Version classiqueVersion mobile

Dans la langue de l’autre

 | 
Anne-Christel Zeiter

Glossaire

Texte intégral

1Pour faciliter la lecture de l’ouvrage, certains des concepts utiles pour comprendre l’entrée dans une nouvelle langue telle que je la conçois sont présentés ici. La vocation de ce glossaire n’est pas de les définir précisément – l’ouvrage entier s’y attelle et cherche à en explorer l’articulation – mais à exposer en quelques mots ce à quoi je fais référence lorsque je mobilise le concept d’agentivité, encore relativement rare en français, l’expression indigeste de dynamique compétentielle, et des termes aussi polysémiques qu’appropriation, engagement, socialisation, pouvoir, représentations ou subjectivité.

Agentivité

  • 1 Les citations présentes dans ce glossaire apparaissent toutes ailleurs dans l’ouvrage, accompagnée (...)

2Mobilisé pour la première fois en français par Havercraft (1999), le terme « agentivité » vient des travaux poststructuralistes féministes nord-américains, et notamment des gender studies. L’agency telle que conçue par Butler (1990), notamment, comporte des dimensions à la fois éthiques et politiques, et s’oriente vers l’action individuelle ou commune en vue de changements sociaux dans un cadre social déterminé. Comme le souligne Hekman (1995, p. 203), par ailleurs, « la question de l’agentivité est inséparable de celle de la créativité. Les agents sont des sujets qui créent, qui construisent des combinaisons uniques d’éléments de manière expressive »1.

3Dans une conception complémentaire, l’agency se couple à la subjectivité pour devenir une « capacité à agir de manière autonome, à influencer la construction sociale d’un individu quant à sa place et son rôle dans l’ordre social » (Neuman, 1993, p. 10). L’accès à la subjectivité est utile pour comprendre les articulations que fait la personne entre son appropriation langagière, ses expériences de socialisation et ses positionnements identitaires et sociaux. Pour Giddens (1984), cette trajectoire se comprend au sein d’un cadre normatif, ce qui fait de l’individu un être avant tout social dont le pouvoir se régule entre autonomie et dépendance par rapport à des collectivités. Pour Schütz (1987), la personne qui, comme chez Giddens, est prise dans des interactions, les analyse en fonction de son intériorité, constituée par sa biographie spécifique. Si Giddens accorde un pouvoir fondamental à une structure sociale extrêmement normée qui détermine la personne, Schütz considère que c’est la personne qui, en fonction de son intériorité spécifique, définit son environnement. L’idée d’un individu biographiquement déterminé doit ainsi, à mon sens, compléter celle d’un individu socialement déterminé, l’un s’articulant à l’autre.

Appropriation langagière

4Le concept d’« appropriation langagière » vise en premier lieu à inscrire ma perspective dans le désormais traditionnel dépassement de la dichotomie apprentissage/acquisition proposée par Krashen (1981). Il relève toutefois surtout d’une volonté de considérer l’apprentissage d’une nouvelle langue comme une dynamique individuelle ancrée dans l’action sociale. La polysémie du verbe « s’approprier » prend dans ce cadre tout son sens. Dans sa forme pronominale, il signifie « faire sien, s’attribuer la propriété abstraite ou concrète de » et reflète la manière propre qu’a la personne de « faire siennes » les langues de sa vie, tout en étant annexée par la langue, qui la transforme inévitablement : de ce double mouvement se dégage une forme de violence, dans l’idée d’annexion. Dans sa forme transitive, « approprier » comporte l’idée d’adapter, de conformer : la langue au contexte, à l’action sociale, mais également, de manière pronominale, de s’adapter, de se conformer : la personne adapte sa langue, et elle s’adapte elle-même aux nouvelles circonstances qu’elle rencontre. La réflexivité du verbe « s’approprier » souligne l’importance de l’agentivité de la personne dans cette dynamique en termes de processus psycho-affectif. L’enjeu n’est donc pas seulement de communiquer de personne à personne, mais bien d’inter-agir en contexte, de participer de plus en plus pleinement à l’espace social et donc d’agir dans la mesure de ce qui est possible en termes de pouvoir social et psychologique sur les conditions structurant l’accès de la personne à certaines pratiques sociales et donc langagières.

Dynamique compétentielle

5Pour parvenir à participer aux pratiques sociales et langagières, la personne doit sans cesse renforcer sa compétence à donner du sens à ce qui se passe, à différents niveaux. La construction de cette compétence est progressive et infinie, en fonction des situations rencontrées, et doit être distinguée des capacités à communiquer de manière adéquate et spécifique avec certaines communautés de pratique auxquelles la personne appartient ou souhaite appartenir.

6Cette construction intimement liée à l’appropriation langagière est dynamique, constituée de régulations entre la personne, des situations, des capacités et des ressources. Au concept de « processus » compétentiel proposé par Bulea et Bronckart (2005), je préfère celui de « dynamique » compétentielle, qui met en évidence les aspects régulatoires – proactifs vers la situation et rétroactifs vers la personne – qui font que la dynamique compétentielle n’atteint jamais de résultat définitif, les régulations cognitives et affectives ne cessant jamais d’ébranler et de restabiliser les capacités et ressources mobilisables.

7La personne en situation de s’approprier une nouvelle langue, qui peine à agir de manière adéquate dans des situations parfois difficiles à interpréter, se confronte à des expériences de socialisation potentiellement pénibles, dont l’impact sur son engagement dans l’appropriation langagière est variable. Or, à se sentir positionnée différemment de ce qu’elle attendait, la personne est amenée à reconsidérer la situation, à l’interpréter différemment, et donc à modifier ses représentations de manière plus ou moins consciente et durable. Si ce « travail » sur les représentations ne se fait pas forcément dans chaque interaction, alors même que les changements opérés ne vont pas forcément dans le sens d’une interprétation toujours plus adéquate des situations, je pose l’hypothèse que c’est dans la gestion de ces repositionnements, et principalement dans la réflexivité, que se développe la dynamique compétentielle de la personne, essentielle à l’appropriation langagière telle que je la conçois.

Exolinguisme

8Porquier (1984, p. 26) définit l’exolinguisme comme « la communication entre individus, appartenant ou non à une même communauté linguistique, par des moyens autres qu’une langue première commune ». Py (2000, p. 4) insiste par ailleurs sur l’idée « qu’il n’y a exolinguisme à proprement parler que si les différences entre les répertoires verbaux respectifs des interlocuteurs sont traitées comme telles ». Ce point de vue est opératoire en ce qu’il permet d’observer de quelle manière cette forme de communication est

[…] régie et construite – et pas seulement au plan langagier – par des paramètres divers, socio-culturels et situationnels, qui déterminent non seulement le choix d’un moyen langagier […], mais aussi le déroulement de l’interaction (rapport de forces, stratégies discursives, conduites pragmatiques, etc.). (Porquier, 1984, p. 20)

9En 2003, Porquier élargit encore cette notion en parlant d’une asymétrie dans la compétence des interlocuteurs, qu’il s’agisse de maîtrise de la langue – un alloglotte et un natif par exemple – ou d’expertise de contenu – entre un médecin et un patient par exemple. Dans ce cadre, on peut alors décrire le « couple à plusieurs langues » en termes de « situation de couple exolingue » (Zeiter, 2017), évitant ainsi de mettre uniquement l'accent sur ses pratiques langagières en le catégorisant comme « plurilingue », ou encore de trop souligner l'évaluation sociale de leur altérité en le définissant comme mixte.

Légitimité linguistique et sociale

10Pour Busch (2013), le vécu langagier est lié à des expériences émotionnelles, au fait de se sentir plus ou moins bien dans une langue, dans un « parler » (Sprechen) : c’est ce que j’appelle ici le sentiment de légitimité linguistique et sociale, donc de légitimité à pratiquer la langue dans les différents contextes de l’espace social. L’objectif premier d’un alloglotte n’est toutefois pas, le plus souvent, d’apprendre une langue, mais de vivre dans cette langue plus ou moins définitivement. Ce but est subjectif, c’est-à-dire qu’il relève du sens que la personne lui donne, et qu’il est donc variable, multiple, situé et potentiellement paradoxal.

11La construction du sentiment de légitimité de la personne à vivre dans une nouvelle langue et un nouveau contexte social, à la fois du point de vue de sa subjectivité et de ses positionnements sociaux, influence directement les modalités de son appropriation langagière. Si l’accès à une socialisation riche influence positivement, à terme, la construction de ce sentiment de légitimité à pratiquer la langue, c’est-à-dire d’un droit fondé sur des raisons à la fois objectives et, surtout, subjectives, à vivre dans la langue, ce sentiment de légitimité linguistique et sociale dépasse parfois le droit de pratiquer la langue : il devient presque un devoir moral envers la société d’accueil et l’entourage social.

12Le sentiment de légitimité linguistique et sociale n’est enfin jamais définitivement acquis ou inatteignable : il s’établit progressivement, se maintient, se consolide, s’effrite ou disparaît au gré des situations rencontrées. Ce sentiment renvoie ainsi directement à l’idée foucaldienne des relations de pouvoir forçant la personne à justifier sans cesse sa place, face à elle-même et face à autrui.

Socialisation, socialisation langagière

13Considérer que l’appropriation langagière a lieu dans et par l’agir social implique de s’interroger sur les accès de la personne à certaines pratiques sociales et donc langagières. On parle ici de socialisation, c’est-à-dire du processus par lequel un individu intègre les normes et valeurs de son environnement social, notamment par les différentes formes de contact social qu’il expérimente. Parler de « socialisation langagière » – concept initialement conçu pour l’apprentissage de la L1 – permet de décrire le contact de la personne avec différentes variétés et variations de langue(s). Pour la théorie de la socialisation, comme le souligne Duff :

[…] lorsque les apprenants gagnent un savoir lié à la langue et une capacité à pratiquer dans de nouvelles communautés de discours en utilisant la langue de manière adéquate, ils s’approprient également d’autres sortes d’informations ou de savoirs culturels sur les idéologies, les identités ou les subjectivités, les orientations affectives, du contenu linguistique et non linguistique (histoire, mathématiques), ainsi que des pratiques auxquelles la communauté sociale accorde de la valeur. (2010, p. 173) 

14La question est alors d’identifier les modalités de la « socialisation langagière » réelle des personnes en situation de devoir apprendre une nouvelle langue et leur impact sur l’appropriation langagière. La participation à des agirs sociaux n’est en effet ni d’abord, ni toujours orientée vers des objectifs précis – de l’ordre du développement d’habiletés professionnelles ou de revendications identitaires par exemple – mais elle est le plus souvent contingente et située. Les situations de socialisation langagière favorables ou défavorables à l’appropriation langagière sont variées, variables et imprédictibles, dépendantes à la fois du moment même de l’interaction – au niveau local – et de facteurs sociaux et idéologiques – au niveau global. Ces interactions, en retour, ont le potentiel de transformer certaines valeurs sociales, certaines idéologies. Elles sont interprétées par la personne dans sa subjectivité, subjectivité progressivement construite dans d’autres situations, à d’autres moments, dans d’autres lieux et d’autres positionnements. Pour suivre Roberts (1999, p. 107),

On ne peut se contenter de présenter la socialisation par le langage comme le moyen d'acquérir la compétence socioculturelle, comme si cette connaissance correspondait à un ensemble stable de connaissances. L’idée d’une initiation progressive aux discours préexistants d’une communauté renvoie à un modèle fonctionnel, simpliste [...]. [Les interactions] ne servent pas seulement à transmettre, même indirectement, les connaissances socioculturelles nécessaires, ce sont des lieux de construction des identités sociales, des lieux où les interactants se voient attribuer des places et où ils se positionnent eux-mêmes. C'est dans le cadre de formations discursives particulières que les gens s’expriment. Dans le cas des travailleurs migrants, cela inclut les discours liés à l’appartenance ethnique et sociale (et plus généralement au racisme), à leur compétence de communication, à leur compétence telle qu’elle est perçue ainsi qu’au positionnement local qui apparaît lors de chaque interaction.

15De nombreux travaux poststructuralistes (voir par exemple Norton, 2013) soulignent en ce sens les limites à l’agentivité humaine posées par les auto- et hétéropositionnements de la personne en situation d’entrer dans une nouvelle langue. Ainsi, s’il faut participer à des pratiques sociales pour s’approprier une langue et en retour élargir ses possibilités et ses modes de contacts sociaux, cette participation est loin d’être toujours possible, et les pratiques auxquelles la personne a accès ne sont pas toujours satisfaisantes en regard de ses envies – et donc souvent de ses identités projetées. L’accès souvent difficile, voire dans certains cas impossible, à des ressources matérielles et symboliques conduit souvent le migrant à rester positionné en marge d’une société dominante dans laquelle il n’a pas de place, ni de réelle possibilité de s’en faire une.

Positionnements/identités

16Les études poststructuralistes sur l’identité montrent, à l’exemple de qu’en dit Wortham, que

Dans une approche ontologique, apprendre ne change pas seulement ce que l’apprenant sait (ce qui serait alors simplement une question « épistémologique ») mais également ce que l’apprenant est. Apprendre signifie s’engager dans une nouvelle pratique, changer de position dans une communauté. C’est en ce sens qu’apprendre peut changer l’identité et le soi. (2004, p. 716)

17Dans la ligne de Pavlenko et Blackledge (2004), le positionnement social ou identitaire décrit ici la manière dont la personne se positionne et est positionnée discursivement dans l’espace social et dans ses interactions. La question est alors de savoir quels en sont les conséquences sur les modes de socialisation de la personne migrante et sur l’appropriation langagière :

Alors que l’agentivité et le choix sont des éléments cruciaux du positionnement, des moments de positionnement réflexif peuvent être contestés par autrui et les individus peuvent se trouver dans une tension perpétuelle entre des identités qu’ils se sont choisies et les tentatives d’autrui de les positionner différemment. (Blackledge, 2005, p. 37)

Pouvoir

18Les positionnements sociaux relèvent de relations de pouvoir qui bornent la liberté de la personne et lui permettent de borner la liberté d’autrui, ce que Foucault considère comme un état de fait, ni bon, ni mauvais, inhérent à l’humanité :

[...] il ne peut pas y avoir de société sans relations de pouvoir, si on les entend comme stratégies par lesquelles les individus essayent de conduire, de déterminer la conduite des autres. Le problème n’est donc pas d’essayer de les dissoudre dans l’utopie d’une communication parfaitement transparente, mais de se donner les règles de droit, les techniques de gestion et aussi la morale, l’ethos, la pratique de soi, qui permettront dans ces jeux de pouvoir, de jouer avec le minimum possible de domination. (1984, p. 113-114)

19Ces relations de pouvoir structurent l’agir social – et donc l’appropriation langagière – de la personne au même titre que sa subjectivité. Pour Foucault en effet, les relations de pouvoir ne peuvent être envisagées – et ne peuvent, à vrai dire, exister – indépendamment de la liberté qui leur donne du sens.

Répertoire langagier

20En ouvrant la voie à des interactions toujours plus nombreuses, la socialisation de la personne est essentielle à son appropriation langagière. Or, c’est dans ces agirs sociaux que la personne se construit une compétence de communication satisfaisante (Hymes, 1984) à l’aune de ses désirs et de ses besoins. Busch (2013) mobilise en ce sens la notion de « répertoire langagier » (Gumperz, 1964) et en souligne l’aspect fondamentalement social, situé et subjectif, en le définissant comme

[...] un tout, qui recouvre toutes les langues, tous les dialectes, styles, registres, codes et routines qui caractérisent l’interaction quotidienne. Il rassemble ainsi la totalité des moyens langagiers à disposition du locuteur d’une communauté langagière qui lui permettent de construire du sens (social) et de le partager. (Busch, 2013, p. 21)

21Au sens de répertoire langagier, la langue « contient toutes les manières acceptées de formuler un message et procure ainsi les armes de la communication quotidienne » (Gumperz, 1964, p. 137-138). Le fait que « les locuteurs [puissent faire] leur choix dans cet arsenal en fonction du sens qu’ils cherchent à produire » (ibid.) implique que le répertoire se développe dans ce que Busch appelle le « vécu langagier » (Spracherleben), c’est-à-dire « dans la manière dont la personne se conçoit, à travers son regard et celui d’autrui, comme un être interagissant langagièrement » (ibid., p. 19). Les expériences de socialisation, par le fait de les vivre concrètement et de les interpréter à travers sa subjectivité, sont autant d’occasions de construire un répertoire langagier que de le mettre à l’épreuve : elles permettent à la personne – ou l’y obligent – à « devenir actrice » de son espace social, à s’y positionner, à y être positionnée, et à construire du sens par ce processus.

Représentations

22À la suite de Moscovici (1961), Jodelet (1989 ; 2003 ; 2008) et Grize (1990), notamment, j’envisage les représentations comme sociales et individuelles, donc comme élaborées par la personne dans l’agir social, sur la base de préconstruits culturels constitués de croyances et de connaissances encyclopédiques, de savoirs contextualisés sur le monde et d’attitudes, alors même que les nouvelles expériences peuvent remettre en question certains de ces éléments, principalement les savoirs contextualisés et les attitudes.

23Sans être, évidemment, les seules ressources permettant d’agir, les représentations sont fortement structurantes pour l’appropriation langagière et apparaissent comme l’un des pans observables de la subjectivité. En effet, même si la personne mentionne d’autres types de ressources – cognitives, conatives, physiques, sociales, etc. – et se positionne toujours un peu différemment, ces ressources et ces positionnements sont forcément invoqués en fonction de la manière dont elle les interprète, donc à travers sa subjectivité, analysable à travers les représentations énoncées. Enfin, les représentations susceptibles d’influencer l’appropriation langagière peuvent être de tous ordres : liées à la langue – notamment les idéologies langagières et les représentations linguistiques – mais aussi liées à tout ce qui a trait à l’agir social et à la trajectoire de la personne : migration, rôles sociaux, intégration dans une nouvelle société, etc.

Subjectivité

24Hughes (1937) définit la subjectivité comme

[...] la perspective selon laquelle la personne perçoit son existence comme une totalité et interprète la signification de ses diverses caractéristiques et actions, ainsi que tout ce qui lui arrive.

25Dans cette ligne, je considère la subjectivité comme le sens que la personne donne à ses expériences de vie, et donc comme essentielle à son appropriation langagière. Schématiquement, la personne interprète ses expériences de socialisation en fonction des représentations sociales qu’elle a déjà construites dans le passé, donc qu’elle connaît déjà. Lorsqu’elle perçoit certaines situations comme insatisfaisantes, elle s’appuie ainsi sur ses représentations pour identifier le problème et chercher des solutions : cette orientation de la subjectivité vers des possibilités d’action est ce que j’appelle l’agentivité, dont la matérialisation est l’engagement concret dans un agir favorable à un meilleur accès à certaines pratiques sociales. Ces pratiques – pas forcément focalisées sur la langue mais médiées par elle – sont nécessaires à et permises par l’appropriation langagière qui, en retour, permet à la personne de se repositionner dans l’espace social.

26La subjectivité comprend ce que Bourdieu décrit comme l’habitus en tant que « subjectivité socialisée [...] durable mais non immuable » (Bourdieu, 1992) qui implique une connaissance du « jeu » pour permettre une « anticipation pré-perceptive » (Bourdieu, 1994) de ce qui va arriver. En tant que principe générateur de « pratiques distinctes et distinctives », l’habitus bourdieusien est constitué par des « schèmes classificatoires, des principes de classement, des principes de vision et de division, des goûts, différents » (1994, p. 23) qui permettent d’envisager ce qui peut dérouter la personne dans ses expériences de socialisation. Il ne permet toutefois pas de rendre compte des dimensions affectives et cognitives en jeu dans la dynamique d’appropriation langagière, d’où le recours au concept, plus large, de subjectivité.

Notes

1 Les citations présentes dans ce glossaire apparaissent toutes ailleurs dans l’ouvrage, accompagnées de leur formulation originale en note.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search