Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Introduction

Paul Arnould et Micheline Hotyat

Texte intégral

Tellement tentant de vouloir distribuer le monde entier suivant un code unique, une loi universelle régirait l’ensemble des phénomènes : deux hémisphères, cinq continents, masculin et féminin, animal et végétal, singulier pluriel, droite gauche, quatre saisons, cinq sens, six voyelles, sept jours, douze mois, vingt six lettres.

1Tel est le curieux inventaire que propose Georges Perec dans son dernier texte, publié dans Le genre humain, en 1972, puis inséré dans Penser Classer, recueil de textes dispersés, publié en 1985, chez Hachette, dans la collection « Textes du xxe siècle », qui reprend le titre de ce petit bijou d’humour, fourmillant, comme tant d’autres écrits brefs et nerveux, de pensées provocantes et stimulantes. Georges Perec concluait péremptoirement son propos : « Malheureusement ça ne marche pas, ça n’a même jamais commencé à marcher, ça ne marchera jamais ». Est-ce que croiser l’objet « eau » et la question de « l’environnement » s’expose au risque de disqualification affirmé par Perec ? Nous ne le pensons pas. Mais avant de voir la fertilité de ce métissage, il est bon de s’interroger sur la signification d’une association apparemment évidente.

2Les deux notions ont un vaste champ de significations. Le terme « environnement » est devenu, en l’espace de 30 ans, un mot d’un usage banal. Dans les années 1970, il a acquis progressivement ses lettres de noblesse avec, en France, un Ministère, un « Que sais-je ? » et aussi, à une autre échelle, « une année européenne ». Il a même supplanté le terme d’écologie, qui a eu son heure de gloire, mais qui s’est grillé les ailes, en France tout du moins, au feu de la politique, avant de faire un retour inattendu pour qualifier un ministère responsable des questions d’économie des énergies, de prévention des pollutions, de réduction des nuisances, de protection de la nature, de gestion des milieux, de la flore et de la faune… C’est un terme d’une famille désormais indémodable, qui comprend également milieux, paysages, patrimoine, cadre de vie et, depuis peu, biodiversité et développement durable. Il appartient à la grande famille des notions mixtes et floues, de ce que certains ont qualifié de « concept valise », tant il contient de sens différents. C’est cependant un mot concret, facilement compréhensible par tout un chacun, une notion grand public, dont on peut donner aisément une définition simplifiée : comme le paysage est « ce qui se voit », le patrimoine, « ce qui nous appartient », l’environnement est « ce qui nous entoure ».

3Pour trouver une première définition rigoureuse du terme, il faut attendre les années 1970 et les travaux du groupe de travail « Environnement -Nuisances », au sein du Conseil national de la langue française :

Ensemble, à un moment donné, des agents physiques, chimiques, biologiques et des facteurs sociaux, susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme, sur les êtres vivants et les activités humaines.

4Le Larousse n’introduira le terme dans ses dictionnaires qu’en 1972.

5Plus récemment, en 2000, dans un document du Programme environnement vie et sociétés (PEVS) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), une définition, enrichie et nuancée, mais un peu longue, est proposée :

L’environnement est ce qui entoure l’homme, les sociétés humaines, de l’environnement local d’un individu ou d’un groupe d’individus à l’environnement planétaire, celui des sociétés humaines. Il se compose : – d’éléments naturels non vivants (eau, air, roches), – d’êtres vivants (animaux, végétaux, micro-organismes), – des dérivés de l’activité humaine (énergie, transports, constructions diverses, aménagements). Ces ensembles sont en interactions. Ils sont structurés et organisés, soit spontanément par leurs propres dynamismes, soit par l’activité de l’homme et des sociétés humaines et par les interactions entre processus naturels et anthropiques.

6Cette définition alambiquée, longuement pesée, traduit les subtils équilibres d’une notion constamment remaniée, objet de négociations entre les tenants des visions strictement naturalistes et les chercheurs issus du champ des sciences humaines et sociales.

7L’eau, de son côté, apparaît comme un des éléments majeurs des données environnementales. Elle est un objet environnemental par excellence. Au cœur du système, chaque être humain est constitué, en moyenne, de 70 % d’eau. La basse atmosphère est plus ou moins saturée en eau, dont les pourcentages sont exprimés par la notion d’humidité relative, permettant de rendre compte, de façon objective, des sensations subjectives de moiteur ou de sécheresse. La surface du sol est parcourue d’une infinité de structures d’écoulement, de taille et de périodicité hautement hiérarchisées : rigoles, ravines, ruisseaux, rivières, fleuves. Ces « voies d’eau », à l’écoulement temporaire ou permanent, alternant hautes et basses eaux, crues et étiages, évoquent l’omniprésence des réseaux hydrographiques. Le sous-sol est gorgé d’eau. Les nappes phréatiques, temporaires ou pérennes, stables ou connaissant des fluctuations verticales, plus ou moins prononcées, sont aisément atteignables par des puits, des galeries ou ressortent à l’air libre par des sources. Les nappes profondes, dites captives, ont été libérées depuis plus d’un siècle, par des techniques de forages de plus en plus profondes, sophistiquées et motorisées. Les végétaux, herbes, arbres, buissons et ligneux bas, sauvages ou cultivés, jouent aussi un rôle majeur dans le cycle de l’eau. Le couvert végétal peut avoir un véritable effet de ralentissement, qualifié d’effet tampon : il intercepte, ralentit, égoutte, mais il prélève aussi de l’eau dans le sol. Il évapore et transpire, surtout aux heures chaudes et ventées de la journée, pour l’indispensable photosynthèse.

8Ainsi l’eau circule dans l’atmosphère, la lithosphère, la biosphère. L’hydrosphère est présente dans toutes les autres grandes sphères biologiques et physico-chimiques, en quantité plus ou moins importante, se déplaçant à des vitesses plus ou moins rapides. L’eau est fondamentalement renouvelable. Elle est source de vie et ressource vitale pour l’humanité. Elle est aussi l’objet d’énormes gaspillages pour des consommations à caractère non vital. Qu’un citoyen pauvre du monde n’en consomme que 5 litres par jour alors que les habitants des pays les plus riches de la planète en gaspillent 500 litres par jour, fait prendre conscience du fossé qui sépare le nomade dans le désert ou sur ses marges, du touriste hébergé dans un hôtel de luxe, avec piscine et autres jacuzzis. Elle fait lien dans le géo-système. La compréhension et l’analyse de son cycle, mais aussi des enjeux sociétaux et géopolitiques qui lui sont intimement liés, est un des enjeux majeurs de sa gestion.

9Pour illustrer la puissance de l’imaginaire lié à l’eau, un colloque récemment tenu et un autre à venir abordent des thèmes voisins et convoquent, pour en débattre, les chercheurs des sciences de la terre, de la vie, de l’homme et de la société. Le premier, tenu à l’initiative des cadres et ingénieurs de l’environnement, à Dijon, en 1999, était intitulé « La forêt, source d’équilibre ». Le second, correspondant à la 14e édition du Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, en octobre 2003, a pour thème « Eau et géographie. Source de vie, source de conflits, trait d’union entre les hommes. » Beau programme qui joue habilement des mots et véhicule des idées généreuses.

10Dans un même ordre d’idée, « Bataille de l’eau », « Guerre de l’eau », « Conflits pour l’eau », « risques », « tensions », ces titres d’ouvrage, d’articles de journaux ou ces termes, utilisant le discours militaire, sont désormais omniprésents pour évoquer la dimension géopolitique d’une ressource, certes renouvelable, mais aussi convoitée et menacée. La liste des fleuves et des pays impliqués dans des conflits pour la maîtrise de l’eau s’allonge continuellement. Les oppositions peuvent même concerner les régions à l’intérieur d’un pays : l’Espagne constitue, de ce point de vue, un cas particulièrement exemplaire. Les travaux des géographes français, comme Michel Drain ou Sylvie Clarimont, illustrent à merveille les conflits et les enjeux interrégionaux pour la gestion d’un bien devenant rare et surtout inégalement réparti.

11Mais la question de l’eau peut aussi évoquer des notions de solidarité, de complémentarité, d’échanges, de partage, de régulation, d’équilibres. Toutes ces valeurs positives semblent réunies dans le projet d’amener l’eau du Rhône à Barcelone. Ce grand aménagement, à l’incontestable dimension européenne, est propre à frapper les imaginations, par sa volonté symbolique de casser les clivages frontaliers des États, de transcender les partitions héritées de l’histoire et de la géographie, par sa volonté affichée de contribuer à une redistribution de la ressource. Le caractère apparemment exemplaire et séduisant de ce grand projet, malgré la simplicité de son énoncé généreux, n’a pas eu l’effet fédérateur espéré par ses concepteurs. Très vite, au contraire, il a révélé une foule de conflits actuels ou potentiels entre agriculteurs français et catalans notamment, mais aussi entre écologistes et industriels, et il est vite apparu, en Espagne, comme un objet de pressions entre pouvoir central et autonomies régionales, plus ou moins affirmées… Cet exemple est un quasi-cas d’école de la complexité des facteurs interagissant dans tout projet d’aménagement où la question de l’eau et de l’environnement sont impliqués. Dans la gamme des questions environnementales se prêtant bien à la mise en scène médiatique, l’eau tient donc incontestablement une place de choix.

12Les milieux et les pays où la ressource en eau est sévèrement mesurée sont ceux où l’étude de la gestion de ce bien vital met particulièrement en évidence les multiples dimensions de toute question environnementale. Les logiques classificatrices honnies par Georges Perec peuvent être reprises, adaptées et méditées à propos de l’eau en Méditerranée. « Tellement tentant », pour reprendre l’expression de l’auteur d’Espèces d’espaces, d’opposer et de comparer la Méditerranée du Nord, humide et fraîche, à la Méditerranée du Sud, chaude et désertique, la Méditerranée occidentale soumises aux influences océaniques adoucissantes, aux excès de chaleur et de sécheresse de la Méditerranée orientale, le Maghreb au Machrek, le Maroc à la Tunisie, les îles et les péninsules, où l’eau est rare et les fleuves si courts aux blocs continentaux, bien arrosés et parcourus par de grands fleuves (Èbre, Rhône, Pô, Nil…), les plaines saturées d’eau et longtemps marécageuses aux montagnes dispersant leurs eaux sur les piémonts… Tous ces dualismes, ces binômes trop clairement affirmés, sont bien sûr réducteurs mais nous ne partageons pas le diagnostic irrémédiablement pessimiste de Georges Perec quant au caractère inopérant des distinctions binaires. Elles fournissent des clés de lecture indispensables, préalables à toute analyse spatiale et sociale des questions portant sur l’eau, à quelque échelle que l’on se place en Méditerranée. Les habitants du pourtour de la Méditerranée se trouvent confrontés de manière différente au problème de l’eau, en fonction des conditions du milieu et des contrastes majeurs entre les rivages nord et sud de la Méditerranée, surtout dûs à la durée de la saison sèche, autour de trois mois au nord et près de la moitié de l’année au sud. À l’importance de la saison sèche, qui accroît d’autant l’évaporation, s’ajoutent un accroissement démographique, une extension de l’agriculture et un développement touristique, tous grands consommateurs de ressources en eau. Or les ressources renouvelables des pays riverains de la Méditerranée correspondent, en gros, à la différence entre le volume des précipitations et celui de l’évapotranspiration. S’y ajoutent ou se retranchent éventuellement les flux superficiels ou souterrains, en provenance ou à destination des pays voisins.

13Actuellement, les États des rives nord de la Méditerranée prélèvent environ 21 % de leurs ressources théoriques, alors que ceux du sud en extraient 57 %. L’indice d’exploitation, calcul qui prend en compte la part des prélèvements par rapport aux ressources renouvelables atteint 53 % pour la Tunisie, mais certains pays, comme l’Égypte ou la Libye, dépassent les limites de la ressource propre avec respectivement, 102 et 386 %. Ces quelques données chiffrées, formalisées par Michel Drain, permettent de mesurer la gravité de la situation et de constater une surexploitation des aquifères. Aux solutions classiques de constructions de barrages, de creusement de lacs collinaires, d’exploitation des aquifères souterrains, s’ajoutent de nouvelles technologies aux coûts élevés comme le dessalement de l’eau de mer ou le recyclage des eaux usées, voire les transferts interbassins. Mais la nécessité première semble être de mener d’énergiques et efficaces politiques d’économie de la ressource.

14La Tunisie, appartenant à la famille des pays du Maghreb, aux marges nord-occidentales du plus grand désert chaud du monde, constitue un système démonstratif des interactions subtiles entre l’eau qui tombe en excès ou parcimonieusement suivant les années et les lieux. Elle est interceptée par des couverts végétaux plus ou moins denses et pérennes ; elle ruisselle avec plus ou moins d’efficacité érosive ; elle s’infiltre pour alimenter des nappes plus ou moins profondes ; elle est consommée, convoitée, appropriée, polluée, gaspillée, payée et subventionnée, stockée ou transférée d’une région à l’autre… Cet inventaire succinct des diverses entrées naturelles et culturelles, éco-géographiques mais aussi économiques, sociales et politiques du système-eau montre bien la complexité du pilotage d’un cycle qui n’est simple qu’en apparence.

15La comparaison avec des réflexions venues de la rive nord de la Méditerranée fournit un contrepoint aux études fouillées menées par les chercheurs des deux universités tunisoises. Elle provoque un dialogue. Elle ouvre des pistes. Elle appelle des réponses. Elle amorce un débat contradictoire. C’est à préciser les entrées et les sorties du système mais aussi la variabilité des approches, la diversité des données à prendre en compte que s’est attaché le programme de recherche franco-tunisien, mené depuis cinq ans par des chercheurs venus d’horizons et d’organismes variés.

16Eau et environnement s’inscrit délibérément dans la lignée des ouvrages matérialisant une délicate mais nécessaire coopération Nord-Sud. Son ambition est d’initier des travaux entre chercheurs français et tunisiens où l’eau sert de fil directeur, d’objet de réflexion partagée, même si elle n’est pas l’objet principal ou unique des préoccupations des différents intervenants. Cet exercice de mise en commun, à propos d’un thème fédérateur, de chercheurs, climatologues, hydrologues, biogéographes, pédologues et ruralistes, plus habitués à des études sectorielles et segmentées, suppose un réel effort pour envisager les nécessaires approches systémiques qui sont la marque de fabrique des études environnementales. Il n’en ressort certes pas de percée conceptuelle majeure à l’échelle des grands enjeux de la gestion du domaine exceptionnel qu’est l’espace méditerranéen. Ce monde est, tout à la fois, cohérent par de puissants facteurs unifiants et pourtant morcelé en une infinité d’unités géo-écologiques et géopolitiques. Le plan de l’ouvrage, au fil du cycle de l’eau, partant de l’atmosphère et de la goutte de pluie pour la voir frapper le sol, ruisseler, s’infiltrer, stagner, être utilisée, canalisée, barrée, déplacée, évaporée, est fortement marqué de conceptions naturalistes et empiriques, mais ouvre sur des perspectives sociales et synthétiques.

17Les résultats de ces recherches constituent une contribution nouvelle qui vient compléter la riche gamme d’études sur le thème de l’eau, menées sur tout le pourtour méditerranéen.

18Il y a là matière à réfléchir sur les acquis et les méthodes d’une recherche qui s’inscrit dans la filiation du grand thème de l’eau qui a suscité une production écrite de haute qualité et foisonnante, depuis les travaux précurseurs et étonnamment modernes de Jean Brunhes, jusqu’aux ouvrages récents du Plan bleu. Dans l’abondante floraison d’ouvrages récemment publiés, l’eau occupe toujours une place bien individualisée. On la retrouve aussi dans de riches mises au point synthétiques, telles celles dues à Michel Drain, ou encore dans le remarquable ouvrage de synthèse coordonné par Michel Marié, Danielle Larcena et Pierre Dérioz.

19En définitive, rares sont les œuvres individuelles couvrant tout l’espace méditerranéen. Le spécialiste de l’Espagne est rarement familier du Proche et du Moyen-Orient, le connaisseur de la Camargue ne fréquente pas forcément le delta du Nil ou de la Medjerda, le familier des lagunes languedociennes n’est pas toujours un habitué des sebkhas des rivages sud méditerranéens. Dans un espace en miettes, les travaux à vocation suprarégionale, bien territorialisés, apportent des matériaux nécessaires aux démarches comparatives et aux synthèses plus ambitieuses. Eau et environnement est tout à la fois une contribution actualisée à une géographie de l’eau en milieu méditerranéen et une pièce bien enracinée en Tunisie, à joindre aux futurs dossiers sur le développement durable, un terme qui aurait sans aucun doute sollicité la verve décapante de George Perec.

Auteurs

École normale supérieure Lettres et sciences humaines, UMR 8505 BIOGEO - CNRS/ENS-LSH, France

Université Paris IV-Sorbonne, EA 2579 DEPAM Paris IV UMR 8505 BIOGEO - CNRS/ENS-LSH, France

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540