Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

3. Preuves et épreuves

Dévirilisation poétique : étude de quelques cas de démembrements littéraires de Marie de France à Marguerite de Navarre

Tovi Bibring

Texte intégral

À cette nouvelle, son oncle et ses parents ou alliés pensèrent que je m’étais joué d’eux et que j’avais mis Héloïse au couvent pour m’en débarrasser. Outrés d’indignation, ils s’entendirent, et une nuit, pendant que je reposais chez moi, dans une chambre retirée, un de mes serviteurs, corrompu par eux, les ayant introduits, ils me firent subir la plus barbare et la plus honteuse des vengeances, vengeance que le monde entier apprit avec stupéfaction : ils me tranchèrent les parties du corps avec lesquelles j’avais commis ce dont ils se plaignaient, puis ils prirent la fuite. Deux d’entre eux qu’on put arrêter furent énucléés et châtrés. L’un d’eux était le serviteur particulièrement attaché à ma personne, que la cupidité avait poussé à la trahison. (Abélard, Correspondance, p. 76)

  • 1 La définition des fabliaux comme des contes à rire est celle de Charles Marie Joseph Bédier, Les f (...)
  • 2 Voir le livre stimulant de D. Burrow, The Stereotype of the Priest in the French Fabliaux. Anticle (...)
  • 3 Sur le plan symbolique l’interchangeabilité entre le cœur et le membre viril fonctionne également (...)

1La castration comme topos littéraire apparaît souvent dans la littérature médiévale comme la punition adéquate en cas de crime passionnel. Ce sont les fabliaux – les contes à rire1 des XIIIe-XIVe siècles – qui ont particulièrement développé le personnage du prêtre fornicateur privé de ses parties génitales par le transport d’un mari trompé2. Dans la poétique euphémistique courtoise, le sexe est parfois remplacé par le cœur que le mari tire de la poitrine de son rival, après l’avoir tué, afin de le servir comme plat à sa femme3. La castration dans ces récits, qu’elle soit métonymique (le cœur à la place du pénis) ou réelle, demeure une affaire d’hommes. C’est le mari jaloux désireux de se venger de l’humiliation conjugale et de retrouver son honneur masculin qui castre l’amant. Après l’exécution du châtiment, entre le mari et son rival, il ne reste qu’un seul vrai homme.

2Je voudrais étudier ici l’homme qui a perdu sa virilité par le fait, non d’un homme mais d’une femme. Je m’appuierai en premier lieu sur l’œuvre poétique de marie de France dont les Lais contiennent plusieurs récits de castration. J’ai choisi le cas d’Equitan afin de mettre en relief le rapport entre virilité et autorité que ce lai suggère. Je mentionnerai également en appui quelques fabliaux, écrits sans doute par des hommes, mais dont les sujets sont d’un grand intérêt. J’examinerai ensuite brièvement un autre rapport possible entre femme et émasculation. En m’appuyant là encore sur des textes de femmes, Yonec de Marie de France et une nouvelle de Marguerite de Navarre, il sera question de la représentation de la peur misogyne, archétypale, idéologique même, de la castration, cette peur de l’homme devant la femme fatale s’apprêtant à le castrer.

Castration sociale, Equitan de Marie de France et l’anonyme Dame Escoillee

  • 4 Marie de France, Lais de Marie de France, Laurence Harf-Lancner éd., Paris, 1990, Le livre de Poch (...)
  • 5 Sur la sexualité des femmes dans les lais, voir T. Bibring, Érotisme et danger. Désirs, transgress (...)
  • 6 Mon emploi de cette formulation demeure dans le registre de l’analyse littéraire et ne renvoie pas (...)

3Dans ses Lais composés vers la fin du XIIe siècle, marie de France, une des rares femmes de lettres de l’époque médiévale et l’une des plus prolifiques parmi les auteurs anglo-normands, montre son intérêt pour les plaisirs et surtout les périls liés aux corps de ses protagonistes, femmes et hommes4. Les premières sont menacées par les violences sexuelles, la grossesse non désirée et la diffamation dans le cas d’une liaison extra-conjugale. Les seconds risquent la castration5. Le thème de la castration revient dans cinq lais sur douze et concerne six personnages. Pour certains comme le chevalier Guigemar, du lai du même nom, et le protagoniste du lai Chaitivel, il s’agit d’une réelle blessure – réversible ou irréversible selon le cas – à l’organe sexuel. Pour d’autres, il est plutôt question d’une castration symbolique, exprimée par un langage euphémistique qui, d’une part, ne choque pas le goût rainé du public courtois, et d’autre part, permet un travail d’interprétation. Dans le lai Laüstic par exemple, l’élimination idéologique6 du phallus de l’amant d’une malmariée est incarnée par le meurtre d’un rossignol et un autre oiseau phallique est également tué dans le lai Yonec comme nous verrons par la suite.

  • 7 Voir p. 1-18. Notons au passage la relation qui s’établit dans Chaitivel entre le chevalier émascu (...)

4Le fait que marie de France émascule autant d’hommes, est-il une vengeance poétique contre tous ceux qui se moquent de son travail de femme comme elle l’insinuerait dans le prologue de Guigemar ?7 est-ce une marque de puissance féminine dans un monde où le pouvoir appartient aux hommes, une puissance qui les rend ainsi impuissants ? Voilà quelques belles hypothèses que l’on ne pourra jamais démontrer. En revanche, ce que révèle l’étude des lais est que marie a un enjeu discursif bien précis centré sur la fragilité de la virilité. Si, comme je l’ai précisé plus haut, la castration dans Laüstic et Yonec n’est qu’un vestige métaphorique de la vengeance brutale que pouvait exercer un mari jaloux sur son rival, dans d’autres cas marie synchronise la virilité avec les valeurs féodales et courtoises dont elle s’inspire. Le transgresseur orgueilleux, tel Guigemar qui n’accepte pas la responsabilité sociale d’épouser une femme et d’avoir un héritier, se voit castrer par une biche blanche. Le malheureux du lai Chaitivel est émasculé dans une bataille cette fois-ci, non pas pour avoir commis une transgression, mais pour punir une dame à la sensualité démesurée et qui ne connaîtra plus jamais les plaisirs d’amour. Quant au lai Equitan, il met en parallèle la relation de causalité entre autorité et virilité. Lorsque l’institution royale est corrompue et défaillante son dirigeant, en l’occurrence le roi Equitan, est castré idéologiquement.

5Pour avoir abusé de sa force et transgressé les règles de la bienséance courtoise ainsi que celles du bon gouvernement, le roi Equitan subit une castration métaphorique en tombant nu dans une baignoire d’eau bouillante alors qu’il essayait de cacher son sexe que la narratrice appelle vilenie. Il meurt certes, mais c’est la vilenie, le sexe coupable, qui est d’abord éliminée ici, idéologiquement. A priori, Equitan peut passer pour un modèle de la masculinité aristocratique médiévale. Il excelle dans toutes les activités typiquement masculines. Sa chevalerie est synonyme de chasse (que ce soit la chasse au gibier, la pêche, ou la chasse aux liaisons amoureuses). Mais plus important encore, il voue un culte à son corps. Il ne manque pas une occasion de faire des saignées suivies de bains. Ce sont deux procédés de la médecine curative et préventive, pratiqués par Equitan pour le bien être et l’agrément du corps.

  • 8 J. Léonard, « À propos de l’histoire de la saignée (1600-1900) », Affaires de sang, A. Farge dir., (...)
  • 9 N. René, L’érotique des troubadours, Paris, Privat, 1963.

6Comme il arrive souvent pour des usages traditionnels et enracinés dans les mœurs, la saignée et le bain véhiculent également un sens symbolique. Ils passent pour conférer à ceux qui les pratiquent des atours mythiques ou même spirituels. Les procédés pragmatiques – « une saignée », « un bain » – deviennent des rituels, ou des « symbole[s] archaïque[s] et proverbia[aux] ».8 Ces rites d’affrèrement9 peuvent avoir des finalités spirituelles et, s’ils sont partagés entre hommes, créer des liens de compagnonnage masculin. Consciente de la symbolique de ces procédés, Marie de France, les persifle.

7Les saignées privées du roi n’ont ni profondeur mystique ni stratégie politique, elles servent seulement au bien-être corporel : « Seignier se fet cuntre sun mal. » (vers 271) toutefois, les saignées deviennent également complices de l’adultère. En effet, le roi s’isole dans sa chambre sous prétexte de faire une saignée, mais en lieu et place de l’intervention médicale, il se livre aux plaisirs de l’amour avec l’épouse de son loyal sénéchal qu’il est parvenu à séduire et qui l’y rejoint à la nuit tombée. Les choses en restent là jusqu’au jour où cette liaison est menacée par un éventuel mariage d’Equitan, mariage exigé par ses vassaux. Le stratagème que le couple conçoit alors est de tuer le sénéchal ce qui permettra au roi d’épouser la veuve, sa maîtresse. Pour exécuter ce plan, Equitan se propose d’inviter le sénéchal à faire une saignée avec lui, puis trois jours plus tard, à prendre un bain. Entre-temps l’épouse doit se charger de la préparation des cuves d’eau, dont l’une sera tellement chaude qu’en y mettant même seulement le doigt le sénéchal sera brûlé à vif. La saignée devient ainsi un instrument du meurtre. Elle n’est pas ici un moyen de privilégier le vassal et d’exprimer l’alliance, la confiance et la loyauté qui lierait les deux hommes dans le système féodal, ou en d’autres termes, glorifierait l’intimité guerrière masculine. La saignée n’est que le prétexte réfléchi, une ruse pour accomplir le crime parfait.

  • 10 Sur le sang comme « substance tabouée », voir M.-C. Pouchelle, « Le sang et ses pouvoir au Moyen  (...)
  • 11 E. Sienaert, Les Lais de Marie de France. Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique, Paris, (...)
  • 12 C’est un lieu commun culturel, la beauté de la reine est un miroir de la domination royale.

8L’écoulement symbolique du sang – puisqu’il est clair qu’il n’y a pas vraiment de procédé médical – révèle et dénonce la relation coupable. Le sang est ainsi l’euphémisme des tabous sexuels transgressés, de la démesure et de l’abus du pouvoir, du corps et du plaisir10. Le conflit dans Equitan se situe entre la vertu politique et la corruption royale. Sienaert remarque que « tout le drame d’Equitan est, en effet, d’avoir placé l’amour au-dessus de la fonction »11. C’est l’amour-propre qui est élevé au-dessus de la fonction, voire le désir tyrannique de redéfinir la fonction. Le roi désire la dame parce qu’elle est la plus belle12, il se voit donc lui-même comme son légitime propriétaire et non le sénéchal qui « suls ne la puet il pas tenir » (vers 91). Il essaie de s’attribuer des privilèges à l’opposé de ce que son rôle de roi exige de lui : être un exemple. Equitan abuse intentionnellement de sa position au sommet de la hiérarchie en s’octroyant des droits sur la femme de son homme lige.

9Ces excès sont punis par le calvaire de l’eau bouillante. Le jour du bain, en effet, les amants font l’amour devant la cuve d’eau. Surpris en flagrant délit, Equitan se hâte de se « covrir ». Couvrir sa vileinie, littéralement son sexe et, au figuré, ses passions déréglées de domination. Paniqué, il tombe dans la cuve réservée au sénéchal où se consume son corps nu et abject. Dans l’imaginaire médiéval, la nudité masculine est bestiale et asociale uniquement dans un contexte de démesure sexuelle. En revanche, elle peut être érotique pour une femme ou bien elle peut exprimer la camaraderie, justement dans le rituel du bain auquel le sénéchal a été invité. Le corps devient honteux seulement quand il s’expose dans des circonstances avilissantes, ici lorsque le sénéchal voit son roi non pas dans le bain mais dans le lit avec sa femme. Le fait qu’Equitan soit brûlé vif est une allusion à la castration punitive, celle prescrivant que le criminel perde l’instrument de son crime, et dont l’exemple d’Abélard cité dans l’exergue, est une éminente illustration. Ce qui semble être un accident n’est pas le fait du hasard. La punition est certainement brutale et spontanée et ainsi opposée à la réflexion qui avait été nécessaire pour manigancer le crime, mais elle suit la logique de la justice poétique et non celle de la dérision. C’est la vileinie du roi qui se calcine. Equitan et son corps supplicié sont métonymiques de la virilité pécheresse et de la royauté corrompue.

  • 13 Anonyme, « Le prestre crucefié », Nouveau recueil complet des fabliaux, W. Noomen et N. Van Den Bo (...)
  • 14 Gautier Le Leu (?), « Le prestre teint », Nouveau recueil complet des fabliaux, ouvr. cité, vol. 7 (...)
  • 15 B. Levy, The Comic Text. Patterns and Images in The Old French Fabliaux, Amsterdam/Atlanta, Rodopi (...)

10En raison de son dénouement quelque peu fruste, l’on a parfois vu Equitan plus comme un fabliau que comme un lai courtois. Je ne partage pas cet avis tout en reconnaissant que la fin, quelque peu grotesque dans son genre, puisse faire écho à certains procédés des célèbres contes à rire des siècles suivants. Le modèle en est l’anonyme Prêtre Crucifié où un prêtre fornicateur est mutilé par un mari trompé, un sculpteur de crucifix13. Le prêtre, inquiet de l’arrivée inattendue du mari, essaye de se dissimuler en se cachant parmi les crucifix, et en faisant semblant d’être une statue du Christ. Mais l’artisan, le sachant dans la maison et discernant un sexe sur l’un des crucifix, reconnaît son rival et déclare : « J’estoie yvres, ce vous plevis, / Quant tels membres je y laissé » (vers 66-67). Par souci professionnel, « vit et coilles li trencha » (vers 71). En analogie renversée, le fabliau Le prêtre teint attribué à Gautier le leu relate l’histoire d’une épouse idèle ne cédant pas aux entreprises du prêtre14. Au contraire, elle en informe son mari, un teinturier des crucifix. Les deux époux manœuvrent alors le prêtre en lui faisant croire que l’épouse accepte ses avances et lui donne rendez-vous en l’absence de son mari. Mais selon le schéma prévu, ce dernier rentre à l’improviste. Le prêtre à qui l’on a proposé un bon bain avant la suite des activités, est déjà nu quand le teinturier revient. De peur d’être attrapé, et sur les conseils de la femme, il saute dans une cuve pleine de couleur rouge qui sert à la teinture des crucifix. Comme dans Equitan, les topoï du bain sont manipulés par dégradation pour refléter le crime et annoncer sa punition. Sauf que chez Le Leu, le passage de la baignade d’agrément au bain sanglant constitue une étape intermédiaire avant la castration. C’est une sorte « de baptême profane qui laisse une marque rouge sur tout le corps »15. Tout le corps est certes teinté de sang, mais c’est la synecdoque du sexe qui est aussi mise en relief ici. Car, quand mari et femme sortent le prêtre du bain, font mine de le prendre pour un Christ et le portent devant le feu pour le sécher, la chaleur cause l’érection du prêtre. Le sexe dans sa gloire coupable est ce qui différentie le crucifix vivant des autres statues de l’atelier. Trouvant cela inapproprié, le mari veut « Si li couperé cele coilee / et cel vit qui trop bas pendoille » (vers 432-433). En l’entendant, le prêtre fuit mais comme l’adultère n’a pas été consommé, la castration reste à l’état de menace.

  • 16 Par ailleurs, le feu concrétise dans plusieurs récits de castration l’idée de la purification par (...)

11Marie de France a fusionné deux éléments purificateurs que le leu scinde. Le bain qui devait purifier le corps après la saignée devient dans Equitan une sorte de bûcher. Dans le fabliau, l’ordre est renversé, le prêtre se baigne d’abord dans l’eau, puis dans le sang, et à la in, l’épreuve du feu dénonce ses intentions16. Le prêtre s’échappe certes, mais la fuite est déjà une marque sinon de castration du moins de démasculinisation. Fuir est l’antonyme de la virilité. Equitan tente de faire de même mais Marie est moins indulgente, il ne s’échappe pas et tombe dans son propre piège.

  • 17 Cette humiliation fait partie de la punition puisque, alors qu’un grand roi mourrait soit de vieil (...)
  • 18 « Réservées aux hommes, mises en valeur par leur dureté, leur longueur et leur tranchant, sorties (...)

12Quoique la frasque dans Equitan puisse faire écho à l’humour des fabliaux, la in du roi n’est nullement représentée comme une plaisanterie, sa mort n’a rien d’héroïque, au contraire, elle est humiliante17. Le sexe calciné représente abstraitement à la fois le dégoût de l’adultère et de la corruption. La scène macabre sert de leçon, en quelque sorte édifiante, contre l’abus d’autorité qui peut amener à la débauche et au dérèglement. Le sexe n’est donc pas que l’instrument du plaisir, il est aussi la métaphore du sceptre et, par extension, de l’épée, symboles de puissance (dans le double sens du terme) virile18.

  • 19 Anonyme, « La Dame Escoillee », Nouveau recueil complet des fabliaux, W. Noomen et N. Van Den Boog (...)
  • 20 Et ce jusqu’à nos jours: « We have more than one expression in colloquial English to describe such (...)
  • 21 « C’est une femme qui imite particulièrement le comportement des hommes » (« she is a woman who is (...)
  • 22 Le choix du taureau n’est pas fait au hasard. Dans l’Occident médiéval, il est associé à l’« autor (...)
  • 23 Qui, par ailleurs, au début du récit avait aussi été instruite de l’importance de l’obéissance, ét (...)

13D’une manière morbide et dans un autre registre, l’association entre virilité et autorité fait l’objet d’un fabliau anonyme du XIIIe siècle, La dame escoilliee19. Cet oxymore met en valeur l’essence symbolique de l’organe puisqu’il ne s’agit pas d’une question de vraisemblance. Personne dans ce conte ne croit vraiment qu’une femme puisse avoir des testicules, mais le réservoir culturel des stéréotypes homocentriques associant virilité et autorité20 permet la masculinisation d’une femme trop dominatrice. Ainsi, le propos du conte est la dissimulation d’une émasculation pratiquée sur une femme dont le comportement autoritaire et indiscipliné est jugé masculin21. Son gendre lui explique qu’elle souffre de la maladie de l’orgueil qui lui vient du fait qu’elle possède des testicules : « vos avez coilles comme nos / s’en est vostre cuers orgueillous » (vers 469-470). Il l’attrape donc à l’aide de quelques domestiques, la met sur ses genoux, incise ses fesses, et lui montre les testicules d’un taureau22. Pour éviter que les testicules ne repoussent, il demande de brûler l’incision et de la cautériser. Terrifiée, elle jure qu’elle ne désobéira plus à son mari. Cette opération sert d’exemple à sa fille, l’épouse du « chirurgien »23. Le conteur développe deux jeux de mots à ses fins. Premièrement il crée une résonnance entre « Seignor » (mari) et « seignorir » (régir, dominer). Le mari est le seigneur de sa femme et celles « qui sor vos les levez / Ques faites sor vos seignorir / vos ne faites que vos honir ! » (vers 2-4.). Deuxièmement, par une association phonétique, il relie le verbe « chastoier » (vers 11 et 566, châtier, corriger), à la castration de sa belle-mère.

  • 24 N. Lacy le dit à propos du châtiment de la fille de la dame émasculée, mais le comportement de la (...)
  • 25 Sur la misogynie dans ce fabliau voir N. Lacy, Reading Fabliaux, ouvr. cité, p. 60-68.

14La singularité de ce fabliau est dans le double renversement idéologique. Le discours misogyne qui émaille la production littéraire médiévale a justement défini la nature féminine comme déréglée, comme prétendant à un comportement masculin. La représentation des femmes dominantes, voire despotiques, dotées des mêmes caractères que la dame émasculée, est un lieu commun liée à leur nature. Or, ici le narrateur semble vouloir retourner à ce qui était originellement des attributs masculins, « l’homme, en tant que maître de la femme, se devant de rétablit l’ordre naturel des choses lorsque cette dernière l’inverse »24. Une femme qui domine son mari est une altération de la nature, et afin la guérir de sa maladie, il faut la castrer et la rendre féminine25.

15Pouvoir et autorité siègent donc dans les testicules. La dame émasculée paye chèrement pour l’apprendre, car même si la castration est ici un simulacre, elle subit un châtiment physique douloureux, ses fesses sont incisées et l’humiliation est tout aussi insupportable.

Le drame de la castration et le vagin denté de la femme fatale

  • 26 Il existe également, dans la production médiévale, une tradition élogieuse du vagin, mais il s’agi (...)
  • 27 Sur l’origine scripturaire et l’évolution du topos ainsi que sur la tradition médiévale de la femi (...)
  • 28 J. Berchtold, Des rats et des ratières, ouvr. cité, p. 57-58.

16Plus que tout au monde, les hommes sont hantés par l’image d’un sexe féminin les menaçant de castration26. Les représentations du sexe abject qui castre et tue l’homme sont variées. C’est un thème inépuisable de la littérature médiévale. Il apparaît sous des formes édifiantes comme, par exemple, la métaphore de la muscipula diabola ou la femina muscipula27, une « acception spécifique pour désigner la menace bien définie de la femina trompeuse et salace considérée comme un instrument de perdition au service de Satan »28. Les exempla de la femme-ratière avertissent contre les dangers de la séduction féminine. La coquetterie des femmes est assimilée au fromage chaud posé dans la ratière et l’homme au rat qui y est attrapé.

17La femme fatale avec les longues dents métaphoriques de son vagin dégage une menace existentielle. D’une part, elle est en elle-même une parabole de la perversion de l’homme. Elle le dépossède de sa supériorité idéologique en en faisant son esclave, l’esclave de la chair. Qui plus est, elle entend renverser l’ordre patriarcal. Elle repousse la maîtrise phallocrate sur sa sexualité. Et elle engendre la peur ancestrale de la fin du monde en ayant une relation ambigüe à la maternité. Parfois elle la refuse, tout en volant symboliquement la semence dans le dernier acte sexuel avant la castration. D’autres fois, elle tue sa propre progéniture masculine.

18La femme castratrice existe sous diverses formes dans la littérature profane. Par un réseau d’associations symboliques, le lai Yonec de Marie de France peut illustrer les dangers de la vagina dentata. Une dame mal mariée est prisonnière d’un mari jaloux. Suite à sa prière passionnée demandant d’avoir un amoureux, un oiseau qui ressemble à un autour pénètre dans son donjon par la fenêtre. La pénétration de l’oiseau dans le donjon est la figuration de l’acte charnel puisque toute porte, toute ouverture, est une allusion au sexe féminin et que l’oiseau est un symbole phallique commun. Effectivement, il se métamorphose en chevalier, Muldumarec, qui devient son amant. Or, ce n’est pas un simple amant, il est soumis aux désirs sexuels de la dame. Il lui apprend que désormais il suit qu’elle le souhaite et l’appelle pour qu’il vienne aussitôt. Toutefois, il lui demande de garder la mesure et il l’avertit que tout excès provoquera leur découverte et sa mort. Ce qui ne tarde pas de se réaliser, car l’épouse est insatiable, ne modère aucunement ses demandes de visites amoureuses et attise les soupçons du mari. Ce dernier pose des fers acérés sur la fenêtre, qui, lors de l’arrivée de l’oiseau, lui transpercent le corps et causent la mort de Muldumarec.

  • 29 Voir T. Bibring, « Plaie et plaisir : Marie de France et ses hommes castrés », art. cité, 2008.
  • 30 Pour d’autres considérations sur la mort de Muldumarec, je me permets de renvoyer à mon article, « (...)
  • 31 Sublimé, car l’Église a interdit la mutilation volontaire, l’abstinence devant être une lutte inté (...)

19Le lai engendre donc deux castrations symboliques complémentaires. D’une part, c’est le mari qui castre son rival, une castration punitive pour l’adultère29. D’autre part, c’est la dame qui par son dérèglement sexuel cause la fin tragique de son amant30. Cependant, chez Marie de France, les choses ne sont jamais unilatérales. Si visuellement l’aventure de Muldumarec évoque la vagina dentata, la dame d’Yonec ne correspond pas entièrement à la typologie de la femme fatale. Non seulement elle donne naissance à un enfant, Yonec, et assure ainsi la postérité de son amant, mais elle est aussi une femme salvatrice. Contrairement à Circé, elle démétamorphose Muldumarec. Ce sont ses appels à elle, qui lui rendent sa forme humaine et dénouent l’enchantement qui l’avait réduit à une forme animalière, fût-ce cependant au prix de la mort. Mais justement, au seuil de la mort, Muldumarec renonce à sa sexualité. Il faut donc lire sa blessure en regardant sa double dimension dans l’histoire de la masculinité. D’une part, la relation adultère est brutalement arrêtée par un mari qui représente la société traditionnelle. Avec le meurtre de l’oiseau, corps du désir, Muldumarec ne peut plus être amant, physiquement et par contrainte. Mais Muldumarec renaît en chrétien pieux incarnant l’idéal chrétien sublimé, celui de l’eunuque volontaire31, un homme qui a renoncé à ses désirs sexuels. On le voit bien, quand la dame, quasi nue, le retrouve, il ne la sert plus comme amoureux, mais lui tend un manteau pour qu’elle se couvre. Le désir insatiable de la malmariée dans le lai courtois Yonec est ambivalent. Il est d’une part synonyme du désir de vitalité, du désir de grossesse, mais d’autre part, comme nous venons de le voir, il pourrait faire écho à l’un des stéréotypes majeurs de la sexualité castratrice féminine.

20Il est intéressant pour conclure cette réflexion de faire appel à une nouvelle de l’Heptaméron qui ouvre sur d’autres aspects de la problématique. Marguerite de Navarre appartient certes à une époque postérieure. Elle représente les idées nouvelles d’un évangélisme et d’un humanisme naissants. Néanmoins, non seulement les conventions de l’amour courtois et les récits d’aventures subsistent, mais les représentations de la sexualité féminine dangereuse demeurent une menace sur la virilité. Selon le modèle boccacien du Décaméron, les dix participants s’écoutent chaque jour et débattent à la fin de chaque récit. Les avis exprimés sont parfois assez surprenants par rapport à la banalité des aventures racontées. C’est bien le cas de la vingt-sixième nouvelle qui oppose le modèle de la femme voluptueuse et l’anti-modèle de la femme idéalisée.

21Récit initiatique, il raconte le parcours et l’apprentissage du seigneur d’Avannes, un jeune aristocrate de quinze ans, épris de deux femmes, toutes deux mariées. L’une est vertueuse et sage, l’autre sensuelle et donc folle ; l’une, quoique amoureuse, ne cède pas aux avances du beau seigneur et préfère la mort à l’infidélité conjugale, l’autre accepte volontairement ses hommages amoureux ; l’une est responsable de son apprentissage moral, un travail long qui dure trois ans et qui débouchent sur la mort de l’initiatrice, le cœur brisé, et l’autre de son apprentissage sexuel, un apprentissage bref et qui ne tarde pas à amener à son épuisement.

  • 32 Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, N. Cazauran éd., Paris, Gallimard, 2000, p. 314.

22D’Avannes a accès aux deux foyers par les deux maris. L’époux de la sage, le riche homme, est sensible à ses attraits physiques et à son comportement courtois qui reflètent pour lui son parfait état d’âme. Il voit en lui l’enfant qu’il n’a pas et l’adopte pratiquement. Le beau d’Avannes inspire à la dame un amour maternel. Et elle « luy bailloit tout ce qu’il demandoit, et d’avantage parloit à luy si sagement, l’admonnestant d’estre vertueux, qu’il la craignoit, et l’aimoit plus que toutes les femmes du monde »32. En revanche, pour pouvoir fréquenter la folle, d’Avannes se déguise en palefrenier et est engagé par le mari même de celle qui aussitôt le fait cocu. Quant au nouveau serviteur, elle en fait un serviteur d’amour, abusant de lui sexuellement jusqu’à l’épuisement physique, accentuant sa faiblesse morale :

  • 33 Heptaméron, p. 318.

Ainsi vesquit ceste jeune dame sous l’hypocrisie et habit de femme de bien en telle volupté, que raison, conscience, ordre, ne mesure n’avoient plus de lieu en elle. Ce que ne peult porter gueres longuement la jeune et delicate complexion du seigneur d’Avannes, mais commença à devenir tant palle et maigre, que sans porter masque on le pouvoit bien descognoistre. Toutesfois la folle amour qu’il avoit à ceste femme, luy rendit tellement les sens Thebetez, qu’il presumoit de la force, ce qui eust deffailly en celle d’Hercules. Dont à la fin contrainct de maladie, et conseillé par la dame, qui ne l’aimoit tant malade, que sain, demanda congé à son maistre de se retirer chez ses parens : qui le luy donna à grand regret, et luy feit promettre que, quand il seroit sain, il retourneroit en son service.33

  • 34 Dans cette affaire, la dame déchoit aussi, elle est décrite comme une chambrière. Par ailleurs, j’ (...)

23L’aventure chez la folle rappelle le ton des fabliaux et puise effectivement dans le comique particulier de ces contes à rire : le cocuage facile d’un mari assez stupide pour faire entrer lui-même l’amant à la maison, la concrétisation de l’adultère dans le lit conjugal ainsi que le déguisement et la bestialité féminine. Le déguisement est donc à la fois l’astuce qui permet au mari d’ouvrir les portes de sa demeure au jeune soupirant et le signe de la dégradation morale34. Il figure la réduction de la noblesse à la bestialité, le passage du monde de la vertu à celui du vice, de la sage qui enseigne la morale à la folle qui est compagne de jeu et de danse. Circé dans son genre, elle métamorphose le jeune homme en le transformant en une sorte de cheval d’accouplement et elle se débarrasse de lui à la première occasion quand épuisé, castré par sa sexualité dévorante et ne pouvant plus être son serviteur, il devient inutile.

24D’Avannes revient alors chez la sage qui le soigne pour son affaiblissement physique et pour ce qu’elle pense être également son effondrement moral. Seulement ce faisant, elle réveille les désirs anciens d’Avannes qui ne tarde pas à les lui avouer. Cependant, fidèle à ses devoirs, elle rejette les avances passionnées du jeune seigneur. Ainsi, si la folle le castre physiquement, la sage le castre mentalement puisqu’elle se refuse à ses désirs. Cette indifférence va réduire à son tour d’Avannes à l’état de folie. Il mettra le feu à son propre logis et par la suite il tentera même de violet la femme aimée.

25Voici donc opposée à la femme voluptueuse, insatiable et dangereuse, une femme vertueuse. L’une se meurt, chaste et fidèle, ivre d’amour mais annihilant sa sexualité face aux exigences d’une société homocentrique qui préfère la mort à l’adultère. Or, sa continence et son exemplarité n’empêchent pas qu’elle déclenche le même comportement chez l’homme et qu’elle soit l’aiguillon du désir bestial. Sage ou folle, la femme est représentée comme étouffant la sexualité masculine.

26Dans le débat qui suit le récit, les avis sont partagés entre femmes et hommes. Si les premières semblent s’identifier aux idées reçues de la sagesse et de la folie féminines, les hommes se tournent vers des arguments théologiques pour dénoncer l’hypocrisie de la sage. Ils prétendent que refouler ses désirs est un acte d’orgueil qui va contre la nature et qui rend la femme tout autant inhumaine et cruelle par rapport aux hommes : « et aussi se glorifient, de resister au vice de la loy de nature, si nature est vicieuse, elles se font non seulement semblables aux bestes inhumaines et cruelles, mais aux diables, desquels elles prennent l’orgueil et la malice. »

27La lecture de ces textes poétiques montre que pour les femmes comme pour les hommes de lettres, la castration est un thème riche en significations et possibilités narratives. Métaphore d’autorité d’une part et instrument de péché d’autre part, le membre viril est un organe central et constamment menacé. Lorsqu’il s’agit d’un comportement transgressif, l’émasculation tient lieu de punition et permet une justice familiale, nationale même, ou poétique. Il existe, par ailleurs, un autre lieu commun, celui de la castration symbolique exprimant une peur ancienne de la femina castratrice. Ces idées sur la castration semblent être des représentations culturelles profondément enracinées dans les mentalités et ne sont donc pas traitées différemment dans les récits de femmes. Chez Marie de France, la fragilité de la masculinité, toutefois, est davantage mise en valeur en raison de la multiplicité des occurrences. Entre la dame-poétesse doublement castratrice du Chaitivel, la biche-mère blessant l’organe génital de Guigemar et les dames d’Yonec et d’Equitan dont la sexualité débordante conduit à la castration figurative, Marie renvoie l’image d’une masculinité menacée par une féminité désireuse de se libérer. D’autre part, mis à part le rôle symbolique de la femme dans ces cas, plusieurs castrations véhiculent une leçon moralisatrice. Marie de France juxtaposerait ainsi virilité et valeurs courtoises et féodales, surtout pour Guigemar l’orgueilleux qui défie les conventions sociales et pour Equitan, un roi corrompu jusqu’à la perversion.

Notes

1 La définition des fabliaux comme des contes à rire est celle de Charles Marie Joseph Bédier, Les fabliaux : études de littérature populaire et d’histoire littéraire du Moyen Âge, Paris, H. Champion, 1925.

2 Voir le livre stimulant de D. Burrow, The Stereotype of the Priest in the French Fabliaux. Anticlerical Satire and Lay Identity, Berne, Peter Lang, 2005, et notamment le sous-chapitre « Castration » p. 160-190.

3 Sur le plan symbolique l’interchangeabilité entre le cœur et le membre viril fonctionne également dans les récits du Cœur mangé où le poète amoureux d’une dame mariée ordonne de lui envoyer son cœur après son décès. L’exemple qui matérialise cette interchangeabilité est le Lai d’Ignaure attribué à Renaut de Beaujeu où l’arrachement du cœur est redoublé par celui du sexe.

4 Marie de France, Lais de Marie de France, Laurence Harf-Lancner éd., Paris, 1990, Le livre de Poche.

5 Sur la sexualité des femmes dans les lais, voir T. Bibring, Érotisme et danger. Désirs, transgressions et dames aventurières dans les Lais de Marie de France, thèse, Université de Bar-Ilan, 2007, d’où nous avons tiré également quelques arguments présentés ici. Sur les hommes castrés de ces textes, voir T. Bibring, « Plaie et plaisir : Marie de France et ses hommes castrés », A. Dominguez Levia et S. Hubier dir., Délicieux supplice. Érotisme et cruauté en Occident, Murmure, Dijon, 2008, p. 15-30.

6 Mon emploi de cette formulation demeure dans le registre de l’analyse littéraire et ne renvoie pas à ses acceptions psychanalytiques.

7 Voir p. 1-18. Notons au passage la relation qui s’établit dans Chaitivel entre le chevalier émasculé et sa dame-poétesse.

8 J. Léonard, « À propos de l’histoire de la saignée (1600-1900) », Affaires de sang, A. Farge dir., Paris, Imago, 1988, p. 73.

9 N. René, L’érotique des troubadours, Paris, Privat, 1963.

10 Sur le sang comme « substance tabouée », voir M.-C. Pouchelle, « Le sang et ses pouvoir au Moyen Âge », Affaires de sang, A. Farge dir., ouvr. cité, p. 20. Sur le sang « genré » et la représentation de la saignée dans Equitan, voir P. McCraken, The Curse of Eve. The Wound of the Hero. Blood, Gender and Medieval Literature, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003, particulièrement p. 110-118.

11 E. Sienaert, Les Lais de Marie de France. Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique, Paris, H. Champion, 1984.

12 C’est un lieu commun culturel, la beauté de la reine est un miroir de la domination royale.

13 Anonyme, « Le prestre crucefié », Nouveau recueil complet des fabliaux, W. Noomen et N. Van Den Boogaard éd., vol. 4, Assen, Van Gorcum, 1988, p. 110-125.

14 Gautier Le Leu (?), « Le prestre teint », Nouveau recueil complet des fabliaux, ouvr. cité, vol. 7, p. 319-330.

15 B. Levy, The Comic Text. Patterns and Images in The Old French Fabliaux, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2000, p. 154.

16 Par ailleurs, le feu concrétise dans plusieurs récits de castration l’idée de la purification par la mutilation d’une part et l’ardeur du désir interdit d’autre part.

17 Cette humiliation fait partie de la punition puisque, alors qu’un grand roi mourrait soit de vieillesse, soit sur le champ de bataille, un amant pur mourrait à l’autel de l’amour.

18 « Réservées aux hommes, mises en valeur par leur dureté, leur longueur et leur tranchant, sorties du fourreau et rentrées dans le fourreau pendu au côté, les épées (ou les lèches, les lances, les couteaux) sont devenues un symbole phallique banal. L’arme, de plus, est manœuvrée par la main qui relève également du symbole phallique comme l’atteste l’usage des verbes tels que “prendre”, “porter”, “batter”, verbes partagés avec la “troisième main” (dans les fabliaux, l’acte sexuel est souvent représenté par un pénis battant le vagin). Les épées et la main sont également associées à l’autorité masculine, car elles sont utilisées pour accomplir des gestes symboliques durant les cérémonies religieuses, sociales ou publiques. » (T. Bibring, « On swords and rings. Genital representation as defining sexual identity and sexual liberation in some old french Lais and Fabliaux », Genealogies of Identity. Interdisciplinary Readings on Sex and Sexuality, M. Breen et F. Peters dir., Amsterdam, 2006, Rodopi, p. 151-167)

19 Anonyme, « La Dame Escoillee », Nouveau recueil complet des fabliaux, W. Noomen et N. Van Den Boogaard dir., vol. 8, Assen, Van Gorcum, 1994, p. 110-125.

20 Et ce jusqu’à nos jours: « We have more than one expression in colloquial English to describe such behavior […] an acceptable expression refers to “wearing the pants in the family”, whereas a less acceptable one corresponds very closely to the counts accusation against the woman » (N. Lacy, Reading Fabliaux, New York/Londres, 1998, Garland Publishing, p. 67). Notons au passage que dans la médecine médiévale, l’on pense encore que les femmes ont des testicules inversés.

21 « C’est une femme qui imite particulièrement le comportement des hommes » (« she is a woman who is specifically emulating the bejavior of a man »), N. Lacy, Reading Fabliaux, ouvr. cité.

22 Le choix du taureau n’est pas fait au hasard. Dans l’Occident médiéval, il est associé à l’« autorité inflexible » (P. Boglioni, « les animaux dans l’hagiographie monastique », L’animal exemplaire au Moyen Âge, Ve-XVe siècles, J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu dir., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999) et avec le côté bestial de la sexualité (G. Duchet-Suchaux et M. Pastoureau, Le bestiaire médiéval. Dictionnaire historique et bibliographique, Paris, Le léopard d’or, 2002), souvent attribué aux femmes. Sur le lien entre les animaux et les femmes dans ce fabliau voir B. Levy, The Comic Text, ouvr. cité, p. 55-56.

23 Qui, par ailleurs, au début du récit avait aussi été instruite de l’importance de l’obéissance, étant la victime d’une leçon édifiante également.

24 N. Lacy le dit à propos du châtiment de la fille de la dame émasculée, mais le comportement de la mère susciterait les mêmes réactions. Voir N. Lacy, Reading Fabliaux, ouvr. cité, p. 66.

25 Sur la misogynie dans ce fabliau voir N. Lacy, Reading Fabliaux, ouvr. cité, p. 60-68.

26 Il existe également, dans la production médiévale, une tradition élogieuse du vagin, mais il s’agit là d’une tout autre étude.

27 Sur l’origine scripturaire et l’évolution du topos ainsi que sur la tradition médiévale de la femina muscipula et ses autres usages, voir J. Berchtold, Des rats et des ratières : anamorphoses d’un champ métaphorique de saint Augustin à Jean Racine, Genève, Droz, 1992, ainsi que P. Remley, « Muscipula Diaboli and medieval english antifeminism », English Studies, no 1, 1989.

28 J. Berchtold, Des rats et des ratières, ouvr. cité, p. 57-58.

29 Voir T. Bibring, « Plaie et plaisir : Marie de France et ses hommes castrés », art. cité, 2008.

30 Pour d’autres considérations sur la mort de Muldumarec, je me permets de renvoyer à mon article, « Scènes érotiques, écriture courtoise. La symbolique naturelle dans les Lais de Marie de France », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 2010.

31 Sublimé, car l’Église a interdit la mutilation volontaire, l’abstinence devant être une lutte intérieure contre les désirs de la chair. D’ailleurs, dans son sermon 22, le prédicateur Jacques de Vitry (XIIIe siècle) a condamné les prêcheurs qui, fâchés contre les hommes, leur refusent la prédication en les comparant à l’homme malicieux qui se castre afin d’ennuyer sa femme. L’auto-castration est souvent présente comme thème de la littérature didactique à commencer par les fables ésopiques du castor qui s’auto-castre devant son chasseur afin de préserver sa vie. Le purgatoire de Saint Patrice de Marie de France s’achève lui-aussi sur l’auto-castration du saint qui ne veut pas succomber aux tentations des démons et posséder sa fille adoptive, etc. Sur l’eunuque volontaire, voir M. Kuefler, The Manly Eunuch, Masculinity, Gender Ambiguity and Christian Ideology in Late Antiquity, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 2001.

32 Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, N. Cazauran éd., Paris, Gallimard, 2000, p. 314.

33 Heptaméron, p. 318.

34 Dans cette affaire, la dame déchoit aussi, elle est décrite comme une chambrière. Par ailleurs, j’examine ici les femmes comme des personnages relevant de l’aventure de d’Avannes, sans prendre en compte leurs expériences subjectives ce qui pourrait faire l’objet d’un autre article.

Auteur

Maîtresse de conférences à l’université Bar-Ilan en Israël. Elle a traduit les Lais de Marie de France en hébreu. Spécialiste des genres brefs, de la sexualité et de la mythologie au Moyen Âge, elle a publié, entre autres, « On swords and rings. Genital representations as defining sexual identity and sexual liberation in some old french Lais and Fabliaux », Genealogies of Identity. Interdisciplinary Readings on Sex and Sexuality, M. Breen et F. Peters dir., Amsterdam, Rodopi, 2005 ; « Sexualités douteuse et bestialité trompeuse dans Bisclavret de Marie de France », French Studies, no 1, 2009 ; « Scènes érotiques, écriture courtoise la symbolique naturelle dans les Lais de Marie de France », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 31, 2010.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search