Version classiqueVersion mobile

L'invitation au voyage

 | 
Emmanuelle Peyvel

Partie 1. De l'importance des tactiques touristiques vietnamiennes

Chapitre II

Raffiner

Texte intégral

1Si les statistiques précédentes ne laissent aucun doute sur le déploiement croissant de compétences et tactiques mises en œuvre par les Vietnamiens pour faire du tourisme, le mirage du « tous touristes » ne doit cependant pas induire en erreur. Par conséquent, mener une géographie sociale des pratiques touristiques, afin d’en révéler les inégalités et les rapports de pouvoir, se révèle essentiel. L’apprentissage de compétences mobilitaires à des fins récréatives et la capacité à en user tactiquement restent socialement et spatialement discriminants. En outre, le continuum mobilitaire dans lequel s’insère aujourd’hui le tourisme domestique relève d’une capitalisation heurtée de compétences collectives, du fait de l’instabilité politique contemporaine du pays. Après avoir quantifié, il devient à présent nécessaire de raffiner, afin de répondre à trois questions : qui possède des compétences touristiques et en use tactiquement au Việt Nam, depuis quand et où ?

Acquérir des compétences mobilitaires à la faveur du changement social

Des Vietnamiens de plus en plus citadins, salariés et riches

  • 1 Laurène Tallon et Marc Cagnard, Fiche pays Vietnam, UBIFRANCE, 2012.
  • 2 DIAL (équipe), Conditions d’accès et impact distributif de l’adhésion du Vietnam à l’OMC, Đà Nẵng, (...)
  • 3 Laurène Tallon et Marc Cagnard, ouvr. cit., 2012.

2Depuis une vingtaine d’années, le Việt Nam enregistre une forte croissance, 6 % en moyenne depuis 25 ans, soit la troisième plus forte de toute l’Asie. Ses fruits sont relativement bien distribués, comme en témoigne l’évolution de son PIB/habitant, passé de 440 $ en 2002 à 2 052 $ en 2014 selon la Banque mondiale, le classant désormais dans la catégorie des pays à revenus intermédiaires. L’accroissement généralisé du niveau de vie est également corrélé par l’indice de développement humain, qui se montait à 0,638 en 2013, et par le taux de pauvreté, passé de 58 % à moins de 14 % de la population entre 1993 et 20101. La hausse des salaires témoigne aussi de cette tendance, avec un taux annuel moyen de +4,6 % entre 1997 et 20042. Toutefois, ces augmentations se sont surtout concentrées dans les secteurs industriel et tertiaire, au détriment de celui agricole. Ainsi, si le salaire moyen mensuel était de 3,84 millions de đồng en 2011, il atteignait les 15,98 millions de đồng dans le secteur de la finance, des banques et des assurances. En 2013, d’après la Banque mondiale, l’agriculture ne représentait plus que 18,4 % du PIB du pays, contre 38,3 % pour l’industrie et 43,3 % pour les services3. Le Việt Nam a fortement développé son dynamisme à l’exportation, qui s’explique par le désarmement tarifaire relativement rapide depuis les années 1990, confirmé par l’adhésion du pays à l’OMC en 2007.

  • 4 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, Le consommateur vietnamien, UBIFRANCE, 2008.
  • 5 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, Report on Labour Force Survey 20 (...)
  • 6 Ibid., p. 12.

3La moitié de la population gagne aujourd’hui mensuellement entre 250 et 435 dollars, tandis qu’en 2007 17 % de la population bénéficiait d’un revenu mensuel de plus de 435 dollars4 et que 10 % des ménages urbains avaient des revenus annuels dépassant les 11 000 dollars. Toutefois, les citadins restent privilégiés dans le partage de cette richesse : le PIB/habitant en milieu urbain est aujourd’hui estimé à six fois celui en milieu rural. Ce sont bien les ménages urbains qui semblent d’abord et surtout profiter de la croissance : entre 1999 et 2005, la progression de leurs revenus a été de 73 %. C’est à Hồ Chí Minh Ville que le salaire moyen est le plus élevé, en atteignant les 4,1 millions de đồng/mois. Ce record est à mettre en relation avec la structure économique de la ville : 64,4 % de la main-d’œuvre effectivement employée travaille dans les services, contre 33 % dans le secteur industriel5. En 2013, le salaire mensuel moyen d’un travailleur vietnamien était de 3476000 đồng, pour 4919000 en ville6 (soit environ 230 contre 160 dollars). Incontestablement, ces citadins aisés forment aujourd’hui le vivier du tourisme domestique, même s’ils ne le résument pas.

  • 7 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, ouvr. cit., 2008.
  • 8 Patrick Gubry, Vũ Thị Hồng et Lê Văn (éd.), Les chemins vers la ville, la migration vers Hô Chi Min (...)
  • 9 Ibid.

4Cette répartition inégale des richesses renvoie à des économies urbaines en pleine croissance, commandant une urbanisation galopante. Ainsi, Hồ Chí Minh Ville et Hà Nội concentrent à elles seules 75 % de la production industrielle et 90 % des investissements directs étrangers du pays7. L’augmentation de la population urbaine traduit également ce dynamisme : si elle représentait 20,1 % de la population totale en 19898, elle en représente désormais plus du tiers. Entre 1999 et 2009, le taux moyen de croissance urbaine a été de 3,4 % alors que dans le même temps, les espaces ruraux n’enregistraient qu’une croissance démographique de 0,4 %. Selon la Banque mondiale, 13 % de la population vit désormais dans une agglomération de plus d’un million d’habitants. Le Việt Nam apparaît ainsi comme un pays très peuplé et de plus en plus urbanisé. D’après le dernier recensement de la population (2009), la circonscription administrative de Hà Nội comptait 6451909 habitants et celle de Hồ Chí Minh Ville 7162864 habitants. L’Office national des statistiques prévoit au minimum un taux de croissance urbaine de 2,3 % jusqu’en 20249.

  • 10 DIAL (équipe), Conditions d’accès et impact distributif de l’adhésion du Vietnam à l’OMC, ouvr. cit (...)
  • 11 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, ouvr. cit., 2014, p. 8.
  • 12 DIAL (équipe), ouvr. cit., 2008, p. 43.

5Ces citadins, de plus en plus riches et nombreux, sont souvent salariés. Le taux de salarisation est passé de 19 % en 1997 à 32 % de la population active vietnamienne en 200410 ; mais s’il atteint le quart de la population active effectivement occupée en milieu rural, il bondit à la moitié de celle urbaine (respectivement 23 % et 50,2 % de la main-d’œuvre11). Les secteurs industriels et de service enregistrent les plus forts taux de salarisation : près de 47,6 % des actifs occupés dans les services étaient ainsi salariés en 2004, 72,2 % dans le textile et 97,3 % dans le bâtiment. De plus, le salariat est surtout développé au sein de la main-d’œuvre qualifiée : si en 2004, 86,4 % de celle-ci étaient salariés, ce taux passait à 49,4 % pour la main-d’œuvre semi-qualifiée et à 25,1 % pour celle non-qualifiée12.

Temps libres et souci de soi

6La salarisation croissante de la main-d’œuvre citadine introduit des changements durables dans la gestion de son temps. Lorsqu’une population vit principalement en milieu rural d’une économie agricole, le rythme de travail dépend essentiellement de celui des récoltes, autorisant peu de congés. Quand bien même il existe des temps où l’on ne travaille pas, ils correspondent le plus souvent à un désœuvrement forcé au cours de la morte-saison. Ils ne sont donc pas vraiment choisis, et par conséquent plus difficilement structurables en temps libres, au cours desquels l’individu peut construire un projet de recréation. Souvent d’ailleurs, cette interruption du travail est mise à profit pour exercer temporairement une autre activité rémunératrice, par exemple artisanale, ou pour se faire embaucher à la ville. En milieu urbain, en revanche, un salarié du secteur industriel ou des services vit selon une séparation de son temps de travail et de son temps libre beaucoup plus structurée. Le simple fait de bénéficier d’un contrat hebdomadaire ou mensuel, et non plus journalier, garantit une régularité non seulement des revenus mais aussi de l’emploi du temps. Celle-ci favorise indirectement la structuration et le financement du temps libre, et donc l’organisation des mobilités touristiques.

7Au Viêt Nam, cette structuration est régie par le code du travail, adopté par l’assemblée de la ixe législature le 23 juin 1994. Aujourd’hui, la durée légale du travail est de huit heures par jour et de quarante-huit heures par semaine (chapitre 7, article 68), celle-ci pouvant être abaissée pour des métiers très pénibles. Toutes les heures supplémentaires effectuées doivent être majorées selon l’article 61, d’au moins 50 % (les jours ouvrables) jusqu’à 100 % (pour les jours de repos hebdomadaires) et 200 % (pour les jours fériés et les congés payés). Elles sont en outre limitées à quatre heures par jour et deux cents heures par an (sauf cas spécial où elles peuvent atteindre les trois cents heures). D’après l’article 72, « le salarié a droit à un repos hebdomadaire d’une durée minimale de 24 heures consécutives » ou de quatre jours par mois si le repos hebdomadaire est impossible. L’article 73 fixe strictement le nombre de jours fériés incompressibles, auxquels s’ajoutent des congés payés annuels fixés par l’article 74 et des congés pour raisons personnelles définis par l’article 78. L’encart 1 résume tous les jours de repos auxquels a légalement droit un salarié au Việt Nam, sachant que son ancienneté lui permet d’en obtenir davantage : d’après l’article 75, un salarié gagne un jour de congé supplémentaire tous les cinq ans.

  • 13 Ibid.
  • 14 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, ouvr. cit., 2014, p. 36.

8Toutefois, il est difficile de connaître l’importance des infractions commises à l’encontre de ces lois, si effectivement toutes les heures supplémentaires sont payées et si tous les jours de congés sont vraiment octroyés, et cela d’autant plus qu’une part importante de l’économie est aujourd’hui informelle (estimée à près du quart de l’emploi au niveau national13). En outre, il est impossible de savoir dans quelle mesure les salariés vietnamiens ne préfèrent pas gagner de l’argent plutôt que profiter de leurs congés. L’article 76 précise en effet que « le salarié qui n’a pas pris de congé annuel bénéficie de la rémunération correspondante à la période de référence ». Au final, certains Vietnamiens peuvent bénéficier de moins de congés que prévu : en 2013, 36,1 % de la population active effectivement employée travaillait en réalité plus de quarante-huit heures par semaine14. À l’inverse, d’autres sont plus chanceux. Certaines entreprises et administrations étrangères peuvent octroyer des jours supplémentaires, notamment afin de respecter les fêtes et vacances scolaires de leur personnel expatrié. Sous certaines conditions, les Vietnamiens y travaillant peuvent en profiter (voir encart 3 sur Minh, attaché de communication dans une entreprise étrangère). Toutefois, ces exceptions bénéficient davantage aux cadres qu’aux ouvriers, à ceux travaillant aux sièges, localisés généralement à Hà Nội et Hồ Chí Minh Ville, que dans les usines périurbaines et rurales, renforçant un peu plus les discriminations sociales et spatiales.

  • 15 Patrick Gubry, Lê Thị Hương, Nguyễn Thị Thiềng, Phạm Thủy Hương, Trần Thị Thanh Thủy et Vũ Hoàng Ng (...)

9Ainsi, le fait que le Việt Nam compte de plus en plus de salariés travaillant en ville dans les secteurs secondaire et tertiaire crée un contexte favorable à l’épanouissement de mobilités touristiques. En effet, il en résulte non seulement des richesses, pouvant être utilisées pour un projet touristique, mais aussi et surtout une nouvelle gestion du temps. Un week-end est progressivement en train de se structurer, plus volontiers dévolu au repos et aux distractions, même si on continue à travailler15. Des outils pour gérer son temps commencent également à apparaître, comme les agendas (spécialement sur smartphones). Cet état de fait est important à souligner, car il permet de complexifier l’approche de la classe moyenne, habituellement définie par ses revenus. S’il est vrai que celle-ci a de plus en plus d’argent, elle a aussi de plus en plus de temps libres et d’outils pour en profiter, et ce faisant donner sens à la richesse nouvellement acquise (voir infra).

  • 16 Central population and housing census steering committee, Vietnam population and housing census 200 (...)
  • 17 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, Le consommateur vietnamien, ouvr. cit., 2008

10L’évolution des mentalités s’explique également par la jeunesse du pays, massivement éduquée et soignée, socialisme oblige. D’après le dernier recensement de la population (2009), le Việt Nam compte 85,8 millions d’habitants, dont 53,7 % ont moins de 30 ans16. Le taux d’alphabétisation du pays est de 94,5 %. Moins de 5 % de la population n’a jamais été à l’école, tandis que 93 % des Vietnamiens savent lire et écrire ; 41,5 % d’une classe d’âge ont le baccalauréat et 32,1 % sont allés à l’université17. Ces statistiques ne reflètent pas seulement des apprentissages formels, sanctionnés par des diplômes : l’école est aussi à comprendre comme un lieu d’apprentissage à la mondialisation et à la mobilité, où les élèves étudient les langues étrangères et la géographie, voire font des sorties scolaires. En cela, elle est un passeur d’altérité efficace (voir chapitre 5).

*

  • 18 Danh Buy, Christelle Peyran et Marc Cagnard, Les télécommunications au Vietnam, UBIFRANCE, 2014.
  • 19 État du Monde, 2008.
  • 20 Victor T. King, Nguyễn An Phương et Nguyễn Hữu Minh, « Professional middle-class youth in post-refo (...)
  • 21 Lisa Drummond et Mandy Thomas (éd.), Consuming urban culture in contemporary Vietnam, Londres et Ne (...)

11Ces jeunes citadins éduqués, en bonne santé et de plus en plus riches s’insèrent aisément dans la société de consommation et de communication. Aujourd’hui, le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile est de 142,44 millions (ce qui signifie qu’on compte 1,5 abonnement/Vietnamien). La couverture du pays en haut débit est de 85 %, tandis que la proportion de ménages équipés en ordinateur et en haut débit oscille entre 20 et 30 %18. Si en 1985, 33 téléviseurs pour 1000 habitants étaient comptabilisés dans le pays, en 2003, cette proportion a bondi à 208 ‰19. La télévision est une des activités favorites de cette jeunesse20, surtout avec la réception des chaînes étrangères, notamment chinoises et coréennes. Il en va de même pour les DVD (dont les versions pirates se trouvent très facilement pour quelques milliers de đồng quand elles ne sont pas téléchargeables directement sur Internet) et les mangas, d’importation chinoise, thaïlandaise et japonaise. Ces pratiques contribuent à améliorer leur insertion dans la mondialisation, à accroître leurs compétences mobilitaires et à construire leur citadinité : circuler à moto, sortir dans un karaoké ou un café, fréquenter une salle de sport ou faire du shopping, se rendre dans un salon de beauté ou chez la couturière sont autant de pratiques de plus en plus courantes chez les citadins vietnamiens21. Mobilités urbaines, récréatives et sociales s’imbriquent finement : les Vietnamiens s’appuient en partie sur la sphère récréative pour donner à voir leur réussite sociale et construire leur identité citadine.

Encart 1 : Congés, fêtes et jours fériés au Việt Nam

D’après l’article 74 du code du travail, les Vietnamiens disposent légalement de douze jours de congé payés (ngày phép nghỉ) par an. Pour les métiers pénibles et/ou dangereux, la moyenne monte à quatorze, voire seize.

 

À ces jours de congé s’ajoutent neuf jours fériés (ngày nghỉ lễ) fixés par l’article 73 :

  • À l’occasion du Nouvel An lunaire (Tết âm lịch), qui a lieu entre les mois de janvier et février du calendrier solaire, le dernier jour de l’an lunaire écoulé et les trois premiers jours du nouvel an sont fériés. C’est un moment important dans les mobilités touristiques désigné en vietnamien par le terme « du xuân » (voir encart « des mots pour le dire »).
  • Giỗ tổ Hùng vương : fête anniversaire de la mort des rois Hùng, considérés comme les fondateurs du pays, le dixième jour du troisième mois lunaire, soit vers avril du calendrier solaire. Il a été octroyé en 2008 par le gouvernement.
  • Giải phóng Sài Gon / Miền Nam và thống nhất đất nước : « Libération » de Sài Gon / Sud Việt Nam et réunification du pays, le 30 avril.
  • Quốc tế lao động : fête du travail, le 1er mai.

 

Les 30 avril et 1er mai, en formant un pont, sont propices aux courts séjours touristiques.

  • Quốc khánh : fête nationale du pays, le 2 septembre. Autrefois, le 3 septembre était également férié, afin de commémorer l’anniversaire de mort de Hồ Chí Minh, mais il a été supprimé.
  • Tết dương lịch : Nouvel An solaire, le 1er janvier.

 

Lorsqu’un jour férié tombe un samedi ou un dimanche, il est rattrapé, ce qui donne alors l’occasion de longs week-ends. Au total, les Vietnamiens bénéficient donc de vingt à vingt-cinq jours de vacances par an.

 

Toutefois, toutes les fêtes du pays ne correspondent pas forcément à des jours fériés. Huit jours sont ainsi traditionnellement fêtés sans qu’ils soient pour autant chômés :

  • Thành lập Đảng CSVN : fondation du Parti communiste, le 3 février.
  • Quốc Tế Phụ Nữ : la journée des femmes, fêtée deux fois : le 8 mars pour la journée internationale et le 20 octobre pour la journée des femmes vietnamiennes.
  • Thương Binh Liệt Sĩ : le jour des soldats et des invalides de guerre, le 27 juillet.
  • Sinh nhật chủ tịch Hồ Chí Minh : anniversaire de naissance de Hồ Chí Minh, le 19 mai.
  • Quốc tế thiếu nhi : le jour des enfants, le 20 novembre, mais dans les faits, c’est plutôt la fête de la mi-automne (Tết trung thu), le quinzième jour du huitième mois lunaire, qui leur est réservée.
  • Nhà giáo Việt Nam : le jour des professeurs, le 20 novembre.
  • Thành lập QĐND Việt Nam : Le jour de la fondation de l’armée vietnamienne, le 22 décembre.

 

D’autres fêtes non chômées devraient être encore ajoutées, comme celles religieuses, celles des communautés villageoises célébrant la fondation du village et de ses divinités tutélaires (autour du Đình, la maison communale) et les fêtes des ethnies dites minoritaires.

 

Des jours de congé sont également octroyés à l’occasion de moments familiaux particuliers. Ainsi, lorsqu’un travailleur se marie, il a droit à trois jours et s’il s’agit d’un de ses enfants, à un jour. Si ses parents ou beaux-parents viennent à mourir, il peut prendre trois jours. Toutefois, ces jours peuvent être difficilement considérés comme propices à un séjour touristique, car ils restent subordonnés à des moments familiaux exceptionnels et ritualisés.

 

Au Việt Nam, les enfants disposent en outre de vacances à l’occasion du Tết (entre une semaine et dix jours) et pendant l’été (généralement entre juillet et août). Toutefois, il est fréquent pour les parents d’inscrire leurs enfants à des cours supplémentaires pendant l’été.

  • 22 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, Le consommateur vietnamien, ouvr. cit., 2008
  • 23 Xavier Godart et Jean-Michel Cusset, « Des systèmes de transport urbain au Vietnam à la recherche d (...)
  • 24 Allison Truitt, « On the back of a motorbike : middle-class mobility in Ho Chi Minh City, Vietnam » (...)
  • 25 Emmanuelle Peyvel et Marie Gibert, « "Đi chơi đi !, Allons-nous amuser !" Entre public et privé, un (...)

12La sphère du bon temps montre clairement que les mentalités changent depuis le Đổi Mới. La part des dépenses consacrées aux produits primaires diminue, tandis que 55 % des dépenses des ménages sont consacrées à des achats de produits ou de services non prioritaires, comme les vêtements, les cosmétiques ou la décoration22. Ces pratiques de consommation dénotent d’un rapport plus décomplexé à l’argent, mais aussi à la mobilité. Si en 1993, 81 % de la population hanoïenne et 65 % de la population hochiminoise possédait un vélo23 ; en 2003, c’est plus de 10,1 millions de motos qui étaient enregistrées dans le pays24. Le marché des deux-roues motorisées a explosé au Việt Nam, suivant une croissance annuelle moyenne de 6,5 % entre 1990 et 2000. 80 % des ménages possédaient au moins une moto à Hồ Chí Minh Ville en 2008. Afin de limiter les embouteillages, les autorités cherchent aujourd’hui à contenir l’explosion du marché automobile, pour l’instant surtaxé (la Banque mondiale estimait en 2007 à 13 ‰ le nombre de voitures particulières). Ces moyens de locomotion induisent non seulement une augmentation spectaculaire des mobilités intra- et extra-urbaines, notamment à des fins récréatives, mais aussi un nouveau rapport à la ville, plus ludique : se promener, découvrir confortablement la ville à travers les vitres de sa voiture climatisée, utiliser sa moto pour se balader, seul, en couple ou en famille sont autant de pratiques liant finement mobilité, récréation et citadinité25. Des paysages cinétiques se construisent, la vitesse et la musique étant constitutives du plaisir à les expérimenter, à vivre ce que télévision et cinéma véhiculent par ailleurs. Le téléphone portable à moto, l’autoradio ou un port USB relié à une tablette dans la voiture, permettent d’écouter, voire de télécharger musique, clips et films lors de ces sorties.

13Ces changements de mentalité tiennent aussi à la paix, finalement récente au Việt Nam. La génération qui n’a connu ni la guerre ni les privations a moins de 30 ans aujourd’hui. La paix, la stabilité politique et la croissance économique expliquent la grande confiance en l’avenir de cette jeune génération. La littérature contemporaine, portée par de jeunes écrivains, s’en fait l’écho : Vi Thùy Linh, Bùi Chát, Nguyễn Ngọc Tư ou encore Nguyễn Hữu Hồng Minh et Văn Cẩm Hải. Contrairement aux écrivains qui ont marqué le début des années 1990 comme Nguyễn Huy Thiệp, Bảo Ninh ou Dương Thu Hương, qui dénonçaient les excès et les hypocrisies du régime :

  • 26 Đoàn Cầm-Thi, « Préface », Au rez-de-chaussée du paradis, récits vietnamiens (1991-2003), Picquier, (...)

Les jeunes écrivains sont à l’heure actuelle loin des souffrances liées à la guerre et à la désillusion idéologique […] ils ne reformulent pas les interrogations rebattues sur le bien et le mal, ni ne reprennent les clichés d’un Vietnam belliqueux et misérable, ni ne s’enferment dans les valeurs confucéennes ou marxistes.26

  • 27 Đoàn Cầm-Thi, Écrire le Vietnam contemporain, Paris, PUPS, 2010.
  • 28 Kim Lefèvre « Préface », Quand on est jeune, Phan Thị Vàng Anh (éd.), Paris, Picquier, 1996, p. 8.
  • 29 Nguyễn Phương An, « Youth and the State in contemporary socialist Vietnam », Lund University, Centr (...)

14Tous diplômés du supérieur et connaissant les langues étrangères, ces écrivains livrent des récits plus crus et réflexifs27. Les écrits de Phan Thị Vàng Anh sont représentatifs de cette évolution. À la différence des poèmes de son père, Chế Lan Viên, fervent défenseur de la cause de Hồ Chí Minh, « ses nouvelles ne parlent pas de politique mais de l’individu, de ses désirs, de son désarroi, de sa solitude et de ses contradictions »28. Or, la valorisation de l’individu, de ses désirs et de son épanouissement constitue une évolution méritant d’être soulignée dans un Việt Nam marqué à la fois par le confucianisme et le socialisme29, systèmes au sein desquels la modestie, le sens de la hiérarchie et de l’obéissance constituent des valeurs importantes. Les mobilités récréatives, et la sphère du bon temps dans laquelle elles s’inscrivent, s’intègrent plus largement à une révolution du sujet au Việt Nam, permettant la légitimation du souci de soi, l’épanouissement d’une vie privée et la préservation d’une intimité, autant de gradients qui complexifient les rapports sociaux et spatiaux entre public et privé. En cela, les mobilités touristiques participent d’une meilleure compréhension des individus, informent sur leurs compétences à se procurer du plaisir, à façonner leurs identités sociales et citadines et à construire des lieux qui leur sont dédiés.

Classes moyennes et spatialités touristiques

15La définition de la classe moyenne fait l’objet d’une littérature abondante, voire contradictoire. Celle du Việt Nam n’échappe pas à la règle. La reconnaître et la définir est problématique pour plusieurs raisons – scientifiques, politiques et linguistiques – intrinsèquement liées.

  • 30 Voir notamment : Ingrida Geciene, « Discourse on the middle-class in post-communist context », Soci (...)
  • 31 Voir notamment : General Statitics Office of Vietnam, 2004, 2006, 2008, 2010 et 2012, Viet Nam Hous (...)
  • 32 Voir notamment : Kate Jellema, « Making good on debt : the remoralisation of wealth in post-revolut (...)

16Scientifiquement d’abord, les états de l’art font la preuve d’un débat récurrent sur son existence (certains concluant que ce concept occidental reste finalement peu adapté aux contextes asiatiques30) et sur les critères à utiliser pour la cerner, soit de manière exogène (en fixant des seuils de revenus et en catégorisant certaines professions31), soit de manière endogène (en se concentrant sur son style de vie, ses pratiques de consommation et le sens donné à la richesse32). La diversité de cette classe moyenne constitue néanmoins un résultat commun de ces recherches, conduisant à l’identification plus ou moins consensuelle de sous-groupes (trung lưu dưới : classe moyenne basse ; trung lưu trên : classe moyenne supérieure), ou tout du moins à l’usage du pluriel, obligeant finalement à envisager des classes moyennes.

17Politiquement, les classes moyennes n’ont pas réellement d’existence officielle au Việt Nam. Le marxisme conçoit la différenciation sociale par rapport à la production, définissant ainsi une classe paysanne, ouvrière… Dans le même temps, les inégalités sociales sont niées, car officiellement en voie d’éradication. La captation des richesses par des apparatchiks en devient d’autant plus taboue (voir chapitre 6). Pendant le Bao Cấp, les questionnaires (lý lịch) remplissaient de ce fait un objectif autant statistique que politique, définissant chacun par rapport à sa contribution au socialisme. C’est ce qui explique encore aujourd’hui la réticence des Vietnamiens à se faire catégoriser socialement et professionnellement, car de ces assignations dépendait ni plus ni moins leur vie à l’époque : être classé dans la mauvaise case (comme tư sản, bourgeois ; phản động, réactionnaire ; ngụy, fantoche du régime du Sud ; tư bản, capitaliste) pouvait être synonyme de dépossession matérielle, de déclassement social, d’expropriation voire d’envoi sommaire dans un camp de rééducation. La classification sociale au Việt Nam a donc des implications affectives : elle peut raviver des tensions, de l’angoisse, de l’amertume voire de la haine vis-à-vis du passé, sentiments qui ne peuvent être passés sous silence pour tout chercheur procédant à des enquêtes (voir l’avant-propos).

  • 33 Martin Gainsborough, « Political change in Vietnam : In search to the middle-class challenge to the (...)

18À l’heure actuelle, les médias, encadrés par le Parti, sont toujours mal à l’aise avec la notion de classe moyenne. Le terme le plus descriptif est Tầng lớp trung lưu. Si les plus pauvres comme les plus riches bénéficient de termes spécifiques, c’est parce qu’ils font l’objet d’un positionnement par le Parti, soit dans ses programmes de lutte contre l’indigence, soit dans la dénonciation d’enrichissement inapproprié, avec des mots comme Đại gia, terme très populaire à l’encontre de ceux suspectés d’avoir amassé argent, terres et pouvoirs grâce à des collusions politiques et à la corruption, ou encore Trọc phú, désignant des personnes nouvellement riches mais se comportant de manière vulgaire et ostentatoire. Cette lacune lexicographique est éminemment politique : elle sert à renforcer l’indétermination politique, l’inconscience de classe d’une part importante de la population, au bénéfice de la stabilité du régime. Pour autant, l’État-Parti valorise ses citoyens dont le niveau de vie confortable témoigne de la réussite du Đổi Mới. Cette contorsion idéologique permet une alliance avec ces classes moyennes, une convergence de certaines préoccupations, concernant par exemple la sécurité et la privatisation des espaces. C’est ce qui explique l’usage prudent du terme de « classe moyenne » que fait Martin Gainsborough : s’il reconnaît son existence au Việt Nam, il démontre qu’elle n’a que peu de rapport avec l’émergence d’une société civile réclamant le multipartisme et la démocratie comme alternative à l’autoritarisme du régime33.

  • 34 Ann Marie Leshkowich, Essential Trade : Vietnamse Women in a changing Marketplace, Hawai`i Press, 2 (...)
  • 35 Ce que confirment les World Values Survey menés entre 2005 et 2007, selon lesquels seuls 14 % des V (...)

19Ces paradoxes apparents expliquent qu’aujourd’hui les classes moyennes vietnamiennes soient à la fois partout et nulle part, pour reprendre l’expression d’Ann Marie Leshkowich34. Depuis le Đổi Mới, l’appartenance sociale est moins indexée sur la production que sur la consommation, mais celle-ci transparaît au travers de pratiques plus ou moins affichées, car elles peuvent être encore envisagées avec suspicion. Il en résulte à la fois une invisibilité, visant à minimiser sa production de richesses (pour éviter la jalousie, les règlements de compte, les sanctions, les taxes et le contrôle officiel) et une visibilité croissante des pratiques de consommation que cette production de richesses autorise (pour profiter de son pouvoir d’achat, acquérir un statut valorisant socialement et valorisé par l’État). Cette tension implique des compétences langagières certaines pour se définir de manière appropriée en fonction du contexte. C’est ce qui explique que si le terme même de classe moyenne est peu utilisé par le Parti, les médias et les Vietnamiens35, il existe en revanche un foisonnement de termes censés la caractériser : être moderne (hiện đại), civilisé (văn minh) et cultivé (có văn hoá) sont ainsi souvent employés comme synonymes. En étant un marqueur de richesses, le tourisme s’inscrit dans ces subtiles tactiques d’identification, tantôt minimisé dans le discours d’enquêtés se sentant suspectés de pratiques indues, tantôt valorisé comme récompense d’une réussite méritée (voir l’entretien avec Ngộc, chapitre 1).

  • 36 Lisa Drummond, « Middle class landscapes in a transforming city : Hanoi in the 21st Century », The (...)

20Entre invisibilité et visibilité, saisir les classes moyennes vietnamiennes reste donc difficile. L’analyse de leurs spatialités n’en est que plus fructueuse, car si ces classes sont difficilement définissables, leurs empreintes spatiales sont multiples. Lisa Drummond a montré combien une analyse paysagère menée sous cet angle à Hà Nội permet de lire de manière heuristique la capitale, renouvelant l’étude de ses espaces publics, de consommation et de circulation36. Si la ville est le lieu d’étude privilégié des classes moyennes et aisées, du fait des inégalités sociales que génère l’accumulation de richesses en ce lieu paradigmatique du capital, les stratifications sociales ne sauraient se réduire à la ville. Elles sont plus généralement à l’œuvre dans tous les espaces où se développent la société de consommation et ses effets induits d’urbanité. Par conséquent, les lieux du tourisme et des loisirs prolongent habilement l’étude des classes moyennes vietnamiennes, en les suivant non pas seulement dans leur quotidien, mais aussi dans leurs pratiques et lieux du hors-quotidien. Étudier leurs spatialités, c’est comprendre comment elles prennent place à la faveur du changement social au Việt Nam, quels sont leurs territorialités et l’impact collectif qu’elles ont sur les paysages.

21En effet, les lieux où les classes moyennes pratiquent le tourisme disent beaucoup de leurs rapports au corps, au temps, à l’espace et à la richesse, en y projetant les valeurs dont elles cherchent à se prévaloir de manière distinctive, en particulier le fait d’être moderne et civilisé. Investir des lieux d’une fonction récréative, alors qu’ils endossaient jusque-là une fonction essentiellement productive a des conséquences foncières, paysagères et fonctionnelles notoires sur les espaces ruraux, montagnards et littoraux concernés : spéculation immobilière, densification et aménagement du bâti selon une logique récréative et contemplative, concentration inégalitaire de richesses, recomposition des gradients articulant espaces privés et publics, propres et sales, masculin et féminin et intégration des lieux à la société de consommation. Ce faisant, ces espaces touristiques gagnent en centralité à l’échelle nationale et régionale, en étant plus accessibles et en concentrant davantage de richesses, tout en produisant des effets de marginalisation à l’échelle locale, la privatisation, l’hygiène et l’usage de technologies du confort (comme l’air conditionné ou Internet) justifiant un certain repli sur la sphère privée. Pour toutes ces raisons, le paysage d’une station balnéaire ou d’altitude tranche sur son environnement, à la fois social et spatial, alimentant le projet distinctif de ces classes.

  • 37 Pierre Bourdieu, Un art moyen, essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Éditions de (...)

22Les processus d’individuation à l’œuvre dans les lieux touristiques sont également intéressants dans ce qu’ils disent de ces classes moyennes. La pratique de la photographie, art moyen par excellence37, est en cela saisissante dans sa capacité à valoriser le corps, et finalement l’individu. Elle implique des compétences relevant à la fois du savoir-faire technique (de l’utilisation d’un appareil photo ou d’un smartphone jusqu’aux outils de retouche), du faire-savoir (montrer ces photos alimentant des sociabilités soigneusement choisies, y compris sur les réseaux sociaux) mais aussi d’une conscience de soi (en adoptant des poses flatteuses et en faisant des selfies en des lieux valorisants parce que célèbres ou considérés comme beaux, en se mettant en scène lors d’activités déroutinisantes, en se dénudant sur la plage ou lors d’activités sportives). L’usage de la photographie accompagne également un autre rapport au temps, dans sa capacité d’une part à isoler des moments uniques, leur caractère d’exception renforçant la distinction dont se réclament ces classes, et d’autre part à construire une nostalgie, pendant de la modernité que ces dernières revendiquent, en particulier vis-à-vis du pays natal (voir chapitre 8) et de l’enfance. L’usage croissant d’Instagram sur les réseaux sociaux vietnamiens témoigne de cette imbrication entre photographie et nostalgie, reflet d’un rapport singulier qu’entretiennent désormais les individus au temps qui passe.

Inégalités touristiques

Des compétences socialement discriminantes

23Le creusement des écarts entre riches et pauvres est une conséquence des mutations économiques et spatiales que connaît aujourd’hui le Việt Nam. Le ratio interquintiles (entre le quintile le plus riche et celui le plus pauvre de la population) est ainsi passé de 4,97 à 6,27 entre 1993 et 2004 selon la Banque mondiale. Les 20 % de Vietnamiens les plus démunis sont deux fois plus malades et scolarisent onze fois moins leurs enfants à partir du lycée d’après les statistiques du ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales. À l’opposé, le pays comptait en 2014 cent soixante-dix millionnaires et un milliardaire, Phạm Nhật Vượng, président du groupe immobilier Vingroup. Si le Việt Nam est globalement plus riche, tous les Vietnamiens ne le sont pas. La possession de capitaux et de compétences devient de plus en plus clivante :

  • 38 « As the state abolished the subsidy system (bao cap), which used to provide for everything from ed (...)

À mesure que l’État a aboli le système de subventions, qui faisait en sorte de tout assurer, de l’éducation et l’emploi à la santé, au logement, aux vacances et autres avantages sociaux, le chômage et la pauvreté ont augmenté significativement. Dans le même temps, il est maintenant reconnu que les groupes et individus, qui possèdent savoirs, compétences, expériences et réseaux sociaux, saisissent les opportunités offertes par le développement économique pour accroître leur influence, dynamique entraînant un écart grandissant entre riches et pauvres.38

24Le tourisme n’échappe pas à la règle : les compétences qu’il requiert sont socialement discriminantes.

  • 39 Tổng cục du lịch Việt Nam, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch, Hà Nội, nhà xuất bản thông (...)
  • 40 C’est aussi ce que conclut le seul article portant sur le tourisme domestique au Việt Nam, construi (...)

25L’Office national des statistiques a mené des enquêtes relatives aux dépenses des visiteurs étrangers et domestiques en 2003, 2005, 2009 et 201339. Elles permettent de mieux comprendre ces inégalités grâce à neuf variables relatives au sexe, à l’âge, à la profession, aux dépenses, aux moyens de transport, à l’hébergement, aux motifs de visite, à la durée de séjour et à l’encadrement (recours ou non à une agence de voyages). Au-delà des visiteurs, ces statistiques permettent de cerner les caractéristiques des touristes à proprement parler, car en 2013 le premier motif de déplacement (à 55,9 %) est « du lịch, nghỉ ngơi, thăm quan, vui chơi giải trί », soit « tourisme, repos, visite, divertissement ». Cette motivation concerne même probablement plus de personnes encore40, puisque le motif « visite aux amis et à la famille » constitue un peu moins de 11 % de l’échantillon (voir graphique 4).

Graphique 4 : Répartition par motifs des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.

Graphique 4 : Répartition par motifs des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].

26L’écrasante majorité des enquêtés (à 78,4 %) voyagent sans encadrement particulier, signe de compétences manifestes en la matière. Toutefois, la proportion de touristes domestiques ayant recours à une agence de voyages augmente progressivement, passant de 9,8 % en 2003 à 21,6 % en 2013, preuve qu’une population croissante a les moyens et l’envie de faire du tourisme, alors même qu’elle ne se sent pas encore suffisamment compétente, d’où le recours à une structure spécialisée. Ces touristes effectuent pour la plupart des courts séjours : 94,9 % de ceux-ci n’excèdent pas la semaine, leur durée moyenne étant de 3,7 jours (voir graphique 5). Cette durée limitée montre d’une part la modestie des moyens dévolus à la mobilité touristique, et d’autre part son acceptation progressive : si le fait de partir en vacances s’installe progressivement, partir longtemps n’est pas encore très courant.

Graphique 5 : Répartition par durée de séjours des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.

Graphique 5 : Répartition par durée de séjours des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].

27Les gammes d’hébergement démontrent également la modestie de leurs usagers : la part cumulée des hôtels sans étoiles, avec une et deux étoiles concentrent plus de 55 % des visiteurs domestiques, alors que les hôtels quatre et cinq étoiles n’en regroupent que 10 % (voir graphique 6). Les moyens alloués à l’hébergement touristique restent donc limités, et cela d’autant plus qu’une part importante des touristes domestiques usent d’autres tactiques, en se faisant par exemple héberger gratuitement chez de la famille ou des amis.

Graphique 6 : Répartition des visiteurs domestiques par catégories d’hébergement marchand en 2013.

Graphique 6 : Répartition des visiteurs domestiques par catégories d’hébergement marchand en 2013.

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013.

28Au-delà de ce profil général, trois variables permettent de nuancer encore davantage les chiffres : l’âge, le genre et la profession. Il s’agit pour la plupart de jeunes : les 25-44 ans représentent en effet 65 % de l’échantillon (voir graphique 7). Le ratio hommes-femmes apparaît clairement déséquilibré, puisque 60,3 % d’hommes ont été consultés contre 39,7 % de femmes, ce qui laisse supposer un accès genré à la mobilité touristique (voir chapitre 7), dont l’égalité ne progresse que peu (il y a dix ans, ce ratio était respectivement de 67,4 % contre 32,6 %). Effet de génération et de domination se combinent ici, expliquant que la majorité des touristes vietnamiens soient en fait de jeunes hommes.

Graphique 7 : Répartition par âge des visiteurs domestiques en 2013.

Graphique 7 : Répartition par âge des visiteurs domestiques en 2013.

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].

  • 41 Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 125
  • 42 Voir notamment : Chris Dixon, « State, party and political change in Vietnam », Rethinking Vietnam, (...)

29La profession est également discriminante (voir graphique 8). La plupart des enquêtés sont fonctionnaires (à plus de 37 %). Ce chiffre est délicat à interpréter, et mérite de s’y arrêter quelques instants dans un pays socialiste comme le Việt Nam. Il reflète sans nul doute le poids de l’État dans la structure de l’emploi : « Les fonctionnaires et apparentés sont au minimum 10 millions […] C’est le double de ce qui suffirait pour administrer les services de l’État, surtout aux échelons de base »41. Il montre aussi le poids de l’interventionnisme étatique dans la prise en charge des vacances (voir chapitre 6). Mais ce chiffre peut également être interprété comme une capacité des enquêtés à jouer de plusieurs identités. En effet, les postes de fonctionnaires ne sont pas incompatibles avec une autre activité, notamment entrepreneuriale, bien au contraire : travailler pour l’État assure un revenu, certes modeste, mais stable, des congés payés et l’accès à des réseaux pouvant faciliter l’activité privée42. Le cas de M. Mười Bé, propriétaire d’un verger touristique mais aussi fonctionnaire en fournit un bon exemple (voir chapitre 8). De ce fait, si plus de 37 % des enquêtés déclarent être fonctionnaire, cela ne signifie pas forcément que cela soit leur seule activité.

Graphique 8 : Répartition par catégories professionnelles des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.

Graphique 8 : Répartition par catégories professionnelles des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].

  • 43 Cette situation est comparable à celle qu’on observe en France : en 1999, seul un tiers des agricul (...)

30Le recoupement de ces variables montre que l’accès au tourisme dépend des revenus, le nombre de visiteurs diminuant dans les catégories professionnelles les plus populaires. Cette discrimination se recoupe en grande partie avec celle du secteur d’activité, confirmant l’idée selon laquelle l’industrialisation et la tertiarisation de la société sont favorables à l’éclosion d’une sphère du bon temps. Les agriculteurs constituent en effet la catégorie la moins importante de l’échantillon (moins de 3 %), ce que la faiblesse de leurs revenus n’explique qu’en partie : il est plus difficile d’autonomiser du temps libre dans cette profession43. Plus inquiétant, entre l’enquête de 2003 et celle de 2013, les agriculteurs sont les seuls à moins partir en vacances, signe en creux des difficultés du monde rural. En revanche, toutes les autres catégories socioprofessionnelles, ainsi que les retraités, ont vu leur taux de départ progresser en dix ans, les ouvriers étant ceux qui enregistrent la plus forte croissance, passant de 2,2 % à 11 % de l’échantillon, ce qui laisse penser, au-delà de la massification des flux, à une certaine démocratisation de l’activité touristique. Celle-ci est cependant à nuancer selon les revenus. D’une part, ils conditionnent la durée du séjour : tandis que 30 % des fonctionnaires et 16,3 % des entrepreneurs partent plus de quinze jours, seuls 8,1 % des ouvriers, 6,1 % des retraités et surtout 0,4 % des agriculteurs peuvent se le permettre. D’autre part, les revenus conditionnent les dépenses effectuées lors du séjour : les entrepreneurs sont ceux qui dépensent le plus (plus de 5 millions de đồng/jour), soit deux fois plus que les agriculteurs, catégorie socioprofessionnelle qui dépense le moins (2,5 millions de đồng/jour). L’écart était le même il y a dix ans. Cela signifie que si le niveau de vie augmente pour tous, cela ne réduit pas pour autant de manière significative les écarts entre classes sociales.

31La modestie est finalement une caractéristique patente du tourisme domestique au Việt Nam : elle se retrouve dans la durée du séjour, le type d’hébergement marchand, la profession et le budget alloué. Elle montre combien les revenus, s’ils sont indispensables à la concrétisation d’un projet touristique, se complètent nécessairement avec d’autres compétences : celle de pouvoir dégager du temps, ce qui désavantage les agriculteurs ; celle également de faire accepter sa mobilité, plus entendue chez les hommes (voir chapitre 6). Il est cependant impossible d’aller plus en avant dans l’étude de ces rapports de domination, car certaines variables ne peuvent pas être recoupées dans ces enquêtes (par exemple le type d’hébergement, le moyen de transport et la distance parcourue en fonction de la catégorie socioprofessionnelle, de l’âge et du sexe). D’autres variables font défaut, comme l’origine géographique et la catégorisation ethnique des enquêtés. Elles auraient cependant été utiles pour approcher les inégalités dans l’accès au tourisme entre villes et campagne, mais aussi entre groupes ethniques.

Des tactiques touristiques spatialement inégalitaires

32Non seulement l’acquisition de compétences mobilitaires est socialement discriminante, mais leurs utilisations tactiques produisent des effets d’intégration ou au contraire d’exclusion sur le territoire. Cette répartition inégale se lit à la fois à l’échelle nationale, des régions privilégiées se distinguant nettement d’autres défavorisées, et à l’échelle locale, les villes apparaissant comme des lieux de concentration touristique.

33Cartographier le nombre de visiteurs en distinguant les domestiques des étrangers (voir carte 2) montre que l’importance des visiteurs domestiques est double par rapport à celle étrangère : non seulement ils sont plus nombreux, mais de surcroît ils sont mieux répartis sur le territoire national, participant à une meilleure distribution des recettes. Peu de provinces prétendent finalement à une fréquentation significative d’étrangers. Au nord, il s’agit principalement des villes de Hà Nội et Hải Phòng, de Hòa Bình (pour sa baie de Hạ Long terrestre), de Quảng Ninh et Lào Cai. Ces deux dernières provinces sont les seules à enregistrer des fréquentations étrangères quasi équivalentes à celles domestiques, à cause de la baie de Hạ Long pour la première (2350000 étrangers pour 2450000 domestiques en 2009) et de Sa Pa pour la deuxième (320000 étrangers pour 375000 domestiques – voir chapitre 8). Lạng Sơn constitue un cas particulier : si les visiteurs étrangers représentent un quart de la fréquentation, leur provenance est très peu diversifiée par rapport aux provinces précédemment citées : située à la frontière chinoise, la zone bénéficie en fait surtout de flux de proximité. Au centre, les étrangers se concentrent dans le trio urbain formé par Huế, Đà Nẵng et surtout Hội An, cas unique au Việt Nam, où les étrangers sont plus nombreux que les domestiques (1135000 étrangers pour 1120000 domestiques). Plus au sud, les visiteurs étrangers sont véritablement nombreux à Hồ Chí Minh Ville (2660000 étrangers pour 5670000 domestiques), et essaiment dans le delta du Mékong. Les stations balnéaires de Nha Trang et Vũng Tàu, ainsi que la station d’altitude de Đà Lạt, enregistrent également une fréquentation étrangère, mais bien moindre que celle domestique (respectivement ¼, 1/25e et 1/12e des flux). En dehors de ces espaces bien spécifiques, la fréquentation domestique est écrasante, à tel point que dans certaines provinces, la présence étrangère est difficilement cartographiable. C’est le cas par exemple de la province de Thanh Hóa, où la station de Sầm Sơn attire une clientèle populaire (24000 étrangers pour 2476000 domestiques) ou bien encore celle de Nghệ An et sa station de Cửa Lò, comptabilisant 2115000 touristes domestiques pour 85000 étrangers.

Carte 2 : Répartition à l’échelle provinciale des touristes étrangers et domestiques au Việt Nam (2009).

Carte 2 : Répartition à l’échelle provinciale des touristes étrangers et domestiques au Việt Nam (2009).

À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015

34Le tourisme au Việt Nam se concentre finalement dans deux régions bien distinctes : le Nord, polarisé par Hà Nội, et le Sud, autour de Hồ Chí Minh Ville. La région Centre apparaît en revanche moins importante, comme le montrent les cartes no 2, 3 et 4 se rapportant respectivement à la fréquentation touristique, à l’hébergement et au chiffre d’affaires de cette activité. Toutes montrent la régionalisation de l’activité touristique, résultat d’une double dichotomie, structurant plus globalement l’ensemble du territoire vietnamien : Nord/Sud et Est/Ouest. La figure de la palanche, souvent utilisée pour caractériser la répartition des richesses nationales entre le Nord et le Sud, fonctionne ici à plein, les deux régions les plus dynamiques touristiquement étant celles de Hà Nội et de Hồ Chí Minh Ville. Tandis que les provinces de Hà Nội, Hải Phòng et Quảng Ninh concentrent à elles seules plus de 15 % des chambres du parc national, celles de Bà Rịa Vũng Tàu et de Hồ Chí Minh Ville réunies en rassemblent plus de 18 %. La région Centre est en revanche plus éclatée, résultat des tiraillements occasionnés par les influences hanoïennes et saïgonaises. Si le trio formé par Huế, Đà Nẵng et Hội An se détache avec ses 6,8 % du parc national de chambres, le pôle formé au nord par Thanh Hóa et Nghệ An (8,7 % du parc national de chambres) se rattache fonctionnellement à l’aire d’influence hanoïenne, tandis que le sud du Centre, avec les provinces de Khánh Hòa et du Lâm Đồng (13,8 %) est à comprendre comme le prolongement de l’aire touristique hochiminoise.

Carte 3 : Répartition des chambres au Việt Nam par catégories (2009).

Carte 3 : Répartition des chambres au Việt Nam par catégories (2009).

À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015

Carte 4 : Évolution du chiffre d’affaire touristique au Việt Nam à l’échelle provinciale (2000-2009).

Carte 4 : Évolution du chiffre d’affaire touristique au Việt Nam à l’échelle provinciale (2000-2009).

À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015

  • 44 Les Kinh, aussi appelés Việt, correspondent à l’ethnie majoritaire du pays, entendu la plus nombreu (...)
  • 45 Dân tộc thiểu số (« minorités » nationales ou ethnies « minoritaires ») : ce terme désigne toutes l (...)

35À cette dichotomie Nord/Sud s’articule celle Est/Ouest : l’activité touristique se concentre davantage sur le littoral oriental que sur les franges montagneuses occidentales. Les provinces de Kon Tum, Gia Lai et Đắk Lắk (hauts plateaux du Centre) ne concentrent ainsi que 3 % des chambres du pays en 2009 (3394) pour à peine 1 % des flux touristiques étrangers et domestiques réunis. Cette dichotomie renvoie plus largement à une mise en valeur inégale du pays, entre un territoire kinh44 beaucoup plus riche dans les plaines et deltas rizicoles, conçu comme le centre du pays, et des territoires montagneux, apparaissant le plus souvent comme une périphérie de relégation tardivement intégrée à la nation vietnamienne et qui en porte encore les stigmates. Ainsi, les ventres mous du tourisme au Việt Nam sont bien ces montagnes peuplées d’ethnies dites minoritaires45. La mise en tourisme y est encore timide. Dans le Nord, elle s’affirme cependant de plus en plus sous la forme d’itinéraires touristiques reliant des villages vendus comme « ethniques » : Hòa Bình, Mai Châu, Sơn La, Điện Biên Phủ, Lai Châu, Sa Pa, Hà Giang, Ba Bể, Cao Bằng, Bắc Kạn et Lạng Sơn. Dans les hauts plateaux du Centre, les conflits entre Kinh et groupes ethniques locaux (notamment Gia Rai, Ê Đê et Ba Na), sont encore récents, si bien que la mise en tourisme de ces provinces reste limitée autour des trois villes principales que sont Kon Tum, Pleiku et Buôn Ma Thuột.

  • 46 Il est frappant de constater l’inertie spatiale en la matière : Christian Taillard et Vũ Tự Lập, At (...)

36Le degré d’urbanisation du pays suit cette double dichotomie : il est plus fort à l’est qu’à l’ouest, dans les deltas méridionaux et septentrionaux que dans le Centre. Ce sont logiquement autour de Hà Nội et de Hồ Chí Minh Ville que se sont constituées les deux plus grosses régions touristiques. Leur parc d’hébergements est non seulement le plus important du pays, mais aussi le plus diversifié (voir carte 3). Hà Nội et Hồ Chí Minh Ville comptabilisent à elles seules plus de 80 % des hôtels cinq étoiles du Việt Nam. Les villes sont bien à comprendre comme les points nodaux de ce système touristique, a fortiori ces deux métropoles, qui endossent un triple rôle selon un emboîtement d’échelles locale, régionale et nationale : elles sont visitées pour elles-mêmes (voir chapitre 4), servent de transit vers d’autres régions et constituent un pôle émetteur, ses habitants fournissant les plus gros contingents de touristes domestiques. Surtout, c’est là que se concentrent les structures de commandement de l’activité, non seulement publiques (la plus grosse agence du pays, Saigontourist, a son siège à Hồ Chí Minh Ville), mais surtout privées. La carte 4, portant sur l’évolution du chiffre d’affaires touristique national entre 2000 et 2009, est à ce titre éloquente : Hà Nội et Hồ Chí Minh Ville concentrent à elles seules 67 % de celui-ci46.

37L’utilisation différenciée des moyens de transport par les touristes confirme ces inégalités spatiales. La carte 5, dressée à partir de l’enquête relative aux dépenses des visiteurs étrangers et domestiques de 2009, montre ainsi que si la voiture (associée aux minibus) est le mode de déplacement le plus utilisé, participant d’une réelle diffusion du tourisme à travers le pays, l’avion reste cantonné aux grandes villes, exception faite des régions qui ont bénéficié d’une politique volontariste de désenclavement, comme à Điện Biên Phủ, Đà Lạt et Kon Tum. C’est en ville que la variété des modes de transport est la plus importante, renforçant leur position privilégiée. Hà Nội présente le profil le plus équilibré d’après cette enquête : les touristes domestiques interrogés ont utilisé à 50 % la voiture, à 33 % l’avion et à 14,5 % le train, le bateau ne dépassant pas les 0,1 %. L’utilisation du train est également intéressante une fois cartographiée. S’il semble évident que ce moyen de transport est aujourd’hui en recul à l’échelle nationale, car il est encore lent et cher (surtout par rapport à l’avion), il reste un mode de déplacement populaire à destination de stations domestiques, comme dans la province de Nghệ An. La carte relative aux bateaux peut surprendre pour un pays aussi littoral que le Việt Nam : il s’agit d’un mode de transport boudé, signe d’un marché des croisières encore moribond, qui présente pourtant des potentialités importantes.

Carte 5 : Modes de transports utilisés par les visiteurs domestiques (2009).

Carte 5 : Modes de transports utilisés par les visiteurs domestiques (2009).

À partir de Tổng Cục Thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2009 (résultats de lʼenquête sur les dépenses des touristes 2009). E. Peyvel, 2015

  • 47 Voir notamment le travail mené par Laurent Fages à Sa Pa depuis sa thèse : Laurent Fages, De straté (...)

38Ainsi, l’utilisation tactique de compétences touristiques participe à la différenciation des territoires. Loin de bouleverser le fonctionnement du pays, le tourisme s’y insère au contraire pleinement, renforçant les inégalités. Noter sa présence dans les régions montagneuses ne doit surtout pas amener à conclure un peu trop vite à une diffusion de plus en plus égalitaire de l’activité, au bénéfice des ethnies dites minoritaires : ces zones restent des périphéries touristiques, où le tourisme demeure peu important. Quand bien même cette activité génère des richesses, celles-ci reviennent essentiellement aux Kinh installés sur place, qui détiennent le plus souvent les rênes de l’activité47. Il en résulte une complexification du concept de « populations locales » : si elles en bénéficient au sens strict du terme, les Kinh en faisant bien partie même s’ils se sont installés là que très récemment, les discriminations ethniques restent patentes. En effet, les autres groupes ethniques, considérés comme minoritaires à l’échelle nationale, ne bénéficient que très peu de la mise en tourisme de leur région, alors même qu’ils en constituent souvent l’objet.

L’histoire heurtée de la capitalisation de compétences collectives

39Si le tourisme a connu un développement sans précédent depuis le Đỏi Mới, la profondeur historique de cette activité n’en est pas moins réelle. Replacer le tourisme au sein du continuum mobilitaire dans lequel il prend place participe à mieux comprendre son autonomisation progressive, la circulation tactique de compétences qu’opèrent les Vietnamiens d’une mobilité à l’autre et la recomposition de certains lieux à la faveur du tourisme.

  • 48 Anne-Valérie Schweyer, Le Viêtnam ancien, Paris, Les Belles Lettres, 2005.
  • 49 Ngô Đức Thọ, Nguyễn Van Nguyên et Philippe Papin (éd.), Géographie descriptive de l’empereur Dong K (...)

40Le Việt Nam a développé une histoire multiséculaire du voyage, liée à des motifs matrimoniaux, marchands mais aussi spirituels48 et de santé. Les eaux du lac Thác Bà et celles de Kim Bôi au nord, ou celles de Hội Vân et Bình Châu au sud sont ainsi réputées de longue date. S’y ajoutent les voyages de dignitaires au service de l’empereur afin d’effectuer des relevés de ses possessions. Un des premiers atlas fut ordonné par l’empereur Lý Anh Tông au xiie siècle, Cartes et Frontières des pays du Sud, aujourd’hui disparu, avant que ne soit établie une série régulière d’ouvrages de géographie à partir du xve siècle avec le Traité de géographie de Nguyễn Trãi. Ces livres pouvaient mentionner des lieux remarquables, dont la beauté participait à la renommée de l’empire. Ainsi, dans le dernier grand atlas du Việt Nam classique, la Géographie descriptive de l’empereur Đồng Khánh, datant du xixe siècle, chaque fascicule relatif à une province comporte un chapitre sur les sites et monuments remarquables. Pour Hà Nội, y sont listées des montagnes célèbres, des pagodes, en particulier celles au bord des lacs de l’Ouest et Hoàn Kiếm, et des grottes, comme celle de l’Empreinte, présentant des stalactites étonnantes. En outre, des « paysages paisibles, riants et enchanteurs sont à découvrir sur les monts Tiêu Tường et Quyễn Sơn, dans le district de Kim Bảng. Tous ces lieux sont de bonne renommée »49. Ces ouvrages distinguent donc déjà des lieux remarquables pour leur beauté et pouvant à ce titre faire l’objet de visites, dont la pratique s’est transmise jusqu’à aujourd’hui.

  • 50 Tâm Quách Langlet, « Regard sur le Nord Viêtnam à la fin du xviiie s. d’après la relation d’un voya (...)

41Il existe également des récits de voyage antérieurs à la colonisation. L’un des plus connus est celui du docteur Lãn Ông, parti de Tình Diễm pour soigner le prince héritier Trịnh Cán à Thăng Long en 1782. Il constitue une opportunité unique de comprendre l’organisation et le déroulement d’un voyage au xviiie siècle. Les voies de transport, les hébergements et les personnes-ressources apparaissent clairement. Sur son trajet de près de 300 kilomètres, il emprunte tour à tour voies d’eau (grâce à des barques et des jonques) et voies de terre, qu’il pratique le plus souvent en palanquins, et parfois à pied, quand elles sont trop escarpées. Il trouve gîte et couverts dans des marchés (chợ), fonction commerciale caractéristique d’une ville-étape (comme Đông Điêp, Hoàng Mai, Thổ Sơn, Hàng Cơm ou encore Vân Sàng). D’autres fois, il s’agit d’une pause improvisée en chemin, d’un refuge vide ou d’une auberge. Tout au long du parcours, il n’hésite pas à solliciter des personnes pour le guider : des voyageurs, des aubergistes, des bonzes, ainsi que les gens de son escorte, composée de soldats, de valets et d’élèves. Ces renseignements sont précieux car ils montrent l’existence d’une culture du voyage ancienne, s’appuyant sur des ressources matérielles, des compétences mobilitaires et des tactiques de déplacement50. Elle permet de relativiser le caractère nouveau du tourisme : plus qu’une révolution ad hoc, il s’agit plutôt d’un déplacement s’étant inséré dans un continuum mobilitaire existant, où le plaisir avait le droit de cité, au-delà des obligations. Lãn Ông écrit ainsi :

  • 51 Lãn Ông, 1783, Thượng Kinh Ký Sự (Relation d’un voyage à la capitale), traduit par Nguyễn Trần Huân (...)

Nous arrivâmes à Long Sơn et là nous nous trouvions dans un site calme et charmant d’un cung de longueur, où de vieux arbres foisonnaient. Des pierres disséminées de la grosseur d’une table et de couleur noire étaient disposées en un ordre parfait. Je dis alors aux porteurs de mon palanquin de s’arrêter un moment pour me laisser l’occasion d’admirer le paysage alentour. Un moment après, je composais une petite poésie51.

42Littérature et voyage s’informent mutuellement : il s’agit de capter la fugacité d’un moment par les mots, le texte donnant sens au voyage, et permettant de le transmettre à de futurs lecteurs.

  • 52 Le terme est apparu en Angleterre en 1792. En France, le terme « touriste » date de 1816, et celui (...)
  • 53 Voir à ce sujet la démonstration de Victor Alneng à partir du monastère Trúc Lâm de Đà Lạt : Victor (...)

43Toutefois, force est de constater que ces mobilités sont encore largement méconnues. Aucune histoire du voyage au Việt Nam n’a pour le moment été réalisée. Les archives permettant leurs études restent mal identifiées, sans compter qu’elles concernent bien plus l’élite que le reste de la population. Cette discrimination tant sociale qu’ethnique (les Kinh étant ici en double position de force) tend à invisibiliser des mobilités plus populaires, pouvant relever d’autres groupes ethniques, pourtant parfois nomades ou semi-nomades. En outre, ce serait risquer l’anachronisme que d’employer le terme de « tourisme » pour désigner ces voyages, terme daté dans le temps et situé dans l’espace52, qui ne fait réellement son apparition au Việt Nam qu’à l’époque coloniale (voir chapitre 7). Au-delà du terme, c’est la conception même de cette mobilité qui est récente : partir essentiellement pour le plaisir (et non pour la santé, par foi ou obligation), en choisissant le lieu, le moment et les activités. Cette liberté, même si elle est à relativiser, constitue l’originalité même du tourisme par rapport aux autres mobilités. En ce sens, il est difficile de qualifier ces mobilités anciennes de proto- ou prétourisme : ces termes contribuent à donner artificiellement un sens à l’histoire, comme si certaines mobilités n’avaient pour dessein que de préparer l’avènement du tourisme53.

  • 54 André Bon, 1930, Petit guide illustré de Dalat, Municipalité de Dalat – M6305 (11), Bibliothèque na (...)
  • 55 Emile De Rozario, « Chapa, station d’altitude », Cahiers de la société de géographie de Hanoi, 1935 (...)
  • 56 François Văn Nguyễn, Stations climatiques et sources hydrominérales dans l’Indochine du Sud, Thèse (...)

44À l’époque coloniale, le tourisme concernait aussi les élites vietnamiennes, mais les informations relatives à leur sujet restent rares. Dans les archives, ce n’est bien souvent qu’au détour d’un texte relatif au tourisme en Indochine qu’elles sont mentionnées. Ainsi, dans le Petit guide illustré de Dalat (1930), apparaît, dans la liste des hébergements, « L’Hôtel d’Annam, où se réunit l’élite de la société indigène : 25 chambres »54, indiquant que si l’élite locale était tolérée pour des raisons de rentabilité, elle n’était pas moins mise à l’écart. Dans un article de géographie portant sur la station de Chapa, on peut lire également : « Les Européens et quelques Annamites aisés s’y rendent pour échapper aux chaleurs du delta55. » La thèse en médecine de François Văn Nguyễn sur les Stations climatiques et sources hydrominérales dans l’Indochine du Sud mentionne çà et là leur présence : il assure que les stations « jouissent aujourd’hui d’une grande vogue auprès de la population tant française qu’indigène », tout en assignant cependant les populations locales à certains lieux seulement, comme Long Hải, qui peut « constituer la station maritime pour la population indigène de la Cochinchine56 ».

  • 57 Hoàng Ngọc Phách, Un cœur pur, Paris, Gallimard, 2006 (réed.).

45En savoir davantage sur leurs pratiques reste cependant très difficile. Tout au plus, quelques pages de romans écrits par des Vietnamiens de l’époque nous donnent des indications, tel Un cœur pur57 (voir encart 2). Ce texte de 1925 est considéré comme la base du roman vietnamien dit moderne. Hoàng Ngọc Phách y décrit des individus, revendiquant plaisir et liberté, et pratiquant à ce titre le tourisme. En effet, cette activité constitue pour eux une opportunité unique d’évasion, en dehors du contrôle parental, mais aussi d’intimité et de découverte des corps.

Encart 2 : Le séjour de deux « Annamites » à Đồ Sơn à l’époque coloniale

Un cœur pur retrace l’histoire d’amour impossible entre un jeune étudiant à l’école supérieure de Hà Nội, Đạm Thủy, et une fille de bonne famille, Tố Tâm. Promis en effet à une autre jeune fille par mariage arrangé, Đạm Thủy ne peut espérer épouser un jour Tố Tâm, pourtant profondément éprise de lui. Toutefois, ni l’un ni l’autre ne s’y résolvant, ils ne peuvent s’empêcher de se voir et arrivent ainsi à passer quelques jours dans la station balnéaire de Đồ Sơn, au nord du pays.

Au cours de cet été-là, la juge [mère de Tố Tâm] n’allait pas bien et le médecin lui avait conseillé de prendre l’air de la mer. Comme elle avait justement une sœur aînée mariée à un haut-dignitaire de la cour qui possédait une villégiature à Đồ Sơn, elle est allée s’y reposer avec ses deux enfants. 

 

Đạm Thủy la suit alors, car comme il avait de « nombreuses connaissances à Đồ Sơn, la chose était donc tout à fait commode ». Ils prennent de ce fait le train jusqu’à Hải Phòng, où les attend la voiture particulière de la tante de Tố Tâm, pour les conduire directement à Đồ Sơn. L’empreinte citadine de cette activité est ainsi patente, tant dans le lieu de départ, Hà Nội, que dans les moyens de transports utilisés et les hébergements construits sur place, vecteur d’urbanité.Tồ Tâm et Đạm Thủy se retrouvent dès le lendemain après-midi à la plage. Admirant l’ « immensité du front de mer », les « rouleaux » et l’« écume des flots », autant de termes désignant la construction renouvelée d’un paysage, Đạm Thủy décrit une plage animée et joyeuse. La plage apparaît comme un lieu de rencontres privilégiées entre jeunes gens de bonne famille, le narrateur ne ratant pas le spectacle des « jeunes filles de familles riches ou de grandes familles [qui] radieuses s’amusaient comme de jeunes françaises » ; à ceci près que Tồ Tâm ignore « l’usage du maillot de bain cuisses à l’air ». Très pudique, elle se baigne de ce fait en tunique et pantalon avec ses cousines, ce qui n’est pas sans laisser indifférent Đạm Thủy :

Lorsqu’elles sont ressorties, leurs vêtements gracieusement collés à leurs corps, elles offraient aux regards autant de statues d’ivoire fraîchement sculptées qu’une mince étoffe voilait encore. 

 

Le soir, ils se retrouvent pour une balade romantique au clair de lune. Le lendemain de bonne heure, ils partent pêcher de petits crabes et se retrouveront ainsi à de multiples reprises dans la station balnéaire, mais le roman s’arrête là concernant cet épisode. Il a laissé cependant entrevoir, en quelques pages, des activités touristiques pratiquées par les élites de l’époque – baignade, promenade, repos et pêche – témoignage aujourd’hui précieux d’une colonisation vectrice de la mondialisation touristique.

  • 58 Christopher E.Goscha, « Récits de voyages viêtnamiens et prise de conscience indochinoise (1920-194 (...)

46Les récits de voyage écrit par des Vietnamiens à cette époque sont également intéressants. Estimés à une bonne centaine entre 1918 et 1945 par Christopher Gosha58, ils peuvent livrer des informations intéressantes sur les mobilités en Indochine. Aux côtés des voyages de fonctionnaires narrant leurs mutations, ou d’entrepreneurs détaillant les ressources à exploiter, se constitue progressivement une littérature touristique. C’est le cas d’Indochine la douce écrit par Nguyễn Tiến Lãng en 1935 à l’occasion de sa visite du Tonkin et de l’Annam, mais aussi de la revue Phụ Nữ Tân Văn (Nouvelles des femmes), dont les auteurs féminins organisèrent en 1930 un voyage à Angkor. Elles y déclarent que « voyager, c’est apprendre » (Đi chơi tức là học), le tourisme constituant une bonne occasion de s’informer sur un pays, mais aussi de s’émanciper.

47Ces textes renseignent sur l’acquisition progressive de compétences à des fins touristiques, celle-ci restant très sélective, tant socialement que spatialement et ethniquement. En effet, ce sont surtout les élites kinh urbaines qui faisaient du tourisme à l’époque, la majeure partie de la population n’en ayant ni les moyens ni même probablement l’idée. Les fonctions nouvellement attribuées par les colons à la mer et à la montagne, les pratiques qu’ils y déployèrent, en relation étroite avec un rapport particulier au corps, au beau et à l’agréable, étaient en grande partie étrangères à la population. Par conséquent, le tourisme fut accueilli avec ambivalence, tantôt moqué, tantôt valorisé. Pour l’auteur de Xuan le rouquin, il s’agit sans nul doute de singeries. La description qu’il fait de l’hôtel Paradis, au bord du lac de l’Ouest à Hà Nội, est ainsi sans appel :

  • 59 Vũ Trọng Phụng, Le fabuleux destin de Xuan le rouquin (titre original : Số đỏ), Paris, Picquier, 19 (...)

L’hôtel Paradis est en effet un immense palais qui contient tout le bonheur dont peut rêver un Vietnamien soucieux de jeter son argent par les fenêtres. Les architectes se sont ingéniés à bâtir un bel édifice, moitié sur la terre ferme, moitié sur le lac : bâtiment sur pilotis avec de belles terrasses dominant le plan d’eau, d’où les clients peuvent contempler barques, nageurs et plaisanciers… Dans le jardin sont répartis des courts de tennis, des tables de ping-pong et une piscine. Dans la maison, une salle de bal avec des postes de TSF. Au restaurant, on peut déguster les meilleures spécialités françaises, chinoises ou vietnamiennes. Quiconque pénètre en ce lieu jouit de toutes les saveurs de la vie moderne, de tout le luxe de notre cité millénaire… à condition d’avoir, bien sûr, un portefeuille bien garni… C’est vrai : si cet hôtel Paradis n’existait pas… quelle honte ce serait pour la nation vietnamienne aux yeux des visiteurs étrangers ! Les bourgeois oisifs ont tout loisir de s’y retrouver afin de ne pas trop souffrir de la monotonie des jours.59

  • 60 Maurice Durand, Imagerie populaire vietnamienne, Paris, EFEO, 2011 (édition originale de 1960).

48L’imagerie populaire vietnamienne, compilée par Maurice Durand60, témoigne également avec humour de la façon avec laquelle certaines pratiques récréatives firent événement pour les Vietnamiens, au même titre que les nouveaux moyens de transport qui leur étaient associés. Y sont reproduits un dancing français (Nhảy đầm), un tennisman et un lanceur de poids, mais aussi des automobiles, bicyclettes et avions, ainsi qu’un couple pratiquant la chasse. Il s’agit bien de mœurs nouvelles, pour reprendre le titre de l’une de ces images, qui jurent et sont dénoncées en tant que telles, comme ces piétons incommodés par le bruit des automobiles et des avions. L’humour sert ici de protection à la censure, mais n’en minimise pas moins la charge pour ceux qui savent lire entre les lignes. Le drapeau français ou des slogans comme « Progrès de la Civilisation » ou « Rénovation des mœurs nouvelles » paraissent en effet ridicules lorsqu’ils sont associés à des pratiques aussi désinvoltes, au même titre que ces expressions couramment utilisées par les Français de l’époque comme : « Moi, t’en fous ! » et « Toi, tention [Attention] », reproduits près de couples possédant voiture et bicyclette ou pratiquant la chasse.

49Malgré les critiques anticoloniales à peine déguisées par l’humour, certains membres des élites vietnamiennes pratiquèrent bien le tourisme, notamment par volonté de distinction, comme signe de progrès et de modernité. Les caricatures de Lý Toét, publiées dans les tribunes du courant progressiste des années 1930, comme les journaux Phong hóa et Ngày Nay, sont à ce titre très instructives (voir figures 1 et 2). Le nom lui-même est ironique : Lý désigne le chef du village, tandis que Toét signifie tout à la fois « ratatiné », et une maladie des yeux. Lý Toét se retrouve toujours dans des situations ridicules au contact de ce qui est présenté comme la vie moderne : il ne sait pas enfiler un pull-over, se peser, faire du vélo, utiliser un ventilateur ou circuler aux côtés des voitures, et il en est de même avec le tourisme. Sur la figure 1, Lý Toét se trouve dans une station balnéaire clairement identifiée : « Đo Son », fondée à l’époque coloniale près de Hải Phòng (voir chapitre 7). Tandis que les touristes se baignent, ayant amené à cette fin un matériel nouveau pour l’époque (maillot et bonnet de bain, parasol), Lý Toét est en cache-sexe, muni de son gáo (sorte de louche pour se laver) et de son parapluie (signe ringard de notabilité), visiblement en train de se demander comment il va procéder à sa toilette. Tout indique ici le décalage risible : les pratiques, les vêtements et même les poils : tandis que les baigneurs rivalisent de coquetterie dans les coiffures et les moustaches, Lý Toét apparaît la chevelure hirsute et la barbe mal taillée. C’est un rapport différent au corps et à la mer qui se devine ici. Sur la figure 2, c’est tout le contraste entre deux univers qui est exposé. D’un côté une femme et sa fille, en maillot et bonnet de bain, serviette sur l’épaule, viennent se baigner. Cette pratique, comme le fait qu’elles ne soient accompagnées d’aucun homme, se veut un signe de modernité et d’émancipation. Elles se moquent de Lý Toét, venu ici se laver. Son équipement est plutôt traditionnel, contrairement aux deux autres protagonistes : un gáo, un tabouret et une bassine. Il a gardé son pantalon, contrairement aux deux demoiselles qui se sont dénudées. Près de lui, se trouvent son parapluie et ses chaussures, visiblement sales, comme les crabes à proximité le laissent penser. À travers le tourisme, c’est finalement toute une modernité citadine, jeune et émancipée qui apparaît, se voulant différente voire supérieure à une tradition masculine rurale plus âgée, ignorant ces nouveaux plaisirs.

Figure 1 : Caricature de Lý Toét à la plage (1933-1934).

Figure 1 : Caricature de Lý Toét à la plage (1933-1934).

Source : Nguyễn Văn Kỳ, La société vietnamienne face à la modernité, le Tonkin de la fin du xixesiècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 204.

Figure 2 : Caricature de Lý Toét à la plage (1933-1934).

Figure 2 : Caricature de Lý Toét à la plage (1933-1934).

Source : Nguyễn Văn Kỳ, La société vietnamienne face à la modernité, le Tonkin de la fin du xixesiècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 204.

  • 61 Voir notamment à ce sujet : Agnieszka Sobocinska, « Two days Rest in the city of Sin : Australian s (...)

50Bien que restant méconnue, la colonisation a constitué un moment important dans l’histoire du tourisme domestique au Việt Nam, car c’est à cette période qu’ont eu lieu les premières appropriations par les élites locales. La guerre de 1954 en a fait fuir bon nombre, si bien que la transmission de ces mobilités a été en partie interrompue. Toutefois, certaines continuèrent au Sud-Việt Nam jusqu’en 1975. La population locale la plus fortunée y développait des pratiques récréatives, au contact des Américains et des Australiens présents61. Des revues féminines, comme Phụ nữ mới (Femme nouvelle) et Phụ nữ ngày mai (Femme de demain), font ainsi état de collections de maillots de bain à porter pour la saison estivale, et notamment dans la station balnéaire de Vũng Tàu (voir figure 3). Les photographies reproduites montrent un rapport au corps relativement libéré : des gravures et des photos de mode de femmes aux cheveux courts portant des bikinis côtoient des publicités pour des cliniques de chirurgie esthétique, où il était déjà possible de se faire débrider les yeux, affiner le nez ou refaire la poitrine. À ce jour, aucun travail historique n’ayant malheureusement été réalisé sur cet aspect, il est difficile d’améliorer cette contextualisation historique.

Figure 3 : Le tourisme dans des magazines féminins du Sud Việt Nam avant 1975.

Figure 3 : Le tourisme dans des magazines féminins du Sud Việt Nam avant 1975.

Source no 16 : 4e de couverture de Phụ nữ ngày mai, no 263, octobre 1970. Source no  17 : Phụ nữ mới, no 177, décembre 1969.

51L’avènement du socialisme a indubitablement entraîné un effondrement du tourisme domestique. Économiquement, le pays est exsangue. Appliquant les principes marxistes-léninistes, les dirigeants nordistes poursuivent la réforme agraire collectiviste, donnent la priorité à l’industrie lourde, et nationalisent banques, commerces et industries. Soumise par ailleurs à l’effort de guerre, la population s’appauvrit. Certains fuient, d’autres sont chassés (les Vietnamiens d’origine chinoise, les opposants au Parti, les anciens dirigeants du régime sudiste…). Même si le Việt Nam profite de son adhésion au COMECOM, cela ne compense pas les pertes occasionnées par l’embargo. C’est en grande partie grâce à une économie parallèle court-circuitant les monopoles d’État que les Vietnamiens arrivent à peine à faire face aux défaillances du système. Financer des mobilités récréatives devient dans ce contexte très difficile, l’essentiel ne pouvant déjà à peine être assuré.

52Administrativement, tous les types de mobilités sont par ailleurs soumis à un très fort contrôle. Les Vietnamiens devaient alors posséder un permis de déplacement dûment justifié. À cette époque, la majorité des mobilités étaient en fait forcées, à cause du service militaire, de la guerre ou pour aller travailler dans une zone économique spéciale. Les contacts avec les étrangers étaient par ailleurs strictement contrôlés. Les quartiers pour étrangers étaient délimités et surveillés, comme dans le quartier des ambassades de Ba Đình à Hà Nội ou celui soviétique de Pétrolimex à Vũng Tàu.

53Ainsi, à partir de 1954 au nord puis de 1975 au sud, les Vietnamiens ont été quasiment privés de liberté de déplacement, a fortiori pour ceux récréatifs. Toutefois, ce serait une erreur de considérer que la sphère du tourisme a alors été réduite à néant. Même si elle était peu importante, elle existait, en étant encadrée par l’État, et a laissé des traces dans certaines pratiques actuelles (voir chapitre 6).

*

54L’acquisition de compétences mobilitaires à des fins récréatives au Việt Nam relève de capitalisations à la fois individuelles et collectives, à l’histoire heurtée. Si disposer de revenus y joue un rôle déterminant, d’autres compétences rentrent en ligne de compte : structurer plus nettement temps de travail et temps libres, à la faveur de la salarisation croissante dans les secteurs industriels et tertiaires ; tirer parti de cadres urbains, à la fois nœuds logistiques facilitant la mobilité, et espaces au cœur des innovations et du changement social. En outre, si ces mobilités n’ont jamais été aussi nombreuses depuis 1986, il est important de se rappeler qu’elles sont au moins centenaires au Việt Nam, et qu’elles trouvent leurs racines dans des pratiques de mobilités plus anciennes encore, comme le pèlerinage ou le voyage de lettrés, ayant participé à forger sur le long terme infrastructures et savoirs dédiés à la mobilité. Acquérir ces compétences touristiques n’est donc pas seulement une question de revenus, il s’agit aussi et surtout de s’autoriser à le faire, mentalement et matériellement, grâce à une conception renouvelée de l’individu, de son temps, de son plaisir et des richesses dont il dispose. Pour autant, l’acquisition et l’utilisation tactique de ces compétences restent discriminantes, non seulement socialement, mais aussi ethniquement et spatialement. Aujourd’hui, la prégnance dans ce domaine des jeunes hommes citadins kinh appartenant aux classes moyenne et supérieure de la population est évidente, expliquant une répartition déséquilibrée des activités touristiques dans le pays, au profit des franges littorales urbanisées.

55Toutefois, ces effets de domination ne sauraient résumer la diversité des touristes domestiques vietnamiens. Les statistiques ici utilisées, si elles ont efficacement servi à nuancer les mesures prises au cours du premier chapitre, ne saisissent en effet qu’une partie des compétences et tactiques mises en œuvre, selon des catégories bien rigides pour en comprendre toute la souplesse et l’inventivité – une invisibilisation que résume ainsi Michel de Certeau :

  • 62 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, ouvr. cit., p. xlv, 1990 (rééd.).

La statistique n’en connaît presque rien, puisqu’elle se contente de classer, calculer et mettre en tableaux les unités « lexicales » dont ces trajectoires sont composées mais à quoi elles ne se réduisent pas, et de le faire en fonction de catégories et de taxinomies qui lui sont propres. Elle saisit le matériau de ces pratiques, et non leur forme ; elle repère les éléments utilisés, et non le « phrasé », dû au bricolage, à l’inventivité « artisanale », à la discursivité qui combinent ces éléments tous « reçus » et couleur muraille.62

56Cette invisibilisation révèle les limites de la catégorie « tourisme domestique », qui sous des allures consensuelles, est éminemment située. Par conséquent, il est temps d’essayer de se décentrer.

Notes

1 Laurène Tallon et Marc Cagnard, Fiche pays Vietnam, UBIFRANCE, 2012.

2 DIAL (équipe), Conditions d’accès et impact distributif de l’adhésion du Vietnam à l’OMC, Đà Nẵng, Forum économique et financier, 7e session, 2008, p. 47.

3 Laurène Tallon et Marc Cagnard, ouvr. cit., 2012.

4 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, Le consommateur vietnamien, UBIFRANCE, 2008.

5 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, Report on Labour Force Survey 2013, ouvr. cit., 2014, p. 32.

6 Ibid., p. 12.

7 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, ouvr. cit., 2008.

8 Patrick Gubry, Vũ Thị Hồng et Lê Văn (éd.), Les chemins vers la ville, la migration vers Hô Chi Minh Ville à partir d’une zone du delta du Mékong, Paris, Karthala-CEPED, 2002, p. 24.

9 Ibid.

10 DIAL (équipe), Conditions d’accès et impact distributif de l’adhésion du Vietnam à l’OMC, ouvr. cit., 2008, p. 43.

11 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, ouvr. cit., 2014, p. 8.

12 DIAL (équipe), ouvr. cit., 2008, p. 43.

13 Ibid.

14 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, ouvr. cit., 2014, p. 36.

15 Patrick Gubry, Lê Thị Hương, Nguyễn Thị Thiềng, Phạm Thủy Hương, Trần Thị Thanh Thủy et Vũ Hoàng Ngân (éd.), Bouger pour vivre mieux : les mobilités intra-urbaines à Hô Chi Minh Ville et Hanoi. Hà Nội, Éditions de l’Université nationale d’économie, 2008, p. 177-180.

16 Central population and housing census steering committee, Vietnam population and housing census 2009, age-sex stucture and marital status of the population in Viet-Nam, Hà Nội, Statistical Publishing House, 2011, p. 31.

17 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, Le consommateur vietnamien, ouvr. cit., 2008.

18 Danh Buy, Christelle Peyran et Marc Cagnard, Les télécommunications au Vietnam, UBIFRANCE, 2014.

19 État du Monde, 2008.

20 Victor T. King, Nguyễn An Phương et Nguyễn Hữu Minh, « Professional middle-class youth in post-reform Vietnam : identity, continuity and change », Modern Asia Studies, vol. 4, no 42, 2007, p. 805.

21 Lisa Drummond et Mandy Thomas (éd.), Consuming urban culture in contemporary Vietnam, Londres et New York, Routledge Curzon, 2003 et Catherine Earl, « Leisure and social mobility in Ho Chi Minh City », Social inequality and the challenges of reform, P. Taylor (éd.), Singapour, ISEAS, 2004, p. 351-379.

22 Anthony Caubin, Gilles Tisserand et Bertrand Boncorps, Le consommateur vietnamien, ouvr. cit., 2008.

23 Xavier Godart et Jean-Michel Cusset, « Des systèmes de transport urbain au Vietnam à la recherche de la modernité », Cahiers des sciences humaines, vol. 32, no 3, 1996, p. 556.

24 Allison Truitt, « On the back of a motorbike : middle-class mobility in Ho Chi Minh City, Vietnam », American Ethnologist, vol. 35, no 1, 2008, p. 3.

25 Emmanuelle Peyvel et Marie Gibert, « "Đi chơi đi !, Allons-nous amuser !" Entre public et privé, une approche socio-spatiale des pratiques de loisirs à Hồ Chí Minh Ville », EchoGéo, no 21, 2012, En ligne : [http://echogeo.revues.org/13177] (Consulté le 17/07/2015).

26 Đoàn Cầm-Thi, « Préface », Au rez-de-chaussée du paradis, récits vietnamiens (1991-2003), Picquier, Paris, 2005, p. 13.

27 Đoàn Cầm-Thi, Écrire le Vietnam contemporain, Paris, PUPS, 2010.

28 Kim Lefèvre « Préface », Quand on est jeune, Phan Thị Vàng Anh (éd.), Paris, Picquier, 1996, p. 8.

29 Nguyễn Phương An, « Youth and the State in contemporary socialist Vietnam », Lund University, Centre for East and South-East Asian Studies, Working Paper no 16, 2005.

30 Voir notamment : Ingrida Geciene, « Discourse on the middle-class in post-communist context », Sociologija, vol. 2, 2005, p. 75-87 ; Thomas Heberer, Private Entrepreneurs in China and Vietnam : Social and Political Functionings of Strategic Groups, Leiden, Brill, 2003.

31 Voir notamment : General Statitics Office of Vietnam, 2004, 2006, 2008, 2010 et 2012, Viet Nam Household Livings Standards Surveys ; Vũ Thanh Hương (dir.), The Emerging Middle Class in Vietnam Transitional Economy : Identification, Measurement and Consumption Behavior Respect to Economic Growth, National University of Hanoi, Department of Economy, 2012 (La classe moyenne vietnamienne, définie comme gagnant entre 3 et 10 dollars par jour, représentait 5,5 % de la population en 1992 contre 60 % en 2015, p. 10). En 2014, une enquête du Boston Consulting Group, diffusée par la Chambre de commerce des États-Unis au Việt Nam (AmCham), estimait que la classe moyenne vietnamienne (définie comme gagnant 15 millions de đồng par an, soit 714 dollars) était celle qui connaissait la plus forte croissance de toute l’Asie du Sud-Est, passant de 12 à 33 millions d’individus entre 2014 et 2020.

32 Voir notamment : Kate Jellema, « Making good on debt : the remoralisation of wealth in post-revolutionnary Vietnam », The Asia Pacific Journal of Anthropology, vol. 6, no 3, 2005, p. 231-248 ; Victor King, Phương An, Nguyễn Hữu Minh, 2008, « Professional middle class youth in post-reform Vietnam : Identity, continuity and change », Modern Asian Studies, vol. 42, no 4, p. 783-813 ; Ann Marie Leshkowich, « Woman, Buddhist, entrepreneur : gender, moral values and class anxiety in late socialist Vietnam », Journal of Vietnamese Studies, vol. 1, no 1-2, 2006, p. 277-313 ; Ann Marie Leshkowitch, « Entrepreneurial families in Viet Nam : Controversial symbols of moral dilemmas in changing times », Education about Asia, vol. 13, no 1, 2008, p. 11-16 ; Alisson Truitt, ouvr. cit., 2008 ; Elizabeth Vann, « Production matters : consumerism and global capitalism in Vietnam », Research in Economic Anthropology, vol. 22, 2003, p. 225-257 ; Elizabeth Vann, « The limits of authenticity in Vietnamese consumer markets », American Anthropologist, vol. 108, no 2, 2006, p. 286-296.

33 Martin Gainsborough, « Political change in Vietnam : In search to the middle-class challenge to the state », Asian Survey, vol. 42, no 5, 2002, p. 694-707.

34 Ann Marie Leshkowich, Essential Trade : Vietnamse Women in a changing Marketplace, Hawai`i Press, 2014, p. 174-177.

35 Ce que confirment les World Values Survey menés entre 2005 et 2007, selon lesquels seuls 14 % des Vietnamiens déclarent appartenir à la classe moyenne, tandis que 82 % revendiquent leur appartenance à la classe des travailleurs.

36 Lisa Drummond, « Middle class landscapes in a transforming city : Hanoi in the 21st Century », The Reinvention of Distinction, Modernity and the Middle-Class in Urban Vietnam, V. Nguyen-Marshall, L. Drummond et D. Bélanger (éd.), Dordrecht, Springer, 2012, p. 79-93.

37 Pierre Bourdieu, Un art moyen, essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Éditions de Minuit, 1965.

38 « As the state abolished the subsidy system (bao cap), which used to provide for everything from education and employment to healthcare, housing, holidays and other social benefits, unemployment and poverty have risen significantly. Meanwhile, there is ample evidence of dynamic groups and individuals who possess knowledge, skills, experience and social connections, seizing opportunities offered by economic development to become affluent, causing a widening disparity between rich and poor. », Victor T. King, « The middle class in Southeast Asia : diversities, identities, comparisons and the Vietnamese », International Journal of Asia Pacific Studies, vol. 4, n2, 2008, p. 90.

39 Tổng cục du lịch Việt Nam, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch, Hà Nội, nhà xuất bản thông tấn, 2003, 2005, 2009 et 2013.

40 C’est aussi ce que conclut le seul article portant sur le tourisme domestique au Việt Nam, construit à partir de l’enquête de 2009 : Bùi Hương Thanh et Lee Joolife, « Vietnamese domestic tourism : an investigation of travel motivations », Australian Journal of South-East Asian Studies, vol. 4, n1, 2011, p. 10-29.

41 Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 125.

42 Voir notamment : Chris Dixon, « State, party and political change in Vietnam », Rethinking Vietnam, D. Mac Cargo (éd.), Londres et New York, Routledge, 2004 ; Kim Jee Young, « Political capital, human capital and inter-generationnal occupational mobility in Northern Vietnam », Social Inequality in Vietnam and the Challenges to Reform, P. Taylor (éd.), Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, 2004, p. 166-207.

43 Cette situation est comparable à celle qu’on observe en France : en 1999, seul un tiers des agriculteurs étaient partis au moins quatre jours consécutifs hors de leur domicile. 58 % d’entre eux évoquaient des raisons professionnelles pour l’expliquer (contre 8 % en moyenne dans la population) – Céline Rouquette, Économie et Statistiques, INSEE, n345, 2001, p. 40.

44 Les Kinh, aussi appelés Việt, correspondent à l’ethnie majoritaire du pays, entendu la plus nombreuse (85,7 % de la population d’après le dernier recensement de 2009). Ils sont également dominants politiquement et économiquement, détenant ainsi l’essentiel du pouvoir au Việt Nam.

45 Dân tộc thiểu số (« minorités » nationales ou ethnies « minoritaires ») : ce terme désigne toutes les populations n’étant pas kinh, et regroupe officiellement cinquante-trois groupes différents, soit 14,3 % de la population d’après le dernier recensement de la population (2009). L’adjectif « minoritaire » renvoie plus globalement à leur position marginale au sein du territoire et à leur exclusion des instances de pouvoir. De ce fait, il est préférable d’employer ce terme avec des guillemets, car il renvoie à un discours de domination situé, celui des Kinh. Sur la construction des identités ethniques, voir notamment : Charles Keyes, « The peoples of Asia, Science and politics in the classification of ethnic groups in Thailand, China and Vietnam », The Journal of Asian Studies, vol. 61, no 4, 2002, p. 1163-1203 ; Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995.

46 Il est frappant de constater l’inertie spatiale en la matière : Christian Taillard et Vũ Tự Lập, Atlas du Viêt-Nam, Paris et Montpellier, La Documentation française et Reclus, 1994, p. 374-377.

47 Voir notamment le travail mené par Laurent Fages à Sa Pa depuis sa thèse : Laurent Fages, De stratégies en tragédies : confrontations territoriales et évolution des systèmes ruraux : exemples de groupes ethniques du Nord-Vietnam, Thèse de géographie, Bordeaux 3, 2004.

48 Anne-Valérie Schweyer, Le Viêtnam ancien, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

49 Ngô Đức Thọ, Nguyễn Van Nguyên et Philippe Papin (éd.), Géographie descriptive de l’empereur Dong Khanh (Dồng Khánh Địa dư chí), Paris, EFEO et EHESS, vol. 1, 2003, p. 6.

50 Tâm Quách Langlet, « Regard sur le Nord Viêtnam à la fin du xviiie s. d’après la relation d’un voyage à la capitale de Lan Ong », Récits de voyage des Asiatiques, genres, mentalités, conceptions de l’espace, C. Salmon (éd.), Paris, EFEO, 1996, p. 202.

51 Lãn Ông, 1783, Thượng Kinh Ký Sự (Relation d’un voyage à la capitale), traduit par Nguyễn Trần Huân, EFEO, 1972, p. 15.

52 Le terme est apparu en Angleterre en 1792. En France, le terme « touriste » date de 1816, et celui de « tourisme » de 1841. Voir notamment Catherine Bertho-Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 15.

53 Voir à ce sujet la démonstration de Victor Alneng à partir du monastère Trúc Lâm de Đà Lạt : Victor Alneng, « Zen and the art of tourism maintenance : a meditation on so-called proto-tourism in Vietnam », S. Singh (éd.), ouvr. cit., p. 31-49.

54 André Bon, 1930, Petit guide illustré de Dalat, Municipalité de Dalat – M6305 (11), Bibliothèque nationale de Hà Nội.

55 Emile De Rozario, « Chapa, station d’altitude », Cahiers de la société de géographie de Hanoi, 1935, n.p.

56 François Văn Nguyễn, Stations climatiques et sources hydrominérales dans l’Indochine du Sud, Thèse de doctorat en médecine, Paris, 1932, p. 12 et p. 40 – M10113, Bibliothèque nationale de Hà Nội.

57 Hoàng Ngọc Phách, Un cœur pur, Paris, Gallimard, 2006 (réed.).

58 Christopher E.Goscha, « Récits de voyages viêtnamiens et prise de conscience indochinoise (1920-1945) », Récits de voyage des Asiatiques, ouvr. cit., 1996, p. 223-251.

59 Vũ Trọng Phụng, Le fabuleux destin de Xuan le rouquin (titre original : Số đỏ), Paris, Picquier, 1936 (réed. 2007), p. 96.

60 Maurice Durand, Imagerie populaire vietnamienne, Paris, EFEO, 2011 (édition originale de 1960).

61 Voir notamment à ce sujet : Agnieszka Sobocinska, « Two days Rest in the city of Sin : Australian soldiers on R&R in Vietnam », Conference Resorting to the Coast : Tourism, heritage and cultures of the Seaside, Centre for tourism and Cultural Change, Leeds University, Juin 2009.

62 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, ouvr. cit., p. xlv, 1990 (rééd.).

Table des illustrations

Titre Graphique 4 : Répartition par motifs des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique 5 : Répartition par durée de séjours des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Graphique 6 : Répartition des visiteurs domestiques par catégories d’hébergement marchand en 2013.
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Graphique 7 : Répartition par âge des visiteurs domestiques en 2013.
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique 8 : Répartition par catégories professionnelles des visiteurs domestiques voyageant par leurs propres moyens en 2013.
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2013 [Résultats de l’enquête sur les dépenses des touristes 2013].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Carte 2 : Répartition à l’échelle provinciale des touristes étrangers et domestiques au Việt Nam (2009).
Crédits À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Carte 3 : Répartition des chambres au Việt Nam par catégories (2009).
Crédits À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Carte 4 : Évolution du chiffre d’affaire touristique au Việt Nam à l’échelle provinciale (2000-2009).
Crédits À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Carte 5 : Modes de transports utilisés par les visiteurs domestiques (2009).
Crédits À partir de Tổng Cục Thống kê, Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch 2009 (résultats de lʼenquête sur les dépenses des touristes 2009). E. Peyvel, 2015
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 1 : Caricature de Lý Toét à la plage (1933-1934).
Crédits Source : Nguyễn Văn Kỳ, La société vietnamienne face à la modernité, le Tonkin de la fin du xixesiècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 204.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 2 : Caricature de Lý Toét à la plage (1933-1934).
Crédits Source : Nguyễn Văn Kỳ, La société vietnamienne face à la modernité, le Tonkin de la fin du xixesiècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 204.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Figure 3 : Le tourisme dans des magazines féminins du Sud Việt Nam avant 1975.
Crédits Source no 16 : 4e de couverture de Phụ nữ ngày mai, no 263, octobre 1970. Source no  17 : Phụ nữ mới, no 177, décembre 1969.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8546/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 676k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search