Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

3. Preuves et épreuves

Des virilités guerrières à la masculinité militaire (France, XVIIe-XVIIIe siècles)

Hervé Drévillon

Texte intégral

  • 1 M.-J. Sedaine, Le Déserteur, II, 9.
  • 2 O. Roynette, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, P (...)

1« Comme te voilà robuste ! Les troupes font bien un homme. Tu as servi le roi, tu as servi ta patrie : tu n’es plus un paysan1 ». Comme le suggère cette apostrophe extraite du Déserteur composé par Sedaine sur une musique de Monsigny en 1769, l’association entre service militaire et masculinité s’impose comme une évidence. L’armée, en ce sens, peut être considérée comme une institution de la virilité. La conscription apparue en 1798 puis généralisée en 1872, s’est imposée comme une étape cruciale de la formation des jeunes gens, au même titre que l’école, contribuant ainsi à leur entrée dans l’âge adulte et dans une communauté civique limitée au genre masculin. Mais l’assignation d’une identité de genre au monde militaire doit beaucoup à l’enfermement des soldats dans l’univers de la caserne où se développa une sociabilité et une culture exclusivement masculines. Or, au XVIIIe siècle, « l’expérience de la caserne2 » n’en était qu’à ses prémices et la communauté militaire restait encore ouverte à la présence féminine. La contribution de l’armée d’ancien Régime à la formation d’une identité masculine mérite donc d’être interrogée.

2L’armée d’Ancien Régime a longtemps formé une communauté mixte où les femmes avaient leur place, non seulement en tant que vivandières et prostituées, mais aussi en tant qu’épouses. La mixité, en outre, s’étendait à la dimension sociale. Dans l’opéra comique de Sedaine, l’acquisition du corps robuste et viril du soldat, passe par l’abandon de sa condition de paysan. De fait, la différence des conditions sociales fit longtemps obstacle à la constitution d’une communauté militaire soudée par le sentiment d’appartenance à une communauté de vie et de valeurs. Au XVIIe siècle, rien ne réunissait les officiers et les soldats, pas même l’idéal d’une vertu militaire dont les déclinaisons sociales étaient extrêmement différenciées. Deux figures, au moins, se distinguent radicalement : celle de l’officier élégant, courageux et maître de soi, et celle du soldat rugueux, endurant et volontiers paillard.

3L’identification d’un modèle unique de la masculinité militaire fut le fruit d’un long processus qui permit à l’armée de se doter de valeurs spécifiques et de se distinguer de la sphère civile. Il devint alors possible d’identifier une culture spécifiquement militaire susceptible de réunir soldats et officiers dans une culture partagée de la virilité martiale. Cette évolution se traduisit par l’adoption de l’uniforme, qui façonnait la figure du militaire en imposant une norme unique de masculinité martiale.

  • 3 J. A. Lynn, Women, Armies and Warfare in Early modern Europe, Cambridge, Cambridge University Pres (...)
  • 4 « Campaign community ».

4Comme l’a récemment montré John Lynn, les armées européennes de l’époque moderne étaient très largement ouvertes à la présence féminine3. Les femmes, qui suivaient les troupes n’étaient pas seulement, comme on pourrait le croire, des prostituées ou des vivandières, mais aussi des épouses qui accompagnaient les soldats avec, parfois, leurs enfants. John Lynn décrit les armées modernes comme des « communautés de campagne4 » soudées par des liens qui excédaient largement les dimensions strictement guerrières et militaires et qui pouvaient, le cas échéant, infléchir le cours même des opérations. Les plans de campagne devaient intégrer la nécessité de la subsistance de ces communautés hétéroclites. En ce sens, la maraude et les pillages ne répondaient pas uniquement à une logique prédatrice, mais aussi à la nécessité domestique de nourrir femmes et enfants.

5Dans ses Moyens d’améliorer nos troupes, Vauban s’est fait l’écho de cette mixité en louant la qualité des soldats mariés. Son témoignage semble toutefois nuancer la part prise par les femmes dans la vie de campagne (trois ou quatre par compagnie) pour la cantonner à la période des quartiers d’hiver. Quoi qu’il en soit, il invite à considérer avec attention le rôle souvent ignoré du lien matrimonial dans l’univers militaire :

Il est constant que les gens mariés sont naturellement moins propres à la guerre que ceux qui ne le sont pas, mais je ne suis pas d’avis d’empêcher totalement les mariages, un soldat marié déserte moins qu’un autre quand il peut espérer de revoir sa femme. J’ai vu autrefois 7 à 800 soldats mariés dans le seul régiment de la Ferté qui servaient bien, c’était ceux en qui les capitaines se fiaient le plus et il en désertait rarement. La vérité est qu’au retour des campagnes on revenait toujours dans les mêmes quartiers d’hiver où les soldats retrouvaient leurs femmes qui venaient des deux ou trois lieues au-devant d’eux, c’était des joies qui ne se pouvaient exprimer. Ces femmes n’étaient point à charge à leurs maris, au contraire elles leur aidaient à vivre, car elles travaillaient même aux plus gros ouvrages et le retour des maris qui leur apportaient toujours quelque petite chose ne contribuait pas peu de la bonne intelligence du ménage. D’ailleurs les soldats en étaient moins débauchés, la plupart se mettaient à travailler ou faire quelque métier pendant le quartier d’hiver, et on ne menait en campagne que trois ou quatre femmes par compagnie qui étaient d’une grande commodité à cause des blanchissages.

Illustration 1 – Louis-Joseph Watteau, « Scène de camp », 2de moitié du XVIIIe siècle, Valenciennes, musée des Beaux-arts
© RMN-Grand-palais/René-Gabriel Ojéda

Illustration 2 – Louis-Joseph Watteau, « Scène de camp », 2de moitié du XVIIIe siècle, Valenciennes, musée des Beaux-arts
© RMN-Grand-palais/René-Gabriel Ojéda/Thierry Le Mage

6Dans les représentations iconographiques, cette réalité a inspiré une véritable scène de genre développée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Louis-Joseph Watteau s’est inspiré en cela des scènes peintes par son grand-oncle, Jean-Antoine. Deux de ses « scènes de camp » en exploitent des registres différents. La première présente l’image de l’harmonie domestique de la douceur d’un foyer précaire, tandis que la seconde emprunte à la tradition picturale plus répandue du divertissement des soldats et du libertinage (illustrations 1 et 2). Épouses et prostituées entretenaient ainsi dans les armées une présence féminine riche et complexe.

  • 5 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Par (...)
  • 6 J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle : étude politique et sociale, Paris, Economica, 198 (...)

7La sociabilité militaire était d’autant plus ouverte à l’influence féminine, que l’armée se distinguait mal de la société civile. La sphère militaire ne se sépara du reste de la société que progressivement à partir de la fin du XVIIe siècle, lorsque le processus d’encasernement commença à isoler les soldats et lorsque le port de l’uniforme se systématisa5. Le cas des Gardes françaises, à la fois bourgeois de paris, pères de famille et soldats, est resté célèbre et emblématique6. Or, cette ouverture sur la ville et sur la société introduisait dans l’armée des formes diverses de mixité, qui allaient bien au-delà de la différence de genre.

  • 7 F. de La Noue, Discours militaires et politiques, Bâle, 1599 [1587], p. 209.
  • 8 Ibid., p. 203.
  • 9 Ibid., p. 119.

8Il n’est guère possible de repérer avant la seconde moitié du XVIIIe siècle, un idéal-type militaire susceptible de transcender la différence des conditions sociales. Deux modèles différents, voire antagonistes, de la masculinité martiale se sont longtemps distingués. François de la noue, décrit un modèle aristocratique lorsqu’il écrit qu’un « gentilhomme doit avoir le cœur viril7 », dans un passage des Discours militaires et politiques où il se demande si les modes de vie urbain ou ruraux émoussent les qualités natives de la noblesse. De la noue considérait les qualités guerrières sous l’angle de la morale sociale. Les aptitudes martiales y occupaient certes une place importante, mais le théâtre de la vertu exigeait bien plus : « la noblesse doit avoir pour but toutes les vertus et non une seule ; et que celle qui doit être l’appui de leurs armes, ils ne la doivent pervertir »8. Aussi déconseillait-il aux familles nobles de placer leurs enfants dans un régiment d’infanterie pour y apprendre le métier des armes : « c’est un périlleuse institution pour les jeunes car n’ayant le plus souvent que des gens débauchés, les mauvais exemples avec le temps les entraînent à dissolution [...]. Et que sert d’apprendre à tirer une arquebusade, savoir que c’est de gardes, sentinelles et escarmouches et montrer une brave contenance de soldat, si de l’autre côté en contrepoids, on s’abandonne à plusieurs vices ? »9. L’armée formait ainsi un espace socialement différencié où le gentilhomme n’était pas censé partager la condition du soldat. La virilité invoquée par François de La Noue était, à l’image de la vertu, l’attribut de l’homme considérée dans son essence morale et sociale. François de La Noue fut un ardent promoteur du modèle éducatif qui, venu d’Italie, se développa en France à partir de 1594 avec la fondation d’une académie d’art équestre par l’écuyer du roi Antoine de Pluvinel. Tout au long du XVIIe siècle, ce programme éducatif fut appliqué sous une grande variété de formes dans des institutions diverses, depuis les écoles de pages jusqu’aux compagnies de cadets instituées par Louvois en 1682.

9Dans ces institutions éducatives, les exercices corporels qui façonnaient le combattant, constituaient également la base d’une discipline sociale. Les académies proposaient un idéal aristocratique associant les valeurs innées de la noblesse aux vertus du savoir et de la civilité. Dans son apologie de l’œuvre de Pluvinel, Alexandre de Pontaymerie en résuma les objectifs :

  • 10 A. Pontaymery, L’académie ou institution de la Noblesse Françoise, dans Œuvres, Paris, Jean Richer (...)

Il est à désirer que la noblesse cultive et entretienne la valeur qui lui est non seulement domestique, mais naturelle, par les exercices qui semblent y apporter le reste de la perfection que l’on souhaite : tout ce qui peut endurcir et fortifier le corps y semble être convenable. Toutefois il faut donner quelque chose à notre âme...10

  • 11 Mémoires et autres inédits de Nicolas Goulas, N. Hepp éd., Paris, Champion, 1995, p. 124.
  • 12 Voir P. Brioist, H. Drévillon et P. Serna, Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la F (...)

10Le programme académique reposait sur l’association entre les apprentissages corporels (escrime, équitation, danse) et les disciplines intellectuelles (lettres, mathématiques). Ce modèle éducatif se diffusa bien au-delà des académies dont les pensionnaires restèrent assez peu nombreux. L’association entre les exercices physiques et les disciplines savantes constitua un modèle durable, appliqué, par exemple, dans les écoles de pages ou dans les compagnies de cadets. Le modèle offert aux jeunes pensionnaires était parfaitement incarné par monsieur de Beauplan, directeur d’une académie parisienne fréquentée par le mémorialiste Nicolas Goulas, qui admirait cet « honnête homme [...] sage, adroit, posé, respectueux, courageux, plein d’honneur, craignant Dieu, parlant bien et donnant le meilleur exemple du monde aux gentilshommes qu’il avait sous sa conduite »11. Cette exigence façonnait le corps et l’esprit pour former un modèle éminemment distinctif. L’apprentissage de l’escrime en était, avec l’art équestre, la clé de voûte. Le combat d’épée était alors censé exprimer l’empire sur soi et l’élégance, qui caractérisaient aussi bien l’authentique gentilhomme que le bretteur efficace12.

  • 13 Philibert M., sieur de La Touche, Les vrayes principes de l’espée seule, dediez au Roy. Par le sie (...)

11Au XVIIe siècle, plusieurs portraits d’escrimeurs ont insisté sur le raffinement des postures imposées par le combat d’épée. Le portrait du maître d’armes gravé par Nicolas Bonnart dans une série consacrée aux modes de la cour, insiste sur la prétention aristocratique de ces artisans anoblis par un édit royal en 1656. La mouche arborée sur la joue de l’escrimeur renvoie à celle de son fleuret pour associer la civilité du combat d’épée à l’expression d’une posture aristocratique. La sophistication de la parure et la douceur des traits du bretteur représenté par le sieur de La Touche, dans son traité publié en 1670, rappellent cette posture distinctive en y ajoutant l’expression d’une virilité ambiguë13.

12Façonné par cette discipline, le corps des officiers se distinguait radicalement de celui du soldat, dont l’idéal-type faisait appel à la virilité rustique du paysan. Opposé aux préjugés en faveur de la haute stature des soldats, Vauban a dressé le portrait moral de ces soldats à la « mine » basse et au tempérament trempé :

  • 14 Sébastien Le Prestre de Vauban, « Moyens d’améliorer nos troupes et de faire une infanterie perpét (...)

La trop grande [taille] est rarement accompagnée de force, les petits hommes un peu renforcés soutiennent, pour l’ordinaire, mieux la fatigue que les grands et sont plus entreprenants dans les occasions ; cela se voit très souvent dans les sièges où il se passe toujours quelques actions particulières où il entre beaucoup de hardiesse et de courage ; c’est sur quoi je puis dire avec vérité qu’il s’en trouve plutôt dans cette espèce, qu’on appelle chats brûlés à cause de la bassesse de leur mine, que dans beaucoup d’autres qui ont plus de relief14.

  • 15 Sieur de Lamont, Les fonctions de tous les officiers de l’infanterie depuis celle du sergent jusqu (...)
  • 16 Ibid., p. 17.

13Outre le courage, les principales qualités exigées du soldat tenaient, pour l’essentiel à l’endurance et à la capacité d’affronter les fatigues de la guerre. Ainsi l’armée était le théâtre d’une virilité distinctive, où la différence des conditions et des grades se lisait dans la posture et dans l’apparence. Dans un traité d’art militaire publié en 1667 et réédité en 1693, le sieur de Lamont exposa les qualités requises pour l’exercice des différentes charges d’officier. Il distinguait ainsi deux catégories d’enseignes : « la 1 des jeunes gentilshommes de haute qualité & riches. La 2 des personnes qui n’ont pas de bien & prennent cet emploi pour jeter la première pierre de l’édifice de leur fortune »15. Pour les premiers, il conseillait d’avoir « de belles armes & de beaux habits bien choisis, sans pourtant de bigarrure, afin de ne paroître pas évaporé ni extraordinaire en cela ». Les seconds, en revanche, devaient se contenter d’être « simplement & modestement vêtu sans bigarrure ; y observer seulement de la propreté ; tenir bien ses armes, sobre en toutes choses & modeste sur tout »16.

  • 17 Voir F. Waquet, « La mode au XVIIe siècle : de la folie à l’usage », Cahiers de l’AIEF, année 1986 (...)
  • 18 Louis-Sébastien Mercier, Le Tableau de Paris, Amsterdam, 1782, vol. III, p. 87.

14La représentation des différences sociales dans le cadre militaire n’allait évidemment pas sans poser de problème. Avant même la systématisation et la réglementation du port de l’uniforme, acquise dans les années 1680, l’excès des pratiques distinctives fut identifiée comme une infraction à la discipline militaire. Le raffinement des tenues et des postures corporelles fut soupçonné de contrarier la virilité martiale en introduisant dans l’univers guerrier, les comportements efféminés de la cour et de la société17. En 1642, dans sa célèbre Contre Mode, Fitelieu considérait la soumission à la mode comme une forme d’inconstance typiquement féminine. Il condamnait l’usage des fards qui « rend efféminés » les soldats et émousse leur valeur guerrière : « d’où croyez-vous que l’on rencontre maintenant si peu de soldats en France ? […] C’est la Mode qui les perd, et leur apprend à devenir efféminés ». En 1782, le même reproche s’exprimait dans le Tableau de Paris de louis Sébastien Mercier : « On ne dirait pas, d’un officier si leste, si pimpant, frisé, adonisé, paré, qui s’occupe devant le miroir à redresser une boucle indocile, que c’est le successeur de Bayard, de Duguesclin, de Crillon. »18

  • 19 M. Fogel, « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1 (...)
  • 20 C. Spector, Montesquieu. Pouvoirs, richesses et sociétés, Paris, PUF, 2004.

15Au-delà de la soumission à la mode et à la tyrannie de l’apparence, le raffinement des tenues attirait la condamnation morale du luxe. Au XVIIe siècle, le luxe posait un problème d’économie politique, que les édits somptuaires avaient tenté de régler en exemptant l’armée de la rigueur de la loi et en y autorisant l’expression d’une « somptuosité d’État19 », chargée d’exprimer, par procuration, la grandeur du souverain. La question posait explicitement le problème des hiérarchies sociales et de leur articulation avec celle des dignités apparentes20. Vauban en dénonça le volet moral dans ses Moyens d’améliorer nos troupes et de faire une infanterie perpétuelle et très excellente :

  • 21 Vauban, ouvr. cité, p. 1018-1019.

Il n’est si petit officier, qui ne soit aujourd’hui endentellé, pas un qui ne soit coiffé d’une perruque à long cheveux, poudrée et frisée avec grand soin. Les cheveux naturels ne sont plus à la mode et la corruption est allée si loin qu’on montre au doigt présentement ceux qui sont en cheveux, comme on montrait […], ceux qui étaient en perruque. L’extravagante mode des habits, qui n’admet de justaucorps qu’à pans repliés de 7 ou 8 plis de chaque côté des poches et des manches de théâtre que par extravagante largeur, ôtent moitié de l’usage des bras, les cravates, qui font deux tours et qui font l’équivalent de la corde au col de ceux qui en sont parés et les tiennent toujours en état d’être étranglés par les premiers qui pourront les saisir collet, n’est-elle pas digne de ceux qui les portent ? Le luxe s’est emparé des gens de guerre, qui ne devraient jamais le connaître, comme des gens de cour et Dieu veuille que cela n’aille pas jusqu’à nous prétintailler et mettre du rouge et des mouches, car il ne nous manque plus que cela pour achever de nous donner le dernier ridicule.21

16Environ un siècle plus tard, Louis-Sébastien Mercier étendait le caractère efféminé du luxe bien au-delà de l’univers des courtisans. Un large spectre de pratiques sociales se trouvait ainsi condamné dans la réprobation du « luxe de la capitale » :

  • 22 L.-S. Mercier, ouvr. cité, p. 89.

Le luxe de la capitale tue, non le courage, mais le génie belliqueux de nos officiers. Les délices d’une vie efféminée et sensuelle sont incompatibles avec les travaux et les fatigues de la guerre : il ne faut point à des soldats les jouissances, qui appartiennent aux riches commerçants, aux citoyens rentés, à l’amateur des arts. Je crois reconnaître un affaiblissement réel dans notre vertu guerrière.22

  • 23 SHD, 1M 1725 : Mémoire de Villars sur la cavalerie, p. 33.

17La « vie efféminée » caractérisait ainsi l’essence même de l’urbanité par opposition à la vertu/virilité guerrière. Accusée d’entretenir le goût du raffinement, la valeur distinctive de l’éducation offerte aux jeunes officiers fit ainsi l’objet de sévères critiques qui lui opposèrent la nécessité de former une culture professionnelle socialement indifférenciée. Vauban considérait les académistes comme des jeunes gens « d’un mérite inconnu, qui n’ont rien vu, rien médité, qui ne savent au plus que l’escrime, danser, quereller, et qui ont, d’ailleurs une très mauvaise éducation ». À son tour, le marquis de Villars envisagea d’exclure de la formation des officiers, « le Maistre d’armes et de danser, car il est inutile pour mener des troupes à la charge de savoir pousser une bote et marcher de bonne grâce, les maîtres qu’il leur faudroit entretenir ce seroit de dessein, de géographie, de mathématique, jusqu’à des Canoniers, Bombardiers et Mineurs, enfin ce qui se met en pratique pendant la guerre »23.

  • 24 Chevalier de Quincy, Mémoires du chevalier de Quincy, Léon Lecestre éd., Paris, Renouard, 1898, vo (...)

18Les états de services des officiers, les mémoires transmis au secrétaire d’État de la guerre ainsi que certains témoignages particuliers attestent de la diffusion d’une culture professionnelle progressivement affranchie des logiques de la distinction sociale. Dans ses Mémoires, le chevalier de Quincy a dressé un autoportrait sans complaisance, ni affection. Sa vision de l’état militaire le rapproche des soldats dont il partageait la condition et la vie quotidienne : « personne n’aimait plus le métier de la guerre que moi ; je m’y plaisais infiniment, je m’y portais bien ; les fatigues, l’ardeur du soleil, le froid, les pluies et toutes les autres incommodités qui accompagnent toujours l’homme de guerre ne faisaient aucune impression sur moi »24. Certes, les officiers devaient se distinguer de la troupe par des qualités d’autorité éventuellement fortifiées par la supériorité sociale. Mais ils n’en devaient pas moins partager avec leurs hommes les fatigues de la guerre. Les traités militaires du XVIIIe siècle firent volontiers l’apologie des qualités d’endurance jugées nécessaires au métier des armes. Le prototype du parfait officier emprunta alors à une forme de rusticité altière qui rompait avec la civilité urbaine du XVIIe siècle. Parallèlement, il était de plus en plus fréquemment demandé aux soldats de faire preuve d’un sens de l’honneur qui les rapprochait de leurs chefs.

19Longtemps les soldats avaient été considérés comme inaccessibles aux sentiments élevés qui caractérisaient la valeur aristocratique. En 1697, Nicolas Rémond des Cours avait ainsi expliqué l’inefficacité de l’invocation du sentiment de l’honneur chez les soldats :

  • 25 Nicolas-Rémond des Cours, Les véritables devoirs de l’homme d’épée, particulièrement d’un gentilho (...)

Il n’y a point de péril pour l’officier. Parce que toute la gloire est pour lui. L’honneur qui est au bout de la pointe de son épée est un beau rideau qui couvre à ses yeux l’horreur du combat et de ses suites. Mais pour le soldat, de qui le nom inconnu ne craint point de se flétrir, qui voit sortir de ses blessures du sang et de la misère, peut-on trop lui couvrir le péril par des promesses ?25

  • 26 Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense (...)
  • 27 SHD 1M 1711, Notes sur l’infanterie, 1769, p. 15, cité par N. Seriu, Faire un soldat. Une histoire (...)

20Au siècle des lumières, la mobilisation du sentiment de l’honneur fut considérée comme un moyen d’inciter les soldats à rester fidèles à leur contrat d’engagement et à leurs devoirs civiques. Le processus de nationalisation du sentiment de l’honneur décrit par David Belle et par Jay Smith, s’appliqua prioritairement dans la sphère militaire. Une anecdote célèbre rapportée dans le Soldat citoyen, le suggère : « On peut rappeler ici le mot d’un soldat qui servait sous le maréchal de Saxe. On lui demandait de quel pays il était : j’ai l’honneur, répondit-il, d’être français »26. Le débat sur l’usage de peines infâmantes fut, à cet égard, particulièrement révélateur. Fallait-il, comme dans l’armée prussienne user de châtiments humiliants tels que les coups de plat de sabre, ou, au contraire, respecter la dignité des soldats et réserver l’infamie aux crimes les plus odieux ? L’infamie paraissait alors caractériser le régime de servitude des soldats prussiens, tandis qu’une nation d’hommes libres répugnait à humilier ceux qui consentaient à servir. L’honneur, en ce sens, apparaît comme une préfiguration de la citoyenneté associant dans une même dignité le soldat, le citoyen et l’homme. Un règlement de 1769 précisait, en effet, que le « négligeant sous les armes sera exercé matin et soir ; le parleur aura un bâillon à la bouche […], le lâche sera couvert d’une jupe de femme »27.

  • 28 Ordonnance du Roi portant règlement pour l’habillement de l’infanterie française, Paris, Imprimerie (...)

21L’armée, bien sûr, ne cessa jamais d’être parcourue par l’expression d’une très forte logique de distinction sociale en usage dans la société d’Ancien Régime. Mais elle n’en fut pas moins structurée par des références culturelles et comportementales communes à tous les échelons de la hiérarchie. L’adoption d’une identité de genre associant militaire et masculin en fut à la fois le vecteur et le résultat. Le développement d’une uniformité d’apparence y contribua de façon décisive. En 1729, une ordonnance royale imposa aux officiers de porter un uniforme semblable à celui des soldats « avec la différence seulement que leurs justaucorps seront de drap d’Elbeuf » et la tenue enrichie de boutons d’or ou d’argent, les chapeaux et les manches rehaussés de galons28. À partir de 1737, les officiers furent obligés de porter l’uniforme en garnison tandis que, symétriquement, le port de la tenue militaire fut interdit hors de l’armée. Cette séparation du civil et du militaire transformait l’armée en un espace social clos, régulé par des usages propres unissant tous ses membres dans une communauté d’apparence. Certains portraits dessinés par Carmontelle représentent des officiers dans la posture modeste de leur condition militaire. Les portraits de M. de Boutelière et du comte de Cominges, tous deux capitaines des dragons, en particulier, peignent une sorte de bonhommie voire de modestie renforcée par le port du bâton (illustrations 3 et 4, pages suivantes).

  • 29 SHD, 1M 1705. Voir H. Drévillon, « La tenue militaire entre uniformité et distinction sous les règ (...)

22Bien sûr, l’uniformité suscita de nombreuses résistances, à l’image de la protestation exprimée dans un mémoire anonyme transmis au secrétaire d’état de la guerre au milieu du siècle : « Il n’y a nulle distinction dans l’uniforme entre un brigadier des armées du roi et un sous-lieutenant. Cette absence de marque distinctive permet à des gens de naissance et sans conduite de s’annoncer pour des officiers et de porter atteinte au renom que le corps d’officiers s’est acquis. »29 Du reste, le port de l’uniforme pouvait s’accommoder de subtiles stratégies de distinction. Portant tous deux la tenue d’officier de cavalerie, le chevalier d’Heere et le chevalier de Lévignen se présentent sous des jours extrêmement différents. Le premier, botté et portant l’épée, figure dans une posture martiale, tandis que le second, en souliers et désarmés, paraît comme démilitarisé (illustrations 5 et 6, pages suivantes).

23Aujourd’hui encore l’uniforme permet l’expression des distinctions de grades, de compétences et, parfois, de dignité. La façon dont il se porte et les règlements qui en codifient les usages n’ont jamais cessé d’être subtilement distinctifs. Il n’en reste pas moins, que l’uniforme exprime avant tout l’appartenance à une communauté particulière. En 1780, l’auteur anonyme du Soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense du royaume souligna la spécificité et l’unité du groupe ainsi constitué :

  • 30 Le soldat citoyen, p. 422.

Nous voyons la société se partager en différentes classes de citoyens. Dans chacune de ces classes, les hommes sont inégaux entre eux. Les uns sont riches, les autres sont faibles ; quelques-uns commandent, beaucoup obéissent. Mais dans aucune classe les hommes ne sont plus liés les uns aux autres, ne sont plus soumis, plus dépendants, plus enchaînés à la loi, que dans celle des défenseurs de l’état.30

  • 31 Voir citation supra : « Comme te voilà robuste ! Les troupes font bien un homme. Tu as servi le ro (...)
  • 32 Et ce, de façon parfaitement symétrique avec la revendication d’accès à la citoyenneté défendue pa (...)

24Dans Le Déserteur de Sedaine, la condition militaire a opéré une triple mutation de l’identité du jeune Alexis31 : il est devenu un « homme », un serviteur du roi et a cessé d’être un paysan. L’entrée dans la communauté civique s’est accompagnée de l’acquisition d’une identité de genre et de l’abandon de l’origine sociale. L’association entre ces trois registres de l’affirmation identitaire constitue un phénomène tout à fait capital. Elle souligne le rôle essentiel de l’armée dans l’émergence d’une acception strictement masculine de la citoyenneté32.

Illustration 3 – « Monsieur le comte de Cominges, capitaine de dragons » par Louis Carrogis, dit Carmontelle, 1759, Chantilly, musée Condé
© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda

Illustration 4 – « Monsieur de Boutelière, capitaine de dragons » par Louis Carrogis, dit Carmontelle, 1757, Chantilly, musée Condé
© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda

Illustration 5 – « Monsieur le baron de Saint-Elix » par Louis Carrogis dit Carmontelle, 1763, Chantilly, musée Condé
© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda

Illustration 6 – « Monsieur le chevalier de Lévignen, lieutenant-colonel du régiment de Talleyrand » par Louis Carrogis, dit Carmontelle, 1759, Chantilly, musée Condé
© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda

  • 33 SHD, 1M 1703, p. 3, cité par N. Seriu, ouvr. cité, p. 104.

25De fait, la masculinisation de la sphère militaire se confirma au cours du siècle des lumières. John Lynn remarque que la présence des femmes reflua à partir du milieu du XVIIe siècle sous l’influence de plusieurs évolutions. Les progrès de la logistique affranchirent les soldats de la nécessité de bénéficier d’un soutien domestique. La fermeture progressive de l’armée aux influences civiles renforça cette évolution en enfermant les soldats dans des casernes et en les privant de la possibilité de mener une double existence de père de famille et de militaire. L’évolution fut certes lente et progressive, car l’encasernement ne se généralisa que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. La présence de femmes associées à l’armée dans leur fonction d’épouse ne disparut pas totalement. Mais le mémoire rédigé en 1747 par un officier d’infanterie témoigne de l’enfermement de cette présence dans une norme fonctionnelle de plus en plus strictement délimitée : « Il est bon cependant d’avoir par compagnie un frater, un tailleur, et jamais plus d’un homme marié dont la femme blanchisse et raccommode le linge des soldats et leur vende de l’eau de vie et des légumes. »33 L’univers décrit ici n’avait plus guère à voir avec la communauté domestique décrite par Vauban au XVIIe siècle.

  • 34 SHD, 1M 1786, Mémoire concernant les devoirs de chaque ordre militaire d’un régiment, les principe (...)

26L’indice le plus sûr de la relégation féminine réside dans les règlements militaires qui confièrent aux soldats la responsabilité de leur tenue. Les tâches ménagères traditionnellement attribuées aux épouses et aux blanchisseuses, formèrent une part essentielle de la vie militaire, comme l’explique un mémoire anonyme des années 1770 : « Rien ne caractérise mieux le vrai soldat que la tenue. Un soldat, cavalier ou dragon, qui tiendra son habillement, ses armes, sa buffleterie et l’équipage et son cheval en bon état, sera toujours exact dans le reste du service. C’est un homme qui a de l’amour propre […]. On exige de lui qu’il soit poudré tous les jours de la semaine, que son habit soit blanc, aussi que sa veste, sa culote et sa buffleterie, rien n’est mieux que d’assujettir le soldat à cette propreté. »34 Les règlements militaires introduisirent les travaux domestiques aux côtés des manœuvres et de l’exercice. Celui du 2 septembre 1775 préconisait ainsi d’effectuer les opérations de blanchissage « soit avec du savon, soit avec de la pierre à détacher employée avec de l’eau très propre qu’on laissera sécher naturellement sur la tache et qu’on enlèvera ensuite, en frottant légèrement l’étoffe sur elle-même ». L’uniforme joua ainsi un rôle essentiel dans l’homogénéisation de la communauté militaire. Non seulement, il réunissait les soldats et les officiers dans une communauté d’apparence, mais encore les nécessités de son entretien contraignirent les soldats à assumer la part ménagère qui revenait auparavant aux épouses et aux blanchisseuses.

Illustration 7 – « La Tulippe », anonyme, XVIIIe siècle, Marseille, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
© MUCEM, Dist. RMN-Grand Palais/image MUCEM

  • 35 Les 20 noms de guerre les plus fréquemment employés : La Fleur (28)/L’Espérance (20)/La Fontaine ( (...)

27La progressive éviction des femmes chargeait ainsi les soldats d’une part assumée de féminité. Curieusement celle-ci s’exprimait dans les noms de guerre qui se substituaient au nom de baptême lors de l’enrôlement. Les soldats, en effet, choisissaient rarement des noms aux consonances guerrières tels que « Tranchemontagne ». Ils préféraient des noms du genre féminin, évocateurs de valeurs positives (la jeunesse, la liberté, la bonté, l’espérance, etc.) ou empruntant au registre végétal et paysager (la fontaine, la pierre, la rivière, la rose, la violette, etc.) Sur un échantillon d’environ 1 000 soldats admis aux invalides entre 1694-1696, le palmarès des noms de guerre les plus empruntés place « La Fleur » au premier rang35. Vraisemblablement, ces assignations identitaires fonctionnaient sur le mode de l’antiphrase. Les « Jolycœur » se recrutaient probablement parmi les gueules cassées et les mines les plus revêches et les « La Jeunesse » parmi les soldats les plus anciens. C’est ainsi que « La Tulipe » se diffusa au point de devenir une véritable antonomase popularisée par le célèbre personnage de Fanfan dans une chanson d’Émile Debraux en 1819. Quelques décennies auparavant, une gravure en avait tracé les contours, qui en exprimait de façon tout à fait explicite le fonctionnement antiphrastique :

Mon nom de guerre est la Tulippe
Je suis comme on voit beau Garçon
Quand d’une main je tiens ma pipe
Et que j’ai de l’autre un Flacon

Si j’ai le gousset bien rempli
Des maux que nous cause la guerre
Avec mes amis et plein verre
Je suis sûr de boire l’oubli

28L’expression féminisée de l’identité militaire marque l’affirmation par antiphrase d’une masculinité revendiquée. Au XVIIIe siècle, sa systématisation et sa folklorisation constituent, sans doute, des indicateurs du rôle croissant de l’identité de genre dans la formation de l’identité militaire.

29La constitution de l’armée en une communauté de genre ne releva pas de l’évidence de la distribution sexuée des tâches, qui assigne aux hommes la fonction guerrière. Elle fut plutôt le résultat d’un processus où la constitution d’un univers spécifiquement militaire contribua de façon essentielle à atténuer la mixité sociale et sexuelle. Les soldats devinrent des hommes à mesure qu’ils devinrent des militaires. Ce faisant, ils s’affirmèrent également comme sujets politiques, contribuant ainsi à enraciner durablement la citoyenneté dans le registre exclusif de la masculinité.

Notes

1 M.-J. Sedaine, Le Déserteur, II, 9.

2 O. Roynette, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

3 J. A. Lynn, Women, Armies and Warfare in Early modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

4 « Campaign community ».

5 A. Corvisier, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, Faculté des Lettres et sciences humaines, 1964. La présence féminine aux armées demeura cependant au-delà de l’ancien régime. Voir D. Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution française », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 20, 2004, p. 43-69.

6 J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle : étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985.

7 F. de La Noue, Discours militaires et politiques, Bâle, 1599 [1587], p. 209.

8 Ibid., p. 203.

9 Ibid., p. 119.

10 A. Pontaymery, L’académie ou institution de la Noblesse Françoise, dans Œuvres, Paris, Jean Richer, 1599, fo 21.

11 Mémoires et autres inédits de Nicolas Goulas, N. Hepp éd., Paris, Champion, 1995, p. 124.

12 Voir P. Brioist, H. Drévillon et P. Serna, Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2002.

13 Philibert M., sieur de La Touche, Les vrayes principes de l’espée seule, dediez au Roy. Par le sieur de la Touche, maistre en fait d’Armes à Paris, et des Pages de la Reyne et de ceux de la Chambre de son Altesse Royalle Monseigneur le Duc d’Orléans, Paris, François Muguet, 1670.

14 Sébastien Le Prestre de Vauban, « Moyens d’améliorer nos troupes et de faire une infanterie perpétuelle et très excellente » (notes et introduction par H. Drévillon), M. Virol éd., Les Oisivetés de M. de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 1078.

15 Sieur de Lamont, Les fonctions de tous les officiers de l’infanterie depuis celle du sergent jusques à celle de colonel, t. 2, La Haye, Herny Van Bulderen, 1693, p. 14.

16 Ibid., p. 17.

17 Voir F. Waquet, « La mode au XVIIe siècle : de la folie à l’usage », Cahiers de l’AIEF, année 1986, vol. 38, p. 91-104 ; L. Godard de Donville, Signification de la mode sous Louis XIII, Aix en Provence, Edisud, 1978.

18 Louis-Sébastien Mercier, Le Tableau de Paris, Amsterdam, 1782, vol. III, p. 87.

19 M. Fogel, « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1660 », Genèse de l’État moderne (vol. 5), Paris, CNRS Éditions, 1988.

20 C. Spector, Montesquieu. Pouvoirs, richesses et sociétés, Paris, PUF, 2004.

21 Vauban, ouvr. cité, p. 1018-1019.

22 L.-S. Mercier, ouvr. cité, p. 89.

23 SHD, 1M 1725 : Mémoire de Villars sur la cavalerie, p. 33.

24 Chevalier de Quincy, Mémoires du chevalier de Quincy, Léon Lecestre éd., Paris, Renouard, 1898, vol. 3.

25 Nicolas-Rémond des Cours, Les véritables devoirs de l’homme d’épée, particulièrement d’un gentilhomme qui veut réussir dans les armées, Paris, J. Boudot, 1697, p. 72.

26 Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense du royaume, s.l., 1780, p. 423.

27 SHD 1M 1711, Notes sur l’infanterie, 1769, p. 15, cité par N. Seriu, Faire un soldat. Une histoire des hommes à l’épreuve de l’institution militaire (XVIIIe siècle), thèse de l’EHESS, sous la direction d’Arlette Farge, 2005, p. 103.

28 Ordonnance du Roi portant règlement pour l’habillement de l’infanterie française, Paris, Imprimerie Royale, 10 mars 1729.

29 SHD, 1M 1705. Voir H. Drévillon, « La tenue militaire entre uniformité et distinction sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV », dans M. Aurell et al. dir., Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 381-392.

30 Le soldat citoyen, p. 422.

31 Voir citation supra : « Comme te voilà robuste ! Les troupes font bien un homme. Tu as servi le roi, tu as servi ta patrie : tu n’es plus un paysan. »

32 Et ce, de façon parfaitement symétrique avec la revendication d’accès à la citoyenneté défendue par les femmes qui, pendant la Révolution, revendiquèrent également le droit porter les armes pour lutter contre la tyrannie. Voir D. Godineau, art. cité.

33 SHD, 1M 1703, p. 3, cité par N. Seriu, ouvr. cité, p. 104.

34 SHD, 1M 1786, Mémoire concernant les devoirs de chaque ordre militaire d’un régiment, les principes pour maintenir la discipline, la subordination, la tenue et la précision dans l’exercice et dans les manouvres, p. 5, cité par N. Seriu, ouvr. cité, p. 193.

35 Les 20 noms de guerre les plus fréquemment employés : La Fleur (28)/L’Espérance (20)/La Fontaine (19)/La Jeunesse (17)/La Pierre (17)/La Rivière (17)/Saint Jean (17)/La Rose (14)/La Violette (14)/La Verdure (13)/Deslauriers (12)/Jolycœur (12)/La Bonté (12)/La Liberté (11)/La Croix (11)/Sans Souci (10)/Champagne (10)/La Fortune (8)/La Grandeur (8)/La Tour (7)/La Ramée (7)/Tranchemontagne (7). SHD, Xy 12.

Table des illustrations

Légende Illustration 1 – Louis-Joseph Watteau, « Scène de camp », 2de moitié du XVIIIe siècle, Valenciennes, musée des Beaux-arts© RMN-Grand-palais/René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Illustration 2 – Louis-Joseph Watteau, « Scène de camp », 2de moitié du XVIIIe siècle, Valenciennes, musée des Beaux-arts© RMN-Grand-palais/René-Gabriel Ojéda/Thierry Le Mage
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Illustration 3 – « Monsieur le comte de Cominges, capitaine de dragons » par Louis Carrogis, dit Carmontelle, 1759, Chantilly, musée Condé© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende Illustration 4 – « Monsieur de Boutelière, capitaine de dragons » par Louis Carrogis, dit Carmontelle, 1757, Chantilly, musée Condé© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Illustration 5 – « Monsieur le baron de Saint-Elix » par Louis Carrogis dit Carmontelle, 1763, Chantilly, musée Condé© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Illustration 6 – « Monsieur le chevalier de Lévignen, lieutenant-colonel du régiment de Talleyrand » par Louis Carrogis, dit Carmontelle, 1759, Chantilly, musée Condé© RMN-Grand-Palais (domaine de Chantilly)/René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Illustration 7 – « La Tulippe », anonyme, XVIIIe siècle, Marseille, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée© MUCEM, Dist. RMN-Grand Palais/image MUCEM
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8396/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 420k

Auteur

Professeur à l’université Paris I, est un spécialiste de la guerre et du métier des armes à l’époque moderne. Il a publié, entre autres, Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne (XVIe-XVIIe siècles), avec P. Brioist et P. Serna, Seyssel, Champ Vallon, 2002 ; L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005 ; Batailles. Scènes de guerre de la Table ronde aux tranchées, Paris, Seuil, 2007.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540