Version classiqueVersion mobile

L'invitation au voyage

 | 
Emmanuelle Peyvel

Partie 2. Touristes et socialisme

Chapitre V

Former des touristes pour construire la Nation

Texte intégral

  • 1 Nguyễn Huy Thiệp, Un général à la retraite, Paris, Picquier, 2008 (réed.), p. 47.

Sur la route du retour, ma femme me demanda de rouler lentement afin que nous puissions profiter du paysage. M. Bông, dont c’était le premier voyage, s’émerveillait de tout : “Notre pays est aussi beau qu’une toile peinte, dit-il. Maintenant, je comprends mieux pourquoi il faut aimer sa patrie. Parce que voyez-vous, notre village, bien qu’il soit tout près de la capitale, eh bien, je ne l’aime pas du tout !” “C’est parce que vous y êtes trop habitué, lui dit ma femme. Les gens qui habitent ailleurs, eux, ils aiment Hanoi.” “C’est une ronde sans fin, remarqua M. Bông. Les gens d’ici préfèrent ce qui est ailleurs et vice-versa. Mais qu’importe ! Puisque c’est partout notre pays, partout notre peuple. Eh bien vive la patrie ! Vive le peuple !”.
Nguyễn Huy Thiệp, Un général à la retraite1

1Au même titre que l’école, ou la langue, l’État socialiste vietnamien s’appuie sur le tourisme pour bâtir la nation. Cette construction constitue un double défi dans l’histoire contemporaine : asseoir ce pays comme nation unie et souveraine, et maintenir son orientation socialiste. Dans ce contexte, le tourisme sert la mise en vitrine de la nation socialiste et participe à consolider la citoyenneté vietnamienne.

  • 2 Benedict Anderson, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Pari (...)
  • 3 Voir notamment : Anne Gaugue, « Géopolitique des musées en Afrique : la mise en scène de la nation  (...)

2Dans le sillage des travaux sur l’imaginaire national de Benedict Anderson, définissant l’État-nation comme « une communauté politique imaginaire et imaginée comme intrinsèquement limitée et souveraine »2, des études ont montré les liens complexes unissant tourisme et construction nationale3. Le Việt Nam ne fait donc pas exception. Il s’agira surtout ici de s’intéresser à une conséquence encore peu prise en compte de ces relations unissant tourisme et nationalisme : l’épanouissement de pratiques touristiques, développées tactiquement dans des espaces au fonctionnement pourtant rigide. Une première catégorie d’entre eux se rattache à la construction d’une nation socialiste souveraine et s’appuie sur la mise en valeur de sites historiques, militaires et révolutionnaires. Une seconde catégorie d’espaces sert la construction de l’unité nationale, au-delà de la diversité ethnique du pays. Leur analyse permettra d’interroger d’une part leur statut touristique, étant à la fois investis par des processions idéologiques et des tactiques plus complexes, notamment de détournement et de faire-semblant, et d’autre part leur rôle dans l’apprentissage de compétences mobilitaires.

3S’intéresser à ces lieux en tant que sites touristiques peut être dérangeant pour des chercheurs européens et nord-américains, habitués à une autonomisation plus franche des pratiques et des lieux dédiés au tourisme. Pourtant, dès lors qu’il s’agit de comprendre l’expansion du tourisme domestique au Việt Nam, il est nécessaire de prendre en compte une gamme plus variée de lieux que ceux installés dans la monofonctionnalité touristique, et où l’apprentissage du tourisme a bel et bien commencé. Ainsi, il devient possible de mieux comprendre le continuum mobilitaire dans lequel s’inscrit le tourisme et à partir duquel il s’autonomise progressivement.

Touristes et construction d’une nation socialiste souveraine

Touristes et hauts lieux du socialisme : en visite chez l’oncle Hồ

  • 4 Bernard Debarbieux, « Haut lieu », J. Lévy et M. Lussault (éd.), ouvr. cit., 2013, p. 490.

4Un haut lieu se définit comme un « lieu qui exprime symboliquement au travers de ses représentations et de ses usages un système de valeurs collectives ou une idéologie »4. En ce sens, le socialisme s’appuie sur un certain nombre de hauts lieux à travers le pays pour valoriser ses principes et ses héros, et ainsi renforcer l’encadrement idéologique des Vietnamiens. Le premier d’entre eux, en termes de notoriété et de fréquentation, est le mausolée de Hồ Chí Minh (lăng chủ tịch Hồ Chí Minh) à Hà Nội.

  • 5 Thierry Sanjuan utilise le terme d’« espace du collectif » plutôt que celui d’« espace public » pou (...)

5La localisation du mausolée participe d’emblée d’une mise en scène solennelle. Il a été édifié en 1973 sur la place Ba Đình, là où fut proclamée pour la première fois l’indépendance du pays en 1945. Il contient la dépouille embaumée de Hồ Chí Minh. En se localisant dans la capitale politique du pays, il renforce sa centralité et son statut de symbole national fédérateur. Autour de lui a été élaboré tout un complexe, où se visitent aujourd’hui le palais présidentiel, sa maison personnelle et ses dépendances, un jardin et un musée de 13000 m² inauguré en 1990. À l’échelle intra-urbaine, le complexe occupe une place d’exception dans Hà Nội. Il s’étend sur une superficie de près de 35 hectares, dans un des plus prestigieux quartiers de la ville, à proximité du lac de l’Ouest, abritant d’anciennes villas coloniales reconverties pour la plupart en bâtiments officiels. Il y constitue une véritable discontinuité dans le tissu urbain. Architecturalement, le mausolée est un bâtiment imposant de plus de vingt mètres de haut en granit sombre de Đà Nẵng. Il donne sur une esplanade de plus de 45000 m² servant aux parades militaires et fonctionnant comme un espace du collectif5. De l’autre côté se trouvent le palais des invités et dans l’alignement le monument commémoratif pour les morts de la patrie (Tượng đài Bắc Sơn). La spécificité du lieu réside également dans les slogans socialistes qui y sont affichés en très grand. À gauche du mausolée lit-on « Vive la République socialiste du Việt Nam ! », à droite « Vive le Président Hồ Chí Minh ! », en face, sur le palais des invités « Vive le Parti communiste du Việt Nam ! » et à l’entrée du mausolée : « Rien n’est plus précieux que l’indépendance et la liberté », une phrase attribuée à Hồ Chí Minh.

6Ce complexe est aussi clairement spécifié par l’encadrement exceptionnel dont il fait l’objet, unique dans le pays. Les militaires et les hôtesses en áo dài sont partout, afin de canaliser les flux et prévenir toute infraction au code de bonne conduite, affiché en de nombreux points. À leur arrivée, les touristes sont dirigés vers de grands parkings à l’ouest du mausolée, avant d’être invités à regagner les deux files d’attente permettant de pénétrer sur le site : celle du musée et celle du mausolée (voir photographie 1, chapitre 3). Ces dernières sont contrôlées : les touristes sont fouillés et délestés de leur appareil photo (photographier la dépouille est interdit). Au sein du mausolée, l’encadrement est encore plus net. La cadence à laquelle les visiteurs avancent est régulée : personne n’étant autorisé à stationner devant la dépouille, la file doit avancer de manière continue. Les téléphones portables et les chapeaux ne sont pas tolérés, tout comme les épaules dévêtues et les mains dans les poches. Le silence est de rigueur et les enfants turbulents sont systématiquement rabroués. Les visiteurs adoptent un comportement sobre une fois à l’intérieur, et font au mieux un signe discret de la tête lorsqu’ils passent devant la dépouille.

  • 6 Entretien réalisé le 06/06/07 dans le complexe avec deux fonctionnaires stagiaires de la police.

7Le mausolée de Hồ Chí Minh est aujourd’hui le site le plus fréquenté du Việt Nam. Il accueille plus de 2 millions de visiteurs en moyenne par an, et son musée a enregistré 1011825 visiteurs en 2010. La foule qu’on y rencontre, en particulier au mois de mai, au cours duquel l’anniversaire de Hồ Chí Minh est commémoré, est impressionnante. C’est également un des rares lieux de visite au Việt Nam où des ethnies « minoritaires » se rendent, fait suffisamment rare pour être signalé (voir photographie 1, chapitre 3). Si les chiffres de fréquentation sont si importants, c’est qu’une partie notable des visiteurs viennent dans le cadre de voyages pris en charge par l’État. C’est le cas des fonctionnaires stagiaires de la police, pour lesquels la visite du mausolée fait partie intégrante de leur cursus, celui-ci proposant notamment un cours intitulé « La pensée de Hồ Chí Minh »6. Les étudiants des filières universitaires en tourisme s’y rendent également souvent, ne serait-ce que pour continuer à l’intégrer dans les visites qu’ils organiseront plus tard. Enfin, le mausolée constitue une sortie scolaire fréquente, et pas seulement pour les écoliers de Hà Nội. Il est courant de venir y présenter les meilleurs élèves du pays, appelés cháu ngoan của Bác Hồ (les enfants sages de l’oncle Hồ). Ceux-ci, habillés d’un uniforme et d’un macaron, comme la petite fille de la photographie 3, viennent y déclamer un poème en l’honneur de Hồ Chí Minh et lui demander de veiller sur eux. Sa personne, dont le portrait est affiché dans toutes les salles de classe du pays, leur est familière, tel un oncle, terme usuel aujourd’hui pour le désigner (Bác désigne indifféremment la sœur ou le frère aîné du père ou de la mère). Préparés en amont par l’école, où des cours sur la vie du président leur ont été dispensés, ces élèves ont fait l’objet d’une sélection pour faire partie de la visite, ce qui lui confère à leurs yeux un statut d’exception, participant à l’altérité qu’ils ressentent.

8À la question « Pourquoi autant de Vietnamiens viennent visiter ce site ? », Mme Ngân, vice-directrice du musée m’a répondu :

  • 7 Entretien réalisé le 12/07/07 au musée Hồ Chí Minh à Hà Nội.

Par amour et par respect pour Hồ Chí Minh. C’est le premier président du Việt Nam. C’est lui qui a construit le pays, le Parti, son indépendance. Le Việt Nam d’aujourd’hui est ainsi grâce à l’oncle Hồ. C’est un héros révolutionnaire et une grande personnalité culturelle. Il est donc normal dans ces conditions de construire de telles infrastructures, car elles honorent le passé et guident le futur7.

Photographie 3 : Acheter des souvenirs au mausolée de Hồ Chí Minh (Hà Nội).

Photographie 3 : Acheter des souvenirs au mausolée de Hồ Chí Minh (Hà Nội).

Cette femme achète des souvenirs à ses fils à droite, tandis que la petite fille de gauche, venue comme « enfant sage de l’oncle Hồ », d’où son uniforme d’écolière, est venue de Thái Nguyên avec son école. La boutique vend non seulement des souvenirs typiques de la geste socialiste vietnamienne (portrait de Hồ Chi Minh, livres...), mais aussi russe (avec les poupées gigognes) et plus généralement des objets touristiques, trouvables n’importe où ailleurs (décoration murale, porte-clés, t-shirts...).

9Les sentences idéologiques allant dans ce sens sont omniprésentes dans le complexe, en particulier dans le musée. Celui-ci rassemble à la fois des effets personnels de Hồ Chí Minh mais aussi des installations montrant l’influence qu’il aurait eue. Il y apparaît toujours comme un homme simple, un président proche de son peuple (d’où son appellation symbolique d’oncle), bien qu’il soit évidemment impossible de savoir dans quelles mesures ces photographies relèvent d’une mise en scène. Les slogans socialistes comme les citations attribuées à Hồ Chí Minh constituent le fil directeur de la visite du musée : « Étudiez et suivez Hồ Chí Minh dans sa morale exemplaire », « Vivre, lutter, travailler et apprendre sur le modèle de Hồ Chí Minh », « Hồ Chí Minh, un exemple de moralité »… Ces phrases s’intègrent dans un discours au sein duquel l’homme est un guide, un modèle à imiter.

10L’identification est un des ressorts essentiels de la propagande socialiste. L’apparente simplicité de Hồ Chí Minh est bien ici à comprendre comme un outil au service de l’adhésion du peuple à l’idéologie officielle. En cela, ce haut lieu incarne la quintessence de l’esprit socialiste (tư tưởng xã hội chủ nghĩa). Les autorités utilisent sa personne pour construire une nation unie. Voilà pourquoi le musée relie systématiquement l’indépendance du pays au socialisme, comme si aucune alternative politique n’avait été possible. La réécriture de l’histoire est ici patente. Dans le guide aux visiteurs, dès le premier paragraphe de la première page, est ainsi expliqué :

Sous sa direction, le peuple vietnamien a mené victorieusement deux résistances pour le salut national, a achevé la libération du pays, la réunification de la patrie. À présent, l’idéologie de Hồ Chí Minh continue toujours à illuminer l’œuvre de renouveau et de développement pour la prospérité, la puissance, la justice sociale et la civilisation au Việt Nam.

11La figure de Hồ Chi Minh est également utilisée dans un réseau national d’une douzaine de sites dédiés à sa mémoire, véritable maillage territorial au service de la geste nationale. Tandis que l’ensemble des vestiges de Kim Liên valorise son pays natal, celui de Vạn Phúc se consacre à la piste éponyme et celui de Pắc Bó commémore l’endroit où il se cacha durant la Seconde Guerre mondiale, et où il écrivit des poèmes publiés depuis.

12Les entretiens menés sur le site montrent que les visiteurs du mausolée témoignent encore souvent d’un attachement fort à Hồ Chí Minh :

  • 8 Entretien réalisé le 31/05/07 avec un groupe de six personnes se réclamant de l’ethnie Tày au musée (...)

Nous avons été très émus devant la dépouille de Hồ Chí Minh. Nous regrettons sa mort et nous voudrions qu’il soit encore vivant pour développer le pays.8

  • 9 Entretien réalisé le 06/06/07 avec une étudiante en tourisme de Hồ Chí Minh Ville, musée Hồ Chí Min (...)

J’étais triste de le voir mort. C’était un grand homme.9

  • 10 Entretien réalisé le 06/06/07 avec une famille de sept personnes venant de Bắc Ninh dans un des caf (...)

Je suis venue ici pour le voir en vrai, pour voir comment il est maintenant. J’étais ému de le voir et cela m’a fait penser à tout ce qu’il avait fait pour le pays.10

13Cet attachement est encore plus marqué chez les écoliers, qui récitent alors leur leçon :

  • 11 Entretien réalisé le 31/05/06 avec Long, élève d’une dizaine d’années de l’école primaire no 2 de T (...)

L’oncle Hồ était une grande personne. Je n’ai pas eu peur en le voyant mort. J’ai surtout beaucoup pensé à lui et à tout ce qu’il avait fait pour le pays.11

14Il serait cependant facile de voir dans ces propos l’unique conséquence de la naïveté et de l’endoctrinement. Dans un endroit aussi encadré, face à une jeune chercheuse blanche inconnue, les enquêtés font plutôt la démonstration de compétences langagières : celles de se conformer à ce qu’ils pensent être attendu, sans qu’il soit réellement possible de savoir au fond ce qu’ils éprouvent.

15Cette compétence langagière indique qu’il serait tout aussi partiel que partial d’envisager le mausolée seulement comme un lieu de propagande au service de la geste nationale. Les pratiques observées in situ témoignent plutôt de la capacité des visiteurs à tirer parti de la situation pour éprouver du plaisir, à utiliser pour leur bien-être ce qui a été pensé par l’armée, propriétaire du site, mais aussi par l’école, l’université ou le syndicat, qui a organisé le voyage. Et c’est bien là que réside une première mise à profit : se faire financer un premier voyage à la capitale, comme en témoigne une part non négligeable d’entretiens. C’est le cas d’un groupe d’étudiantes en tourisme de Hồ Chí Minh Ville, pour lesquelles cette visite s’insère dans un programme chargé non seulement à Hà Nội, mais aussi à travers le pays (elles visiteront également Huế et Hội An). Cela est encore plus vrai pour les enfants sages de l’oncle Hồ, loin d’être tous hanoïens. Avoir été sélectionnés pour visiter le mausolée leur permet de partir aux frais de l’école, ce qui n’est pas rien pour ces enfants de moins de dix ans. Ainsi, l’école primaire no 2 de Thái Nguyên a offert à cinquante-deux élèves leur première visite de Hà Nội le 31 mai 2006.

16Ensuite, même dans ce haut lieu fortement encadré, la liberté buissonnière des visiteurs va souvent crescendo : il est frappant de constater à quel point les gens se détendent dans le jardin, y discutent, y rient et s’y reposent dans l’herbe, après le passage solennel au mausolée. Ils y prennent de nombreuses photographies, qu’ils ne manqueront pas de montrer à leur retour. Ils s’installent confortablement à la buvette et achètent des souvenirs à l’effigie de l’oncle Hồ (timbres, assiettes, t-shirts, livres, cartes postales…) (voir photographie 3). Ils finissent par regagner le musée certes pour son intérêt historique, mais aussi parce que plus trivialement il est climatisé. La visite au mausolée se transforme alors en une bonne occasion de faire une sortie en famille ou entre amis dans un bel endroit calme au centre de la capitale. En ce sens, le lieu fonctionne en partie comme n’importe quel autre lieu touristique du pays, avec sa billetterie pour accéder à son site remarquable mais aussi ses buvettes, ses boutiques de souvenirs et ses photographes, pour ceux qui ne possèdent pas d’appareil, afin d’immortaliser ce moment.

17Le petit Long, de l’école primaire de Thái Nguyên, constitue un bon exemple de cette réappropriation créative du site. S’il m’a récité sa leçon à sa sortie du mausolée, en précisant bien qu’« on vient pas là pour s’amuser mais pour commémorer la mort de Hồ Chí Minh et lui rendre hommage », je l’ai ensuite croisé à la fin de sa visite, près du musée. Débraillé, il venait de jouer au football avec ses camarades et était en train de déguster une glace offerte par les institutrices, qui coulait sur son macaron d’enfant sage. Je lui ai demandé si sa visite se passait toujours aussi bien, ce à quoi il a répondu :

J’ai acheté un souvenir [je n’ai pas compris ni vu le type de souvenir qu’il avait acheté] avec l’argent que mes parents m’ont donné. C’est chouette ici, j’espère qu’on reviendra !

  • 12 Entretien réalisé le 06/06/07 avec une famille de sept personnes venant de Bắc Ninh dans un des caf (...)

18L’après-midi, les enseignantes les ont emmenés au lac de l’Ouest, afin qu’ils « se détendent ». Ainsi, si pour cette classe la visite au mausolée a été la raison principale de leur venue à Hà Nội, ce qui a été pris en charge par l’école pour son contenu éducatif, c’est aussi plus globalement le prétexte à un temps de détente dans un cadre du hors-quotidien, dont cette classe profite dans une perspective qui n’est pas seulement idéologique. L’école joue ici à plein son rôle de passeur : elle apprend aux élèves à gérer pour le plaisir l’altérité ressentie lors d’un voyage à Hà Nội. Très souvent, cette visite s’intègre en fait dans un voyage plus conséquent : « Ce matin, nous visitons le mausolée et cet après-midi, nous irons au zoo, pour ma fille » m’a ainsi expliqué une famille venue de Bắc Ninh12.

  • 13 Entretien réalisé le 26/05/07 à Hà Nội.

19Prendre du bon temps en un tel lieu constituerait même pour certains une sorte de pied-de-nez. Định me confiait ainsi, trente ans plus tard, comment il avait visté le mausolée avec l’école, et ce qu’il en avait surtout retenu : la glace à l’eau offerte à la fin – sucrerie particulièrement rare pendant le Bao Cấp – et comble de bonheur, la deuxième qu’il avait réussi à obtenir en trichant avec un de ses camarades. Aucune honte à le raconter, mais bien plutôt de la malice, comme s’il avait nargué le système, assortie d’un grand éclat de rire13. Ces pratiques récréatives ne rentrent pas en contradiction avec le site : parfois subversives, elles prennent surtout appui sur lui. Il ne s’agit donc pas d’affirmer ici que le mausolée est un site touristique, au même titre qu’un parc d’attractions, mais plutôt de reconnaître plus finement les degrés de touristicité dont l’investissent les visiteurs suivant leurs motivations et la façon dont ils l’intègrent à un circuit touristique. Apparaissent alors toutes les tactiques que les Vietnamiens mettent en œuvre pour faire du tourisme, même avec peu de moyens : profiter du voyage offert par l’organisation de masse, l’université ou la famille, s’y cultiver, mais aussi s’y détendre, s’y amuser, en ramener des souvenirs, voire même s’en moquer.

Tactiques du faire-semblant : se laisser conter la guerre

20La guerre a profondément marqué l’histoire contemporaine vietnamienne. À la guerre de décolonisation qui s’achève en 1954 à Điện Biên Phủ, succède celle entre le Nord et le Sud jusqu’en 1975. Uni et indépendant, le Việt Nam n’en continue pas moins les combats, avec la Chine en 1979 puis le Cambodge jusqu’au début des années 1990. L’État-Parti vietnamien se doit donc de lui donner sens : c’est là un enjeu historique tout autant que de cohésion nationale. Ce processus est intrinsèque à la formation de toute nation : le couple se remémorer/oublier est inséparable de la fabrique d’une conscience nationale. Ainsi, si les sites se rapportant à la guerre de décolonisation et à celle dite américaine sont nombreux à travers le pays, il n’existe aucune infrastructure se rapportant à la guerre contre le Cambodge, où cette fois-ci le Việt Nam fut l’occupant.

  • 14 Benoît de Tréglodé, Héros et révolution au Viêt Nam (1948-1964), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 372-3 (...)

21Le fait que l’État-Parti s’appuie sur certains sites touristiques pour véhiculer sa vision de la guerre peut être considéré comme l’héritage du mobilier idéologique utilisé dans les salles muséales communales créées dans les années 1960 au nord du Việt Nam. Ce relais idéologique s’inscrivait dans une politique d’éducation des masses, au même titre que les maisons de la culture, les bibliothèques et les groupes culturels itinérants. Toutefois, elles étaient très modestes (en 1963, seuls quatre musées provinciaux étaient recensés dans tout le pays) et recevaient le plus souvent des expositions envoyées par les musées de Hà Nội14. Ces salles muséales peuvent donc être au mieux considérées comme des embryons à partir desquels se sont développés des lieux de visite plus conséquents.

22Aujourd’hui, les sites de guerre aménagés pour être visités s’inscrivent dans une perspective tout à la fois mémorielle, historique, éducative et touristique et se caractérisent par leur grande variété : certains se rattachent à la colonisation française, comme à Điện Biên Phủ, d’autres à la guerre dite américaine (comme Củ Chi, Vịnh Mốc ou la DMZ), tandis qu’un même site peut avoir en commun ces deux guerres, comme la prison de Hỏa Lò à Hà Nội ou Côn Đảo. Ils ne développent pas non plus les mêmes approches : certains se rapportent à une thématique, comme au musée des femmes de Hà Nội, d’autres organisent chronologiquement leur narration, comme dans les musées d’histoire du pays. Surtout, les moyens dont ils disposent sont très inégaux, signe en creux de la fréquentation dont ils bénéficient. La muséographie à Điện Biên Phủ apparaît ainsi bien plus désuète que celle du musée des crimes de guerre à Hồ Chí Minh Ville, celui-ci ayant bénéficié de travaux récents. Au-delà de cette variété, tous ces sites présentent néanmoins des points communs frappants dès lors qu’on les considère comme des vitrines de la construction nationale. Cinq sentiments y sont systématiquement exacerbés : l’union, le courage, la défense de la patrie et des idéaux socialistes, la barbarie dont ont été victimes les Vietnamiens et le retentissement mondial des conflits en question. Toutes ces caractéristiques ont pour dessein de fédérer les Vietnamiens autour de ces guerres. En ce sens, ces sites peuvent être considérés comme des fabriques du sentiment national, où des liens étroits sont établis entre construction de la nation et triomphe de l’histoire, celle-ci devenant un véritable spectacle.

  • 15 Entretien avec Mme Võ, vice-directrice du musée des crimes de guerre de Hồ Chí Minh Ville, le 10/04 (...)

23Le rôle assigné à ces sites dans la construction de la nation explique que leur fréquentation y soit fortement encouragée. Ainsi, il existe souvent une double tarification au bénéfice des Vietnamiens. À Củ Chi, au printemps 2005, ils ne payaient par exemple que 15000 đồng, contre 70000 pour les étrangers. Ces sites font en outre l’objet de nombreuses visites scolaires. Le musée des crimes de guerre accueille par exemple entre 80 000 et 90 000 élèves par an, tous niveaux scolaires confondus15. Selon Mme Võ, vice-directrice du musée :

Il est essentiel de montrer ce musée aux plus jeunes, car ceux-ci n’ont pas connu la guerre et il est important d’entretenir la mémoire. Ce musée est un morceau d’histoire vivant pour eux.

24Dans cette perspective, le musée multiplie les activités en direction de ce public : rencontres avec des vétérans, apprentissages de chants patriotiques… Ces incitations expliquent qu’aux excursionnistes, s’ajoutent des Vietnamiens les incorporant à un voyage de plusieurs jours. Leur fréquentation est de ce fait dépendante de leur intégration à une région touristique plus vaste. Ainsi, si Củ Chi est si visité, c’est aussi parce que le site est facilement accessible depuis Hồ Chí Minh Ville. À Hà Nội, c’est également le cas de la prison de Hỏa Lò, des musées militaire, d’histoire et des femmes. En revanche, le musée de Điện Biên Phủ ou encore celui de Buôn Ma Thuột souffrent d’un déficit évident de fréquentation, dû en partie à leur manque d’accessibilité. Il en va de même pour la DMZ : même si elle arrive à capter une partie des touristes se rendant à Huế, elle constitue une région touristique secondaire du pays, en étant relativement mal desservie depuis l’ancienne capitale impériale.

25Sur place, l’incitation à la fréquentation va de pair avec une rigidité du fonctionnement spatial. À Củ Chi par exemple, la visite comprend invariablement deux parties distinctes. Les touristes visionnent d’abord obligatoirement un film de propagande sur le site pendant la guerre. La seconde partie se déroule in situ : les visiteurs gagnent les bois où ils pourront découvrir les souterrains, leurs entrées secrètes et les pièges disposés çà et là. Mais la déambulation est tout sauf libre. Des chemins bitumés relient les différentes attractions et le personnel est très présent pour guider, surveiller, expliquer et faire des démonstrations. La visite a été très clairement pensée en amont : il s’agit d’abord de comprendre le site à travers un film, puis l’expérimenter et d’y consommer, des boutiques de souvenirs et un champ de tir clôturant la visite. Cette rigidité se retrouve également au bagne de Côn Đảo, où il est impossible de se rendre sans guide.

  • 16 Entretien réalisé le 21/11/06 à Hà Nội.

26Dans ce contexte, quels discours et quelles pratiques les touristes développent-ils à l’égard de ces lieux ? Il convient d’abord de remarquer qu’il n’y a pas forcément adéquation totale entre les idées véhiculées par ces sites et ce qu’en pensent effectivement les visiteurs. Ainsi, alors que Dung16 évoquait son dernier voyage en famille à Hồ Chí Minh Ville, je relançai la conversation en lui demandant s’ils avaient été au musée des crimes de guerre, ce à quoi elle répondit :

– Oui, oui, on a été au musée des crimes de guerre [haussement d’épaules et petite moue de la bouche], c’était intéressant. C’est connu, alors on y a été, mais bon […] c’est un peu violent quand même !

27Une autre fois, alors que je racontais à Hằng ma visite au musée des femmes de Hà Nội et que je lui demandais si elle le connaissait, celle-ci me répondit :

  • 17 Entretien réalisé le 23/11/06 à Hà Nội.

Ouais, c’est le genre de trucs qu’on fait avec l’école, mais bon, c’est toujours la même chose, c’est ennuyeux ces trucs !17

28Il est ici intéressant de noter l’importance du lieu de ces paroles : elles n’ont pas été recueillies sur le site, mais après sa visite, dans un cadre privé, en l’occurrence dans le bureau de Dung, où elle était seule, et chez Hằng, où sa mère était présente, mais dans la cuisine. Ni Dung ni Hằng ne m’ont dit avoir adopté ce comportement critique sur place.

29C’est là un art de faire caractéristique d’un pays socialiste comme le Việt Nam : celui du faire-semblant, participant à séparer beaucoup plus nettement ce qu’on pense en privé de ce qui se dit en public. Il s’accompagne de multiples tactiques d’accommodement et d’arrangement.

  • 18 Emmanuel Droit, Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989), Rennes, PUR, 200 (...)

30Suivant un groupe scolaire d’adolescents d’une quinzaine d’années au musée des crimes de guerre de Hồ Chí Minh Ville le 15 juillet 2007, j’ai été frappée par l’efficacité discrète de leurs tactiques : suivre le groupe mais en traînant, circuler tout au long de la visite entre la tête du groupe, pour se faire bien voir par les professeurs, et sa queue, afin de s’amuser avec les camarades, dissimuler les oreillettes de son téléphone portable dans ses longs cheveux permettant discrètement d’écouter de la musique tout en regardant bien en face la guide et lui signifier ainsi son sérieux, bavarder mais en chuchotant, prendre juste ce qu’il faut de notes pour pouvoir rendre le devoir demandé par l’enseignant, quitte à recopier à la hâte sur d’autres camarades avant de monter dans le car du retour, répondre aux attentes des guides et enseignants mais à la deuxième voire troisième injonction, s’asseoir dès qu’on peut et se lever toujours lentement… Ces micro-tactiques plus ou moins affichées de détournement et de résistance montrent à la fois la réflexivité avec laquelle ces adolescents pratiquent le lieu, mais aussi la patience bienveillante avec laquelle les encadrants les tolèrent finalement. Ces élèves, comme le petit Long avec qui j’ai discuté au mausolée de Hồ Chí Minh, se rapprochent en cela beaucoup de ceux étudiés par Emmanuel Droit en RDA : « La plupart des élèves développent donc un double jeu […] Les élèves se sentent confortés dans leur attitude de « dire oui » et de « penser non »18.

31Ces comportements s’inscrivent dans un apprentissage du faire-semblant bien plus large que le tourisme :

  • 19 Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, ouvr. cit., 2010, p. 313.

La plupart des intellectuels et lettrés ou simplement des gens informés qui savent à quoi s’en tenir, vivent étrangement cette situation de ruse et d’esquive perpétuelle. Ils sont en équilibre instable sur la ligne rouge qui sépare ce qu’ils savent de ce qu’ils peuvent dire, ce qui est admis de ce qui ne l’est pas, et cet équilibre doit être maintenu s’ils veulent continuer de travailler sans trop se compromettre.19

32Ces arts de faire sont typiques des mondes socialistes. Ils témoignent de la capacité des individus ordinaires, pris dans un réseau de valeurs et de pouvoir, à composer avec tactique pour faire valoir leur liberté et leur plaisir individuel. Ces tactiques du faire-semblant sont réinvesties dans le tourisme, non pas simplement pour rendre supportables certains lieux, mais plus généralement pour en faire un prétexte de visite officiellement acceptable, alors que celle-ci dépassera en fait largement ce cadre, au profit de pratiques proprement récréatives. C’est une tactique d’acceptation sociale de la pratique touristique qu’il faut donc aussi lire entre les lignes de ces enquêtés.

33Enfin, des pratiques proprement récréatives sont à l’œuvre sur ces sites. Se faire prendre en photo, acheter des souvenirs, rire, se reposer, bavarder, se détendre, se promener, contempler, boire et manger afin de passer un moment agréable en famille ou avec des amis permettent de profiter pleinement de ce déplacement. Cela est particulièrement vrai sur les sites de guerre, où les touristes peuvent in situ approcher les combats passés, en grimpant sur les tanks à Điện Biên Phủ (voir photographie 4), en essayant les pièges à Củ Chi ou en parcourant les tunnels de Vĩnh Mốc. Ces pratiques dépassent largement celles du recueillement : elles relèvent plutôt de la découverte, du jeu et de l’expérimentation. À ce titre, elles sont sources de plaisir, même si celui-ci peut paraître peu convenable. C’est ce qui explique probablement que si ces pratiques sont observables sur le terrain, elles se retrouvent plus difficilement dans les discours recueillis lors des entretiens, signe d’une compétence langagière manifeste. Sur place et même parfois de retour – tout dépend de l’interlocuteur – il s’agit de construire un discours selon un ordre acceptable. En aucun cas cependant, les pratiques touristiques ne peuvent être réduites à ces fragments de discours officialisés.

Photographie 4 : Jouer à la guerre dans un site mémoriel.

Photographie 4 : Jouer à la guerre dans un site mémoriel.

Cette photographie a été prise sur la colline A1 de Điện Biên Phủ. Après avoir grimpé sur le tank, l’un des touristes s’imagine en train de tirer au canon, tandis que l’autre s’en amuse, gratte la peinture, puis essaiera à son tour. La femme en bas attend plus ou moins patiemment la fin de leur jeu, au terme duquel le photographe professionnel à ses côtés proposera une photo souvenir où ils poseront en bonne et dûe forme.

La construction touristique d’une nation pluriethnique unie

Profiter du spectacle de la modernité socialiste : l’exemplarité du barrage de Hòa Bình

  • 20 Anne Raffin, « Postcolonial Vietnam : hybrid modernity », Postcolonial Studies, vol. 11, no 3, 2008 (...)
  • 21 Martine Mespoulet, « Quelle sociologie derrière le rideau de fer ? », Revue d’histoire des sciences (...)

34Dans la continuité du colonialisme, la modernité est un concept important de l’idéologie socialiste, au sein de laquelle elle est envisagée comme source de progrès bienfaisants20. En cela, elle guide les politiques étatiques et sert à les légitimer. L’État socialiste se conçoit fondamentalement comme savant. Dans cette optique, les chercheurs deviennent des experts conseillant les responsables politiques, et les sciences un des éléments au service du changement social21.

35Au même titre que les affiches de propagande ou certaines émissions de télévision, des sites touristiques servent la promotion de cette modernité. C’est le cas du barrage hydroélectrique de Hòa Bình, sur le fleuve Đà, à 75 kilomètres de Hà Nội, construit entre 1979 et 1994 grâce à l’aide soviétique. Considéré comme un chef-d’œuvre de modernisme, il constitue une preuve tangible du développement du pays mais aussi d’un État parfaitement capable de subvenir à ses besoins en se dotant d’infrastructures sophistiquées, à même de dompter la nature en rationalisant les fonctions attribuées à l’espace – des paysans jugés peu productifs, la plupart issus d’ethnies dites minoritaires, ayant été déplacés. Ce barrage endosse donc non seulement une fonction énergétique, mais aussi un rôle dans la construction de la nation socialiste vietnamienne. À cette fin, il est soigneusement mis en scène grâce au tourisme. La modernité socialiste devient alors spectacle.

36Ce spectacle est savamment orchestré, et commence dès la billetterie. La double tarification laisse clairement voir que le tourisme domestique y est fortement encouragé. En août 2006, les Vietnamiens ne payaient en effet que 10000 đồng contre 35000 pour les étrangers. Les visites se font exclusivement en vietnamien, ce qui marginalise de fait les étrangers, et cela d’autant plus qu’elles sont obligatoires : il est impossible de déambuler seul sur le site. Sur la place d’accueil, se trouvent déjà réunis tous les éléments de propagande nécessaires à une mise en vitrine de l’ouvrage. Une fresque y a été peinte où sont représentés les ouvriers ayant œuvré à la construction du barrage, incarnant une figure connue de l’Homme nouveau. Un peu plus loin, un monument rendant hommage aux ouvriers morts durant la construction a été érigé, les hissant au rang de héros s’étant sacrifiés pour la nation. Des chiffres se rapportant au barrage sont également exposés, afin de mettre en valeur son gigantisme : un barrage de 125 mètres de haut et 600 mètres de large, un lac de retenue de 220 kilomètres de long… Ces valeurs absolues ne peuvent qu’impressionner, d’autant qu’elles ne sont jamais comparées à d’autres infrastructures dans le monde, au risque de banaliser cet ouvrage. Le drapeau et l’enseigne du Parti figurent aussi sur cette place, mettant clairement en relation cette infrastructure avec l’État-Parti qui l’a aménagée.

37Le spectacle se poursuit par la visite de la centrale. Après être passés devant la plaque célébrant l’amitié entre Soviétiques et Vietnamiens, les visiteurs s’engouffrent dans un long tunnel qui débouche sur la salle des machines. Des turbines y sont visibles sans qu’il soit possible de s’en approcher et ce n’est qu’en levant la tête qu’on peut apercevoir la salle de contrôle. La mise en scène du site n’a pas été pensée pour rendre compréhensible son fonctionnement. L’immensité de la salle et le fait qu’on ne puisse y déambuler librement créent un sentiment de grandeur et de solennité. Des plans sont certes affichés, mais on ne peut qu’en saisir l’extrême complexité. C’est surtout la technique et la modernité du lieu qui sont mises ici en relief.

38Mais le spectacle ne s’arrête pas là. Si le guide laisse les visiteurs à la sortie du tunnel, ces derniers se rendent ensuite sur le deuxième point d’intérêt du barrage : la statue de Hồ Chí Minh. Pour y arriver, il faut passer par une large promenade, qui permet d’admirer d’un côté le lac de retenue et de l’autre le fleuve et la centrale. Par ses larges trottoirs, ses arbres d’ornement et ses lampadaires, cet espace est un outil concret au service de la mise en paysage du site, qui peut dès lors acquérir une certaine beauté et donc une légitimité. Après les silences perplexes accompagnés de hochements de tête dans la salle des machines, parce qu’elle « en bouche un coin », pour reprendre les termes d’un homme venu avec son épouse et sa fille, ce sont les exclamations qui prennent ici le pas, devant la hauteur des murs du barrage, la longueur des conduites forcées, l’immensité du lac et la puissance des lâchés d’eau. Le caractère d’exception du site se lit dans les corps : les mains sur les hanches, bien campés sur leurs jambes, ou bien accoudés à la rambarde pour s’approcher au plus près du vertige de cette modernité, les yeux s’ouvrent grand, les têtes se lèvent, les langues se délient pour choisir les qualificatifs appropriés et trouver à se repérer dans cette immensité. Les touristes contemplent le spectacle et prennent des photographies.

39De cette promenade, il est déjà possible de voir la statue de l’oncle Hồ. Haute de 18 mètres, elle représente le président debout, montrant le barrage de sa main. Elle est placée sur un tertre de granit et donne sur un belvédère piéton. De là, les visiteurs peuvent avoir une vue plongeante sur le barrage et la ville de Hòa Bình, panorama devant lequel ils aiment se faire photographier. Toutefois, le caractère solennel y est patent : aucun arbre n’y a été planté pour faire de l’ombre, aucun banc n’y a été disposé, le granit lui donne un aspect imposant, et aucune petite boutique de souvenirs ou de boissons ne s’y est installée, à part un vendeur de baguettes d’encens, un brûle-encens ayant été placé devant la statue. Sa localisation, ses dimensions et sa scénographie participent clairement du culte de la personne. Les inscriptions accolées en bas de la statue retranscrivent un poème de Hồ Chí Minh, que l’on peut traduire ainsi : « Rien n’est difficile, de peur que la volonté ne tienne. Creuser la mer et remplir la montagne, on peut y arriver avec une ferme volonté. » Le spectacle est ainsi réinscrit dans la geste nationale et socialiste, glorifiant le barrage de Hòa Bình comme une victoire de la ténacité du peuple vietnamien. Le spectacle galvanise.

40Comme tout spectacle, il comporte sa scène et ses coulisses. Si le barrage de Hòa Bình a d’abord été construit à des fins énergétiques, il n’en reste pas moins que l’accueil des visiteurs y a été clairement pensé. Il en résulte par conséquent une double logique, à la fois de fermeture, pour des raisons sécuritaires et politiques, mais aussi d’ouverture, obligeant à penser l’accès et la mise en scène du site. De nombreux aménagements ont été construits pour les visiteurs : une place d’accueil à l’entrée (avec parking, billetterie, boutiques de souvenirs et toilettes), des espaces de circulation larges et éclairés pour faciliter les flux, des belvédères pour admirer le paysage et prendre des photographies, et même l’organisation d’une visite guidée à tarif préférentiel. Toutefois, les cheminements à l’intérieur du site sont strictement organisés et contrôlés. Il n’y a qu’un sens de visite possible, les barrières et les postes de contrôle étant fréquents. Certaines parties sont inaccessibles, comme la salle des machines, les bureaux administratifs ou les logements du personnel. La visite du site est par ailleurs forcément guidée et payante. Il n’est pas non plus possible de tout photographier, des panneaux interdisant les clichés à certains endroits. Enfin, malgré la visite, il est difficile de comprendre le fonctionnement du barrage et de s’y repérer. Aucune carte ni maquette du site ne sont présentées. Ce n’est qu’en quittant l’esplanade dédiée à Hồ Chí Minh qu’on comprend avoir fait une boucle en retombant sur la voie d’entrée. Dans une certaine mesure, il est donc difficile de comprendre réellement le fonctionnement du lieu, car ce qui est surtout permis ici, c’est de l’admirer.

41Tout bien considéré cependant, le spectacle ne relève pas seulement d’une procession idéologique à laquelle assisteraient docilement les visiteurs. Le groupe auquel je me suis jointe pour la visite du barrage était composé d’une famille vietnamienne et d’étudiants de l’université de droit de Hà Nội, partis pour leur week-end d’intégration dans la région. Ces derniers ont développé des pratiques récréatives évidentes une fois sur le site, participant d’un détournement critique du lieu. Pendant la visite du barrage, ils se sont très vite désintéressés des explications de la guide, l’ont devancée dans le tunnel et ont surtout discuté et plaisanté entre eux, y compris à propos du site. Je les ai ensuite retrouvés près de la statue de Hồ Chí Minh. S’ils ont manifesté de l’intérêt pour celle-ci, ils ont aussi chahuté, se sont pris en photo et ont admiré le paysage. Aucun d’entre eux n’a fait brûler de l’encens devant la statue de l’oncle tutélaire.

  • 22 Entretien réalisé le 17/09/06 près de la statue de Hồ Chí Minh à Hòa Bình. Il ne m’a pas été possib (...)

42À ces tactiques de distanciation, s’articulent des arts de faire relevant davantage de la mise à profit. Quelques dizaines de minutes après le départ des étudiants, est arrivé un groupe de personnes âgées : elles sont restées plus d’une demi-heure sur l’esplanade, à discuter, à se faire photographier, à admirer le paysage et à se recueillir. Les parapluies et éventails qu’elles avaient emmenés leur permettaient de se prémunir de la chaleur. À travers leurs pratiques et leurs discours, la dimension mémorielle était patente. Il s’agissait pour elles de « rendre hommage à celui qui les avait guidés dans la guerre vers l’indépendance »22 et qui avait tant « œuvré pour le développement du pays ». Brûler quelques bâtons d’encens les mains jointes et la tête baissée devant la statue concrétisait leur respect. Au-delà, se remémorer le passé a occupé une grande place dans les discussions. Il est frappant de constater à quel point certaines de ces personnes s’appropriaient personnellement le site pour valoriser leur jeunesse, au cours de laquelle elles se seraient battues pour le socialisme, comme si la glorification du site et celle de leur vie en tant que citoyen vietnamien allaient de pair. Leurs propos, bien évidemment invérifiables, dénotent d’une compétence langagière : celle de la valorisation de soi, en prenant appui sur le site visité. À ces propos s’articulaient des pratiques du plaisir, comme si elles avaient bien mérité leur visite après tant de sacrifices. Ayant visiblement peu l’habitude de faire du tourisme, elles essayaient d’en profiter au maximum. Une dame m’a dit vouloir « faire des photographies pour garder une image joyeuse de personnes qui allaient peut-être bientôt mourir ». Contempler, apprendre, bavarder, rire et se changer les idées ont été au cœur de leur journée. Elles ont ainsi bien profité du spectacle – « s’en payer une bonne tranche » comme me confia l’une d’entre elles. Ces pratiques et ces propos montrent au demeurant qu’une prise de distance est possible, détournant la mise en scène et permettant des usages récréatifs plus spontanés.

Apprivoiser l’Autre et mettre en ordre la diversité : les musées d’ethnologie

43La quête de modernité scientiste dans laquelle s’inscrit le socialisme a également des répercussions sur la façon de considérer les groupes ethniques au Việt Nam. Le rapport à la nature que porte la modernité, en la séparant distinctement de la culture, induit une volonté de la maîtriser et de l’exploiter, comme à Hòa Bình. Ce caractère sauvage attribué à la nature est également valable pour les peuples qui y vivent. Porteurs de cette modernité, les Kinh se chargent officiellement d’une mission civilisatrice à leur égard, laquelle se traduit de deux façons : intégrer les ethnies « minoritaires » au sein du pays et participer à leur développement. De ce fait, les Kinh se sont appropriés la fabrique de l’unité nationale, en tentant de maîtriser cette diversité, potentiellement source de divisions. Il existe un lien de filiation évident entre cette conception moderniste de l’ethnicité et celle développée par le pouvoir colonial français, montrant des circulations dans la conception de l’Autre et de l’altérité. Or, celle-ci peut constituer un terreau fertile à la mobilité touristique, à condition qu’elle soit construite de manière rassurante. Les musées d’ethnologie y participent en mettant en ordre la diversité ethnique du pays.

  • 23 Voir notamment à ce sujet : Frédéric Fortunel, L’État, les paysanneries et les cultures commerciale (...)

44Il existe aujourd’hui trois grands musées d’ethnologie dans le pays. Le plus ancien est celui des cultures et des ethnies du Việt Nam à Thái Nguyên, créé en 1960. Le plus récent est celui de Hà Nội, inauguré en 1997. Il existe également un musée à Buôn Ma Thuột. La localisation de ces trois musées est en soi intéressante. L’un se trouve dans la capitale et le deuxième dans son giron immédiat (à 75 kilomètres au nord), ce qui renforce leur caractère symbolique de représentativité nationale. Le troisième musée se situe dans les plateaux du Centre, région où des conflits importants ont éclaté entre Kinh et ethnies « minoritaires » locales23. Contrairement aux deux autres, ce musée se concentre sur les ethnies de la région, signe d’une valorisation de leurs cultures, tout autant qu’une forme subtile de contrôle social à leur égard.

  • 24 Entretien avec M. Nguyễn Văn Huy, directeur du musée d’ethnologie de Hà Nội d’octobre 1995 à décemb (...)
  • 25 Catalogue du musée d’ethnographie du Vietnam, 1997, p. 9.
  • 26 Informations obtenues lors d’un entretien avec l’ethnologue Christine Hemmet, qui a participé à la (...)

45Dans tous ces musées, est affirmé très clairement le principe suprême d’union nationale, au-delà de la diversité ethnique du pays. Le musée de Hà Nội vise ainsi « une meilleure compréhension mutuelle des ethnies, au service de l’union nationale », et organise pour cela des actions auprès des scolaires, « afin d’éduquer les jeunes générations au respect des différentes cultures »24. À Buôn Ma Thuột, c’est un buste de Hồ Chí Minh qui accueille les visiteurs, avec un extrait de la lettre qu’il adressa à la conférence des ethnies « minoritaires » de Pleiku le 19 avril 1946 : « Qu’il s’agisse des gens de l’ethnie Kinh ou Thô Mường ou Mãn, Gia Rai ou Ê Đê, XƠ Đăng ou Ba Na, et des autres ethnies minoritaires, ils sont tous des Vietnamiens. Ils sont tous frères, de la même famille. » Cependant, il existe bel et bien une hiérarchie au sein de cette union nationale : celle-ci reste en effet chapeautée par les Kinh, comme l’explique le catalogue du musée de Hà Nội : « Les Viet ont su fédérer autour d’eux les ethnies sœurs pour construire et défendre la nation vietnamienne25. » À ce titre, la répartition de ces ethnies dans le musée est intéressante. À Hà Nội, elle a nécessité deux ans de discussion. Les responsables pensèrent d’abord faire une sectorisation spatiale, en présentant successivement les ethnies du Nord-Ouest, du Nord-Est, du Centre et du Sud. Si ce découpage semblait a priori neutre, il n’avait cependant aucune pertinence ethnologique, si bien que l’idée fut abandonnée. Émergea alors celle de créer au rez-de-chaussée un parcours autour des grandes civilisations du Việt Nam (Việt, Hoa, Chăm et Khmer) complété au second par un parcours ethnolinguistique. Politiquement incorrecte, car accordant trop de place aux Chinois et aux Khmers, cette proposition fut également écartée. Finalement, le parcours ethnolinguistique fut choisi pour l’ensemble du musée26. L’espace accordé à chaque ethnie est aussi instructif. Le parcours commence par l’ethnie kinh, qui occupe à elle seule 40 % de la surface du rez-de-chaussée, lequel est par ailleurs entièrement consacré à son groupe ethnolinguistique : celui des Việt-Mường. Les autres groupes se partagent le deuxième étage, beaucoup moins fréquenté.

46L’altérité de ces groupes ethniques est non seulement mise en ordre dans l’espace mais aussi dans la présentation dont ils font l’objet, reposant sur la catégorisation et la typification, héritées pour partie de l’époque coloniale. Les ethnies sont présentées les unes à la suite des autres, ignorant de fait les interactions et les influences qui existent entre elles, par l’intermédiaire des échanges commerciaux et matrimoniaux notamment. À chaque ethnie correspond un certain nombre d’objets singuliers, difficilement datés, qui la résument autant qu’ils la spécifient : des vêtements, des instruments de musique, des paniers, des ustensiles de cuisine, une architecture domestique… La présentation catégorielle de ces groupes concourt à mieux les cerner et à les définir, et par conséquent à apprivoiser leurs différences. C’est d’ailleurs une mission que se fixe officiellement le musée d’ethnologie de Hà Nội :

  • 27 Entretien avec M. Nguyễn Huy, directeur du musée d’ethnologie de Hà Nội d’octobre 1995 à décembre 2 (...)

Le musée permet de trouver des points communs entre ces cultures, comme celui des morts ou les rites autour de la naissance et du mariage. Malgré les différences apparentes, des points communs existent.27

47La typification participe à créer une nation en miniature : en offrant une représentation en si petit de la diversité ethnique du territoire, elle devient le symbole d’une unité rassurante. Cette miniaturisation se retrouve dans la production de souvenirs, que l’on peut acheter dans les boutiques de ces musées, mais aussi dans les grands centres urbains et surtout en montagne, précisément là où vivent ces groupes « minoritaires ». Les paniers, vêtements, instruments de musique, couvertures… ont dès lors acquis une certaine beauté aux yeux des touristes, voire une autre utilité, par le détournement dont ils font ensuite l’objet dans leur quotidien. Ainsi, la consommation touristique peut servir l’appropriation d’objets au service d’un sens esthétique renouvelé. En ce sens, ces musées peuvent participer à modifier les rapports interethniques au sein du pays.

48Cette mise en ordre rassurante de la diversité ethnique nationale explique que la visite d’un musée d’ethnologie peut constituer un point de départ à un futur séjour touristique. Il est en effet frappant de constater la référence récurrente au musée d’ethnologie de Hà Nội, et dans une moindre mesure de Thái Nguyên, dans le discours de touristes rencontrés en montagne, spécialement à Sa Pa. Tout se passe en effet comme si le musée avait attisé la curiosité des Kinh, les incitant à découvrir ces populations in situ. Dans l’entretien biographique que Minh m’a accordé (voir chapitre 3), celui-ci mentionna son séjour à Hòa Bình pour rencontrer les ethnies locales. C’est aussi le cas pour le groupe Phan Xi Păng qui s’est rendu à Hà Giang au printemps 2008 (voir chapitre 3). Or toutes ces personnes avaient précédemment visité le musée d’ethonologie de Hà Nội. Même si ces pratiques peuvent être encore considérées comme modestes, il est légitime de penser qu’elles iront en s’accroissant, la génération des écoliers s’étant rendue dans ces musées devenant progressivement autant d’adultes en mesure de faire du tourisme.

  • 28 Source : Newsletter du musée, 1er trimestre 2013.

49Au final, ces musées sont doublement touristiques : à l’échelle nationale, par les séjours qu’ils participent à concrétiser auprès des ethnies « minoritaires », et à l’échelle locale, par la fréquentation directe dont ils bénéficient. En 2012, le musée d’ethnologie de Hà Nội a ainsi accueilli 453 118 visiteurs dont 66 % de Vietnamiens28. À côté de la rigidité des expositions permanentes se multiplient les animations temporaires, tels des ateliers de tissage et de poterie au cours desquels des membres d’ethnies « minoritaires » font des démonstrations, ou encore des fêtes présentées comme traditionnelles, entendues le plus souvent kinh, pour le Tết et la mi-automne (Tết Thrung Thu). Ces activités organisées sur le mode ludique permettent l’épanouissement de pratiques récréatives. Certaines n’ont d’ailleurs plus tellement de rapport avec le contenu idéologique du lieu. Des Vietnamiens viennent simplement boire un verre dans le cadre agréable du jardin du musée à Hà Nội, havre de calme et de verdure au sein de la capitale. Mieux encore, il est de plus en plus fréquent d’y croiser de jeunes couples y faisant leurs photographies de mariage, les maisons ethniques qui y ont été construites leur servant de décor. Ces usages montrent combien ces musées sont des objets complexes, qui même s’ils véhiculent un discours national fort, font l’objet de pratiques de distanciation et de réappropriation par les visiteurs.

*

50Les lieux ici envisagés apparaissent fondamentalement comme hybrides, entre tourisme et construction nationale. Opposer dos à dos ces usages ne serait être pertinent, comme si les touristes dénaturaient le message politique du site, ou comme si ce dernier contraignait trop fortement les pratiques pour les qualifier de touristiques. En effet, ce raisonnement postule à une pureté du site idéologique comme de celui touristique, envisageant négativement toute hybridation entre les deux. Les touristes ne dénaturent pas ces lieux, puisque leur accueil y est pensé par l’État. Ces sites ne contraignent pas totalement les pratiques touristiques, puisque certaines relèvent bien du repos, de la détente et du divertissement, sans qu’elles soient pour autant interdites. L’un ne va pas sans l’autre : le tourisme participe à redynamiser la fréquentation de ces lieux, et parce que ceux-ci existent, alors l’État prend en charge le déplacement touristique. Les interactions entre construction nationale et tourisme apparaissent ainsi comme très complexes, non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps. En effet, au-delà de la fréquentation ponctuelle de ces sites, ces derniers alimentent l’apprentissage de compétences mobilitaires et la mise en désir du territoire national, pouvant être ensuite réinvesties dans d’autres voyages.

51La question principale n’était donc pas ici de décider si le mausolée de Hồ Chí Minh ou le musée de Điện Biên Phủ étaient ou non touristiques. Ainsi posée, l’interrogation est trop manichéenne pour être vraiment heuristique. Il s’agissait plutôt de comprendre les degrés de touristicité de ces lieux, à la lumière des arts de faire qu’y déploient les touristes domestiques. S’il est évident que ces endroits ne peuvent être désignés comme touristiques au même titre qu’une station balnéaire, les réduire à des rituels nationalistes est tout aussi gênant. Prendre en compte le degré de touristicité de ces sites offre en revanche un cadre stimulant pour analyser la capacité des Vietnamiens à prendre appui sur des lieux codifiés par l’État pour déployer des arts de faire touristiques : l’utilisation pragmatique, pour se faire financer un court séjour, le détournement par l’amusement, le faire-semblant, la mise à distance réflexive, critique, voire moqueuse, ou encore la valorisation de soi à travers la glorification de la nation vietnamienne. À ce titre, ces sites sont de véritables laboratoires de l’habiter touristique vietnamien.

Notes

1 Nguyễn Huy Thiệp, Un général à la retraite, Paris, Picquier, 2008 (réed.), p. 47.

2 Benedict Anderson, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002, p. 19.

3 Voir notamment : Anne Gaugue, « Géopolitique des musées en Afrique : la mise en scène de la nation », Hérodote, no 65/66, 1992, p. 289-309 ; Marguerite Shaffer, See American First, Tourism and National Identity (1880-1940), Washington and London, Smithsonian Institution Press, 2001 ; Christine Cabasset, Indonésie, le tourisme au service de l’unité nationale ?, ouvr. cit., 2001 et Nyiri Pál, Scenic Spots : Chinese Tourism, the State and Cultural Authority, Washington, University of Washington Press, 2005.

4 Bernard Debarbieux, « Haut lieu », J. Lévy et M. Lussault (éd.), ouvr. cit., 2013, p. 490.

5 Thierry Sanjuan utilise le terme d’« espace du collectif » plutôt que celui d’« espace public » pour désigner certaines places, comme celle Tian'anmen à Pékin, destinées à célébrer le régime. Thierry Sanjuan « Espace public », Dictionnaire de la Chine contemporaine, T. Sanjuan (éd.), Paris, Armand Colin, 2007, p. 99-100. Ce qualificatif n’exclut cependant pas l’épanouissement de certaines pratiques récréatives plus spontanées. La place Ba Đình est ainsi appréciée les soirs d’été pour sa fraîcheur par de nombreuses familles hanoiennes qui viennent s’y détendre, bavarder, jouer au badminton et faire du tập thể dục (sorte de gymnastique).

6 Entretien réalisé le 06/06/07 dans le complexe avec deux fonctionnaires stagiaires de la police.

7 Entretien réalisé le 12/07/07 au musée Hồ Chí Minh à Hà Nội.

8 Entretien réalisé le 31/05/07 avec un groupe de six personnes se réclamant de l’ethnie Tày au musée Hồ Chí Minh à Hà Nội.

9 Entretien réalisé le 06/06/07 avec une étudiante en tourisme de Hồ Chí Minh Ville, musée Hồ Chí Minh, Hà Nội.

10 Entretien réalisé le 06/06/07 avec une famille de sept personnes venant de Bắc Ninh dans un des cafés du complexe.

11 Entretien réalisé le 31/05/06 avec Long, élève d’une dizaine d’années de l’école primaire no 2 de Thái Nguyên, dans les jardins du complexe Hồ Chí Minh, Hà Nội.

12 Entretien réalisé le 06/06/07 avec une famille de sept personnes venant de Bắc Ninh dans un des cafés du complexe Hồ Chí Minh à Hà Nội.

13 Entretien réalisé le 26/05/07 à Hà Nội.

14 Benoît de Tréglodé, Héros et révolution au Viêt Nam (1948-1964), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 372-373.

15 Entretien avec Mme Võ, vice-directrice du musée des crimes de guerre de Hồ Chí Minh Ville, le 10/04/07.

16 Entretien réalisé le 21/11/06 à Hà Nội.

17 Entretien réalisé le 23/11/06 à Hà Nội.

18 Emmanuel Droit, Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989), Rennes, PUR, 2009.

19 Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, ouvr. cit., 2010, p. 313.

20 Anne Raffin, « Postcolonial Vietnam : hybrid modernity », Postcolonial Studies, vol. 11, no 3, 2008, p. 329-344.

21 Martine Mespoulet, « Quelle sociologie derrière le rideau de fer ? », Revue d’histoire des sciences humaines, no 16, 2007, p. 3-10.

22 Entretien réalisé le 17/09/06 près de la statue de Hồ Chí Minh à Hòa Bình. Il ne m’a pas été possible d’identifier précisément ces personnes : plusieurs d’entre elles se sont rassemblées autour de moi pour répondre collectivement à mes questions, si bien que je n’ai pas pu clairement déterminer les auteurs des phrases ici reportées.

23 Voir notamment à ce sujet : Frédéric Fortunel, L’État, les paysanneries et les cultures commerciales pérennes dans les plateaux du Centre Viet Nam, l’autochtonie en quête de territoire, Thèse de géographie, Toulouse le Mirail, 2003.

24 Entretien avec M. Nguyễn Văn Huy, directeur du musée d’ethnologie de Hà Nội d’octobre 1995 à décembre 2006, réalisé le 03/07/07 au musée d’ethnologie de Hà Nội.

25 Catalogue du musée d’ethnographie du Vietnam, 1997, p. 9.

26 Informations obtenues lors d’un entretien avec l’ethnologue Christine Hemmet, qui a participé à la création du musée, au quai Branly le 28/05/09.

27 Entretien avec M. Nguyễn Huy, directeur du musée d’ethnologie de Hà Nội d’octobre 1995 à décembre 2006, organisé le 03/07/07 au musée d’ethnologie de Hà Nội.

28 Source : Newsletter du musée, 1er trimestre 2013.

Table des illustrations

Titre Photographie 3 : Acheter des souvenirs au mausolée de Hồ Chí Minh (Hà Nội).
Légende Cette femme achète des souvenirs à ses fils à droite, tandis que la petite fille de gauche, venue comme « enfant sage de l’oncle Hồ », d’où son uniforme d’écolière, est venue de Thái Nguyên avec son école. La boutique vend non seulement des souvenirs typiques de la geste socialiste vietnamienne (portrait de Hồ Chi Minh, livres...), mais aussi russe (avec les poupées gigognes) et plus généralement des objets touristiques, trouvables n’importe où ailleurs (décoration murale, porte-clés, t-shirts...).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Photographie 4 : Jouer à la guerre dans un site mémoriel.
Légende Cette photographie a été prise sur la colline A1 de Điện Biên Phủ. Après avoir grimpé sur le tank, l’un des touristes s’imagine en train de tirer au canon, tandis que l’autre s’en amuse, gratte la peinture, puis essaiera à son tour. La femme en bas attend plus ou moins patiemment la fin de leur jeu, au terme duquel le photographe professionnel à ses côtés proposera une photo souvenir où ils poseront en bonne et dûe forme.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 671k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search