Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

3. Preuves et épreuves

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage a choisi de mettre l’accent sur les preuves et épreuves de masculinité. Les hommes, en effet, à chaque étape de leur vie et jusqu’à leur mort, doivent prouver et reprouver leur masculinité au travers d’épreuves diverses, qu’elles soient professionnelles, sexuelles – entre initiation et impuissance –, politiques, militaires ou sportives. Cette partie montre combien les identités masculines qui semblaient évidentes au regard des marqueurs de masculinité et des apparences, sont en fait problématiques. Les hommes doivent, en effet, démontrer qu’ils remplissent bien, dans une configuration historique donnée, les critères de « bonne masculinité » attendus d’eux. Sont en jeu ici les processus sociaux et éducatifs qui transforment le sexe en genre et la nature en culture. Cette construction plurielle des masculinités démontre à l’évidence qu’on ne naît pas homme mais qu’on le devient.

  • 1 A.-M. Sohn et F. Thélamon dir., L’histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Plon, 1998, (...)

2Ces preuves et épreuves non seulement font l’« homme » mais elles classent également les hommes entre eux et construisent les hiérarchies masculines. Il est, en effet, des hommes dominants et des hommes dominés, des gagnants et des perdants. L’accent mis depuis une quinzaine d’années sur les souffrances des soldats a développé l’intérêt des historiens et des historiennes pour les hommes faibles et les vaincus de la masculinité normative. Comme le souligne Stéphane Audoin-Rouzeau à propos de la Grande Guerre, « la conformité au modèle masculin a un prix exorbitant et se paye alors au prix fort, celui de la mort » mais également « celui de la blessure avec son cortège de handicaps, d’impotence, de dépendance et in fine de dévirilisation »1. Mais la souffrance au travail, voire le test de la plaisanterie qui exige pour les hommes et surtout pour les jeunes gens, de dissimuler une sensibilité à vif, sont également des thèmes qui ressortent de cette problématique. N’oublions pas non plus les échecs, les insoumissions ou la subversion des rôles prescrits.

Notes

1 A.-M. Sohn et F. Thélamon dir., L’histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Plon, 1998, p. 307.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search