Version classiqueVersion mobile

L'invitation au voyage

 | 
Emmanuelle Peyvel

Introduction

Texte intégral

  • 1 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte, 1997, p. 173.

Nous ne sommes pas exotiques mais ordinaires. Par conséquent, les autres non plus ne sont pas exotiques. Ils sont comme nous, ils n’ont jamais cessé d’être nos frères.
Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes1

Puisque vous partez en voyage…

1Dimanche 30 avril 2006, Xân décide d’emmener sa famille faire du tourisme à l’occasion des deux jours fériés octroyés pour la réunification du pays et la fête du travail, lui offrant au total quatre jours consécutifs de repos. Xân est propriétaire d’une petite usine d’engrais près de Hồ Chí Minh Ville, dans le sud du Việt Nam, qu’il a montée avec son frère aîné. Grâce à la révolution verte que connaît le delta du Mékong, un des greniers à riz du pays, l’affaire marche de mieux en mieux. C’est pourquoi Xân a décidé cette année de prendre un peu de bon temps en famille, en organisant un séjour à la hauteur de ses moyens. Son beau-frère est enclin à les accueillir chez lui à Vĩnh Long. Ils se sont mis d’accord pour venir à cinq : Xân et sa femme, Huê ; une de leurs filles, Thảo et son jeune mari Lực ; ainsi qu’une nièce de Xân, Chi, venue de Hà Nội.

2Les occasions de faire du tourisme sont encore chose nouvelle, même dans cette famille dite de classe moyenne. C’est pourquoi, pour en profiter au maximum, tout le monde s’est levé tôt. Une fois les bagages préparés, le plus souvent dans de grands sacs en plastique, l’achat de valises n’ayant pas été jugé nécessaire, Xân loue un taxi collectif pour se rendre de bonne heure à la gare routière. Il sait en effet que trouver un car pour Vĩnh Long pendant ce grand week-end férié sera moins facile que d’ordinaire. Les prix sont plus chers, et il faut négocier ferme pour obtenir quelques places. L’attente est longue, mais des économies sont faites, permettant finalement de monter dans un minibus bondé non climatisé vers 10 heures. Après trois heures d’embouteillages, de poussière et de chaleur, la famille arrive enfin à Vĩnh Long, à plus de 130 kilomètres au sud-ouest de Hồ Chí Minh Ville. De là, décision est prise de marcher : sa belle-famille habitant non loin de l’arrêt de car, Xân décide d’économiser une course en taxi en arguant du principe qu’en vacances, on n’est jamais pressé d’arriver.

  • 2 Cours d’eau secondaire.

3Phong et sa femme Thơm les attendent pour déjeuner dans le jardin. Toute la famille prend son temps pour déguster les poissons pêchés le matin même et les fruits cueillis dans le verger. Arrosé de bière, ce repas est en soi un des symboles heureux de ce que représentent les vacances pour cette famille. Les conversations vont bon train pour raconter le périple, s’échanger des nouvelles familiales, faire des projets ou tout simplement plaisanter. Après s’être rafraîchie avec le tuyau d’arrosage, puis reposée en faisant la sieste, la famille loue un bateau pour visiter des arroyos2 et des vergers. Les pamplemoussiers, pommiers de lait et orchidées servent de décors à des photos qu’ils conserveront et qu’ils ne manqueront pas d’envoyer à la famille restée au nord. Le soir, Phong et Thơm invitent tout le monde dans un restaurant de la ville, dont la spécialité est le bánh xèo, galette de riz frite fourrée à la crevette et au soja. Ce repas copieux et convivial est arrosé d’alcool, directement ramené de la maison. Veiller de la sorte n’est pas courant, mais demain tous se lèveront plus tard. Ils dormiront gratuitement dans l’internat de l’école, où le beau-frère de Xân travaille.

4Le lendemain matin, c’est à bord d’un minibus, emprunté à l’employeur de Phong, que tout le monde part passer la journée dans un verger de la famille, où ils feront des grillades. Les plus jeunes s’amusent à faire du bateau ou à goûter des fruits fraîchement cueillis, avant de cuisiner des poulets achetés à des voisins. À la fin du repas, les hommes prennent leur temps en fumant et en dégustant l’alcool de riz, tandis que les femmes discutent puis s’assoupissent dans les hamacs. Alors que cette famille part en vacances dans le delta, milieu aquatique par excellence, la baignade est pourtant proscrite. Désormais citadine, elle considère en effet comme sale cette eau servant aux tâches ménagères comme à la toilette. Par ailleurs, cela signifierait se dénuder, ce que, par pudeur, les femmes, notamment les plus âgées, n’oseraient faire. En fin d’après-midi, Huê décide de partir rendre visite à un de ses frères avec son mari et sa fille, non loin de là, à Cao Lãnh. Pour ce faire, une moto leur est prêtée. Le soir, toute la famille se réunit pour un dîner convivial autour d’un poisson de dix ans d’âge afin de se dire au revoir. Le lendemain après-midi, après une matinée au cours de laquelle ils ont simplement apprécié de prendre leur temps à la maison, Xân rentre avec sa famille à Hồ Chí Minh Ville. Un bus de l’école s’y rend, et il juge préférable de partir certes de bonne heure mais gratuitement. Ils ne manquent pas de ramener des mangues, souvenirs de leur séjour, qu’ils partageront avec famille, amis et voisins, au même titre que le récit des promenades en bateau, des repas et des siestes en plein air. Les photos prises à cette occasion, grâce à l’appareil de Chi, raconteront combien ce séjour a été reposant et convivial.

5Ce court séjour a constitué un moment de sociabilité important pour cette famille, qui n’a pas souvent l’occasion de se voir. En effet, le cadre familial constitue à la fois le prétexte du voyage et ce qui l’a rendu possible matériellement. Les vacances sont l’occasion de nourrir les solidarités familiales, en créant concrètement des souvenirs et de la complicité, mobilisables par la suite pour de multiples projets. Accueillir Xân a été par conséquent à la fois plaisant mais également contraignant pour Phong et Thơm : plus aisés, ils ont dû lui offrir certaines prestations, ce qui n’a pas manqué d’alimenter les conversations, Xân étant souvent moqué par ses proches comme particulièrement avare. Toutefois, ces vacances n’ont pas seulement consisté en une succession de visites rituelles à la famille. Les temps de repos et de divertissement, y compris individuels, ont été possibles. Le jeune couple formé par Thảo et Lực a été heureux de profiter de quelques moments d’intimité, rendus possibles par les balades ou les siestes, dans un cadre du hors-quotidien tranchant avec la promiscuité habituellement vécue comme contraignante chez les parents. Les vacances ont finalement été organisées selon trois logiques durant ces quelques jours : profiter de la famille, certes, mais aussi se reposer et se divertir.

6Même si Xân est officiellement chef d’entreprise, il a voulu rester prudent quant au budget dépensé à cette occasion. L’association avec son frère est récente, il a encore des dettes à rembourser et il n’a de toute façon pas l’habitude de consacrer beaucoup d’argent à ce genre d’activités. Toutefois, partir quelques jours avec sa famille, loin de la ville, lui tenait à cœur. Pour ce faire, il a usé de deux tactiques. D’abord, il a su faire correspondre ses désirs à ses moyens : il a utilisé les transports en commun pour aller à Vĩnh Long, l’hébergement et les repas ont été assurés par sa belle-famille et les distractions, telle la balade en bateau, ont été systématiquement négociées et partagées. Ce qu’il a fait correspond au final à un produit touristique qu’il juge de qualité : hébergement confortable, repas copieux, sorties plaisantes. Ensuite, il a su associer un lieu à un projet. Il a emmené sa famille dans un endroit qui lui plaisait, et surtout où il lui était possible d’aller dans le cadre de son budget. Selon ces critères, il a jugé Vĩnh Long accessible, pour des raisons de proximité spatiale et sociale. En cela, si le recours à sa belle-famille a restreint le champ des possibles, en termes de destination et d’activités, il a aussi permis de réduire des incertitudes, liées au budget et aux prestations, ce qui a finalement abouti à la concrétisation de ce projet mobilitaire.

7L’efficacité de ces tactiques est le signe de compétences manifestes. Ces dernières ont été acquises au cours d’une riche histoire mobilitaire, véritable continuum au sein duquel Xân réinvestit son savoir-faire : né à Nghệ An, en 1948, région pauvre du nord du pays, il est parti avec sa famille en 1987 à Sóc Lu, à une soixantaine de kilomètres de Biên Hòa, où il a travaillé comme enseignant. À la fin des années 1990, il a rejoint ses enfants, partis étudier à Hồ Chí Minh Ville, ainsi que son frère, déjà lancé dans son usine d’engrais. Cette migration lui a appris à formuler des projets réalistes de mobilité, en temps comme en argent, à s’appuyer sur des solidarités familiales, et à anticiper au mieux. Xân sait que le voyage contient toujours une part d’imprévisibilité, et qu’il est important de se laisser une marge de manœuvre. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre sa volonté de cadrer les retards éventuels (en arrivant tôt à la gare, en choisissant de rentrer l’avant-veille de sa reprise d’activité) comme les dépassements prévisibles de budget (en négociant systématiquement les tarifs, en partageant les prestations voire en se faisant inviter). En cela, Xân fait la preuve de compétences à la fois d’anticipation et d’improvisation, ce qui témoigne d’une volonté de rationaliser économiquement sa gestion du temps. Xân est ainsi devenu progressivement mobile, et ce faisant touriste.

La lente reconnaissance des flux domestiques dans la mondialisation touristique

  • 3 Nous entendrons ici Việt Nam dans les limites actuelles d’exercice de sa souveraineté nationale. Ni (...)

8En 2015, le Việt Nam a officiellement recensé 41 millions de Vietnamiens ayant, comme Xân et sa famille, fait du tourisme dans leur pays3, soit presque cinq fois plus que les touristes étrangers (un peu plus de 8,5 millions). En 2014, le tourisme a généré un chiffre d’affaires de 8 milliards de dollars selon la Direction nationale du tourisme. Le tourisme domestique, toujours supérieur au tourisme international, constitue une base solide qui connaît une croissance importante : en vingt ans, il a été multiplié par onze. Certes, comparé à d’autres pays proches, comme la Chine ou la Thaïlande, ces valeurs absolues sont à relativiser. Toutefois, il n’en demeure pas moins que cette activité a déjà profondément marqué le pays : les Vietnamiens la pratiquent de plus en plus et les lieux touristiques se multiplient, introduisant de nouvelles dynamiques spatiales.

  • 4 État de l’art réalisé à partir des bases suivantes : Elsevier, Jstor, Cairn, Persée, Muse, SUDOC, F (...)

9Pourtant, force est de constater que le tourisme intéresse peu au Việt Nam. La majorité des études, qu’elles soient le fait d’experts ou d’universitaires – acteurs pouvant d’autant plus se confondre dans un pays manquant d’argent pour développer des recherches fondamentales indépendantes – est davantage centrée sur l’agriculture et la gestion forestière, le développement industriel et tertiaire, l’urbanisation, les « minorités » ethniques et les Vietnamiens de l’étranger4. L’argument revenant le plus souvent pour justifier cette lacune tient à la place que le tourisme occupe dans l’économie nationale, comme si l’intérêt scientifique d’un sujet se mesurait à l’aune de ce qu’il peut rapporter. Cette minoration du tourisme au Việt Nam est en fait double : non seulement le tourisme y est peu analysé, mais en plus, lorsque des études en font cas, elles s’intéressent dans leur écrasante majorité aux touristes étrangers, et même essentiellement occidentaux, comme si le tourisme domestique n’existait pas, ou que le tourisme au Việt Nam et celui des étrangers au Việt Nam étaient synonymes.

10Cette situation est similaire à celle qu’avait décrite Mohamed Berriane à propos du Maroc au début des années 1990 :

  • 5 Mohamed Berriane, « Le tourisme des nationaux au Maroc », Annales de géographie, no 570, 1993, p. 1 (...)

Si le tourisme en tant qu’objet d’étude a été longtemps considéré par les géographes des pays développés comme un sujet méritant peu d’intérêt, il semble encore plus futile et peu sérieux de choisir le tourisme des nationaux dans un pays en voie de développement comme un thème de recherche.5

  • 6 Kurt Krapf, « Les pays en voie de développement face au tourisme, introduction méthodologique », Re (...)
  • 7 Louis Turner et John Ash, The Golden Hords : International Tourism and the Pleasure Periphery, Lond (...)
  • 8 Bertrand Réau et Franck Poupeau, « L’enchantement du monde touristique », Actes de la recherche en (...)
  • 9 Dennison Nash, « Tourism as an anthropological subject », Current Anthropology, vol. 22, no 5, 1981 (...)
  • 10 Nelson Graburn, « Anthropology of tourism », Annals of Tourism Research, vol. 10, no 9, 1983, p. 9- (...)
  • 11 Wang Tie-Sheng et Ge Li-Cheng, « Domestic tourism development in China : a regression analysis », J (...)
  • 12 Jafar Jafari, « On domestic tourism », Journal of Travel Research, vol. 25, no 3, 1987, p. 491-496.
  • 13 Georges Cazes, Les nouvelles colonies de vacances ? 1. Le tourisme international à la conquête du T (...)

11Une vingtaine d’années plus tard, ce constat semble encore des plus actuels. En effet, le tourisme constitue un objet d’étude récent pour les universitaires européens et nord-américains se tournant vers leurs anciennes colonies. Ceux-ci se sont d’abord concentrés sur les flux de touristes internationaux, soit pour les construire en levier de développement, à la suite des travaux de l’économiste Kurt Krapf6, soit au contraire pour les critiquer en tant qu’instrument d’extraversion néocoloniale7. Dans les deux cas, le tourisme est envisagé essentiellement sous l’angle de son extension marchande. Il faut attendre les années 1980 pour que le tourisme domestique soit pris en compte, c’est-à-dire au moment où apparaissent les études mondialisées sur le rapport entre tourisme et sociétés locales8. Dennison Nash9 et Nelson Graburn10 sont alors les premiers à insister sur la nécessité d’analyser ces pratiques touristiques qu’ils définissent en creux comme « non-occidentales ». L’un des textes précurseurs porte sur la Chine11, avant celui plus généraliste de Jafar Jafari12. Plus lente à s’institutionnaliser en France, cette recherche emprunte d’abord les voies d’une discipline elle-même subalterne : la géographie. En 1989, Georges Cazes reconnaît l’émergence de nouveaux émetteurs, mais regrettant les lacunes statistiques à ce sujet, il se dit réduit à quelques généralités13.

  • 14 Michael Hitchcock, Victor T. King et Michael J.G. Parnwell, « Introduction », Tourism in South-East (...)
  • 15 Mohamed Berriane, Tourisme et migrations de loisirs au Maroc : étude géographique, Thèse de géograp (...)
  • 16 Nathalie Raymond, De Machu Pichu à Fujimori, les pays andins observés à travers leurs tourismes : l (...)
  • 17 Christine Cabasset, Indonésie, le tourisme au service de l’unité nationale ?, Thèse de géographie, (...)
  • 18 Olivier Evrard, « L’exotique et le domestique : tourisme national dans les pays du Sud : réflexions (...)
  • 19 Isabelle Sacareau, « Tourisme et société en développement : une approche géographique appliquée aux (...)
  • 20 Benjamin Taunay, Le tourisme intérieur chinois : approche géographique à partir des provinces du su (...)
  • 21 Krishna B. Ghimire, The Native Tourist, Londres, Earthscan, 2001.
  • 22 Julio Aramberri, « Domestic tourism in Asia : some ruffle and flourish for a neglected relation », (...)
  • 23 Peggy Teo, T. C. Chang et K. C Ho, Interconnected Worlds, Tourism in Southeast Asia, Oxford, Pergam (...)
  • 24 Singh Shalini, Domestic Tourism in Asia, Diversity and Divergence, Londres, Earthscan, 2009.

12Cette recherche s’institutionnalise réellement comme objet de recherche légitime au cours des années 1990. En 1993, Michael Hitchcock, Victor T. King et Michael J. G. Parnwell encouragent les études sur le tourisme domestique en Asie du Sud-Est, celles-ci demandant de se départir d’une vision trop occidentalocentrée14. Un an auparavant, la thèse de Mohamed Berriane offrait déjà un point de vue tout à fait original sur le Maroc15, mais elle constitue un cas isolé de recherche en français avec les travaux de Nathalie Raymond sur l’Amérique du Sud16. Depuis maintenant une quinzaine d’années, on assiste à une production plus régulière sur ce thème, où l’Asie occupe une place de choix, compte tenu de sa croissance touristique. Citons en France les travaux de Christine Cabasset sur l’Indonésie17, d’Olivier Evrard sur la Thaïlande18 d’Isabelle Sacareau sur l’Inde19 et de Benjamin Taunay sur la Chine20. Les études monographiques se sont multipliées, à tel point qu’en établir aujourd’hui une recension exhaustive devient difficile, d’autant plus que peu d’anthologies en proposent une vision transversale. L’ouvrage dirigé par Krishna B. Ghimire à propos des native tourists21 dès 2001 est à ce titre particulièrement précieux, ainsi que les travaux plus spécifiques à l’Asie de Julio Arramberri22, de Peggy Teo et T.C. Chang23 et plus récemment encore de Shalini Singh24. Le Việt Nam y occupe cependant une place toujours minoritaire, notamment à côté de la Chine, de l’Indonésie et de la Thaïlande.

  • 25 Jean-Jacques Gabas et Bruno Losch, « La fabrique de l’émergence en trompe-l’œil », L’enjeu mondial, (...)

13À la suite de ces travaux, le présent ouvrage a d’abord pour but de donner à voir un cas de figure encore largement ignoré. Loin d’être un oublié de la mondialisation touristique, le Việt Nam l’a en revanche été des études sur la mondialisation touristique, alors même qu’il recèle un paradoxe a priori étonnant : Comment se fait-il que dans un pays dont le RNB par habitant était estimé en 2014 à 1 890 dollars par la Banque mondiale, soit vingt-trois fois moins que la France, il y ait autant de touristes domestiques ? Comprendre ce paradoxe apparent constitue un angle d’approche stimulant pour complexifier notre approche de ce qui est couramment nommé « l’émergence », terme forgé par l’économiste Antoine Van Agtmael au début des années 1980 pour désigner l’affirmation de nouvelles puissances face à l’Europe et à l’Amérique du Nord. Ce phénomène, encore largement étudié sous l’angle économique et politique, afin de mieux appréhender les rivalités qu’il fait naître25, a pourtant des dimensions spatiales et sociales évidentes, parmi lesquelles l’apparition de mobilités récréatives. Or, celles-ci sont encore peu étudiées, souvent réduites à la conséquence mécanique de l’enrichissement et à la définition de marchés potentiels dans lesquels investir. Elles sont pourtant un formidable moyen de comprendre quel sens ces populations donnent à la hausse de leur niveau de vie et dans quelles mesures celle-ci est partagée et synonyme de bien-être. Au-delà, c’est le présupposé même selon lequel il faut être forcément riche pour faire du tourisme qui peut être interrogé.

  • 26 Anne Doquet et Olivier Évrard, « Tourisme, mobilités et altérités contemporaines », Civilisations, (...)
  • 27 Dipesh Chakrabarty, Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, (...)

14Loin d’une géographie du développement, réduisant le Việt Nam à une périphérie du système monde touristique intégrant le récit paradigmatique de la modernité dans une vision européanocentrée, c’est bien plutôt une géographie en développement qui fonde le présent ouvrage, celui-ci se donnant comme objectif de mieux comprendre l’inventivité touristique des Vietnamiens dans le cadre d’une mondialisation conçue d’emblée comme multipolaire, et invitant de fait au décentrement du regard26. Au-delà, c’est une meilleure compréhension de la mondialisation qui est visée. En cela, analyser le tourisme domestique au Việt Nam présente deux intérêts intrinsèquement liés : l’un monographique, cette étude étant encore inédite, et l’autre théorique : il s’agit de questionner la mondialisation du tourisme grâce au Việt Nam, son fonctionnement mais aussi et surtout sa conception. Loin de se résumer à un phénomène de domination massive et homogène par l’Occident, bannière du reste faussement unificatrice, le tourisme, comme toute production culturelle mondialisée, permet surtout d’envisager concrètement la circulation de pratiques, de lieux et d’imaginaires à travers le globe. Qu’est-ce que les Vietnamiens ont à dire sur la mondialisation du tourisme ? Et comment le leur faire dire ? Au fondement de ce livre, ces questions participent à interroger le discours hégémonique qui domine le paysage discursif de la mondialisation, centré sur l’Europe et l’Amérique du Nord27.

Mobilis in mobile : ne plus désigner l’autre touriste, mais considérer autrement les touristes

Hybridations plutôt que spécificités

  • 28 Paul Gilroy, The Black Atlantic : Modernity and Double Consciousness, London, Verso, 1993.
  • 29 Stuart Hall, « Cultural identity and diaspora », Identity : Community, Culture, Difference, J. Ruth (...)
  • 30 James Clifford, « Traveling cultures », Cultural Studies, L. Grossberg (éd.), New York, Routledge, (...)
  • 31 Edward Saïd, L’orientalisme, ouvr. cit., 2004 (réed.).
  • 32 Homi Bhabha, The Location of Culture, New York, Routledge, 1994.
  • 33 Arjun Appadurai, Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University (...)
  • 34 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

15Dans cette optique, le terme d’hybridation présente un double intérêt, dans sa capacité à dépasser simultanément l’horizon colonial et moderne. Utilisé par les tenants des cultural studies, en particulier Paul Gilroy28, Stuart Hall29, et James Clifford30, et par ceux des postcolonial studies, au premier rang desquels figurent Edward Saïd31, Homi Bhabha32 et Arjun Appadurai33, le terme d’hybridation permet de se départir de toute vision essentialisante de l’identité. Reprenant la figure du rhizome proposée par Gilles Deleuze et Félix Guattari34, la construction identitaire est envisagée davantage en termes de métissages et de fluidité que de pureté et de stabilité.

  • 35 Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient, L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Folio, (...)
  • 36 Christian Pedelahore, L’angle de la ville : Hanoi (1873-2006), interactions architecturales et fabr (...)
  • 37 France Mangin, Le patrimoine indochinois, Hanoi et autres sites, Paris, IPRAUS, 2006.

16Dans le cas présent, le concept d’hybridation permet de se prémunir de toute essentialisation à l’égard d’une prétendue « culture vietnamienne », trop souvent envisagée comme « asiatique », alors même que celle-ci, non seulement n’existe pas, relevant davantage d’une invention exogène35, mais surtout ne saurait résumer le Việt Nam, pays rassemblant sur 331 210 km² près de 90,73 millions d’habitants en 2014, catégorisés officiellement en cinquante-quatre groupes ethniques. Le caractère cosmopolite du Việt Nam, pays né d’une marche chinoise vers le sud en direction des mondes chams et khmers, colonisé par les Français dans la période contemporaine avant de se rattacher au bloc socialiste, ne pouvait mieux trouver que ce concept d’hybridation pour rendre compte de sa construction métissée, à toutes les échelles. Les études de Christian Pedelahore sur l’hybridation architecturale36 et de France Mangin sur celle patrimoniale37 à Hà Nội en témoignent tout particulièrement. Dans le cas présent, il s’agira de ne pas postuler d’emblée à la spécificité d’un tourisme « à la vietnamienne », le fixant dans une forme de pureté artificiellement à l’écart de la mondialisation et des circulations qu’elle implique.

  • 38 Claire Hancock, « Délivrez-nous de l’exotisme : quelques réflexions sur des impensés de la recherch (...)
  • 39 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, ouvr. cit., 1997 (réed.), p. 57.

17En cherchant à sortir de l’ornière des théories diffusionnistes (homogénéisant les dynamiques spatiales selon une logique centre/périphérie) et évolutionnistes (conduisant à une construction téléologique de l’histoire dont le sens aurait été confisqué par l’Occident), les cultural et post-colonial studies ont brisé une vision binaire de la mondialisation, qui réduit trop souvent celle-ci à une rencontre entre l’Occident et le reste du monde (The West and the rest). Sont alors invalidés, comme cadres pertinents de pensée, les couples tels nous/eux, centre/périphérie, nord/sud, ici/ailleurs, ou bien encore modernité/tradition, tous se calquant finalement sur la bipartition fondamentalement asymétrique métropole / empire colonial38. Ces oppositions duales sont dans l’incapacité de penser les hybrides, car elles les nient, alors même qu’ils se multiplient à l’heure de la mondialisation. C’est là que réside l’échec de la modernité, définie seulement comme discours par Bruno Latour : « Tout se passe au milieu, tout transite entre les deux, tout se fait par médiation, par traduction, par réseaux, mais cet emplacement n’existe pas, n’a pas lieu. C’est l’impensé, l’impensable des modernes39. » Appliqué ici, ce principe de symétrie explique que le présent ouvrage n’a absolument pas vocation à donner à voir un autre tourisme, (par rapport à quoi, puisque le principe même d’une norme est invalidé par une mondialisation multipolaire ?), mais de considérer autrement ces touristes dans le cadre de la mondialisation, en se concentrant sur leurs arts de faire.

Comprendre le Việt Nam contemporain par ses touristes domestiques

  • 40 De ce fait, le présent travail se basera sur la définition donnée par le MIT du touriste comme « Pe (...)
  • 41 Adrian Franklin, Tourism, an Introduction, Londres, SAGE, 2003.
  • 42 Claudio Minca et Tim Oakes, Real Tourism : Practice, Care and Politics in Contemporary Travel Cultu (...)

18Cheminer de la sorte avec les touristes vietnamiens implique de les envisager comme des acteurs réflexifs, conscients de leur individualité. Étudier leurs mobilités participe à leur compréhension. En effet, la mobilité est au cœur des constructions identitaires, a fortiori à l’heure de la mondialisation : non seulement elles sont mobiles, au sens labiles et changeantes ; mais elles se construisent aussi, très concrètement, dans la mobilité, le mouvement. C’est ce qui explique la récurrence de ce thème dans les postcolonial studies. Le mouvement crée en effet des interstices, des « tiers-espaces » pour reprendre le terme de Homi Bhabha, au sein desquels s’élaborent des positions renouvelées du sujet, de nouvelles stratégies de soi, même éphémères. Parce que le tourisme se définit précisément comme un espace du hors-quotidien, où la distance parcourue à la faveur d’un voyage est source d’une altérité recréative pour l’individu, propice aux changements d’habitude et à la réinterrogation de normes40, il est une mobilité heuristique pour aborder les questions ayant trait à la construction des identités et à la reconnaissance des individualités. En effet, tel que défini par Adrian Franklin41 puis par Claudio Minca et Tim Oakes42, le tourisme est à même d’éclairer certains fonctionnements sociaux, économiques, politiques et matériels des sociétés. Loin d’être un phénomène social à part ou de se cantonner à un type de lieux, il permet d’appréhender des questions plus fondamentales, comme le rapport à soi (négociation de contraintes, souci de soi), aux autres (définition de l’altérité, de l’identité et de l’authenticité), au temps (rhétorique de la modernité et de la nostalgie) et à l’espace (patrimonialisation, ludification des espaces urbains comme ruraux, devenant des campagnes).

19Pour cette raison, le tourisme constitue une clé d’entrée stimulante dans le Việt Nam d’aujourd’hui, conciliant socialisme et économie de marché. Initiée à partir de 1986 sous le qualificatif de Đổi Mới, lors du VIe congrès du Parti communiste, cette nouvelle donne a consisté en une libéralisation encadrée de l’économie, autorisant de nouveau la société de consommation, et en un assouplissement du contrôle social. Au-delà des réformes politiques et économiques, le Đổi Mới implique une ouverture, qui ne peut se réduire à la diplomatie : des liens se sont (re)créés entre des sphères jusque-là séparées par le Bao Cấp, telles que privé et public, intérieur et extérieur, villes et campagnes, autorisant à nouveau des circulations. En cela, le Đổi Mới a eu un effet d’entraînement majeur sur les mobilités sociales, professionnelles mais aussi récréatives du pays, ce qui explique qu’elles constituent un point d’étude essentiel du Việt Nam actuel. Afin d’explorer comment on devient mobile aujourd’hui dans ce pays en pleine transformation, la présente étude se concentrer sur la façon dont les Vietnamiens négocient leur plaisir dans la mobilité, en des lieux dédiés, et ce faisant les diverses façons avec lesquelles ils manifestent et construisent leurs identifications (sociales, spatiales, ethniques, de genre…) par leurs spatialités touristiques.

  • 43 En cela, les travaux de Thu-Huong Nguyen-Vo sur l’utilisation des produits de beauté qu’ont les ouv (...)

20Corrélativement, le Đổi Mới autorise une conception renouvelée de l’individu : toujours en prise avec les cadres du collectif, hérités tout à la fois du confucianisme et du socialisme, il tolère plusieurs façons d’être soi : devenir tout à la fois citoyen, consommateur, Òcitadin, membre d’une famille, d’une communauté religieuse redevient possible… Ces négociations s’opèrent en partie à travers des pratiques sociospatiales déployées dans le hors-quotidien. Pour reprendre l’exemple de Xân, développé précédemment, son court séjour à Vĩnh Long révèle autant qu’il construit sa respectabilité familiale (en maintenant des liens avec des aïeuls parfois éloignés, en renforçant sa position de chef de famille qui décide y compris des vacances), sa citadinité (dans le plaisir et la beauté qu’il trouve aux vergers, contrastant avec leur fonction d’abord productive mais aussi dans son rapport à la baignade, qu’il ne pratique pas par souci d’hygiène), sa virilité (par exemple dans sa consommation importante d’alcool entre pairs) et sa richesse (il achète des prestations et des produits qu’il n’a pas l’habitude de consommer dans le quotidien : balade en bateau, spécialités culinaires locales…). L’ensemble de ces pratiques témoigne d’une réelle capacité à faire des choses simplement pour le plaisir, malgré une condition parfois modeste. Cette apparente contradiction ne peut être réduite à la futilité et à l’incapacité à gérer rationnellement son argent : elle témoigne non seulement du fait que la richesse a été rendue possible depuis le Đởi Mới, mais surtout qu’elle a changé de sens, d’un point de vue symbolique43, autorisant des pratiques du bien-être, une sphère du bon temps, à laquelle appartiennent pleinement le tourisme et les loisirs.

Tactiques et compétences touristiques

  • 44 Par opposition à la stratégie, Michel de Certeau définit la tactique comme un art du faible, soit « (...)
  • 45 Voir notamment à ce propos : Alain Tarrius, Anthropologie du mouvement, Caen, Paradigme, 1989 ; Ala (...)
  • 46 Nolwen Henaff et Jean-Yves Martin, Travail, emploi et ressources humaines au Viêt-Nam, 15 ans de re (...)
  • 47 Muriel Figuié, Nicolas Bricas et Paule Moustier, « Nouvelles pratiques de consommation alimentaire, (...)

21Or, ce souci de soi n’a rien d’évident. L’angle ici choisi pour analyser sa construction est largement inspiré des arts de faire de Michel de Certeau. Ce cadre de pensée se concentre sur la marge de manœuvre dont peuvent disposer des usagers par rapport aux systèmes d’encadrement normatifs dans lesquels ils évoluent. Les notions de compétences et tactiques44 permettent de comprendre comment ces derniers, loin d’être seulement passifs et disciplinés, font plutôt avec, acceptant, résistant ou détournant tour à tour les systèmes dans lesquels ils évoluent, tels les ouvriers faisant la perruque. Ces opérations sous-tendent des ruses, témoignant d’une créativité constante, pour produire du sens et même du plaisir dans la contrainte. Appliqué aux touristes, ce cadre théorique permet d’englober, de manière cohérente, les connaissances pratiques et langagières autorisant la mobilité touristique, sans se restreindre à celles professionnelles ou validées par un diplôme. Il embrasse également l’acquisition de savoirs spatiaux permettant aux touristes de jouir du différentiel des lieux, d’être en déplacement tant physiquement que mentalement. Complétée par les travaux de la sociologie de l’action, l’approche par les arts de faire se prémunit de l’écueil d’une vision purement utilitariste et rationnelle des acteurs. Plus tactiques que stratégiques, les touristes savent tirer parti des situations auxquelles ils se trouvent confrontés lors d’un voyage afin d’éprouver du plaisir. Développées individuellement et collectivement, ces tactiques et compétences permettent d’agencer et de faire circuler des ressources au sein de continuums mobilitaires afin d’accéder à plus de bien-être. Le présent ouvrage a pour objectif de les mettre à jour, à la suite des travaux déjà initiés sur les compétences des migrants et des citadins au Maghreb45, et en contexte vietnamien, des travailleurs46 et des mangeurs47.

  • 48 MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, ouvr. cit., 2002, p. 142-154.
  • 49 Voir par exemple l’utilisation de la photographie dans ce cadre : Michael Haldrup et Jonas Larsen, (...)

22Dans cette optique, trois temps de la mobilité touristique seront interrogés de manière privilégiée : ce qui peut prédisposer à l’action, à titre individuel (une enfance plus ou moins riche en expériences touristiques, un milieu social et familial autorisant tant financièrement que socialement cette mobilité…) et collectif (interventionnisme étatique dans la prise en charge des vacances et la mise en tourisme du pays, cadre juridique tolérant…) ; ce qui joue comme déclencheur (la lecture de guide, le bouche-à-oreille, les opportunités professionnelles, familiales ou associatives…) et ce qui finalement construit cette mobilité (un budget, un programme, le recours à une agence de voyages…). Tout au long de ce processus, une attention particulière sera portée aux « passeurs d’altérité »48, soit les cadres humains et matériels grâce auxquels le tourisme s’apprend. Ces derniers jouent un rôle fondamental dans la formation du regard, la transmission des imaginaires comme des itinéraires. L’équipe MIT a identifié trois grands passeurs, chacun intervenant en contexte d’échanges selon un gradient allant de la sphère publique à celle privée : l’État (à travers l’école, mais aussi les lois régissant les congés payés, la mobilité et la mise en tourisme du pays), les guides (humains comme papiers) et la famille à laquelle ont ajoutés ici les proches en général49.

23La notion de compétence se révèle être un outil conceptuel présentant des atouts majeurs dans la compréhension des apprentissages mobilitaires. Elle permet d’aborder les compétences acquises de manière dynamique par les touristes, les plaçant non plus seulement en récepteurs d’une mondialisation touristique les affectant tôt ou tard, mais bien plutôt comme producteurs, émetteurs, utilisateurs et fabricants de discours, pratiques et référents touristiques. Cette approche permet de rompre clairement avec une vision descendante de la mondialisation du tourisme. Celle-ci ne consiste pas en une diffusion de règles à partir d’un centre, dénaturées et dévalorisées à mesure de leur propagation, comme s’il existait un monopole de la compétence, implicitement occidental. Elle procède bien plus d’une réécriture permanente de règles intermédiaires par des acteurs multiples, établissant un rapport actif à cette sphère du bon temps, dont les spatialités constituent ici un thème privilégié. Elles se caractérisent par une rare vivacité dans le Việt Nam d’aujourd’hui : réappropriations et transformations de lieux touristiques (comme les stations balnéaires et d’altitude fondées à l’époque coloniale), édification de lieux touristiques inédits (comme des plages où l’on ne bronze pas), extension de circulations et multiplication de cheminements (vers la ville, la montagne, le littoral, etc.), réinvestissement de pratiques mobilitaires plus anciennes (comme les pèlerinages)… Naissent ainsi des formes touristiques fondamentalement hybrides et de nouveaux agencements de lieux.

  • 50 MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, ouvr. cit., 2002, p. 11-77.
  • 51 Orvar Löfgren, « Learning to be a tourist », Ethnologica Scandinavica, vol. 24, 1994, p. 102-125.
  • 52 Gwendal Simon, Pratiques touristiques dans la métropole parisienne, Une analyse des mouvements intr (...)
  • 53 Amandine Chapuis, Performances touristiques et production des identités spatiales individuelles à A (...)
  • 54 Giorgia Ceriani, Rémy Knafou et Mathis Stock, « Les compétences cachées des touristes », Sciences h (...)
  • 55 Gilles Brougère et Giulia Fabbiano (éd.), Apprentissages en situation touristique, Villeneuve d’Asc (...)

24S’intéresser aux compétences et apprentissages touristiques constitue une approche récente dans les sciences sociales. Cela implique de rompre avec une forme de touristophobie, ayant longtemps freiné la construction du tourisme comme objet de recherche50. En ce sens, l’article d’Orvar Löfgren51 a été très novateur. Plus tard, certains travaux ont exploré l’intelligence des touristes en situation, comme ceux de Gwendal Simon à Paris52 et d’Amandine Chapuis à Amsterdam53, à la suite d’un article publié en 2004, par Giorgia Ceriani, Rémy Knafou et Mathis Stock54. Ces derniers y étudient les savoirs mobilisés par les touristes : choisir un lieu adapté à ses pratiques, construire un itinéraire, se repérer, apprécier un lieu et lui conférer une valeur, gérer l’altérité pour qu’elle soit source de plaisir. Plus récemment encore, l’équipe de Gilles Brougères a initié des travaux sur l’apprentissage du tourisme55.

25Si ces travaux présentent le grand intérêt non seulement d’envisager le touriste comme un acteur intelligent de sa mobilité, mais aussi d’expliquer les compétences qu’il possède, ils ont également le point commun d’être tous à la même échelle : il s’agit d’étudier, à hauteur de touriste, ce que fait celui-ci, en accordant du crédit à ses pratiques les plus banales telles que s’orienter, se déplacer, regarder ou photographier. De ce fait, ils ont surtout comme objectif de révéler l’existence de compétences individuelles – montrer tout ce que le touriste sait faire. En revanche, les interactions et les tactiques sont moins étudiées, soit les négociations qu’opèrent individuellement et collectivement les touristes pour concrétiser leurs projets, en dépit des contraintes qui s’imposent à eux (financière, politique…). Cela tient peut-être au cadre d’analyse de ces travaux : l’Europe, où les mobilités sont intenses et valorisées, au même titre que l’individu. Or, même si en Europe le touriste peut se plaire à dire qu’il sort de la masse, il n’est en fait jamais seul : sa mobilité interfère avec des déterminants économiques, politiques et sociaux, et se concrétise grâce à de multiples prises d’appui : des passeurs d’altérité, des infrastructures matérielles, un code du travail… Cet état de fait est encore plus vrai au Việt Nam, où les touristes sont contraints non seulement par des revenus en moyenne plus faibles, mais aussi pour des raisons politiques et sociales. Par conséquent, c’est moins la richesse produite que ce qu’en font les Vietnamiens qui intéressera ici, dans le sillage des travaux d’Amartya Sen sur les capabilités, démontrant que :

  • 56 Sen Armatya, On Ethics and Economics, Blackwell Publishers, Oxford, 1991, traduit sous le titre Éth (...)

Les exigences des individus ne sont pas évaluées en fonction des ressources ou des biens premiers qu’ils possèdent, mais d’après la liberté qu’ont effectivement les individus de choisir entre différents modes de vie auxquels ils peuvent tenir. C’est cette liberté réelle qu’on désigne par la « capabilité » d’accomplir diverses combinaisons de fonctionnement, ou façons d’être et d’agir.56

  • 57 Laurence Roulleau-Berger, « Conclusion générale », Les compétences des citadins dans le monde arabe(...)

26Ces différences d’approche renvoient plus largement à des ordres complémentaires pour comprendre les arts de faire : l’ordre objectif, rendant compte des effets de détermination ; l’ordre subjectif, se concentrant sur les modes de production individuelle et l’ordre d’interaction, analysant les formes d’organisation sociale et de vivre ensemble57. C’est dans ce dernier ordre que s’insère le présent ouvrage. C’est bien l’activation et la combinaison de ces compétences in situ qui seront étudiées, dans une logique dialectique permettant de donner à voir comment macro et micro s’articulent, s’informent mutuellement, tel un système de contextes dans lesquels se meuvent avec tactique les touristes.

*

27Plus précisément, il sera d’abord nécessaire d’interroger l’importance et la nouveauté de ces compétences et tactiques, afin de ne pas les surévaluer. Cette opération sera menée selon trois d’angles d’approche. Dans un premier chapitre, il s’agira d’abord de quantifier le nombre de personnes ayant acquis ces compétences. Le chapitre 2 permettra de mieux comprendre les inégalités sociales et spatiales inhérentes à l’exercice de ces compétences, dans un contexte heurté de capitalisation collective. L’importance et la nouveauté seront enfin analysées comme discours, porteur d’un regard situé : celui de l’Occident. C’est pourquoi, le troisième chapitre aura comme objectif de réinterroger le terme même de « tourisme domestique », la difficulté à nommer ce phénomène expliquant plus globalement celle à le comptabiliser et finalement à le concevoir.

28Une fois ces tactiques et compétences touristiques plus rigoureusement mesurées, contextualisées et conçues, il s’agira de comprendre en quoi le socialisme a constitué au Việt Nam un cadre d’apprentissage efficace. Prise, emprise et déprise de l’État sur l’agencement de compétences et tactiques touristiques constitueront le fil directeur des trois chapitres suivants. Le quatrième chapitre se concentrera sur l’État comme cadre administratif, juridique, spatial et économique propice au développement touristique du pays. Le cinquième chapitre s’attachera à étudier la formation de touristes dans la construction nationale, tandis que le sixième chapitre permettra de mieux comprendre la fabrique de compétences collectives dans les organisations de masse et les syndicats.

29Dans une troisième et dernière partie, il s’agira de comprendre de quelles tactiques usent les Vietnamiens pour exercer leurs compétences de touristes à la faveur de la mondialisation. Ces dernières ont été ordonnées en deux chapitres : se réapproprier d’abord (chapitre 7), les compétences et tactiques vietnamiennes ayant permis de faire évoluer le tourisme développé à l’époque coloniale. Cohabiter ensuite (chapitre 8), les tactiques vietnamiennes pour pratiquer au contact de touristes étrangers relevant d’accommodements pragmatiques et inventifs.

Notes

1 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte, 1997, p. 173.

2 Cours d’eau secondaire.

3 Nous entendrons ici Việt Nam dans les limites actuelles d’exercice de sa souveraineté nationale. Ni les Vietnamiens faisant du tourisme à l’étranger, ni les Vietnamiens de l’étranger ne seront étudiés en tant que tels, car c’est bien le tourisme domestique au Việt Nam et non des Vietnamiens qui constitue l’objet de cet ouvrage. Néanmoins ces mobilités pourront être très ponctuellement prises en compte pour la circulation de regards, de pratiques et de compétences mobilitaires qu’elles impliquent, afin de ne pas briser artificiellement le continuum mobilitaire dans lequel s’inscrit le tourisme domestique.

4 État de l’art réalisé à partir des bases suivantes : Elsevier, Jstor, Cairn, Persée, Muse, SUDOC, Francis (CNRS SHS), BNF, BULAC (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations), Smultidoc (Institut des sciences de l’Homme et du réseau langues asiatiques), FCT (Fichier central des thèses françaises), ePIC (Banque mondiale), UNBISnet (ONU), Bibliothèque nationale du Việt Nam (Hà Nội) et Bibliothèque universitaire en sciences humaines et sociales de Hà Nội.

5 Mohamed Berriane, « Le tourisme des nationaux au Maroc », Annales de géographie, no 570, 1993, p. 131.

6 Kurt Krapf, « Les pays en voie de développement face au tourisme, introduction méthodologique », Revue du tourisme, vol. 16, no 3, 1963, p. 82-89.

7 Louis Turner et John Ash, The Golden Hords : International Tourism and the Pleasure Periphery, Londres, Constable and Company Limited, 1975.

8 Bertrand Réau et Franck Poupeau, « L’enchantement du monde touristique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 170, 2007, p. 6.

9 Dennison Nash, « Tourism as an anthropological subject », Current Anthropology, vol. 22, no 5, 1981, p. 461-481.

10 Nelson Graburn, « Anthropology of tourism », Annals of Tourism Research, vol. 10, no 9, 1983, p. 9-34.

11 Wang Tie-Sheng et Ge Li-Cheng, « Domestic tourism development in China : a regression analysis », Journal of Travel Research, vol. 24, no 2, 1985, p. 13-16 et Adam Pilarski, « Notes on domestic tourism development in China », Journal of Travel Research, vol. 25, no 2, 1986, p. 29-30.

12 Jafar Jafari, « On domestic tourism », Journal of Travel Research, vol. 25, no 3, 1987, p. 491-496.

13 Georges Cazes, Les nouvelles colonies de vacances ? 1. Le tourisme international à la conquête du Tiers-Monde, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 63.

14 Michael Hitchcock, Victor T. King et Michael J.G. Parnwell, « Introduction », Tourism in South-East Asia, M. Hitchcock, V. T. King et M. J. G. Parnwell éd., Londres, Routledge, 1992, p. 7.

15 Mohamed Berriane, Tourisme et migrations de loisirs au Maroc : étude géographique, Thèse de géographie, université Mohammed V de Rabat, 1992.

16 Nathalie Raymond, De Machu Pichu à Fujimori, les pays andins observés à travers leurs tourismes : le cas plus particulier du Pérou (1960-1996), Thèse de géographie, Paris 7, 1999.

17 Christine Cabasset, Indonésie, le tourisme au service de l’unité nationale ?, Thèse de géographie, Paris 4, 2001.

18 Olivier Evrard, « L’exotique et le domestique : tourisme national dans les pays du Sud : réflexions depuis la Thaïlande », Autrepart, n40, 2006, p. 151-167.

19 Isabelle Sacareau, « Tourisme et société en développement : une approche géographique appliquée aux montagnes et aux sociétés des pays du Sud », Habilitation à diriger des recherches, vol. 3, Paris 1, 2006.

20 Benjamin Taunay, Le tourisme intérieur chinois : approche géographique à partir des provinces du sud-ouest de la Chine, Thèse de géographie, université de la Rochelle, 2009.

21 Krishna B. Ghimire, The Native Tourist, Londres, Earthscan, 2001.

22 Julio Aramberri, « Domestic tourism in Asia : some ruffle and flourish for a neglected relation », Tourism Recreation Research, vol. 29, no 2, 2004, p. 1-11.

23 Peggy Teo, T. C. Chang et K. C Ho, Interconnected Worlds, Tourism in Southeast Asia, Oxford, Pergamon, 2001 puis Tim Winter, Peggy Teo et T. C. Chang, Asia on Tour, Exploring the Rise of Asian Tourism, New York, Routledge, 2008.

24 Singh Shalini, Domestic Tourism in Asia, Diversity and Divergence, Londres, Earthscan, 2009.

25 Jean-Jacques Gabas et Bruno Losch, « La fabrique de l’émergence en trompe-l’œil », L’enjeu mondial, les pays émergents, C. Jaffrelot éd., Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 25-40.

26 Anne Doquet et Olivier Évrard, « Tourisme, mobilités et altérités contemporaines », Civilisations, vol. LVII, no 1-2, 2008, p. 9-22.

27 Dipesh Chakrabarty, Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Éditions Amsterdam, 2009 ; Patrick Boucheron et Nicolas Delalande, Pour une histoire-monde, Paris, PUF, 2013.

28 Paul Gilroy, The Black Atlantic : Modernity and Double Consciousness, London, Verso, 1993.

29 Stuart Hall, « Cultural identity and diaspora », Identity : Community, Culture, Difference, J. Rutherford (éd.), Londres, Lawrence & Wishart, 1990, p. 223-237.

30 James Clifford, « Traveling cultures », Cultural Studies, L. Grossberg (éd.), New York, Routledge, 1992, p. 96-116 et James Clifford, « Diasporas », Current Anthropology, vol. 9, no 3, 1994, p. 302-338.

31 Edward Saïd, L’orientalisme, ouvr. cit., 2004 (réed.).

32 Homi Bhabha, The Location of Culture, New York, Routledge, 1994.

33 Arjun Appadurai, Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

34 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

35 Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient, L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Folio, 2011.

36 Christian Pedelahore, L’angle de la ville : Hanoi (1873-2006), interactions architecturales et fabrique urbaine, formes et acteurs, Thèse d’architecture, Paris 8, 2007.

37 France Mangin, Le patrimoine indochinois, Hanoi et autres sites, Paris, IPRAUS, 2006.

38 Claire Hancock, « Délivrez-nous de l’exotisme : quelques réflexions sur des impensés de la recherche géographique sur les Suds (et les Nords) », Autrepart, n41, 2007, p. 69-81.

39 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, ouvr. cit., 1997 (réed.), p. 57.

40 De ce fait, le présent travail se basera sur la définition donnée par le MIT du touriste comme « Personne se déplaçant temporairement vers des lieux situés dans l’espace-temps du hors-quotidien afin d’y développer des pratiques recréatives », MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, Paris, Belin, 2002, p. 301.

41 Adrian Franklin, Tourism, an Introduction, Londres, SAGE, 2003.

42 Claudio Minca et Tim Oakes, Real Tourism : Practice, Care and Politics in Contemporary Travel Cultures, New York, Routledge, 2012.

43 En cela, les travaux de Thu-Huong Nguyen-Vo sur l’utilisation des produits de beauté qu’ont les ouvrières du textile d’exportation sont particulièrement stimulants, notamment dans ce qu’ils disent de la réappropriation que ces gestes permettent vis-à-vis de leur corps maltraité au travail. Voir Thu-Huong Nguyen-Vo, « The class sense of bodies : women garment workers consume body products in and around Ho Chi Minh City », Gender Practices in Contemporary Vietnam, L. Drummond et H. Rydstrøm (éd.), Singapour, Singapore University Press, 2004, p. 179-209.

44 Par opposition à la stratégie, Michel de Certeau définit la tactique comme un art du faible, soit « l’action calculée que détermine l’absence d’un propre », Michel de Certeau, L’invention du quotidien, ouvr. cit., 1990 (réed.), p. 60-61.

45 Voir notamment à ce propos : Alain Tarrius, Anthropologie du mouvement, Caen, Paradigme, 1989 ; Alain Tarrius, Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, l’Harmattan, 1992 ; Laurence Roulleau-Berger, Le travail en friche, les mondes de la petite production urbaine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1999 ; Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Deboulet (éd.), Les compétences des citadins dans le monde arabe, Paris, Karthala, 2000.

46 Nolwen Henaff et Jean-Yves Martin, Travail, emploi et ressources humaines au Viêt-Nam, 15 ans de renouveau, Paris, Karthala, 2003.

47 Muriel Figuié, Nicolas Bricas et Paule Moustier, « Nouvelles pratiques de consommation alimentaire, perceptions des risques et de la qualité des aliments par les consommateurs urbains vietnamiens », Viêt-Nam en transitions, G. de Terssac, T. An Quoc et M. Catlla (éd.), 2014, Lyon, ENS Éditions ; Muriel Figuié et Nicolas Bricas, « Faire ses courses au Vietnam aujourd’hui : quand les supermarchés touchent aux sens », Anthropology of Food, 2014, En ligne : [http://aof.revues.org/7445] (Consulté le 17/07/2015).

48 MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, ouvr. cit., 2002, p. 142-154.

49 Voir par exemple l’utilisation de la photographie dans ce cadre : Michael Haldrup et Jonas Larsen, « The family gaze », Tourist Studies, no 3, 2003, p. 23-46.

50 MIT (équipe), Tourismes 1, Lieux communs, ouvr. cit., 2002, p. 11-77.

51 Orvar Löfgren, « Learning to be a tourist », Ethnologica Scandinavica, vol. 24, 1994, p. 102-125.

52 Gwendal Simon, Pratiques touristiques dans la métropole parisienne, Une analyse des mouvements intra-urbains, Thèse de sociologie, université Paris-Est, 2011.

53 Amandine Chapuis, Performances touristiques et production des identités spatiales individuelles à Amsterdam, Thèse de géographie, Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2012.

54 Giorgia Ceriani, Rémy Knafou et Mathis Stock, « Les compétences cachées des touristes », Sciences humaines, n145, 2004, p. 28-31.

55 Gilles Brougère et Giulia Fabbiano (éd.), Apprentissages en situation touristique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014.

56 Sen Armatya, On Ethics and Economics, Blackwell Publishers, Oxford, 1991, traduit sous le titre Éthique et économie, Paris, PUF, 2002, p. 220.

57 Laurence Roulleau-Berger, « Conclusion générale », Les compétences des citadins dans le monde arabe, ouvr. cit., 2000, p. 377.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search