Version classiqueVersion mobile

L'invitation au voyage

 | 
Emmanuelle Peyvel

Partie 3. S'exercer au tourisme dans la mondialisation

Chapitre VII

Se réapproprier

Texte intégral

  • 1 Arjun Appadurai, Après le colonialisme, Paris, Payot, 2005 (réed.), p. 143.

La décolonisation, pour une ancienne colonie, ne consiste pas simplement à démanteler les habitudes et les modes de vie coloniaux, mais aussi à dialoguer avec le passé colonial.
Arjun Appadurai, Après le colonialisme1

1À l’époque coloniale, les Français ont bâti un modèle de lieu inédit : la station, d’altitude ou balnéaire, support de pratiques récréatives en accord avec leur regard sur la mer et la montagne. Dans quelles mesures les Vietnamiens se sont approprié ces lieux ? Répondre à cette question permet de comprendre les changements d’habiter qu’ils ont connus, au-delà de leur inertie apparente.

  • 2 Vincent Veschambre, « La notion d’appropriation », Norois, no 2, 2005. En ligne : [http://norois.re (...)
  • 3 Perla Serfaty-Garzon, « Appropriation », Dictionnaire de l’habitat et du logement, M. Segaud, J. Br (...)

2Le terme d’appropriation mérite de s’arrêter un instant, pour comprendre comment il s’intègre à la théorie des arts de faire2. La psycho-sociologue Perla Serfaty-Garzon3 inscrit ce terme d’origine marxiste dans une double acception : celle d’adaptation d’une chose à un objectif précis, et celle d’action visant à rendre propre quelque chose. Dans les deux cas, c’est l’idée d’une harmonie entre un objet et son usage qui prédomine, celle-ci ne passant pas par la propriété juridique, mais morale, l’intervention judicieuse du sujet sur l’objet. Relevant à la fois de l’identité individuelle et d’une expérience socialement médiatisée, le terme d’appropriation permet d’envisager les tactiques de personnalisation des lieux comme des pratiques.

  • 4 Christian Grataloup, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier/Paris, La doc (...)

3Utilisé dans le cas présent, ce terme guidera d’abord une approche géohistorique4, basée sur le traitement d’archives, afin d’étudier le sens spatial imposé stratégiquement par le colon aux montagnes et aux bords de mer. Il sera alors possible de comprendre les tactiques développées depuis par les Vietnamiens pour donner sens à ce passé, celles-ci oscillant entre abandon, détournement, continuité et patrimonialisation.

Un habiter colonial mimétique et exclusif

  • 5 Jean Hougron, La nuit indochinoise, Soleil au ventre, 1952, cité dans Henri Copin, L’Indochine dans (...)

Notre exotisme à nous, c’est la France. Nous rêvons de votre pays, de la neige pure que nous ne connaissons pas, de la morsure aiguë du gel, de vos fruits, de vos fleurs et de vos saisons. Nous y rêvons comme vous rêvez à nos palmeraies, à nos forêts chaudes, aux bouquets verts des cocotiers penchés sur l’eau tranquille d’un arroyo.
Jean Hougron, Soleil au ventre5

Des lieux touristiques au service de la colonisation française

  • 6 Aline Demay, Tourisme et colonisation en Indochine (1898-1939), Thèse de géographie, université de (...)
  • 7 Luigi Westenra Sambon, « Acclimatization of Europeans in tropical lands », The geographical journal(...)
  • 8 Statistiques de visiteurs français et étrangers de l’Indochine, 1929-39, RST L81 1507 no 3791 ; Sta (...)
  • 9 Dr Gaide, inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l’Indochine, Les stations clima (...)

4Loin de considérer le tourisme comme secondaire, l’État français décide d’investir de manière volontariste ce secteur en Indochine6, car il participe pleinement à la colonisation, non seulement à l’échelle de l’empire, mais aussi dans un contexte de rivalités entre puissances européennes. En effet, les colons français ne sont pas les seuls à avoir fondé des stations touristiques en Asie. Les Britanniques en ont créées principalement en Inde (avec des hill stations célèbres comme Darjeeling) mais aussi en Malaisie et à Ceylan, tandis que les Néerlandais en ont aménagées en Indonésie7. En général, ces stations servent avant tout le repos des colons vivant dans ces pays. Toutefois, elles sont connues en métropole, grâce à la propagande, qui les montre comme des preuves de la magnificence des empires coloniaux afin d’inciter de riches touristes ainsi que des investisseurs à s’y rendre8. Dans ce contexte, les Français considèrent déjà Dalat comme « la plus grande station d’altitude et la plus confortable d’Indochine [qui] deviendra sans doute la station la plus moderne et la plus agréable de tout l’Extrême-Orient »9. Ces stations, par le luxe de leurs aménagements touristiques, participent à l’affirmation de la puissance française face à ses rivaux et à la volonté d’expansionnisme colonial.

  • 10 Installation à Chapa d’une station d’expérience formée d’un poste mixte de légionnaires et d’indigè (...)
  • 11 Aline Demay, Histoire sociale et économique de la province de Lao Cai (Vietnam) de 1890 à 1945, Mém (...)

5À l’échelle de l’Indochine française, il s’agit de consolider le projet colonial, en produisant des marqueurs territoriaux forts. Cet objectif est particulièrement délicat à atteindre en montagne, où les colons sont moins nombreux. Le tourisme est à replacer ici dans un difficile mouvement de soumission, allant des centres (soit les plaines et deltas rizicoles peuplés de Kinh) vers les marges montagneuses. Ce processus emprunte les voies militaires, avec l’établissement de garnisons10. Ainsi, la station balnéaire du Cap Saint-Jacques, fondée en 1905 à 130 kilomètres de Saigon, était un centre militaire important. Il suit également la voie religieuse, avec l’évangélisation assurée par les missionnaires français. Les premiers contacts avec les plateaux de Sapa ont été par exemple établis par les Missions étrangères de Paris (MEP) dans les années 186011. Le tourisme parachève ce processus de colonisation. Surtout, il montre bien que pour faire du tourisme en un lieu, il faut que celui-ci apparaisse d’abord comme sûr et civilisé auprès de sa clientèle, condition sine qua non de sa beauté. Évangéliser et soumettre participent à inscrire de nouveaux lieux dans l’habiter touristique colonial.

  • 12 Maximilien Sorre, Les fondements biologiques de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, p. 97-1 (...)

6Affermir le projet colonial à l’échelle nationale, c’est aussi garantir un maintien durable des colons sur place, et le tourisme joue en la matière un grand rôle. Il permet de préserver la bonne santé des Français, leur taux de mortalité étant alors élevé, notamment à cause du paludisme. Puisqu’il serait trop coûteux de financer des voyages réguliers en métropole, fonder des lieux sains de repos est apparu comme une solution pour préserver les forces vives de la nation12 :

  • 13 Dr Gaide, Les stations climatiques en Indochine, ouvr. cit., 1930, p. 5 et p. 8.

Dès le début de notre occupation en Indochine, il est apparu à l’Autorité militaire qu’il y aurait intérêt à soustraire les Troupes, tenant garnison dans les villes, à l’influence débilitante du climat pendant la saison chaude, en les plaçant dans des conditions de milieu se rapprochant le plus possible de celle de la Métropole.13

  • 14 Sanatorium du Cap St Jacques, 1897, GGI 5702 ; Établissement d’un sanatorium à Nui-Ong, Conchinchin (...)

7Pour l’État français, il n’est pas concevable que l’empire soit un cimetière de Blancs, ou pire le cadre de vie de Blancs débilités, résultat d’une adaptation à marche forcée. Ces stations se justifient donc pour des raisons médicales, et c’est ce qui explique que des infrastructures spéciales y soient implantées dans un premier temps, comme des sanatoriums14.

8Toutefois, les contemporains de l’époque reconnaissent aussi que les difficultés d’acclimatement des Européens sont très complexes. Il est déjà admis que ces stations n’ont pas d’effets miraculeux sur de nombreuses maladies, et qu’il est même déconseillé à certains malades de s’y rendre. Par ailleurs, la mauvaise acclimatation des Européens en Indochine dépasse largement le strict cadre médical : la nostalgie du pays et la nécessité de s’extraire un temps d’un quotidien pouvant être vécu comme oppressant pèsent aussi, ce qui explique que ces stations deviennent progressivement touristiques, avec hôtels, restaurants et infrastructures de plaisir. De la sorte, si Sam Son, station maritime fondée en 1905 au Tonkin, doit d’abord accueillir des malades dans son sanatorium, celui-ci fait bien vite faillite et en 1930, le docteur Gaide n’hésite plus à affirmer qu’« elle [la station] est nécessaire à ceux qui veulent échapper pendant quelques jours à leurs nombreuses occupations professionnelles », bref il s’agit bien d’une station touristique et elle n’en est pas moins utile.

  • 15 Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë (1858-1954), Paris, La Découve (...)

9Quinze stations sont construites à cet effet, dont onze dans le Việt Nam actuel (voir carte 8) : le Cap Saint-Jacques, Cua Tung, Cau Lo, Sam Son, Nha Trang, Hongay et Do Son pour les stations balnéaires ; Bana, Dalat, Chapa (ou Sapa) et Tam Dao pour les stations climatiques. Une seule station a été créée au Laos (Tran Ninh) et seulement deux au Cambodge (Bockor et Kep). Cette géographie ne s’explique aucunement par le génie des lieux. Ce n’est pas parce que le Việt Nam d’alors aurait concentré les sites les plus beaux qu’il serait devenu touristique. C’est bien plutôt la répartition des colons en Indochine française qui explique cette géographie. D’après les statistiques de Pierre Brocheux et Daniel Hémery15, la Cochinchine, l’Annam et le Tonkin ont concentré en moyenne de 1913 à 1940, 93 % du peuplement colonial, contre 6,2 % au Cambodge et moins de 1 % au Laos. Si les stations touristiques sont donc les plus nombreuses au Vietnam, c’est avant tout parce qu’y réside la majeure partie de la clientèle.

10Sa répartition est cependant loin d’être équilibrée, puisque les colons habitent essentiellement en ville. De ce fait, les stations sont fondées de préférence près de leur clientèle citadine. Rien d’étonnant donc pour le docteur Gaide d’affirmer que « Do-Son est précieuse surtout pour les Haiphonais qui à eux seuls suffiraient à lui assurer son développement ». Et si Bana s’est développée en Annam, c’est pour que les habitants de Hué, Tourane (ville actuelle de Ðà Nẵng) et Faifo (ville de Hội An aujourd’hui), trop éloignés de Dalat, puissent quand même faire de la villégiature dans une station d’altitude. Point de génie des lieux, c’est la fonctionnalité qui compte avant tout, comme le résume le Dr Gaide :

Une station climatique ne vaut surtout aux colonies et indépendamment de ses qualités propres de station que par les commodités d’accès qu’elle présente : facilité et rapidité. C’est pour cette raison essentielle que plusieurs petites stations, surtout au point de vue maritime, s’étaient installées au début auprès des chefs-lieux de la plupart des provinces. La valeur en était relative le plus souvent, mais leur proximité permettait de les utiliser.

  • 16 Construction d’une maison de repos à Dalat pour les fonctionnaires de l’instruction publique, 1928, (...)

11Plus précisément, c’est près de leur clientèle certes citadine, mais surtout de fonctionnaires, que ces stations ont été fondées, car elles ont été commandées en grande partie par l’État, pour éviter des rapatriements coûteux et prématurés de son personnel16. Or, Hanoi concentre les pouvoirs politique, administratif et militaire en tant que capitale de l’Indochine française. C’est donc à proximité de cette ville que l’État français crée le plus de stations : elle en polarise avec Haiphong six, alors que Saigon, centre certes économique, mais qui concentre moins de fonctionnaires, ne bénéficie que de trois destinations (voir carte 8).

Carte 8 : Carte des stations balnéaires et d’altitude en Indochine française (1930).

Carte 8 : Carte des stations balnéaires et d’altitude en Indochine française (1930).

Source : DGaide, Inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l’Indochine, Les stations climatiques en Indochine, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1930, p. 4, Archives nationales d’outre-mer, M6220 (14).

  • 17 Eric Jennings, Imperial Heights, Dalat and the Making and Undoing of French Indochina, Los Angeles, (...)
  • 18 André Bon, Petit guide illustré de Dalat, Indochine française, Dalat, Municipalité de Dalat, M6305( (...)
  • 19 Ibid.

12Ces stations ne s’adaptent pas seulement à la localisation de leur clientèle, mais aussi à ses profils sociaux. La plus huppée est sans conteste Dalat17. En 1930, s’y trouvent déjà quatre grands hôtels : le Langbian Palace, « grand hôtel de luxe avec tout le confort moderne (jazz, cinéma, 130 chambres avec salle de bains) »18, le Grand Hôtel du Parc avec ses soixante-dix chambres, l’hôtel Desanti, formé de petits pavillons sur les bords du lac, et un établissement réunissant l’élite dite indigène, l’hôtel d’Annam. S’y ajoutent des loisirs élitistes, comme le golf (ouvert en 1931), le tennis ou l’aviron. Ces équipements touristiques modèlent profondément l’espace, et sont incontestablement facteurs d’urbanité, apportant dans un milieu rural des équipements dignes d’une grande ville et des loisirs réservés habituellement à des citadins. L’urbanisation de Dalat se lit également par les routes tracées (on passe de 4 à 72 kilomètres de voies carrossables entre 1900 et 1930) et la construction d’habitations (cinq recensées en 1900, trois cent cinquante-deux trente ans plus tard)19. L’origine urbaine de la clientèle de ces stations a donc profondément influencé leur morphologie et leur fonctionnement spatial : ces citadins amènent pratiques et modèles de lieux, plus français qu’indochinois, plus touristiques et urbains que ruraux et agricoles.

13Toutes les stations touristiques de l’époque n’ont cependant pas été développées sur le modèle dalatois. Non seulement cela aurait coûté trop cher, mais en plus, cela aurait été inutile, car tous les colons ne pouvaient se payer un tel luxe. D’autres stations, plus modestes, ont donc été créées à leur intention. C’est le cas de Sam Son, dont la clientèle est décrite en ces termes par le docteur Gaide :

  • 20 Dr Gaide, Les stations climatiques en Indochine, ouvr. cit., 1930, p. 44.

À vrai dire, cette plage convient à toute une catégorie de personnes aux ressources modestes qui désirent faire un séjour au bord de la mer sans trop se préoccuper des conventions mondaines.20

  • 21 Baffeleuf et alii, Statuts du syndicat d’initiatives de Tam Dao, 1913, KM2284 (11) ; Notice sur le (...)

14Ces différences sociales peuvent également se lire dans les infrastructures de loisirs. Si Dalat possède un golf, Sapa offre des terrains de football, car elle accueille des petits fonctionnaires et des militaires du rang. Les gradés et les hauts fonctionnaires du Tonkin préfèrent la station plus huppée de Tam Dao21. Ces stations ayant pour dessein d’éviter des retours anticipés en métropole, les autorités trouvent nécessaire de s’adresser également aux classes plus modestes. Cependant, cela se fait dans des stations bien à part. La ségrégation sociospatiale prévaut donc non seulement entre colons et élites indigènes, mais aussi entre colons, et cela même dans le domaine touristique.

Recréer la France pour se recréer

  • 22 Emmanuelle Peyvel, « Tourisme et colonialisme au Vietnam », Le tourisme dans l’empire français : po (...)

15Le modèle de la station, loin d’être inventif, permet de faire du tourisme dans des lieux ressemblant à la France. En cela, les liens entre espace et construction identitaire sont forts : les colons se recréent en ces lieux de villégiature parce qu’ils y recréent leur patrie22.

  • 23 P. Carton, Étude climatologique des stations d’altitude d’Indochine, 1939, M14894.
  • 24 Les Alpes tonkinoises, Chapa, station d’altitude tonkinoise, 1935, B5856 ; Fernand Millet, Le Langb (...)

16Ces similarités voulues avec la métropole se lisent clairement dans l’espace, en premier lieu à travers leur localisation. Afin de fuir le chaud et l’humide des villes de plaines et deltas, les touristes de cette époque cherchent le frais et le sec en montagne, rappelant le climat français23. Dalat est ainsi apprécié pour son petit air alpin. Sapa est comparé tantôt aux Pyrénées pour ses paysages, tantôt aux Alpes pour sa fraîcheur24. Au bord de la mer, les paysages ressemblant aux rivages méditerranéens sont valorisés, comme à Cap Saint-Jacques.

17Ces similarités spatiales se retrouvent aussi dans l’architecture des infrastructures. Les touristes peuvent les apprécier dès leur arrivée. La gare de Dalat a ainsi été construite sur le modèle de celle de Deauville. Autour ont été bâtis des chalets : avec leurs toitures pentues, leurs lambris et leurs balcons de bois, ils rappellent la Savoie et le Pays basque. Il en est de même avec les maisons bretonnes, aux toits sombres et encadrées par deux cheminées. Ces villas nous donnent indirectement des renseignements sur la région natale de ces touristes. Au bord de la mer, ce sont des villas méditerranéennes de type Art déco que certains touristes huppés se font construire, et dont témoigne encore la villa Blanche, édifiée en 1898 au Cap Saint-Jacques pour le gouverneur Paul Doumer. En outre, chacune de ces stations possède un édifice religieux : une chapelle à Tam Dao et Bana, une église à Sapa, Nha Trang et Cap Saint-Jacques et même une cathédrale à Dalat, où les mosaïques sont grenobloises. Comme en France, le clocher sert de repère temporel et spatial, et c’est autour de lui que s’organise le centre-ville.

  • 25 Le centre d’estivage de Chapa (villa Mangin), s.d. M13067.

18La géographie domestique des hébergements témoigne également d’une volonté de recréer une ambiance française, comme le montrent les archives de la villa Mangin, destinée à des militaires en villégiature à Sapa25. Sans les légendes accompagnant les photos, il serait bien difficile de les localiser, tant l’intérieur est décoré à la française, avec sa tapisserie au mur et ses meubles rustiques en bois. Au-delà, c’est tout le fonctionnement domestique de ce centre qui est français. Son plan atteste d’une répartition fonctionnaliste des espaces, conduisant à séparer ceux dédiés aux sociabilités (le bar et le restaurant au nord, complétés d’une bibliothèque où se trouvent une radio, un phonographe et des jeux de société) de ceux privés (les deux bâtiments à l’est et à l’ouest consacrés aux chambres). Les terrains de sport extérieurs sont dédiés à des activités européennes (comme le tennis, le volley et le basket) voire très françaises (comme le boulodrome situé à l’ouest). L’ensemble de la villa s’organise autour d’un jardin ordonné à la française, où trône un kiosque à musique. En outre, la villa est dotée d’un confort moderne très citadin : les estivants peuvent y utiliser le téléphone et des douches chaudes à heures fixes leur sont également proposées.

  • 26 Ibid.
  • 27 Aménagement de circuits du tourisme au Tonkin, 1921-1924, GGI L8 60.679 ; Syndicat touristique du n (...)

19La mise en scène de l’espace touristique correspond aux codes esthétiques européens de l’époque. Non seulement les estivants peuvent y « taquiner la friture »26, mais d’une manière plus large, c’est toute la montagne qui est mise en tourisme, notamment grâce à des sentiers de randonnée pour la pratiquer et des belvédères pour l’admirer27. Dans la brochure de la villa Mangin, se trouve le détail des chemins possibles de randonnées dans les environs. Les indications y sont très précises : elles décrivent l’intérêt majeur de la visite (une cascade, un point de vue particulier…), tout en mettant en garde sur l’état des sentiers, les dangers encourus, etc. En donnant un itinéraire en kilomètres et en minutes, ce document permet l’épanouissement de pratiques individuelles, d’autant plus que les endroits possibles pour pique-niquer et le matériel se trouvant dans des gîtes d’étape y figurent également (du matériel de cuisine à la lampe acétylène). Ces aménagements sont révélateurs d’une esthétique européenne, construisant un paysage qui lui est propre.

  • 28 Villa Joséphine à Dô Son : personnel, matériel, mobilier, dépenses diverses, 1898-1901 , RST H7 29. (...)

20Cette mise en scène est aussi valable sur le littoral. La station balnéaire de Do Son constitue un bon exemple de cette nouvelle organisation spatiale (voir carte 9). Construite parallèlement au trait de côte, sa promenade, lieu de sociabilité par excellence de la station, indique combien la mer fait désormais paysage. Ce choix est clairement une nouveauté, en témoigne le village de Do Hai, en retrait dans les terres. Même si celui-ci vivait probablement en partie de la pêche, il cultivait surtout des rizières et ne s’était pas implanté au bord de l’eau, en particulier pour se protéger des risques d’inondation. À l’inverse, les constructions touristiques françaises s’égrènent essentiellement le long du littoral. Les deux hôtels se localisent à proximité de la plage, tandis que certaines villas ont pris de la hauteur, pour mieux embrasser l’horizon, telle la villa Joséphine28, à la pointe nord, ou la villa des Pins, juchée sur les hauteurs un peu plus au sud. Ces aménagements témoignent de la nouvelle fonction affectée au lieu, non plus productive mais récréative.

Carte 9 : Extrait de la carte topographique de Do Son au 1/10 000 (1898).

Carte 9 : Extrait de la carte topographique de Do Son au 1/10 000 (1898).

Source : ANOM, Asie 175

  • 29 Lécorché, 1932, Causerie de M. Lecorché au club automobile et motocycliste du Tonkin, Annam, Laos, (...)

21Le fonctionnement spatial de la station est également mis au service d’une temporalité française. Le jour, les touristes fréquentent les chemins de randonnée, la plage ou les terrains de sport. À la nuit tombée, ils peuvent se rendre dans des espaces de sociabilité mondains, si la station en possède, comme un cercle, un casino, ou un cinéma. Des causeries sont également organisées29. Écouter une émission radiophonique ou s’amuser autour d’un jeu de société sont des activités du soir populaires tout aussi appréciées. Le dimanche, la population se rend à l’église. Les fins de semaine et l’été constituent les moments forts de fréquentation : basse et haute saison, semaine et week-end rythment ces stations d’une temporalité apparue en France depuis peu.

  • 30 Dr Gaide, Les stations climatiques en Indochine, ouvr. cit., 1930, p. 28.
  • 31 Émile De Rozario, « Chapa, station d’altitude », Cahiers de la société de géographie de Hanoi, 1935
  • 32 Contrat relatif à l’exploitation du « Grand hôtel de la Plage à Nha Trang », 1931, GGI D681 59.850.

22Enfin, les espaces ruraux à proximité de ces stations sont eux aussi concernés par ce processus de recréation de la métropole. Certains ont fait l’objet d’une mise en valeur agricole avec des fermes expérimentales. Des fraises, des artichauts, des haricots, des choux-fleurs et des arbres fruitiers sont cultivés depuis 1898 à Dankia, près de Dalat, tandis que des vaches laitières sont élevées pour faire du beurre, du fromage et de la crème30. Dans ces stations, les touristes peuvent donc manger davantage français et cela participe aussi à leur recréation. D’ailleurs, certains colons n’hésitent pas à cultiver un jardin, lorsqu’ils possèdent une résidence secondaire, où glaïeuls, aubergines et pêchers se côtoient31. Même dans les stations balnéaires, pourtant loin de ces stations agricoles expérimentales situées en altitude, le ravitaillement alimentaire privilégiait des produits français. Le menu du Grand Hôtel de la Plage à Nha Trang proposé en 193132 donne à voir un menu tel que les Français s’en régalaient alors, copieux, gras et protéiné : hors d’œuvre de crudités et de charcuterie, poisson ou crustacés, viande et légumes, grillades et pommes de terre, entremets, fromages, fruits, café ou thé.

  • 33 Création de réserves de chasse en Cochinchine, 1914-1915, GGI L85 15.537 ; Louis Cadière, L’Annam, (...)

23Tous ces aménagements ont pour conséquence de minimiser l’altérité ressentie en ces lieux, qu’il s’agit finalement de dompter. Les parties de chasse33 organisées à l’époque sont représentatives de cette volonté du colon d’affirmer sa maîtrise des lieux. Elles permettent de collectionner des trophées originaux, tel le gaur. L’altérité menaçante devient alors source de plaisir, parce qu’elle est soumise.

Une France idéale

24Ces stations relèvent d’un habiter mimétique et exclusif : elles essaient de reproduire la France et restent surtout réservées à l’élite blanche coloniale. Recréer du Même dans ce quotidien fondamentalement Autre qu’était l’Indochine pour ces Français d’alors constitue le cœur du projet touristique colonial. Si une élite dite indigène y était tolérée, essentiellement pour des raisons de rentabilité, elle s’y trouvait en des proportions bien moindres, était souvent cantonnée en des lieux spécifiques (notamment pour l’hébergement) et surtout devait s’adapter aux lieux, car ils ne changeaient fondamentalement pas de sens pour elle (voir chapitre 2). En cela, ces stations fonctionnaient de manière extraterritoriale, expliquant leur fermeture prononcée.

25Dans une certaine mesure, ces stations sont bien à comprendre comme l’incarnation d’une utopie. Premièrement, elles fonctionnent comme des « lieux réserves » d'un point de vue racial. Elles permettaient de se retrancher un temps de cette Indochine, dans laquelle prévaut un autre Habiter et auquel il était difficile de se confronter sur le long terme pour les colons. Au-delà, c’est un processus de recréation identitaire qui est en jeu : il s’agit de se vivre complètement français le temps d’un séjour touristique, grâce à des lieux s’efforçant d’imiter la métropole. La peur de la perte d’identité était réelle chez les colons. En effet, non seulement le métissage était mal vu, figure incarnée de l’abâtardissement de la race, mais le fait de rester longtemps en Indochine aussi, car alors, on n’était plus vraiment un Français mais un Asiate, pour reprendre le titre du cinquième volet de La nuit indochinoise écrit par Jean Hougron :

  • 34 Jean Hougron, La nuit indochinoise, ouvr. cit., 1952, p. 254.

À vivre dans ces provinces lointaines, ces villages perdus, face à ces milliers de « jaunes », on a tendance à devenir un Français au carré, au cube, on hypertrophie les caractéristiques et les défauts nationaux. C’est le seul moyen de défense contre l’Asie envahissante, dissolvante, et quand en outre on accède à l’idée de prestige, de patriotisme exaspéré, c’est le désastre. Petites communautés blanches, soudées au coude à coude pour mieux résister, préservant les coutumes, les rites et jusqu’à la cuisine française, je les ai connues […] mais que pouvaient-ils faire d’autres sinon céder au milieu, devenir des « Asiates », perdre leur identité en somme ?34

26Le contexte racial et identitaire de l’époque explique la fierté des colons à mettre en place des outils qui les préservent, et les stations touristiques en font partie.

  • 35 Gwendolyn Wright et Paul Rabinow, « Savoirs et pouvoirs dans l’urbanisme colonial d’Ernest Hébrard  (...)
  • 36 Commune de Dalat, aménagement extension de la ville de Dalat, 1924, GGI E2 49.510 ; Ville de Dalat, (...)

27Deuxièmement, ces stations sont des manifestations concrètes de la modernité triomphante portée par le projet colonial. Les urbanistes qui ont pensé ces stations, comme Ernest Hébrard à Dalat, ont utilisé ces opportunités foncières pour concrétiser leur vision moderne de la ville, tels des « laboratoires sociaux et esthétiques, une terre d’expérience où ils pouvaient tester l’efficacité politique de certains principes de planification »35. Le plan de Dalat applique le principe du zonage, afin d’organiser les activités dévolues à la station et de mieux surveiller les populations. Y prévalait en fait une double ségrégation : à celle fonctionnelle, séparant deux zones résidentielles d’une zone commerciale et d’une zone administrative36, s’ajoutait celle raciale, la partie coloniale de la ville étant à l’écart de celle annamite. Le zonage est ici à considérer comme un outil permettant de concrétiser un idéal de pureté tout à la fois raciale et hygiéniste. Au-delà,

  • 37 Gwendolyn Wright et Paul Rabinow, « Savoirs et pouvoirs dans l’urbanisme colonial d’Ernest Hébrard  (...)

l’architecture et la planification urbaine étaient considérées comme des moyens de démontrer la supériorité des Français comme civilisation, comme nation et comme membres d’une race, et de prouver cette supériorité aux populations indigènes et aussi aux Français eux-mêmes.37

28La grandeur des monuments publics comme la magnificence de certains palaces participaient de cette fierté, quand bien même les colons n’y vivaient que le temps d’un séjour touristique.

Novations et inclusion de l’habiter touristique vietnamien

Investir les lieux : itinéraires postcoloniaux des stations touristiques

  • 38 Alain Corbin, Le territoire du vide, l’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Flammario (...)

29Aujourd’hui, les stations fondées à l’époque coloniale existent toujours au Việt Nam et ont toutes gardé une fonction touristique. Rien n’a changé, tout a continué, du moins en apparence. Il n’est en effet plus question pour les Vietnamiens de goûter à un quelconque repos français, et encore moins de célébrer la grandeur de la colonisation. Ce paradoxe est particulièrement heuristique. Il montre d’une part qu’au-delà de l’apparente inertie, un espace peut changer de sens sans que sa matérialité soit bouleversée38. D’autre part, il permet d’approcher la complexité avec laquelle les Vietnamiens se sont réappropriés cette invention exclusive et mimétique qu’était le tourisme indochinois.

  • 39 MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, ouvr. cit., 2002, p. 219-231.
  • 40 Viola Oehler, Dynamiques de trois villes moyennes du sud Viet Nam : Can Tho, Da Lat et Nha Trang, T (...)

30La notion d’« itinéraire de lieux », forgée par l’équipe MIT39 aide à mieux saisir l’évolution de ces stations. Trois grands types d’itinéraire ont été formalisés : la mutation du lieu dans laquelle la fonction touristique périclite ou se transforme (par exemple en loisirs), la permanence de la monofonctionnalité touristique, et la diversification fonctionnelle (le tourisme devenant une fonction parmi d’autres). Appliquée au Việt Nam, cette notion montre que les stations fondées à l’époque coloniale soit se sont installées dans la monofonctionnalité (comme Sầm Sơn ou Đồ Sơn), soit ont su diversifier leurs fonctions : à celles administratives se sont ajoutées celles horticole pour Đà Lạt, pétrolière pour Vũng Tàu et universitaire pour Nha Trang et Đà Lạt40. Le tourisme y apparaît bien comme une activité particulièrement peuplante et urbanisante. Aujourd’hui, ces stations sont des villes, chefs-lieux les plus peuplés de leur province, avec respectivement 296237, 392279 et 205287 habitants, d’après le recensement de la population de 2009. Aucune de ces stations n’a finalement périclité, même si pour certaines la fréquentation est restée longtemps modeste, comme à Tam Đảo, aujourd’hui investie par une riche clientèle locale fréquentant son golf, et à Bà Nà, l'activité touristique a réellement repris à partir de 2014, avec les investissements colossaux de Sun Group.

31Le lien établi par l’équipe MIT entre tourisme et urbanité est également vérifié. Chacune de ces stations fonctionne toujours à partir d’un pôle urbain, duquel provient la majeure partie de sa clientèle. Hà Nội et Hồ Chí Minh Ville organisent chacune une région touristique (voir chapitre 1). Au niveau hiérarchique immédiatement inférieur, ces stations peuvent se trouver dans l’orbite d’une ville secondaire, depuis laquelle une route permet d’accéder directement à la station : Hải Phòng pour Đồ Sơn, Vinh pour Cửa Lò, Thanh Hóa pour Sầm Sơn, Cửa Tùng pour Huế, Đà Nẵng pour Bà Nà. Ces stations sont donc liées aux grandes villes du pays selon un double emboîtement d’échelles, régionale et locale.

32Cette inertie spatiale apparente ne doit cependant pas masquer la réappropriation postcoloniale dont ces stations ont fait l’objet. Celle-ci a été massive au vu de la fréquentation domestique actuelle (voir carte 3, chapitre 1). Quatre stations seulement attirent une fréquentation significative et diversifiée de touristes étrangers : Sa Pa, Đà Lạt, Nha Trang et Vũng Tau. D’après la Direction nationale du tourisme, la province de Khánh Hòa (Nha Trang) a recensé en 2009, 300000 touristes étrangers pour 1 300 000 touristes domestiques, celle du Lâm Đồng (Đà Lạt), respectivement 200 000 contre 2 400 000, celle de Lào Cai (Sa Pa), 320 000 contre 375 000 et celle de Bà Rịa Vũng Tàu, 285 000 contre 7 250 000. Seule la province de Quảng Ninh (baie de Hạ Long) dépasse le million de touristes étrangers : 2 350 000 contre 2 450 000 domestiques. Đồ Sơn constitue un cas particulier, dans la mesure où sa fréquentation étrangère est en fait de proximité : essentiellement chinoise, elle se concentre sur son casino lors de courts séjours. Finalement, les touristes domestiques sont toujours les plus nombreux dans ces stations, et quand bien même ils sont étrangers, la proportion de Français est très minoritaire, en comparaison des touristes asiatiques. En cela, l’habiter touristique prévalant dans ces stations est passé d’exclusif à inclusif : ces dernières accueillent aujourd’hui massivement les populations locales, alors qu’elles en étaient quasiment exclues à l’époque coloniale.

33L’habiter de ces stations a également évolué de mimétique à novateur. En effet, la fréquentation majoritairement domestique s’est accompagnée d’une évolution plus globale de l’organisation de l’espace et des pratiques qui y sont déployées, reflet du sens que les Vietnamiens attribuent aujourd’hui à ces lieux. Cette évolution se lit d’abord dans le changement de toponymes. Ce sont bien les noms vietnamiens qui prévalent désormais, pour ces stations (Vũng Tàu a supplanté Cap Saint-Jacques), mais aussi leurs bords de mer, rues et bâtiments remarquables, qui font désormais la part belle aux héros socialistes. Au-delà, la réappropriation a consisté en l’épanouissement de pratiques fondamentalement hybrides. Certaines qualités attribuées par les Français ont aujourd’hui encore cours : la fraîcheur est ainsi toujours appréciée en montagne. Mais loin d’en être prisonniers, les Vietnamiens ont également développé leurs propres pratiques et imaginaires, comme le fait d’aller au bord de la mer en refusant de bronzer, ou d’effectuer en montagne un voyage syncrétique, relevant à la fois du pèlerinage et du tourisme, en particulier à l’arrivée du printemps. La richesse de ces pratiques est telle qu’un chapitre entier leur est consacré : le huitième et dernier de ce livre.

Donner du sens au passé : vers un patrimoine colonial ?

34La deuxième clé de lecture permettant d’appréhender la réappropriation vietnamienne à l’œuvre dans ces stations concerne la patrimonialisation éventuelle dont peuvent faire l’objet les vestiges coloniaux.

35Leur état est aujourd’hui très variable. Une seule station garde des traces significatives de cette époque : Đà Lạt. On peut encore y voir la cathédrale, le lycée Yersin, le couvent Sainte Marie, le Lang Bian Palace, l’institut Pasteur et des villas. Il serait cependant exagéré de considérer que tout a été conservé en l’état. Certains bâtiments ont vu leur fonction perdurer, comme le lycée Yersin, aujourd’hui école normale des enseignants de la province ; d’autres ont été ouverts au public, comme l’ancien couvent Sainte Marie. Les villas sont mises en valeur au gré des initiatives privées : certaines ont fait l’objet de restaurations à des fins résidentielles ou touristiques, d’autres d’adaptations au mode de vie actuel et aux moyens des propriétaires (densification, redécoupage, réparation avec des matériaux différents de ceux originels…). Les abandons et destructions sont plus rares, les Dalatois étant le plus souvent pragmatiques quant à l’utilisation qui peut être faite de ces bâtiments. En outre, ces vestiges se situent seulement dans le sud et l’ouest de la ville, c’est-à-dire dans l’ancienne partie française de la station. Le nord et l’est ne possèdent en revanche que très peu de vestiges. De fait, l’emprise spatiale de ces bâtiments reste modeste, même dans cette station où ils sont pourtant les plus nombreux du pays.

  • 41 Création du sanatorium de Sam Son, 1904, RST S3 8522.

36Dans les autres stations, les bâtiments de l’époque coloniale ont été le plus souvent détruits, notamment par la guerre, comme à Sa Pa, qui a subi de lourds dommages lors des affrontements avec la Chine en 1979. Les guerres contemporaines et les difficultés économiques expliquent que certaines stations aient été plus ou moins abandonnées, les matériaux des bâtiments coloniaux ayant été récupérés pour d’autres constructions. À Bà Nà, on trouve aujourd’hui quelques fondations datant de cette époque, mais surtout des ruines. C’est également le cas à Tam Đảo, où les bâtiments de l’époque coloniale ont pour la plupart été détruits. Ceux qui sont encore là sont en mauvais état (voir photographie 5, chapitre 6). Enfin, dans d’autres stations encore, le plus souvent déjà modestes à l’époque, il ne reste absolument plus rien. C’est le cas à Sầm Sơn : nulle trace de villas ou d’un sanatorium, dont témoignent pourtant les archives41.

37Si ces vestiges coloniaux se trouvent aujourd’hui dans cet état, ce n’est pas seulement à cause de la guerre, de la pauvreté ou du climat. En effet, la guerre est à présent terminée, et le pays s’est enrichi. Les Vietnamiens ont désormais davantage la possibilité de restaurer ces vestiges, et c’est d’ailleurs en partie le cas. Đà Lạt est la station la plus active en la matière. Dans les autres, les réhabilitations sont plus ponctuelles : des villas coloniales et un casino à Đồ Sơn, quelques villas à Sa Pa ou bien encore la villa Blanche de Paul Doumer à Vũng Tàu (voir photographie 8). D’une manière générale cependant, ces démarches restent rares, ce qui ne tient pas seulement au manque d’argent ou de formation.

Photographie 8 : Réappropriation touristique de la villa de Paul Doumer à Vũng Tàu.

Photographie 8 : Réappropriation touristique de la villa de Paul Doumer à Vũng Tàu.

« Esprit de la victoire du 30 avril. La journée internationale des travailleurs est immortelle ». Cette banderole d’accueil à la villa Blanche de Paul Doumer, située dans l’ancienne station du Cap Saint Jacques, signifie clairement l’appropriation qui en a été faite par les Vietnamiens. Cette patrimonialisation délicate résulte de compétences non seulement techniques de restauration, mais aussi langagières et politiques.

38Deux raisons supplémentaires expliquent cette absence de mise en valeur. D’abord, la définition même du patrimoine est ici problématique. Loin d’être consensuelle, comme s’il suffisait qu’une chose soit ancienne pour être patrimonialisée, elle doit surtout faire sens pour la société qui l’utilise. On touche là à la dimension idéologique du patrimoine. Patrimonialiser un bâtiment revient en effet à lui reconnaître une importance pour la collectivité. Or, les vestiges de l’époque coloniale méritent-ils d’être transmis aux générations futures, sachant qu’ils sont l’œuvre du colon, contre lequel il a fallu lutter ? Ils rappellent une époque révolue que les Vietnamiens sont heureux d’avoir quittée et un espace duquel ils étaient soigneusement mis à l’écart. Ces vestiges s’intègrent aujourd’hui avec difficulté dans la continuité de l’histoire nationale. Or, les patrimonialiser nécessite de les considérer non pas comme français mais vietnamiens, ce qui implique un travail de mémoire complexe et délicat à leur égard.

  • 42 Nguyễn Tùng et Nelly Krowolski, « Hôi An, de l’éveil à la résurrection du patrimoine », Autrepart, (...)
  • 43 Voir notamment à ce sujet : Jean-Pierre Babelon et André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, L (...)

39Ensuite, le terme même de patrimoine n’est apparu que très récemment au Việt Nam. L’histoire de sa formation dénote des compétences langagières évidentes. Nguyên Tùng et Nelly Krowolski42 rappellent ainsi qu’il existait déjà tout un vocabulaire pour désigner les biens légués par la famille. Certains sont formés à partir de la racine gia désignant la famille, tandis que d’autres se basent plutôt sur la racine sản, signifiant, au sens très large du terme, un produit. Un lexique prévalait également aux monuments anciens, sans signifier pour autant qu’ils appartenaient à tout le monde : di tích (traduit le plus souvent par vestige) ou công trình kỷ niệm (monuments). Cette absence de vocabulaire ne reflète pas une lacune, mais plutôt une autre façon de concevoir la propriété et surtout le temps. Il est construit moins de manière linéaire, induisant pertes et dégradations, et plus de façon cyclique. Il en découle une autre idée de l’authenticité, davantage fondée sur la continuité des usages et de la forme, ainsi que sur la transmission des techniques de construction, que sur le caractère originel des matériaux43. Désigner un bien ancien légué à tous les Vietnamiens est finalement contemporain des classements UNESCO, au début des années 1990 (la citadelle impériale de Huế fut classée la première en 1993). C’est le terme di sản qui est aujourd’hui employé, sans qu’il soit complètement nouveau : il était à la base un synonyme de gia sản et s’inscrivait surtout dans la sphère familiale.

40Ces compétences langagières servent une reconnaissance à l’international du pays, via les classements UNESCO. Elles s’accompagnent d’une marchandisation progressive de ces vestiges par une multiplicité d’acteurs, qui cherchent à se singulariser sur le marché touristique national : privés et français comme dans le cas de certains hôtels du groupe Accor (Métropole de Hà Nội et Grand Hôtel de Đà Lạt, où se déploie une esthétique luxueuse d’inspiration coloniale), privés et vietnamiens (exemple de villas coloniales converties en petits hôtels à Đà Lạt) ou encore vietnamiens à capitaux mixtes (cas de villas à Đồ Sơn possédées par la société mixte par action Đồ Sơn Tourism Company).

41Les autorités semblent en revanche entretenir une relation plus ambiguë vis-à-vis de la patrimonialisation des bâtiments coloniaux. Depuis 1996, et la ve résolution du viiie Congrès du Parti communiste, intitulée « Construire et Développer une culture vietnamienne riche en caractère national », le patrimoine est considéré comme une ressource économique et touristique potentielle, ce qui justifie des recensements en vue d’une éventuelle protection, par exemple à Đà Lạt, où son plan est en cours d’élaboration. Toutefois, l’ouverture au public de ces sites comporte une charge idéologique évidente. Officiellement, en effet, il ne s’agit pas de valoriser l’apport culturel de la colonisation, mais bien la réappropriation symbolique de ces vestiges depuis l’indépendance, dans une optique de construction nationale. Or, dissocier la réhabilitation d’un bâtiment datant de l’époque coloniale de celle du colonialisme n’est pas simple.

  • 44 Le cas du Ca Trù, chants à tablettes datant de la fin du xve siècle, inscrit depuis 2009 sur la lis (...)

42L’ouverture au public de la villa Blanche au Cap Saint-Jacques résume bien toute la complexité de ce processus : elle est à la fois patrimoine colonial, visitée à ce titre par certains touristes, mais aussi lieu d’affirmation de l’indépendance vietnamienne, comme le montrent clairement les emblèmes du Parti et de la nation dès la porte d’entrée franchie. Le 30 avril, jour férié célébrant la réunification du pays et son indépendance, une grande banderole rouge est déployée devant la villa à l’intention des visiteurs domestiques, particulièrement nombreux à cette occasion (voir photographie 8). Elle signifie : « Esprit de la victoire du 30 avril. La journée internationale des travailleurs est immortelle. » En affirmant l’ouverture au peuple de la villa appartenant à l’ancien gouverneur général d’Indochine, cette banderole dit tout autant le rejet de la colonisation que l’appropriation de ses vestiges par les Vietnamiens. Les autorités font preuve ici non seulement de compétences langagières, pour affecter un sens légitime à ce patrimoine, mais aussi techniques, à l’œuvre dans la restauration du bâtiment, et surtout statutaires : affirmer leur autorité, revenant à se réapproprier le pouvoir d’un Autre. La patrimonialisation sert ici, bien au-delà de la sauvegarde architecturale d’un bâtiment, à inscrire de la colonisation dans l’histoire socialiste44.

  • 45 Galila El Kadi, Anne Ouallet et Dominique Couret, « Le patrimoine moderne dans les villes du Sud : (...)

43Finalement, la patrimonialisation des vestiges coloniaux reste aujourd’hui modeste au Việt Nam, car elle relève d’un processus délicat en situation postcoloniale45. Il s’agit de composer non seulement avec l’ancien espace des colons, mais aussi avec sa mémoire. Temps et espaces de la colonisation sont ici à comprendre comme deux constructions problématiques, face auxquelles les autorités vietnamiennes et les touristes domestiques sont en train d’élaborer des arts de faire avec.

*

44Le Việt Nam donne à observer un cas caractéristique des mondes postcoloniaux : l’évolution de lieux touristiques dans le cadre de deux habiter différents : l’un français à l’époque coloniale, exclusif et mimétique, où il s’agissait pour les colons de recréer la France pour se recréer, et l’autre vietnamien, aujourd’hui inclusif et novateur. La notion d’itinéraires de lieux n’a pas seulement permis d’étudier l’évolution de la fonction touristique, celle-ci croissant, ou se combinant à d’autres activités sur le long terme. Croisée à celle d’habiter, elle a participé à comprendre le sens affecté à ces espaces, dont l’évolution implique l’usage d’un large éventail de tactiques de réappropriation : la fréquentation domestique, le détournement pour d’autres usages, la formation d’un nouveau lexique (pour les toponymes comme le patrimoine), pouvant s’articuler ponctuellement avec le recensement, la réhabilitation, la marchandisation voire l’abandon des espaces concernés.

Notes

1 Arjun Appadurai, Après le colonialisme, Paris, Payot, 2005 (réed.), p. 143.

2 Vincent Veschambre, « La notion d’appropriation », Norois, no 2, 2005. En ligne : [http://norois.revues.org/589] (Consulté le 12/03/2016).

3 Perla Serfaty-Garzon, « Appropriation », Dictionnaire de l’habitat et du logement, M. Segaud, J. Brun et J. C. Driant (éd.), Paris, Armand Colin, 2002, p. 27-30.

4 Christian Grataloup, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier/Paris, La documentation française, 1996.

5 Jean Hougron, La nuit indochinoise, Soleil au ventre, 1952, cité dans Henri Copin, L’Indochine dans la littérature française des années vingt à 1954, exotisme et altérité, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 283.

6 Aline Demay, Tourisme et colonisation en Indochine (1898-1939), Thèse de géographie, université de Paris 1 et de Montréal, 2011.

7 Luigi Westenra Sambon, « Acclimatization of Europeans in tropical lands », The geographical journal, vol. 12, no 6, 1898, p. 589-599 ; J. E. Spencer et W. L. Thomas, « The hill station and summer resorts of the Orient », Geographical Review, vol. 38, no 4, 1948, p. 643.

8 Statistiques de visiteurs français et étrangers de l’Indochine, 1929-39, RST L81 1507 no 3791 ; Statistiques des touristes pénétrant en Indochine, 1940, RST L81 1508 no 4949, Croisière de propagande touristique organisée par le touring club de France (1932-1933), GGI L81 60.034 ; Propagande du tourisme indochinois dans le journal de Shanghai, 1932, GGI L81 60.030.

9 Dr Gaide, inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l’Indochine, Les stations climatiques en Indochine, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1930, p. 25 M6220 (14).

10 Installation à Chapa d’une station d’expérience formée d’un poste mixte de légionnaires et d’indigènes, 1912, GGI Q18 26.361.

11 Aline Demay, Histoire sociale et économique de la province de Lao Cai (Vietnam) de 1890 à 1945, Mémoire de maîtrise de géographie, université Bordeaux 3, 2004, p. 96.

12 Maximilien Sorre, Les fondements biologiques de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, p. 97-102, 1943.

13 Dr Gaide, Les stations climatiques en Indochine, ouvr. cit., 1930, p. 5 et p. 8.

14 Sanatorium du Cap St Jacques, 1897, GGI 5702 ; Établissement d’un sanatorium à Nui-Ong, Conchinchine, 1908, GGI 17.591.

15 Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë (1858-1954), Paris, La Découverte, 2001, p. 178.

16 Construction d’une maison de repos à Dalat pour les fonctionnaires de l’instruction publique, 1928, GGI H7 51.245.

17 Eric Jennings, Imperial Heights, Dalat and the Making and Undoing of French Indochina, Los Angeles, University of California Press, 2001 et Eric Jennings, « From Indochine to Indochic : the Lang Bian Dalat Palace Hotel and French colonial leisure, power and culture », Asian Studies, vol. 37, no 1, 2003, p. 159-194.

18 André Bon, Petit guide illustré de Dalat, Indochine française, Dalat, Municipalité de Dalat, M6305(11).

19 Ibid.

20 Dr Gaide, Les stations climatiques en Indochine, ouvr. cit., 1930, p. 44.

21 Baffeleuf et alii, Statuts du syndicat d’initiatives de Tam Dao, 1913, KM2284 (11) ; Notice sur le Tam Dao, saison estivale du Tam Dao, saison de mai à octobre, 1935, M9045.

22 Emmanuelle Peyvel, « Tourisme et colonialisme au Vietnam », Le tourisme dans l’empire français : politiques, pratiques et imaginaires (XIX-XXe siècles), C. Zytnicki et H. Kazdaghli (éd.), Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 2009, p. 133-143.

23 P. Carton, Étude climatologique des stations d’altitude d’Indochine, 1939, M14894.

24 Les Alpes tonkinoises, Chapa, station d’altitude tonkinoise, 1935, B5856 ; Fernand Millet, Le Langbian, joyau touristique de l’Indochine, Hanoi, L’Indochine française, s.d., M6798 (3).

25 Le centre d’estivage de Chapa (villa Mangin), s.d. M13067.

26 Ibid.

27 Aménagement de circuits du tourisme au Tonkin, 1921-1924, GGI L8 60.679 ; Syndicat touristique du nord de l’Indochine, Touristes, visitez le Tonkin ! Phuc Yen, la station de Tam Dao, Hanoi, 1937, M10941 ; Fernand Millet, M6798(3).

28 Villa Joséphine à Dô Son : personnel, matériel, mobilier, dépenses diverses, 1898-1901 , RST H7 29.668.

29 Lécorché, 1932, Causerie de M. Lecorché au club automobile et motocycliste du Tonkin, Annam, Laos, non édité, M6798 (5) ; Coll., Les conférences du Tam Dao pour l’été 1943, Hanoi, Humanisme chrétien, 1944, M16798.

30 Dr Gaide, Les stations climatiques en Indochine, ouvr. cit., 1930, p. 28.

31 Émile De Rozario, « Chapa, station d’altitude », Cahiers de la société de géographie de Hanoi, 1935.

32 Contrat relatif à l’exploitation du « Grand hôtel de la Plage à Nha Trang », 1931, GGI D681 59.850.

33 Création de réserves de chasse en Cochinchine, 1914-1915, GGI L85 15.537 ; Louis Cadière, L’Annam, guide du touriste, Hué, Collection du Vieux Hué, 1921, KM1934 et Henri Gourdon, L’Indochine, Paris, Larousse (Coll. Coloniale), 1931, p. 193-216 ; Fernand Millet, Le Langbiang, joyau touristique, ouvr. cit., M6798(3).

34 Jean Hougron, La nuit indochinoise, ouvr. cit., 1952, p. 254.

35 Gwendolyn Wright et Paul Rabinow, « Savoirs et pouvoirs dans l’urbanisme colonial d’Ernest Hébrard », Cahiers de la recherche architecturale, n9, 1982, p. 28.

36 Commune de Dalat, aménagement extension de la ville de Dalat, 1924, GGI E2 49.510 ; Ville de Dalat, aménagement et extension, 1932 GGI 59071 ; Plan de Dalat et environs au 1/10 000e, 1951, Asie 177 GGI E2 49.510.

37 Gwendolyn Wright et Paul Rabinow, « Savoirs et pouvoirs dans l’urbanisme colonial d’Ernest Hébrard », art. cit., 1982, p. 29.

38 Alain Corbin, Le territoire du vide, l’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Flammarion, 1990.

39 MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, ouvr. cit., 2002, p. 219-231.

40 Viola Oehler, Dynamiques de trois villes moyennes du sud Viet Nam : Can Tho, Da Lat et Nha Trang, Thèse de géographie, Toulouse-Le Mirail, 2001.

41 Création du sanatorium de Sam Son, 1904, RST S3 8522.

42 Nguyễn Tùng et Nelly Krowolski, « Hôi An, de l’éveil à la résurrection du patrimoine », Autrepart, no 33, 2005, p. 141-142.

43 Voir notamment à ce sujet : Jean-Pierre Babelon et André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994 ; Rihal Dorothée, La concession française de Hankou (1896-1943), de la condamnation à l’appropriation d’un héritage, Thèse d’histoire, université Paris 7, 2007 ; Nishida Masatsugu, Jean-Sébastien Cluzel et Philippe Bonnin, « Authenticité et reconstruction de la mémoire dans l’architecture monumentale japonaise », Espaces et sociétés, no 131, 2007, p. 153-170 et Céline Cravatte, « L’anthropologie du tourisme et l’authenticité : catégorie analytique ou catégorie indigène ? », Cahiers d’études africaines, no 1-2, 2009, p. 603-620.

44 Le cas du Ca Trù, chants à tablettes datant de la fin du xve siècle, inscrit depuis 2009 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, est également très représentatif des difficultés rencontrées par les autorités vietnamiennes pour patrimonialiser des éléments anciennement dépréciés. Aliénor Anisensel, « Le Parti et le patrimoine : le cas de la tradition musicale du Ca Tru », Communisme, numéro spécial Vietnam, de l’insurrection à la dictature (1920-2012), 2013, p. 303-318.

45 Galila El Kadi, Anne Ouallet et Dominique Couret, « Le patrimoine moderne dans les villes du Sud : une articulation en cours entre mémoires locales, modernités urbaines et mondialisation », Autrepart, no 33, 2005, p. 2-12.

Table des illustrations

Titre Carte 8 : Carte des stations balnéaires et d’altitude en Indochine française (1930).
Crédits Source : DGaide, Inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l’Indochine, Les stations climatiques en Indochine, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1930, p. 4, Archives nationales d’outre-mer, M6220 (14).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Carte 9 : Extrait de la carte topographique de Do Son au 1/10 000 (1898).
Crédits Source : ANOM, Asie 175
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographie 8 : Réappropriation touristique de la villa de Paul Doumer à Vũng Tàu.
Crédits « Esprit de la victoire du 30 avril. La journée internationale des travailleurs est immortelle ». Cette banderole d’accueil à la villa Blanche de Paul Doumer, située dans l’ancienne station du Cap Saint Jacques, signifie clairement l’appropriation qui en a été faite par les Vietnamiens. Cette patrimonialisation délicate résulte de compétences non seulement techniques de restauration, mais aussi langagières et politiques.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search