Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

Conclusion

Faire une histoire sans hommes et sans femmes est décidément impossible

Didier Lett et Fabrice Virgili

Texte intégral

  • 1 M. Perrot dir., Une histoire des femmes est-elle possible ? Marseille, Rivages, 1984.
  • 2 A.-M. Sohn et F. Thélamon dir., L’Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, 199 (...)
  • 3 G. Duby et M. Perrot, « Écrire l’histoire des femmes », G. Duby et M. Perrot dir., Histoire des fe (...)

1En France, l’histoire des femmes s’est construite progressivement, prenant de l’assurance au fil des années comme en rendent compte, au delà de leurs aspects ironiques et provocateurs, les titres sous forme de questions qui ont scandé les principales étapes de cette évolution. En 1973, à l’université de Paris VII-Jussieu, Michelle Perrot, Fabienne Bock et Pauline Schmitt créent leur séminaire en demandant : « Les femmes ont-elles une histoire ? ». Dix ans plus tard, le colloque de Saint-Maximin, tenu et publié sous la direction de Michelle Perrot en 1984, prend pour titre : « Une histoire des femmes est-elle possible ? »1. Enfin, le colloque de Rouen de novembre 1997, publié en 1998 sous la direction d’Anne-Marie Sohn et de Françoise Thalamon, s’intitule « L’Histoire sans les femmes est-elle possible ? »2. L’histoire des hommes qui est en train de se construire en ce début du XXIe siècle, aurait-elle déjà acquis plus d’assurance pour se demander si « Une histoire sans les hommes est possible » ? Toutes ces interrogations à propos de l’histoire des femmes, pas si anciennes finalement, dont les réponses semblent aujourd’hui acquises, nous rappellent surtout la dette que l’histoire des hommes doit à celle des femmes. D’ailleurs, un certain nombre de contributeurs réunis pour le colloque lyonnais en juin 2009, dont ce livre est issu, ont précédemment travaillé sur l’histoire des femmes et du genre. D’autres ont simplement joué le jeu en appliquant le questionnement proposé sur le masculin à leur terrain habituel. Pourtant, tous ont fait l’économie d’un positionnement historiographique, peut-être parce que dès 1991, Georges Duby et Michelle Perrot présentaient L’Histoire des femmes en Occident comme une « histoire résolument relationnelle qui interroge la société toute entière et qui est, tout autant, histoire des hommes3 » et que la discipline est désormais mûre pour ce type de questionnement.

  • 4 Titre commun à chaque fin de volume de Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot dir., (...)

2Aussi, trois questions historiographiques, qui auraient pu antérieurement provoquer prises de position et discussions, ont-elles paru suffisamment réglées par l’histoire des femmes et du genre pour n’être pas ou peu évoquées lors de notre rencontre. Il s’agit d’abord du lexique utilisé. Alors que l’histoire des femmes et du genre a connu de longs débats sur la définition des concepts et l’usage d’une expression plutôt qu’une autre (on pense par exemple à « rapports sociaux de sexe », « différence des sexes » ou « genre ») nous avons peu éprouvé la nécessité de discuter les mots de « masculinité », « virilité », « des hommes », chacun adoptant une approche empirique à partir de l’objet proposé à l’étude. Le second aspect peu évoqué est celui des sources. Là encore, prenant acte de ce que fut la critique féministe de l’écriture masculine de l’histoire, il n’a pas paru nécessaire aux contributeurs d’inscrire leur travail dans une relecture sexuée d’une documentation majoritairement laissée par les hommes. Si briser l’universel masculin pour entendre des « paroles de femmes »4 était une nécessité méthodologique dans les années 1970-1980, cette question ne se pose pas aujourd’hui pour capter la parole masculine. Les travaux s’inscrivant dans le « tournant linguistique » ont montré la nécessité de déconstruire les sources avec autant de soin que ces dernières émanent ou parlent des hommes ou des femmes. Ce qui est dit sur les « hommes » est également filtré et médiatisé par un narrateur qui obéit à des contraintes culturelles et discursives.

3Enfin, un troisième point peu présent dans l’ouvrage est celui de la domination masculine. On peut certes considérer cette absence comme la conséquence des acquis de nombreuses études en histoire des femmes portant sur le sujet ou y voir une volonté délibérée de sortir de la problématique de la victime et du bourreau en envisageant les relations entre les sexes en dehors du seul rapport de domination et de sa contestation. Il faut donc demeurer attentif à ce qu’une approche exclusivement tournée vers les hommes n’en oublie pas l’exercice de leur pouvoir de genre, de leur domination.

Masculinité plurielle

4L’ensemble des contributions a confirmé la nécessité de penser « masculinité » au pluriel : en fonction des périodes considérées, dans chaque segment de la société pour un même moment historique, et même à l’intérieur de groupes présentant une certaine homogénéité. On peut ainsi distinguer des formes de masculinités aristocratiques ou paysannes dans l’armée de Louis XIV (Hervé Drévillon), comme on peut noter les ambiguïtés de celles du gendarme au XIXe siècle à la fois militaire un peu rustre et père de famille compréhensif (Arnaud Houte).

5Chacune des contributions a posé, par ailleurs, la question de savoir comment, dans un contexte donné, se définissent et s’affirment les masculinités. Par rapport à quoi ou à qui ? Contre qui ou contre quoi ? Avec cette question sous-jacente : a-t-on besoin de la catégorie du féminin pour parler du masculin ? Même s’il existe des formes de masculinité qui se définissent clairement en opposition au féminin, de nombreuses contributions ont montré que le masculin pouvait se passer du féminin : on peut penser les hommes sans les femmes. L’homme s’affirme et s’oppose parfois à l’animalité comme la culture s’oppose à la nature, ainsi dans le milieu universitaire de la fin du Moyen Âge (Ruth Karras) ou pour le colon face à l’indigène. L’homme peut aussi parfois s’affirmer par rapport à un autre groupe d’âge, tel le maître qui s’oppose à la jeunesse de l’apprenti dans les ateliers médiévaux ou l’ouvrier qualifié dans les usines automobiles face aux jeunes. Il peut encore se définir à l’intérieur même du monde des hommes, face à un autre masculin.

Hiérarchies entre les hommes

  • 5 N. Z. Davis, « Women’s history in transition: the european case », Feminist Studies, no 3, hiver 1 (...)

6Un autre intérêt de ce collectif est d’avoir permis de dévoiler de fortes hiérarchies à l’intérieur même du groupe des hommes et, par conséquent, de montrer que le « sexe opprimé » dont parlait Natalie Zemon Davis5 en 1976, n’est pas toujours là où on l’attend. Il existe des hommes opprimés qui subissent, eux aussi, la domination masculine ainsi des homosexuels face aux hétérosexuels. C’est aussi le cas à l’intérieur même d’une masculinité homosexuelle quand le « gay-macho » dénigre la « folle » (Florence Tamagne). Pour de nombreuses époques également, se dessinent une hiérarchie à l’intérieur des fratries où la masculinité de l’aîné tend à s’affirmer comme supérieure à celle du cadet (Benedetta Borello). On voit encore dans le Chaco indien des années 1930, une forte opposition et une hiérarchie entre deux formes de masculinité, celle du guerrier et celle du captif (Luc Capdevila). Au Néolithique déjà, la valeur des objets retrouvés dans les tombes permet non seulement d’établir une hiérarchie entre les sexes mais également une hiérarchie sociale à l’intérieur du groupe des hommes (Jean Guilaine). Ces formes les plus considérées de masculinité sont loin d’être les plus répandues. Les clercs médiévaux, jugés supérieurs aux laïcs parce que dégagés de tout lien charnel, ne représentent que 10 % environ de la population (Antoine Destemberg).

7Mais la fabrique de la masculinité et de ses hiérarchies provient aussi de l’autre sexe. À l’usine, dans les années 1960-1970, des femmes jouent la même partition que les hommes détenteurs du plus haut degré de masculinité lorsqu’elles participent aux rituels de bizutage des jeunes ouvriers qu’elles déculottent. Elles défendent donc les mêmes valeurs viriles que leurs homologues masculins et participent ainsi à l’affirmation et à la reproduction des canons de la masculinité (Xavier Vigna).

Corps masculin et force physique

  • 6 Ce lien entre force physique et corps masculin est ancien. On peut rappeler qu’Isidore de Séville (...)

8Plusieurs contributions ont indiqué le lien étroit entre homme et puissance corporelle6. En Grèce, entre le IVe et le Ier siècle avant J. C., on note combien le corps par sa beauté, sa force physique comme sa valeur guerrière joue un rôle central dans les concours d’euandrie, compétition de beauté virile qui est aussi la démonstration de la supériorité de la polis (Florence Gherchanoc). On retrouve cette valorisation de la force quand celle-ci s’emploie en une violence légitime, qu’il s’agisse de la virtus du chevalier (Magali Coumert) ou de la force et de la stature du gendarme (Arnaud Houte). Valorisée chez le guerrier, la force masculine est aussi une valeur du travail, essentielle au virilisme des ouvriers de l’automobile ou à celle du « bon travailleur » dans le Maghreb colonial : une véritable puissance de travail mais dans un corps sain et intègre.

9Dans le registre du rapport au corps, le vêtement, qui le couvre ou le découvre, est un indicateur essentiel de la différence des sexes mais également des différences au sein de chaque sexe. À la fin du Moyen Âge, la désexualisation du clerc se manifeste par l’interdiction d’être armé et par le port d’habits amples, non moulants, qui apparaissent, selon les canons de la mode de l’époque, désuets (Antoine Destemberg). « L’uniformisation », au sens littéral, des militaires du XVIIIe siècle accentue la virilité de chacun en créant pour tous une même silhouette masculine, en attribuant ainsi à chaque soldat la puissance du groupe tout entier. L’inadéquation entre une image de la masculinité et le vêtement porté provoque un « trouble du genre ». C’est le cas du corps sculpté de l’aurige, viril, mais si drapé et si serré qu’il devient sexuellement ambigu (François Lissarrague). Il convient, cependant, de nuancer la définition de la masculinité par la force physique. Ainsi, contrairement à ce que l’on peut lire parfois, la chevalerie n’est pas une « école de virilité ». L’entrée en chevalerie est certes conditionnée par l’adoubement, rituel qui, en amont, a nécessité la manifestation d’une force physique, mais la condition première est l’appartenance à un groupe social (ceux qui peuvent se payer un armement). On ne connaît pas de refus ou d’exemption d’adoubement pour mollesse et il n’existe pas de test de robustesse. Davantage que la force physique, les qualités du chevalier sont d’abord la « largesse » et la courtoisie.

Raison et contrôle de soi

10L’homme possède des qualités permettant de contrôler la force nécessaire, la virtus que l’on retrouve aussi bien chez le chevalier que chez l’escrimeur dans la France de Louis XIV ou le militaire du XXe siècle. Pour manifester sa masculinité, l’homme doit être tempéré et mesuré, tel l’athlète grec qui n’est jamais un sur-mâle, contrairement aux satyres que leur sexe proéminent et surdimensionné disqualifie (François Lissarrague). Être homme, c’est être capable de contrôler ses émotions contrairement aux femmes réputées excessivement émotives.

11Pour les sociétés les plus marquées par le christianisme, la virilité est d’abord la capacité à résister à la tentation. Agir de manière virile (viriliter) c’est « agir comme un homme » donc « faire preuve de courage, de raison, de contrôle de soi ». Les saintes qui résistent aux tentations diaboliques le font de manière « viriles ». Viriliter est une qualité sexuée mais certainement pas sexuelle.

À la marge du masculin

12La frontière du genre a déjà été l’objet de travaux importants, l’historiographie Queer venant en discuter son tracé aussi bien que les territoires délimités : doit-on se limiter à deux genres ? La frontière sépare-t-elle deux, trois groupes, voire plus encore, ou n’est-elle finalement qu’individuelle, le masculin et le féminin ne constituant qu’un continuum ou chacun s’inscrit du point de vue de son identité de genre ? L’approche adoptée dans cet ouvrage n’a pas été de contester l’existence d’une telle frontière, mais davantage de scruter les marges du territoire du masculin, d’en percevoir les fluctuations, les inquiétudes que celles-ci provoquent et les réactions de ceux que l’on pourrait ainsi qualifier de gardes-frontières du genre.

13Quels que soient les contextes, on observe une tension entre l’évidente définition biologique du mâle et la capacité des individus à correspondre à la norme masculine telle qu’elle est définie par chaque société. L’attitude vis-à-vis des marges de la masculinité, c’est-à-dire vis-à-vis de groupes d’hommes reconnus biologiquement mais non socialement comme des hommes, paraît très révélatrice de cette tension et donc de la définition du sexe social des hommes dans une société donnée. La modification physiologique des castrats les classe dans une monstruosité non menaçante, car elle les renvoie ni vers le féminin, ni vers l’homosexualité (Mélanie Traversier). Ce sont bien des hommes, monstrueux par l’orchidectomie qu’ils ont subie et, partant, par le timbre de leur voix, mais ils ne remettent pas en cause leur genre. À l’inverse, l’impuissance masculine inquiète, car au delà du dysfonctionnement, elle menace l’ordonnancement genré du monde. Ainsi, dans l’Italie du XIXe siècle, la faiblesse sexuelle est perçue comme l’incapacité de faire accéder les filles au statut de femme, donc d’exercer un pouvoir masculin d’assignation des individus dans leur sexe (Domenico Rizzo). Aussi, la responsabilité du trouble est-elle rejetée par les médecins sur l’autre sexe. Si des hommes se retrouvent menacés dans leur essence, la responsabilité en incombe aux femmes incapables d’être désirables, coupables de n’être pas des femmes et donc rejetées à la marge de leur sexe.

14Dans l’Angleterre de l’époque moderne, l’abus d’alcool par les femmes est doublement menaçant. Parce qu’elles imitent les comportements des hommes et pénètrent un univers profondément mâle, le risque de la transgression décuple (Ann Tlusty). La crainte d’une irruption des femmes dans un monde pensé et vécu jusque là comme masculin se retrouve aussi bien à la taverne que dans les usines automobiles (Nicolas Hatzfeld). La construction automobile est le lieu d’une vigoureuse affirmation masculine et le terrain d’une vive confrontation entre les deux sexes. On y rencontre des hommes inquiets d’une concurrence dévirilisante, d’une perte de statut et de stature, mais aussi les injonctions possibles des femmes à être dignes de masculinité lors des conflits sociaux, car être en grève c’est aussi « refuser de baisser son froc devant les patrons » (Xavier Vigna).

15Les marges du masculin, ne sont pas toujours imposées et productrices d’exclusion. Elles peuvent également être le résultat d’une démarche volontaire et contestataire. Après la Seconde Guerre mondiale, une partie de la jeunesse allemande, en réaction au nazisme, adopte un comportement transsexuel qui se veut lässig (relâché, décontracté et nonchalant) en opposition au modèle viril jusque là hégémonique du zackig (raide, volontaire et fier) (Kaspar Maase). Parce que les comportements transgenres sont perçus comme des menaces pour l’ordre social, sexuel et politique des corps, l’historien des masculinités, comme naguère celui des femmes, peut repérer différentes formes de contrôle, de réaction et de remise aux normes. Le genre peut compter sur de nombreux gardiens prêts à défendre la différence sexuelle.

Les gardes-frontières du genre

16La volonté de préserver la frontière émane autant des hommes que des femmes, telle l’actrice Arletty pour qui les métallos sont les plus formidables des hommes (Nicolas Hatzfeld). La frontière du genre constitue un précieux amplificateur à la méfiance ou au rejet d’ordre politique ou social. La défense de la masculinité peut parfois devenir un prétexte. L’assimilation des gauchistes aux homosexuels dans les années 1970 permet de les discréditer aux yeux d’une population ouvrière imprégnée de virilisme. À d’autres moments, les moqueries viriles dont le prêtre ou le gendarme est parfois la victime, traduisent davantage une forme de contestation anti-autoritaire qu’une réelle inquiétude de la défense de la masculinité. La définition du masculin, et de manière symétrique du féminin, passe autant par la mise en avant d’un modèle que d’un contre modèle. De nombreux exemples de cette dialectique sexuée ont été proposés. Du cuir et de la moustache, devenus les emblèmes du gaymacho dans les années 1970, (Florence Tamagne) au footballeur-gentleman Jackie Milburn, fidèle à sa femme, à sa ville de Newcastle et à sa classe ouvrière (Richard Holt), en passant par l’officier aristocratique des XVIIe et XVIIIe siècles (Hervé Drévillon) dont la distinction et la tenue le différencient clairement de l’uniformité virile et militaire, ces figures d’hommes représentent une masculinité plurielle et autant de possibilités de réajustement du genre. Elles représentent moins des repères à atteindre que des bornes extrêmes ou médianes permettant la définition de la norme ; un entre-deux auquel les hommes se doivent de correspondre en disciplinant une masculinité excessive.

17Cette définition du masculin propre à chaque société n’en connaît pas moins de profonds bouleversements. Loin d’être immuable, la manière d’être un homme change. Elle connaît des évolutions étendues dans le temps, faites de réajustements progressifs, subissant des événements qui viennent bousculer la frontière du genre et le territoire de chaque sexe.

18Le vaste panorama qui nous a été offert a permis de mettre clairement en évidence des transformations de la définition de l’homme et de ses assignations dans chaque société et dans chaque période. Les résistances repérées aussi bien à la réforme grégorienne au XIIe siècle qu’à l’uniformisation du militaire au XVIIe siècle en sont des témoignages parmi d’autres. Au sein de ces mutations, on peut parfois repérer certaines bornes chronologiques. En Angleterre, on assiste, entre le XIIe et le XVIe siècle, au passage d’une masculinité de l’honneur, du défi et de la vengeance à celle du contrôle et de la constance (Christopher Fletcher). Ces tentatives de signaler une évolution mériteraient d’être étendues à d’autres situations permettant de prolonger une réflexion sur les liens entre mutation du genre et événement.

Troubles guerriers

19À ce propos, les guerres, et ce qu’elles signifient en termes de perturbation du genre, sont riches de comparaisons. Du Néolithique à la Seconde Guerre mondiale, des conquêtes coloniales à la guerre du Chaco (qui oppose la Bolivie et le Paraguay dans les années 1930), plusieurs contributions soulignent combien ces bouleversements guerriers ont provoqué des troubles du genre.

20En 1945, en Allemagne et en Autriche (Kaspar Maase et Michael Maier), les hommes se retrouvent dans des situations auxquelles ils n’étaient pas préparés. À leur retour de captivité, ils croyaient être attendus comme des « Ulysses ». Or, ce sont des hommes marqués par la souffrance qui reviennent des camps de prisonniers. Pire ! Ils arrivent dans un monde qui a commencé à être reconstruit par des femmes, les Trümmerfrauen (les femmes des décombres) devenues des icônes du courage dans une société dont les hommes nationaux étaient absents.

21Au Paraguay, les catégories de la masculinité se confondent davantage encore en temps de guerre avec les catégories populaires. L’utilisation d’Indiens dans les armées paraguayenne et bolivienne bouleverse les hiérarchies (Luc Capdevila). Elle a permis l’ascension de déclassés du monde indien qui jouent un rôle de médiateur entre les communautés et ont pu accéder à des postes d’encadrement dans l’armée. En parallèle, la guerre n’ayant plus de place dans le monde indien, les guerriers du Chaco sont déclassés. On assiste donc à une redéfinition des hiérarchies de genre, le militaire, puis le colon imposant de nouveaux modèles.

Masculin et autres catégories d’analyse

  • 7 G. Bock, « Women’s history and gender history: aspects of an international debate », Gender and Hi (...)

22L’histoire du genre, au risque parfois, selon certains, de se diluer dans une histoire des différences sociales, a tout à gagner à jouer le jeu de l’articulation avec d’autres catégories d’analyses (âge, génération, ordre, condition sociale, appartenance urbaine ou rurale, position dans la parenté, etc.) En 1989, dans le premier numéro de la revue Gender and History, Gisela Bock soulignait la nécessité de considérer le genre comme une catégorie spécifique du contexte parmi d’autres et de refuser en cela un « impérialisme du genre »7. Dans cet ouvrage sur les masculinités, si la grille de lecture genrée a été privilégiée, ce n’est pas au prix d’un oubli des autres catégories d’analyse. Certes, la masculinité paysanne, qui pourtant représente pendant de très nombreux siècles l’écrasante majorité de la population, a été peu abordée. On l’aperçoit seulement dans les deux modèles de masculinité militaire du XVIIe siècle, proposés par Hervé Drévillon : « les chats brûlés » d’origine paysanne cohabitant avec les aristocrates. Il y aurait beaucoup à dire sur le regard porté par l’aristocratie ou par les clercs (ceux qui, durant longtemps, ont détenu le monopole de l’écrit), sur la bestialité du paysan, une forme de masculinité qui conjugue à la fois une grande force physique (voire un survirilisme) et une incapacité, « toute féminine », à contrôler ses émotions et ses pulsions. Cette apparente lacune renvoie principalement au déclin de l’histoire rurale qui depuis quelques lustres a suscité peu de vocations de recherche.

  • 8 Voir C. Barraud, « De la distinction de sexe dans les sociétés : une présentation », Sexe relatif (...)
  • 9 E. Goffman, L’arrangement des sexes, La Dispute, Paris, 2002 [1977], p. 4-45.

23Qu’ils soient gendarmes, ouvriers, guerriers ou universitaires, les hommes étudiés dans ce livre sont des adultes ou des jeunes. En revanche, les enfants et les vieillards, c’est-à-dire les catégories d’âges extrêmes de la vie, ont été peu explorées. On sait pourtant combien, l’âge et le cycle de vie sont fondamentaux dans la distinction des sexes8. Le seul enfant étudié est un castrat, un enfant très particulier puisque sa voix (élément identitaire essentiel) ne permet de l’assigner ni à un sexe, ni à un âge, créant un double brouillage (Mélanie Traversier). Pourtant, les enfants aussi ont un sexe. C’est d’ailleurs, immédiatement après leur naissance, ce sexe qui permet de les ranger dans deux « classes sexuelles »9 distinctes, après observation des parties génitales. Sauf exception, cette classification se fait pour toute leur vie de femme ou d’homme, ce qui n’est pas le cas (ou pas toujours le cas) de l’âge, du groupe social ou de la position dans la parenté, classification qui ne sont pas stables et qui peuvent être plurielles au cours d’une vie. De ce classement initial découle une socialisation différente voire radicalement différente, une transmission de valeurs, l’attribution de vices et de vertus fortement sexués. Il ne faut pas s’étonner, toutefois, de ne trouver dans cet ouvrage que peu d’éléments sur la manière dont sont transmises les normes masculines dès le plus jeune âge. Des travaux précédents ont en effet largement défriché ce champ de recherche, en particulier dans les pays anglophones, alors que la vieillesse masculine constitue encore un point aveugle de l’historiographie. La question reste ainsi ouverte de savoir comment on terminait sa vie ou comment on mourrait « en homme ». La réflexion a donc privilégié l’étude de l’affirmation de la masculinité à certains moments de la vie plutôt que l’analyse des évolutions possibles au cours de l’existence.

24Dans le cycle de vie, en revanche, la paternité n’a pas été oubliée. On a ainsi souligné à quel point les Autrichiens, au retour de la Seconde Guerre mondiale, ont surinvesti leur fonction paternelle pour tenter d’oublier et de faire oublier une masculinité blessée. La glorification de la masculinité du héros sportif Millburn est aussi associée à l’image du bon père et du bon mari.

25Le choix délibéré d’éclairer l’ensemble des périodes (du Néolithique au XXIe siècle) et de couvrir un vaste espace occidental a ouvert de très stimulantes perspectives de recherche et de réflexion. Il faut donc se faire une raison : désormais, l’histoire sans les hommes n’est plus possible.

Notes

1 M. Perrot dir., Une histoire des femmes est-elle possible ? Marseille, Rivages, 1984.

2 A.-M. Sohn et F. Thélamon dir., L’Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, 1998.

3 G. Duby et M. Perrot, « Écrire l’histoire des femmes », G. Duby et M. Perrot dir., Histoire des femmes en Occident, vol. 2, Paris, Plon, 1991, p. 9.

4 Titre commun à chaque fin de volume de Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot dir., Paris, Plon, 1991.

5 N. Z. Davis, « Women’s history in transition: the european case », Feminist Studies, no 3, hiver 1975-1976, p. 90.

6 Ce lien entre force physique et corps masculin est ancien. On peut rappeler qu’Isidore de Séville († 636), dans les Étymologies, encyclopédie utilisée abondamment tout au long du Moyen Âge, fait dériver le terme désignant la « femme » (mulier = mollier) de la « mollesse » (a mollitie), tandis que le mot désignant l’« homme » (vir) renvoie à la « force » (vis) : « Vir nuncupatus, quod maior in eo vis est quam in femina ; unde virtus nomen accepit. Mulier vero a mollitie, tamquam mollier, detracta littera vel mutata, appellata est mulier », Isidore de Séville, Etymologiarum lib. XI, II, 17-18.

7 G. Bock, « Women’s history and gender history: aspects of an international debate », Gender and History, no 1, 1989, p. 7-30.

8 Voir C. Barraud, « De la distinction de sexe dans les sociétés : une présentation », Sexe relatif ou sexe absolu ?, C. Alès et C. Barraud dir., Édition de la MSH, Paris, 2001, p. 23-99.

9 E. Goffman, L’arrangement des sexes, La Dispute, Paris, 2002 [1977], p. 4-45.

Auteurs

Professeur à l’université Paris VII, est un spécialiste de l’Italie, de l’enfance, de la famille et du genre. Il a écrit, entre autres, L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge, XIIe-XIIIe siècles, Paris, Aubier, 1997 ; Histoire des frères et sœurs, Paris, La Martinière, 2004 ; Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, PUF, 2008.

Directeur de recherches au CNRS, IRICE, est un spécialiste de la guerre et du genre. Il a publié, entre autres, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, 2000, Payot ; Hommes et femmes dans la France en guerre, 1914-1945, avec L. Capdevila, F. Rouquet et D. Voldman, Paris, Payot, 2003 ; Amours, guerres et sexualité, avec L. Capdevila, F. Rouquet et D. Voldman, Paris, Gallimard, 2007 ; Naître ennemi. Les enfants de couples franco-allemands nés pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot, 2009 ; La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles, avec D. Voldman, Paris, Payot, 2011.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search