Version classiqueVersion mobile

Dessiner les frontières

 | 
Michelle Auzanneau
, 
Luca Greco

Première partie – Frontières : mises en tension et en perspective

2. Frontière symbolique et construction plurielle d’imaginaires à San Diego (Californie, États-Unis)

Marko Tocilovac

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Une mesa, phénomène géologique typique du sud-ouest des États-Unis, est une élévation relativement (...)

1C’est dans l’océan Pacifique, à quelques mètres à peine de la côte, que commence – ou se termine – la barrière frontalière mexico-américaine. Composée de grandes barres de fer d’environ trois mètres de hauteur séparées légèrement les unes des autres, cette barrière devient plus dense et plus haute à mesure qu’elle se prolonge sur la plage puis se transforme en un assemblage compact de barres plus fines et très rapprochées. Alors que le tracé de la ligne frontalière suit la pente d’une petite colline, cette barrière devient une clôture grillagée puis une succession de plaques en métal opaques, qui empêchent les contacts visuels et physiques entre les deux côtés. Au sommet de cette colline, nommée Monument Mesa1, la barrière frontalière redevient une clôture, autour de laquelle a été aménagé un espace pour que puissent se rassembler des personnes des côtés mexicain et américain. Il s’agit du Friendship Park.

Figure 1 : Vue du Friendship Park depuis le côté américain, lors d’un rassemblement organisé par la coalition Friends of Friendship Park le 25 septembre 2010. Photo : Marko Tocilovac (MT).

Figure 1 : Vue du Friendship Park depuis le côté américain, lors d’un rassemblement organisé par la coalition Friends of Friendship Park le 25 septembre 2010. Photo : Marko Tocilovac (MT).
  • 2 À la fin du xixe siècle, 258 marqueurs frontaliers ont été posés tout au long des 1 954 miles de f (...)

2Le Friendship Park (parc de l’amitié) n’est pas à proprement parler un parc, mais plutôt une place d’environ deux mille mètres carrés, divisée en deux par la ligne frontalière. Depuis cette place, on peut voir le Mexique et les États-Unis, avec, d’une part, le quartier aisé de Playas de Tijuana, son phare et son imposante arène taurine (visibles en arrière-plan sur la Figure 1) et, d’autre part, les paysages marécageux du Border Field State Park, parc de l’État de Californie situé au sud-ouest de l’agglomération de San Diego. Au centre du Friendship Park, trône le premier marqueur historique de la frontière mexico-américaine, un obélisque en pierre (au centre de l’image, Figure 1) – border monument 2582 – placé par une commission binationale à la fin du xixsiècle et délimitant physiquement les limites territoriales fixées par le traité de Guadalupe Hidalgo en 1848.

3Ce parc est un cas unique de la frontière mexico-états-unienne. Inauguré en 1971 par Nancy Reagan, femme du président américain alors en exercice, il constitue un véritable témoin de l’évolution des politiques migratoires et frontalières états-uniennes. Construit pour célébrer les relations mexico-américaines et consacrer les interactions binationales prenant place à cet endroit, le Friendship Park a vu sa configuration changer radicalement lors de l’installation d’une première barrière frontalière (primary fence) au début des années 1990. L’érection de cette infrastructure, qui précédait de peu l’opération Gatekeeper et le changement radical dans le rapport de l’État américain à la frontière qu’elle impliquait, scindait de manière plus franche un espace délimité antérieurement par quelques fils barbelés. L’installation d’une seconde barrière (secundary fence) en 2009 – qui s’inscrit dans la continuité de l’expansion sans précédent des infrastructures frontalières entérinée par la loi Secure Fence Act de 2006 – a, quant à elle, fermé de fait l’accès au parc du côté américain, laissant l’autorisation de son usage à la discrétion de la patrouille des frontières.

  • 3 Customs and Border Protection est une agence fédérale dépendant du Department of Homeland Security (...)

4Le Friendship Park n’est aujourd’hui ni un lieu d’occurrences constatées de pratiques illégales, ni un endroit très fréquenté par des visiteurs. C’est la manière dont il est investi au quotidien par différents acteurs qui rend l’étude de son cas particulièrement pertinente pour avancer dans la compréhension des dynamiques propres aux frontières contemporaines. Pendant un travail de terrain effectué entre 2009 et 2011 dans le cadre de ma thèse de doctorat en anthropologie (Tocilovac 2015), le Friendship Park a été en effet le théâtre de nombreux événements organisés par une coalition d’activistes de San Diego nommée Friends of Friendship Park. Formée en réaction à la reconfiguration radicale de cet espace par l’État fédéral – plus précisément par l’agence Customs and Border Protection3 –, la coalition a activement milité pour une modification de l’infrastructure frontalière et des règlements relatifs à l’usage du Friendship Park. Elle a ainsi régulièrement appelé à manifester devant la barrière frontalière, mené des campagnes de plantation et de promotion des plantes natives autour du Friendship Park, dirigé des « messes binationales » tous les dimanches ou encore organisé différents « ateliers transfrontaliers » de chant, de musique, de poésie et de danse. Ces interventions militantes, largement médiatisées, ont ainsi participé à une diversification des imaginaires générés par la barrière frontalière. Je propose ici d’interroger ces imaginaires frontaliers, en analysant les discours et les images que produit la frontière mexico-américaine. L’étude des acteurs, de leurs actions sur et autour de la frontière, et des dynamiques dans lesquelles ils s’inscrivent, permet ainsi de saisir les processus qui composent la frontière, la manière dont ils se superposent, s’enchevêtrent et s’agencent pour produire une expérience unique de la frontière.

5L’anthropologie a abordé l’objet frontière avant tout à travers l’étude des contextes culturels et des ensembles sociaux qu’elle contribuait à construire (Donnan et Wilson 1999). En la considérant comme un « espace social » plutôt que comme une « limite sociale » (Chavarochette, Demanget et Givre 2015, p. 15), ces travaux se sont concentrés sur la manière dont la frontière est vécue par les individus qui en font une expérience ponctuelle ou quotidienne, rendant compte de dynamiques d’appartenances et d’appropriations multiples (Besnier, dans ce volume). En analysant à la fois les actions de l’État fédéral et celles de la coalition Friends of Friendship Park, j’entends mêler deux approches – par le haut et par le bas – et saisir ainsi la frontière en tant qu’espace politique investi par des acteurs aux intérêts spécifiques et aux stratégies divergentes. Prendre en compte une construction plurielle de la frontière implique, de plus, d’étudier la barrière frontalière non pas comme une entité fixe et immuable, mais bien comme une superposition de processus, structurée par un certain nombre d’événements et caractérisée par sa malléabilité. C’est l’idée de frontière qui est alors modelée par les « interventions paysagères » (Amilhat Szary et Giraut 2012), qu’elles émanent de l’État ou bien d’acteurs non étatiques comme la coalition Friends of Friendship Park. S’inscrivant dans la continuité des travaux récents du champ interdisciplinaire des border studies (Auzanneau et Greco, dans ce volume), je traite ainsi la frontière dans sa dimension évolutive, jamais achevée, et construite quotidiennement à travers une diversité d’opérations (Cuttitta 2015, Donnan et Wilson 2012).

6Enfin, l’étude du cas du Friendship Park met en avant la dimension symbolique de la frontière. Si l’efficacité des politiques frontalières peut être évaluée à l’aune des résultats mesurables de lutte contre les flux illicites de biens et de personnes, elle l’est également au regard du message politique qu’elle renvoie, des représentations qu’elle induit et de son « pouvoir de restauration symbolique de l’autorité et de la souveraineté de l’État dans les limites qu’il revendique » (Parizot 2010, p. 745). Entité productrice de sens (Donnan et Wilson 1999), la barrière frontalière peut être considérée comme une des modalités de gestion de l’image de la frontière (Andreas 2000). C’est à la frontière, véritable scène politique (Balandier 1980) caractérisée par sa dimension spectaculaire (Foucher 2007), que se joue un « spectacle rituel » (Andreas 2000) où le pouvoir politique intervient, au quotidien, « sur la représentation qu’il donne de lui-même » (Amilhat Szary 2012, p. 76), participant ainsi à la production d’imaginaires frontaliers. Car, si l’État américain a pensé, construit et disposé la barrière frontalière, il n’en a pas pour autant le monopole, ni un contrôle absolu. Le pouvoir symbolique de la frontière mexico-américaine est régulièrement détourné lors des opérations menées par Friends of Friendship Park à San Diego.

2. L’infrastructure frontalière au Friendship Park

7C’est en 2010 que la double barrière a finalement achevé de couvrir les quatorze miles de frontière entre San Diego et Tijuana. D’une hauteur de six mètres, la secundary fence est faite de matériaux plus résistants que la primary fence et placée à une quarantaine de mètres de cette dernière (sur la Figure 2, on peut voir, au second plan, traversant l’image horizontalement, la secundary fence au niveau du Friendship Park). La moitié américaine du Friendship Park est ainsi intégralement située entre les deux barrières (voir Figure 3), dans la zone réservée exclusivement aux agents de la patrouille des frontières. Pour y accéder, il faut passer par une porte, incluse dans la secundary fence, qui permet au visiteur d’entrer dans cet espace intermédiaire. Après avoir traversé la route de service de la patrouille des frontières, il pénètre dans le cercle, dont le contour a été matérialisé par une petite barrière, basse, qui fait le tour du demi-cercle et maintient les visiteurs à un mètre de la primary fence. Les contacts physiques à travers le grillage, au-delà de leur stricte interdiction par les agents, ne sont donc plus possibles. Le grillage de la primary fence a d’ailleurs été renforcé par la pose d’un second grillage au-dessus du précédent, rendant ce double maillage extrêmement serré et dense. Si en amont du parc, les tables de pique-nique ont été remplacées et si de nombreuses espèces végétales locales ont été plantées, du côté mexicain, le demi-cercle, lui, n’a pas été touché. Seul l’accès y est facilité par un chemin en béton et quelques sièges et bancs publics ont été installés à proximité d’une nouvelle pelouse qui jouxte la barrière frontalière.

Figure 2 : L’entrée du Friendship Park vu depuis le côté américain, après l’installation de la secundary fence. Photo : MT.

Figure 2 : L’entrée du Friendship Park vu depuis le côté américain, après l’installation de la secundary fence. Photo : MT.

Figure 3 : Vue satellitaire du Friendship Park après 2010. Le territoire mexicain est situé dans la partie inférieure de l’image. Le Friendship Park est situé dans le carré blanc (1). La nouvelle et l’ancienne barrière frontalière sont désignées respectivement par les chiffres 2 et 3. Échelle 1/1000. Source : Google Earth.

Figure 3 : Vue satellitaire du Friendship Park après 2010. Le territoire mexicain est situé dans la partie inférieure de l’image. Le Friendship Park est situé dans le carré blanc (1). La nouvelle et l’ancienne barrière frontalière sont désignées respectivement par les chiffres 2 et 3. Échelle 1/1000. Source : Google Earth.
  • 4 À l’exception de la période estivale, la route menant au Friendship Park est fermée aux véhicules (...)

8La secundary fence a totalement transformé ce lieu et par conséquent l’expérience des individus qui l’utilisent. Alors que l’espace du Friendship Park était relativement ouvert et facile d’accès, bien que divisé par la primary fence, il est devenu après 2010 un espace fermé et fortement contrôlé. La nouvelle porte d’accès incluse dans la secundary fence n’est ouverte que les samedis et dimanches, entre dix et quatorze heures, et est surveillée par un agent de la patrouille des frontières. L’usager doit alors montrer une pièce d’identité à l’agent, et ne peut pas rester dans le Friendship Park plus d’une demi-heure. Tout contact physique avec les individus de l’autre côté de la barrière est strictement interdit, comme l’échange d’objets à travers le grillage. De plus, arriver jusqu’au Friendship Park est en soi une opération relativement difficile, si l’on s’en réfère aux standards américains en termes de déplacements urbains. Pour atteindre le parc, qui se situe à l’extrême sud-ouest de la ville de San Diego, il faut tout d’abord conduire pendant une vingtaine de miles depuis le centre de la ville, puisque aucun transport public n’y mène. Une fois le véhicule garé au parking du Border Field State Park, il est nécessaire, sauf pendant les mois d’été, de marcher pendant environ quarante-cinq minutes, le long d’un sentier, avant d’arriver à destination.4

  • 5 Les personnes rencontrées dans le cadre de ce travail de terrain étaient en attente de jugement ou (...)

9Selon les activistes du groupe Friends of Friendship Park, la fréquentation de cet espace a baissé tout au long des vingt dernières années, à mesure que se renforçait le dispositif de contrôle et de sécurité à la frontière. Les nombreuses familles, qui en auraient fait usage avant qu’il ne soit traversé par une, puis par deux barrières, ont laissé place à un public plus clairsemé – cinq individus par week-end en moyenne du côté américain pendant la période d’observation – que l’on peut classer en trois catégories : d’abord, les activistes de la coalition, qui y organisent régulièrement des événements ; ensuite, ceux qui y viennent pour des raisons touristiques, souvent des familles mexicaines, mexico-américaines ou anglo-saxonnes ; enfin ceux qui s’y rendent pour pouvoir communiquer avec des proches se trouvant de l’autre côté de la barrière. Cette dernière catégorie est composée exclusivement d’hommes, mexicains ou d’origine mexicaine, en situation régulière aux États-Unis, mais qui ne peuvent quitter le territoire américain pour des questions judiciaires.5 Pour chacun des groupes, l’utilisation du Friendship Park est en conséquence sensiblement distincte. Après avoir montré leur pièce d’identité à l’agent de la patrouille des frontières et pénétré dans l’enceinte, les individus, venus en famille, ou pour des raisons touristiques, ne passent en général que quelques minutes dans le Friendship Park, en ne discutant que rarement avec les personnes se trouvant de l’autre côté. Les activistes, s’ils interagissent souvent avec des individus situés au Mexique, le font presque exclusivement dans le cadre d’événements dédiés justement aux contacts transfrontaliers. Quant au dernier groupe d’usagers, ils utilisent fréquemment la totalité de la demi-heure autorisée par la patrouille des frontières pour discuter avec leurs proches se trouvant à Tijuana, souvent leur compagne, ou leurs enfants. Le Friendship Park revêt alors dans ce cas une fonction plus proche de celle d’un parloir de prison que de celle d’un parc. Faire usage du Friendship Park après 2010, c’est ainsi faire l’expérience directe de l’infrastructure frontalière, non pas en tant que migrant, mais en tant qu’usager. Et la spécificité de cet usage de la frontière réside dans le fait que le visiteur ne la traverse pas, légalement ou illégalement. Il entre dans un espace liminal, entre deux barrières, et pénètre ainsi dans l’infrastructure frontalière.

10Les conséquences de ce dispositif sur les usages s’accompagnent également d’un déploiement de discours distincts sur cette infrastructure. Pour Christian Ramírez, membre de l’organisation non gouvernementale (ONG) American Friends Service Committee – très active dans l’espace frontalier de San Diego –, de la coalition Friends of Friendship Park et usager régulier du parc, le Friendship Park était caractérisé avant tout par une forme d’« humanité » qui découlait des nombreuses « rencontres » qui y prenaient place avant que ne soit installée la secundary fence. Mais ces interactions, considérées comme des « menaces », des formes d’illégalisme et de « désordre » par un porte-parole de la patrouille des frontières de San Diego, ont également servi à justifier le réaménagement du parc. S’opposent ainsi deux visions, révélatrices des positions de ces deux groupes d’acteurs politiques. Si la patrouille des frontières qualifie le nouveau Friendship Park d’« espace sécurisé pour le public et pour les agents », les membres de la coalition décrivent la construction de la nouvelle infrastructure comme « une agression du gouvernement fédéral » qui a « emmuraillé, mis en cage » les usagers. « Enfermés » entre deux barrières frontalières, les usagers soulignent la dimension agressive de la nouvelle infrastructure – la « cage » (jaula) – d’autant plus qu’elle n’est pas exclusivement construite pour empêcher les flux illégaux d’entrer sur le territoire, mais également pour gérer l’accès des individus à un espace situé sur le territoire américain.

11Les représentations véhiculées par les acteurs dépeignent ainsi une installation spécifique qui revêt les caractéristiques d’un lieu d’enfermement pour les usagers se trouvant du côté américain, et d’un dispositif de lutte contre les flux illégaux, destiné aux individus se trouvant du côté mexicain de la frontière. À la fois lieu de loisir, lieu d’interaction et lieu de contrôle, il peut être défini – et perçu – comme un parc, une place, un parloir ou une barrière frontalière à part entière.

3. Les interventions frontalières de Friends of Friendship Park

12Alors que le chantier de la double barrière était sur le point de se terminer, condamnant de fait l’existence de Friendship Park, quelques individus se sont réunis afin de protester contre l’avancée de la nouvelle infrastructure frontalière. Membres d’organisations non gouvernementales, d’associations locales ou activistes non affiliés, cet ensemble de personnes a d’abord formé un comité de vigilance sur l’avancée des travaux d’installation de la nouvelle infrastructure frontalière. Opposés à l’installation de la secundary fence, ils ont commencé à organiser quelques activités autour du Friendship Park tout en y invitant plusieurs médias de San Diego et de Tijuana. Malgré la visibilité acquise en quelques mois, le groupe n’a pu qu’assister à la mise en place de règles plus strictes dans l’utilisation du Friendship Park puis à sa fermeture de facto en février 2009. Pendant toute la durée des travaux d’installation de la secundary fence, le groupe, formant alors une coalition, a continué un travail mêlant organisation d’événements, médiatisation de sa cause et négociations avec l’agence fédérale Customs and Border Protection en vue d’une réouverture du parc, puis de son réaménagement.

13L’une des particularités de Friends of Friendship Park réside dans l’hétérogénéité des organisations qui la composent, et par conséquent des enjeux spécifiques portés par chacune d’entre elles. Ainsi, les formes d’opposition, par ces différentes organisations, à la construction d’une nouvelle infrastructure frontalière regroupent à la fois des revendications relatives à la symbolique d’une séparation marquée entre deux États-nations, à la liberté de circulation et à la protection des migrants, mais également aux droits des immigrés mexicains à l’intérieur du territoire américain – la barrière frontalière étant l’une des composantes du dispositif de gestion des flux illégaux – et aux dégâts environnementaux générés par la barrière, notamment sur la flore et la faune autochtones, comme c’est le cas au Border Field Park.

14Les actions organisées par la coalition ont lieu principalement dans trois espaces contigus, distingués par ses membres en ces termes : le « monument », la « plage » et le « jardin ». Le monument fait référence au Friendship Park dans son acception la plus étroite, c’est-à-dire à la place circulaire divisée en deux par la barrière frontalière. Le deuxième espace correspond à la plage qui jouxte le Friendship Park. Le troisième est, quant à lui, un petit jardin cultivé d’une vingtaine de mètres carrés, à quelques mètres à peine du parc, et qui a la particularité d’être lui aussi divisé par la primary fence. Ces trois lieux, qui portent chacun des enjeux différents, sont caractérisés par la présence de la barrière, mais également par les interactions transnationales qui y prennent place. Les actions, selon leur nature, y sont organisées à des fréquences diverses : régulière, dans les cas des « ateliers transnationaux » de danse, de yoga, de chant, ou encore des célébrations religieuses et des séances d’entretien du « jardin binational » ; ponctuelle, pour les manifestations d’opposition aux politiques frontalières fédérales et regroupant un plus grand nombre de personnes. Je retiendrai ici trois types d’interventions de la coalition au Friendship Park : les cérémonies religieuses, l’entretien du « jardin binational » et les événements organisés exclusivement pour les médias.

Figure 4 : John Fanestil, lors d’une cérémonie des Cènes binationales à Friendship Park le 16 février 2009. Photo : MT

Figure 4 : John Fanestil, lors d’une cérémonie des Cènes binationales à Friendship Park le 16 février 2009. Photo : MT

15Les cérémonies religieuses occupent une place importante pour Friends of Friendship Park, tant par la quantité de leurs occurrences que par l’importance de la symbolique déployée. Au sein de la coalition, cette dimension religieuse est principalement portée par le pasteur John Fanestil, reconnu comme l’un des leaders de Friends of Friendship Park et par ailleurs directeur exécutif d’une organisation finançant des projets de justice sociale à San Diego et à Tijuana. Avant que le Friendship Park ne soit fermé en 2009 et que la secundary fence ne soit installée, John Fanestil s’y est rendu – selon ses dires – chaque dimanche pendant plus de huit mois pour servir une communion binationale à travers le grillage frontalier. Le nombre de participants variait de quelques individus à plusieurs dizaines. Il s’agissait avant tout d’activistes du côté américain, de quelques mexicains et centraméricains souhaitant traverser la frontière du côté mexicain, de touristes et enfin de journalistes des deux côtés de la frontière. Lors de cette messe dominicale, les participants se prennent par la main, de part et d’autre de la frontière, pour former un cercle et prier ensemble avant que l’hostie – une tortilla mexicaine – ne soit donnée par le révérend aux participants américains, et à travers les mailles du grillage aux Mexicains (voir Figure 4). John Fanestil dépose le calice et la patène au pied du grillage frontalier, et rompt l’hostie devant les individus venus assister à la messe des côtés mexicain et américain. Le révérend et les objets liturgiques se trouvent ainsi presque au milieu du Friendship Park – à quelques centimètres au nord de la frontière – et placent le grillage frontalier au centre de la cérémonie. La présence de ce dernier, s’il discrimine la position du révérend, intervient sur le public de manière similaire : chaque groupe se fait face, et fait face au révérend. Par une répartition symétrique des participants, et une position quasi centrale des objets de culte, John Fanestil insiste sur la binationalité de l’événement, renforcée par un sermon prononcé en deux langues. Ces cérémonies tendent alors à produire deux images : celle d’une barrière qui divise une communauté de croyants, mais également celle d’une frontière transcendée par la foi et la communion transnationale. Pour John Fanestil, ces Cènes binationales s’inscrivent avant tout dans la continuité des pratiques de partage qui ont caractérisé cet espace. Il évoque également une forme de « solidarité » vis-à-vis des usagers réguliers et historiques du Friendship Park, qui préfigurait la nature de son engagement politique contre la mise en place d’une nouvelle infrastructure frontalière.

  • 6 Source : site du jardin binational des plantes natives. En ligne : [http://pfea.org/plantasnativas (...)
  • 7 Voici la liste des douze organisations : TCV – Tijuana Calidad de Vida, Bachillerato Internacional (...)

16L’organisation régulière d’activités binationales par les membres de la coalition prend également d’autres formes. Dan Watman a fondé l’association Border Meetup / Border Encuentro en 2004 dans le but de « faire dialoguer des individus » à travers la frontière mexico-américaine. Cette dernière se donne pour principale mission d’organiser à Friendship Park, une dizaine de fois par an, des ateliers transfrontaliers autour de différentes pratiques. Les individus, disposés des deux côtés de la frontière, participent ensemble à une activité et interagissent à travers la barrière. Pour Dan Watman, par ailleurs professeur d’espagnol à San Diego, c’est sa volonté de « consacrer sa vie à unir les gens séparés par des barrières culturelles » qui a motivé ses premières initiatives. Son activisme n’est venu qu’après, alors que le projet de mur se décidait, et qu’il a fait la rencontre de John Fanestil lors d’une manifestation défendant les droits des migrants à San Diego. Mais en plus de l’organisation de ce qu’il nomme les « ateliers binationaux », Dan Watman est un des initiateurs du « jardin binational de plantes natives », bande de terre d’une vingtaine de mètres de long pour à peine deux mètres de large, situé dans la proximité immédiate de Friendship Park, et divisé en deux par la barrière frontalière. Il a été planté en 2007 par Dan Watman avec la participation d’élèves de deux établissements scolaires – l’un à Tijuana et l’autre à San Diego – avec pour objectif de « fomenter l’amitié entre les deux pays et de créer une zone verte sans frontière qui se convertisse en un espace éducatif qui promeuve les caractéristiques et la reproduction des plantes natives de la région »6. En 2009, douze organisations7 principalement basées à Tijuana ont formé une coalition, le G12, et ont obtenu par la suite l’autorisation du département « espace verts » de la mairie de Tijuana pour assurer l’entretien du jardin tout au long de l’année. Du côté américain, néanmoins, l’accès au jardin a évolué après les changements apportés à l’infrastructure frontalière. Alors qu’il était possible pour toute personne de s’approcher de la primary fence avant 2009, et donc du jardin binational, l’accès à ce dernier a nécessité une implication active de Dan Watman et de ses volontaires après l’installation de la secundary fence. La moitié mexicaine du Friendship Park, qui a été l’objet d’une rénovation importante en 2010, est un espace valorisé par la ville, pour l’activité touristique et donc économique qu’elle génère. De l’autre côté de la frontière, l’accès au jardin est très irrégulier et dépend des autorisations données par la patrouille des frontières. Pendant la durée du travail de terrain, Dan Watman a ainsi dû négocier presque chaque intervention sur la partie américaine du jardin binational et s’est confronté régulièrement à des refus de la part des agents fédéraux.

  • 8 Un marais maritime est un écosystème côtier caractérisé par des terres basses régulièrement inondé (...)
  • 9 Le cas du Smuggler’s Gulch, à l’intérieur du Border Field State Park, a particulièrement concentré (...)
  • 10 On retrouve des critiques similaires, portées notamment par l’ONG Sierra Club, pour de nombreuses (...)

17Le jardin binational n’est pas un espace d’organisation d’événements comme peut l’être le demi-cercle autour de l’obélisque, et seules les séances de jardinage constituent des moments collectifs situés à l’intérieur de l’enceinte. Pour Dan Watman, l’enjeu de ce jardin réside dans son pouvoir symbolique, relatif aux liens transfrontaliers, d’une part, et au respect de l’écosystème local, d’autre part. Pour illustrer le sens qu’il veut donner au jardin, le fondateur de l’association Border Encuentro utilise l’image des racines des plantes, qui ne reconnaissent pas la frontière et s’étendent indistinctement de part et d’autre de la délimitation internationale. Cette entité transfrontalière, malgré les asymétries relatives à son accès, représente la possibilité d’initiatives binationales autour de – et donc à travers – la barrière frontalière. Quant à la dimension écologique, elle doit être comprise par rapport à la spécificité environnementale de la localité ainsi qu’aux multiples revendications qui ont accompagné la construction de la secundary fence. L’estuaire de la rivière Tijuana, intégré à une réserve naturelle – la Tijuana River National Estuarine Research Reserve –, dans laquelle se situe le Border Field State Park, et donc le Friendship Park, est un marais maritime8 constituant un habitat naturel pour plusieurs centaines d’espèces d’oiseaux, dont certaines sont en danger d’extinction, ainsi que pour une flore spécifique. Le projet d’installation de la nouvelle infrastructure a soulevé de vives critiques de la part d’organisations écologistes et a amené ces dernières, accompagnées d’autres acteurs publics et privés, à engager des poursuites – toutes finalement déboutées – afin de le freiner (Holslin 2011).9 Pour un certain nombre d’entre elles, la construction de la secundary fence altérait profondément l’écosystème de l’estuaire et détruisait de nombreux habitats naturels spécifiques à ces marais maritimes.10 Replacer les plantes natives caractéristiques de cet écosystème au centre de son jardin binational, c’est ainsi reprendre ces revendications et réaffirmer symboliquement l’importance de la flore et de la faune locales.

18Si dans le cas des cérémonies religieuses organisées à Friendship Park, ou dans celui du jardin binational, on ne peut ignorer la prise en compte, par les membres de la coalition, de l’efficacité visuelle et symbolique de leurs actions en vue des diverses médiatisations dont elles font l’objet, certains événements sont quant à eux organisés exclusivement pour les journalistes. Le Friendship Park est alors utilisé comme une scène médiatique pour dénoncer l’existence de la nouvelle infrastructure frontalière. À plusieurs reprises durant la période d’observation, certains membres de la coalition ont ainsi organisé des événements publics et pris la parole devant de nombreux médias mexicains et américains. Le 9 novembre 2009, alors que la nouvelle configuration d’un Friendship Park enclavé entre deux barrières venait de s’achever, le monde commémorait le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Pour de nombreux activistes de l’espace frontalier mexico-américain, cet événement international, relayé très largement aux États-Unis, devait trouver une résonance locale. Les différences dans les politiques prônées en vingt ans par le département d’État américain d’une part – celle de l’ouverture des frontières du bloc soviétique – et par Homeland Security d’autre part – l’érection de nouvelles barrières sur son propre territoire – ont alors servi d’accroche pour dénoncer l’incompatibilité du mur avec certaines valeurs défendues par les États-Unis. C’est ainsi que ce jour-là, devant l’entrée du nouveau Friendship Park et en présence de nombreux médias américains et mexicains, s’est rassemblée une cinquantaine d’individus pour une veillée silencieuse. À cette occasion, la coalition Friends of Friendship Park, à l’origine de cette manifestation, avait invité les participants à écrire leurs messages sur des panneaux puis à s’asseoir le long de la secundary fence (voir Figure 5). C’est ainsi qu’on pouvait lire sur l’un d’entre eux les mots du président Ronald Reagan lors de son fameux discours de 1987 à la porte de Brandebourg :

  • 11 « General Secretary Gorbachev, if you seek peace, if you seek prosperity for the Soviet Union and (...)

Secrétaire général Gorbatchev, si vous cherchez la paix, si vous cherchez la prospérité pour l’Union soviétique et l’Europe de l’Est, si vous cherchez la libération, venez ici devant ce mur ! Ouvrez cette porte ! Détruisez ce mur ! (Ronald Reagan, 12 juin 1987).11

19Bien que cette association puisse être considérée comme abusive, tant les contextes sont peu comparables, il faut retenir ici l’objectif des activistes : la production d’une image de la frontière différente de celle générée par l’État. En effet, le sens donné à l’aménagement de la frontière par l’État américain est bien celui d’une barrière protectrice, qui permet d’empêcher les flux illégaux de pénétrer le territoire américain. Or, en la comparant au mur de Berlin, les membres de Friends of Friendship Park proposent d’associer à l’érection de la barrière les notions de guerre, de pauvreté et d’enfermement, en opposition aux termes peace, prosperity, liberation utilisés par le président Reagan. C’est l’idée du mur en tant qu’entité oppressante, discriminatoire et liberticide qui est soulignée lors de ce sit-in. Construire un mur est de fait assimilé à une action contraire aux valeurs américaines, telles qu’elles sont et ont été portées par ses plus hauts représentants.

Figure 5 : Sit-in devant l’entrée du Friendship Park le 9 novembre 2009. Photo : MT.

Figure 5 : Sit-in devant l’entrée du Friendship Park le 9 novembre 2009. Photo : MT.

20Se plaçant devant la grille d’entrée du Friendship Park, les membres de la coalition ont explicité leur point de vue sur l’installation de la secundary fence et sur la configuration du nouveau Friendship Park – sur le point d’ouvrir – et dont les règles d’accès n’étaient pas encore rendues publiques. Lors de la conférence de presse réalisée devant la nouvelle entrée – fermée – du Friendship Park, John Fanestil s’est adressé à la dizaine de journalistes présents en évoquant une infrastructure frontalière qui « altère l’esprit de Friendship Park », les « rencontres entre amis » ne pouvant maintenant se faire qu’à distance, « à certaines heures, sous surveillance, sans même pouvoir se toucher ». Christian Ramírez, membre de l’ONG American Friends Service Committee, prend alors la parole pour critiquer la « militarisation » de la zone frontalière, associant l’infrastructure frontalière nouvellement installée au Friendship Park à une zone militarisée d’autant plus exceptionnelle qu’elle concerne deux pays en paix. Dans le cas de cette conférence de presse, comme pour le sit-in, les activistes utilisent le parc comme une scène médiatique dans laquelle la barrière frontalière joue un rôle central. La présence de la secundary fence, imposante, est constamment dans les prises de vue des photographes et cameramen qui couvrent l’événement, servant ainsi l’objectif annoncé des activistes d’une dénonciation, par l’image, d’une infrastructure démesurée, oppressante et inhumaine.

4. Une construction plurielle d’imaginaires frontaliers

21L’étude d’une partie du dispositif étatique au Friendship Park permet d’appréhender les logiques et les mécanismes propres à l’État, ainsi que les objectifs stratégiques qui sous-tendent l’ensemble des aménagements de la frontière. La construction de la frontière par l’État nord-américain, et sa propension à élever des barrières et des murs pour se protéger, relève de la nécessité d’évoquer le danger qui le menace de l’extérieur et de l’intérieur. Cette délimitation de l’en-dedans et de l’en-dehors, notamment lorsqu’elle est affirmée de cette manière, constitue un marquage officiel de l’altérité. La transformation des simples bornes, qui marquaient les limites du territoire aux abords des villes de Tijuana et San Diego, en une double barrière constitue, mis à part son efficacité pratique, une rupture symbolique forte, opposant à la porosité de la frontière l’image de l’imperméabilité du mur.

22À travers leurs actions, les membres de la coalition de Friends of Friendship Park opèrent, d’une part, une critique de l’infrastructure frontalière telle qu’elle a été mise en place par les autorités fédérales américaines, et proposent, d’autre part, une image alternative de la frontière, basée sur des valeurs qu’ils distinguent de celles portées par l’État. Lors des cérémonies religieuses, des ateliers transfrontaliers, des séances d’entretien du jardin binational ou des diverses manifestations organisées par les membres de la coalition, le mécanisme utilisé est similaire : il consiste en une mise en scène de la barrière frontalière ainsi que des pratiques qui visent à la dépasser, pour produire un autre discours sur la frontière. Ils s’inscrivent ainsi dans la continuité d’un art à/de la frontière qui, par l’étendue et la qualité binationale de sa pratique – tout au long et des deux côtés de la frontière mexico-américaine –, a participé à la production d’imaginaires en modifiant l’expérience que les individus font de la frontière.

23La barrière frontalière est dépeinte par les interventions de la coalition comme une entité qui divise les communautés, qu’elles soient de croyants, de militants ou d’amis transfrontaliers. Structure opaque et discriminatoire, la séparation qu’elle génère est perçue comme étant violente et répondant à une menace non justifiée. En effet, l’infrastructure frontalière est comparée par les activistes à un dispositif militaire surévaluant largement les menaces auxquelles elle prétend répondre et générant la mort d’individus qui tentent de passer par des routes migratoires plus dangereuses. Elle symboliserait en outre les politiques migratoires des États-Unis, en évoquant l’enfermement auquel sont soumis les migrants en situation irrégulière et en instance d’expulsion. Enfin, elle est vue par les membres de la coalition comme une entité qui ne respecte pas l’équilibre écologique des zones dans lesquelles elle est installée, déstabilisant ainsi un environnement fragile et menaçant la flore et la faune autochtones.

  • 12 La notion de défrontiérisation (debordering) fait référence à des dynamiques d’ouverture et s’oppo (...)

24Par ces interventions sur le paysage frontalier, les membres de Friends of Friendship Park proposent un autre type de discours, non pas sur la barrière, mais sur la frontière, et sur les valeurs qu’elle devrait porter. Les représentations qui émergent s’inscrivent ainsi dans une production de discours de défrontiérisation12, où la frontière est dépeinte comme un lieu de réunion transnational, un espace de dialogue et d’interconnaissance. L’accueil et l’hospitalité sont au centre de cette conception de la frontière, qui oppose au rejet de l’autre l’idée de solidarité. La liberté de circulation est mise en avant en réponse à l’enfermement suggéré par la nouvelle configuration du Friendship Park. Zone d’interaction, la frontière se doit d’être une zone ouverte et transparente, à l’opposé de l’imposante infrastructure existante. Enfin, elle se veut respectueuse de l’environnement et inscrite non pas dans la rupture, mais dans la continuité d’espaces écologiques spécifiques. Les discours sur la frontière produits par les membres de la coalition Friends of Friendship Park sont ainsi structurés en deux temps, autour de deux types d’image de la frontière : telle qu’elle a été aménagée par l’État fédéral américain, d’une part, et telle qu’elle devrait exister pour les activistes, d’autre part. Sans pour autant constituer une re-matérialisation de la barrière, puisque les opérations de la coalition ne modifient pas matériellement l’objet barrière, ces interventions produisent néanmoins une forme de modification du paysage frontalier. De ce fait, elles peuvent être appréhendées au prisme de ce que Robert J. Kaiser (2012) a appelé des performances frontalières (border performatives) : des réalisations, quoique éphémères, des idéaux frontaliers portés par ses membres. Ainsi, elles contribuent à construire des expériences qui prennent en compte la matérialité de l’entité frontière et la font vivre à un ensemble – restreint – d’individus.

  • 13 La traduction est personnelle, comme dans les citations suivantes.

25Cette réponse aux politiques frontalières va dans le sens d’une construction plurielle de la frontière. Dans son étude de la frontière mexico-américaine à Nogales (Arizona), Randall H. McGuire démontre que la frontière se construit à travers une « dialectique de fortification et de transgression »13 (2013, p. 467), s’inscrivant ainsi dans la continuité de la pensée de Georg Simmel (1999 [1908]). Les habitants de Nogales, par l’« agir, l’émotion et l’expérience humaine » (McGuire, 2013, p. 477), participent activement à la construction d’imaginaires de la frontière, qui se traduisent en retour par de nouvelles modifications de son aménagement par l’État fédéral. De la même manière, la nouvelle infrastructure frontalière a provoqué au Friendship Park la modification de pratiques transfrontalières existantes et la création de nouvelles formes de manifestations, générant de nouvelles représentations. On distingue ainsi, dans cette étude de cas, deux types de processus concomitants. D’une part, une « division quotidienne du territoire et de la population » (Choi 2012, p. 507), à travers ces aménagements matériels, et plus largement les pratiques d’exclusion visant à différencier les insiders des outsiders (Nevins 2001). D’autre part, une forme de défrontiérisation (debordering) caractérisée par des pratiques visant à ouvrir la frontière et à réunir les individus séparés par la barrière. Ces phénomènes de fermeture et d’ouverture ont souvent été abordés par les border studies de manière distincte et à l’aune d’événements historiques spécifiques. Au Friendship Park, ils concernent « la même frontière au même moment » (Amilhat Szary et Giraut 2015, p. 4). L’analyse nous montre en effet comment ces processus coexistent, s’opposent et se superposent. Elle révèle également la nature dynamique et plurielle, mais aussi non coordonnée et inattendue de la construction quotidienne de la frontière mexico-américaine.

26La frontière, lieu et objet privilégié du politique, participe à la construction de l’État-nation, définissant et déterminant au quotidien les modalités d’exercice de la souveraineté et de la citoyenneté. L’impact des dynamiques politiques qui lui sont propres dépasse ainsi largement le territoire jouxtant la délimitation internationale. Non seulement les images de la frontière sont véhiculées dans tout le pays, mais ce qui y est discuté, négocié et contesté dépasse les problématiques strictement locales. Servant de catalyseur à une opposition aux politiques frontalières et migratoires de l’État fédéral américain, le nouveau Friendship Park a contribué à une reconfiguration plus large de l’espace politique. Ces interventions sur le paysage frontalier, et cette construction de discours sur la frontière par les membres de la coalition, ont amené l’État fédéral à revoir – bien qu’à la marge – ses nouveaux projets d’aménagement frontalier. Au-delà de la dissymétrie évidente de pouvoir entre les différentes forces en présence – et de la portée limitée des modifications d’expériences frontalières qui en découle – l’existence même de tractations, d’interactions, de conflits et de tensions rend compte du caractère expérimental de l’espace frontalier. Elle montre également comment une entité géographiquement périphérique et qui revêt un caractère marginal, puisqu’elle constitue un lieu privilégié des transgressions à l’ordre qu’elle vise à établir (Das et Poole 2004), se situe au cœur du politique.

Bibliographie

Amilhat Szary Anne-Laure, 2012, « Que montrent les murs ? Des frontières contemporaines de plus en plus visibles », Études internationales, vol. 43, no 1, p. 67-87.

Amilhat Szary Anne-Laure et Giraut Frédéric, 2015, « Borderities : The politics of contemporary mobile borders », Borderities and the Politics of Contemporary Mobile Border, A.-L. Amilhat Szary et F. Giraut éd., New York, Palgrave Macmillan, p. 1-22.

Amilhat Szary Anne-Laure et Giraut Frédéric, 2012, « Walls and border art : The politics of art display », Journal of Borderlands Studies, vol. 27, no 2, p. 213-228.

Andreas Peter, 2000, Border Games : Policing the US-Mexico Divide, Londres, Cornell University Press.

Balandier Georges, 1980, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard.

Chavarochette Carine, Demanget Magali et Givre Olivier éd., 2015, Faire frontière(s). Raisons politiques et usages symboliques, Paris, Karthala.

Choi Eunyoung C., 2012, « Everyday practices of bordering and the threatened bodies of undocumented North Korean border-crossers », The Ashgate Research Companion to Border Studies, D. Wastl-Walter éd., Farnham, Ashgate Publishing, p. 507-528.

Cuttitta Paolo, 2015, « La “frontiérisation” de Lampedusa, comment se construit une frontière », L’Espace politique, no 25, p. 1-16.

Das Veen et Poole Deborah éd., 2004, Anthropology at the Margins of the State, Delhi, Oxford University Press

Donnan Hastings et Wilson Thomas M., 2012, « Borders and border studies », A Companion to Border Studies, T. M. Wilson et H. Donnan éd., Malden-Oxford, Wiley-Blackwell, p. 1-26.

Donnan Hastings et Wilson Thomas M., 1999, Borders : Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford - New York, Berg.

Foucher Michel, 2007, L’obsession des frontières, Paris, Perrin.

Holslin Jill M., 2011, « Saving Friendship Park : A history of the San Diego coalition Friends of Friendship Park », Wounded Border / Frontera Herida : Readings on the Tijuana / San Diego Border Region and Beyond, J. Akers Chacón et E. Dávalos éd., San Diego, San Diego City Works Press, p. 124-142.

Kaiser Robert J., 2012, « Performativity and the eventfulness of bordering practices », A Companion to Border Studies, T. M. Wilson et H. Donnan éd., Malden-Oxford, Wiley-Blackwell, p. 522-537.

McGuire Randall H., 2013, « Steel walls and picket fences : Rematerializing the US–Mexican border in Ambos Nogales », American Anthropologist, vol. 115, no 3, p. 466-480.

Nevins Joseph, 2001, Operation Gatekeeper : The Rise of the « Illegal Alien » and the Remaking of the U.S.-Mexico Boundary, New York, Routledge.

Parizot Cédric, 2010, « D’un mur à l’autre : la séparation vue par les Israéliens (2002-2010) », Politique étrangère, no 4, p. 743-756.

Simmel Georg, 1999, Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation [1908], Paris, Presses universitaires de France.

Tocilovac Marko, 2015, La fabrique politique de la frontière mexico-américaine : État, ONG et expériences frontalières à San Diego (Californie, États-Unis), thèse de doctorat en anthropologie, sous la direction de G. Blundo, École des hautes études en sciences sociales.

Notes

1 Une mesa, phénomène géologique typique du sud-ouest des États-Unis, est une élévation relativement large et dont le sommet est plat.

2 À la fin du xixe siècle, 258 marqueurs frontaliers ont été posés tout au long des 1 954 miles de frontière par la International Boundary Commission, une commission binationale formée à la suite des traités de Guadalupe Hidalgo (1848) et de Gadsden (1853) dont est issu l’actuel tracé de la frontière mexico-américaine.

3 Customs and Border Protection est une agence fédérale dépendant du Department of Homeland Security et dont fait partie la patrouille des frontières qui est en charge de l’application des lois migratoires et frontalières sur le terrain.

4 À l’exception de la période estivale, la route menant au Friendship Park est fermée aux véhicules par les agents du Border Field State Park, qui invoquent des risques accrus d’inondations.

5 Les personnes rencontrées dans le cadre de ce travail de terrain étaient en attente de jugement ou en liberté conditionnelle.

6 Source : site du jardin binational des plantes natives. En ligne : [http://pfea.org/plantasnativas/about/] (consulté le 27 août 2012). La traduction est personnelle.

7 Voici la liste des douze organisations : TCV – Tijuana Calidad de Vida, Bachillerato Internacional CETYS ; GET – Grupo Ecologista de Tijuana, IMSS Instituto Mexicano del Seguro Social ; PFEA.org – Proyecto Fronterizo de Educación Ambiental, Border Encuentro ; CRECO – Jóvenes Creando Conciencia, patrulla Ecológica ; FQT – Fundación Que Transforma ; FLP – Fundación La Puerta ; FIC – Fundación Internacional de la Comunidad, Taller de Huertos Urbanos de la Casa de Cultura Playas.

8 Un marais maritime est un écosystème côtier caractérisé par des terres basses régulièrement inondées.

9 Le cas du Smuggler’s Gulch, à l’intérieur du Border Field State Park, a particulièrement concentré l’attention des militants écologistes. Le Department of Homeland Security a ainsi comblé un canyon avec plus d’un million et demi de mètres cubes de sédiments afin d’y construire une route pour la patrouille des frontières, créant notamment des problèmes d’érosion et d’écoulement d’eau sur une large bande de terre le long de la frontière.

10 On retrouve des critiques similaires, portées notamment par l’ONG Sierra Club, pour de nombreuses opérations autour des réserves naturelles tout au long de la frontière mexico-américaine.

11 « General Secretary Gorbachev, if you seek peace, if you seek prosperity for the Soviet Union and Eastern Europe, if you seek liberation, come here to this wall! Open this gate ! Tear down this wall ! » La citation a été traduite par les éditeurs.

12 La notion de défrontiérisation (debordering) fait référence à des dynamiques d’ouverture et s’oppose à celle de refrontiérisation (rebordering) qui décrit des processus de renforcement et de fermeture des frontières.

13 La traduction est personnelle, comme dans les citations suivantes.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vue du Friendship Park depuis le côté américain, lors d’un rassemblement organisé par la coalition Friends of Friendship Park le 25 septembre 2010. Photo : Marko Tocilovac (MT).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8583/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 2 : L’entrée du Friendship Park vu depuis le côté américain, après l’installation de la secundary fence. Photo : MT.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Figure 3 : Vue satellitaire du Friendship Park après 2010. Le territoire mexicain est situé dans la partie inférieure de l’image. Le Friendship Park est situé dans le carré blanc (1). La nouvelle et l’ancienne barrière frontalière sont désignées respectivement par les chiffres 2 et 3. Échelle 1/1000. Source : Google Earth.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Figure 4 : John Fanestil, lors d’une cérémonie des Cènes binationales à Friendship Park le 16 février 2009. Photo : MT
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8583/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5 : Sit-in devant l’entrée du Friendship Park le 9 novembre 2009. Photo : MT.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8583/img-5.JPG
Fichier image/jpeg, 657k

Auteur

CREDA, Université Sorbonne Nouvelle et CNRS - CNE, EHESS/CNRS

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search