurs, voir aussi les études menées d’un point de vue variationniste (Beeching 2007), (...)

17Dans ses études sur la reformulation, Corinne Rossari (1994) tente une description des marqueurs reformulatifs.19 À la différence des marqueurs argumentatifs, tels donc ou en fait, les marqueurs reformulatifs auraient un effet rétroactif dans le sens où ils permettent au locuteur de revenir sur son interprétation première d’un segment discursif :

[Ils opèrent un] changement de perspective énonciative émanant d’une rétrointerprétation du mouvement discursif antécédent : le locuteur, suite à une première formulation donnée comme autonome et donc formant un premier mouvement discursif, en ajoute une seconde qui vient englober la première en la subordonnant rétroactivement. Cette nouvelle formulation, présentée comme un acte principal, est introduite par un connecteur reformulatif. L’usage de ce dernier permet au locuteur d’indiquer explicitement le changement de perspective énonciative opéré. (Rossari 1990, p. 346)

  • 20 Parmi les marqueurs rerformulatifs non périphrastiques, elle mentionne ceux qui permettent 1) la r (...)

18En s’appuyant sur cette thèse, elle distingue les marqueurs qui seraient paraphrastiques, comme c’est-à-dire, sans changement de prise en charge énonciative et ceux qui seraient non paraphrastiques.20 Pour elle, c’est-à-dire offrirait « par son sémantisme une relation d’équivalence entre les deux formulations » :

[…] et si l’opération de reformulation paraphrastique permet au locuteur de revenir sur un énoncé antécédent par l’intermédiaire d’un connecteur reformulatif, ce n’est pas dans le but d’exprimer dans la reformulation un changement de perspective énonciative. Au contraire, le locuteur utilise cette opération pour revenir sur sa première formulation afin de la compléter, la clarifier ou même la rectifier, tout en instaurant avec celle-ci une équivalence à quelque niveau que ce soit. (Ibid., p. 348-349)

  • 21 « La stratégie ne saurait correspondre aux buts conscients que se fixe le sujet et ne saurait cara (...)

19À partir des extraits des entretiens que j’ai analysés, et à l’encontre de l’hypothèse de Rossari citée ci-dessus et reprise par la suite (notamment Vassiliadou 2004), je voudrais montrer que les stratégies21 énonciatives, exprimées dans les marqueurs de reformulation en dire, notamment c’est-à-dire, sont multiples et rendent compte de procédés argumentatifs et de positionnements énonciatifs pluriels et réflexifs.

20Ces différentes fonctions de la reformulation, au-delà de celles qui sont attendues et les plus facilement catégorisables, l’élaboration discursive (la recherche du mot juste, le recentrage thématique, la caractérisation définitoire), les stratégies argumentatives, décèlent un positionnement énonciatif du sujet, positionnement fait de tensions discursives, pour se dire comme sujet social et psychique, en allant puiser à l’intérieur de soi, entre flottements et frottements.

6.1. L’élaboration discursive

21Une première analyse permet de voir que les particules de reformulation servent le fil discursif, avec explication, clarification ou rectification, au plus juste de ce que veut faire entendre le locuteur, mais une deuxième analyse montre que le sujet se déplace aussi dans son dire.

6.1.1. La recherche du mot juste

22Dans l’exemple 1, Noël exprime son désappointement face à l’action politique en contexte minoritaire.

  • 22 D’après une analyse de Catherine Chanet (2004) sur le Corpus de référence du français parlé (450 0 (...)

23Dans l’exemple 1 disons22 (ligne 4) sert à donner le temps d’élaborer le sens en discours, de trouver le mot juste « action politique ». Dans cet exemple, en particulier, il est remarquable de voir combien d’autres particules (et leur répétition) contribuent à l’effet produit par disons et à sa fonction : t’sais, beh, bon beh. Noël montre combien la mobilisation politique en milieu minoritaire se trouve confrontée à des oppositions majoritaires. La particule discursive disons permet, face à la quête impossible du mot juste (« ça m’a un peu : + », ligne 4), de (re)formuler dans une « élucidation du contenu » (Langhans 2003), comme le marque la pause précédant disons (ligne 4). Le changement de construction syntaxique (passage d’un participe passé possible (ligne 4) à une proposition « ça m’a fait déchanter », ligne 5) permet à Noël d’exprimer plus facilement la déception vécue face à l’action politique, alors que les avocats ne soutiennent pas jusqu’au bout les démarches entreprises par les militants.

24Il est intéressant de voir que cette élaboration du thème est au cœur de la constitution de cet acteur en tant que sujet, puisqu’elle lui permet de basculer sur l’expression « ça m’a fait déchanter » (ligne 5), désenchantement au cœur de son discours, qui s’actualise encore en « je me suis rendu compte à quel point là » (ligne 6). L’explicitation discursive par la reformulation permet au sujet d’exprimer non seulement des changements de position en tant qu’acteur social mais aussi des doutes personnels en je. Même si l’on peut considérer cette élaboration comme un piétinement discursif, on voit que disons sert à rendre plus adéquat le dire de Noël, à l’ajuster pour éviter toute ambiguïté à l’égard de son interlocutrice et lui permet de se positionner aussi comme militant en situation minoritaire donc dominée (« avec des gens là qui aiment pas qui tu es juste pour commencer puis que à cause de ça t’sais i comprend pas tes idées ») et d’affirmer ses propres tensions. Ainsi se marquent les frontières sociolinguistiques, celles qui rendent compte d’oscillations intérieures, de passages de soi au sujet social.

25Dans l’exemple 2, Noël cherche à identifier le mode de communication qu’il sent comme peu pertinent pour les projets franco-ontariens.

26Le disons sert de glose explicative, dans un effet d’approximation, d’hypothèse soumise à l’interlocuteur. Il permet de préciser le contenu sémantique d’un mot ou d’un groupe de mots énoncés. Mais, surtout, par là même Noël peut s’inscrire dans son discours et prendre une position subjective, donner son propre avis qui va à l’encontre de la communication attendue, celle « faite par les médias » (ligne 2). Cette reformulation montre, comme dans l’exemple 1, la prise de position comme acteur social en tant que représentant de sa communauté (il sait ce qu’il convient de faire, « on on on (n’) pas comme une masse + les Franco-ontariens on est des on est des petites poches de gens », lignes 5-6) mais aussi comme sujet (« j’ai le sentiment », ligne 1) pris entre deux plans possibles d’action, dont l’un évoqué à travers la reformulation ne pourra qu’être rejeté.

27Ainsi, au-delà d’une volonté de précision et d’explicitation pour l’interlocuteur à travers la recherche du mot juste, ces reformulations permettent au sujet d’exprimer une position énonciative subjective par un déplacement du point de vue, entre expressions d’une déception (exemple 1) ou d’une minorisation (exemple 2), expressions qui vont bien au-delà d’une simple reformulation sémantique. Ces ancrages énonciatifs marquent un balancement entre un positionnement social et une tension individuelle.

6.1.2. Le recentrage thématique

28Dans l’exemple 3, Noël parle d’un changement de politique éditoriale de la maison d’édition dans laquelle il travaillait.

29La précision discursive peut se manifester aussi à travers une incise (« disons du temps que j’y étais », ligne 1), parenthèse restrictive, dans une forme d’hypothèse et de précaution argumentative. Noël précise que le développement de la maison d’édition s’est bien produit mais, d’après ce qui lui semble, dans le temps où il était lui-même en fonction dans la structure. Il exprime par l’incise en je sa place d’acteur social puisque, pendant le temps où il travaillait à la maison d’édition Prise de parole, il a vu des changements en faveur du développement de la diffusion d’auteurs franco-ontariens, donc en faveur d’une certaine visibilité de la minorité. Là encore, cette précision sert non seulement l’interlocuteur mais aussi le positionnement du sujet, de Noël lui-même, qui, dans une boucle réflexive, montre combien le changement social vécu est lié à sa perception et à son expérience.

6.1.3. La caractérisation définitoire

30Dans l’exemple 4, pour Noël, être francophone serait avoir un certain avantage professionnel.

31Ce disons offre une glose sémantique, une forme de caractérisation définitoire, mais qui, au-delà de la reformulation, positionne le sujet comme acteur social (« on est disons moins nombreux à se à se battre pour les les mêmes postes donc » (lignes 2-3).

32De la même façon, Hassan explique, dans l’exemple 5, la fermeture des « frontières » en la liant au Front national.

33Dans cet exemple, la reformulation qui s’étend sur toute l’argumentation (lignes 2-4) permet à Hassan à la fois de donner son point de vue social sur la question des frontières et de se positionner en tant qu’immigré lui-même.

34Dans les exemples 4 et 5, les reformulations permettent de revenir sur des notions centrales dans la définition de soi et du groupe, celles de francophone et de frontières. Dans une rétro-interprétation, les locuteurs changent la perspective énonciative attendue et dans un on inclusif dialogique (« on est moins nombreux », « on se rend compte ») donnent force à une prise de position en contrepoint, « quand être francophone a aussi des avantages », ou « quand fermer des frontières a aussi des inconvénients ».

35Dans les exemples 6 et 7, Hassan précise si la double culture est un élément positif et s’il a des frères et sœurs.

36Hassan revient, dans les exemples 6 et 7, à ce qui le touche dans son identité sociale (« je travaille beaucoup », ligne 2, exemple 6 ; « c’est pas l’immigration euh main-d’œuvre », ligne 2, exemple 7), mais les arguments donnés pour convaincre de sa position sociale sont ponctués par de nombreux piétinements, une voix en je dont les disons signifient aussi les fluctuations de ses doutes intérieurs. Les modalisateurs et les hésitations montrent que les déductions définitoires (ce qui n’est pas un problème pour les enfants, ce qu’est « maths spé ») données seraient une possibilité d’explication parmi d’autres face aux balancements intérieurs.

37Dans l’exemple 8, Fatima indique, en définissant la formule « l’ordre du psy », comment un enfant de couple mixte peut être serein.

38Fatima explique le « quelque chose qui est de l’ordre du psy » (ligne 2) avec le c’est-à-dire qui permet une élaboration du sens qui ne va pas de soi (« enfin si tu veux », ligne 1 ; « on peut développer pendant des heures hein », ligne l2 ; « je pense », ligne l3). Toutefois cette définition entraîne, dans des glissements, un positionnement énonciatif centré en je, en lien, toutefois, avec un engagement social, une volonté de transmission culturelle par le nom. Les retours sur soi, au-delà des positionnements en tant qu’acteur social, s’accompagnent bien souvent de marques d’hésitations, de reprises, de piétinements assez nombreux (exemples 6, 8, 9, 10, 12) qui signifient les expressions de soi faites de quelques vacillations.

6.2. Les stratégies argumentatives

39Une autre façon d’aborder l’analyse est de saisir ces particules reformulatrices par l’argumentation. Elles servent alors à entraîner l’adhésion de l’interlocuteur quand le développement explicatif se rassemble dans un effet conclusif. « Les commentaires métadiscursifs évaluatifs ont un effet immédiat sur la conscience de l’interlocuteur, le guidant dans une interprétation. De fait, plutôt que de fournir des munitions à l’interlocuteur, on les lui enlève » (Martel et Vincent 2001, p. 144). Mais, encore une fois, l’argumentation permet davantage la faculté pour le sujet de se dire comme acteur social voire dans sa complexité personnelle.

40Dans l’exemple 9, Fatima soutient que porter deux prénoms est une pratique de plus en plus courante.

41L’emploi du disons (ligne 12) conclusif lui permet de clore l’échange en affirmant sa position et de croire par là même entraîner l’adhésion de ses interlocuteurs. Dans ce cas-là, ces visées argumentatives permettent d’asseoir des prises de positions identitaires où l’acteur social s’affirme dans ses engagements. En même temps, on voit bien que je veux dire (lignes 3-4), très souvent utilisé dans mes données, permet l’élaboration discursive, une affirmation identitaire, un engagement social, mais aussi un balancement personnel entre différents choix possibles, celui ici de donner un ou deux prénoms, balancement entre un « chez nous » et un « ici », avant de clore, avec le disons (ligne 12), les choix discursifs dans une interaction conclusive.

42Dans l’exemple 10, Fatima montre le poids des discours du Front national auprès de ses enfants.

43Dans le même sens, ici je veux dire engage le sujet dans une prise de distance par rapport à son propre dire. Fatima mentionne, dans l’exemple 10, par le premier je veux dire (ligne 5) le fait que les débats autour du Front national ne sont pas inoffensifs et peuvent peser sur ses enfants. Ce positionnement est social mais également personnel et familial quand le second je veux dire (ligne 7) renvoie, avec quelques reprises et hésitations puis dans une glose autour de « ce que ça voulait dire » (ligne 7), à « l’histoire de Le Pen et compagnie » (lignes 7-8) et à sa propre identité qui pourrait être malmenée.

44Dans l’exemple 11, Juan, en tant que conseiller d’éducation, donne son avis sur la situation éducative au sein d’un collège.

45À partir de « en rigoler », Juan montre qu’il s’oppose à la doxa éducative qui affirme le devoir de « marquer le coup » (ligne 3) quand un élève a commis une faute. Il développe sa réfutation « c’est faux » par la formule « en rigoler » (lignes 3 et 4) et par toute la mise en narration qui suit (lignes 6-8). L’emploi de je veux dire lui permet d’argumenter dans une prise de position distanciée marquée par une élaboration de son dire (hésitations, ruptures, reprises, narration…) qui dit son questionnement par rapport aux discours circulants. Sa prise de parole se caractérise par des boucles réflexives mais exprime aussi sa position « politique », comme acteur social désireux de changement.

46Dans l’exemple 12, Noël explique d’où vient son lien avec le français.

47Disons peut s’accompagner alors d’un élément argumentatif (« c’est sans doute pour ça », ligne 8), où Noël explique en quoi son attachement au fait français est lié à l’histoire de ses parents. Il développe d’abord son argumentation en montrant que la situation géographique (habiter un village du Nord très français) et historique (le temps où la colonisation francophone était souhaitée dans des terres anglaises) a joué un rôle dans son lien avec le français, donc a construit son appartenance sociale. Le disons (ligne 9), avec le sans doute (ligne 8), sert par la suite à modaliser l’explication uniquement sociale, en mettant le sujet au cœur de son dire et en proposant une explication en forme d’hypothèse identificatoire, « le français ça fait partie de mon identité puis que j’y tiens » (ligne 9), annoncée avec précaution par « c’est sans doute pour ça beh que » (ligne 8). Ainsi, quand le sujet touche à ce qui le constitue, le développement argumentatif, extérieur à lui (la situation géographique et historique liée à ses parents), permet à Noël de revenir à lui-même (« mon identité », « j’y tiens », ligne 9). On voit bien ici comment disons sert alors à « confronter son propos aux autres possibles » (Teston-Bonnard 2008, p. 62) en affirmant, dans une construction discursive, le rôle social puis personnel du sujet.

 

48Les trois particules de reformulation en dire que j’ai essayé d’analyser, disons, c’est-dire, je veux dire, à partir des données extraites d’entretiens sociolinguistiques réalisés au cours de différentes recherches, s’inscrivent, sans récurrence systématique et sans distinction caractérisée, dans des nécessités explicatives et argumentatives. À travers élaborations discursives ou stratégies argumentatives, elles permettent certes de préciser le fil du discours, à un interlocuteur qu’il faut convaincre de positionnements identitaires, mais également de laisser le sujet affirmer des positionnements sociaux et donc des participations à des engagements et des changements importants (mobilisation communautaire ou migration par exemple). Ces particules, à travers l’expression de situations personnelles (profession, fonction parentale, enfance), invitent, en même temps, à des rétro-interprétations qui constituent le sujet au plus intime de lui-même, ce que je voudrais définir comme frontières sociolinguistiques, balancements intérieurs, de soi au sujet social.

Bibliographie

Apothéloz Denis, 2008, « Reformulations réparatrices à l’oral », La reformulation. Marqueurs linguistiques, stratégies énonciatives, M.-C. Le Bot, M. Schuwer et E. Richard éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 155-168.

Authier-Revuz Jacqueline, 1998, « Énonciation méta-énonciative. Hétérogénéités énonciatives et problématiques du sujet », Les sujets et leurs discours. Énonciation et interaction, R. Vion éd., Aix-en-Provence, Université de Provence, p. 63-80.

Authier-Revuz Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.

Barth Frederik, 1969, « Introduction », Ethnic Groupes and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, F. Barth éd., Boston, Little, Brown and Co., p. 9-38.

Bauman Zygmunt, 2003, La vie en miettes. Expérience postmoderne et moralité, Chambon, Le Rouergue.

Benveniste Émile, 1974, Problème de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Beeching Kate, 2007, « La co-variation des marqueurs discursifs bon, c’est-à-dire, enfin, hein, quand même, quoi et si vous voulez : une question d’identité ? », Langue française, no 154, p. 78-93.

Blommaert Jan éd., 1999, Language Ideological Debates, New York, Mouton de Gruyter.

Bourdieu Pierre, 1983, « Vous avez dit “populaire” ? », L’usage de la parole, no 46 des Actes de la recherche en sciences sociales, p. 98-105.

Boyer Henri éd., 2007, Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, Paris, L’Harmattan, 4 volumes.

Brès Jacques, 1994, Récit oral et production d’identité sociale, Montpellier, Presses de l’université de Montpellier 3.

Brès Jacques et Nowakowska Aleksandra, 2005, « Dis-moi avec qui “tu dialogues”, je te dirai qui tu es… De la pertinence de la notion de dialogisme pour l’analyse de discours », Marges linguistiques, no 9, p. 137-154.

Chanet Catherine, 2004, « Fréquence des marqueurs discursifs en français parlé : quelques problèmes de méthodologie », Recherches sur le français parlé, no 18, p. 83-106.

Chiss Jean-Louis et Puech Christian, 1989, « Énonciation, interaction et conversation : les théories du langage entre le psychisme et le social », Histoire Épistémologie Langage, vol. 11, no 2, p. 7-36.

Delamotte-Legrand Régine, 1999, « Les pairs sont-ils des mêmes ou des autres ? », L’autre en discours, J. Bres, R. Delamotte-Legrand, F. Madray-Lesigne et P. Siblot éd., Montpellier, Presses universitaires de l’université Montpellier 3, p. 261-285.

Dijk Teun A. van, 2008, Discourse and Power, New York, Palgrave Macmillan.

Dolon Rosana et Todoli Julia éd., 2008, Analyzing Identities in Discourse, Amsterdam, John Benjamins.

Dostie Gaétanne, 2004, Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexico-graphique, Bruxelles, Duculot.

Drescher Martina et Frank-Job Barbara éd., 2006, Les marqueurs discursifs dans les langues romanes. Approches théoriques et méthodologiques, Francfort, Peter Lang.

Fairclough Norman, 1992, Discourse and Social Change, Cambridge, Polity Press.

Fischer Kerstin éd., 2006, Approaches to Discourse Particles, Amsterdam, Elsevier.

Forlot Gilles, 2012, Pratique et représentation de la diversité linguistique, entre francophonie et anglophonie : perspectives sociolinguistiques sur l’appropriation des langues, habilitation à diriger des recherches, Université de Picardie.

Gaulmyn Marie-Madeleine de, 1987, « Reformulation et planification métadiscursive », Décrire la conversation, J. Cosnier et C. Kerbrat-Orecchioni éd., Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 167-198.

Goffman Erving, 1993, Les rites d’interaction [1974], Paris, Minuit.

Heller Monica, 2002, Éléments d’une sociolinguistique critique, Paris, Didier.

Hymes Dell, 1972, « Models of the interaction in social life », Directions in sociolinguistics, J. Gumperz et D. Hymes éd., New York, Rineheart and Winston, p. 35-71.

Jaffe Alexandra éd., 2009, Stance : Sociolinguistics Perspectives, Oxford, Oxford University Press.

Kara Mohammed éd., 2007, Usages et analyses de la reformulation, no 29 de Recherches linguistiques.

Khachaturyan Elisaveta, 2008, « Les mots du discours de dire », Estudos Linguisticos / Linguistic Studies, no 2, p. 287-315.

Langhans Britta, 2003, « Indices de glose dans un corpus d’entretiens », Le mot et sa glose, A. Steuckardt et A. Niklas-Salminen éd., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 245-271.

Lave Jean et Wenger Etienne, 1991, Situated Learning : Legitimate Peripheral Participation, Cambridge, Cambridge University Press.

Le Bot Marie-Claude, Schuwer Martine et Richard Élisabeth éd., 2008, La reformulation. Marqueurs linguistiques, stratégies énonciatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Martel Guylaine et Vincent Diane, 2001, « Particules métadiscursives et autres modes langagières : des cas de changement linguistique », Travaux neuchâtelois de linguistique, no 34-35, p. 141-152.

Martinot Claire, 1994, La reformulation dans les productions orales de définitions et explications, thèse de doctorat, Paris 8.

Martinot Claire et Roméro Clara, 2009, « La reformulation : acquisition et diversité des discours », Cahiers de praxématique, no 52, p. 7-18.

Masquelier Bertrand et Trimaille Cyril éd., 2012, Dell Hymes : héritages et débats, no 139 de Langage et société.

Rabatel Alain, 2007, « Analyse énonciative du point de vue, narration et analyse de discours », Filologia e Linguistica Portuguesa, no 9, p. 345-368.

Rabatel Alain éd., 2010, Les reformulations pluri-sémiotiques en contexte de formation, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Ricœur Paul, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

Rossari Corinne, 1997, Les opérations de reformulation. Analyse du processus et des marques dans une perspective constrastive français-italien, Berlin, Peter Lang.

Rossari Corinne, 1994, Les opérations de reformulation, Berlin, Peter Lang.

Rossari Corinne, 1990, « Projet pour une typologie des opérations de reformulation », Cahiers de linguistique française, no 11, p. 343-359.

Schiffrin Deborah, 1987, Discourse Markers, Cambridge, Cambridge University Press.

Simonin Jacky et Wharton Sylvie éd., 2003, Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts, Lyon, ENS Éditions.

Steuckardt Agnès, 2006, « Du discours au lexique : la glose », séminaire de l’Atilf, 31 mars 2006. En ligne : [http://www.atilf.fr/IMG/pdf/seminaires/Seminaire_atilf_Steuckardt_2006-03.pdf] (consulté le 10 avril 2017).

Steuckardt Agnès et Niklas-Salminen A. éd., 2003, Le mot et sa glose, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

Teston-Bonnard Sandra, 2008, « Je veux dire est-il toujours une marque de reformulation ? », La reformulation. Marqueurs linguistiques, stratégies énonciatives, M.-C. Le Bot, M. Schuwer et E. Richard éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 51-69.

Tremblay Judith, 1998, Étude de quelques marqueurs discursifs dans le français oral du Québec : disons et mettons, mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi.

Vassiliadou Hélène, 2004, « Les connecteurs de reformulation c’est-à-dire en français et diladi en grec », Lingvisticœ Investigationes, vol. 27, no 1, p. 125-146.

Vincent Diane, 1993, Les ponctuants de la langue et autres mots du discours, Québec, Nuit Blanche Éditeur.

Vion Robert, 1998, « Le sujet en linguistique », Les sujets et leurs discours. Énonciation et interaction, R. Vion éd., Aix-en-Provence, Presses de l’université de Provence, p. 189-202.

Annexes

Conventions de transcription

soulignement chevauchement
+ micro-pause
exTRA segment accentué, majuscules
((rires)) phénomènes non transcrits
: allongement vocalique
(il) y a / i(l) dit segment non réalisé
xxx segment incompréhensible

Notes

1 En France, historiquement, la sociolinguistique du contact des langues et du plurilinguisme s’est développée dans les années 1970 avec les créolistes et dans la mouvance des études sur la diglossie occitane. Elle est l’héritière des approches sur les langues minoritaires dans des perspectives aménagementistes et diglossiques sans s’inscrire dans une conception à tendance structuraliste de la langue comme l’est la sociologie du langage prise dans les traces de Joshua Fishman en Amérique du Nord. Elle s’est définie aussi depuis Uriel Weinreich autour des recherches sur le bilinguisme individuel et sociétal et, plus tard, autour de l’alternance de codes et de l’ethnographie de la communication. Aujourd’hui, en prise avec les phénomènes de mondialisation, elle s’est largement étendue dans son acception (Simonin et Wharton 2013), du plurilinguisme à la sociolinguistique de la migration par exemple.

2 À mon sens, cette sociolinguistique du contact se caractérise par le fait qu’elle considère avant tout le sujet dans sa dimension d’appartenance ethnique et sociale sans prendre en compte ni sa part individuelle ni sa part psychique.

3 J’entends par « changement social » le processus qui rend compte de transformations de certains phénomènes de société : par exemple le rapport entre majorité et minorité au Canada, la légitimation du plurilinguisme, la valorisation de l’origine ethnique…

4 Un projet portait sur les changements identitaires des sujets minoritaires au Canada français, en Ontario, face la mondialisation, un autre sur le choix des prénoms dans les couples mixtes franco-arabes, le dernier sur la construction de la violence verbale.

5 Projet subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et par l’Ambassade du Canada. Chercheurs principaux : Monica Heller et Normand Labrie, Université de Toronto (2000-2004).

6 La sociolinguistique critique repose sur une démarche ethnographique, en filiation avec l’ethnographie de la communication et la critical discourse analysis.

7 Ce projet, contrairement aux autres, repose uniquement sur des entretiens. Il a été financé par le Fasild et mené avec Nathalie Auger.

8 Ce projet sur la violence verbale, mené avec Véronique Fillol, était financé par la Délégation ministérielle et a donné lieu à différents programmes de recherche, jusqu’à aujourd’hui encore, avec Béatrice Fracchiolla et Christina Romain (voir www.violenceverbale.fr).

9 Celle qui appréhende, entre autres, l’analyse des interactions par le biais de la speech act theory, comme c’est le cas d’Eddy Roulet et de ses disciples.

10 Le discours s’articule selon une double instance, un dialogue externe, dimension dialogale, entre des locuteurs différents, et un dialogue interne, dimension dialogique, qui fait écho à d’autres discours.

11 La tension n’est pas tout à fait du même ordre que le paradoxe ou la contradiction. La contradiction relève de la logique discursive où des éléments argumentatifs s’excluent. Le paradoxe ne serait contradictoire qu’en apparence et traduirait un décalage dans le discours entre les représentations du locuteur et la pratique. Il permettrait de rendre compte de situations complexes où le locuteur dans ses positionnements langagiers oscille par exemple entre représentations monolingues et unificatrices et ouverture au plurilinguisme (Forlot 2012, p. 98).

12 Ces quatre champs sont les suivants : 1) la non-coïncidence interlocutive, quand le « tu » est convoqué (« si vous voyez ce que je veux dire ») ; 2) la non-coïncidence du discours lui-même (« comme on dit au rugby ») ; 3) la non-coïncidence entre les mots et les choses (« si on peut appeler ça une auberge ») ; 4) la non-coïncidence des mots à eux-mêmes (« ce toit est à refaire, c’est une tuile, c’est le cas de le dire »).

13 « Les “boucles” méta-énonciatives, insérant, dans le déroulement d’une chaîne adressée par un énonciateur à un récepteur, le commentaire de l’énonciateur sur ce qu’il dit, c’est-à-dire en tant qu’il reçoit ce qu’il dit et qu’il y “répond”, peuvent être considérées comme des émergences sur la chaîne de cette auto-réception sous-jacente, permanente, comme des formes par lesquelles l’énonciateur représente, ponctuellement – les “laissant apparaître” ou les mettant en scène –, la structure et le mécanisme, continuellement présents, d’un auto-dialogisme, inséparable de la distanciation interne à toute énonciation » (Authier-Revuz 1995, p. 149).

14 La reformulation a été étudiée d’abord dans un cadre syntaxique (Apothéoz 2008), conversationnel (de Gaulmyn 1987), pragmatique (pour une synthèse, voir Kara 2007, et Le Bot, Schuwer et Richard 2008) puis didactique (voir entre autres Rabatel 2010). D’abord appréhendée à partir « des marqueurs de reformulation au sens de paraphrase contextuelle ou communicative », elle a ensuite été saisie avec des marqueurs plus lâches comme ah, alors, hein où le contexte joue dans son interprétation possible (voir Martinot et Roméro 2009).

15 La glose se caractérise par les traits suivants : « 1) intraphrastique ; 2) syntaxiquement en position de parenthèse ; 3) parfois introduite par des indices de glose du type c’est-à-dire ; 4) métalinguistique ; 5) la capacité de se rapporter à un mot ou à un syntagme (ou groupe de mots) ; 6) la dimension pragmatique » (Langhans 2003, p. 247).

16 On peut citer aussi pour les marqueurs de glose : ça veut dire, ce qu’on appelle, comme ils disent (Langhans 2003), ou de façon plus générale, en d’autres termes, autrement dit, en somme, en un mot, tout bien considéré, tout compte fait, en fin de compte (Rossari 1990).

17 « Processus par lequel une forme cesse d’obéir aux restrictions grammaticales pour être contrainte par des restrictions d’ordre pragmatique et interactif » (Martel et Vincent 2001, p. 142). Pour Guylaine Martel et Diane Vincent, la grammaticalisation serait à considérer selon un continuum. Les formes les plus grammaticalisées, par leur perte de sens, auraient davantage une valeur de ponctuants qui permettraient de rythmer les interactions, pour une meilleure attention dans l’échange, et de jouer, comme pour je veux dire, « un rôle dans la structuration des énoncés et dans la gestion de l’interaction entre les interlocuteurs » (ibid., p. 147). Cette interprétation, pour ma part, ne me convainc pas tout à fait comme vont le montrer les analyses qui suivent.

18 Voir parmi d’autres Dostie (2004), Fischer (2006), Drescher et Frank-Job (2006), Schiffrin (1987), Vincent (1993).

19 Pour ces marqueurs, voir aussi les études menées d’un point de vue variationniste (Beeching 2007), pragmatique (Khachaturyan 2008, Martel et Vincent 2001, Tremblay 1998) et énonciatif (Langhans 2003, Rossari 1990, Teston-Bonnard 2008, Vassiliadou 2004).

20 Parmi les marqueurs rerformulatifs non périphrastiques, elle mentionne ceux qui permettent 1) la récapitulation (en somme, bref, en un mot) avec une faible prise de distance, l’expression étant seulement plus condensée ; 2) l’invalidation (enfin) avec une prise de distance très forte (« tu devrais aller voir Pierre, enfin tu fais ce que tu veux ») ; 3) la distanciation (de toute façon, de toute manière, en fait, de fait, en réalité, en tout cas, au fond) avec une forte prise de distance mais sans invalidation ; 4) la reconsidération (tout bien considéré, tout compte fait, somme tout, après tout).

21 « La stratégie ne saurait correspondre aux buts conscients que se fixe le sujet et ne saurait caractériser son action de manière autonome. Afin d’éviter le problème épineux de la conscience (intentionnalité ?), il serait préférable d’analyser la stratégie comme un comportement communicatif constaté et analysé une fois l’interaction terminée, enregistrée et transcrite. La stratégie est donc une construction de l’analyste qui, s’appuyant sur les activités langagières et mise en scène des divers types de places construites par les sujets, s’efforce de rendre compte des lignes d’actions suivies » (Vion 1998, p. 200).

22 D’après une analyse de Catherine Chanet (2004) sur le Corpus de référence du français parlé (450 000 mots) et le CORPAIX (1 050 000 mots), disons serait la 25e particule discursive la plus employée sur les 85 choisies et apparaîtrait en moyenne toutes les 17 minutes 26 secondes.

Table des illustrations

Titre Exemple 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Exemple 2
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Exemple 3
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Exemple 4
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Exemple 5
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Exemple 6
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Exemple 7
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Exemple 8
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Exemple 9
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Exemple 10
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Exemple 11
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Exemple 12
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8594/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search