Version classiqueVersion mobile

L'invitation au voyage

 | 
Emmanuelle Peyvel

Partie 1. De l'importance des tactiques touristiques vietnamiennes

Chapitre I Quantifier

Texte intégral

Un contexte régional propice aux circulations touristiques

  • 1 OMT, Faits saillants du tourisme, 2010.

1D’après l’OMT, de 1950 à 2014, le nombre d’arrivées de touristes internationaux à la surface du globe est passé de 25 à 1 milliard 133 millions. Or, si en 1950, les quinze premières destinations absorbaient 88 % des arrivées de touristes internationaux, cette proportion est passée à 55 % en 20101. Cette diminution s’explique par l’apparition de nouvelles destinations, dont beaucoup se situent dans des pays que l’OMT qualifie de pays émergents, correspondant en réalité pour beaucoup aux anciens empires coloniaux : leur part dans le tourisme mondial est passée de 30 % en 1980 à 45 % en 2014 et elle devrait atteindre 57 % d’ici 2030. La zone Asie-Pacifique occupe une place particulière dans cette nouvelle répartition des flux, car elle enregistre de très forts taux de croissance.

  • 2 OMT, Faits saillants du tourisme, 2015.

2Alors qu’elle accueillait moins d’un centième des flux du tourisme international en 1950, cette région en accueille aujourd’hui près d’un cinquième. En 2014, elle se plaçait en seconde position pour les arrivées de touristes internationaux (263,3 millions soit 23,2 % du total mondial) comme pour les recettes (377 milliards de dollars soit 30 % du total mondial)2. D’après les prévisions, ce dynamisme ne fera que se confirmer : d’ici 2030, si l’OMT prévoit un taux de croissance annuel moyen de 3,3 % dans le monde, il sera de 4,9 % en Asie-Pacifique. L’Asie est donc bien désormais un centre de gravité du système touristique mondial.

  • 3 Ibid.

3Au sein de cette zone, l’OMT distingue quatre sous-régions : l’Asie du Nord et de l’Est, emmenée par la Chine, le Japon et la Corée du Sud ; l’Océanie, centrée sur l’Australie ; l’Asie du Sud, polarisée par l’Inde, et enfin l’Asie du Nord-Est, à laquelle appartient le Việt Nam. C’est la deuxième plus importante région touristique de la zone, avec ses 96,715 millions de touristes internationaux et ses 106,791 milliards de dollars de recettes touristiques en 20133. Surtout, l’Asie du Sud-Est pèse sept fois plus lourd que l’Océanie en ce qui concerne les flux de touristes internationaux et réalise quatre fois plus de recettes que l’Asie du Sud.

4La bonne santé touristique de l’Asie du Sud-Est est polarisée par deux destinations importantes : la Malaisie et la Thaïlande. La péninsule indochinoise fait également figure d’espace dynamique : à côté de la locomotive thaïlandaise, les pays limitrophes enregistrent des taux de croissance intéressants : +7 % entre 2013 et 2014 au Cambodge, +40 % au Việt Nam. Toutefois, il faut bien garder à l’esprit que si en valeur relative, le tourisme semble exploser dans ces pays, les valeurs absolues restent modestes. Le Cambodge a ainsi enregistré 4,5 millions de touristes internationaux en 2014, soit cinq fois moins que son voisin thaïlandais. La même année, avec ses 7,8 millions de touristes internationaux, le Việt Nam fait figure de pays plus installé, ce qui le place au 11e rang de la zone Asie-Pacifique en termes d’arrivées de touristes internationaux et au 5e de l’ASEAN.

5Le Việt Nam apparaît ainsi comme une destination montante dans un des bassins touristiques les plus dynamiques du globe. S’il fait indéniablement partie de la mondialisation touristique, dans quelles mesures les Vietnamiens en profitent-ils ?

Des catégories statistiques étriquées pour saisir les mouvements

Un comptage tardif et approximatif

  • 4 General Statistics office of Vietnam, Statistical Yearbook of Vietnam, 2014, p. 532.

6Alors que dès 1993 des statistiques sont établies à propos des visiteurs et touristes étrangers, il faut attendre 1997 pour pouvoir approcher les Vietnamiens dans les annuaires statistiques nationaux (niên giám thống kê) élaborés par l’Office national des statistiques. De 1997 à 2002, la sous-catégorie relative aux visiteurs vietnamiens n’existe pas, mais en soustrayant le nombre de visiteurs étrangers au nombre total de visiteurs, il est possible de la deviner. À partir de 2002, la manière de compter change : ce n’est plus un nombre de visiteurs qui apparaît, mais un nombre de clients servis dans les hôtels et les agences de voyages. Il faut attendre 2005 pour qu’une distinction soit faite entre Vietnamiens et étrangers. Il en ressort ainsi qu’en 2013, 77,8 millions de Vietnamiens ont été logés dans des hébergements marchands (soit huit fois plus que les étrangers), et 7,2 millions ont été servis par une agence de voyages (soit trois fois plus que les étrangers)4.

7Ces comptages sont doublement problématiques : ils sont tout à la fois exagérés, car les personnes utilisant des hôtels et des agences de voyages ne sont pas forcément des touristes, et minorés, les touristes domestiques n’ayant pas forcément recours à ces services marchands. D’autres chiffres confirment que la majorité d’entre eux voyagent par leurs propres moyens (voir chapitre 2), et les enquêtes menées sur le terrain montrent que beaucoup usent d’hébergements gratuits, en logeant chez des amis ou de la famille. Dans les statistiques nationales, les touristes vietnamiens sont donc assignés à une double invisibilité : ils sont comptabilisés plus tardivement que les étrangers, et lorsqu’ils le sont enfin, c’est de manière imparfaite : soit ils sont confondus avec des consommateurs d’infrastructures de voyage soit ils ne sont pas clairement identifiés au sein de la catégorie des « visiteurs » par le motif « tourisme ».

8Malgré ces imperfections, ces chiffres concordent tous sur deux éléments : la très forte croissance du tourisme domestique au Việt Nam en moins de vingt ans, et le fait qu’il a toujours été supérieur à celui des étrangers (voir graphique 1) : si en 1990, il y avait sept fois plus de visiteurs vietnamiens que d’étrangers, aujourd’hui le ratio est supérieur à quatre. Le graphique 1 montre également que les Vietnamiens sont moins volatils que les clientèles étrangères, ces dernières étant davantage sensibles aux crises, sanitaire comme celle du SRAS en 2003 ou financière, comme ce fut le cas en 2009.

Graphique 1 : Croissance comparée des flux de visiteurs internationaux et domestiques au Việt Nam entre 1990 et 2015.

Graphique 1 : Croissance comparée des flux de visiteurs internationaux et domestiques au Việt Nam entre 1990 et 2015.

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Niên giám thống kê [Annuaire statistique], Hà Nội, Nhà xuất bản thống kê, 2015-1993.

Entre dedans et dehors, le comptage problématique des Vietnamiens de l’étranger

  • 5 Voir notamment : Lê Hũu Khóa, L’immigration confucéenne en France : on s’exile toujours avec ses an (...)

9Le comité des Vietnamiens résidant à l’étranger propose un comptage régulier de leurs entrées au pays, reporté sur le graphique 2. Mais au-delà de ces statistiques de prime abord simples, il n’est en fait pas aisé d’identifier leurs flux touristiques. Il est d’abord difficile d’isoler les Vietnamiens de l’étranger venus en tant que touristes. Ils sont souvent à cheval entre la catégorie des touristes étrangers et celle des touristes domestiques, ce statut n’étant pas seulement une affaire administrative, mais aussi largement d’adhésion personnelle5. D’autre part, voyager au pays natal remplit plusieurs fonctions, souvent difficilement résumables à la seule appellation « tourisme ». Les affaires conclues à cette occasion peuvent par exemple faire partie du voyage.

Graphique 2 :Les entrées des Vietnamiens de l’étranger au Việt Nam de 1993 à 2010.

Graphique 2 :Les entrées des Vietnamiens de l’étranger au Việt Nam de 1993 à 2010.

Source : Christophe Vigne, « Mobiliser les Vietnamiens de l’étranger : enjeux, stratégies et effets d'un nationalisme transnational », Carnets de l'IRASEC, n° 19, 2012, p. 59.

10En outre, cette question est éminemment politique. Aujourd’hui, les autorités vietnamiennes envisagent la catégorie des Vietnamiens de l’étranger comme très large, signe d’une reconnaissance toujours plus grande à leur égard. En réalité, il est de plus en plus facile pour ces émigrés de faire valoir ou de recouvrer la nationalité vietnamienne et de bénéficier alors d’une double nationalité (voir chapitre 4). La définition officielle de ce statut est critiquable dans le sens où elle a tendance à exagérer artificiellement les chiffres. Toutefois, il ne faut pas oublier que ces statistiques sont partie prenante d’un discours servant aujourd’hui l’image d’un Việt Nam toujours plus ouvert et inséré dans la mondialisation. Il est ainsi intéressant de remarquer qu’à partir de l’année 2000, le graphique 2 utilise des nombres toujours ronds, contrairement aux années précédentes où il semble relever d’un comptage plus précis, à l’unité près. Cela nous laisse penser que ces statistiques servent surtout à donner une idée toujours plus importante de la venue de ces touristes, ce qui ne peut qu’encourager d’autres Vietnamiens de l’étranger à franchir le pas à leur tour.

Discours de la méthode

11D’une manière générale, les statistiques établies ont du mal à appréhender les touristes domestiques. Bâtir un dispositif efficace pour comptabiliser des habitants d’un pays qui subitement s’y transforment pour quelques jours en touristes n’est pas facile, au Việt Nam comme ailleurs ; et ces difficultés sont d’autant plus importantes dans le cas des Vietnamiens de l’étranger. Les problèmes de doubles comptes sont ainsi fréquents.

12Ces statistiques sont surtout à comprendre comme un outil d’intégration négociée à la mondialisation, aux côtés d’autres dispositifs de commensurabilité autorisant des équivalences de pensée et d’échanges, tels les dictionnaires, les cartes, les lois ou les unités de mesure. Les chiffres ici présentés sont utilisés le plus souvent pour montrer l’importance du tourisme au Việt Nam et son insertion dans la mondialisation, grâce aux courbes rassurantes de croissance. Les autorités les utilisent pour alimenter un discours de l’ouverture et de l’intégration.

13L’accès progressivement public aux statistiques y participe pleinement. Si avant le Đổi Mới, le Việt Nam envisageait la statistique sur le modèle soviétique, au sein duquel elle servait essentiellement à alimenter des plans pluriannuels optimistes de planification, depuis, un rattrapage louable a été opéré. Les statistiques acquièrent progressivement le statut de bien public, ce qui constitue une rupture fondamentale par rapport à la secrétomanie dont elles ont longtemps été frappées. Elles sont de plus en plus disponibles sur Internet, et se plient année après année aux standards internationaux. Corollaire de cette utilisation des statistiques au service d’un discours de l’ouverture, celles disponibles en ligne sont bien souvent agrégées à l’échelle nationale, sans explication méthodologique. Elles se concentrent beaucoup sur les flux – dont la croissance est rassurante – et les dépenses, catégorisant les touristes domestiques en autant de cibles marketing. Elles approchent en revanche avec plus de réticences les discriminations sociales, spatiales ou de genre (voir chapitre 3). Ce sont davantage les pleins que les vides qui retiennent l’attention dans ce discours, car ils encouragent investissements et connexions à l’heure de la mondialisation. Par conséquent, la consultation sur place des annuaires statistiques papier, en particulier aux échelles régionales, reste complémentaire des données en ligne, même si elle s’avère fastidieuse et coûteuse.

14Au-delà de la simple connaissance statistique du tourisme domestique, sa reconnaissance pose encore problème, car cette catégorie a du mal à faire sens : les compétences et tactiques développées par les touristes vietnamiens se laissent difficilement saisir par les cases de la comptabilité. Entités sociales et non seulement statistiques, ces touristes circulent davantage qu’ils ne se recensent : ils ne se confondent jamais totalement avec des clients d’hôtels ou d’agences de voyages ou bien encore avec des immigrés revenus au pays. Si l’injonction administrative est admise chez les immigrés et les touristes internationaux, habitués à montrer leurs papiers, elle n’est aujourd’hui plus imposée aux Vietnamiens chez eux (voir chapitre 2).

15Dès lors, les tactiques touristiques développées par les Vietnamiens, avant même d’être des savoir-faire, relèvent du faire-savoir : se déclarer comme touriste, quand cette mobilité est socialement acceptée voire même valorisée, ou au contraire, dans d’autres cas, cacher ce statut pour en déclarer un autre, socialement plus respectable, comme le déplacement professionnel, le pèlerinage ou la visite à la famille. Les compétences langagières sont ici manifestes : il s’agit de cacher ou de mettre en valeur l’exercice touristique selon le contexte.

  • 6 Entretien réalisé à Mũi Né le 23/07/07.

16Aux discours statistiques, produits par le haut, s’articulent ceux des touristes, construits par le bas comme autant d’arts de faire étudiés au gré des entretiens menés sur le terrain. Ngọc, 19 ans, partie pour trois jours avec le groupe de son église de Long An, son pays natal situé dans le delta du Mékong, m’expliquait ainsi à propos des quatre-vingt-dix personnes avec lesquelles elle voyage à Mũi Né, Phan Thiết puis Đà Lạt : « La plupart sont des catholiques, mais pas seulement […] Cela permet de changer d’air et de payer moins cher, 550000 đồng/personne6. » Elle brouille volontairement la frontière entre tourisme et pèlerinage : si sa famille est rassurée de la savoir partir avec la communauté religieuse de la ville, elle se dit heureuse à l’idée de pouvoir raconter son périple (en particulier les descentes en luge sur les dunes de sable à Mũi Né et sa visite de la station balnéaire de Phan Thiết) à ses amies de Hồ Chí Minh Ville, avec lesquelles elle étudie désormais la comptabilité. Il serait réducteur d’envisager cette tactique comme un mensonge : Ngọc utilise cette expérience mobilitaire pour éprouver sa foi (des prières au couvent et à l’église de Đà Lạt sont ainsi prévues au programme), renforcer sa respectabilité en tant que catholique dans son environnement familial, s’émanciper (c’est bien parce qu’elle est avec ce groupe religieux que ses parents l’autorisent à partir sans eux) et expérimenter des activités touristiques à même d’être valorisées dans sa fraîche condition de citadine. La façon dont Ngọc se définit lors de ce court séjour nous apprend ainsi beaucoup des facettes identitaires qu’elle cultive à la faveur du changement social : devenir une jeune étudiante hochiminoise depuis sa petite ville du delta du Mékong, où ses cadres de référence restent sa famille et son église. S’il s’agit bien pour l’Église de renforcer sa communauté par cette œuvre sociale, il est évident que ce cadre fait l’objet d’une réappropriation par Ngọc, qui y voit aussi, toute catholique qu’elle est, une formidable occasion de « voir du pays et des choses singulières, comme ces dunes de sable qui n’existent nulle part ailleurs ». C’est bien pour cette raison qu’elle participe à ce voyage annuel pour la troisième fois. Se lisent ici en filigrane toutes les compétences et tactiques que Ngọc est capable de déployer dans un cadre hybride, entre tourisme et pèlerinage. La catégorisation statistique ne peut qu’être dépassée par des processus d’individuation si complexes.

Des compétences et tactiques touristiques devenues rentables

17Se concentrer sur les retombées économiques générées par les compétences et tactiques touristiques vietnamiennes constitue également une bonne manière d’approcher leur importance réelle. Deux indicateurs peuvent être utilisés : les recettes du tourisme et les emplois qu’il crée. Il est possible de les approcher dans les annuaires statistiques nationaux, où le tourisme est devenu un secteur économique en soi, aux côtés de l’agriculture ou de l’industrie, ce qui n’était pas le cas avant 1986 (voir deuxième partie). La reconnaissance de ce secteur est la manifestation concrète d’un ordre économique qui se reconfigure depuis le Đổi Mới : la mondialisation et la tertiarisation de l’économie amènent de nouveaux codes, où le souci de soi devient une activité lucrative. À ces chiffres officiellement produits par l’État vietnamien, peuvent être ajoutés ceux diffusés par le World Travel and Tourism Council, regroupant depuis 1989 plus d’une centaine de grands groupes internationaux du secteur.

  • 7 Business Monitor International, Vietnam Tourism Report, Londres, Business Monitor International, 20 (...)

18D’après la Direction nationale du tourisme, les recettes totales du secteur se sont élevées en 2013 à 200 milliards de đồng, soit plus de 9,52 millions de dollars ; il y a vingt ans, elles étaient seulement de 2,5 milliards de đồng. Le tourisme représente une part croissante de l’économie vietnamienne. En 2014, il se chiffrait à 4,6 % du PIB. Ce pourcentage a plus que doublé en dix ans : en 2003, le tourisme pesait 2 % du PIB vietnamien7.

19À ces chiffres généraux, l’Office national des statistiques propose depuis 2002 une distinction supplémentaire dans ses annuaires : y sont reportées les recettes des agences de voyages et celles des hébergements. En 2013, elles ont été respectivement de 24820 et 31152 millions de đồng. Si ces recettes ne reflètent qu’imparfaitement celles du tourisme (voir infra), elles sont utiles pour appréhender la bonne santé de ce secteur. Le graphique 3, confrontant ces trois types de recettes touristiques, montre en effet une croissance régulière depuis plus de dix ans.

Graphique 3 : Évolution des recettes générées par le tourisme au Việt Nam de 2000 à 2013 (en millions de đồng).

Graphique 3 : Évolution des recettes générées par le tourisme au Việt Nam de 2000 à 2013 (en millions de đồng).

Source : À partir de Tổng cục thống kê, Niên giám tống kê, 2001-2014.

20La rentabilité du secteur touristique peut être aussi approchée par les dépenses journalières effectuées par les touristes. D’après la dernière enquête menée par l’Office national des statistiques en 2013, relative aux dépenses des visiteurs étrangers et domestiques (Kết quả điều tra chi tiêu của khách du lịch), la dépense journalière moyenne d’un visiteur vietnamien était de 1148500 đồng (53 dollars environ) contre 95,82 dollars pour un étranger. Cependant, ces moyennes ne doivent pas tendre à nationaliser des comportements de consommation : si en moyenne, les Vietnamiens dépensent moins que les étrangers, certains étrangers dépensent très peu (cas des backpackers) tandis que les Vietnamiens les plus riches consomment beaucoup. Cette même enquête indique par exemple que les visiteurs domestiques voyageant par avion consomment deux fois plus que la moyenne (9,78 millions de đồng contre 4,2 pour un séjour moyen de 3,68 nuitées). Surtout, il serait dangereux d’en déduire que le tourisme des étrangers est plus rentable : en effet, il ne faut pas oublier que ces derniers étaient presque cinq fois moins nombreux que les Vietnamiens en 2014. En outre, la structure des dépenses entre visiteurs domestiques et étrangers est comparable : l’hébergement, la nourriture et les transports constituent les trois postes principaux de dépenses pour les deux catégories de visiteurs (67,6 % du budget des étrangers, 71,4 % pour les Vietnamiens), le shopping et les visites se classant en 4e et 5e postes de dépense dans les deux cas. Ces statistiques montrent donc qu’il n’est pas possible d’en déduire une plus grande rentabilité du tourisme international par rapport à celui domestique.

  • 8 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, Report on Labour Force Survey 20 (...)

21Le nombre de personnes employées dans le secteur touristique constitue un autre indicateur pour suivre le déploiement du tourisme domestique. D’après la Direction nationale du tourisme, le secteur touristique employait, en 2013, 4 millions de personnes ; alors qu’en 1990, 70000 personnes y travaillaient. La création d’emplois semble donc spectaculaire, signe manifeste d’une mobilité touristique en pleine croissance, à partir de laquelle un secteur marchand se structure. En outre, ce dernier présente une structure genrée spécifique : 71 % de la main-d’œuvre est féminine dans l’hôtellerie-restauration, un des plus forts taux du pays avec l’éducation et l’aide domestique8.

22Ces statistiques doivent cependant être traitées d’autant plus prudemment qu’il est en réalité très difficile de comptabiliser la main-d’œuvre travaillant dans le secteur touristique, et cela pour quatre raisons principales, loin d’être d’ailleurs spécifiques au pays : une part importante de l’activité économique n’est pas déclarée, ces emplois varient beaucoup du fait de leur caractère saisonnier, il n’est pas facile de déterminer dans quelles mesures un emploi est touristique (en particulier dans l’hôtellerie, la restauration et les transports), et enfin l’appareil statistique national peine à produire des données fiables et réactualisées, s’expliquant par un manque de moyens et de personnel formé. Il n’en reste pas moins que les statistiques avancées montrent toutes que le secteur touristique emploie de plus en plus de monde, signe de la tertiarisation croissante de la société vietnamienne, sous les effets conjugués de l’urbanisation et de la hausse du niveau de vie (voir chapitre 2).

23La Direction nationale du tourisme publie également depuis une dizaine d’années des statistiques à l’échelle provinciale concernant le nombre de personnes travaillant dans le tourisme en fonction de leur niveau de formation. Cette dernière indication est précieuse, car elle permet d’approcher l’institutionnalisation des formations en tourisme, lieux de capitalisations et de transmissions collectives de compétences en matière touristique. Toutefois, ce jeu statistique souffre d’une lacune importante : quatre provinces ne sont pas renseignées : Quảng Trị, Tiền Giang et surtout Hà Nội et Hồ Chí Minh Ville, si bien que la main-d’œuvre recensée se monte au total à seulement 188150 personnes. Il est donc impossible d’extrapoler ces statistiques à l’échelle nationale. Cependant, une fois cartographiées (voir carte no 1), ces informations restent instructives à l’échelle provinciale. Cette carte montre que si la main-d’œuvre travaillant dans le tourisme est aujourd’hui présente partout, elle reste très concentrée dans l’espace : ce sont d’abord les régions littorales et urbaines qui sont pourvoyeuses d’emplois touristiques. À l’inverse, les espaces montagneux et ruraux apparaissent comme un ventre mou. Ce déséquilibre prouve que le déploiement de compétences touristiques au Việt Nam est spatialement discriminant : il ne profite pas à tous (voir chapitre 2).

Carte 1 : Répartition et formation de la main d’œuvre travaillant dans le tourisme au Việt Nam à l’échelle provinciale (2009).

Carte 1 : Répartition et formation de la main d’œuvre travaillant dans le tourisme au Việt Nam à l’échelle provinciale (2009).

Source :  À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015

  • 9 Par comparaison, on peut se référer à l’étude menée en 2000 par la Direction nationale du tourisme (...)

24Cette carte montre également combien l’activité touristique est récente : les travailleurs formés initialement à ce secteur sont peu nombreux. La plupart sont sans formation, et plus on monte dans la hiérarchie scolaire, moins la proportion de main-d’œuvre est élevée. La raréfaction en personnel qualifié est moins criante dans les grands centres touristiques du pays ici renseignés, mais ils comptent eux aussi en majorité une main-d’œuvre peu ou pas qualifiée. Ainsi, si la province de Bà Rịa Vũng Tàu, abritant la plus grosse station balnéaire du pays, dispose de 14 % d’universitaires, 36 % de sa main-d’œuvre possèdent une autre formation que celle touristique, et 13 % sont sans formation. Les formations en tourisme se multiplient pourtant dans le pays à l’heure actuelle, modifiant progressivement cette répartition. On dénombre aujourd’hui environ cent quarante universités et écoles professionnelles en matière d’hôtellerie et de tourisme, depuis l’apprentissage jusqu’à l’enseignement supérieur. Plus qu’un état de sous-qualification, c’est donc bien plutôt la montée en puissance de la main-d’œuvre comme de sa qualification qu’il faut observer9. Il y a à peine dix ans, la province de Bà Rịa Vũng Tàu comptait ainsi 44 % de sa main-d’œuvre touristique sans formation. Ces chiffres montrent donc que le tourisme est un secteur montant de l’économie vietnamienne, appelant une progressive formation de son personnel.

Notes

1 OMT, Faits saillants du tourisme, 2010.

2 OMT, Faits saillants du tourisme, 2015.

3 Ibid.

4 General Statistics office of Vietnam, Statistical Yearbook of Vietnam, 2014, p. 532.

5 Voir notamment : Lê Hũu Khóa, L’immigration confucéenne en France : on s’exile toujours avec ses ancêtres, essai de sociologie de l’exil, Paris, L’Harmattan, 1996.

6 Entretien réalisé à Mũi Né le 23/07/07.

7 Business Monitor International, Vietnam Tourism Report, Londres, Business Monitor International, 2009, p. 11.

8 Ministry of Planning and Investment and General Statistics Office, Report on Labour Force Survey 2013, Hà Nội, 2014, p. 7.

9 Par comparaison, on peut se référer à l’étude menée en 2000 par la Direction nationale du tourisme sur la main d’œuvre travaillant dans le tourisme : Tổng cục du lịch việt nam, Phân tích sơ bộ kết quả điều tra nguồn nhân lực du lịch năm 2000, Hà Nội, Nhà xuất bản thông tấn, 2001.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Croissance comparée des flux de visiteurs internationaux et domestiques au Việt Nam entre 1990 et 2015.
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Niên giám thống kê [Annuaire statistique], Hà Nội, Nhà xuất bản thống kê, 2015-1993.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 2 :Les entrées des Vietnamiens de l’étranger au Việt Nam de 1993 à 2010.
Crédits Source : Christophe Vigne, « Mobiliser les Vietnamiens de l’étranger : enjeux, stratégies et effets d'un nationalisme transnational », Carnets de l'IRASEC, n° 19, 2012, p. 59.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 3 : Évolution des recettes générées par le tourisme au Việt Nam de 2000 à 2013 (en millions de đồng).
Crédits Source : À partir de Tổng cục thống kê, Niên giám tống kê, 2001-2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 1 : Répartition et formation de la main d’œuvre travaillant dans le tourisme au Việt Nam à l’échelle provinciale (2009).
Crédits Source :  À partir des statistiques de la Direction nationale du tourisme. E. Peyvel, 2015
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search