Version classiqueVersion mobile

Dans la langue de l’autre

 | 
Anne-Christel Zeiter

Enjeux et perspectives

Texte intégral

1Si le couple favorise une participation plus variée et en tout cas active du partenaire alloglotte à des pratiques sociales, il n’empêche pas les expériences pénibles de socialisation liées à son entrée dans une nouvelle langue et une nouvelle culture. En lien avec ce que les participants à cette recherche relatent, le processus de légitimation linguistique et sociale du partenaire alloglotte s’approche donc de « l’intégration » telle que décrite par de Pietro, qui prend en compte à la fois la socialisation et la subjectivité. Comprise ainsi, l’intégration représente

[...] le résultat d’une [re]construction de la réalité sociale effectuée par le migrant au travers de son comportement quotidien et de la signification qu’il lui attribue au moyen du discours. (Pietro 1995, p. 175)

2De Pietro identifie quatre modes ou degrés d’insertion sociale : la marginalisation, la ségrégation, l’intégration et l’assimilation, dont il précise qu’elles sont des « constructions théoriques visant à fournir une représentation modélisée d’une réalité toujours plus complexe » (1995, p. 182). Il lui semble cependant essentiel « de s’intéresser à la perception subjective que les migrants ont de leur situation » :

Dans le processus migratoire, [...] nous considérons en effet que, au-delà des déterminismes sociaux (qu’il ne s’agit cependant pas d’ignorer), l’individu agit de manière à reconstruire – suite au choc initial – un univers qui fasse sens et dans lequel il puisse trouver sa place. C’est pourquoi on s’intéresse à ses pratiques quotidiennes mais aussi à tout le travail mental et discursif qu’il effectue pour rationaliser sa situation. (ibid.)

3De Pietro mentionne un certain nombre de facteurs influant sur l’intégration subjective des migrants, et qui apparaissent dans les paroles de mes participants (temps passé dans la région d’accueil, projets d’avenir, âge, etc.) qui « définissent des modes d’insertion et participent conjointement d’une construction sociale de la réalité » : il peut donc en exister beaucoup d’autres.

  • 1 Il serait évidemment intéressant de reconduire des entretiens dans une dizaine d’années, afin d’ob (...)

4Les incidences directes du couple sur l’appropriation langagière du locuteur plurilingue francophone se sont avérées consister avant tout en l’accès à des modes de socialisation variés. Une famille, un réseau social et des ouvertures facilitées vers le monde professionnel – en termes de soutien financier et administratif, mais également de possibilités d’acquérir l’expérience requise pour entrer sur le marché du travail – sont apparus comme autant de milieux variés où le ou la partenaire alloglotte est plus ou moins rapidement parvenu(e) à participer à des pratiques sociales bénéfiques pour son appropriation langagière. Ces occasions, dont la personne migrante ne bénéficie souvent pas lorsqu’elle arrive dans un nouveau pays, ont été mentionnées par tous les couples interrogés, de différentes manières : ces milieux variés constituent, selon eux, soit des contextes rassurants dans lesquels ils ou elles fonctionnent pleinement en français et/ou dans une autre langue, soit des contextes désécurisants par l’altérité qu’ils comportent. Dans un cas comme dans l’autre, ces contextes sont présentés comme favorables à un engagement dans l’appropriation langagière permettant à la personne d’atteindre une zone de confort plus grande et d’agir de manière toujours plus adéquate dans son espace social, même si le bénéfice n’est pas immédiatement reconnu comme tel : dans l’ensemble, à l’exception de Tom qui n’y a jamais vécu, les personnes interrogées sont toutes restées en Suisse romande, et y fonctionnent en français, alors qu’elles auraient pu changer de plan de vie à ce niveau1. Ces milieux sont décrits, surtout par les partenaires alloglottes, comme des occasions de pratiquer activement la langue dans des contextes variés, et ces pratiques sont toujours mises en lien avec une appropriation langagière en tout cas facilitée, et souvent considérée comme de qualité quant à ses effets sur la vie quotidienne. Ces opportunités sont également toujours mises en lien avec le fait d’être en couple, c’est-à-dire, de fait, avec cette « vie quotidienne » : la majorité des personnes interrogées ici ne se seraient pas installées en Suisse sans la matérialisation d’un lien affectif fort les ayant poussés à construire des projets communs autour d’une vie commune. Ce choix de vivre ensemble – ou en tout cas d’être ensemble, comme c’est le cas pour Tom et Paul – est donc premier dans la vie des personnes interrogées, ce qui signifie qu’il détermine dans les faits l’appropriation langagière.

  • 2 Le cas de Zelda et Martin est intéressant à cet égard, puisque c’est le partenaire francophone qui (...)

5Au-delà des modes de socialisation multiples et des ressources que constitue le couple pour l’accès à ces milieux, les locuteurs plurilingues francophones mentionnent des relations de pouvoir, perçues ou effectives, directement liées au changement important que représente leur installation en région francophone avec un partenaire dont c’est la langue principale (voir Varro, 1984). Différentes dynamiques liées à la légitimité du partenaire alloglotte à fonctionner en français et à vivre en situation matrimoniale en Suisse, et dans de nouveaux milieux, se croisent autour de questions liées aux origines ethniques, au genre, mais également à certains déséquilibres générés par la situation exolingue vécue au quotidien. Même si le couple pratique, de fait, une lingua franca propre mobilisant des possibilités énonciatives issues de toutes les langues concrètement présentes dans la relation, qu’il s’agisse de leur pratique « personnelle » du français ou de toute autre langue, le partenaire francophone se trouve toujours, à nouveau de manière effective ou perçue comme telle, en position de domination : il ou elle est chez lui, n’expérimente pas d’autre altérité que celle de se mettre en ménage, continue sur la voie qu’elle ou il a commencé à tracer avec sa formation professionnelle ou ses études, et est généralement proche, du moins géographiquement, de sa famille et de ses amis, alors que le partenaire plurilingue francophone a tout à reconstruire, qu’il ou elle doit se réinsérer dans une nouvelle vie2. À ce niveau se pose la question de la construction de la légitimité du partenaire alloglotte à vivre en français et en Suisse : si le couple représente le premier milieu de socialisation de l’alloglotte, il est également chargé d’affectif, avec des conséquences importantes sur la manière dont la personne parviendra à « sortir du couple » pour se socialiser de façon autonome. Ce point est essentiel pour l’appropriation langagière : les personnes relatent que leur légitimité linguistique se construit au sein du couple, dans des expériences et par le biais de représentations plus ou moins partagées sur différents aspects de la vie en Suisse et de ce que signifie s’approprier une langue, et que cette légitimité linguistique rebondit sur leurs expériences de socialisation dans les trois milieux que sont la famille, le réseau social et le monde professionnel. La manière dont le locuteur plurilingue francophone se sent légitime – et non pas le fait d’être légitime en soi, qui ne signifie rien en dehors de l’interprétation qu’en a la personne – influence en effet le sens qu’il donne à ses expériences de socialisation et à ses positionnements identitaires, et donc les modalités de son appropriation langagière.

6Ce que les partenaires des couples interrogés ici relatent de l’appropriation langagière du partenaire alloglotte met en évidence l’interprétation toujours différente de la personne sur ses expériences de vie et les variations contextuelles qui en découlent au niveau de ses positionnements identitaires – considérant que le contexte peut changer d’une interaction à une autre, évidemment, mais également au sein d’une même interaction, en fonction de ce qui y est abordé et de la manière dont les thèmes abordés sont discutés par les interlocuteurs. La personne n’interprète pas ses expériences de vie une fois pour toutes : elle construit un sens toujours différent dans une démarche réflexive que la pratique de l’(auto)biographie langagière, sous quelque forme que ce soit, met en évidence.

Le couple pour la langue, ou la langue pour le couple ?

7Pour les personnes interrogées ici, on l’a vu, l’appropriation langagière n’est pas un but en soi : elle est rendue nécessaire par le préalable que constitue la décision de vivre en couple dans une langue donnée, en l’occurrence le français. Ce point, qui semble évident, est finalement sans doute la conclusion la plus importante à laquelle j’aboutis : questionner les conditions et les modes d’appropriation de la L2 revient à mettre au centre une dynamique qui est, au fond, un satellite de la vie. Évidemment, de par sa nature, le langage est essentiel à la vie humaine, et l’appropriation langagière est donc fondamentale. Pourtant, cette appropriation dépend des circonstances de la vie, et non l’inverse. Être en couple constitue donc bien une ressource pour l’appropriation langagière, mais lorsque l’on prend un peu de recul sur la situation de ces personnes, force est de constater que l’appropriation langagière est surtout une ressource pour la vie du couple, puisqu’elle permet aux partenaires, entre autres, de mener à bien leurs projets comme ils le souhaitent.

8Généraliser cette idée a des conséquences méthodologiques sur la recherche en acquisition des L2, en particulier lorsque l’on s’intéresse aux trajectoires d’appropriation langagière. En contexte migratoire, les conditions qui conduisent la personne à s’approprier la langue soulignent clairement que ce n’est pas un but en soi : lorsqu’une personne décide de quitter son pays pour s’installer durablement ailleurs, il est en effet rare que la langue en soit la motivation, comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises. Somme toute, même les étudiants en séjours linguistiques, quels que soient leur âge ou l’étape de leur parcours de formation, le font dans un but relativement précis, comme améliorer des résultats scolaires, répondre à une exigence de formation, faire une expérience de vie ou encore enrichir leurs perspectives professionnelles. La personne a donc rarement le luxe d’apprendre une langue juste par plaisir, et cette appropriation correspond dans la grande majorité des cas à une nécessité plus ou moins vitale, selon les situations. La réalisation concrète de l’appropriation, notamment en termes d’impact sur les identités de la personne, dépend de ces situations particulières, qui sont des situations de vie, et non d’abord des situations d’appropriation langagière. Je considère ainsi, méthodologiquement, que l’appropriation s’inscrit dans la vie humaine, et non l’inverse : pour que la personne s’approprie la langue, en milieu guidé ou non, il faut qu’elle donne du sens à son appropriation, qu’elle comprenne les enjeux qui contraignent sa situation, et qu’elle puisse le faire, économiquement et administrativement parlant.

9Il s’agit donc de dé-fétichiser à la fois le couple et l’appropriation langagière. Somme toute, le couple est certes le déclencheur de l’appropriation par les choix de vie qu’il implique, comme on l’a vu, mais il n’est pas suffisant pour apprendre la langue du lieu. Le couple « translingue » est comme le couple « monolingue » : il propose à chacun des partenaires de nouveaux contextes de socialisation (nouveaux amis, nouvelle famille, nouvelles perspectives d’avenir) dans lesquels il est plus ou moins simple et confortable de s’insérer, mais il ne borne en principe pas la vie de chacun des partenaires, qui agissent également en dehors du couple. Pour reprendre l’idée du répertoire langagier tel que proposé par Busch (2013), il faudrait ainsi considérer que le plurilinguisme n’existe pas, ou existe toujours, tant chaque nouveau mode de socialisation enrichit le répertoire de nouvelles possibilités expressives, et donc de nouvelles « langues » même au sein d’une seule langue « naturelle ». Poussée à l’extrême, cette idée sous-entend que tous les couples sont mixtes, puisque composés de deux personnes différentes, et que tout humain est plurilingue : une telle considération n’est évidemment utile ni dans la recherche sur l’appropriation langagière, ni dans celle sur le couple. Elle permet toutefois de relativiser la particularité de ce type de constellations conjugales, dans le sens où l’idée qu’un projet commun – dans le cas de couples librement constitués, évidemment – a poussé deux personnes à se considérer comme un couple semble plus fondamentale et primordiale, que le constat de différences justifiant qu’on les distingue de la « normalité » des couples non mixtes. Lorsque ce projet de vie se concrétise dans un contexte où la langue dominante est celle de l’un des deux, alors le mode de vie détermine le mode d’appropriation langagière. Si les partenaires vivent ensemble, ils côtoient également d’autres milieux, et donc d’autres variétés de langue, ce qui relativise l’importance du couple sur l’appropriation langagière. Somme toute, ce qui importe, vu sous cet angle et quand les conditions sont favorables, est donc le projet de vie, et non le couple ou l’appropriation langagière qui est rarement un but en soi : toutes les personnes qui décident de vivre dans une autre région linguistique dont ils s’approprient la langue ne sont pas en couple, mais toutes agissent socialement, travaillent, se font des amis, rencontrent des obstacles qu’elles doivent dépasser, vivent dans la langue et, pour reprendre Jeanneret et Pahud (2014), entre les langues.

Quelles conditions d’accès à quel agir social ?

10Les participants à cette recherche ont présenté le couple comme une ressource utile pour mener à bien des projets communs – et, dans la foulée, leur appropriation langagière, dont ces projets dépendaient en partie – tout en agissant plus ou moins directement sur leur sentiment de légitimité à vivre en français et en Suisse romande. Ils n’ont toutefois pas réellement renseigné ce qui concerne leurs conditions réelles de participation à l’espace social et leur possibilité concrète de résister à certains positionnements. J’ai montré que des relations de pouvoir existaient au sein du couple et que le fait même d’être en couple constituait une ressource pour surmonter des rapports de pouvoir et de domination extérieurs au couple, mais je n’ai pu qu’évoquer le poids des contingences micro- et macrosociales susceptibles de peser sur la personne alloglotte lorsqu’elle ne peut pas profiter d’une ressource de ce type. Tous les modes de migration ne relèvent malheureusement pas – et tant s’en faut – de projets de vie imaginés par des personnes relativement aisées et qui ont le choix de vivre où et comme ils le souhaitent, comme c’est le cas des personnes présentées ici. Il est ainsi absolument nécessaire de prendre en compte le fait que les ressources humaines permettant à une personne de se réinsérer dans un nouveau lieu de vie sont le plus souvent inexistantes pour les migrants, et que dans ces cas-là, les questions de légitimité linguistique et sociale sont d’autant plus aiguës : si le sentiment d’avoir le droit de vivre dans une langue et dans un pays donné est si important pour l’appropriation langagière et pour la socialisation, et qu’il est délicat à construire même pour des personnes qui a priori ne devraient pas souffrir de problèmes de légitimité, on peut aisément imaginer ce qu’il en est pour ceux qui n’ont personne pour les renforcer dans ce droit.

11Par ailleurs, la personne ne décide pas d’apprendre une langue par hasard, que ce soit en contexte homoglotte ou hétéroglotte. Elle le fait soit parce qu’elle y est obligée par l’institution, c’est le cas de l’apprentissage des langues à l’école par exemple, soit parce qu’elle est persuadée qu’elle doit et/ou souhaite le faire pour élargir son avenir professionnel, soit parce qu’elle vit dans une région où cette langue est la langue vernaculaire, comme mes informatrices et informateurs, et les circonstances de son déplacement vers un nouveau lieu de vie et une nouvelle langue ne sont pas toujours aussi confortables que le choix de rejoindre la personne aimée. Dans tous les cas, la personne donne du sens à son appropriation : elle peut être appropriation d’une langue de trop, ennuyeuse, inutile, en même temps que d’une langue de plus, utile, du moins sur le papier, sur le plan professionnel. Elle peut être appropriation de la langue de l’Autre, celui ou celle avec qui l’on souhaite vivre, ou de l’autre, celui ou celle qui nous opprime ou qui nous considère comme un outsider. Elle peut être secondaire et peu consciente, tant il est souvent plus important pour la personne de vivre et de travailler que d’apprendre une langue. Elle peut également être embryonnaire, lorsque la personne fonctionne dans une lingua franca lui permettant d’agir socialement sans pratiquer la langue du lieu, voire inaccessible lorsqu’aucune possibilité n’est donnée à la personne de communiquer en dehors d’un contexte très restreint. Tous les cas de figure sont possibles, en fonction des conditions de vie de la personne et du sens que celle-ci donne à sa vie présente et à ces conditions – dont elle pourra tirer le meilleur parti possible même si elle ne rencontre que des limites, ou aucun parti du tout même si toutes les possibilités lui sont offertes –, en fonction de son passé et de ce qu’elle projette pour l’avenir à plus ou moins long terme. L’observation de l’appropriation langagière dans la trajectoire de vie de la personne au sens large est ainsi fondamentale pour en envisager toute la complexité en termes de limites externes – conditions d’accès à certaines pratiques sociales – et internes – psycho-affectives – l’ayant poussée vers un engagement formel dans une démarche consciente d’appropriation langagière, ou l’ayant empêchée de s’y engager.

Se positionner, ou être positionné ?

12Pouvoir s’approprier la langue du nouveau pays dans lequel on vit revient à pouvoir vivre complètement, en tant qu’acteur social à part entière, dans ce nouveau contexte. Les études poststructuralistes sur l’identité, amplement mentionnées dans cette recherche, montrent, comme le dit Wortham, que

  • 3 « According to an ontological approach, learning changes not just what the learner knows (which wo (...)

[...] dans une approche ontologique, apprendre ne change pas seulement ce que l’apprenant sait (ce qui serait alors simplement une question « épistémologique ») mais également ce que l’apprenant est. Apprendre signifie s’engager dans une nouvelle pratique, changer de position dans une communauté. C’est en ce sens qu’apprendre peut changer l’identité et le soi.3 (Wortham, 2004, p. 716)

13Il semble toutefois nécessaire, si l’on place la vie comme préalable à l’appropriation, de s’interroger sur ce que signifie, au fond, changer de position dans la communauté. Et se demander jusqu’à quel point cela est souhaitable, surtout lorsque ce changement est infligé à la personne par des contingences extérieures qui la forcent à déployer son agentivité pour modifier les paramètres insatisfaisants d’une situation dans laquelle elle n’a peut-être jamais souhaité se trouver.

14Pour avoir une certaine idée de l’impact des nouveaux positionnements imposés à la personne migrante sur le sens qu’elle donne à sa nouvelle situation, et donc sur ce qu’elle considère comme primordial pour la vivre, il faut prendre en considération les raisons de sa venue autant que ses positionnements antérieurs. Si, dans le sens de Ricœur, la personne est dans une certaine mesure ce qu’elle a vécu jusque-là, son sentiment de légitimité linguistique à vivre dans un nouveau pays – et par corollaire dans une nouvelle langue – se mesure à l’aune de ce vécu antérieur. Le migrant ne sort en effet pas de nulle part : il était médecin, mère de famille, étudiant, couturière, ami, sœur, ou bien d’autres choses encore, avant de devoir partir pour un certain nombre de raisons plus ou moins enthousiasmantes. Or, une fois arrivée dans son pays d’accueil, la personne est étrangère. Elle est migrante. Autant de catégorisations qui nient par omission et par méconnaissance – par manque d’intérêt ? – certains pans de son identité et qui, ce faisant, l’enferment dans des positions parfois délégitimantes :

  • 4 «When a speaker in conversation refers to someone by a category term, we can then cogently ask -we (...)

Lorsqu’un locuteur, dans une conversation, fait référence à quelqu’un par l’usage d’une catégorie, nous pouvons alors nous poser une question assez pertinente – et il faut nous la poser : qu’est-ce qui a rendu pertinente l’utilisation de cette catégorie par ce locuteur ? Et en l’utilisant, qu’est-ce qui a été accompli ? Le fait que la personne à laquelle il a été fait référence soit réellement membre de cette catégorie ne suffit pas ; les personnes sont de fait membres de beaucoup de catégories. Et le même problème apparaît pour les chercheurs du monde académique ou du monde professionnel ; faire référence aux personnes étudiées par des catégories n’est pas suffisamment garanti par leur appartenance à ces catégories ; et la pertinence des catégories doit être garantie. Et pour différents objectifs poursuivis, la pertinence pertinente n’est pas pertinence pour celui qui mène une recherche, mais pertinence pour les personnes catégorisées alors qu’elles sont engagées dans les activités étudiées.4 (Schegloff, Koshik, Jacoby et al., 2002, p. 9)

15Les catégories mobilisées par le chercheur en acquisition des langues présupposent souvent, comme je le soulignais au début de cet ouvrage, que la personne est une apprenante, et dans le meilleur des cas, que la personne est un acteur social du contexte dans lequel elle s’inscrit au moment où elle est observée. Les recherches sur l’identité et l’appropriation langagière s’intéressent évidemment aussi aux désirs de la personne, à ses perspectives d’avenir, qui dépendent fortement de son vécu antérieur. Mais peu s’intéressent, à ma connaissance du moins, à ce que faisait la personne avant son entrée dans ce nouveau monde et dans cette nouvelle langue. L’un des intérêts de la démarche (auto)biographique est justement qu’elle donne accès à l’abîme qui sépare parfois la manière dont la personne s’auto-positionnait de celle dont elle est ou se sent hétéro-positionnée dans son nouveau contexte, et à l’influence de cet écart sur l’appropriation langagière. Le manque de reconnaissance des acquis professionnels ou de formation, par exemple, est une forme de négation de ce que la personne a accompli dans sa « vie d’avant », de même que les catégorisations en termes d’étranger ou de migrant estompent fortement ses autres catégories d’appartenance qui, socialement, n’existent plus, parce qu’elles ne sont pas reconnues et/ou parce que les nouvelles catégories appliquées à la personne entraînent avec elles des contingences micro- et macrosociales lourdes de conséquences en termes de liberté d’action. La construction de la légitimité à fonctionner dans une nouvelle langue, ou plutôt à exister dans un nouveau pays, est alors extrêmement complexe, tant elle touche à des questions de dignité humaine. Il devient difficile et, dans des cas extrêmes et pourtant nombreux, impossible pour la personne de faire preuve d’agentivité pour se sentir appartenir au contexte dans lequel elle évolue.

Vivre et s’approprier ses langues : un vaste terrain de recherches

16Dans ce cadre, plusieurs pistes de recherches s’ouvrent, utiles non seulement à comprendre toujours mieux ce qui se passe pour la personne lorsqu’elle entre en contact avec une nouvelle vie et les nouvelles langues qui l’accompagnent, mais également à mieux envisager ce qui peut aider la personne migrante à se réinsérer dans sa nouvelle vie. L’appropriation langagière et la réinsertion dans un nouveau lieu de vie s’inscrivent en effet dans une dynamique commune, favorable ou défavorable non seulement à la personne, mais également aux milieux avec lesquels elle est en contact.

17Dans une perspective sociolinguistique de l’appropriation langagière, d’autres recherches devraient être menées auprès de populations dont l’insertion est moins favorisée en termes de ressources humaines : des migrants arrivés seuls et sans repères dans le pays d’accueil, voire avec des statuts précaires, donneraient des informations complémentaires à la présente recherche, de même que d’autres types de médiation, comme celle des bénévoles francophones d’associations d’accueil de requérants d’asile pour qui la langue est une nécessité à la fois pour se défendre – l’intermédiaire d’un interprète étant un rempart supplémentaire entre la personne et ses interlocuteurs – et pour se réinsérer socialement en cas d’octroi de l’asile complèteraient les réflexions menées ici. Les normes linguistiques écrites et orales qu’il importe de s’approprier dans chaque contexte devraient également être investiguées, de même qu’une analyse des interlangues des locuteurs plurilingues francophones permettrait peut-être de mieux cerner quelles langues s’approprie la personne en fonction des milieux de socialisation auxquels elle a réellement accès, et de mettre ces pratiques effectives en lien avec le sens qu’elle donne à ses expériences.

18D’un point de vue didactique, enfin, il serait intéressant de creuser la piste de l’influence de la subjectivité sur l’appropriation langagière, en contexte homoglotte aussi bien qu’hétéroglotte, et en milieux non guidé et guidé. Permettre à la personne en situation de s’approprier une langue, de donner du sens à son appropriation, lui serait bénéfique et aiderait les professionnels impliqués dans sa formation d’identifier les ressources susceptibles de faciliter cette appropriation en l’inscrivant plus complètement dans sa trajectoire de vie. Comme le souligne Kramsch,

  • 5 « No doubt knowing another language in an ideologically monolingual society can give someone a pro (...)

[i]l ne fait aucun doute que savoir une autre langue dans une société idéologiquement monolingue peut procurer à la personne une certaine distinction et même éventuellement des avantages salariaux. Mais il y a [...] bien plus que cela dans l’apprentissage d’une langue. Justement parce [que les jeunes apprenant-e-s] apprennent la langue étrangère dans une forme d’isolement par rapport au monde réel, ils y projettent leurs insatisfactions par rapport à ce qu’ils y vivent et leurs rêves d’un monde meilleur. La langue, pour eux, n’est pas juste une construction formelle et immotivée, mais une réalité vivante et incarnée. Elle n’est pas simplement un agglomérat de messages encodés, intellectuellement saisis, cognitivement internalisés puis appliqués dans des contextes sociaux ; elle est plutôt le médium potentiel de l’expression de leurs aspirations, de leurs prises de conscience et de leurs conflits les plus personnels.5 (Kramsch, 2009, p. 4)

19Il me semble ainsi nécessaire, pour aller vers plus d’autonomie et de dignité humaine, de permettre à la personne, quels que soient son âge et sa trajectoire, de réfléchir à sa vie, de l’interpréter comme ayant de la valeur, et de considérer que sa réflexion est pertinente. Si l’appropriation langagière s’inscrit dans la vie, et non l’inverse, ces questions ne s’appliquent en effet pas seulement aux recherches sur l’appropriation des L2 : elles soulèvent des enjeux politiques, éthiques et humains touchant à l’accueil et à la prise en charge des migrants, quelles que soient leurs situations.

Notes

1 Il serait évidemment intéressant de reconduire des entretiens dans une dizaine d’années, afin d’observer comment leurs plans de vie évoluent, et avec quel impact sur le rapport qu’ils et elles entretiennent avec le français : par exemple, ces couples vivront-ils toujours ensemble en Suisse romande ? Carla aura-t-elle continué à écrire en français ? Zelda sera-t-elle retournée au Pérou comme prévu ?

2 Le cas de Zelda et Martin est intéressant à cet égard, puisque c’est le partenaire francophone qui a rejoint sa partenaire alloglotte dans son milieu de vie. En tant que Français, il apprend d’elle un certain nombre de comportements qu’elle considère comme « culturels » helvétiques (ne pas se doucher après 22 heures dans un immeuble, par exemple). Par contre, le fait d’être en couple lui permet de vivre en français en dehors du travail, comme on l’a vu, et donc de pratiquer une variété de français différente lui permettant de se sentir plus confortable lors de sorties avec ses collègues de travail, et donc d’élargir ses possibilités de socialisation. Tous deux sont transplantés, pour reprendre les termes de Varro (1984), et ils s’aident mutuellement à s’acclimater.

3 « According to an ontological approach, learning changes not just what the learner knows (which would be simply “epistemological”) but also who the learner is. To learn is to take up a new practice, to change one's position in a community. Thus, learning can change identity and the self. »

4 «When a speaker in conversation refers to someone by a category term, we can then cogently ask -we need to ask- what made that category a relevant one for the speaker to use in that context? What was being done thereby? The fact that the referent is actually a member of that category is not sufficient; people are actually members of many categories. And the same issue arises for academic or professional researchers; referring to people being studied by category terms cannot be sufficiently warranted by their actually being members of those categories; the relevance of the categories being used has to be warranted. And for many purposes, the pertinent relevance is not relevance to the investigator, but relevance to the persons being categorized while engaged in the activities being studied. »

5 « No doubt knowing another language in an ideologically monolingual society can give someone a profit of distinction and even sometimes extra pay. But […] there is much more to foreign language study than that. Precisely because they learn the foreign language in isolation from the real world, theses youngsters project onto it their dissatisfactions with their own and their dreams of a better world. Language for them is not just an unmotivated formal construct but a lived embodied reality. It is not simply an agglomeration of encoded meanings, that are grasped intellectually, cognitively internalized, and then applied in social contexts, rather, it is the potential medium for the expression of their innermost aspirations, awarenesses, and conflicts. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search