Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eau et environnement

 | 
Paul Arnould
, 
Micheline Hotyat

Avant-Propos

Jean-Paul Bravard et Latifa Hénia

Texte intégral

1Les actes du colloque franco-tunisien, tenu à Hammamet les 14 et 15 novembre 1998, clôturent la dernière phase en date de la collaboration scientifique réalisée sous les auspices du Comité mixte de coopération universitaire franco-tunisien (CMCU). Les premiers contacts avaient été pris par Pierre Pagney, en poste à l’Université de Dijon puis à l’Université de Paris IV-Sorbonne, avec Latifa Hénia et Fatma Kassab, deux climatologues tunisiennes dont il dirigeait les travaux de doctorat. En 1992, la coopération s’est matérialisée par la création d’un Groupe de recherche sur la variabilité du climat et l’homme en Tunisie (GREVACHOT) autour d’un programme triennal coordonné par Latifa Hénia et Gisèle Escourrou. Un premier colloque de climatologie eut lieu au cours de la même année dont les actes furent publiés par la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis en 1994.

2Dans le cadre du même programme de recherche, un second colloque s’est tenu à Tunis en 1994 sur le thème « Variabilité du climat et stratégies d’adaptation humaines en Tunisie » dont les actes furent édités en 1996 par Latifa Hénia aux Presses de l’université de Tunis I. La recherche fut orientée vers la variabilité naturelle du climat à toutes les échelles spatiales et temporelles. L’accent fut mis surtout sur la notion de risque et de contrainte climatique, en l’occurrence les sécheresses et les fortes pluies. Les stratégies d’adaptation paysannes et la politique de l’État vis-à-vis de cette variabilité complétaient les approches purement climatologiques.

3À l’occasion du colloque de 1994, il fut décidé d’approfondir la question de l’eau en accord avec les recommandations des participants et d’Alain Sauval, conseiller scientifique auprès de l’Ambassade de France. En effet, dans un pays comme la Tunisie, situé sur les marges du domaine aride et caractérisé par un milieu naturel très fragile, une croissance démographique forte et un taux d’urbanisation important, le problème de l’eau se pose avec une acuité particulière. C’est ainsi qu’un deuxième programme de recherche triennal (1996-1998) fut engagé. Coordonné par Jean-Paul Bravard et Latifa Hénia, ce programme a rapproché des organismes tunisiens et français sur le thème « Climat, ressources en eau et environnement en Tunisie, interactions et formes de gestion ». La partie tunisienne était représentée par les chercheurs du GREVACHOT appartenant à l’Université de Tunis I, à la Faculté de lettres de la Manouba, à l’Institut national agronomique de Tunisie, au ministère de l’Agriculture, Division générale des ressources en eau et à la Faculté des lettres et sciences humaines de Sousse. Pour la partie française, les établissements concernés étaient l’Université Paris IV-Sorbonne, avec l’UFR de géographie et le Laboratoire DEPAMEA 2579 (Dynamiques et évolutions des paysages des domaines atlantiques et méditerranéens), ainsi que le Centre de biogéographie (BIOGEO UMR 8505 -CNRS/École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud). Pour l’étude de ce thème, les axes de recherche suivants ont été retenus :

  • l’étude de l’aspect climatique de la question, à savoir l’étude des bilans de l’eau dans leur variation spatio-temporelle, de manière à préciser les acquis de la phase précédente ;
  • l’étude de la chaîne des interactions liées aux flux d’eau et à leur perturbation à l’échelle des bassins versants. Les écoulements, la densité du couvert végétal, les états du sol et l’érosion varient dans l’espace et dans le temps. L’action anthropique joue à ce niveau un rôle capital ;
  • l’étude de l’aspect socio-économique du problème de l’eau. Il s’agit de l’étude des formes de gestion des ressources en eau intégrant les échelles spatiales et temporelles.

4Tels sont les thèmes qui ont fait l’objet du troisième colloque organisé, à Hammamet en 1998, par le GREVACHOT et dont les actes constituent l’objet de cette publication. Ce colloque se situe dans la perspective d’une évolution appliquée en cohérence avec la démarche engagée en 1992. Le fait de se tourner vers la gestion de l’eau était pertinent, comme en témoigne la concurrence accrue entre espaces cultivés et espaces en voie d’urbanisation, entre milieux urbains, espaces ruraux et implantations touristiques.

Auteurs

Université Louis Lumière -Lyon 2, Institut universitaire de France, UMR 5600 Environnement, ville et société / CNRS, France

Université de Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales, Tunisie

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540